Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04197
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 6/13/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04197

Full Text




rnenfrt M~oire'
DIBECIEUR .-
B RUB AMERICAIME 156

TKIPRCOtN No '2W


*

j


Ie- -c-- --- -.~ -~=~ '__ S~L10


lnae ANNEE


N*6 717


JEUDI 13 JUIN 1929


PO~rtTnAUb"aCc8-(Nun


- 9 - -- -. --_ -__ __ _


poDr et Coiltre

temmes seules

f prsc t~,ri d er- pndre ... les autres. Done,
1 ft rsthife td fi*st luibparfaitement corrocte
dre uoe decision as- 'exisle plus de nos temps o6
s prenante encp tmps tout Ie chic est a'avoir nuque
ulinisation Jo4P.ce rasde,jp O pot tet et jamees
is ot f~mibine. us idner- haut croisiees, en veux-tu re,
it iux garcons de servlr garde... Et la femme qui tape
lmmes non accompa- sur le bois ou le fer dea ,
*. b le t comipande compme
de femmes seules I... fout le inosrde: Garcon, un
ostracisme a indignd plus bock Ia.nulle crinte qu'on'
grand esprit, entire t 'e 1l ne aprec'une a noc-
Pierre Veber, qui r6cla- turned .
pour les femmes le droit Et apr6s tout, Ca ne regarded
rock et au...rhum come qu'elle. Et aourqn i ui refu-
tout le monde. serait-dn A boife Au fond,
r ma part, je trouve est-ce d'etre un pen belle-de.
e conviendrait guere nait, g ne fltte point uoma-
tleniesure de pruhibi- bre de femmes ?.,.
adoptee par les cbfe- Eiftn, passions; carj'ai tou-
lies autrcs villes du jours en horreur d'etre en
Port-auPrince, no- briuille avec mes lectrices;
nt. cependant, il n'est pas moinm
.oonez-leur tout de mmet vrai jen appelle A Iexp)e-
re, a dit, peu de mois rience des amateurs que,
t f pere d'n gr na net 1d s les itablissements o0i
ine. rgne 1'egalit6 des sexes, les
emet n'o blions pas femmes seules sont, toujours,
-s.c.. rbc._n~p qa Ia-, toles a desdey nt le bock
.. t. / DrllmT" od Z.!veiture.
eston mate c fez so als i, eod tre.
tonsaussilt6t offense A Bien malavis& serait le cafe-
ne, s'eite4 -- q u e tier qui les coirait seules.
ne, s'eleqP --nq u e, ueme
si so'Le, entin9re ?A Ps boir aux femmes
se p~lesthopatis. .. Mesre lauutile. Si
femme attabl6e dans un a est pour vobs 6pargner des
risquerait, si une telle histoires avec la Police des
ion se g6n6ralisait de e urs, nayez crainte, mes-
pour nu 4 ao pd0 10 ff ue/vra iment
mr pour u 4s,41 J l-yir. /ApA~rect Tiet1 vthi scule au
crainte qui ne deman- fti I acule au
wTaiiite r)ter. ler Cfv, c P 't pur y retrou-
taItion.par i 'd"r qulqu't. ce quel-
; Fe serit dire pue a qu .n y tant, au lieu de ne
La.t ti Pea la point v i s b oq
6911inr'eat e on sul i IilntR't ga-
oY4e. con en sernre deux: onpour t
elle. I'aut pour lui. I
iSren ique la mlsn. Femmes seu Ies parfaite- c
urw adviqndrait fort rare- ment correctes I... Al I ns n
t aux femmes haitl nnes; do n c. Et c'est IA que les (
fort rarement, elles sat- caf6tiers international
mofdans lecaftes. Dans airaient raison d'adopter le t
bi gs et bals publics, principle de la prohibition en- c
ldi rent. M ls t, I on vers les lemmes seules. Car. J
L'on'eb-t ; it imint Wlest
l'on iitetoi nt le cafetier qui ne veut point,
e suri & I'ufi1 n eo chez lui, de pacheurs d'hom-
di .ir de re Porent mes, n'est pas tenu dhtre un
Wdue vqrre por te observaleur, un psychologue, h
seules. Les belle s de daulant plus que le plus avi -
qgs ne boivent jamais a s'y tromperalt. N'est-ce pas,
et pour cause... mesdames L...
S pour e;pllquer ou at- Done : totes les femmes
cette decision des ca- fou',res dans le meme sac et
.pari;Iens,upe femnme- rien A bore. Cela est logique.
Bsidrte; vous .que ce Qui veut la fin prend le 1
M i'HuuetteGarnier, moyensl
ll s' de la femMne Et puis, en some, y au-;
d'aLure ,prfAilemnt rait-il grand pieril A reluser A C
f'est quol a ? En boire au x femmes seules ?
11 ..c'est en bel argu- Les femmes seules vralment
Et pour t'Embarque- honn~tes n'ont jamais l'a i r
pour Cythdre. quelled eo- d'dtpe alttr6es; la preuve,c'cst j
I que, le soir. toujours elles re- m
Aont6 qul ol lair touTdoucement, oni-eiir oire ,
a less, qul n mettent ... quelque chose. 2
r coquetterie A n'a- Mais je laisse la parole aux t
I 6l es caf6.rset .. ux females, d
t ryt-se s ot no*. p


I~~.


Wpr.


I.USTRE


PRISEuR\' XT-IF


ConselId' .at
A la stance d'hier .t laqueIl
assistaient les Secretaires d'lt
de Ilntdrieur, de I'lnstructi.
Publique et des Finances, V.
Latortue a obtenu le vote i-
nmdiat pour les conclusionsdu
RuapKt dJs Articons KR60tn I
du TO minece et df 1'Agricul-
lure rektif au project de loi sur
a Stotdardisation, modifiant
:elle do 19 iui'let 1927 La loi a
tA imm6diatement vote avec
le i6giees modificalions
Puis le Conseiller d'Ela IDes-
in a prononc6 le vibrunit dis
'ours qie nous publions ,u
ourd'hui.

V'SI7EZ notre rayon de
Cha pea Lux depaille po r
hommes.Les plus jolis de la
place pour Dol. 1.50 ou 2,00,
frand assortment. Les pailles
es plus fines d'talie s'oblien-
nent avec or 2.50. che:
I AUL E AUXILA

tL plus gross cigare
Vient de Cuba
Le plus gros cigare du mon-
le figure actuelement a 1'Ex-
osstion ibCro-amdricaine de
eville, ouverte le 8 mai ecoul6.
Ce cigare est one des origi-
nalitas de la participation cu-
>aine A cette foire inlernatio
iale. Composi do meilleur ta-
ac aile cce c H aeyqa4, gigan-
esque measure in peu plus de
m 50 de longueur. Son diman6-
re est de 42 cm. 18 el son poids
le 200 livres anlaises, soit un
en plus de 90 kalogrammes.
est-ce pas aue east 6 fair


77- 'vear l4eau'r Ia bouche A G6ba-
S "" yvant, La. sonce ira, AiPantat, A tous nos fabri-
S6S pWe de o.rges le2ll om de gro, e St bons cigaresI
s .., M5 cotviait an u er-
len eur en do mmoe regiment A assis-
ller aun baptmme. Les deux let- "' e
tres out done mis, la premirme,
tta.ple dbb d an
de.e g, ul-inrS L8e "l#24i in courantA 8
d,. aiC aaot04X PurwWa lieu, an
&0I fa 're aser ce u rpldal o L'Amit
^ ^ J A I n^^Sf S0??" rm(inatwn d3oV Dnrbl. et
Si.-L'Administra!ion des atr du Vonile ot

I a= de Catr. qu IuiMsot co ~ t notr tos les ao ona t 6t
none toios as ro
Ot i g as. -.' _
iv Tgra Ieei ire
beMs eatas II1 vient d'tir food, i Port. i
PJ au' s .m su Prince, uan nuuvelle Ass&
tataliw. IA i ciation littfraire It thietrale, L*
tn omptable, st6no-dlacylogra- Concorde.
5 t. C d rqpo >is11LAp- Le dimsnche 23 juiD, le Cer-
a ex eI- cle aura e m ne gran r eance so-
lt pidi demanded employ. lennelle au coors de laquelte
t iC an bureau dua erot rFae p aluieuramembres
a osnnadir. hoemir.f


IMI'EIPRILA B I E


DIAMA NTh


1 masi fliquc dianiskii pp4',aw
,4 a 6s [ 4 a t', d virnikr ecniv' i Ii,
couvert (tans line locali' tde I'Afriqi u
du Sud. Ce diamant a iti W t'riik
2.M0Ot livres sterling, environ, 32.').(:,1,
fracili.
PAn lI&:I.ARtITLE. --I sIt
int!ntle plusicu's diain.nts C4M'kI)I
qui sont : le Iieqeid, ainsi notufli
parco qu'iI fut achet6, J)enditnt In iii
Inorjti de Louis X, par al due dic dcr
lIims, alors client de France, ii es
regardC conmie le pluns bela c It
plus pwr des dianiuants de Iii'Eiioph'
el pyse 136 carats; le Savvy, qui fi1 ii
son nom de son preinier posessetui
Nicolas larlav (id Sancv, honwIII
d'Etat fran~ais; Ic Kohi-X'or Ic 1)1(1
niant Bleu de 1ope, l'Eloie dua SuLd
le (;Grandogol. I Floil P'laire'. IP)r.
ll/', qui ornait Ilacouronne de F'..
imnpiratrice Alexandre de Russi,
e Grand 1)1w de 7Tscane. le Pachrt,
e Shah. It- Nassacli, Irrnpteralrict
I u~qenie,' leIDimanwnl SthDresden.,1Ie
Slewart,le I .Iubic, Grand Londc, iiii
iut volW, ii v a uelque temps. :au
ChlitCau de IPonltanebleau et dont It.,
vol donna lieu A un proces retenkiN-
saut.
1.jiel l W. ,a ct dt'.&Ou~ t'i- .!
fraiis~aaIl un thjan~iant inont)ivI. ic
Cr'rillinan. donIt it, poidsin brut ~''
a 3.102 cacats~.
IIcnucoup de cns ne s.I.nt I'poll I
dist ingucr uin diainian t yenti bit 'u
picIrr''ordina ire. II N, a (It'IIi nio'
inhltillibles :Ou Ii t ui sei dun VM\
oil tlaluiijiluuti (jfk oil lIotIt'e sur ,I
ficrrUM1. II aisse titl Ii ci' Le %ior
dianiantsIfaux, land is q(Inii ilitc
laisse auciune stir I diamnani t rih:s
ble ,nu, on rauic utOr e;i 'a id d
It pieire, I' dianiant y Iks'.t 1III1
ciseltre, le Ifau di:mmi ioitnt aiwur
Autre particularitc It'e tihniantii'iv'
us* que par sa poussiO'-e.


LA MARQUETTE

Fabriqu e par Buick


llejirs te l'ensemble des re&ttltats accq is pefwdant 2. iain
ndes de praiiq'ie, d effrts coflinius c de recherches SiMs
flus par tes em nents iiognieus Je Ila c~khre


co


La MARQUETT'E represented une chance ines crc~e ix
admir.ate'rsde l' B3IICK( de Ee procurer ties jInI\ itit1td-
res un,' vioilnre Ih)riquee par un;e Compagnie cq(li a, depnlis
25 ans. g' i,ie t ietenu i;n conq since gen6rale
En pe de mots, ia MAIRQUL't'rE est la response aux i-
sirs dcpuis longtemnos exprimes par le public,

The West Indies Tradinq C0



Chez: Rene Lafontant & Co
1713.-Hne do Magasio de I'Eatl ancieose mnisou Mue Renu lafolla"t
Bas et Chaussettes de soie Ho!eproof- touts nuances.
Articles de toute heauto pour cddeaux.
Sacs a main en cuir pour dames.
Chapeaux dc paille, pour fillettes et garion nis.
Cravates de sole, dernier cri etc., etc., etc .


SClinique et Laboratoire

Rayons X
S 43, Rue du Dr. Audain-- T616phone.342
SNouveau Laboratoire offre, ses service radiographiques
aux h6pitaux, cliniques, ni6decins, chirurgien. et dentistes.
Direceeur: IDr K. M. B. SIMON M. D. (Torento).
L. M. C. (Canada) D. P. H. ( London ).


RHUM CHAMPIONN)
V I
La RbL m (CHAIMPION P de la Distilleie de L'AIGLE a pin
conqqurlaen qup q eso. saue, sans reclame, une des pre-'
mi6res places sur fe march hllien par It perfection de sa
distillation et la fnesse de son *r6me qui I'ont fait procla-
mer par leas vrais connaimsers, supedreur i toutes les aun
tres marques A prix 6gal.
Slss da sirep vierg dest canoe, rien d'artifciel n'entrr
dans sa talrretou. et tknedot qu'an vieillissement natural
is. finesse incomparable. Faite t I'essal et vous series con-
valnu.
Per Gallon : G.8, 12, 18 st 30.
SEn Routeille: G. 2 G. 2 7$ 4 6. *, "'6,60.
SDept Angle des Rues dd Iegasin de I'Elst et Dantes DR s-
touChe. M ONTANE
j ^ M. FONTAINE


-
st


olire I1i


... a vu avec plaisir, que peu
a peu disparaissent 'es petits
drapeaux haltie ns que es chauf.-
leurs de la Ligne avn.ent pris
la (ldploraDle habi tu(id darbo-
cir pour indiquer quc curs voi-
1lurts fhisaient Ic Irafic ds pas-
.agers. On n's pas 1'an de dou-
lor que cela constilutiit un do -
lit. .vec de la persuasion, quel-
qu'un cut Ia patience d'e pli-
quer cela aux chevalier sdu vo-
:inl qui enlevirent I' ,iiil me
national.
Mlieux vaut sonv nt dllictr
que violcncc.


.'est dcnmind C( (ilit Sc
Iassait Alan G(rand'Huc d uiuma-
che dcernici'. Oni se ci ci:il aux
tenips du u people souveraii ').
I)es gropes passaienI nom-
brcux, I'air important el preo('-
cUpu a .9vec desiea ders a iu mi-
lieu conseillant le calnwt. Mais
que se passait-il done oce si ex-
Iraorfdinaire ?...
C'tMIait tOut sirnpll cIiit riw
Wu lirii'. (;( cltolt alt'c de uizdiiln
:iif \'eiiei'alii' ; IC S l tS k l;S 1rlU -
('1 lit I1ioretnci' aux h(wult-eiI'.
cIm:( till :vllant dCSODi IL tit pV-
(li ngui ig '*tn it i tre :. "iii-
Sanit.

A I ~'Ltil liohme toutt p'u e
116 1iii ia'veni', se laiss. -I ll' r
,,iix ventures les plus d~goiP
faites av'ec tite hlor'imzo i Ia du
i)vYi Voisin et engloutir saa ni-
%oil dans des orgies de It itt gen-
I-c oft I'nlcool domine,i tom-
I- Ila 111.
tllouns. t ilon iuouveinent.
Allez retiouverla johe ft'nuzne
quti garde tristemeoh ioti' clover
''i' leren ow le chat ni: ut -en lant
iIi(lUit't (C'fe ps vous v'iiden'
.Ize i'cntire.

-i UI vu 1 t 01te jie Ij; aui( Ult
deims ampioimst'1) \I ci(Fcull

('i v'lcdliii lii diseile
js d(10 iit I' l 1c. Ie t.
!wniitile (:onsul d L3spi'sge i
Port-atiPrin~ce. Ne relui-iepas,
eVla tleI( I'va ; laisir'.
't It' ('OfiSUI ( IuIiue kJ(Iutaitl
- .lJii i'tus6, j'Ui eu liolI, je
Favotie. Alors on a nonifiiiC un
nitre ...


S est i6joui de %,Voil- claur~11lt
!Ijt~i'i'nnt au vent Ics noim.brI'ux
lia"peLaux (ICe la l1ulbi(LUe Ii-
ilre l fartj place's aux tdiftce
)ibl'icis. Nous en llavow, %11A
CL\(raiim iti'&Istriof gt'n tg&e (des
Posies, au Patlaik de lXitf c, it
Is Pr~lecture, au Buireauo des
T'O'grap~hes, au Service (I IfI'
C.1ne publique, au Palis (h..,
M iajistlzes, au Palais des Fiiinai
ct's, etc. Cela est d'un J1t.j efIfoi
ce laisse enirevoir I'raver smi
riaint, reulisateur de tontes It-,
csp4rujices ...
...ne Deut s'empkcher de s'ar-
rC~er devant l'fnstallation 4
TlERIINS Ofi t'on rencomitre- di.
gens chics qui savent en qiiell
cOmpagSleilsse trouvere ni toIi -
joars. C'est charmout, un ell' t.
tie savor, quo dons ce coquti
Niablrisetaent o4 I'om eat wuit ix..
qu'villeurs, ou trouvors lea co(nL.
Sommatlons leg plus-fies ctIles
plus varies serves avec em-
pressenent pendent qu'a 'N))-
thophonic ral entendreui st's airs
lea plus ravissmtsa A ia t 'sc,
Id plus gracicusedes frini:'%es
et tC plus aimable des sorari i vs.
Dkcid&Ment toot eat bitn tiez
Widmaier.


'Opinlons& d;C"

Cest Je itre d'unc 4br 'rhuF
jue vient d de fall eGr Prv otm
jeune amam et cq bftrek Jean
I a~Ioare.
Louvroge eat enver.-e, au
pr ixde 2 g6L rd ,NchexmuWO r,
421, rue Bd.Pi


*Vtr~,r -~ ".~'*


CHERRY BLOSSOM

BOOT POLISH


EN VENTE CHE-Z


Alphonse HAYNES


S115,Rue Bonne-Foi


tecux qulmaim9a ria eu
druleul eaterrer t It le genre htu-
Noli, Iet sri un ci It mar ibia-
tent; I'se mat si pab digmes de i i
NFReMlo

---MOM


Buick Motor


-


r I


_II_ _


Y ..m-


F


-


c? ~::;-.~ .n r,~~.~ar~:vlar






LE MATi 13 Juin 1929


_________ -- ur ____ ______


N'OUBLIEZ PAS QUE :


Se vend maintenant A Or 14.50 charge
A 13 Plaques
Va 3sur toutes les Voitures
NLo v us ac rd O 0 Est,5 la meilleure Batterie fabriquee



Nous vous accordons Or 0,50 pour votre vieille Batterie


Charge: Or 1,50




llaitian Motors S,


Charge: avec acide Or 3,00


La seance d'hier

au Conseil d'Etat


fjicr. il y cut une inleres-
.tunkc seance au Conseil d'Etat.
Le Const miller Emmanuel Des.
tin, d propos d'un amende-
ment propose par le Sinaleur
King au Sinat des Etuts-Lnis
drononfz le discours suivani:
M :ssieurs,
La ire .c d'opposition vient
d'acheve, la publication en
frantais Idu discours pronon-
c6 par Ic Senateur King A la
seance t(aue le 23 fcvrier der
ier pnr le SCnat des Etats-
nis d'amcrique.
Messieurs
A cette s.ance le Senal ami-
ricain, pour manifester son
terme d& ir de voir se pour-
suivre bI r6alisntion des pr6-
visions di Trait6 de 1915,reje-
fa, sans iEme se donner la
peine de Ie discuter. I'amen-
dement p-opose par le Ssna-
teur King, tendant it reluser
des allocations A ceux qui
sont eng:ags (dans le service
militaire ou naval en Haiti ).
La sigtiitication de cc vote
categoriqae ne peut tchapper
qu'aux esprits superficiels qui
se complaisent encore dans
des illusions en depit de la
plus e.latante rOalite.
II nous a seinble aussi < iuc
Ic rejet pur et simple de 'a-
min demi nt par le Snat ami-
ricain constituc, en meme
temps, ur, blame loquent,une
complete d6sapprobation de
la discoiurtoisie des expres-
sions emI loyees par Ic Sena
teur Kini; pour appr&tier Ie
r6le dCvo u aux pouvoirs qui
forment t n Haiti Ie gouver
nement ce la lCpublique.
Ce qui est incontestable.
e'et que le Senateur King, |s'ii
est de -o me foi- eat victim
des plus tristes erreurs au-
tapt,sur ia veritable situa-
tion politique de noire pays
dansle present et dans le
passe, qut sur la personality
e celui qui exerce actuelle-
ment la ipremire magistra-
ture de I'Etat d'llalti.
On ne saurait concevoir,
en effect, urie appreciation plus
denuee dc verite que celle qui
represents le President Louis
Borno, c(tnme jouant un r61e
passif da;is I'exercice de se.
haute, touctions. Son aulorite
morale,sa volonte courageuse
dans le bien, son prestige
personnel. la fermete de ses
opinions, sa brillanle culture
intellectu lie, tout protest
centre une appreciation si
fantaisiste.
II est bon de iappeler que,
jusqu'en 1915,Mr Louis torno
a toujours combattu ie priu-
cipe de I' ogrence etrangere
dans nos .t aires inierneures.
11 nourri sait alors l'espoir
que nous pouvions, par uos
propres a jyens,6viter Ie dan
-ger ou no is entrainaient Lo.
tre desor animationn adminiLs-
tralive et nos guerre civule
rpitees. i jais les evenementb
de Judi et ie laassiaeot aucu-
be ilus or L'mnterventiou ap.
I a, ut a Ia .atton enthere cormn
iae l'uIUqi moyen de salut.
Le Traite conclu entire les


deux Gouvernements tut pres
que unanimement ratifle par
le Corps legislalif haitien.
11 est hon d'ajouter aussi
que M. Borno, qui ful, avant
1915, professeur A I'ecole de
droil, ju3e an Tri unal Supre-
me, Secr6taire d'Etat des Re-
lations Exterieures, Envoye
Extraordinaire et ,tinistre
Plnipotentiaire d'Haili a 1' -
tranger, n'a aucune responsa-
bilile personnelle dans le faith
de l'intervention americaine
daus son pays. On ne peut
pas avoir oubli6 que plus tard,
sous le Gouvernement de Dar-
tiguenave, il pretera laisser
Ie inistlere plut6t que d'ac-
c6der aux points de vue de M.
linan alors Conseiller-Fi-
nancier.
En 1922, I'Assemnble natio-
nale, daus son independence
la plus complete, elit M. Bor-
io A la presidence de la R6-
publique ,apres que ful incon-
testablement 6tablie la qua-
lil6 d'haidieu de ses ascen-
dants, quality depuis lors
confirmie par la justice hai
tienne.
II nobtient le pouvoir d'au-
cune compromission mais da
libre choix de l'Assemblec;
altionali et te la conti.mnie
de ses conc;toyens. L'extrd-
til' delicasll .S e c la .situatiolt
cri'ee A ce iiionieni-la entire
les deux (Jouvernements d'Ha-
iti et des Elals-Unis rendait
cette election u6cces'aire.
Messit urs,
Les abstractions du dtoit in-
teriational, si se duis ates
soient-elles,ne peuvent nous
procurerce qui ne pent eire
que le rcsultat de nos efforts
permanents et de notre termne
determination de subordon-
tier notre interet personnel et
imm6diat l l'iuteret general et
permanent de la Republique.
L'une des causes prolondes
du resultat negatif auquel
sont condamnus les adver.
saires du regime de cooper
tion etabli selon I'esprit etles
clauses du Traite, c'est leur
icapacit6 de pr6voir les con-
sequences lointaines et bien
faisantesde la politique deli
b6remeni adoptee par le Pre-
sident Born, c'est leur ten-
dance A u'avoiC pour guide
que I'lnstinct du'~omeot.
L'expenence de Pnistoire a
maintes tois d6montr' nque
c'est A measure que les
pies ont su compredre Fa
n6cessite de se sacrifice A un
ideal en dominant lcurs ins-
tincts qu'ils out pd s'elever
insqu'A la civilisatiou. S'il
fallait 6valuer par une uesu.
re unique Je oivean social des
peoples deus I histuire, dit Ie
l)r Gustave Le Bon je pren
drais volonliers pour 6chelle
le d-c:ge it leurs aptitudes A
loni.au i t. I, i pulsions re-
fexes.
Le grand mtrite du Presi-
dent Borno wt d'avoir pris
conseil de sa tete plus que de
son coeur, d'avoir iudique A
sou pays la vote, f1unique
voie qui doit conduire au sa-
lut national et d'avoir provo.
qu6 une reaction salutaire au


milieu de la capitulation pres-
que g6ndrale des volontes.
Par lac ion et par la pa-
role, il a demontre l'excellen-
ce de sa doctrine, il a rafter-
mi les consciences hesitautes
et il a donn6e la nation ce
qu'elle avaitdepuis longtemps
perdu: la confiance en elle-
meme.
Est il nocessaire de rappe-
!er ici toute la tristesse de
notre existence national dans
le passe ? D'un c6t~,la misere,
I ignorance, la servitude des
masses populaires;de I autre,
la d6sorganisation de 1'ad
ministration publique, les
luttes civiles sangIantes et
.ans merci. L'esprnt averti du
President Borno, 6mancip6
Je toute illusion; mais ouvert
aux conceptions gen6reuses, a
trouv6 encore I'uue des jus-
tifications les plus avouables
de sa politique en conside-
rant le caracltre hautement
humanitaire de ''aide bien.
veillante du gouvernementde
Washington ,telle qu'elle e1t
couditiona6e par le traite.
L'intervention du senateur
King tendant A nous priver
du concours des Etat-Uuis
d'Amerique avant le teriue
du (Trait6 est elle coutorme
aun iuterits et aux aspira-
t ojs du people haitien ? Les
consciences honnetes appre-
cieront.
Ce que nous osons affir-
mer, cest que i'examen le
plus suommarnre de la situa-
tion de la 1eipub.ique d'Haii,
de ses bes.,ius moraux et ma-
teriels ces resultats positi's
obteuus par le regime, actuel
de cooperation, tai apparai-
tre 1-attitude du Senateur
King come donube de toue
noblesse de pens6e et de coeur
come dennee de tout carac-
tre de philanthropie, el per-
met, an contraire de la cousi-
derer come inspiree par un
(agoisme exclusiLat rig6, en
loi supreme dans les rap.
porlj iuternationaux.
Le Gouvernement haitien
se rappelle que, selon les pa-
roles de M. Knox, aucours de
son voyage dans les Antille ,
le vii desir et l'ardent espoir
des Etats-Uuis est a de voir
toules ses seurs de la frater-
nit6 americamne attemJre it
une situation bien equilibrie
et conserver celle deja acqui-
se ).
Voir suile en 4e Page.


La survive des splts haities
SDepus quelques jours, notre
.onde sportil paralt vouloir
rtic dp sa torpeutE Et, icunes
et ~,'lras oUtL repnV~ 14 mlthot
et o'elthineut i ruruiemLtau bal-
Ion ea vue dIe l reaucutre pro
chaine d'uae equip dumae i
caine de lottibsll etuu n Unze a
halulen,
'Les uIliches se dcrouleront 6
SanloUDolninglo, au maos de
jutle( prochatai let h prealiere
rencontre mr aritree par
Edtouard Luasauol.
Isonne chance & aos spo0. -
men t
--


-I


- .kok


_ r --


2CIF~





PAGE -S-


o.-

IMj '


Fort-aiinP;nce
tdiUb~e'~ 2z


Iei Mn


lIX VAGUS


Jeudi


13 Juin 1929


---I ---- -- -B- B


1


R


" La NOUV9LLR IMFEItIAL 7 PASSAO1BS


S *,1volle CHRYSLER IM-
d "RIAL eat une creation
destinee A ceux fqui cher-
chent le superlatif en puis-
sance, dimension et en ri-
chesse d'dquipement. Elle
spoi a,, Premier coop d'il une par-
,itq, jaccptipn de ce qu'elle est et
ce e~'i fera. Ene vous impression-
ne isatediatement par ses propor-
tions imposantes de son luxe, on
sent qu'elle tiendra une route avec
facilitTsans vous fatigue, ccue les
autos infirieures ne peuvent pas es-


p6rer de fair.
La Nouvelle CHRYSLER IMPI-
RIAL, plus que jamais a satisfait
Yattente de ses clients elegants avec
la |iealisation de In Manufacture et
I'execution des plans de la Direction
technique de C fYSLER a tout point
de vue.
Chrysler n'a jamais produit rien
de meilleur conune representation.
de style et action, flaclft[ de manie-
ment, de vitesse, de Adrete et de con-
fort,


Franck J MARTIN

Distributeur
Place Gefirard
Port-au-Prince( Haiti)


III I


8N1mE RIua DE 1916
.. -5-

it de la Revue des Deux Mondes
idu i516 ai1929
Squelle importance eut en
ensive ex6cut6e sur le front
Ic ao ite d'arm6es du g6-

a t ral Niesse, ue, sous la
Sh*tr at sive,
~pkllr .[ r t, du
Im w~aOt tbl!," ..0.prl-
i q Iue les Allemaads iurent
d autrs r r front
tf'ftai'spo-
D aur ller 6pauler les armies
gises eot que cela ne suffl-
HUlt alemandespar-
France pour la Russie avec
adeO quaotft d'arttllerie et de
IbsU. Verdun put continue A
Stalienae, Qui ven#4,
ee, pait opret son re-
e 1 U t

e, t a la


ace. Snr
nmnuA a


e Aprs la. cl6ture du Conseil, comn-
me nous allions diner, un des g6ne-
raux de haut rang qui y avaient siege
vint A moi et me manifest son eton-
nement de ce que j'insistais pour
etre autorisk A attaquer. II me dit en-
tre autres choses :
a Vous venez seulement d'etre
nommn commandant en chef, et
vous avez la chance de ne pas etre
dksignk pour passer A I'offensive, et
par suite de ne pas risquer votre re-
ptation prillatr. Qell idee de
d0s exposer r td'eorines desagr6-
ments! Vous pourrez etre releve de
vqtre commandement et perdre I'au-
r6ole militaire que vous avez reussi
t aequtrir. A votre place, j'aurais
tout fait pour etre dispense d'opera-
sions offensives; dans I'Mtat actuel
des affaires, elles ne peuvent que
vous mener A vous rompre le cou, et
ne vous rapporteront aucun profit.
a Je ridondis A ce general que je ne
pensais pas a mor profit personnel,
que je ne chechais rien pour moi-
meme, que je ne m'offenserais pas si
Sz..p'6cartait pour insuffsance,mais
:qvUi .u aa de mon devoir de con-
seilT a'agir avec honneur pour le
bies de la Russie tel queje le compre-
nais. 0
-Le general Broussilow se mit aus-
a sit 'e'yre pour prqarer son of-
pr6parlifi tr6s com-
. watinrtiert, fIaurz saltce-
viai. Un second artik ran-
farmera le recit de 'offensive elle-




irqpgrosse;..

io jraud 9n vbit |
Imu o9e qui vent do mo-"
vri


ci rpessi bjat1O. E
marl rc~tbibait ~b'duelea
trowwe j. W;lbompfle' (it


6. le nm--


So coucber.


L'enfance

honnete

Nous avons frouvr dans on
grand journal parisien cette in
formation que nous reprodui
sons A l'ii'ention de nos ecoliers
afin que, toujours et partout
Als aient le plus grand souci
"d'etre honn6tes.
Une abglaise, Melle Alice
Welch, demeurant 6 Paris, vo
yageaut en auto, peidit une
mallette contenant pour 700.000
francs de bijoux. Le precieux
coffret tnt trouve sur une route
publique par trois fllettes se
rendant A Iecole. Elles meriteut
bien qu'on cite leurs noms.
Elles sappellent : Madeleine,
Jeaanine et Leone Polignac.
Elle remireat lear trouvaille 6
lear p6re, un ouvrier, a ant
cinq enlants. Et-celui-ci sem-
pressa d'en fire la declaration
au Comtualsriat de police.
'Voil iA dxbeaux examples
d'hont-Mei .ofterta par des en-
tants pn puvrier.



Horn-Linie
tLe li ionsul Horns, ve-
D In tKtalogaton, eat atten-
du 1 P 16 crt, en par-
tar 'Europe, pregnant
1t1'Igers.
rLD &Co. AgenDt

*inppleMlW rnitle Trmutlatisqe
Le steamer a Carbet pe, I
deBordeiix Ic 30 Mai es
pltndo le 17 courant. 11 re-
rl. ni me jour pnur
de Cuba ct !cs rorts
S. iLFde l'itinkraire sers
^ aTrrivte du paquebot.
P t since, le 3join 1929.
E. ROBELIN & Ue, Aignts.


Le tramway-

bibliotheque
Dans le dornier numero de la
Revue des Bibliothdques, M. Er-
,nel jUoye( qut signal une ino=
vation Iort inltressanle, realis/e
par la Ville de Munich, le tram-
way hibliolh6que qui dessert
deux quai tiers par jour et prate
4 A 00 volumes pendant une
duree de 3 heures.
C'est une grande voilurede
dix metres de long, sorte de
wagon-restaurant oi la pAture
i'est qu'intellectuelle, qui con-
tient 2.400 volumes, une salle de
pret oAi peuvent tenir dix A
douze personnes, one armoire
vesliaire et une armoire IPvwbo.
Celle organisation de biblio-
iheque circulante et la voiture
elle-mtrue o i 0l1 concurs par
I'lnspe'leu d( bibiot bhqies
delay ville de Munich.


a


I I

(I


/~, 9bl'~~LIT~


IA3L


DESCHSLIV
i~ 136w *I-kii
a Vmem; Air
JR6,ftdrenr dn ptev. rcoril par l'(itor :-Idlvsle.
"k~lrkLP wisne Id ant* vs evxrrrr~ nn.r Atimis dctr,,w Joe ",;P'tr7.1. d#,r.*
0.": ~U,, V;PI.(~; hut owi r-Y, OAP IIP- c.t!0.F~


i .


sI vous





Silnalco





I 1N^
SN)
SN1




I


JULEZ BOIRE
iLfW~lEUSk.


UNE IIMONADI*
L)EMAN LZP 1-7'1


La Reine des

Limonades


'ALCO
AJCO
'ALCO
ALCO
,ALCO


est une boisson gazeuW.e
eat eminemment nrl it
a un goat agreable
est hygienique I
est nourrasante



M. SCHIT]


VRAIMENT







non alcoolifte






LTZ & Co


Les jambes
*DE

Lily Damita

I Nous avons admire, il y a
quelques jours, a Parisiana, Li-
ly Damita, la grande artiste de
cinema, dans un tr6s beau film,
La Danseuse passionnee.
Eh bien, tit un lournaliste
allemand, elle a les plus belles
jambes du monde ?
Voici d'ailleurs I'entrefilet oi
il est parl des jolies jambes de
la gracieuse danseuse.
Qui disait done que Mistin.
guett detenait le record des plus
belles jambes du monde ?
:e n'est plus l'avis unanime,
et ce n'est pas, en tout cas, ce-
lui de noire conhlire F.- W.
Koepner qui, dains une revue al-
lemande, Das Magazine, public
un article intultu Lills beine,
oil, en ternies diiltyiainbiques,
ii change les louaniges dates Jam-
bes de la toute churiiante Lily
Dast ita.
Nuus ne sistons pas au plai-
-.i de itpioduni ces eloges,
U'iIUlnIII pluA qut ltous AVULUi
touluulb ete tIe I'uvis dv: niole
tunlrele t outl -lilin.
Je SUis aLmouicux, uil F.-W.
Koepner, llletucsi ua uureux
de deu jamnbes, deux ravissan-
le jambes, svelites et gracleuses
au possible, aux lines chevilles,
douees d'un charge inexpriina-
ble.
a Les jambes de Lily Damita
me semblent iul ilige1tesa. Jeen
Lonnals fuautres plus elancees,
d'une plaltique plus paiut ice,
mais je nen au jianuis vu qui de
agent taut de chariue et plant
l'tsprit.
a La peau, l g1rement ivoiree,
luit A travers le fin tissu de soie
qui 1'entoure et miroite sur les
ramifications bleuAtres des vei-
nes delicate.
ia Quand elle march, ses che-
villes elancees claquent A cha-
que pas comme cells d'une ga-
zelle et a arrondissent harmo-
nieusement.
a Quelle charmante v i s i on
quand remuent les jambes de
Lily Damita, quand elles tIrpi-
gnent nerveusement ou tuuibil-
lonnent au rythme du charles-
ton ou du a paso double I
Je compienus que ces jam-
bes talent taai tournti la tele des
ducs el auttes grands pelsoniia-
ges incarues a son c6te daus ses
films.
Je voudrais voir une handle
oui lea janbles seules de Lily La-
mita jouetaiemt un i6le princi-
pal.Qui ecrira un scenario pour I
les plus belles amnbes du mnn- i
de ?
Nous sommes persuades que
tous nos lecteurs approuveront
les paroles dujouriultstl ii alle-
mand.


PHARMACIES
PRINCIPALE
,H. CANONNE
49. Ru% RtAUMUIR
6O0 BQouLvanO stamAsTwa
PARIS
voadnt
La MEILLBUIR mar MAS b OLuOs
Products dae PrmPvdniulftat
et towaouu de prhu6li frat"ser
UNE SEULE QUALIT't:
SLA MEILLEURE '.

RAYON -PJECIAL
POUR LES COLONIS '
ITDOGUUERIJ, BERDORISTBlUE

Frangaest ti;traraigs
SELLS DB QTUINNB PUBS'
Tons prodaits en falcons,
amnpoules, comprims, rachet#.
S0LIUTIONS H POD3RMIQUE1
BANDAGES, CEINTURES,
BAS A VARICLS
APPAREILAS YTGItNIOllS
pour tous usages
APPAREILS ORTHOPtrriQUES
Seringtues hypodernim quei
PHARMACIES DE POCHEK, E VOTAgE
COFFRES PHARMACEU1iQUES
pour Usines, Communes, etc.

Projects de Factures
et tous renseignements-
sur demand adre*dW e
PHARMACIE PRINCIPLE
49, RUE REAUMUR
11-90, BOULEVARD SIBASTIPIL
1538, rARIS
MASON UNIXTE











Accessoires, pieces de 1e-
change, articles div( is poOr
automobiles) et can Etr de

GAZOLIN E, HUIlLUS pour
1538Moteur, ou transmissions,
A a disposition (pic ses ie te-



anables clients, Mr. LvAON-
TANT vient egalcmeit d'ins
taller une pompe a air A I'e-
letricitl, I FREE Al iH, d'in
usage facile et rapil d.
toues phone: arque
e .t pour BlSrentiel.







,cn r


\'U
\ 4ag


.1

.4







* .4


I;


ii


- -- _~1 I_____ ___EIL~L~ili*YII __ __IICiil_~_ ___ __ __


_I r r


-- -


rII~





LE MAT'IN- 130ainu Wj2


La seance d'hier

au Conseil d'Etat


Suite do Ia 26me page
C'est pourquo dans an mes.
age au Pooloir i)tllatit, le
I'rP. den Boroo a affirm6 que
ScP'est ejt vain que l'on 616vera
des protestations hypocrites con
tv le Troite de 1.91 qui nous
troeva sur le board d'an abime
d so et noos sanaa m .
ok i A poorswivre la rg6-
ntration national dans l'ordre,
daa Ia vraie libertA, dans le
trvsil, i n'a pas besitA a jou-
tr quae intervention des Etats
Unia, respectoease de la liberty
et d< rlnd6pendance de notre
pay aflre au Uroit Internatio-
l I'une des applications les
phis bienfaisates de ce haut
dvoir clrtlea d'assistance et
d'eotr'aide qui simpose entire
e-s nations come U s'impose
entire les homes v.
Jsqo'e!n 1922, le Trait( de
1O91 n'avait pn produce aucun
r9UJltat appreciable. Le Presi-
dent Borno mit fin au malaise
ezistant entre les deuf Gouver-
oementA et eutreprit. par I'ap-
plication loyale du Tiail6, de
rendre sonsos el. en lW26,gr h.
ce sux multiples p ro gres
alors realis6s, I'occupaion du
territoire national par des forces
trangtires Ceote politique est
noo sealemeat habile et sege,
uals eie a encore rimmense
nvantage rtre contborme nux
iater.ts ewentie!s de la nation.
Les efforts du Chef de la Na-
tbon eont deiA recompeanss par
des relut uits positils, que mtme
tea adversaires du regiae sont
incapable. de nier, tant ils se
rmanitestent dans tons Irs do-
maines de l'activite national
.ita4iop et developpement d'un
service mpkcal de l agriculture,
ifiusioat de t'enseignement pri-
c'aire agricole et protessionnel
U s la nmasse populaire, refec-
tion et eatretien des routes,vul-
arisation de I'hygine, multi-
plication des services m6dicaux
ians lee v:lle et les campagnes,
onmlioration du regime econo.
mique tt fliancier, stability de
la propieet immobiliere.
MeAeu rs, d


J'ai la conviction, en r6eptant
ici ces quelques vOrites, d'avoir
exprim6 la pense de l'Assein-
blee entire et de la grande ma-
joritd du pays.
Je veux aussi ajonter que le
Conseil d'Etat peut ctre tier de
l'usage qu'il a fait de ses attri-
butious 1Pgislatives.Le concours
r6flchi et libre qu'il a donn6
au Gouvernement n'a et6 inspi-
re que par le desir de servir
I'interet national.
Mais notre tAche n'est pas
achevee; ii nous rest encore
beaucoup A taire. Nous accom-
plirons sans taiblesse notre mis-
sion afn que ne subsiste ancun
des motits qui out provoque I'in
tervention de 1915. Nous som-
mes d'ailleurs bien convaincus
que le temps, cet auxiliaire pre-
cieux, ne nous tera point detaut.
D'o me vient done le droit
de pirler dans cette enceinte au
nom du Pouvoir I6gislalif ? l)e
la Constitution, Messieurs. Le
Co iseil d'Elat contrairement A
ce qu'on laisse entendre, n'est
pus uin invention du r6girue ac-
lult, il;n iie e ancieune institu-
tion national qui, bien avant
intervention ain ricaine, avait
Ionctionn6 conime pouvoir I1-
gislnail el avait elu plus d'un
Chet dI l'lat.
Le Conseil d'Etat. pouvoir I&-
gislalil,n'est done pas une crea.
lion uiouvelle impose en viola-
lioni de In tradition du droit pu-
blic hailien. Ce Corps, consacre
par une disposition I )rmelle de
la Constitution, exerce avec la
plus haule conscience les pre-
rogatives qui lui son! recon-
nies. I)#daigneux des injures et
des menaces, il poursuivra, j'en
ai la ferme conviction, sa toche
ditflcile, mais combien belle.
d'assurer dans le present et dans
I'avenir, le hien-Rtre national,
Messieurs,
Le Gouvernement de \Vashing-
ton, sur la loyaute de qui nous
avons toi, n'cst pas intervenu
en Haii pour oggraver I'6eat
d'anarchie dans lequel nous nous
d6b itlions depuis un sikcle; loin
de A ; il s'est engage a nous ai-
der eflicacement A r6parer les


Us recrl ... d'accekeeieats


A Lesquin, petite localltijde
3000 habitants, situCe A 7 kio-
m6tres de Lille, habit une vieil-
le femme, Fideline Defretin qui
d6tient un bien curieux record.
Elle eat, pour I'Age et le temps
d'exercice de sa profession, la
doyenne des sages-femmes de
France; car elle est Ag6e de 75
ans et a obteuu son certificate
d'aptitude A la profession de
sage-femme de lere classes, le
ler mars 1880, devant la Facul-
t& de Paris. Depuis lors, elle
passe ses jours et ses nuits au
chevet de celles qui attendent
d'etre meres. Pour les six mois
de cette annee, Mme Defretin
est dejA A sa 26eme naissance
et pendant ses 50 annees d'exer-
cice de sa profession, elle a ai-
d6 A mettre au monde Dlus de
3000 enfants.
Cest IA, certes, un bean re-
cord. Aussi, la sage-femme a
requ, dernierement, la Midaille
de bronze de I'Assistance Pu-
blique.
VoiiA une medaille ien pla-
cte.


erreurs de notre pass dans unr
cooirationn ainicale qui d o i
prendre fin dans quelques in-
nees.Bien aveugles soot les faux
patriots haitiens qui tenleut de
dtligurer A I'etranger le carac
( re et la port&e de cettl coope-
ration. qni ubusent de la naive-
le enfantine et de I'esprit eiroil
du pnuvre Sknateur King pour
faire entendre au Sbnal des Etats
Unis des dol6ances ridicules et
des lamentations hypocrites.
Ce que, pour notre part.nous
avons r6alis,. en collaboration
6troite avec le Gouvernement.
nous permet d'attendre a vec
confiance le verdict de demain.
Nous anrons procure aux Gou-
vernements A venir une plus
grande tacililt d'action que celle
qii nous a et, reserve dans
lexercie du pouvoir ; et nous
aurons assez profond6ment creu
se le sillon pour que I'acuvre de
progress qui s'accomplit actuel-
lement soil forcement poursui-
vie et pour que 'l'ndependance
national soit d6finitivement ga-
ranlie dans i'ordre, dans la jus-
tice social et dans la vraie li-
berte.


Panama Railroad Stemaship y

Service, de frdt les de passage
INEW-YORK CITY N CRISTOBAL, UANAL ZONE et es PORTS.B
OUEST de I'AMBRIQUE du SUD.
plus rapid et le plusdir ect service de transport de passagers et do trj
et les ports EuropBens via New.Yord et Cristobal, Canal Zone, Usth.me
Voici la lstc de nos agents pour les principaux ports de1'Europe :


Angleterre
Mrs, G. *W. SHELDOM & Co-


N FRANCEJ
IrM -0LOI AC* setl reprlsest:
Par lea alseu asivuates:
GRLATLTE HANMEY & Co
21Ruede la Rdpublique
Marseille
HERNU PERON & Cie Lt
53 Quai Georges V
Havre
HERNU PERON & Cie. Ltd
Rue du Moulin A vapeur
Boulogns/Mer
HERNU PERON Cie. Ltd
95Rue.de Marais
Paris "
HERNU PERON & Cie. Ltd
Rue de la Tranquillite
Dunkerque
HERNU PERON & Cie Ltd.
Rue Roy
Bordeaux


Eoo Se p
17 James Street, LIVErPOOL,


COPENHAGUE


FI_ma'~


Danemark)
Mrs. E. A. BENDIX & CO.
21 Allengade, Copnhague

Italle
IMrs HENRI COB & CLERIP
Piazza S. Matteo, No. 15
Genva. Italle
OSLO, NORWAY
International 1
Speditionsselskad
HAMBOURO, GERMANY ,
Mr H. Vogemann
HambourLGermany
GOTTOURCE Swi. "'rEDEN
Nordisk Express
Gottemburge. Sweeden
ROTTERDAM, HOLLANDh.
Mr. H. Vogemann
Rotteidam, HollandS


- -
: '


Revue
des Deux Mo rdes

15, Rue de I'UniversitA, Paris
SOMM~ IRE DR L LIVR4ISON
DU 15 M 1t929.
Le Consulat de Bonaparte.-
I Le consulate provisoire...Louis
Madelin, de I'Acad6mie tran-
Caise.
Le Bolchevisme et 1'Armee..."
Les Hiboux. -Troisieme par-
tie... Charles G6niaux.
Souvenirs sur le Mdrdchsl
Foch... Jules Cambon, de 'Aca-
demie trancaise.
Le retour chez Calypso... Vic-
tor Birard.
Memoires du G Broussilow...
General Niessel.
L'Ofensive Russe de 1916.I.-
G' Broussilow.
En Bearn..... Pierre Lasserre.
Nos Grandes Ecoles. L'Ins.
titut National Agronomique...
Gorges Wery.
La Science des Dames) au
temps de Moliere.......... Gustave
Reynier.
Le Iprintemps difficile en
GrAce... Marcel Boulenger.
Revue Musicale. La peau
de chagrin... Camille Bellaigue.
Chronique de la Quinzaine.-
Histoire politique.... Interim.
PRIX DE L''O',4N'V ENT
Paui On an Sis moil Frois moi
Seine SeinetOls: toors $tirs a6 Sous
Oiprteemau ct
Coksk iranpiscs io6frs 54 tr sa lo
Atranger :
pays a dmin-tar
-posal I0 frs 66 Ias 4 ITSio
pays a plin util
e.aI1 I fo I 8r fn 41 frsso
L.s aboonement partsnt du itr et du is
de cbhAu moUl.
fRIX DU MUMBRO: 6 fas


Colombian Steams


Company Inc.


Le steamer a Baracoa ) venant directement deNl
est attend A Port-au-Prince le 13 juin couraot liI
meme jour pour Petit-CoAfe, MiragoAne, Cayes et 1
route pour les ports de ,a Colombie prenanit .tte
gers.


Port-au-Prince, le 11 juin 1929.

COLOMBIAN STEAMSHIP COMPANY INC.


GEBARA & Co. AomNTs


ALUMINUM LINE
stt Whitney Centrael BIutll
New-Orl6an, La .U. S. A.
PROCHAINS DfIPATS DIRECTS POUR PORTP-AVI Mi

Un steamer laissera New-Orl6ans le 11 Juin.cown
Port-au-Prince et les ports du Nord.
Ce 5 Juin 1929.
A. de MATTEIS & Co
AOeuTs GtlMftrA



hamburg Amerika L

Le bateau (Danzig)) venant d'Europe, sera loi ,.
courant partant prur Kingston, Sto-Domiogo, Sn'
Cuba, etc.,prenant trot et passagers. .. .
REINBOLD & Co,


I A V)
.. l('.


a


Em Rstoout VofamsG
Vklt ose AtaquM
do 2 Vagem
Frottee ui mpksmeat eAr Is pakhrln et u do"
atDCOUam kn Ies
(1) Commae o fati"me a i" ka "Mmk
pm--m. "amnate I'oppmrdule It I n dlwU
(2) Vqamm pw 3 k uw dm gas-% m aPVAMs
m&Mda&sm omt dkoftmmt bbalu d es YOGI
apiratulem datiin
La plmowt ds bmwm aIe-=t a = at a
rtt double wtaru dikee
Pest .rn IF' -eMad ga'`k pun dO
'adrm a Vi k m c llw c mahm," I. s6o
0 t. Orema. Nodth Carmae U. L.46


9


, r ** *


_ r _7_ __ __ _____ __ __


I 1 `7 1 II =. - --,--------- --- --- -


---,.


-- ---L~-C-I - --


- ------- -
_ _L


n- g~ --i-ir


PAGiE -





LE MAITN- 13


hi


ltaizena est, en effet, plus digestible que n'imoorle quel
autre produii similaire, el lu aikena est la n<,ur-
rilure iddale pouri,alimentalion des
bebes. convalescents et des person-
nes d estomac ddlicat,
Voulez.vous de bonnes recettes cuIaires. demandt:-nous, car
nous sommes en possession cin liuret de surprise .
Demandez-nous et nous vous rendrons compile des multiples em-
plois auxquels on peut affected


SAIZENA se vend dans toutes les bon-

es 6piceries dans toute .la Republique.


,. PREETZMANN-AGGERHOLM & Co
* *';
I . fi -- *-- -


Lesleamer*Pablo ayant

laisse Portland E. U, A. le 7

tiMai 6coul1 el deuant faire

scale d Seattle, Vancouver

et San Francisco,est atien-

du a Fort-au-Prince le 19


S.t llre~inhim rdh> N dbetrroo Mceim
n sZ.u1 rDgle La UA.r ir~ca 1Ufles t mdug.tiont Ic
musk vhs gi ewu 11 e~d iadiu~mbio+ ea cas do
~ fbuaeerne Slamqno


LtmheA Mm de Ned..
*ua Slnbtra dSI~n~l" GIZsrin
u 5SC~lUuqu'$3 racio'd mi CrdwUgc.UP..
n wy -I1L


MTS MOLLES
LM deuas mols on is
ladesme deos ah td
i dRMann decai.-s
ea ca-rIule de rote de
monre t toue kndlqu6.

11ffilsion Scott
pwm fournit la grande
quatiti6 do vitamins don't
uR i nluat a besoin pour
Itlurr deo os forts et des
dIt samie. Elle est
.grabe a prendre--
bienfait s -t
durable.
Scott 'I -. ,


Pari Is airs...
... yous eitenilrez deimain soir de
la Station II. II. k.
8.00 p. m. Orchesire de danse
du 2e riginwnt U. S. Marine
Corps (dirige par Franck Wal-
cutt 1st Sgt U. S. M.C.)
1. Happy Humming Bird.
2. Down Among The Sugar
Cane.
3. Just Because It's You.
4. She's Got Great Ideas.
5. You're The Only One Fo.
Me.
6. Cradle of Love.
7. Louise.
8.30 p. m. Lecture par le Ser-
vice National d'Hygiene Publi-
que.
8.40 p. m. 10ecital de piano
par Nerva Ra'meau.
1. Tendresse, Valse berceuse.
2. Toujours Toi.
8.50 p. m. Selections de vio-
Ion par Arthur Duroscau. Ac-
compagnement de piano par
Fabre Duroseau.
1. Loin d'ici ma Pens6e.
2. Perp6tuel Attachement.
3. Meringue.
I I.--L I .. .. II

Le Monde
DEULL :
Avant-hier soir, A 10 heures,
eat decWd6 Marcel Hector Comr
pare, ancien chauffeur de la
Manufacture Haltienne de Ta-
bacs. Les tun6railles ont eu lieu,
hier apres-midi, en feglise St.
Joseph.
Nos condolences aux parents
iprouv6s par ce deuil.

AVIS
Construisez en Brique a La
Daudry a.
Nous avons haiss6 nos prix
comnn e ci-dessous;
Petites Briques 1 1/8 le
miller Or 9.59
Grosses Briques 2 1/2 le
miller Or 11,50
Manufacture de Briques S
A. a La Baudry).


Poor les ommnes usI


De plus en plus les horn
mes cormprennent que leur
personnalait depend de leui
attrait personnel -et que cette
attraction personnelle eat ba-
sae ou contrarlie par la che-
velure. Uls trouvent dans
L'Exelento
Quinine Pommade
La combinaison id6ale pour
I'atlrait et la sante de la che-
velare.
Une chevelure qli n'est paf
en santb ne peut tre attra
yante I La Pommade.de Qul
nne Exelento eit une i pra-
tlon ns6dicale.Elle embellit Ia
chtelhre t tla read oople.et
soyeuse,'de tell sokte qu'elle
oourrit aussi la chevelure et
lui dounne la beauttet Ia sant6.
Er k *ute chez tons ledro*
I!r'. Pnur 030 centimes
seu'ement, miles exp~dif d6s
reception du prix.
E .rAT. rYT, M)lePDICINP
COMPANY
ATLANTA, GEORGtIA U.S.A.
Agent demand6sppour tos
E K BJpp(r reaseinrment.


VALSES
B1. i L
DA ZON


'FOX TROTS
TANt OS
OPERAS


La mcilleure ilusique tin iiio(;de vous est offerle
sur les I)isqucs

BRUNSWICK'
Nous vous invitons \venir entcndre vos morceaux
S favors en l ai i o s, c(p);gnal et anglais.
De nou\caux l)iiquvs soiuI recus tous les dix jours.
SAul Capitole o
(GIAN ND'Rl[
Succursale ide dMtaiil de:
MONHl' & IAIt IN.


Au Mc'naqe Moderne
IBENISTERIE SCL'LPTI' il.' t T1)'IINAGE surBOIS.
Jl'S IN .lL'S I !*. I'roprietaire.
1518, Rue du M.igasin de l'ltat, 1518- Phone 3213.
On trouvera des cnriosil': Ilaiticiries en galac et en aca-
jou; ily a des lots dt tous les types exposts.l
Ameublements pour sailon, salle :' manger et, chambre
Scoucher, Louis XV ct auircs styles.
Visltez L'Etablisscinwit. \cenz e.n Ioule et n'hssitcz pas A
confitr vus couimaudes an AjLNAGE MODEINE st vous de-
birez avolr dl ies ublcs ties jolis.
Vous serez satistait de la linesse el de la supr:-iorit6 da
ravail execute.
1G


The Royal Mail Steam

Packet Company
Le steamer (*onw;n v vc:nlt d Sud, seraA ia l apitalc vcrs Ic' 2 .luillet prochain prenant
fr6t pour 1'Europe vi;A hIs prls du Nord.
Port-au-Prince, It 8 jnin 1929.
I. J. 1l1610,
Agent G&neral de ia Royil Stca:in Packet Company.
Telephone, 2311.


BISCUITS PERNOT

Chez LAJOIE
ET

Au BOiN MARCH

Nos aimables ,icelts troverlont les Biscuits a ieveillou
Grackers1 si iunpaltuiicict tic:tcnidus.
Ce Mtune spcciiline de la (irauue Biscuiterie frannqcuii
Pernot un genre de Bisctuits Sodas tins, !6gers cover ant
anx estomacs delicats et max enlants.
Servis sous la torme de sandwiches, ces biscuits son p.'
tants.
N'oubliez pas les spfcialili s Sable, Petit Reurre Gmrnin.
Pioupiou, Marie. Albert, Petit Pain dore, Boudoir,etr. si
greables A savourer.


Rappelez-vous, families
Que ia plus agree blf pension scolaire au triple poivt de vue
Etude, Travail, Sin, c'est 1 INSTITUT TIPPENHAU'ftt
que meilleure el la plus rapide m6thode d'ensfigneLute
class ime moderne s'emplole a
L'INSTITU'' TIPPFNIHAUER
.Le scc6s, I'an dernier, ,e tous ses 81~ves de Pti.:nijre
eat one preuve ~vidente et celui de ses 6C1ves de 4.',ce et
76me en est one autre. I,: stitut oftre, aux relardatai **s les
service a de sa classes de Ph,; sophie.
Heures des .our: j 8 I!cures p. m.
Section prali,.i f i .':, Comptabilife, Las
gues, Ae 7 a 8 b. p. m.
N'hesitez pas si vous I. \ I, vn la ir c'itiie sstiftaC on
coLfelr vos enlatl ,i
1,Ns.I 'll T TI ENHAUER
Retonnu I11 tiiite Publique.
Enseignemenit classique general.
pratiquc special.
Preparation :.ux Universit ""


_:____William_


*1




.1

:.1







.16

0,
A


--- -~~___ ___ ___ ~ __ __~ w -I= - ___ -Aft IBM_


Juln 1929


I- ~-


I-- 1---~c-


I r - --


PAGE-m-a


J



I
I
.'5

- h

S
I.1


I
A:

o




PAGE,.- 6


-_ --
f
,.kfd


SUn nouveau
SA eol Au sure
Au cours d'exvbriences su


Energlque antiseptique urinairo
V *. ,


I AKIANIN,
off~r~ vie 'I*'$r
eE.06*4r. 664@ viPAGC I. Wiatis a .ICn Id u: lef. .o500 '! ,
I urr~rlrase*.:r;r c~ ~~u~lr:


I)Dan It- but de touroir au pulic' un useriviie courtois t1
ref.cil, nuous avons ouvert un nouveau miagasil I)(odc'rnc .1
Vancileo ocai occupy par le IBazar Miropolilaiui. Notus invi-
tous cordialement e public Ai venir visitor imotre nouveau
rayol; dfltaires o vous trouveicz I'a--sorti metI le plus coill-
plet 'iC peinture (( DIAOEv, des accesstiires et I i(-ccs Watl-i
lomtniiCSAdos Iteiricrateurs Eleclirio% tKALVIN4) ()I ), ics
lZaUv,- alx Orloptonic (()L UMBIA KOLST'i''ll I, el des ph.l
ques ;les &jltries 'EXIIDE' pour auto ct bwaucolip d'aiitics
a-tiVlCs.
"Notre devise e's d L1ri,' en'wice. Si vous isn trotivcz pas
ce qi vous desircz ins nolre rmngasin et si Ie service nW'st
p:iS s votre satislfaction Monsieur KNEEII1 sera heureux de
soecliwr pcrseonnehleient (de vous.


Les PNEUS FIRISTONE el e oolts freins


4 4s,


IPNEUS F1HESTOiNI. J UISONT GUM-DII


L. PREETZMANN-AGGERHOLM & Co
Agents Ge6nraux Rue du Quai


_ ____~ __


4


--iEiiiii-21- PCISE~Yiili~ ,, ___




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs