Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04308
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 10/26/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04308

Full Text
I Irm. -


Onment Magloire
DitLCTELP -

I5L HRUE AMERICAINE 1358
T PHONE No 2242

oiwe ;NNEE N* 6832


c E'st ie sort drei pneses d~u
grand heme d'E re Irxsdrs mn
sesesell en ltr? Vs mainn, MIAi
doas celles des autres.
II IN~fBERT


ri r SAME-1 26 OCOBIiE 1929


SMA POUR OUVRAR PL DO
de a PO I I ULE imprimerie Edmond Chei
SHtos ei.rqouis'occupent de cho
e r "j administratess cormp rendro
,_is avonA .tabli hbier quo uine*, dans 'aurche sa la nj i Jcessil Elle vient de rdeun
Iv r p iotique du Pr. r As u i da k ns un coquet volume tout
It Bor ne s'est jamais Naise pose les lois relatives aux closes con
iaeNUe. nous avons rap- devan ous, leurs descen- I V L, PA T DES P BU, munales. Elle y a joint les Ar,
Wueliu uees a o,. p' dan c'es.t v, Tt 1s concernant la commune et
Olcieell par lesqitdees if esisa6ur. le ''r 4 y 00 !u Code rural.Voici en quels term,
Sso tradu la reconnais- second liberation. non plus I I'Editeur prisente son recueili
an nation et aux crat4r9 qcotroJ'raDngr, Aqette beuere 1 c- P.c
obpatrie ltenne. cordialeBe0iAtakkTmiiscontre' .I ir e e i Prilace
S des par le noust passolS *forhfVmne, centre n ot'e lord Le recueil de 16gislation coli n1i11
o scles, a en ddgale IC p4s ,.de. di4vi4, et do' desas-, le que nous livrons auiourd'hui A
gen senti at patr otsque es, qui. pe r u r pot[r. vie OF ii cni i prend le texte de tout
p../eus lois et de tons les arritrs, relate
lMime CU aux Hetot sOcie, sor tntre vit e politi- A la mature communal en vigueu
rln6pendae. Cest Ie' Pr- q sr Q"tte. 'e lvilpdpeiiev t Outre sa valeur documnentaire, il e
at qi dant A -une tr.s onomique, sr notre exis. PI SK RUGGED- siun gude sr pour les ontrill
*ba_'t'" q --, -,--,"a. .t ,ho e ,i t & "e bles, les fonctionnaires, les gens('Wl
gId pen fim rite le *fec. at e )le)me! C'est le meilleur fairies, en uu mot.r tousceuxqu
I leoflo eposenta0|tit- .. done.. rd,..ion doms, I nIl fn Iabriqu par A luntitre quelconq e.peat intbress
Sle rtes de Dessali- al onc Ua reaction don e i IS muqupar I 1 la connaissance de I'Administratic
J Ii'"" Voi i e parle LE NoUVELLISTEest une iISK TI$E Coet i e des chose communales.
I. e rpo. Voici en n6cessit6,elle doit se fire non ; < (i done une I lcomprend aussi le texte du Co
term dans s la- pas dans lapolitique da Go- I eilleure traction rural. complement nacessaire d'u
rde J I-pas mreile documentation, en raisond
ii vernedfttctuel qui a ac- u loniervice. earaetre rural de la plus grande pa
W S ato ir5B 2i. quit ^ll N111" IneonDW% l N* ^I *^s qu'il vous Iie de,., Co,nmunes, deb lRpublic,,
|ou sefas HtmlP.uu de- I bles. nis dfn= n, -- winds I hIdudra changer de Bien que plusieurs f.spositions I
4ae. + b10 udra changer de ,.. gales routes reetntes soient verii
jachr opp esc is e voyez : inodifier nalore isolation coniUU
de nni .. .de leut ambit 6 irr6alia- F K J. MARTIN 'c< et rural ant.trieure 1915 po
e trolJ Ja edsceri dbles ablt i" I- J. I I adapter en parties A I'ordre tes ch
lr6s I CaUpitale nla bes. Distributeur ses ui a dans cette annee, sn poi
r ., ...taIe a I"Gerard de", 1'exptience rve. da
de i' ii 6pD dance et le II est bon d'ajioter q u e i lace Geflrard e at, i'exprience rvel, da
ou mouent o6u 'doi- toutes les fois quil sagit de I ort-au- rince. quell ucs lacuner impol iantes, Ia n
ireposepli6ie.A c6te Des- 49annro u e. 4nm.ai..atiCj. 41 I cessie6 de modifications nouvelles
et P ttino' ilT-ttt-' i]T rta t du l"us haul intwrot. La loi de 1l
sur le3 Conseils commnunaux est e
out enoti', attentive dans sla construction des gran effet desuile dans plus d'une de s
'hoi aux grands sou- des routes publiques. Is pen. -...... .....-._ i dispositions et au jugement de pl
de I'6popde tAl al, ke doi Prfidenat Borno se :-- ^ sieurs esprits sprtieuxc'ee t moins u,
iter profonde uied fetourneqjorp vers lesson IT Y f N ritahie quilfudrait de cette gis
eolennel du troisJanvier dateurs de la Patrie. 'est ainsi COi o. A Wl AVV- Y lr l lOtioni londanentale.
i comiprendre l salo- qu'il a fait denommor le pout U Ine tentative de ce genre fut fail
port6e e. sur la rivikre Fer A Cheval en 192U R parCE gou-ernement acue

i legislative pri sous I'Artibonite, ,o9gdpisant don't lea travaux out faith I'objet d'i
%Wv do Acami1 1F0h, 1 j-4 O Ra port reinarquable qui fut pubi
active du Gouvnement Hinche od slii Assurance co re ncendie dt les cclusi
aMie les profanateurs des celui sur la fivitie'dtu imlI esperons-ie, seront en grande part
Miaments dresses aux He- a Pont Chiistopihem --et celui Toutes les Polices deivrees par notre Comnpagnie couvrenti e A proit dan un avenr prn.
. 1804, le geste spoowat 6 coostruit A Momtitiouns 0Pont les risques contre INCENDIE par la FOUDRE, sans aucunc, En attendant, ce petit recueil
triotiquedu Presideptde Louvertur.e. prime supplementaiie. rcunit ii esIntbinUa4parsdelad
slutant d6po i QOuoluqon dise, le Pr6si- Agents Genbraux pour Haiti : ermntio ucemmuall modete d' ti
isp- rbes de flears ao Oied deut de la R6publique d6dai- --un Code utile.
kistlatue protan6e du Fon- gneux des manieuyres indi- Cur alr ao Tradin C Ocfobre 1.929.
leior de I'Independance, le gnes tent6es par des politi l c. A. L'EDITEUR
Ik. homirnage rendu A la 'fiens sans scrupules poursui- }I_ ___
suse m6moire de Chris- vra son ceuvre de restaura- ii .- ,,-,-------
I,'1imif orte Monarque lion national dans la fus
W rd itdI fes faits sont complete s6r&t6.--11 est gien mente son ncours de consid ra-
Slia'd~l. nations scientiflques indispensa-
Wit logquedeea concep- convaincu que'si le patriotis- bis s
6i .Pr6side0, quant A la, me des groups opposants ne Cest ainsi quau suiet dun B \ 'E N national
I sissaDefi :.ara0ous0 constitute qu un honteux ca- plat de pommee de leire qu'elle LA IB.1141 L i\ tl n P I
fux vail Ots lib6rateurs mouflage, I e s coop6rateurs faisait preparer par ses 616ves, .
.1. 0 atioal. :* amricains sont, eux mrmes, elle a appris ia celles ci I'origine
,nous plalt de rappeler assez patrioles pour I'approu- ellavaleur nutritive de la pom- d -
paroles suivanles pro- ver daus les diverse mani- me de terre. Un tel enseigne. d 1 aISSerie NatlOn ale
s par le Chef de la Na-' festations que lui dictent son ment ne pout dtre qu'eficace et
Sl'inaugutalo du mo-amour de la Parie et son bienfai sant.
trig6 A Dessalines et culle des .Hros qui lorg6rent Lea course de couture bdee (co e djr Se vend parlout Or 0,10"
ion: ls sont morts en- sla Libert6 et I'Indpndance Miles Lafontantet Durand.
.Etl l semble que ette de la nation haltienne. Celle-lA estclarge ausi, des
ti6 ait jet come une legons de Morale. Je n ai pas A Ve 1re m algre sa qualite
re fatale sur I'existence N. 8 Dans I'article pa- manqu6 de lui rappeler Iim-
peuple cr66 par eux; car, ru bier A cette mdme place, portance de cet enscignement 1'1
ant plus de cent ans ce lire a la fin du 2" alin6a, 16re dans la formation de l'idividu Supe.let l1'. e
le se d6battit dansl 4a des- cologne: s'empare du pou- et du citoyen.
.dans des querelles sans voirau lieu des'accuapierrqui, Mile EthIa test alltachve sp6-
,des dissensions mes- d'ailleurs on'est pas correct. cialement au course de n nie- Pr 0oleO ez voire poche el
rie. DdjA les enfants ont coin- 14.1
S .i, menc6 A travailler d- pe its pa t p ,
SMile Charimers s'occupe de so rei snO en to bui ant(
lOs coles professionnelles 1 o.euneetirants. Cesta lUe e I
Squestconfi6e la direction doli- 0 /rs"
cate de la Kinderga'en. i /.
La Directrice avec laquelle je
ipartement de l'Instruc- : enfants sont tous des de- voulais m'entretenir au suj.,t de ------ --- -m .m__ --
blique a reca ces jours- butants qu'on a groups par di- lex6cution des ouveaux pro-
a inspection Scolaire de in grammes se" troavait, malheu.
"*mPrince uh rapport sur Sit6t qu'ils auront acquis les reusement, A deS. Marc. Noni niT 't l mcirconsiao nce.
ilre tdcolc primaire pro. connaissances suflisantes, its se- c ionr de ma procleai ies
e ouverte a di- rt classes come vet ipoile la circoa ce...
d Service Technique gislation olaire En aen- modes A stvre en vue de leur Les fliers sont toujours de circonstance. Mats les flienr
spenentprofessionnel. d ts atreses dens leurs pine application; et ie vous final agencies ne retiennent pas I'at:eition. Celles pr6par6e.
ulu nos communi- cours respectifs travaillent A as- renseisperii mm6diatementsur par Mme Ernest CASTERA en gerbes, corbeilles et cou
Dapport pourbien mon- surer a clause A16mentaire cepont. de; Iar er ones torcent attention.
A navel qi ane re d'ves blen p6- la dos pion de cette 6cole 2 Les plus belles couronnes artificielles soot aussi chez
Sm uueau d'expe- pars. . ableaux noirs avec chevalets. Madame ERNEST CASTERA ou Aux Cent Millo Articles
p teii ? Itten- Au cours de ma visite.j'ai as- Veuillez a gr6er, Monsieur le
ql itrde ie sis A une cours M de lenade Secr6taired'ftai'expression de
pi.ent d notee chose fai par Mile Hudicourl. t -
Si. '.Plbc'". J'ai constatA un reel progres uos sentiments d .vous..


ine
ses
hir
es



ill
m-
rI-
les




te's

if-
la"



e r
ite



af-
nl

et
en
u-






lit
1-
fl-





Ins
et
ies
lu-
vr


ie.
let
1 -

til
ie


0-
ui
re
re


dans la m6thode de cette insti- VIAU, av.
Scelaire de Pt-as Phe. tutrice. Les 16eves ont bien com ---- Luc en Th. Lafontant
rince,le 18Obre. 1929. pris lesexplications qu'elle leur
are d'Etat deI'Ins- a fournies snr les trois regnes '! 1538, rn'R
tmeion Publie. de Ilas Nature. 11 m'sa 6t6 donn6 Fil Ace 1538, Gran *d'Rue
toSecrt re laAsi Eii Inr l m i I I; pro eoires, p*'ces de rechange, articles divers pour
"_tr di iqe -orl fas6io. e egle To r,-di i.Ensei iemen donna A a automobiless et Camions de toutes Marques
lai visit le misdi 15 pl6m6e de l'6cole Elie Dubois .ISTIT Ty vpIU'E GAZOLINE, HIILES pour Mo'eur. pour transmissions e
uera.., I'6cole profes- qni, avec l'adresse d une ma- e.t sat'il. pour diflrentirl. I
p.r Mme har. #re inte ete #t cilltlv6, fat- -',,
viYa. '9 o th t ,n coirs de p. Pa m. wots d ,A la dispostipn do ses gimobLes clients, Mr. LAFONTANTi
if d' I'tab *A value t... v et 6gal" zent d'ataller une poampe i air I &letricit6,
eour i Mile T'o ne otq e facile et rapid. TTphone : 3383.
!'s, rFpanti., qau 'm a", an-n6" .... 6 1 a, r, lk C j 4 8.,-i ;


... a vu un geste significatif.
' Un home d'affaires qui a beau-
coup de travail avait mis pr6s
de son bureau pour les visi-
leurs important' un fauteuil.
genre dodine, en coir. On s'y
trouvail si bien que vraiment
on n'avrt pas lorsque P'on s'y
etait gliss6 eniie de s'en aller.
Et survint un ihleur. Et qui
6tait en meme temps un tapeur.
11 se jeta dans le fauleuil. Et se
mit A se dodiner. II y testa plus
d'une here, po-ant au patron,
apres sa demnande d'argent, des
questions indiscretes et I'empd.
chant lilt6ralement de travail ler.
El il s'en alla enfin paisible-
ment, et en souriapt, le patron
so saisit du fautenil et le mit
Sdanls une autre pi6ce qui sert de
sale d'attente. Depuis, les visi-
leums, important ou simple-
iment tapeurs, doivent se con-
lenter de la banale chaise d'au-
trefois.
... a rencontr6 au Grand H6-
tel de France un de nos sym-
pathiques coniniervants qui trai-
nait a rs lui tout un appareil
pour a p6che. Comme on 1'en
blaguait, il dit :
Oui que P'on prenne bien
aarde. Je p~che toutes lessorfes
e poissons.
.. vit alors quelqu'un qui lait
A 'une des tables voisines ar-
borer une tte qui n'tait pas
des plus fiUres, ni des plus ras-
sur6es.
*


... a vu A un enterremen lfout
pres d'ici une jaquelle don't In
mode est des plus anciennes.
Cete jaquettle avaiteu scs beaux
jours A Port-au-Prince et NoTmHE
CEiL se rappelait I'avoir vue A
des thds dansanis et A de nom-
breuses receptions officielles,
portle par I'un de nos plus chics
I gentlemen d'alors. Cest ce
moment que quelqu'un se pen-
icha A I'oreille d'un de ses voi-
sins et lui dit ;
S-- Tu ne reconnais pas cetle
jaquette. Cest la jaquette de
noire ami S .. une trs ancienne
qu'il ne portait plus. Alors il 'a
fait vendre, ici.
*
... II disait qu'il faisait chiaud.
l't il avail uu coinplet cheviolle.
avec s'il vous plait un gilet croi-
se. Si Mle hirsute se coiffait
d'un feutre de velouis, son faux-
col rasail 'a nuque et ses taux-
poignets absorbaient de temps
en temps ses deux mains. Sa
chemise ltait d'une raideur toule
diplomalique. Et ii se deman-
dait comment pouvait-il avoir
si chaiud ? Comment NOTrBE I~S
ne palpiterkeit il pas de ses deux
paupicres (levant lant d'incons-
cience ou tant d'audace.
*
...a note, au mariagede mer-
credi mnlin, quelques invites,
homines et l'emmes, qui staient
v6lus A la derni6re mode, et por-
taient, en v6rite, des vetements
d'une perfection et d'une coupe
in6galables. Mais les availt vus
quelquesjours avant le marriage.
Tous ils avaient pass et s6iour-
n6 une bonne demi here *aLa
Parisienne ) et en etaient sorties,
chacun avec un important pa-
quet sous le bras. On ne s'ha-
bille bien, on ne chausse A ravir,
on ne se coiffe A la perfection
qu'A aLa Parisienne v.
... a vu une femme des mor-
nes qai suit, sous le soleil, sang
et eau. Elie dacida de s'Aponger
sla faceau moins.Suivant Ia sem-
piternelle habitude elle souleva
sa robe, se saisit de son jupon
et allait le porter A sa face. Elle
se rendit compete qu'elle n'tait
pas des plus propres et chan-
gea d'id6es. Eile pensa alors A
sa chemise.Elle n'Atait pas mieux
que le jupo,. Alors bravement, -
elle deux mitins et aprcs les essuya
dans s. robe gros bleu.
Auurez-vous coontre accident
A lan General Accident Fire &
Lile Amurance Corporation U-
l *.-- Vve PFi.ym.1
W ei &Vri PC-i -"


- *


" 1.


A l


-..- -"**


ift" 4


* .g~ ~


1 -' -


~'..3 ___ -- LC -,- "-


*..r+ l( Wf "-'f.


>







PAGE- 2


FI MATIN -- 26 Octobre 1929


Le regne

de la Verite


( Voir LE MATIN des 23 et 24
Octobre 1929).
Plusieurs causes concourent
a la crise commercial actuelle.
Cette crises, doil-elle 6tre uni-
quement impute A la situation
de fait qui p6se sur le pays, el
qui est li r6sultante brutale
'one latalit6 gdographique ? -
HaIti a le sort de toute lemme
possadant un charme ensorce-
eur. Ce charge lui valut lea
avances criminelles des con-
quistadores et lea gracieusetbs
mtranges des anglais et des Iran-
cais.
Certes, A la laveur de cette si-
tuation, nous voyons s'en allet
un peu de notre or; quepou-
vons-nous contre cela ? 1nous
avons le malheur, d'6tre faible
et divis6. Nous aussi, nous con-
tribuons largement au drainage
de notre fortune en encoura-
geant le dUveloppeinent de I'au-
tomobilisme. Quand nous je-
tons deux mille dollars environ
A cette prostitute qu'est la Buick,
le paysan, apris avoir vendu ses
products, entasse son argenl.
Dieu seul salt quel mionie it
cet argent sortira de la vieille
calebasse I L'6tat de choses, cr66
par I'impr6voyance de la bour-
geoisie et, de l'Mlile, joint A la
parcimonie nvolontaire du pay-
san, a ruin l'change.
J'excepte, lou elois, I'homme
des campagnes du Sud. Ayant
pris contact avec la civilisation
espagnole, il s'est 6vertu6 A ai-
mer le beau. Cela menavait de
nous coaster cher. L'6migralion
edt an6anti la culture dans ce
d6partement sans l'intervention
de la Secr6tairerie d'Etat de rln-
tArieur qui s'empressa de fire
voter la loi du 16< F6vrier 1924.
A lav6ritt, eet aniourdu beau
du paysan du Sud peut-.dre
aussi fl: ole que le premier
amour de note premiere jeu-
nesse, vu qu il manque A cet 616
ment le flambeau qui, lout en
#clairant la conscience entraine
I'6closion du jugement.
Nous devirons rendre un just
hommage 6 la bonne loi de Sun
Excellence le Pr6sident Louis
Borno qui, nanti de cette rc-
flexion, et voulant provoquer
I'6mancipalion de la masse pay-
sanne par la illusion de la lu-
mitre, augment le nombre des
Acoles dans la Ieoublique.
Monsieur F. Burr-Hteynaud
est, avant tout, un courtisan des
Muses. La sensibilile de son
Ame, en lui donuant une con-
ception ideale du pairiotisme,
1'empi-che d entrc v'oir les hien-
taits qui dkcouleront de celte
helle et grande organisation du
Service technique. Son sens Ile-
W vA de la morale et de l'estlili-
que qui, pariait-il, nua pas Ie dont
d'tIre invulni'rable, Ic com tuil ;t
des queslio.i.s de dclail, ti, pat
ricochet, 'loigne e de la no-
blesse du but (liir v ult ailete
dre ce Service. Son ontliOon, ;,
la vue de ces a niricains qui "k
devouent A linsiruction tie n
i enlants, lui lait oublier, av-
.le paragraph de la lettre en d..t
du 6 Juin 1929 du Socr:an.
d'Etat de I'Agriculture, Mr C( i
Bouchereau, au D)r Friemaun,
le serment dec nos ancetres. hs s
Peres du St-Esprit, les Freres
de St-Louis de Gonzague et de
institution Jn-MarLe ruilloux-
(A s.,silre)


A Jacmel Washington

La Standardization Le pros Fall se c mpliqae
WASHINGTON- La deleuse
Le notaire Emile Taluy,dans du cas Albert B. Fall, accuse
une lettre au Journal f La Pres- d'avoir acceptA un pot-de-vinde
seo), dit que dla loi sur la stan- 100.000 dollars pendant qu'il
dardisation telle qu'elle a 6lt 6tait secretaire de Ilnttrieur, a
vote es, appelee A fair deser- commence A la Cour supreme
ter nos campagnes par les que!- du district de Columbia.Le gou-
ques bras que des sentiments vernement avait au pr6alabte
de famille retenaient au clocher, fait entendre un tdmoignage ita-
A andantir toutes ros energies blissant que M.Harry F.Smclair
et A briser toutes les initiatives.* avail transtIr6 A ia a Fall's Cat-
Je me permets de vous dire tie Company a ( M. Fall posse-
que comme notaire, vous n'6tes dait un ranch ) une some de
pas ea contact direct avec les 268.500 dollars, api6s avoir re-
campagnhrds, e ta nt toujours Vu A bail les terrains pktrolilA-
pris par 'es occupations de votre res du Teapot Dome.
profession. La d6tense cherchera A prou-
L'habitant ne se plaint pas de ver que I'argent reva de M. Do-
la loi sur la standardisation, il heny 6tait un pr6t.
demand seulement que son ca- On considere que le t6moigna-
f1 sot c6tl un prix raisonna- ge precedent relatif A Sinclair
ble pour qu'il puisse faire lace est un l66ment d6lavorable pour
A ses engagemens. Je voyage la d6lense.C'est la premiere lois
constamment dans les mornes. que I'allaire des deux baux, reu-
Celte semaine encore, j'ai par- nis, Doheny et Sinclair, est sou-
couru les sections rurales de la muise A un lury ; on a ainsi I'im-
Vallde et de Morne-A-Bruiler. pression que Fall a regu 369.000
J'ai eu I'occasion de causer avec dollars de Sinclair et Doheny
certain campagnards, grands en 1921 et 1922.
propritlaires. 11s n'ont dit qu'a- La commission senaloriale
vec celte minthode de prepara- d'enqute sur le ( lobbyisme ) a
tion au pilon its percent beau- entendu deux tlmoins qui ont
coup.On a presque toujours un ad.nis avoir suivi de tres pros
cafe avarid. les discussions sur le tart au
Et pourquoi le campagnard Congres, mais qui out ni6 6tre
apportail-il son caf6 sans se don. des a lobbyists a.
ner la peine de le bien prdpa- M. Thomas 0. Marvin, prdsi-
rer? C'est que, avant la mise en de I'U. S. Commission du tarif,
vigueur de la Loi sur la Stan- a declar6 qu'avant d'etre nom-
dardisation, il ne sexposait A m6 A la commission il recevait
aucune sanction. Et depuis? Le 8,000 dollars par an du Home
campagiard, dans la crainte de Maiket Club de Boston, mais
ltoiber sous le coup de la loi,, quil s'occupait simplement de
se donne la peine de bien pr6- questions thAoriques de doua-
parer son caf6, avant de I'expA. lies.
dier en ville. M. William Burgess, ancien
Je n'6cris pas. Monsieur le membre de la commission, re-
Notaire, pour le plaisir d'6crire, 'oit 7,500 dollars de I'Associa-
et de critiquer. Moi, je vois le tion ambricaine des potiers. 11
c6th pratique des choses. La Loi 'reconnait avoir vu au sujet du
sur la standardisation a ses tarit des poteries, le s6nateur
boins cies. lPourquoi ne pas le bruoot p resident de la commis-
dire? P. l6t que de laire une sion des linaaces, et cinq au-
critique interessee qui s'inspire tres s6nateurs, mais il estime
un peu trop dle la politiquail- que ce nest pas IA do ((lobbyis-
lerie), pensions A aider le cam- me .
pagnard. Moi, savez-vous ce que
je vais faire?Je vais installer
dans la section rural de La
Vall6e une machine A d6corti-. N U VdlteS
quer le caf6. Cela aidera les ha-
bitants de I'endroit mieuxpr6- de France
parer leur cafe. Ils out tous bien .
accueilli I'id6e. Le parti radical socialist approuie
Voulez-vous, Monsieur le No. le projel de lIderation evropeenne
laire, que le pays rest toujours PAHIS La commission de
dans le m6me ('at? Est-ce la politique gen6rale du parti ra-
faute A ce Gouvernement s'il est dical socialist vient dapprou-
oblig6 de prendre pareille me- ver A l'unanimit6 le project de 16-
sure? Cette loi est une n6cessi- duration europ6enne expose par
tt,. On en ressentira les bons M. Briand A I'assemblte de la
elffts dans un avenir prochain. Soci6!6 des nations, en septem-
A\h, vraiment, un Gouverne- bre dernier.
nent bien intlentionne est tou- .Le parli radical socialist, qii
jouins cn lu tI centre ceux qui constitue un group puissant du
i'envisagent pas leI ien Mtre de centre-gauche, A la Chamubre,
la ( Cr)!'c 'ile pmais plutlt leurs s'est declare convaincu que la
petits niit ls de politicians. paix europeenne doit e.re ga-
Croy/.'e vous, Monisieur le No- rantie par une entente rordiale
taire, (lu'un aiilrc viendra taire entire la France etI l'Angle-erre,
iciux (iquiI Monsieur Borno:' el par des relations plus intimes
\'ous vo'us lroiiipu/. .ie ren alr- entre la Fr nce et 1 Allemnugne.
(qiet Ious ce\X li ci'ivent dans I'AlIS-D apiei I-,'Ere Nou-
Ilcs jouirnaux conule Iv (Gouver- velle n, M. Herriot a dctlire pu
i.el.ienil Il.ut1Il out ipris uline parl bliquem.ent qu'il return e tou e
at. ve 'i lia po|)liti(|1 C n fCii& sle (qu candidature a la piesidence du
a ubouli a IIntervention. parti r radical socialist.
I:riuest VOYAlI). .. .- _..
~ ~~~~ ~ .*-V''" r r- ** W^


Le procds Lambrino
Le proc6s en 400.000 francs
de pension alimentaire intent
par Mme Z zi Lambrino a son
ex-.poux morganalique,le prin-
ce Charles de Roumane, est ve-
nu devant le tribunal de la Sei-
ne, mais 'aiflaire a 0t6 renvoy4e
au 27 f6vrier prochain.
Mme Lambrino avail 6pous6
le prince Charles A Odessa en
1918, mais le marriage flt annu-
i, et le prince dpousa la prin-
cesse Hl66ne de Grace, mere du
petit roi Michel, souverain ac-
tuel de Roumanie.

Ambassades de Pologne
et des Eils-IJUais
VARSOVIE-On parle de plus
en plus d'elever au rang d'am
bissades les 16gations polonai
se et amdricaine respectivement
A Washington et A Varsovie. Le
fait s'est du reste produit pour
la Grande Brelagne. M. Cons-
lantin Skirmui, ministre A Lon.
dres, et sir illiam Erskine,mi.
nistre de Crande Brelagne A
Varsovie, ont 616 promus am-
bassadeurs.

Le Prince do Galles no
chasse plus
LONDIAES Le prince de
Galles a vendu ses chevaux de
chasse pendant la maladie du
roi et it n'a pas l'inlention de
chasser pendant la s tison.
Seul des qualre fils du roi
George, le duc dYoik a l'inten-
lion de chaser dans la region
de Naseby.

Importance
(de la publicity
' t L le rid de la prs.i(rile ', di( le
secrelaireadijoial du comarerce
WASHINGTON- -e Dr Ji.lius
Klein, sous-iecretaire an com-
mnerce, a declared que la publi-
cit6 tauit la cih I de la prosperitl
inondiale. Sans elle, le zommer-
ce moderne stradt paralyse.
Le Dr Kle n a retrace Ies pro-
grAs de la publicitI A t avers
its Ages.ll a i.'ppel ls discours
de M. Grsvenor Jones, du d6-
parlement du co inmerge,et d'Ed-
ward A. Filene, le to atu rant
bien connu, avant i congies de
la publicilA A Berlin.
M. Klein a d6clar6 :'s La pu-
blicitl, si die eat tfleclive, doit
r duire lea prix paye. par lea
consommateurs .et not les faire
monster .
11 a conclu en ce s.ns apits
avoir e.xmin les p1 ogis mou-
dianx et la prosp6ritA national
rIaultant de la pub;cit&.

Ral* A. louer
A partir du 27 Octobni cou.
rant mottli de la grande halle,
sise Rue du Magasin de I'Etat,
a c6iE dd la kaasi Alfred Cooke,
rtEemment occupee par la Gen-
darmerie HaiHi.
ireea er dA
i rMWVSIARK


I.


Parisiana
CE SOIR
A 5 heures : matinAe.
Dernitre Representation le
film devant ,tre retourn6 par le
aMacoris P.
ADIEU JEUXESSE!
Entre : 1.00 ; Balcon : 1,50.
DEMAIN SOIR
A 4 hs 1/2: Matin6e :
TITI Ier
ROI DES LOSSES.
( Suite)
Film mod-rue aux d6cors
somptueux.
C'est Uie avenlure parlois
touchante, pailois violent, tou
jours attach-inte et qui passion-
nera petits et grnndi.
ET
Mathias SanJerf
( Suite )
Entr6e : 0 )50; Blco i : 1.00
A 8 FIEURES
Grande S perroJuclion avec
la grande ved.ille alleminde :
Lil Dagover
LE

Tourbillon

de Paris
u'i. pis4 p1ir ..,ien l ) ivivier
d'api, le rminin de M ine A.re-
mant (( la Sirrizine ,.
C'es; une ceivi e de premier
ordre, u i dirame ringr.plhique
d'une ex e()liionellh.,v e,,iAr.
LE To'IBiILL')N Di: PAIIS est
un de ces fil n.s ltilUn *Ji qui est
digne da paliInoifu.ijelitehcel
de epJuyset ce Wesittlvinpe due,
mais c'etl dire vrai Voi: l'opi
nion de Mr aul Souillac a sa
sortie de la pr,-sentaiion
En ettle, ce ltim dans lequel st
r0v0le A nous uue grande Ar-
tiste Alleminande.
Lil Dagover, est un pur chef
d'ceuvre de lumiere, de ban
gout. de talent.
SLil Dagover, belle et d'un la-
eat remarquable, parfaite en


tous points dans son uncara. J,
lion d ile d'une temme ol,
d'une artiste complex. I
Gaston Jacquet, a donna
Lord Eb.nson une figure da
parlaite dignity.
Tout seralt A citer dansa c
grand film que Parisiana pe.-
sera demain.
La Chanson film~e est A dti lA
seule une trouvaille, et un pr ,
chet-d'uavre photographic. '0,
Rendez-vous de tout Port-02
Prince artistique et mondain : .
Domain A a Parisiansa .
Ertree : 2, 3, 4 Gourdes.
a



Varittcs -
DEMAIN SOIR
A 5 heures matinee :
Risquetout.
L Homae sau trois rmaques
Philips chintera pour les gans5.
0.50. '
A 8 HEURES
Grande soiib6e ponulaire. 'j
PHILIPS
dansc sps d int4 et ch nso'*.
E'r
Par une nuit
do Printeamprg,
Eaitrce : I G.

Pr-oqramail 4 C.ne rl d.i Di- *
che 27 octorbre 1929j
Aus4qiiqe du P1alais
S*us In haide tireetio du Liete* -
nani Lte Ja Bpptisle
1. Hvrnne du Centenaire.
2 Cavalere L gUre, O iverhtrd
3 Air VariA, Solo CtarinetH;'
4. Li File di Wgiineli. *
E STele. *
5 )Dolores, Valli.
6 Unlil Tiornorrow. FoTrW.
7 Mulheureuise Vie,


Demaiin,.

a Carrefour
GRAND BAL., DIVER
MENTS.
CHEZ Henrl Mo15


Lirice
EN N( )I-'3&i: hme PAGE'
SAMIEIDI 21;)()CTOBRE


PEN DULE S 'RiVEILS
t' Me ~


EACT IRS IFE



Insurance Co


Une des plus forte 'COMPAGNIES


CANADIENNES d'ASSURANCE


sur la VIE


EUG. Le BOSSE & Co.

Aaents Generaux


A


LES MOUCHES APPORTENT LES MALADIES DANS VOTRE
FOYER
Chaque fois qu'une moucheentre daus votre maison, elle porte avec elle
la mala ie. Votre propre santA et celle de votre foyer demandent que vous
yuez cet ennemi de I'humanit6. D6truisez les' facilement, surement et la
plus sur moyen est 1'emploi de FLIT.
j Le FLIT debarrasse une mason en qunelques minutes des germes de
maladies, des mouches, moustiques, punaises, cancrelats fourmis et
puces. 11 p6ntre dans les Interstices ou its soe cachent et d6truit leurs
at'us. Meurtrier pour les insects, inoffensif pour vous.- II ne tAche pas.
Ne confondez pas le FLITavec les Insecticides ordnaires
Son pouvoir destructeur assure toute satisfaction. II est fa-
brique par lea plus grande Manufactures d'insecticides du .
monde. Achetez aujourd'hui m6me du FLIT et un vapori-
sateur FLIT.


I


4A


WEST INDfA OIL


PORT AUPHINCE.


H6tel International
Fond6 Aux Cayes en 1896.
TranslWr6 A Port-au-Princ, au Champ de Mar",
Pr opri6t6 Fmia Blanithard.
Veuve T. FERRANDINI, Piopriltait e. -
Chambres agrees. Cuisine franaise,- Pension A prix
Installation moderne tries contortable.
On parie anglals, tranais, espagnol, italics.


-- ..


ii


:. ,,,


SPECTACLES


_ --i


__


I~~ra


I .


e Y I -I


I


L


1


_ _____


~


* J


f I I .





- '''~~ "i- ---s-~l-~.-r,:-_;]


236meANNEE No 6832


T6phone : 2242


Le Matin


SIX PACKS


'AGE-3tA


Samedi


26 Novembre 1929


di t axiomnie discutable
itr de bese a nos ju-
ts sur les personnel
do soot peu ou malI
s: Savoir qui les aime
lIes hailt Ce principle
rait nos rapports so-
beaucoup plus s0re.
que celuo-ci: a Dis-mol
ai hntes, je te dirai qui
lmo. En effect, les diverse
stnces de Ia vie quoti-
nous obligent parfois,
que soientoos deflan-
nos rpugnances intimes
Iiquenter- c'est le sens du
hunter telles person-
de qui dependent nos in-
iles plus serieux A qui
m16es nos destinies.
|eous taut bien, en pareil
-hlire centre fortune bon
,ainsi e est-il de beau-
Ide fonctiounaires, car si
'1 choisit. sa .arriAre, sui-
son got4,nbus possibil t16s
out pas plus loin el nous
us les .contacts que
I 1tat coniporte, les obli-
s sociales et mneme mon
qu'il impose le mieux
lb plus que nous puissions
*i4, c'est de r6duire obliga-
*in de conivenanes et con-
Itsd'affaires 'la plas strict
isesite. Manqper- au code
in convenances. tables. el
Id usages revus serait con I
pometire le r6sultat de noire
Slort.Lejugementdeceuxqui
IMs jugeraie t d'apris nos
rlbtions de command ris
q~erit neul fois sur dix d'e-
be totalement fauss6.
Lechoix de nos amis est
lmellleur indice, car si l'on
U choisit pas sa famille, non
$1us que sa parents moins
poche-ce lien que cr6e des
n arls infiniment respec-
W et solides entire des
,es souvent aux antipodes
M gfolts personnel, saut
hsprit de famille qui unit
o, faon irr6ductible,le choix
tsamis est pure question
d6W oI. L'intr6tt n'entre
Mr rien en ligne, mais, au
tM. premier rang. Iestime se
to eOn pent 6tablir en
iqu toute amitie torte et
a besoin, pour darer,
I ttle base solid: l'estime.
P ent estimer A fond une
#$PMone vers laquelle nous
S0 nous sentonsaucunement
p0tets, don't la pensee n'a au-
eut poiut de contact avec la
6*r0: il sufif,pour que nous
5timionsque son caract6re
"lus apparaisse, et soil en


rialit, d'une loyaute India-
culable et inbranilable, sans
sautes lesautres brusquesd'un
tempErament indompte, se
mouvaut dan uone atmosphb
re d'orage ; que nous puis.
sions none fier absolument A
la clairvoyance de son esprit
fortement discipline, de tell
sore que nous y trouvions
one soretI total comme sur
un roc inebranlable.
II n'est pas indispensable
que notre sensibility, notre
aflectuosit6 entrent en action.
On voit souvent on lien d'es-
time profonde unir deux per-
sonnes tr6s diff6'entes, lone
exuberante, I'autre r6serv6e,
une pensde tonjours prdte A
exterioriserjdeslcouceptions,et
'autre constamment rep'lee A
l'int6rleur. Lei rapports sent
serieux, slides dans les rela-
tions aiosi form6es,mais Iex-
pansion manque : Il'estime
n'a pas entratln I'amiti6 na
moins au debut. e nest qu'a-
pr6s de longs sondages que
les sentimen's doux s'insi-
nuent entire deux dtres et
qu'ils arrivent A s'aimer ce
quai se produit daus ce qu'on
appelle les a bons manages )
oA la tendresse, tardivement
close, s'6panouit en fl-urs
superbes,ean fruits savoureux.
Elle devient alors entire deux
p nx ce que les psycholo-
gues du sentlinent qualifient
amitie d'amoor,aussi 6loign&e
de ce qne I'on appelle vulgai.
recent I amour, que le p6le
1'est de notre meridien.
L'amour, la passion sen-
suelle repr6sent6e par ce mot,
u'est qu'un leu d'aiguilles de
pin : il crepite on instant,pro
jett6 des 6tincelles capable
d'embraser la fordt et les
alentours, causant de nom-
breux et s6rieux d6gAls, mais
it est incapable de produire
un eltet r6confortant sur ceux
qui se present autour de s.n
toyer. L'amiti6 d'amour est la
belle recompense de ceux qui
unis pour les bons et les
mauvais jours, out support
l'un pour I'autre appuy6s, le
poids des heures lourdes,sn-
vent jusqu'i l'angoihse, sans
quone jamai leur paix intime
ait6t. troub'le.Rares aujour-
d'hui sont crux qui nont pas
6t1 entrains dansa le tourbil-
lon important notre so:iA16
moderve veri l'anarchie des
sentiments, .le deswrdre des
c(euels et le malbeur des fa-
I illes.


Les Disques Sensationnels

d'ODEON

Doans la lisle. nourelle dOchtbre il y a 450 numidros Nou-
veaux e eSeysationnels. Ln rist.m meme cotrt sts f possible
iti el nous stolons ci rprds seulement quelques uns des Eu-
mdros precddenmment ipuists el qui sont rei enus
Slies: boa Rire, The Blaclsmi h Rag. lilarilis, Jokes.
Chant Religieux -hoel minui s chrhliens, Ave Maria (Gou-
nod). Agnus Dei. r d
Mcntca x Le Bouffons, Credo d'amour,La mrt du Loup,
Ln Etar,gile, I'Aiglon, La chaise, Chontecler, Chance, Prn.
tmps Aouveau.
Mislirgoitle 11 m'o vue nue, Ca c'rst Paris, On m'suit.
2iul Na c'esl pow ous, Parisctle, Milsou. (hiri je t'aime.Quit
ceinr- Elle perdu sn; anta on, 7oi La Veut e Joyeuse ,
Rt e de I alse, Aleluma Bonir A, dame la Lune, Ramona,
Aurolda Jc ,'ai p's de n mna n, Les millions d'Arlequin. Se-
inade losseli, t iq ita, Eto&'re la chnson du soir, Ah e
(h.tott Je suis ui tendie Ah I dis le, dis.
SNirCn Vi Ili Duo des hit ,ndelles (de hignon), iHeure
eacquise. Berceuse de Jocelyne handlele)
Onrhestle Vienrois Mat he des ,orgerons, Le moulin
re la f'otel Aoire. La l'orge dt la Foret ( imitations de la na-
*) Le Panlin (blues), ,apolitana ( valse ). .
Jazz- Ramona I alse). hallelujah( charlslon ). Original
Stack 0' Lee blues, Down heart blius, I mn leaving for
Albany (blues), Lonesome love sick blues, iy Blue heaven
esterda Ilaek Bolem. I uck Day .
T..lrho0s e1 Meirgu(s Pia'colo Aavio del Maxims, La
I'tIo.<.c'. (/Oe lit ra, ia. A media i.uz, lederacion. G.orla.
.t:rrcs HawiL.Lt- La Pafoma. Maria har. Tu-4-e
1 lu hoi. he manao hcaloha.
D.(-ande1 hIa lisle Gienrale fOclobre.
IAZAR ODO0N
J. KARATANY


La Politique" ,P sw ,"s' I RHUM HENRI Gard're


mPOUR BIEN JUG

POUR BIEN JUGER


pjeD eN lea




do M1 5':. Pbaraim~.


La derniere circulaire du Pre-
sident dt is Republique sus Pr,
lets a donnt lieu a divers com-
ment ires dans certain milieux.
Nous no'is y attentions; roppo -
sition ne veu' pas avouer que aIn
decision prsidentielle est justi-
Bfe par cel 6tat ad esprit dange-
reux, propice aux pires impul
sions do d6sordre a, resultat
d'une champagne anti-nationale
tant A l'int6rieur qu'A I'ext.rieur.
Comment rduair, en eflel, le
people en ses comices lorsque
ies esprils ne soot pas A Ia paix
et que Is d6magogie naltend
qi'une occasion favorable A son
explosion. Si le gouveroement
dispose de moyens de conlbattre.
le d6sordre, nest il pas plus sa-
5e. cependant de p- venir que
'avoir ,a rprimer ?
Les professionals de la turbu.
lences'en lamentent et les oppo-
sants ne cessent de rep6ter en
chwear qie tout eat perdu et que
l'absence des Chambres Legis-
latives, c'est la sfli... de la R6pu-
blique. Ces bruits et ccs pas.
sions ne peavent, heureusement
exercer aucune influence sur cet
iiqaniict naturellement d r o it
des masses popjlaires a qui ne
sauratent oublier que chez nous
le suffrage universe n'a jimais
616 qu'un m nsonge. Ndlaient-
ce pas, en elst, nos comman-
daits milita'res qui, jadis. nrm-
inai'nt les lui du people ) ?
L'heure 'West plus propice A
cette caricalure;e pour appren-
dre aux ci'oyens I'usagi du
bulletin de vo e, poar leur in-
culquer les vertus democra i-
ques et la pratique des lab-er6s
publiqiae', il faut, nous le r6pA-
tonis, autant de sinc6rilt6 que de
courag- de la part du pouvoir.
Nous n'entendons plus, sous
aucun pr6texte, sous aucune
forme, recommencer la-p6ril-
lease experience de nos Itles
civiles et de nos divisions intes-
tines d'o la palrie sortait chan-
celante et aftaiblie- cette pa-
trie qui, maiatenant autant que
nagu6re et plus que naguore, A
besomi de toutesles lumitres et
de tous les ddvouements.
Nul ne peut nier que durant
cette ptriode d'organisation et
d' 'Iucation publique que nous
Iraversons, seul est en measure
de garantir au debors notre in-
dependance elt, au dedans, notre
s6curit6, un gouwernement du-
rable et tort assez pour domi-
ner les 6v6 ements.
Q iellece ivre dt salt natio-
nal peut-on etfleacemeat entre-
prendre, s'il sulfit d'un jour d'6
election pour emnporer les id.es
les meilleures, les pitriotes Its
plus convaincus et les relor-
mes les plus salutaires I D'ail-
leurs ce qui imported pour I'a-
veuir d'un people ce nest pas le
droil de nommer directement
ses representants, mais c'e st
surtout celai d'etre bien gou-
vern.
Ft lorqAil se trove Aux af-
faires un gouvernement 6ner-
gique et soucieuide ses respon-
sabilit6!,*e, people au lieu de1 -
nerver ea 1'essayant de I'aflaiblir
doit sans cesse se r6p6ter avtc
Bossuet: a Ce quevo voulez
table A vous opprimer, devient
impuissant A vous proteger. x
Le Journal ( L ES CAYES)*

Panama Railroad
Steam hip line
Le steamer a Buenaveuluraa
est altendum Port-au-Prince,
venant de New-Yorkl'e nu.rdi
29 Octobre 1929, avec :
116 sacs de correspondance,
el partira dans lapre mi 1i
du mnse jour directement
pour Crislobal Caual Zone,
prenant fret.
S Jas. i C.VAN REEDl
Agent General
i J ...


En peu de temps ce pro-

duit remarquable a conquis

de haute lutte une renom-

mec des plus enviables.

Demandez toujours le

Rhum HENRI Gardere.






GraDldlHotel d France


NOUVEAU SERVICE

de 1RESTAUJRANT

Hours d'(Euvrc varies ou

Plats d(i Jout'

DESSERT


Le tout pour Gourdes 2,50
V INS TRI9S SOIGNE METS CHOISI-P. P. PATRIZI


De plus en plus led's 1'oni
uies comprennent que leur
personnalit6 depend de leur
atirait personnel--el que celile
attraction personnelle (st ha-
s6e on conlrariee par la che-
velure. Is trouvent dans

L'Exelento
Quinine Pommade
La combinaison ideale pour
l'attrait et la sanl6 de la che-
velure.
Une chevclure qui n'estpas
en santi ne peut etre altra-
yante La Pommade de Qui
nine Exelento est une pr6pa-
ition m6dicale.Elle embellit la
ichevelure el la rend couple el
soyeuse, de tele sore qu'elle
nourril aussi la (hervlure et
lui donne la beauty el la sant6.
Eo vente chez tous les dro-
guistes. P(ur 0,30 centimes
seulement, il est expadic ds(!
reception du prix.
EXELENTO, MEI(INE:
COMPANY
Ar'L\NTA, GEORGIA U.S A
Agents lemanties pour t ns
pays.
Ecrivez pour renseijnements

Meuse do bout doe an
Les tamilles Mercier,Boiir-
jolly,Georges Trabaud, Ir6n6e
Annoual et Henty Lebou g
front chanter a la Basilique
Notre-Dame une Messe de
RIEQUIEM,de bout de I'an pour
le repos des ames de leur tr6s
regrett6 pore et grand. -pre
henry Mercier cl de leur c hre
disparue Madame Henry Le-
bourg, nee Carmen An-
noual, leur niece, scear et
spouse; le mardi 5 Novem.
bre prochain A 6 heures du
martin.
En assish-nt A celte pieuse
c6r6monie, les p:irents el
amis donneouat aux families
6prouv6es une nouvelle prel-
ve de leur sympathie.
Le present avis tient lieu
d'invitation.


terres A Vitres pour vitrines el tableaux.
Vilres Pelies pour autos
Pare Brise (Windshield ) pour autos.
Nirsirs Biseaalks pour armoires el coifleuses Style Louis XV
et Louis XVI, ainsi de forme rectangulaire.
,ireirs Eneadr~ pour salon.
raad choix de loulnres pour cadres.
Eacadremeats pour portraits et agraudissementjfe Photos.
Tableau pour salon et salle a manger.
Marbres pour tombes.
LaNupes de Noils, e'c.
'ihparalion Je lireirstlAchs.
..-- -...


The Royal Mail Steam

Packet Company

Le ,vapeur (culebra |I veuant de Kingston et des ports
du Sud est atteudu i la aCapitalc vcrs.Ileo Novembi e prochain
pleLunt fiet pour I'Eurojc via les ports du Nord.
Port-au-Prince, le 16. Octobre 1929.


1. J. B1i10,
II ,-.Agent Gen6rat de la Royal Steam -acketoCompany.1
S. -, T616phoue, 2311.


I m-


REINITA


UNE ATMOSPHERE POUR tTRE TOUJOURS
DE PRINTEMPS ET PARTOUT
ET DE LA REINE
JEUNESSE PARFUMEZ-VOUS AVEC
CHABUE OUTT E gi DE L'EAU DE COLOGNE
EHUr N OUUE 0UT .REINITA
EXT UN BOUQUET __ "--"__"-"
r "M


HENRY STARK
Rue du Qual, en face de la Gare


EAU DE COLOGNE


I


B






4


i -1 1 - .- -- .. __. .- now.


'LVente & I'encan
Samedi 26 Octobre 1929
II sera precede samedi 26 Oc-
tobre 1929 d 10 beures du ma-
tin, devant les portes deila
Pharmacie Riepublicaine, true
Rdpublicaine el rue 1raversibre,
a la vente i lencann de ce qui
suit :
I lot de colon hydrophile
1 lot de Coudron de; Aorvuge
I d'huile de iicin
I Capsules iluile de lricin.
I Capsules de copahu.
e Mo ibrun r.LIE,
Enucnteur public


I II


s JL ft


-- ---




- -*- ~ -* urllec-


- .---_


Echo

de Jacmel


(Un d6lit do presseI
Nfouisctir Auguste F'auieli, ('()I-
*l:iiniw1 itIlN a~ pit 1III li 11)1 pair lc
'Fri 1w iia Coi'r-ctionnele, a uinis eli
ktat d'arrestatiOn sous I'incntilvatioli
doutrww en11 rs le Conimissaire (]It
(iouveriieiuent, me Vwlvn'lhimml.
Uarticle incrimin& a paruthidns
41 lEssor )) du 17 du courant.
Notis vivons daxis un pays assez
curien.'. Oil Ieut,certesmil pas partit-
ger les We&s Wunu lonctioonaire, oil
pvtnt i~tre son adv'ersn ire, inn is s'atta-
trer ii lit consideration tde cc oe
tionnaire, qn!.'l tiu-t s ut it joulit t'luiie
excellent reputation et (1 e Vest1 me
does gens d~e bien, &'est uin peni ose..
Quet (witi-oii, en 'v i-rti, contre la
caloinne ? Les eiivieux si vent hiici
q Il en reste loujoilis quieiqt'e chiose,.
seion le inot ule 'ol atrii.
1yIi ii cc sti let titeaic : 1(41oc intf -
ressante.
Ali soir dIe si vie lourmieiltee, Cim-
teaubriand fut cailonmiuii (fals un &Ir-
ticI1 (IIU N(itimiuhI. Nlar(celluis~ qi Ia ii
d'avis (de litli ir tine iclum tatioli. en
inl'oria lIi IIistre v'ieilIlard. ei En 'ii -
te, mOn elmer Anilu "Je fie %,iis trojmI (Itite
vous co it se iI le., ltii (lit Chlateim-
briand. Faiites on ne faites pas, Je vOtis
eii laisse entie.renient le inaitrc.Quant
AI mfoi. je imC di rat rien. .1c votis I(le -
clare si mles einciiiis ni'accusaiemt.
d avol.vir It j1e issaierais pS deC Ie
flick all* our( II uu, parce fill(- deinni a
its in(, (leinontreraieint, (to queloque
1.9 )iu uue ce soit, (like J':ii aIssl5inW
11101 juvre 01.1 qunc me l suits (~al (it-
Inn mere.
to Aux caloiiinialteirs, it fiaut don-
tero Fal'iiiiistiv )) tInI unpris S.))
Ainsi, parla (Tha leatnbria ml.
Unth souieanlte phi Iosopilie ie S lega -
ge de cette anjecdlote, rect'icil lie par
Sainite Iletve... ekrl'~iilt~i. t
( lii elle sera eelvnn vlt
I'liilil.(JIII clisorpenlt vi de' Il hill"e.

Tnlea pruend. a puhus thrlite, test',c
Petqit sre'/t'iI it 10e /I)//#
1'ois ventsX Ioiriiieiite': ,'on entetil.
(:r(Jiez-votis qiie mao dents inuprinieni
Icair ouwrime'e
Stir Iumoi d1e'(iixotiprtlP ii'hq'I




Souibkotl

a rr2~t
A ppr~henik' At ihioni ille, it esi re-
.-ondiiit dans to- Ln11einbiouil
P~ARIS U it e d~pkche de
'IThionville announce que Soul)
koil, tbeau-fi-re de I'ex-tKaiser, ~I
616 arrWt et retouk6 (tals le Lu
xciiibourg.
gique, d'Allenag.e t' dde F"ratice
11 a i-eu I ordi-e Ae quitter hi
France eni avril dt'rnier.
BONN- La yen (e amu x nt htiC
res des objets apparlenant A li
princess V eloria (Ijitl est 'I c
de 63 ans, aI coluinmeiict au paj
laishtistorique deS hui-umbonrg
Cette vente est destisie A
yer les detles que 111i a t ilt enl -
dosser son frune mani russi'
AlexandIre Souuhkol (tot it v!Il
est ac'uAleinent st'parl.<- it):,
pour ieqtieel'e (le ra 1) y.r eI

U6vint louI IiI dides prtiuie


Chi islophe Colomn, announce I.t
publication d'un ouvruge suir l.
cartographic contenani uti do
cument qui piouvera. sfl,', in.,
que C"'omb est ni A Gdn s en
tre la fin d'aoml et Je ler o. to-
bre 1451.
Ce livre donne dcs details sau
led6vw lopperetrt de Genes. i I i
Colomb aurait appris Ia navig.,
tion.

Compaqnie 9gntrale.
Tranuta antique
Le steamer <(Macoris ) sera
an Cap-Haltien le samedi 26
c urant et A Port au Prince le
dimanche 27 dans le courant
de I'apres midi.,
Port-au-Prince, le 24 Octo-
bre 1929.
E.'ROBELIN& Co. Agents


Nouvelles

des Gonaives


Apres avoir donn6 des preu-
v'es de competence el d'activite,
un jeune ing.nieur haitien, Mr
Alfred Sixio, a ~'l mis I la t te
du service des Travaux Publics
des Departements de 1 'Arlibo-
nit et du Nord-Ouest.
Le plus bel iolge que l'on
pourrait hire de Mr Sixfo, ce
serait de colliger les rapports de
tous les chefs blancs, sous les-
quels il a seivi. Ce document
prendrail l'ainpleur d'un saisis-
sant hommage.
Le Commandant Duncan, d'a-
pies ce quai nous revieni, en pla-
,';nt Mr Six'o au Hlureau d(s
(GonaYves lui tint A peu presce
language : vojs tes ici pour
dinmonlrer que l(S hahitas sont
capable de diriger en chel un
office.- Vous 6!es ici A I'essai.
Si vous tenez les espoirs que
noas plavons en vous, vous se-
In z dtfinitivement ing~nieuir d6-
partemental, Mr Sixto avec un
sens trWs d6velopp6 des neces-
sits routi6res et construc'ives
de I'Arlibonile et du Nord Ouest
fit tout ce qui dtpendit de lui
pour n'6tre pas au dessous de la
tActhe. Et depuis il....... continue
comme le n6gre de Mc-Mahon.
Mais jusqu'a Iheure ou nous
Ocrivons ces lines Mr Sixlo est
toujours un provisoire. Les pro-
messes A lui failes n'ont pas 616
tenues. Pourquoi ? That is the
question ? L'autre jour le Com-
mandant Duncan dit a Mr Sixlo:
.Je suis content die vous. 11 me
laut a la Direction G(nerale tid
Port-au-Prince n1 home de
volre valeur. Je vois v lais done.
icalrer come principal assis-
tant, sp6cia'ement, pour pro-
mouvoir le st rvice des Ponts et
Chausses. Mr Sixto s'inclina
en home discipline. Mais cttte
nouvelle connu,, prowoqua en
viile un peu d'ii quietude. Mr
Sixlo avec un devouement stins
bornes s'appliquait a rtaliser un
plan qui donnerait A Ia Citi de
I'lndpendance, don't il est fils,
nn meilleur aspect. II est done
natural que les goneiviens se
soient mus d'un dfpat t pour le
mains premature.- El puis di-
sait-on n' st il pas ingnieur d6-
parlemenlal ? Oui repondail un
loustic qui avail des letires : II
est ingdnieur deparlemental
mats.....
Nous demandons au Com-
mandant Duncan tourquoi n'a-
I il pas Icnu les pronmesses failes
A Mr Sixlo ? Nous lui deman-
dons encore si, dans tout le
corps des Ing nit urs il ne peut
se liouver une auitre persorne
c-p)- hle de cm.nplir les fonclions
di&vluucs A Mr Sixlo a Polt-au-
Pi'itKC. Nos vou'ors croire qfle
(,'. Le (o:lauire lie semrai pas
lii im'lt'l 1 ou:r (c corps.
(ioG 'i\ts dtsicrait que Mr
S xlo It ste encore a I Olfice d&-
S;r' nmel,.il pour cei lamies r6a-
li:,utiba s uti amuis et dans les
envil Ions.
.\lHons NlI le Coininiandant
Dl)lunctil Ii lis Iiiir ce louslic
ti ii di il de iMr Sixlo: 11
est i uig' icur d platillrneni l.....
illaiS
COl I SPO v I) N !F.




U T(





9 UflU il


a rm


LA nouvelle sensationnelle CHRYSLER (70 )
et t<77. avec la tran smssion a changement
multiple introduit une science nouvelle dans la
designation et la construction de I'automobile.
CHRYSLER a devanc6 d'un quart de si6cle la
pratique du g6nie.
CHRYSLER a lani6 une sensationnelle nouvelle
(d6couverte. -- le r6sultat camal6 de olusieurs an-
n6es de recherche scientifique. qui r6volutionne
le motorisme.
Ses pr6tentions qui 6taient minimes changent
compl6tement toutes les formes de jugement de ce
qu'une auto peut fire et peut etre construite pour
f urnir.
Avec ces derni6res creations du g6nie de Chrysler,
une nouvelle science est introdaite dins la cons.
traction des automobiles. UIne science diflr ente
dlans I'origine, les principles, 1'6quipement,l'efficacit6
et I'application de la pratique dans les necessit6s du
Transport moderne.i
Couduisez ou un4 ( 70 & ou une & 77 a et vous
serez convaincu qtle r6ellement il y a quelque
chose de nouveau.


Illrn uBrbai

LE LNOM SEUL S

Le Rhum Barban

consacre par olus

annees de supreme

Das de rival.


I=7


EMaywPwjl


-UB1iBBB


)utes les Polices


DELA


1I


Avis Commercial C urleus pr6
ILONDRES M. Oliv|a
tI111 Maous~cur Fleury FI8QUI'- LOdwin, is de I'ancien Oiy
RE souss i gn6 s'empresse ministre, M. Stanley Beldwidi
XJ UI ~d'annoncer a sa nombreuse expliqu6hiersoir b unGo 1-a
(Itcnltle que par aIrr6t du spiritualiste t e n u e ,ti ate
UP ribual deCass liou en date Hall, comment il avait r0ap
U de ce jou r, il a 616 r6guli. lpono pendant e mya grie
recent remis A la direction voix intrieure.
court, deses aflaijes. Cette voix uidit :aVd vV
11 rappelle A sesfideles Clients a compagnie s et d6s qa'il e
dl 50 qu'il se tient touours a leur obei, un obus clata lender
e 50 disposition, et qu'il les ser- qu'il venait de quit er.
vira toujo -rs avec le mdme Grerges Claude relfre & Pa
tie, n a emiresseine.ut et la m6 e Le savant Georges au
It A ftilatiti que par le passed. qui stait .enpdu A La 4ava
Fleury FEQUI'Rb pour y su.veiller ia consti
Por-au-P incele 24 Octobre ion de dispositifs de ins
1929. e6prouver la puissance de I'dn
., gie thermique des mers,est r
tr6 en France.
S--, ....--- .. M. GOorges Claude rappo
Sde son voyageeo dcpit des
Le Whiskey medicinal comptes que le mauvais te
lui causa, la certitude qae
Le gonvernement soecupe de parer e forts aboutirout A bret d6
a la diminution des stoeks a Je reprendrai I'an
--o- chain, 6 La Havane, les ex
Sciences commoieces .,a-t-il
WASHINGTON M.,Dorau, cornmissaire de la piohibition, tour de la belle sais9n a.
announce que le gouvernemprt In'errog. sur la possibility
n vient de designer, pour fabri. ralIiscr en Furope des inst
quer le whiskey necessaire aux t'6ns ana'ognes i celles d
besoi ns mbdicaux. I'American Havane, le savant a fail une
Ma Medicinal Spirits company et la ponse nigstive.
11 Franktort D'slilling Company, -
t" oules deux de Louisville. et la
SGlenmore Distilling Company, A 1
d Owenboro. Kentucky A lOUeF
re la res trois latblissemenl,1i -il, Maison coufortable avec
'bon*. et les distilleries qm ,- is. dtIe4nduen Ms irmofrAmb
briqueronl les hiskeyde sei- e es 4 ene MaglrA,
ui X B ,,gl u rye seront 1sify( de%_ _. ./ it' -
u tB iieuremednt.' Pi 'o .Sadresser au Docteur Et
Le gouveriement ei-visa de Audain.
commencer vers la fin del'(n .
nke, la r brication d'enviroa 2 OUS trouverez to
millions de gallons de fihi;key' V n'il vos taot
ar an,pour remplacer lea stocks votre ineri de.uis le
Sntll emnt tomb6s 8 millions slgue des moles, la ba
00.000 UoUa. "l pure filt en blanc et cou
I Le bureau de la prohibition le linon le simili, 10p
et teO do par I loi, A main- percale lea toiles d
I teniu vn atock ad6quat de whis- fil de rouen, etc A boos
I key pour les besoins m6dicaux. Chez Paol AlXILlA.


comprennent la Protection conti

Foudre sans auqmenta tion de



Euq.LeBossedC


Agents G.ne'aux
0 4


_ I --- --


----


tc


~YgYla"-"su~lsiPir~.-y4t~~-*-sry rC


. *.


a


de






LBMATIN-26 Octobre 1929


itere

K Heure

Par sans.fil
5 Oetobro.
tgsde ia Genial leters C*
am diallmsat
i aOr que la General
,,.t lik nendant lea


I


F an ois do lannae abesesee
djO do 222848,335 LI
h-nbflcet, tandis que A
mra .ro por la mme PASTILLES VAL
Slie avait r6ali&6 240. LMs IZER daam to
OTON -Joseph se
PrIsident de AsoIclaa-
Manmuactures de Pen-
p dclar dans lee conu. V L
Most quo leos taux ole- '
a d accord av pI"
dielorale du Pr6sident I
quo si le people dis
WlWa bes, il aurait dd
hubre dernier Mlire Al-
, president des EtatsLes pastilles
kYORK -: Dr Otto Ma- vented .
,etiimiste:erinois, qui Pharmaci3 :W.
&i $tas Unis, seat tuI en Prince.
l one lten6tre du 12e Pharmacie iBo
frltel. au-Pri nce.
--Le Ddpartement de Grande Pharni
Ira d6chrd mardi que Plse APort-au-P
ia's sucun droi t dins Pharmacie Bi
Sdu Mexilqo &pr et donS outes lei
nt o peoot v0t Iix
prisidentilles le 17
Sprochain. a
ILLE Deux n6gres a ABRRIVIATIONS ,
t6s mercredi dan la I Sous ce titre vien' de pa altre
avoir place leur auto A Ia Librairie de France, dans
Is voie terrde quel-, la collection dirigee par le grand
sat avant le passage poete Andre Foutainas, un re-
a President Hoover. cueil de notre ami et collabo-
avoni qu'ils n'avaient,'rateur Lion Laleau. L'ouvrage
hion de reclamer de est pr6cd6 d'une preface de M.
I poor dommages A la AndrE Fontainas et cofte 25 Irs.
ldes Chemins de Fer. I Louvrage sera ici Itrs bien-
i tot et ae trouvero aux bureau
i _..P do journal LE' MATIN.
S SOS BLANCHELANDE _
etions se poursuivent ,. Alexandre Comeau
mat et m6thodiqtement.' vicnie d'un accident
I nos amsi qui a eu Ias d'auto
Wortune d'assister A 1l'ne! Mercredi martin, M. Alexandre
Ia affirm que cette fois Comeau, Officier de IEtat civil
b* iece de notre compa-' de Thomazeau, se; rendant A
Liataud Eth6art sera Thomazeas, prit p lace dans
manmeellenel'ajamaiset6 un camion. Come la voiture
.k C'est It 9 novembre .Aait remplie, il se mit sur le
lia, queles acteurs de la marchepied se disant qu'A la
iaace nous offriront ce premiere station un voyageur
La public attend cette descendrait et qu'il lui succ6de-
we impatience et le soir rait.Mais aux environs de Drouil-
prIentation c'estenfoule lard un autre camion qui venait
avahira le theAtre. en sens inverse le prit en char-


re le malleureux ioula dans
la poussiere et cut une jambe
case. des (6,es dtfoacees et aIs
michoire fracture.
Son Ntat est des plus graves.
II a 6 6 transport A I'rtipital
G6n0ral.
En dernitre here on nous
apprend que M. Alexandre Co-
meau est mort hier A 2 here.
et demie des suites de cet acci-
dent.
Les 'undrailles auroit lien cet
apr6s midi A :3 heures en i'Eglise
St Joseph.
Nos condoJlances A sa tamille

ADIRU JEUNESSE!
Ce Soir A 5 heures A Parisiana.
De nombreuses personnel qua
ne peuvent sortir le soir out de
mand6 A voir ce beau film, il
sera donn a6 5 heures, ce soir,
car il do t etre retourn6 par le
aMacorisa.
Que personnel ne manque ce
rtgal artistique.-L'entr(e est de
1 Gourde.


Plus de


Pannes...
LecDouble Eagle eso t
le pneu des privil 6-
g16s.
11 cote sensiblement plus cher
que tout autr'e, masi it present e,
par centre, un kilinmtrage et
une garantie de security plus,
6lev6sque ceux .ju, i nacessai-
fts par la majorlte des aultoino-
bilistes.


Le DOUBLE E kGLE est un
pneu sans aucun equivalent, le
super-pneu dans toute la force
d% terme. 11 eat destine a ceux
qui veulent ignorer tout ennui de
pneumatiques et qui pensent que
le prid'un pneu s'estime par le
cot final tun kiloinitre.
Rien ne peut se compare au
nouveau PN EXU GOODYEAR
DOUBLE EAGLI. C'est quelque
chose de special, de superieur a
tout ce qu'on pouvait pr6voir
comme bon pneu.
THE WEST INDIES
TRADING COMPANY
Distributeurs pour
la ktepublique Ca'Hati.


'i>r


4,


0

I,


OORRMSPONDA*tC
Portau.-Prince, le 23 Octobre
Monsieur le Dire 1929.
Monsieur Je Directeur,


11 devient n6cessaire d'attirer
I'atlention de qui de droit sur
certaimes pr6dications qui sont
fates, le soir, on certain quar-
tiers de Port-au-Prince, par un
pr6tendu pasteur d'une surpre-
nante aecte religieuse.
II y a quelques jours, 'est au
Bel-Air que strangee predica-
tear se saisait entendre.
Jeudi dernier, il transport sa
tente t la 2mne Avenue de Bo-
losse et les gens du quarlier eu-
rent Ie spectacle d'une prddica-
tion don't Ie moins que 1'on
puisse dire c'est qu'elle est sub-
versive de la morale publique et
dangereuse pour Ia bonne for-
mation social des entrants et la
tranquility des lamilles.
Ces pr6dications se r6sument
en an torrent d'invectives et
d'insultes les plus grossieres au
rite, aux tormes sacrees, aux
Pretres, aux Pontiles de Ia Reli-
gion Catholique. Rien nest
6pargn6 et les blasph emes vont
mbme jusq'u'au Divin Corps du o
tie.
II devient nctssaire de mettre
fin aux dangereuses 6lucubra-
tions de cet strange prddicoteur. I
Ceux qui ont Ia responsabilit
de la protection de la morale et
de la paix publique doivent!
done agir afin de calmer le trou-
ble et l'indignation qui se ma-
nifestent dans les families catho- DA
liqu nes haltiennes.
Veuillez agrier, Monsieur le
Directeur, assurance de ma
consideration distingua6e.
UN ADMIRATEUR DL' MATIN.


-Le GBuAu "3 MINUIES" 4


f
$



I




/



a


Le infantss I'aiment
et il eot bon pour eux
Basmoosp d'eafnts pour qui bias
dflts. ei6riales n'oat auean at.
tsltn Mn lsaiut tenter per le
CGuAu 3 MINUTES, & cause do -o
apptrmoe lgire, floconneuse, *p.
pd*.t= at do son dilicieax u oot
deman. Ia cooent tout" I
vitemlse, proteines, et satree
616imant du grain enter, et il a's
peas 6jl pour favoriser l'secroiue-
meat normal des jeunos constitu.
SVenta dam toutes Ito bonnas
* Ipicerle0 A


La Boisson connue

dans le monde entier
EST UN
RAFRAICHISSANT
ET UN

RECONSTITUANT

FROID
EAU MINERALE WHITE*-ROK
GINGERAL VVHITE ROCk

e scul Gineteral lait

d'eau mineral

des Sources pure

WHITE ROCK
NS TOUS LES MEILLEURS HOTEI S
CLUBS, CAFES ET RESTAURANTS


Mohr


&


Distributeurs Port-au-Prince, ( Haiti ).


ol prendi


PORT-AU-PRINCE


Venez voir nos Mgasins de radio par on
longues Nous vous donnoerons uue demo
dorte quelle here.


1 Ji


Plus des inlerfirenccs almoaphiriquea.
West In~le Trading Go. Distributsurs
k1-uA.U' IhAjio. ortl-'ur Pt inte -TklEhoite N, ,I 1


U


Valda sont en
f.Backa Pot I-au-
urraine A Port-
i aci? (ommer-
rince.
atus A Jerdmis
a phamarcies.


PAd. -5


Laurin


COLUSSINS-POL PEES-

ABAT-JOUR.





Dernier cri


T hone 2267

eI adresse


au iouinal.


1, 1'
j


^',


C ~_


t


"Mmommm -


~I


- m-mm


I


r::


I I


- I Irig


I
<
i




~Bb~6~-j


P.A 4;h-


DES 1FAITS

FAMILIES
P()nr tine 6t(iLcation raffin~c et tine Instruction 1)'.iIfaile.
L'I NSTITTUT TlPIENHI WER
Recoti rii de VMiiivtrsit& H.11 itimen
Vou ; oflre ses service. LA vous trouverez: la plus s~rietise
0t hi plus agr~a ide pension scola ire, la phis st'ire et la plus
lapide mnicithde d'en cigienemn t classi(juie inoiderne.
I.- swc'i d~S(es class d(e 7e, 4c, llhe.toiiqtie aux examens
oil i iecis (iv 192h Ie proti ye.
.I'*Lch tII! cI coin plet su(ce- dvel"sw(11ssedvtlh~torique
et lie IPiiosopliie aux d (erniers exaiiiisdcl 1929) le. contirine.
~l'e OI1 aIrgil le cafire (de sus coutrs priunai res et Ihaisse
c's. P~rix,
S'adi esser 1.537. lue Laina rre. ai.CIen local (ie I'Ecole
Nat ionae lade lli oi I oilIft 1&1)lioiez No 2891.
1,1 1N S'Hri [TI, ,iiP P ENHA UE R
Enseigiiernent classirluc g~iinl.9
'Alluliges, SMello0) hclylo, (.ofilil) I ) jijie.
P'ort-alu-Pmrince (Ilaii)
Demamlez Prospectus. Lei conditions sont avanita geuse.



LOT PZ'4RI E
Do 1"Associat ion des Monibros du Caps
Enuoignant. et. du Comit.4 Haltieti do
IPAlliance Franqaiso.
Le plm'o('ll fi i raige dC c t c'elott-ric est Ii xt", a111I)i ma iidie
10 No m e ,ilre 19I29).,'19 licu eti ll ~idu ii~ijiu~m 11 i I v Pa e ~ri sia 1:1.
L~e (pl U.t &iilmui iii~rail gumcstL lImii I, leLivis icpblICI

I (if (s lot I'moi I mles 2,fi !1 '#I 1 jis mlt.20 ;G-*irnkes NO
I ( f 0 l 7.d)IJ a 1 ()5s tI c 10 7 '
Id 1 11j 0 2 Ali. (fit Iler jlot '5 (dcs r)
2 dr 50) (otirdcs 100 )2 t (I (I2c Ilo 20) q4(40
S25 11 10 2 1 diu 3e lot 1K)
ILotss SC leiiiiiuit vrIS:(elll hl s
li-rlot (iolifdes 10 40.00
45 lots se it ruiuinitit rmmi Ics 2) deriiier chitlres
do' iler lot (iou rdes 5.00 IG. 225,00(


Si vous avez quelques lieures de loisir, le maor. et que
v,)iu d6sirez lei passer agr&ablement allez au
Pre-Cat-Tla,
oil vous tiouverez, la plus belle salle de la musique .la
meilleare execut6e par u.n orthophonic enier cri et aussi
les boissons les plus fralches et les plit I1urq5.
Champagne, biete allemande ou nationoiqqeurs de routes
sortes.


Ce qai ma' jamals 1 Ifailt
Ce qui me peat Fire, dfpans.
Kola (Champagne

F. SIEJOURNE


E(COLE


Si VQUS desirez acheter' un

Lit en ter. Allz chez

H. BAIALONI Fils


Ses


modcles soil les 1plus


beaux. Les prix sont excep-

tionnels.


Panama Railroad Stp.rPship Line
Service de Itlp et de,.pqssagerentre
NEW YORK CITY N Y. CRISTOBAL, tANALZONhc et les POQTS..4e la COTE
OUEr I de FAM,~~UQUE du SUD.
plus rapide et le phisdiiect service de transport de passagers et du tr c, eti Haiti
et h'.s ports Europeens via New-Yord et Cristobal, C'mnal ZOt Isthme de Fonanma
Voici nl listed dr nos agents pour les principaux ports de I'Earope:
Anogleterrte Ecosae Fra ce
Mrs, G. W. -ll.I.I)OM & Co-- 17 .ames Street, LIVERPOOL, ENGLANVo D
A FRANCf C01 ENHIA3UE
Mrs. SilEI)0 & C* soul 'irepients | DanDmark
Par Ies mai, onsui saiiit.: Mrs. E. A. BtNDIx & o.
GF:.A i HANMEY & Co 21 AlleDgade, Copenhagr.e
,21 iB ,. ie la RI pnlbliqde ItalieE
Marseilleale
iHERN' CPERON & (iC I MrsHENRI COE & CLERS'
5i:'. Il'EON G e Ir V Piazza S. Matteo, No. 15
53: Quai GeorgesV Genva. Itali
Havre Genva. Italie
HiF' 1'IN ERON & Cie. Lt OSLO, NORWAY
Bline tu Moulin ua vapeur international;
I to logns/Mer Speditiousselskad
t l. NU I PEON Cie. Ltd HAMBOURO, GERMANY
1 1t Ii de Marais Mr H. Vogemanu
Pa.ris HambourgGerniany
i GOTI OURCE SWI *iMrEDEN
IIERNU PERON & Cie. Ltd Nordisk Express
Rue delay I rai.quille i Gottemburge. Sweeden
Dunkerque-
IIERNU PERON & ( i Ltd. ROTTERDAM, HOLLANDB
Rue Roy I Mr. H. Vogemann
Bor'k2 iir Rotteidam, Hollande


_ I __ __I-- ;I-


- --1 ____ __ __


a -~ D ~ '. -w ~~*-~*


=a-_~r


v - -9w -;r,. -- ,-AP.W -




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs