Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04180
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 5/22/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04180

Full Text




IMent Magloire
DIRECTEUR

158, RUE AMERICAINE 1888


TEWPHONB No 23o


Il. AN~~WJWUU


S ,
2 +,,


1 .",


* T~_~_


PWT-AU.P-NE (HAITI)


MERCREDI 22 MAI 1939


16g t~at t if


Apr6s avoir 6crit et relu I
tar tible.de note 6tud
a Povoir 6gislatlf* (1
certain estiment ne de
Sapprtenir qu'A Parle
tFus au suofiage waiver
direct Iods noes apecO
qu'A in certin point d
et surtout A cette heur
Sotre vie politique. il man
t une pricisioa notr
Nous avons' omis d
dM er I. question sou
ngle essentlellement hal

SCelnes opinions 6mise
pr la suite dans le public
Mr les iddes et lea consid&
rations exposes dans ces ar
tiles, nous ont convaincu da
vantage de la a6cessit6 de les
comply ter en envisageant la
question sous ses lapports
evec la vie politique de notr
Pays.
ei etainsi que, come ce
mtucoeux infant qui s'eflorce
d 4epliirer toutes les larmes
dei yeux pour lesser la pa
tence de ses parents et obte-
s r le sucre-d'orge qu'il con
Svoite, LE NO'VELLISTE, depuis
qelqne temtps, m6ne le plus
ilfiile tapage autour des lec-
tloas 16gislatives. Nous disons:
ioutile;'car, si, come le dit
SL NOL'VELLISTE, les elections
i islatiVes sont chose irr6vo-
ablement d6cid6e pour 1930,
le reclamer encore, n'est-ce
point entoncer une porte ou-
verte ? Et pourquoi gaspiller
sur unequestion r6solue tant
I, verve et tant d'ardeur ?
M ds'd'atrd part, si, en verttl
do roit sbuVerain que lui
edfre la Constitution, le Pr6-
Aldd&d de lat R6publique dit,
1o moment Opportun, que les
S'AMemtbles.primaires ne s'oc-
Seuperont, le t1 Jllvier pro-
pitih qqe de..eldctions com-
:'iiraialea que.ilivent contre
.ette pr6rogatl iv f6opelleattri-
SCbefde I'Etat, par la
Sostitutioanelle, les cris,
: clamationtles claireurs,
brljre6miades et les gmiasse-
Sts? Rien.
4,, Le'plus sage, nous l'avons
r.ailleurs dejA conseill, est
tendre patlemment la dI -
A laquelle, dans. sa sa-
Set sa prudence politi-
son exArience du gou-
ment, s arrdtera en d6fi-
4tive le Chef constitntionnel
Ia Nation, seul juge, etjuge
i asappel -en cette matiere.


Dens ces critiques de nos
les sons lesquelles LE
I ,5ELISTE s'$sorci.de dirt-
r une grande amertuome,
de I'ironie mal 6 propos,
4it navoir trouv6, dans les
tions que nous met-
t qui, ux y~ux des gens
Mos.: so1t1 prmi .es
IeuAs 4ui e
'-- i U.4e O
des
Ifon^r syti
i des dliagations aux-
on eat dlipense de re-
Remarquez que ce
la r6pj du Nouvas'
tient, tout, on
colone eti4fS, article de
[encore, sil vous plaIt. Le

B ent admirable.1


6e et ayant mal loa l
f le a mnal comp ris et
quo valle,il euale d'u
Sin qPt Mt toninnr*,
i ilus axlcl ru o ~t-a 4'


Sak': JL-i'tl'1!9!ns
M1( hMTaS dctR 131
14MI.TId


V81


n!oial.,'le conepions, e tW apll I tre our
Metace poIitioqu bai-mt Uaeato cowptutionall.
pas spontsi ent eo tous letse *
erm L Paruvent encore rep mnJr el
SFlo6qup'. .ptrt olettre cncourir saineiuent lh r6a-
notre avs sur Ia question doi li-atio.1 des desiderat a nitid-
, > ., r leg itil :i, ,'ili" ,i? ,n, l. '"him brc' Ic.. -.l1 i
. i ,\ p > ii y e e :i4."..:r c lu2s soi-d;sa.n: p, IL.
piensemcint par quelques-uns peupledans les tristescondi
d'entre nous, doit invariable- tions que nous connaissons
nient n'6tre confl' qu'A un S6- tons, cells dans lesquelles
nat et A une Cbambre de d6- I s'accomplirent, jadis, les si


-. .. a.... ~ ---I


La gran de armee de f Odeon
La Grande Arm6e des DISQUES ODEON est enfin arrive

d6ploy6es. Cette tois il y a de TorT.
11 y a un grand nombre de Disqucs houleaux et aussi sonti
revenues les anciens grands ciombattants et grands Ibavoris
don't nous notions les suivants:


eottir popalatre..c Iput4 unous eavageons cette
S1a [queinn' sors uss diff6rents
aipectsea diflrentbpaysno,.s
IT S conservons, nous, la convic-
IT LS tion de n'avoir pint perdu
L 'u tra temps et d favor appor-
te des considerations serieu-
e don't la logique, les obser- ses qui m6riteroot de retenir
e nations s6rieaoes et les con- I'attention du l gislateur lore-
) naissances hist6riques do i- qu'arrivera I'heure daborder,
- vent etre les arguments p- chez nou, la solution d6flni-
Sremptoires. Et notre pauvre tive de la question.
Sconfrre,soudain trn de prin- Taut pis pour ceux q u i
* cipes traditionalistes, oubliant croint que nous pouvoos
e meme la marque de sympa- confondre avec lt6grete ( LE
e thique distinction qu'eut, son NOUVELLISTE d i t b6nevole-
i- dgard, le Chef du Gouverne- ment... Enfin...) le systlme dos
e meat italien, 'empdrte centre deux Chambres avec le rght
e celul-ci en une apostrophe me parlementaire proprement
s ausi v i ole n t e qu irrfle- dit. Ce que nous avons expose
I. chle: Que nous imported 6tait pourtantassezclair. Nons
Mnssolini, ce que tait le Duce avons dit, en apportant A l'ap.
a chez lui ...* pui de ce que nous avancions
c En vrite, LE NOUVELLISTE non point des traditions d'i-
* uous tait l'eflet de ce jeu,,e dologues, maais des tails et
- coq aux ergots encore mous des observations, que, par-
- qui se dresse et jette, sans tout, le systime parlementai-
s raison, un impertinent coco- re tel quitl ttait conqu il y a
a rico au cuisinierqu'il saitbien ,,uelque vingt ans, subissait
s trop loin pour I'atteindre et unecrise provoquee par son
Sluftordre lecou. action politique et admints-
II eat vrai que le lendemain trative inefficace et que, par-
t LE Nouvi.L sTE.se ravisant et tout. mmie en France, e s
e faisant amende honorable, s'6- hommes d'Etat, pourlant par-
s poumonne 6 piloguer deme- mi les meil-eurs republicaius
- surment sur le meme sujet reconnaiss,ient la n6cesite
Set nous sert une copieuse tar- 'une rdf rme parlementaire
Stine qui est une apologize en- ot envi ageaient les moyens
s flammbe de Mussolini et de sa de modifier le svste~me oa
s politique. meme de le transformer tout
Nous n'en demandions pas i fail.
tant 6 la bonne volonte du Nous avons dit aussi qut,
NOUVELLISTB. (C, c'est avoir c'et.iit pre-ugd, routine ou
du sens et de la souplesse,con- rouerie politique et rien que
fr6re; et c'est d6jA pas mal, cela que de croire on de
vous savez... fire accroke a u x masses
Comme tous 'ent, certaine- ignorantes qne le Potvoir 16-
ment, compris, nous avons gislatif ne doive etre dthvolu
6tudie la question du Pouvoir qu'A un Parlement don't les
g16islatif du point de vue g- membres detiennent I c u r
nial pour ainsi dire, d'apres mandate d'un mode electoral
lea donndes politiques et so qui n'est, ailleurs, souvent,
ciales qui, en ces temps s'of- chez nous, toujours. qu'un de-
frent A nous en divers pays de testable truqu'.ge du suffrage
la terre.,1ar, i n'y a pas A dire, universe, une spoliation des
c'est par les experiences, les masses populaires par,' tine
initiatives politiques ct socia- classes privilegite, urie corrup-
les tentees aiileurs par d'au- tion de la conscience des ci-
tres peuples, c'est en prenant toyens nalfs et crednis par
example sur celles q u i ont i les politicians habiles, une pu-
rbussi et en vitant cells qui nissable usurpation de la vo-
ont chou6, tout en adaptant lontd populaire.
les deductions ainsi tires et Nous avons dit encore que
les lemons ainsi acquises de l'exercice du Pouvoir 1lgisla-
ces observations gendrales, en tit pouvait dire confi a6 un i
les conformant Ala formation Corps quelconque et qu'il i,'-
historique,aux considerations tait nulleme'it indispensable
gographiques, en les modi- que ce orps fit use Cham-
lantsuivantlesloisethniques, bre des deput6s et un Senat
politiques et sociales propres 6lus an suffrage direct, VoilA
ua groupement human parti les virits nettes et precises
culier auxquelles elles s'appli que nous avons exprimbes
queront, que i'homme d'Etat dans nos articles. On pent rire
conscient de ses respdosabili- bleu A la vIritd; car, bien dif-
t6s, que le politique sagace, ficile est de la contester.
que le 16gislateur avis6, le gou Et de tout cela, aujourd'hui
vernant comptable A son peu- puisqu'en ce moment ous
pie de I'avenir de son pays, parlons de la question a un
doivent se baser pour 6dicler point de vue essentiellement
les lois devant regir-la vie alien nous coicluons
d'une nation et lui assurer un qu'actuellement, chez nous.
statute politique durable et one -avecd lea conditions actuelles
6volutaon normal. de la vie nouvelle, avec notre
II n'y a pas d'autre moyen nouveau modus vivendi inter-
plus ae ni plus intelli ent national cr6 par nos engage-
de procder lorsqu'on recher- ments extnrieurs, les princi-
che oour on people lea lois pe ooveaux qui rtgissent le
lb plus jostes, le plus sags Nouveau-Monde ou nous vi.
et lea meilleures Institutioas Vs, avec le statutui condi-
Lpolitiaues. II en a et6 toujosta tiOune Ia' vie politique, !ad-
'ati de tdoi temps, en tons ainimtraiouange6rrle, (oute Ia
pays. C'est ridicule folie de vie 6conomique, toule la vie
croire que nous seuls, don't financiere du Pays, ii n est
d'ailleurs 1'duation politi. point nmcesstire, ou disons-le
que est eamore complabtement enna, 11 est difficilq que le
i taire, ouonsr oa capper A Pouvcir gislatif soit devolua
cette r6ge d'une certain co- un Corps qui, par sa forma.
relation ineluctable e-tre les tion meme, serait toujours en.
diffetents priacipe de gou- cldn via v de utre Pou-
emnetnent des homes. A v(?ir,A une opposition, la plus
moirns d'etre nouu renovateur dangereusae de tou cell. que I


'Iroimpes de C:halsse..l cordcnlteils,guilatrs blli lennes, viollos,
,iolofncellcs. ef,, c/c.
D)miiandez la Lis e G(ciirale Nouvelle et prir'r de la garder.
car nous ne terons plus de I istes Gieniir'les, et engager vo%,
disquesau plus t6tcar celle (iraude Armne sera vile en-
gloulie dans le pjys comMii celle de N(apollton et de Leclere.
Que surtoui la I'iovince se rappelli que I avide Capi-
Wle est toujours pidie a enlever promptement tout comme
elle a lait pour les arrivages precedtl nts.
Aussi nous n'aurons pour long emps d'autre envoi im-1
portant, la proluclion de la tabriquc 6tant engagee pour
3 mriois d'ar\at e
B.\Z.\R ODEON

J. Ka1'ayany
Anlle i,,and'[Re & R ie Ferou.
SI--.--ma u


A.


DE M1ATTEIS & C


PLACE DE LA PAIX
Grand Optlque
iLnclte Ionrg n P'ince .Ae'
Or 'ickel Ecoilles.
Assorliment complete dte lentills de premier choix.
Forine' -Hinde tl Ovale
pour loules grcitiations de vues
L.entilles IFutmes Fen:cls Bleus el Jaune.
Lentilles double Foiyer
Pri. defiant lonute concurrence.
La maison esl a nIli'm d'e, cculecr sans retard lou11c
ordonnance docu lisle dans ses atleliers.


magrees lectcor les don't les


assembleesq qi en f rcut is- h i"' sir II ),ii el I'orre,le
sues out, par leurs iu'rig if' Ir'sider de ld I1 ,publique roi
politiques Icur grande part verlu cou ritvoir- et d, dro;u
dans la (ibb1cle nalionale de qu lui cont r-- dlc ait dea'--
?la Constilullmn ldkei-68it dC14
191357 lection-s lgidi tives. le Pr:i
I es deux ordres de chose National Progressiste don ii eit
sont absolument incompatibls le chlf,cornme nous I'avors dc-
Its sent la negation absolue I'un jA dit et corner Li. NorivEiirsrhr
de I'antre. Les mettre de nou- no as I'a raop~d il y a qielques
veau face A taee. c'eqt susci'er our ,-prendra partau d6bit p)-
les mtmes corfl'tsqu'hier, pro- litique qui souvrira.
voquer les mernei evenements II lefera pour assurer la con.
violin's, les memes troubles et tina livi et Is pbrenait6 de I'ru
les memes commotions (d mns la vre dejA accomplie et. dans la
vie du people. Les mCmes cri co'np6ition blectorale, il sera
ses inquieteront. prelt reliever tous les defs. Et
Or, la grande majority du les masses popultiresjugeront.
people haitien ne veut plus de
ces turbulence stdriles don't elle -
seule, A la fin, dtait I'holocauste
du sacrifice. Allez done deman- f U
der nos milliers de camps- aille et fe
gnards si c est d'un ceur lIger .tfeu
qunds abandonneraietnt e u r Hier matin vers les 10 heu-
champs, leur paisible cmpa- res, gros noi A la rue Amri-
champs, leur visible cmp-aine, tout pr6s de Is Cie. Li
g-e. source de leur bonheur, cthoa dela umesc. .
pour venir dans I'atmosph6re I phographie: de Ia numee s'acliap-
empolisonae de nos villes, se pant d'une maisonnette close
m#Ier A nos tristes luttes politi- indiquait qu'il y avait le feu A
queset preter lear 6chine A la i'iturieu-. La imatresse du
minority. assoif.e de pouvoir pauvre logis 6tait absente et,
pour monster A I'assaut d'.ne Re selon la coutump de sa scorpo.
pr imntaion natioaule chimdri- ration a s iale, elle avait em-
q.Le people haitien,messieurs, port la clef de I'unique porte
croye-nous, veut ,a paix, par qu'on ruassit pourtant A ouvrir.
n'I ourte l si, Dansl pitce obsCure, de Ia
pai. II ea assez des turpit- paille, sans fdoute, 6chapp6e de
des parlementaires auxquelies iI quelqus mitelas fri ou bien
ne comprenalt rie et don't amassAe pour une future cou-
poorlant il paylt tons les frais. chette. bralait avec ua i ,qui6-
Aux femps hoavewux, qfon i* to .t gr6sillement. On fli dili-
venlle on non, s -ale peuvent gence et I'on conjura le fliai
coaveoir des uwe hodes et des sansaid despompiers. Lequar
I-t !utlons nouvelles. tit reprit son calm.
(ep i.ladil.t i. .,o'ir jai er du *
degree des ,ransformations qai Assurez.vouq conlre accident
se son* op&r-es daos la mentali- A lsa General 4eciden Fire &
t4 des masses haltiennes et dans L;f* Assurance Corooration Li-
I'esprit de cltte minority diri- mited Vve F. B'rminghanm,
gante, apr6A sApt ans d'une po- Agent General pour Hatti.


I


Idlre hi1


... s'ouvrit de tote la largeut
de sa paupic~re dev'mnt tloutre-
cutdance d'nii vvit lle Ieiurnme
(lii q11i0t1iiandat son i pain, de.
v'anti la rimpvlie du St .1ifii care,
A c'IIX qui venatiient I:rister A
If nit'sse. IBien IpLu Icotlrt'iit
ses cris de d~lresst- : cidin v \int
till( daine; )plus charitable (luI
Irs atitres. elle IS'arr1ict0Iv (lidit
la nmendianle tine pi('-c vde 2
cenIIhrne. Cclle-c evim-vi l oIn-
long quipp )) IcIc'fusa. (,Mioi.
hlmi-oii ...... ) peisiit cU, a n s
dou e. (,ui sait.' E'lle a%:kut. petwt-
Mrvm, jadis piocli6 son pelttL a
Joitaine.


Chant ie Mistinguelle : II m'a vue Nue, (a c'est Paris,
On m suit,.i'suis nature, Charlotte. Dorothee, Pariiette, Mit-
sou,Java de )oudonne. Julie c'est Julie, etc,
Dictions de Monleau.r: Les Boiftons .egende de la Brise.
La Chasse, Chantecler, Credo d'Amour, Le Cygne, Sonnet
d'Anvers, I'Aiglon, Cyrano de Bergerac, Hermani, Un Evau-
aile, Ruy Blas.
Dictions ti llenr!l-larr : La frouette, Lucie.
Chant de Gouiin: Elle a perdu son pantalon. Ramona. Elle
danse le Charleston, L'Ame des Roses. llarie Roe, Pantins,
Partout. partout, Aubade d'Amour, Rien ne vaut tes 16vres.
Rose Marie Chant Indien, Veuve Joyeuse. etc.
I alse de l'Orchestre I iennois: R miona Princesse Dollars,
la Divorce', lnlrmures de Fk'eurs. B3-'a Danube Bleu, Valse
de m'lEnipereur, Reve de Valse. Narcisse, I) tIa, Pomone.
l Misiqie Ie e Mulii tie la l:orrt \oire. In Forgedee la IForet,
Palnma,Maoria Mari, Wailanai Walx. Alcha ( Hie.
Jaz:: el 7'inosl -l-Hlleluah, Dw-I)ew-Dewey Day,Piccolo
Navio del Maxriu,No le qIiero mas, etc.


leurs e ties coras piy.sicogi-
ques qui (tOitlb. les qualre
lers (n l air ( el, n fult If t cas),
dans une prolondeI i igole, rue
Tiremasse. 11 lillut pImur tir'e
la pauvre uOt te ft'n Irolu lonte
unt. cohue de gvns riln, 'i:nti.
Comiie pcourE It' diable, on prit
I'aniuial par la (quutlt le ira, si
b)ien qu'elle fat'illit r-c,tr :iux
mains des sauvcleurs. lMaisle
cleval fut mns hours de la rigole,


... s'est tendrcient I erni cu
contenplant, il y a qutclques
jours, A Mon-Hlpos, au course
d 'un pique-niquti, une Ih'liciel-
se idyllesousun abricolier. I'nli
belle, don't In ipremin're lettre
des initiales est d'une impor-
lance capital pour Paris, selon
la vieille devinette, et un jeune
avocat; profitlrent de la bonne
occasion que le hasard leur pro.
curnit pour se blottir A I'omnbre
de I'abricotier e se mettant
I'abri de son tronc, s'embras-
serent longuement, )Des mols
accompanaient les baiseri mais
NOTRE (EIL Dne vit que I's can
resses.;
... a constal, avant-hier, un
spectacle assez rare; uie femrn-
me qui volait. On I'appelle ,ca-
Id tete dans le quarter et elle
penetra dans une maison situte
A I'angle des rues Tiremasse et
GrandRue, ou des m:irchands
de chapeau ont coutuine de te-
nir un petit march de leurs ar-
ticles.
La femme s'appropria ui fort
lot de chapeaux. Surprise. les
marchands lui administr6rent
une bonne correction; mais elle
leur chappa avant I'arnvee de
la police. Enfin tout oat bias
qui ne fnit pas plos mel.

.. se rotte ole peadires da
Snoelm pour admierr dim
manche *or, A Pariana,. Ip
grandiose d6flt1 des fautrollle
do aer6eAl Foch auxquelle
aMistiient deax fils rois,
deux cardinaux, des g rBraut
en foule et une multitude in-
noinbrable. CQ sera un specta-
cle man 6g.l quc Taldq va of-
SInir A sa belle clientele.


*1~


rCryC
"" ~'~"'


-I -- I - ----- ~- -- -- ----- -~- ------~ f- -- ---- -- - -- - --- i~ --


_L~I_ ____


-


17


~


T.,o pmeAle Imwt ,tre u tep
awuhttr egtU'e lr moaenchasq i
tom is bruti Sob de Vaus : lais-
asi Ip bqut4.uoe~8 h t1~o, oreifr
-ci uemeuoluuez-ou's A rout muer so-
ire .ivrog com .1 si ell". (taicrul


/ I


I


q


r


litiq v! rtlldkle d's il~n;,i k, -si lio


..a vui, foilrt ervn inicrit, on
jeint- mauiri-pronoci 01CCIc ljourI
de ses 6pous:all, ,1111 o foimire
disco's o~i pot'Sit. P1,01W. P( if -
lture el Ic reste stl'entflIelLleint
cii on terrible 0thll-mIo.
..felt' Ia (h i s I P. 1 J *tolli lP
l',mii e~l 1 (ItVCC Ia tilt I\ 1 lit 1T'ti I
nu1ptial. Porc te pemintle, ellef-
fet, il avail tonipo, hpIa ii'wsti
commander et poour 'prix de I
doli&r, la moi(iWx cashIe Fat itre
I noili6 payab~le. apnc'% discours
tait. Mats le n l: ic Oubli( de tIc
niir la de uxuit vpa it Ic IdeI'ciga.
P.Cilelnt et voilA) Ic re-dacteurt cO
ficl et (iti, giteiI :;ec, sCepro-
mxenati iija itoui Iel elat 'i iAI ons
les colors: (( 'mst 1 oi (ui -.i fiit
Ic discours,fjai l cv lu ima prose
ct nims vers, et le nil ptiis toil-
t'c16 tout 10on 1Ix(.. \'oila ce tIqu
c'est que d'erpi-liter Ia parole
aux anires.
S. tilil11i1lI UtI [it(l, VCII~J.'l'I
inatiritie la nic'save'nturt* (tFu
dlieval gris- i eonicm IV-, .OLi-
-I A IA






-2 MATIN 32 Mai 14".


Pour la protection des de n-


rees haitiennes ai Etrtanger
-.* M


Ce martin. ) 10 heures, apr,)s
iue le Cons*il d'Etat en Assem-
l', It' .V\tionele aura entendu le
r ipport de sq Commissio spd-
cir 'l sr rl Traitd darb trage
Initiliano dominicain, M. Joseph
l, anone,Secrtaired Etda des Fl-
incl'es el du ( 'olinnerce pre-
sr.enrti 6 I'A sembtle. en stance
,rdinairr, un Projet ide loi sur
,' I'.rpr7,f11on du caft et aiitres
d'lwnr,'s d IHiti. Voicile texte de
re PI'r ,!t yWi nuus ful colmmt
itii'ie ii t1 ddji' quelques jours. ;
/ lis dtionl nlous ddmes relarder
1; a Ipu lictrlinn par abundance
(le nlalit'res. (omne on le cons-
I lucira. c 1'rojet apporte une
plus i/rande protection d nos
fdirn ,'r i I / ranger en assurant
i nt,/ pIl/is e/firace r.glementalion
,t /lvor imiiiortation.


SProjet de Loi
i

BORN
I';: de I di la R opublique

\'a Inl ticle .*. ,le la Constila-
\u l s articles 2. et26 du Co-
d c* .al, du 24 Oclobre 1864,
v' I i1u lo I .Ibillet 1927 sur
l' I slndardisation des products
v glit l;,t bles,
Consider ant (tu'il impol te d'as
s rer, p'ir la s andardisation des
1t0uils exporlabl s ,Ia loyaute
4,v's IIHsactions commerciales
;ii'i d( thavo iser le dcveloppe-
nmenl du commerce d'exporta-
on ,
Sui Ie rip ort des Secretaires
d Eiat de I'Agriculture et du
Cltillilllicrce,
E'l de I'avis du Conseil des
Sectl tIireRs d'Etuat,

A I'l()POSE:
'li Ic' Conseil d'Etat a vo 6 la
,loi suivale :
Ailicle ler. 11 est formelle-
menl inlerdit d exporter les ca-
Sts et autres denrees ou pro-
duills qui auront elt standardi-
sies co'dlornlmnent A la prsente
i li, it moins qu'il ne soil flxe ou
inm ritiin sur chaque sac, balle
ou aiutre colis de ces denres
ou p)roduits, dtcla es A I'expor-
Intioni ilans les dousnes, une e1i-
lquI'te ou une enipreinte de lor-
lne diimenl approlvee. indi-
(liiuil Il type-standard et le
Spoids net du con enu.
Arlicle 2.-- Une Commission
cent ale de standardisation,com
pos&e d'un delegu6 du Secre-
nire d'Etat du Commerce. du
bDireeieur G*ntral du Service
I'Technique de 'Agriculture et
tu Itiever~cur G#neral des Doua-
nes, itablira et delnira autant
de type-standards exportables
Squc r(leuerra I'interft du com-
r iiice de chacune des deunres
on pioduits vises A l'article ler,
et pr6pnrera des echantillons
ou specimens conlormes A ces
typts.
i.e Iteccveur (iGneral el le Di-
recteur 'iniral. pourront desi-
gu,'r I uir place dans la Guu-
lli;silon II fIonctionnaire atta-
ch' A Ic mr bureau.
Les sries itnlereures not class
heirs d n product stludurdise se-
i, it comiipr'ses dans le dernier
lye '~in:,idurd de ce prodoit.
l.a ( otllnnission adressera les
r;iappo'ls conltenat sea recomn
iii a1,iitiIIons au SecrelairecA':tat
t1 Conl lllnerce, qui les soumet-
Itrau I'lt sident de la Hepubli-
qI ... Si Ihs classifications ou ty.
pc' ,-h,,.indards ainsi soumnis sonl
apli uuves par Ie P'resident de la
thepu L:ique, ils seront mis en
vfigu:ur pur Arrele. Lea denreea
ou pi oduits a exporter devroul
ctre conlormes aux types stan-
durdi isbs.
Lis ichanlillonas des types-
standards, prpares et cerllitb
par ia Commission .Sa lo|t et
a 1slcront deposes dans les bu-
aicaix du Secretailte d'l:lti tu


Contucice, du Directcur Gni(-
S,:I du Service 'rTlhnique de
I'Agiicuilure, du tHcceveurGe-
inr'ur t des diverse dousnes,
ainsi que dans tous les auties
bureaux ou ttablissementa d, i-
gn"s par la Commission Ctu-
frale.
Arm.le c4.- Les etiquettes ou
empteintes, de lorms approu-
Sve, iadiquant le type stan-
dard des denrees ou produils
exportabltsseront fixes ou im-
prmniee par lee exportateursaux
sacs, ballet ou auires conle-
nants, avant la miseeu douane,
us reserve de vyrflcatio et


d'admission par les Collecteui q
de Douane des ports d'exporta-
tion.
Art. 4.- En cas de desacco'-d
entire un Colecteur tie Douwne
et an Exportateur relaiiverneut
A LI classification d'une denrde
ou dan prodoit declared I'ex-
portation, I'exportateur pourra
appeler de la decision du Col-
lecteur, A Iort-an-Prince, a la
Commission centrale,et dan les
au res ports ouverts. une Com.
mission qui sera compose de
trois d lcgues de la Commission
centrule. Les decisions de la
Commission central seront sans
recours. Celles des autres ,'om
missions seront sujettes au re-
cours en revision A la Commis-
sion central.
Art. 5. Toute Commission
doit rendre sa decision dans les
hutl jours au plus qui suivront
la reception par elle di la re-
quete dun exportateur, en ap-
pel ou en revision suivant le
cas, ac desdeenres son O Iro 1i1, <(1on li
classification est contestee. i'as
he ce dlat sals qu t urime deci-
sion sit e66 notilfie A I'exporta-
tenr par lettre reconainandre,
Iexportateur sera ndmis par I'Ad
Iinistration douanire A expor-
ter les dites denr6es on products
come tanit du lype-slandiHrl
par lui revendique. To i'e i ,. i-
sion des Coiinmissio.. ,, .'1 ,r -
se sur convocalion pi). ,i:cl. :
la in. I rtr de deux \ o.x a:
1o101 s,.
Art. ti L. (liqiie t-., vt l em
pre n es de fornme ;pprouvre
pour les ditlrents lyues-slan
ar is %eront pre~nrecs A la di-
I ge ce du Bect vur General
(i s 0)ouanes, suivault des mio-
dils approuves par la I ommis-
sion central. Elles seront ven-
dues au prix de revi np par I'Ad
mlnisrailon douanini e.
Ari 7. 'To; e miodi lica;,ion des
classill ons den s ,f ,l, i,,,ions
des types standards. toutI mno
dilicall)on des ,ch.inilljo s ill
specimens certiflfs,sera 'o-.iniise
aux dispositions de I'-rticle 2 (i-
dessus.
Art. 8.- Tout individu, asso-
ciation ou socieie qui, durant
les :1 premieris mois A parlir de
la mise en vigueur de la pr6-
senic loi, aura tentl d exporter
des degrees oui prolluils sltan
dardiss ien ubti nA.tl au< ,( '-
quettes ou empreinles 'lei v
rlifees el accepless pa 1 '\ I
nistralion do ..ni dl:. *i
quettes ou empiecltes d'un cll's
sPlii';-i)io ou lype standard siu-
plrieur A celui qu(i lul a 6lt
troiuv 4A lai vt lihca lun, sera
possible d'une n mende de c ,q
pour cent de la valeur des deni-
re onm produils dt'laris A I'ex-
portation.Durant les 3 mois sui-
vanits.,amende sera de dix pour
cenl. et a 1'expiratli'tI d ele c Ite
i.r'nikep prriile. llH sra SO '
ringt pour cent ;,tie .,n d ,
sv'rd .ippliqute et ,IcoUVieq l,
' dinirlunstration douuacere lurs.
q 'e l'intructioi sera decouverle
%.ins lea dep6ts, magasins ou
enclos d'une douane. Le paie.
ment de l'amende sera garanti
par pref'ieuig'et privilege tiur
les denrees ou produiis dli:-
tieux, sur leI quels I'Admin.is-
.r 1ion douaniere aura un dir ol
de r6tention.Faute de paiement
de I'amende dans les 30 ours
qui suivront celui de son appli.
cation, les dites degrees ou pro-
duits seront vendus A l'encan
pour le recouvrement del'amen-
de.
'route some realit6e en plus
du montant de amendede, des
droits de dep6t et des trais de la
vente, sera remboursee a I'ex.
portateur s'il en tair la deman-
de dans le delai nuaximnunll de
6i moise.Passe ce delut, la valeur
sera acqnise a l'Etat.
Art.9.- La present loi abro-
e loules lois ou dispositions de
m iqut y bot c)ntraTre1,no1arm-
uieni Ih loi du 1, Juillet 1927 re


lative a Ii slandardiaatiou. Elle
sera extculee a la tdiligence des
Stcrt taleleb d'lEtut de t'Agricul-
lure t du Coinmetce, ihacun
en ce qui le concern.


M. Otto WIDNAIAER
Fabrical ,de piarn
Se rtconmaude pour toute
reparation de piano, 1-ianola,
harmonium.
Travail soignc el garanti.
Prix moddres,
Adres ez-vons
BAIR iL,.....


O. Brandt
*n Correction.neUI
-c -


Nous relations, en temps vou-
lu, pour nos lecteurs 'incident
qui se produisit au magasin de
M. 1. J. Bigio contre lequel M.
Brandt se ports brutalement et
inutilement A d s voies de tait.
M. Bigio. paisible et honora-
ble cominerVanit cita son agres-
seur n Correctionnelle. Laf-
faire fut 6voquee, hicr, par de-
vant le judge Agnant, assist du
Substilut Duviella.
M* Pierre Hudicourt plaidail
pour Higio et M* Emile Cauvin
pour Brandt.
M" Hudicourt fit 1'expos som-
maire des faits de la cause. M*
Emile Cauvin posa une s~rie de
conclusions pr6judicielles poor
son client, lesqulles tendant A
demontrer le pu d'mtbnret qu'il
y a pour M. Bigio A poursuivre
cette action contre son client,
vn que des offres rCelles lui ont
Ct0 aites, pour les dommages
interets r&clames.
Puis hl continuation de 'af-
faire a 6t1 renvoy6e A I'audien-
ce de huita ne.







Eist presrrit pour Gri, p
retroid(isseinenls.Dengue,Bi le,
liv're et I'aludisme.
C t ''1. phis r ,uicl' remn,
Si .,

i'n, II hiiilliOp|e poir I'Amicale
du S, in n ire
S i en l6 t I'Ainicale des An-
ciens IlIves du Pelit-Smninaire
aura si l)iiliolhthique. La pose
de la premiere pierre de I di-
lice uuraIi lieu, (iinanchle, 4
heures de I'apres-midi. La be-
tiicctin sera donitee par 1'Ar.
(chev1que de Port-au-Prince.
La Rlbliolhieque sera cons-
tr itle press (Ie I ncienne cha-
pelle du (o L 1ge. face A la court e
rI'cile Lq i e ile la rueu Lanlarre
A Ia rue 1) nies Destouches.-
Ies qu'elle s ra comnpleI~ment
tlahlie, la bibliotleque de IA-
micale sera ouverte au public.



Imprudence

d. chauffeurs
M,1g. e nos conseiIs a la pru
deince. les coiilucleurs d a tos
publiques, qui lkint le rafic en-
tre Is Croix des-Bouquets, la
C:ro xdes-MNssions el Port-au-
Prince, continent ~ etnbai quer
plus de passages que ne peu
vent contenir leurs voitures.
Souvent, pour une auto qui ne
peut recevoir (que 6 pa.sagers,
e hauffeur n' site pis A en
taiinspoi ter 9. parfois 10. O, est
si ii I ltroit a linteltieur que le.
gens sont obliges de se tenir
sur les inarchepieds, s'accro
chant A u1ilnporle quoi pour se
tenir en 6quilibre.
Danger! crions-nous une nou-
vclle Iois. Cette pratique peut,
pendant quelque temps, p'ocu-
rer certain gain aux chaullfeurs;
niais, un jour, viendra Lacci-
dent et alors, comnie pour Pier
rette. il ne restera que du pot
case.
Si les chauffeurs etaient assez
sages pour ecouter nos con-
seails ...


Le Trailt hailiae-deoimnraia J'ar
bitrage e de paix prrpl telle
detail lAssublee Aalrnsle
Ce main, le Conseil d'Elat se
constituera en Assemnblee Natio
nale pour entendre lecture du
rapport de la Commission spe-
ciale chargCe de l'examen du


Traite d'amnuti, de paix perpd-
tuelle et d'urbitrage concu en-
tre Haiti et la Republiquc Do-
minicaine.
En son edition du jeudi 16
mai, L. MATIN a public Ie texte
de ce Trait. Happelons aussi
que c'est M. Auguste Magloire
qua est president de la Commis-
sion special don't M. Timothee
Paret eat le rapporteur.

Boy scouts aur I lso6oe
Cest samedi, A 8 heares du
soir, qn'aura lieu, A Varietts, la
grande fMte des boy-scouts na.
tionaux.
Le programme comporte une
piece locale, Amour passionnc.
des pieces de vers, des monol -
trus el des morceaux de i t.,.
* L.M tusiC d enri r sit.* (.u.. i


_ __ __~1 ___ _ _ *___71 ______ _____ ___ __ __ __ _ ____
- 1- -- --~-- I--*--- ---- ---~- ---~ ~-- -- -~1*-


PAG18 --2L


I u--I --









deficit

IOYTALE lU CAhi

Mrs e souviendro
'en note 641t
15 mai, nous I
courant d'un gra
eJt eon t
itlit6 de la Ba
du Canada iPo
Sleur appreniol
oe- cqae e dficitm
0 dollars env
sna caissiers de
. Djoie etHendril


ID



at,
On


IVI
Ito

la
rt
Is

Ii


premiere here de
u grandir dans le
oeux qui ont Jeurs
burs londs confitd
Sqpe, d'autant plus,
meant de la rue do
de 'EMat, le plus ri-
oeret set gardi autour
ire qui parett encore
ido dessous plus gra.
I ne le croyalt tout
S'


e *Is'etant emparee de
F 0 enquete a tc# aus-
,t par M. Vilgrain,
Mtction. Le Magistrat
p, aux fins d'investig& -
siue et le transport
niet des livres de
dela Banque. Hier,
cette decision, one
de Livres ou ifgure
ilil des operations
itS de 19241 ce jour,
Smonrlee au Paluis de


llt donc que ce deficit
be plusieurs annees et
tli reserve des sur-
"vYes, aussi, depuis
rmite fortement que
I rrestations sont im-


i,
m' toujours, nous re-
al, pour l'ntormation
bctlers, tous les rensei-
ispogibles au sujet de
a uftaire de la Banque


k~ri do Dr Cheisser


(cKittery a, part le Dr
Choimer qui a et, pen-
gIl~:efp. CheJ de labo-
SriA6pital G6&nral. Le
LWr rntre aux Etats-
A d'autres functions.
pciep compete parmi
not le plus contribu6
j IF6pital la grande
sn cieutifiue qu'il eat
amtl. Modest, tooours
Sliu tease applicFlt A
i.Ul apport6 A 1'H6pital
bboantio inappreciable
r"W e, ;est considdra-
lparl, ent A regretter.
Ju 9toyona ici tous
utL 'd'heureux voyage.


los -


CE SOIR
sab Trois asques
l r 6pisoder
P ar ssur
J1.r'ipisodo



Avis I

tiasl Fournier, no-
'A ses clients
s jour A lEtran
,'OioioA la direc-


we, 14Mai 1929


.- 4-.'.
SI
sLi<
L .c'


.t 1


Vie politique

dominicaine I


S Organisation de la Gade'Pr .
Sshentielle.- Le lieutenant Duo
masis, do lrrmse cubaine, arrive
b ient6t i Santo-Domingo;il sera
c hard de I'organisation de Ia
SGarde presideutiqlle dommni-
' caine. Le president Machado a
Soffert au president Vasquez un
Scontingen de 50 chevaux des-
tinas A sa Garde. Le lieutenant
Dumois offrira lui-meme le prE-
sent an President Vasquez.
Le Plan Vasquez-Dawes.-On
Sa olculs que des economies s'e-
levant A 952 665 dollars seront
I realis~es au Budget en course par
I'application des measures prd
conisees par la Commission
Dawes. Ces measures continuent
A defrayer ia grande chronique
dominicaine.
Une proclamation du Prdsi-
dent Vasquez. Au suje! de
I'application de ce plan, le Pre-
sident Vasquez a pubi6 une pro-
clamationu pour annoncer le
mesares qmu vont etre prises
selon les decisions preconisees
par le Gal. Dawes; et le Presi-
dent demanded le concours de
tout le people dominicain pour
aider a I'application inEgrale
de ces measures. Le President
Vasquez inside sur ce iait
que a ce qui a inspire le nou-
veau plan est principalement le
dsir d'oblenir la liberation de
la Republiquc Dominicaine de
tou'e immixtion etrangere w. II
rjoule: (( Chaque citoyen doit
surveiller avec le plus pralique
d&vouement I'emploi des de
niers publics et denoncer avec
le plus grand courage civique
le fonclionnaire prevaricateur,
parce que cheque dollar sous-
trait i la caisse de I'Etat retarded
heree de la lib6r action finale o.
A l'occasion de son Message,
de tous les points du pays, de
nombreux telegrammes d'ap-
probation et de fdlictaltiqps ont
ete adressees au President Vas-
quez.
Le Pavilion dominicain d
I'Exposition de Seville.- Le pa-
villon de la Rpulique Domini-
caine A I'Exposition de Seville
est uOe reproduction du patais
de Louis Colon don't les ruines
existent sur la rive droite de
I'Ozama, A Santo Domingo et
connu sous le nom de l'Alcazar.
Alphoose XIII, lors de sa visit
a I Eiposition a visited le pavil-
ion de la Republique Domini-
caine. Un change de ttlegram-
mes exprimant Ta plus partaite
cordiality et les plus hauts sen-
timents de sympathie, eut lieu
entire le Roi e le President Vas-
quez, A l'occasion de Ia visits i
d'Alphonse XIII au pavilion do-
mimqcain Seville.


r--


On demand*
Stenographe anglais-fran-
cais experiment au courant
du travail general de bureau.
S'bdresser d I'Ecole Centrale
d'Agricul ure d Damien.
7 dtdphone, No 2469.


I


i MAMN 22 Mai 1929
*, piL


VTOITUR


SES


ANNONCES


Charges seulement

Charge & Acide


Service de nuit--Telphone 3392

Les Pneus GOODRICH ont donned les meilleurs

resultats en Haitii


Demandez-le


DILl POfTRIIIE
PILULES ORIENTALES
imIstaheeqid d~rrl~.ppeu r~far-
drtvrIe ot thr. A 8-3 bloe u

JL. vil, .)Wtoi k nt cuA
inbw&. 3 .svl /,tmcI 1-.fee#
1U .pp. .. N of
i' P4 CE


VOUS VOULEZ BOIRE UNE ULIONADE VRAIMENT
Dr;LICIEUSE DEMANDEZ POUR


-I

I


INALCO est unr hoisson gazeuee ion alcoolisbl
NAL'O est min comment rafratchisante
'NAI.COO. nu goau agr6able
IN \LCO est hvgy'nique
LNALCO est nourrssante,


M. SCHULTZ & Co
.. .... "


Avis
Mr et Mine Luij ..Jn-Bap-
tiste annoncent A ltrs clients
et A tous les intbredi* qu'ils
ont constitute Monsieur Fa-
bien Barolette mandataire
fgneral et special de tous
leurs biens et affaire, pre-
seots et venir.
Grace A le'teodue de leurs
marais salants,ils sout en me-
sUte de charger de sel. et im-
m6diatement, tous bAtiments
qpl arriveront aux Gonalves,
A l'adresse de Mr. Pabien
BAROLBTTE.
Gonaives, le 22 avril 1929.





d e Ia orge
MettreVickldar
it n c ou le fire
icone-c, clan. I ecau
c-.- adeetl'inhaler.

APour O
bqoUr7b6t Pefnaldirftment


1,50 US Cy

3.0(0 <


'w.mp


-I- ~r.
/


CAMIONS


4p, PAGE- 3


Hailian Motors S. A.


'TflACTEURS


Port-au-Prince

2379 P


Cap-Haitien


hone


393


1 ous propriaO ires voitres


HAITIAN MOTORS


S.


SERVICE STATION


A.


ANNONCES


Su l'effroyable augmentation dans nos venles de lalteries, el Charues de' lialleries.nmus
sommnes en measure ie faice les reductions suinantes ;


Or


Come les Balleries FORD se vcndent,sans charge d r0 11,.0, celle reduction imel les
Aoluvelles Balleries FORI) 13 Plaque., d Or 14.50.
?,'oubliez oas que le bon mirche tie ces Batteries, n'est dti qt'au.r Graudes ressources c'o-
nomiques de Manufactures de la Compagnie FORD, et nous croyons qu'il n'y pas ine
meilleure Batterie. n imported oi qui nla vaille, elle est cornwosde de 13. Plaques el done
beaucoup plus de service que les 80 Am npres garanlis. Lai boile est p Ins forle que la ma-
joriti des out es Batteries vendues)an iaiti.

Peinture PYROXILLIN
Depuis son debut noire Ddpartement de Peintures, a ded bien achalande.. Nous conslrui-
sons une nouvelle section pour ce travail. Aous nous sermons uniqiem'nnt des peinlures
FOItD D PYROXILLIJN., et nous-invitons tons les propridlaires de voitures, t venir voir
la qualild de notre travail. Ils seronl slurpris de nos pr.e,

Service Ge6nral du Garage
Aous avons maintenant un chef de Garage competent qai surveille personnelleinent tous
les travaux, et nots savons que nous pouvons donner pleine satisfaction pour totes les
reparations. Ce departemen crott chaque jour et nous avons commander un novel ou-
tillage el Machines qui arriveront dans les premiers jours de juin et nous serons alors ,i
mdme de donner le service le plus complex en haiti.
Aous voIus invilons d venir et d voir notre place el di ious monlrer ctnliu'entl nolis p1ouions
uous servir, Aous avons an taux uniform qui est le plus bas pour les rTparrtiions. Peintu-
res etc. et ovec le nouvel outillage, uous serons en measure dexdcuter routes sortes de tra-
vaux.
Vous conomiserez de I'argent en nous faisant travailler


Ouvert les Dimanches-Matin de


8 a Midi


ceux qui s'en servent


-w ,- ---


"l LiLa Reine des
Ual U Limonades


p1
.9


'-F


1.
p.

C'S

*1.


NOW


__ __ __ *__ __ __


- '---LL -~I : 7
----


___ I_ 1_


- -- -_1'


I II I I I


I I


I I


s




P rr.. 4


LE MATIN 22 Mai 1929


.*. *,*


m u d


'9ir


Rhuinatiames
Nevralgies
Gravelle
A rterloo8clrrose
OIbesit6




.I F M* N
UR!';= 'U~ I


et la Goutte


t.,ttort le rein, lave le
Ie ct IeS erticulflions.
'Iussouplit let artbres
et itvite Y'obdsit6.


P 'a.flit
"."M ko..i


I if'!) l' ) k 'in'lr rr t. re.
.. nt ol. ITP .U : I 0 1 11 fin .'I
I .'.- &.. ;l '1I t, 'n vrr4)


--,dc It 1- 1-1 r ":


bllll I~l l~I~`~~~~'-O I IClj~mm-P ---- -- r w


-II *-- *
Amburg Amerika Linie
I e vapeur Troja j, tenant de Santiago de Cuba, eat atten-
.t1 ici vers le 28 courant,partant pour I'Europe via le Nord,
I'rei'met do tr4t,


REINBOLI) & Co, Agents.


The Royal Mail Steam

Packet Company
L.e bateau a Culebra ) venant de Kingston, et des ports
(ti Sod, sera A la capital vers le 22 Mai courant, pregnant
it'it pour I Europe via les portsdu Nord.
Port-au-Prince, le 6 Mai 1929.
1. J. BIGIOJ
Ageili (nCii nril tie Il Royal Steam Packet Company.
Trl~phone, 2311.


REMERCIlEIE iS
1MM. Jean Manril Alexis,
Couthon, Raoul, Toussenel.
Nemours, Melle Lida Alexis,
Veuves Calvo DIpestre, Ftlix
Denis,nue Civil,Mr Justin Tal-
nis et son spouse nee Dun6lia
Antoine, tous les autres pa-
rents et allies,remercient bien
sinc6rement tous les amis qui
leur ont lmoign, des mar-
quesde sympathie A l'occa-
sion de la mort de
lime Jean Aauril Ale.is
nie A urdlia Civil
leur spouse, mere, sour, cou-
sine, survenue A Jacmel le
lundi six Mai en cours,A trois
heures de I'apr6s-midi et les
prient de croire A leur pro.
tonde gratitude.
*** Anna Duohateller
Toilette des morts
Preparation sans glace.
Rue du Centre No 1615.


THE NORTHERN


ASSURANCE COMPANY
LIMITED LONDON.


Assurance centre incendie

avec protection contre la

Foudre sans augmentation

de Prime.


Aqent Gendral


Joe WOOLLEY
Port-au-Prince.
SOUS.AGEN7S :
LUCCIANI- Cap-hadtien F. CIERIEZ- Pelit-Godve
S. DUVAL Miragodne J. ELIE LESTAGE tdremie
STERNE BONNEFIL Aux Ca Caes A CRL BAUDUY-Jacmel

Rappelez-vous, families
Que la plus agr6able pension scolaire au triple point de vue
Etude, Iravail, Soin, c'est I'INSTITUT TIPPENHAUER
Que la meilleure et la plus rapide m6thode d'enseignemen
classique moderne s'emploie a
L'INSTITUT TIPPENHAUER
Le succ6s, I'an dernier, de tous ses 616ves de Premi6re
est une preuve 6vidente et celui de ses 616ves de 46me et
76me en est une autre. L'Institut ofre, aux retardataires les
service de sa classes de Philosophie.
Heures des Ceurs: 6 A 8 heures p. m.
Section pratique: St6no-dactylo, Comptabilit6, Lan
gues, de 7 A 8 h. p. m.
N'h6sitez pas si vous desirez avoir entire satisfaction A
confier vos entant A
L'INSTITUT TIPPENHAUER
Reconnu d'Utilit6 Publique.
Enseignement classique general.
( pratique special.
Priparatiou aux Universites_

Le visage


La Par 'isien te

Angle d(es Rucs Republicaine et des Miracles

Port-au-Prince T6lephone, 2006

Le plus fin --- Le plus 6leaant- Le plus a la mode.

Voiis le trouii)re: en noire elablissenmeni.


A)Cosltul1mes eln casimir

ln P alm-Beach, en

Gaibardine, en 1Blue


Iliedc I'i( Juc,


en soie,


en crashdefil

en ALPAGA

e,nI DRILL de toutes

nuances


en Noiir


pure laine,


(>i SMOCKING

etc, et...


I '


CHAUSSURES

Marques

Mat shall

Richelieu

I'ex.cedor

7 rianon

Douville

Parisienne

Walkabout

Derbis

Hazard


elc,


elc.


FRANCO


&


VICENTE, Propridlaires


COMME
ien pelatu d'umt sa


Une poudre qui est aussi
douce qu'une plume I L gze
come I'air. Duveteuse cqm-
me un 6dredon I Voila cc que
disent ceux qui se servent
de la poudre Exelento. Elle
s'eten doucement sur la
peau, laissant une floe pelli-
cale de poudre qui rend la
peau aussi douce qu'une pein-
ture d'artibte.
i;L'xeiento
IEst un triomphe pour la
toilette. Elle ameliorera n'im-
porte quelle complexion. Et
erle est d6licieusement part.
m6e. Elle est livr6e en quatre
teintes,Brun tonct,Rose,Claire
et Brunette.
En vente chez tons les dro-
guistes Pour 0,30 centimes
seulement, il est exptdi d6s
reception du prix.
EXELENTO, MEDICINE
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.SA.
Agents demands pour ton
pays.
Ecrivez pour renseignment.

Second
Hand Parts
MILLIEN, treres
OfIre lear, service aiu
pri6tairme et condteqn
miitomobile poor tooate
sorts de riparsuous a domi-
cile t sor ac en cn de
enab.'oubli pea qaemette
station est bien pourve de
toutes sortes d accessoires tels
que; tires, tube, etc, A boo
Convert toute la nuit.
l -- TWIphonp, 33,56


+.0- **- : ,
i1 ;


.- IM- -NO *
AASORTIMENT' REN OUVELE


I '


-ll-


-u nr-AhOW - --- ---- ---- -- --- - WS&AN


nr~lmnxa-* f


Id~Pb
c ,!rBM


,-~.~. """"


'i4




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs