Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04204
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 6/24/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04204

Full Text



CSment Ma lore


136s, RUE AMEOItJN ,1
TELEPHONE N*o2


Qvele que soil I] ailbode que
load d Op tf., m OR I vraId iivee mIE:
reav woi wePa p a le conduitIde
loi tgo eorce sur la rltEoa PI 0-
908a, H si, Surobi nonn10 021 'a-Oi
peoplele Suctimcul -u401 'rtiate
Plabau Mende use itcmt s qui soil
ak a e"us de IWi.


i


26 PORT-AU.PRINC(HAITI) LUNDI 24 JUIN 1929
I " PoR'r-Au-pRtNcE (HAITI) LUDI24 JUIN
Y. -


lol
do

tws
A.esj
9I4tuat

in,





Oroire
A de

rout da"

dsMa --mac
runien Au







Jes



N'Q
0


Lc
M




devan~ no




ne
que
-et

W oiino


"Imn nil
lion





psais et II
dod
eint




I' rw


antelt esit4iobe6e pre qua sur ce point I'cuvre
e, de plus en plus e ntreprendre est encore ru-
les lats Unis du dimentaire dans beaucoup
_ rTAle utr4 s t&side ct himisph-eo ? -
trleuies des autres E quelques-uns d'cntre cux
Co tnent sous les en sont encore, sous leur for-
lesd p divers, de me apparente de civilizationn
at aotres, et bus ng derne, i on etat de fa'it ort
les plus multiples. 6loignd de ce qui constitute
pays en cause s'in- I'essenliel des d6mocraties. II
Iun tel otat de cho- laudra done que dans c e s
qui eat enjou nest psys, d'abord soit cr66e la
S (c "lr SiUV cdnscient' d'41tective de la
ent par des orga- nation.
idique s A I'6tade Cette premiere aeuvre ache-
Base des ind6pen- v6e, I'alliance des nations or:
aBace/s. Quo pent- ganis~e* sera la second. Cho-
wiI sortir de telles se indispensable. Car si puis"
? sante qu'elle arrive A se cons-
r serait grande de itilmr, janaais aucune nation
vaines et coodam- de l'Aimrique quelle que soil
meurer dans le do. Il'tendue de son territoire or
&atsC ~tion, des ses ress ,urces malrielles, ue
miqi t.' Elles se- pourra scule fair respecter
taveoir des r6alites ses droils menac6s par r6nor-
lorsqqe les nation c me Dnition que constituent les
iqu $'in t',( r6alise Elats-Unis du Nod. Cette d6-
ins indispensable: lense di souverainet6s ne.
it6rieure des cito- p :urra done utilement se ten-
if international ter quc par une coalition de
Ssnd es deux nations robustes.
rtalis6es, Ainsi s'edifierait cetie force
SconsIi- matf;irielle dunt il 6tait ques-
i e pour-I ion plus haut,surgiede droils
fe d'unc sacs, dea causes justes, et
capable un jour d'opposer
preciser ces nne barritre solid aux em-
on .l oppose le pi6tements menac.nts.
nations A la force De ces considerations r6-
e, on emploie uae sultent ine consltattion som-
nule, certes, la s bre et 'in espoir. Une consta-
Sunie formule. II a nation sombre c'est que 6vi-
nit aos savoi.s que demmeut, tant que chaque
Spare du droit ca- pays du continent s'en tiendra
jour, de's'imposera aux forms desuetes d'autre-
:ela s'entend de la fois ou ne sera pas decid6 a
use C.s, g6n6er- adopter resolument, et en v6-
S'd rces matl- ritt A appTIqrer en toutWstow
lI M b0d les et 6pa.- c6rit, les principles des collec-
itMolides' et unies, tivitls modcrues; tant que
I' pser d la force ces priincpes alpliqueset la
plis'ls.a doiner. 1tiiic: iion Ic ,ilisi &ece une
n It problle',e ,tosse a ;laltte tc qutlq: e nom
C c nlSCt-lI t'1b, 'olil- qti Uo; I ppi It. 1i *i1 p a s
ii I cocielue te dtdesue ci un faisceau solid
liltes du contlinet, les collerliviesisol e-,la force
nai6rielles pouvanl adversaire demeun era mai-
pauler le dro.it me- t tsse de nos deNtinees natio-
nations de 'hemis- nales. Et i! est evident que
se pourront consi cette oeuvre de creation et de
pir I'union des di cohesion demandera pour se
t alliancee des peu partaire non seulement des
S( vies d'hommes, mais des g6-
des citoyens... Seule: neiations. ..'6re des pnriodes
aet de donner aqx douloureuses est done loin
s nationaux le s- d'dtre close.
6cessaires, Ce e Mais de cette reality sombre
mrplique la renonc- surgit un espoir. L'espoir que
tlW idMe, A aucnia liberation des peuples de
pn, # atcune rev ce continent est une euvre
E ~e cojsiste seu quils peuvent raiser eux-
stlituer devant ce, mtmes par leurs p r c p r e s
blames vlta u x Un moyens,par leur propre force,
ique, englobant les s'ils y mettent la vision, la
ants autoris6s des con inuite necessairesetqu'Ils
esorganismes char- n'ont pas besin de la men-
efendre. d'apr6s le dier de l'adversaire.
rme, les intdrdts du Formons le souhajt qu'il ne
i q nismes soit pic at.Mdu pour sat-
mevents sou- teler au lab Miberaieur. Et
s clntrowrse, que pu.seU t Ae soutenu&e
'ie deuse d8~e v illanle, les
ex~rieur, do due v 11n .
X pt~ire, ilva 6 p r e u v e s cells, puisque
rIlifots e- chaque jour lera davantage
uisA hec sinon a bralitr 16toile du Salut loin-


-b d~baclo. Est1 i permis de Itain.


^ Z OUL UT AINTICL PREMUM
**@OJ13'1 33 LOI Utie 26 du Code Rural set Io-
difl6 comma suit:

fludCode Rural 11 s ii par ar
SW tslic du Prsidnrt d'HaI des rigle-

Pr"isixddati w. g Is t lourqua-
4t.56 do a Constitution; comAtItiowdember-
uArt. 2k S6 et 16fl Co qmW s
In ArtM 1et Bu tion.
,.atTou contavention A Ma wrtI
atr r e, TE4 9 t du
b c, *~b do~
'Anz5 1 (r~6 'Qquinze
T A d u
A'Etat ues (d.1 0) ud'un em.
4 Vt .ieb~& 0-n2 jours qua-
o dede peines
I, r-~: pU .ro6 Is ki f~-ois on dor rkidiv r6_1


I'Etat de la moiti6 des denr6es miss
en vente, vendues ou achet6es con-
trairement aux dispositions de l'Ar.
rMt6. L'autre moiti devant etre re-
mise au contrevenant, a charge par
lui de se conformer aux prescriptions
de I'Arrate.
ART. 2
To ut sp6culateur en denr6es devra
obtenir du Bureau des Contributions
de la Commune oil il desire laire des
affaires une licence i cet eflet.
Cetlte licence devra Wtre demanded
et 6mise our chque ame fisale,
noyennant paiement prealable d'une
taxes de cinquante gourdes (Gds 50.(K0)
au profit du Trksor Public.
ART. 3
Le sp6culateur en denr6cs ser:a,
pour toute contravention A la prC-
sente loi et aux arr6tes 6mis en ver-
tu de l'article 26 du code rural, pas-
sible en Justice dePaix d'uneamende
de cinquante gourdes (Gdes 50.00) A
cent gourdes (Gdes 100.00) ou d'un
emprisonnement d'un mois a trois
mois, et en cas de recidive, des deux
peines A la fois, ainsi que d'une sus-
pension temporaire de licence par
le Directeur Gtntral des Contribu-
tions, s'il y a lieu, pour une durbe
d'un mois a un an.
ART. 4
La pr6sente loi abroge toutes lois
ou dispositions de lois qui lui somn
contrafres, sera publite et ex~cut6e
a la diligence des Secretaires d'Etat
du Commerce et de I'Agriculture,
chacon en en qui le conocrne.
Doannau Palais National, A Port-
au-Prince,le juin 1929, an 126e de
l'Independance.
PROJECT DE LOI
BORN
President de la R6publique
Vu Particle 55 de la Constitution ;
Vu ls dispositions des lois des 12
juin 1903, 29 f6vqfir 1tet 5 juillet
1907 relativement I'expration des
brisures, rtsidue de eac et ccafe-
triage :
Consid6rant que la difference des
droits d'exportation don't ben6ficient
lecaf6-triage, les brisures et r6sidus
de cabet yorlse ces products infe-
teurs iu.6triaent du cafn prepare
col~e*alSlnemt.
Sur le rapport du Secr6taire d'Btat
des Finances et-du Commerce;.
Et de Mavis du Consil des Secr6-

A PROPOSE
t EtleCoRll d'Emta votI la 1oi

A artir du ler octobre 1929, 1e
caf-tpet les brisures et risi4us
de cafr pairont le m6me droit d' -
pertation que clui prevu pour. -l
cafr n general au tarif en viguour
des dmroi d'exportation.
ART. 2
La prCent loi sero publiee et
excntee la diligence du Secrtaire
d'Etat des Finances etdu Coinmer$e.
Donn# au Palats National, A P t-
au-Prince, le an 15e
4, lIaM~denee


le
' j


9Pb!mMes d'aujourd'hui

--et.. de domain


Ilarbaneonvl


LE NOM SEUL SUFFI'7

Le Rhum Barbancourt,


consacre


par plus de 50


annDes de suprenatie, lna

pas de rival.

~~~ ~ ---p

LA BIERE (Nationale


de la Brasserie Nationale


Se


vend partoul Or 0,10


le verre malgre

superieure


sa


quality


Protegez uolre poche et

vore sante en la buvani

touiours.



Clinique et Laboratoire

Rayons X
498, Rue du Dr. Audain- T616pbono.3t4 2
Nouveau Laboraltire offre ses service *radiographiques
aux h6pitaux, cliniquex, tr6decins. chirurgien et dent stes.
Directeur: Fr K M. B. SIMON M. D. (Torento).
L. M. C. ( Canada) D. P. H. ( Loonon).


loire t li


H6tel Commercial
8"w, Ru P6rou
ha~rie Ieal de 'Iltel dL'AIENRlI
T61lphone: 2097.


... a revu les Don Juan, chia
que soir et chaque midi ilela
semaine, toujours au mim :oin
de I'avenue de 'Turgeau, :.ten-
dant que des allouettes toil s
r6ties Icur lombent du cieldan.
le bee, Quelle patiencel,


I -r - I r


Sitle au centre des &flaires, se recommanle par un ser-
vice irr6prochable, des chambres contortables et bien aerhea
une cisine de premier ordre et des consommations de choix.
I es conditions soot excellentes et les clients Irouveut toute
satififaclion.
J. C. DORISMOND, propridlaire.

-I
Cf quii a's jamais t t6 fil
Ce qi mc pent tnre d passO.

Kola Champagne

F. SIJOURNE


ha Z


Prkpbr( dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
PrIparation et Ventec
PHARMACIES F. SEJOURNE
Angle des Rues Roux et du Centre.


L. Th. LAFONTANT'
Accessoires pour automobiles
Gasoline, Huile, Accessoires et Pieces de Rechange pour
automobiles.
Les meilleurs pneus et Chambres d air pour loute aulo
ou camions.
Halle Gardiner
No 1538, Grand'Rne.- Port-au-Prince, Haiti.


j


-----
II~


ww-


*I


1 1


i


I i COUIS510. COMI\UXILE
de Port-au-Prinee
ARRMT1
Vu l'aticle 50, 186me alin6s.
de la Loi du6 octobre 1881,sur
les Conseils Communaux;
Considerant (qu'il est 3usle
d'honorer et de perpitner la
m6moire d'Alexandre Pltion,
I'un des h6rns de notre Inde-
pendance et le Fondatemir dio I
11publique;
AlIlKTE:
Art. ler.- La portion dec la
Place dite de In Cathlldrale ,
non dhsaflect',e par la Loi du
29 mai dernier, et comprise en-
SIre le rues Houx, au Sud;du
I)r Aubry, A I'Elst; du Peuple, A
I'Ouest; et la portion transl'r6e
au )omaine priv de Ide l'l, an
Nord, est ddnomniec P 1 a fce
.\ a n re t io n.
A.it. 2.- Le present Arr~tc,
upri's avoir ct6 a6pprouv( par ;la
Secretairerie d'ltat de I'lnte-
rieur, sera public et execut6 a
la diligence de la Commission
Communale.
Fait A l'H6tel Communal, A
Port-au-Prince. ce 12 juinl1929.
Le President dc la Cominission,
Clis. de DELV.\.
Les lMcmbres,
David BORGIES,
Ed. BALSSAN.
Vu clapp rouvt :
Le Secretaire d'Etat dle lhitf-
rieur, I.Lonce IBORON.
Pour copies certili4e conformni
Ie Secretaire du Con seil Coim-
munal, F. CL VILLY.
S ---i- ---
SDr Hector Ambrolse
DENIISTE
Se tient d la disposition dtl
public pour toutes sorts lId
travaux dentaires.
Gbhrurgie Proth6se.
Rue des Miracles 723.


S... a admir6 la tete d'un r6dac-
Steur du MATIN A qui un abonn6
;intelligent et qui avail fait un
pari avec sa ousine demandait
uu irenseign3mentii technique. I.e
lecteur a dd voir qu'une erreur
s'est gliss6e dans 1'entrellet re-
latif au marriage du Prince de
Galles. En effet, une parties de
Information a Wte portee, par
le Iait d'une erreur de pagina-
lion, dans une autre informs.
lion relative ani\ imanifestations
anti-s0mitiques cn Pologne. Le
correspondent voulait savoir
comment cette erreur s'appelait
en typo0:'!hi,'. Sa cousin di-
sNil t quecL. s appelle une trans-
poosiltion de colonnI's.
1'h hiNn dinil il ;u Ilepi hone
au rIt tilentr 1; irtlgez-nous
et dilte niou's c oliinlent cela se
nomine en typographie.
L.e directeur qui tail A sn ta-
b,1 itiirmura A son redacteur
(qui e ',st tin mastic.
C'(l (in r nisliII rtpe Ita t ilA
1hminuc dei l';ati'ri hlout du fll.
11 l1 lui. r l' l
(C'est do(li, t i n II ti(luauge.
Nol,. rt'p'?, l., rt'- cle'ur qui
.!%:it rtprin ',- l forces, Co'st un
Iaslic, sans (cage.
El sur cc mnt qui tail spiri-
tucl, on :i ,ptu pris, il raccro
clia sans savoir a qui ii avail
parle.
*
.. a veci ulle s~.n 'eassez tor-
dante qui n failli mettre aux
prises on des membres d'un de
notre elt e nvec un cominis de
recouvremcnt. Ie 'omninis Olait
veniu en lne sernaine plus de
six foi. clhe. Ini ati\ lins de tou-
clher uni petit hordcreau. Mais
C'hlqtIc lois In hoiie a\'ait dit
qe o Mo,:i.nu, n't' niit Ias 16.
I'.nervieent du p:liuvre home.
n:ifinu ii vint Iuie ititlle rois, ju-
rI int (lilt ,( :.cri'.i t l, ( ,I'iiie r .
Fl:1 veite iilattendiut, il surprit
I'lroniio 'iii on lIlcou. M\ais d&s
qun'il e viil vrnit I'honlmese
li Is. diius s'.o ich1imhbr elt nla
limite, tlom ci :1W .11INt'"; toi:,.
vini dii, :ue l'i initii n'tail
p:ts, l 11ijur.',; dl co)linti s, cris.
*! ixtul- clf ('1neo),4 Ull 1)11. I'onll
en viendr;il iux main,. Mais
le con('011is reprit vilee ses cns t
s't'n llali a uiit, 4ti'il ri'cfrcriail
peril ie sa I l;ic l (|IIOe IV reltili-
ner tlez cce homninme qui mr*me
Iorslln il cst IA, tie I'est p[i.
a v
... a v'u l'elf6gatce ivt'c iqilel.
le nu de nos genitlslimmu's re -
miit iel Ipetite boit e I cho n-
lal qu'il aivail c(lise A t oi 't h i
I'intention de I'un de, scs f,.'. II
voul \ il, 'i caluise de sia sittnat on,
dolln'r ferv-iple el se 'rowlV ilt
en conlraventioI ;ive,' Is rt -
glemiints de In dance. il nei r:
ginb I pas. lin haoile Iiil prise
I)t' Ina dounne done Ncus o lutres.
latins. Ilnol ne c(imprc leriolis
toult Ihi beaunll de cet example
que si ia Ibo!e itailt re)lurin'e
ao gentiho'mmnc qui n'ourait
qu' la classes pour contour-
ner les. rglements. La douane a
un petit geste A faire... qu'elle
Ic fasse et NoTRE (EIL qu sou-
rit agr6ablement d'un tas de pe-
tites choses, sourira aussi de
celle-la.
*
... voit, depuis deux ou trois
jours, circular, de main en main,
une carte de notre ami Del-
beau, auteur, dil la carte, d'ou-
vrages remarquables sur Haiti.
Comme quelqu' un sinquittait
de ces ouvrages qu'il n'avait pas
encore Inus, un camarade lui dit
.u'ils etaient en portefeuille.
Sils v restaient ce serait pour le
plus gran'l desappointement du
plus grand nombre... A quand
onc la publication, 6 Petion,
5 Delbean,..
'* "


I




r~u~rrr- r-*U .IML~I~~IW4


NOUVELLES DE L'ET
-- .. . ....


Le Tourisme
au Canada
OTTAWA- D'apres une eva-
nuation publiee par le bureau
des statistiques du Dominion,
le movement touristique a rap
porlt nu Canada en 1928 Or
(eite augmentation de pis
de 35 millions sur 'annee pre-
c0dente est attribuee au nom-
bre croissant d'automobilistes
des Etats-lnis.
Ceux-ci, dit le rapport, out
depensA au Canada en 1928
167.381.000 et seulemant 131.
420.000 en 1927.
Repriseatalioms saprOs
da GouveremPent hengrois
BELGRADE-Contormement
A un accord conclu entire tous
lea membres de la Petite Enten-
te, M. Lakovitch, ministry de
Yougoslavie A Budapest, a fait
des representations aupres du
gouvernement bongrois en de-
clarant que la situation cr6ek
par la propaganda irredentiste
en flonrie etait insupportable.
Le minisire de Yougoilavie i
Bu pest a reu l'ordre de ne
pas assister aux ceremonies otfl
celles hongroises qui seraient
vraisemblablement Ioccasion de
declarations irredentistes de la
part des orateurs.
CAgrloulture dane
I'Afhrlue du Bud
ROME-L'Institutinternatio-
nal d'agriculture signal des
perspectives de recolte tavo-a-
ble dana l'Arique du nord
En Algerie on prevoit 865.000


Les Livres


FAcisL~s Ai VII. par Mauri-
ce Bedel. N. R. F.9 Frs.
SoY ce titre, la Nouvelle Re-
vue Francaiae, recueille en un
coquet petit volume, les articles
que. Maurice Bedel, auteur
henreux de Molinoff, Indre et
Loire, donnait, ily aquelques
jours, au Journal. C'est d'un ceil
ouriant et spiritual que M. Mau-
rice Bedel envisage [a question
du Pascisme,sa discipline inflexi
ble,ses progrs rapids et cons-
tants, et surtout L'education spar-
tiate qu'elle imprime A presque
toote la jeunesse italienne. Cela
e I'empeche pas cependant de
voiMtde souvelt tr6s clair et de
fixer de taCon deflnitivesemble-
t-il, le secret de I'intluence de
Mussolini sur sa milice, taut
militaire que civil.
D'abord, il ne s'entoure que
de jeunes hommes.Psycholonae
et pktrisseur Ames, il sail bien
que seule la jeunesse est capa-
ble d'enthousiasme et d'elan. Et
puis, le plus beau de ses dis-
cours, la plus 'elle de ses ha-
rangues, la plus vraie, est enco-
re sa vie qui esa4gne cristallisu-
tion eblouissautegdes iddes qu'il
preconise, disa~taine,et imoose.
11 gouverne sopnparti, et l'Italie,
moins par des; propose que par
des actes. Etl des actes qui se
haussent, preq ue toujours, A la
dignity# de 1exipiple.
.fai eu le Ifse honheur de
voir cet homvaialt de I'entendre
haranguer uiueqoule de plus de
13.000 personally 6tait simple-
ment, et pourtaOt majestueuse-
ment, appuy A .rette gigantes-
que statue e-h.lu~re qui domine
Genes, la FPzza di Ferrari.
L'emprise q4ageso regards et la
parole de ce ctoont sur la fou-
le italienne, litelie se me e io-
timemnent A i ~-asse, est incom-
mensurable. :CQst plus que de
I'enthoirosiasqs'e. u'lis inspirent.
C'est de la f' tanese. C'est du di-
lire. .
[jor.Iqu'on ~tsl sserendrecomp-
te de co qu .r si peu de temps
cst devenu fc grand pays qu'il
dirige coming i conduit cette
jamsuse auto od il s'enivre dan-
-smease metl de vitesse sur des
routes aussi lissesqu'un parquet
partaitement cire et qui ont etA
refailt s sous son administration
on se deminnde s'il existed on
rlie qui ne consen irait come
le tont presljue tous les italiens,
au sacrifice de qnclques petites
libtrles,, pour le plus graud bion
at la' plus grande prosperiisdd
sa 'atrne.
Lceuvre de Mussolini st
~tensque. Lil est unique. Let
aomme a dona6 A I talien la
G4r 6 detre Italien. II a plante
nu < cur de chacao de ceux qui
cons Itue son people le senti.
ment quoe Rome est la plus belle
capitale de I'Univers, et qu'il
tanu qu'oele en soil la plus police
et la plus mo-l,afl" qu*,coo-.


tonnes metriques de hbl centre
25.000 en 1928.
An Maroc on compete snr 780.
000 tonnes de ble centre 675.040)
en 1928.
En Tunisie la recolte promet
d'Etre meilleure que la moyen-
ne.
L'accidenal d'srlatiai
de Santiago de Cuba
SANTIAGO DE CUBA Les
autorites municipales de San-
tiago de Cuba vieanent d'ouvrir
une enqu te sur I'accident sur-
venu dernierement A l'avion
Ford trimoteur appartenant A
la *Pan-American Airways,Inc.o
au course duquel M.A.E. G itfllh,
radiotelegraphiste americain, a
ete carbonise.
Le p'lote et le mecanicien ont
t1 gridvement blesses, et les 5
assagers on' 6t plus ou moins
r 4l s et contusionnes; I'un
d'eux est dans un 6tat extreme-
ment serieux.
Les autorit6s attribueraient
cet accident A I'insuffisance de
lacilite du champ d'aviation qui,
d'apr s ce qu'on laisse entenire
aurait 61t declare, il y a plu-'
sieurs mois A petit et dangerous
- particulierement pendant la
season des pluses s.
Les marks de Belgique
Les aEgorialions avec les tllemIads
seoi comlaneaees
BRUXELLES On observe
une grande discretion dans les
milieus belies et allemands au
sujet des negotiations relatives


me par le p3wa, elle impose sa
loi au monde.
Le Dace n'a pas seulernent
sauve son pays de I'abrne.ll est
en train de le condutre au pit,
cle.
NM. Maurice Bedel a Iair dr ie
as prendre ton' cela au srieui
Ia tort. II a tort aussi lorsqu'ii
croit que la mesentente cordiale
qui existed centre la Frace et I'l-
talie vient de ce que I'une est
envi6e parl'autre. Non, 'ltalie
n'envie pas la France. Comment
'ltalie envierait-elle une Nation,
lorsqu'elle se croit la premiere
Nation du monde.
C'est un autre sentiment qui
interdit A ces deux grades
Puissances de l'Europe de s'e-
treindre affectueusement a u x
trontieres, au lieu de s'y livrer
A de petits faits qui ne font que
les enerver inutilement.
Un Italien m'a dit, un jour :
C'est bien fini. Nous ne voulons
plus que la France continue A
voir en I'ltalie, sa sueur cadette.
Nous acceptons de tout caur
que 'ltalie et la France soient
soeurs. Mais seurs jumelles.
Et il ajouta, tout bas, come
ils foot, lorsqu'ils veulent appu-
yer votre attention sur quelque
chose de tres important:
L'ltilie snear jumelle de Is
France, au Inoins...
Je voudrais que I'on sentlt
come ie I'ai senti, moi, tout le
sens de cel au moins.
Quelle que soil la m6thode
que I'on adopted, on est grand
si, en gouvernant son Pays, on
le coandt de gr6 ou de orce
sur a route du Proge el si,
surtont, on donne A son people
le sentiment u'il n'existe pas
au monde une fertC qui soit au-
dessus de lui. Qu'importe qua
cela soit paye de quelques vies,
et que, de temps en temps, la
Liberty ait i en souflrir. Notre
grand Solon Menos qui eat ai-
m6 Mussolini n'a-t-il pas dit
Je pretere l'ordre a is Libert6
Peu important ce que 1,on
Blum appelle des V'acances de
leIaliie, et encore moans, les
soubresauts de l'opinion publi-
que, cette masse ignare qui se
heurte aux questions essentiel-
les avec l'aveuglement d'un tau-
ve apprivoise, aux barreaux de
sa cage, et qui danse, cuisses
tremblantes, regards extasies,
avec des hurlements stupides,
devant le stick inollensit de ces
barnums que solt les politicians
qu'elle finira b-en par dechi-
queter un jou-, quand elle aura
pris conscience d'elle-mme
qu'aura cesse de le bercer le
grondement de tambour des
mots sonores et creux, et qu'elle
aura enfin compris qu'elle n'a
lawais esquiss6 sa pas de dau-
so qj*. pour permeine au domp
tsar de tronver I 'sge it suffl-
sant A payer PhypothAque pri-
se u. Ite Pouvoair.
Ce mot de Urieu la Rochelle,
cite par Pierre Dominique, dans
ce livre courageux et substan-
tiel : Lu Revolution Creatrice :
a 11 y a une poignee d'hommes
A qui income le saint de P'ee-


'RANGER


au reglement do mark allemand
qui ont commence le 13 juin et
qui ont t61 precedees par un
change de vues diplomatiques.
Les Beiges ont demanded 37
annuity de25 millions de marks
en paiement des marks alle-
mands laissas en Belgique apres
la guerre et qui, par consequent
perdirent toute valeur. En ac-
ceptant de signer le recent ac-
cord des reparations, les Bei-
ges avaient stipule que ce re-
glement n'entrerait en vigueur
que lorsque le problem des
marks serait r gle.
Les Belges out declare qu'ils
n'admettraient aurune autre re-
duction de leurs revendications
et par consequent on pense que
le Dr Riter tAchera d'oblenir
des concessions economiques.
La proposition du comile des
experts sugg6rait Bruxelles corn
me si6ge de la B nque Interna-
tionale des paiements en voie
de creation a etW fevorahlement
accuedile par le gouvernoment
beige qui s'y prepare eventuelle
Ine nt.
M, Delacroix, ministre d'E'at
a trustee a des obligations alle-
mandes des reparations et pr6-
ba lent de la delegation beige a
la commission des reparations.
a eu un long entretien avec le
baron Maurice Ilourtart relatit
a la banque propose pour les
pavements internationaux. Oai
aurait 'intention d'installer cet-
te banque au palais d'Egmont
ou bien au palais des acade-
mies.


p6ce v. Dominique les appelle,
ces homes, les Hommes re-
presentatils. Mussolini est en
tdte de cette po'gane qui n'e.f
>as torm6e de plus de djuz.
la nmes iar si~cle.comnl! Vl ,is
*,ph KK nal en rurqaiwl, V,:,
zetos en (ti ee, J'AlituliiZio, ili
tdLre a Fltine, Sea-Yit-ssla e..
Chin ,Z ighaoul-Pacha en Egyp-
t -, I1menceau, Caillaus et Poini
care, en France, A des 6poques
diflerentee.
Le lascismne nest pas une con-
delta, come I' crt I'auteur du
Fils de la Louue. Ni lussolina,
un chet de bande. Le Duce:
Exactement la faille d'an dic
laleur et les lignes d'an Chel.Pe-
trisseur de pAte populaire, con-
ducteur d mnasse, louettetur d(e.
nergie, moteur et e in im i'e
temps conducteur de la minch,-
ne gouvernementale,cet home
est ve rtablement un animaleur,
et, les chemises noires, un part
terriblement organism. Mieux, et
plus vrai : le tascismle est une
religion.L lalie en est la deesse.
Benito i.ussolina le Grand Pr-.
tre. Et qu on n'aie pas la naivete
de croire que le Grand Pret.e
qui ne vit, on dira't, que pour
risquer sa vie, A toutes les heu-
res du jour, n'a pas, autour de
lui, dans son Directoire, ceux
qui, A un moment donna, pren
drunt de ses mains i'usiensolr,
continueront, perpetueront son
ceuvre.
Je n'ai plus que le eemps et la
place de dire que le livre de
Maurice Bedel est, sons sa for-
me souriante, un hvre de pro-
foade observation. Et, en outre.
d'une psychologie tr.s avisee.Ei
on le lit d'une traite,- et eu
s'instruisant,- sans que va.iille,
uoeseconde, I'attentiou, coin u.
on a lu Molino//. par exemple,t.
come, certainement, on iira
Eloi.

PSSE.R CAIEMENT P S LONC SO IRAES
wo"ETREtPATAiT.,

.05, FAtS. STArDs, PAM (oI)
cfnvot" "fr. OUVIrL ALIU'
poa p tes ave rre rtsm coaJques
D. E QUOI MIMI DFSN M01
Iarce. Phv que. Aruse.mntsdet (* 18 sorlfs.
L HrioL .it (a,. portedetou.P&rpos si$.Ariderk(arn
Als~n jSenetccgrflh.ueleelosvedemra.ddetousn*ieter,
C UiR APPkll,.ND.l Sb V. TOt"ri, LE DAINII
(Wtfld.seintNrt, p' I| hI *.rftuir unol n o i.trellor
or o St Uoems..6. PFe 4TWU.
Ice orqnIM.Hrmon,cen.ft. IthI S Ae1,lpwr1re=el
nIK u1t)l.|,t'oT)lI .%lb,P.l~lRat E l K ISIIt, ( u kl 4S,

LA

Saint- Pierre
Come nous I'avons dit, la
fete de St. Pierre sera c616br6e,
cette anmee. P6tion-Ville avec
u i 6clat particulier.
A rfiau de la grond'messe
qui aura liem A 7 heures 1/2 du
martin, ii y aura sur Ia Place do
I'glise, tombola et kermen.e
Dans 'apr6s-midi, I'ooe des
vepres sera celeur4 A 4 heoure
A 'Arcahaie et A Ganthier, la
Saint-Pierre sera conm6moreo
le samedi 29 juin, jour dela
fete du saint tandis qu'A Petion-
Ville, c'est le dimanche 30 juin
qu'aura lieu la solennisation de
la fete.


Toutes les Polices


DELA









comprennent la Protection centre la


Foudre sans augmentation de tan



Eug.LeBosse4YCo
Sg o*. ,


Agents G6neraux

w6am1u-Win


UNE


Nouvelle loi

d'Instruction

Publique

M. Charles Bouchereau Secrdo
taire d'Etat de I Instruction Pu-
blique, de I'Agriculture et du
Travail, a deposO sur les bu-
reaux du Conseil d Elat, un pro-
let de loi don't nous publions
ci apr1s. I erpose des molifs, er
qui reoruanise Ie fon,' i mrne
menl du tiDep.irlement de l lns
traction Publique;
Expos6 des Motifs.
AU COAS.IL D'ETAT
Messieurs
L'experience a demoatre qu'(
est indispensable de donner une
ineilleure organasatloa au Da-
partetnent de 'lastructisn Pu-
ulque en tirant part do nou-
veau service de la Direction
(Generale de facon a assurer le
contr6le et la direction neces-
saues au developpetnent et au


parti d'une tfaon rapide par le
Chet de Division don't la mis-
sion consistera a en assurer la
r gularite et la direction. Le
service pedagogique, place sous
la direction des trois Directeurs
de I'Enseignement est aussi di-
vts6 en trois Sections.
Lts employes des trols Sec-
tions seront sous les ordres d'un
Secretaire General don't le r6le
sera celui que remplit le Chef
de Division dans le Service Ad-
ministrawit, sans tou efois avoir
la m6me importance puisqu'il
relevera A son tour des Darec-
teurs de I'Enseignement.
Qu ile sitra l'oganisation de
S. e c 1iu.. dns iarrite que
a, i. nv ag ont ?
Li preinaeie S tcuoam embras.
be,,i ton cc qua se rapport a
a'cUatiguement : application des
programmes, confection des
plans d etudes et des horaires,
preparation des instructions et
Direction :pedagogique A adres-
ser au personnel enseignant et
surveillant dans le but d'assurer
le mellleur rendement possible
ana etudes uans lea ecoles na-
tionales.
La deuxieme Section -s'occu-
pera exclusivemeuni da person-
ael enseignant et surveillant au
point de vue nomination, revo-
cation, suspension, promotion,
mise A la retraite, etc.. Elle cen-
tratasera tous les rapports du
personnel surveillaut pour les
annoter et en presenter la subs-
lance au Secretaire d'Etat avec
les avi, de ia Diecuon Gen6ra.b
s'or tous les poitas envisages par
les Inspecteurs des ecotes.
La tro.:iet e Section embras-
sera toates les questions iute-
ressant la sanction des Etudes :
choix des sujets de composi-
tion, formation des jury et des
coin ansaions d'examens, exa-
men des proces-verDaux des
examens et des dossiers des can-
didais, connection et enregas-
trement des certficats et dipl6.
mes de I'Universat6, etc.
Elle s'occupera des questions
de statistique et de 1'obigation
d 'ien`eaguement prinaire.
Eu resume, la DIrocton Ge-
nerale sera, gi Ace a cette orga-
lsuatiou, to measure dexercer


son r6le veritable d
pour le plus grpn
6tudes dans les *col.
nales.


Pour1' beai
DE L

chevelurM
-o-
I


-I
Suivez les traces de
May, actrice plelife d'
dans ( Shufllin Sam do"
bamas qni dit qu'ellea
I'Exelento la plus d6l
pommade pour le che
qu'elle ait jamais emple

L'xeLento


-- -Cr -


, -,


41 .


--~-- --- --


i












IOUVENT PLUS QUE LA VITESSE


be muwuue Studeaiger Erskine Six Club Sedan oina "mwagers.
aese eO ftbe pr'tgtos ohocs hydrauliqu3 U quipemont approp '6


Comme preuve de vitesse
et do torce, une ERSKINE
SIDAN, compl6tement equi-
.a aoowert 1000 miles on
miatutes et est devenu le
chailplon des autos de sa
clafse au point de vue du
prix.
Cerecord official de la
EAISKINE SIX prouve plus
,qtie la imple vile se. 11 prou-
ve plUt que la quality .des
dlattriaul et la'pr6cision de
la- cbnstruction qui out et6 la
caPactrliatique des products
STUDEBAKER depuis 77 ans.

STUD

ERSK


11 prove aussi les perfection.
cements qo'ont remport6 les
automobiles construites par
Studebaker daus chaque re-
cord official Americain d'en-
durance etde vitesse des au-
los de ville.
Venez aujourd'hui voir de
.vos yenx In heaute et le luxe
(ie cc:c IER.sKINE SIX CLUB
SEDAN. Avec vos propres
rmains venez avoir la preuve
de ses coutroles bydrauliques
et ses perfcclionuements de
champion.


)EBAKER'S

INE SIX


ANTON KNEER'S GARAGE
DISTRIBUTEU1R
RUE PAVI E -- IORT-AU PRINCE, (HAITI)
. *L -- --- -- --i-------- ---


IACF : DIESSALINEs
j..st chiO*-'.,ea taurant de Icr (hoiX otl lon trouve i'oole betire
A$ I1pid~licates. -- Saudwicbes sans pareils j I3re Ala Ia


le' consomrnalions
j) re sio a.


! 2 .! -


. ..-..


~I
,4 .*. I*


-- ---~now


- k6


a--I


S LEMATIN-. 24 Jui 1929


I.
A.


Les Records


-DESE WE
Ionanque dune forte
cmiution s fait souvent
seatir dep i renfance ius
qu'ala weilsm La nour
u'tr.stIemeilleur moyen
;= 6 f pa I& Natue pour
prod~ulkent&
LEInMulon Scott
A MIuile de foic de more
vivifiante eat un alie stir
tequel peuvent computer kcs
prsnries de toutN
Is. qul recherchent
lasant& Prenoz 4
I'emusion Scott.


A vendre
Uue proplielL', londs et bl h
issues meshurant 22 pieds d
facade str 150 de I rol'ont ur
situ&e a Bizoton sm le Grand
ichemin Port-ii-Puri l-cw .o-
i gA tie.
.S'adressscr ;i
M1e Athatiase m. \1 e;L SIL
537 Rue I1ou1IX




IL SUFFIT de prendre
A I'u dc von rcpzes
(tous Its drux joirS e n ) iti


147,1.uc d f gubw. i&Drns,PARIS
MAIS P ry ruw 1es vs ir'f I Jios
qul sont tout A faiC bWnches
at Sur Clact'zc .!.e qutlt.m S Its fauts
11-% g
D Eii A !JIT.i PrA4i.G
sent tr,'s V' Y ~~iiii.'gv~it-
Asso, iaiion ikslfembres
di Corpl es eiumripao
CONCOURS
Prix (I- tl0l (tour It:,
[)'ajnv'i-s (~illd,12 imi;s
1929 tdii ,c c I,(* fa tr I I'tdc Aso
Ckiitioll, LII *(I1 W V st ils-
titU6 sur Ic snjci suivalt :
atUne Ode itai concorde etiA
la paix 0.
Un prix de 400 gourdes sera
(tcert6 A Iiaotcur de I] copie
primine par (livers donaetirs.
Le p'ime prin-I era sm is en
musique.
Le frivail des concemrrents
d(lit 6irereinis, an p1 us lard,
1e31 juiltet p ochlain.
Lire daus les journaux, Ies
autres details de cc concourse
on sadresser au President de
]a Sociotd.
Le Secritaire G3n~raf,
Melix SORIAY,A vocal,

p~huml"fetsde Po itri U
Cdent devarnt
ce traitemcnt
wincttezi! ii su Ia
folrP !-riltemncnt.


Pour Tout RefroirdisLemept


P~ iI i I
sIill~ .


FRoPRAS


Vous Ust ufl'tCre


31 BRUNSWICK *
Nois vmOus in itois ;'. \eiiir nltendre vos morcesaux
fa\ oil' rl i c il ia'l Is, ts-)pajnol et Hnglais.
I)c nouvcuatx l \ jli,' c ,c il Icc t usous les dix jolrs.
SAu L(apitole
( l I.\NM )'YRlUJ,
Succui rsle M1 1'1 & L.\AI'1BIN.
S --- -. ---- -, .In . -

NOUIVEALX P.NEUS

SDUNI .()P, ANGLAIS

Dun1lop Forl 7199.


tsi.
'*'~~


ci:deement poil, Ivs plays tj.
sl sltructur~e est s ulillvS ~I )Imp ('icOell d'i
vaises routes.
BESISTANCElb
SANSRIUVAL,


b-1i1(idges sJ)4S-
les p~lls IllaU-


Le DUNLOP AN1;I \I*k as hitsoi p rels d1 'I zIC mondle
entier.
Tout le monde sri I (It ic i llIitir' lnc est It !I)tlnuP
Tous Ics autoiuomolncs sc c i I isw el t le r~ckamenl come
le Patron eL le fi-rotecictu r cw II c Io (alugel.
Ius voyagent tOLlS i( IC 10tI I~p ,l SIIS hIU(UfJ enlIUl.
Its vientitCIt d'arrivcr utul fI tr,
Eu sMock
AUTO E'QU[IPEN11LATCO MPANY
JOHN M. WVOOLLIKY, Mana~ger.
Grand'kilti.
I1 est intereisant die iiotci' cqu ne agrtdhi)e surprise est
r6serv~e A tout achetciir.M


'- nm



KAIZIUA


(CORNSTARCH)

ou la CREME de MAIS

M AIZI:.A esl I'alimenl par excellence.
1 Aaizena est, en c//el, plus dligeslible que n'imoorle quel
aulre ploiuitf l tl,, IIUtli. t lu Aui:zeia est la nour-
riture ,dr(o,': poui l,allrmethulion des
> bt Itcs. ( r u'les i t/.'s et (ts person-
n 1('s 4' estmiiie delUcat,
S l'oulez.-'ous de boricuc rncelles (ulinaires, demandez-aous, car
nous sommies ci, possession d'un livrct surprise .
Demandez-nous et nous rous ren'rons complex des multiples em.
plois aux quels on peut affected

MAIZE A


MAIZENA se vend dans toutes les bon-

nes epiceries dans toute la Rdpublique.

L. PREETZMANN-AGGERHOLM & Co

Rue du Quai.


." ... -- .- .-. .. ...


Panatropes-Radiolas


V'A LSES
111, F s
I)ANZON


Li mcill-ir
1.,41 Ifl) ii' 'L l Il


FOX rROTS:
TANGOS


'I

r1


I


i'~AGL.-3
~C




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs