Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04183
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 5/25/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04183

Full Text




Cle6ment Magloire
DIRECTEUR
13as RUB AMERICAINE 1358
TkPS I(e -P ~t2


1 -


-ft .- ""I


S36a ANNtEB N 8702


PORT.AV-PRINC]; (MMTI)


SAMEDI 25 MAI 1929


i'W o1i oblaoeque du Saiemodi..


Public et Journaliste

Le public est parfois bien I'aflaire d'une minutes Bier
SIOdlcie A contenter. Soovent facile A dire; mais A fire, c'esi
II as plaint de ce qu'oo lui autre chose. Et d'abord, le pu
'fr et r6clame ce qu'on ne blic nous r6clame trop, pour
|1 ti dit pas. ne point comprendre que I'a-
SChaque jour, la correspon- mit6 n'a pas de droit ol no
e des journaux apporte |tre s'efforce et travaille. Toul
recriminationss des uns, les labedr merite salaire.
tes des autres, desd loges Mais, malgrd tout, le journa-
et, mais aasi des repro- lisrOe est une belle profession.
plus ou moins justifies: La preuve? c'est que les es-
uoi navez-vois dit prits les plus nobles se sont
t ou n'avez consacr6 que r6clames d'elle. On cite sou-
slqueslignes A tel incident vent Chateaubriand, pair de
i.~ eoi nous interessait, tandis France, ancie' ambassadeur a
A,6e vous nous avez servi toute Londres et A Rome, ancient
Is.. e colonne sur un fait divers ministry des Aflaires 6tran-
i tininavait pour nous aucun g6res, ecrivain de haute li-
t I rltt ?. gnee, qui, cit6 come t6moin
; Naturellement, on froisse dans un process de press, au
Ws lettresetlies voot au pa- president qui lui demandait
i nr; on n'y repond pas mais suivant la formule: a Quelle
Smen tient compete malgre soi. est votre profession? r6pon.
:Comme disait Albert Glatigny, dait crAnement: (Journalisle)).
Jya quelque cinquante ans: M. Poincar6, ancient presi-
\". dent de la Rppublique fran-
Ca nou devons nous sonmetlre caise, deux fois president du
) a. qi.eutnoire maitre Conseil, actuellement, chef du
A iablic itre exigeant
kL t drt incontestable gouvcrnement homme d'Etat
i gu I'onserve d sa table honored et, partout, respected,
C u'il veut pour son argent. na-t-il pas dit r6cemment ( Je
Sous n e plaisante.ressens la nostalgia du jout-
Sous one torme plaisante,
S'st la rponse p6remptoire a nalisme. Je me c o n s i d r e i
tebtes les r6clamations du pu- come un journalist en dis-
blic A son esclave, le journa- ponibilit et jeprouve des re-
: On n'a e souc' de ne gets de cette vie active et de
.i.er dans tous les jour- rutte pour lea idees; elles me
sx,guel qu'ils soient,que ce ramneront sans doute, apres
ap veut, ce maitre exigeant, les temps r6volus, A ces occu-
Squ'il desire, ce qui doit 'i- nations qui-ot tant de char-
er. On se met, chaqte me et dimprevu. Chez nons,
Sa a, martel en tte, seds qi n a pas t Journaliste, au
.ss dessous. la cervell. moins une fois dans sa vie?
*wtras dessou la cervellq, 1Maw net le metier nea
patrowyrdevl oIsattsfa.ir
gokls, sa curiosity, comb g'arde que ceux qui meritaient
ui A ses instincts; il n' Y rester; mais ii y en a
tEtre, pas une publicatrod, beaucoup qui ne furent que
la plus grande a la plus pe- cela toute leur vie.
Squi ne soit soumise i La rofession est si belle,
loi qui nestinscrite nulle elle ae tant de charmes que
im mars qui est observe parfois, de nos temps par
art. Cest une des servi- example, tout le monde vent
et non a moins lour- en tdre. Ecrire est la grande
-e du journaliste, du plus folle du jour, bien ou mal, on
Important au plos modest, s'y vertue et, chacun, se croit
-,r,co.mme en tout,il y a dan journalist d6s qu ii a un e
otession des journalists plume entre'les doigts. Bien
out rang et de toute cate- plus, il ne le croit pas simple-
; il y a mnme des brebis ment, iI le dit tout venaut,
ues elles sont, c'est sen vante hautement. I.e me-
de le dire, heureuse- tier cependant nest point si
fort rare qui com- facile que cela A apprendre et
fort rare qui. com-
nt bien des m6faits et a exercer; apres bien des an-
tque ds qu'ils ont une ndes, elle reserve encore des I
S en main,. il funt qu'ils imprevus et des surprises. Qui
snt leurs semblables peut se vanter jamais d'y as-
lra menace d'une publicity ser mattre ? Cest, certes, dan.
dsleuse.S'il savaientceux- le domaine du journalism,
Is joic qu'on 6prouve de plus qu'en tout autre, qu'on
j sa plume an serve .. pent dire avec plus de raison:
obles causes, des'en ser- est ais tropard pour


our exalter l
et chanter la

Ois, que soB
f res exception
pphalange de
.ui 6crivent p
letler vi
liyfvr d 1'
W.e onsidin

et toujours pr
noe sarriteo
le, jusqag
que t ourt
Hide sa u
ead ra l
R'll doit, qu'ii

aS Lre o'a


Sbonheur d<
t. Devant ce
des gens.que
I pblicite sens b
o. lInft "gene,
Sn'est rien, disen
i rvolt~t, tebiso
on 4d'4tes'lig


Sbelles ac- pprenure. est la pruiessiuo
vertu et le oi il y a e plus dimponde-
rable, c'est celle ou ii con-
tces r ares vient do taire le plus large
ns, enT ace partr.*urIncob.i. 6 A impre-
ces braves vu, El je crams fort que ceux
ur drOfen-. qe m se fattent d'dtre journa-
ogar gner lists du jou au leademain
4 t c ,tre ne soient autsw chose que ces
td ,Ert~ brebis aleasi don't nous pr-
ati iorn-B I- ons tout i l'l ure et qui ne
D4t'lt-'- voient dams Ie tier que les
?lo i,_ lers tnsea. i peut
rt A la cri- rrer.,
6re. 11 lui On a souvent dit: I a pro-
,; de com- fession de journalist meoe
aste dt A tout, Ala condition d'en or-
Al r un tir. b o A quo! Jsaes Cbrifl
i, chacun qui tat atn ld jourtiliste
I t tou- r postait: on, li profession
to A 1 condition de

a mor1i. n o
rien, e chaen. journalist
sea no a p "- r
Scux qui sune M 9 plaindra de
tte indeli- l ,_ _, ,
mandeurs
)ourse d-
k' O N Irouve u l'it a la
rsf I.atterie RBUEY de
it-tls, avec 6 heures du Maia i josqu'A 5
uciancQ A thbures de I'prOs-midf.
nes. I'et 1I" f31' rand-Rue.


I








































I


ILa grande armie de Odeon
La Grande Armee des DISQUES ODEON eat enfin arrive
et d6barqu6e 6 Port au-Prnce le 15 Mai avec toutes forces
d6ployees. Celte tois il y a de TouT.
11 y a un grand nombre de Disques Aouveaux et aussi sont
revenues les ancieus grads combattauts et grands iavoris
don't nous notons les suivants :


IChant de Mistinguettle : II n'a vue Nue, a c'est Paris,l
,On m suit, J'suis nature, Charlotte, Dorothbe, parisette, Mit-i
sou,Java de Doudonne, Julie c'est Julie, etc,
Dictions de Monteaux.: Les IlMuftons Legende de la Brise.;
La Chasse, Chantecler, Credo.d'Amour, Le Cygne. Sonnet
d'Anvers, I'Aiglon, Cyrano de Bergerac, Hermani, [JU Evan-
giile, Ruy Bias.
SDictions de henry-harx: La Brouette, Lucie.
Chant de G(ouin : lle a ptriu son pu.ii.o1 I.iionai, El'1I
lanse Ic Charleston, L'Ame ttia lIoue ~ljie 1i e, Palineis,
Partonit. parloul,, ubade ci Atiour, Rieu nc vaut tes 16\re ,
Rose Marie Chant ludien, Veute Joyeuse. etc.
S'alse de I'Orchest e I iennoi. R Ramonan irincesse l)olla, s,,
I1a Divorc6e, Murmures de FPlcirs. Beau Danuhe Bleni, Val,-:t
le I'Empereur, 1Rve de Valse, Narcisse, D:lt, Ponione.
Musiqile Le Miulin de la Fo1i oi ,u e, la Fr'g- de 1 Ford ,|
Paloma,Maria Mari, Wailaua tVa!lx, Alclha Uhe.
Jazz el Tangos -Hal lelujlh,.D w-lf)w-Dvewey Diy,l iccrlo
\'av o del laxims,No te quieaom-s, etc.
'Irompes de Chasse, Aceorlde os, guitars Hainaiennes, violons,
violoncelles, etc, etc.
Demandez la Lis c Ge&aralJ ouvelile ct pri&er de la garden
ar nous ne terons plusde li les Generales, et engager vo',,
lisques au plus t6t car cette grande Armee sera vite en-
loutie dans le pays come ctHe de Napoloto el de Leclere
Que surtout lia .'rI.vinceie rappelle que lavide ICapi-
Ale est toujours pr4e a euliver promplement tout come
elle a rait pour les arrivages prced- nts.
Aussi nous n'auroas pour tlongtemps d'autre envoi im-
,ortant, la production de la labrique etant engagee pour
3 mois d'avauce.


BAZAR ODEON


J. Karayany
Angle Grand'Rue & Rue Ferou.
I --" -- i -- -- "


500,000
Les 4 premiers mois de l'an&eeen course ont vu s'.ccom-
fplir un lait unique dans les annales de I industries de I'auto-
mobile.
SPlus d'un demi million de CHEVROLET SIX ont 6t fa-
:briqubes et veiducs on rnoin, de 4 mcis.
E, c aticignant c chifi'e de producti',,n, la ( hevrolet Mo-
tor Co oon st ulment b.th tons les record, s deja e'ablis par
elle, mars encoie lance ,)lis d f voit.ires en 4 muis que touted
auitre marque de mna hines A SIX c'yliirlns.
Peut il exister de preinve plus c(onvaw;r.a! e ,(ise la Chevr
let Motor Coo onnair ;roffindime' i les Ib '.,.is des miAteur,
d'auwomobiles e, que la :ICEVROLET SIX a pl Aienent sa-
tistait les personwes les plus exigeantes.

The West Indies Trading CO


A Royal

Cabaret


Que personnel no manque ce
soar et demain soir A Ia tete A
Royal Cabaret, Mirlissent. Une
grande surprise est rservee A
ceux qui sy rendroni ; il au-
ront Iagreable plaisir d'enen
dfe Iflectrola, Is merveilleuse
nouvedaut don't Royal abarel
vient d'tre pourvue. Comme
toujours, le bal sera des plus
brillntis et I'on y passer les
beuren les plus charmantes.
D'aut part, Is direction'or-
gaiise un jzz qui sera bient6t
maugur6. Avec toules ces amn-
lioratfons, Royal Cabaret sera
bieotIt le lieu de rendez-vous
idispeasble. pour passer de
bonmas t agriables soirdes du
samedi et do dimanche.

TE loe Meubles pour Sal
S In 1 oO O ier de Chine et
doe Vienne-,
Armdir~ -vc '*se et ans
Tatdl ife toilette. o-
, Li s n ter- M1e h14le
de s *.II- ma eager ;h i-A es
e Ii d n ; 's Ivi 1t s
Chuis.s pliamiles Taib vi ie
jeu Tapis et Carpettes el
tous articles d'ameablemeul
A prix moder6s, chez
PAtULE AUXILA


Fai tslls

et Nouvelles i I


I


An Club de Pelion-lille
II y aur, ce soir, super su
vi de bal au Club de P tion
Ville.
Ces fetes du Club soult ou
jours tres brillantes.


i-


*


Les No.lisles tl I'Ecole Apstlolique
Notre-Dame
L'Association des Noelisies
vient d'avoir un geste qui me-
rite tdilre soulignO. Au lende-
m',in de leur grande journOe
qii eut lieu derM:irrement, la
prCsidentedu Comit6 se presen-
ta A 1'Archeveche de Port-au-
Prince et offritl Mgr Cosnan le
montant d'une bourse entire
pour un eleve A I'Ecole Aposto-
li qe Notre-Dame.
Beau gesle qui merite toutes
les Lflictations.


&


Co


'LACE DE LA PAIX
Grand OpUque
Lunette Lorgnon Pince Ne:
Or Nickel Ecuilles.
Assortment complete de lentilles de premier choix.
Forme Honde et Ovale
pour routes gradations de vues
Lentilles Fumees. Feuzols Bleus et Jaune.
Lentilles d double Foyer
Prix defiant toute concurrence.
mahion eat d mdme d'e n cuter sans retard loute
ordonnance d'oculiste dans ses ateliers.


Au Manage Moderne
9BENISTERIE SCULPTURE et TOORNAGE surBOIS.
JUSTIN JUSTE. Preprl6taln.
15141" Rue do Mopsin de l'Etat, 1518- Phone 3213.
.0a. trammn do curiouits haitieines en galic et en acaj
jon; HUy a dlaetq do bous. ks types exposes.
L u blammU" I U %a101. 's4 t iin g'- o et mbre
'LtA, L'ut ia & i 3i uirt?. Ntyie..
Virju ir a'btil ub t asneol. e 5 ti loul Ae t ai'h sitcz pas A
kunflil vuM uciUIMIICIeb au ' LNAGE MODEnNE sa vous dd
.,,i'Z t, vvir at-) mieubri iris julias.
Vous sr rez sitisijt de Ia finesse et de Is supbriorWt6 dll
__avavil' xecutf.


I-li


Le ler uillet prochain, a.
Sront lie.A I'Hopitl de la G.d'H
les examensd'admission pourle
m6decins qui doivent fire pal
tie des Services de sant6 de I
Garde d'llaiti.
La t.te de St Isidore, pa
tron de La GonAve, a 616 cedI
br6e, la semaine derniere, en
grande solennite. M. leChanoi
ne Rescurio, cure de St Marc, ,
prkche.
II y a quelques jours, Mgi
Le Gouaze, Coadjuteur de Port.
au-Prince, a coaflrm6 326 per.
Ion lts toit 11.3 enilanus, a dl
Croix des Bouq'ies.
-- De grands travaux de r,4p.
ration sont,pcluellement, ex6cu-
|ts aux difldrents batiments de
I'H6pital General.
C'est le 30 juin, dernier
dimanche du mois, que ser.
donn6e A Bailey's Beach,la gran
de lOWe naulique internaiitonal
e soir, A 8 heures, les boy
sconts nationaux joueni t Va-
rietis.
-- M. Vilgrain, juge d'instruc
lion, Doursuit son enqu~le sur
I aflaire du deficit A la B.inque
du anada. Plusieurs employes
et anciene employes de la Ban-
que ont 616 convoqu s au Iabi-
net du Magistrat et interroges.
D'apres une information
de Rome, le Pape a annonet
qu'il sortirait pour la premiere
fois du Va'ican, jeudi prochain,
jour de la Fdte-Dieu.
Hier, le Conseil d'Etat a
vote une !o ouvraut des credits
6 diftrents t. parlements minis
tlriels.
-- Demain, il y aura ceremo-
nie de PremeOre Communion
dans la paroisse du Sacre-Cceur
de Turgeau.


... a assistecncore la Randnd'
Ilue a une scene de jalousie.
Madame, la belle Y..., :.ttcndant
pourtant d'tire mire, avail de-
cide de profiler de I'absence de
son lgitme pour passer quel.
ques heures en charmante com-
pagnie. Le maitre du logis sur-
vint pourtant sans qu'on I'atteu-
dit. Et le voili en lace du d(e-
sagreable tableau. L intrus, un
vieillard impenitent, I.... se re-
lugia sous ine table et madame
put la fuite tout simplemen4
Elle court encore.
...a contempl6 dcux photos
repr6sentant un group de jo-
lies dames et demoiselles en
compagnie de galants messieurs
au course d'un pique-nique A
Mon -Repos. Par les visages son.
giants, on devine quc toul ce
gentil monde s'est bicn anmus.
Chacune a choisi deviant I'objec-
tif une pose qui faith micux res*
sortir sa grace et sa bcaut0 et
chacun a voulu se mettre au-
pros de la plus belle pour cap-
ter un peu de cetle beaut.
... admire surtout celte de-
moiselle tout A Iavant plan, A
gauche, don't les jambes haut
eroisees laissent al er bien loin
les regards de NOTHE (EIL.
*


a vu I'innovation de Ia Lai-
lerie Bailey. Dans un recipient
bien close, une petite laitiirie
vous offre do lait pauteuris6 A
25 centimes le verre. II n'y a
qu'A tendre son verre, on onvre
I. roblnet et I'hyginique bois
son couple. II ny a pins; ipr.:
qu'A boire.


*


-_ _I_ -


La prum8Us'
dui Forgat a
Elbe aiae donnCe,h Varieft~s
samgdi prochain icr juoin
-i heures du sofr, iaa pre
mitrei douL randt coni-dio
dramalique do M lorzii~i
qne HyppohibL tLe oruat LLe
rr~s su't bnurs par no
meilbouarsateurs ct it n'ly
pas l'ombre d'un d m*:e q
cetle p16Mc ait un graoa$
1bea sncc*s,

a~'1


i


A. DE MATTEIS


I


___ ___ _____ ~__ ___i =_ __jr_ ___ ___ __ ___ __ __ __ __ __


gI


--..-- -- --------I


II


_ ~__ I


!


... voit qu' Ia rue dles Ct sars,
- au coin de 'a rue I)r Aubry, ii
n y a une poubelle oihles gens
- des quarliers cove mu itanis let-
a tlent t daritis et dt-'clivis. Avant-
h Ier na tin. tin ii on ho cii cue sur-
ul) It-' Ic verscl. ii se.jur h~i % Sru le
I C 1) o I (I dt. I' pollbelld.r. Que
Cr'ovtt'- 'OLIS epIt il adVnIIBOn-
hollilivc t pal ii i .11 cf it l)US,
Jvtix s'enberlificoter Iv' 1111!e
orotIures all o, :i fnd cdIu I t'(Ii .

midi, aft bas de la juti St. Ito-
nor6, .1 uticn iamuituotu-w scfc
tiizpr(c- diner. ( h b I o i~flnne lt
belle L1. ., 11 N' CiuiIt' cii:atiuc, rIda
"Ne (le l'rcmtrv Conmiticinion.
On fit, natureellernem I. tO rce ri-
pamille et se verso h)I'Mce rn.sa des.
1.c-s tett', apres hoirt. s,'t-L-huf-
tcwcnt et, bienIatl, ce i rent ls
dlisc ussio ne (It les tc I as I Io vOjx
violetits. C(- .ifnet ci ''n uil t, des
dames eurciul o's crises ncr-
vouscs, ii v eut des assicvtes te
des verres brises. I '* gendarme,
insoUCieux de toult e aisii-,as
sistait Ae la sccfre. II 'mcml(A pai
di service. Eifiri quamedil :1 po- V
lice armiva du posted du I'ortaiI
de LUog#ne, Ic colnivc s'Mit r6-
tab Ii.
a vu, avant-hier, Ics ou-
vrit'res de la Manul'actiere Hal-
fiienne de l'rlalics, en :Iti,-lian t
I'heure d'ouverture des :cteliers.
se grouper sous une galomie et.
recuejis en main, enltonner des
anti ues de Preiimtrc o Cormu -
nion. Elles cIhan~trent IteJ toule
Icur vox, ci clhunteraient long-
Ic~ilps si l lcloclw, timutant sou-
(laif. lie ks avait apl)kel'es Ou
travail.


I


im


I


!1
[l
I


ivfre tbre dePON lefraux ebs-
hm s raises ces I me miller mayen
4('peJJre murGir.
J. J. KOu'SIIAI.;


n'!







LE MATIN 25 Mai 1929


PAGE-2


4-.


ALes neilleursPneus et Chambres a air


"GOODRICH "Aux MEILEURS
PRIX


Hailian Molors S. A.


Port-au-Prince


2379


Cap-Hatiien


393


Toutes les Polices

DE LA


I HUM! II


ix



I





mu


comprennent la Protection contre la f

Foudre sans augmentation de taux w



Euq.LeBossetofo


AgentsGeneraux l
r*a m an m Ia


r)L-i Lit -L


E' b ll)ellissement et hygiene

AERO PORT-AU-PRINCE


\' gI' I ige de In vast machine
Irl'resswive qui tourne et mal-
gI 11ousIII noIlS emporte.
Ilecltrcilti., radio o, aviation,
I ( I pho ne au to matique et
toul ce que le umodernismle com-
pole inous envahit d'autant plus
irapidement que nous n'avions
rune Nos installations sont done
des derniers systkmes. En corn
paraison de nos voisins, nous
sommes en quelque sort plus
up-to-date. Bient6t notre capi-
lile aura ces p6troliers qui
viendront remplir les vastes
i'vervoirs de Thor et par nos
riutl circuleront des camions
Inlug.i livrant la merchandise
ini11iimmlable.
I1a chose la plus importance
pour nous et qui doit lancer
notre capital a jamair, c'est la
crb:aton d'un vaste oaroport on
les lignes aeriennes qui sur-
volent nos regions pourront at-
terrir et trouver un abrh con-
fortable et sdr. Par sa situation
geographique, sa baie merveil-
leuse et pleine de s6curitM grace
aux montagnes dlevkes qui la
prottgent centre les intemp6-
ries, Port-au-Prince, avec un
chanip d'atterrissement entourb
de tout le contort indispeneable:
hangars, station de sans-il,
pompes A gasoline, magasin,
ateliers de reparations, h6tels-

A I'Assoeialion Calehlique de la
,eumesse Haltieare.
I 'ne conference de Mgr Le Goua:e
Remain, il y aura stance A
I'Association catholique de la
Jeunesse haltienne. La reunion
se tiendra comme de coutulne,
A I'Archevtch6 de Port-au -Prin-
ce. La conference traditiounelle
sera prononcee, come nous
I'vons annonc6 hier, par S. G.
Mgr Le Gouaze, Coadjuteur de
I',rt au-Prince, aum6nier de
l't.Envre.

.Me A. Acacia
AVOCAT
Militant A POrt-au-Prine.
En fail part 6 son ancienne
chenille el d ses amis et con-
frdres tant de la C'pilale que
deesatres uilles de ,la Rpubli-
MF--


restaurants, ne man nIierI I :
d'(tre l recetre ideal (u serni
frequent p'ir Ious
11 imported done qt(i'au 110o-
ment ofi les conmpagnies elu
dient leur illinraire que niotre
gouverneient die son til'6 pense
a etablir ici au plu> vite, pour
que nous ne s ,yons pis hanidi-
capes, un adroport offrant non
seulement les comnmolftcs tni-
triellcs inais encore de, ,facili.
t6s adiniistrativcs, rapites el
economiques.
P'rofi onis de la circonstance
pour travailler aussi a elmblel
issement et A I hvgibne de notre
ville. Le quarter de la Sal ne
est horrible. Faisons le dispa-
rattre et installons A sa place
notre aeroport qui sera tout
pres du qusi. Ainsi situ,, il se-
ra umphibie. Avions et hydra-
vions s.ront A leurconvenance..
Du coup, nous pourrons aussi,
ei& dUtruisaot les ilaisardes de
cette population IiLtere s:inte et(
pauvre, biAir un, cilt ouvri re
qui est la plus grande n6cesMit6
par ce siecle d'hygiene et de
protection preltaire.
Et ce sera aussi le moyen
pourle President Borno de rta-
lises uu de ses rCves les plus
chers : la creation d'un beau
quarlier ouvrier.
....... II


Lire en -1"' 1 Page :
LE DIRAI'EAU et


L'N.FA.NT


La Bibliot.eque de I'Amicale
du Smisiirt
Pose de la premiere pierre
C'est demain, come nous
en avons dejA part A nos lec-
teurs, qu'aura lieu, au Petit-St-
minaire, la pose de la prem ere
pierre de la Bibliotheque de
l'Ainicale du Petit-Senilnslre.
C'est S. G. Mgr 1'Archevtque
de Port-au-Prince qui scellera
la pierre et la bUnira. De nomn-
breux parrains et marraines out
Wte chois. Nous rappelons qu'-
ils so rencontrarout au Smiui-
naire.


Avis
Me Chrittian Fournier, no-
taire, announce i ses client,
quedureut son sejour' i Etran
ger Me Marc Oliol A la (drec-
Stion de sou cabinet.


q=L- W


TIMDRES POSE
CONVERTISSEZ en ARGENT
vos TIMBRES-POSTE
i 10.000 disponlblsr
Si vous poscdez des Timhres rares, des
I.ollccuoiis, de Timbres-Poste usages pour Vente
lrivdce ou aux Encheres, envoyez i :
THE CITY OF LONDON PHILATELIC
AUCTION MART
I a a~ Georg eStreet
Mansion House
LONDON (England)
No pu evTo do Tdo T khlrd&at I Mdli Uf
Lajor vIne Trigv: flmae -s uts!Poo
Lu me 1I mI ri
Ddeluor cdiro.t l. adwr &d chMo d.i.

LES

Imposantes

Funerailles

de Foch
A PARIJIANA

D)emrn) est le jour tant atten-
di ou nous assisterons. A Pari-
slana.auximposantes funerailles
de Foch. Ce sera une soiree in-
oubliable de grand gala oh sans
bouger, de son confortable fau-
teuil, chacun verra se dirouler
sous ses yeux les solennelles
obs6ques du grand Soldat.
Soulignons cependant au pu-
blic que le film est une parties
et sera suivi dun autre film,
La Femme en Habit. 11 n'y a
done pas A craindre d'etre lahs
pas su iongueur.
Dapr6s le noinbre des cartels
deja vepdues et celui des pla-
ces revenues davance, il y aura,
remain soir, foule a Parisiana

La Lotirie desa Buvres
Le prochain tirage de cette
loterie, organisee au profit de
l'Amtcale des Membres Qu'
Corps Eoseigoant etdu Conti-
t6 haltien de 1'Alliance Fran-
caise, aura lieu, come nous
1-avons dt6ia annonc, le di-
liauche 9 jusa prochaiu, de-
vant Parisiana.
Les billets de cetto luteril
sont tr6s r6cherch6s; pour sa-
tisfaire des nombreusej de-
mandes de billets qui leur out
et0 adressees, les administra-
ieurs ont 6t obliges de dimi-
nuer le uombre de billetscon.
ties aux vcnueurs.
Le gros iot de cctte loteric
est de 2000 gourdes.


Alerte!...

Vif emoi, avant-hier, a 9 heu-
res du soir,a la rue des Fronts-
Forts.
Des gens du veisinage avaient
cri6; au feu I Et certain soute-
naient qu' I'interieur du N* 319
de la rue, un gros immeuble
en maconnerte ou sont logs
les magasins de M. Joanny Cor-
dasco, un incendie c ou vait.
D'aucuns soutenaient meme qu'-
un vague brdl. s'en 6chappait.
Un gros attroupement se fit aus-
sit6t devant la mason et, cha-
cun, le nez en lair et les yeux
ecarquilles, cherchait a decou-
vrir quelqu'indice, feu ou tumee,
qui dcelerait un incendie. Mais
de tout le danger dont les gens
effrayaient ces oreilles des cu-
rieux, des passants attardes, le
tait est que persouue ne voyait
rien. La police et les pompiers
alerts arrnvrent sur les lieux
et, plus tard, MM. Joanny et
Fioravante Cordasco, sans dou-
te, r6veilles de leur premier
sommeil et sommairement ha-
billts, l'un en ample et leger
pyjama, I'autre en bras de che.
mise, fort simplement. M. Joan-
ny Cordasco, de I'air le plus
tranquille du monde, fit tour-
ner la clef dans la serrure de
'une de ses portes. L'ou se pri-
cipita a 1'interieur. Rien. Tout
6tait en place. Au milieu du ma-
gasin, un grand cercueil atten-
dait son mort. De leu point. On
in'era que c'tait quelque court-
circuit delet tricitk qui avait tin-
si effray6 les gens habitant A
I'.tage, M. Dweck Khouri, com
mercant syrien, don't le maga-
sin est a proximity, A I'angle des
rues du Centre et des Fronts-
Forts. Et on intercept le cou-
rant dlectrique.
La pompe replia son tuyau
en caoutchouc qui, tel le gigan-
tesque fil d'un norme ~cheveau
divide, serpentait dans la rue.
Les extincteurs dejA mis en pla-
ce furent rembarqu6s et, tous
s'en furent, curieux, pompleTs,
agents.


Parfsianl
DE&MAIN SOIR
A 5 heures matinee :
La Neovelle Arorre
(Suite)
Le P'tli Parigot
dFin)
Entree : 0,5'); Balcoa : 1.00
A 8 HEURES
La Femmne en Habit
avec Mdgda Holm.
Leo Obs6qures
du lar6ohal FOCa
Entree : 2,3, et 4 gourdes.

Un procMJe de relroidissemeal
des noteurs d'avioas
Le Ddpartement de la Guerre
des Etats-Unis vient de publier
une information qui interesse
au plus haut point les autorites
a6ronautiques de tous les pays.
Le D6partement announce la dd-
couverte d un procWd6 chimique
qui permet de retroidir les mo-
teurs des avoins.
La formule consiste A remplir
les radiateurs avec environ 18
litres d'un compose chimique
au lieu de 81 litres d'eau, com-
me c'est actuellement le cas.
On voit quels avAntages ii en
resultera pour les aviateurs.au
course des longs raids.

Us atlentlat contre le aroi* de la
Presse gree,ue


. I1


I e GuAu 03 Mmu~


Une avour d'uzneaa
vous no trouves
part sillounr
LA GnuAU 3 MINNumu d*
(to I- o autrm en iau
*a gone"i juoqu'iei pw a
liti, seve.r, st ea
Le olson feit. o Mn
diet 12 burnre, dear d
miux Suidois, ear fe *
.fft ds doan.r x rai
un. evour d'umauJ queiu
proeddi, dans aucus aurtn
no peut reprudurto.
En Vents dai tout9 a the b
Eplrottso





DEMAIN en matind:*
Le ra do beear asCa
A 8 HEURES .
5 parties
drame de Ia vie moderA' A
Par m ri |1
3e episode '
Entre : 1 gowrds. ,
---iiaf


--- -- __


1


Phone


- --- - --- --- ---"--- - -- --------- -- --~*1--- -- -.-* -- -~.- ----~- -r--- -- -- ---I-- --
-ilrrr*rrurrrmrrr~rrrrrrrr~----- -- -_~.p- ~1 .. ... ~ic~


. I


__


w own


1


-rw


,.,
I


au 1 :d


I





231m. eAN!E No 6705
fgo-Prince
Umi~phone. 2242


tug IVAS


___I __ ___


25 Mai 1929


- I ,, r I t


la *Dame Blonde


a eine, des espions alle- elje n'h6sitait jamais, lorsqn
n -dCe la grande guerre in- ses ordres talent insufflsar
"i "d BFlin.dans un asile m nt executes, a se rendl
.f L. elIe-mdme suir place pot
m iontrer ux agents d6fatllan
Ieportesd'unasiled'alikn6s on incopables comment el
ina sP e sont referm6es, eotendait que la besogne do,
ujr4t&aCnira, 4ur une elle les avait charges tf't ex<
JnCl ~fr $~4ne 'ct jolle, cutee. Uo soirque, rentrat
turant, la grande d'une mission eflectuee dei
run rb6 des plus .im- ri6re les lines franchises, el
alts. etue femine, don't rejoignait, par des sentiel
l.s. autoritas sn- ditourn6s, la fronti6re suissi
idlu grand quarter elle se heuria soudain, 50(
A soand, n'a jamais m6tres, avant4d'avoir atteir
lidentite veritable fut, son but, A deux dousniers e
9 A 1918, le chef supr&- a un soldat francais qui lu
services d'espionnage demand6rent ses pa pier
dtatjmajor du Kai- Pourtoute r6ponse la bell
o r aventuriere leur logea ton
,.'aojourd'hui etait les trois une balle dans I


1i e par les services de
ements francais sons
de Aelle Docteur,et par
lliqence Service Ibritanni-
ila-g d no:rmait Mm. la
Sheinrichsen. C'est la
Ie Dame blonde d'An-
Indont on a retrouve la
t gMdans toutes les grades
jirts d'espionnage qui cc-
4rant les justices militai-
lallies pendant les hos-
Coe femme tatale, blonde
ile bl6 mnr et d'une
idlatante, d'une beauty
damner un saint, 6tait
ffune intelligence sans
preile. Audacieuse a l'exc6s,


poitrincet, d'un bond, gagn
le territoire helv6eiq'e.
Elle ne connaissait pas I
pitied et n'avait que mepri
pour la vie humaine. Par ell
et pour elle, plus de 300 es
pions, attaches A des titres d
vers au grand quarter imp(
rial, ont et6 tusill6s, tant dan
les pays allis qu'en Illema
gne ou en Autriche Hongric
Par elle ou pour elle, pli
sieurs centaines d'autres mal
heureux, qui s'6taient laiss
prendre, I'attrait de sa mer
veilleuse beauty, n'ont 6chap
p4 au peloton d'execution qu
pour subir d'interminable
ann6es de detention.


Rn n.
IP R~htniru.l (Ic


e.


U.
ic


On demand
SlInographe anglais fran-
cais expdriimenle ai courant
du travail general de bureau.
S'adresser a l'Ecole Ceintrale
dAgriculture d Damien.


7 k'vhone, No 215i9.


AC I AI


(a i a Dam) e blonde comlme
t I lappelait souvent, rfit vau
se quc u(Constantin ondovaris,
) un Grcc, qui 6taitl liube
a in o u r e u x foui d'elle, et
qui, pour In conqulrir, avail
ucceple de devenir, it Paris
ue mnome, agent de 1'espiouage
n. allemand aux appoinleoments
re lixes de 10.000 francs par
jr mois. perit dans un foss6 de
ts Vincennes.
le Elle enr6lait elle-meme ses
,it' agents et les faisait espionner
- 'les uns par les autres. C'etait
nt un tdre reel'ement di b di-
r. que, crde pour intrigue. Elle
le ne connaissait pas d'obstacle,
rs exposait sa vie avec t6merit6
e, et marchait sans trembler sur
[0 les cadavres qu'elle semait
It sons ses pas. Tout l luonde
et lui .oblissait et la reJoutait.
Si Les plus grands generaux, les
. plus pleins de morgue, ne par-
e Iaient d'elle qu'avec humility.
s Aujourd'hui, apres tant de
a gloire, In a (a me blonde ,
a pauvre lille terrass6e par les
stupeliants et ayaIn perdu rai-
a son et parole, attend dans un I
s asile d'ali.encs de Berlin que
e la M;rt merle fin A uine exis-
s. tence qui, mialgr6 16vidence
i. des faits reconnus exacts, con-
6. servera sans dole toujours
s un caractire de legend.


Les PNEUS FIRESTONE el de ons reins


VOUS PROTEGENT


0-


' Uf()~J lIFT


) L


INISSEZ d'avoir les bras tendus de
fatigue quand vous conduisez. Equi-
S pez votrenautomobile avec les

FIRESTONE

les PNEUS qui absorbent les chocsdes
routes.


Specialement recommandables sont les
PNEUS

FIRESTONE

pour les chauffeurs des pays monta-
gnenx,oui les puts soudaines demandent
des Pneus qui inspirent la plus grande
suret6 et confiance.


Venez chez nous et c'est avec plaisir
que nous vous montrerons toutesqua-
litrs des Pneus

FIRESTONE

Nous avoos une dimension et un type
pour chaque automobile, A de prix
bien raisonnables.

4.
A


L, PNEUS FIRESTONE Q!I SONT GUM-DIPPED
-A 4 .* l.. f A. ,


'I I


L. PREETZMANN-AGGERHOLM & Co

Aepnts'Generaux Rue du Quai


Cules tradals de I'Espagl l an br6silienne 6levee a Paris et
t ________ qi avait apportl de IA l'habi-
lide des plus grandes lolies, et
pIrce que aussi iI se trouvait a
L'ho i mrre a cuisine, dirigeant les casse-
LJ11 el ,roles. Nicolas, negre de Bahia,
oonsidWre, avec justice, comme
I)ES Ie premier cuisinier national.
i* Apris le banquet qui fut co-
Continents nieuseilneht arros et qui eut
SIliau dans la garConniere provi-
--0(- Jsoire (u Commodote Stanley,
o rommernM I'orgie avec un 6lec
ILes 14tes du Cenlenaire au tis:ne vra.ment international.
Dr sil, en plus d'aur, s avanta- S oulevte par huit bras robustes,
gep, eurent celui de reunir A Lili Meirelles lut riise debout
Rio de Janeiro les re'present:fnls sur la nappe de la table pour le
de ous les peuples de la terre. h)aplmne dle chamoazne. Quinze
Anglais,Francais, Japonais, He'- bouieilles cl;tc\r nt et le vin
gcs, Argentins, Americains :un mousseux verse sur la tete et les
Nord, Chinois, il y eut de tout A paunils dle I1 belle fille, coula
I'ombre de leur draptau jaune aux b 'rds d sa robe, oil les
et vert.Et I'hospitalit. br6silien- convivws le recueillirtnt dans
n, lut si cordiale que es races leaurs coupes pour un toast i la
l-s plus spare es par les haines, fralerniti universelle.
les diffai'tnces ou les antipathies liaconfer cc qui se pqssa dons
s Mtrgnirent les mains devant cette tiWe cosmospolite, serait
le g6nereux ampliytrion, vivant recapituler les caprices de qua-
dnusune ,ordialil qr'on pour- tre peuples diil'rents. Mais il y
rait qualifier de fraternelle. II y eut un num6ro qui m1riie un
ent des dhIEgu s qui devinrent souvenirspicial pour l'inatlendu
des amis iintmes, bavant en- de ses suites.
semble, dans des lttes enchan- Avec les clieveux sur les yeux,
teresses, le via (A la joie, pas- les vbiements intmibes de vin,
sint ainsi des nuits braves qui les quatre amis ri ient, hetreux,
derneureront inoulli;lle s. avec cet espri' Iraternel surgi
Une des i unions les plus in- des boutell-s, lorsque le Colonel
t6ressan es qui eu' lieu A Rio. A bre-ilien cut une idWe.
cette occasion, ful le banquet a Nousallois meltre le monde
que le Commnandant Stanley enter aux pieds de la temme.
olIrit et auqutel assishtren, le Unl hommage universal au beau
Capitaine Okka de la Marine sexe repraseuln par Lili.
Japonaise, le Colonel Bor- Very well, applaudit l'anglais.
ges Mend z, br.silicn, et le Dr Very well,;,ppuyal Iaustralien.
etersen qui cluit venu de I'Aus- Et le Inponais :
Iralie pour bludier le probllmne .Ak6 ni KLri.
des viandes congelkes. Cet hoiiuiage, ajouta le Co-
ils etaeent done quatre les in- lonel Borges, consistera en un
vites masculins, mais il y avalt baiser sur la bouche de Lili.
dq champagne pour cinquante Chacun de nous represent une
parce qu'assistait aussi a la tIle des parties du Monde, le Com-
la charmante Lili Meirelles, jeu- mandant Stanley, I'Europe; le


Le dimanche
de Varieties

S 'ari6ets aura domain, come
on s'en rendra compile parlepro-
gramme que nous publions.uae
telle journte.
En mntine. on nura : Le Ro-
man du boxer Carpentier. Tous
connaissent, sans doute, ce fa-
nieux pugiliste fransis qui tra-
versa I'Atlantique pour venir
dispute A D)empsey son titre
de champion du monde, en an
match don't le retentissement
n'n jamais pte d6passt, m me
pas celui de Tunney-Dempsey.
Eih bien, demain. on aura i I '-
cran le roman du cdlebre bo.
xeur.
En soiree, Varietes montrera
les cinq parties du Seducteur,
un drame de In vie moderne.
Vous jugez de ce que c'est ? 11 y
aura aussi le 3eme episode Par
Amour, Par Amour toujours si
gotit du public.


l)r Petersen, I'Octanie; le Capi-
taine Okka, I'Asie et moi I'Ame-
rique.
Tnq hourra d'approbation re-
sonna par la salle. El quand les
voix se turent les quatre amLs
se retournerent soudain. A la
porte, encadree par les rideaux
rouges,apparaissait come une
fleur, la figure de Nicolas qui
suppliait avec les yeux tr4s
blancs clouds sur le Colonel
Borges.
-- Patron, et I'Alriqu'" oa la
laissez-vous ?


h : ,


Le Malin


Samedi
Samedi


~C~IL1(~I~~~


r


~Pl~r~=


. I .


ILZmA


v4o'


- ;" M


6",
t



I


c
t
I







L.E MATIN -. 23 Mai 1929


I


L~OT ERIE
Do 1'Associatlon des Membrem du Corps
Enseignant et du Comit6 Haltion do
1'Alliance Frangalso.

L~e I'rochain th-ogle tie (ettv lotetit, est fixc~ an Nmanche
9)juiiin 1929,a-'1.) htwitres (lo ii ini li itt T'I'htAtre 1Parisianat
Le (.omintl d'dministri ionw it lictireux d'itviser le pwi-
hlic tIlW It le Ilaoivce rtif. rtiiiofl l m coInfortlnt anl p~lus grklnl
ornl bre tie l ots 'gwlmnIs Sl I %nia ovatle:
I( iros lot (iou irles 2.600 I los * e ) (20 otutl'% N(i
1 .7 lots ie 10 0


* (le
a e


(Ie


1()0 2 Ap. tii ler lot 25 G. )50
10( 2 ( In lu2e lot 20 (( 40
) 2 du :3 lot 15 ( 31)


11Haj)cICz-vo-us, families

Q tie la plis agrenble pnI on st-i a olaire mi triple p'it dfet Vue
1.Fi(d', I raai'l, S. ii, (Cesl I INSTITUTE T IIlPPNIJAUERn
Qine la meilletire et Ihph1 is ra piie inktho(e d'enseignemei
clas.ique mlie[lern(Ce s'clmp'll )14
U'1NSTIT1U'l'TI PPFNIIAV1ER
I'll qeCt'I':iderniiir, tde tous ses Mlives de P1rernire
w1tine prtiveu 'ide ritcvi i-i liiifi tde sa W'vc s de 4#'Ie el
ine en (, ,ii ime :iretr. L'Inii uit oIi re, aux returdataires les
$(- I %,W' 4 t#fe 'I citisst. (I I'll 111opo liie.
Ileiimrs des 4.'ours : G A heures p. m.
Sev ion prtillie : St6[o-dactylo, Com ptabilit&, Lan
gut", dIe 7 A H 11. p. Ill.
N'h4i,ile p.ips si vouis Ii sirez avoir entire satisfaction
C111111cl.' vos crl l~;'I
LUlNSTIl JT TI PPENIJAuER-,
lecol ill (I i tilii6 I'Pubiique.
Enseigncueii t classique gdu~ral.
F ii praatique speciel.
Pr~paratiou aux Universit~s'


-L-- -~ -


LJAU MIKiFIALE E ATUFIL:-LO DL

TL'hQIl


Exisez
l*N cette


P I Marque
91 1 w- e
6OUTTE GRAVELLE DIABITE ARTHRITISME
RHUMATISME GOUTTEUX
etau de REllme pour lea Arthrltlques
,'n Vent# dams Its principals Phan'w.-cee. Drogueri.r, Mni'rnn di'A.4li ntaflon
-- ~ --_ I -7 -- . . . .


GULF PACIFIC LINE


Le s!eacmer Plablo ai/ant

aisse IPo'rlIand L. U. A. le 7

Mt(oaiurag l cl (ieuati fire

scale a Satllle, Vancouvei

el San Iir( nciscoestf alen-

I O Ii't-() -Prince Ile 19

jiin p)ro'hd( i.

A. de M\ATTIEIS & C"
Agents (i6nuraux


AI.UMINUIM LINE
1111 Whttney Central building,
New-Orl6ans, La U. B. A.
PKOCUAJNT DfPARTS DIHNCTB POO1 PlutT-AUl Pfirts IA.ITI
In steamer laissera New-Orleans le 28 Mai courant pou
Port-au-Prince et *s ports tdu Sud.
,Ce 20 Mai 1929.
A. de MATTERS 'o
AesiNT GOutaux


T hemes et Variati no u


r le Drapau


'o,


Va ien. Ldat-,
/ Ct


?o ntvaCC'cen VC a eimen ai 41



~~~~~ uid''r~ C a L '.IA~L: dcii ~lrge de 7 & 9) iloils b
~~~~ !~.a ? a *.&nL, LA: atUfi I'alilnint peahat d0
~ vi~iltarcr, vhmnviJesentb, en M~iSoR d* b
ai In. i di-v.ix:i ee de se3 vertus fqgitat
Lxiicir Li , n~ marq~ze hduporio
FALILRES
d- 4ownlvtion uniersciiP et se mifier des iff1~ffs6
Pharmactam at Ma-sons d'Alimrnwoation. -- PARIS.


r



f


Piano a vondre
Excellent piano de luxe
presque neut de premiere
marque amtricaine STORY &
CLARK, Chicago, f vendre pour
cause de d6part.- Ecrivez A
M. Jos Ed. REINBOLD, Go-
naives.

Ocaslfte exleduelle
Pour casne d'inventaire la
Maison KAWAS Hermanos
1t rmera jeudi 30 et veodredi
81 mai courant. A cette occa-
sion, A partir d'aujourd'hui,
jusqauu 30, un grand irbais
cera tait sur routes les mar-
shandises.
Profilez de cette occasion
txceptiuonelle.


Y ...A)iYlrWEa I


Le Drapeau et I'Enfance

Petit-GoAve, 18 mai 1929 en I',tudiant.ne tressaille jam
d'une joie secrete qui est cc
Comment dfinir la force vi- me une revelation d'En H
vente d un morceau d'6tofle aux t)tache de Lieu, l'intellect
cctuleurs rationales, degageant main reste incomplete et impa
un charge si puissant, qu't at- sant.L'individualit6 seule y ji
'ire routes lea terveurs, et pro- son rble subjectit. Ainsi %el
vo(ue une emotion si proton- linck partage les cerveaux
de ? vieun continent en lobes ori
Dans les casernes, aux postes, taux et lobes occidentaux, af
dans It rue ou en plein octan, mant qu'lls ne s'accorderont
on le sale religieusement,com- mats.
me si un souttle mystique taisait Feu Berlillon,celebre tranV
decouvrir les ttes. perlectionnant le syst6me me
Aux mnnneuvres, les chefs que, d6couvrit I'empreinte
thoisissent la plus respectable pouce. Et si, come il a
maisul pour lu ltaire I'honneur prouv6, il n'y a pas dans I'a
tie l'abiitTr. Conie un etre vi- vers deux einpreintes exal
vant, on le decoie, et comme ment pareilles. i! tlut cro're
tel, il s'incline dans les offices les sinuosi'es de la mIase c
divins. Pour lui, on se lait tuei. brale tie chacun dhfldrent tot
car mine thez let tables, uue ment de toutes les au'res.
invincible 6nergie reveille Is tant de penseurs,autant de po
lacullts d'hiol:nie insoupon- de depart de la penste, et, p
nC.Arracher A lennemi son dra- ainsi dire, autant de verit6s
peau, c'est lesser I'adversaire It les philosophies, les doc
au tveur, par le plus aftreux sa- nes et les sectes sans noml
criltge,l atteignant dans son sen- Mais ce qui est curieux chez
timent ie plus sacred : l'amour de auteurs incroyanws, c'est (
la I'a rie. quelles que soient leur since
Chest justement parce que le te, la subtilit6 de leur l6oqu
dlrapeaiu reprksente une idee in- ce, ou I'habilet6 de leur cas
destructible, Inmp#rissable, qu'd tique, la base se triuve toujc
possde cette iierveilieuse ti io- dans les paroles du Christ,
gie. In petit terrain de noire la Verite est une, et it n'y a
globe, on habite la collectivit t deuxvkritls.Comparonsunal
ldont (.hcuin de nous est la par el un chr6tien ? Mlais, pard.
cclle,reprlsente cet universpar- Qu'est-ce au just un ath(
iculier : lt terre natale, qui Pour chercher Dieu,un chr6
s'appelle L l.a Palrie n, et c'esi saciifiebeaucoup de choses,l
cette conception abstraile, fnuis vers lui tout son 6tre, et n
.outic puIl.sate, euvdliissant no- trouve pjs du jour uu let
ire (4re, insullle au fragile em- main.ll est videmment plus
bleme le donu d'lmouvour les cile, apiits avoir demand#
(ceurs jusqu'd les pousstr taux pas obtenu du beau tempsp
saci tices leI plus atroces. Le dhan une averse, dire que I
geste qui indique. a Ienfant le n'existe pas.n Vous savez, je
drapeau lui dil: C'est ton pass sceptlquel Aux gens qui i'a
et ton avenir; regarded le bien, meint, it laut repondretoujoi
c'est notre unite, note liberty, L.e nest pas du scepticis
notre gloire, et I'idalisme de c'est de liguorance ,. Dieu
t.otre ace. Fais ton esprit avide vivificateur de la matiire, r
de connaissance, et sois artisan se laisser absorber par la m
d'un avenir meitlkur. Et voila rialite uniquementon risque
pourquoi, malgre le soins des ressembler au machinisme
Ianuiles, tout I'Elat organist, par derne, tandis que le chrdtien
dessus les lhiges poiniques et face de l'avenir, sculpte d~l
conomiques,banques et canons, tement et gravement son
si'mpose ce grave problAme : el sa conscience.
StI'education de L'eatance ,. Quo de nal ont les educate
iUn philosophy disait A Paris : A acclimater au bien, chez
former une tme, un cerveau eat taut, .cette laeur independ
une oeuvre d'art le plus 6.ev4. la a conscience a, pour lui
Mais pour manier la masse ten- planter lea idees justes.
dre et malleable d'un ceiveau Par ce que pour clever li
entalin, it taut des gens large- veau intellectual du pays,il
inent instruits et d'un parfait de que les gens pensent just.
hinteressexnenl. Haiti a la chan- r1cole na de la valeur que
ce de l:s posseder en nombrc. les maitres, mais 1'ecole, m
Suns computer les instituteurs chr6ticnne, ne sutlit pas. La
laiques lormes par les ecoles continue avec ses tourme
-hretlennes, puts ceux ou cells C'est A cela que pensa le I
qui out tuit leurs tludes a I't-
tranger, (tons des braves gens), Voir suite en 6e Page.
it. y a le religieux el les reh-
gieuses tranvais, qui, danus ler
sbimpliclte sa vrate, assument de A LOUER
votement cette lourde responsa- Maison meublee. lun
bite. lls poss6dent la Religion, electrique etl touts con
c'est-a-dire la science du bien dits, situ.e Impasse La'
qum nous relie an Oiel. Eunquer (Bois Vtrna) No 1312 -
un petit 6:re, cela vent dire lui s
uer p pe le chemiu dressed a cabinet de
de la v6rite. Francois MATHON, IRue
Qu'est-ce la Verit6 ? Le Christ Centre No 1731.
n'a rien skpondu & t'ilate, mais
il nous a lansse sa pensee dans a -m --i"
1 Evaugile qut est la clartl men-
ar, ,et content tous les recon-
lorts avec les r ponsets toAu. LES IDITIONSQUIQI
En dehors de L'Evutgile, actuel- .RuoAlphos.Dau.tPw
element, dans le inonuede norm- NretOP.e ap Et f
breux couranis de la pensee be *I*m *iea W(lt .
croisent et se conlraraent. LA, .g qu'ell* pre a
I'auloriht humaiuc d cide pe- :a*~et*..u.au 1'..mlrr k.
rem ptoi element que telle idpe nu iouu 0p We.oulumrii- rd
telle autre se trouve etre la vern- qUatlntdenom, nro *W
Se absolue. Seulement, cette ve- reilsmenta.wr to~uLr* bo?.t
lit6 est toujours sterlle, et iIle IitMIIM IIW I
_u urdans aa soil de lumiere,


MOI

Mrsr
fdWIL
c1we
famet.
rsa~ae


REtERh IEMENTS
M. et Mine Georges Ney
Pierre, Mme Vve Pitrre, M. et
Mine Michel ermain, la ta
nille Liodingue, Mr tt Mme
I ranooi% Elie, out etW vive-
ment Omus des profondes mar
ques de sympathie qui leur
ont 61t temoignees tant par
leurs amisde lu Capitale quo
de Ji mie,i & I'occaiiun de la
perte cruelle 6prouv6e par la
mort de leur petite:
"Myrlo Pierre.
flle.patlte-flle,ni6ce et filloule
survenue A Port-auPrince, le
jeudi 9ma courant. Ils en-
volent A tons leurs vifs remer
ciementa *t le priest de croire
'a leur protonde gratitude.

-- Anna [Duohatetll
Toilette des morts
. Priparati'n sans glace.
Rue du Centre No 16'15.


.k f-


mI w mm.
Dans le but de touruir au public on service cO
effectli, nous avons ouvert un nouveau inagesia S
I'ancien local occupy par le Bzar Metropolitaij. 1
tons cordialement ie public A venir visiter not=m:
rayon d'aflaires oi vous trouverez l'assortiment R
plet de ptinture ( DEVOE., des accessoiris et
tomobites es Retrigrateurs Electrics KALVI
uouveauxOrtophonic COLUMBIA KOLSTER
quest, lea Batteries *EXIDE pour auto et
articles.
Notre devise est d votre service. Si vowaise .
pas 6 votre satisfaction Monsieur KNEER s 'l
s'occuper personnellement de vous.


Grand H61 IdeF

NOUVEAU SERVE

de RESTAURANT'

Hors d'(Euvre varif*

Plats du Jour

Dessert

Le tout oour Gde 2.
SERVICEt TRBS SOIGE MEtS CHOISIS
P. P." PATRIZI


---fT 5 C --.!Wig -_ S-- -WOR VO- -J


------ --- CIC-,4.. -


l


lais
,ut.
ho- n
l. -
hu-e
nis-
one I
ter-
du
en-
fir-
ja.
als,
ais,
Utri-
du
6t1
mi- I
que
ale-
Au-
ints
our
; de
;tri-
bre.
Slea
qr.e,
;tfri-
ien-
uis
)Ul S
car
pas
Ithee
on I
6e ?
tieni
end
le le
ide-
toa-
et
pen.
)ieu
suis
offir.
urs :
sme,
est
mais
ate-
e de
mo-
n,en
lica.
Ame
eurs
I'en.
ante
im-
e ni-
taut
LA,
par
ime
a vie'
nts ?
R. P.


Occasion exceptionne

aux Commercants
Madame ,euve Abraham MOLRRA, s retirant do a.
nerce, et devant laisser le pays trds prochi tiwnt, !oe o
liquidation d pria exceptionnellemen avantageux lea q wulg:
articles restants de son stock trds assorti et conasitant r e
2oile Simili en ioutes nuances et couleur.
Toi'e zephir sup. I Coinfttes slprieurdabobt
Souliers en caoutchouc pour Drill sup. pour hoetr '
infants. Mouchoir Madras '
Chausettes sup. ponr hommes Crepe de chine dfleur
et enfants. Crpe Marocain
Bas supirieurs. Chapeax d hom. pailnee t '
Soieuses happe couletr friancai.:
Rubans toufes 'dimensions el A ouchoir de poche blba.
nuances Rideaux par pairt-
Chemise d homme sup. en 7 uile.
Laineet couwertures de Lit sup. Un gros Coffre-fort .
hics 'lapis double face pour One machine d &ire R
table de Salon. ton. Deux chics li
Drap noid El divers autres articles
Serviettes de toilette blanche ressants.


Colombian Steamship: D

Company Inc.
Le steamer a Martinique') venant de New-York let
du Nord est attend a Port-au-Prince le 25 du conril
repartira le memejour directement pour .1r6mie, en
pour les ports de la Colombie pregnant tret et passager4 ,
Port-au-Prince, le 22 Mai 1929.
COLOMBIAN STEAMSHIP COMPANY INC.
GEBARA & C". AGENTS



La lutte centre la vie ch
Le Restaurant .NEW.WAY) a le plaisir d'sanoaoonr
amis et clients qu'il admet des abonnes a un prix tr r
dir6.
Service irreprochable.
MENU
Potage. Plat'de cnalr.- Riz national -Dessert.
Le tout pour 2 gourdes.
No 1534 Grand'Rue Tle6phone 3422.
TUTO VILMENAY, propritaire.



A la Ville de Milan :
Monsieur Geraldo Di Maio, actiellement At146l
blissement sis Rue des Fronts-Forts, No 335, a llViM
breux Clients taut de la Capitate que de la Pilatic,
se tient A leur disposition pour des coupes aoiqaIe
ricaine et trancaise de la deroiere creation de Il
coupes de Milan (Italie) od il obtiot son dipl e l d
peur.
A LA VILLE DE MILAN se confectionuO tootei
costumes A des prix mod6ris et on y trouvera f
complete de casimirs anglais.


L. Th. LAFONTAN"
Aocessoires pour automobile s,
S Gasoline. Huile, Accessoires et Pi6ces de Roehd*
| automobiles .
Les meilleurs poeus et Chambres a air pourtIolt
U camions.
Halle Gardiner
No 1538 Grand'Rue. Port-au-Prince, Haiti.


inire
vaud
S'a-
Me
e du





LE UAT1N-025 Mai 1929
PAGE- -5


trasserie lationale


/ SOCIEfTE ANONYME

A BIERE SUFREVE


,f yginique, Delicieuse

ie contenant aucun pro-


it chimique


fABRIQUEE EN HAITI AVEC LES MEILLEURS
GRAINS ET HOUBLONS.
"**"I u


EAU DE COLOGNE


0 as Mk e Pre a 4e rdmr
In heisen niefret de I'drHalla)
Bient6t, une nouvtlle expedi-
tion desanvetage va partir poor
kI P61e Nord sio de rechercher
lea derni-s reacaps du dirigea-
ble *Italiay..Lette nouvelle expd-
dttion sera dirigep par l'ing .
nieur Albertini qui esptre fer-
mement retrouver les disparus.
Uncomit6 de secours a d16 ton.
d6, plusieurs permonnalit6s o0f.
cielles en font partie t dejA 1
million de lirea oat et recueil-
lies. Le Pape a contribute a la
souscription.
Le depart aura lieu vers la fin
de ce mois.

CONAPtreATO
CONSTIPATION
prenes lesa
COMPRlmt |


do DELORT, Pharmacim,
ISO. Jft* 80int-Aalaft
V'EST LE IIEILLZUP1
DES PURGATIFS 0
POUT ?IIAt7PUiMOUO
AIz.P3TR3U@; Pbarmacis ALUTUIIU
Pharmao l, du &Jusltln VIAR
*t futue le boanne Phamaoies.


est une boisson gazeuse non alcoolisde
est 6minemment rafratchissante
a un goat agrdable
est hygienique
est nourrissantej


ZI-


ou la CREME de MAIS


MAJZEAA est raliment par excellence.


Iaizena est, en effet, plus digestible que n'importe quel
autre produit similaire, et la Maizena est la nour-
riture ideale pour I,alimentation des
bebds. convalescents et des person-
nes d estomac ddlicat,
Voulez-vous de bonnes recettes culinaires, demandez-nous, car
nous sommes en possession dfun Iluret de surprise


I


666

Est prescrit pour Grippe
retroidissements,Dengue,Bi e,
fire et Paludisme.
Cest le plus rapid remede,
COInU.
..J L.. --..
Amiiole du 6samlnaire
L'Amicale du S6minaire rap-
pelle A ses membres que la
c6rmonie de Ia pose de Ia
premiere pierre de ia biblio-
tbequede I'Association aura
elieu vu Petit SCminaire Coll*-
lt al le Dimanche
Sourant.,i 4 heures
pucises de rapr6s-iidi.
MM. lt Membres sont pries
de ne ps oublier que leas in
stations ont tW faites en lear
nnm e q u'ls doivent etretous
A pour recevoir leursinvitts.
Port a Price.le 23Mail929.
Le Comitt


SVente par

convention
special.
En vertu de la grome en
torme execuloire d une obli-
gation hypothecaire souacrite
par Amloine Pierre Paul A Ma-
dame Louis Hyppolite, par
acte au rapport de teu Me Lu-
raque Chares Milley et son
collhgue, nolaire A 'Pt rt-aL-
Prince, en date du vingt I e-
cembre mil neuf cent seize,
enmegstr6e et signifiee avec
commandement; 20 de la
cession de la dite obligation
hypothecaire faite au sieur
Joseph Mirault par Madame
Louis Hyppolite, ditmeutau-
torisee et assistee ce son ma-
ri, par Icte pass devant Me
Louis Etiinne Edmond Oriol
et son college, notlires A
Port-au-'rince, le 4 juillet
mil neut cent dix sept enre-
kistr&e; 3 c(I'un ar&dt du tri-
bunal d'apptl de Porl-au-
Prince, rendu entire Antoine
Pierre aul, Lia Latortuc,
6poaise Hastien fils et consorts
et Joseph Miault, eudale du
vingt mat iril nieut cen' vingt
sf pt, eil'egistre ct sigunfie;
I sera i, oced le Samedi
que I'on coipiei&a h1r Juin
te la prcescile iicnnec i" uix
heuis du niati en l'elude et
par Ic mifl.Ictit del Me B. Da-
DaLlchi, not 're pu'tlic', a t'o;t-
aU-trin'ce, tue 1Ce ou ou des
Mi ailcs, la venie, au plus
ouflani et dernier enchirts-
scur, d'une propriete, lIoudset
balit scb,sisc tu celle ville, rue
des Miracles ou Ferou de la
contenatice de quarante huit
pied.s de .,dtc sur ccut soi-
xauite pieds de ptroloudeur tI
bolrite savoi ; au Nord pai
la dte tut I:cF u, au bud par
I'anljtlejie i rutpiieie Prosper
Elie a I'Est par dis egouls
Le prupiiee Aimusd Cha-
baud el a iOutst par ...me
Vve Edouaid 'lincomuie, sui-
vsnt- piotre vtIb;l d'aipen-
tage d-Heii L. Saintig<, tn
date du neuf inin nml ueut
cinq, eniegistre.
S'lelle dailieurs que cette
propiite se poursuit, com
porte et s'6ttnd bans aucune
exception ni reserve.
Sur ia mise A prix de trois
mille trois ctnt quatre viDgt
dix dollars, outre les honorat-
res de lavocat poursuivant et
les changes de lenchere ...
Or 3,390.00.
A la requdie du sieur Joseph
Miraull, propiieiaire, demeu-
raut et domicilii .i ort-au-
Prince, residaut actuellement
A New-York, E. U. S. ayant
pour avocat Me Windsor Mi-
chel, avec election de domi-
cile en son cabinet :
Contre le sieur Antoine
Pierre Paul, propriCtaire, de-
meurant et domiciliu a Port-
au-P luCe.
I our plusamples renseigne-
ments s'.dresser A I'avocat
poursuivantou A Me B. Dana
che, uotai e depositaire du
cahber des charges.
I ort au-Prince,le 22 mai 1929
(Sigu6)W. MICHEL


Le seul Ginccral fait


elaau


iniiini'ale


(ds SourcesDure

WHITE ROCK
DANS TOUS LES MEI.ILLEUiS HOTEL S,
CLUBS,..AFc:S ET I RESTAURANTS

Molhr & Laurin
Dislributeurs, Port au-Prince. Haiti


-,~_~ -


THE NORTHERN

ASSURANCE COMPANY
LIMITED LONDON.

Assurance centre incendie


avec


protection centre la


Foudre sans augmentation

de Prime.
Aqent General :
Joe WOOLLEYI
Port-au-Prince.
SO 'S-A(;ENiS :
LIJCCIANI- Cap-ltilien I.,CIlERIEZ-- Ml-'li ;,dve
S. DUVAL Miragodne J. ELIE LESTAGE -- .i:renit
STERNE BONNEFIL Au. C'ayes. CARi. BAUDUY-Jacnme
-- -- _--^-..

Amnburg Anerika Linie
Se vapeur Troja u, venani de Suatiago de Cuba. est atte,
Ju ici vers le 28 courant.partant pour ITEurope via le Nord
prenant du trdt,
HEIINBOLD) & Co, Agents.


Ce qui a's jamais E, lfail
Ce qui ae peut dIre d(passe.

Kola Champaane

F. SEJOURNE

Pr6par6 dans'des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Preparation et Vente
PHABMACIE F. SEJOURNE
Angle des Hues Roux et du Centre.


Les ParfumsdeMonte-Carlo


c Lotus Blou a
Parir Suaae, illri ,' el


*Lotus DIous
;-iiiI.2m


Si vous voulez 41re d 1 0;, I I parfume, n'utilises qoe
les Partums de MoNTE CARI.O;VOUS at'es L certitude d'avoir
on product de haul luxe et superieur tous ceux connus
juaqu'ici.
Le LOTUS BLEU e'est Je partum A la mode parlout o06 a
trouvent des geus chics et le goitt delicat.
USEZ DU LOTUS BLEU
En vente dans toutes le buonues maisons de Partiuaeri


'1





mM


REINITA


. LirP.IVER
SPARIS
I i I I I I .. .. I- -


SI VOUS VOUI.EZ BOIRE UNE LIMONADE VRAIMENT
DEILICIEUSE DEMANDEZ POUR

nialo La Reine des
DaIUCO Limonades


INALCO
INALCO
INALCO
INALCO
INALCO


M. SCHULTZ


&


Co


Demandez-noas


et nous vous readrons compete des multiples cm*
plois auxquels on peut aflecter

MAIZENA


AIZENA se vend dans toutes les bon-

6piceries dans toute la Republique.

PREETZMANN-AGGERHOLM & Co
Rue du Quai.


-- L -- --'- -- -


-doffgomlo


La Boisson connue
dans le monde etier
EST UN
RAFRAICHISSANT
ETUN

RECONSTITUANT
FROID
EAU MINERAL WHITE ROCK
GINGERAL WHITE ROCk


..-. --





IIA (; I.." .-


6
LEN MARTIN -


ass


Sr duque I'Intestin
V.e


Constipation
Enterite
Vertiges
Dyspepsie
Migraines


t)~liisenats CHATELAM
rCLtlllficuis des Htlpltaux do Paris
I 5GRANDS PRIX
t c .d o velenclenna, A P240
el ici ca pwkmecoti


-~ Wra-s UN


YVola le petil Ramoeiiq? r do I'ntetieti
m I I r-.m i 'V


Thbnes et-Varlationi our le Drapeau


Le I)vapeau cit I'Enfance
-, ~c~


Suite de la Wme Prgte
4 III-lienne, te sul'1t pes. La vie
cnfnlinie ,)'Acc sW& ?owurments.
-v% At c el:a (v.jkI nsa le 1I. P?
LitnibI),)IIis, nit).u)0lan t en chai-
t(' In borniaticui) (* dex associa
tIonsd tie I nJaeansse cbr~ienne
4 t dts ( I(r9?e c'hr~tiewnes. Elles
it toI w ]a unfntination des efforts
wInlple-s de nos cbttes Sueurs
I tii chbitbeb t A former lea jeu-
Ifs HOP% ii I mage de leur pro-
! )-e et u, e t tie nog cdets i rV-
SS,dontI ]a sombre samtane cou-
rie wureut les abnegations. Les
principes dci futures associa.
iioc' eront : le travail, I'Mtude
SIlTv.,avigle :pplicue's A in vie
nsI e,, l'enlralrutnent de In vo-
Nr).ts' pour prendre lemshabitu-
(ifs ,aIincs dans ]'existence do.
weslique et prolessionnelle et
i-tis lIrd soviale. La W, cbe est
1ii's ht Ile t W s di(llcile.Faisons
I1s vwtix sinct'res ,pour que de
si gritsdes choses se reaizsent
(kills ( e t'wati pays.


Le l)apeau

ct les citovens
Que serai'-ce le I)rapeau, ces
morceaux de toile de couleurs
difterentes, attaches I'un A I'au-
tre ? Que signifierait cet emblh-
me imposant, si le people qui
habile la mdne terre, qui a dans
ses veines le nime sang, qui a
Ia meme devise, les memes as-
pirations, n'y voyail pas 'em-
bline de son orgueil, de sa
tiertl, de son honneur, I'image
de sa Patrie ?... Ce serait, sim-
plement, qiielques large mor-
ceaux d'loffe aux nuances di-I
verses, rassembles, sans convic-
tion, sans conscience et ne tra-
duisant nulle expression, n'in
carnant rien de sacr6 I... Des
couleurs et de In toile; et ce ne
serait rien que cela...
Mais le Drapeau d une Nation
eat ce que son people veut qu II
soil... Ce ne sont point seale


Pcur rcstcr en bonne
suntu prenez clwque
toir un corprIme cde
JM'BOL


SI % (.tarI, .ill~aacI h J,,.d ummQ
lIat.IaI. .a.I Ii. douuvrar at( l)a laJtil~l..
I Jub4 aa tal~'t l a ru.aadapalatafa a II Ir
- w'eir ...itte atI aula ii, w aaqut. (g.onnet
oilvnli .fa'nawa tla It,-.r agarj .1 .aaar
gci ll6JI 4l4. d wr. tlll) .Jul
- me a'rila ah rearartv .tcie I. 1 tllrale,
l .'r saill e tlc e ie Smet r mnsia.JaS,ofl
'low priripp itsa titiisea awsairrsi~statI
.W ivi iv lta.a~mcaalt lativide 44a ati.,lm
%,awn acc qeas rait damJubol it. Iatalif
de choi% dis lagatmv..,lt.% enlaamms. do%
i icahlardii vi dde' alhilhlie-.
Antrara elef ale hma t sloaa~ tiaale
q In a brethe~l de 11M. tlSf.a',,de i. '


ment les forces mst6rielles qui
en font la dignitY, mais ausls
toutes les hautes, sublime et
puisantes vertus nationals
don't le people est pris.
L'amour du people pour son
Drapeau en faith le prestige et le
respect. On doit le vknrer n
routes circonstances et, plus, on
doit savoir mourir pour lui. II
n'y a pas d'amour vrai sans sa-
crifice.- Un people peut-il re-
lever un front pur et sans tAche,
lorsque cet emblhme. le Dra-
peau, qui le recouvre est
6clabousse ?... Si un people n'a
pas pu sauver son drapean du
dkshonneur, plutct que de s'en
server pour essuyer le crachat
qui macule sa jone, que n'en
fait-il un linceul ?...
C'est le 18 Mai 1803 que nos
PNres, aprks des luttes cpiqaes,
current, A I'Arcahaie, notre I
Drapeau. Nul haltien n'ignore r
ce fait important de I'Histoire d
Nationale.- Malgrd nos erreurs t
passees, nos malhears, lelons f
toujours cet heureux anniver- d
saire, 16tons notre Drapeau, in- C
culquons-en I'amour et le sen N
timent de ce qu'll represented,
-la Patrie,-aux ccenrs do nos
citoyens de demain, espoirs de
I'avenir qui grandissent; etnous
les atfns, toujours, aimons et
vendrons notre Drapeau...
P1. C.


~. .


PLACE DESSALINES
Cate chic Restaurant de ler choix o l'on trouve Ajtoute here
les plus delicates. Saudwiches sans pareils Bi6re A la


-- 1S*-


1---~Y ----- -


PV


~r3


25 Maii 1929


I


.."J-;. s~~s5' -,


rJ


U B O




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs