Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04178
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 5/20/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04178

Full Text






IS -~ AM8i&iE 1358
jCII*'m`o. mJ


4


.ANNU IP 0


I --- - --- -- ;---11111Ir


"abnrique w'NotreCourrier Diplomatiques la Orande On remarquait aussi dans
enne t A 'Vr pblie les elogieuses lines suwantes, le convoi les Secr6taires d'Etat,
miaistre d Paris. houses les reproduisons aec plai- le Chef de Cabinet et presque
Stous les coufrtres du d6funt,
tant du journalisme que dua
tvt bienfaisante du u 'Cnseil de rOrdre des Avo-
1I convoi en se dirigeant:
Colonel NEMOURS, vers le ,imetiEre passa devant
le Conseil d'Etat qui avait son:,
M inistre d'Haiti drapeau en berne, en signed de
deuil.
Dans la matinee le Ministre
de lInstruction Publique, M:
point possible de de a grand grrepour com- Charles Boucherean, avaitM
asible aux manifee- battre sous nos drapaiux. passe des instructions A l'Ins-
ouvantes de l'activi- Cest avoc ne.oie rayon- section scolaire d'avoir A don:-
olonel Nemoups, mi- nante que l'rudition du Colo- n conge aux Ecoles alin que
la R6publique d'Hal- el Nemours s'ng~nie A tirer les Cl6ves pussent assister aux
ace. Ilya un an et des archives d'un riche passe fun6railles de M. Dorsinville
a ble prsentionsA nos commun nmille anecdotes sym- qui, come on le sait, avait
sen mserivant so boliques. et6 pedan t quelque temps le
la waste do nos amfs Onvrons le Journal des De- chef de notre Universit6. II y
as sdrs de I'Amfrique bats de ces derniers mois: on avait de nombreuses d61dga-
Il nous paralt just d n- y rencontre soit uo article,soit tions d*coliers. Tout le per-
ound'hul, avec plus un 6cho de notre z6ie propa- soiel d'Elie Dubois ainsi
s, sur les m6rites d'un gandiste, tant6t pour soul,- que tous les lves de l'etabls-
parfait diplomat. gner que l'attribution du prix sement assistaient A cette ce-
u'on se trouve en pr6- Montyon, reserve A la r6com- remooie ot la Musique de la
adu colonel Nemours on pense de la vertu, eot lieu Garded'Halti se fit entendre,A
p|Nt qu'Ntre frappe par pour la premiere fois, en fa- plusieurs reprises,dans quel.-
rtession intelligence veur d'un admirable Noir, de ques uns de ses plus beaux
Bhensive et d'alerte gra- St-Domingue, nomm6 Eusta- morceaux.
l'on lit sur son visage au che, attachW an service de la Aucimetiire le clairo", de
oiombre. I1v a an fond de tamille Belin de Vilteneuve; lGarde d'HaTti iela qulques
J pensits uoe sorte tant6t pour nous apprendre notes mdlanco ties devalqu
neux: c'est le re- quo Philippe.-Franuois Bart, la tombe ouverl e d, neor,
meant de cet ideal de petits ills du cel6bre Jn.-B rt ca tombe ouverte do noten
l et d'amour qui 6claire don'tt les restes viennent d'0t re. ImmbdiAtement
et le cerveau de ce retrouv6s Dunkerque:) fut.apr6s leo orateurs parent la
francophile. Ct an- gouverneur de notre vieille parole. C ons d' ller M. Timo-
e de notre Ecole mi- colonies des Antilles. Et I'on iau nom de ses colleagues
SSt- :yr, mari6 une Pourrait continue longtemps u Conseil dEatit n der-
cet historien doot ainsi a recuillir des reusei- nier adieu a Hnec Dorsin-
consacr6esauxluttes gnements de toute nature ville. Pui, au nor du Con-
Indance A Saint-Do- fournis a I'6ite francaise par seil de Iordre des Avocats, Me
autorit6, eat un la science du colonel Ne Dominique H polite parla
urne Dominique Hyppolite parla.
de I'.ttachemint hai- mours.... M. Horatius Laventure, Di.
:1 France. Partout t Nous ne otrfdflrpas termi- recteur de I'Rcole St-Vincent
wi tiravaille avec la ncr cc bref expos sans dire de Paul prit la parole en son
reuse lucidity et la. toute notre confusion afflig6e nom, et en celui de quelques
"ace lerveur par la d de I'attitude d'un talentueux amis,et en dernier lieu Mr Ch.
ce, par l'article de litterateur et diplomat ainsi Duplessy.
I, par I'interview, par que d'un nouveau p6riodique Puis silencieusemen, l
Ilation de receptions, de clez vous, A I'6gard de nos Pus silencieusement, le
ou d'auditionsmu- trEres d'Hati, ces fits de a s'coularemgoiss la Inule alrs
ul quill portent dde s s1,d n
at littEraires- A inten- trance vdire, selon I'expres- ccenr cle souvenir qui ne le
4antente francohaltitn- sien si just de Mlichelet. II de si t6', de celi
serrer les liens s6cu- s'agit d'une part, de M. Paul qui lteai parmi nou ta1, del
nnissent son tie pa- Morand et de son livre Aagie regrets et arne i on veunit'pa"
e notre pays. 1 se Noire, et, d'autre part, de cecrdpuscule hesitant et m6-
Vivoquer avec un art I'hebdommadaireGrin'goire lancolique de conduire A sa
ea. propre, Nous les qui ont pris un plaisir inel- sdernire demeure.
i qui attestnt des gant a se liver, avec un brio
anciens. Rappelons,4 regrettable, a des critiques Nous aulres qui fdfmes de
ample, la ecorfrence aussi sarcastiques que depla- ses amis .et qua d6fendions
t pleine de charge cees sur la society haltienne. depuis 1922 la mrme cause
Savril 1927, sous les L'excellente publication Paris- que la sienne,et le meme pro- :
de la Soci6t1 de I'His- sd et Centre-Amdriqueque di- gramme, nous envis:,geons
tes colonies frantaises, rige avec tant ue diligent de- dun coeur bien triste la place
an, A l'agence 6conomi vouement M. A. Melchissedep, qu il aisae vide parmi nousn
iellndochine sur la sur- sest honor6e en nous don- iais nous avons i ferme con
traiseviction que euvrequil avait
Stranaise sur cette na A le texte des deux lettres action que Ieuvrqu avait
iH ti, qui la premiere, j de protestation et de mise au entreprise et qui vivait si
pidtensement de sa vie, de son
nque, recut les prin- point d'une amertume si tensemen de sa cfiane on
S1a Revolution fran- digne crites par le Colo. ere, pas conft qavantce n
to fat promulgue en. nel Nemours. C'et pour nous p rira et de ses 'a
Epde Napolton. Nou- une occasion, de plus, de ren- ounr un deses ils. jana,
as que les Hanliens drehommage, de grand cceur, a re"V des mains paternelles
nieNrv6 I'usage offi- aux sentiments toujours no- ie tlambesu qu'elles avaient
4notre langue et qui blues et touchants de ce mem- si courageusement tenu pen-
bIet 6ludieravec passion bre de marque du corps di-dant plus de di ans et qui
*coles at nos uni- plomaique latino-am8ricain, lui avai vaipar se con
kt hroueente d frbres, one estime tellement
R 1870 eanPcit anprts e notr s go ereine que eIts diverpnces
Sa1870 coan o vrBn meant' politiques n'ont jumais pu
______________________ altere.


Sunerailles

d'H6nec Dorsinville


u )leu comme
A hures4
Mtropolltaine,par-

la rmaifon or-,
das A l'AvenUe doIA-
la Ia Cathbdamle le
f t poret A bras Par
L" lAd esqui _qviont

cot d preuve d'at

0 roune. L une d'elles
por quelques cul-
0U dafunt et suivie de


ET 6et, on ne porter que
les beaux et solides
Drills blanc-Shantungs et
tantaisies de chez


tout le conseil d'Etat qui avec PAUL E AUXILA
nJishP 'dent, M. ;ana ri 1s existent en coton-union fil
dco ua le c .oneoia pied de Beltast ao colon de laine
de la ason A I'Eglis, et de d'A'menti6res. Boo teint ga-
imetier, *r rantL .
SPr iheat de. Ia In _' _
Ripubl o'ravalt tenu A re- -----re
na pr tectc la tris-
tercf i tlio- A louer
nant reduvcde sa, pa-
thie il avail voulu marquer
a Jtq a eeitm ii U t tc airu ct iectr'que et toutes commo-
,.1 souvenir It uvait g rde dit.s. si:ude Impasse Il:i; it
d .'lt i depuis 1912:. ai,i (Bois Verna) No 131? S.-
t6 soh c~lhiboratcur et d6en- dresser au cabinet de Mc
du kl progrqammeprgTressiste Francois MATHON, Rue du
de son 6ouvernemei.t. 'Centre No 1731


I.--I -- -


*^ - - - .
: ONTAINE.s Post.N? 58 P ORT AU RINCE

&* m -ig


La grande armIe del Odeon
La G aude Armbe des DISQUES ODEON est enfin arrive
et ebtrqude a Port au-IPrnce le 15 Mai avec toutes forces
d6pl,,yves,. :ette tois ii y a de TOUT.
II y a un grand nombre de Disques Aouieaux et aussi son'
revenues les uucieins grauds cotabattanls et grands kavoris
1loDt nous notous les suivants :
Chant de Mislinguetle : II m'a vue Nue, Ca c'est Paris.
O0i i suit. J suis nature, Charlotte, Doroth6e, Parisette, Mit-
sou,Java de Doudonne, Julie c'est Julie, etc,
Dictions de Monleaux: Les Bouftons Legende de la Brise.
La Chasse, Chaotecler, Credo d'Amour, Le Cygne, Sonnet
d'Anvers, l'Aiglon, Cyrano de lergerac, Hermani, Un Evau
file, Ruy Bias.
SDictions de henry-iary : La Brouette, Lucie.
ChAnt de Gouin : Elle a perdu son pantalon.Ramona,Elle
danse le Charleston, L'Ame des Roses, Marie Rose, Pantins,
Partout partout, Aubade d Amour, Rien ne vaut tes l1vres,
Rose Marie Chant oIdien. Veuve Joyeuse. etc.
Ialse de 'Orcheste 1 iennois: Ramona, Princesse Dollars,
La Diorcee, Murmures de Fleurs. Beau Danube Bleu, Valse
de IEmpereur, Rdve de Valse, Narcisse, Delta, Pomone.
Musiqun' Le M.\ulin de la Foilt \oile, la Forge de la Fordt,
Palom, M. ia Masi, Wailana Wa'tx, Alcha )he.
Jazz el Tangos Hallelujah, Ain't she sweet, Dew-Dew-
Dewey Djy,Picclox Navio del Maxims,No te quiero mas, etc.
rompes de Chasse, A ccordeons,guilars Hawaiennes,violons,
violoncelles, etc, etc.
Demandez la Lisle Generale Nouvelle etpriere de la garder,
car nous ne terous plus de Listes Gbanrales, et engager vos
disques au plus t6t car cette Grande Armee sera vite en-
gloutie dans le pays comma celle de Napoleon et de Leclere.
SQue surtout la Pr evidence se rappelled que i'avide Capi-
rale-est toujours pieie a enlever promptement tout come
elle a tait pour les arrivages priced uts.
- Aussi nous n'aurios pour longtemps d'autre envoi im-
portant, la production de la labrique ~tant engagec pour
3 mois d'avance.
BAZAR ODaION

J. Karayany fJ
Angle Grand'Rue & Rue Ferou.



A. DE MATTEIS & Co
PLACE DE LA PAIX
Orand Optlque
Lunette Lorgnon Pince Nez
Or Nickel Ecailles.
Assortment complete de lentilles de premier choix.
Forme Ronde et Ovate
pour toutes gradations de vues
Lentilles. Fumdes. Feu:cls Bleus et Jaune.
Lentilles d double Foyer
Prix defiant toule concurrence.
La maison est d mdme d'erdcuter sans retard toute
ordonnance doculisle dans ses ateliers.
. .--


Les ParfumsdeMonte-Carlo
e Lotus Blou a Lotus i*sr
h Itfr f eave, deicl 1 pIerniLst.
Si vons vonlIez tre d6licatement parfum6, n'utills: qoe
les Portums de MONTE CARLo;vous aurez la certitude d'4voir
un product de haut luxe et supErieur A tons ceux counsel
ijubJu'ict.
Te LoTr's tLrtV e'est le parfum A la mode parteut o0 a
lrouv,'ent t1s g:.;s c5)i;' cet le goAt dllcat.
USEZ DU LOTUS BLEU
En vente duns routes les brnnes maisons de Partumere.


a -


oire i


...a vu, mercredi apres-midi,
un des 616gants du a Tout Pa-
ris visage fratchement rasA,
nez en bec d'aigle, dans la ln-
xuease Buick de son p6re, pas-
ser A la Place Dessalines et sor-
reter pres d'un banc o &etaient
assises trois de nos Wlegante&
Sur un geste, elles prirent place:
deux se mirent au fond, rantre
oublieuse de son recent enga-
gement paradait A droite du
Don Juan, en lui faisant des
mamours. L'auto d6marra, pour
enlever plus loin, une autre du
meme group qui prtait d'ail-
leurs une oreille distraite aux
propos de deux galants. Rest6s
seuls, ils m6ditaient... aOh Ila
mechante Buick l soupira run
d'eux sur le nogaz, el enu-
Ieve tout:flirts, flancees et peat-
Otre....
... a vu un petit gosse en ex-
tase devant un panier de man-
eos. II n'avait pas le sou et avail
aim. Ses veux lointains et ses
Ivres bliames le disnient assez.
A note le geste d'un Monsieur
qui passait. II interrogen le gos-
se et lui donna des sous. II 'alait
voir la gaiet6 avec laquelle le
petit affame tomba sar une pile
de muscats a trois pour cinq.
*
... a rencontr~ hier soir dans
les environs du cimeticre an
couple des mieux mis. L'homme
etait vetu d'un costume blanc
qui venait de sortir de chez le
chinos et qui luisait come an
rayon lumineux dans le clair
de lune. La temme etait en toi-
lette rose, bras nus, gorge pres-
qu'au vent. lUs s'embrassaient A
quelques minutes deleurs deux
autos qui, dans le soir, ressem-
blaient A deux belles hlbes de
race pretes A accomplir des ex-
ploits.
... a vu, dans une des rueJles
du haut de Turgean deux Doa
Juan en maraude. Cela sentait
Ic lapin. Car ils sont rest' s &
leur post plus d'une here et
lorsque NOTRE (EIL se ferma
pour s'endormir bien a va nt
dans la nuit, ils etaient encore
IA. passant la main sur leurs
cheveux bien cir6s et faiisantl
en sens contraire, les cent p:ls.
... a rencontr6, veundreli ma.
itinl, longeant I& rue I)ntrs-Dles-
touches, parmi les Belles voitu-
res luxueuses qui tont' de ce
quarter de la ville 6 de certai-
nes heures comme une rdp4ti.
tion d'une des Avenues lesplus
florissantes des grades capi-
tales, une voiture coniplele-
ment dalabrCe et don't la capo-
te Mtait pliee coinme un 6van-
tail renlerme. NOTR tEr. L sui-
vit indiscretement a voiture.
C'Mtait une Chevrolet A deux
places. Elle entra dans un de
nos deux grands garages Celui
qui devait r4parer la voiture
qui venait d'etre tamponnCe se-
coua longuement la tWte et I'on
voyait que ses yeux disaient: II
n'y a presque rien A faii e.
... a vu un gendarme qui sui-
vait dans la nuit du samedi on
dimanche une fillette. Les gar-
diens de la paix n'Cchappent
pas aux tyrannies de Venus et
c'est ce que se disaient deux
jeunes lens qui, a deux repn-
ses, avatent et6 arretes pr r der
gendarmes pour n'avoir paspu
resister, en plein Champ-de-
Mars, un soir, aux cris de leur
... caur.



666

,eat prNwit >6rtt Of ert
retroidf ent Is. Denoueals
fire at Paludisme.
C'est le plus rapid irem d
connu.


PORT-AU-PRINtS (HAITI)


[LUNDI 20 MAI 1929


- 1 -* --~-- -- I-1? -- -- --- -- -- - --


111,


J


zzJ.


~1
~


R7





PAGE-2


IFMATIN )M",i192


La Fete
DE

1'lniversite
ETDU

Drapeau


'\ '1"i on is pui lit .IS n'tedi la
/, reolii'ri' purli,' ditu lisct-urs pro.
nrtwee llne dernliere d) Jerdmie
par Il. .1J. I. AMerlet, ( l'occasion
!de Il F:tle e l'UCiersitd et du
I)raprou. I'oici la fin de ce dis-

Allcz a M(Marfranca ; Ib,vous
const;terez cet avenir qui se
prepare. In jeune huitien de
voui, lqu les malheurs de sa
pnntre ia [iotondement impres.
siouni-. est au contact de ses
leur's couriloyens ruraux, a
Iiii ii inculque les principles sur
lesquels s'Mdilie leur jeune exis.
tence lfmiliale, mais qui, plus
tnrd, les distingueront dans leur
existence national .. J'ai vu ce-
lo, en tournee d'Inspecteur, et
Sjen suis sorti plus convamncu-
que hier- e que l'instruction pri
Smare e t en rapport dir ect avec
I'evolilion d'un p ys, par le tra
vail et la paix; Allez a Grand-
Vmuceitt. vous y verrez la meme
pir()a;ration de noire ji unesse
rural lu dignity de la vie, par
I'ecole et le travail; el il est A
souhaiter, qu'avant louglt mps,
on ait A citer toutes les sections
rurales come centres, ou I'a-
veuir national se dessinesous de
miellieurs jours ; Allez A 4l o o
I.,v ons serez dditis stir la prI -
l),iralion de cet aver.ir.Deux 6co
Iesl' lnedesS, ears.1'autre d sFrt
Ies.,s disputent chre6iennement
Ih dvouenentde dissiper les
i ,nibres de I'ignorance.L as mai-
tris et les maltresses ne ,e pos-
Medent pas de joie devant les
pi; imres de leur labeur... C'est
SI dans routes nos campagnes,
Siir nos Virgiles, qui sail I qui
S''v(i'ceront de nos jeunes edu-
S(:tcuIur, datns la securil, de leur
r(vc' purrount, dans leurs Geor-
giqlUes, faire ressortiret parta-
Her les dlMlit:e de notre vie cham
pe 11.V
1! ett inntile d(e vous dire que
In,, non scultment se tlil l'veil
'L, I'inlelligence sur les beautes
r;v I'illstruction, muais ussi,muis
III'toil, celmi du cceur sur I'a-
lioiur sacred de la Patrie... La
i I: isu qui souffle dans de si pu-
r's rgions, o6 s';labore I'Ame
)liionale des peilts concitoyens
c(iiamiguards. baise, avec plus
de voluptb, cc martin, le petit
drapeau rouge et bleu, qui se
deploie de leurs mains, deJ) en
semenceuses,- parce que la
terre, qui recoit la sueur du
paysan, tst la racine du dra-
peau.
Voycz; Id, ou nous sommes
r'unis, est aujourd'hui un ma-
gnilique batiment, qui atteste,-
vous le sentez conime moi,-
que crt avenir sc prepare Cinq
cents enlants de toutes les clas-
soiaules, y reoivent Itc pain



Arrgetd
BORN
Pr,-ideln de la Rrpublique
Vu I'article 0 de la Constitu-
lion et 3 du Decret du (i avril
191. ;
Considerant qu'il y a lieu de
ourvoir au replacement, au
onseil d'Etat, de Monsieur H,-
nec I)orsinville, c cede :
ARnntU':
,licle ler.- Le citoyen ier-
mann Pierre-Antoine esl nomm6
Conseiller d'Etat.


Article 2.- Le present arret
sera public et exCcute.
I)onne au Palais National, A
Po t-au-Prince. le 18 Mai 1929,
an 12l(eme de 'lndependance.
BORNO
Par let Prsident :
Le Secretaire d'Elat
de I'lnlericur :
IL.once BORN
Le Sec rtlaire dEtat des Finanres
Joseph LANOU ..


A vendre
A Martissint, une propriety
de la contenanced'un carreau
de terre envirOD, ayant e
grande mason basse de C
pi.t'cs et uue maisonnette de
2 pieces, avec jardin plante
u 'ar)res truitiers.La proprirt0
est contigue a celle de Mr.
Edmund Watt.
Pour les conditions, s'adres-
Er A Mme Vve TAILOR. -


inte"ectrel, dans nne discipline
et une harmonic admirables qui
leur serviront de boussole sur
lu grande mer orageuse de la
vie l.'id6e dIe I)ie I'i.id e d.-
Patrie, choque jour, se tlai plus
vivace dans leurs jeuies intelli.
gences. Si nous nous reportons
en arritre de notre vie public ie
ce cauchemar, 4pouvantahle
nous voyons que, ici, oh I'on
laVonna nos petilscerveaux AtHit
on vieil arsenal, et un H6 01
d'arrondissement, qui n'avaient
de pendant et d'horreur que In
mason d'inquisition, ou Tor-
quemada labournit des cranes
humans !... Oui I'nvenir se pre.
pare : la ieunesse haitienne,
nos fils, au liei de porler la li-
vrke militaire, sous la hastonna-
de ou la pouss6e de l'igno-
rance insolente et soularde, s'e-
parpille en lueurs,dans les diflt
rentes campagnes, pour I'ins-
truction et I'6ducation de la
masse... II fallait ne pas connai-
Ire, voir subir Ierreur du nasso.
pour ne pas exuller d(evant cet-
te manifestation melhodique d*
I'organisation de notre dmnocra
tie I
Lea peoples qui out les medl-
leures kcoles seront les premiers
peuplef ; s'ils ne le sont pas au-
jourd'hui, ils le seront dem ini.
Cet axiOme, parlou., se vOrifie
continuellement,- car I'ccole
eat le levier qu'un people doit
chercher, mais t ouver, pour
soulever les dificultes qui ge-
nent ss march.
Len6tre a connu,- rencontre
encore,- de grande difficult'
vers sa march en avant ; mais
ces dinicultes se dissiperont au
tur et A measure qu'on letle dans
le movement public des merm
bres attitres de la jeunesge vers
la masse ignorante Au contact
scientifique de ces jeunes,--d au
plant plus sinceres, parce qu'ils
sont juv6niles,- avec leurs Ire-
res obscurs des campagnes, se
refer une Amp nouvelle du peu-
ple haitien, oil battera I'amour
de la Patrie par le culte pieux et
muet du Drapeau et de I'ins-
truction
Disormais les generations se
pas e r o nt, successivement, --
non le souvenir empoisonnd des
haines jalouses de leur erreur -
mais le souvenir saluiaire dans
I'amour, le travail et la paix.
Tous les haitiens,soucieux des
veritables interets de leur pays,
voient avec boniheur, les jeunes
haitiens entrer dans la vie pu-
blique, comme de v6ritables
pionniers de I'lnstruction ei du
travail, vers la terre C'est I'heu-
reux presage d une &re d'apai-
sement. de concorde et de vtri
table liberty, plu, ncessaire-
que hier- au grand labeur de
notre reconstitution national.
20 Mai 1928.
.. B. MERLET,
Inspecteur des Ecoles.


I' Anna IDuchatelier
Toilette des morts
Prepairtion sans g ace.
Rue du Centre No 161t3.


Un vol au prejudice
du Minlitre de France
Monsieur Ferdinand Wiet. En-
[voye Extraordinaire et Ministre
IPlenipotentiaire de la RHpulhli-
Ique I rancaise A Port au-l'rince e
|a 6th, cesjours-ci, victim dun
vol de trois cents dollars. Les
soupcons se portirent du coup
sur le chauffeur du Ministre, le
nommc Georges Louis Klbert,
dit Ti soulie. Aprts une plainte
au Departement de la Police el
une ininutieuse enqpir)le condul-
te par le sei vice d(h la Si'irt t. Ic
coupable, M. KIbci t. l'u Iaielr I
On a retrouve chez lui un mno
bilier neuf, une verrerie et do"


Ia vaisselle de prix et use parties
de la valeur.
Klibert n'tlait pas seul. 11 de-
non;a les complices qui n'6-
taient nutres que des parents A
lui et tous des emploves dans la
cour de la Legation. Ce sont les
sieurs Hector Nol, beau-frere
de Klber, .ristide I)uvul, gar
con de cour A la li.gation et lu
dame Alexandra. tanle de Kit
ber, et cuisiniter du Ministre de
France.


W. Ott, k ID AIER
Fabrieant de piare
Se recommended pour toute
r6paralion de piano, Iainola.
harmonium.
Travail soignr et garanti.
Prix moderts.
Adres wevz r*ns
BAR TElI INU'S


Colies tradnits de hlpalgnol


Les Enfants
0-
Faligu. par les Iracas que lui
causait I'ducation de sea petits,
' un pelican r6unit sa progtnitore
et partit par le Monde pour voir
les nouveaules de Is terre. Au
bout de quelques semaines, en
se reveillant on martin, il cons-
tata qu'il ktait au milieu d'un
grand desert ch ii n'y avait rien
A manger. Entendant sea petits
piailler de claim et de soil, le
pauvre oiseau alla en quite d'a.
liments, mais ce fut en vain.
Lorsque la nuit arrival, ne trou-
vant pas un nid pour les tair,
reposer, herolque, ii s'arrach
lea plumes de la poitrine pour en
garnir le petit coin de sable oh
meltre les petits dormir.
Le lendemain les oisillons se
reveillerent piaillant oujours de
soil. Desole, ne sachant oi trou-
ver une goutle d'eau pour lea cal-
mer, le pelican perca ore corps y ouvrant un ,rou oh
ts petils burent le saugdu pere;
mAi. les oisillois conlinutrent
A piailler. Le soleil enflammait
le desert sans bornes, le trans-
lormant en un ocean de leu.
Malgr' la taim,tesailestatigu6es,
presqu'iner:es, I'oiseau ne pen-
sailt pas 6 lui-meme, mais aux
tout petits. Comme ceux-ci rt-
clamaient des aliments, piail-
lant douloureusement, le p6li-
can arracha un morceau de sa
propre chair el, plein d'abnega-
tion, le mit dtns leurs bees vo-
races.
Le jour suivant la faim tour-
mentait encore les voyageurs.
Epuise par son sacrifice, le pe-
lican ne pouvait plus continue
son vol. Lt s petits criaient de
plus belle, et, lui. n'ayant plus
de chair ou son bec put at
leii.dre, s'ouvrit les entrailles et
s'en arracha une parties pour
apais,.r leur faim. Les oisilloais
devortrent I'horrble repas et
turent. Mais au rdveil le len t1
main, ils recommencerent A crier
famine et come le pere r6p6-
tail le mmie geste d'abnegation,
leur offrant le rest des entrail-
les sanglantes, un des lls lii un
pas en avant et orote4ta, i so-
ent, refusant la nourriture:
( Ceci est intoleraole I Je pro-
teste I ).
El avec ,loute sa r. g ", ale a :
a Mainte'nant, que nos arri-
ve-t-i avec toutes ces miseres I
Tripes le martin, tripes le soir,
encore trips le main et tripes
le soir. u
Et iI lanca au loin le dernier
morceau des entrailles du pite
-- II

Revue
des Deutr Mondes
15, Rue de I'Jniversit6, Paris
SOMM,~ Hb LD LA LIVRKI4ON
LUI ter M 1t199.
Le Marechal Foch... General
Weygand.
Les hibous.- Deuxieme ar-
tie.... Charles Geniaux.
Le croiseur cuirasse Ersatz-
preussen.....
Madame de Char enay, la
bouquetiCre du Romantisme.....
Edmond Pilon.
l)eux annses A Berlin ( 1912-
1914).- VI. L'annonce du dra-
me...... Bon Beyns.
Uine tenbhreuse alrjire.-Phi-
lippe II ct Antonio Perez.-IV...
Louis Bertrand, de l'Acadernie
trancalse.
La France hors de France.--
L'lnstitut francais de Varsovie...
Emile Bourgeols, de I'listitut.
La mort de Madame 1oland...
M. Clemenceau Jacquemaire.
L'exposition d'art Suedois.....
Tor Hedberg, de I'Academie sue-
doise.
Questions Scienlifiques.- La
Televisiou...... Fraueuls Canac.


Litedra ures etraugeres.- Let-
tres de Katherine Mainaelid.......
Louis Gillet.
Revue Dramatique.- Un chA-
timent. Pauvre Napoleon. Jean
de la Lune... Henot Doumic, de
I'Acad6eme tranqaise.
Chronique de la Quinzaine.-
Hialon e poltique... Hent Pinon.
RIX u L'A,-ONNEMENTr
Pan Uo an sis maois rrois moi
miuc Scinect Oise tootis 'r 6 s6oa s
Dtepatcm:nt, et
Colonis ana (,si lobfrs 54 Itr afr so
Atranger :
pays dcmi-tiuif
postal l o fro 66 Io 14 I'rSo
paysi pie a tuU
aipo'tal 161 $ t lfri 41 firSo
Mabo -onM pwftMt 4 lu at du ij
de ,bAque ri').
HX DUJ NU.lMtLR: E rn


PiATIDNA..

PENOULES'' R~'ELS

0, oft 6t


manlaai/i!r &iinM

Toutes les Polices


DE LA









A comprennent la Protection


Foudre sans auqmentati4




tEuq.LeBosse4


Agents Gen<

1 vwlj CBO QP~DtDrPI


Dans le but de tournir au public un service courtois et
effectif, nuus aons ouvert un nouveau magasin moderne A
tIaucieu local occupy par le dczar Mdtropohtain. Nous invi.
tons cordialement le public a venir visitor notre nouveau
rayon d'atlaires ou vous trouverez I'assortiment le plus com-
plet de peinture (( DEVOho, des accessoires et pieces d'au-
tomobiles, ues Retrigerateurs Electrics, KALVINOlOR , les
nouveaux Ortophonic ( ..OLUMBIA KOLSTER ) et des pla-
ques, les Batteries 4EXIDE) pour auto et beaucoup d'autres
a ticles.
Notre devise est d voire service. Si vous ne trouvez pas
ce que vous desire daus, notre magsain et ,i le service n est
pas A votre satisfaction Monsieur KNEER sera heureux de
-s occuper personnellement de vous.


I~


_ ~_I_ __ __ _~~ ___




L1 MAIN2-0- M hdai 192


PAGE :1


*b W


'
7)


rKY


Comme un rocher gigantesque qui s'klve
dans le desert, defiant son alentour de son
inihranlable solidity. ainsi sont les qualities
qui ont rendu cel6bre le pneu ballon Good-
year. Les milliers de personnel qui se ser-
vent du nouveau pneu ballon Goodyear, con-
naissent et appr6cient sa vraie valeur. Ceux
quie.nploientconstamment le nouveau pneu
gallon Goodyear, et qui ont obtenus des mil-
-lier de miles de satisfaction, savent que le ti
tre de ( le plus grand PhvEL GOOD EAR
qu'on leur donne est plus que mbrit6...
THE WEST INDIES TRADING CO.
Port-au, Prince, Gouaives, Cap-Ha;tien
Jacmel,


4


pr


esst .


lutte centre la vie chere
IRestaurant (NEW.WAYv a le plaisir d'annoncer A ses
E' clients qu'il admet des abones a un prix trts mo-
Service irr6prochable.
MENU
oltlge. Plat de coair.- Riz Dational -Dessert.- Catl.
Le tout pour 2 gourdes.
|; No 1534 Grand'Rue Telephone 3422.
IT TUTU VILMENAY, propridtaire.


g THE NORTHERN

ASSURANCE COMPANY

LIMITED LONDON.
assurance contre incendie

ec protection contre la

uiide sans augmentation

SPrime.

Aq.ent General :
JoeWOOLLEY

: : Port-au-Prince.
SOUS-AGENIS:
NI- Cap-haltien F. CtlERIEZ- Petit-GodVe
TL Airagodne J. ELij LESTAGE -- dremie
8ONNEFIL Aux Cayes. -CAhL BAULtUY-Jacmel
MR-1I


La peau ru-

gueuseneces-

site ce savon


(I agit dioucem ent sur It
pores de telle facon qu'il tali
nrieux que nettoyer. C'est une
combinaison de savon pour
la peau. I1 dissoul toute trace
de salet6 et aide la peau A
etre teodre et douce,
L'Exeiento
Savon de la peau .
Iroduit Une mousse epaisse,
exceUente.
11 adoucit et enl6ve les ru-
totites et totlfie le cuir che-
\ekh. 11 wIaro cot B niailtenir
I'ttbr de la seaot.
inl vente chez tous lea dro-
guistes. Pour 0, 30 c(s. aeble-
mint. II est expidi6 d6s r6-
ception du piix.
SXELENTU0. MEDICINE
COMPANYY
ATLANTA, iGEORGA U.S.A.
Agent a demands poor 'tons
pays.
Wcrives pour reaseifemesII I.


SI VOUS VOULE BOIRE UNE LIMONADE VRAIMENT
DtELLIEUSE DEMANDED POUR

inal A La Reine des
l0llC Limonades

SINALCO est tne boluon pteuase 'non alcooliste
INAL, .0 eat miomanamet rafratchimante
INALCOr a n goat agrable
INALCO est hygienique
INALCO est nourrisntelt


M. SCHULTZ & Co


S/ I


Ic-


j
I


1%C


r L'ei~fntda di prendre
A:s- soup de

S~N-A TINE FALIERES
Sf.<.'-Mnlaire incomparable A laquelle des
,T.i.;; ... cr;...;. doivcnt la force et la santo.


* I *I


rr.-dO marque
A N L: AFALIIRE5
n.rverseliect so meifler des contrefajons


s Co et Mal.oms d'Alien'itio n PARI 1g,
,"' .fl


GULF PACIFIC LINE


Le sleamer Pab)lo


, (l, ilan


laisse Porlland A. U. A. le i

Maicourani el devani fire

escale a Seattile, I anlcouve


el San


Francisco,est


tlen- I


du a Fort-au-Prince le 19

juin prochain.


A. de MATTEIS & C"
Agents (i1ndraux
---------- ;--- ---- -- -


L. Th. LAFONTANT
Accessoires pour automobiles
Gasoline. Huile, Accessoires et Pikces de Rcchange
automobiles .
Les meilleurs pneus et Chambres a air pour toute
u camions.
Halle Gardiner


pour
auto


No 1538 Grand'Rue. -- Port-au-Prince, Haiti.


low

Una saveur dlaiiiando quo
you. ne trouvez nulle
part aillcurs
Le CRUAU 3 MINwurs diffire do
tough lea eutre rumau qu vown
avez goOte.j iusqu'ci per %* quo-
i4t, s oaecur, ct. su mpparcnu.
Le cuisson fait* ou nMoulin, pa-
dant 12 houres. done dev Four-
nOaIx Suidois, gano feu, I pour
.eof de donner aux riinm devoimne
uno c aaur d'aininde quo nul tutre
procidi, dons iutticsm autre marque,
no peut reproduire.
Fn Vunto dan. atoute slee botg f

CABINET
M- Hermann Baron
1* I'
Athaname M. August*
.537,liti l~otx 5:7,
1'ti cphIo1 N, I1; 1.




hta ?fA Wi~ESflJE
1k ,

VI'l



Avis


Nl(.- Clm tlI m Fom mer, no,
(J(pi(iInlantSO1sgon sloni tI It
'rti' ~It~ Ilar~c (Jrijol Il~i tljirec.'
liul (It, Soln Ciliitl.
lhanl't-ajl-lPrifnc l IC I 1 Iai 1929

allXdeTlete
Soulages
sans droguer
1 aictioniterz Vicks
a;it In po ,trine.
I N Souivent uale ill-
~!-~3;h pl;Cattol~l 'Nuff"'t,

P~V A goo RVArn
Pour Tout Refroidissement


0
a


tr

C,,


- a


\4


--------- -I- -- --- ~"


I~ 9'CC"~ i '- -


- -- a I ''


F. - ---- -- --w


_ -~-- -- -~-


--- ---


*


"A F"' I


j





PA -m ,--wi-


'- -~ -


O BEO
done de a force
done de la force


Conv slescence
Neumsoth6nle
Tubtrculose
An6ud@


Le Cr -r(i CLORMOL
6111firl-I in forro neneumo
et raed mit ne-s rajaunie
wl~c tleur tklte. cur
.ul.t;aE et I&r vigteur..


A le a *m! j ,
2.... l ";' ," .- .T & .., ".. ,b' .',:;,, rZ m --_ '_ -- -_-h'.,io" -"
I. '* "g; - '.


Hamburg Aincrika Linic
Le Iatenu Anmassia,. venant d'ln ope, sera ici same'
prochain, le 18 courant en parlance pour Santiago de Cuba,
Kingston etc., pienant du tr't et qltelqine passagers.
PIort-au-Prince, le 14 Mai 1929.
HEINBOLD & Co, Agents.


The Hyoyal Mail Steam

IPacket Cominpany


Le bateau a Culebra u venant de Kingston, et des ports
du Sud, sera A la capital vers le 22 Mai courant pregnant
trOl pour I Europe via les ports du Nord.
Port-au-Prince, le 6 Mai 1929.
I. J. BIGIO'
Ag-rit G rt- inl ide la lloval Steam Packet Company.
'T616phone, 2311.


MAII4r Ira- 10- Iavinc.lle
A ? Ira 3)3 Iri 1635 us~iae
fL7IcL ti o urseisie iII fl;ro-
"'. !h~ldt ess!'40 r de remnola-
,TI IA tijarlfusion %augalne
I Ir-onenme et cael nvec avan-
Ul ge. dlsait-oa. malgid qumll
( i le tasijoua savoir recourl
c out, an moins dons leg cOB
urgets, uoui no croyons pas
us In sirothrapio pn us
uDO en oc Lotile de Cal.
Its itsulitao remnrquables
qu'on peut obtenlr rVuno cu-
r* prolong g de Gobil. LE
fare d'un o ggnlame & hs
mater. rb v I vller. & refol-
re, e'eit toujours & c dep-
1 it quo noua dnnneron, Is
aro'frence,
D' H. OGA-t1.
Llcenrh' Ig edelrnega
Lourcil de In Faeultd do
kldecine de Pari..

Prm- de4 Hbplpauz di Parb.
2, rat I, V'S .1arsn e Pam% Ot


-

Avis
M. J. C. )orismiond inlorme
ses clients (qu'i partir dle cc
jour, le liar des Deux iBan-
quessestdenommC tl6tel Com-
mercial et ce,pour eviter toute
confusion avec d'autres Eta-
blissements.
I ort-au-Prince,1.5 mai 1929

AVIS
.e soussign,C Mluller, snir-
ccsseur de M. B. Boisrond.
, vise le public et le commerce
ique Mr. Fr6d6ric Chavanoes I
test charge de sa procuration
spiciale a 1'effet de g6rer, A
la Petite Rivibre de 1'Artibo-
nite,sa maison de speculations
en dlenres et de vente d'alcool
Fort-an-Prince, 8 mai 1:29.
C. MULLER.


Panama Railroad Stenmaft
Service, de Iret et de p=as4
INEW-YORK CITY N. Y. CRISTOBAL, 4,ANAL ZONE et lea POB
OUEST de I'AMe.RIQUIE d SUP. /
plus rapide et le plusdi ect service de transport dpaswers et
et les pIorts Europens via New-Yord et Cristobal, Canal Zne. Is
Voici In liste de nos a cents pour les principaux ports de 1'J


- --. --'


PLACe, Dt.SALINEb
Cat 'chic Restaurant de ler choix oit l'on trouve a toute here les conscmt
les plus dtlicates. Saudwiches sans pareils Bi6re A la Prewson.
Piano a vendre i H S
Excellent piano de luxe
presque neuf de premiere
marque a 'pricaine STORY & wB ASSSomdS
CLARK, Chicago,a vendre pour O
cause de depart.- Ecrivez A B-,
M. Jos. Ed. REINBOLD, Go- "
naives. Dr. BenuA. ai. imu ni.. Plaris


Uiie


seule Raison


i.a qu:I i t1 qui '( i ttm a(it, b", di. ts ill
1.1h1'rc u l cin:ie it pIlolot ~ i 'Ist la seu-
le AIi<)N du fait qlii

FI STONE
a vend.u n 1928 pmur 1LO,(O,OOO dol-
lars de PNEUS et Chambres d air pour
autos de luxe, autos de travail on :i


La confidence publique dans I'lihah
letl de

FIRESTONEI
de fabriquer d,,s pneus et ,:i .,,!,is ;
air pour donner le plus, de kilo ni r,. pa.
dollar, est la g iantie pour chaique ache-
teiur que les INEUS :

FIRESTONE

GUM-DIPPED
ons qarantissc; le maximum du du-
r6e et de kilomintres que vous pouvez
sp6rer d'nn PNEU.


Presque chaque courier apporte le temoignage vololaire de tous S

ties du monde comment FIRESTONE Pneus et Chanibres a air donneni

versellement le'plus de kilometres

La prochaine fois soyez sur d'acheter un PNEU FIRESTONE at a chambh

air rouge FIRESTONE

L. PREETZMANN-AGGERHOLM & Go; Agents Genra ux -Rue du QUi


A'


~E7pev ':- e.


~IIIIILI - ~ --~- I~---- -- ,~ --~-~- -------- -- ~. --` ----~e


- -- --


.., I--c-c.... -....~.~~ LE MAJD% Z Maaei IM~ ,~ Si


''




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs