Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04303
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 10/21/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04303

Full Text
A.____


toAent Magloire
DIRECTEUK

IS Bl'E AMERICAINE 1358
TELEPHONE N*2f2


-I---


Jo me l Ib tIWinr parul its
ekowt4 abselorl mei erisairrs.
% OLTAMkI


moe ANNEE N*


6827


POST-AOT3


-- -- ---. -- -------." ILUNBI 21


IOPOS de la SEMAINE I

I PCULATION, | elt 6pia avec aleIl6te Ie mo-
E I I I' T ON. meD ou un ralentissement de


f1'bt de la SeinO, dant
lies arretes reglemen-
circulation parisienne,
tdiquk les conditions
lles lesles pistons de-
(Iverser la voie publi-
a pritcipe, ils ne doi-r
jiltr sur la chausege,
Stwverser, que dans les
Wro, La chausse ap-
t d x vehiculsa: ie
| do pieton, c'est le
tien de la
Sour, e ivrrtj
e, surpmreIn
aulut tm.xrserc
Sbean tiles: Li
-contravention, et
1, en eilet, con-
lque peine 16-
lnterjete de cette
la 16gatit6r mn
I|Ufectoral fuIso p
bseil d'Etat, qpi
da mnaUon er
pr6tendu d6Sin.
l'arret6 du pr6-
Ws'abus de pouvoir
tte double di-
considEration que
station de la cir-.
ique est taite en
fa vue de la protect
aton qui a l'usage
.Pnel de la voie pu-
kimis de trouver ce
!, dans un code rt-
lculation et l'usage
kpublique, les obli-
Mvut etre pa rtagees
I0pt6tons et les vehi
1ssi bien, les agents
ealation s'exercent-ils
uelque temps, A Paris.
Ia.ire aux pi6jous A
t une sorte de code
fliquemeut a leur in-
iU'est plus just: s'il est
' quoe la circulation
Iwentee au profit dui


0 1c nation qo 901eqr per-
ne o m ann 904 lear per-
itlr d ,se lapeer sa la1
voice quils traverieut alors en
courant, obliges parfois de
s'arr6tr .aui mlieu de la rue
ou de teir aurne, une auto-
mobile ayant fail inopludment


son apparition.
Nbuf sognmm loin de i'es-
prit de celt rrete Orefectoral
don't nous avons parletout A
1'heure et qul posait le prin-
cipe qu'il faut assurer tout
d'abord la protecting du pi6-
ton, et ensuite Ia circulation
commode des vehicules. Ac.
tuellement, c'est exactement
le contraire qui se pratique A*
Port-au-Prince: la circulation
es vehicles sst aI Me et
bn fait tout ce qu'on ut pour
es gardqr de toute collision
utre eux; mars le pi&tbn est
ivre A son propre sort, qu'il
e debrouille et veille i ne pas
e laisser ecraser en choisia-
kant le boo moment de tra-
perser la rue. C'est tout sim-
plement le ple in renverse-
ment des choses.
II imported vraiment de fair
lesser cela si on ne vent pas
nous fire passer definitive-
nent pour pratiquer de parti-
pris le contre-pied de ce qui
se fait ailleurs. L'agent deciir-
culation qui occupe le road-
.oint du coin constitute par
h rencontre des rues trans-
versales doit savoir, q i'on
lui passe des instructions
-lans ce sena. que son de-
voir est, on meme temps que
le proteger les vehicules con-
ire use alisioa vwelle.
le protger les pieton con-.
tre les vMhicules et d'assurer
!a security de leur circulation.
Lorsque les pistons represen-
tent sous les galleries tine ag-
flIomnrati .n suffisante pour
gener eux-memes la circula-
tion. Iagent ne doit pas seule-
lement turner so.i poteau in-
,licateur dans le seas de: eAr-
reti: ou de : a Passez D A la


hirt-il n6anmoins que leqtination d e s voitures, il
ty prete et observe doit taire stopper celles-ci
le< conditions 4pi completement et alternative-
*r le proteger. minet, selon les directions
general Ie pieson powr permettre aux pistons
Sc'est A lautorite 1qui atteddent de traverser la
t de le diriger; le voie et pour dEcongestionner
SOuvent un provin- les galleries qui nous servent
nger, un tourist de trpttirs..
un campagnard Quton se le dise, car c'est as-
On citadin press.6 sez urgent. Nous parlerons la
t n'iupoute co-n- prochtine lois de la circula-
faire attention. 11 tion a d'autres points de vue.
les agents sp6ciaux ,*
r observance des DUUMVIRAT.
s communales ou
r la circulation. a press announce Ie retour
ts nous manquent prochain du general haut-
mentet il en faut, corimissaire americain Rus-
Port-au-Prince sell et it nest pas impossible
Dilation pub li q u e que, au moment de la lecture
A devenir serieOse de ce a propose ), ce retour
he, Nous a vo ns soit dl un fait aceomp i.
sins coins de rue Plusieurs out iair datden,
1tE5 par les vEhi- i dre un je ne sais quoi de ce
i'ls charges d'in-| Petit fait.qni est devenu pour.
x-oi le moment tant assez banal d'6tre re6pt6
1V de s'arr6ter en chaque anne., souvent meme,
dI s collisions; plus d'une tois. On se confieA
,t ate bifn queen 'oreille que la poche de sa
(tte tonction spe- jaquette,si ce n'est de son ves-
so9capent pas an- ton blanc, est portedse A notre
qui se passe Inatention d'une bolte de Pan.
alUoY. dore. Le oonde vit d'espoir.
p'ourtaut ga Hier, on naS a sommast A
I, c6t6 d ceu. taups d'tlectlouns 1gisativs obli
-,-ats sciaux: gatouirm de ar le.dernier capp~t
de' plta- Ia- ,' a n ne I du haut-co mwals,|
it aIt tr, le qui, syant reprmdait staeuso
o- moet d le mesag ipksideMtiel davril|
._.ie 'qu es 1928, 'Pavait sinsi en quelque
'jlei'vir d( sorte e dmw. Et cet endos de8
f usage e vait laire toi, sans quoi... L
h vehicules, bqn billet qu'avait La ChAtre
qais surtout d pr6s avoirw mis son rapport
Pit0ons et de les le haut.commsaire Mrtit vo.u
sM tre r savez la suite. as si m
Is a ri a :r. .',rien rapportS, c'est que o
4s 9su es'te r6sprv6 g, retoqur, s ditt
Snosges, c a..I"' to attdq as.
S.a circulation brav.,-omnle,C'raii eit COU-
t trts active, ,me in agnaea, d'trriver ave C


AUTOMO


A BON M

La nouvelle


BILE

SRCHI

'UDEBAKER


Diretlor




Six


STUDEBAKER c.fte[m3intenant une
helle.. grande Director Six-a en.-'re
un has prix Tenant plus db records olt i i Is
d'automobiles 0quipbes en vittssc et endurance
que toutes les datres manufactures ambriaint-s
d'automobiles rkunies,Stodelbaker conduit le
monde en automobile pour la, comp6titiou des
prx. La nouvelle Director pi end sa place par-
mi les champions de Stlidebsker cone une
valeur incomparable dans la lignie des autos
de mfme prix qn'elle.
Conduisez la Nouvelle Director... Jouissez du
comfort berceu'r de sa course. Venez prendre le
volant d'une Director. Six et prouvez le volant
d'une I irector.Six et prouvez le A vous mfmes.

115 poucea d'empattement.
Filtre A huile,filtre gasolines eta syst~me de ventilation
dausla boite manivelle. Reffroidissemient control par le
thermostat.
Chassis acier. Double drop.
Amortisseurs hydraulique.
Systeme de sarete de la roue de Direction,
Siage delconducteur et volant adjustable.
Action amplifl6e des freini sur 4 roues.
Email au chrome platin A I 'preuve.
Saret6 fermant allumage et direction.

Anion KNEER


Distributeur
RUE PAVt~E. Port-au-Prince,( Haiti (


- -~ I


une massue pour abattre vigou-
reusement le 3me term et son
home. Jamais deux sans trois,
se dit-on, il n'y a que le haut-
commissaire pour vous sauver.
Cependant, de meme que V.
Borno n'a pas eu besoin de lui
pour decider el nous le dirp. de
mnme,pour la question du 3eme
terme, il n'a pus attend Ie re-
tour qu'on escompte pour dire
et repiter A ses amis qu'il n'est
pas candidate A une nouvel'e pre
sidence.
On ne veut pas l'en croire et
on attend Ie general pour le con-
firmer; alors que, hier. on at-
tendait tout du general et que
rien ne sest lait.Cercle plus que
vicieus.
Des exir6mistea exigent une
declaration formelle de M. Bor-
no ppr renoncer A croire 6 sa
nostdidature. et ils croient A
Is c didature sans une tell
declaration t
Masle I duumviat n'et pas
tout-a-tait inutile A quelques-
uns comme conception politi-
as : il permit do tout esp6rer
Shat-commismire et de lui
prodigner I'eloge anticipl et de
Eerver I'injure A M. Borno an
contact des r/alinations.

LES CHALEURS.
Tout Ise moode a plaint do
mois d'octobme,tantJlisitchaud.
On se revolte centre le calen-
d'rier, dans la peanse qu'il se
|"rompe. Et Tippaoha'er est aur
leas fronti&res I
SMais no reial I j
uw biae dn toiasl s1mations
~ar dfor s_ mats-


faire, comment dirais je... d'in-
cidence ? C'est-A-dire que cela
depend comment le phenomene
m6tdorologique tombe sur nous
on comment no us sommes
quand nous le recevons.
La sensation est agriable si
on est de bonne hameur ou si
oi a rtu de bmnnes aouvelles ;
et d sagriable darns les condi.
lions con'ra res.
<'est I'hisloire de cet ami qui
soufirait d'un veritable ac .s de
lymphingite.que j'avais 616 voir
et qui trouva le moyen de me
dire entire deux hoquets : a Mon
cher, tel que vous me voyez IA,
qu'une some don't j'ai grand
besoin me t o m b e centre lea
mains. et je ressuscite I *
Le temps qu'il latt est souvent
Ie r6sulat do notr homeur. II
y a toute une phiOosophie IA-
deMsous.

La lat*an 'rdMaUon
Contrairement A la propagan-
de criminelle A l quelle so li-
vrent certain jouinaux et qui
vent faire croire quo Is stan-
4rdisation diminu6 lea livrai-
sons et 1'expqertat du cate, la
stalistique douai6ere rev61e que
le seul moist do septembre der-
nier pr6sente une eAp6dition to.
talc de 10.925 sacs, centre 8,288
sacs en Septeoibre 1027, et 10.
657 sacs en Septembre 1928.
Et de partout,es nouvelles ar-
rivent que lea cats vend,.a par
IpS p anssont miR, uxpr6par6s.
4 IP1O1 itils con-
tre measonge
00 pr6Va~i$


Ti II- -9


Sa--- I II I J
Amicale des Institu-
tours et Institurloes
Reesmse d'ulilift puhliique par
Arr~tl de 30 Juillet 1929.
Les Cours d'adultes cr(s
p r I'Amicale il y a un an
ont repris, mardi 15 Octobr ,
a 7 henres du soir au siege
de I'Association ancienue
exposition Nationale, avec
une inscription de 40 616ves.
Le me ue roulement du per.
sonnel a 6te mainteou.II est
fait anrpel 6 la bonne volonte
de uouveaux professeurs,mn
raison de I'augmentation des
inscriptions.

Le Purgalif idal
68s1 Ias

IHLULE 0'DEHAUT
147, Ruae d Fauh. &-0n0is, Paris
N. dm.u.tant -m padpmetf,
cs as provoqeM jadise doigi.
se as diNils ps is ads&.
eN'.lumWA pW do r|MP & I ebambr.
ois d c eMs Mac. pert. do tomp.
p Pi aeti. w q. lOw ks. .Ismmas
'e cst, per cmuigasi, ameiacMl .
IU"Tr.7 2AT i,&3 PQaul
SDOSE ? I uT 1 PuI


Pl i


UNE 'BELLE


onn merchandise on se lait
les clients opiniAtrement 4..
*Ites.


. ,


L _ ~~~-- I-T ~ LI- IL


G-M-UPODIIANCE

Port-au-Prince le 19 octobr.
1929.
Mon cher Directeur,
Avec votre obligeance accou.
tum6e, vous avez ouvert les co-
lo -nes de votre Intdressant Quo.
tidien A un ami personnel q, i
dtsirail donner son opinion sur
une question juridique et de
h:ute port6e social. Mainle-
nant et depuis c'est I'ancien
Membre du P. N. P., n'ayant
pas sa placecm A defendre et
pour cela incompris de ceux
qu'aveugle la passion politique
qui vient vous demander de luiii
continue la mrme sollicitude.
II y aurait ingratitude de sa
part, A ne pas rendre de solen-
nelles actions de grAce A ceux
qui Iont menage ostensiblement,
dont il I'a cchapp6 belle et '
si peu de frais. Oui, songez
done, mon cher Directeur, bien
peu A l'1numeration. tien que
a verbosite,ancienCommissare,
absurdities et inepties s. N ul
n'aura decidement plus dechan.
ces que lai, puisqu il n'aura pas
616 un primaire, ni thuriferaire,
sycophante et tout le rest.
C'est plut6t 1'autre formule
qu'on lui a service et don't il a
dejeune A sa faim. Elle est lapi-
daire. 11 s'agit de prendre Is tan-
genie toutes les fois qu la uIn-
mimre jaillit: %Bravo, continue
la danse, bon app6tit, Messieurs,
Bravo et voilA:
Cependant un tait ecrasant
demeure, mon cher Directeur,
qu'aucune astuce ne fera dis.
paraltre, c'est que, en gardant
pour moi mes inepties, je laisse
A d'autres la supreme ineptie
d'avoir diclare abrog6s et inexis-
tanis le articles 236 et 237 du
code penal. N'emp6che que je
les ai retrouves ce martin en
pace A la page.
Agrez, mon clher Directeur,
assurancec e de ma plus cordial
coasideratiou.
B. DESGROTTES, av.


I


l1

I
b


__ -- ~--- ~C


w


-k L~


-- --


-


olar


... a vivement admir& Ia jolie
reclame ddlivr6e. I'autre malin,
A I'un de ses clients, par le pro-
prielaire d'une mason de com-
Smerce hien connue de cette pla-
ce, et qui consistait en unbri-
quet couleur de ciel, qui fait
briller automaliquement une
semillante petite flamme au
bout de la mkche, des que le
pouce press le minuscule res-
ort situe au milieu.
Notre jeune et interessant fu-
meur en fut si ravi, que ce fut
pour lui,Ioccasion de brfiler un
plus grand nombre de cigarettes,
en se delectant du plaisir do
voir disparaitre dans l'interstice
de ses doigts, les delicieuses Ca-
mel, desquelles tombe la cendre
legere el s'chappe la fumine en
longues et lines arabesques.
Mais I'exces en tout nuit: 'es-
sence continue au fond de la
petite boite etant epuiske par
une pression trop reiltere, la
minuscule flamme quoi que
fit ce dernier s'arreta de bril-
ler au-dessus de la ineche.
... vit notre lumeur maugreer
longuement; puis, de peur d'-
tre pris pour un ... fumiste, se
d6barrasser aussitot du char-
mant objet qui faisait tant sa
joie quelques heures aupara-
vant, en donnant en cadeau le
sot... briquet, au premier pas-
santqui sollicita de lui Ie feu de
sa cigarette.

.. a revu A Ia meme place sa-
medi dernier, apres une court
villegiature A Potin-Ville, la jo-
lie poularde don't les grAces
avaient fui momentanement le
movement anime de notre Ca-
pitale, pour se repaftrte un peu
e Ila vie tranquille et leniflanle
Jde la champagne.
tine seve nouvelle coulaitdans
es membres et le sang plus
iche animait sa physionomie.
Sa chevelure etait revenue d'un
plus pur 6bene; et, comnietou-
ours la meme paire d'anneaux
emblables A deux croissants
e lune, emergeait de ses fines
I delicates oreilles.
Mais une tristesse subite s'em-
ara de noire (EiL,en la voyant
,tue de noir, come si un
euil cruel ett aillig6 son cipur
urant sa court absence.
... fut au comble de Ia joie,
n apprenant que ce n'atuit que
ure fantaisie, Car... la revit,
ans I'apr6s-midi, sous une toi-
stte qui, A ses graces volup-
ueuses et rebondies, mnlaient -
harmant contraste- les tona-
it6s vives d'une 6toffe de mul-
iples couleurs.
*
... a vuunde nosgrandshom-
nes connus d'ailleurs pour sa
e6nrosit6. II nest pas de va-
eur qu'il ne puisse donner si
n salt s'y prendre. Lorsqu'on
ar6texte na parent mort la va-
eur reVue est de beaucoup plus
orte que lorsque I'on dit que
on a tout simplement faim.
kussi meurt-on tres souvent
ans la famille des deux hom-
nes ui depuis tout le temps
encadrent. Lorsqu'il parle d'eux
ses vrais amis, il dit : Ce sont
nes assassins. Lt puis il y a une
oluptE non-pareile eA selaisser
sassiner par coux .

... a vu un de nos elegants an-
Hmobulistes qui prit une panne
e gasoline aux environs d'nne
ompe de la rue Pave y a et
ire son pleain. Au moment ou
on fermait sa tank le commis
,i proposal del'huile. II dit non
e la tete mais tout has il di a
elui < ui Paccompamgnalt: a Mais
est par un hasard que je me
ourvoisi act. Liuil e )e 'a gra-
s chez Lutc., TH. LAF'o rANT.
en offre gratis A tous ses bons
lients.. Voild comment, avec
n ountre de la bonne grdce, de
activity, et eu debitanl de la


'*w


r(UTl








,LE MATIN 21 Oclobre 1929


-C-- --- --_ --N ow --


L'Association

de la .eunesse

Catholique

atJacmel


Le Dimanche 13 octobre cou-
rant, cut lieu an local de P'A. C.
J. H. line seance inlimene sous la
presidence de Sa Grandeur Mon.
seigneur Le Gouaze, aumonier
adioesien.
1 One pouvait remarquer parmi
les invites : Le R. P. Nail, Curei
de la Paroisse et son vicaire, le
sympathique PNre MWal, aumo-
nier local de I'Associatiory. Le
R. P. Rlivalin, C(ur d(e Marbial,
le R. P. Lejeanvre, Cure de Ma-
rigot.- Les Chers Freres Cl6o-
nis et Gonzague de 'lnstruclion
Chritienne. Me Edvard Volel,
Prefl des Arror.dissements de
.lacmel et Saltrou, PrIrsident
d'honneur de I'Association, M
VWly th'lhaudl ct I.arge, inem-
bres du Parquet de .iacmel el
M. Edese Gousse, directeur du
Lvcce, nmetilll es honor ,Ii s, M.
1li speclenr des I'Scoles, Il'nnla-
nuel Picrie Charles. I'll gruliid
nombre de iiitmbiis liinor aires
et ailis ti, I v \. V soci.iiiOa I i ( 'l l
plissalentl le local nil ipen lrlp
exigu.
LAI r noll ioln moniliinlce l:i1 i:1
priere, r ciltt e dt el lt p'r I 'is-
sislaince. S. ( l. Ngi (i;tem/i
explique en penl de mnoil Ile buil
de la ieuiini 0ii el souli.gne Co:i-
me il convienth lIa iuLc'ssi l de
I union llV lre .(.l ncs rci al lioitiinrs
Les a)pplatidisscidinls (quii si
vent son alloctiilOll ln )ii''renit
clairement qut'il a dej'i liei dis
pose lu'adito re a preter llen-
tion la suite du piograr.mne,
d'ailleuris assez chiar-g
Le President de I A C .1. 11.
de .:icillel. Monsieur It ( Olls
reine-cic S:i Girindeiur d(ivolir
bien voiulu pi 'Ill d r i la Ilnion
ainsi (iue tontles les nola ilitls
.lacmilllelllit'nn s e pli'ress'es 'de r( '-
pon ldre a I '.ppel de I A. ( .1. 11.
I lut ensuitle un report relan-
tait les Iravanx eutrepris durant
I'annoe tco(mule : iihi liolhiq-tie,
F'etes Ih ra It'les, hieiiliisaince
cole du soir don't I lina -
guration aura lieu lt le ldeiiiin.i
Inutile de dire que Monsei-
gneur Le (Gouaze sut appricier
ce substanliel rapport et encou-
rager les menibres ai aller de
I'avant, mualgr'e outes dilliculles
qui se dressent devant eux.
Prenient suc'essivent Ia pa-
role MM. Sminuel I)evieux, Pr6.
sident gI. de I'A. C. .1. II et M.
Sylvain, PIesident dIu roi|l)e
Por an Plinict en. I.e pii Ci'r.
dans une Ihelle caiuseie (l ui eilt
tant de succ(s aiU dernier Oiln
gres fled ral. sill cupliver I assist
tance etl iqand il prouonicia lc
tametux ( l)clbout les .leunes ), il
d&ehaina tin ll tonerie d'appla
dissemients.
M. SylvaiU p.rla avec' 1e)
'juence e t onvi lion, il lii 1 i
loge de Jacui I et de ses hlaib
tants; il moittra la necessity ide
I union des Jeunes pour le hIon
heur du Pays.
M. Gervais .Iastrain debita sr.
belle poesie : Vers la Viltoire.
Sa iGrandeutr lprocedia nsulil,.
A la bndictlion d'une toIlotsi
Croix qui fuIl geste symbllhI
que-accrochee A la placed'hon.
neur par M. Ed. Volel, Pr6si-
dent honoraire.
Le PtWre Nael, Cuid ile la Pa-
roisse, dants une belle imiprovi-
sation, present ses vives lhlici-
tations aux conferenciers venue
de Poit-au-Prince,au Priesidentl
et aux membres de l'Associa-
tion.
Le Champagne fut servi aux
inviles et I'un bul A |a prosper.
rite de cette jeune Sooietc Iteli
gieuse qui sailt a peine mai -
cher, puisqultile ne t'oiil)Ie qut'
douze nois d'existldine. II esl
midi, lorsque joyeux, l'on se s',-
pare.
C'est pour nous i'occasion de
presenter nos remercietennts
mus a S. G. Mgr Le Gouaze,
qui a bien voufu, en copn.pa-
gnie de notre 1Prsidcnt gl. et de
MM. Sylvain et Jastram, se de-
placer pour donner plus d'&.l t
a la reunion, aux aulorilts lo-


cales, religieuses et civiles (jui
ont apportk par leur presence
un tWmoignage de sywpalhlc .
ces Jeunes de Jacmel.
Jacmel, le 15 octobre 1929.
SPECTO.


Amauewvoua 003110 aseadait
~Isa Omwgd Accident Fire &
LUs Ausuransee orprto i
w ie .- Vve F. Busj baa,
A~at taral pour Ha e17


i


LA CITADELLE

CHRISTOP HE


Le patriotique Arrt16 du Pr
sident OIRN() qui, en tcrme
si nmouvants, convie tous It
Ilai'tiens A commn6morer I'ann
versaire de la bataille de Vei
li6res, a tenu aussi A payer so
tribut d'hommage A la memoir
de notre grand Roi, le premie
Monarque couronn6 dii Nouvea
Monde. Le Chet de I'Etat, in
par les plus nobles sentiments,
pense que dans notre glorieu
passe, nous devons trouver d
justes raisons de nous enor
gueillir. Et en terms d'une rar
le6vation il nous dit de ne pas
oublier. Comment mieux exal
ter noire patriulisme qu'en nous
rappelant les grandes choses qu(
nos aleux ont taites ? Comment
donner une base plus slide A
notre foi en I'aveniir de notre
Nation, qu'en nous rappelani
nos origines douloureuses mais
nvignifiques ? Comhirn dt- Cnel
di lt it ui t ualMs entrelenu litanI
I1 Pays le culte de ses hi-ros
pleuse-n1en1 'Otliset v ,6 I i i *"noire
I,' leurs l h ;t, ; I i s 11 I l ,ii
sur I'aulel de sa laI illte, soi
i nit 0ir1tunic lha I l nIills. :,
cr 'e (Ii s uvielil:', :iv;iii a le IPIIn
ser A l'a!lumner sur I'aUlel de la
'ailrie. Kt c est encore A ces
vAiillnils, le.s )rcinieis p)ioniiier-
, 'l'o 1 re Lib)erlt el de notre l
(d'pel)(i IOce -- MIarc. .lisle. I).
I,'ard, Loriis-(:h' irles II() \N().-
J'eni passe e t non des mioindres
fdte nous devo'Ins l'i pir;itlioil
fir ce P.xgioliu cm inanifetle. I.-,-
preux Iriomphlent encore par
delA le tom.beau.
Le President a, tout d'aboi d
voulu faire une oeuvre de repa-
ration. 11 a tenu A rendre a I,
Citadelle son noin. Cair I'on di
( l.l Cilardelle )), to ir dosigne-
Ii forteresse gean!e. commune I'o
disait ( La Cour ) pour designed
c,'lti. de Louis XIV. La CiladellI
I ler.ry, por.ait le nom du Sou
verain qui I'avait &6ifi1e. Sinl
double, pour Mteindre en nolr
nitmoire ce nom glorieux, or
lui en avait donn6 un autre
C(oinine si le noin du (dtenseui
du Cap, du lhros lhgendaire dt
Savannah, du Bois-Pin, dEnne.
iy. de Bayonnais, de la Coupe
ia Piinlades et de tant d'autres
combals lameux, aurait jamaisl
piu itre oubli6. Et les pierres, in
d titude des huommes. Enfin le lie
i resseur est venu. 11 a allirini
son cdlle pour toules nos gloires
n 'lion.les et sa iprdilection
pour no!re genial Sa3verain
leltusatl( I'homui( ir qu( i lui mlit
It Ai I'lI" ili ,, il I ltenu doni
"('r :1U Ia' gt lilont (ti, d'un granr
dl'o e (taii a)n nchli lia rvidre dlu
linlib), le not a du oi. il a le-
Siii 'Slleinent, 0i ie rendre a sa
(Cil.adelle.
Le Pr(sidenl a vouliu laire plus
.nI 1820, j )ur de la mnuil du Hoi, Ih'
drap(-i u ne I )tl:i, plus sur l.a
Clad lle. Foute vie y Manitl arne-
tee. La nature semblait avoir
rlepiis celle montlagne (jue i .I-
ldice dun honimme avairt rig.e
sill' une autie niontigne. Le PrL-
sideni a vo qU, le galr)eapp
lul hiss6 A nouveau. Q ielle gloire


6- le jour oi. sur la Place d'Armne
es de la itadelle, !e long de soi
es mAt qui lui montre le ciel et I'ir-
i- vite A monster hau., plus haut,
r- plus haul encore, notre glorieux
n dtrapeau s'6lvera dans le ciel1
e Quel trisson d'orgueil s'empari
r ra des pierres, des canons, dp
u tons ces impassibles temoins de
Siiorce gloire I Pour cette mine
s, d'4pouvante fiertd que nous al-
x Ions vivre grAce A lui, quelles
e louanges ne devons-nous pas su
. Chel de la Nation ? Ce mat au
e bout duqitel claqueront nos cot-
s leurs, remplacera la Colonne C
. la Libert6 et a I'lndpendanc*,
s que le Hoi voulait y ddifler. RI-
e lisons 1'6loquente Ordonnance
t de 1816 : Voulant donner au
People Haypien une preuve ela-
tante de notre amour pour la U-
t bert6 et l'Ind6pendance qu'il a
conquises par son energie et son
Courage, par les plus nobles et
N les plus g6ndreux sacrifices;
Voulant consacrer, par un mo-
nument durable, cet acte de la
volontW national et en perp-
tuer le souvenir jusqu'A nos
deniers neveux; Considdrant
qu'il est de notre devoir, et que
nous devunsdtre atlentils A nour-
s rir la sensibility el lardeur de nos
peuples pour la g oire, d'exci-
ter l'enulation qui fait naltre les
grands hommes... ) et I'Ordon
Snance continue de d6rouler ses
pompeuses periodes. Ce que le
R oi n'a pas eu le temps d'ex6-
s cuter, le Pr6sident veut, au
r moins, le rappeler A nos coeurs
enthousiastes. II est just que
i'hommage de la Nation A son
Roi, alin d'etre unanime, lui soil
rendu par le descendant du
CI hef de la cavalerie des Cont&
r d6rbs de I'Ouest, du vainqueur
de Peynier. Et c'est encore le
symbol de I'Union A laquelle
r nous invite le Chef de r'Etat qui
a eu la patriotique pens6e de
r6unir dans un meme mausolbe
e les cendres de Dessalines et
celles de P6tion.
NEMOURS.
r (A suiire )


Dr W.LLemke
De retour de son voyage se
tient A la disposition de sa
c ientile a son nouveau domi-
cile, Rue D)r Audain ( ou 8 )
Spri's de a Ravine du iPont
i St Gei'aud, Bois de Chciies,
tons les jours tie 8 A 10 hs et
2 1/2 A: 1 2 hs.les d imnanche.
el jours tcrles ( \ ( I t's.


Royal

Cabarel
Ortoplihinic de ler Ordre
Bar ou rien oe manque.
Rendcz-vous de ceuc qitp
veuilen' passer des inoments
agr6ables d ins un coin de
verdure, cn I'Aice 'e la mer
Stwvocatrice de voluple et de I
rdves.


lb1


N Toutes les Polices

DE LA





I0'E INSURAM

comprennent la Protection


Foudre sans auqmentati



I E.uq.LeBossei


* Agents Gen<


lr-


EUG. Le BOSSES & Co]

Agents Generauxi


DANS LI REPUBIIQUE
DOMINICAINE

Pour prendre part A l'inau-
guration dn Palais de la Presse
A Madrid, au mois de Novem-
bre. M. Tulio M. Cestero, l'6cri
vain dominieain bien connu, ac-
tuellement Ministre A Madrid, a
Wt. d6sign6 par la Secr~tairerie
d'Etat des Relations ExtLrieu-
res.
Le Superintendant general
de Enseignement, M. Emilio C.
Joubert a etabli un systlme
d'examens6crits pour le 4e course
de I'Ecole Normale.
Le Dr Ferran, grand sa-
vantespagnol, inventeur de plu-
sieurs vaccins, est gravement
malade A Bardelone, selon ca-
blogramme recu par Dr Ellis
Cambiaso, de Sto Domingo.
Le sensationnel proces des
auteurs de la mort du commer-
cant bien connu. Carlos Alber-
to Read, et parmi lesquels figu-
rent comme accus6s, sa Veuve
Ozema Herrera de Read, conti-
nue A occuper I'attention publi-
que, Nous en ferons bient6t une
relation de cette affaire.
Notre ami. It sympathique
Pedro A. Iicart, Secretaire d'E-
tat de Sante et Bienfaisance, a
Wtl nomme Membre d'Ho neur
de la Federation de Correspon-
dantsde la Pressede la Havane.
La 4- Assembl6e Nationale
des Chambres de Commerce,
Industrie et Agriculture a eu lieu
le 12 octobre el a entendu d'in.
teressants rapports.
L'exposition des produilts
dominicaims a Wth ouverte &u
Consulat de la I&epublique A
New-York en presence du Chet
du DWpartement du Commerce,
M. Felipe Vicini et de nombreux
journalists.


ME NAGRE8I
Pour teindre tous tissues :
LAINE, COTTON. SOIE, etc..
auoun product n'lIale
"L MA URESUE"
En ventei Port au-Prince: PharmacieW. BUCI
Pharmacic Engne PEtROV, 41. Place Vollire.
et loute" bonnes uaiasoas de alUti.
EchantUlln IgAluMIt I franco lur demanded adreftI
k V" C FERCOQ. & ASNItRES g1..n) Ip,.


CEC

centre la

on de Ltiux


'C


Center do lATIN



Vengeance

d'un esclave


C'ktait un bien rude gaillard wm s.a..a M W asa,
que Jean de Norlac, ce 'colon *a S .--dat^ -
qui passait alois pour un des m,--,..MC
p us riches propridtaires du |I| 1
pays. A torce de travail et de kELI N
sotn, il avait fini par laire de oa ft
son habitation, po6tiquemenot *mens V i
appelee les Blanchefleurs,un v6 f" ml
ritable Eden. Juchees au som aIs.Ws,",a,,,.a
met du Tapion si tameux do nos I -VTDANSTOUS &8
jours, lea Blanchefleurs 6taient
un vivant example de ce que,
pent le bon gotit allied & la pel- A celle question d'AlaIte,
s6v6rance et A l'esprit de suite, avail ba'ssc la tite et id
LA, figuraient A c6t6 des vasles tourn6 la conversation ll
champs de canne a sucre et de autre sujet.
bananters, tous lea arbres trui- I Qu'avait done la haultia
tiers du pays, les plants les moiselle de Norlac? P
plus variees, les fleurs les plus avait-elle rougi, ellequii
rares. Des centaines d'esclaves gaatt personnel, qui r
travaillaient tout le jour. Le la- tout le mol.de en lace 1
beur itait rude, mais its ai- men', voici Hermine, Ia
maient le maitre car celui-ci esclave octogknaire qui
6lait bon, les traitait bien et ne mine lentement vers I
les battait jamais. Joanes, p6re de la petot
Corine de Norlac, la fille du mire.Suivorns la et en
colon, orpheline depuis sa nais- elle. Sur une couchI de
sance et idolatr6e par son pere, bardes, Elmire la mDh
Atait un tout autre temperament. est couch~e,enlouree dual
Alli&re, brutale, elle ne pouvait d'esclaves qui la regard
soutl ir qu'on ostt lui desobeir. piti6. Hi-r encore, ellec
Depuis son retour de France ou de sa douce voix d'ey.
elle avail tait ses ltudes au cou- belles chansons d'AtlirW
vent des Ursulines de Rouen. son pere lui apprenail t1
C'Giait presque Ia terreur qu'elle en la pregnant sur se's
laisait rkgner aux Blanchelleurs. La jeune miltresse I'
Elle lai ait trembler tous les es- mandce au salon, etll
claves ; grands.et petits tous la liIre course A la vivaciti
d6testaiei.L. Cluje cuaeuse, ce nature, elle avait par
colon si acil, j entr prenant, bris6 un vase de graon
qui semblait pru16t t, i poor alors la maitresse. av
commander 6tat come ui en- reuse. Immediateimenelt
plant devantsa fille. Tous Its de- lait querir Gros Jean,.
sirs de o0el-ci. 6taient p~drilui vigoureux, connu par
des ordres.f t6 et lu avait ordonnol
Or, par ce soir de Janvier per 1'enlant iusqu'A ce
1789, tandis que partout on ne pCir se tenir deboul.Ni
s'entretenait que des orages de ces du maitre qui n'f
la Revolution qui grondaient son veto, ni les larwu
dejA en Iranze, aax B!anche- ves qui aftlectionnaiell
fleurs on 6tait en liesse. Pierre rien ne put ia pr6"1
de Bellerive, jeune et brilliant barbare chAtiment.
otlicier de la milice coloniale, Et maintenant tout
avail 6t Apris de Corine, et ce L'entantagonisait, o00
soir on avail decide de fetr soulevait sa poitrine.
leurs flancailles. A celte lbte de d'heure auparavanit,h'
lamille, Jean de Norlac avail in- tresse, poussee sins
vit6 tous ses amis et ceux de pa le repentir, gtait ve5m
fille, jeunes ou vieux, riches ou dans la cave de Jod't
pauvres, anciens on nouveaux. vue, un Irisson d0
Aussi toules lea lamilles des en- availt secouA cotte( fOa
virons y 6taient reprksent"es. VoiliA pourquoi, aU
Sur la route, pistons et cava- I'heure Corine deNOr
liers se croisent. Des voitures de Corine, avait bais
tous genres, des chaises A por- remords ktait plus it"
teurs, se presssnent L' enant de termps el
le portail, longent la grande al- vre ses yenz tout gi
lee brodde de citronniers et vien re assis dans UP coll
nent vider leur monde aun bas semble plonogd d
du perron. Touted cette il6gante noires rnflexions. T
compagnie e a t revue danas le ii se lve et aort. Oa
grand salon,luxueosement am6- veui caller respir..
nag#. Bourdonnement de voix, donner peut-treli"
Irouirou de jupes. cliquetis d'6- larmes. Suivoiaos-
p6e des juenes otficiers de la mi sentier, A gauch
lice, tout cela, m6l1 aux pas des csdes deas eisl
esclavos on livr6e do crAdmonie I court conUMne 0
qui s'empressent antour des in- sat, il arrache u1
vit6s, forme une cacophonie in- feuilles vrtes, ur
descriptible. uno petit ISaPe
moment. Il 1r
PrTs de la porte de gauche, uisre reSndowa 1
un group de jeunes fille ca. Fois, p as de doot*,
sent. a Ot est Elmire ? deman- D6lices, propri6tj de
de Almie la blondine en robe tre voisane des
de soie vert d'eau. Ne viendra- Qu'y va-il fair
t-Oele pas nous distraire ce soir les esclaves so5t co0
par ses chansons ? Elmire. 'est grande case ,est d&
la petite n6grillonne de Corine, a lamille est agi
dou6e d une voix claire et suave, aux testins des flas
C'lait un cadeau dn maitre i a A son detour d
fllle, le our de son annivermaire. n etait plus.


I


- --- -- _L --- --- r--: ....- ---II---I- i ":~


I __L


Insurance Co


Une des plus fortes COMPAGNIES


CANADIENNES d'ASSURANCE


sur la VIE


I' ---1- -- --


~


^
' ^' lt'' .




- .r -- - -s


LE:MATIN-21 Octohre 1929


Vo id shUW I- @ulqger.
gsdvo$arficulations sont raidaca et .douleaur ddspei'sttrs bgea
..,sos muscles vous font ImOutr La rapldit. ac afesq"Ue
woopouves obtenir un soulageueowM Lwuma Slu -- MIs
rse t bionlaisat avc du Limi- eat mwv~Uw&ilaeGagrias..a
g sdat n aa'I I sueft del I'Appiiqoueras" Port&e*
m~wment smr la partie 'ouffrate. Employa-e ..en an doUs=.-
ddhimarom .' Ot WBIW 0 lea.., tem, Cmtulafmt Ceovtmn
4, ~t* ibafte40 rnAdOur t dC attut dsmdmkn Imdibmla'
0 lbwas 4dIN ~w hSPw Pblgn! L Pda I.ELOS1k iaa iftam-mb


0j


,ALM
LA
OUL1


D :stributeurs
J. D. MAXWELL & Co
Iepr6sentants pour Hait
1619 Rue R6publicaine
(Grand'Rne).


I soir en se couchant, Pierre
di Bllerive ; apr6s avoir bu iA
rimerazss plac6 sur une fendtre
a M chambre restde ouverte,
M piignit de maux de cceur et
Jtdou urs sourdes A l'estomac.
t lendemain on le trouva mort
jw son lit. Et Corine de Nolac
*|a longlemps et se desola,
.elle ne se (outas pas qu'elle
subi sla loi du Talion, el
Fresclave Joan.s en empoi-
enDt son flanc6 n'avait fail
lei rendre la pareille, A elle
I avait ravi son seul bien
brle consolation sui la terre.
,25 Avril 1929.


rla bi


Yvette B.


eaute


DE LA
chevelure


Suivez les traces de Gladys
May, actrice pleine d'entrain
daons Shuflin Sam de PAla-
bma qu i dit qu'ellea trouve
1'Exelento la plus delicieuse
pommade pour les cbeveux
qu'elle ait jamais employee.
L'hxelenlo
La Pommade de Quinine
at la pommade authentique,
dleatteint les racines des che
veux et donne un brilliant na-
turel qui demeure.
Elle arrete la d6mangeaison
du cuir cheveliu et rend les
cheveux doux et souples.
En vente dans toutes les
pharmacies. Seulement pour
S centimes par poste direc.
lment.
EXELENTO,'MEDICINE
COMPANY
Ar'LANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents iemanaes pour tons
- crivez pour renseignements


Les Disques Sensationnels


Si


Lit en fer. Allez chez

H. BALLONI Fils

Ses modules sont les plus

beaux. Les prix sont excep-

tionnels.
*- ,
ilO DIS.


Vente a Pencan
Nardi 22 Oltobre 1929
En vertu d'ordre de Mr D P.
Johnson,Collecteur de la Douane
de Port-au-Prince, selon article
101 et 3de la Ioi de Douane, de-
vant les portes de garage de la
Douane, it sera procedd Mardi 2?
Octobre 1929 I10 heures diu ma.
tin a la vente a rencan des mar
chandises.
B et A. S. 1 2 2 colis de
Bonbons.
Wej Bel N. S. 002 ( 18 ) 8
balles paper d'emballage.
E. B. 1-.5- 5 colis comportant
3 vitrines.
V. C.J'56, 5652, 84.3-3 caisses
tissus colon.
V. C. 1719-21 3 colis tissus
colon couleur.
E. L I paquet contenant 9
paires souliers, 5 112 douz. cra-
vates sole, 6 112 douz. bas ef
chaussettes sole, 6 douz. mou-
choirs coton.
Section Colis postaux
Ant. Hein 111012 2 colis
Chaussettes colon.
tLs Garden 3.728 I colts, 1
pot pommade, 1 tube p4te pour
visoge. 1 houne colon.


G.4a"sop54- ipaquel bonbon,
d'O DEO N Hotrelieet Co 2'S- I flaeon
Dans la lisle noutelle dOclbre il y a 4.50 'nummros Nou- ius de fruit,
Veaux el Sensationnels. Ln rdsmi, mdme court est impossible L. Laorus esr c n33 .4- 2colis
i et meme courtuns-Chaussettia colon, chaussure
ici et nous nolons ci oprs seuemet quelques un ds u- lane, gilet lane, pantalon en
meros prdcedemment evuisds et qui sont res enus tissue impermeable.
Rires: Iou Rire, The Black.smi h Rag. Hilariths, JAkes. L. Domique 812, 1 colis 2 corn
Chant Religieux-Aoel kinui s chreliens, Ave Maria (Gou- mutateurs dlectriques.
nod), Agnus Dei. L. A. Roy 7788, 1 colis cartes
Monteaux Les Bouffons, Credo d'amour,La mQrt du Loup postales.
sn Evangile, I'Aiglon, La chaise, Chantecler, Chdnce, Prin Dr Presoir.3, un paquet del
lenips Auveaul. liase (Spiecial. pharm. I
Mistiguette 11 m'a vue nue, ('a c'esi Paris, On m'suit ouise Gissier 690685 I pq.
70out a c'est nour ous. Parisellte, itsou, (h ri ie t'aime,Qui? tissue soe teint.
r'ouin R-ile a perdu snArticle 3. S. h. 1 boite conic-
Ree dein Elle A erduson pantalon, 7oi La eure Joyeiuse. nant des ferplancs de mall pour
. ire de alse, Alela Bonsoir Madame la Lune, Ramona, la bierre 4 k. 30 pqts Cigarettes
_iralda Je n'ai pus de maman, Les millions d'Arlequin, Se Gauloises ScalerlatiA saias de
grenade 7osseli, Ltiquita, EcouiE la chanson du soir, Ah I te toilette.
n Imeau. Je suis un tendre, Ah I dis-le, dis. Montbrun IrLIE
Ninon Vallin Duo des hirondelles (de Mhinon), I'Heiure Encanteur public
ercquiJse Berceuse de Jocelne (chanlee). .
Orcheslre Viennois Marche des forgerons. Le Moulin -ua
re la Ford oire. La borge de la forde ( imitations'de la na- des Centributions
Ie) Le Pantin (blues), hapolilana ( valse ), VENTS A LWNCAK
Jazz- Ramona /, alse). hal'elu;ah (charleston ). Original I ardi IS Otobr
Stack 0' Lee blues, Down hrarle blues, m leaving for o
Albany (blues), Lonesome love sick blues, y Blue heaven. En vertu d ordre du Bureau
lesterdav. lak Bolitom. Lucky Day. 4 Cenral des Contributionsselon
T." it Me6ingues Pcolo ,avio del haxims. La 'article 10 2me paragraphe de
con(:/. ),,, t gra(ia. A media Luz, 1-ederacon G'or r.artes du garage de la Doue
a LPalonr. Maria .bari. G.'ora rtes du garage de ia Douiise.
SHawit.ncs La Paloma. Maria 3tart. 7ultue, i ser proeddd, Mardi 22 Octo-
"(' hi t, m ::, ,ldhn i bre 1929 11 heures du martin,
'n ,',- .,. ," ( < t/ h" ,i'(lt< irte a la vente ( I'encan de divers
I 'AZA Onoox lots de tabacen balls et en sacs.
J. KARAYANY jontiAran ELIE


Quand veYs faltes usai
d huile, emplo ezt de Ia
bone hul e
-0-


L'huile a bon
march est just
commre la main
d'lruvre h bon
march. Elle gAlte
etJd6t1iore ai.:litu
d'aider et de preserver.
Le bidon commode de 3-
In.One rend le travail plus
facile l'intrieur aussi bien
qu'a 'exterictirde la maison.

3-in:Qne

Empiche la rouille
cetlle huile nelHti el polite.
Employez-IA douc
pour huiler la ton-
deuse de votre pe-
louse, vos ciseaux
de hales. vos s6ca-
teurs, vos cist aux a emonder,
vos pa ins A roulettes et tous
les petits m:canismnes.Frolte
sur les surfaces m6talliques.
eile preserve de la rouille.
Three-In-One est un com-
pos6 d-huile de haute quality,
just ce qu'il faut pour lu-
brifier correctement les m6-
canismes lIgers. Elle enleve
It vieille poussiere et la
graisseadhere et met 'es cous-
sinets en 6tat de travailler
aisement.
Employez a In One ) peur
nettoyer et polir vos meubles
et vos travaux sur bois.
Vendue dans toutes les quin
cailleries, lei drogueries, les
armureries et les-grands ma-
gasins, en bouteilles de trois
dimensions et bidons portatils
de une et trois ones.


GRBATIS :
Demandez 1'6-
chantillon et le
mode J'emploi:
les deux gratis.
THREE- IN-
ONE OIL COM-
PANY.Londres,
New-York
U. S. A.


J. D. MAXWELL &' Co
1619, Rue Rbpublicaine,
,Grand'Rue
Port au Prince, Haiti

_- I


J Voici le P

' vous allenr

v< ient d'ta


S4The leading mineral waft


La Boisson connue

dans le monde entier
B ST UN
RAFRAICHISSANT
BT UN

RECONSTITUANT

FROID
EAU MINERALE WRITE- OK
GINOBRA VV WITE ROCk

Le seul Ginueral faith

d'eau mineral

des Sources Dure

WHITE ROCK
DANS TOUS LES MEILLEURS HOTEI S
CLUBS, CAFES ET RESTAURANTS

Mohr & Laurin
Distributeurs Port-au-Prince, ( Haiti ).





ile hu Blarbanciou r


LE PIOM SEUL SUFPPI7

Le Rhum Barbancourt,


COnsacre


par olus de 50


annees de suprenmatie, n f

pas de rival.




Hotel International
Fond6 Aux Cayes en 1896.
Transl&rb A Port-au-Prince, au Champ de Mars,
LPropriWt Emile Blanchard.
Veuve T. FERRANDINI, Piopri6tnire.
Chambres agrees Cuisine frani ise, Pensicnia prix mnodire
Installation moderne Ires conlortable.
On parole anglais, franqais, espaguol, italien.


Royal Netherlands
S tOSasbhip Company
Le steamer Calypso par
SIra de New York le 25 crt.
au:lieu du steamer r Luna .,
pour Port au Prince direct,
'e) come le dit notre itinbraire
i Le Calypsov prendraaussi
di l du frdt en ;chambre froide.
ltez .. 1 1byal aIetherlvnds
Steamship Company


I lI


a L"


nouveau record de


#I


MILLE
,Ce super Pneu d-1
',passe endurket toute
toute garantie, mai
pour le garantissonu
entierenaent commel
tous les pneus FISK
ALL CORD q ue
nous vendons. f
F. J. MARTIN
Distlibuteur.



FISK


COLE IUXTE D'ENSMINEIMT
SECONDARIi

birecteur-leadatenr ALFRED VIAT
S T-'rgeau No 1262
SPares et meres ,te tamilles,
conie2. nous voslentants. -
Protitez de notre experience
,re dcvo';ement pour
i i fils, de vos filles
,gics capable) d'etre
Si esa lasmoia6,d leur Patriv,
Cours primaires complete,
de classes enfantine au course
superieur.
C tOurs secondaires de la si
3u6me a la philosopher.
Preparation specimle poor
les jeunes ge tavaillent.
I Tetl nU 3145.


* 1.**->. -


PA(A.--:


vous desirez acheter un


Marlage
En t'Eglise du Sacre-Cce ur de
Tnrgeau sera bUni It jeudi 31
Octobie courant it 6 heures du
soir le marriage de Melle Mar-
celle Dupoux avec Mr M. Julien
Rousseau.


La Eaison
Fred6ric Oeatjens
Annonce ) ses nombreux amis
et client qu'ele vient d installer
un Moulin A Mals d un module
perfectionni produisant une
marine de la meilleure qualitde.
Les families trouverpnt du
males moulu a bon march au
deipt de la Rue Bonnifoi No 110
en face de tBOel de France et
a Ntpicerie de Petit kour pros
de la Garfonne.


-r- ---~L-LI~LL-- ~ -L---


L


J N


- - --. - .. - * -0. - ,


.






LE MATI :21 Oclotbre 1929


onne de la


P


Convolpecence
\ Neurasthenle
Tubercu lose
An6mie



La CoredeCLOjB9OL
g*jrtjjjreet' o .fore rlvouse
id iond *ug nerf, ai-1111
tgute leur Lnorp;r. jCu
WoP40eNl-uf b .Vueur., )i%


5-'--

-A-> ~


r-- -'rn.ti. I -


I ..~r Iri


J.* i
- ._y


5.


Panatia Rilc d SlcamshiiD Line
Service. de ire'1 uo de piiomagers entire
NEW-YORK CITY N Y. 4')V I'j3 \l., 1,\N \L'/1() 'I. etivle PORT S d(le a COTE

plus ruluide el. le pI)IIS I dJ(.(.tS.[I 51 'ie (I C ti'aIlsImj)rI (dc pli5ssag-s( A S (I u I r~ 'i l en hI i -IIit
llv s pos -E p eiis v ia et id i C mistu I -i C : 1. 11:t I /t) II' st Ii 11 (IV' I .,-a m
Voaici ta lisle de nous igentlImm i s po r IC i'iIIc ii ([Ptuxp -is tic I' E'urope
j~ngletorre Ecosse Fruncel
Airs, (i. W. SIIELOOM& 17 James Strect, LIVEMlIow., ENGLAND)


F HIIAt.C:E
Mrs. SIIEIDO &A,* sontl rprfsenil :
Par les mailSis siisanies :
GE:.ATILY IIANMEY & Co
*21 Rue(de la licLpul)liq Ie
Marseille
HERNU PERON & Cie lLt
53 Quai Georges V
Havre
HIERNU PERON & Cie. Ltd
Rue du Moulin a vapeur
Boulogns/Mer
HERNU PERON Cie. Ltd
95 Rue de Marais
Paris
HERNU PERON & Cie. Ltd
Rue de la Franquillite
Dunkerquie
HEFNU PERON Ci ltd.
Rue Roy
R mrdeiiiv


01 LNIJAGVUE
I)llnemark "
Mrs. FI. A. BENDIX & Co.
21 Allliigade, Copenhague
SCENES(
ltalie
Mrs Illi:Nti COE & CLERS'
Piazza S. Matteo, No. IS
(Gnva. Italiej
O()si.o, NOWAY
internationala:
Speditionsselskad
HAMBURG, GERMANY
Mr If. Vogemann
Hambourg,Germany
GOTTOURCE Swi MFEDEN
Nordisk Express
Gottemburge Sweeden
l{()Tri.,m)AM, 1 IoLI.A N )h
Mr. 1i. Vogemiann
Potteida111. IHollande


Horn-Linie
Le mis iialt f1l-l'rope. est attendul
vels le 2. coulran,de passage
pour Kingston etc, pregnant
frdt et passagers.
REINBOLD & 'Co, Aents


M~ic peulf. ill leli av i" 'ra.-
a tilkpie a d ..t on
p :llf',% toulty (airv urie
nilt,,jv c.. uti e oi'lm
cjr it iii suiti, sn.ai-71ne
elle- ,UflL-t ceci ave.c avol-
raWe louj..urt avilir eor
ik eile, lau moins d:,ia It' cbS
~ue ]aa bt. ufh.' Iic pi a
onner, o n Ile foitit dem Col.
itsat,' inP 1,9rent -.'ql*ial.es
qu3on jpeuw bbte, r .*Iitit'cu-
t.proilong de iI~e.En
fae d'umn ?'g~uu~l-nt Are.
Woflitr. Al* evivililer. I refal.
reI.. C'elt t..ujotrs & cc der-
afeT fjus i'us d..,mea-iuialo
1), It. GCmirr,
114'iol iis 51 e.'U st5
31a -.farit 1balid ti


I Rbvei et Chants
Le volume de vers de Mr
Prosi.er C1ispihonte fils. que
vit inent d'edliter MM. Jouve
& .". est en vente a I. Phar.
Imacie Can aive, I etit Four,
et i la harmacie Leys, rue
du Centre.
Oin le trouvera au prix (le
4 Gourdes, 1'exemplaire.
M'- Edmond Craig
S(a/ e teindes 1'aculies de
htli Iva(une el dau ..'xique
,su;cialiste ein acoclhet'ments
atlihologyiques.
Emploie un proceed elficace
dans toules les maladies de
la lemme. Ilemorragie Fie-
neurs blanches. Deviation
de la inatrice ; de passage
en cette ville oil re ses services
au public.-Visile a domicile
on a la Grand'Rue, ancienne
maisoniCameau. en face du
No 842.
Telephone : 3:156.
1)irecteur.


OUS livronsles le lait
bouilli dans nos bu-
reaux en ville. Vous n'avez
qu'a nous dire votre heuic.
LAITEHIEBAILEY
Tele phone, 2183,

Salvator Giovitazso
loreur ar'ateur
SS ecialite pour les vases sa-
crcs, (irand'RuevNos2034 pres
de la Gare du Nord.

Occasion
D lexceptionaMelle
Devant recevoir dans' quel-
ques mois un vaste et nou-
vel assortimeut de VMtertients
et chaussures, nous sommies
en measure de liquider notre
Stock actuel au prix de re-
vient.


Angle


LA PARISIENNE
Grauad'Ruc et M~iracles
l'ort-uu-Priuce. I


O;lRA*& VENDiRE
On trouvera acheter au
prix de Six gourdes I'exem-
plaire.
La Mission du G6n6ral H6-
douville ia Saint-Domingue.
Par Antoine Michel
A la Librairie (La Presses
A la Pharmacbie du Docteur
Carre,Angle des rues du Peu-
ple et des Miracles.
A la.pharmacle du Docteur
V. Mathurin,. rue du Peuple.
Au% Armesde Paris.
I JA lammaison de Commerce
dea 'Barthdlemy, roe des'
C4,4ri. .
& la harmicie du Globl
( Dr P. Coico s) Laute.


Les vraies huiTes de hbeitt


.. .


wwl


CnmpXanie g4ndralte
Trausatlantli(,e
Le steamer <(Macoris) par-
ti de Bordeaux le 12 courant
est attenflu le 28.
II partira le 'meme jour
pour Santiago de Cuba etles
ports du Sud.
La suite del'itineraire se-
ra fix6e ia I'arrive du paque-
bot.
Port-'au-Prince, le 14 Octo
bre 1929.
E. ROBELIN & Co. Agents.
*N--l 1--- | I II I Ill
A vendre
Une Packard Sedan ) six
cylindres 7 passagers.
Excellente condition.
S'adresser ;GARAGE KNEE
Rue lPav6e.
Port-au-Prince.


NOS soiisies lantaisies,
nl)s iles deso e.nos
repes, vos voi I's hrodes suis
ss sos tloiles d(e til, etc, dan-
tous It s tons les plus recher-
clies, e (Jiis les prix accessi-
ble Is atous, se recolimmandent
j) ir Icur fraicheur;(don?,accou-
ir/ t(ous chcz
Paul E. Auxila


I

I


UI s-s e'eul le esye de prot~ger
v.seharmes Malrels.

L'Age est un defi a la beaulb.
Les femmesd'aujourd'hui,de
40 ou 50,ans refuseut de laisser
les ans conqu6rir leur beauty.
Elles prot6gent leur pr6cieuse
complexion, premier moyen
de conserver la beauty.
Ce qvejws devez faire
Le matin, le midi et'avant
de vous mettre au lit, lavez-
vous la figure et le cou avec
le savon Palmolive en faisant
bien pkn6trersa mousse dans
vos pores par un massage de
vos deux mains. Rincez-vous
ensuite avec de I'eau troide.
Schez-vous coiarletement.
Eilez .ile elreor
Ne vous seriez jamiis de
a% on or dinui e pour le trai
t meant que nous venons de
vous indiquer. N'ailez pas
croire qie toul savon vert ou
ceux vendus comme lai's


N'im)orte la circonstance..
Les Ileurs on t s d. circonshince. M ais es flteuH
final agencies n- retienlient p is I'atiention. Celles pr6parde&
par uine Ernest CASTERA en gerbes, corbeilles et fcoB,
rounes 1orcent I'altention.
Les plus belles couronnes *o lificielles so it a ssi chez
Madame ERNESI CASTER k ou Aux Cent Mille Arlicles.




Pre C. It-La
Sivisaezqc+us l.erseL ainlesi. tq


Si vois avez q(ueques liuresde loisir, le soir, et qa
vous d(sirez les passer agr6'aldement allez au

Pre-Cat-Tlan
ou vous trouverez, la plus belle salle de hal, 4, uiusique I
,eilleure ex6cut6e par un orthophonic dernier cri et aun
'ls boissons les plus fralch6s et les plus pures.
Champagne, bib:e allemande ou nationale,liqueurs de tout!
sortes. -


I


DES FAITS


FAMILIES
Ponr.une education rafftiae!' et une Instrnctioi parfrail
L'INSTITUT TIPPFNHAUER
Reconu de I" njversit6 Haitient e
Vous oflre ses service. Lai vous trouverez: la plus sbrien
et la plus agreable pension sc41aire, la plus sAtre el la pl
rapide m6thode d'enseignemedt classique moderne. .?
Le succ6s des classes de 7e, 4e, Rhetorique aux examedCi
ofliciels de 1928 le prouve. .
L'Eclatanit et comuplet succ6s des classes da lh6torii
et de Philosophie aux derniers examerisde 1929 le conrli'I
L'ecole largit le cadre .de ses.cours primaires elt baiss,
ces prix,
S'adresser 1537.. Rue: Lamarre, ancien local de I'Ecole
Nationate de Droit ou t(l6phonez No 2891.
L'INSTITUT.TIPPENHAUER
Enseignement classique g6n6ral.
Langues, Steno.DactUlo, ComplabililM.
Port-au-Prince (Haifi)
Demandez Prospectus. Les conditions sont avantageiu -


ALUMINUM LINE .
PhIOCAINS DiPARTS DIRECTS POUR PORT-AU-PRINC I
Le steamer ( Maib ayant laiss6 New Orl6ans le 12Octob_6l
sera a Port au Prince le 22 et continuera pour Petit GooA
Miragouue, Jre6mie, Cayes el Jacmnel pregnant du fret p"I'
tous les ports.
Un steamer laissera New Orl6ans le 26 Octobre PO
Port au Prince et les ports du Nord-
Ce 18 (Octobre 1929. E"-,
A. de MATTEIS & Co, Agents'gaoranx.

The Royal Mail Steam

Packet Company
Le vapeur (Lulebra ) venant de Kington et des po
do Sud eat attend A la Capitale vers le 3 Novembre prochlaS
pregnant fret pour PEurope via les ports du Nord.
Port-au-Prince, le 16 Octobre 1929.
1. J. BIGIO,
Agent G6n6ral de la Royal Steam Packet Company
T6l6phone, 2311.


v'.-, .~


1 -


Henrspntants onur qf
J. D. MAXWELL et Co,
1619. Bue Rtltnl)liitc
(Grand'Rue)
Port au Prince, (Haiti)


ti s d


F .',


PEvinnes...
LeaDouble Eagle. es t
le pneu des privil,&
gidis.
1 Ci-I l -; cui1tte l 'as l t I ,'tt jut'.
title tout a&i~l~le. mii's ii ltre it.'tI',
Iur contre titt'l1' %t'i ilt' j~c I
title i ) I'llaBll i t' tie It' l lt' Iit. phli


re par l'it IIIijlrcitlut, it N it I Ill'~
Le pti pcicAi "'c'Ii i jF t


qutit et' jltiv ll g ltI-el. It ll tI jIt IAIl1,.

I' piE d 'I.S 11i' I1M,)It,


lou t ItiyjlabIMqu dM I 1v\lI.


ftw AL&~ii


-- ~Y


olive'ss ct d'hule de p
soot les mcdmes que le
iuolive.
Pour votrecgover e
si le savon Palimove ,2
vous achotce a uno han
avec le nom Palmhlius I
lettres dorees, I'em aA-
vert el le cachet rouge aldi
avec le mot Palmolive des"
AMS. %I
Ui savn tir des pluab
Les sales huiles du Svua
Palmlive soot lea huiles 6
beauty tirees de l'olivier, d
palmier africain etdu cocotl,
- et sans aucun autre
e-dient. C'est pourquol
Savon Palmolive a la could
naturelle qu'il possa6de..
lea huiles de palmeet d'
et rien d'autre, donnent-
Palmolive sa couleur vye
naturelle.
The Palmolive Peet
Chicago U. S. A.
Le savon Palmqlive a'
jamais vendu sans ktre
paqueti.


-- I


I I I I I HI II


_ __ I


PAGEOT'14


-- .


I


ut -so-WI


I


~




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs