Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04283
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 9/27/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04283

Full Text



nient Magloire
MaECTEU4
P RUE AMERICAINE 1368
TELEPHONE N*2242

o ANNtB N*6807 p
^L--* ---- Pom._..-


Lv tu


-~~uu~ -- V aCn\ ua I


MES LECTURES
XX ,


tiet ce que nous
I precedeiumeut sur
le lecteur perspicace
de penser avec Mon-
Bellegauie que, A la fois,
rNavale aurait Wte at-
i Port.au-Prince par le
des horreurs perpetrees
bLi par les Americains
eserait (entuie) pre
mieot un matin au r6
Sces memes horreurs.
dsislte pas au moinm-
'ot pas la m-
coarte doivent bien se
Jp qe, acceptant le
pdW, par ia misc en
Sipj.. iA la Caserne
Aikilaiaine, un cer-
ew4f'in di v id us
des rapports
n se d6clarant
|'asJettre nombre de
i -aqudte, et quc la
el~atriable de la Cour
l M cas ne relevaient
ade mission.
tte rdponse etait, a n'en
uooter, on mot d'ordre;
ibc le comprit et l'inter-
de tagons diverse: c'est
de l'une d'elles que
ptrouvons dans le livre
Bellegarde.
(qui reste avere, c'est que
ar Navale n'entendi:
M personnel: M. Darti-
st, ceci fait, s'en alla.
ktns assez pour auto.
rde re, d accord avec le
ngat la logique, qu'elle
it alors venue que pour


MLfssion, panache d'amiraux
et de g6neraux P, M. Dartigue-
nave, pra Ilewment, n'en
eut-il plus jamais de nou-
velles? A d6faul information
spontane., le gouvernement
de Dartigmenave ne fut-il ja-
mois interesse a s'enqur ir des
suites de la pretendue en-
q dtede la Cour?
M. Bellegirde (crit ce qui
suit: a M. Dartiguenave avail
etC hesitant et faible devant
la Commission Navale: on le
lui reprocha avec v6h6mence.
Mais il prit de belle faron sa
revanche. Les declarations re-
tentissantes qu'il fit aux nom-
breux representants de la
presse americaine, venus A
ort-au-Prince p ou r suivre
l'enqu4te, mirent en pleine lu-
micre son patriotism ct sa
fiert6 de Chet d'Etat hattien.
Autant pour d6fendre la me-
moire de cet homme, qui tut
si d6crie, que pour marquer
I'attitude prise devant I'opi-
nion universelle par le gou-
vernement auquel j'ai appar-
tenu, je les reproduis icL..
Est-ce decrier M. Dartigue-
navequefaire remarquer qu'il
eAt mieux value que ces a de-
clarations retentissantes eus-
sent 6t1 produites dev ot la
Commission N a va I e elle.
meme, -pjmisque son ancien
miS istre lui-meme a pu noter
son hesitation et sa faiblesse?
*


121

les
ho
tie
Ii'
die



Im

!)I

eto
tie
oe
101
le

ce
lvi
a'


lei
I"
01





cin


Eta1: Fr*,ivee, pei uipri4.
mhtil Knapp quioo At pa
s salutes d uniae el qui rests
oudcur duns ia ruad durant
eux jtours, enll comilnica*
on sealement avec ,n gou-
.'rneneDtl; Son lIII.g entire.
Len de deux heures, le troi-
6ine jour, avec M. i lartigue ':
ave, sans 4tuoi)s; l'( inci-
ents final de laUCoi Nav.,;e,
uquel les minisis ut, cx-
i4mes u'out junia s i ien com
ris; tout cela for nc in1 eU-
emble imposant lde iLts his-
>riques qu'il nest pas permits
e laisser de cote si on veut
e rendre complex des graves
v'nements qu suivirent, eu
'ut premier liieu : l'hibli&se-
tent du lhaut Commissarial
miricain en Haiti.
Avant den parler, et pour
ablir une concordance n&-
essaire dans les fails que le
vre de M. Be legarde nous
blige d'6voquer, laisons re-
tarquer que l'ultimatum par
sequel M. Mc llhenny,conseil.
er financier, signilia aiu gou-
ernement qu'il -jessait toute
tude du budget v coincide
vec l'arrivee de I'amiral Sno.
'den: en eflet, cet ultima-
ain est du 12juillet 1920 et la
site de i'amiral, du 13; -
u'a la suite de 1'entrev e se-
rte de M. i)artifuenaveavee
amiral Knapp, Fe gouverne--
lent, sur le rapport du pre-
lier, dut decider, selon le tc-
igramme de M. Barau ai a
nationn d'Haiti A Washiug.
in, a d accepter de rapporter
es lois critiques par la Le
nation amdricaine); mais que
ianmoins, une s e m a i n e
pr6s, le ministry ammricain
isait savoir au gouverne-
ent.qu'il avail requ instruc-
ons de l'informer que, a vu
Sddsir mointr-pi'I p&a .u. v-
ement d'Ialti de communi
uter au kgouvernement d e s
tats Unis, pour son appro-
ation, les lois votes en vio
tion de I'Accord du 24 aodt
918, le gouvernement de,s
tats Unis n'insistera pas sur
!ur annulation ou leur abro
nation, mais insistera seule
ient sur telles modifications
e ces lois...comme il peut les
voir indiqudes ou les indi
uera d une date prochaine...
eIon que le cas sepresentera;s
Quenfin, depuis tous ces
acideuts,aucun budget ne fut
lus jamais discute ni vot6;
t que le gouvernement amde
icain refusa manifestement,
usqu'A la fin du gouverne
lent en 1922, de continue
a collaboration avec M. Darti
uenave.
Nousallons maintenantdire
in mot du Haut Corumissaire
t chercher aexpliquer cette
institution qui vint sur ces
utrefaites bomber sur le Pays
e faqon si inattendue.


. Ce que nous disons de I'im- m
tsalors, se present sous portance et de la mission ex- ti
tplaun nombre de ques ceptionnelle, persoonelle ap le
a1e. nans som=-,- gi- pa-amn Mat Drtigueuavc n
n-t 6tonn6s de ne pas de la Cour Navale, est d'autant
Mtrer dans les preoccu- plus digne de consideration E
ms de M. Bellegarde, soil que, depuis cette mission, ou bi
e membre du gouver- aura remarqu6 que l'Cre des la
ide l'poque, soi com- conciliabules terms entire le 1
historiographe d'au Chef de l'Etat et les represen- E
al: est-ce en quality tants intermittent du D6par- le
u ou celle d'inculpe tementam6ricain de la marine
Cour eut mission d'en- s'est trouv6e subitement close, i
M.Dartiguenave?N'ap come si le Gouvernement d
Spas au Chef de 1'Etat americain n'avaitsoudain plus a
(tconvenait pas qu'il rien A d6mdler avec Monsieur q
4t, en quelque titre Dartiguenave. sI
16it, devant une Cour Ce drame de la Cour Na-
si6geant en terri vale avec la comparution ino- i
aiger? pinee, A I'insu de sespropres P
e, au dire de Mon- ministries, du Chef de I'Etat; e
liegarde, le ministry la crainte de celui-ci qu'un ri
eur, M. B. Darligue- simple communique A la pres- j
It cette impression et se nattirAt audehors I attend
apres coup au Pr6- tion sur cet incidental, turent s
il est probable que le dernier acte de cette poli- g
A plus forte raison, tique de coulisse que, tout
meme et on peut se d'abord, M. Dartiguenave me- u
alors s'il but le na, mais a laquelle, par la e
resister A 1'appel de suite, il tut tatalement entral- i
p? ne avec les Americains, A c616
A M. Darliguenave de la vie poiitique ordinaire d
Uappartenait de deci- et ext6rieure qu'il laissa suivre
tette comparution et son course sur la sc6ne pu-
live measure ne devait- blique avec ses ministres.
O Otre deliberee en Le malkeur est que I'hom-
cl1 du gouvernement ? me, qui passait en effect pour
' Pas parce que M. Dar- tr6s fort et tr6s modere6,re-
SA'tait pas mattre, jugea du degr6 de cette force
Posdifkrer AI 'appel de et que dans cette politique de
qu'il eluda la delibd- coulisse avec les Americains il
do gouvernement et fut le vaincu,nous allons bien-
.n' lui de se presenter t6t voir comment, car, mal-
tlle. subrepticement, heureusement, le Pays dut le
avant la reunion suivre dans cette detaite et
litres? cette humiliation.
orte d'admonestation R6p6tons.le avant d'aller
prs la comnarution, le plus loin: la subite appari-
t reulu a ministry rion au Palais Nationaf de
eur, ne fut-elle pas 1'amiral Snowden,gooverneur
entre eux en, vue amnricain do Santo-Domingo
,'enir de la Part des et chef de tous lea foncliou-
'nistres? naires d du IDpartement ame-
bien vrai que per cain de la .Marine itablis dans
6eConnoutjamais rien I'il, y comprise du Colonel
de la graije Co.m- Russell, alors chefdt'achm des
r. forces de T Occupation amenr
roIr L.E MATIN des lun. cainc en haiti, apparition,
i 11, 'undi 15. vendre. nous I'avons vu, qui eut le don
endredi 26, mercredi d'exasp6rer si violeamment M.
undi 5, mercredi 7, Dartiguenave; I'arriv6e, 6p-
., aedi1 7, eudi 2?, element soudainedesgn6ran
S e 29 A t, Inn.- Lejene et iatler, s rt m ;
'e ndredi 13, chef de i'fanltrie de onrine
'l9etjeudi 26 et le long eutretien nocturne
,. de ee deriwer aveeti de
I f A^ I' ,* ** "


SnoIre illN




... a vu sur i route de I' 1io
Hille un dle 1no hoili i s d'ai-
laires qui parail-il ,tait ii re-
lard pour un de ses reniiea-
vous important. II aisait te sla
vitrsse dans sa voiture neave
et un up to date. Pensez donc.
Scetlte here, croyat-il, nili ny a
ON RES SUISSESpas de gendare sr a re.
DE LA nement de voir surgir au dW.
jour te la route un a(ifhricai ii6
Iabrique GERMINAL : ::d',i' tisa ':.So
lu Ii r(d I n eele tlel l c" is t stile |
Les plus renomnees dans le monde el en iHaliti, elllai tniatin NoTEi E IC' vat
e tous genres et routes ormes. qui se dirigeuit A la (endarime.
En Or, Argent, Piaqu ct NicKel. li Orte on lui allait, sans dole,
Vente en gros et en detail, At PRix t.: uIA FAmuRIQ i apprendre qu'il ne f'itpas
Brz I un d tn oujours lonV dalter trop vile.
J IeNY 14 itnt serst tie C coulir.a dit tIe-
SisJ. A iAYANY nu es t bonho0e ..
Angle Gand'llue & flue Ferou. s ie
a... avu utin de I nos muendiants
l aiie lu geste tellement stupide
Sc32.tit de lon c)la maiin qu'illie
LE DE aRNIER MOT de 1,11 gracid-e det ( t AN
EN centsO et 0,50 la pairenils quter. 'thilal,,'s hni, -




deion ersdit et sonbfeatde I lgcte
EN LIQUIDATION de sept heres.Le ,i ml f




lait assist brutnir u le chapeaud
Vous avz enteduire... Vous avz vu... El bien c sra glse. I.a ictil reiequioi-
a prchaussetmiereis qude soti verrez ui sne liquidation chez G 3, i .2,5 ment I'enci'ins heurta ie torage


SA 4,00 a 2, Ie asenne ille qu tureuse
Sa a a 3,50 2.00 sortit d son sac a main geste bruaelle-


Savait introduitue poe r en irer
La maison a assin grand asortiNent de cha qui n de I't ps de premi anui-
to. = i.*n e urcheur et lt !uane n smentait pits pr&n.-
Des chaussettes de so-e qui se veudentl G, 5,1 ()i.Q,,50 nient 1encens heurta le ,'orioge
A 4 0 a *i2, de laene ao ille qui urieuse

vLa maison a aussiun grand as ,oriment de cha 2l9ees. d ul> '*de I n, I ,'N 11, 11,,,,6,
cents. et 0,50 la paire, dront-ils que lorsqu'on demaon-
an. de on doit tire sobre do gestes
iet de paroles.

Gr* 1 uande Manirfetation ... a vu hier, A Ia rue de 'En-
Sam lies Grnd lanftati errement'eflroise peindre d'un
SA& DESPINOSE coup sur le visa.e d'une pain
L'Enseignement jdonn6 a vre paysanne. Elle tenait en
'T TN S Tlaisse une mule tie hautle taille
iSTITUT TIPPEaslle ER I L'HONNEUR DESAI s I:i i el- e1 don't les croupes d.nsniles
RHLSE m.: L'ENFANI JI':7it'S .tie graisse faisaient Itadnirao
est sans 6gal. ..--- tlion des passants. Mais survint
s de ne automobile. Puis une autr.
vaines dpromesses, de r l- L L)imanche 29 Sepcm-, 1 mule s'emiballa. Lile parit
tats suirs et controls chaque br, tin grand nom bre (I 'nAna Ia pauvre feeini ;qui n
ann6e. Port ai Plrinciensc se 1)po>- ion moment donn6 du l lcher uia
"IA" ",sentWaller en pelerinage.1a orde qui Ia hait A h inmule. Le
Cest IA da garantie. chapelle de Des pinose cr.gee sac de paille tomba avec sui
en Ilhonneur e *:la itdle bruit de bouteilles cotssaes et
saint de nos jours qui dans mi glouglou assez sagnificatil.
On dentande un laps de temps invraisem- (QIuelques minutes apres a rue
lament court, a sconqu vail une train blanche qui
A louter ne mason con. rir I'aflection a du ocind e i, traversait. C6tait ie bidon di
fortable d'environ quatre 6 catholique tout entier,el dort liit de ia malheureuse qui avait
) pieces. 'itue dans les quar- le 0Septembre sera lec 2 ,,u(. '. Iat l mule c'ontmn ait
tiers de Turgeau, Boios Verna, anniversaire de sa iort. 'brouer. N'l qui ait-c u lgamin
ou Pen de Chose. Avant J la messe, ni cou irageux qui avoit e h'n cotup
m vn t p lu u (e1es 1 p n a 1 g utt au col dei la te;t femine
Prkire d'adresser les offres lacesraion auoure de vi a otrait encore Co a r epr(s
Procession autor de isscha--,lie. No 'mi (ki. ua auppl,.ei d'uLi
aux bureau du MATIN. pelle. Les chants seront exe- double batterient 1de ses pau-
cutes par la Schola du No. pi res an geste die courage du
ec Ia La mess sera ceebree la dIune larme devant la perle qtue
om m erc ala I'intention des Missions d'lla venait tie subir 'a malhcueusc.
OND, Proprtltlaore. Iii, par Sa Grandeur Mgr. Le ,'.
l'HOtel de l'Avenir). Gouiaze, qi tera I'allocution. ... a rencontre quelqu'un quai
angers de passage A Port at uous ceux qui soot queloqu fumait des Sans Rilal au Bar-
isine excellent, Pension a prixl pea amiliers avec la vie de la Terminus et qui vantalt ia qua-
grande Saiute Therese de l'en- lit6 du tabac. du paper et la
plus confortables. plant J3sus, savent qu'aucune facon don't ia cigarette est co-
"n l lP- Amsllintention ne saurait Irouver be mouement enth.sa u
i un plus doux 6cho pans I' te me ilu s me'~roaas:
de la sainte patroue de Despi. Comment aprds cela peat-
M A R CH E nose quecel ede nos missions on s'intdresser au petit degui
d'llaiti, car le cnlite des mis- que repr6sentaient les bons-
I sions Ctait un des plus torte- prime isautrefois?
TO CK 111 meat d~velopph chez la petite ,
OCK I !Thdrdse pendant. so court

*uo 'on Champ-de-Mars A pieds. Com-
centi es 'aille en touledimanche, 2 eien oet .16 cana du


Hotel C(
J. C.DOPISM
( Ancie local de
Se recommande aux etr
Prince. Chambres agrees, cu
mod&r&.
.. Installation des

EN VENTED

AU BON

GRAND Sl

de LAIT C

0,15


La Boite

Des mnarqi

Sun-R se--

&I Besl


) II1 1---


septembre, prendre pr.t a I sen et qui descendeat en auto
d(e 14 once touchante manifestation dt 'arretaieat pour lui offrir one
foi religieuse qui se prepare. place dans lear voilure. Klle re-
En* En mmme temps on fera preu- ssailt obstin6ment. NoTam (Eu.
ies su qlnI ve d patriotsme le plus pur qui non e.ulement voit. mais
car rerpoor In. missions qal-que fois devine a tiut de
V n-H ls- c ait c'at prier pur le uitcomprs. que cell lolie
Sir6gndud Christ dans pays, temm qua a d'a ileurs, ell au..
St ce qui 6quivaut dA dir rir as, .ne magnifique auto, fast da
&V.11 qai 6ui'tuo apl diread pbien footig rcqu pour la coal-
t!_aefd b ienvlnce do aens lin
...spiituelat por ,Imai r peu.


*ZU -)-0 X u ; 43 14 A


'::' ' '~ j


&--,v ; housee r-t plus vaite f
qu'il me cneil. hisak eudoitiem 401 ~
sesonsreille ci se c..mamde, Ovil.-
laot 0galcncutIaIsMavalseohmte d
Is presouptle. Q611 Bo voice leluiI
est! Jill W N,


I
















I


I -


____ ___


d .==..=, "


a


kI


_ ~__ ~~_~.~i I--.--; I -- -- -;-; t~~ 1-- I~r~--- ---- Im,,~~,,,lr---l-~


I~ILP~UY




1


A- I.*S.3 *-4'.' Lq


T


A q


"I-* "


p. s.


C u n'tip tt i
Enz lWrite
V r t g Ve s.







.S tI'.;. I.,')

!~'It.


4 f -,


-- ~'w-
* 1. ~
A.


/9
'K .~


,0?


F ir rcsfr tt~rc' bonine
*.'' pr( Yiz chcique
guit iua c~firprimfe tdo


x-I i' r I, Io *tiqt~~ iv, J is iu I.,on, ple
P II~ g...LrtIlaI ws.ntlipmli~on *.lauI .
.Issr li.1 .411w o.. ,Nol m. I rlfl~ul. jg 1 1
so lik .o'im j.s41% .14.:1 agar. (..Ir..t d Ill-
I -io iosI., o citi (Ii tail III) -ilsa1. ,1 ir
.iis,1. dog4 i 'at "Al.II I. it, '
W Ir sso .I I I- r, I.w i e i r rIA i.. Los,,,
ri t. .11, -s b. tat irp iit l.. r lt olt.1
is~~ ~ ~~ ooo dltlon, III d t. t.8 ,mp
fr ll ..lri. Rsc I r~~iL. vlal-
4 ,onrat rhoffito' otioeqw.' S .
In 1t.....iu. J'fle ofo d' If- s'


\'*,, ', t* z'fi ~t inilO 400 doI*Iino in


~5~2IN
IA.(. KI)Il: S.\JNIFS
tit jli o r oct I' i trotive A t'tute lieu re Ics:'onlsomn'
U' II'.~ plIt' dlica:tc'. *Sc ut~~.... 1) eif-- rJi~re A Ia Pr 's~iiurt


p"


LN PA LIA


I -- -- --* - 7 -- - C -


'i


. -- -


(!e Iele de Ia Fairicalion dles P1EUS &


La Science


de IFabriqcuer les INEUS atteint son degree d e I)erfection


(Ilans le I'ivail fourni par FIIIESTONE TI1RE


&


RUBBER Ou


Suiva\nt constamment sa route


vers


le


success


toujoUirs


t'Rossai'i1t danis 41 Fabrication des




(GUM Df Iipped est univeu-sel Ieii-iciit


l'&C01lfl111I C0flhlliC 10 DILIS beau et le




(ICs IPNE1TS.

.I 1-w ois"-11s L (f 1 ufpl v ,e Ct 5C4' I'II. nS ''re c1)% sp 'O bX
1).) tlOjIiIsd uo oies ( s;Plus dr Ado,,'lo Ire bar
t* Iu .. ~\,Cc(,z Cl1C7.[loll's Ct I)( [is all ) I.-vttIs expli. P
( I iijer u!et '-1 p~cr~p~iw


&Co
s Gtn^-i.i u?


Rue du .


-- ..,
* S ~
a.


1~
I
1<#tpJ


TUBES


'.*m.


T 1


$ 0S~.


*..!c~.
A
e


i' C LE IMAIje 1.129


A _I__ ___
1R I -A ITS:


~CIPl~rj


Pop"


.


Maral Vhenel;

INjr IMAHAI.IA'41IENILTI imse Iev

ms~ci dets Xtmi ies /Lisqu('f
Ii pi (ifi t.i 1,1.1 uh s irL'efi(
dunw ui. Imschidc'x its's iciws
Aiui .ii ciowi ~e~~t cti ti:sel eles
('1lolili! r ieb tolls I.- oi ~lls J)

*j'IIIHS.-11( S (EilS I) com- ,.
Jill'?. l dc t( pa(rtir thu ,rew iet
Inuu1di d 0(%I )1 1 '.
L'Eco/e esi silu~c itw ie
h11111 dies 1)(111c.. jotqf Soim (;I;-
jciUa 'N') -i: C (allie (de Ill
vmi Clhl Sviss"-
Te e Liwi, 292J

awRMves~ et Chants
Le volmirnt' o11c ers de Mr
P'r 'S g-, (his pl( iou.' fiiis, quL
vienn 'ii vdijtcr N1%I. Jojive
& C", eA cii v'ente A bn llhai-.
iiIt te I:fav~e, Petit Four,
et i h Hr~mwicie Leys, rue
du~ (:eltie.c
On le t roIu'era ii prix d-,
-1 Goti'dvs, 1ICxemp)Iaflr.


.. ~i.


I\


11


'l!iij tiiunc di location raffiiun e t une lnstructiots)J p.rjaii ,
L'INSTITUT TIPPENHAUER
Recounu de i'Universil6 Hitienne
Vous oftre ses service., L vous trouverez: la plus rieuno
et la plus agreable pension scolaire, la plus sorc et la phis
ipidetl methode d'enseignement classique moderne.
ILe success des classes de 7e, 4e, Rh6torique aux examen
ticiels de 1928 le prourve.
L', clalalut et coniplet .succ6 des classes de ith6loriqe-
e de Philosophie auxv derniers, examces de 1929 Ic confir.ne
jL I colc elirgil le cadre (le ses course primaires ct bails
;S'adle.sser 1537. Rue Larnarre, ancient local de I'Ecole
bi Natiohiate de Droit on t6l6phonez No 2891.
SLINSTITUT TIPPENHAUER
I nseignemnent classique genOral.
L.angui:s, Steno hitctylo, ComplabiliW.
Port-au-Prince (Hai'i)
Dcmandez Prospectus. Les conditions sont ava iftg tli


H6tel International
Foude Aux Cayes en 1896.
Translr& ia Port-au-IPrince, an Champ de Mari,
Propri6tW Emile Blanchard.
Veuve T. FERHANDINI, Piopri6taire.
Chambres i'rees. Cuisine fra icais',-Pension A prix inIIjd
instal!;'lion njod( l e Itres contortable.
,()n parle anglais, traaqais, espagnol, it ilien.


i
i


%.go




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs