Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04292
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 10/8/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04292

Full Text
________ !' 4w. wL


Qeient Magloire
DIREBCTEUR
r \T j,*


Obt Alffi ftlARlr 13MI


.


1 InEE N' 2
NO 4016


La vs imwis saperbe Iism e C4tc
Widowef e e cyele. Lamsalle is".
I silk de I'loseindcwtme tvsm iqj
Bams I jastisaci4.61Is Reole ,6rilo
rmlunqi e rtilatueque l'huuamll6
Pblw ismai* aestir emCellie V~e
illimoe ift lea ltrek quart.de E
mmixvieget de 1 "6&A~


MARDI 8 OCTOBRE 1929


j- Al j


I1


iternauonatsatnon

diu Tawkva'

S tion I^flat Orsa.ntidvera mamtua
la soci6t6 abtffi- meat une cruise, et la plus
e qu'oh la douoit ormidable qe o le monde ait
.a sonuhalte, ae n a- amals conoue. Los id6e desl
r sans la priconlsa-. Inoles 8ont en perpmttel
al'.pplicatioq de prin- ouvement i la reclMerhe de
S.yastemes propres A a pal. omme ce philoslphe
tel du genre bumain lrm6 de a 6ap i rchatt a
jW el botT a recherche de Ia vdritr. Ic|,
commentt concevoir la a verit6, e'eat la lumi6r, c'at
Ol 'd'ain tel pr6gram- a vrale comprehension des
ve g6nrtale ou mon. )esois imm6diats des na-
1, peoples entiers,ai lions: grandeur, richesse, ci-
jaction lefficace des villation. Celte trilogie do
drigeants n'arrivent iMots n'est que pour expli quae
to er d'accord sur to plus dairement 'ld6e de paix
l Ies conflict d'ordre qui tire son fbadement dans
ttal sont les verita- I organisation do travall. Plus
de 'instabilit6de vingt millions d'hommes
de paix univer. viennent de sacrifier ldIur vie
Ion fraternelle des A l'honneur et A l'int6r6t de
leur patrie, En allant a cette
Smonde s'accorde A fournaise qui a, d6vast6 le
iles ravages cause s A monde, chacun d'eux pensait
Spar le flau ddvas- en revenir, indemne. sauf.
'est la guerre; on avec 1'esperance de pbrticiper
1 comprendre et A dans un d6lire de joe au
qIre u'ilfaut enrayer grand triomphe de sa nation.
m0ais personnel, dans Mais, its sont vingt millions
d'action ne fa it le Ial'mes, un people .out enter,
ort pour pr6cipi- une nation, u n e humanity[
n6cessaire 6 cette inme que la mitraille et les
quillit6 gdn6rale, si gaz asphyxiants oat dvoree. i
bien.-tre de l'huna- V#ngt millions I oui, vingt mil-.
contraire, on cobs- lions d'intelligences etuoe bras
sans un certain deI- onIt les nations anit A jamais
Rdsespoir 16gitime, privd; vingt millions de fils,
se aux armes sem- d'6poux et de Ireres qui lais-
davantage les na- sent aprds eux des souvenirs
tombant dans i'er- de deult et des larmes intarib-
contradiction don't sables! La barbarie semble
apervoivent paspar. -tre le fait de I'humanit,. car
iiix alors que les pr6. I'expirience des temps ne lui
guerre les font s'a a pas encore d6montr6 les
measure. Dans le bienfaits de la paix par la
Sde faction, accwr- peix. u *iu'elie travaiile en.-
wr plus grade pr6oc- core tl sa proper destruction.
be A d6couvrir les en- Et, oi est la Soci6et des Na- hr
de destruction les plus tions? Le Pacte Kellog et la pr
is, chaque puissance re- conference de Washington? 'i
I voisine, 6pie ases rout cela n 6tait sans doute tis
tments s e s moindres que de la poudre jet6e aux q
et est ainsi troublee' yeux des nations pour s'aveu- P'a
rits les plusavises. les; gler r'une l'autre. La paix? Ce I'f
"Iues les plus distingus mnot semble etre vide de sens
|n0eurs les plus r6fl6~' puisqtj l'humanilt, si avan- cc
loin d'appliquer leur ex-' c6e so-elle n'arrive pas lui d
r et ieurs connaisskan trouver un seas d'dpplication le
Srecherche de moyenI pratique. La paix! mais c'est le
l dirigr P'hitaaii tout au moins loubli des ran- cc
oioe des conciliation c[enrs, le supreme vouloir er
eat ou s'6garet ei Jde la fraterniI6 sans hypo- l"l
ridicules et .elra crisis et le ddsir d' voluer c
considoraf d'aln I'un A c6t& de l'autrew sans d
misme, la uirr hearts et a ps froissement. li
ble que le mantle Et je tconA ,is, pour ma
1, .'part, un moyen tri5 simple P!
rest de tous l tout en tent6 tr6s 6tfiace idy
'et je comprends di prvenir: a L'lnternationali, al
[a pens6e plus r6vo nation do travail. CA'et 6eta
pacifique de cel i sans que j'en veuille tirer va- e
un lan quoee j e dit6, une id6e nouvelle qui P6
comment qualify viendrait traverser l'univers Ir
is asi vis pacem parb adttlever, en meme temps ,
' (si tou veuz a pa:it, enlhousiasme et ta curiosity S
oi a la garrem A ees nations. C'et 06t un pre- da
*utM, et tons lesa eds m er pas tail dans un.domay- d
SOenconviendrontw avec ne nouveau d'essai de civili-
_ Ipareille dclaratiob station pacifique,car, ne nons ra
ltt 6duquer le genre le .cachons pas, ia civlisaUon d
l.aux troubles, A la tell que nous i'envisageons, P
Wence et aux di n'est antre que le 8rmgne de d
continuelles. Une I'bypocrisie par la ,diploma- ci
*alssi ridicule qu'int- tie. Les altlances lent les cs
i* saursit mettre l'hb- nations sans 6trepourtant des d
face d'elfe-.me etI traits A base d'aiiti6; elies
'consid6rer la gran- sont plitat des comblnalsons n'
lapaix parla renon- pour sauvegarder des int6- P
I ,W dlulteV Inter- r'te cach6s. Si lPon remonte A e
qa,,i naissent sonu- uelque8 ann8cs en aritre, I
#^prie d'un sonve- lon veri que les Etat, an. ti
l l mala dressae jourd'hui amis,vivalentA cer- 0
] ioBate. Conmment lines 6poquoes dans nontt
iet It rair onablement d'antagoinale voisin de I ho-
I1OUh le tlndement ltilltA. Et alors,on est la fran- /


esab ila proa- chise et le dsint6rmesemenPt
tettdineid Hti 6 dans ces protetations' d'ami- d
damna n tel prinici. '16 ? l "laisss aex orphe. d
Imentl expliquer une, Baseton ux vevs ai m & q
Te tran3Ale, il faule res et auxo la to tes ces l
AI Am a n t e r l .yictimes de gra n guerre
iLtes sau can6n? le soia de maUter "r eaC
S a jAe me.tromp. r6flexions. Si j'al eainid, I
. tinectque .erreurrde c'est qoe jai
LnIe rAside dans I'o- deur des mauxdd t
e colui qui, p6ur les nations det oBaIs l
erun peu deo relief cracnuleseumble devoir son.
*oveotir'des tempi, a nor come B Go aS Deb Ai q
l e fomtnule. sal p eas i qne aux


d '~-.i'.=


~UI~ I ~ A


tffF-


"ifetlj~e


de Cigarettes

GfEBARA & CO

Les Cigarettes

SDessaliniennea'

'Colon *

Republicairte*

r Porl-au-Piincienne *
GrAce 6 la finese de lear ar6me tobt les aelces des
vrals amateunrs


LA BIE8IE aNationale

de la Brasserie Nationalei


Sc


e vend partout Or 0,10
rr gsa alit
verre magre sa qua ite


SU Lperticu'e.

Proteqez volre poche el

votre sante en la biwtan

toujours.


res troublees du cataclysme
rochain j'assisterai non sans
e certain trisessea ll'an6an-
>sement total de ces nations
ii out illustrd le monde; qi
li pa 16 ain.i, c'est qu'einfin
entrevoisla possibliite, par
nternalisalion du travail, de
)utoudre en un mrme d6sir
prosperit6industrielle tons
sp-uples du'globe.Pafainsi,
sEtats arriveraient 6 re-
Dun,'itre Icurs p-otlndes
'reurs en gaspilla *es mil-
ardset des milliard A Isa
instruction et it lentretier
e flottes et d'armnes. rmil-
ardsqui. nutrem-nl dtpen
is auraient tout autrement
rofil? A I'juivers enlier.
Et voici qn'un des e prints
ussi avertis par as connais-
ince profonde de la science
;onomique que par son ex-
trience de la vie publiqne a
ouv, la grande formule qui, i
6veloppde dans un oens ab-
olument pra.ique, rAt con-
uit A un triomphe certain
ins cet ordre d'dee C'est A
onsieur Alexandre Mil'e-
and que revient l'honneur
avoir prononed ces paroles
lines de sets pratique et
e profondeur de vue. a Le
neilleur moyen d'Acarter les
hanecs de guerre est p.'ci-
ementd'appliquer I'attention
es people set de ceux qoi les
epresentent aux objels de I1
six, et de tou'ruer de plus
n plus les preoccupations de
os diplomats vees les ques-
ons 6conomiques, vels ces
onvcnliunb inlerualitInaCs
achniques,io adi.ielles com i
aerciales, socialei, chaque.
ur nombreuses et plus comn-
lexes. En cc laisant, nous
erviriuns I cause g trale
e o p1ix. e e -temps
[u t'latret Ifculier de
otre pays 1 J Jpreie h',n-
emeal cette grande el noble
ille rand oi mve sAlr andre
dilierand qal prove per 16


La Loterie

ide 'ARiance
Le tiri o do mows d'Octobrj,
ainmi qa moss I'avions dAio an-
noac, *a m lion dimanche ma-
tin, A 09 heurs., A Parisiana. Le
gro lot eoat tomb6 ane fois en-
core an Cap. C'est le Ium6ro
9003 qui gane les deona mille
gourde.Lee 500 gourdes ont t6
gapAess par I* numro Mt3, lee
nqm6troa 1283, 3515 out gapn
chacun 50 gourdM. Ont gagn6
chacuo 25 Mourdes lea numdros
1i lI et 2320. Lea numiros 2004
4950, 1375 et 4282 ont chacun
Sgagn 20 gourdes. Pour lea nu-
i meros qui oat gaga6 dix goar-
des nonus renvoyons las listed
quo publiera I'Administration de
Ila Loterie.
| .i- Hoover .
e ovv-TeYrk
I Mme Hoover a insugur6 hier
apr/s midi 1'eposition d'Art a-
Sm6rioaiu ancient A t l'Am6ricau
. Art Oalleries. Cotte exposition
eat donnee asu bn6fice du Con-
soil national des Girl Scouts.
SLa pr6sidente a ensuite assist
A un thW au Colony Club.
Mme Hoover a expliqu6 gra
cieusement qu'elle l6tit venue
A New-Yok en as qualit[ dle
pr6sidente honoraire des Girl
S outs pour les aider 6 lancer
'u," Cnmpagrie pour un load dO
3 O *OO _____


Occasion


excepUionneUe
Devant re evoir duns quel
qu s moi, un vaste et nou-
vel assortment de VWtemeuls
et chaussures, nous sommes
en measure de liquider no're
Stock actuel au prix de re-
vient.


jAngle


LA. PARISIENNE
G.raud'Rue et Miracles
Port-au-Prince. -.


,.~.--~---:;L. -- - --I


SAVON MARIGOLD

Hygienique Antiseptique

II read souple Ii peai et re ire toutes tAches de la figure
Le Savon id6al p1ar le bain et surtout pour les entants.,
I e Savon cont;eat un grand pourentage de Goudron ph6-
nique. I
En vente chez A. Bolted, Simon Vieux, Frank Martin,'
March Crystal, Pharmacie Buch, Baboun Cousins etc.
Lu gros chez;
CARIBBEAN TRADING Co LtI.
Port-0u-Prince.




S -HMELL


Si le choi, d'une binn voiture est relativement facile,.
combien est p is diflicile de choisi'r dne gasoline parfaite.
6. iS qua i II i .najorit6 desaiutomobilisles, nyant unel
I'mgi explience;de la route utilise a.la

SHELL
I'h6sitation n'est plus 'permise.
Employez la SHELL quelle que soit votre'voiture :
Cbni l utte
Compete.
THE SHE'I,. OdbPANY.
Graud'Rue 1524 Tl66phone N2355.


Nouvelles Nouvelles


d'ODION


Sont -arriv6s une grande 'qnantitl de nouveaux Numdros
de mhques ODFON avec les Noumros pr6c6demment 6pui
0s% des poesies Montez.ux. Ch-nts de Mistinguette, ("ouin
etc u Musiqnae U watennes, les plus belle Blues etc, et', i
Veuillez bie 'nlerander la nouvelle lis'e et vous raipeller
qu'il taut enga .cr vile vos Disques car, les ODEON sont
loujours puibes promaptement. I
I Auasi c'est le dernier arrivage des Disques ODEOsN pour
cette ann6e car Is fabrique est d6jA engage pour touted sa'
productionn josqi'a lanvier.
BAZAR ODON
J. KAAYANY
Angle Grand'RaI & Rue Fcrou.
I.- *:* -


--- ~ ~ ~ ~ '1--- ------


P


Nitre ol'


*.. a vu, samedi's atin, une
pauvre femnm en gsine, 6ten-
due sous Ia galerie de Ia mai-
son Aux Armes de Paris. Ella
avait sur sea gpno deuxd panl-
vres enfants couveirs de hail.
Ions sales. Seo regakrda 6taient
tout plains de pritres, et chaque
fois qua'n gendarme passait tout
prs d'elle, elle tendit vers lui
ses deux mioches qui tiraient.
en pleurant sur ses deux seins
maigres et applatis comme des
feuilles de tabac, pour parlor A
la Ren6 Maran. NoREZ (EIL qui
se icoque trop souv4nt, se voila
subitement d'un plur devant
cette d6tresse humashe, en son-
geant A celui qui avait 6crit ce
veras, c'east I'heure ou
S'ggravent le douleurs des femmes
el g4sine
S...v a une scene genante an
moins pour deux visiteurs qui
dtaient dans la redaction d'un
de nos journaux Le R :dacteur
ie Chef venoit de recevoir un
co ip tie te61phone dun de ses
amis qui lui donnaieni un ren-
seigeiieent pr6cieux pour son
Journal. Mai voila.Il ine voulait
pus recevoir la nouvelle parce
que les deux autres visiteurs ap-
parlenant a leuxjournaux pour-
ritient la surprendre et I'appor-
ter chez eux. Le R1dacteur eut
tine idee heureuse. II dit A ce-
lui qui 1tait A I'autre bout du
fit :
Je vous (tlephonerai plus
tard, 11 y a I ltout pr's de moi,
un employee d'un autre journal.
II pourrait entendre notre con-
versation. Les deux naturelle.
ment se regard4rent, se deman-
dant duqnel des deux il voulait
parlor. Come ils ne parent so
renseigner davantage, ils ecla-
tdrent tout simplement de rire,
le redacteur aussi, et s'en al-
lerent sans savoir quelle nou-
velle on avait tl 6phon6e.

...a rencontre dimanche un
homme qui avail bien l'air de
s'ennuyer. II lait au concert et
se promenait sur le trottoir,
la'ir ailleurs. come si cette
roule ne lui etait quun desert
lumultueux. A un moment (ton
n6 il laissa In foule, se dirigen
vers le jet d'enu. Autour de la
vasque, des enfanis jouaient.
des femmes passaient. L'une
d'elles lappela. lui dit un mot
Squi avait la perlenlion peut-6tre
d'Oire doux. II eut I'air de ne
pas comprendre, et s'en alia.
apres avoir reveusement cuiple.
NOTrF ( L le perdit un instant
de vue et le retrouva quelques
minutes plus tard. dans la ruelle
Carmeleau. Cette fois il n'ktait
plus seul. Dans I'ombre deux
tormes stationnaient. Leurs voix
s'entrem6laient, ainsi que les
branches de deux arbres voi-
sins. L'homme ne cessait ce-
pendant pas de s'ennuyer. II
)laqua la petite, s'en alla, tan-
dis que, derriere lui, des injures
ceuraient, comme une trainee
de betes apres une proie.
*"


... a vu s.ur le perystile d'une
de nos eglises oun group d'hom-
mes mars qui, suivant I'habi-
lude haltitnne, assistaient A des
fundrailles en dehors da temple.
Vint A passer une jolie femme
. qui tenail d'une main dlleate
un Ires. beau bAbW. Alors I'aun
des homes murs s'extasia :
Oh I le jolt b6b.
Un autre alors, subitement
orgueilleux.- ah! le sentiment
Sde tamille!- s'crna, dun petit
air dctache pourtant :
Comment vous ne connais-
sez pas... C'est mon petit neveu.
Le fils de mo:n eveu. N'est-ce
pas qu'il eat bien portant...
Et dans ses regards passaient
des lueurs de fierte.


Aasuars-vous centre accident
A la I G neral Aecideut Fire &t
Lite Assurance Corpratio Li-
Sll .- V .F. if flam
gist karal po, I ff


- g,


-V.. -


L_ I


m----- ------;I~Y-i


I


" I


P d


.- -. ----I


i


"N"


(


I




-~ --- - c'I _


PAGE- 2


SL. SATIN 8 Octobre 1929


I










I,
4
-4












4.




'1
V

':5


'9,
.49
.4
I.,
t~.

I'




4..

99




1''
I rJ






4,.
9.


_ _ _ _ _ I I I I .---


V I t Le voici en form de fromW ,et ce n'est sgul-ment qu'un
S v ee a renarquable product du lait. ompares Iemiullcux. la tex-
tsre veioutts du Velveets et I dilicicuse sensation nou-
vellc desa Aveur avec n'impone quel fromage.Vous ne I'avez
jamais connu. Velveeta CemporterAi vofrc approbation ins-
Le nouveaU tantanement.
d6liclux prol iut Velveeta est boa pour les jeunes et les vieuX, il est aussi
digestif que le ait. GrAe & uue dicouvcrte I sicintifique, un
moyeni a cti irouve pour estraire les vitamins, la lactose
du fromage. les prointeurs de la sante.. Le oiciurn et autres mintrales
du lait sont rdunis dans le Velveeta. Le rdsultat est un
mervcillcux produit qui parait etre un fronage, qui a le
goat du fromage, mals qui etant addltionndo d'6lments nu.'
Stritifs do t e.re appeal un super-fromage.


PAWL

Port


M RUses lc Velveeta comme du fromage. 11 s'6tend comrde le
beurre. 11 sc melange, se dissout parfAitement avec les ali-
.muen:s. Essayez un paquet auiourd'hui, --- votre 6picier
en a.


EY SALES
CORPORATE ON
Distributeurs
-au-Prince, Haiti.



KRAFT FOODS
********** -w-


j


NOUVELLES DE L'ETRANGER


Un magesin
pris d'assaut
Quatorzc persounes sent blessese
dans la bounulade
NEW-YORK Les magasins
May, situes oau No. 510 Fulton
Street, Brooklyn, avaient ouvert
hier martin une vente de man
teaux etrobes A 1.00 dollar pie-
ce.
DAsireuses de profiter de cette
bonne aubaine, plus de 400 cli-
entes s'elaient massees, des la
premiere here, devant les ma-
gasins. Mais lorsqu'on ouvrit les
portes, ce tut une telle bouscu-
lade que routes les glaces de la
devanture turent enfonctes, et
r'on dut taire appel A la police
pour rEtablir l'ordre.Quand cette
emeute se fut appaisEe, on se
rendit compete que 14 personnel
des femmes et des entants pour
laplupart, avait ete bless es plus
ou moms gritvemrent par des
eclats de verre, lorsque les gla-
ces de la devntlure, cedantsous
1. . ,9 '* " '

les plus proh'es,
Dans la bouscuhlad', plut nurs
lemmes turent projettes A terre
et pitminees ; d'aulrts sen tire-
rent avec hIurs vtittnnils en
lambeaux.

Arrestation d'un incen
diaire & New-Yourk
lUI dHretive tluuiait des lnriedies
pour niontrer son zle
a Ivs lhrindtle
NEW-YtO)K t:n rnmmn.Io o
seph Berlew. det(cliive pri '1
I'h"tel St-G(to ge,A l' otklyn, k
avoue avoid tdaie s a isjl tt le' d,
lundi, allum, dtr :s Ih6titl (ji,
incendies, our les t 1eirdre en-
suite, afin d reaction ido I tlablisciment qu'it
accompliss.it son devoi r vc.(
un devonu lent digne d'etoges.
Sept dts t ommencements d'in
cendie se d''larerent tandis que
M Brophy. lire-marshal, et si
de ses bonumes,aidts d'une do i
zaine de delectives, moutaient
Ia garde dons l'etablissetin'ni, e
chaqui. loi', c'est BcrlrW qui
s'est tsotIv, le premier ; I'en-
droit oi le feu avait pris. Ceci
6veilla I'.,11 tnlion, et le trop zei
detective lut arrete. 11 a aroue
sans dilficultes.

lea voloan Rawalens
HILO H. wal-- M. Thonmas A
Jaggsid, \tolcanologiste, a an
uoncE lu pu, sibilit d'une erup-
tionsimultauLe des trois volcsna
KIilega Arnualoact Hualali de
I'lle Hawa

Un d6mentU de
marriage royal
.SOFIA On dement otficiel-
hment que Ic roi Boris ait de
mafa' Is main de ta princess
Ile n.o deBoumanie; ctt'e evun
tualite, dit-on, est hors de dis-
cussion s.I


Les intentions
d du president Callea
1 PARIS -- L'ancien president
du Mexique, M. Plutarco Elias
Calles, declarait hier au reprO-
Ssentant ds r'Associated Press,
qu'il n'avait aucunement I'inten-
lion dt retourner au Mexique
Sour la champagne electorale prn
sidentielle qui a dkjA provoqui
de graves d6sordres entire les
parts adverse.
M. Calles considere qu'une re-
volution au Mexique est a tre
peu probable l'heure actuelle.
II a rappele, toutetois, que s'il
Itait rappele, il agirait a come
un soldat o et se considererait
oblige de regagner le Mexique.
Mais il estime, pour le moment,
que les recents 6v6nements ne
justifieraient pas son retour,
malgre le tait que, d'apres les
dernieres nouvelles, la tension
serait grave entire les parties.
M. (alles suit actuellement un
Irailement severe,entre les mains
ide st,'ciahi es tIni uis

Lou gaud piOqiO ,en aiahlon
l. preiit-r avion 6 carlingliu
entiitement close et ne permei-
lant pas de voir au dehors vient
d'W're terrmine.C est ce que vient
d'annoncer M.Harry F. Guggen
heim, prtsid& n: de la Daniel F.
iGuggenheim Foundation pour
F lncoi gvi ment A I'aviation.Cet
:lpparcil est dtstine experi-
menter dftini'ivement des ins.
truments qui permettent de
voltr a iravers le biouillard.
Le lieutenant .IJn.we H Doo
litle, inst: U11 dats la ( 1rtli1gn<1
,,hbcure. a pi is ,son vol ;' 1 joi -
d ht il Mitcht hI t II ld I ;t, suiv
!na w i ft ind(,li( *p ;i 1 11 rndico-
phare.ll a alterri correctement.

Troubles sanglants
dana P'Etat
de Vera Cruz
MEXI' 0-On announce La
Prensa n de Jalupa, capital de
SFElat de Vera Cruz,que 130 per-
sonnes ont Wt tuees et plusieurs
centaines blesses au course de
bagarres qui se sont produites
dimanche A I occasion des elec-
lions municipales.
Le neveu du cand-dat presi-
dentiel, Ortiz Rubio,serpit mort
dans une rencontre A Vera Cruz.
Les nouvelles de La Prensas
indiquent que les troubles les
plus graves se sont products A
Arizala et Cordoba.
Le gouverneur Tejeda, de Ve.
ta CQuz, a nomme une commis-
sion chargee de faire une en-
qu6te sur ces 6venements.

FIlana8lles prinolT6r
BBUXNFI I -S On attend
sous pe 'sannonce opficielle des
flanailles de la princess Marie
Jose et di prince h6ritier Hum-
bert d'Italie.
La pri;nese'est maintlenant A
Pa1rs i.U elUe visible les magasins,
pr< bablement en vue de la ce-
iemorie des fi'ncailles qui u-
ront lieu, peaae-t-on, cat au-
tomne.


L Une saisie de

laprohibitio i
Les agents dfecvre SOO 800bteile s
de spiritueux A bordid aDe Grasser
NEW-YORK- Les agents de
5 la prohibition ont tait une des-
cente, hier martin, A bord du pa-
Squebot ( De Grasse o, de la Cie
3Gen6rale Transatlantique.lls ont
saisi 800 bouteilles de champ a-
i gne et de liqueurs divers-, 4.'.
ne valeur de 5.000 dollars,qu ils
ont decouvertes dans un reser-
voir d'eau de Ia' chambre des
machines.
Plusieurs membres de 1'6qui-
page dtaient en train de sortir
Ies bouteilles de leur cachette
lorsque les agents firett irrup-
Itou dans la chambre des ma-
chines. Les delinquants s'entai-
rent, et aucune arrestation n's
t16 oparee, trais des haats fone-
S., .. .l. G, ,- 'e
'ii.ll'oIi.. iliq >et e ci ie coin1 t i.
dant du a D Grasse ) ont t6
appeals, dans la jot -nce, au bu-
reau des donanes, pour expli.
quer la presence de ces bois-
sons alcouliques a bord du hna-
vire.
Quoiqu'on ne sache rien de
pr6cis A ce sujet, il semblerait
que les agents de la prohibition
ount agi sur les indications do
quelqu'un au courant de ce qui
se pasait.
Hier, au petit jour, les agents
aperqurent plusieurs embarca-
tions qui venaient, silencieuse-
ment, se ranger le long du a De
Grasse %, landis que des ombres
se mouvaient sur le point du pa-
quebot. Les agents Sievers et
raun se glisserent a board, sans
bruit, et se rendant AI l'arriete,
ils se heurt6rent A no tas de sacs
come ceux don't il est tait usa-
ge, A bord des bateaux, pour le
transport des liqueurs. Sur un
coup de sifflet d un des agents,
quatre de leurs collogues, qui
Otaient rests dissimules, se pre-
cipil~rent, et tons ensemble, ils
pintil ,ent dana la chambre
aux machines, ot ils tombrent
sur plusieurs homes en train
de computer des bouteilles de
chartreuse, blnedictine, cognac
etl hiakey. A la vue des agents,
ils disparurant comme une vo-
W4e de moineaux.
Les agents saisirent toate la
provision de liqueurs, et Us
poursuivent leur enquete pour
decouvrir,pormi lequipage,ceux
qu'ils surprirent.dans la chamn.-
bre des machines.
| M 1 I III I


60ELnEwIUTInE
FILULES ORIENTALIM
dsaw ownI *,:!:?a ump.j
pasmehemb.


Pbarums Aef'. RTi.,; Iet toUl
4 1I phrmIc.


PETTE CURONKIII
_____ ___ U- do


Savoir, Pouvoir,

et Realiser


Ces quatre actes de 1'6tre hu-
main sent en function run de
i'autre, le premier conditiounent
ceux qui le suivent, car il im-
plique la connaissance precise
de a chose A e: icuter don't, par
consequence n6cessaire, fItude
pi alable s'impose. Les r6alisa-
teurs sont tous gens qui savent
ce qu ils ont i laire, dont le des-
sein se d6gage nettement dans
leur vision. intellectuelle; il ne
so rencontre pas parmi eux de
ces vellkitaires ballots, ind6cia,
Iormant cent projects sans s'ar-
r6ter A aucan; leur imprecision
d6concerte roba- vateur le plus
bienveillant; ils ne se r6solvent
A aucune action virile parce
qu'ils ne savent pas prendre
lexacte measure de leurs possi-
b'lites. Tos ceux qui se propo-
sent de wener lea toules, d'en-
trainer les consciences, de
vaincre les resistances, doivent
so uder leur ceur et leaurs reins,
tretkrper leur vo'onte, mesurer,
peser les volontes adverbes,6Eva-
Iuer I'ampleur que prendra la
bataille, ses repercussions et
ses resultats, le gain oi. le pro-
fit. Ap.'s cette ou plut6t ces
operations preliminaires ils fon-
cent bravement et triomphent,
parce qIu'ls savaient oi its al-
faent. 11s voyaient, sur une cl
me lumineuse, le but A attein-
dre et ne s'arntaient pas aux
accidents du voyJge don't, A I'a-
vance, its avaient envisag6 lea
diverse wodalites. Mais savoir
ne sulfit pas, la science rest
impuisante s elle depasse ref-
fort de la volontd et surtout la
capacity du sujet, si les aspira-
tions, les desirs, sent plus eten-
dus que les moyens. Combien
ne voit-on pas de lancers d'i-
d6es, incapables de suivre le
movement initial ? On ne sau-
rait trop plaindre les victims
don't lea app6tits depassent les
forces de r6alisation. Souvent,
trop souvent, hlas 1 les parents
sont lea auteurs du mal. Aveu-
gles par leur amour familial, ils
revent pour leur rejeton une
brillante destinee sans s'inquie-
ter de savoir qu'il possede lea
dons correspondents et la tena-
cite necessaire pour en obtenir
le plein rendemen'. Que de


Si


Vouloir


fruits sees sorteal des icoles
don't le programme indigeste ne
pouvait tre assimil p-r leur
esprit de capacity moyenne, qui
eussent 6t6, dans une condition
moyenne nua.,, A a hIauteur
d'un savuir adapt6 la cul("f,:e
possible de leo r champ intellec.
tuel, ils sout .-rtatement loeu-
reux au lieu do tre'ner une vie
disempar6e, ue vie d'6preuve
dons une soci6t6 qui n'oftr rien
A leur a-esure. Ils ae sola brisds
en tentant I'escalade d'un pic
trop Alev. 11 eat douc indispin-
sable do mesurer 'eftet avant
d'entamer la tAche, de s'assu-
rer quo son endurance et ses
forces sont en correspondence
afin de pouvoir presque A coup
sur,escompter le succ6s et pent-
6tre, sur une voice nouvelle,
oriented sa voile. 11 sait... et 11
pent tenter encore la fortune,
alors que l'6tre d6pourva de
moyena.ne le penut pas.
Vouloir et pouvoir sont en
rapport direct : on peout tout ce
qu on vent, pourvu qua la vo-
lont6 suit assez torte pour por-
ter intelligence A la puissance
utile : a Je no peux pas 6qui-
vast a dire: a Jo ne veus pas.sa
C'est vouer un abandon de soi-
m6me allant jusqu'A la taule
tormelle, jutqu'au uirme quand
il s'sgit d uu devoir imperal.l
lormuld par la conscience Le
devoir, tou'es les manifestations
dd conscience morale pregnant
le nom particulier de devoirs :
devoirs individuals, devoirs de
famille, devoirs civiques, de-
voirs patriotiques; suivant lea
cas, tous se presentent A notre
acceptation avec des complica.
tions plus ou moins nombreuses,
11 serait entantin de nier ces
difficult, mais il ne sulflt pas de
les nier pour les supprimer, en-
core moins pour les r6soudre.
Si la vulont6 est bien form6e,
bien trempee un acted d'6nergi-
que resolution arrive A r6aliser
les buts apparaissant d'abord
comme irr6asisables, parce que
dilficilement inconciliables avec
nos attraits et nos intdr6ts. At-
traits et int6r6ts particuliers ne
doivent its pas toujours ceder le
pas as devoir categorique et A
l'iut6rt general ?


vous desire acheter un


Lit en fer. Allez chez


Ses


H. BALLONI Fils

modules sont les plus


beaux. Les prix sont excep-

tionnels.





Pre-Cat-Lan

Si vous avez quelques heures de loisir, le soir, et 'que
vous d6sirez lea passer agr6ablement allez soauq
Pre-Cat-Tlan
ou vous trouverez, la plus belle salle de bali, a usque'
meilleure ex6cut6e par on orthophonc dernier cri et ausi
tes boitsons les plus fratch6s et leasi plus pores.
hamsa, ouallemande 0 atOneleliqueurs de totes


r7pp


CamM li allies de I'
Risultat du Coaed
position franvaise 4
1929.
SUJET: Un coiWte
gende de earactlre 1
Copie primee:SL-
LaurE te: Madeomo
Jean Bon, institute
Jury : Mime ,
directrice de I'i
dInstituirices, It. !
r eidei, protesaseat f
h're au Sinair
partial, Mr F. Son
sear d'Histoireet di
u Lycke PVtioO.
vort-au-Prince, oe 2 i


Par


I.
I..,


ipb


avec WGrAve D mo
Bary. -On coGl
Entree N00W

La .u **dre
:Lea method P
per piece de for c
construcions Mtw
destines A Wtre r
la Westinthouse
national CostPs r
dure de l'arc 61m e
Pour signaler 11
dans la consmtt
Westinghoose ds,
bien elie a avanW
cation de celto
Sd e coqstraclOi


que danas
duxe bAtimrea.
burg, un Std
lonIA Tua=
pan do175
cope6 Falls,


LeMood

Dimanche
dame CharlsI
reuementmifSt mm
b6 oi a reia s
reile.
ILE MATING'
leures Slicit .
Charles Fo r


---r 1L-I~3


- ~L __


I -. ; i_ ~- ~I~~"C '-


Nouvelles

de Jacq

Denotre

A en croim .
Thbiud. Isa so 3
MrTM relativemet l
Fauch6 eat ao rrt
4anciease '. CaUte
tend ue la blguI
re0ae.1a raite do
damnation d ced
eat taux..4 .
La v6rit6 atd
Th6baud eUe-m
d6clare an Jug
6ta trapped par Fp
moin de I'alais
Carrinard. qui a
terrogatoire du J
d6clari au T
tend I'avea tiat
dame Th ubad. L'I
quo mise en moan
te pr6venu, il ml
bunal correctiomnSl
un jugement d( &
don't voici lea is
et Ie dispositif:
a Attend qua ll
cAs-verbal dress
bre 1929 par le J
Jacmel et des d6
st publiques des
pr6~enu Auuste Fs
teur des blessurp
dame Maria Th6baa
a Attend que ce
connu constant IWl
pr6venu consttue tle
et puni par tart.
penal;
a Par ces mo'ils, i
condamne le prdv
I-au he A cinqIuami
A'amende et au j
tout psur avoir et
1929, faith des bi
taires A la dame Ma
Pourquoi donc
criminer leComml
vernement qui en
a agi,comme toujo
en touts imparti i


---k\E


'


I




.,


LEI Y AW''- 8 C(cl('tti IV,9'


kmde anai MeN. warda __


'SBedi boir, le Comit6 du
&h de Mariani qui, come on
Jalt, eot prksid6 par notre dis-
6 amsn Georges de Lespi-
go@, donnail on diner d'adieu
SChnr d'Affaires du Gouver-
1n (e Se Maiest6 Britanni-
et i Mme Edwards. Mon-
1 Edwards vient d'etre trans.
j Berlin, en qualit6'de pre-
Secretaire de I'Attachk
rcial Anglais.
Ete A laquelle participaient
an ud nombre d'amis de M.
Sime Edwards a rev6'u up
de distinction remar-
e, le cachet de routes lea
de Mariani. Une table sp6-
avait dt1 prdparte pour M.
Na.e Edwards et lea memn-
i du comitl. Diner char-
u son d'une musique d6-
Au champagne M. G.
Lospinasse fit un speech ad-
Bblement tournd au course
el il souligna le double
aent que laisse k depart
MNet Mme Edwards: Regrets
Irdre deux imis charmants
avaient su acquhrir I'estime
aotre socitt6, et plaisir de
M. Edwards b6ndficier d'u-
*i belle promotion a laquelle
idoonaient droit d'aillears et
pHp6tence en mnatiAre com-
feet ses hautes qualit6s
lomate. M. Edwart's ce6s
de ces manifestations de
thie remercia vivement
i Georges de Lespinasse
s les autres amis qui
nat bien voulu lui donner,
moment du depart, cette
ire preuve de sympathie.
t son regret de laisser Haiti
ie a su lier de fortes amities
tmais il n'oubliera.
bal qui avait d61 interrom-
moment du diner reprit
iatemrnent aprfs. La fete
jusque bien avant dans la
t. En t on no commeua
r Mariani que verse trois
du matin.
us profitons de cette occa-
pour renouveler A Mon-
ar Edwards les sentimentU
regrets quo nous laisse son
r t le ref6l'c'ter A rocca.
de la haute promotion'dont
aet d'tre robjet,

A Raveagar a Parisiba
A la suite de demands r6it6-
rtes la direction de Parisians
RId ndne d6s ce soir le grand
rkial a Ravengar. Nous som-
ses certain u'il y aura foule
to soir A Parisians, car les ac-
Stors qui jouent dans ce film
Smnt des meilleurs et le film lui-
W in~me un vrai chef d'euvre.

La Ftle de Notre Dome do Rosaire
A In Croix des Bouquels
Dimanche, la Comirune de la
SCroix.-des Bouquets a grandio-
sement t1tW sa p'tronne Notre-
Dame du Rosaire. La mesaea
d t dite par le R]vrend P6re
Corno. Secrltaire general de
PArchevPch, avec comma dia-
re el sous-diacre lea Rive.
rends Peres Birenger et Qatio.
'. Le sermon de circonstance

.Port-au.Prince. La chorale des
I ounes gens de la Croix des-
'ouquets, habilement dirig6e
lpr M. Georges Normil se fit
Sremarquer dans r'interpreltation
ifltelliaetc et harmoueuse des
Schants liturgiques. Le Prtfet de
lPort-au.Pri. ,M. ClimentMa-
loire, assinstait la afte, au
Chatur, eutoure de. autorit.
thGcales.
.,Aprets ia cerAonioe religirea
u. y out une charmarte rtcep-
son chez M. Emmanuel Mir-
yile, Prisident de la Comu."-
n Coanunalo de ia Croix-
dos-Bouquets. L'Ofcier de I'E.-
lut.Cvil et le Juge de Paix or-
Pui~rent auasi chacun une re-
Cepion dans leur maison prive.
.yavail beaucoup de Port-
*ttFriinciens A cetei file qui se


JPema le plus agriablemeat du
Maude.

Avis
LAdministration G6nerale
ds Posies porte A la con
ullsatncedu public qu'A cause
de Ia sa isn pluvieuse empe
cUt1 le camion transporter
do la correspondence de
Svoyager la nut, elle a d6cid6
d'expdier son second court
er hebdomadaire pour leo
a yes le merc:-edi martin 9
b'ures pricises, au lieu de 2
hnures p. m., et cela itsqu'a
re que la voie soit redevenne
entirrment praticable.
Poi 1-au Prince, le 5 Octo
?r 1929.


Ig.LLe Bos se so


3 ~ LI
~minmwrninw~&


*;u ...-.m.-


ER1US MS UMUcmJII?
Sonlqwnwnt vapigenmme friction.
ts s oufBres d'une EntormseI enal dispatat complttement.
Sde Contusions employer e1 Le Liniment Sloan s'emploie
Limenat Sloa tout do suite dam le monde e lter pace
llse a fri re q s effet eaj epide da &ns
n%-Im" J.[o cum do Rhumatismo e

Slpl w do tomps. o"ls sus.
94n- -. is . b.... tb- .8.. IB......


Distributeurs :
J. D. MAXWELL & Co
Beprbsentants pour Halt
1619 Rue Ripublicaine
(Grand'Hue ).


Insurance Co


Une des plus fortes COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCE


sur la VIE


EUG. Le BOSSES


Aaents


Horn-Linie
Le M/S tWaldtraut Horn*
en partance pour IEurope via
les ports do Nord est attend
ici vers le 13 Octobre, pre-
nant trt et pssagers.
REINBOLD & < o,Agents.


9lJU IISURTAUS
Paisant droita la demand
des families, I'tmfltt TIPFM-
aUlS accepts do recevoir doe
Sentants pour le coors 616-
nm waits de to le 12 1* s.
D-s m -t, pde choix leor s -
rot m ecialeine t attaches.
11s auront tous les wins et
une surveillance de tous les
instants.
L'icolage est de 7 goordes
seulemnnt par mois. Pour
tous autris renseignements
s'adresser A la Direction, Rue
Lamarre No 1637.


COLE IXTE D'ENSEIGNEMENT
SE, ONDAIRE
Directear-loedateor ALFRED VIAU
Turgeau No 1262
Pbres et meres de amililes,
confiez nous vos entan ts. -
iProitez de notre experience
et de notre devoiement pour
taire de vos fils, de vos filles
des :energies capable d'etre
atiles A lasoci6t6,A lear Patrie-
Cours primaires complete,
de classes enfantine au course
sup6nrieur.
ours secondaires de la si-
ziime 6 la philosophiC.
s Apsraton special pour
Ijtae nqi travail,..
T~lTphone 3145

On taroues A aoba te
La Petite Goraphie d'Haiti
de Mr. Locissamt chez Pau-
teourRue du Poate-Marchmd
No 1000.
Prix g'lwph uh


&


Co.


Generaux


Breignenment
Claseique et Up6clal
Cars emples
Ruelle St Cyr, en face de la
Fabrique Haltienne de Mo-
saique A proximitedu Champ
de Mars.
Messieurs FeRix Magloire.
I eon Pouilh,Frengeul Ritud,
Felix Soray, L6on Bace,Mme
"'e Edm. Adam.
Conditions mod.r6e.
Ces course out t6 institutes
pour venir en aide aux ta.
miles desireuses de preparer
leurb enfants a une carritre
&u.t de bonne boure
(I. positions et Jleurs
aptitudes. Pas de surmenofge.
Lea Inscriptions soot revues
des maintenant.
Un petit nombre de pen-
sionnaires eat sollicite. Lee
etudiants des Ecoles supe6-
rieures sont admis.
S'adrem r A
Mr Mi Mx L01


- -- W ---- --. ---- --- --*- -


Len nt doik preendre

4 soupe de


pHOSPHAT IN FALIBI
Is farins alimentaitO Incomparable@ 6 loquelle do$
msillions doentants dolvont to force ot Io, sent*.


Exiger It grand* marque
pHosr'4AirINE PALI&RKS
Lf. r4jputa.1lon un~ver~elle ct so n4flar des contrefafQrt8
a~r.o t M...Ions a8Ai~mcntatIOA. --PARIS.


1 ,l


D6ccs
Les fun6railles de Mme A.
G. Boco d6c6d6e dimanche
martin, ont eu lieu hier apr6s
midi A l'Eglise Mdtropolitaine,
Un nombreux convoi d'a-
mis accompagnait afu cime-
ti6re les reste de la regrett6e
disparue.


Aujourd'hui out 0t6 c616-
br6es A la .Cath6drale les fu-
n6railles de Madame Pierre-
Louis Juste Henry Boutin,
adn Carida Alvares, ddccde
hier A 6 heures du martin.
Nos condo dances ax pa.
rents 6prouv6s par ces deuils.


POUR AVOIR UNE PEAU
VELOUTIE


L'usage r6gulier de Ia Va-
nishing Cream Exelento con-
servera votre teint aussi doux
et aussi satin que celui d'un
beb6. Nous le garantissons.

L'Exelento
Vanishing Cream


Avis
A partir d'aujourd'hui et
jusqu'A nouvel ordre nous
mettons en vente une cer-
taine quantity de petites Bri-
ques A neul Dollars (9 dol.)
P.yable cash sans advance.
Ex-Ddp6t.
I ort-au-Prince,le 3 Octobre
1929
.Manufacture de Brique
S.A. LA RBAUDRI).

R-0 EEdmond Craig
Sage-iemmnndes Facultls de
la ha vane et du Ahexique,
spIcialisle en accouchements
pathologfiques.
E'mploie tn procede efficace
dans tout les nialaclies de
la teiniuc. Iletor'ragie FHe-
u. urs blanches. Deviation
de la matrice ; de passage
en celte viile oflreses services
au public.--Visile i domL lie
o'. a la Grand'Rue, aucicinne
maisun Cameau en face du
No 842.
T'relphone : 3356.
Directeur.
-ll I -. ,-.- -

Families
L'Enseignement dor,.ne
L'INSTTIUT TIPPENHAUIEI
est sans 6gal.
Pas de vains mots ni de
vaines processes, des rksul-
tats slrs et controls chaque
aneste la garantie.
C'est 1A la garantie.


Est une creme sans graisse Amicale du "
que la peau absorbe. Elle Lyc6 e P6tion
nourrit ia peau et empeche (Enire reconsue d'lilit Publique
quelle se lAne, se ride, se des- ( Loi du 29 Iai 1920
s6che,ou ne devienue rugueu- La Bibliotheque nationle4
se. Elle conserve la peau en accul6e dans ses der-1
partaite santE. niers retranchements par la
Procurez-vous auiourd'hui suppression de ses dernieres
un pot d'Exelento Vanishing r sources (niodiquc siibven-
Cream;en venle chez tous les lion mensuelle de l)ix dol-.
droguistes, ou directement de lars de Ia Commune ) l'Uni-
nows sous garanbie, comme que Biblioth6que Publique
vous lue pr6lerez. d Haiti tient toujours bon e
Ecrivez-nous pour avoir un jusqu'A nouvel ordre, rest
6chantillon gratuity et un livre encore ouverte atous indit-
de conseils pour la beauty. tinctementHaitiens'et Etran
conseils pour la beauty. gers, mais seulement de
lois par semaine: lundi e
EXELENTO, MDICINE jeudi de 2 a b heures p. m.
A NA,GEORIA U.S.A. Port-au-Prince,le 7 Octobr
AgLANTA. GEOR tIA U.S.A. 1929.
Agents AIemanaes pour tous Le president de la Biblio
pys. i th6que.
Ecrives pour renseignements. Dr B. RICOT


'UEE
p -UME E*do(G
GOU T .-RHM IS MS
NEVAL* E


Paris.


rC i i a jalMais t fail
Ce qui *B peut tre passs.

Kola Champagne

F. SEJOURNE
Prepar6 dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Preparation et Vente
rHPAMAcjz F. SEJOURNE
Angle des Rues Rour Pt di, Cpntre.
2S2, Rue F6rou
Aelem lel de IIMel A
'Mphone: .. ,


'i,


Dr. Bengue, is, a.i.


In --


-- -~~ppOl


i j .,;


a &VA -A' ,773F- L


I_ .


- I -~----~1--


- __


I


I


10,


bmlwm -





SLE MATIN 8 Octobre 1929 _


ALUMINUM LANE4.
D~part~s r6gulierB CO New-Orlw't~re
et. do Mobile pour Port-au-Prince.
I~.siamner ( Sowz-ngen )) avant IliissO New-()rf~ans le 28
!'epflembre dernier sera i P1ort-".It-!'riiicce te8 ( tolre coti.
inut, contintiera potir (onaives preflant dII I rOt.
1 't 'comic r kiscra New-Or vans le 12 Octd e1otu r
11fi I a(I P]i ince v, les polts dIIIS1id.
C',' T (ktvwe 19,21.
A.(Ic MATTEbIS & Co
Agents t~n~ranx.






Bif, t 1f1o) a161i11.
LsIprSCai 1)11 q'IIf


i


I'


C ',4


[ 14.


Hamburg
Lc bateau Adalia v
en route pour Santiago d
I antl I'rt et nassagaerq.


S..Port-ati-Pi
REINB(


!DES FAITS
FAM


Amerika Linie fand llelde Fra
enDant dEurope sera ici le 9 ctobre
e Cuba, Kingston, Sto.Domingo,pre-
k J


prince, e 4 Octobre 1929.
)LD & Co. Agents


IILLES


Ponr one education raf11ode et one Instruction pirfaite.
L'INSTI'rUT TIPPE'Nf(AUER
Reconnu de I IUniversit6 H-ilienne
Vlous oflre ses service. LA vous trouverz: la 1oIui s~l ieus.,
et la plus agr~able pension scolaire, I i plu,; sare etl 1i 1)10
i apide inethode d'en-eigncuiunt classiq'ue rnoterue.
I I:' succ~ des (*lassei de 7e, 4e, Rheoriqtle aux cxameai5
I ofluuels de 1928 Ic prouve.
1.LLI..ltan et coinplet sCCijc (1 e; cIlassei dc-IRhiorique
et de Pliilosophie aux. deriiiers exire ,s 'Ic1929 le corifirue.
el largit lecudca( d! (Ises ccums jriinaires el haisse
S',adre.ssr I1537. Roue Lowiurre, anciet lo al ~I-Ecole
Naltionatae de Iroait noteI6phonez No 2891.
LOINS I'lI IiTrTIPPENEIAUER
Enseignem.lf titclassique genenil.
(ngl~lbs, Sleno Dalyhlo, Co.mnplab~ilihe.
lor i-ad I'rilnre 0("I ia)
De I )iil Ide/. ProspectuCts. ILes rw(itioli ~swrt. it ige.'1Ise


NOUVEAU SERVICE
de RESTAURANT

Hors d'CEuvre varies o
Plats du Jour


DESSERT


Le


tout pour Gourdes 2,
vINS TRItS SOIGNE METS CHOISI-P.P. PAT.i


H6tel International


Fond6 Aux Cayes en 1896.
Transfr& a P-'ort-an-Prince, au Champ de Mir,
Plropri6te Emile Blanchard.
Veuve T. FERRANDINI, Piopritlaire.


(ham I b1rii neiees C isine fil *liues


Pensirn ?A prix tn.4
ctiii'grl101. A


I lel1 de la Fabricalion des PNEIS &


La Science de Fabriquer les PNEUS attein


TUB'


,n degr6 de perfection


dans le travail fourni par FIRESTONE TIRE & RUBBER Ou


Suivant constamment sa route vers le


succes


toujours


corissant dans la Fabrication des'

Pneus, le Ballon FIRESTONE

Gum Dipped est universelleme'ltj

reconnu come le plus beau et le

meilleur produilt daiis l'industrie


des PNEUS.


Laissez-fous ls zipper 'olrc oilure Ci 't OIS pd'uiI
6 la lois Lciunornie el ,Skcuril. Notis doutionos aux,
Spropri~tfires(J'SAntitonobilles ( Plus de A'ilotm-Ilrc Dar'
dollars. )) Vcnez chez i otis et nous almis vous espli.
(jer comment el pourqtolo.
L.Preetzrnann-


A q (I e IIo I II


B?:e du Quvi Agenis GCnirarx


* I.


-.9 -9


~l~glYr-l-__I2--- ---L C_~-Y---


.--r~----


-- I-~LI- W --W- -----Wwor C


--- -- -nrr~-- --r --~-


PAGE


- --


ft)


W"


I


td




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs