Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04154
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 4/18/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04154

Full Text
I~


L F4 APIIEUCAMN 1358


~~EO~f.9~ I4I .11


PORT-AU-PRINCE (HAITI)


JEUDI 18 AVRIL 1929


ra plus loin la tragique Les dames durent certain
lture qui advent r6- ment sentir roair violemmen
/nt a une jeUne polo- leurs joues A cette apostrophe *
q ui s'6tait pr6sente de I'ap6tre, mais ds qa'elles tdeC i
to lis, a A here de eurent 1'Oglise l'6cho, if ya un ,I
livim, vetue en der- contre miTle A parier, s'est vite G FB A
e etportant unejupe 6teint a leurs oreilles. 1
urte. Elle failit on re Cependant, les femmes, tou -
chne, dirait-on aux jours si rai,;;nnables surtout
e. .avec les nouvelles conditions Les Cigarette,
rellement de pareilles devolution du monde, les
tionscontre les modes fe mmes 9 ont donna. depuis
I actuelles sont rares ces derni6res ann6s tant de ostotpoint probable preuves de courage, de de-
se renouvellent tous Opreovesdecugede
Set en d'atres pys vouement, .d'intei ence, d
et en d'autres cologne. s initiative, auraient-elles perdu, O
Sconstater est, que asien cherchant it deve'ir lks eb i
admire 'olsgance d e s colleagues de l'homme da-s e((ubtbl
i admire 'elsgance des, toutes les branches de I'acti 7
flmnlines actnelles, 9 vile humaine, cet esprit, ce
S oblie de convenir, gott charmant, cetle giAc, ( Porl-
te admiration nest sus- qu'elles mettaient, antan, i6 s
a.e par les sensations de -tir et quiconsistaient As'ha GrAceh la flai sse cde leur ar
S eeon condane les hiller d6cemment, ilgas,- vrais amateurs
icits don condanc es t uent pour plaire aux yeux da
ie, au nom delay o- or, avant de sdire les --------- -
Iilev, a oe la remsi-re urs par I'eveil de dange- D I rl "
t conte le a reimir reuses sensations? Et dou DISQ JUES
v au!e la m provient ce manque de gout ?
Ivec lauelle la femme C'est assursment bien inutile Est arrive un n i.v,,l envoie
ie sne vtait. 1 ya quel- venir,por expliqucr, par s'enlve avant de fire la lisle.
Wmananes, tn des pr6dica- ler de feminisme. euls, de eande i
0 catholihues trbs appr6- jeunes original peuvent en Demandez Ip lisle nouvell
Wporce qu il avait la r6pu- excitant la n6vrose de leur e -
I d( tre un predicateur ri 'd6jArassi, trouver au.
in, MA. le Chanomne Conu e .grand movement social : Angle Gr
nsonioa d aes sermons q g.n6ralement appel6 ', 6mi
sensation dans la Presso aisme la reason pour une
ne. Lorateur qui ne femme de se montror, A to -
it point d'aborder en venat, A demi-vetue. Les d6 -S 12 avrll au Palals
.dessuetls, ens en sabus6s, les esprits chagrins national.
et 16geuties, mas, en metent cette strange d6for-
r.-'ats lesde Ineextraa qtipn dQ a L feanot, TrrsNrdiRal iantiajx =,
Tabs p dem, m .ais i aucomptedestempsdorsque A 5 heures de l'apres midi,
des prf mais i nous vvons. La vie ch6re aq Palais de la Pr6sidenc 'ou
m6a avec v ~h~mence oblige a des economies. la loccsron de I'anniv, rsi-e
Slodesactuelles annomde jupe cjui na va qu'au-dessus de sa re e'etion, le Pr6sident
inmle cnhrtienne et des genoux, le corsage sans do la R6pbhliq e recevrit le
Atou LE FI ra manches et large d6collett, r6- "onse;! d'Etat et quelqies
inepo GLE IIGRO rap- cfament moins d'6toffe, par amis.
cLpassageU sedro consequent content m.oins 'Les journtOs m'vemente,,s
brdorateur scrt%: ((ls a cher. r6texte encore cela. La de 1922 et de 1926, ann'-,s des
dnt laesr tt s demie aune d'etoffe pour la d'ux elections qui decerni-
t aides, e trs.laides. jupe plus tongue, les manches rent et maintinrent son man
ent prcimonieurses au corsage etle col plis haul, dat pr6sidentiel A Mr R irno,
nqnent dnesontpointcequiruineraitle fureut invoqa6es par M. San
qli les portent. Hlt il y de Voltaire ne fat point plus d'Etat, dans an discours 6mu
;e argument quecesrc e 6adm Mon11r ri ,ig
vrai ent com ndre rice pace q'il conomisait qui renouvela nu President
elre ntom prbre, ses bouts dechaudelle. Ce d6- Borno les hommages de file
Ssemben msen- faut de goat dans les modes lit et de d6vouement du Con-
A des raisons plus hau- f6minines provient, disent les seil d'Etat.
ne s'imagient pas A psychologues d'un manque Le Pr6sident de la Repu-
at elles soot ridicules, d'Aducation. II est A craindre blique,.dans sa rkpouse de re-
es, mal fgot6es. I1f que ce soit ces derniers qu'il mIrciements, exprinia sa con-
tquivieit A toutes les faut croire et que la crises de viction que. coinme en 1922
et que lo n prononce I'ducation q u e traverse la et l926, le parti du gouver-
Ou toutIrmaUt sun jour nement., solidement organis6
: caricatures ( 1oir suite en 4e page.) dnen so d nomination
--- - -- I'- .
d- ad rai national pro gressiste,
O O L U De routes escr6atur'es divines, triomphera toujours s'il res e
O IIL chacune d'elle est crr6e pwur uni dans l'actibn et ne tol6re
r emplir in r6Ie quelconque, au- pas que des rnen6es subvers'-
co ne d'elle n'et tartaisiste. Car 'es et particuli6res aient lieu
SIlerCLUMENT MAGLOIRE. Dieus 'a rien1 ai qui ne soilt pas das son propre sein. au
Pirecteur du Matin. 60ce8Gir.. rr i a
En lHaiti plus que partou' -
fBit6 des choses qui ailleurs nous constatons Nutili-
r tte terre, fire au td do nos preduils. des siicele.
tableau magnifque Chaque season apporte sa part Estealle insensible aux maux
d'entrevoir la beiaut6 la vie journali6re de nos cam de rhumaqe contrairement
la laideur des autres. pagnards, nusd bien qu'A cells aux autres oases ? Je no sais.
rarbuste, Ia cloche, la doe citadins, des .a..eiA. de& Souhai onscependantau'Acha-
la locomotive, la bi- vienx et des tout peoits. Maws que heure quo donom rhorloge
rem.preinte d'une ex- toutem choes il existe toujours du mati son visage rayonne de
detritese oudejoie: an 4nngent cans. soit paer loe, aeM yeau sempKwusent da-
4 la pine i'alternent une plE i rop abiendante, vailag ie fla flmme viviflnme
d*eli so. it- par paw skiebese trap qui craetiriie la vie laboriuse
S abre ass Ihmres pronoacls. soit pru ne rarta 't trctuause; aouh.itots que
it ss moments de Sd'arents io, per hl oAre.r jf s'esanmembrm restene tforts, vi-
'synuthinat qal- parTla mudie.soit pr la rortu; coneref. comm I.nAn n ine crise qaincoqnqe. courage son tardea el qu'il por-


e can to longlemps encore image do
S 1 soriPat ,tion
psuta p ounr
tre do sooner ar. rsomle, lant A Ia fleur de
nne, qau' rtl tsA 22 a Je I dis ,'un air
^1bwiiI^qipfqfI" kfirc. A*oatons
I ilori, qa'bo toat d s utte : quil grande ead
lt ea gnirre ou meme temps ona u em aol do
ad i eure seaer encore do plus en plus
dchaqne jot la*'I aiere its*
r gpn)Wp irqs rhileg_'ili scens do noasgi .
qtn u *hsoa lier. chaqrue lfia, At notrele
it qoi p-see, rhor- ver, d6s I a' re jausqu'au soir.
tendre : ding, din. qui.au contraire, prend un reel
avoc la iame in plaisir A nous couvrir de ses
= Siall ibili- ombres incessant.
j7])i ro si. et Bourdon. 14 -vril 1929.
pers jusqii I* f CIsn*t M 4lhIUft


laretles

RA &Co


1-Princienne
iime lont les d6lices des



(ODEON
te D)isques ( Odhon q un1


C'
BJAZAR OFro'ON.
TI KAIIAY \NY
'Lmddhlle et Ruet' .roii.


grand ditr iment de la disci.
pline du part
AssiA'-a-int A la rumnion,ouw
ire !es Membresdu C nseil
d'ortat, les Secr6t ires d'Etat
Ldonce Born ',Caimille 1,on fet
Lanoue; I'Administrateur CG-
aeral d, s Postcs, M. A. Che.
vallier; MMl. L.n Dejean, mi-
uis!re d'Haiti a Sant-1-Doiuin-
g ), E Leys, Consul Gende at
a New-York, Damase Pierre
Lmis. i)irecteur de I'Enregis-
tremet, Leo )oll Piachinat.


IL


LUSTRE


PRISERVATIF


CATOR

aux Cayes

t a Jacmel

La semaine derntere, notre
champion CAto, visit les Caye',
oil la population lai fit I'accueil
le plus sympathique et le plus
euthousiasle.
C'est apr6s sa visit A Cavail-
lon, sa ville nalale. que Cator
s'est rendu aux Cayes o6d il fut
requ avec la plus belle cordiali-
t1. Ensuile, le champion s'est
rendu Ai Jacnmel of de belles
f6tes furent organises en sa la-
veur. Au Ccercle de Jacmel tin
grand 1 nn1(tlct eut lieu llen son
honinur et, a iibal qui suivit,
(G:ior slt inotitrer qeI s'il sav il
frauchiliir d'ui 11bond 7 i193, il s.i-
v'il t ussi plier ses ja.mber a 1F--
lei since (d'une valse.
Nous avons renconltr, hicr,
le champion. loiijouirs aimable,
il nous aicueille. Visage large
cpanoui, &claire de son ineff.-
,able sourire oil scinlille f'or t
l'ivoire des denis 11 nous teini
'sa large main et presque par-
t lcrnel n llOs aide i.t... sauter I;i
ri ole qui nous spare.
Vigo'(areux shake-hand.
-- Ell bien. vous a-t-on 1.iilt
bon accuedil, lA-bas ?
-- Oh! charmant I ,'en sius
ravi. Je n'ai qu'un regret : c'est
de n'avoir pas pu sojourner
plus longtemps parini tous ses
amis, et tie in'avoir pas pu vis't-
les autres villes du Sud.
Et i quand le prochnin
saute, les mnetres el plus ?
11 tale ses jambes, ses biceps,
solu'it encore.
--.e nesais pas... Je verrai...
S'il 6tait possible... Enfin, mon
vicux. bg-bye. '
Notre athlete est un peu ds-
plomate.

'A Tribuna de Paix,
an utur s'ecroiilc
Hier natin, soudain un bruit
terrible troubla I'audience nll
Tribunal de Paix de la Sectioni
Nord de lai Capitale. I)u bruil.
du vide, c61ait le mur de cl6-
lure tie la layade Est du Trihu-
nali qui croillail sans aucunl
domllmage.


IMPERMtABLLE


EN VE NTE CHE Z


Alphonse HAYNES

115, Rue Bone Foi.
-


loire IEll


... a rencontr une feinme qui
cherchait un homme. Celui-ci
,vail abaindonn( drpils deux
o.urs Sle toil c onjnugi c'lulis plis
de deuix fois vingl qualre heIu-
res. Elle le I tIr'o'.v t iNor'iisl
ii'ils :illaihti lS'e ilnt iilre li' li|x "-
(lit pis son 'leaisps :'i v ir i Crnl-
eli t'l il allIienlt r nili
*
... 1 I'1 'n '' t r Ii" i'! !',lille ,lp
TIIIrpeau. ui\.it ilt. s i. -,
Ivinde de jetun s ilies (111i ii:i'-
hliint en chlitiiia.it l c-in -v Ie-
nia il |palr If'ls m ails. I.11c, i 'noti-
brlii it de leI ar gaii'l la r.
(uili l-lail coripleeinlent l).arr-'e
M hm line aiutio s rviiit, et :v.ii
iC'onsetitlil, Oitn i sin e.' "s it
v' rut dcs le cis. (des .i:ill1i n 1 ,.
(le.; i'.Ri. iielllvil'i l'. s g.( "iv : ,*I f-
I'rois, tdes boluScillads ., Il,. ill
hatiffeill. en pisslurit, til ii;,>i
.les plus grossiers.
... i te it Ine d s Sct'e'lS ,
pluiils 'c kisses (qi'il n1I enicore
vues. ['it hlonim ie vnit hallii s ,
femme A itl point qui'clhe avait
di ga;ignerrl iiul( ldi.ilh iII ntl II I0'-
pilail. El1 celi t felili iln I'avi
ballue A c! iiase d'u(ll :iiire lio li-
nie. i La eIniiile soirie ioe l'Hl'i-
t:il ne vouillit ps se rendre(t !r.
son mnari qti, regretliiio s:i lii.-
talitl faisait tout en vuie d iiie
reconciliation. N'en p Uon v :a i I
plus, le mari se rendit carr6-
ment chez I'homme pour qui il
avallu batltue, le supplilt d'.t>-
porter ses bons offices lprb, de
I'6vad6e pour qu'elle reintig'riit
le toit marital.
On ne sait pas jusq';(ui'a llii)'-
d'hui la fin de I'liisloirt..
*
... a renconitr't" till I il I,-'i
gosse qui se pl:aign:iit dle ses
souliers iiui lu ta1s,;i' il i iin l.
[,Le pauivrc ilnfa.nt siiit. sltl.nt.
rendait so -li iie p:ir s's veir.
.1 ulln Illon eil doill ii li iI p l it lut
decision energique. S''etant as
sis sur Ih trottoir il enleva le
soulierqui I caiisait telleleiit
soulii r et contlinua son che-
min en le tenaiitl de la droile
avec son sac d'e&ole.
... a vu. hier, A li (Grand'Hue.
uin proprietaire me tre en 6moi
tout le quarter compris entire
les rues des Casernes el di
Champ-de-Mars. II querellait
son locataire et par Iquels pro-
nos, grand I)ient mInots obscines,
paroles indcelntes; (eiln1 lout
Ie vocabulalir. Le proplrioavail
une volthbililt que rien ne pou-
valt inlerroinpre. Les autos
)issaient et repqssa'cnt; mais
aucune d'elles ne s'arr6tait...
Aucune?.. Oui, une scule, une
Ford qui sans air portrait le
m6me nom que le troubleur
de la tranquillity des gens du
quarter. LE le condueleur,
longlemps, kcoula Ic torrent
d'invectives de celui A qui it ne
manque qua I'r pour Ore eFrd
,at avoir le souci des (c'nivenan-
ces.
... voil que son un ai It coif-
reur a auntre allure. Pourquol
'autre n'imite-t-il pts ses bon.
nes manifres.

Nalemanoe, martsges,
dlvoeo.*, d6o6s
Pour le mois de mars ecoul4,
il v eut, dans la Comn 1mn0 de
Liscahobas : 41 naissa ces,' 9
diece, *t pas do mariage..
A Thomazeau, il a 6k1 enr*.
streanu course du mme moia. '
17 nsisnceI, 1 msariamsl t t.
deces et aux Grands-Bo s. ,
naissances, 3 ariages 1t 9 dd-
Ce qu doeaN, poar cos trois
Commone uA total do :143

li. elnaleotroil
CommuteM, pas de" divorce at
lei dctsa- sont "ieivs i um
poimbre 4gall dans c hkacu a a
aygg,


ar;


iffmtiLit


Tout cc qui brille nest

pas dcl' or


Le Cirage CHERRY

BLOSSOM

Donne un lustre merveilleux et fait briller
les chaussures du martin au soir

CIRAGE

CHERRY BLOSSOM


I


-L-~-- -.. ~.


Eat-cc qse Ia vo'.lk #me rail
r to flaule UlM*MhI p" .on
Ovditviendrail oar tomee in-'
wmmvej a aElqI', $Yost It poli
des faits? U9itA~co li


a_ __~- -~~ I-- r c


I


- ------







P "I I G -1 I I [ . .... iI I .1l2


~I-- ---


A,





4IO.






Hait
I


Les nieilleirs Pieus et Chambres a air




"GOODRICH" I



AUX MEILLEUR PRIX


an


Motors


S.


A.


Port-au-Priuce


2379


Phone


393


. A"


ious e.rtrayons du rapport du haut-Commissaire (1928).

De I'Enseignemenl medical

en Haiti


La sagesse du Gouvernement
ae rcOrganisant compl6tement
I'Ecole de M'decine et de PIhar-
macie en 1926a et en sollicitant
laid id e la Fondation liocke-
teller uatlirme de plus en plus.
Par son succs,jl'Ecole de MI de-
cine devient une unit incom-
parable avec le Service Natio-
tiul d'Hygiene Publique. Un
lien indissoluble existe entire ces
deux institution%, ce qui n'existe
que raremoent darns d'autres pays
et est partout bien enviable. Non
seulement cotte cooperation per-
met de tormor le coeur et I'es prit
des etudiants A la cause de 1'hy-
gienr,, mais elle rend possible
our reduction de trais comme
cela ne West jamais vu aupara-
vant. Cette union n'a pas eu pour
eftet de diminuer lea fonds al-
lotuts A ces institutions, au con-
traire il a et6 possible d'oblenir
des risultals merveilleux en evi-
tant un double emploi des fonds.
Le faith eat que toutes lea facilities
et toutes lea resources du Ser-
vice d'Hygiene sont non seule-
ment raises A la disposition de
renseignement mais sont aussi
eflectivement employees en vue
de permettre d'entreprendre des
recherches medlcales. C'est in-


Le 3e'niw Conqioe"s


Coimme Lt. MAIN le relatail,
hier, du 24 au 26 avrnl courant
Mc tenoudra, A I'Ecole Nationale
de Medecine et de Pharmacie,
I le 3me Congres national de
r bedecine.
iLe President de la iEpubli-
q ue assistera A l'ouverture du
Congrfs et prononcera une allo
cution en reponse an discourse
du president de la Societl det
M4decine d'llaiti.
Le programme de la premie-
re journte coinporte des Conte-
rences de Medecine qui seront
rononcEes par lea D)rs Melhorn,
S Hudicourt,Lion,Uippolyte,Pier-
re Noel, Anglade, Brutus,Rene.
lique et Dreytus.k'
De 2 hours A"4 heures 30 de
rapres-midi, se I1%ra la visit des
travaux sanitaires et de G A 7
heures.les Congrpssisles et leurs
lanilles seront Te'us par le Dr
et Mnie Melborn, en leur resi-
dence.
Lat deuxitme journae coin
prendpa Les conferences de Chi-
rurgie. Prendront tour A tour Ia
parole, Ies Prs Johnson, Salo-
mon, Th6baud, Bouraud, Wil-
liams, Valm6a, Logue et Gen-
drau.
Dans I'aprfs-midi,de 2 heures
A 14 heures 1/2, Ion visitera lee
travaux pratiquts A I'Ecole de
MAdecine c,A 8 heures, les Con-
gre.ssastes se reuniront A CinE-
Varietes pour assister A une reo
eprseotation o0r (es fiints ins-
.i ruclits seronti projetA.
Au ciirs de la trois';tie ;oar-
at,, tes Coate, acesu eront pro-
uout.e6s par les Drs Dominique,
Melhora,Charmant, Wilson, Pa-
Irbam, Viltard, Madiou.Salomon
st par Mlle Pidoux qui parlors
4w Infrmires visiteusea e.
By auma do 2 A 5 heures de
, rprL di, clinique mtdicale


contestablement un grand avan-
tage don't pen de nations peu-
vent se glorifler. Limportance
de cette institution pour la min-
deciue tropical est prouvbe
par le nombre de demanded de
renseignements qui lui parvien-
nent des princiap-ux centres
scientiflques des pays -trange.rs.
II est vraiment reconfortant
de noter la lanon que le per-
sonnel enseignant de I'Ecole de
Medecine et celui de 'CHpital
entreprennent la tAche qui leur
income. L'aide splendid don-
ide par les medecins halliens
que la Fondation Rockleller
avait accept de placer A litre
de boursiers dans leas meilleures
universities medicales des Etats-
Unis et de IEurope et qui sontl
revenuedansle pays depuis Ian-
noe derniere, la nouvelle reor-
ganisation de I'Ecole d'Art D n-
taire saUs une dhection habile,
et enthousiaste, 'habiiete mainm-
testee dans lejnouvel enseigne-
ment de I'Ecole de Pharmnacie,
1'empressement de la Croix-
Rouge Americaine A combler les
vacances qui surviennent de
temps en temps dans le corps
'des inflrmieres, tout cela est
bien encourageant.


de Medecine

et clinique chirurgicale A I'H6-
pital G(inral HiIauien et travaux
de Laboratoire par le Dr Choiis-
ser A la Salle d'Auatomie de I'E-
cole de MNdecine.
Le soir, 8 heures, un grand
banquet de cloture r6unira en-
core les Congreasistes.
Le reglemement Etabli pour
ce Congres prescrit que la duree
des rapports est de quinze mi-
nutes au plus et celle de& dis-
cussions de cinq minutes pour
cheque assesseur et de deux mi-
nutes pour les autres membres.
L'inscription des tongressis-
tes comnmencera le 23 avrnl A
partir de 8 heures du martin, A
'Ecole do Medeciae.
Des comites ont dtle ilormies
pour t'organisation du Coagres.
Le Comite. compus6 des Drs
Melborn, Dominique, Thebaud,
Leon et de M. Hibbert, assists
des Drs Lherisson. Iaympond et
Hollant, s'occupera des invita-
tions, de l'inscription des Con-
gressistes, de la visit sanitaire
u Cinema et du banquet.
Le Commit# des travaux scien-
tiflques s'occupera de tout ce
qui a 'rait aux Hapports presen-
t4a par les Congressistes. 11 es,
compose des Drs Salomon, Wil-
son et Hippolyte, assists des
Drs Augustin,Castera et Mathu-
rian.
Lea DrsJohnson. Dominique,
Bourand, Valme,Laileur et Moi-
SeC, usiM.iL. JOt- Drs St Eloi et
Caii'.e iormnnt le CormitA des
travanx ,raliqtLes et cliniques
qui gaidera les Congraus.istes au
coun de lout viaite A hlOpital
General Itattien et A I'Exole de
M6decinae.
Le Dr Buteuu est charge de laIs
publicitE.
Les as esseurs sont:
Drs Jourdan, Wilson, Porrier,


L'Hygiene
DANS
les Ecoles
En vertu de la loi du 3 sep-
teml,re 1912 sur le Service me-
dical dans les ecoles, le Secr6-
taire d'Etat de Instruction Pu.
blique, M. Charles Bouchereau,
vient d'6crire A l'Inspection sco.
laire de Port-au-Prince pour lui
ordonner la mise en oratique
immediate du programme dint
il a lix6 les rates ligines avoc
I,- Service National d'llyiene Pa
blique.
A ptart l'examen medical des
eicves et leur vaccination con-
tie la variole et la fi6vre typhot-
de, ce programme comporte :
1) des causeries sur I'llygi6-
ne dans les scales primaires et
secondaires par un reprdsentant
du Service d'llygiene ; 2 ) la
publication bi-mensuelle dun
bulletin d'Hygiene devant etre
lu et comment par lei direct
teurs et directrices d'6coles ; 3)
- des conferences de prophy
laxie et d hygiene scolaire A tous
les membres du Corps Enset
gasut par un reprisee.tant d.u
service d'Hygiene ; 4)- le coa-
trle de l enseignement de I Hy-
gidne dans les ecoles par un r,-
presentant du Service d Hygit-
ne.
Lte Bulletin sera remis aux
lastituteurs, les ler et 3e same-
dis du mois au siege de 'lanspec
tion m6dicale, sise A 1'aucien lo-
cal du Service Hydraulique pr6s
la Catlihdrale. Les conferences
aux Membres du Corps Ensei-
gnant se tiendront le ler mardi
de chaque mois a 5 h.15 du soir
A l'lnspectiou scolaire, sous la
prsiMdence du Secritaire d'Etat
de Il'nstrucuon Publique.
N.D.L.R.- Cerles, 1'enseigne-
ment et la pratique de i'Hygiene
dans les ecoles sont choses n6-
cesiaires. La publication d'un
Bulletin instructil, lea causeries
et cuntereices aux elkves et aux
mualtres et mattresses, e contr6-
le de I Euseignement de I'Hy-
g En dans les Etablisseuents
scolaires soul des nesures ex-
cellentes et que nous approu-
vuub. viams a d autre point de
vue, la question merite une s6-
rieuse 6tude, surtout en ce qui
cuncerne I'ezameni nelical obli
gatoire des e61ves et leur vacci-
nation force centre la variole
et la fivre typhoide. ,
i3ietii6t, en une serie d'arti-
cles, nous 6tudierons la ques-
lton et nous preciserons les li-
mites oit s'arrltent lea droits
dcexamen medical et de traite-
meat des entants par les mede-
cins autres que ceux qui soot
tes medecims des tamilles. Et,en
toute equat6, selou d'ailleurs la
rOgle de notre Maison, nous di-
rons ce qu'ld y a de boa dans
ces nouveltes measures et nous
ticherons de calmer un peu le
trouble des fainilles qui s 6ineu
vent de6i de voir leurs enlauts
recovoir certaris soins de ine-
decans autres que colui en qui
elles oat Lontiance.

Un Journalist. am6ri-
cain & Port-au-Prineoo
SHier, par I'avion de Ia West
Indian Aerial est arrive, a
Port-eu-Prince, un journaliste
americain, M. Arthur Rehl,
11 oejournera tres eu de
temps a la Capitale.

pour la M'decine ; Moise. Gen.
dreau, Waag, pour la gie ; Cook, Lafleur,Buteau,pour
rHygitne; Albught,Dartiguena-
ve,.Doninique, pour les Spacia-
lits.


I Au


Tribunal de tassation
L'&tfalre NOUNS&


Ba derni6re phase
Elle est d6finitivement ju-
g.e, cette affaire passionnante
et passionnfe
Hors de cause tu resteras,
Condarn=n tu demeureras.
Tel est, en resum6, le d6-
nouemient de cette atfaire.
Ea effet, mardl 16 du co'-
ra it a 10 heures 45, le Tribu-
nal p enAit siege,touiours sius
la residence du juge deau-
voir. Me Em. auvin demand
au President du Tribunal ,1'u-
ser de sou pouvoir discr6tion-
naire pJur ordonner la Irec-
ture des depositions de Brandt.
La dem inde etant accuei lie,
le Tr b .1* jordonne la lec-
turede la deposition deBrandt
et celle de Jean G ass fils.
Le but vis6 par le d6fenseur
de Moussa avait 6W6 atteiut,
celui tendant a faire ressortir,
que Brandt avait d6clar6 ; ne
pus connailre Aioussa.Et ainsi
se soot fermis les debts par-
ticuliers.
ies d6bats g6neraux sont
ouvei tS.
*
DES ATTEND QUE, OR DONNE
MORT-NIlS.
Un decision de renvoi a etA
praise par le Tribunal ainsi
con'u :I
Attend que dans les pro-
ces-criminels le Commissaire
du Gouvernemnent en premie-
rel1nstance est partie poursui-
vante, repr6senlant do la so-
cidtt et agissant au nom de
la vindicte publique, il ne
peut etre remiplac6,par le corn
inissaire du Gouvernement
en Cassation qui ne peut con-
clure que d tIs r'intrd,. de la
loi ;
Ordonue que le Commis-
saire du Guuveruement au
tribunal de Pr. miere Instan-
ce de Port-au-, rice ausa
A se presenter jeudi 18 dh
courant pour remplir le vawu
de la loi;
Ordonne qu'une copie de


I





a

a



S


cette decision soit transmise
au Secr6taire d'Etat de la Jus-
tice, tells fins que de droit;
*

Mais, ces attendu que, ces
ordonne)n'ont pas eu le temps
d'avoir leur plein eflet, le
Commissaire du Gouver-
nement pros le Tribunal de
Premiere Instance, annon-
gait son arriv6e.Et le Tribunal
rabatUtit sa decision pour ce
qui atraitau renvoi.
Le Substitut Dalencourt oc-
cupait, en effet, le sibge du
parquet. II fit I'expos6 succint
de iafll ire, et conclut au
maintien de la decision de la
4,our d'assises.
Me Em. Cauvin fait tous ses
efforts pour demootr, r le c6tL'
insoutenable de l'accusation.
Pas de preuves probantes,pas
,ndme de prisomptions gra-
ves. 11 pass en revue les taits,
aucun d'eux ne tevele la par-
ticipation vraie de oMoussa, et
au commerce 6tabli A la halle
906 de la rue Courbe, et A
hl signature de la police d'as-
surauces. Done, 1'late6rt im-
m6diat qu'aurait Moussa dis-
parait;des depositions des tI-
moins, uucune d'elles o'est
defavorable A I'accus6. Seul
Bazelais affirme l'avoir vu en-
ire 4 et 5 heures p. m.,le Tri-
bunal ne peut--mdmesi le lait
serait vrai, imputer A
ioussa le tail de I'incendie
qui avail 6clat a 1 h. a. m.
Belle plaidoirie en tout cas.
Me Ferionge, substitute do
tribunal de tassation,retraua
le faits et demand la con-
damnation de Moussa.
Une replique tr6s vh6bmente
de Me Em. (Cauvin clotura les
debuts.
Le President donna lecture
les questions. Pas d'ouserva-
uons. Le 'Tribunal entra ea
*4thberatijn pour ressortir o
minutes apres avec un verdict
de culpabilite, moins les cir-
constauces aggravantes que
coinportait la decision du
premier juge.
Et Moussa fut condamen de
nouveau aux travaux forces A
perpeluitd.


-lM mmMU


BESOIN DE SMl
Le manque d'omao
com titution se fait
sentir depuis 'enfietnlJ
Iqu' la veilIleseo. La i
ntumr est le meilleot nMs1
employ par laNatumpI
produire a ant&.
L'Emulsion Scit
A i'hulle de foie de m
vivifante est un alM
sequel peuvent comp h
personnel do tout
age qui recherchn U
la sant6. Prena o
1'rEmulsion Scott.


Procurez-1mos volre carte
Pour la l te the&trRl &
Louis de Gonzague, Ie t
4 (ali prochaii, procurewA
vile votre carte; ca, it n.'h
point vendu A l'entr6e.
Vous en trouverez a lt
tion St-Lowus de Gwt
chez Melle Lace Latlon't,
Rue, au prix de 1 Idoiler[
d6pechez-vous, car, depoil
manche, noinbreux Wol i
qui aclh6tent lea lers. 1


ENFIN


Verdun,

Visions '

d'Histoi
va tre donna= A Port.ai
ce. Cest iun record pourl
tes: car, it y a i peme qn
miois que le il in a Eta
dans les granides Capit
I'Europe.
Ce sera un gaai sans
dent dans Ihi.stoire ci
que d'ilaiti. Aussi les
s'enlevent a v e c ra
Charge d'AffTires du
emanad, le Clarig d'Afaif
S. M. lritainiqLait oat d
tenu leurs places et I&a
sensation aura lies souise
sidence de M. Ferdinsndd
E. E. et Ministre Ph6ai"
tiaire de France to H al.U

Lire notre
SXIMEMi-PA i


Toutes les Polices


DE LA


comprennent la Protection centre '

Foudre sans augmentation de ta(



IuA.LeBosse#go


MEMO


Cap- Haitien


Agents Generaux

- ~e-KW


-- - -- --


-- --


- --"i


LI tli 'C~ '~~a~4 SI~--~pbr~i,~ I ~tP dL~I I I I IL L1 ~--~b


PAGE-22


LE MAT'I'N 18 Aivril 1929


~ It., C_~L








Port.u-Prince
T6lpbon;: 2142 '


Le Malin

six PAGES Z


Jeudi


18 Avril 1929


.- - .- ____ - I


gQouISU


L'ART D


td' 6crire est avant tout
lion. Beaucoup d'hom-
." cWltiv6s sont incapa.-
Vrlre sun belle page. 11
A remarquer qua nom-
In ads 6crvatons ont eu,
tdes debuts tres pien-
bien no se sont-ils pas
ndamner par leurs pro-
,. rester des illettris de.
fElernel I Cilons, entire
#4toes, deux noms d'au-
1d;t les talents bien diff6-
'soe ressemblent que par
-,cc6s qu'ils ont connu:
aods talents. J ai nomm6
S t Zola.
pumier ne fit que de tres
6tudes tannt au College
ia qu'au S6minaire de
R. C'est au sortir du Col-
nous dit Mr Doumic,
sae orma par des lectures
d'sillears au hasard, par
mplation des choses de
et par la revorie s.
cond noe s'est-il pas vu, A
Sreprises, recaler au bacca-
im empeche pas que Jo-
st l'Assommo r soient de
t els-d'oeuvre. U o m m e
Is la plupart des ouvra-
Sces deux illustres &cri-
ft

ilen 6crire v, a dit Bufton,
Atout A la lois bien pensei,
tir et buen rendre j. Ce
sentir est ce qui man-
camu qui, malgreleur haute
nee, n'ont pas le don
Et, comme le prouve
ple de Lamartine qui s'6-
1 6m ( ( par Ia contempla-
4'c choses de la nature et
rtverie , I Ame, quu eet
ialte de sentir, joue ouu
Srle dans I artde l' cri-
inarquons, pour conflrmer
W l ai dit plus haul, que cet
de la nature, ce penchant
tmtene, qui sont des traits
.K isuques du lutur home
rares, sont, quand il nest
modest ecolier, souvent
ftcase d'insucc6s.
u Co0llge, tel qu'on y ensei.
I mt une mauvaise cole
~ lai qui a la vocation des
Le ude orcke des
mathematiques, les le-
apprendre par cceur, la
alft et la domination
blesseurs qui ne laissent
initiative A 1'elve, lea
qui lui sont prodigu6s
:le plus souvent, consis
-Aoircir des pages eo vcri-
a'importe quoi, la dur6e
des heures de classes,
rtmant d'erreurs don't sout-
Wh eunants de la Muse.
poor cette raison que
1oyons un Zola echouer
"Wmercie la Providence de
trdonna aucun succ6s


densh es 6coles
IvUO d'itablir les principles
ygine sur des bases so-
line nos acoles et de pro-
-asant des coolers, le
ent de I'Instruction
vient de d6cider la
dans les Etablissements
par les professeurs,
rnces sur la prophy-
tre les maladies et de
sur i'Hygi6ne.
Sla circonscription de
Prince, un sous-inspec-
Acoles. M. le Dr TV16-
at charge avec le Dr
t. reprtsentant du Ser-
te d'tlablir ce plan
a lea coles. Un
diygiean, pr6par6e
In et comment, dans
per les matres oa
raltra i Js ler et
"do chaque mois.
ar ou directrice
i"t 6 lire".s aura
On 5 ezxemplaires.
elk, n outre, ixe qua ces
Sauiaient lieu dans 16
p upnmares *8 m ean-
fhoraire ,tabli;
L 4i cheque mis, S 1/2
P.m.
Argemtn Bellegarde
Guillaume Manigat
t Colbert Lochard
I'e Guilloux
4 a re se maiaes :
Scote Isidore Boisrond


'ECRIRE


4 l'?cole, cela me laisse quelques
chances d'en avoir plus tard.
II me vient 6 Is pense une
page de Jean-Jacques Brous-
son qui so termioe ainsi : r Je
fus. longtemrps A 'crire colline
avec exactitude. Je lourrais je
ne sai combien d' n. R6sultats :
des collins de pensums. Pour.
quoi cette kyrielle d' n ? Cela
va beaucoup vous ,lonner. Cost
qu'il y a, dans mon pays, sur
les guarrigues, abundance d'a-
queducs, comme le. Pont du
Gard, et celui qui.alimente, mo-
derne, le Peyrou royal, A Mont-
pellier. Et ces n,. redoubl6es,
m'aidaient A rendre la silhouette
des arcades sur le ciel eperdu o.
Ceci ne prouve-t-il pas que
I'ancien Secretaire parliculier
d'Anatole France avail uin es-
prit intelligemmeut origin ?
Cette late d'orthographe qui,
comme il I'explique, n'Atait
qu'un besoin de concrtiser sa
pense, ne laissait-lle pas pr6-
voir cet &.rivar don't le sty1
clair rappelle tortement cel 0
son maitre ?
Ne martyrisons donc pas les
petits coolers pour une faute
de grammaire .ou une legon mal
sue. 4pprenons leur de pr6f4-
rence A SENTIR. Le june Age
est le moment le plus propice
A cet exercise. Le reste viendia
apres;. .... le jeu des mots s ;p
prend bien plus vite qu'on ne I 1
pense communkinent. Un senti-
ient fort s'expi ime toulours ai
a6ment.

Je terminerai cette br6ve es-
quisse en disant que de tous lea
arts celui d'ecrire me semble le
plus admirable.
L'architecte, pour oonstruire,
a besoia de divers materiaux el
l'aide de plusiters ouvriers. Je
cite an habard. le sculpteur ne
tera rien sans le marbre, la
p erre, oun le boi a qui lui sont
iniispensables. Le mdecmn,pour
soigner son malade, demand sa
la Pharmacie tout un attirail d:
medicaments. Ut eoat ainl, A
peu prbs, de tons les arts. Seul
l'art d'ecrire en tait exception,
seul I'ecrivain penut se contenter
de ses facultes. ( Le crayon et le
paper sont des accessories insi-
gmnilan.s don't il ne saurait tre
question ).
Ainsi, devant la plus modest
table de travail, 1'auteur, tout
come I'architecte, mettra de-
bout de vrais chels-d'oeuvre;
tout comme le scuipteur, fera
vib er d'admiration bien des
coeurs; tout comme le m6decio,
gu6rira bien des Ames.
Ma toi, a tout comme a serail
j stement remplac6 par a mieux
quea. Celui qui, come le Crda-
teur, part du neant pour aller A
1'infini n'est-il pas le plus admi-
rable ?
JEAN MAGLOIRE


Mardi, a Darius Denis
Mercredi, a J. B. Uehoux
Jeudi, a Richard Azor
Pour les icoles secondaires,
ces causeries auront lieu les
jeudis de 10h, 30 A 11 h. 15 a.
m. et les vendredis de 3 h. 30A
4 h. 15.
1~ie semaine.- Jeodi, Lyc6e
National, Vendredi, Pensionnat
Ste. Rose deLima.
26me seinawne.- Jeudi, Petit
S6minaire, vendredi, Institution
des Fille# de la Sagesse.,
3eme semuine.- Jeodi, lsti-
lution St. Louis de Gonzague,
vendredi, Ecole Normale.
46me bemaine.- Jeudi, Col-
16ge Louverture, vendredi, Ins-
titution Vve Paret.
En outre, il y a*ra des con-
ferences pour les Instituteurs le
ler mardi de chaque mois en.
tre 5 h. 15 st 6. p. m.



A louer
(Grandp Halle 2 appsrte
ments danalU Roe des Frouts
For,,, tout pr6s de la Donane,
A ouer on epter ou uo ct16
ouaement.
S'adir sscr:
Telephone N'3 2912.
VlenasatL d'arrl' ot
Hulttres fratches en coquilles
et marinnEs.
flue des Miracles N*740.


TOU T CI: .QUI t'()U'S


DONE I)U


PLAISIR DANS UNE AUTFO QUE

VOJSPRENEZ PLAIS111 A PAYER
CE Grand s'1'UDEIIAKER COMMANDER "lIil c atvu i rrit.cre. Ix sii-ge a~vantt les roues
IWI T'IIvou-, attic tout le plaisir de Ui- tic~i' I''Set ) Cth Its pSttim s wt ile av~tr
tornobi I ivu La lieautt'et qLt grAce de.s goat. I )t~tt x n ties tie rye Iianeif. 'tt i t iI'ah
lignes reluisantes de chrome plafu.lti les no- ',oil[ jI i ll. ee irI, gartit.-bolisa va nat. I-
v'clles colilbinaisqoixs el oileur'i annuncent la Notiveei t u..\MANIA.\i Hest disponihibc aliti
mnode de dema in. Le contort ..st asur par hxlcer, e t~l'l'.~tiIU' L~dlLC~Sttpis
resorts. la suspenisioni ef t I lotge clov I c beoncrt C m"-ih. 'justtilltU Sedait.
bydraulikqum I.:, S T1' D B A K L it qui wit ttt~pt~C e ttetestiniv-ler epi I.
6tre comnpar~eeitiun pur sang a rm l'c oIt~11 rt'- I c fou Vt'tl clttiiipion t MIt ANiWL;R hII'ITI
cord-, conime machine tie vyule et 23 records in qi ~est bI~tnttLk-11)Ij) lus tItVt'VtiutlIC.11t1pi\is de 6tt
ternaionax. IS'1'I)LIAI(l~i, tiut it *1 eApeut pre, s % \lots
Une matlldspkeiale eon tenant trois valise,; pI'ls ell.-

STUDEBAKER
BUILDER. OP CHAMPIONS

GAIIAGEAIKNEERS
RUE DAN UES D)ISTOUCIIES PORT IIINCE, 11,ITI


PAGE FtUINII E


Les fruits

de lare'flexion

Quelle joie prouve-ton du
loisir que I'oo goute apres avoir
faith une journee de dur labeur.
Cependant je ne sais si je suis
do mdme avis que tout homme.
Savez-vous ce quo c'est qu'un
loisir ?
Pour moi ce n'est autre chose
que le passage d'un genre de tra-
vail A un autre qul demanded
pea d'eflort.
Vue peut-on fire A une heure
de loisir ? On doit pouvoir pro-
duire quelque chose d'agreable
ou s'amuser galement.
Jeudi dernier apirs avoir
achev6 ma tache j'avwis l'avan-
tage de me reposer, et, pendant
cette heure de loisir je me di-
sais : Au lieu de regarder passer
les voltures, et les pistons, il
serait bien plus sage de prati-
quer cette belle maxime : ( En
quelque condition que soit une
Jeune Bile le godt de 1'ouvrage
manuel lui eat nacessaire.) Vile
je me suis muse A i'cuvre.
I Savez-vons ce que je tirais
dans lespace de dix minutes ?
C'6tait une genulle penile ser-
viettede couleurgras lonceornke
d'un f81 do nuance lose quo je


faisais pour essuyer mes plumes
et qui plus tard est designee pat
mron proles eur qui est: Mon-
sieur Mathelier, sous le norn
d essuie-plumes.
Lundi elant assise A l'6cole
une de [mes comp .gues ien la
voyant lu aibsisaiL de ts s mainsa
aguies, t aprs 1iavoir riegardue
la passait A mon pruoleseur. Je
ne disais tout bas juelle criti-
que severe vont ils tire !
Au coutrai e ils talentnt con-
tents de voir combien les hai-
tiens Lnettent en pratique ces
Iours-.i le proverbe angles: (Le
temps cest de la monumie ), cir
aux heures de loisirs jen tfeai
d'auLic3 qL eje passerai plub tai d


a ibeu des gens de la capital
qui voudrunt s'en servir.
Mes ch6ies lecrices ne com-
paiez pas le loiajr qui est un
doux repos a I'osivele qui con-
duit uu \iec. Cetlte derniAre use
I) au. up pus que le travail.
Qu. nd o esit ait on trouve le
tempb .o g, on s'. nnuie. Tandis
que pendant un moment de re
pit on se repose ct c'est surlout
.6 cette here que les botites
ides nous viennent.
Cest surtout pendant noire
jeune Age que nous devons t b-
vailler notre laible esprit et ct ti
pour le pus g, and bit n de not. e
pays.
FERNANDE DtGU'


Columbian Steamship

Company Inc.


Le steamer ( Mtirli-dtiic venant de New York direcle-
ment est attend a Porl-au-Prince le 18 du courant. I re-
parti-a le:mdme jur pour Petit-GoAve, MiragoAne, Cayes
et Jacmel en route pour les ports de la Colcinbie.
Poil-au-Prince, le 16 ;Avril 1929.


('OLOMBIAN STEAMSHIIP COMPANY INC.
i.EBARA & Co. AoENTS


Insurance Co


Une des plus fortes COMPAGNIES


CANADIENNES d'ASSURANCE

sur laVIE


EUG. Le BOSSII & Co.

Agents Generaux


LC Turquie

se defend
COINTRE LES.

inde'sii'ables


I .htl e&vcu Iirquie des tit on-
ki is ve ptsNsant pas deano-
rs d'txistroen'be sta it j dite.
i.e gouvervenemeid umc vient
tie preudre une important d6-
(IAot10 qui a M..- cu(ltmntlfliqu~e it
t-ult .S ics flflhlbassadt .. it ga.tlons
et consulals de Furquie A Prn
ge r.
'I OUsles ta valis )),cheds de
ni~si:oni~s et Conftls s. oit cliorgis
die I'c~x&-t~Ciion de ccite daditmon.
i'aprks ses dispsimso ios, (lesor-
mai~s Ioutepersomite,samsdislinc-
tion dte tiationuhltt t. I de conies-
3blomm (sauf les sujeis Itircs),qut tie
Ipourral' ltpits aim e va l(3 irts mu-
Vels 'Fexistence tie st rik las ad-
mis IS tii 1% Iit ttl'in tti l tides Ion-.
i..~es de In Iui qIme. Ceux don't
i~at de saril' ct ics tno~ emo
miidI rivis ser('nL ccitliU'% pir
coirs umhbissztd's et cnt (0) its
t.omme sutilisvoits A a ~.uret' leur
existence en Tiuiqutaivsans lrelA
la charge des tiutoritc!tstm SrLi
seula admis.



froji inurle
hie cmEicLIse eti liagiquv atis
fi 11reS'es, thie oulic, ceIun,
't\I VrlSOV It. L lit! IIIC lit ille, 13
p~il l~eu Hlit a In A UteSUC~I por10
iuflaise. s'taiit rem.1, tinii j
tie Itole ref igienws* ai hiiies
grands services caliolhiqtmeb de~
1.1 Ville.. Sit flibe vt:-tul i puticL-
lii~reuitezt soignm le :&tgant clif-
peau, riches li(111,, ~jc ~
ineil let'tur ~iseur CI u[W t huibait
quejusqu'aux gorbou\. (.'"cm ce
dermier dt~afl quti scatidulisit lei
lid~les.
Sur un signal tionnt%, la Jenne
fidle lut assaillie, renversev sur
les dailies de l'kglise et violcin-
ment pi~tin~t;.. 'errili~e, lile
parvint a s'eniti~llr',I. a wi'islic
ou, a genoux el les tmtE lls Join1-
Les, dellesupplia le jwot re de I ui
suuver Ia vie. Lelmu-ca tutia tde
vt.rouiiler lIt porte: nimis, sous
la piuusdte de Im l'oule, 11 lie put
euapkcher les plus exAlt~s d ar.
i iver justju'A In 1eune fhue. I)Pji
tie iiouubreux poitags, tItmt (fuel-
ques-uus urni~s. se Iev'aieiut sur
Olhe, lorsque l'eccltkiats i(jt-~, re-
v t~lant Cu hite sa vLoiblJIeti
diessaint tiu-diessus tic sa u~te
uii crucifix, atdjura les umantuie,
lautt leb ie UCpais jproLm ie (hil
criutie lit vicille ..giise.
D~U COupJ, ce geste l61 longer
ies coleres; etiht Iioltlk. cojllitle
liotueuse de -ui crinihielie elli-.
lative, itlit iiitgenuioiiilitiur' It s
jiiie-Dieu.
Pendant ccte leps. 1 Iimt~he
fi lle, p~l um Iorle q(l \IC V('y, Sot -
tili it ar uuie J)()i'i(' ticitt etec
iatit reconduite en v'oitireIi'(-,.
theAsa lamilhlL'qui :i t-d


Leo grande. rollques
cathollques
Non loin de la Basilique de
St. Jean de Latran qui est con.-
sidirke come la v iitahbli ('gii-
se du Pape, In cathcdrule Me"nie
de l'Eveque dc Rome. se i ron e
l'edilice qua ireuternme li tunuc.u e
Scala Santa, soilt le saint csca-
lier du palais de Ponce Pilfle A
Jerusalemn et sur sequel passu
Jesus Christ quand il dOt cow-
paraitre devant le qouverneur
iuimuin de Judie. cet escllier
sacre se compose de 28 degrees
de marbre apportAs ,A Home
versa la I des cqoitades: il nest
permit asix pAlerins et-i ux fidt-
les do le meler qu'A gaoux.
A law ste de 1 copgjupon du
Traite du Laran, la Basilique
et f edifce ots se trouve ,a Scola
Santa vont ddsoruais, fire par-
us d &Mat Pontifical.


-- I I ~"r


- T -------- T --mmum-mmmu


4


- -k 0 I .Pv -






1~~AtE- 4


.Lh IMA'l IN- 18 Avhil 1929
.. . i i* -


Votre Jupe, madamel...


.UITE de la 1Ure Page.
gent masculine n'ait aussi at-
teint. par ..tact trop 6troit
e. manic d'imitation, le grou-
pewent f6minin.
A force de travail, de talent,
;e perfectionnements,
"d'seltiace, oa acquiert tries ra-
rement lea foqons et la delica-
tesse de jugement que, seule,
peut donner une bonne Mdu-
cation. II ne fant point com-
mettre 1'erreur de limiter le
tcns du mot education seule-
itntiet aux r6gles et usages de
la bonne compagnie. Flichier
a trks bleu deuini l'ducation.
It adit que c'etait. al'ensem-
ble des qualities morales qui
we d6veloppent ), Or, ces qua-
lites morales don't parole le
Lrand orateur sacrC, r6sultat
s soins et enseignements
dounbs surtout dausl'enfance,
sOnt, de nos jours, en trts
grande partie negligee. Les
jeunes filles, par la porte 16t
entre-baille, jettent avide-
ment un curieux regard sur
le grand cirque quest la vie
mode-rue. El toute cette mas-
carade,. tout ce faux luxe, tout
ce rutilement menteur, tous
c e s saltimbanques gesticu-
1 int sur des cordes ,lastiques,
qui tombent et se redressent
avec la mtme piteuse agililt.
tous ces clowns grimavants.
souriant ou pleurant selon
quc la cravache du comman-
dear se leave ou s'abaisse, luii
touri.e, vite la dte. Le men-
songe convince souvent plus
vile que la verite: et nos jeu-
nes filles out hlte de prendre


0


FAISLE" K
0O9MILIT~t


art a la grande mascarade
ont les faux visages scellent
les plus honteuses defaillan-
ces. Elles veulent etre tout,
elles aspirent A tout. Et li
jupe qui voile A peine ce quc
cachait le pAque d'autrefoi,.
faite d'itoffe insidieusement
transparent, la ceinture bus
la taille qui met la chair en
saillie, la goige nue, les bras
aussi, toute la femme s' tirait
en une terrible tentation de
de volupt6, ne sont-ce pas les
premiers atouts, croi, nt-elles,
pour appartenir A cette tCourI)
oft la morale est en pleine
faillite. On pense a l'hivgien"-
du corps et on oublie c lie de
1'mn et de la morale. On1 s'ar-
roqe sur I'enfant des droits
qu ont seuls les p6res et les
meres et on neglige des de-
voirs qu'on a pourtant solen-
nellemeut pris la responsabi-
lite d'accomplir. C'est la gran-
de faute. La formation imo ale
de 1'enfant est en faillite. Le
jeune home n'aspire qu'anx
puissances de la vie. il oublie
d'etre un homme. On ne lii a
pas enseign6 cela d'ailleurs.
a jeune fille ne rave quc
bonheurs impossible, elle ne
saura point, demain, iOre une
femme, On lui a dit qu'elle
n'en avait pas le temps.
Et voilb notre triste Soci.et
oft ne brille plus, comn me s'est
ecrie Romain Rolland, aucune
grande lumiere, ou se reveil-
lent tousles instincts des )pre-
miers ages ot I'homme et la
femme n'6taient que des Otres
de cavernes, vivant libres et
nus.


I


OU SIOP do
DESOHIENS
itIM gobu
du seat. pam irN miogl=o00016
~ vigat. 01w ~dame Ii Bdpfau3 de P.1*
as*# aft S WOO ns..- hue huim 3.0*1. CAUmtofm&


KOLYNOS protd-,e contre les rmauz
de dents, la carie et la gingivite.
Un centimitre sur une brosse sache
suffit A d6barrasser la bouche des
d6chets de nourriture en fermen-
tation, A dissoudre la pellicule et A
d6truire les germes de care.
Essayez Kolynos aujourd'hul
meme et remarquez la delicieuse
sensation de propret6 et de fratcheur
qul vous restera dans la bouche.


-7 J


Avis
Mr Justin Jusle, Ebhniste.
done avis at public en g6-
n-ral el au Commerce en par-
ticulier, ainsi qu'ia sa bienveil-
lante clientele, htant de la Ca-
pitale que de la P'rovinee qu'il
a transfcr6 sont Atelier d'e-
bi6nistcrie et de tournape, a la
Iuec du MIagasin de I'Ltat No
1518. lfacadc olest, tout Iress
de la Banque Nationale de la
R6publique d'Haiti, maison
anciennemeut occupee par Mr
Staude.
On y Irouvera toujours les
mrmes soins.
Port-au-Prince, 10 avril 1929
Justin JUST

A vendro
A vendre une belle collec-
ion de livres broches,ceuvres
de Bourget, Bordeaux, etc, et
ces romans-cine.


F-


U LU FS ;HMI 6IT LA PLUS I7ICUAC3J
INJECTION PETRA
D"ALGER.
contre IA LENNORRHASI
3t IOUs 6coulements 'endans
*u ricents.
231 Arobes ovulfs
sup 232
fRapport des Miecin. d'Ajw)
Le traitemnent est complWW
Par lea
DRAGEES PETRARD No0 *61 T IJIIE
qui calment la, douleur. claratients les uriame
Vurifient le sang rt 'xuhriment lit cystite.
T TES BONNES PHARMALILS
SP~iAr~S EYARD, 46, r. oe ?sI.. AhI~


Une on ag.,nouvele
Desant proc6der A Inventaireeoplet 4e.
de marchandises, la Maison KAWA$S
|a nombrease Clientele qu'elle V liqi
Aussi, A partir du 15 Avril courant, la Maif
vente au rabais uone adrie d'articles don't voict

ANCIENT
Mouchoirs pour hommes douz. 1
Cbaussettes soie a dessin hom.
Serviettes ae toilette douz.
( a
Serviettede toilette
c undailles de soe tricot6s chaque
Couvertures de litt ( talienne )
x de 'llaineoi*or horn.
K4okblaDc et j ainsfu. I'aune
lWdienne sup. G. large. aune
En outre, tous nos tissues sercnt aussi vendu
rand rabais proportions A a0ux des articlesi
t ette dimiLution de prix.-par consqueut
pour but que de diminuer note stock avant



Grand HOleldeFr4

NOUVEAU SERVICE

de RESTAURANT.

Hors d'CEuvre varies

Plats du Jour


Dessert


Le tout Dour Gdes


2.1


SERVICE TRPS SOIGPI METS CHOISIS
P. P.: PATRIZI '


liART .i


PLACE DESSALINES
Cate chic Restaurant de ler choix o6 l'on (rotlve a tnate heure
les plus; d6licates. Saudwiches sans pareils Bibre A la


lce- confs
Pressi~on.


I.ir dv :I'i omr I cs I IN E.I'S I T fL3BLIS


FIRESTONE


nutgmenle bias les ours, et ccci expli-
pije t'.etallt(Inc es actieteurs (de cen ant
('iQ'z "iitPcotivainctis pie le PNE~iJ et
TURES FIRESTONE donned Lt tine!
I,- c1 awrta1)ie s&uritk en rotiltint daims
ttI)T"4 voitiires soit en allaul :i leur tra
' iil 011 en prom~ena(de
I xt' muirIllores Marquie% d u totuohi Ie
t'e'-r:?hm;iiat ewpuio'ec% des NIES e t TI


P ourq-(uoi*'
; en v qwli' es f.ibi b-ants (Fatilomolbiles
*'uI -be' chiu petidant des anni's les med-
ler. fPueu-. Im-tws supknitufs et pre6-
4t01I1t)'e~s ecom) tle es Macluinvoi.t~iis en
deute ik son~,, ii nive~sita ir oncht usio
q'ie leg FIRI E!..I'()NE Poell% t Tub es
otill eft It! IIinu iIm i tde kiIumilres par


s0o


I1


--r--i de -ter"qIe Ies " _- LJ u


Pricre de noter qne les Malso*'*
vantes sont des sous-agents de lawmw

FIRESTONE,
et vous trouverez cbez eux les les
bons PNEUS et TUBES:

M" J. Luciam
Cap-Haitien
M' F. Maurasel
Port tfe Paix
M' Abel Lacroi
Gonaives
Clement Pinga.
Saint Marc .-


Savinien MartiU
Petit G,"Ave
Mr T. Gousse

Mr Elias Salib


La pret'e de c (liii' not iq vnu ci I'q
von% Ia trotiverez dans les t~jrages et
lei S tiles diE.-yositiori de lIncNpit~ale.


Aux Caycs
M' Edm. La utu
Jacibel


-~;


A la suite de la baisse continue sur le caoutchouc les Fabricants FIRS

sont en mestire atjourd'hui de vous oflrir des Pneuszet Tubes aux prixlesIpi

dans 1'histoirede la Maison FIRESTONE TIRE & RUBBERCo. u

Nous vous prions avant d'acheter des Pneus & Tubes ailleursde nowf*ire ~

visit, et..nous sommes persuades que vous serez satisfaits.

L. PREETZMANN-AGGERHOLM & Co, Agents G6enraux--Rue du Quai


5;;


KOLYNOS
CRtME DENTIFRICE


_I~ 1T____ _~__ ~__ __ __ __ _~___ ______ ____ _ __ ___I


~3~yllllll- ~r-~--~"L;


Afi


__ ~


--


---- ---- --~--. ~-


--- --------


_ _Lz,


*


-Aem"


. r


. 0 -..Mms





LE M-'L -I 8I Av_1ir 1929 i- AGE-b


;~,-;;-~;r--I~=~===- -C;3 --1~-_Z- I


S-~ i, t..


I


Sans discerncment touts


des


epreuves seclrer,,;:


les Mic'arques de Caoutchouc subissent


e le choix de GOODRICH


a unH s'(JIlhfiili()ion (101)le


I \ La Qualite et la Valeu, IdoIn \1oiltrc soul
i par I'lquipemen ( des PEUIS et(1 d


Le Prix d'achat de la Voiture


(IC ()A'


a ii~lj cn tecs


es CHAMBHIES


aussi bicn (lue le couit d'Entretien


Sonit reduilots a rilmf


EXAMINE VOS P N E U


S


et


C( HI


Toutes les Dimensions

'Pour CAMIONS


et VOITURES
", ,


A M B 1ES MAINTENANT


Toutes les Chambres

GOODRICH


solit


en Stock.


A' S


HEAVY DUTY
--K00-))


S Goodrich v.
tilvertown
-,, shaRe Cois Tasa
VOTRE OPINION EST SUPREME, MAIS POUR APPRfCIER UN BON
PATII, IL FAUT LE GOUTER.


~< 1~


S. ~


iAchelez "Goodrich"


HAITIAN MOTORS S. A.

DISTRIBUTEURS POUR HAITI.


p~\t ~'I~ ~


PORT-AU-PRINCE,


CAP-HAITIEN


S -- -r


2)


.9
'I
5,
F,


--


Ln I I III ~I I


I -- -


--- --- -- -


- -~-- -- -- --- I


DE PLUS EN PLUS

LES NOUVELLES. VOITURES ET CAMIONS des GRANDS
FABRICANTS SONT 1fQUIPElS AVEC

Les Pi/ELS et les C IIffA iMBIRES

Goodrich

SI lver w ..i... ... ..S


,, ---- --*~~-r-~-cr


_ ------- --


_ -~-- ~---.


I-- --~~


LE MATIN 18 -Avtot. 1929


PAGE'--


. 6*-


B fi


c:




- .----.- ---- ____I_ _ _ ________ ___~ ____ ___ ~ _____ _


PAGE i6-


LE MA'TIN -


18 Avril 1929


<- Pageol
-- /w qu, ant.ptlquAurina


Hambur'q !Amierika LLinie
j


L.e I:at(u t 'Troja .. venant d'iluropt, est allendu
cp pitale veis le 24 courant, partant pour Kings'on, Sto
mingo, Santiagode Cuba etc, pregnant tfr't et passagers.
IUEINBOLD) & Co, Agents.

Soulaqement instantane


I ),-


des irritations de la peau.


(in pen de KOtHA KONIA
lteudu sur iine peoau irritle, gercee
on ( dns toute autre condition
anoi male, laisse une couche qu(i la
protege centre I'air et I'humidile
et arrete les eflets de l'irritation.


Slll LA KORA KONIA est I'un des
lameux products prtpar6s par MEN




M~MMiM


Parisiana
Plour la der-ii~i'e lois:
Amour
(de Reinw
ovec la. cMkre vedette :tiwlaise
Wre 'icPringle.
1-:111C :I gould(I.


I)EMAIN SOlR
D~olly Da:vis et Andr6


1("anne


dans:
L.l PETITE 4:110111.tTICIlE


Auto & vendre
A vendre une voiture Over-
land en parfait ctat el avec 5
pneus neluts.
Sadresser an aBazar O0,'on i
.1. K.RAYAN o'
Angle Grand'rue et Rue Fhrou


Varictes
DEMAIN SOIR
Leonsq'use femmer eVi
0.50.
IIMAMCIIH 21 AVIII,
A 8 heures precise. Gala unique:
VERDLUV, VISIONS D'HISTOIRE
do Leon Poirier.
11 parties.
le film QUI rdvolutionne
Je monde
EWtree g6ndrale : 1 dollar.
Loge et place
r6servde: 1,20 t<
N. B:- Ce cliet-d'ceuvre fat
doun6 Iour a premiere fois an
FPnd Opdra deParis il ya a
AftRU"


tnipechc/.
QulT VYOTRE' TEINT NE
FLETIUSSI,


Irais etI)Cati.


Les latches de roussetrs, le
hale, les bhouons, les points
noirs, les Inches du toie et
toutes les Iletrissures similar
res qui depareut votre beau
teint natural oelivent dtre en.
levis par l'usage de
L'Exelento
Pommade de la'pean


II a t soigneusement iprou
vb et essav6 I 11 est un on-
guent m6dicamenteux scien-
tifique parlait, sans danger et
d'un usage facile.
d Essayez-le ; vous serez a-.
tisfait d ses resultats.


En vente chez. tous le dro-
guistes. Ponr 0,30 centimes
ieulement. 11 est exp6dii d6s.
reception du prix.
E'rivez pour avir tun chan-
tillonegratuit elt e livre des
conscils pour la beauty. I


EXELENTO, MEDICINE
COMPANY
ATLANTA, GEOF.GIA U.S.A.
SAaents Jemandes pour tous
pays.
cv Epz our reaseignements.


VIL.E de PORIT.-APRINCE
:. 'Service des Epave
II sera proc6d Ile Samedi 20
avril courant, A dix heures du
watin.devant I'H6tel de Ville,
A la vente a la cride publique
des animaux 6paves suivants:
6 Chevaux,1 mulet, 5 anes,
1 true de belle taille.
Port-au-Prince, Ie 17 avr I
1929.

Avis
Je, soussigu6. Lionid as Sa-
non, annonceau public et au
Commerce que, pour incom-
patibilit6 de caractare, je ne
suis plus responsible des ac-
tes de mon spouse, n6e Lil a
Dorilas qul a abandonn6 Ie
toil marital.Une action en di-
vorce luisera bient6t idnenDtr.
Saut d'Eau, le 10 avral 1929.
L. SANON


I CoBte un rocher gigantesque qui s'616ve
dans le desert, defiant son alentour de son
in6branlable solidity. ainsi sont les qualit6s
qui ont rendu c6libre le pneu ballon Good-
year. Les milliers de personnel qui se sei-
vent du nouveau pneu ballon Goodyear, con-
naissent et appr6cient sa vaie valeur. Ceux
quniemploientconstamnent le nouveau pneu
ballon Goodyear, et qai ont obtenus des mil-
lier de miles de satisfaction, savent que le ti
tre de ( le plus grand PNEi GOODIEAR a
qu'on leur donne est plus que m6rit6...
THE WESTI[NPIES TRADING CO.
Port-au.Pritice, Goaisles, CAp.F-Hlaien
Jacmel.


^ j


loj


-a-el


La Parisienne


Angle des Rues R6publicaine et des Miracles

Port-au-Prince T6l1phone, 2004

Le plus fin Le plus e6leant- Le plus a la mqd4

Vous le trouverez a notre ieablissemenl.


Costumes en Casimir

en Palm-Beach, en

Gabardine, en Blue


Electrique,


en soie,


en crashdefil
en ALPAGA


en DRILL de toutes
nuances

en Noir pure laine,

en SMOCKING


J


etc, etc.


CHAUSSURE

Marquess

Marshall!


Richelieu
Vejcgfor
Trianon
IDouville

Parisienne
WalkaboQ

Derbis,


Hazcf
etc, /ee.


ASSORTMENT RENOUVEL9I
FRANCO & VICENTE, ProidlaLes
-* .._ ,, ^ .-.-*<<**': ""a


*M


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs