Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04327
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 11/21/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04327

Full Text





Clement Magloire
DIRECTEUIP


nlW AY F RICAINE r VIM


a


13Mo, mwsll"Ar-%4-0 -- *
STELE HOtM N 2242 fI'


DIae ANNEE N 6852


Gievu nhement du Roi Chrisi

S'le P ple, 'Agriculture et


l'Istruction Publique


Str


Le Rol s'etait bien rendu ca l --bordbitr canal qui ploitation de
SliOpte que la principal res- a pataltTI'eaajk oulin, sur propriets.
ai de notre Pays 6lit la tIre sp dal t amena- d'intensifier
ictlure:aus luacco7i ge,ll I'oan ai'lant6 toute yaume les a
I4ji ou s ea pqin. 11 s'#it es pq de ~ mes. En g6ue- ii en exp6r
i pel sl qu'apes ie pain le ra, ur leh1 stations, le long velles. Lagi
i oer beoin' do Pe le des chemins de service qui lui, conualt
t I'liat action: ausu 4* traversent lea c tramps de Au course de
t.elle tousenousis encoua canne0es lgumes etatent port du Ca
t. II etait persuade ne plants. La n6cessite de per- ment, en s
Srichesse, lintriptio sns mettre A chacun d'etre pro- fournit le ch
grande noralit6 6tpi at pritaire, imeme d'une nince de cent cinq
qisaAtes faire des o-I proportion de terre, afin de De nomb
capapebiset dignR A sal poaroir veir A ses be- r6ussi, et L'oi
t-il leur donner une so- sons et A urd e a famille bit, de Ilorge
Education morale et pa- ne se fa' s sentir. pommes de I
Motique. Eta An de conserve La p it conti- te Lefevre, c
r ace aussi forte et a sai ouaitA L Ise.Elle Cap,en 1819
to, de I'amliorer, s'inqypi- n',-icou a pro- Igistres du R
it-il de leurs conditions duire que jus 4a41'i faut I sait 46 bouca
I istence. de leur bien-.re. pou- les besoins des siens et, sucre, pesanl
'5ptpu't rqiqoi son gou er- peu A pu, oblige A delaisser voisine ( L
aemenu.qt qqpi tferme 4ue a culture des denr6es d'ex- Reine don
pternel. portation. Celte derniere exi- 270.000 livr
ge beaucoup de capitaux. Et muscade. E
L ies o et R6glements sur |la diminution de cette culture etait tomb
'Agriculture reglaient s airait ete une grande perte Bien des
droits et les devoirs des Iro- pour le Tresor. Mai s'il avait Roi,6taient
I tires, des fermiers el des des droit: quart des products Afin de f
tivateurs; la police d ha. de l'habitation, totality de sollicitude p
tios, la culture et ia pre ceux de son jrdinet, instruc- le Hui instill
I l t lon dfWdtettietes den- lion de ssqa ts, soins en hooneur.Il l
,js. Ces Ibtilent 6vSre6 cas de %idil cultivateur au d6but d
.! ai justis et humaiP. avait auoi 4e devoirs. Du- plantations
Comme toutesiles Lois du point de Nemouais I'avait dejA Avec toute so
SRoyaume, elle Etaient claires 6: fPas de droits sans les produit
4. prtisea t bien abdapw$he a aaS a do devoirs exposes, 11
s usatges et ar caractore 4d sans dioitsd. Le cultivateur couragemen
people A oqi ells s'adres. de ~vltvalhfsr, come sala- soit en arges
aient. Egalcs pour tons, tles r:i aratorellement sur riel perfecti
pmftlissaent la liberty i de" abitation determine. Si mes le baroi
itoyes I'inviolabalitE de 1 a is u'4 culture a besoin de tait ses com
ledr re- grof pitaux, elle a aussi be- le Souverail
eo (its soio de bras nombreux. Comr- etablisse che
Adele 0d ils meet et od les trouver si les dait-il, pui
Sservaiet hubiations etaient deserves ? acquis une
ou i.Wd totalitye de deax Mats de meme que leur nour- priet6s, ce I
1is tcoltalient sur Ia Ir- riture etait assure par les dre, d'econo
Vitn ta cultiv aient evivress que I'on y cultivait, rural-dont
lJ S Rde m6me les cultivateurs si grads
lice at une art des ro- 6taient assures, eux, leurs yons nos ca
Re d ctip des rais femmes et leurs etants, de maisons sai
.s. at6rldss iea luaI p 6rcsp- receoir ;les soins que leur pour nous 1
de l'entreprise. C'eta in- etat aurait pu necessiter. Le lea A fair f
'1whigemmbent associer le et- proprietaire de chaque habi- priet6s ; A
torts du Travail libre A enx nation etait tenu d'y entrete- habitations
y'Capital. Its travillaie t de air une 6cole pour les garfons cessaire...
heures du mating A idi;t les filles, un dispensaire, prosperity d
rnalent leor tAche des dea ifirmiers, des. infirmie- agissantaini
heodres wn couch do res. Un medecin et une sage- nous auroi
I et so feposaent I s- temme y etaient, de plus, at- capitaux m
I et le dImanche. Ls vi- laches. knfin des gardes de produit le d
Scultiv5s sur chaqu9 ha- police, specialement charges de lear vale
Simtion, outle ceux u'ils de ce oin, veillaient A I'ame- en meme
vaient recolter dans enr rl oration des cultures et les triple les ca
*S as particuliers, leui per- garantissaient centre les vols Le mot C
S lent hcilement de se et les depredations. religieusemi
i t'rir. Les loisqel rgle'ents Aii ne 'crivait le baron verain au si
culture exigeioenit, en ft de Vstey: Un people doit toni. lorsq
I str chaque abilrtatr la suffitre A ses principal be- I'Epe, preo
I ts.vlvres s.o ib moins;s'ilattend detranger oueohles a
lmhlcnt avtc coll das saubsistaoce, ii n'est plus Commenlt
r~*. Dabs 'habitatin ro- maitre de son existence, mais rable essor
eLtdtlloe laR sins, il la lui abandonne s. Le roi, tre Pays, d
t 1 ing dehs cha s de non saeulement De prCtendait richesse ?
__'_______ _a__ orie__ n abandooner a de son
; 1^ ~Roy umne ni de seo droits -
l luldodt la fiere devise 6tail: Les Laina


I-umeInle. rDieu, ma Cause et mon Les sole
I,% Ep6es-- mais encore, de oute nom
S. L sa volo*t tendue, ii les aug- LIt garsal
ILlU mentait, les lortifait afin de o
SleslWguer plus puisants A son Se trouvel
SAvec ce mouvemnt bxcea- fils Aussi donne-t-il toute son CRhPATE
i qu'tll y a ttBation an dEveloppement SI
Io U P progressit t intensity de I'A- 43, Rue, Gr
1 LA PAINSINNE ,griculture. L'Article 49 de la Envoi de
l t t ,r j.,is '. d, CwMi rtlion 4 1407, dEclare chaque sales
mhe^ jor sd qu: a UA1~g lpiture, comme et Maisons d
it Iao le pro1i er l # plus noble et 1ent.
Li o wl, ue p us u led lqsje arts,
)era enc j rot E. P n
I*Bi4 no .ELnt1e3e pap
grY S Ln, qt* ,.ette-ddiudebdes, ,r4Cieme its, il WW ..
do'" recvr"ar. /prche, d'exemple; selon sa Vitonent
de recevur. couume. il ait. Avec Ia plus Joe o
1 A' PARoS ,EAE scrupuleuse attention, com- cles "ar c
I irgad'Roe ot Miracles me ii fait pou Ton IRoya.- p lepefi
i ~, p~ de pros il surveille Iex- oge am
"a-T > A


I


tophe,










e ses nombreuses
11 ne lui suflit pas
dans toot le lo-
nciennes cultures,
imente de nou-
ricullure, grace A
un novel essor.
Sl'annee 1817,'1e
ip. Henry, seule-
u c re et en cat6
argument de plus
tddBte bfitiuents.
reux essays ont
o pout r6colter do
e, de r'avoine, des
lerre. La proprid-
lans la plaine du
9. d'apr6s les re-
toyaume, produl-
aUis de tres bau
t 71.302 livres. Sa
es Delices de la
nait en moyenne
es de sucre de
a 1830 ce chiflre
a 60.000 lives.
choses, apr6s Ie
ainsi atomb&es J.
prouver toute sa
our l'Agriculture,
ua une fete en son
a fixa au 15 avrdl,
e la saison des
et des semailles.
a cour it visitait
s, Ie" animaux
d6cernait des en-
its et des prix :
at, suit en mat6-
onn6. En ces ter-
n de Vastey jinvi-
patriotes a inmiter
n: a Que chacun
ez soi, recomman-
sque nous avons
ou plusieurs pro.
nmme esprit d*or-
mmie pohtique et
nous avons d'aus*
examples; emplo.
ipitaux A bAtir des
nes et commodes
oger; employons-
ructifier nos pro.
procurer A nos
le mobilier ne-
indispensable la
e I'agriculture. En
si, non seulement
us conserve nos
ais. .. ils auront
ouble et le triple
ur et aous a irons
temps double et
pitaux de I'Etat.
I'ordre donn6e est
ent suivi: du Sou-
mpli cultivateur,
u ils ont depose
nent en main la
oc de la chrrue.
!tonner de I'a1mi-
qu'avait pris no:
e son etonnante



ges Excolutes \
*Aloe hauteo
mveaut6e
lturo* frahde
uatu*
at chez:
, COULON & (.
'RAUSS
en6ta, 53- Paris.


Le discours

du nouveau

Substitute

Mercredi dernier, au Tribunal
de ltre instance, a eu lieu la
preslation de serment de Me
mm. B. Armand,nomm subs-
titut du Commissaire u Gou-
vernement en remplacemeut de
e Delille.
Cest M. le judge Vilgrain qui
recut le nouveau substitute. A
cette occasion le magistrate pro
nong une allocution d'nne 61e-
vation de pensee et d'une no-
blesse d'idees qui lut ecoute au
milieu d'un silence od se devi-
naient de l'admiration et du
plaisir.
Apres les paroles du Commis-
saire et de Me St-lort Colin, au
nom du Conseil de I'Ordre des
Avocats, le substitute Armandl
prononca le discours suivan'
Magistrat,
Monsieur le Commissaire,
Mr le Re prsentant de I'Ordre,
Messieurs,
Le sentiment de la reconnais-
sance etant le premier devoir du
coeur de I'homme, permettez-
moi d'adresser tout d'abord A
Son Excellence le President Bor-
no lous mes remerciements el
I'hommage de ma plus vive g -a
titude pour le haut temoignage
de consideration qu'ii vieut de
me donner en m'appelantA cetle
function d'Officier du Parquet,
Je saurai m'en rendre digne
et par I1 justifier la confiance
qu'l a bien voulu placer en moi.
Je suis tres ier de laccueil
sympathique que vous me faites,
Magistrate, Mr le Commissaire
du Gouvernement,Messieurs les
Avocats, an seuil d'une carrie; e
objet, de mes rnves les plus
cheers.
Le sermeot que je viens de
paiter a pour moi toute son im-
portance.Il me done I'investi-
tare necessaire pour consaarer
toute wnon activity et mon de-
vouement au service du Gouver
nement de la REpublique.
Je ne dissimule pas touted Ia
di ficullt de cette minenlse onc-
tion. C'est une tAche bien deli-
qui vous eat devolue, puisqu'elle


Catalogues gratis,
'6,auxN6egciaals
Ie toutuc seulee


We Season
to do Cmtr
larriver :
ir Iloteries, Arti-
reche : Jesus en
fages etafaiiufx
nkesigir-.


JEUDI 2, NOVEMBRE 1929


vous appelle A decider sur I'hon
neur, la consideration et lee in-
ter6ts de la collectivite. Mission
redoulable s'il en tut, qui recla-
me le savoir et le sentimenl,tres
net de la responsabilite.
Les onctions de ju licature
sont des plus delicales, on ne
saarait trop le repeter. Assurer
dans un pays une bonne et sai-
ne distribi -ion de la Justice
constitute one des bases essen-
tielles de la ppix soci.c.
11 taut avoir en soi le constant
souci que la Justice doit etre
loujours imp..rtiile, que le Ma-
gisthat, et to te occasion, doit
pouvoir se a o iner, s'abstraire
en qvelq.-e soiie de son milieu,
et se rapp~te.' que la Loi seule
est souuvraine, et qu'cn tout
temps et cn tout lieu, le Magis-
tral vraiment digne de ce nom
ne doit jamais substituer aux re-
gles tracees par le CODE, ni sa
volond; p.opre, ni le desir de
plaire ou de rendre service.
SC'est done une ueuvre A la-
quelle lous les citoyens doivent
Otre fliers de concourir.
Pour ma part, ij'prouve en
Entrant dans la carrier, une 16e
gitime Beite. Oui, Messieurs, I'ai
le droit d'alflrmer ce srti'iment.


. En taisant appel A mon ectivitt
eih n connue et A m e


oin



... a rencontre, lundi soir, an
Champ-de-Mars, un ridacteuar
d'un do nos iournaux, avec an
fanal A Ia main. 11 ne oherchait
pas~comme Diogene, un hom-
me, mais un garden pour sor-
veiller les matniaux qu'il a dis-
poses sur une propriedt o6 il va
construire. Cela aurait et6 plus
simple de laisser les matenriaux
au Magasin d'oi it les a fait sor-
tir quite A les acheminer au fur
et A measure de ses besoins surle
chantier. Mais voilil I'homme
qui les a achetes A credit, crai-
gnant que le commercant se ra-
vise a prefrme emporter ure fois
pour toutes ses ma;eriaux. Pas
si bete. Soul NOTRE (EsL a de-
vine pourquoi, au clair de Ia
Inne, cet home circulait avec
un lanal qu'il tas-aii balancer
rEveusement A sa main droite.
*
... a vu un attroupeinent au
Champ. de-Mars. Clailt A qui se
d6pechait un mo men ent apres
pour se rendre A Plazza-H.itel
ou I'on trouve des boissons fines
el de la creme A la glace supe-
rieure.
*
... les a vus pCnetrer au Pre-
Cat-Lan. 11s etaient citnq. Et tout
de suite une discussion s'enga-
gea. Qui des cinq paieraitl I
tournee? L'un apres l'aulre ils
refuserent sous le pretexte qu'ils
n'avaieni pas sufisamment d'ar-
gent. Alors l'un d'eux, le plus
intelligent, sans doute, proposal
de se cotiser. Ce qui lut accepted
dans un cri de satistaction g6-
nerale. Et chacun de sortir son
petit pecule. II y en avail un, le
plus jeune, qui n'avail que cinq
centimes. I lle cuona avec os-
tentation. El lI valeur utteignit
huit gourdes cinq centimes. Au
moment ou on venait d'achever
de la compiler quelques sous
tomberent sous la table. Celui
qui avait donn6 cinq centimes
se baissa rmass la la menue
monnaie et come il y avail
parmii elle une piece de dix cen-
times americaine, il 'empocha
paisibletnent. No'rHt (EIL sJU-
rit de cc pe ;t image qui n'E-
tait pas tries eleganl. maits qui
rapporta 45 centimes de bene-
fice au plus jeune tie la bande.

.. attire d'une flaon loule spA-


le President Borno que je consi- ciale attention de la police sur
dere A just titre comme un de I'automobile Dodge qui porte Is
nos plus grands Chels d'Etat, num6ro P. 3156. Le chauffeur
tant pas son savoir que par son de cette voiture la lance, lesoir,
rare prestige, sail qu'il pout A fond de train dans lea quar-
comptersur mon dbrouementet tiers les plus populeux et de
mon amour du devoir en routes temps en temps it s'arrange de
circonstances. favon que la voiture produise
Son Excellence le President de ces 6clatemenls formidable
Borno esl un de ces homines de qui so.t, dans le calme des nuts,
qui I'on peut dire, sans se trom- comme des coups de tonnerre.
per,qu'ils honorent les lonctions Les femmes en sont transies de
qu'ils occupent autant qu'ils sont peur, les enfant effray6s et bien
honors par elles. des lois, ces bruins re6ptls aler-
On dirait qu'il avail e l cre6 tent les gendarmes des quarliers
pour la function, tant il y ap. o6 passe cevandaledu volant...
porte ce sens avisE des choses, *
cette large comprehension des ... a vu, avec plaisir, au Grand
realities, cet amour dbienu- el France, un briquedes
blic, le desir et la volont6 d'ins- plus pratique. 11 est applirfu6 a
taurer dans ce pays, nagnere l'une des palissades, tout pres
boulevers4 par des convulsions de la caisse. Los clients qui vont
revolulionnaires, steriles et cri- prendre un cocktail dans ce
minelles,un vrai regime de pro- grand cafe, le midi, ou un ra-
gres et de paix feconde dans tratchissement, au crepuacule,
'ordre et le travail, pourront se payer le luxe d'alll-
C'est 1A son plus beau tire de mer leurs cigarettes avec oelte
gloire, malgre quelques voix allumette mecaniquequiestd'ua
isoldes de polticiens A I'Ame per usage facile et qua est, en outre,
verse at travaillee par le vieux tres pratique.
demon r6volutionnaire, on est .


Veir smite em 3twn page


The Royal Mil Steam

Packet Company
Le vapeur aSea Glory venant de ingston et des pors
do Sad est attend h la Capitale vers le 24 Novembre courant
preDant fret pour I'Eu;ope via les ports du Norld.
Port-au-Prince, le 16 Octobre 1929.
1. J. Bt-ilo,
Agent G6nrai de la IRoyal Steam Packet Company.
T6l6phone, 2311.


... a vu, hier martin, au Grand
H6tel de France un do nos sym-
pathiques commergants, gros vi-
sage en forme de pleine lune,
Ievres minces at coquettement
rasies qui, comimod6ment ,.,sis
A une taDle savourait, on .ice
tild patron, tine asalaise, uagr6-
mentne d'un avocat qui, A dis-
lance, semblait '.l chose la ilus
ragolfantedu monde.E )e.coim-
mcraiit availt *j1|A d6jeune avant
de desct tnOc a son .lniagiln o4
at d,-bit Is ,i ai.Ii i u it. i It ,lius
Ilygle ,lAuur Lui ,-o i ci: c .ita
bouul'lrtllte u c(tv, pial dutu a
tin qui est une spclahite du
Grand H6tel de France.


F ORT!,AU.PUIN ATI)


N.e sufir..: pasa ne lein o-
cbre rieel liq lec NOIROP014. de
l'Onerie, de I'mudarp. Otie le s lin n
*~lf5 gems airul Iussi I euerqir *ItJ
bien, qauelc hbns c io\ep n tie
sni, gquad iiHle laIsm I er udaC
IONTALEMBERT


_ __ __ __ __ __ I --


_ __ -se -~--,-,-.
~_


.l


__ __ __I I_


~111~ -


_ _


1


r4
'?~ jrh:
~C r ,-









LE MA IN 21 Novembre 1929


mmo m


La l reve des etudiants

et les journaux americains


tNiver'. joulali t '1 h' Ilatsi aa I"t. '
Soillr Oect'tlpi"s (tv I 'l III cli (111I.;ai11
plIs dee hIu iii .t' 'itr', tungloigan dv Icurs
Cours les MMtttititt ide nos daverses
facuIt~s. .\ I itre 'tocitietaitre, 0no01
publions l'i'I". Ies ( tiques a ill-
lormations suiv tntes esiraitec% de la
presse lmiricaite :
Grfvos en Haftl
Lei eludiauls cii broil t ell Suieiwes
Se itliqlilt eic(ux de I'lchcle
il ;,aericIultore.
SE~t~RVICE or: a AsSOC:LATEDI lNiiS"
Port-au-PIrince, 7 novembre.
- Les ltuidttatS de etaietle mi-
tiondle de Dioil ct de 1'cole des
Sciences AppltquCes, celle-ci
etant unie hisiilluliun 1)rVve, ont
dJscrI6 tes cowrs aujourdhua,
par solidaribe pour tes Otutiants
Ermvis'ei de icecole d agriculture.
es gri-vistes sont mneuis par
M. Juslin Sam, fils du prsident
Sp(in, iui6 dlas ue cilleute en
191.5, quuad it eut oa dotnO le
massacre t 1 i pa'isoniers poli-
fiq~uei el ; )recipilit Vinterventioll
Les auloritjs sont gtntFalc-
enteit incertlaiti2s sur ha Cause?
exacte de la grcve des ltuditats.
Ceux ( I'i .5s I Fotuvc nllI dt ( .11 s
6coles du gotiveruclillellt l. ckci-

Uxaiei l'Cl tIMI'ItttLAUt gi iSLIM Ci

Ils Cout S v 11pji aylit. aal:aaS ia-
tenant, Is dii ucitU ii Imyu-
IlUCea ISUl jt lctlct'IIILtI IMC OUI it:
p)riVII( ge de 'crcxvoa r une t'd-
lb ioi.


George F. Freeman, dlirecleur
6iinral du service technique de
'agricullire r6duisit les credits
S8.0110, if paya la diflirence en
argent aux etudiants, en change
de trava ux supplemenlaires
dans des maisons de commerce
ou dans des fermes modules.
Ce changemnent lait bas6 sur
I'id6e qae le travail pratlque et
le blit pour les etudiants d'avoir
A gagner leur vie, serait pour
eux la imeilleure preparation a
Icur carriiere. Cependant, aprls
in mnois d'essai, les eludiants au
ieu d'accepter d6linitivenient
:e changeineni, ont demand(t
(ijle le montant des bourses soil
augment car ils ne voulaitnt
par travailler en dehlios d s
cours et pr6tenIdaient que I.s
10.000 6taient deslin5s a dos
bourses sans condition spLcialt.
Leur ulti natum ayanit tt~ r c-
jeil, les clut plants, au lieu dt
prentlre le camion qui les ra-
Iiine lous les jours de I)amien,
siege de I Ecole Centrale, situs
I .) miilles de la capital, s'en
revinrent p)ied. A li g lre (da
Nord, qui se IroIv'e aux aboelds
de la ville, la po'ice dispel ,ia
los grovistcs' sans dilficultl. Les
jours su aivils itrent calaiues. A
i.i suite d'une enltrevue :ivec It
ii1111 trt ik Ie't-duciiliril l de .-
aI' aatal ac lii M Clitt i'lcs l i -
aria'l 'ilt, nla liaiit' (l' laillitanuts
:ic- ;'l. a 1 aIt`' ''i.. it i l)t ien,
ilim. les gryvistes repuitiereun
leur coinite et choisirent d'ai'-
tr.es repri'seclitants.


Le jeuIint'S,1111Wa pas rki.SS1a Ies j)l IoutiLauX, d'accord Uvec
persuader Ics cudwaaiis du cui- le minnistreont lanct un appc4l
lege ramicdal a se tiUXre coais$2sldlain aux gre isics de te-
grevisies. L'&coie dUaga icilture a o'urner ii tNcotle pour y rcgier
#t6 Icitier e pa' r )frtt dii ntltlts- Ie t file0rend.
ire Je Il tistnuction lputlitIuce, NI. Les etudiazns li enM&iecinC et
Houchacreau. ltnI) rot oait w cidt & ne gii cve
lu-'. iessoclaitiis 'it"udialAus (le isoidarit et les itencurs,
de Saitnt-o)oullingu ()ItI enlivoye rIMI tCS(nls.1e ustin SJIin, &Ct-
U:t(' .(kt111111ttIlUi .0' ntMix ; gre- lorcenit de looicina uiie awssoclaa
vtsle'i poiut. It.e- a-Su. lI. o itir lon nationale dCtudiantis.
soulieit. It ify a pis eu de d&C(:! ( nfitiit, aprls la Inesse c0
sordre. 1Ihree a Ia calhudrate, les ctu-
Ililtns grettvistcs se soul, ttvres
La greve des 6tudiants sans autorisation i uric maui-
haKliens Itslattoti ( ul ja parcoiru tes
Lx oimimseeol prilud dteI I'aItIlemller pri ncipales a'ues de la valle en
Si~ua. i'. tw L)6 AksNO(c.t 1'tPiuu:ss bon ordre.
lPort-au-'riaice, 8 novemnbre. tii coilitI de trois citoyens
Les 6tudian's dII college ru- notables s'cst r~uri pour re-
tional tie $dect'if otit ahlia- clcarctiernate soluttOit au-onflit.
donnt k urs cours ca itati pour'
em solidariser avecte s Ottiituarts
gu~vistsc Idceole W'agriculturt'.
Iller (U0j~, nioull; vions annonci
scienets s tiliil t joints :0 i)
('est hie'rS S i' it'le' Sest 'v'.. 'F i'm c it'ile IC a I lire
duit le irelnier d& so'c-lre, qu.itd Ics l Il(ttii's tL I t iS lt'tt Stil
pros 111, 110 1ortasomiiits, NCOIIiI t. a vit ".u'It c s55( Ill201~
r iss (Itiolqites olu2 imi ls, oiin l'-
.16 damus s arues 0i j V Ides l OiI 1. C C 'ti)ASi ia'1riit'r
pierres co irec Ia Iia 1or i Me 1. ats .( 'I
Tresa m itr, ea11r 'tina'a' 1dv NI. v ieu x d~jA :Ie pl a(sic irs si&Ies
de I'a"1:1 tatti-C. Qi;l(atO' I oiiaatrc't ijeuiiC
d~nias ,if l&ate tIc i srhi Jis-
Sur ptd.It', Si [t rn1"lu edie I)() Ivail
Lea chle dii mouveenet s'uI- iWA'sittle U il\x vIdillions(Ce
lorcent &! ,,imu un" Isl 1.- Ill(I i viilirat ,ible
tiotl natiirinalt dl W udiaaats, d'a- 1 ill It a Ihnfe IC(jilt, fortoi
menend' le-; VmilyluiO (II I gonvvit- lcalscaai SC Soliciarit
nletnent A S st- 'tl It 'a Ill 'i tiI i i c ii i S lte s

Il. *I -,IiJl~re tie la uliclitati(;v-sdese
e t a,!, I Ire 01 1 Sy I I I iI 0 (sItIlalijtau s. cortmtmueieIa urner'
(thlanld. v (Ic LnItr'(Itic h'i i (t'11 F l Lotilde u 111 catle a-
L'u r Ide lta trir's 4,1 M It)%!rII



Sal), i dulirmtnvus S .till o
t n IaJiashice imtis iLt', :c lulI
0 ri ll .'.Vo I le tVL'.l' ul'-rait itl) r l es Seca iarints
mentit\.t i orimaer Ltaw conIc M ~i )ICde ieveIIIail(' littlaw It' "(I-
SitU t l Wea11' iP0 cpur i' aui nclr VCO niXll xtj at umms I' 1)tf IISpe"-
le hireon iuddc Lis a c(l~tiiitlorisve't rlse sLIIpol'ur I'es OtilVs e
des 'i utuiake lri:'aver A ullti'uta Cs. 1a tok'xaince, la ctil.a-
accord. Iai
Et~it ants Ha~ltens
I-Ititlosl. tent t' titteuia Oil III
afi iil 11' i de i Ijue I 'll. li Iisp a r-ail ac Su rlt' Icgesl d ill CXO '


Stm in i or' tj.Assot iull itt ls's.
Port ,.-U-P rilctv, 10) noV. uult t .
- La gi'cV (Idsi tiuI':i; -. dt'
I'Icole cc-iii a a (Ic AIo' ant nst( A
de l'oiP2 itttitu lait'C csi c r-girt
leg 1no .,;11cs 1 ito IsllIs c ao11
ture 6 '114) j .'ilnes gt'll CO(lIS-1
tue voul.1"k Ila. uO O~cllch-tout
flouvcan.
Dei1 os soa oralgine, In gr',.v a'I
etW minnlu6tP parti' ott (0(4' r-rina-
tit. Ceiwudano, les rgvi'4Ies oii1
fail pii( wvtd'umIe -,ult tit vit -;
tatite el les salles iii' co!I, Il
mcure'. 'Atscrtes i itcpit it,:31
oclobre.
Cellt'. gttv. c rene on 'fml sa a
C'IIIIa-IL LAus' Uli !icdluction des
~,(,~ir~ 'till 1' 10,0100 do sco
I. is t:V& I I tal Li I ~ be I
mjanilmn 70 bourtsts 1 15 dollars
d'environ par mois, bases sur
l'assiduit6 scolaire -Quand ie Dr.


. t(I t' cete ti'cs.~Ce alix
\ C'x lba; (l('s. L.a tI rre devienll
tiiil i!ihabilaible.
.\'innIortr, v 'hoinie s'a-
1 r ili' c :'i poirs liiltede h.liiiii -
C ptai'rc qui'il esi (ILo iiit'en(
*;i! I'n;tsoltui qui lul esl sutl.g i'r
par son espilt.
1 nle Feult pas se rcsigner ia
an.lititre que tout ici bas est
trelatif', approxinialil el con.
' !n1i(i el A P
LA PIE



6466


EsI't d 'r.i ii~our ,'ripper, re-
fr )iiissce'nat' !s.,. h'eiiye'ii, Ihie tief
-e et ptus rct.*tller.'
.%I 7 phis rappkle reintdc


tiv-, & ,.u uu! u ip us iI liln Les
quite Ics hotinuies.

I.e Prin'c de illeV s il rill irl
pou1ir I friipiie
LONDI)I";S Le prin e de
Galles va maugurer lu nouvelle
an .iitr e par do gilrin(ls chli.is'cs.
Les journi:lax de Londres an
SI:oncent qu'il loit reti;unc r en
Alrique ati inois dle janvier Iour
achiever le voy:ige. qu'il dul iii-
Sterrompnlre I'ainne terniere lors
dl la Inaldi e te son prire, le roi
Gcorge V. II ira irobablernent
S d'alorai iLt (C'p ti de IA vers le
nord pouir chas','r les grosses
Ilia&ctrs. 11 retl era en Anglet rre
en avril.
Au pailis dc St .l mes on an-
P no)ce qu'iavec I'approtbaioti du
roit ieorge el la reine Mary, le
prince prtlirait pour le ct.ap le 3
I~l-vier


La ( beuverie o
de Wall Street
.e direci l ur tndu illard I16el
cousn iqii devanil Ie uir
\VASllNT()ON- ,M. Frauk S.
Igligt. irecleur du Willard l1o.
1cl, oi t'ut lieu ce que le sina-
tcIur I ouklharl appelle a la beu-
v rie de Wall Street )l a i
Sprit par M. Rover, allorn'-y de
distrlicl, de coinparaitre lundi
dcvant le Grand luiy.
SM. Hover a dlcialla qu(l avail
ldeiImaide A M. Hliht d"aiporter
avec lui .ousles documents pou-
vant se rapporler au banquet.
M. l'iwarl IEl. loomis, presi-
dent di la L-liith Valley Rail-
io.,., a) cepte,sur la demiande
tie N1. Hover de compa. "itre lun
di.


Le s6naleur Brookhlirt, corn-
Ime nous I'avons Indiqutnhitr,
'urnit vu M. I.ooni;s buvantnne
boisson alcoolique.
M. O-o Kahn, finance er ,:,
Ntw York. etait aussi ij ,
ce banquet, mais M. lt., i,,
pas dit s'il le convoquhtr:w.


Le 11 Novembre
**77 Idu ( Tijgre A
11 recoil lee velrans lemdetns el
leg#ntral Pershing
PARIS- A I'occasion de I'an-
niversairede I'armnistice, M. Clc-
menceau a &6 IhcMe d'un petit
group de viterrins originaires
de la Vendee, sa province natale.
Cette delegation, venue po
lhelciter le grand home d'EtaR,
lui a d6clar6 : Vous avez pr6-
pare I'avenir de la paix, de la
justice et de la liber. ,n.
M.Clemenceau, profondement
6inu, a lenu a recevoir les v6t~-
rans debout. en d6pit tle ses 88
ans el de sa recent inaladie.
( Je vous remercie des mots
a i in a b l e s par lesquels vous
in'hiolOrtz, a-i-il dit. Je suis di-
gle d'eux par ines intentions.
Quant A mes actes, je ne sais pas
ce que I'avenir leur reserve.
Je suis prolond6ment einu et
je vous reinercie protondlment
de ioult ano coear et de tout
illLn esprit. Jeveux vous donner
reCinez voi.s pour I'annee pro-
clhi te )).
Le ( Tigre ia maniftst6 alors
qiuelque hesitation; il paraissait
triste et troub'~ en ajoulant:
A inoionl que je ne sois plus
lii ,.
D)ans I'apres-niidi, le gCneral
John J. lcrshlinlg :a lait uue visi-
le ia M. leneniceau. 11 I'a trou-
ve alerte et plein de remmiis-
ccices. lis ont caus6 brievenileit
de la guerre et des relations
tri IIco-duleIal CIlnes.


M -nifestations
antifascistes
ih'le cerils einerq!uinuecs wauiies.-
eIal devaant I cousiilit d'italie
NI'%-Y(ORK Eaviron 200
unticlsates It a 1i e ns s'0taient
inlim ,ss, hier, vers midi, dans
Uiioun Square et, i montant la
,22 rue, b l:nierce depioyes, viin-
i e I t nlanitiser bruyninient
(lv:att le consulate d'ltalie, aa
No 20 Est 22e rue.
i)eux policc-'nii i avertis qu'iI
y avail du ( grubuge ) au Con-
sulat se pri' i, i fint, matraque
en iinaiii, et ail river itt au in -
in21:n oi les ilanfestants, hur-
lant des injures A I'adresse de
Mussolini entonqaient la porte
du bureau du consul. Its appe-
hlerill en toule hate des rnilorts,
et les nanilestants futent rapi-
dement disperses.
Le personnel du C.on s u la t
semble ne pas avoir pris cette
manitestalion au tragique ; peu
aprls I'incideat, le consul gone-
ral, M. Grazzi, alia preidre sun
dejeuner crmine de couutuie.
Oiaze arrestations, doint deux
fenines, out l6M operees. It pa-
rail qu'au course de lmalmanles-
lion, les lemI nes se sent riori-
Irj't- c lq ii1 fIiII i l iib u i>. l ..nfa


t .. -..

Veorz comment velre pcau pealnt re
malurelleimet belle.

(juRnd la foudre et 1k roige
south apphlqus sur uoe peau pio-
pre, seutement use parties en de-
meure & la surface. Le rests centre
dans les p res minuscule du vi-
sage, s'y accumule et durcil, m616
a6x sections de la peau, aux
impuiel6s. & la pouss:6re.
Vous devez eulever ces petits
depots chaque jour pour emp4cher
que lea pores ne s'elargigs .it. Les
impuretis n un enlevees infectent
Ses iores, et is en r6sulle des la-
c the. de roussear.
Nettoyez vjlre pean de la laSon
Suivantie atin de conserver sa belle
contexlur,, et sa cou!eur de frai-
Sl ur irradianle. Dans ce but, ser-
vez-voub du Pa motive, un savon
tii e ltouvent incorpordes les-
huiles de beautl saus prix de pl-.
uie et 4'olive qui pO nrreot et
nettoient & fond.
Ce que vouasdevez faire
Le mutin,A midi et avant d'aller
au lit lavez voltr isege tt votre
cou doucen a avec le almolive
rnfraichiisau., faisant entrer dans
lcs pors ptr le mass ge la creme
nloussselse du savan |Iinccz bien
ov c de i eau froi e Stl z com-
pliann" nt.
hEilez I'trrrcur
\ em'oye/ ai dJe sitva' o Ii-
nai' Jdeun i iailen t i.l .qP i
ei ,-.sus. Ne pen (.z p;s ,Ijie


3. WIM


Le savon
IPALML'VE
e'cst jamais
t ,ire cuve-
oppe de pa-
-pier.


J. D. MAXWELL et ,.c,
1619, (Grand'Rue), Port-au-Prince.
Sculs distributeurs pour Haiti.


LA Mjison Paul L. AUXIL A
vous demand A venir
viiter ses marchandises frai-
ches et nouveiles : sans enga-
ginent pour vols, vous dtes
lile d'acheter on pas; mais
el!c veut qiie vous soyez au
courant des belles et bones
ch,'ses qu'elle vica. de rece-
voir pour vous.



Necrologie

Des Gonalves nous est parve-
nue la nouvelle tie la mort de
I. Charles Adirian Van Booklea
Nous pr6sentons nos sineAres
condolant es aux parents eprou
ves, particuli6rement A noire
collaboraleur M. Stephen Alexis
don't le delunt etait le beaur6-t-
re.

A la Renaissance
Nous avous appris avec plai
sir qu A .la date du ler No-
vembre 6coulk, une reuniou
des anciens membres de <,La
Renaissance a cu lieu au
course de laquelle il fut d6cid6
de prendre routes measures
utiles a la reorg nisation de
ce cercle.
En vue d'y parvenir un Co-
Comit6 a l6e forme pour g6rer
pendant 6 mois les intlr6ts
de la Societe. II est compose
de cinq membres dont deux
ie la section feminine.
MonsieurJoseph S.Salomon
est charge de la tresorerie.
En ce qui concern I'ex6cu-
lion des dispositions relatives
A la discipline interieure,il a
ete 6lu un comite de truis
membres.
N )us souhaitons qu'avec
cetie nouvelle organisation,
ceie interessante socicte re-
vive ses beaux jours d'autau.

- W. ----I-

Philips Radio
Port-an-i'rincc, !e )0 No-
vemblre 1929.
AVIS
La, Philips Radio (6sireuse
comme toujours de donner
satisfaction a son aimable
clientele et a tous les ama-
teurs de bonne niusique;preud
plaisir a lea informer qu'A
partir de cette date, vu la
grande extension apportte -
ses ateliers, elle est A meme
de r6parer toutes esp6ces
d'appareils r6cepteurs pour
Radio connus en -laiti. et de
fnurnir ausss toutes pieces de
"'iange pour les maroues
all- r'ciicines.
PHILIPS RADIO


Pour UO nouyeav lostre
do Ie ebovelure
-0-1


Les chimistes de 1'Exelento
dija reuomm6s pour leurs
remarquables contributions
apport6es a la toilette, vien,
nent de couronner leurceuvre
dans

LLxelenlo
GLOSSINE
Une petite quantity de cette
delicieuse preparation appli-
quee sur les cheveux tait res-
onrir leur brilliant natural et
leur vigueur, en leur commu-
niquant un nouveau lustrequi
vons vaudra d'etre admire
par les messieurs et envi6 des
femmes.
En vente chex tons les dro-
guiste. Pour 0,30 centimes
sculienent, il est exp6di6 d6s
reception du prix.
EXELENTO, MEDICINE
cOMPANY
AI'LANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents Jemanaes pour tous
pays.
Kcrive pour retseiCnemense.




Avis
Le Commission Communale
de LUogane done avis A tous
ceux qu'il appartiendra,'-qu'il
est ouvert un concours ,our
la construction d'nn abattoir
en cette ville et invite ceux
qui veulent prendre part ce
concours lui taire parvenir
leur project au plus tard le 20
l)6cembre de cetle ann6e,sons
pli cachet. La r6f6rence se-
ra accordee au soumissioa-
naire qui aura present6 le
meilleur project.
Pour tous autres renseigne.
nents on pourra sladresser i
la Commission.
H6lel Communal le 19 No-
vembre 1929.
Les Membres,
VULCAIN & C. DIMANCHE
Le President,
J. AZARD


S' pectacles


WWrA -&-". .. .-1.. 640 .OffwM- "

n'importe quel savon vert, ou un
sivon represents come 4tant fait
d'builes d'clive qt de palme, soil
hl, mOme ebose qlbe '- Paltolive
Dans volre prepre ia'erw', A-u-
r z-vous que le savon Palmolive
que voui achetez a la baele ooire
et le rmot Palmoliv,' en letire d'or
l'enveloppi jeriP,et le s:eau rou-
ge derribre le savon portant le mot
Palmolive.
Le savon Palmo'ive n'est j imais
vendu sans entaloppe.











Le .?e;l se, ret de Palmo'ive est
soti melange etclueif--e' e'est un
dea seOr ti de beaste sans prix
dans e moinde.
The Col.ale Palmolve Peet Co.
Ci.icago. U S A.


CESOIR
Grande Soir6e de Glail|
le jazz jamalcain:

dens sea ddnsesete

Mon Paril
6 parties .
Enlr6e:

Vente i en
Vendredi 22 Novems
11 sera proc6dd Y
22 Njvembre 1929, A
res du martin, Rue
vis a vis de la halle
la vente a i'encan de 1
de StWarine, 1 caissf
nant des chapeaux
mes.
Montbrun E
iEncanteur publiC

Com agnie 9 nqd1&
.ra satlantl
Le steamer a
parti de Bordeaux le
rant eat attend i
Prince vers le 25 cOe
11 partira le m6ml I
Santiago de Cuba l
du Sud.
La suite de 1tii,
fize A laarrivie dupQ

Le steamer Aufl"
tendu A Jacmel le
rmut pariira le mir
pour la Guadeloup
tinique,via Santo*
San Juan P.R.
Le navi re praF1
sagers et dout
pe en traUsbord'
de.France.
ce .16
E. ROBELIN CO

OUS livroUsie
holilli da'ns'
reaux en ville. V00
qu'a aous dire vot-
LAITERIEBA
Td16phose2


CONSEIL de BEAUTY


I


_ -- --- ~ .-- -


b-r-- w--


- --


1I


Pariu
CE SOIR
La Pohar -s
( Suite)
USssette
(Suite)
En(re: 0.50;Balco
REMAIN SOIR
Un grand film inidit:
La Sulraitle I'i i j
avec France Dh61ia el
Levesqge.
E itre : 1 G. Balcoa:

LI GRANDE PARADE A
It n'eet certaineasi
tarit pour noter Iim
tr6missant sucr6s a'
dimancthe soir, i
tres sentationnel
Grande Parade. L't!
d'une des parties, de
bataille de Jutland qi
prices lee deux plus
tlottes du monde, eat
plement merveilleuns.
d'art d6ployde pour,
lub'eau est presqu'ini
Aussi le tilm a-t-il pl
public qui est sorti e
Paisiana et reconnai
male et sympathique
ce qui venait, une tois
de lui fare vivre une
intense etinoubliable

LA FWIrE D8 SAI-NTL
I 64KVZA6UL -
Les prparatits pour
~ue les 6elves de Siiot
G o.zgue organisent I
mois continent avec
d'entrain. Lea pieces m
oil ira A cetle occasion
licicusement et int
inlt rpre6te.Ce sont Ie
Ml, les Deux Aueugles,
depuis Wagram. Ceu de
oieres comedies out t
jou4es a Saint-Louis de
gue et tout le monde 'I0
vient du brillantsoccu ktf
avaient ob'enu. loatle l
done que la FPee duo30Nr
bre est appel6e un imoatia
succos.
0


--- ------- --


no111"7


PA il-,i,, -- -.1"


-







L&- M&IIIN N j 2&Noveiabra1929


n ow= = -- -


7 m


Toutes les Polices

DE LA


,I


I


comprennent la Protection centre li

Foudre sans augmentation de tau



iEuq.LeBosse#Co


Agents Gen6raux
4Jea vn e~ alli u--- & .


SVott ayvons refu la leltre sul-
evec prirre de publier:

L'Affaire

es 1tudiants
Eni IEMPRVUS

Monsieur le Directeur,
IL'on a eu raison de dire que
thistoire des Atudiants de
ni nous riserverait les
tranges surprises.
| lbord tant de questions ab -
nt t.rang6reasesont gref-
r la question initiale,qu'il
I & l'heure actuelle, bien dif-
|ile de discerner exactement
| i constitue le fond meme
SB maconlentement des etu-
SN'a4.on pas enlendu, entie
Stam choses, le president de
rAuociation des Membres du
iCorpg Enseiguant s'emporter
SiVecson habituelle vehemence
irmlUk centre le Secretaire d'E-
*t de"Agriculture et lui ddco.
;. 'ihdtes. Parlant des membres
Tu Corps Enseignant, institu-
ber lui-mame, le president ot-
ire I, en verite, ua bitn bel
atesl de discipline et du res-
pet qui, dans tous lea Corps,
Veire dans le Corps Etseignant
doit.tre la r6gle absolue dans
Ichuole de la hijrarchie:
| *..,Bouchereah est vou6 aux
Up91Psies. Et. pourtant des Ic
but de I'affaire, le Secr~taire
ata, de I'avis de tons ceuxqui
mIotenot la question sans ar-
fe pensee et sans parti-pris,
mi tl quo ce qu'il devait fAire
a am circonstance : chercher un
I irn de conciliation tout en
=mVeardant d'abord le prin-
e la discipline.
u dernier encore, ( Le Nou-
islte,,qui ne se soucie m6me
de conserver dans sea cri-
us quelqu'esprit de justice
9 d'nimparlialit6, faith une ailu-
".lUI assez grotesque au sujet du
,' e de la loi cr6ant au Dtpar-
i~lent de I'Agricalture la di-
SEnion technique de Ensei-
tItnel professionnel; I'his.
11i des 6tudiants et la presen-
actaUlle do M. Bouchereap
rlt.partemet de lAgriculture
nrien n's plus de logiqui




0appel



OIIEON


-I


Une r*otlfloati
Nos lecteurs ont cerlai
remarqu6 que, dans 1'An
a paru dens notre edition
au sujet de la greve, au
tide lees mots de chacune
supprimes. Celte recti
nous a 416 demanded pa
avec ces deux mots ii s
rait que chacune des tr
nees de Damien beniflcie
75 bourses, tandis que
bourses doivent aire r6
dans les trois ann6es.

Deox jeuses lilies gagmeat
le gres let
Le tirage des loteries,
Cap que de Port-au-
continue toujours A r
d'agr6ables surprises au
teurs de billets de noti
C'est ainsi que cetle s
Mile Jeanne te Ivanez a
le gros lot de Mille gou
la Loterie de la Bbloth
Lye6e National, dirigee
arc Verne, tandis que
part Mile Walter, hab
Carnage a gagnA le lot
cents gourdes de la Lot
OEuvres du Comite de 1'A
Frangaise de Ia Capitale
comme Agent ici M. M
cencio.
Nous f6licitons ces
selles d'avoir 616 I'objet
rires de la Chance.
,Les Annales Capois

UI acle de reeeuaisi
Une delegation des
des 'deux sexes de I'Ec
ITh rAe de 'Entant J
Bois Johu, est allee lu
tin, 18 Novembre, le6
la reconnaissance de I'
segment a M. L. C. Lh
President de I'Allianc
caise.
Cetle Societe, on se
pelle, avail donna de
P lusieurs e61ves de ce
e tr6quentle parles
!es plus pourvus de 13
i rince.
Une gerbe a t;6 r,
M. Lhbrisson. ta
tion 6tait accompagne
dcs mattresses del'Ec
C'est un bel acte a
par ces interessants
qui ont le culte du s


que les vieux papers; rien ne
montre mieux les hommes sous
leurs vrais aspects et leur v6ri-
table caractere que les parche-
mins jaunis des archives. En ef-
fet, fai voulu savoir comment
les choses s'etaient passes en
1922 au Conseil d'Ett au vote
de la loi presented par M. Bou-
chereau. El grande fut ma sur-
prise, Monsieur, e' lisant dans
le proc6s-verbal, public au Mo-
niteur, de la seance du 22 de-
cembre 1922 au course de la-
quelle le project de loi fut sou-
mis A l'Assemblee, I'opinion ex-
primee alors sur le proiet par
certain Conseiller d'Eat et les
sentiments qui l'animaient A 1'6-
gard de son auteur.
Lorsque M. Bouchercau eut
sollicit de 1'Assemblee l'urgen-
ce et le vote immediat pour son
project, M. le Conseiller L. C.
Lherisson, obtint la parole et
dit (textuellement dans le Mo-
niteur du 8 Octobre 1923 page
576): *Mesiears, je suisparti-
culiurement heureux de dcla-
rer qu'aujour4hui je suis en
parlait accord avec le Secr6taire
d'Etat de I Instruction Publique,
tant sur le principle que sur
I'urgence du project deoloi qu'il
vient de vous soumettre.
Le D6partement de I Instruc-
tion Publique a 6et cr66 en 1843;
depuis cette 6poque le service
technique de l enseignement
professionnel aurait du etre in-
troduit dans cette branch de
Administration publique. Je .uis
d'avis de voter ce projel d'ur-
gence parce qu'il tend A crter
ce qui manque effectivement
dans le pays. Je prie done mes
collogues de decider par un
vote favorable sur la demand
produite par M. le Secretaire
d'Etat.s
Et le project ben6ficia de 1'ur-
gence et du vote imm6diat.
.Paroles d'hier, paroles d'au-
iourd'hui... II fallut la grAve des
etudiants de Damien pour mon-
trer encore une fois, comment
I'opinion de certaiaes gens sur
des questions .d'administrtion
publique peut changer selon
lear attitude politique. Ce ne
sera pas, croyez-moi, Monsieur
Sle Directeur, une des moindres
surprises que nous aura re6er-
vees a pgrve.
I Veuillez agr6er, Monsieur le
. Directeur, l expression de ma
e vivo-sympathie. ABONN*.


ez- vous


L -'21 B~


misee a
d61 a-
e d'une
olc.
.ccompli
enfants
ouvenir.


que SEULS

DISQUES


Ne gratent pas, ne s'usent

pas et ne s'abiment pas.


Bonc, acheter des Disques inferieurs pour

Ipe difference de 25 centimes sur le prix

Cdest perdre le fc cheval pour le clou, et

'e n'est pas sans..raison que 1'ODION a

obtenu et gaide pendant trente ans la

SIJPREMATIE MONDIALE.


n nnm ""_ L_'.- -_ --- -'
Assures-vous centre accident
A la Genered Accident Pire &
Life Asurance Corportion Li-
mited *.- Vve F. brminm3ham.
Agent Ge nral pour llatlt.


.i1 Le discourse

du nouveau

Substitut

unanime d'un bou l I'autre de
la Republique, A reconnaltre et
proclamer lout le bien que son
administration honnAte a realis6
pour le pays.
C'est un grand honneur pour
un ciloyen aimant son pays et
sa patrie que de pouvoir appor-
I Iter sa laible contribution A I'beu
vre de la rig6n6ration national
si vaillamnment entreprise par le
ix Grand Chel quest et restera le
President Borno.
Je dis done et redis ici toute
ma fierlt d'etre appeal A servir
S u a n moment oi toules les for-
ces vives de la Nation auront A
se manifester librement aftn que
I'a.uvre si bien commence et
qui a donnt de si tructueux rk-
mullats ne soil pas un seul ins-
tant interrompue.
II y a encore beaucoup A fire
el i'eslime que SE' L Celui-lh
qui sut, par son merite el son
on devouement pour le salut de la
nement Nation, se consacrer A une si
re6l qui belle IAche, doit pouvoir Is con-
i d'hier, tinuer jusqu'A la liberation difi-
ler ar- nitive.
Sont6et Ce n'estpas la lone'ion que
ficaion j'occuDe aujourd'hui q u i me
irca n done -ette conviction, non, je
emble- l'ai foujours eue en moi, tant [
ois an- mon cceur de patriote el de bon
!rail de haltien a souftert au t isle spec-
ces 75 tackle de ce que ful noire passe,
parties aprs I'action hliroque de nos
SPres.
Fort done de ma conviction
en la perennite de l'ouvre A la-
ehaeaue quelle je viens des ce jour m'as-
socier de cceur et d esprit, je
tant du m'evertuerai A vous apporter
Prince, une collaboration d6vouee et in
server telligente pour assurer dans ce
x ache* pJys en voie de transformation
re ville. uue bonne et saine distributloa
lemaine de Ia Justice.
a Fanab Messieurs les Avocats, je ne
res de peux pas oublier que je suis des
eque do v6ires, c'est vous dire qu'au
per M. Parquet come hier au Bar-
d'autre reau, je serai toujours le fidele
itant le observaleur des principes d'hon
de Cinq- neur et de dignity qui vous ca-
erie des ractlrisent.
Alliance Vous trouverez en moi dans
e aoant la sphere parliculiere de mes
axy As- attributions,ce sentiment deces-
pect et de cordiality qui doit
demoi- toujours exister dans es rap-
des sou- orts de la Magistrature et du
Barreau.
es) Je jure tout en servant le Gon.
o i vernement du President Borno
avec loyautl et devouemenl, de
ancee rester un home d'honneur, un
Selves magistrate impartial,un serviteur
cole Ste z6 l et honnete de ma palrie.
esus, du Quant A vous Monsieur le
udi au Commissaire du Gouvernemeni,
odi ma- la grande et invariable amitie
moigner qui existed entire nous depuis les
Etablis- longues ann6es passes ensem-
Arisson, ble l'un A c6t6 de I'autre sur les
ce Fran- bancs de I'ecole jusqu'A ce jour
est le puissant garant du con-
le rap- course loyal, honnete et devou6
s prix ai quo e vous dois ainsi qu'A mes
*tte Eco- collAgues du Parquet qui sont
'enfants to8s de bons el loyanu amis.
'oit-au- Encore une lois, je voos dis A
vous tous Merci du plus pro
lond de mon coeur.


L ,


cd'au min~elale PIure

des Sources


)ANS


WNIH1iTE 1 4'ROCKr
I'i'~s LL." MN111,1UILL~IS 110,11-As
(11 'IS, CA FlY FlT 11 FS'UAI I R A'Its


Mohr


c):


Lciuriln


LR dTAICHISSANIF

(t* ''''.:1 it T LL CNUORTV DANS
A 0 5 P.\YS (IIAUDS.
A PA I ,


F S~l tifill 0
&%vcNrr Ii


O Fi.1i3LEL.;E
ofOd~BI LITt


SUROP do
PI'DESCHIENS
a 1'H6moglobiflo
P & giv6rtour dinBang prescrlt "t Ifte ddfclsi.
*PlrleUP At &i venr!e cruo et auz ferrupinauZ A.dvz'- d.,, lea HdJbilZc d* PAPA
wrtc *.c.tt.g% DISOHIth .9le Paul ftndrT. FAMS 61 Phuuieciff


UMiF LUIS LYFE


Insurance Co

Une des plus fortes.'COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCE


sur la VIE

EUG. LeV BOSSE & Co.

Aoents Genaraux


_


k vvM


II -- e __ ~JICPI~-.---`S;Z


i. __


- --~-


II


mm-mm ummumme


_


----- -w- -


- -


The leading mineral watei


L'i Boisson confnuc

dans le monde enter
EST UN
I APR\A C(HISSANT
E. UNi

i tIE:(NSTIT 0ANT

FROID
EAU MINERAL WHITE ROK
GINGER VVWHITE ROCk

kecul GilGinaeral faith r


D~istributeurs Port-auu-P'rince, ( Ilili ).





PAGE 4

Jeudi

21 Novembre 1929


Le Matin


23 rr~e' ANNt.E N' 685a
Port-an-Prince
T4k6phone : 2242


..f -


----- ---- E-
I


h -f


/


UNE COURBATURE?
No souffrez plus Soulagez-vous de suite.
Le Liniment de Sloan a de Rhumatismes. Sciatique,
dilivr6 de leur mal des Lumbago, Maux de Nerfs, En.
milliers de personncs qui sc torses, Contusions, Crampe..
sont rendtles comptc avec 11 ne faut pas frictiomner le Slo,n
quelle promptitude il came la p6nitre rapidement jimpqu'i la ra-
douleur. Elle le garden I cine du mal et vous sercz beureniz
portec de la main, pretes il'em; de constater le dilicieux soulage-
ployer sans d1lai pour des cas ment qu'iI apporte sans tarder.
aIkn ln nharni llAld


ANt1dIT'
WTI"aIIIm


IistriIbulcurs :
.I. D.lMAXWELLA4 & CO"
lieprlsenltnls pour Ilait
1619 Rue Ropublicaine *
(Gratd'lue ).


- -.- -lL


DES FAITS

FAMILIES
Ponr une education raftin.e et une Instruction parfaile.
L'INSTIT UT TIPPFNHAUEEl
Reconnu (Ie i'Unive. it~e laitieneie
Vous cfre ses service. I., vou trouerez: la plus sirituse
elt Li plus agr1t'. nle ,pension sc()l airc,, hi pius suire et la itus
lapide IlC ito e 'c' t iii'ilcte t classi(jqu' ItItihlPt'Ir.
Le sicci('Cs cles tCicls-s de 7e. -l, li ttoriquei atx examensl
olliciels de 1928 le IroIuve.
I,'Eclatant et comnplct succs des classes de Rh6torique
et de lPhilosophic aux (drniers examens de 1929 Ic confirme.
L'6cole elargil le cadre.dle ses course primaires et baisse
ces plix,
S'adresser 1537. Ieuer Linmarre, ancieu local de l'Ecole
Nationate de Droit on tell6phoncz No 2891.
L'INSTITIT TIPPEN HAUER
Enseignement classique g6n6ral.
.anllyttt's, Sten'o-.Daltilo, ComplabHilil;.
Port-nu Prince (Haiti)
I) L.* r )' ):;, :t I. e conditions sent avantageuse


vous desircz achetlcr iun


Lit en for. Allez chez

H. BALLONI Fils


Ses modMeles sont

beaux. Les prix sont

tionel s.


les


pli


Panama Railrhad
Steamahip line
1. -- Les chargers sont
pries (Ie roter que le steamer
((Cristobal) estattendu a Port
au-Prince, venant de (risto-
hal, Canal Zone, le mercredi
27 Novembre 1929.
2 Les permis d'Embar-
q(uenent seront delivres pour
le Irit A destination de New.
York ct des Poit Europtens
sur demand faite 4 cc bu-
rea u.
3. Ce steamer partira le
Inme jour a 2 heures p. m.
lirectement pour New-York,
)renant fret et passages.
'ort-au.Prince, le 18 Novem-
bre 1929.
Jas. II. C. VAN REED
Agent G6neral


L'AK100
Le Guinaudeen ncus prie
d'annoncer A ses aimables
clients que la R6surrectioo de
L'AK100 de la Guinaud6eau-
ra lieu plul6t le samedi 23
Novembre courant A 6 heares
du soir,a la rue (Bonne ti)),
en lace de l'ancien march de
la Cath6drale.
Les noctambules v trouve
ront Cgalement sur le tard
leur bouillon ct leur soupe.
Prix defiant toute concu
rence.
ON TROUVERA
Morale et Instruction Civique
A l'usage des 6coles primaires
par Felix MAGLOIRE
l a petite Maison, rue du
Centre et chez I'auieur Ruelle
St Cyr.

LA PLUSINCIENNI ET LA LUS IfFICAC
INJECTION PEYRARD
'^ O'ALOGKR
contrn i BLENNORRHAGIE
u ricents.
ot tou* 6coulements1 enelen
231 2 rbes pairls
sur 232
(R.plor d" MhdNein. d'A u)
L.e traitement est compitd
pr lee
DRAO ESPEYRARD N"1 KITINE
qui calment la douleur. claritient les urine.
purifent le sang et gu&inent la cystite.
TOUTES BONNES PHARMACIES 0
3996-ItS PEnARP4. & G c. PA


Seuls distributeurs:

HAEHNER & Co

Boule HRou(le- Eloile Rouqe

Jacmel Tradina Co


S1




SPlus' de

Pann


ies...


LeiDouble Eagle, eat
le pneu des privil6-
gl6s.
11 cote sensiblement plus cher
que tout autre, mais il prnsente,
par contre, un kiloiratrage et
une garantie de security plus
l6ev6sque ceux rugei ne essai-
res par la mnijorit des aitomo-
bilistes.
Le DOUBLE EAGLE est un
pneu sans aucun equivalent, le
super-pneu dans toute la force
du terme. 11 est destined ceux
qui violent ignorer tout ennui de
pneumatiques et qui pensent que
e prix d'un pneu s'estime par le
coat final un kilom6tre.
Rien ne peut se compare at!
nouveau PN EU GOODYEAR
DOtBLE EAGLO. Cest quelque
chobe de special, de superieur a
tout ce qu'on pouvait privoir
come bon pneu.
THE WEST INDIES
TRADING COMPANY
Distributeurs pour
la Republique d'Hati.


'id ..,Ik.
jr-I


DE -a &- !, P 1


I. I
1d.


Uns lais


Nous sommes acheteursjusqu'a not

ordre de mais 6qraine s6c devait 'i


.1r

i.,1.


4r


_...


-a'


~I


'II

)?


Magasin.


L. Precczmann-AGGIRHOLM &

Rue du Qui '
S--


Simple

Conseil
Si vous voulez mtlez I'utile
At l'agr6able,donnezde bones
lemons de piano A vos entants
en les confiant a Mademoi-
selle CARMEN BROUARD.
A partir de 3 heures p.' m.
lemons de piano avec solffge
obligatoire : prix 7 dollars
par mois. Lecons de sollege
seul: prix 3 dollars.
Pour plus samples rensei-
guements, s'aoresser a I'artis.
te, a sa villa ( Bois-Vena )
Tetlphone No 3242.
Parents,ue manquez pas de
profiter de ces conditions.r6.
element avantageuses.
eci eat un simp!c et bon
conseil.
I I- I


Si


- ~~`--- ----~--- -- -----L--~LSEr.-lcr~,~. _~aZ1L.-~~-~' -;I -- ;;; ....


-- -r


r- -- - -.- -C- --



__ _


I I


ppp


.


-I1


-- c


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs