Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04261
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 9/02/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04261

Full Text


1 2L11 d MAJ IN 2 Septnbire I WA


4


' II III I-, --- I -I _


Un discourse de Mr Fabius
-o-


Nous t.vions, dans notre comite-
reniu th. li c'erfitmonie de la remise
d(h iplpi rs iL 1'i Icole Centrale de
D)amien, park tde la belle tenue litl6-
rairc du discours par lequel M. Aug.
I.'albis rbpondit aux paroles pro-
nonw'cs mpr It Secrstaire d'Etat de
SAgriulurei t dtu riavall. Monsieur
abius : biien votilu noutis commnu-
niquer d0 iscours (que nous ofTrons
ci-aprcs i nos lecleurs:
Mon:.ieur le Secr6taire d'Elat,
Laisse.-ihoi vous remercier,
au noln du Service Technique,
d'avoil )icn voulu vous distraire
de vos multiples occupations,
pour venir nous apporter ici un
nouvea.a t6moignage de I'int6-
reot (qmi vous mandestez pour
cet tablissemnent, don't la con-
ception et la r6alisation tont le
plus giand Ihonneur au Gou-
vernement. C'est A sa gloire d'a-
voir compris que l'avenir du
Pays est intimement lid au dh-
velopl)iinent de agriculture et
de 'iindusti ie, el que cet avenir,
reposail sur la science, il lallaii
organizer un enseignement qui
pit initier les interessfs aux lois
naturtll, s de la production et
propager parmli les populations
rui al s Its proceeds modernes
de culture, qui ne sont que les
applications des sciences expe-
riunlentales.
L.a lond action de l'Ecole Cen-
trale esl done venue en son
temps). l.a ncessit1 d'un partial
-tadblisscnint s'imposait d au-
tant plus que, depuis long-
temps d(iti, en presence des
dtecotivcirts qui avaient sensi-
S bleiment inoddli ls pratiques
agricol,-, routilinres, on avail
cre@, en beaucoup d'autres pays,
S dis instilutions similaires, qui
trui(.iieil la voice nouvelle A sui-
vre A tout enseignement agri-
cole on indistriel, soucieux de
cocoouir, par la vulgarisation
de ses inhollodes, A lam6liora-
ionl du sol, a augmentation de
la production, et par cons6-
queitt, ail acroissement tie la ri-
clitsse nalionate. Instaurer dans
cc pays, ot let travail est loin
d'avo)r icevt u routes ses former
d'orgai i:; tion, le gout du travail
agrit ole vt ilndtistel, en propa-
ger' la v' Ii en d(lmontrer I'uti-
ltil p(i ilijq el les bientaits qui
peuivcii un d6couler tant pour la
satislit lion des besoins de I'in-
dlvidu qilte pour le bonheur de
la colltt cvile, telle a 06t la pen-
.see i t tlrice qui a guide le
tiou\ .i i-iiimeltene crkant coelt ta
bliss~~ et'nw. Mais 1'Ecole Centrale
r6m)oiti vile a ces lins? Pour ma
p ar I' t' rois pouvoir I'atflrmer.
,' 1To < iiS est-il que celt lablis-
me&llelt tim voilt, d'ann6e en au-
uiet, st., cadres s' largir, semble
se contclier, chaque jour davan.
luge, la I i veur du public, puis.
que de la date de sa londation A
ce lour la valeir el le inombre
de ics (ucs Ii'a tait que s'ac-
croille dalis des pI8 portions
vraiilcin ii lnpressionnanites.jPer-
inelet/ ,1 1it l'eii trouveir la rai-
son dans ce fail que la j "untsse
actuheli, faliguOc, sans double, de
se hemi ii r sails cesse au coulact
des reality's brulales de l'exis.
tence, l nld A se d6touruer des
speculalions purement intellec-
tuelles pour s'orienler vers Its
caire' trs don't les avenues sont
Innings lncombres et qui sem-
lent ;nsi oflrir a leurs acliviths
e--- -- -". *" --- -


inquieles quelque perspective
d'avenir. L'6ducation agricole et
industrielle qu'on avaitJjusqu'en
ces derniers temps, rel6guee A
I'arrikre-plan de notre educa-
nationale, a toujours W6f lort
en honneur dans kls Pays don't
I Ntat de cvilisalion est plus
avanc6 que notre. Elle a
cons!ammeadtlaonno des leiles
qui par leur culte de effortt,
leur habilet6 professionne le,
contribuent, sous des former
diverse et par des procedes dif-
MIrents, A 1'expansion de la ri-
chesse 6conomique de leur pays.
Les ~ludiants A qui, Mr le be-
cr6taire d'Etat, vous venez de
remettre leur cerliflcat de fin
d'ttudes, ne tarderont pas, nous
I'espkrons, A justifier celte as-
sertion. Croyez que nous lea
avons prepares de noire mieux.
Durant trois ann~es, nous nous
sommes intiresses A leurs elu-
des, nous les avons conseillks
et diriges; nous les avons cons-
tamment lait passer, dans les
laboratoires et dans les champs
d'experimentalion, de la the-
orie A It pralique, afin (de d -
velopper el de lortiller leurs
conniaissances, d'exercer leur
critique, de leur laire acqu6i ir,
par I'observalion et la verifica-
tion des laits, qui se sont subtli-
tubs dans leur conscience A l'im-
precision des idles que, parfois,
its ne s'assimilaient pas dans
leurs course, cette pratique scien-
tique don't its auromn, A ji.ste
titre, le droit de se pr6valoir
dans les emplois auxquils pour-
ront, utin jour, les appeler le Ser-
vice Technique lui-meme ou
des Chiels d'entreprises agricoles.
Ce don't nous nous faisons
surtout gloire, c'est d'avoir
toujours Intimement associk
pour eux, dans leurs course,
amour de la Parine A ce-
lui de la science, de leur avoir
rappelI la devise de notre dra-
peau, et monltr comment le
passe se rehie au present dans
to succession ties truvres des
generations qui ont forge la pa-
trie et la perpetuent.
Quant A vous, jeunes gens,
qui avez r6alisd lea esperances
que nous avions Iondees sur
vous, recevez ici nos pius cha-
leureux complimen s. Vous etts
des etudiants dignes de l'Ecole
Central; attachez-vous, dans la
vie, a nous suivre et A laire
inieux que nous-menies. Inspi-
rcz vous de ces nobles paeoils
que le grand Pasteur adressait,
en 1892, aux. elves de h'Ecole
normal, venus dans le grand
ainphithltrie de la Sorbonne,
participer aux totes de son jii-
rolO : t Quelle que soil votre
carrilre, leur disait-il eu
substance, ne vous laissez
pas atteindre par le scepticisinu
(ienigrant et sterile; dites-vous
d'abord.: Qu'ai-le tait pour monl
instruction ? puis, a mnesure que
vous avancerez : Qu'a-je lait
pour mon Pays ? lusqu au mio-
ment ,ou vous auritz. peut-ert-,
cet immense bonheur tie penser
que vous avez contribute eu
quelque chose au progres et au
bien de I humanity. Mais que haI
efforts soient plus ou morms fa-
vorises par la vie, il taut, quand
on approche du grand but, Atre
en droit de se dire : J'ai lait ce
que j'ai pu. a


i,1:


Ra port de la Commission

du Budget

BUDGET DES RELATIONS *XTAEIMURMS
")


f Messieurs, quelques 6cbangcs
de vues onl eu lieu entire le Se-
crtnlire d'(Tat des Relations Ex-
terieures et la Commission an
course de I'examen de ce Bud-
get et leti reel int irt a d6cide
'-os lomiisaires A vous ea tai-
i e part.
ilt on piilt' dabord ser la
carene'e it, la representation di-
ploniatiq(e hanlienne en Amrri-
ilue du .s i el en Am6rique Can
trale. S ~; y comprendre let
Guvane.-, il v n dans cette parties
du'Nouvciu Monde 19 millions
environ do kilometres carrie d
territoire, soit a pe prle I .i.
S itme de la surface trretre, et
use population de plus de 80
millions avec laquelle no n' en-
tretenons presque aocun rap-..
port et qui nous eat besucoup
plus strangers que celledes Etats


tie Iextreme nord de I'Europe.
C'est, vous en conviendrez, une
strange anotmalia, vu la proxi-
mitE continentale,la quasi-com-
munut de igine et 'anal*-
gi. des condi c miques,
sans paspr p
ve comaune pour
Ia conquhte des indpendauces
iet 46"vtopgm et t forces
Si tons c a osthadwSu4 t
S hloes ce dtS d uAid td4'
Centre amdricains aont nos ca.
dels par la nlssance it W'en taut
malheareasment de beaucoup
quoe nou soyons.nous no dirons
pas on avanco per rapport a
eux, iais leas gaux de plus
grands d'entre enx par le slade
actual des evolutions respecti-
ves. Alors que 'e consentement
universal oppose 7olontiers Ia
culture anglo-saxonne,qui, dans


La peau ru-

gueuseneces-


site ce savon


v,** ~:3


11 agit doucement sur les
pores de telle fa on qu'il faith
mieux que nettoyer.C'est une
combinaison de savon pour
Ia peau. II dissout toute trace
de salet6 et aide la peau A
etre tendre et douce.

L' xelento
Savon de la peau

Produit une mousse epaisse
excellelte
II adoucit et enlkve les ru-
gositls et tonifie le cuir che-
velu. 11 aide donuc maintenir
1'6tat de la sante.
En vente chez tous lesdro
guistes. Pour 0(.30 centimes
sculement, il cs. exp6did d6s
reception du prix.
EXELENTO, MEDICINE
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents jemandes pour tons
pays.
Ecrivez pour renseignements.



une social, subordonne au dd-
vdloppement economique celui
des autres forces individuelles
et collectives,et la culture latine
qui donne le premier pas au dt.-
veloppement intellectuel,la plu-
part de nos voisins de 1'Amrin-
que du Sud ont trouv6dansleur
formation social mae.le mo-,,
yen de concilier, au course de
I ur existence ind6pendante, la
conservation de la civilisation
latine, hlritte de I'ancienne do-
minatrice des peuples,l'Espagne
et une prosperity relativtde leur
agriculture, de leur industries et
de leur commerce.
Les moins favorisks par les
conditions naturelles, la Bolivie,
Ie hilim, le Perou, au sol plut6i
minier,vivent et se dcveloppent,
le uhili avec une Industrie et
un commerce que 'on s'accor-
de A reconnaltre florissants.
L'Argentine a foriginalite d'un
clihmt europ6eu qui, par la la-
(itude, la met a contre-saison de
i'Europe et amnsit mInme d'y ex-
pedier, dans d'heureuses condi
lions de prix et de pr. meur, les
products savamment industria-
liss de son agriculture.Pays d%
grandes planet et de valleei trl
tiles, ses productions soni des
plus variees: tames, cuirs, vian-
des, bles, vins, c6reales ; elle el-
ploite ses mines et pratique Ie
grand 6levage.L Uruguay Ia re-
rresente en miniature et r6alise
les memes conditions do vie.
Br6sil et Colombie, comme
Haiti, montagneux et fertiles,
nous interessent particulibre-
ment, la second 6voluant danas
I'orbite du premier, A la taIon
de 'lruguay et de l'Argentine.
Le Bresil, qui n'ost pas quv
montagneux el qui, dans sa so-
perflcie 17 lois plus grande qua
la France, a d'immenses planes
bois6es, fournit : cafe, coton,ta-
bac, canne 6 sucre, riz, caout
chouc, bois pr6cieux, plants
midicinales et tinctoriales; il
lait de 'I'levage, developpe tou-
tea les industries laitieres, ex-
piote ses mines.
Le Venezuela, Equateur, Pa.
nama nous interessent, d'abord,
pqor lear agriculture : caS, ca-
can, cane A, sucre, bois do teiu
tae et d',b6aisterie,caoutchouc,
Ivoire vtTegtale et les industries
qui, s'y rattachoat, parmi les-
queues cell si apeltde de ch-..
paux de paille; e.asite et sur.
tat, pour leur postlon, centra-
le par rapport aux trafies inter.
nationaux. IIs oat avec la Co.
Iombie un pass6 common, hi.s-
torique et geooraphiqe, qoe
nous rappeloof bri6vement pour
justifier ce que nous allons dire
de la creation d'une represen-
tation diplomatique pros de ce
group d Etats.r)
(A Suwre)


__


I


PAGI 2


kll





N Soptembre9


CIE
.pNCIPALE
H. CANONNE
1as IR UUUn
=ucVAa"o S"munTW%
PARIS
.uadm

I'^^a pnStoM XbslMh
-1 ~UL QUALITY
SA IMEILLEURCI
; AroN sPAOIAL
ifi rLIS COLONIEt
Age altSes coLo.a


E A.UGS, CIN'.IBSC
n qA uoroidu
y'.--O^11^1 **t *t C




BAS A VABICES
amuMI E ait9INi3u
pour tons useaes
nU ORTHOPODIQUIS
S*lue hypodermiqnes
f10 DE POCHE, DE VOYAGE
SPHARMACEUTIQUES
Ides, Communes, etc.
&4e&so de Faotares
wd e renseignements
S P demand adrde A
i SACIE PRINCIPAL
O4, RUE RIAUMUR
I, BOULEVARD SOBASTOPL
PARIS
SAISON UNIQUE
I CNE SUCCURSALE
an trace n h"tranger.


-1W -iE 1. 6EO JAaiSn
.amedi martin, A 5 heures, est
lar A l'H6pital G6n6ral M. Geo
time le commerVant bien
omu.
Dims la nuit du jeudi au ven-
r'di M. Janstmi croyant que
In automobile itait an neutre
bIt lourner la iiinivelle. La
mture qui 6tait 'en premiere se
it violemment en marchbe et
Mrta M* Geo Jans6me qui eatul
'Ibe fracaasse.
victime appela au secours.
amis qui se trouvajeni
telde la, Gaiet, alerted
l1s cris de M. Jansame des.
Ils le tronvyrent bai
dans son sang. Ils te16phol
itimm6dia.ement an bu.
de la Police qui envoys
A>mmion daus lequel M. Jean-
fat conduit AI l'H6pita.
Si Monsieur Jansime ex
le samedi A 5 heures du
ides suites de sa bleasure.
C'tait n joyeux compapen
i nous garderons touourb
&feur sovenir. 11 laisse
p le monde du commercE
u oe comptait que des amis
linceres regrets.
Sns prsentons nosm condo-
bes i sa famille.


'V


NUNN"


PhBii ( '


Nos opportils 'Oul P"met-
tent 'avoir tint ioception par-
faitii.eidntot outer i'animiu USan
interferceces struoar icriq~S
Notre sypureil No42802cii1
lume cownbinuloli des ondeb til-
tra courses, uijdta Iortgucto. 0
amplihicateur de graluptone.
Poeazcle: tic Ln moment %tix
bureasan:de In I HILl PSBAIIO
pour une dUwoubtrat~l ionetnous
sommes convaiticus qoe vous
partirez enchaWi6.


16-:


iL


PHILIPS


IU J I I , i -: .


RIBMCmIENTS
Monsieur Aoilus Clermont,
avocal, remercie bien siuc6-
rement tous les amis d'Aqnin
qul ont pris part au grand.
malheur don't 11 a 06 trapp6
par Ia peite-cruelle 6prouv6e
dan la personnel de sa tr.s
chbre et reqrett6e pouse,
nMe Cldia Poinfon Fleurantin
ainsi qne tous les amis de St:
Louis du Sud, de Cavaillon,
des Cayes, de l'Anse-A-Veau,
,e Port-au-Priuce et de Mi-
ragoAne qui, a cette doulou-,
reuse occasion, se sont ema.
presses. de lui envoyer leurs
sinceres et affectueux compli-
ments de condol6ances.
En retourd il les prie de
croire A sa profonde recon-
naissance.


Aquin, 26 Aodt 1929,
euables A vendre
A vendre diverse pieces des
meubles amricains.
S'adresser an Lieutenant
WATSON


fhMM daWX
WGRAINES, CONSTIPATION
CONGESTIONS. trOURDISSEMENTS
IL SUFFIT de prendre
A rm de va re
(tm s. dM.. Jem me=m" m.

14f7,RIdmFmerSt-Dig,PARlS

qul sont tout & felt blenehos
et ea.. eam d.uq.usl.. he w
DEHAUTAPARIS
Mnt b~ sI.muted prim.on emoir


Royal
Cabaret
Othfphlivoe de ier 'OtdIe
har ,uii en i e amqve.
Bcrd~z-%uua do e CCIqu
%triIewi ;aFFr dcs nitments
;giiibles (s~is viiCOD de
,% c id ie. t iif.ce (c Is ner
O~(af(ilcI'de ~'Wrij t ide
e6,I.


L. Th. LAFONTANT
Aooeesoires pour automobile
Gasoline, Huile, Accessoires et Pitees de Rechange pc
Automopile'r.
Les meilleurs pneus et Chambres A air pour tone at
ru camions.


ii


U


au la VIE '

EUG. Le BOSSE & Co.
A -,- A, t^, d= ll-^.l,


1-


jjuenu tsL eJca1ux


our
uto


La Boisson connue
dans le monde entier
EST |UN
RAFIl ACHISSANT
ET UN

RECONSTITI1TANT
FROID
EAU MINERAL W HIT*. OCK
GINGERASL VVHITE ROCk


Le ieul Gingeral faith

d'eau mriineral


des


Sou Ices DUre


WHITB POC(-"K
DANS ThUS LES MEALLI-A1ls 1-10,11.1s
CLUTHS, CA['i'S HFTl I'STAUTI' .Nl"'S


Mohir


&


IALII'ii 11


lDi-A hbulet rs Port-an-Pait-I c. I taili).


-~ ------~.


- -......a--* -- -


SHELL
Si leC1(i chi\'m~h~ e'oitire est re'ltiativemoM ,1ip.
(-ombien est plus diicile tie choisir uije gazoliuc pjafl'itre.
Mais quand la mij(or1l6 (des itutomobilkies avnt '' i
tongue exp~ritnce de !a nuit"uWilike ua
SHELL
I'h6sitatlon n'e-..t plls pCi mist..
Employez la StVE lLI, t(uiellk qtii soit votre volture
C h a q u e tt m p .

THlE SHELL C0.,PANY
Grand'Rue 1521 -- 'J'l~jnhe N" 23-155.


- inww- .-----.---.-. -. -- --.. -1'-. -


Une varie~te
Pour chaque but.
1A nowm Km~rnld1SuUlola cnrel aosisrequ[eava rr
Commercial d~uao 11m'. .IM do' dunKRe AFT.imiSsd ure e a aour r.'re'
90 811M ift 11P" d eru to. Chaqu. bouch e et
so A"Ati:---PrS IR i'@ S00S b6umefraiche et ban A Manger.
-aI-do e ouin oouf I"avowa dwU Votr.e pickerr a toutes les varidtks
& o.tovr obo o mal~ de froma~t Imran. Demmndez votre
V Istiruvemtones es, ualtsq ua Iite prt ft'r~e. Soyez st~rque FEkti-
do fromage dwas I& verildU comupifte (luette porte la anarque tie fabrlque
do tKaAur Cimat.ss. II vous arrive en ,(Kii.FT C11FESE..
wr rm on pquetsa..uferblanc, on
Jame Leaa wet@% I. dime~nsions I)%tl ibuteu s:
C ur add~n rinporle quelle de-
or arseva. (flIO
impe~m~to&'lir pourtleO. pISgl 4t*eirrie(ldi


~T~-Y--- J~eCC~iq~neeb~iB~9


IsTauliS Li
S U e e,


Unegdl plus f4rte COMPAGNIES

CANADIENNES 4dASSURANCE


- s I=,---~- ~- L


___


'"


-


mm IAm me


--mm"Wome


LE MATIN -


rma =


r v


~C(f,


~.


',,! N., I !r.-n h


0


0


KRATIE


iA





I' AGPF- 4


L' IMA IIIN 2 Septemo bro 1929


S'UIpoll 01(i
inent quL
incdiquer.
qi/e lInu
i'enclii,

Pour I
.mi le sat)
(i('Iete: (I
I1i, l ien Wue hidlabeagle na- hIc oin I1
1111.' 'III'1'OfW n Ico i splen- rte's, Pcn
dlear -lIe seji~mrs de je'ine fJute. achetr
ladictWIsf' I'! /iIcIe. Inot I]all
A iijollpfinha, (6 qliraideans i. Leso

(I11 I/ tliS ili'spiiruc El h aseyw in Lt. Sell
so beu ri/c preiiiiire. Le secret eld~t
estima simuple Irailemni 'Idel d c'csi
IWtli~iC C/I :,)i. .Siiivez-ie, 11/a #IS
lnail I-/ b- j:ir ci 'olie pcau 1IThe P
qartlerai. ia baht' nuiirt'I'. U.SA

4 e que %i.'~fg dem binIrr



ic/a itII vI'/ih.SS(It/t' i/c I il
ii ,1Cr iii' le 'il isit IcWen /p
11.Ir- sam is -n o ))


- x


MAXWELLLL et Cos'
9, Itue lRepublieaint'
(Graud'lBue )


Profiter


(IHANI)E LIQUIDATION

Poiii 1 5 Joiirs seldeien i
Chez VINCENT CHEIDY A partir du lundi
MI Sam 'r (REI 1'AD i I rotiye actaol lement Li la hue
(.111l fac 'Ike dthi, 1afrX on 'Tihis. seradtraiisftL~eau coin de'
1:1 [Alive lti's F[I liIs I't), I et Ni gIA Si11(l" i'd 1' i at A I'aricienio (CalI

MI. 4LRI 1hi \ti~ lt'iqidj (er son ancien stock afim(de
TenlIreri tians sSoa louventi focal :ivcc c le onveali stock.
Void In f iste dIc ('s lrix:


Soict ic ct(i leur
Vo)ile' cylatiaise
atIetirs
R.-'oilc CCid Bll
hvi1 la Isc 1. 1). robe-,
(Labirdine ('rJis(~c
4(c)1 f l icu.,
Iriis Iii L C.ailcur,
Voile blaic hrod16
de SSIlC
((a~yt' (do soie'ci.
(A (k (
r., i v v il 1.


5,( 4)
(i.)oI


0,0()0 6.0
8,,(H) 1;,0()
200 1,25;
2,50 1 50
;31,0 1,715


2,5(0




,'00


Zepitir rtak`
Sote pourcl. Che. 2,0014
/Z:~ h v' ra ),e'-c u I. 1,00
''ra \*'- b~ilatic :8,,10)
h1kiol ne I n1ll

Simiii: N, bkiit'extroX
till (brig') 2.1-)
4C alivot ris upj I 1,.))

Ca tict slip.ti.hI.:1~)0


die Ili 10u:111c
*w v c(tItJ ItIt Int 4)4
1)alwismt'. P'Imo


1,75


150





1.,7.7)



(W4)


mac'lis sllp.
'T,jile 'i amalelas
Daminass6 pour
nape asset.
Casimir tropical
sup. I
Drill llaelle
Drill coul. uni sup. :
)rill coul. pr horn.
1 coul.prentfants
Drill blauc sup.
Khaki jaune sup. :
Kihaki blanc sup.
Bas de soie IGeor
geltte 1
ias Ide soie sup. 1.
Bas de soic asst.
Bas de soie assl. 6
Clhaisselttes dec soic
asset.
Chaussetks mere.
asst.
Bas pour enfants
Bas Ii t pr. l)ames
BIas mere. asset. 1
(Cravatte couleur
extra.qualit
Bas de soie a jour 14


2, 5
2,0)O


59o0 :%w5


),00
2.00
3.00
2,00
1.75
400
1.00
1.00

5.00
7.50
; 25


7,54
1.34)
2.00)
1.50)
2.25
2.o1o)


10.04)
1300
5.400


,750 50) Costumes ent casimir


2.00J



0).00)


Tricoline noir deuil 4.00)
Demi Deuil ext.sup. 1,50
Savoun Iadio de To-
lette pour velouter
-la peau I)ouz. 12.0 1
Toile I D)rap 1.00(
Tapisdessousdelils 15,040
Chemise hl. Sporte 7,150


1.25

1,00(

5,4)4
1.00

8,00
10.
5.00)


I ort-au Prince, 31 aot l 1929.


RaUyons X
-43, Rue du Dr. Audain- T616pihonoe.6i4
Nonvaen Laboratire o)flre sea service radiographiques
aux h6pilaux, cliniques, irt:decins, chirur'en~ etde ntibles.
Ditecteur: 1rrK M. I. SIMON M. D. (Torento).
L. M. C. ( Canada ) D. P. H. ( London ).

lPRlE-CAI'-LAN
,, ',.,i-, .\ve7 qudieln-j Iinres +, lIiir, Ie soir, et qne
You. de,,it Itle, passer agreablemeut allae au
Prd-Cat-Tlan
o0 vous trouverez, laplhs belle salle de bal, la umsique la
meilleure extcutee par un orthophonic dernier cri et aussi
lee boissons les plus fralchds et les plus pnres.
Champagne,bikre allemande on nationate, iqueurs de tootes
sores.


en Palm-Beach, en

Gabardine, en Blue


F A'ecl i'ique,


eil sole


en crashliefil

en ALPA GA

en DRILL de routes



en Noir pure laiIe,

en SMOCKING


etc. etc.


ASSUREZ-VOUS

a la


Ei ite'z tIerh
(Dlix scrVe: /(iffitas de
(Idillaire pour I/e Ijaile-
ue nous i'enons de l)oIs
r. A'a/Ic pus croire
Isaliofl vert ohl ceuix
comin e fails d'o live
de Palme' sont Ies na'-
le PRlmo1Ih.P
vo)1rtge f/ouverne, l'o ye:-
VOI'Mn Pl*Iivcque Potts
a tne bande noire aiecc
Palmolivehen Icllres (do-
1111paqiueta.e yer el le
rouge au iudos avier le
linolgiv e EssLIs.
WiOll Palmzoljive n'esl
liprd f(i.'(1sacnsepaqile-

ii secret l (it I ialmolito
C0iiipositioii exicluisive
un de's pliispu~cwi curs-
!beaiuie (ii monde.
tN I tool I e Prel Chi caiq(


SOUS-A'GENTS


: Por
ITOVAR & Co Mirage


Agent Gen6ral pour Haiti.
t-au-Prince: G. GILG
Ane. JEAN BLANCHET


DES FAITS .

FAMILIES
Ponr une education rafl'tic et une Instruction p.irfaite.
i'INSTITUT TIPPFNIIAUER
Reconnu de l'Univcrsit6 Hijiienne
LVous oflre ses service. LLA vous trouiverez: la plus s6rieuse
et la plus agrahble pension scolaire, la plus sitre et la plus
rapide m6thode d'enseignement classique molerne.
Le succ6s des classes de 7e, le, Rh.torique aux examens
ofliciels de 1928 le prouve.
L'Eclatant et complete succbs des classes de Rhdtorique
de Philosophie aux derniers eximcns de 1929 le confirm.
et L'6cole ~la'git le cadre d(hI ses ours primaires et haisse
s prix,
Sadresser 1537. RlueoLqamarre. ancien 'low-al de I'Ecole
Nationate de Droit ou t6l6plionez No 2891.
L'INSTITUT TIPPENHAUER
Enseignement classique general.
i s Langues, SIno. Dactilo, Complanbilihl.
Port-au-Prince (ai i)
Demandez Prospectus. Les ,conditions sont avantageuses.


La


r'6 ei. '


DEMAND

Le BEUI


VOiC


)EZ

.RE PAILLAl


Beurre du Jardin i France extra fin ; consistani
euris6 sp6cialement r ommand6 pour les estoinmacnd
En vente chez BoltC, Simon'VIEUX, Em. LAJOC.
lerd. FATTON, AgenL



ColomiBian Steamsh ip

Com any Inc.
Le steamerV Brid town v parti de New-York dia
ment pour Port-au-P ace le 28 du .courant est atte4
3 Septembre pro 41i$ II laissera le indrle jour direct*
pour la Colombfe prenant tret et passagers.
Port-au-Prince; le 31 Aolt 1929.
COLOMBIAN STrA.fsuie CO\IPXNY INc.
GEBARA & Co. AGENTS


CHAUSSURES

Marques

Mai shalIt



Vexcedor

Trianon.

Douville
Iri6nhe
ir
WalkaqfqI
( iA m

^feN1'
aeb^


elc,


etc.


d'uno belle

peau naturelle.,


i-- ~IIIICaL I r I


j General|Accident Fire & Life

S Assurance Corporation Ltd.

de Perth (Scotland)
Car la GENERAL e une des plos puissantes et des plus vastesorganitiooa
ce gepre. Le soleil ne es couche jamais sur son champ d'action qui embrasw
monode. I
SSes Polices contre incendie couvrett aussi les d6gAts occasions par la Is udre
See Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, donriagei
us6s A .autrui daus sa personae on dans ses biens. is
Ses Polices Maritimes 6mises par ses branches d'Europe sont payables e Haiti
Ses Polices contre Accidents sont valables dans luuivers entier. Tous le voy!
eurs devraient done prendre la precaution de se munir d'une police contre a don
'au moins 4000 dollars, la prime annuelle u'etant qua de 1/2 0/. soit 20 dollar LU.

Veuve F. BERMINGHAM, Aux Ca'yeJ


Paris ten ,o


Angle des Rues Republicaine et de, Miracles

Port-au-Prince THeleholne, 2006


Le plus fin- Le plus eleaant- Le plus A la modei

Vous le trouverez en notre eiablissemen l.


%-. f

ASSORTMENT .RENOUVELE

FRANV&NICENTEPrre


_ ___ __~_~~ __ ~C _~___ _


I ow -- -


I,...Now


Avis
marchantti d'aklur.' et (1,
Ut des dIapo.-iItaolis tl'-' erl~i.19
Ioi d (IU I a&1Lt 1`328,
Septembre 192St.
I'article I1 I tie LiI-'10i piqt~
Ites personnes talbrituiLIL ta o,
lesprodnits ta~k eu vertu
du 14 no~t 128, %ojent1
Iicenrei potir l'execicic11,t
AucuIIO licencee nellera
tin distillalcur A I"wins qtli-
hlimineruit soil Confort-ne"
tions de cot office 61nises (14
loin ties 6 .1 iijfl1924 el 14 An
AUCUntCS licences ne smwogg
Sour des flibricats tnde IabacA
qulIIR soientcnvtalii.
pour (fabrlquer elenpaqliietef
qu'Iis prod uisent, Loes d~ii
curs licences que ~ s'is otig
die tenir les Iivres requisa
reau des Contribuitions*
mmt ux -dispositions tde V
de la loi du 14 ao~lI1928..
et1j est dernan& a ux djs5
ments par I'AdinifliSlrtj-H1fi
des Contrihutions, a L qjA
icenes ptir le rochain e
P~ort-au-Prinace. Ie !) AOA~i
A dninislraf ion G46n
dles Con ribnitloit


CC" C(


Jir


M %.AW








km (Ta qult imgtul (qt !~i~,4I
Wes. leor fait mfufrir



LUNDY 2'SEPTKMBllI7


Lj URES liontine politivme n ort to*
LTURS hng'jireuement ani, RHUM HENRII Gardere
*-*- aina et en plclaIdIlt.,ic I
rO) 4l iA e bkoac frire proclse .n11
urbiue rbi rbiw proinit u or6rpoa-...qui no Uissima)) devant la chancelle- L (
viot Janb. M.hliholt miul. rip a0trcaie? 1 *
tiplia let visits et lescoups AutanI de chosesquifrahis- duit rem arguable a conlquis
de4616phone. Oai 6ul donoaist sent | vive pvoctuation de
chsque fois rassMrance que 1 M. Dartigaetave de perdre 4. d4 -aVI I Udeux Ilies rmiI p
r6ponse arriverit bi.lt6t. El flnitivement d.as I esprit de de haute Ilutte une r enom )1 d1eupo I 10 'l
la reponse nvrrivait pas. Le Washington M. H.rno et de .t t...de )I'1o 1 l eu
since obsuvd 6iait une op,- faire perdro pied, A I'avancefen e.I.. tatto .,
.o-u: e pratiqu diplomatpi-t Adce poite d ( p \ lus enviable. e "II" \ 1' 'or
yqie,. il signtiut tr6 nette- remain. I e l sedirigerivo e 1:111 ( Unit
dnt que M. Louis Borno Mctailt A surpluscupourrait suiDem andez tou ours el, ,
. ..id.r. .Wa sh inAgto n c osu r pi lGh ,o ,,rr a ,t a u i- I 'IIe ,z p al ,,LUI, ,U I,, ,
Ss i nre aiti vre, dans I'histoire de t v .,de rrelour. Li nh (!i -.
mLpersona ingratima.Les 'e"c d ,.t T1 l TT luiui fait ,l (ls I ,':, 11m-
rajprts vnimeux des fonc- ne.ents d.. 1922, I 'efoit hos Rh HENRI Gardere. ballon ne.
tiunaires americains d'Hatiledel'ancie.che dEatcon- e cel i qui prendl ,,o, I 1 dans
complIfement terrasse6 et 0con- 1 ,11r, s ,i
olu avaleut faith au Dparte Ire unadversaire qill croyait -la------------ l t [ hfh p s * ,' h inmm
mnt d'Etat une situation de- coml mn erra tccon- [ teTp 1 I 1 I me I plus C.i,. i,, .t unil
testable.n tre un moat que, dcicdment, IIHotel Interiiational pIas. sr les s, ,,,,n
r ill navait Dpasassz tu .I;. c s che a-t-il 1. l't u e
'A un interlocuteur qui lui F" onodO Aux cayes en'1896.i es ai ii,' t".
dmandait,sur ces entrefaites, -Tra-........ TraDnsrep a Port-au-Prince, au Champ de Mars, re rd vers u"n a'i>n t;u>le
qui en italt des disposi- PropriWtc Emile ;Blanchard. au oment on inti ilis tssion
tasdu D#ttemernt d'Elt In t h I Veuve T. FERRANDINI, Prolprietaire. s'e ageait,vive, tiLOtut-., cn-
ard de la-andidatlre Mdel 1t1i1 Ii Chambresa ar6es. Cuisine francaise,- Pension prix mod6r# Ire eg deux caudli i. pnr ti
IMBorno, hI. Dartiguenave Installation moderne .trs coutorabie. J , I
e t I r6pondre exactement: .On... valor lin Irtr. ,!n i, ,..:, s.i
a Je ai jusqu'ki aucune parle anglais, franais, epagnol, Italen. I
nouvelle de oianchet. Borno,/ ,- -a--,--- --- ,-: i t l.. .,
de son c6t6, a vu Bailly-Blan- f-hene- i I rT,,T, Irfait Ms- r i ',
chard qoi lui a dit avoir 6crit o I IiI JJN me dit l con.
Ai ce suet au D6partement .
dtlat. lais ceque je sais ici, MI MARAT CHENET avise le- AT P A T9II A T I 'i
cIat que les lonctionnaires families qu'i refoit des inters AUX CA V 1V L IAIZ 1 1 .. a renconil, ti,,i.
a tricains, r6unis A leur L6- nes et des extelnes jusqu'en sos les feux r i,' s
g tion, out d6cid6 d'6carter philosophies inclusivement. I : 1 O Vd\TTIT 1 llcil du mois(d':lil, li., 'I, ,til
c te candidature. ll promet de bien sirveiller i llllll. I* tal- VILL Ea.IL de nos plinsri i ,
11 ne faut pas 6tre biep sor- dans leurs dtudes les deiues c ivremientt.I m i
c r pour deymer ce qui' t qi lu ser nfs cona e de les IrP .oe .eete, ,'
A. Port-au-PrirTce entry entourer de tousles soins pos I I - ,,, ", '. '.
Dartiguenave et les Amdri. sibl tout de suite !'1! .1.es
s."" LdInsttution onnne en outre IncI,,l al n mn __- messieurs qui t 111 ,
Al * des mours splciaux pendant II |ni ld tl it hi Pl'fJzao. ouert dans nos g, ,ir. re
les grandesvacances, dpartir i parent pas souti,: , ", ,si-
I 1ltaut rendre cette i Jsice acn. Int eaucoup 1i ,I ne
livre de M.eBellegardelrie, ,4 1aotltu r ." 1I. .eedsent la fin nt:
en qu'0t ne it as duuo LEcole est situie rue M. d d j. ,f iA Infi;l( Ii
STrdiedat frnlttIPeu de Che, viwe-d- visc lI d
ontre, dan ensemblee, cet lablihsement des iiles de la Te"WpI hone. 2089.
omme d'Etat dans toutes les Sagesse. a vu quelii fi ,iI .vat
conditions de competence et T616phone, 2923 T L T Pl L achet aun bil.!< ,i,, a I; ,orie
e temperament qu'il fallait LUCienl 111. Lj IOntaIl l do Sant-Darin]g. 1, ro "
our instaurer, A ce moment- 1 ...-n 1538, Grand Rue avec un (d ses (. O I
,un politique do progrs desdeeux avait '. un i otin-
dpo iqu, ro s-* et OT,-l li,,os e ;ait I Accessoires, pieces de rechange, articles divers pour lpon. Lorsque la i I .,, lots
e dressement. M. Belle- OS lionsleail tomobiles t Camions de outesMarques gagnantse r i in
de avouel'avoir suii rt reaux en boulle sols en'a pAZOLINE, HUILES pour Moteuir, pour transmissions,eti ce un des dn c t ide
eortc s'l a tc mis on ua nous dire votre h i nc ladispositiondde ses aimables clients, Mr. LAFONTANT a h Intsv~in n-
tep dans. le cours deI RIsonI Ivitut egalement d'installer une pompe a air A 16letricitl, trt d6cmda, liii ,11 1 : ''.
trepriseest que, nous I'a- ERIE BAILEY ige facile et rapid. T16phone: 3383. Etcomme celi I 1 1 1
obh'i.ontrd, il ne fut pas se. T416phone, 2183, 1- .. ... -- -". . .. . v lui disait :
onde par 1'esprit dirigeant de Ce nest p:. i' .
Iepoque. i d6ja vu. Notre li I
Cet ert de M, Borno se -- --...... ---- A I rpondit graiivm.!1
relief, au reste, A I'effort ant- &s I Av s Cestn eii.Mi ,. iii r-
Iriuur d6 ,y6r ar le dme oison fond.eten 1846..EPERNAY nAt queIqs e ,f o
tninistre des relations. el n" ncncespour acmes Afeu(doi I NOTR EJC.II. ie "Ii
rieures poWr o.i antlser'admi- A M A .e nt faire leur demand de visage si cela tao ,Ii ,, is,-
nistratiog des afaires haltien- IlH-"S' 4SLN r nouvellement avant lee lei ment ou si cc .ii,'t. ,, i.
nes dans le cadre dan traitd clobre 1929. Faute par eux Ian de contr6ler I.v le(i:, l 11-
4u'll avail ltl-mwnke si labo- d fire ladiledemandeavant tre qum aurait bic"in i n it :1s
ribusement ndgocid; les archi- I date ci-dessus, l'arme eni avouer que le iii IIt I: '.
ves pwkliques sont IA pour en T m o estion sern coDlisquieairsi
I6motger. Com eau-MVU tasse & C Cq e tout d6p6t donni6commeI
Que cette unit d'une vie A\NTS cu ionnement.Les armes doi- ,... _. i ,.I
publique bien employee ait. Soe vend chez: v it atre pr6sent6es au Chel (t'O"nd s gi -5 t'
patr d'un certain momdht, Simon VIEUX A. BOLT, Emmanuel LAJO E d ila Pobce, Port-au-Prince, u',A une table \' o n .n l ijolie
t AJIh.I .4tew.O te r6serve | -.----_-.-.--- e m.me temps que 'ancien- emmevints'asseni,.> m,(in>.
preceuse pour lavenir du r n licence pour etre v6rifies me il n grande couliI,,e dtins
ps, lya 1 vait iqu'un jeu ..LOS raritul S iVlOlnte-t OI a moment de la demand d, ses charmes vi, ,I. *i ,.|.i se
fltrilA< tio '. "< ... 11 LOTU BLU LOTUS LI C I MU-tRAY, de le'rl A la voisin. 1;1 mliihiei-.
Cestecetr r warv que Mo- Parfum uave, 46lat ti perteast Maor o .Gd'H. e i y l "d ."
I. a--.. "11 ,,= ..,Ihe o I L.ic ivnent, ce quai mit I, I *,u 1 .
des aservetr avaitl- Si vous voulez etre delicatent pnrhamb, nutilise. que i icf "li* en panne depuis qto W, rsiii
voulh pr6matur6ment runner; les Parfums de MONTE-CAhL : vous aurex la certitude d Iin tous ses t1a s. di ini;
et ,Ip be --f ,i a ddavoir on prodoi, de haut luxe t suprieur a tous ceu s.. <.Jo av"ntur t ',
r.L I _tA I i iauic II i jir'ar" "lII ia neoauto, cela in,' II te-
Bio 8 LEU c'est 1. P eurm is ,mode partoot oA PoretaeizrA tos tus, ra q'n ~ ,lm-.o I
l!I H esy sI-o tr..vt desgens chics et le-eot dlhlicat. I I r pondit simablernee t t,5 ,h,,s
Son ena mdate dan toutes les I neum moisons deSprfuaeVE oD proven e ei. auto.
fin0 IoV. COMEA^ -MONASSE & C* m.irIt do' z e,', pnise. e
> LaM.lBro. i m lt AaEsIUilfS. l w ,amnritrent sur la route de |dosse.
leH'B~l il '' ,f----- +- -----,- r-"'-', "- n 11" llauto s'arrt. Ai.m.. ;,, iton-
--a11, MBoruUodutremettresalI -- I-- I- -- .---- Imen-n'i ..iI. ..e... ... ....,.u_


Irnque, elie lui dii
VA qu'o n hasn0n~ cuse Attention, tiwmtI,', i It. I t'ux-
I jal one 04li6apce .
U4. et e'ven 6paLe Don Juan st. depooulk im-
AlI ro n .eiAprtir 4-C 0r4Aii 3, 8heaves. iuddialemcut, fil dcs purs
co~poed. ulsaslos miliux *o~ltextra suipbrIienc marqtw *1 ORAE A qpsia~trbii~ui'-
I-stotdn e iiunx r z np do i icjJdl lea dirctio.. A&
fiNodeInDistillerie e.,nl des HosDouts ~ Iiiur tnmii.aw-
Destouches et Mp. Maaw .00aeIsune a... ~pA o
k up eauVu l .'i'
10UNpi tap -% PDomunucamn. 152Rtivres. iDovJiaaga qui V~all'It meJAN
AINE, ropritaieAEnt- 0; 5, 3 et 2 gmrdm&nifenUmt & re* m~


PI


-----TIM -7


_j




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs