Le Matin
ALL ISSUES CITATION MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04205
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 6/25/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04205

Full Text

LErMATIN.5 J 22


P M, 3


La efotrme de i'Esei- .

-qnernent ..secondqire


Nous avons dit, hier, qu'un impo.
tant arrt6 du Prisideot de la Ripn
blique avait fx la rIforms de f'Eo-
seignement seoondaire. L'arret6 a
6etC bl a au nluaro du a Moniteur
de lunI I. eat accomp g d'un
apport de M. Charles ocarau,
Secrtaire d'itat de lnst0action Pu.
S iqe, pr6isatuat u expliquant lm
Motif de cette rornme.
Voci le .rapport du Secretaire
d'Etat :
Monsieur le Rrsident,
J'ai I'honneur de presenter a Votre
Haute approbation un project d'arrel6
determinant un nouveau plan d'k-
tudes de l'Enseioement secondaire;
les nouveaux programmes qu'en-
tratne cette ribrme seoest pblis
ult6riuremeot par le DI prtment
de Ilastruction ublique.
En 1918, le D6partement de 1'Ins-
truction publique a rdalis dans I'En-
seignement secondaire tine reforme
qufa consists A diviser cet enseigne.
nent en deux cycles: le premier, de
la 6e a la 4*, obllgatoire pour tons;
sl second, de Ia 3 a Ia Philosopbie,
subdivis6 en deux sections, 'une
comportant l'6tude du grec et du la-
tin, et I'autre un enseiguement basn
uniquement sur les elttros franaises
et les sciences.
En 1921, une retouche 6tail recon-
nue indispensable. La section des
lettres pures, avee latin et rec, s'ac-
commodait mal de la place restreinte
qui y 6tait faite ces matieres don't
S6tude ne commenqait qu'en trol-
saime.
Par un arrt6i en date du 27 juin
1921 le D6partement modiflait les
programmes de 1918 dans leun par-
ties essentielles, en r6partisan les
programmes de latin du 2* cycle de
a 5' A la 1" inclusivement, et en
laissant la facult6aux 6tablissements
qui pourraient le faire de commen-
cer I ltude du gree d6s a quatriume.
Peu de temps apr6s, cette faculty de-
venait une obligation.
Une tell Solution d6truisait 1'6eo-
nomie du programme de 1918.
Ces programmes avaient pose le
principle d un enseignement complete
dans le 1 cycle, enseignement qui
, devait Wtre repris ct develojpct au
2 cycle, dans on esprit plus d -sin-
t6ressk et plus philosophique ).
En raalit6 la reform de 1918 en-
tendait organiser un enseignement
primaire supnrieur dans le premier
cycle et divisor 1'enseignement du
deuxi6me cycle enenseignement mo-
derne (Sction.B sans lat ai grec)
et enseignement clahique (ect on A
aved 4 ans de latin et de gre).
L'article 28 do la loi do 18 octobre
1901 dispose que I'peignement se-
condaire des gareohs est divise en
enseignement seconidaire moternei
et en enseignement secondaire clas-
sique.
SLe D6partement estime qu'il est
prifrable de s'en tenir tout simple-
ment A cette conception du LIgista-
teur.


S Sl I'S admet quo tons te esprit"
no peuvent recovoIr la mo&e forma-
tion, quo Is'eielmenet secondaire
doit re ivpnifi. il 'est pas ae-
saire drimposer deux annes de latin
i des6 esv qui abandonneront cette
4adedt le soull du c2* .
Per ailletur, deL si so- t,
Sde fvit dos profssuri, on ralitk
insuffisants, pour nla p oA de
ceuxi qul doit 'tm donfnreniSu-
meat easLque put.
S D'autr part, cultaurc condalre
S bise Arco-latine on u base niqu-
meat francaIl do4t Atre franebement
dksint6resas6e ;t e dolt avoir por
but le d6yeloppement harmonjeux
des facult6s de-'esprit, de itAon
lacer nI'qntnt dans les meilleamur
condition ssib poles r border
plus tard, avec fruit I'enseignement
supdrieur.
Le project d'arrt6 que je soumets
a Votre Haute approation fixe avec
nettete un double enseignement se-
condaire: I'enseignement classique
et I'enseignemeint noderne, A base de
francais.
L':tat n'avant pas actuellement les
elments neeessaires pour organiser
avec une srieuse efflcacit6 les deux
enbeignements parallles, les lycees
donneront jusqu't nouvel ordre .1'en-
seignement classique, A base gr6co-
latine selon le programmes nou-
veaux qui sont en preparatious. Non
seulement I'6tude du atin sera abor-
d6e srieusement d6s la sixibme, mals
les premiers rudiments de cette lan-
gue qui a donned naissance au fran-
cais lgureront aux programmes de
Ia classes pr6paratoire. D'un autre
Ae6t, une place important sera faite
aux sciences dune facon genmrale.
car dans les conditions actuelles de
la vie moderne, il serait inadmissible
de laisser de c6tM A Pc6cole secondaire
des connaissances scientiflques ne-
cessaires A tous ceux qui ne veulent
pas se trouver en marge du progress
et ie la olvilisation.
Los bfablissements priv6s pour-
ront, 6videmment, organiser les
deux enseignements, si leur clien-
tele leur impose cette ncessit6, et
mbme continueront A avoir la facul-
tW de donner un enseignement clas-
sicqe, a base uniquement de latin.
L'enseignement moderne est-il
riiffrie-ur l'enseignement classique?
C'est IA le debat sans cease renou-
velA. En tons cas, il est permits de
penser que la littfrature frangaise
qui est la base de 'enseignement
moderne est assez riche pour cons-
tituer un fond- solid education,
taut pour l'esprit que pour le cour.
Tout ce que nous ont 6fgud lees cri-
vainsde a tquit 6 grOcque at latine,
ne ae Itrouv l pas sons la plume
de grands ecrivains francais ?
Toutefolf, nous avons intiret A
miatntet"r pluItt tmns Ios lyc6es
I'enseignomentsecondaire classque,
car nous devons, entr'autres raisons,
continue i b6ndficier autant que
possible des advantages que vient de
nous accorder la France en admet
tant 1'6quivalence des titres de l'un
.


I I




dWun Compte

A de Banque


.9



0


fA IL VZOROS at tin&15
L pendance, ind quo o'
9~v1lleg et lee naticm, ariral.
vent pas d'un seut coup A o omoii
d i~veloppnent. La richesas u 'agzi1*
quo otement dana le d~but, maol 1'b p r
do chaque dolar coatriuer &4'acitUe v.
11 Dy Adeshommes deovoretmrm
puddoiventleWsrxucduxt relatfalmcd'd
uil oant eu a sohadtabllr leaves m bom
olie. Nous metton Il pr Mo 4.
idataoos vote dispositio.


.V%


U'4


CuI ia jeueI.E0 falla~

C~o Id
bteosE
Kok.$T..


L Th. LAFONTANT


ernitd d'HaIti ave. cux des unlvr-
*. a It atea et pour oela ii ut
' asu Pr 4 v4, e uq. irulard
totbm les rormesr r6alises On Fain-
cme It'E.aeient classiqu. trdi-
oaael, c base grBco-Ulate, rpte
rarmature principal de la culture
dnda eere. s
J ptoflte de occasion, Monsieir
le President, pour vous renourler
rIexpression de mon enter devoue-
ment.
CrestAenniser OUCHEtREgrU.


La Journee

des Meres
. .. .--,.q e e -
Comme on e sait, dimanche
prochain, 30 uinm, sera le Jour
sra MIres en Haiui.
Voici, A cette occasion, uno
Circular que M. Charge, Bou
chereao virnt d'adresser aux
fn~peclions scolaires pour leur

al.ves a solentiaer cette grande



tl h lit Jrneent qui:ient
Monsieur l'lnspccleur,
Le diinrnche 30oJuin couranl,
sra in j iur dtes meresn L'heu-
reu.se i cor, propage par nos
jonUNai.x. d adopter un jrer de
l'au 30 de our ho.orCr les meres,
a el'. pl. ,, nienl appiouvre par
eIP (; n' erielntlt qui tient a
cu'su d encourage loules gwin6
reus initiatives lendien an re-
levement moral du pruple hal.
blien.
Mon Departemenr, a cefe oc-
casion recomm:,nde qtoe jus-
qu'au 30 de ce nmoi, rts entre-
liens aur I'mrnour fi!i:,l 'inl lieu
dens nos ecoles. Lrs dirt'c'eurs
et directriees dcsigeCroei a cet
ftet un proresseurde leureta-
blisscment.
Au course de res entretiens
le prolesseur inbislera p.rtlicu-
likiement sur le culle ia A la
mere qui doit lire l'objet de
I'amour, du respect el de la v' -
neralion desentant, lesquelsne
souraient devenir des cifoyens
el des m6res de famille irrepro-
chabtes s'ils n'ont dd de hobs
entrants.
Vous exhorterez en outre Jes
616ves A assister aux c6rrmo
nies religieuses du dimanche
30jih A /'intention speciale de
leurs lmres.
Je ne doure pas qu'ils ne se
rendent en grind nombre A ces
eAreinoniesenhomminge de p014
A celle qui leur a donned le jour.'
Recevez, Monsieur I Inspec-
teur, I'assurance de ma pailaire
consideration.
(S) CHARLES BOUCHEREAU.


LA

Saint- Pierre

Comme nous 1'avons dejA an-
noncee, la t6le de St-Pierre sera
ctlebr6e, dimanche, A P.tion-
Ville, avec le plus grand 6clat
et Ia plmb haute solennite.
Le Pdre Huck, le devoue Cu-
r6 do Is parolsse, met tout en
uv~ n ao .que la fete rev6te un
cachet par iculier.
ApriJa grand'maesse qui sera
c6lebrAe A8 heurm di matin, if
y aura rande- tte sur la Place,
de I'glme, tlombola, kermesse,
at comptoirs teas par des
dames et demoiselles. Pendant
l'apre6smidi, on aura encore
l'occasion d'avoir lei plus agr-
ables et le plus charmants di-
vertiusement~
Saint-Pierre aura done une'
belk laeoare, dimanche, A P& -
1ttom.-tl lt" .
la nrle de Ville-&BLear r
D Wrands travaux d'amlio-
raunti t d4 rileotiom 'ezIxu-
tent actueHtment sur Ia rotate
de Ville-Bonheur en provision
tie bla rowo. fte de- Notre-
Dame do Moiat-Crmel. Aussi,
18 juillet prochain, jour de
t 'e 4ahaions at Sultonpbiles
po irodi se rend're Viii
ooaeur avec la pius giandi


A vendre
SUne LopritHl, lonad el bA
ties ~stirant 22 plods de
agcade or 150 de profondeur
;e i zotoa. zI Grand
ebeoa Fort-a.u-Pruce-Leo-
Nue.

M AUliana M. AUGUSTE
637 RM Ron


oawlile.- Ho-pps it d e IPechar e pour
%utomobil. -
*o ml leo pnu et -bmbt ~ a ortusat


S Lea mel leurs poeus et hambres A air poor touted auto
StN camions*.
Halle Gardiner
No 1538, Grand'Rue.- Port-u-Prince, Haiti.


.9. ^


Pour avoir











L usage rdeglier de Ia Vn-
siahing 'rtram Exe:ento 'oii-
servern votre teint ainssi doix
et aulsi sntind que cclui d'un
bebO Nous le g-rantissons.

L'ixelen lo
Vanishing Cream
Est une ciCme sans grpisse
qe Iba penau" ahorbe. Elle
n urrit In ICcan cit empche
qu'elle se Iac, se ride, se des-
sOche,ou ne devienne ruguen-
se. El v conserve la pea i en
Iparft;ilt sant6.
Pro rnex-vous aujourd'hui
ui )ol d'Ex(I tento Vanishing
Craenn;eu vcntc chez tous les
drog;iistes, ou directecent de
nuls sosi g:Irantie, come
vous le pr1e ctz.
Ecrivez-nous pour avoir nn
6chantillon gratuit el on livrc
de conseils pour la Ic'au!c.
EXEI.ENT MDI-IRINE
() i +t'"\ \ Y
ATI, NTA ;. ,\i ;l( s' A.
Age:' s i ,(1m ; tO LU.s
Sy-.


Certificat
Mr E. N. BRai, v
Port au-Pnute
Cher Monsieur,
Dans 'intierO de l'ulianil6
snuflrunle je nm troupe dans
l'obligalion de vous dire Ie
rhwiltat merveill ux qui a sui-
vi li'isgc du Baiume Indien
qirej'ma achte ( hez ous l'au-
Ire jour.
Jc sonfirais d'une sv\'re
att ique de g"ripe. A la pre-
mi6re applicaioui du Batime
j'ai e0t soilag6 La mioiti( du
pot snffit pour une g(irison
corplOie
Voul,,oivez donrrz la plus
large publicit'd cc cce tiicat
si vous jtig'z ql'il app, ntera
la bonne notuvelle a ceux qi
soft ent.
( -gne) R6 lelin Dorleans
JU Tt,.
En vcn'e dans oncee les
Phar ma sc el chez i'Ag nt
k N BAILEY
1313 Giantd Hue
Por Ii-a u-Prince.


Assuitz-vous conlrie accich n
As Ia Genieral .Accidelv ,ilt, &
Life Assurative Corporalion La-
mined ).- Vvv ,F. [kaniangliam,
Ag(tntG nrOal poyru Haiti.


~,


Ir I rr mt 3189 I I r


DA" Z(I%


I 'C)X rlit)its

TAN( OS
01 1H. RVS





+ w- vots est oflecte
,mri S DINkquc'


No ,\ wis 1: \I jI l t i momeau

De nou cux it i ti q '1 is ton s lo s tle C ours.

4.1-11 (Au~iliole I

Succursalde (ILo (i&-a! d :


-- '- & .e


NOUVEAUXX 1


\I T'S
A j


NG(LAIS


D)tiilol


/1o l 1929.


FABRICATION NOCV1-l.L Plroil tiWdces i ulddges sp*-
cialeinent pou, I s ipays i ha dls!
Sa structure est s ,Ii jf,. ( on t S011lesse el lr ie les plus man-
vaises routes.
: lSTANCE)..O IU E
NNS RI VAL.

Le DUNLOIP ANLAIs I a hil scys proves dans Ic inonde
eutier.
Tout le inoule sit (pit c Ie cil 1curt'rlucu est Ic Dunlop-
Tous lS auluon[w ', w r c ,jotissciit c le r~clament come
le I'anioit c It Piole t 'ilo Ic Iel(ngcr.
Ils voyagenI t ots (1k.itil i -I c p s,t c sais atictif ennui.
Its vientI ent Il arrivc], uo Iill lis.
Eu stock



It est intcreis 'i Int Idc icir) piiie :ei agable surprise est
r~ser6e i toutachctcur.


1=


(CORNSTARCH )

ou la CREME de MAIS


MAIZEAA esl I'alimienl par excellence.
Maizena est. en effel, plus digeslible que n'imoorte quel
autre pioduil a llie t I I a uizena est la nour-
rilure ideale pour I,alimenlation des
bebes ciitunie.ccnsl el des person-
ti's r estonic delical,
Voulez.vous de honnes recelles rulinaires, demandez-nous, car
nous sommes en possession d'un liuret de surprise I


ILcmandez-nous


el nous vous rendrons compete des multiples em*
plois auxquels on peut affected


MAI


"! -.


Z NA


r


1
ii
i.
e
.r

g













r



i

-


k


MAIZENA se vend dans routes les bon-


e r LAI nes -piceries dans toute la R6publique.

-0 L.I P, L. PREETZMANN-AGGERHOLM & Co
Me dniATIQOUla e. O *
v ot IqlAsman.t0a n & "st Rue du Quai.
=,E ~mm -- -- .


\


--s


I I II


Juin 1929


.-rote


Punatrope s-RadiolasReO-rds

'1


I


La Incillvill (I Hkil -


I:


c .- ,,,,.. v 4 .. ~ .. *


~Yl~i ~: :Row,* do 1Rttm




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs