Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04309
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 10/28/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04309

Full Text



p ...


firnent Magloire
DI RECTEUR
8 IRUE AMERICAINE 1358

TELEPHONE N.s242

gme ANNEE N*6833


U


POR


a ~ ago--


Avanl qe de me jeler dams I t P
nil, ii a t e prteoir el Ie 4-l aidre,
mais quand so y 1st, jat reste
pies q.'* kl miprisct.
FIINELON


LUNDi -W~1u~t 2


LISANT

LES JOURNAUX


*'ivAUUGEs. (Pi esse et' contadictionv entire les deux
=isqe) IdIres.
S~| m One, t pd.p as, en eflet,
Sm'en veut, de part et pr6telndaie pas avoir affaire
~, d'avoir dit que, par avc, I'article 236 du Code pd.
ins, au lieu de la pr6- nal, en ne se r*jatant que
dictatorial qu'on dil, du texte constitutiionel, puis-
ne que nous soyons que re ttete lui me n'ac-
iroyaume de focus. Le corde *e droit det"'associei
iltinsi en passe de fair qu'A la condition dif.e conu-
I. former c oe qua prescrit le
,omme tous les mots Code.
( Voir notre sympa- Sur ce, ootre excellent con-
contrre L'Essor), la frre e .Le mpn me reproche
16 se chargermpeut-6tre d'avoir tort crolt que je
weloir I'expliquer pour, esse do jaaNlr p zdputa-
iwltre-neveux et d6ter-. lion d': ..laI# tLi Or,
a dans quelles circons- le leceur t Jugwr....
Saves il aura 6t6 dit: Au fond, i11 apy.l attre,
lit a si pen de m6- enlre le 2emps et mc i que 1 6-
painseur d'un malentendu,
pourquoi je m'em. chose absolument permise
l6 rlpeIae quete mot entire gens d'esprit et de hon
c6, telle une fl6che, A ton. I
d'un confrre qui La L. N.A.C. tombe sous le
re que, avant I'inerj coupI d I'art. 236, c'est-A-dire
a m e ri ca i n e, nous s r(gqie par les dispositions de
rios de ce trio de liber- cet article, come nous au-
t4irt de Ia press, lber- tres de la press sommes r6-
hvidvelle, lilert6 4.e es gis par la legislation sur la
asl6gislalive,, et que, presse, nonobstant le lexte del
I tm nous pro01ettalt le, la Constilution qui nous don-
rlet el I'hoaneur,. les ne e drllt d'Ocrare,
Moins s o n t veaus d44 Ea dautres terms, nous
p ces libert6s chez nous. avons ledroit d'6crire et de
tenps qu'oublie#, qiusi nous r6unir, sous la double
mrenent, et di ir6e restriction ,dicte p.ar la
It notre histoire de la Constisution. Tout journal
Ihatiea que pour carcge lombed'emble sous le coup
at let, sop regime, rf s de la Igislation sur la press,
pe d.passer les bornes toute association sons celui
,iORnnement ct de a d a Code 'nal: at vous n'ac-
ldiace et jai dit ce quon ceptez pas ces jurisdictions, ne
: ,creez pas de jot4ril, ne faites,
MIi que de seLomaqau r ps d'atsoiatin.
iti ." A.bi m.i AMu reste.le distiugOu maitre


pour les esprits cu,
Srpectlhes qui me
t rpti r* essavemn
d6montrer que, an, hieu
W4es tous dat4 ce vr,
Son. 6tat, idpan des,
[ n-on encore lointa4i p
"Eps absolument libres te
"de, l trt .,Jeseaahrai*
itsent de,4montrer lV

s ,fj'y pense, partois,sans
dlfoeus, simplemeat on,
li rend pas coipt% qp ne
pI, on estde bonne toi:
-pri plut6t un royaume...
eagles. Je ne tens pas au
me, mais it la chose.


frtre le 7 emps 6galement,
puis u'll dit que ( ceux qui
ont tormd cotte organisation,
ls plupart avocats, connais-
saient ce joli texte, et puis-
qu'itl met tant de soin intel.
lg ent et subtil A expliquer la
difference qui existed entire
adh rentsq et Imembres) en
vue d 'mpecbep ,qu qp ,con-
fo n .e analepcontreusament
la P ia-e* atir lIA a donnric


Siesn premiers avec i.so ecuuul.
S L Voil maiutenaut, j'espkre.
JLA UDE LA L. N. A. C., LE ootr confrbre bien d'accord
,?EMPS ET MOI. avec moi, Une seu'e petite
I ,I t chose resterait, A la rigueur,
[,emient mattre Pradel A expliquer; il dit: a(Is (les
dit, d'une part, que I'as- adherents) donnent a la Li-
I, qt iil preside, qut( a gue sa raisou d'existence, le
de 20 member s et qui droit de parler et d'agir au
PIs de reuponps, i ates anom el dans les interdts d'un
ne tombe pas SO6t le grand nombre de citoyens.,
pde 'article 236 du code Or, la creation de la Ligue
1 't d'aptre rt,,qut1e est apntri, 1re & c.ette popsul-
2e ee en tbitu '4e 1:*li-' latiu, ce qua portleaitccroire
21 de ia ConstitUl ipna insj qu'llie se serait ainsi cr6e
f' L 48 Itiquan ont ie saups ct1te raison 4'eistence
d ,saslodier conforrh- ni ce droit de-larier et d'a'
dIn l o en convenaul gir.... Mais Dieu me garden de
-iune que la ioi en ques- tomber d a ns I'irrev6rence.
lW .ps pl'p0e P Itri- sui tout A l~,ard de notre 6ru-
14Ui4 C I~.pas concerner son as- tant les (N daeddes pas..) mais
RUon, Ja fiit remarqp.e, dites...
Savai ane l4 e LUX.



Commnerce

des Livres scolaires

itdidciled'aypeler d'une pIltulellementi; ddpass6 ce
e 04miPmn % andn ade ilpire,Wmqie jon dit: c'esI
cMant desrptes de tH. a tnort...
i t qqe ele parents Deux abus sont A d6noncel
aq,,tqui ter a j de ut de, a e sojet L tesld'aird.ce tt
.,ie anno s c.ir*e. I rt l tde livres don't, pout
tlit i I~'C"e"j eus(neemn.l l*v arrive guere

W e uabd sy. -&tti
'-" x eee sjsystem


SOUDtE ELECTRIQUE,
S.a nouvelle soniu:re 1dectrique d'aujourd'hui a annuld ia
vieille methode de l'oxyde scetyleeI
I Elie replace les vieilles rivettes. Les dcrous ne s'usent
pas A la soudure d Eictrique.

TRAVAUX DE REPARATION.


SII ny a ps ie de rs travaux avec la soudure blectriqu
A cause de son haul degr6 de chaleur. C'est la plus chanlde
flamme connue dnq.la sciences (Dix Mille Degr),
Fonte case, Fer torg.acier, Acier mblang6, -et lesfeuilles
m6talliques peuvent 4tre soud6s et rendus comme des pi6-
ces neuves I~r la soudure I'arc dlectrique
i Ressorts automobiles, roues, xei. Plate i de cyllndres
let im orte qu'elle parties d'automobiles en m6ta;. I
Mac hiesA coudre, Phonographe, Lits eQ fer, fourneau,
Pompes A eau, et eu lait tout ce qui est fait de metal. I
S Apportex vos reparations A Mir KINNEY.
En tace de la Station des Pompiers et il sera content de
.ous donn.pn travlil Expert.
,+ ___ _ "


d'enseigntom ws mlui qu'ont
coonu ceux d'entre nous qui
sont dans le voisinage de la
soixantaine, s' en remettait
lus aux professeurs qu'aux
livres; eeux ci talent plus
particulikrement A l'usage de
ceux-la: dececommerce intel-
leclucl jaillissait, l'enseig.,e-
ment auquel chaque profes-
scar donnait le tour particu-
ier de son esprit, qu'il ac-
commodait, a'l surplus. au
temperament particulier de
chaque 61eve. Leprogres in-
dividuel 6tait, a n'en pas dou-
ter,plus grand et plus certain.
Avec ce syst!me et A cette
heureuse 6poque, le profes-
seur demandait aux lives de
I'aider etlnon d e supplier ;
de li leur nombre restraint,
au grand soulagement des fa-
mril es.
Toute la plurali 6 des lives,
nous avons A denoncer le'
rhoix annrtel des auteurs, fait I
de tell facon et avec.,un tel
parti-pris commercial, qu'il
s'agit, chaque anyone, de cher-
cher des auteurs, ou nou-.
veaux, ou qui avaient cess6
d'etre en usage depuis un cer-
tain nombre d'ann6es. Or, il
y en a tant qui se font chaque
ann6e autoriser dans les 6co-
lesetquiont 6crit leurs ou-
vrages conformrment aux
programmes officials, que vb-
ritablement c'est...au choix.
S'il en cotle, A ceux don't
l'enseignement des &coles de-
p-nd, d4e reve.ir l'ancien
systeme,elffcace autant qu'pn-,
cien, d avoir pen de iivies,
mais..des protesseuts comnpe-
t nts, que, pour le moins, on
permette aux tamilles de pro-
curer les livres aux enlaqts
an gr6 de leu-sf:cili6s qu ipt
au choix des auteurs, pourvu
que ceux-ci aient ti6 autori-
ses dans les ecoles, par une
decision competente,e Frap-
ce ou ici. Car,ce qui imporle,
c:est l'enseignement du pro-
fesseur et sa melhode,'uoyens
personnel que le liyre do(
simp'ement aider eon 'adres-
sant la m6moire: il, va sns
dire que, quelque soit sop
auteur, l'616ve uP pent qu'V
retrouver.6 titre de rei6rend
et sous quelque form que ce
soit, les mmmes notions que
professe le maitre dans sa
chaire. Et un professeur en
tendu, quelque soil le liva
don't chaque 616ve est porter,
doit pouvoir trouver !e che-
min de l'intelligence 4e cet
l6ve pc ur y taire entrer les
notions coatenues dans le,Ii,!
vre. O4 arriverait-on donc A
douter que I'enseignement
soit n ar et quil s'sapprend?
An moins les livres des at-
nads auraient ainsi la chance
de servir, l'ann6e prochaine
aux plus jleunes,et, en some,
cela terait iorsJe commerce
t peut-tre;et pus d'enseigne-i
ment sans doute ?





( en tace fS p
- *;. >,


I


Club de

Petit-Goaive
Au course de sa seance du 24
Octobre courant, le Club de Pe-
tit-Golve a ainsi rmnouvele son
conseil d'administralion : I'rbsi.
dent : Maurice Cheriez; -Secrd-
taire: Ludovic Rigaud; Tre-
sorier : Jdr6me Poggi ; Con-
seillers : Emile Vital et Joseph
Jer6me.
Ttus nos compliments aux
nouveaux dignitaires et au pre-
sident sortant M. Louis Bonfoux,
qui a tail connailre au Club,
malgr6 des diflicultes sans nom-
bre, sms plus beaux jours de
triomphe.


Families
I 'Enseignement dornn6 A
L'IN'STITT TIPPENHAUER
est sans gal.
Pas de vains mots ni de
vaines processes, des r6sul-
tats ssrs et controls chaque
ann6e.
C'est la la garantle.


de la Brasserie

Se vend varioi


le


vCeI'Ce


sLijculicUrIc.


- - T -


ci joVxr i

En U aiortrins acirita de 'oppo-
,i tion, on est frppl de tiaeechwnce'
des contradictions qu'ilscontlnnentn
Sdel'etat d'esprit pour le moina caMu-
rant, qul'srivilent. Avec Impudeur.
si cen estlnconscience,ils devoilent Ie
souci uniqu qu ianine leurs auteurs.
d ins leursoi-disant dfensa de l p:l-
trie. Tous leurs grands mots ; seuvre
dbs Pires, principles aacrts, regime
i dmocratique, honneurdu pays.-- et
tout le tremblement, ne servent qu'.t
Smasquer les plus tristes appetite.
Monsieur Borno c a t accuse ces
jours-ci par eux a d'enlammnerla na-
Stiont, avec sea enolees patriotiques
frottez pas vos yeux,vous ave7. bicn Iu.
ICes nationalists lul reprochent ses
pieuses initiatives IA gardde Desaw-
[ines, de Christophe, de Vertiires. Et
ourtant si une attitude devait plaire
h des o rouges c' tait bien celle-1a.
Plus encore, ces rouges le denon-
cent aux Amrricains. Prene garden,
leur dit I'un d'eux, aux tendances
secretes de cet homee. Consid6rez
la course qu'il imnprime a sa politi-
que ".Ses fleurs a la main, ii se ren-
contre au Champ-de-Mars devant
I'Ancctre avec ceux (qlui 'inclinaient
devant le sabre glorieux "--etc.-Em-
porte par une soudaine tendresse
pour ,le r6giue de la cooperation
franche et cordiale, il continue :"Vo-
vez-vous:)'M. Borno r6elu unececon-
dle fois,glissant tilibetment sur cette
pente et entlanmannt la nation a ila
veillh de i'applicatioi ti la C onveui-
tion :' Qu'advic t nra-t-il deW la con-
fiance inutuelle ui devrn caracteri-
ser i ce; luoiuent- I' no' rsapports av\c
e's Eltats-Unis ? Ia, I'icrivain du
Nouvelliste" nous a faith toucher hIv
fond vaseux de son patriotism ". En
d'autres ternnes il:dit A 1'Amnricain :
Cet home aimed notre glorieux
passe, ii a le culte de nos grands
morts ;il n'est pas str, ii faut le met-
tre de ct ".- Encore un peu, cct
6crivain requerrait 'einprisonneminent
de M. Borno pour la sauvegardt, de
I'wruvre americaine en Haiti,- C'est
a se tenhr les c6tes pour rire.
En vArite,la majeure parties de 'op-
position n'est composer que de t tra-
gediens i, de com diens ,1 qui s'amu-
sent A jouer au patriote pour la cre-
dulite des gobe-mouches.
St6phen ALEXIS.


N OUS liVyronstes Ie lait
bouilli dans nos bu-
reaux en ville. Vous n'avez
qu'a nous dire votre heurc.
LAITERIEBAILEY
T6'1phone, 2183,


1


National

t Or 0,10

sa quality


ProeqCz oir'Ce poclhe eli




to Lo ~ll : s


-- J--.------ -.- --- ------ -


Nimporte la circonslancc...1
L: s tIl'u.h sont toujours de circonstance. Mais les Illenrs
ial ,gtncts ne retiennent is. I'at!C tlioni. Celles prepares'
1, r Mine Ernest CASTERA en gernes, corbilies et cou-
roinns torcent attention.
Les plus belles qouronnes artificiclles sont aussi chez
Madame ERNEST CASTERA ou Aux Cent Mille Articles
--- - "


Lucien Th. Lafontant

1538, Grand'Rue
Accessoires, p eces de rechange, articles divers pour'
automobiles et Camions de toutes Marques
GAZOLINE, HUILES pour Moteur, pour transmissions,et
pour dinCrenticl.
A la disposition de ses aimubles clients, Mr. LAFONTANTi
vieqt) lenti4jt dItlr npe pqope air Itetricitt,
uige facile m i rp. i rphoo Ume : 3 r3.i
I,~ r~ .*. 1 1.


II


...a vu. jeud soir, plans un d
nos calks dauisants toinbieu il
est quelque fois dangereux de
porter :;ecoi'rs iaux feinmes one
I'6n bat. Celle ci avail uni ani,
un alie ricain et elle, ille esl do-
mi nicaiuae. Sans que I'on seat
comment elle Mtail, ce soir-Ia.
au dancing sans son am;i. Mais
s ,ans que I'on sltt aussi ommiient.
I'ani-ericain se presenla vers la
mni-nuilt au dancing. Elle dan-
sail, comme elles dansenl tou-
les, vissees liit rallernient A son
(anseur. L'americain la tira A
lui et lui adinistra une de ces
vol6es qui auraient pu 6tre fa-
tales si quelques homnmes n'6-
taient inlervenus. Si besogne
faite, le yankee s'en alia. Et la
femme a ors se tournant pr's
de ceux qui l'avaient proteg(e
se mit A lett-r devideio un long
chapelet ( injures et ie repro.
ches. On n avait pas lc droit
d intervenir (tans une scene de
menage, on I'avait compromise,
et tuth quenti. El NOTRE (EIL
qui ne se lAche pas souvent,sou-
rit philosophiquementauxd'Ar-
tagnans,tres nombreux, qui pen-
saient qu'elle n'aurait que de la
reconnaissance pour eux, eux
qui i'avaient sauvde d'une cale
qui aurait pu Wtre fatale.


.. a vu, vendredi soir, A Ia
Grand'Hue, des gens vetus de
noir qui, assi. >ous une galerie
qui debordaii jusque sure trot-
'oir n emre, naurmuraient, can-
saient. s'inlerpelaient et quel-
ques fois m6me riaient. On cro-
yait A quelqu'accident. NOTRF.
(EIL glissa un regard dans la
foule et jusqu'au fond de la mai-
son. II y avail, dans uie chamn-
bre, quelqu'un qui venait d'en-
trer dans son sommneil extriemue
Ce u'ttait done. qu'une veill6e.4
4*6btote.


I A


11We
... a vu une scene des plus
attendrissantes et qui pronvent
qu'il existe encore quelques
cceurs honnetes et purs et pour
les uels les sentiments de fa-
mine ne sont pas lettres mortes.
L'autre soir, entire chien et loup
un jeune homme trWs en vue
promenait sur les trottoirs qui
bordent les quais,sa vieille mere.
Elle 6tait appuyee de tout elle A
son bras et le jeune home lui
expliquail comment le soir les
voiliers parent pour des voya-
gesdangereux, luidisait les noms
des bAteaux en rade, lIi siqua-
lait les endroits du ciel ou le
couchant met le plus de pour-
pre. et par moments lui indi.
quait du droigt un ami a saluer
ou~une vieille connaissanee pour
aquelle ii y avail un sourire A
atborer. C'etb:it tIrs toucliant el
NOTRE (EIL q(ui v1t (f'orti0flai0ic
tant de spectacles en eut rollcillr
un regain de confiunce el dejoic.
*
a vu deux fetinmes mari es
et qui causaient en riant. L'une
d'elles disait ;
Sais tu, mon mari a tout
A fait change.
Et I'autre r6pondit :
Comment? Dans quel sens
a-t ilchange?
Et la conversation continual:
Depuis u'il va A I'Eldor;a-
do. ce n est p us le meme horn-
me. Lorsqu il entire le midi il
m'embrasse, ce qu'il ne faisait
jaisait jamais. II fridonne des
airs chips au Radio Philipps.
Quel transformateurlce Gairaud.
1I change jusqu'au caracitre de
nos maris.
C'est peut-etre son nou-
veau cocktail ?
Peut-#tre. Mais en tout cas,
il faut b6nir ses nouvelles trou-
vailles puisqu'elles nous ramis
nent nos maris.
...a vu, devant une de nos
maisons de commerce, au Bord-
de-Mer, trois Anes, et deux che-
vaux qui stationntient relies
I'un A I autre par une corde zo-
rin tout A fait usee. 1'1 des autos
passaient et des camions klaxon-
naient et ce troupean de che-
vaux et d anes n'6tait diaige que
par une fillette qui 1iavait pas
plus de 10oa ns.


LA BIERE Nationale'


malgre


- I LL y III Is9~ I I C-_ I Y:C JRW od


--


oil IRMIRSEn? _~_


IL -


M


I-~-1 i


or ---------


--- m


L -- --r--- ~-~- -LI-~---l-


--" -


-- --------


'I









13






i



Si



:1,


'6













i''


I




U - ,


PAGE.- 2


LE MATINl- 28 Octobre 1929


Le reigne

de la Verit6


(Voir LE MATIN des 2 1, 24 et
25 () tobre 1929).
Si les grads domaines avaient
perdu I'ltalie, le morcellement a
perdu Haili. Ce systeme, bien
qu il garantlsse I'ind6pendance
de Iindigene, ne convent pas a
une masse don't la mentalitO est
nulle. Je crois avoir assez v6cu
dans les champs, voyage par tout
le pays, pour avancer que, d'une
faVon genrale, Ihabitant, petit
proprietaire ou lermier, ne tra -
vaille pas beaucoup. Son lopinI
de terre nest qu'en partic dleli-
ch6, tandis que les grands pro-
pri6taires, don't par malheur le
nomblre est bien restraint, se it-
vrent consciencieusement A la
culture. Aussi, on ne sltonnera
pas d'apprendre que ces deriiers
ach6tent maintenant dans nos
villes les coquettes maisons de
la plupart de nos bourgeois et de
ros gets d'lite victunes d un
train de vie par trop dispein-
dieux.
11 ecIt et prltbrable d'avoir,
en lieu et place des terres mor-
celees, des habitations de deux
A trois mille carreaux d'un seul
tenant. Elles eussent, 6 I'instar
des 1tpubliqucs I)omiuicaine
ei tie Cuba, allire des capitalis-
tes Ltrangers. Ceux-ci ens.setil
employ des bras. Le prx de la
iain d'teuvre eut augmented. L
c:1t)acilt d'achat de Ih itiin ietil
te plus lortke.
Iu regard a ces consi(I ration,
et ir celles minises plus lo)II, I
crois injuste de rendre les I'o i
voirs publics responsab!es de lti
gone qui allvcte quelques cita-
dins.
Son Excellence le President
Louis Borno s'ellorce de meltre
en plus grande valeur lesriclies-
ses de notre sol. Ne puis-je eni
appeler A la Standardisation du
Cal6 ?
La n6cessitl de cette measure
se justitie, vu que l'avenir ide
cette denree semble etre me-
nace. Les Etats de I'Ami%-
rique du Sud, notamment, en
qu6te d'autres debouches, et
dans I'intention evidence et legi-
tiuie de supplanter leurs con-
currents, preCsentaient des
6chantillons de tout premier
choix, alors que, de c c clt6-ci,
suit par negligence ou absence
de control, oa expediai aux
clients des stocks souvente fois
depr6ci6s. L'urgence du cas ne
permettait point d'6terniser des
etudes et des pourparlers qui
neussent pas eu ia vertu de nous
conduire A des resultals iufailli-
bles. Nous nobliendrons ces r.-
sultats qu'apres une serie d -
preuves qui, au lieu de compro.
mettre les int6rets des exporta-
teurs, les leront s'accommodtr
plus ais6ment tant du principle
que des modalites de cette loi.
Je ne pense pas que le mo-
ment soit venu pour nous de
degr6ver le cat6. Ce serait une
imprudence grave, ce produil
6tant notre prnncipale source de
revenues. J'ai tououours entendu
dire que, la-dessus, Haiti est fort
en retard. A mon avis, chaque
people devrait, tout en profitant
de l'experience de ses devan-
ciers, avoir des slatuts, soit po.-
litiques, financiers, ou iudiciai-
res, en rapport avec son histoire,
mes mceurs, son degree d'avance-


Lt\ CICIULATIO

Les galeries-trottoirs


Nous sommes obliges d'ap-
pelerainsi la sorte de terrasse
qui spare des ruesles maisons,
parce que tel est pr6cis ment le
rt'le des trottoirs. Un vieil ada-
ge veut qu'elles appartiennent a
I'Etat, et cela est vrai parce que
les superficies des propri6t6s
priv6es n'en tienuent g6n6rale-
inent pas compete. C'est, si Ion
veut, une espece de trottoirpar-
ticulier A chaque maison.
Or, les trottoirs appartien-
nent a la circulation publique.
C'est par toliraace de E'l'at que
nous pouvons nous asseoir de
vant notre porte lorsque nos
inaiso:is sont A facade exterieu-
re et c'est par abus que nous
laisons mnettre une couverture
a nos galeijis, croyant ainsi
nous les approprier. Que dire
alors du droit que nous nous
arrogeons d'6difier dessus un
veritable logement et, non con-
tents de cela, de prolonger ce
logeinent jusque sur la cliauss6e
pour nous payer le luxe d'un
< falcon .
II est certain que, le jour ou
I 1.at h lien s'aviserail tie pra-
Sti(uer A son profit le ciiique
suumn, bien des usages abusits
prendaient fin, car ce sont de
veritables expropriations a re-
hours auxquelles nous avons
Ii I rice.

meant, ses resources. )egre-
ver le cal6 sous le Iallacieux pro-
lexle (ue scul I'liabitant sup-
povie les dioits dont 11 est frap-
p .! L'habitant nr verse nien a
I E',t, puisqu'il ne tltpense pas :
le g *ntleman, qui rtipoad au
noin de F. Burr Ieynaud, paie
i la i)ouane un imp6t de cinq A
six dollars toutes les lois qu'il
lui prend la lantaisie ou qu'il
sent l'obligation de changer d ha-
bits. de souliers et de couvre-
chel.
II resort de mes observations
sur le petit propriktaire la
blote vive de la Nation que la
production agricole s'intensifie-
ia en raison directed de I'exten-
sion de la lumiere dans les
couches rurales. Lorsque le pay-
san saura lire et 6crire, il adop-
tera une nouvelle ligne de con-
duite, se cr6era une nouvelle
vie. 11 dounera un rendement
maximum de travail, car ii aura
plus de besoins. II cessera d'6tre
cette brute pour laqIelle il tau-
drait Ie touet du commander
ou les rigueurs du Code noir,
et qui lait de sa compagne une
esclave, landis que, lui-meme, it
court les gagueres ,, les ( price
res ), les a services ) et les veil-
lees. Se haussant au niveau de
ses devoirs civiques, ii com-
prendra que le bulletin de vote
est une arnie el qu'il ne doit pas
I'changer centre un morceau
de viande ou un coup de tafia.
Ce changement de i esprit du
paysan sera la compensation du
martyre que subit Son Excel-
lence le Pr6sident Louis Borno
conime le salute de I'Homme
sera le prix de la Crucifixion de
Jesus de Nazareth. En attend
dant, en dehors de la HASCO,
nous avons d'admirables plan-
tations d'ananas et de pites; et
ces entreprises, qui secourent
beaucoup de ma heureux, ont
eu toute I'attention du Gouver-
nement.
(A suivlre)


Nous nous empressonsde dire
que nous ne le suggerons pas
ans le sens de remettre, par les
profondes transformations qui
seraient n6cessaires, les choses
a leur place. Mais I'Etat n'etant
tout de m6me pas oblige, autre-
ment que par l'hospifalisation
de bienfaisance, de fournir au
logement de particuliers, ii fau-
dra bien,quandaura son'i pour
nous heree de fire de I'a ur-
banisme, rationnel et de nous
procurer des resources A cetle
fin, que I'Etat d6crete une es-
thltique obligatoire pour tous
les propri6taires priv6s ou qu'il
6tablisse sur les empiitements
don't il est victim, une taxation
particulibre.
'Tout cela revient A rappeler
que les galleries ) sont en pro.
pre des trottoirs et qu'elles doi-
vent 6ire menagCes pour pou-
voir servir come tels a la cir-
culation.
A PorC-au-Prince, notam-
ment, le G6nie municipal sem-
blait, pendant un moment, you-
loir Ie faire entendre ainsi. Mais
il semble reculer devant devant
le derangement de F'ordre des
choses depuis longlemps 6tabli.
11 se content de contr6ler les
constructions nouvelles.
Le fait est que notre circula-
tion, saul en certain endroits,
nest pas encore a ce point in-
tense qu'il soit indispensable de
reserver, come nous le disions
convenable lasemaine derniere,
la chaussbe pour les voilures et
les galleries trottoirs aux pistons.
Toutefois,l accroissement de cet-
te circulation autorisant A envi-
sager une telle destination, le
G6nie Municipal, aid6 de la D.
G. T. P., devrait, nous semble-
t-il, Ctudier, pour chaque rue, -
nous entendons parler de Port-
au-Prince tout d'abord,- le mo-
yen de rendre les galleries trot-
toirs propres A leurs veritables
tonctions, soit qu'il faille en as-
surer le nivellemenl,soit, en cas
d'impossibilit6 act uelle, qu'il
taille y supplier par quelques
.narches d'escalier accompa-
gn6es d'une plaque indicatrice
pour pr#venir le passant d'a-
voir A taire attention aux mar-
ches.C'est 1A une petite attention
municipal que Ion rencontre
tr6quemment a 1'tranger.Or, en
tout,je ne vois guere pour nous
d'autre moyen d 6voluer que de
suivre intelligemment ce qui se
tait a 1'tranger.
Sur cette question, tout le
monde A Port-au-Prince sail et
voit ce qui se pratique A la rue
des Fronts Forts, pour ne parler
aujourd'hui que de celle-la, of
les galeries-trottoirs deia en
parties impraticables pour dlfaut
de nivellenmenl, le devienuent
tout a lait, durant le jour, par
les 6talages suspendus, a contre
sens pr6cisCment de la circula-
tion.
Nous ne sommes pas contre
ces 6talages : nous trouvons seu
element qu'ils devraient etre dis
pos6s de Itaon A longer la ftaa
de de la boutique ou du maga
sin sans obstruer, et m6me mas-
quer, comme c'est le cas aujour
'hu, le passage des passants.
Pour ce simple cas, il sutfirait
d'un avis communal,- et nulle
ment d'un derangement du C6-
nie Municipal,- et nous nous
permettons de le solliciter dans
I'interet des nombreuses person


: SI I-

Lka te
a Vidk
Id
Frottd e le simple
action commence
(1) Comme an
peau, "attirant" I
(2) Vapoirc pa
medicinaleig sont
respiratoires affec
SLa plupart des
cette double actia
Pour obtenir %
s'adrerser A Vick
Street, Greensbori








I n




nes qui, quani dlarde le soleil
de midivoudraient pouvoir cir-
c nler dans la rue des Fronts-
SForts A I ombe, et aussi,ma toi,
dans I'inltret mme des bouti-
quiers que leurs etalages sus-
pendus privent, par ces temps
de chaleur, de l'ir indispensa
ble a leur san .i


Avis Commercial

Monsieur Fleury FEQUI -
RE soussigue s'empresse
d'annoncer a sa nom breuse
clhentle que par arret du
Tribunal de assal ion en date
de ce jour, i a tc r6gulie
rement remius a direction
de ses aflaircs.
II rappelle A ses fid6les Clients
qu'il se tieut toujours A leur
disposition, et qu-il les ser-
vira toujours avec le meme
empressement et la mnme
regularity que par lepass6.
Fleury FEQUlIER
Port-au.P, ince,le 24 Octobre
1929.
~ ---- --- -- ---


La peau ru-

gueuse n6es

site cc savon










II agit doucement sur les .
pores de telle tacon qu'il faith
mieux que nettoyeri. C'est une
combinaison de savon pour
la peau. II dissout toul te trace
de salet6 et aide la peau i
[ tre tendre et douce.
L'EXELENTO
Savon pe la peau
Produit une mousse epaisse
excelleote.
11 adoucit et onlive lhs ru,-
gositeset tohilu u te. cthir chp?
velu. 11 aide dome A maintenir
I'6tat de la sante.
En venteachez tous 1 es dro
guites. For, 0,30 centimes
I eulemeoti 11i est expedie ds


reception. du 'prix,
iBXELENToM.MDICINE
COMPANY
ArLANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents lemanaes pour tons

I irive pour reuseigoements.
-r ---- .-----
H il A & louer
A partir du 27 Octobre cou,
rant mi Yi de la grnpde halle,
sise Rue du 4agas[n de MEtat,
a cdie 4 la IhaIon 4lfred Coolk
recemment occupje pc' la Ge -.
darmerie ftHaifi.
-adrweser &
r fimr' grisA


1


Les Disques Sensationn!


d'ODEON

(Dans liSt' ( nouvelle rdOcl,)hre il y a 450 numerous N
veaux el Sensationnecls. in resume mIme courl est impose
Wij et nous nolons ci-apres seulcment quelques uns des
m/ros precedemment douises el qui sont re,,enus
Rires: tFou Rire, The Blacksmi h Rag, IHilarites. Jokes.
Chant Religieux--hoel Alinui s chretiens, Ave Maria (
nod), Agnus Dei. .,
Monteaux Les Bouffons, Credo d'amour,La m0ri du Lei
Ln Evangile, i'Aiglon, La chaise. Chantecler, Chance, PrA
lemps Aouveau.
Mistinguette 11 m'a vue nue, (Ia c'est Paris, On m'wi
lout Ca c'est pour ous, Parisette, hltsou, Chdri je t'aimras,
Gouin Elle a perdu son pantaon, Ioi,La Veute Joy0ff
Reve de aalse, Alelua. Bonsoir M&,dame la Lune, RaY
A iralda. Je n'ai plus de maman, Les millions d'ArlequiSi
renade 7 osseli, (hiquila, Ecoule la chanson du soir, Ahl
Chameau, Je suis un tendre, At I dis-le, dis. "'&
Ninon Vallin Duo des hirondelles (de Mignon),l
excquise, Berceuse de Jocelyne (chantee).
: Orchestre Viennois Marche des borgerons, Le
re la Pforet Aoire. La borge de la Ioret ( imitations de lh
de) Le Panlin (blues), hapolitana ( valse ). i
Jazz Ramona /t alse). hallelujah ( charleston ), QriW .!
Stack 0' Lee blues, Down heart blues, I' m leaving. fgL
Albany (blues), Lonesome love sick blues; My Blue haWeai
I eslerday, Black Botom. Lucky Day
Tangos et Meringues -, Piccolo havio del Maxim ,'
Rinconada, Ole lu gracia. A media Luz, 1ederacion, Glaor9
Guitares Hawiennes La Paloma, Maria Mari. 2
7 i tu hoi, he manao healoha.
Denmahdc: a lisle Gdndrale d'Octobre.
BAZAR ODtON
J. KARAYANY


RHUM HENRI Garden re

En peu de temps ce pro

duit remarquable a conquil

de haute lutte une renon


mc des


plus enviables.


Demandez toujours le

Rhum HENRI Gardere.


The Royal Mail Steam

PaciietG m i 0
Le vapeur uCulebhra I venaDt de Iingston et dt.
du Sud esat frindu & la Capitale vers'le 3 Novembre
preDant fret pour I'Europe via les ports du Nord.
Port-au-Prince, le 16 Octobre 1
e JI BIGIO, i
Adent 6n6ral de l%,gyal Steam Picket ComPOliY"
ST61phpide2 ;11.


Hotel, International
: ~Fond Aux Cayes en 1896.
,Trabstrt a Port-au-Prince, au Champ de MIr
,Propr6t6 Emile Blanchard.
Veuve T. FERRANDINI, Proprittaire..


I


Cbambres agrees. Cuisine frangaise,- Pension A pris "
Installation moderne tres contortable.
Ow parole aI ails, trqnCais, espagnol, itlia. i


'!


Insurance C


U ne'des plus iorteK COMPAGNIES


CANADIENNES d'ASSURANCE


sur la VIE

IG. Le 'BOSSE & Co,.

Agents Generaux


- i -M '. "I., .


- -I____, --


-cc --


- - -- -- CZ~Z~Z~b


--~q~r


- -----------------~


I _


.


I


q


__








L.4 MATIN-28 Octobre 1929


FA G L 4-'


Les Journaux et Revues

de la-bas


*sr Is Po.d6e
pB les emotions
o saoot asssi taibles
hbolmms tout uS.
-ld done le v6tir.
a los dens sesM, s
oI e porte soi-m6me.
ace do la 'posie est
at nimble, De quoi
tirer de prochaines
d'orgueil. S u r ce
Sressrmble A Dieu.
me doit 6tre one f6te
I. II ne peut tre su-
des hommes out de
t'e id6e si vague que
aE me de leur Ideo est
la definition de Ia PoE-

i eat l'essai de repr6-
ei de restituer-par Iea
d a Iugage article, ces
a cette chose, que ten-
dwrment d'exprimer les
isrmes, les caresses, les
& sooupiri, etc et que
I vouloir exprimer les
as ce qu'ils ont d'appa-
do vie, on de dessein sup-
chose n'est pas ddflnis-
trement, Ell eat de as
4 cette 6nergie qui so d6-
i ripondre A ce qui eat....
*pue doit etre cache
Svers come la vertu
dans un fruit. Un fruit
ture, mais il ne parait
ice. On ne pervoit que
,mais on reCoit One
L'enchantement voile
soarriture insensible qu'il

i lybime est le developpe-
Cd'rune exclamation.
Ai moindre rature, le prin-
dinipiration total est rni-
L'itelligence efface ce que
a imprudemment cre.
donc lui laire une part, i
de produire des monstres.
ilera le partage ? Si c'est
e est done reine, et si ce
psi elle, sera-ce done one
e aveugle
--Uip~---
lie a ce grand succea de
I en tureur les gens sim-


plea qui croient onavementjqu'il
y a quelque chose sou l cuel de
plus important qa'une conven-
tion.Ils ot laeroyace naive aue
quelque pesm peu etre plus
profonde, puS ds lei.,, quune
convention queleouqso .
Ce n'et pa. e Imoln a re e-
meant de Ia rime, et par quoi,elle
carease le mains doucement I'o-
roille.
-- -
Dignitd du vers: on seul mot
'qui manque emptche tout.
Une chose r6uuie eat Ia trans-
tormation d'une chose manquie.
Done one chose manquee n'est
manqu6e que par abandon,
Un poime nest jamais ache-
v,-c'est toujours un accident
qui le termine, -c'est i dire
qui le donne au public. Ce soil
la lassitude, Ia demand de 1'edi
teur, Ia pouuse d'un autre poe-
me*
Mais jamais I'6tal meme de
I'ouvrage (si auteurr nest pas
on sot )ne montrequ'lu ne pour-
rail etre pousse, change, consi-
d6rd comme premiere approxi-
mation, ou ongine d une recher-
che nouvelle.
Je concois, quant A moi, que
le meme suit et presque lee me-
mea mots pourraient etre repris
ind6finiment et occuper toute
une vie.
SPerfection
c'est travail.
Paul VALERY

Urrur Kutuelle
On disait A Andre Maurois
qu,un 6crivain de ses amis, don't
don't il dit pourtant le plus
grand bien, ne cesse de la d6ni-
grer ftrocement chaque to is '
qu'il le peut.
II m6prise mon oeuvre autant
que j'estime la sienne, rdpliqua
I auteur de Bernard Quesnay et
de Climats. Mais qui salt ? Nous
nous trompons peut-4tre tous
les deux...

Encre
A propose d'encre, il exilte
une jolie expression de Barr6s.
Pour dire qu'il avait tdrit un li-
vre d'une trait, il disait :
J'ai ecrit cela d'une seule en
cre I


CITY of NEW-YORK

INSURANCE Co

assurance conire incendie
iTotes les Polices d6livr6es par notre Compagnie couvrent
riques centre INCENDIE par la FOUDRE, sans aucune
suopplmentaire.


Agents Generaux pour Haiti :

Curaao Trading Co


saveur delici
1g yaun nbsavmaf JIj5W t4.u
por 0001;* (Wre pmirea re & wucnvo *
tromage Saie Kraft.
La rich em la saurfondantecommm e
wou n'en aves jamaia goatti avant,
moat desnra une nomulle apprdcia-
tion de combien est bon t ifromage
Suiue.
La MeWeaw diutincHLe difiWrO "at
acheod pr k choir adroitement com.-
Mbn d fromages Saiue de tons lst
AIm prren Il e'/iu, tout le
milange etfpar ;ii licieuse
savour du Froma/ : ,.' KIraft qui
est an ddlics E les palais. des con-
naIwsr d&I m as.


S.


A.


PrAtMAcE
PRInC(PALE
H. CANONNE
40, RusB tsumus
o0 SOULIVAro iaWuOL
PARIS
vendaut
1 lIanaI MARuaCO 0 VC
muits du PnaiMm Xuqrw
I tomansu d prmain ftUahM
UNE 8EULE QUALTA :
LA MEILLEURE*



-----
RAYON SP iCIAL1
POUR LES COLONIES
DROGUoMI9, HBRBORaStXRIB
A PPIAUTIS
Prmem ot Itnqusem
BABL DB QUONItNE PUI

ampoules. eomprim cachets.
OLDVONSa HTPODZR)IQmUZ
BANDAGES, CEINTUIR.,
BAB A VARICES

poor ton usages
APPARKILS ORTHOPADIQUIX
Seingue. hypodermiqnea
PltNAMIES Dt POCHE, DE VOYVME
COFFRES PHARMACEUTIQUES
peor Utines, Comnues, etc.
Projest de Factares
et tow renseignements
uwr demand. adrem i
PHARMACIE PRINCIPAL
49, RUE RIAUIUI
NH, BOULEVARD StBA8TWK
0 PARIS
MASON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en France ni i l'Etranger.


- mm


A louer


Maison comfortable avec cou
ei dipendances. Prix moderO.
Sise 4 venue MaglolreAmbroise,
derriere I Exposition.
Sadresser au Docteur Eugene
Audain.
,mur u ON [for

MICGRAINESONSTIPATION
CONGESTION, TOURDISSM
EMBARRAS CASTRIQUE .
IL SUFFIT de prendre
AI'un do vae reps
(toua@ I deourseJ wue- wMnt), i

PILEdoIDEHIETI
14T,R dauFaboul rSt-DealiPARIS
hia lIatuts* Irslrtthluh
qul sont out falt blanohes
aetuo fame Amman I"e meO
DEHAUTAPARIS
.se tr.. SdI a i dt IlaMsM nor


vs du Suisse
.LVilb:hlid<.tpfelprde mr:( t pro-
i'eet p 0ite ur du Soaine e
vous Frapporf intact en morinc x ou
paqus de fromage Suisse Kraft. II e e
ausui fti et htumide. Pas de gercuruk,
pas de crute. Pas de peau. Chaqu
morceau et frai elt bon d manger.
EB moyge ce surcient frotage Suiue
Kaft. potrepiciren a. Soye blen sdr
qaue le romage que oem achetez a. l
marquede fabriqie K[RAFT CHEESE.
fistrlbaterun:
PAfULEY ;SA'LE9 CORP
Port-au-Prince.

u. '


I i. And r6 Th6rlv
C'est Andr, Therive qui rem-
plaF e au Temps come critique
litteraire l'irremplaqable Paul
Souday.M.Therive est poete, to-
mancier, critique et grammai-
rien, ii a ecrit entr'autres livr. s
Le plus grand pchi qui a par-
tage avec Notre Damc de la Sa-
gssse de Pierre Dominique et un
tivre de Paul R6gnier.
LES NOUVELLES LITT9ERAIRES du
28 Septembre 1t92
I *. r- -= --q_ ll


ADOPTED

(3-1n-Ones,
Hulle de Bonne quality
Pour graisser les apparcils
de manage, lets que les ma
chines i coudre, les phoLo-
graphes, les aspiratcurs, les
ventilateurs electriques, les
ma hiues laver,les serrures.
les charnieres,les verrous,ete
il fault avoir soin d'employcr
de l'huile de b nne quality
et toujours economique.
L'huile A bon march est
toujours chere.
L'huile a 3-Ine One, est de
bonne quality.



Emp'iche la rouille -
cette huile netloic el polit.
Evite I'usure de la rouille
tres suFprieure anx huiles.
fluides ordinaires A employer
abondamment et rgulibre-
ment.
FrottLe sur une surface me-
lallique I'huile a 3-in-One j
penetre verittblement dans
pes pores du metal lei end im
lermeable et vile la houille.
Une idde nno, elle.
Employez I'huile (3-in-one))
prnr nettloyer et olir les
meublis, les bcierlies et tou-
tes les sui faces vernies ou
peintes.
En vente dans les quincail
leries, Its pharinacirs, Ics ar-
mureries et les magasins, en
flacons de trois grandeurs et
en burettes.


GRATIS :


Demandez i '-
chantillon en
gros et la listed
desapplications
THREE- IN-
ONE OIL COMIC
S S PANY,Londres,
New-York
U. S. A.
J. D. MAXWELL & Co.
1619, Rue RUpublicaine,
Grand'Rue
Port auPrince, Haiti


Le 1 epartement a decide
S:, o ncours trois
< ." v.r,,nfls a I'Ecole
Normale de Jeuues filles. -
Le concourse aura lieu le jeudi
31 Octobre au siege de I Eta-
blissement. I'our prendre part
au concouis, il faut ttre mu-
ni do Brevet Simple de ca-
pacit6.
Port-au-PrinceIe 26 Oetobre
1929.


I ------- l -


La Boisson connue

dans le monde entier


RAFRAZCHISSANT
Er UN

RECONSTITUANT

FROID
EAU MINERALE WHITE*. ORO
GOING ERAz. VVRITE ROCk

,.e ,eul Ginceral fait

d'eau mineral


des Sources pure

WHITE ROCK
DANS TOUS LES MEILLEURS HOTEI S
CLUBS, CAFES ET RESTAURANTS


Mohr


&


Laurin


Distributeurs Port-au-Prince, ( Haiti ).


Derniere

Heure


Par suns-fil
27 Octobre.


MOSCOU -Trente cinq per-
sonnes, y compris des o'nciers
ce I'armee sovielique, ont etd
executes pour avoir participe h
deux atlentats pour renverser le
Gouvernement de la Russie.
WASHINGTON Les Eta's-
Unis et I'Allemagne negocient
apartment t un plan pour arri-
ver A oblenir les provisions du
plan de reparations Young con-
cernant I'Amerique.
CHICAGO-Joan Lacoste, I'u-
ne dts premieres lemmes qui
ont pris part aux courses d'au
'oniobiles, a 61C reconnue cou-
p; ble d'un vol 6 main arm6e et
condamn'e A 14 ans de prison.
PARIS- On a cl6 eonnd dans
les cercles politiqi es et mon-
dains d'apprendre le divorce de
Michel Clemenceau, le fils aine
du Tigre. qui availt pouse Mell
Ida De Clynsen.
MEXICO Melle Elisabeth
Morrow, la fille de i'Ambassa-
deur d s l:als- Unis, a demand(l
la permission d'enseigner I'an-
glais dans deux ecoles du Mexi-
que A litre gracieux.
NO'IIHAMPTON- Mme Le-
mira Godhue,la mere de la lenti
me de I'ex-president Calvin Coo-


lidge, est morte apres une nuria-
die qui I'avait revenue 21 moist A
i'h6pital.
NEW YORK- Alfred it bear
courtier en bijoux, a etC victim
d'un vol d'une caisse conlenant
27,000 dollars de bijoux.ll allIr-
me que le vol a te perpetre
pendant la nuit.
Washington- L'ambassadeur
Dawes,l'une des plus prominent
les figures de la ;dernitre conti
rence navale anglo-ambircaine,
eat choisi come membre de la de
hlgation am6ricaine qui repi6-
sentera lea Efats-Unis A la con-
lerence de reduction navale qui
se tiendra A Londres en janvier
prochain. Les aulres membres
de la deMlgation seront M. H. L.
Stamson, Secrelaire d'Efa,, les
s6nnleurs Heed du Pinsylvanie
et Robinson de I'A'kknsas.
NEW-YORK-Le nom de Ur-
ban Dileman Jr, doit ctre :joute
A la lisle des victims de la mer.
Parti de Grace Haibor mardi
dernier pour traverse I'Atlanti-
que, on n'a pas eu d( nouvelles
de lui depuis. On croit qu'll a
du amerrir A la suite ( dent.



MENAGERESI
Pour teindre tous tissue :
SLAINE. COTTON, SOl., rtc...
a& cun produit n'6 1ai!
"La MAVURESQIE"
Enve riteAlort ,,i I'riire 'h arti h lI
Pliarinta ic Ic '. I {.Ko 41. i PL4i,.r(.
Ct lou u]i]l llh l.lln% i'. i, i l 11
E, hav'"t c FERCO. I ASNIt RES (Se,ne) Farese
& V, C. FERCOQ. i ASNItRES (Seine) Fraw


L Th. LAFONTANT
Accessoires pour automobiles
Gasoline, Huile, Accessoires et Pieces de Reciange pour
automobiles .
Les meilleurs pneus et Chambres), air pour toute autf
'U camions.
Halle Gardiner
No 1538, Grand'Rue.-Port-au-Prince, (Haiti)


COUSSINS-POUPEES-

ABAT-JOUR.




Dernier cri


F hone 2267


ou prendie


adresse


au journal.


1 0 .,


-


~acle~


I..Im


I


At4


MA--Wmv


W .


:i


KP*Af T CHEESEE*




I-----_~._ __~~_~~__~ _


e) i ; .. [
*bP -ww


r "-


- .


I~ Ml~rYJ 29 O)ctohre 1921


D'AUTOS LAISSERONT LES FA-

L RRIQUES EQUIPEES DE PNEUS

PENDANT L'ANNIE 1929

1 9


LE S Ingiuicurs dis nitmai irfctres d'automobiles choisissent
le Pueu FISK ALL, CORD parce que ils donnent une bone
traction ? Unc purete de freinage et couvrent plus de mille sous
u'importe quel climate.
Les motori-tes experiments en I laiti 'choisissent le PNEU FISK
ALL C()OI) pour les nmmes raisons et pace qu'ils obtiennent un
iicilleur service ? I'lus de mille quils neo out tail I'exprrience
avec les auties pueus
Vous n'su:iiz une id6e de ce PNEU que quand vous I'aurez essay
DIs qu'il vous fudra un Ineu, achetez un FISK ALL CORD.


FI ANCK J. MARTIN

Distributeur.
I'PACE (GEFFAIIDl). POIT-AU-PRINCE (Haiti).'-- Phone: 2539.
Salle d'cxposition, Angle des Rues Pavie et R6publicaine.


__~~~~~~~0


ALUMINUM LINE
,D6parts r6guliers de New-Orl6ans,
et de Mobile pour Port-au Prince.
IE NE'-ORI.EANS DE MOBILE AT FENiDUi PORT-Al PIIINCE
26 Octobre 29 () lubre 4 Novcmble
SNovemlbwe 12 No,,eflt),rV 18 Novembre
" Novelmbre 26 Novemlre 2 I)ecembre
7 I)cenbre 1(0 l).cemllbre 16 Dkcemibre
21 I)cenlire 21 Dem)inbi e 30) Dcembr.
DI)6prts mensuels pour :es (:\yes et .lacmel.
Jj6,ia: t, directs pour tois les autres Ip (ts de la t 6 pub)lique.
Quianfl la Compagni Itrouve du Itrt.
our tons antlres r ns .ignements s'a dresser -l
A. de MATTEIS & Co
Agents G(enraux.
Ce 6 ()ctobre 1929.
Pr -- ---. -L--



Pr&(P i(4W-Lan


Si vois av(z quticquos h -oi rei Ie loii'-, Ic soir, et quc
VouW d~sircz Ves passer agri a'llctmion talict ai
Pre'-"'4-. t-T I a n1
oil vous trotivtier laI In lilv sa'ilei I( It:bl, Ia Lriisi(jiti la
mcilleure cxi~cut~ e par Uti mrthoph')Iioni c Ilde Ii a *f l t 'aussi
les boissons; les plus t'raiche.i ct les plus ipures.
t,hampagne, bi~re allemnande ou oationale,'iquenrs ie Loutes
sortes.
p..- a .--- ..-----


FISK RUOQED -


C'~ ili 'a jmais.~h'fai


0' iji a's jamais 1W fail
Ce qui me peatl Ire dfpass,.

Kola Champagne

F. SIJOURNE
Prpar6 dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Preparation et Vente
PHARMACIE F. SEJOURNE
Angle des Rtuis Roux et du Centre.
225, Rue F6rou
Aaeies Ipal de 1'1f6el iL'AVENIR,
Telephone: 2097.


CO RS ELEMENTAIIFS
Faisant droith la demand
des families, I'lsliiut TIPPE\-
Hl ER accepted de recevo r des
e itants pour les course 616-
mentaires de la 12e la 9e.
Des maitres de choix leur se-
ront sp6cialement attaches.
Ils auront tous les soins et
une surveillance de tous les
instants.
L'colagc esi dc 7 goeirlde
seUlelnt n ( ar n1cis Pour
totis autres e sigsi llt'nint';
s'adrt ssera I I ), t fct,.un I11
1. n a're 'o 1 37.


Panama Ratilroad Stcainslito Line
11,1'Vi'rce iorb poin cif(I' /)'D Si$Je?$ 1en

V yoIi ci r1W \ v y RlS'r)I3 L ,AN \M. ZONi. ,t ies PORTS de Ia COA
OUESI'de I A\IcI\IIJUE dui SUDR
Srividt'e el fp I ii evt service do transport tde passagoers et (it) IrLcd. eolIIHail
.4 14'. (,~ rt 1-ll~li vte ~ia New-Yord et Cristobal, C:mnal Zone, Isthiiie (te -Imama
Vlv l 1 .1 if 4efittils' agents potir Its prioci pa u xportk de I'E irop
Ecosse rrapce
V. V; )(),\A (:()- 17 James Street, I:IVEIiPOOL, E.W4ANI,


A,\ FRANC:E
A'n. Slll!.i 'iI A C son represent : If
Par les aiWjiis suitaunes: :
GELATLEY HANMEY & Co
21 Iue de la iepubliqde
Marseille
HZBNU PERON & Cie Lt
653 Quai Georges V '
I Havre
IIERNU PERON & Cie. Ltd
Rue du Moulin vapeur
Boulogus/Mer
HEHNU PERSON Cie. L,'
95 Rue de Marais
Paris
HE4NU PERON & Cie. Ltd
Rue de I fTranquillit6
SDunakerque
Hniu PEorN ICie Ltd.
Rde Roy
Bordeaux


CO EN HAGUE
Danemark
Mrs. E. A. BENDIX & Co
21 Allengade, Copenhagug
GENESIS
Italie
Mrs HENRY COB & CLERS
Piazza S. Matteo, No. 15
Genva. Italiel
OSLO, NORWAY
lInternational:
Speditionsselskad
HAMBOURO, GERMANY
Mr H. Vogemanu
0Hambourg,Germany
GOTTOURC SW-mrPsaDI
Nordisk ExproM
SGottemburge, Sweeden
ROTTERDAM, EMak
Mr. It Vogemann
Rotteidam, Hollande


Conservez voire peau

radieusemen t fraic


N'usez pas du traitml.,
dqssusa vec les savoa
Snires.Ne croyez pas qS
les savous vert sont I
d'huilede pale et d'i
!Pour votre gouvern
Ssile savon Palmolive qI.,
achetez porte sur la
noire le mot Pglmo 4
SFaire la cour la a beaut,. leltre dor6es,'envelopp.
Cela ne lait pas naltre ia el le cachet rougeau
beaut. parquet avec le roo
Sous le toucher du rouge lie dessus. e avop..
huit avec art, la douceur de ie est jamais
a enveloppe .
la poudre vous donnera l'ap-1 envelop ret d
parence d'une belle peau.Pour U.seul e ret da -a
conserver cette peau belle Mol .ives.t .dns
faites tonjours selon les r6- exclusive: et .l est1
cret de beauty moodile|
gles universellement recom- ret-de beut6mond
mand6es. archer.
Chaque soir avant de vous Colgate PALMLI
mettre au lit,massezvous la Co Chicago U.S.A. ,
figure et le rou avecla mousse Le savon Palmohvln
du savon Palmolive. Serve jmais vendu non
vous de vos deux mains. les.
huiles de palmeet d'olives d6-
licatement m lang es, d'une
mousse riclte,agissent come ~3~3
un lubrifiant sur la fine tex-
ture de la peau. Elle parvien- \-
nenta la vraie peau, et re- -:y -
nouvellent l'assise secondaire. liepr6sentants-pour
Elles p6entreut dans les pores J. D. MAXWELL
qui auparavant etaient aptes A 1619, Rue R6pubtL
s'encombrer de poussi6er par (Grad'Rue) "
la scr6tiou. Eles pr6viennent Port au Prince, (


Venez voir nos Magasins.de radiopar on .- H o :;cs et
longues Nous vous donnerons uue demo esr.lti '.1 u 'i
uorte quelle heure.
Ptulydes -erfgrenccs almosphiriques.
W- Indies TrdA- Co. Distributeure
PuIY4s' IADio'.PortrI Priun --T66phone No, 2216


I -^,


i1


Ilt
-- c'


--


- I


;t

Cs~~l.


I
I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs