Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04315
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 11/06/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04315

Full Text






gmnent Magloire
DJIEClUR
SRUE AMERICAWNE 1358,
T2 2

I Pow9,LPrn12


LeekfttcpehI de UoJe t st I i vipil
qwc I'imduorii' duipain re mci ur
Is aamilt di tiice.
CRAWFO1IT


~ro~~6s diNoouveau-x P'ros'aiuihes


rtement do I'lns- de la vie, ne pouvalent gore
= ljape y* pA- er au-dei e do t, sans
I pour 1ensesigement e la s mnorie qui parcourait
* quoe pour leniu qe classes, au moins
iKoadaire. '*.' ltorique, 1s clas-
rogrammes de 1'ensui- e Philophie n'ayant ja-
.IAM qi,4 t94 9kI#s. 9 frt.ueptde que par


Sdattriuer tou le
4,wces de fllles de

xperiknce avait dd-
Ii tait ,qessaiIre
Mtai ds ,etou0bs,
iIre dt'E de lIPs-,
ibliqde', pr6s avoir
difilrent rapport ,
'tbn, a madX -aim6
m une mtse au po r
n en y jdoutant' 'l
e du course comlie-
prvu pra la Idfdu
19, k qul Iavdiltja-
MUsbor.
ImVwmuz programmes
uet pas beaucoup
mIr ts. Plus complete
M,* U su cepim"
S implies avec les
t 'mres.Le but qui
A 'a simple lecture,
nroettrlat de don
pntle minimum de
4a't des nobles
la tjsset se 1og r
d dans lincotas-

par example, de.
tre, dpanit 9ut
5s a cogiprendre t A
v f tranials. VoilA,
: *i,: la cla de
'd lenseig c n pemen tl
Ie. Comment f'enfant
I profilter de 'enseigqe-
ral du maltre,] tirer
Jikeire&+Iamjnaire
wemll Iql"soil en
Mio,s'ill necomprend
E :A4sak tetftt
aldes couma4MiA.p i
P abye east rd de ,
que qse I'iktbt uitP e
Sve loe tocab Ire
usable, A l'aide d'e"10"
[tliques. Tout 1'ensei-
Iest oral. Les princi-
ures de classics, dans


a .re p.-
Is parcourn a*.
tion a les pro-


de 1918, mo-


k WIrC+a Prtsieot de la
RApubi uq,, defuiaift I'co-
iotole- des programmes de
1918.,
Nbus sommes entierement
de l'dvfs du Ministre. Cette
coucesi op a u x adv rsaires
des programmes de 1918
'tait poor le moIns pre-
nmatiaurf. -4r a senIlement
deux aa.bve IcolfIres, nul ne
pou vaa tt -ee ier I'exp6-
Ioce 1al01 tiveft au
ceAe Potion, sio direction
d'n aiteuf elUe.
Mals. ce nest pas le mo-
ment d'en fair l objet d'un
d6batNous nous trouvons ac.
tuellement n presence de la
d6cisQn (L Miq e Bouche-
reauqdiv 1& 4h'il est pr6-
,sLnout *mplemeot A
cette pensde dau Lislateur a
nquit ding iele 4de la loi
du 18 Otbre 19014 dispose
que I'eOdseiuaemt. secon-
laire des garons est divis.
oen eensZagneftent secndai-
re modern e et en eseighe-
ment second ire classique.
Fort bieq. Ma alors pour-
quoi le Iipistie prenuI-il le
parti de sarlar seulemeot 6.
Selaboration (des programmes
de lenseignement classique
qui: sera dooneexclusivement
dans ,noslyc6es? Ce n'est pas
qu'il soit un adversaire de
1 enseigbement moderne, A
ba e 'de Pinais car, nous
aelfeVoi, d4is 8^e rapport,
cetleit firetrque:a Tout ce
que ous oan lgup6. les 6cri-
vains de l'faiquitt greeque et,
latine, nqnue retrouve-t-il pas
sous la plume des grands ecri-
vain tran**t.i.
Pourtant, I'organisation des
deax edseighbiietssu lye6e
PNtion tout au moins ne prA-
senterait aucuue difficult, II
y a toujours eu des classes
doubles et mme triples au
1yce d6pi, Pormu-Prince, vu
le grand nomb l16eves qui
r6quentent cet imloant 6ta-
bliiemen t. (Yeat dir que le


Ub MR migqua sques.
1Uo91*fl4.*r~t-ons.

WZ5enseignernent
que6
:Ue rel erque
Arnn


i. 1918


-Sjr rimposer a
ox neillearsesprks.
eatem*efto, i re e
lit et ouvert A tous,
i*organise de telle
r table lai gia p
Sds lv616es par,]
r 6 dans


F qni
et em


&que
g'en
1.

lide
r ie
a les
is n6-
|bute
gassen
gran-


- n Vv lT0V l1 .IIiJut.
UP. siallesm de pa s est snir sue
de p6riode de I'Humanit6, et alse t saise, dit 1. Hooter
Ia regraphdet deh -d--'.s
r 'e a m tohd WASHINGTN Le pri.
ment d A '6ente des program' dent Ho ,enrdpons- e A J.i-
.met tr uis. en ten nt tOp erses. questions des reproe'.n-
to d 1p4l hide vue.natlonal. tants dea rmee, a dezanr quo
A pa t ces differences et leIsla situation ,conomique da p ys
matliressp4ciles coftme Alait su une. base Ires saine. La
.'Hist4re et. la G6ographie meilleaue preuve, dit-il, en eat
d'Haiti qul.soUdit en apoit, quo lepp rimoyen deasmatitres
auraie.- pu A 6,udi6'eea A d6 pr*auere e#cesasit6 a' pea
tood, dans deux closes, anaugm ent et q'il n a pe
lieto dtre distributes, da daau m..tatio a pp riab deo
.leu d'd ."i,,tribue" ens., stocks des products mawtactu.,
toutestle divisions, le niveau 9 pdtd actu
de ces programmes est semi- M.Owen J. Rolerts,avo-at
blement le meme que celui conseU du gouvernemamt aas
des programmes tranas. 1 II 'afaire des petroles, annonce
serait d'aIleurs difficile de qae le gouvernement lenao.p,.
troas'eo 6loigner, sans cause sr en jugemelM.; :. L Dohe-
de gr.vcs prejudices A nos ny au moi*,de japyier sous ('in-
S.41q 0 n'Qt a so th r 4di- calpation d'avoir doan6 un pot-
,pati *.l t ya~ .:g dd-viaq de 100.-1OO ) dollars A M.
sitqesu imports defrance. A. B. #Fl.
Je no puts m'empfcher ce-
pendaurtde formulermon seno-
timent. en ce qui touche I'en-. IpaIt d4 Pore 111:hCk
seipnement de la .6om6trir, Par le dernier steamer est
qui conimencers ici, comme parti pour France le Rev. Pare
en France d'ailleurs, en fe. (luck, cur6 de PNtion Ville, pour
A mon humble avis, il aurait un conger de six mois.
du commencer d6s la '6e. Et Pendant son absence c'est le
voici pourquoi. Rdv. Pere Montaigne, vicaire,
Remarquons d'abord quq' qui administrera la Paroisse.
1'esprit des entants est r6aliste Noun lui sou sitons an bon vo
et que la tacult6 d'abstraction age.Le rqHpck ad imarque
se d6velippe A un Age varia- on, p e A a cure de PM(ion.
ble avec es individs Si nous Vile par es travaux im- ortants
voulins enseigner lea mathb6- reprrs danas 'Eg ch.is e Sn.
eerr e. dadns d autres chapelles
matlqoes,il ious faut an pe-. relevant oton minister.
alable developer dans la me Nous esprons qu'aprs uun
sure do possible les facullds repos bien nmritt i3 reviendra
d'abstraction do nos 616ves. continue ses travaux d'embel.
Pour c!.a,l6tude raisonade .de lissement de I'Eglise paroissiale
la Geom6trie qui commence de P6tion-Ville.
on 4e dewait Atre pr&Adde en ....
6eet en 5e dele de Go:I" '- --
metrie experimentale.Cest en IL ROBERT de.PARIS
manipulaut des figures et des PR FOSSEUR DE GYMNASTIQUE AU
solides.eo paper ou en carton, Lud LYCIE PETION
en examinant les 616ments e Lndi martin. Monsieur Damo-
la figure et lea nition reo I ts Viea;, uDirecteur du Lye e
t d 6P tion a insteUe M. Robertt
tives de ces ememts que les a oi, dit de Paris Iuiviot
enfants pourroot acquire les dPtr.e no.. Proesser de
notions experamentales de li- Gymuastiqne a cetl tablise.
goe., de 4f4A .de surface, et menut Au discours de bienvenue,
recuejllr une. toule d'Itlsag's qui lui fit fait par le Directeur,
qu'ils ,voqueront tout natu. M. Robert de Paris r pondit en
rellemcot plus lard, loisqu'iis remerckMint S. E. M. le President
eroont on pr sence des d6flui de la R6publique el. le .Ministne
tions abstraites. C-est par ce 'ien 1 struction Publiqued avoir
moyen qu'on put dvelope- bien voilu penser A lui pour
moper Id quon d obspe d6vlop- remp irces lonctions. II prompt
per ]d so.ns deiobservtio de acpquitter avec bone 'i, de
sans lequel il est impossible ses dev irs,
de faire de la G6om6trie. Nowassomnmes heureux pour
J talors, tktude de Ia G -o- le Lyczeque c e oit M. U obert
mal.reW n'arptaitmra pl tcoin- de Paris qui y emnseigne, ddsor.
me "bio ch bartiicielle, puis- mais Ja gymnastique..Cest un
qu'elle reposera sur une base athflte de. tr4s grandemvakur
concrete. donL on a eo dnja. A admkire, rici
A ce point de vue, il y a Ila science et la force. Nous aom.
lieu de note Yindioaton co-n, mes certain que ieo lyc6ens ne
tetie-dans-le programme de P1ourrunt que profiler de sea
1'enseignement primaire qi ionnes et scieoliqeu leons.
presc.-I des lteons d'arithm. _____
tique avec des objets qu, .. -
l'pp, pppt voir et compti-. .
.~ los enfaots, le coacret -
seai ee.,clair. I ... .


II est desirable que le mt-o
meespri rg6pae dans les class i
do grammaire de nosn lyces.
LUenseignement da.let ly.I
cdea doit Atre un *aseigoe4 aet
logique, il n'y a pas do,.dlowte
Aioeasuiet; mai, iil ne4ait ,es
bou de s'engager dams ceeo
vote,, sans Atre sOr ditrc
compris,
SC*t pr6cis6ment pour la
mime raison que les notions
d'Algbre doiventatre donanes
le plus t6t possible. L'alg6brc
Snest en somm qu'une g -
ralisation :lWl I6
Les symibo Is agbrquescons
V4H-tjqjsupport pour t'e,-
pf ie Ais probl6mes d'a-
rh tiai.ome peuvenot. re
rsolus par les 6lv-~. 4a
"idi condu.re leJ
talesa6 t aboatit 4
ftldtibUtA a4age a*4
jglot1qd g a Me pw

sent parlol-elt r -pJr les
mots., Dane IM pea mmi
froanv Ms g6brih
qves wMt '- t e 2 n 5e poor


Un aviateur

mexicain

Nous avons eu le plaisir de
recevoir.la visit de Mr J. A. M.
H-ichs, aviateur mexicain qui
vient de laire une grande tour-
nSe par toute I'Amerique du
Sod.
a.e Lelehre aviateur est part
hier podr la Havane, tie celte
ville ilse rendra au Guiteminla
puis arwMexique. It a W1 reVu
luodi asaiPalais National par M.
Borno, Prtsident de la Rbpubli-
que qui I'a vivement tIlicit6.
Mr Rpchas qui a servi dans
I'armie beige pendant la guerre,
est decore de la Legion d'Hlon-
near et d'autres Ordres impor-
tants. Au course de ses visits, il
6tait accompagn6 de M. Iaoul
Rouzier, cotsul du Mexique.
Nos meilleurs souhsits ac-
coiupagpent le hardi aviateur
qui voyage tout soul dans son
apparel il.


La Verite
L?s hommes r4clament tous
la vdritd a cor et A cri; mais, j'ai
beau cherchi, je ne vois pas
trop ce qu'ils en feraient. s'ils
fobtenaient. Les plus braves
n'oseraient pas la regarder en
face et les plus honneles en
mourraient de honte et dc dou-
leur.
Quelle douleur, si nous allions
lire dans I'Ame des autres et
quell hole, si nou s porvions
acruler Ia n6tre !
A tout prendre, on ne peut
qu'admirec la sal&pap da Crea-
teur, qui, ayant jug6 la V6rit6
vralinent trop incommode pour
lea humans, a pr6tWr6 les con-
damner A marcher dans les t&6-
nebres.
N'importe, la VWri.6 restera
toujours nu noble id6al et 'homi-
me ne cessera jamais d'y aspirer
de toutes les forces de son in-
telligence.
Cest la marque caractiristi-
que de l'esprit human de se
nouirir de chimeres. Et 'huma-
nit6 n'est-elle pas tissue de con-
tradictions ?
LA PIE.

SPECTACLES



Parisiana
CE SOIR
Sur la demand d'un group
d armif:

Messaline
en entier.
Entree : 1 g le ; Balcon : 2 gde.
On commencera a 8 h. pr6cises
vu la lougueur du filn.


N'irnporte la circonstance...
Les lieurs sont touqjours de circonstance. Mais les fllents
I mal agencies ne retieJonut pas I'atlention. Celles prepares
ps Maae Ermpst,CAAST, A en gerbes, corbeilles et cou-I
roses torcept 'atl.0tio09.,
I Les pips bplies oourbanes artificielIes sont aussi chez
Madame E'"NST CASTIERA ou Aux Cent Mille Articles!
(1,-4jAltl, A _,-.._.._..-- |__


I I

perure, la r6qoloA des ~nentant lea mnwitesU pages
probJ8 fe airealBusioon La.chos, y long, en essayant de noter
estsls. ile met est ,viM4 mues impressions sur les nou-
Le Ministre Bouchevma. a T'eaux programmes; mais la
o le bon esprit d'mdqwaer question est dimportance. II
carr6ment que l'6tude de Pal- s'agit ce I'avenir, de la for-
36bre commence en.5e.ll con- matioA des nouvelles dn6-
vient de l'en feliciter. rations et nous devons via.r A
Une heureuse innovation lienseigoement susceptible du
des nouveaux programmes plus hdat rendement social,
ansiste dans l'Putroduction Nous avons Pimperieux de-
li la litt6rature haitienne dans voir d. tmvaiilAr a un enri-
es classes d'Humanit6s. Le chissement constant de la
protes4eur de le tries devra at- conscielee intellectuelle et
irer I attention des 6t6ves sur morale de ce people.
e auteus bhaitiUes,en analy-
ast leurs nuvres et on com- If .


1i


... remarqueque les chauffeurs
conduisant nos antos publiques
ne veulent plus rencontrer des
pistons sur leur passage.
... vt I'un d'eux, hier martin,
interpeller brusquement une at-
mable jeune fille qui se rendait
A son travail et lui demander si
elle descendait. Celle-ci venait
de lui taire savoir courtoisement
qu'elle avait de6j presque par.
couru son itincraire, quand quel-
ques minutes plus tard, vint A
passer une second automobile,
puts une troisieme, puis une
quatrieme. El, ce fut A nouveau
la meme interpellation agacante
et obstinee de la part de chaoue
chauffeur.
Mais I'sl0gante Mademoiselle
I..., plus encline, commne ien
on le soupionne, A se laisser
prendre a Ihanmeon de I'amour
qu'a se fa ire picher A la i.111,
ne se donna m~mue pas la petne
de rtepondre A ces autohmbdons
don't les insistances finisent
vraiment parlois par eninuvyer le
pieton.
...renconlre p1rlois iIn gui n-
meux toujours prt 'a dlauber
d'importance, an volatin de sonl
auto, d l&s u q il aper.oit il tt gI on-
pe de d(mts on dtie jctines filh-i
paraissant accorder quelqu'al-
teution aux gracieuses tevolutions
de sa machine.
NOTri (EIL. A qui rien n'&ehap-
pe, vat lancer dernieremenl, ce-
pendant, un huissier inm i d'un
commandement tres severeA ;' a
poursuite:e propriotairt du ga-
rage reclamait le miontant de
plusieurs mensualites, snus e'i-
ne de saisir la luxueui: Buick,
en cas de non paiement.
... vit le ridicule l antoche,
aussit6t que I acte lui fult remnis,
filer A toute vitesse A lua recher-
che d'un avocat pour une action
dilaluire t6 fire A son crancier.
Mais le prolecteur de li vetve
etel dtie I'orp)helin jugea fue s.on
client avail a;ssez grand en
auto... rit6, pour lui r(ilamer
qu, Iques fiais.
Conimme ce dernier essa;'it, A
ce moment, de lui expliquer cCom-
bien il tlail,pourlanl,coum t ( gent, vit I homme die lo s'excu-
sen"r de ne pouvoir lhilde.r A ...
I'eil et au... do(ig.
... a vni enrer n Iti anger
blond qui a beaucoui) de sueds
de lemme dans un de nos cafis.
II ful accueilli par des regards
un peu fioids, celui que les hom-
mes accordent A crux de leurs
semblables aims dui btau sexe.
L'un d'eux en voyant Iltranger
blond an x cheveux d or niur-
mura dduaigneusement :
Un elalon.
Un elalon d'or, rectifia un
autre qui regardail les cheveux
itrs blonds de l'homine A femine.
... a rencontre, tine (te ces
apr6s-midi, une dane qui van-
bait les produils d:i pays. Elle
disait que rien ne vaul mieux
pour la sante hailienne que les
mets haltiens et s'attardant A
vanter la force nutritive du main's
moulu elle acheva en disant:
Mais voilA. Le Mats moulu
n'est bon que lorsqu'il est biers
prepared. Et on ne le prepare biun
que chez M. Frederic Gaetjen,
rue Bonne Foi, au Avenue d .a
Dalles.
*
... dimanche, a vu une scene
cocasse A Parisiana nu course de
Ila matinee cindmalographique
donnAe pour les enfants. tUne
jeune lille s'tait mise debout
pour laisser passer une dame et
pour Atre aA Iaise elle avait lev
I'asuisedela chaise automatique.
La dame avait pass~et la remer-
clait d'un sourire de son amabi-
lit6, quand elle voulut s'asseoir
oubliant de fair descendre I'as-
saisede la chaise. Elle alia a terre
naturellement. Ce fit( ut vaste
rigolade qu gain:i ruto ia li..'
Crs, rires, ge fes denani, dla
avre jeume fitfe vit lout cela
Ia (etk, Iaitate pour cachier la


rougeur quiui i montait aux
jones...


-C --r -- I I I ---- ----T;. I- _~L LYlL __ ct ~ F 9L~U


blER-dR-E'I)l 'fi- N`OVLX-


b


_ __ __ _~


~syJ~g


V.
A


I


UC








LR`MAlJlN r- 6 Novembro lft


OWN im


rvez votre peau

radieusement fraiche

ontre I cs points n


-contre les points noirs et les
afflictions de la peau.
SEilez celte errear
N'usez pas du traitemeut ci-
dessus avec les savons ordi-
naires.Ne croyez pas que tous
[ iles savons verts sont fails
Id 0 i dhuIlede paime et d'olh/es.
Pour votre gouverne, voyez
si le savon Palmolive quevous
achetez porte sur la bande
noire le mot Palhro'ive en
Faire la cour A la beaut., lettre dorees,!'enveloppe verte
Cela ne tait pas naitre la et le cachet rouge, au .dos du
beaut. parquet avec le wot Palmo-
Sous le toucher du rouge live dessus. Le savon Palmo-
tait avec art, la douceur de live nest jamais vendu non
la poudre vous donnera lap- envelo P6.
la poudre U na 'o en l secret du savon Pal,
parence dune belle peau.PourL l ne etd uas a quality
conserver cette peau belle olive est dans s quality
faite tonours selon les r6- exclusive: etitl est le seul se-
gles oniourselleent recom- cret debeaut6 mondiale A bon
gles unrversellemnar retur- .
mand~es.
Chaque soir avant de vous Colgate PALMOLIVE Peet
mettre au lit, massez.vous la Co UCicago U.S.A. ,
figure et le cou avec la mousse Le savon Palmolive n'est
du savon Palmolive. Servez jamais vendu non envelopp6.
vous de vos deux mains, les -
huiles de paime et d'olives de-
licatement melangees, d'uauc
mousse riclie,agissent come '
un lubriliaintsur la fine tex-
ture de la peau. Elle parvien-
nenta Ila vraie peau, et re- jt ':
nouvellent I'assise secondaire. tlepr6sentants pour Ha
Elles p(,netret (llans les pores J. D. MAXWELL et ,',
4111 IUj inp r "vaiint iietl a tcs A 1619, Rue R16publicaine
s'c nc, muler de pus ibre par (Grand'Rue)
la scr6tlion. Elles prvicnncut Port au Prince, (Haiti)


Service National
d'Hygi6ne Publique
Inspection Mldicale des Ecoles
Samedi 2 novem brc 19.2.
LES BESOINS DU CORPS
Le corps de hommee est com-
me une automobile. II est com--
ose de plusieurs pieces, appe-
Sees organes: le foie, la rate, le
cceur, les mains, les yeux, etc.
Pour que cette machine humai-
ne lonctionne, il lui taut rece-
voir de temps en temps des ali-
ments, comme A I'auto il taut de
la gasoline. Mais le corps etant
une machine beaucoup p l us
compliquee, a besoim de plu-
sieurs sorts d'aliments :
11 a besoin de I'eau pure et
traiche pour la composition du
sang et de tant d'autres hlquides
indispensables la vie.
11 a besoin des aliments dits
S albumninoides, tels que la viande,
les oeuts. I liiil, parceqae ces
aliments lui permettent de gros-
sir de se d6velopper, de retai-
re ses celluics et ses lissus qui
s'usent constainient.
II a besoin de sucre et de
Sgraisse en pelile quantity dans
s pays chauds. Le sucre et la
graisse n'ont presque pas d'in-
luence sur la croissance du
corps ; mais ils lui donnent de
la chaleur et de 1'energie.
11 a besoin de sels mineraux
qui sont composes de ter, de
calcium, de phosphore, etc. Ces
sels se trouvent en abondance
dans les aliments vegetaux. Ils
entrentdansla ltomation des os
des muscles et des autres orga-
nes. Leur absence ou leur insut-
fisance empeche le developpe-
ment ou la reconstitution du
corps.
Ila aussi besoin des,aliments
qui ont des vitamins ces subs-
tances qui se trouvent surtout
dans lespplantes mais don't la
nature eat inconnue. Les vita-
mines absorb6es avec les ali-
ments permettent une bonne
utilisation des materiaux nutri-
tifs, leur incorporation integra
le aux tissus.
Les kcoli'rs ont particuiite-
meat besoin-pour la croissance
de leursieunes organismes-des
aliments albuminoides,ainai que
des traits et des legumes qui
contiennent des sets mineraux
et des vitanmines.


LA Mdison Paul E.AUXILA
vous demand i venir
visitor Ses marchandises frat-
ches et nouvelles : sans engs-
gement pour vous, vous tets
lbre d'acheter ou pas ; mais
elle veut que vous soyez au
couran (di s bells et boi.nes
Atre qpu'rllc vio s. ue r.tu-
|i pour vos.,


V~toments
I t


Propos d'liygione

do* Ecoliers


Les tissus d'origine vegEtale
( lin, coton, chanvre ), sont pli s
recommandables pour la con-
lection des vetements dans les
pays chauds que ceux de pro-
venannce animal, come la
lane et la so e.
La raison en est que les pre-
miers sont plus frais, parce que
les fibres qui les component ont
un certain pouvoir d'imbibition
attirant et absorbant les vapeurs
d'eau continues dans l'air. Si
leur trame est serrEe et leur
coultur blanche, ils protegent
hien la peau centre les rayons
solaires et une trop rapide Eva-
poralion iutanee, causes fre-
quentes i'irritation ou de re-
troidiss-ement
II Inut done, dans les pays
chauds, se v-tr legeremnent en
tissu blanc A mailles sniEes, de
provenance vegetale. Les vE-
teminents d'nu 6colier de 5 'A 12
ans, A part le clhapeau, les sou-
liers,les has ou chaussetles (sur
I e q u e ls nous reviendrons )
doivent 6tre composes au plus
des trois pieces suivantes:
1) Un tricot lEger ou une che-
mise court et ample, 6vaste
au col, tronque aurx matches.
2) Des culottes courts et
samples.
3) Une blouse le6gre Egale-
inent ample.
La blouse el les culottes for-
ment parlois une seule et me-
me piece. La chemise peut etre
absente.
Les vtenimets des petites
filles de 5 A 12 se composent
aUssi oes trois pieces : la che-
mise, la culotte et la robe.






CE SOIR
NMone-Criste
Tocke de. elers
0.50.






ill '1E nil


Etiquette Bleu.


Cons


Vous savez que je suis bien
mtur et tris prepare pour la
CHOSE, mais devant Louis Bor-
no, je suis oblige de aBat Basa,
pour me servir de expression
typique de notre national Pantal.
Done mon cher Chevallier, a Bat
Bas Tout .
Passons A un autre ordre de
choses.

1,1. -AT. --1-


C IA RIiE` C LU B
el1 FOODNE ct".y
D CWay.5, NeMstat. N .L r at i, I


LES LAMES


v I V VUETAuhy&*p
r V Sont en acier, de I plus fine quaif
SLewu trmnchant -t toujoum parfvit -"
][. ,- au repassage quotidlen. Ell durma pgu '
\ ^- longtempns que touted autres lmes .
leur elmplol cwt beaucoup plus 1 ,
'~ ^ :r f


comampOmIDAnam

Port-au-Prince, le 18 Octobre
14.
A Monsieur Clement Magloire,
Directeur du Journal La MATIw
En Ville.
Mon cher Magloire,
J'ai eu A adresser le 28 sep.
tembre dernier une lettre A M.
Andr6 Victorin Fontanges Che-
valler, publiee dans le journal
a Haliti Commerciale da 4 oc-
tobre ecoule.
Cette lettre, sans mon assen-
timent, a 616 censure par Mon-
sieur Frederick Morin, Direc-
teur de a Haiti Coimmercialen,
qui sur la suggestion de Mon-
sieur Andre Chevallier en a en-
lev6 le principal passage.
Ce passage enlev6 aurait du
6tre lu par le public, avant me-
me la publication de la Circu-
laire du President Borno aux
Prefets de la R.publique.
Je vous prie done d'avoir l'a-
mabilite de publier la lettre en
enter, si vous le pouvez, si non,
le passage supprime.
Recevez, mon cher Magloire,
avec mes remerciement1 antici-
pes, mes salutations distinguees.
J. F. GEFFRARD,
Planteur.

Pour repondre au desir expri-
mg par notre ami Geffrard, nous
publions ci-dessous le passage
de la lettre supprime au mo-
ment ou elle paraissait ailleurs:-
Deux hommeh, politicians et
originaires des Gonaives, lun
n6 aux Cayes el I autre A Port-
au-Prince, je nomme Andre Che-
valler etConstantin Mayard pr6-
tendent A la presidenee de la Re-
publiqufe, ils sont comme Ion
dit vulgairement ici : Candidats.
Constantin Mayard a prepare
comme programme un outrage
intitule; Le Tourisme en Haiti.
En effet, c'est le tourisme am&-
ricain qui devra sauver du nau-
frage notre malheureux Pays.
Pourquoi ne 1'a-t-il pas publiE?
Est-ce qu'il attend qu'il soit Pre.
sident pour le fair? Bien qu'il
soit jeune et lettre, je crois que
I1 poque a passe pour lui. Ce
n'est pas tout d'6tre un homme
de lettres pour diriger un pays,
il faut avoir des aptitudes el des
connaissances vanrses, tre A pen
pres un Hoover, c'cest-A dire un
Realisateur.
Cependant dans so champagne
prEsidentielle, il 'm'a toujours
tenu dans I'ignorance qu'il Etait
candidate quoiqu'originaire des
Gonaives ma ville natale.
On a toujours un faible pour
m ville. Et ;c'est precisement
pourquoi j accorderais ma sym-
pathie A Andre Chevalier, ori-
ginaire des Gonaives comme lui.
Chevallier est actif, instruit, il
porte un nom illustre dans la
politique de ;e pays, ila Ecrit
ses impressions de voyage, il
parole bien I'anglais, seulement
le prononce A la Jamaicaine, il
est surtout sportsman, ce qui lui
donne un advantage considera-
ble sur Mayard. 11 a done bien
droit A la presidence de la Re-
publique. Mais comme il depend
en ce moment de Louis Biorno A
qui la Constitution laisse le droit
e nommer et da revoquer les
fonetionnaires de I'Elat, il doit
avoir I'Ame un peu inquiete, ne
sachant pas si Louis Borno de-
vra prolonger son mandate de
deux ans come Vasquez ou
bien se faire lire pour une troi-
sieme fois, ou s'll donnera sa
dEmission, la veille des elections
presidentielles. pour se presen-
ter le lendemain en simple ci-
toyen devant le Conseil d'Etat,
comme candidate A la presidence.
Great Question !
Je crois mon cher candidate
que vons perdez pour le mo-
ment votre temps.
C'est le Conseil d'Etat qui va
nommer le President d Haiti
avec une lormidable manifesta-
tion de Paysan s.


PAUoee, umm no-s VMa erSn
l'id6e de faire vos acas de
Chaussures et Costumes
du nouveau S'ock que cette
Maison vient de tecevuu.
LA PARiSlEhE
Angle <-rand'Rue et Miracles
Phone 2006.


Los oxpz6rnons
doe LO.Claudo & O uam
PARIS M. Georges Claude
a'est rendu cette annEe i Cuba
pour y laire une s6rie d'exp6-
riences sur la force thermique
des mars.
Le grand savant a r6sumE
ainsi qu'il suit les experiences
aunquellea il a prced6 :
a Ces experiences nEceauitent
un beau temps absola. Aussi si-
je et6 oblige de lee interrompre
aprds qu'une tempete au mois
d'aofit cut faith couler au fond
de la mer I'un des tuyaux lea
plus importantoade mon instal-
lation.Les dEgAts sont assez con-
siderables etias reparation sera
Evidemment tres cocteuse. Mais
dans une affaire comma celle-Ia,
ce n'est pas I'argent qui compete,
cest le succ6s final ; et sur ce
point, je suis assure que, I'an
prochain, j'aurais tire tout le
part possible de mes experien-
ces.
a Je les reprendrai, en eftet,
au mois d'avril, quand le beau
temps va etre revenue A Cuba, at,
cette 'ois, come les donnees
du problem sont connues,com-
me les etudes sont terminEes, et
qu'il ne rest plus, en some,
qu A realiser.
a Ce que je veux surtout, ce
nest pas seulement amenager
une installation d'essai capable
de fonctionner pendant quelque
temps seulement mais quelque
chose de stable et de dfinitil,
et j'y parviendrai .
Comme on lui demandait
pourquoi ces experiences de-
vaient etre eflectuees dans des
regions si lo'ntaines, et si elles
ne pourraient etre poursuivies
sur les 6tes de France baign6es
par le gull-stream, M. Claude
r6pondit:
a Le seul tacteur du success,
c'est le beau temps, qui permet,
A Cuba, d'avoir de I'eau chaude
toute I'annke, alors que dans nos
pays d'Europe, nous n'aurions
cette eau tide que pendant'quel-
ques mois d'WEI E.

Exculieo ea Sovietie
Rostov-sur-le-Don.- Quator-
ze Russes don't deux ancient
olficiers generaux de I'a-m e et
trois propriEtaires oni 6 6 ext-
cuts sous l'accusation d'avoir
cr66 une organisation monar-
chiste c o n tre-rvolutionnaire
dans lea montagnes du nord Au,
Caucase.
Krasnodav-Vingt-et-un hom
mes, bandits et contre-revolu-
tionnaires,ont 6t executes pour
menees subversives et vols dans
lea campagnes.

Journalism
amn6ricain
Des instructions qu'un grand
journal de New-York adresse A
sea correspondents, nous d6ta-
chons ce qui suit:
a Si, dans votre ville,un chlen'
mord un homme, ne bougez
pas.Meme si la bete eat enragEe,
'ev6nement est banal et ne vaut
pas d'etre mentionne. Par con-
tre,si un homme mord un chien,
n'h6sitez pas:tElegraphiez ou tA-
16phonez. C'est justement Ia le
genre de nouvelles que nous re-
cherchons ,.
VoilA qui explique bien de.
choses et qui nous aiders, A !'a-
venir, A ,ompreedre les jour-
naux americams, don't certain
pages, remplies da puatilitEs,
laissent par ois reveurs ceux qui
lesa parcouient.


Dei ni re
eure
|--
Avec ce imouvement exces*
sil qu'il y a
i LA PARISIENNE
pendant lM deniers jours de


J'Voicid lePneu que'

\ vous aliendiez.. i

ien t deta btir le

..nouveau record di

MILLE


I


Ce super'PDflW
F&9 e se edt~6d
tonuc erate
pour le praptiS"
euti~rebalft CO~
Ions Ice$ pnevol
ALL (BqI

Doug Yen u~N


PH


Les Disques Sensationm

d'ODION

Monteaux Les Bouffons, Credo d*amour,La mht du e
rn Evangile, rAtglon, La chaise, Chanteler, CAte
temps ouv eau.
Mistinguette- 11 m'a vue nueea c'est Pari, O '.
7out a c'est pour vous, Parisette,'Misou, Chdri je iy
Gouinl- Elle a erdu son pantalon, 7oi, La Veue Jj
Reve de IValse, Aleluia, Bonsoir Madame la Lun,
Aliralda. Je nai plus de maman, Les millions d'A
renade 2osse/i, Lhiquita, EcouLe la chanson du loir
Chameau, Je suis un tendre, Ah I dis-le, dis.
Dans la lisle nouvelle dOctobre il y a 450 numnthw
veaux el Sensationnels. bn rdeuum mnme court est im^
ici et nous notons ci-aprhs seulement quelques uns ,
miros prdcddemment dpuiss et qui sont revenues "e
Rires: fouRire, ihe Blacksmuh Rag, Hilarids,
Chant Religieux -hoelitinuigt chritiens, Ave Aarte
nod). Agnus Dei. 1
Ninon Vallin Duo des hirondelles (de hignon),l'
excquise, Berceuse de Jocelyne chantede).
Orchestra Vieunois Marche des lorgerons, Le
re la loret Noire. La korge de la oret ( imitations de
de) Le Pantin (blues), hapolitana ( valse ).
Jazz Ramona /valse). hallelujah ( charleston ),
Stack 0' Lee blues, Down heart blues, I' m leaupv
Albany (blues), Lonesome love sick blues, Ay Blue hi
I yesterday, Black Botom. Lucky Day
Tangos et Meri'ngues Piccolo havio del HAaximt
Rinconada, Ole tu gracia. A media Luz, lederacion. GA
Guitares Hawiennes La Paloma, Maria hari. a
7 u-tu hoi, he manao healoha.
Demandez la liste Gdnerale d'Octobre.
BAZAR OD90ON
J. KARAYANY


ICRO DE PESTEL A
Aulear d me Caudidatre Avis
Co.annale. Les plaquesde licence :
v6hicules sont pretes. 0
Le distingeu, l'int6gre Magis. se procurer sa patenle
treat Communal de Peatel, Mon- aq ues seront livr
steur Job Fignolk, candidate ia Is pla ser doive t
r6lection, eat aussi-un intellec- pces sr d lvhi e
tuel, un grand plantena qui rFve. r PS vI
A ccmur 1 bonheur d la mnas e ler Jahvier 193Q0,t a
pay sarie. hicule ne sera mue
President de la Commission culer apres le 3 JgU't
Communal avant lea atiende- sans .re pourvu dela Ik
meiuts, kla Magistrat Communal) 1930. Les permit dck
lelendemain du vote des amen- pour l'exerciee 1930"11
dements, il est inutile de le pr*. & galement prdts.
senter. cat ouvripr de Ia pre- C I. MUlRRA
mire here eun membre Major, Garde d'
du Part Ntio ProgreAiste Cht de la Pol
qui a pour Chef, eminent horn- Che d a l
me d'Etat, M9"ieur Louis Bor-
no, don't :le .GouvernemeMt a
a toujours,;,tutivd un d6vou. A 1
meant tranc E"ceIe en la er. A -i A louer
sonne de Me Fignole A qui nous
ddsirons une tres brillante vic- --o-
toire le 10 Janvier 1930. Maison coufortabiei-a
Ams. eifdpendances. Prix
grad A4venue MaglointlW
derridre IExposition.
Sadresser au Docteurr
Voir note 4 .*11 DP6ae Audain.


5


"'t""'~'~"-c--i-7F-


ON~m I".P.-u an


----------------------


"' ^


--~LI


I .. . ....


I- w-


&UAW% dmj-d


Nip Iq 144 Ph--


1


1


"I






LB M~TI N 86 Novembre 1929
-i-"- MI


-L --- ~it


Toutes les Polices


DJ-LA


'A a


EI


-nprennent la Protection. centre la


Foudre sans aucrmentation de taux


fu .LeBeos se Co


I Agents G6enraux


- .- --. -


A l',pleurien qui n'a jamais pens6 11 est pasteuris6 pour la puret6 e; la
A manger a*c le fromage ii y a une prEservation et soigneusement enve-
d6licietae surprise A'l Apremiere bou- lopp6. Le Kraft est economiquement
chee du d6licieux hromage amiricain envelopp6 pas de gaspillage de mor-
Kraft, A ceux qui ne sont pas initi6 ceauxou de pacquets. Pasidecroute.
A reliever le goit de leurs mets en y Prot646 par un paper de m6tal qui
ajoutant du fromege, le bon fromage, maintient chaque bouchbc .fraiche e
am&ricain Kraft leur apporteral un Ounmide.
gout nouveau A chaque plat. Votre apicier A Je fromage ameni-
cain Kraft, detmaahdez-Ie lui. Soule-
Le fromtage americain Kraft pr~. mentregardez pour la marque de fa-
par6 avec lea plats ou servi en tran- brique
ches ou cubes, ajoute une saveur dd- KRAFT ClrEESSE
licieuse aux mets. 1 chaIse toute bl Distributeu:
saveur des autres mets et il eat li- Pawey Ses orporton.
mme sainm et nourrissant. Port-au-Prinsw. T


I --


boni sem La future oonf6reno
but pas croire que tous I ieval .
it ins acceptent Ia loi La pAssibilite dan accord triparite
.ltion. Nombreux soult Iet esavisge
Sr6clament Ia liberty de PARIS- pans les milieu in-
U_ uils ont plefuir bloi- lernationaux *bien informs, on
Me, puritanisme eat ena I'impression que la Grande-
Pp puissant,'outre-Atlan- Bretagne et lesEtats-Unis sont
pur qu'on puisse easprer compietement d'accord sur les
.dans un d6lai rappro- grades lines de desarmemert
Sprohibitions anti-alcoo- naval mais que le tonnage ac-
Sp.. tuel des. croiseurs ne doit pas
.. demand pourtant, tre u oJifie usqu'A ce qu'on
dernierement un des sache ce que la France, r'ltalie
0, M. FU ncis Yarle, et le Japon oflriront comme re-
-nnde quela avantages duction.
saints ont tire de ia loi On envisage la possibility d'un
hibiton.* accord tripartite eatre la Gran-
P tle grand banquier, de Brefagne, les Etats-Unis et Ie
andonce qu'il va etre Japon A la? conference de jan-
S iassadeur A Rome, vier, cet accord pouvant etre
protest doucement : etendu A l'Italie.
-tra )Yarle, prmet- La jpositip de l' France& est
S8 .*4ooMrag A vo- incertaine.Lai criae tnisktirielle,
6sultant de la I.episi6n du ca-
** inet.Briand durervraisembla
!t bOeim blent 'plasitUaij nrs en'c-re
stel oet rr'e toutes les nagociations
hTON- Le Depart cler asie dt aitiS pLabrse6.
Stlit Inaltrequel tuellemenlTil ni y a aucurfe 'Idca
I if Eta-Uniia, tion que In France veuille nkgo
I b V hainemntf cier Ilraite edMoitil A iAre.


a pret d'ac-
Pour le transtert
-_Un~i dem pay-
U Dans ces con-
SPiar eents seraieni
P2MB r lpar la Bin
as lternatio-
lPprtera sur la Eci-
,MpetWne alt1 d* Wa-
Waluimr de 10 poor
1P4 millions des frais
Su de l'armae ameri-
; .u 251 millions pro,
.lkaM oes dea ci-
L6kiaIns par suite de


~t i-i- -





p. M*WmW~ZMO
ga.Puises*hmt'.mt
C,*D' 5 WILMU iRD


Derniere

Heure
Par sans-fil
5 Novembre 1929.
PARIS- Le nouveau cabin t
se reunira mardi pour d6cider
de sa polifique. Les opposants
de M. Tardieu so pr6parent A
renverser le nouveau gouverne-
mebt A I'ouverture de la seance.
BERLIN Les n6gociations
entire l'Allemgnoe et les Elats-
Unis sur les accords pour les
reparations commencbronlt la
fin de la semaine prochaine.
Edwin Wilson, premier secre-
taire de I'Ambassade americai-
ne A Paris, soumeltra Ie project
du trait propo,6 pal les Etats-
t UM STANCE( Allemagne)-
Le princeMax Von Baden, le
dernier Cbhncelier d'Allemagne
soow les Hohenzollern, eat gra-
vement malade.
SW#ASINGTON Le secri-
Staire d'Etat Stimson qui sera le
Schet de la delegation am6ricai-
as A la contearoDe navale qui
as tiendra A Loodreso a mos
.de iaVier pr.ochDina commen.-
ce A preparer la conl6rence qu il
doit avoir avec le detlegues jai-
anas quand ils arriveront A
iington en route pour la
* capatale agllaise. On cruil dais
SeaI l e se naval que le J.,
,aaciperar 10 A 7 portion-
lien de 3 a 5 elablis par la corn-
ftrence de Washington.
[ Ima nt6te JhOI do volcano
a Santa aarioN acoute ivie
beaucoup de personnts vivant
pr6s de sa be. La ville de
Quotzaltenagp eat trEs alar-
m6e ; on compete dEjA une ving-
- taine de morts.
b


aLe VeUg a1 Parisians
Ce Int un nouveau succ6s
pour la Directim de *Parisiana
!q exhibitiono dinmnche oir
'mr l'cran du beau film Le
Vertlie s. Un tr6s beau drame
Iet qa* nt e'setement Ia reptro
duction de le pi6ce de M. Char.
SIs.M.r6. Dilfrena partiess ont
Stir6 ratlention do public, le
Sdbut do las -Svelton en Rus-
slt, un souper dans on realau-
ratt dancing do Paris, etc. Qo
a aurtout admirn le jeo souple
et 6mouvant de Jacque Catelin
et de Lydia Lin qui s'est vrai-
mnaiment surpassse dans le rlf'
difficile de Natacha.


II y a un seal FLY-TOX
(Etiquette Bleu)


Pour les h bonaiss


*Le k;1Cl GincGici'aI ita

d'ecou rnin'cralC Pure


IJANS ruc


CANADIENNES


sur la VIE

EUG. Le BOSSE


-- I- 5-~%.


r~.
v


(les 330ul"ces
WkXHITE H.4 OCK
1-!, LL's INllu UBIS S L!\i


&


~~1
8111'1~1


De plus en plus les hom-
mes comprennent que leur
personnaht6 depend de leur
attrait personnel-et quecellt
attraction personnelle est ba-
s6e ou contraride par fa che-
velure. IUs trouvent dans

L'Exelento


Quinine Pommade
La combinaison ideale pour
I'attait et la sante de la che-
velure.
Une chevelure qui nest pas
en sante ne peut 6tre attra-
yante I La Pommade de Qui
nine Exelento est une pr6pa-
tion mtdicale.Elle embellit la
chevelure et la rend souple et
soyeuse, de telle sorte qu'elle
noqrrit aussi la chevelure et
lui donne la beauty et la sante.
En vente chez tous les dro-
guistes. PuI 0,30 centimes
seulement, il est expedie d6s
reception du prix. i
EXELENTO, MEDICINE S1
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents lemanaes pour tos
Ecrivez pour renseignements.

WASHINGTON L'lltalie a
declare que les Americains-Ita- C
liens peuvent visitor leur pays .
natal sans crainte de la cons-
cription militaire tout le temps 1-.
que l'Italie sera en paix. Ainsi bJC
semble se regler une longue dis .
pute qui a toujours existed entire i-
'Italie et les Etats-Unis. "t


VOLus


Lit en fer. Allez chcz

H. BALLONI Fils

mes nodeles sont les plus


.aux. Ls prix sont

onnels.


cx ccep


I


I/


& Co.


AuenjsGeneraux\


I
;1
-A
..1
-I
4'






'I


$1


minemlwatc;


L-ja I3oisson COnnu~e
Iais le mrondie enlitiff
E~ST UN
11A.-k -1 AJ.CIIISSiANT[
E.' UN

REC N\ Ni'"T

1FRO1I)
EILU MIWAVI:JL.E WHITE ~AtOJc
CdWNGERar. VWHITE'ROCk


desire achetr un


IAN IFAICIT 1 SI FEll I


Insurance to

Une des plus fortes COMPAGNIES


d'ASSURANCE


- -.1T-FAN A --


wmm mo


*I" -


-- -- F ---


lessl


I


~- -~l~-w-r-r-~I~~rr~---e-.-~-~-


I,


'CLUBS
q


Alolll.


_RR~cHEEmST'




V am .-_ - -


PAGE-3


Mercredi


'Le vftftll


6 Novembre 1929


- a a-


URODONALi


evite l'arterio scl6rose


_-- -


1i-amburg Amerika Linie
Le hac.au ( Cuba )), venant d'Europe est attend vers le
7 Novembre, de passage pour Kingstou, Sto-Domingo. San-
tiago de Cuba, pregnant trot et passagers.
Le navire (( Adalia ). venani de Cuba, sera ici vers le 9
Novembre pregnant frdt et passage s.
REINBOLD & Co, Agents.

y 0



Si vous avez quelques heures de loisir, le soir, et que
%(ous desirez les passer agr6ablement allez au
Pre-Cat-Tlan
oii vous trouverez, la plus belle salle de bal, la musique la
meilleure exicut6e par un orthophonic dernier cri et aussi
les boissons les plus fratch6s et les plus pures.
Champagne, biWre allemande ou nationale,liqueurs de routes
sortes.


AVIS
Parents, ddsirez-vous etre
mensuellement mis au cou-
rant dn travail, de la conduit
et application de vos entanits
a i'ecole par uu correspon-
dant serieux, adressez-vous A
Mr ANDRg; MONPLAISIR
lustituteur diploma et pro-
lesseur it l'Ecole des Fr6res
Mgr A. J. M. Guilloux au No
1130 de la Rue de l'Enterre-
ment. Port-au-Prince.
Offre d'emplol
On demand un jeune horn.
me intelligent,actif et *leu4
pour travaux de bureAu et
courses en ville.
S'adresser A ce journal.f

Assures-vous contre accident
6a a General Accident Hre &
Lile Assurance Corpotion Ii-
miled ).- Vve F. @
Agent GWnMral pour


I


RIemrcIomoflts


Monsieur Adrien Masson,
juge de paix de Trouin, re-
mercie bien sinctrement tons
%es anosi de Port-au-Prince,
P6tlon.Vftle, L6ogane, Grand
GoAve, Petit-GoAve, Jacmel et
Trouin qu lui ount e6mdgn6
des marques de sympathfe A
'occasion de la mort de son
. re M* EDMOND MASSON, fi-
,ci6 en Droit. avocat, an-
n Commissaire du Gouver-
ment de Pet ( oA',(, enle-
A M)s 1. I ft'i)lt l (. "aied!
(i Oc(o) rr cl '\rit, e. Its 11.ic
de croir, sa plus piof ,;-.
gratitude.
1rand-CoAve, le 28 Oct. 1929.
Madame V, Alix R y;
aet Mine M or ce E. E ; I
et Mine Fernan I I y; Me
"l, tir " j' /, ,, 1 ,,', !'


I mll ., .i Ill 1
c.,~. i; ks fiunitles Jour-
lan, Gaetjins, Roney, Nau'
Prul et Vilbon, remercient S.
Exc. le President de la RUp-
bliqueles 3ceurs de'St-Josph
de Clany,. la congrm'gon des


LEI 4SEUL.

Le Rhum Barbanc<


consacre


annefel


par olus de


de supremale;


Soas de riaul.


LOTERIE


(..":o.,-, r | !,! i ,' '1 < vtI, " au G
SU vi:l,,.I t 29,i y h c' !,Cc. du int tii,,a i ThWat .e
Le omitR d'administration est heureux que la nonvelle repartition comportant un plus gi
bre de lots agunants est la suivante:
1 Gros lot Gourdes] 2,000 4 lots de 20 Gouo
1 r 500 2 75A ots de lt o
1 100! 2Adulerjotp(


Peres du SttEsprit et les mee 2 de 50 Goardes 1001 2
bres du Cldrg ,le R.Pasteur P. a2 m i 50 2
Turmbull; fa Gendarmerie; 4 1 se tpr 2
les members de la colooie 4Lots semi nt ps r
6trang6re et les chers Amis Ift lo G d a pr l10 e
tant de la Capitale que de la 45 r lot Gourd t p r t
province qai leur out apport6 du 6r lot Gourds 5.0
Fe reconfort de 1 eur sympa- .,
thie dans la douluht'ese cir-
constance du dk6cde s .
ALIX ROY nlnmbian 4
leur 6poux, p6re, fils, fire, G a
neveu, parent et alli6, surve-
no le 25 Oqtobre dernier. GOa pD .fy
lis les pritut de bien voloir "mp y
agr6er ici il'expression 6imue IL steamer I) ol rat,* veqant
de leur profon de gratitude.- est auttendEs Pcrt,;*a rice 4e 5
Port- au-Prince, 4 hov, 1929. mnme jour poor rle poittdela (
______i_____________ ssatAtf.
.. .. Port-ea.Prince, le 2 Noven
MiI, nc 1 I K J

(% OU$ livrosles .le R6 st

boMilli darts n s
reaux en ville. Vous l l
qu'a nous! dire votrihit tT NOUVEAU
LAII[ERIEBAILEY NOUVEAU
Tde REST


Royal Hors d'!Euvr
-. -abarel Pilas du
Orophale.de.itr Ordre
Bar B rei me oque. n
Rendez-vozs de ceux qu AEtJkVO.
veulenf paser des momentsd T l /
agr6ables dans un coin de o tOUt DOUr (
verdure, en face de la mer
6vocatrice de volupt6 et de VINS TRfS SOfPNE MET
rdves.


WI .


I' du 361610t15
es 3 tternie*rs cfi-ffr
40,00
es 2 dernwe q*iftre



Stectmsh


t, &recueuieade
idui courant, I11p
Cooth,.ie plienanth
cmbee 1929.


kdr


SERVIW
LURANT

e varis,

Jour

ERT
jourdes 1
S CHOISI-P. P. P


ASSUREZ-VOUS


General Accident Fire &Li f


Assurance CorgoprtMi~aL

Ce.1 aGzwnii.*, cat one ds plusaimantea"e
do e gwj Lemoleit ue so couch. jaummis so sonc
Sms1P~lkescofltre ascendie comyrent aussi lab
cCsP6 om nw*atomobilas court ej s icndi~,(3'
canssft kabfttfd~fkxW personal OIws.
Sea ftolices MikdtQ6s SseamUN~IU 'uropes lut pal~b
SeN Polices control d font vuaSs dens Al'bi vrseat Lf
rsdev'rIallst dosew rt I e ? t~pa*.dyve MUDa~ 010
d'at meaios'4000 dIb pp~ d a~u~1[2 /oetUW


Veuve F.T

.SOI!S-' GEN". :


*5


~RM1GHA Aux~C
asnt dra~l pour Hatt

TOVAR & Co Miragodne. ,hA AN BL


a


Le.Double Eagle est

11 coCite sensiblemuent plus clier
que tout autre, imis ii pr sente,
par contre, un kilometrage et
une garantie det security plus
oeves ue ceux j'igLs iicessai-
res par lai majority des autoumo-
bilistes.
Le DOUBLEE EAGLE est un
pneu sans aucun equivalent, le
super-pneu dans toute ia force
du terne. !! est destin6 / iceux
qui veulent ignore tout ennui de
pneumatiques et qui pensent que
le prix dun pneu s'estime par le
coXt final un kilMnmtre.
Rien ne peut se compare au
nouveau i'N E L GOODYEAR
DOU BLE EAGILE. 'est tquelque
chose de spci.tal, de superieur a
tout ce qu'on pouvait pravoir
comtle bo n pneu.
' THE WEST INDIES
TRADING COMPANY
Distributeurs pour
la BRpublique d'Halti.








*-Raw- i -


-


-- __


.'- 1 >*


r


------ ------


I


I


'"


2idme;AANfrE N" 6839
Port-au-Prklce
rN*Ohe


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs