Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04163
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 4/30/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04163

Full Text




swet Mag loire

^'Igg'AMERIC-AINE 1368
TFLBPHNO 2242 ~


PORT-AU-PRINCg(a& )


Intuemationalem... r6glem.unterait le tort des ii-
neurs on auttres iucapables,
U. I's Dominajtnslinous
servations tLechniqrues Onedniio Ioq
s~ervaIlons ue conMrlent une souverainete
intgrr:ale str le Lua Azu-v.
S Trate des lim ites M servtude a euxoctro-
lee par nitre ULgation de Sto
SHi Dentago sur leHs eaux de ce
6 3c tr laa'est eile pas une restrie.
i t tion a cette souverainete,d'aui
tant plus grave qi'll cas.t stipulk
e nue Dominicaine neorrnsjaais
Smetre flepar notreseu volon-
te.malgr6notre souverainet !
quo fois que la fron- 1929, relativement A Fart. 15 Cestr la consecration de la con-
deux Etats coincide du dit traits, sur la base de la edition potestativetSi volucro)
in obstacle natural, le reciprocit de la part du Gou- r6purtl6e par notre d oit civil.
"sat que Vobstacle ne vernement Haltien. L'art. 15 En faith, le titulaire du droit et
de limited. La ddlimi- stipule que la ligne convenue Ile b6nficiaire de la servitude
jient d'une ligne)) ettrac&t sera dhsiddree corn- sont au neme titre et pos6-
parties contractantes me I'CNIQUE LIGNE qui aura dent i un 6gal degree I joui i
lterminer. separ6 en tout temps la Re. stance de(s caux du iac.l.I for-
11i du 21 janvier 1929 publique d'Haiti et la Rdpu- mule diplomatique emp!oyde
cette r6gle, en par- blique Dominicaine. Conse- dans I'espece na rien chang*
.thalweg ) de 1'em- quence de cel article 15: tons 6 ce cui ecistait a'iparavant,
Sdu Massacre ou des 1le s immeubles appartenant quand la Republique domini-
iles et de la line de aux Hlaltiensdans la zone in- caine avait une.part divide
ides esux des chalnes termindiaire centre la ligne de des enux de I'Azue, q1Ii In
tague. Mais on ne trout. 418714 et la line de 1929 ), donnait Ia jouissins e q(In ll
une indication,des qu'il utrement dit dans les terri- maintient dans le nouveanl
des rivi&res ou fleuves toires que nous cedons, ne traiI .
en parties de ddmar- restent acquis aux Hultiens Lasorvit'ideo:'-royec.i!evrail
eatre les deux territoi- jue sur la base de la oreci- avoir pour le moins un term,
convention dit simple- procit6 Y. Le Gouvernement apr6s lequel elle ccs.r it de
4qe le trac6 suivra le jdominicain nous done une plein droit
du Massacre, de la Ca- garantie conditionnelle. S'agi VI- Le t'aite cr :& n, coni
Idu Libon, de l''rtibo- ra-t-il d'une r reciprocity ab- mission de ddlimrntrion poir
da Macasia, etc. Que si- solue) ? Si les deux Etats en- In dImarciti. n sur le ter air,.
le a course P deI a rivie- visagent autrement r'octroi g'- Et I'art. 15 s'exprinm a'nsi:
lui-meme, it mesem- p ral A 1'6tranger du droit de Les deux hnntcs pa ties
11 n'implique aucune li- propri6t, si les Constitutions contractantsconvieno,'nt quc
aucune division. Ne au les legislation ne s'aecor- qeelareconiaissance prc les
ii pas comprendre la kent pas exactement.'si dans de l. line decri e .o:nime
p dans un Etat plut6t in pays le droit de propri&6 front*rre definitive et ,ermna-
a I'autre ? pst pur et simpleet qpe dams nrente entire les deux piys,%oit
equivoque devraitdtre 'autre it est condihonn6, v sonmise, d'une manicre ex-
epour 6viter detain hura-t-il r6ciprorit~ ? Si Lt re- press. Ai cette condition que
controverse sur les r6gles iprocit* absolie n'existe pas, Ie trace materiel de la dite li-
endrait d'appliquer les Dominicaius seraicnt-ils ge s'effectue completement
rer Iominssion Ade pu4oris ip aet/ a'appro- d _us les.previsions -t stipula-
Chancelleries. Nous de- Prier les biens immeubles de tions continues dans le corps
loAtrminer la propri6t aios compatriotes ? de ce traite... i
savons sur les eaux IV.- Le trait de 1929 est Mais qui sera jlge de la
ir'es-limites, par lindi- par ailleurs muet sur le sort condition posse? Qui dir,
du m nilieu gdom- :es Haltiens originaires ou do en dfinitive si le Ir ce n -
ft du lhalweg, soit micilis dans les territoires tdriel est conform f la lig'w
x la Infois suivant que que nous transt6rons aux Do- convwnue ?
u d'eau est navigable minicains, La ommissiondede1lim'intioI
navigable. La cession territorial paci- a-t-elle ce pouvoir.l'irqI e!!le
-Quel est, peut-on en- fique, A d6faut de stipulations est d'accord par une mnjoriia
dean(der, le sort des contractuelles, consacre la dd- de voix Les Gouver.lements
i1aidominent o'i pour- nationalisation de plein droit euxmdmes 6nt ils cnapncitc :;
iner les course d'eau- des nationaux de I'Etat don't cet 'fIet. en presence, dti iexte
x. portion du territoire est c6d6e. de I article o?
vaiu que lon ignore En 1874, pour evite ides na- N'etl-il pas t06 sgec, dans
*'.o.~e trouve lafron turalisations collectives, on ces con'li'io s, de reserve, ,'
te du course d'eau, et ,'ait organism dans le trait la sanction despou vi-s com (
B impossiblertn cons6- de paix unicsorte d ition r6- p6lents do chaque l.'at s1
d'appliquer a4x points ciproque et on donnait un d6- procs-verbux de delimii';
ou 6veutuels la fron- Ili d'une annme pourl'fercice. tion, dresses par Ila ommis-
,orrespondante A celle de cette option. El m.me A sion ded6marcation? DI. ct'ec
S* Mais on pourrait d6faut de declaration expres- fa.on.on an antiraiti i tnou ja-
rddore et d6ej d'une se, les intresses conservaient mais le spectre de la coudltion
fAx.e,.en. pregnant par prsomption leur natio- inrsri~e dans I'article 15.
8iP faith habituellement nalitb dorigine. En vertu de 11 eAt etC aussi prudent de
nventionnel, le mi- ce traitement liberal, toutes convenird'unecause (Iqi obli-
pont come line de nos agglomerations, demeu gerait les deux Cor vcrne-
des souverainetes. rees dansles li ini ts de a1874 ments a entrelenir et a res
ce quia traitaux ter- ont un droa acquis A la na- peter les indications matt-
*wiproquement c6dds tionalit6 haltienne. rielics des liinite el a punir
deux Etals en veru Mais la line de 1929 est en m6me toule deterioration on
de 1929, qiielle eat la recul sur cele de 1874. avec degradation des bornes qu'
des biens immiobi- la stipulation qu'elfe est cen- seront poaCes.Dans les regions
Ssee avoir toujours c9nstilu reciprcquementc6d6es,la mdl
Vtnt ion tie 1898 (ar- la frontier d(Its dett Etats! veillance ;,eut fort bien de-
K)pulait que les pro- Ne d6nationalisons-nous pas truire sysc'matiquement les
e etrouvant sur la li- par la nos compatriots, mal- repres #cheono6s le long
iseraient de part gr* la rIee qut vent que la de la 'roltire*,
Let 1A ou< cserat le |mndilcataon tercitoriale n'ait COpla (iterai, poor I'avenir
tiu trao6, conse ps d'efte ritroetif qusat A des iIsputes. et des aur, propi4taireLs nationllt67?1co.a.crons- verses eatr le deux Chan-

Do DeAi tret, a fittop bizarre qau'e conurlIas 4 tr clair, net
ignde 18p 6eI.Io rtlon datermisee du terri. et prleis.
ons mme B mo- toire h.ltien n nqu aurnit Abel N. LEGER
s R itpytRaie >, -
H Sr t conS 81p^s A& cbai- l-- -- n.
auxDomloicains. direr comme n6s en territoire
4l4 r^iB^Old Fashion


Pnuvelle pr6cision tiondo doniqine nationaL~oD-
o aJ& do 11. cesaon, et ~Wetre LD ry in
.4 1 co ~q~ittnidi-e.li
lb ant **t roduitd BSltO
IfklIIflIOBMfl iosin 7
d'uRAmina iff U smalidt i hpentabWtr .feure et parfuilemient aS,!i md.
ner de manim d es notre avis, de pr tro ic uan ble,

clause d'option qut dis ense" Eissuez I@ cocklail el vo
'~mn~et 9mDini ~rel l~deux V,'eviendre
~esd~bid eared aoialrTS

duds-do proprf jibs'ihroIlc ca .. .
613 0 tedu itruiftUde ein conditosd' ng'*if,6picie.


- I


A la Ville de Milan *


Monsieur GtCraldo Di faio, actuellement A l'661gant Eta-
bM ement sis lue des Fronls-Forts, No 335, advise ses nom-
brebx Clients plant de la Capitale que de la Province, qu'il
seaent ;i leur disposition po'ir des coupes anglaises, anm6*
ribine et Iruncaise de la der.iere crbatton tie I'lcole des
coupes te Milan (Ita'ie) oi il obtint son dipl6me (de con-
A LA VILLE DE MILAN se confectionne toules sorles de
u'oilumes A des prix mod6res et on y Irouvera un stock
conip'lei de casimics anglais.


La lutte contre la vie chore
Le Hestamant a Ie plaisir d'annoncer ;i ses
amiss et clients qu'il adniet des abonues a un prix trWs mo-
Set vice irJn'rcchuble.
MENU
1Potage. P!at dc chair.- Riz national. -Desseri.-Ca(6..
Le to ut pour 2 gourdes.
No 1534 G(and'Ilue- Telephone 3422.
TI'Ttr VILMENA'V, proprietaire.


C- mpagnie Generale

7ransallanlique.
Le paqwlbot M icom is)) de retour des ports du Stid et de I
Santiago ,te uba sera ici, vtn-drtdi 3 mai.
II repi;rtira danrs la soiree pour le Hvre,. via les ports
dfia Nord, Puerto Plata, San Jivan dc P. H. et La Corogne.


Pott-au-Prince. le 29 avril
I,F. ROBELIN& Cie, Agents.


DISQUES ODEON 7
Est arrive un no-ve1l envoi de Disqnes ( Odton qui
s'enlve avant de fire la listed.
~. Deruandez la lisle nouvclle.
B.AAR ODOON
J. KARAYANY
Angi' Grand'Rue et Rue Feron.


\'IENNEN T d'ARRIVER

a LA MASON

H. CHALOM & ABOUDI

Ancien local H. SILVERA
(Succursale Angle Rues Courbe & Fronts-Forts
SNiA.\TUNG put fil pour costumes d'hommes
TRICOLINE a ayures pour chemises l hommes.
Vous Irovittz ~~anssi come d habitude: Bas de soiw,
i:iagional noi; sup.. Alpiuga noir, Satin Chine. Koki june dui
(iouvernement anglais. Drill blanc union, Crdpe de chin,
iinprimee Tricoline unie extra, et toules sortes de finesse
i des r x r6e'lement r6duits et d&fiaut touie concurrence.


RHUM CHAMPION))
Le Rhum ( HAMPION )) de la Distillerie de L'AIGLE a pu
4couquerir cu quelques annues, sans r6clame, une des pre
mistillation et la finesse de son ai6me qui I'out fail procla-
mer par les vrais counaisseurs, supe6ieur a routes lea au
ires marques A p ix Ogal
Issu du sirop vierge de la canoe, rien d'artificiel o'entre
dans sa labrication. ei l ne duot qu'au viedllisstmeat uaturel
ut tinesse ucomnprabie. failes en 1 essai et vous serez con-
vaiaco.
Par Gallon : G. 8. 12, 18 et 30.
Ea Booteille: G. 2 G. 2.75 4 G. ** 6,50.
D6p6t Angle des Rues du Magasio de l'Etat et Dantis Des-
touche.
.... M. FONTAINE


Les Parfums "Monte-Carlo


#Lotus ou a


sLotus; Dl'eu


S! V'vs oultz 6tre d~Iicoacet x~Iperfam6,, Watilisez causo
lea ParIms do Mox rE C"Luo;voui uurtz Is celbtItufle d~avjr,
-wtoluai de J1 ztA uxe et superieur A tous ceux COUou%
jUsqa 3. I
I LoTvs 1HLELT e'est Ic fe arfurn A la mode part o6ul OIh l
trouveal des geas chics et le guilt delicate.
LISEZ D)U LOTUS BLEU
Eu vente dsinq tt~utet les bsmunnes VAijui 5de par tumerie1


-- --- I


... n'a j. aiiiis vu 'i' le phi s
villain que des 6poti\ et qle.
rellantpour uie chtre Irop nmai-
gre. Aussi, c'est aver des re-
gards bien tristes q(i'll constlt-
ta la sc4ne de manage quti-se
fireit, if ya qutelquesjoui't, deig
tpoux p(Atil un soupfer iiipillt'i-
sant. Le hiari ne trbuvai.t Issez de chair A se t.itr'" ;ss
la dent, posa les 2fl-qii ki>
tent(ayant perdiutia i:I batitle)
sur le bras a sse z do(IIu de
sa 16gitime. Celle-ci, point chair
A mincher, rappela 'Ai ,(ni homi-
me, Pn luti arrathant 'ans pn,:e
ni davier unc septi<' in delnt,
qu'il ne fait pas toujouus boi ilde
nmordre utne femmeat; brns...



Program me
de la ceremoniie d(' t / eI ntI
tionale de I'Agricuilure
et du 7 ravail
8 h. 30. TE DEL'UM la Ca
th6drale,
i A l'issue du Tr DI'M, rtceqp
tion A l'H6tel de Ville.
Reception des Agriculterv
au March Vallires.
Dans l'apres-midi. 6 4 I '. .
matmie A PARISIANA offertl'
par la Commission Com:uu
nale.
Le soir, cinmn public de
vant Ci4N-VARIPTES, cor cert
et rejouissances publiques.



Toiletle

des morts
w6nr'ioe oleyre*
3 05, lie AIricaime
En face de Ia MadeleIte, .


4ro w


11 Best pas-rft e iiides Itiq
aft paumsvec ~ir do k 4 0ui 6.
Us1.que I& dijaiil shu'ive't In for
toue, gI CAlo t est rare dt ailea-
me. JtsqA


--- ~~ -- _~__~_ __ __ I __ ____ ____


~I--"------ rk ~J~ .


..sera t'biout, (lemaiti, en
contezuplani Ia fote a Royal
Cabaret. 11 verrzt, sans dithicuitE,
Ctia (1)110 :1 1.ti t 03i Iu1nti 'j e-
ra &oti)Oja5idt-, ''latfiiie. Ii se-
ra t'IirlitiPdot 'M'k-- nce des
(oytdlxSeIl'es et (10,; .-,1-t t
v fiers ~i vdant :m im-UitI.. xqui-
ses liqueurs cella hi~rc Ira r Ii .

..S'altiisit(tf t'oti-shtc'ia vet
qutelle piatience les terrassiet'S
dissent, A III I-ile des (ASif'S,11
%t,66kihi'bletile de Pnp.(')ti
1 -6 pa re I n cliti'js~e, vnrulei' rmt~l~
(I l I-Utt- I'AII )r el L ciIAiIi e L
nioindi'e WiOO, ucs ieiev -icrs
d161.osent, tout (toucemc-iti I.sm,
tmie couche d~e terre (' (juI;is-
somment A grand% (')ij)s de
darme. Le sot cil ida L, iii S
hir'n. Les mwuit-s deC terre se
am-iCissenti Isal 118 guI 1,ii:11
iuak, Vienune I'aivc e CO uIt
a lieu chaqteSip steir, uI,; (pil
ques jours, et tout ce c t i I I I~-
yfail va all (iafleI.
Et Ilefl(Idmaif C icite 1I6
nelope, Norai'AF (tElL yoit S pa-
tients terrnqssers reconiiilncor
A fa'apper le so] en ('adence.

it. a dmire, al v a quIque1sL~
JOlIs. fitvct rIilvle ti'IciIR6 I 0)n
s entend liors(I Won est vcuvc et
veuL .Plus encore que 1t9;' A.
sent, puisqu'bsents jpour iou-
joui's les imors ont tort. I ~in
soir de laseiumin- dernii~. 11.
Iteures, vjsibiiite1doutvitse. ,,-uft
et veuve se rencouifr(rejt.i. I,
b-.irri~e s'entirebailla et lIn ;o-
tile formne W-Itega !, ',!gliss
veuve se nmriaiint uuic foas Cii-
core, venti' oubl jant (fujil:iv.t i
6U. mlri4


,!IIi 30 ANY RI


I


Qft&A&1'OVA&L. -A.


.':, .* :,;.




* 1VJA-A


LE M ATIN 30 Avril 1929


Les iiieilleurs Pneus Chanibres a ai




GOODRICH" AUX MEILLEUR
PRI


SAPort-au-Prince

LiallalHl M Or s S.oA 2379 1


Cap-Haitien


Phone


393


Au 3eme Congres

de M6decin


11 s'eft tenu, la semaine d
nitre, du mercredi 24 au vw
dredi 20, le 36me Congrds N
tional de Medecine aqu nel p
naient part plus de 200 mde
cins et au course duquel torn
entendus 25 rapports sur d
questions medicales, de chir
gie, d'hygidne et de spAciali
de Ia plus haute portee scical
fique.
Au course de la troisieme jot
S ne, r'on se reunit d'abore
r6pital General pour une C
nique medicate et une tCliniq
S chirurgicale el, ensuite, A I'lI
S tnt d'Anatomiede I'Ecole de Mi
S decide, I'on assists A d'iutenr
sants travaux de laboratoire p
tiquEs par le Dr Choisser. L"
est vraiment admirable, I'inst
nation de cet Institut d'Anatom
don't Ln MATIN parla,il y a qu,
aue temps, lors de notre visi
a I'fipital G(uoral.Pendant q9
dura ce Congrts, c'est avec I a
tention la plus soutenue et I'ii
tiret le plus vil que les Congre
sites &'outerent les ditleren
npports lus par les difDfren
S medecims qui s'etaient inscri
pour preadre la parole.Tous se
Rapports out presents uu inti
ret scientitique capital. No0
sommnes taches, vraiment, de n
pouvoir faire connaitre au gran
public toutes les int6ressante
suggestions, les consideration
scientiflqaes, les idees baste
sur des etudes assidues, expc
aes par les iukdecins.Nous nou
contenterons de publier la cau
erie du Dr D)oinnique, direc
teur de lEcole de Mpdecine e
de Phamriacie, sur (t les condi
tions senitaires des regions ru
rales 'et les travaux ellectue
dans nos caapagnes par le Ser
vice National d Hygiene Publi
que ..
On lira cet entretien avec intA
rkt et plaisir.
Leo conditions manital
r e d4e regions rurales
Ipertalts Tiraiat eleriects dii
oW IKIirgs et es ('Clapagnes
par le SPrvire r1alional
4d'Hygiae Publqiie.
Pour un kiranoer qui visible
actuellement les villes,le magni-
fique changement op&r6 dnns
leur condition sanitaire exerre
en lui on ellet si remarquable
I ue la belle vision des choses
dont parole Chod zko. le porte
a compare ses ortes impres-
aions avec le tableau sanitaire
procaire des regions ruraees.
Dans le livre de lchok,in'ilulu
a La protection social de la
sautE a, il est Acrit que l'opinion
publique consider gnotrale-
mient la champagne comme de-
vant etre aussi salubre si ce
Sn'et plus que la ville.
Pourtant les taits Etablis sont
en contradiction avec cetts opi-
nion. L'air et le soleil en abon-
dance dans ces milieu, sont
rmpaissentscontre certaines vin
Slatons des regles al6mentaires
do protection de la santb. Ro-
limd declure que, malgrt toutes
t co bonnes co-ditions nalurel.
l, le movement d'abaisse.
meat de la mortalitA est moins
rapid' dans les campagnes que
dans les villes. Cela tient oaux.
efforts incessants que les villas,
depuis quelques anneas, ont tait
pour s'assainlr, asUX progr.s is.
anenes realises dans I 'hygiae
privtc.Parcontreun grand nom
bre tfe districts ruraux restent
d.aus le status quo et le p4y-
.sno piyc la taute dessot inertie,
*.4e sa rAitstan"e oatlre' a too-
prer a'c aucune a uvre de
progress social, prefrant mieux
Sconfiner dans un cvmpl iso-
Jament, rester dans sa profonde
Sjnorance,nae voulant ou ne pou


er- van(t tirer aucun profit des e
en- cellentes conditions nature
ia- du milieu ot il vii : grand a
re- espace infini, beau et r die
de. so eil, haute altitude,vastes pl
ent nes, riches en eau, en lumik
les e I substances nuritives lrlci
ur- et saires. Avec de la bone v
tes loe6e et un d6sir ardent de c(
iti- p:endie un pea les ctoaes,
pauvre etre deviendrait aii
ar- ment une creature robu te, e
ra gique,capable de esiscr a to
;it tes ces maladies opizootiqu
ue 6pidiemiques ou sporaidiqc
iti- don't il eat si souvent la p.-'o
16- lesquelles si elles ne le tun
es- pas, les mettent dans un
ra d'intfrioriti,qui l'eminpl che d'e
lie treprendreaucdn travail p.'od
al. tit, lui permettant saule.nentd
ne procreer des incap.bles, d
el- malingreux, des rabou;;ris, d
Ite syphilitiques, des pianiqies,q
Lie mouront preinatlr6inent, ou
t. qui est pire. s'ils survivetl, s
U- ront des inflrmes pendent toi
'. leur existence, flairont parfj
ts par devenir des crimrnels ei
ts durcis, etres dangereux pour
Is communaute.Peut-oa abanidor
es ner ces populations A leur ma
.- heureux sort? De 'avis de Wol
is on doit leur donner la securih
ie d'une vie saine. C'est dans 'eu
d milieu,nous dit Knock,que cha
es que nation devra puiser la soul
Is ce ternelle de sa regeniratior
Is Mats si ceite source s empoison
. ne progressivement,que devien
s dra la nation ? Ii est a souuiate
. qu'on en pense sereusesmen
pour apporter toujours dans ce
.t regions les importuantsame.iol
tions sanitaires qui s'inposeunt
Nous savons bteu quels eflorts
s presque surhumains il taut fair
por perventr A ces fins. Dan;
es centres les mieux organisms
les statistiques demnographiques
demontrent que,bien queles dis
tricts ruraux de ces pays soien
I'objet d'une protection partlcu
lire, arin de prevenir le danger
* menavant,blen qu'on essay par
s tous les moyens appropries dc
mniettre A un niveau egal la cam-
s pagne et la ville au point de
vue sanitaire, certain probld-
mes qui relevent de ce sulet,
sont encore b1) en diliciles a r-
soudre. C'est ainsi par example
que le taux de la mortality dans
un grand nombre de ces dis-
tricts ruraux est trouve de ios
lours approximativenient dix
Jois plus tlev6 que celui obsetv6
dans les villes.
L'importante question A en-
visager est cell da sol.Nous sa-
vons que ia pollution du sol est
la cause principal de la conta-
mination.Ses relations avec les
alterations de ia sante publique
reclament une attention specia-
le. Toutes lea saletts deposees
*t restAes en stagnation sur la
surface de la terre, lavorisent
le developpement intensity des-
germes pathologiques, souilleni
les denrees alimentaires, dimi-
nuent le rendement nutritil de
ces products si n6cessaires A
I'existence du people, par suite
de la contamination du sous sol
et do celle des eaux souierrai-
nee. II y a lieu de touiours con-
sid6rer le pourcentage du degree
de Ia malpropretd sur ie taux
de Ia mortality. La l)ropret6 a
unesignification bien plus gran-
de. Elle est I'ame de !hygiene.
11 taut quon clame bien haute
cette venit poor qu'elle soit en-
tendue par ces pauvres gens qui
veulent en dipat de tout vivre
et mourir dans la salelte.La co,-
esption de la propretE a au.
monte avc le sdevrlo pcni'tt
des conoaissan.ee sue la nature
d la malproprett, ot des g'-ives
dangers q.'el'e o.'cas.iiurit II ne
s'agit p*s d'ei vi a.*. i, i 'a pro-
prete physique, eatnA ;j *c, 1: ,
bes la pr ,que Ile ft q, i -.
e volt pas .e p loit ,.un-


siddrer la proprete biologiq e
come la meilleure preser.a-
trice centre la maladie, parce
qu'elle diminue les risqaes delay
e contar inalion, empdche la pro-
pagation des r'aladies inlestan-
tes et infectieuses. Certes Ie sol
est capable de c3ntenir une bon-
ex- ne quantity d'16iments organi-
les quew pln oun moins intest6s ou
Ir, intect6s sans eti e alterk. Mais
ux s'il en est su-charg6, il peat etre
1- pollula sa tpubliqueestalors
re, mise en danger. Plusieurs tae-
ies teurs retardent la contamination
Vo- du sol.
cm Le premier est la terre elle- mi-
ce me qui est une grande aflame.
s-e Lilerreabsorbe,di ~re lesmati6-
er resorganiques.Lesbacteries pea-
- vent etre englot 63s dans ses cou
cities 6,upritureb.Elles sont arrp
6es parles couclies de sable pour
ie, [a protection des nappes souter-
at raines. Mas le terrain n'agit pas
at seulement come un flitre.Les
In bactlnres peuvent etre revenues
IC et detruites par une action phy-
de sique, chimique ei un process
es sus vital se rlisant dans les
es preomilres couhes du terrain.
. tLes matidres Wtcales et lea urines
(e d'.pos/es sysimatiquemen et
e- dune thcoi aiimi-hvgtiniquc sur
,de ,i iI tie. tflnssent par la taire
Sperdre ses propri 6o s an ixdni-
Ia- q ies bactericides, autiloxines.
la Et voila la vraia origine de cer-
*- taines de ces ralad es inlectieu-
- ses et intestantes qui font tant
d, rvages dans les populations
t des bourgs et des campagnes
r ,.e sol ainsi fortement souill
agit encore pour augmenter min
tensit6 de limutection. Cest dans
ce bon milieu de culture que
voat se d6velooper tout A leur
aise et possMder leur plus gran
r d nociviad, les larves de I'an
t kylostom .les coafs d'aumres vers
intes inaux,le microbe de I- m6
ningite cerebro-spiale ( dou-
teux ). celut du t6tanos, les ana-
crob~tes de la gangrdn. gazeu-
c se, les microbes et parasites de
us u dysenterie etc.De ceite sour-
' ce impure ces gernnes ayant iec-
s qts leur extreme virulence
s iront attaquer I orginisine de
SI'hoinme et essayerunt dtie le .ld-
r truire, meme sil en sort, son
reudemaent econoonique sera con
siderablemneritnl(niau6 Pour rda
liser une excellent sanitation,
Sedans les districts ruraux. itl 'a-
girait d'organiser prnalablement
un service local permanent de
I'hygi6ne qui serai charge par-
ticulierement de p Aparer une
statistique vitale dans les meil -
leures conditions possibles.Nous
sommes tous plus ou momins an
courant des moyens modernes
recommand6s et employs pour
le tonctionnement des oeuvres
medico-sociales dans les camp
genes des grands centres sanitai- 1
res.
Qu'il me soit permis seule l
ment de vous en rappeler quel-
ques uns, les principaux, A mon 1
avis, sous forme d'enlete de cha I
pitre que I'hygieniste pourra d6 |
velopper A son gr6 :
1 De I6tude de 'histoire de |
la vie des communaut6s rura- g
les, continuation et terminaison |
de lear existence, leurs hahiti-
des anciennes et acquises, us [
contumes. ,
2 Du diagnostic precis des i
maladies locales par les ex,- 3
meas cliniques .t les investig-
tions bact&riologiques dans le '
laboratoire etabli dans ces cen- I
tIres ruraux.
r3".- De la fiche de sant6 de
Scha jue habitant.
4*.- Du classement, de l'ana-
lyse du sol et des aliments par
I'emploi desappsreils modlerne.. I
5.- D)e la connaissance des
asfl.nt vociteurs des genes de
ma dies transB;eatbles.
o.- Des medecins visiteure i
des ,norts i
7*- De 12 cause de i mor ,
de I'autopsie obligatoire dans U
des cais d6LerminmLs. j
8".- De lu creation des vill:i-


g~es spnilaires.
W- DoiiIi~t-(Iderii1choisi corn-
r), ut i.-r dt .1 LO il.


jo- D'*s inflrmiares visiteu-
sea de families nicessiteuses.
11.- De l'assistance des in-
firmes et des viedilards.
12o.- De Ia declaration obli-
gatoire des naissances.
!,1,.- De la statistique des
enta its l6gitimes et naturels.
14o.- De l'obligation de I'en-
seignement de I'Hygiene dans les
dcoles des entants et daus cells
des adults.
15-.- Ch,4pitre special de la
question do 1I education g6n6rale
et spuciale A entreprendre dans
les camp4gaes.
La FIN A JEUIDI



Cinema

populaire
A Parislana
Depuis hier, de 9 heures A mi-
di, a commened, A I'H6tel de
Ville, la distribution des cartes
deutrbe A la mtinde ciarmalo-
gra)liique que la Commission
Communale off-e, demain, A 5
heures de I'apr6s-midi, A Pari-
sana, A I'occasion de la Fte de
I'Agriculture et du Travail.
Aujourd hui encore, de 9 heu-
res A midi, des cartes d entree A
cede matinde seront distributes.
A Varl6t,6
Rappelons que c'est demain,
A 6 heures du soir, qaaura lieu,
devant Varidtes, la representa-
tion cin6matographique offerte
A la population, par le Secre-
taire d Etat de l'nmerieur A I'oc-
casion de la telt natiouale du
ler mai.
Varit~6s do inera de tres beaux
films comiques.


La


3me


soiree


Li-Ho-Chang
L illusionniaste chinois, Li-Hfu-
Chalg, qwi, depuis quelque,
jours, dotus tes ;'epreseiat
lions tries minleres:iaates a Part-
siana, y offrara, ce soir, A 8 heu-
res 1/2, sa troisieine soiree avec
un programme tout A fail nou-
veau et sensationnel.
Pour etre agitable au public,
I'artiste a decade de faire une
reduction sur les prix d entree
qui sont actuellement de Or:
0.50. 0.75 et I dollar.
Nul doute qu'il ne connaisse
encore le grand success des deux
premieres soutres.
inU U U dfWMfl


c
If

U.


I L Cble frangais passe
& la All Amorloa Cablo
C'est un fait accompli, la
All America Cable vient d'ac.
qunrir 1'exploitation de la Com-
pa gie.des Ca,'es fraanais.
Depjis samedi derniei, les
bureani de I'Agence de la Com-
pagnie Port-a i-Prince ont 6t6
transf6rks au siege de I'Agence
de la All America Cable, A la
Grand'Rue.

,Pour y I[ r Ier

MIGRAINES, CONSTIPATION
CONGESTIONS, 0TOURDISSEMENTS
EMBARRAS GASTRIQUE
IL SUFFIT de prencdre
A 'un d vo s repas
(touw l doux jours guleweni), an

PILULEL 'DEHAUT
147,RiB da FauboargSt-Denis,PARIS
olaisilfalexirlv6ri itbl
qu sent tout faielt blaenches
*t surt c hcuse decquell lea raotw
DEHAUTA PARIS
sont tre Usiblement lmprimAzs n noir



La question

des bieres


L'installation, chez nous, d'u-
ne Brasserie Nationale pour la
production de la bitre paraft
avoir souleve ane question de
haut interest pour les importa-
teurs de bieres allemandes et
autres, les vendeurs, cafetiars,
etc. de cette boisson et la Bras
seare Nationale.
11 y a different entire produc-
eur et venueurs; ceux-ci desi-
rant qu il y ait pouw eux quel-
que pi oth A renoncer a I impor-
t. ion de bierea etrangeres et ,a
dirasserie objectani, de son c6-
t6, quelle ne volt point pour-
quui, les mnarchands ne s'p
pruvisiouineraient pas chez elle
puisqu elle leur lournit la biere
>u" place. .
Nous al.ias nous rendrebien
compete des deux opinions et 6tu
dier la question avec logique et
mpartmalite. Et uous dirons au
pubic qui, d'apres 1nousi a tort
ru reason dans la cont veise
et quels south les interets des
ins et des autres.I


Lire not


\ma


mii -im m-


re QUATRIIME Page.


La Fete

'du ler,
A LIGLIS WNSu


Demain, come let
pric6dentes, ia Fete
culture et du Travail,
diosement celibr6
Wesleyena#. '
Le matin, A 8 hourec
un Service d'Actionsa
aura lieu.
Dans l'apres-midi.a 5
une charmante fete se
avec tombola et toutw
de recreations attrayan
Voici le programme
gentille matinee.
Lever du rideau: 6
precises: i
1 Musique.
20 La levon de Gram
par Armand Bridault et IJ
Laporte. .
3- Morcean de vio1e
M. Jules Heraux avec
pagnement piano. .
4 -- Le Petit Bosu, pr
Savain et un group de
files.
50- Musique.
6*- Rosalfie a pour
crobes, par Melles.
Turnbull et Lamothe.
7- The lost chord,
livan, chanted par le
Turnbull.
8 Le ballet des
un group do fillettes es .i
Vonnets.


Jaeger, Cheraquit, Hudio
Tombola Mnaiqi

LA FIWTE TUATh
A SAIti-LOIISD tN 6(MM
On en est aux dernie
paratils pour Ia g&ande
ineatrale a l InstitutionaSL
de ionzague.
Come on le sait
*era do an6esa mdi
Smai.
La r6p6tition gett6ra
lieu remain, ler mpi,
tes de lapres-mdi. '
Nous rappelons
vera des cartes d
Pharmacie LAys, chk M
LaWorest, Grand'iReC -
ution SL Louis deo
a New-Way Bar .

A vadmw
A vendreune belle,
.ion delivres brochb
de Bourget, Bordeaus,.
ces romans-cine.


Toutes les Polices


DELA


comprennent la Protection centre


Foudre sans augmentation de to



Euq.LeBos#seCo


Agents G6neraux


,,*


- -- --- _----- -- --- ---


rnrr --


M


~iL~Q" -


I


I


g IIISURINC~




30 Avril 19211


LE mAA'rtq --:


A 96 &%FdbW


MOSCATO PASSITO


a R




LA BOISSON LA PI.US
ESQUISE


A. d Ma.tt6is & C0
Agen's


APTIVANT tout le MONDE avec une
NOUVELLE QUALITY
et une RE1ELLE VALEUR


I'
I



r
L~4


IV


IDE SOTO SIX'Itrs en vogae sur n'im- En some un splendid example de la supr.
porte queUe auto de si.r' cy lindres de matie de la Chrysler en gdnie et en consltr, .
dans io lignies nouvelles d'dilgance tion qui. est d la fois, un product de la supr&
lelr,en fini de la beauMl, dans I'habi nvitie de la Chrysler en rendant sa v leur e,:
k son perfectionnement. en nouveautdel comparison du prix.
haute quality de sa, construction.

PAouveau mecanisme dune machine

,de six cytindres a prix modique
wufea u moteur d Culasse argent&e d .
ti prc.ion quicomme la CHRYSLER I, reins hydrasliques sur 4 roues.
ern'importe quelled marque de gazo-
S Nouselle quality de fonctionaemenl, les rea.
INe dumoieur est fail de tell jfapn sot rgesf et ftexibles et les chocs absorb.
Vbrabtkion est elimrine ddn sis momn bs d ravantet darrdire.



DE SOTO Six


FRANK J. MARTIN
PLA' E GEFFBAR D. ,
PHONE : 2539


For sale
Dresser with mirror, wal-
nut four poster bed with
springs, Simmons day beds
chifirobe, floor lamps, china.
ware glassware and cookiug
utensilss .
Dycxuran Rue 7betwP and
Q ( Babio!e).
Maladies h Peau
Maux de Jambes
Soulagement imad"Wt
C*uuis reu apw r
Eau Procieuse
DEPENSIER
RADICAL POUR TOUW
ULCtKRE
PLASID DES JAMI"
FOMASIS, DARTIKM I
ACNI, DIMANGEAISONS, ICZIMAS.
C. ROUX, Doseur en Pharmnac.
72, m" de Catoa, & Malakoff (S.inae)
Sn WSW** Dtpd 6 Port-au.Prlnc.. ,
D' MATKUIUN, Pbarmacic Saint-Franqoil


Sciw leading mineral water

L Ro:isson connuC
jm d I .s ld n< clier



L IECONSTITIUANT
SFRHOID
EAU MINERALE WHITE ROCK
GINGERAL VVHITE ROCk
Le s.ul Ginqeral faith
,eau min6rale .


deos


I) \ "


So I rCCS D 1rI


\H j1 TfE4V10)CIK'
CLUSO AFLIRS ET HI' *S'AI 'BI\N, 'IS

Distribuletcits Port-au-P~rinice, I I:iti,


-- I I I I I II II I ,,




Insurance Co

Une des plus fortes COMPAGNIES

CANADIENNES. d'ASSURANCE
sur la VIE


EUG. Le BOSSES


&


Co.


Auctis (6cneraux


-- Boo-m


_ 1 _~ _ _T _I_ ~C_ ___ __


- -#-. m_


PAGE- 3


2.





- 3: AvRt.I 192'


Croix

Couronne
On raconte ii Home. cc joli
mot relevr au course des nego-
ciationq entire Ie Saint-Siege et
le Quirinal pour la conclusion
du fraite du Latran.
Le Reprbsenhent de Mussoli-
ni. s'impalientaut de in longueur
de,; ntgocialions, dit, un jour.
A M. Pacelli, avocal, charge des
intr lis du Skainf-Silgt : aJe ne
c.omiprend,' pais que le Sinit-
I ('re hesite ltat A rgler une nf-
f ore ort, en smiirne, tous les
uvunlage.A ,sont pou1 lui. Nouns
lii donnoni ra Linniire du fas-
risme .A deployer, en change
de quoi nous faidons A porter
sa Croix,.
Oui, r'pondit Me Pacelli;
mais, ce faisant, le Pape vous
prte la tiare et vous iui ren-
der en change la Couronne d' -
pines.,
laceftdirs A Porl-de-Pai\
Le samedi 30 mars tcoul, un
incendie Mclaia soudain au mar-
chM public de Port-de-Paix.
Grace au concours empresea des
voitins, on put vile se rendre
mnltre du flau. Quelques ours
poi, tlard, un nouvel incendie
etlatait encore au Marcht pu-
blc de la ville. On attribue A
une main criminelle la Ire-
qu'nce de ces incendies.


Un Asile d'aliaks et sue pi rperie
ast oaal en
par le Bureau du Conseiller Fi-
natbeier-Ieceveur G(ndral an-
nonce que des travaux d'n 6-
lioration sont aclivement potir-
suivis.A rH6pital des ,GoniM*% t
oei I'on a construit une Salle ,', -
hommes, des Rtfectoires, une
cuisine et des Ddp6ts.
Actuellement,. dit le Bulletin,
des plans soot labors I our ,*,
construction d'un Asile d'. IiAnts
et d'une Iproserie.
a issa rc, ieari. qes,
divorce et dbes.
Pour le moi de mars coul,.
il y Put, dans la Commune de
I'Arcaliaie : t naissances don't
3'4 entants dii sexe maseulin et
31 du sexe f mining; 1i ma images
et 30) dece, 15 personnrs de
sexe masculin et 15 de sexe f6-
minin.
Un petit tai assez curieux : le
uombre des naissauc, s et celui
des dkcds pour les deux sexes
sont Ogaux.
Pour le meme mois, il y
eul dans les neuf Communes du
D partement du Nord-Ouest :
25 naissances, 86 marivges et
27 dec4s.


Viennent d'arriver
Hultres fratches en coquilles
et marines.
Rue des Miracles Nn 710.


OlOlo)bian Sleamship

Company Inc.


14' me'mp jotir
ryoule pour les
gr rs,


( HBolivr venant directement'de New-Yor k
Port-au-Prince le 2 Mai prochain.ll repartia
Petit-CoAve. Mira oAne, Caves et Jacmel en
ports de la Colombic pregnant tret et pasa-


i~ort-ataPriiice. Ie 2.9 Avril 1929.
4' 1LO-SI IAN STPpt 0IilP CokgIPLV INC.
(WA1.'AIIA & C". AoRNTS


ai'e Ins


aussi .


I De plus en plus les Inm-
mes comprennent que leur
ipersonnalitl depend de leur
at truit personnel-etqueeellte
at reaction personnelle est ha-
ske ou contrarit'e par la che-
velunre. 11s trouvcnt dans
L'Exeiento
Quinine Pommade
La combinaison iddale pour
I'attrait et la sant6 de la che-
velure.
Une chevelure qui n'esl pais
en sant6 ne pent dtre altra-
yante La Pommade de Qui-
nine Exelen'o st line prepn-
lion m 'dicale.Elle embellit aI
chevelure et la rend couple el
soveose, de tell sore qu'elle
noirrit aussi la chevelure 't
lui done ia beaut et la santI.
1En vente chez tons lesdro
guises. Pour 0.30 centimes
seulement, il est cxp6di6 d&s
reception du prix.
EXELENTO, MEDICINE
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S.A.


Agents Jematnd6s pour tons
pays.
Fer-ivez pnir renseihnemrens.
((La famille des Pitito-
Caille. par Justin
Lh6risson.
On Irouvcra le volume 6 la
Librairie de Madame Ducis
I Viard Librairie Raoul,MoInt-
Hosier, Imprimerie du on0111-
Smerce et aux Armes de Paris.
Prix 2 Gourdes.


COMPARE

Les pcrfectionn ern'Me I

de la D'iE l RT.


La Director Royal Sedas Avee reoes
protge,e chocs hydraeliques, el
la nonvelle STUDEBAKER
DIRECTOR est impatience a
vous prouver ses perfection-
nements --- comme il a Wt6
olficiellement prounvk an mon-
de en parcotirant 5000 miles
en 4751 minutes.
Ancune autre auto pour un
prix aussi modeste de saclasse
n'6gale la DIRECTOR en vi-
tesse et euduracce. Ancune
intre auto n'6gale la DIREC-
'OR en contort. parce que
seulement tr6s peu d'autos
1ous offrent I'aisance des
prote6e-chocs hydrauliques et
drs resso,ts montes surroul -
ment billes.
La nouvelle beauty de Ia

STUDE O
IUILDEP O3 I


em beis eo Imblalliqle seaI, dliMSW
ressert eotl6 ser bills.
STUDEBAKER DIREi(TOt
refl6te trop souvent en pK."-
vant sa vitesse et sa suspen-
sion. Champion de vitesse et
d'enduran 9oat exprfi .
dans le style spiritlul de se
basses lines et de ses con-
leurs vives.
Venez aujourd'huiconduire
la nouvelle STUDEBAKER
DIRECTOR.
Considerez que c'est una
auto championed et surtout
une Studebaker avec un ht-
ritage de 77 ans de constrne-
tion soign6e et d'honn6te va-
leur.
11 n'y a pas une meillure
au'o aussi blen accr6dit6e.

IrAMP ION1


Inee


seitle Rlaison


En VEN9E


11411-111 iii 4.11tt I I ..'I,' l oti IIII
le It \I 4111 t In .al 1114'.


FlH EST()NE


1.i -s do,\I. I'S el Cihamnhres itair powi
euti' vi dc iwe, Illos de travail on (,'-


.. c ,


['1 B i~S'TONL


d&'~ ~tic its pirt'lls (I h:1Iiiils I
aiupm o ie jliI I) iC'Ic phiit (I k:' t)e r
ten' e c Ics i IiS


FIlIES'ITONE


GUMN-DI -1PM)

r6 e et (10 k'lIonli-li vs l(.Ii& oll i% )Ive


Ct


Mr" Lueiani &
Cap- ffpn
M' F. Ma
Port de PaI
Mr Abel La
(junaivos5
Clemrnentt

Savinien
Petit GoAve
M' T. Gous e
MiraofAno


M' M Desquirn
J6 eemie 1i
M" Elias Sal
S^Aux Cays


ti


Ed"M fdtt." Uiidtft
Jacm1.6


PrIcsque cha(que cotrrier apporte Ic temoignage volontaire de toutes IleH

ties du monde comment FIRESTONI. Pneus et Chambres a air donnent'

veellenent le pLis de kilonmetres.


La prochainea fois soy' sur d'acheter u PNEU FIRESTONE avec sa chambt

air i'ouqLe FIR STONE


&


Co, Agents Generaux--ue du Quai'


Anion KNEER
Agent pour Haiti. Rue Pav6e,


9. OP.


-- ~I*I ~C ------ 1__~ ~_~ _~_~~ ____ ___ ___~ _____ --rC- --- II --- I- ~I ---~- --~---C-


---- ---- ------ ____ __


br~n~


L)-.' IATIN


I


--~~rr~rr~-- ~------. --


11 9


I)II~k~lIc J'1111 1"lob


4 1 "ClEliflovi




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs