Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04294
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 10/10/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04294

Full Text





nentf 'Magkitre


3 EAME1iiCANE 1t36

T WPHkE!tN24


-c,-. -


LIrr --- rir- -5~~- ,_


P-ORT. t


~PALA~i de' JUSTICE


dela riotawerwe dOt~t ~rpnsIphss
uif noas lspubliwaeat C'w'stdliv r
iediwoearrprn I*-q
PoI~s dip Jusiie pn l~I'~J5ri*h
JOSEPH, SObOttea&nr eect~eia, ~r


~ivjii~


wrvt wu e i np|A puuuiqueC,
afita ll e uee coditipn iadispesable du
lolenlt6&, nojn, mt s progr .,4 litrevnd nie plr- ,
do siSr l'oOAski* c nte eI'sprit -I'61 motae (e s
i estdomanes.de notion duu drolt limit de clak- | a
-j tous, chef et memre cun quant sa personnel, A
re ande fa4ille -j- celle dsutrul 9u A 'Etat; en- g i o
reanispotir e6l6brr ,par ds decisions clairdes JUUI
deo os travant, in o Jim rprtiales,elle sauvegarde I) s A'Ls
I pectdeax et cordial. le prestige non senlement de
S- profltons 6g0alet lnltitutioM mai de Pays A
primer aos moom its laianme.
ardent de coaitOnts A us point do ue plus par- ASS
-ncieux efforts de la iculler, i faut ensuite smettre f A TA u PROPRIT
tounsen vmd owm ed ligne !de omete que nous.. us PAYS CHAups.
[] im a!?e ummio 1 n^ Mtona e'Ide Otwuwpmi I-- --- .
et de verto I scarac ,agite t6tnpigDnt dune ...
t la Justue Nati nae Puissance d'emallement A
font la gloire lmp6ris- |6gard de laquelle Isa rande nue, incompatible avec la rec-
Slegon national semble tre titude de sa souveraine apprL-.
'ce grand Jour, nous demeuree sanis effet. Qui ose- ciation.
vo. d preclamer irail onteserA Justice qu'i Ma is n'impoi te, Aujour-
1'a dfficaa l'im- lul revient,. A elle aussi, de d'hui, apr6s tine aunie d'ex-
PIollcitudde d oGouver- nous assagir par des senten- perience, de l'opinion unani-
mous out valo de jole es ,q ui noabs ramenentA notre me, il y a A so feliciler do tra- ,
er.t Les dispositious for intrleur et y impriment vail tourni par le Tribunal de o
lantes du Pouvoir no le sentiment d'une transfor- Cassationt La Statistique ac. d
J ntpoint.1La pr6senee nation profonue dens notre cause 451 arrdts. C'est ]A no i
isen des tetmfnres de temperament de. people jeune splendide record, car pour la
itf, du Legislatif q u i t impuls't.. Idme periode, Jamais ce chif- v
"enus rehausser I.clat Parel lan c6rmwona., fortifie voir quel r6d 6miaent vous sa. D'autre part, les iuristes
conviutioo n ce -bujet. est ddvolu, Me.ssleurs. Direle attesent que. ces decisions f
rs, l' onorpbe 'Secr6- Droit, Ia tAche, on le sait, south marquees au coin de la
tat de la Justice esat 'est pas toujours ais6e; elle doctrine la plus savante et de q
-Dans sa. brilliant car- r*clame parfois le courage le l'interpretation la plus saine v
it n'y a pas qu le s lot- plus virile Mais i faut conve- des textes. Et telle est votee Iq
le succ6s politiques: air qu'alors m6me, elite n'est discipline, que nous n'avons ;'i
ur DmBu-a aman .t. .vlot excl ive de ce tact qui pas conno de ces contrarites "1
Ut vt-set VinvaieOt -d aralt6timse'6ltmw de bifn, dedefrsons qul obligent la
vie, it counalt nos be- honnute etsaus passion. Quel- convocation des sections reu- h
Nul doute qu'au post que dklical qu'il paraisse, le nies. C'est assez, Messieurs, ci
.at ou Ile maiAllent ia r6le du juge ne saurait d6pas pour vous mettre sur le pa- le
S ce di 'hef .te I'lat, i; ser ia valeur intrins6 ue de vois. j
continue de concourir a 'bhomme Ini meme. t quel dans tout c
Tebtiere rEalisation. que soit le litige; quellesque fait en d lt(lou. cte
Ssoient les parties en cause, ce audience: p 6sence de Me.' v
+ A 'que l'on veut du juge, cest 6 c
qe Pon v'ent do juge, c'est *sieurs les Secr6taires d Elat '
i done avec un souffle qu' tienne la balance gale t dutres grand toctioa n
dial donc avec uc souffle ,u'il rest 6 k hauteur de sf-s et d'autres grants Iuctioa-I i
at d'uess4 nep s ve et do l resr. De teAll sorte que naires; de Mr le Do ecn et des fe
ort que nous ouvrons d a. .s memb -es de son tribunal;
s'lil arrivait que I'erreur qui ee
vel exercise udiciaire.est de note domain, eut mal des Corn nissaires du Gouvcr
oet(r6, heort, ce soul orient sa convictionla ne nement et dei memhres de dh
ssieurs des viers puis- foi i doit tre son aana leur Parquet; des ancient b d
qui vous aideront dans o invoq p ge, tonniers et de leur coH6gue
iomssement 4e v o t r e s toujouira noqud our actuel, ledistingu6 MeNau. lde
combien raatee qui s'attache A si haula per- son Co eil et des memIbres te
vinspirant uno puuagrtnd na. t nh e s. vous p du Barreau formant avec Ie n
sonnatdld. J u g e s, dites-vous
gtcr de votre tat. un plus en q voas escostam- public dq. choix u i nous
d attachment A vote ment "ue -'pm e sj s La l coute, urne as embl6e si im-I
oce meant et les premiers juges Li oont -i
eat ...tcensure rend votre sy.vre posanle; que dis je, voyez d
fat insister A cet doard d s eit Qu'arrive' tnt d'honneurs qui vous sont
ntifier h vda ye lestassu e ?u e. paraii. e rendus, ce matio, I'hommage .
5 don't nous onfaisons r- a don, si d la conscience. le plus 6clatant que puissent
it, nous sitfflra d'vo- p. ublique, m evous t6moiner le Gouverne-
rLendue des airatlons Ia... n stis eraien pnta e ment et la ation, alui6s pour
ell dS roit pur, so tournait contre
anellea de S.E,* Pr6si- .vous en fatal r6probation? I vous encourager A poursuiv e
,4e la R6pl4tuerelati- en e as ans la mission redoubtable q u i
tIla igistoature.Oniu, Leouernement ellaNi- vous est impartie et qi (de-
Spas asse our le Pr-. meure l'une des plus patt io-
u ,ot nons aittion -peuvent s er nvaria- tiques qui soieont.
A e. vaste et manla qlue me,...A ,,votre i ctLF O H |
6, en n notrH Capi- r E
Id Jh*.i11.. Du rest, no1s avons pour Substitut du Commissaire
le W s s Ju d redresser les decisions des du Gouve nement pris le
,r. nest l ..ass Cours W~rieures, le Tribunal' tribunal de Cassation
I-obtena s eoue una.o- de Casation. Inclinons-nous
sensible des traite- devant notreMagitrature Sua- ------ -----
S i eIA A ns! rdme it aimitons on c.ela
iO u31WAf es jug. examplee duo Pouvoir.
s yvons que Son plus
'dk1r et SOle plus r+el haut tribunal, i nous asera per-
.1'est de fairs quo accne dtser nob

6vS us leTib na rt ombre de Magistirats.E Cas, MMl
__ i ....t Io.ee ot sationti.atit particuli~rement "
a lolent 'obnet d faire bieu. La Coor a, enteti' A
q eoU, d autres missions, d'tablir la
[I^ M. q.u dcislonas doivent treimpec- d--
---s. e. lesl cables. Mais vu la multplacit6 e., ....
-------- -sno d ades se^ s. il aut aussa fair I ,.".' m 8 l
Bls .*deR6 e dP, vite. II est reconnu qu'no tra- I .'!
Bg 2.Tiep nen vail hAtit peut trersujet A des ..,.,,.. ,,,.. <
B'aet") A errears Oan ea rit done A ga- 1.. t
h-.i l t mu go net un comptnt avec un _-' -- .r **,
t,. eu elst dtroi ee plus grand nombre de juges, Art""",._ (
Se -nte Justre, ne d sens qu'une plot large I,. "
t1 a $, P, Fpartition de la tache m et- ->-. -" -
, eal'tabate.e Pou- trail l esprit du Magistrat a i
rS ap1*que par dtvees i'abri de. ceu fatique quen- .
s.. otratne une tension trop conti- .+.


Faire *a devoir, Iravailler. v,ivre
,p.. Itssoalire, isili It iirilabie

j'tumsyiis CEPIEE


Sftku >


' iIluiApvl oCrObkE 199


--_ _L -m _c- i -rn -


cr'un 1min
cc SdV(f[


)IJSSE


!'FA1TF
BAN
L itst


BORNO
Vrtsident de la 'Rn j oblique.
ARR2T*
Vu l'erticle 75 de la Cons
itution et I'article 3 de la loi
u 13 Juillet 1926 sur les
ours 16nris;
Considerant que c'est un de-
oir sacr6 F.our un Peuple de
ommemorer le souvenir des
rends cctcs decitifs de son
odependance Nationalc.
Considerant quela lulte fpi-
ue de Vertities. le 18 No-
emb e l80?,symbclise,mieux
ue toute autre dans notre
istoire, le couiagel'abnega-
io, la volont6 de vaincre.le
0p"isde ,a mort, tortlesles
ales vertus militaires et
iviques qui caractfrisbrent
es chefs et les soldats de nos
ournies glorieuses.
ConsidE6 ant kgalemeut que
a Citadel!e L-deiriere, I'meu-
re gcaiale de Christophe,"re.
rfsente avec une impression.
note grandeur I'idtede I)e-
ense de la Patric autr nome.
Cnnsid6rant que ces deux
ymboles m6ritent d'dtre tinis
ins une mme manifestation
e patriotism :
ARRP.TE
Article 1- La C'itadelle La.
errire portera d6sormais le
om de Lita le le Christophe.
Art. 2 11 sera 6rig#, sur
ne parties dlev6e de la 'Cita-
elle Chi-tophe tin mat oiA


SCet aetre conri6tfl'e Mou
velliste que la measure prtsi.
dentielle tait sortir A grands
fracas Di SEJ GONDS .


A louer
& g Maison comfortable avec
cour et dpendances.Prix mu-
Sise AvenueeMagloire Am-
broise, derriere I'Exposition.
S*adresser au Docteur Eu-
g6ne Audain.
[ __, .-_ i- .! .,! !
I l c'est du beau, du bon
]- Casimir en couleur et
dessins dernikre mode qu'il
vous fautallez sans tarderchez
Paul IL AUXILA,
I o6 avec le plus racieux sou-
rire le personnel vous oftrira
'11tofle a vot- f-f.


flottera, cha qe jour, le Dra-
peau National, 6 partir du
lnodi dix-huit Novembre 1929
Un programme special d0.
terminera les details de la
c6r6monie inaugurate ori le
Drapeau sera hiss6.
Art. 3- Dans toule Ia fl6.
publique, les Services publics
etles 6coles ch6meront jus.
(lu' midi, le 18 Novembre
1929,,)our que lePeuple Hal
tieo tout entier s'unisse, A
cette date. dans leas mrnes
souvenir s h6rolques.
Art. 4 Le present Arre6t
sera public et execut6 A la
diligence des Secr6taires d'E-
tat, chacun en ce:qil t* coot
cerne.
le 1 Otob re ,9i;an 26ome
de l'iad6pendance.
BORNO
Par le Pr6sident :
Le Secr6taire d'Etat de l'ln-
tdrieur et des Travaux Pu-
blics,
L, L6once BORN
Le Secr6taire d'Etat des Fi
nances et du Commerce.
A. C. SANSARICQ
Le Secr6taire d'Etat de la
Juvs'ice,
Arthur RAMEAU
Le Secr6taire d'Etat des Re
nations Ext6rieurcs et des
' Cultes.
Camille J. LEON
Le Se:rx6aire d'Etat de I'Ins-
truction Publique, de 'Agri-
culture et du Travail.
Charles BOUCHEREAU.


,r "~ 7 I- - ---- --- .. -
HENRY STARK
Rue du Qual, en face de la Gare


Verres A Vilres pour vitrines et tableaux.
Vitres Polies pour autos
Pare Brise (Windshield ) pour autos
iroirsn Biseaults pour armoires et coifleuses style Louis XV
et Louis XVI, ainsi de forme rectangulaire.
Mireirs Easires pour salon.
Grand choix de Ielueres pour cadres.
Eneadremets pour portraits et agraudissement de F photos.
Tableaux pour salon et salle A manger.
larbres pour tombes.
Lampes de Nulls, edc.
R#aralism de IrolirsnIAckhs.


Nouvelles Nouvelles

d'O ON ON

Sont arrives ine grande 'quantile de nonveaux Numiros
de Disques ODEON avec les Numeros pr6cedemment pui
as des pod6les Monteaux, Chants de Mistinguette, Gouin
tel Musiques I.waiennes, les plus'belle Blues etc, et-, |
Veuillezben demander la nouvelle lis'e et vous rappellerl
qu'il faul engager vitc vos Disques car les ODEON sont
oujours 6puis6s promptement.
Aussi c'tsl le dernier arrivage des Disques ODEON pour,
cite annee camt l]a ..brique est dkjA eogag6e pour toute sa
production jusqu'A janvier. -


BAZAR ODCON
J. KARAYANY
__ ___.__ Angle GradlRme A Rue Fdrou.


IE!S


... a rencontre hier martin,
vers les onze heures, deux pe-
tits Acoliers, qui, leur sac d'6-
cole dkposA sous une galerie,
prirent eu pleine rue leur gar-
de de boxeurs et se mirent 6
s'administrer des coups de poing
au grand ibahissement de ceux
qui passaient.
.. a regret(b le temps, h las A
jamais revolu o& les brands
mounes avaient le droit de rap-
peler lea entants, meme sans les
connaltre, au sentiment dc la
convenance et de la discipline.
Les coups de poing pleuvaient
de part et d'autre. II n'y a pas
de vie humaine sans coups et
quand les homes, pendant une
S'iLv,. cease de s'enadroi-
porter, c e sont les en-
fants qui commencent.


Malvator Glorinazx o
Owreur argeuleir
Specialit pour les vases sa-
cr6a, Grand'Rue Nos 2034 pris
de la Gare do Nord.


iN.


... a, dimanche apr6s-midi,
lanc6 un regard de piti6 Ala vw
de la conduite vraiment in616-
gante d'un com6dien en brinde-
zingue, along comme un jour
sans pain, envers I'un des io-
vitls au pique-nique organisA a
Mont-Repos par un parent A lui.
Un gentleman, impatiemment
attendu, fi turner tous lea re-
gards vers lui quand dans a
Studebaker qu'il venaitde stop.
per I'on apercut la. frimousse
Wlegante dune trWs joli. per-
sonne. Naturellement, ses amis
en furent frop heareux. Ce qui
d6plut au com6dien puisque A
In trts jolie personnel, il ne fut,
lui, gu re presented. Mais en ma-
ni re de revanche, il sappiocha,
subrepticement, du groups et
essay, mais en vain, de fire
accroire que lui, il avait toutes
les chances... La demoiselle fit
mine de ne pas comprendre et,
poliinent, prit congd e ces Mes-
sieurs. Notre brave combdien
iie s'en tint pas pour hattu. Si
bien qu'ininndintement apl)rs.
tombmr'nt de ses hIvrtvs avindes
des injures inutiles A I'endroat
de celui qui, 616gaininent avait
accompagn6 A ce pique-ni qu
la tr6s jolie personnel n la fri-
mousse digante.
... A ce moment-lh, dut bais-
ser ses paupi6res pour ne pas
assister au spectacle navrant
u'A 1'oeil offrait ce brave come..
uien qui ett pu, cetle lois, au
moins-, so montrer cement.
I .
... a vu avec quelle timidil il
entra dans un bureau de r6dac.
tion. 11 avail en mains un pet t
manuscrit. Discrtement it le
lasdit au Rdact.ur en chef et
murmur:
Pouvez-vous le faire paraltre
demain je vous en prie ?
Et le r6dacteur en chefregar-
da longtemps le petit jeine horn
me.- moins de vingt ans,- si
modest et qai lui rappelait le
temps si lointain d6j ou lui
aussi apportait son premier ar-
ticle an meme journal.
11 jets les yeux sur le petit pa-
pier. Ce n 6tait pas, en v6r6te,
mal. II en sourit et lorsqu'il eut
dit au jeune home: (C est bien
cela paraltra le petit jeune
homme s'en alla rassur6. :t il
fallait voir comme il 6tuit lieu.
reux, lui si inquiet 6 I'arriv6e.

.. a vu, A In facade de la Mai-
son Boll6 une splendid recla-
me pour le chocolate Due, mar-
que francaise des plus reputbes
et don't notre ami Ferdinand
Fatteon est I'unique repr6sen-
tant pour HaTti. Ce chocolate est
celui qui coite le moins cher
et les amateurs de friandises le
placent sur le mnme pied que
les< MarquisedeS6vigne >.Cequi
n'est pas peu dire... Aussi NOTRI:
(EIL a-til mang6... de ses re-
gards la IrWs suggestive r6cht-
me qut embellit la lagade de la
mason Boltd, A la Grand'Rue.


I

:1


I


__ __


J


I


__ I____


_ _ _ _ ~ _~ __


- I~-- -- --


,


1 .1


li


_


PC-- ------~s~g


=%R


49W I


1111111mlow


, 1- -7--


il~tpe







S .-.


PAGE- 2


LE MATIN 10 O.tbre 1921


Le bien pour soi

et pour son pays


Dakirer le bien :pour soi est
une des choses les plu, natu-
relies. En effect, celum, qui n'ai-
merait pas le bien pour lui, se
voudrait alors le mal. Mais, cela
ne so congoit pea, car, il se trou-
ve en i'hommo, on dirait, un ai-
mant divn qui attire constam-
ment son imagination vers le
bien.
Au bien t'homme est pr6dis-
pos6. Aunsi, le rechercher pour
lai, tell est sa premiere pen-
aie.
S'il accomplit parfois le mal,
dans certaines circonstances
donn6es,ce n'est qu'apr6s coup,
et, le plus souvent, en vue d'at-
traper le pla isir, qui le fuit, ou
au d6sespoir de ne pouvoir I'at-
teindre.
Mais, son imagination ne vole
jamais en premier lieu vers ce
qui est contraire au bien.
11 sen suit done que le mal
suppose le bien,c'est A-diren'ap.-
paralt qu'en second plan, qu'en
I'absence du bien qui est prin-
cipe et par consequent premier.
Le bien est la fin de la vie hu-
maine. L'homme a 16t cr66 pour
i'accomplir. 11 est natural qu'il
tende vers lui de routes ses
forces.
Or, s'il en est ainsi du bien se
rapportant A soi, que dire quand
ila pour objet la Patrie?Quand
ilt a trait A I'ensemble des ci
toyens composant une nation?
lei, le bien faire rev6t assu-
r6ment un caract6re plus grand.
Par suite, la volont6 de le r6a-
liser prend, de plus grandespro-
portions. Se mani estant pour
'accomplissement d'un ac te
aussi important que beau, elle
devient plus ferme, plus tenace
et plus belle.
Quel acte, en Pffet, est plus
beau aprcs celui de servir Dieu
que celui de service sa ,atlre I


Aussi, tant qu'ils sont sincerese
16gitimes sont les aspiratio ns
des citoyens au bien supre me
pour leur nation et naturels les
efforts qu'ils d6ploient A cette
fin.
Mais quand est-ce qu'on faith
vraiment le bien pour son pays?
Quand est-ce qu'on s'intlresse
rkellement A ses concitoyens?
C'est lorsqu'on cherche, dans
l'ordre, le travail et la paix A
apporter, dans leur 6tat, sui-
vant le besoin, an changement
materiel, intellectual et social.
II y a done une action A ac-
complir. Elle est noble et m6ri-
toire. Et elle s'Impose, dans
chaque pays, A tons les citoyens.
Si elle revient d'abord aux Gou-
vernants de par le r6le qui leur
est attribute, elle ne concerae
pas moins chaque citoyen en
particulier.
Cliaque ci'oyen, en effect, en
tant que patriot, a pour devoir,
en sa sphere d'action, d'aider
les Gouvernants dans tout ce
qu'ils entreprenneat pour le
pays, dans le sens du bien. ou
tout au moins de leur faciliter
la tAche. II lii incombe de tra-
v iller ardemment A accrottre
le sentiment du bien en ses con
citoyens par amour pour eux,
par amour pour sa patrie.
On le salt, on le comprend.
Et, cependan', prisonnier par-
fois de I'Orgueil et du ( Respect
humain,. on se laisse aller vo-
lontiers au sacrifice d'un si pr6-
cieux devoir.
On le salt, on le comprend.
Et, pourtant, simplement par
esprit de parti, on se platt sou-
vent A d6pr6cier certain actes
vraiment bons, entrepris par
un Gouvcrnemnent dont on sest
conslitu6 adversaire.
Son but, en proc6dant de la
sorte, est certainement d'emp6-


LES

Arnenments


IJ

I
C
C
I
4
I




4


I


Le budgetdond6penseso
navales doe 1930
PARIS Le programme na-
val pour 1930 coitera aux con-
tribuables trancais environ cent


-JEcT SIP *FM
SoI l ne IMll,
(Rseffe, do MontreAr
de bieh Lr e enisnt d' t nerpide
ePERM peu IbeW e
qui cauet s la dourara rie Ies uria
I ONNU PHARMAOUs *



cher, si c'est possible, ces actes
d'avoir leurs offets, de montrer
que le Chef d'Etat adversaire
nest pas anim6 du sentiment
de bien fire et d'att6nuer, do
cette taQon, dans le peuplei'es-
time qu'on pourrait avoir pour
lui.
Cela se constate par le d6ni-
grement on la raillerie qui se
m6le parfois A de pareilles cri-
tiques.
Cest un plan de combat, di-
ra-t-on.Riende sarieux au fond.
Qu'importe, si cetle tactique a
pour but ('apporter une entrave
A la rpalisation de ce qui est
bien.
Un citoyen. r6ellement pa-
triote, ie doit pas pr6coniser
un tel plan. Son devoir est do.
tonjours dire la vorit cet d'en-
courager le bien. Que Iacte,
tqit s'accomplit, soi i'ceuvre
d un ami ou d'an adversaire,
pourvu qu'il soit profitasbe au-
loard'hui au pays tout enter ou
le lui sera demain,on doit avoir
assez de conscience pour eap.
pircier A sa just valeur et as.-
sez do courage pour clamer
bien hautl, A tous, qu'il est bon
q(itand il pr6sente vraiment cette
quality. C'est pair cette facon qu'-
on pouirra s altirer quelquepenu
la confiance de ces concitoyens.
). MASSANTfI,
(La fin o remain)


Rossi

condamne


n v siV I millions de dollars, suit quatre 30 asmd. prisea
mi millions de dollars de plus qu'- ROME Le gfnral Cesare
e,'epifia Iramaise sur les accords en 1929, si le budget Ntabil par
ARIS-- A l'occasion du d"- la commission des Finances est ossi, le leader antifasciste ac-
.art de M. MacDonald pour les ratifi6 par la Chambre. cusedre.nemPtriIn n tcntretle
tlats-Unis,on exprime F'opinion Cette augmentation de ddpen- onv"erneM ient itaien centre_
Ians les mili ux de la Socilt6 ses est attribute A l'augmenta- fa vie de Mussolini, vient dtre
des Nations que la cause du d6- tion g6,nral., du materiel et de condamnt par le tribunal spe.
sarmiment en g6neral serait la main-d oeuvre. Sur la totalilt I ciRal.. enite s, dmlprison.
mieux d6tendue si tous les ac des d-enuses, prts de 54 pour Rossi avaire6 impliqut, en
cords naval etaient lihs au pro cent non a des constructions 925 dansl'aairMateoti; ac
gramme de d~sarmement de Ia novel aes uitt6Uit'taitr6tigid en France.
Socitt" des Nations. pourents. ge y a un an, i crt povoir i.n
Quolquet u t s A Is ociW Ce pourcent geo lgeremeit ...__,er.
Quelques deggu s A Ia Socitk plus levk que pour lexercice P ta-uisse, maisilutiarrti meal-
desnations eslimentim6mequ'unt 1929, s'explique par le lait que rtlesprotestations de la pressed
Bacord entr. les cinq grades le programme de construction issequi fit valoir.que Ro^ssi^
puissances navales serait seule- adop!6 en 1926. a .tl retard6, et avaits tattir6 dan on.gue. .
mnent de nature condiionnelle cc nouveau budget permettra de "a n ar unetemtiu e ,ofque
st, on attendant une conference lhter la construction des unites spes par one emm o queavaia
g6n6rale sur la limitation des de remplacement. so?6verin o hev-,ique avi l
armements. *6 vil.e.
Dani les in"mes milieux de 1,i ----- L'aaaire Matteotti avait, il y a
Soci6l6 des N it ions, on dil qu'on Jpon pr6ev cinq ans, soulev6 une motion
s'lorcera t. coe vaincre Wapon s pr considerable en Italie. Giacomo
shing on (c les ma:lentendus du bolch6visma.e Matteo:ti, deput6 socialist, qui
e.tre.nalionsr6sulltant d'accords Le gouveruemnthl ji ponass avait sv0rement critique le r6-
navals particuliers peuventre vient de dilaer die cousidrer, gime laciste, ful enlevI, en juin
6vit6s en dcidant que la limi- dornavant, conune des w mi- 1924, par des inconnus, t I'on
station des armemrnnts navels se grnls,les p.chanis j ion its qui perditsa tlace.Ce nest que deux
rait Ia base londamantale d'un travaillent tous les vts dansea s mois plus lard que son cadavre
traitk poil a reduction (e tous eaux soviteiqoes. 11 par, n qie fut retrouvi.
k.s armn.t..s sanrs exceptions. certaits tie ce s p6chears devten- Trente arrestations furent o.
Si les a .ms aents naval son. nent d'ardents blchlivik.La po p6r., mars 25 ne turent pas
r 6a 1s asptar6ment, on serait lice dtwlvrera s-ulemnent des pas- maintenues. Les cinq autres in.
mons d.cidW A limiter les autres seporls aux persounnes qui pour- culp6spasserent en jugement nh
armemcnts t.,en outre,aes pays ront justliler d une existence ir- mars 1926. Its reconnurent a-
comme la France se sentiron, rprochable. Dns ce but, on voir enlevt Matteotti, mais nid-
S ass s s'ils artici ,ent i cr6era dissections spkciales de rent inergiquement |avoir as.
Fflablissc iet .des prit c es d,, police A Htok Ito, Aomori,Akita sassink. Deux d'entre eux furent
'.t'" ,La r se, mnavas.r -s ps etldans d'autres enadroils d'o6' acquits, et lestrois autres, con-
la ne crlaine pp, hensiun s embarquent g6ntralement les vaincus d'homicide par impru-
subsiste eicore au suiet des pcheurs japonais. dence, s'en tirrent avec de 16.
sous-marins. On craint que les ----- gres peines d prison.
Etals Unis et la Grande lBrea L'xposilion d'tinvers de 1930 i .e gnral Rlossil accuse d'a.
gnenee s'e endent pour r duire L 1'Kposlion international vI nr l princi al agent di
on suppri ier csbftimne d iu- d' nves de s 30 snoe corn iplot, se vit itfliger dix-hui
ne in itre ai.ui aflecter it Is .me sensaioele. Plus ois de prison,mas it ienficia
inl6rets d n e e lde'la- nations, a mi les plus impor- 1 i a ris, oh il 6crivi
e tantesd urope et doutre mer onesmrie d'articlesdes p'us vio,
..l .. out actuelleinent notifik leur par lens centre Mussolini et-se par-
Le rei Alberl retoil les Anmritaio ticipation. Parmi los :naeifesta- f i. ss, qu'i accusi'a r ins
de I Oki tlons q, et' ( dhors de congrts titu6 un rtgne do terreur en Ita
Le roi Albert de Belgique a interncationaux,rehaus eront en lie, et rendant Mussoliui lui-
re.u les dt16gues de la comuuai core 1'kclst de 1'exposi'ion d An-. mi#me, responsible du meurire
sion am6ricaine de i'Ohio. L'am vers, on peut citer : des cort- ide Matteotti.
bassadcur Gibson a fait les pr6 ges historiques,la reconstitution
Sensations et a remis au souve un quarter de ia vieille Belgi j lw. I
rain un historique de la 376me qn qu; .r.'.qiiera la vie et lesI A .
division pendant la guerre. rjout ,,a e ptopulaires au dix. Une mason de campagne
Le roi a remerci6 chaleureuse septimeiw sictle et la creation ayant le confortvoulu A Bour-
ment les 4mbricains A l'occasion d'un ,ua.1te i.un-Park ofirant de don. route de P6tionville.


du point comm6moratid de Eya mullipl s attractions encore in
offer par l'Etat de I'Ohio. cones.


Voir Gaston tREVEST
Au Champ de Mars.


JLa petite Soeur

des Missionnaires


L'ame de la petite sear des sonatvenus implanter sur is n6.
missionnaires, ainot que Sainte- tre, Is Croix civilisatrice d Sa-
Th6rhse de I'Eotant J6sus pro- lat.
nait plaisir A s'appeler, a da 6tre Pour donner one id6e do Ih
Sirond6e de joise devant I'6an besogne qi oaest A taire dans le
avec lequel on a Vr6ponda, di- domaise ziasionnaire, ii lsfilra
maanhe dernier, A i'appel d'an do mettr o rerd s cs tires:
groups de port-as-priuciens, or- da so n od a entimer II y a
ganisateurs da ir6ninage a la 1.100.' O0 patens a 6vange-
chapelle de Despinose. Tant per liser et 14,000 Pr6tres mi.iea.
legrocueillement qui a caractd- naires europoens et indigl6en
ris6 les c6r6monies religieuss aides per 3A00 Freres et per
que par le nombre des tid6les 13,000 Religleases. En Haiti
qui y assist6rent, le it~F6rinage nous avons 3,000,000 d'habitants
a en an succ6s inesp6re m6mei A vang6isor per 170 pr6trea
des organisateurs. aids par 106 Frres et 350 Re.
C6tait, on efoet, en loule qu'on ligisuses.
est all&, dimenche martin, de d6- -En 'rane, es-Belgique et en
poser ses hommages aus pieds Italis poor ne 6teaduae .m-
de la petite Sainte et rimpiorer blable de territoire et ua cit-.
d'une Iacon touted partlculi6re, It *6gal de population ii ya
en sa quality de protectrice des 5.000 pritres, sans computer les
missiounaies, de verser sur les Fr6res on les Religieuses. En
prttres et religieux d'Haiti Ia France it y a, en moyenne, an
bientaisante pluie de roses pr tre par 1000 habitants. En
qu'elle a promise de r6pandre i Haiti la moyenne est de un pr6-
pleines mains sur la terre. C'est tre 18.000 liabitants a
aussi A cette intention, tout A Poor rendre eniore plus p6-
I honneur de esprit de pi6t6 et nible la tAche de nos pr6tres,
de reconnaissance de notre 61i'e don't le sombre est elairement
catholique port-aun-rincienne, inadequat pour Ia besogne a ac*
que la messe a 616 oferte par Sa complir dans le pays, viennent
Grandeur Mgr Le Gouaze sur la s'ajouter la topographic du tsr*
demand des p6kIrins. ritoire, le manque de voices de
Ce tut dans un recueillement communication dans plusiears
vraiment remarquable que les parties de Iile et les grades
p616rins qui furent au tom- distances A parcourir, le pluns
re d'au momns quatre cents, et souvent sur des mis6rabtes
auxquels s6taient adjoint une montures. par des routes pres-
trentaine de religieuses de St- que impraticables on pat des
Joseph de Cluny et de la Sj.- senaiers dangereux A traversnos
gesse assist6rent au Suint-Sa- montagnes. 11 n'est pas rares
crifice, et 6coutkrent avec une en Haiti de trouver de dix A
attention souteue la narration douze chapelles sur le terri.
S6mouvante de la vie de la Petite toire d'une seule paroisse, sans
Fleur, ainsi que Saiute-Th6r6se voies de communication satres
est gracieusement nomminee dans que des sentiers A peine tracks,
les pays A langue anglaise. coaflee aux soins d un seul prA-
Sons le charme du sujet atta- tre I Et tout esl A l'avenant : la
chant et de 'eloquence du pre- pknurie en sujets sacerdolaux
dicateur les auditeurs sem- thit pendant A la mistre qui re-
blaient oublier, les uns com- gae dans un grand nombre de
bien 6troitement ils i talents ca- nos chapelles rurales.
sks A l'int6rseur de ia petite cha- A Ia fin de la messe el spr6s
pelle rustique, les autres ( la la b6niidiction des roses desti-
majoritkeeux-i, don't uu grand n6es A ktre distributes aux pi-
nombre c'enfants) leur fatigue A I lerins A la ci6ture des c6r6mo-
se tenir debout aux portes et nies religieuses, on fit cort6ge
aox fen6tres da modestoe difice, A la statue de Ste-Thkrfse la-
de beaucoup trop exigu pour quelle, ornie d'une provision
Slur nombre. .de roses, lot port6e per quatre
Le theme principal, d6velopp6 No-listes en procession autour
avec toute la suavit6 que com- de la chapelle, au chant de can.
porte le sujet, turent les qualit6s tiques en honneur de la saint
qui ont value A Sainte-Thrkse patronne. De retour A la cha-
I 6pithte de a gaacieuse s, et pelle le Magaificat lut entaona
qui n'ont fait que s accentuer a et, aprks une derniere pri6re
chaque tape de sa vie jusqu'au recitte par toute l'asaistance A
lour of, Ag6e de 24 ans, elle lut l'in tention des mission ires
ravie an monde, pour y 6tre d'HaIti, les ceremonies parent
donnee encore plus pleinement, fln avec la distribution des e .s,
afin quelle put tenir la promesse, symbol des binddictions avec
laite de son vivant, de passer le quelles l a gracieuse a petite
son ciel A fire du bien sur la Saint. ( pour emprunter letmot
Or e.vantdentamer hi si bien trouve dt son pandoy-
Our, vana'entamer intoire rise ) rkcompensera indubita-
de la petite hr6se one esquiss blent Ia pi616 do ceux qui
par trop br6ve ta i taSte de en'- prirent part A cette touchante
vre missionnaire en Haiti, Mon- manifestation d oi religie se
seigneur craignant sans doute etdereconnaissance enversceux
de reenir trop longtemps ceus A qui, apr6s Dion, Ialtien doit
ni l'Arconutalent. C' tait grand le bienaits de la religion, avec
d mma g, car est IA un sojet tot ce qu'elle comporte d;in-
d'un int rtn palpitant A toute fluence morae et civtiisetrice.
Ame vraiment catholique et sur Les ors niateuri di p.1ri
e con.reuhsdoicoal qu.i oont len la *atistaction, drune part
f c i mr e enrl u, n gnore de savoir que les missionasres

importants. 11 eat A souhaiter de---ongrk- plors e migues
que ce thrnes, A pine 6bauch out d ts prondtkond ent touches
a Despinose, soil repris et dve- par la dKicate pease tradit
AoPprcehP youelo aoutorise de par la manitestation de diman-
Archevqe-Coadut r d che dernier A l'ocasion de Ia
Port-au-Prince dans un avenir 16 d teunn pete
prochi. mr des missionnaires,et,d'anu-
En attendant, les quelqmes tre pait, de consiater ane toi
tlailts et chiftres suivants diseat ardente et une pitti6 protonde
long sur la question, et permet- de la part des catholiques de la
tront aux esprits.rfl6chts de se Capitale, tkmoignees par les
faire une fidble id e de la IlAhe pressantes dempDdes pour le
Iormiiable quaflrontent les d6- renonvellement pkriodique du
voues aoldals du Christ qui, exi- pkl6rinage. t
its voloasirsa de lear sol natal, Melle BURCK


Le taux de 'oeaoompta,
d deo banquoe
II et tiev t& L dsrem Stekhli
LONDRES-Les directeurs de
Ia Banque dt'Aigleterre out 6le-
v let taux de I'eseo upte de 5 1/2
A 6 1/2 pour cent. Le taux de
5 1/2 subitait depis fkvrier
Celte measure a 6t prise pour
protkger 'encaisse or de la bin-
que car depuis le d6but de Fan-
Sne exportation de ior a atteint
21 millions de livres.
PARIS-- A Stockholm le taux
de l'escompte a 616 lev de
4 1/2 a 5 1/2 pour cent.
A Oslo, ie taux de 1'escompte
a 6t6 &61ev pear 100.(Havam)


Tragique situatie des pnfeueas

MOSCOU M. Andreae Bil
banov, l nouveau commissaire
A I'Educatiou, a fait 'mrman-
tea r0vlations anr les difficalts
que renconlre en Russie le per-
sonnet de ienseignement.
Cinquante-neut protessurs oat
6 teus .et 53 antres attaquds oa
: rsecutes, au co rs des seuf
Sderniera mois ; lei et le triste
I bilan don't M. Bubanov vient de
taire part o une confdrenee on-
vrire.
Le commissaire a indiqu que
les thiflres du recent recense-
ment montraient que 42 o/o de
uIk P .optalion ruase etait encere


... OUVELLES ---- ETRANG
NOUVELLES DE L'ETRANGER


~--------- ---- ---- _- _~LI --- --


__ __C~_ __ i~__~


_ --- -~~ ---r-d~jL--_-i -- ------ i ~LI--~- -"'-. .-i


_ ___ ~ZC_ --


__ ____ _*









TI


5PECTACLFJ


. CE SOR
SPoor la dera!dre lois:
and Dreme do Lamarlice:
JOCELYN
' Iyec Arrntand Tahak
fin de permeltre A lous de
;k voi ce beau film, 1'entree.,
que d'UNE gourde.
REMAIN SOIR
Ravengar .
(Suite)
Kandriln
(, Snile )


S CESOIR
LvmItre. Le Tv gSio"*
E>-" *s*.% .0'


Couvent

St-G6rard
Bulletin de la Quinzaine,
e da 0 octobre en course,
extr yOnM ce qi suit:
s n'avons pas a presenter
lecteurs du Bulletin de la
ine les RR. PP. R6demp.
: voici trois t'-s d6ia quo
avons en la providentielle
fortune do voir le R. P.
et ae d6voe6s confr6res
nou apoter lapps pr-
ethla sp *pos des
o otla l, d
i retiou.s, 'u ..IJors. I
rt des pasrousd d'OOu eo
rtibonate ot d* Nord le
;vus A 'eauvre, au eoats d
Iyssions qui ont 6tM partout
ion d'an renouveau reli-
aussi incontestable que
mlant.
. Mais, ce que tons ne savent
encore peut-4tre, c'est que,
Idupassage ici de lear san
r,.IP.. provincial de
lles, nons avons pu obte-
-do_ l que l concoirs'de
te'igieux nous soit assur6
is de deinitiV6 favon.
un emplacenmet q aious
pu leur c"dr, A -'extr6-
de Pen.-de-Chose, los RR.
R6dempioristesj sefoat cons-
Une comnmnaat6, Jo*
ent de St. 06raidi, avec
hapellequi readra s .rvice
bilats tsde e qitarlier. lbs
crent leours modiques res-
lares et cells qu'on a puleur
loyer de Belgique. Efles se-
at, Whlas, bien insuffisantes.
eim bonds missionnairescomp-
Su pour mener bout leo tra -
sur la divine Providence,
R...les Ames g6n6reMuss d'Halti.
WNois espdrons avec eux que,[
catholiques haltions au ser-
k desquels, ils veulent desor-
Se con.secrer entiorement,
dront bien leur vwnr en aidc:
tl des int6r6ts religieux elt
rUx du pays.

NLe manage Aga a
^rtAa Kan, le sportsman hin-
l bilen conun, vient :de te6-
ier A la presse pariaieute
a listoire de son marriage
une iaune confisease de
tb6ary 6tait on canard inven
Stoute piee, et de -acom-
n absurdes don't ParMidi
it it~ 'cho .
lC journal avait tait parattre
edi dernoiaw, article di.
t.quAgs Ken devait 6pouser
N ovembre prochain, one
Sfi81e don't l avait talt la
aoe dans une confis-
do Chamber.


rliLLItE


Uii


EUG. Le BOSSES


Ti--


Totesles Polices


DE LA


comprennent la Protect ion centre la

Foudre sans auomenlalion de taux


Eu q .LeBlosese#Co


Agents Generaux
seEniniin


an---


N1


EST APPRICIfi PAR TOUS

LES AUTOMOBILISTES


Franck J. MARlIN

Distribuieur


-PLACE GEFPRARD PORT-AU-PRIN' E, (HAITI)


Nsnodan ont.
i o it lemplee
Olmiq e .t Sp.elal

Ruelle St Cyr, en face de la
Fabrique Haltienue de Mo-
stlqpue A proximit du Champ
de Mars,
Messieurs Felk Magloire.
L onPoutlh,Frvngeul Rigaud,


1"o'INN


Felix Soray, I 6on Bance,Mme
Vre Edm. Adam.
Conditions mod6rer
Ceo course out 616 institu6ss
pour venir en aide aux a- i
ailles d6sireuses de preparer
leurm enfants une carriere
en se basant de bonne heure
sur leurs dispositions et leurs
aptitudes. Pas de surmenr.ge.


SPhone: No 2539-


Les inscriptions sont revues
des maintcedait.
Un petit nombrp de pen-
sionnaires est sollicilt. Lee
6tudiauts des Ecoles sup6-
rieurcs sont admis.


S'idrcsser h


fir Felix IcvGLOIRE


FAR KSLIF


&


Co.


_____ ____ j sh~p b l *


Si


vous


de'sri rez


acheler ur


Lit cn fer. Allez chez
H. BALLONI Fils

Ses moIldeles sont les p)lu


beaux. Les prix sont

tionnels.


excep


- -- W -- ma


On trouuera A aoheter
La Petite G6ographie d'Hlaiti
de Mr. Louissaint chez I'au-
teur,Rue du Poste-Marchand
No 1000.
Prix G. 2,50 l'exemplaire.
Oooasion
exceptlonnelle
Devant recevo-r dans quel-
ques rmois un vaste e nou-
vel assortimeot de Vetements
et chaussures, nous sommes
en measure de liquider notre
Stock actuel au prix de re-
vient.
LA. PARISIENNE
Angle Grand'Rue et Miracles
Port-au-Prince.

her a s bommes sushi


De plus en plus les houn-
mes comprennent que leur
personnalit6 depend de leur
attrait personnel-et quecette
attraction personnelle est ba-
s6e ou contraribe par la cle-
velure. Ils trouvent dans
L'Exelento
Quinine lPomnmade
La combinaison id6ale pour
'attrait et la sante de la che-
velure.
Une chevelure qui nest pas
en sante ne peut tre attra-
yante 1 La Pommade de Qui
nine Exelento est une pr6pa-
tion medicale.Elle embellil la
cheveluie et la rend souple et
soyeuse, de telle sorte qu'clle
nourrit aussi la chevelure et
lui donne la beauty et la sant6.
En vente chez tons les dro-
guistes. Pour 0,30 centimes
seulement, ilest expedie ltes
reception du prix.
EX ELENTO, MEDICINEt
COMPANY
A LANTA, GEORGIA U.S. A
Agents Jemnandes pour totss
Ecrivespour ji eieiccn (i's


Maladies k i Peau'
Maux de Jambes
SOmI4Agomn t nt diat el Jja
s u4ri.on rapd. pIarr
Eau Pr6cieuse
DEPENSIFR
RADICAL POUR TOUS
ULCtRES I
I'LAIES DU JAMBIS,
eORIASIS, DARTIRE.
ACmt. DiMANGEAlONS, CZEMAS.
C. ROUX, Doduar as Pharm.,cle.
72, ms. 4. chtiom. a MaLioM (S.M).
SolIn fm- 4m0 lo pe" sorftmsa.
06&a A Pot-au-PrinoO. f
DMATrUVnU. Pharmacic Saint rtnMolIs

Amicale du
Lyc6e P6tioon
fEnvre reconsue d'KtiliM* Publique
(Loi du 29 1aisi392
La Bibliothqinue national
acculee dans ses der
niers retranchements par i
suppression de ses derni6rea
resources (modique subven
lion meusuelle de Dix dol
lars de la Commune) 1'Uni
que Biblioth6que Publiqu
d'Haiti tient toujours bon e
jusqu'A nouvel ordre, rest
encore ouvertc a tous indlis-I
tinctement,iaiticnset Etrans
gers, mais seulement d(eux
lois par semaine : lundi et
jeudi dte 2 i 6 heures p. in. I
Port-au-Prince,le / OcIobrel
1929.
Le president de ia BliblioJ
tIhque. Dr RI T
Dr B. RICOT


Royal
Cabaret
Ortophenic de ler Ordre
Bar eo rien me manque.
Rendez-vous de ceux qu;
veuleno passer des moienit
agr6ables dans un coin di
verdure, en face de la med
kvocatrice de volupt6 et d
rdves.
A [partir d'aujourd'hui
jusqu'A nouvel ordre not.
mettons en vente uue cei
taine q(uantiti de petites Be
ques A neut Dollars (9 dolt
Payable cash sans advance !
x-Dp6lt.
PorL-au-Prince,le 3 Octohf
1929 :
Manufacture de Brique
S.A. LA EBAbDR}.


Ce qi a's jeias tH fail
Ce qi Me peal tre d#paus.
Kola Champagne

F. SRIJOURNE
Prepare dens des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Preparation el oitc
ramAAc, F. SEJOUIRNF
Angle des Ru Ro"r t 0,' (',i'e.
W, 1Ru F6rou
A^ N1dlte IIW UVIMR


Insurance Co

Une des plus fortes COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCE


sur la VIE


Agents G6n6raux


--i- --~--~'--~1


ON


- -- ~----~ I-- ~ -~- -


- --


-;- -


.... r


Mow


homwo


""' 26~Ylr-10 Oclebr IM






PAGE- 4 LE MATIN B.10 Octobre 1929





A EnergiqUe antiseptique urinaire

Saves. r elic
do Aim sM le" U. WIN
#A* tam mInte --.-- -ee -ES

Port-au-Prince en dateu s dist i i teurs:




-- nu cent vingt neuf, ordonnant A &
-Boule Rouie- Et&i e Rouqe.

amesP 1*?**An PAGEOL (st sans plud powt Ias gonocoqufs. c.mn Parts a t S ph. w- ,.l... 2. r as W..S.
to *ela h.Ils IndUtrables do* voles urinStr4f par a8(T ^ Jlitt
En vertu d'un jugement rendu parge-
le Tribunal de Premiere Instance de
,...w.*wUw O m Y '. .le partagede la succession de la dame
A---------- spm p-- ---rdee- rt- -end--- Clim6ne Baeile, et d'un autre juge-
ment du dit Tribunal, entkrinant le
A' rt7rapport des experts en date do treize
ASSUREZ-VO IU SI sera proc6d le mercredi qui sera Esesc o gr
seize octobre mil neuf cent viugt neuf, ..
i dix heures du martin, en 1'6tude et, '
a parole ministredunotaire Hermann eroidissen e s
rasquier, en, la residence de Port-au- r e/ -A
A 1 1 Prince, A la vente au plus offrant et
General Accident Fire & Lifed vingt-iuq carreauxde terre Bile, fidoi e lDedisi
Senviro., Aolette Dumai etDrouil-
lard Dasny, en la Commune de la
Assurance Corporation Ltd. CriedBuB- C'st lepus r ide re&i
1 TI zilc, propri6taire, dcmineurant et domi-
de Per (Scotland l" cili 't 'Porl-au-Prie,. a issanis 'n
Squalid, de co-hiritier ti la succes-
sion sus-dite, avant pour avocat M _________' "
Car la (GNi:l.t.1A, ) est une des plus puissanles el tics plus vastes organizations stiven oc, aucbinet de quc, 2 .
de ce genre. I.e solcil ne se couche jamais stir so-i chalip d'whtion qui embrasse Prince, il fait election de domici .rt-a
le n11oll Ic. Contre le Sieur Robert Bazile. c ". FAIBLESSE Jtll1oil
Seso Ilices (ontre incendie couvreutaussi les dleatts occasionnis par la toodrt, hsirier, i deumj.tt .'A OtBT "r
Ses Polices pour Aioiobiles couvrent vols, i lie, veilance, da voca M* noit A. Heureaux anvec
cain.ss A autrui dans sa personnel ou dans ses bieus. section de dosicile au cabinet du
dit avocat, en tette vlle. I
Ses Polices Maritimies 6mises par ses brianiches dl 'rop'e sot payables a Outre lescharges de I'enchre, I
S"*s Polices centre Accidents sont val.ables d ins I 'uivers eutier. T les vo Cent-cinqne dollarsle carreau.
geurs devraient donc prendre la precaution de se minnir d'line police contre accide .....cy 1t0.
Sdan moins 4000 dollars, la prime annuelie au'nt qie de 1/2 0/o soit 20 dollars U.'- Pour plus samples rense nts'a- . .
dresser autavocats sousuge n o taa ,

1Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cayes -Port-au-Prince, le 9 Tclo-
SAgent G6n6ral pour Haiti. bre 1929.
STVEN ROC, 8V.
SOUS-' GENTS: Port-au-Prince: G. GILG BENOIT HEUREAUX, V.
TOVAR & Co MiragoAne. JEAN BLANCHET J`rmie. i________ el
Horn-Linie hK
Le M/S aWaldtraut Htrus
en parlance pour I Europe vi ll
les ports du Nord est attendu
ici vers le 13 Oc'obre, pre- 0
nant 1rdt e, passagers. SE,

OiV- Le Rhuni Barbanca
COLE MIXTE D'I \SE|0tlNMENT .. *.l
SDiree dater FBDVIEt T OAU consacre pa vlus di
Turgeau No 1262 ",', "A
[Pares et m6resde families, annees de supreme ale
confiez nous vos entants. -
SIProlitez de notre experience pa s dI 1rw .
(, nI. e a e l et de notre d6vouement our *
faire de vos files, de vos riles .
Pa nnes... utilest iasoci6tb pleur P atrl e ..
""n s ... HCours primaires complete, ,
LeDouble Eagle. eat declasse enfantine au ours IEJ Al
le pneu ties privil, l suprneur.
gtI6. xe p our, secondaires de la si- F M I I
g xieume A la phii~ophie. r ,
l ct tt nt-. u. I io tH e les jeunes gensqu travaillent. LINSTItr TIPPFNHU E
une g'aintie I; ,''arti I lu PT phone 3145.,


preP la IIlrit" T'iait)I it) CO I svUufUj6IOIMlSw ati
Lt 1-U~, I d: e-;t iti IPaisant ~diboi Is demesde 41a plus agrdable jen ani SeOD141 I&,. Plflh I
lmitisa s mute lit 6uvlent'' I.- farep 'Is~ 1? p.. ide w ~hodo d'e*ei nemeatciiassiquc 1
duerpii th'ge i'st detine la fore1111 accep e de recevoi [hs 1 4sn dOSe~s~sas e 7e, 4e, ~Rh6tor1q9C
jui vetilemil igiiouer tout enitui tit- eutants poor Ies coors ici6-a119Zlapropve.
.6'~e piitxiat(IUL't tji )miti lii'llntairew.-de Is 12e A la 9* L'ElaBs ci.czpIt5C dcir clatsses
cou pril 'u n I'ks'sionitt ~r Ic Des maitres de choix leur so- edePhilosophie af d erniersexmn & 11
t'ien litit- tits I ionuiprer l rout Sp~cialeineut attaches. Lcoelagit It ,~r d rs~tC% p94
11i11 nea u 1) coN irr E' V 0u E ts aumniIOt iots, lesolln et ces prix, o Lmr,
D01,111-1 I'Mi 1I.'.C~ (iotfl'lABi Una surveillance dc toif Its S, adresser 1537.m cisU
chose tie vi 'cial, tie superieur at '.t~t, ~t ouae l La!' D rot tlpuoa
tout cov (tpimit poulvatit pre6-oir Isat.Ntoaed ri ntlpoe
conitn lionp~~'u L'6clag eat de 7 goores L*NSTITUT TIPPENUAU15-
4 ~THEl WEST INDIES UIVj~'~z. ur fa~sotgnementL soinqu aft"
'rRADiN COMPANY k!05atetne~etsLgh. tn.~dl
s'adrcsser A Ia Direction, Rue Ptrt-an Prince (Hiaiti)
lDistriou tears pour P mreiw17 "Dmsds rsets e od~m @
la Il~piiliqvie &Hufti. 7~w Denndx Prsets Lo 4m~gwWl
il Ai+Pt Villatte,,Mr &Ma.
(111eJ ire; ,41 kktkesremercient ALUM INUM LI N]
sincerement tous Ies amis de
Port-a o-Pri e.e, 4 Cayes etDdpit o ne oNw-
tiAMgncde Isv iv wym. at do 0oil vout rt-sa-V
4~ PoaeA4Ve o duieo outsDjN9~ruizdpti 'caind Un steamer laissera Nw-Or'l83's le 12
YA *e;T Port au Pri ncee I lts ports du Sod.
Marie Augusla Augusta Ce 7 Octobre 192.

11101 MrdS intes 'A" de MATTEIS
01-iS-' Stiee Agents Gdd


~I_




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs