Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04151
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 4/15/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04151

Full Text




I ment Magloire
DIRECTEUR
1358, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N* 2242


I I -_ I IIII II. -11 I


tsme ANNEE N 6668


PORT-AU PRINCE (IAITI)


LUNDI 15 AVRIL 1929


S GRANDES VOIX

DE NOTRE BARREAU


Hi Tribunal de Cassation de
blique a proc6de der-
ient, par une c6r6mo-
rt simple, A I'lnaugura-
Sla galerie de quelqnes-
je nos eminentes figures
ees qui ont eu le pri-
rade se succeder A Pr&-
cede notre Cour Supr&-
l Et, parmi les hautes per-
lilits auxquelles a 6 t 6
igto un si just tribute d'ad-
lYtion, Ie nom de MI Leger
livin semble avoir et6 celui
giol ecst all6 le plus I'hom-
Sdu barreau.
Cestqu'en ellet, il est im-
uble,des qu'on s'entretient
a notre milieu, des choses
i trait lIa judicattire, tie ne
[int y associer le souvenir
teethomme ausltre, fin let-
et rudit tout A la fois et
Sle rattacler a ce que le
u Hjilien et notre Ma-
llture assise, ont product
olus remarquable.


oratoire, de eel art don't on
sieur Fernand Corcos, avoca
distinguA a la cour de Paris,
dit qu il ne connait qu'une ri
vale au monde: la puissance
de I'amour.
La belle 6poque, ai-je dit....
Qui done, s'aviserait de le
nier?
I1 y avait A ce moment, at
sein de notre barreau, une v6-
ritable confraternite. L'esprit
qui y dominail, s'il faut en
croire bon nombre de ceux
qui eurent la bonne fortune
d'etre ml6s a la vie protes-
sionnelle de ces maitres, ce
n'eltit nullement cette fievre
de s'enrichir, encore moins ce
besoin Inaletiquede sedb'biUnr,
de se d6nigrer n uliellement,
)peu connus heureusenment
jusqu'ici de note corporation;
lievic et besoin qui, dans bien
d'a.iies spheres de notre anti-
\il6 social, portent tnlt de
gens A jouer impitoyablement,


plis, puisqu'elles se soul ferocement descoudes, en vue
iue toutes 6tcinies, et tie parvenir a quelque situa-
Palais hormis celui tion.
elques survivants nul Non. re q u i y dominant,
ne rappelle ces grandes c'Mtait une emulation de bon
qtte fnrent un Solon MW- aloi, une emulation qui, .
un Michel Oresle. ou plus force de se d6velopper, de se
de nous, tn Lnxembourg fortifier, avait fini par taire
in, ne trouvez-vous pas naitre mdme autour des pro-
ILfsse bon revivre, pour crs civils, comme certain di-
qui ne l'ont point con- vorce on certain succession
et avant qc elle s'era- (emleures inoubliables dans
enlierement dans le nos annales indiciaires. ccs
utelups, la belle 6po- r-dbatcs passionnants -oi ~wt
ot6 ccs derniers, par le vit s'opposer, nag ~l-re. Mai-
Itrait de Icur parole, fai- tIres Emile Deslandes et Solon
accourir au pr6toire la M1nos don't les noms devin-
avide de se repaltre de rent depuis trbs cC61bres.
,piriodes enflanim(nes? Aussi, on ne saurait regret-
ft vrni de dire, si I'on tc.r assez vivement que des
it livrcr i une analyse prioccupaiouos Itrangeres i
tale des causes de cc la jtudicature, n'aicnt points
ment judiciaire -- les permis dans la suite A notre
s ie I'existence locale, b:irreau de s'assujetltir entic-!
Ais I'absence des comni remennt i celte s'illilaire disci-
nces des nouvelles pline intellectuellequ'avaient
lions ie notre vie 6cono- cr66e les aspirations de nos re"
Smiles A part il est marquables devanciers.
de dire (u'a cc momnent- Or, j'ai parl6 des survivants
tconmiellait deC beaux de cette epoque. Je ne veux
: la criminality gn&&- point term, er cet article sans
ainsique les criininalils leur consacrer quelq;es bre-
ques avaicnt plutit ten ves esquisses.
as'accroitre chaque an- Voici, tont d'abori, MI. le
Ivec les causes qui les en- l)atonnier Edinond de Lespi-
nt; de mdir.e les Ifc- nasse. Qui ne connait cel emi-
parquoi elles sont entre- nent confrere (qu'on voit arri-
a se developer, co- ver, d6s dix heures, A Ilau-
iaent a cc que I on cons- dience, accompagn6 souvent '
nos jours. du personnel de son cabinet.
i qu'il en soit, on est Depuis quelque temps, on
de reconualtre qu'un ne le remarque plus sous I'6-
'champ d'activite intel- 1gante et e14erejaquette. Ala
le Mlait offert a celte boutonni6re de laquelle se
te lign'e d'avocats, par laissait d6visager la petite in-
are; somnises alors an signed rouge, recompnse bien I
ent de la justice r pres- mriit6e de certaines de ses I
1Cr, abstraction faite A*e nombreuses distinctions. I
issuance approfondie Avec les changements sur-
b1talit avoir acquise du venus dans noIre vie publi-
~lminel, et de la tech- que, ii a fug6e*onyenable de
habile don't il 6tait n6- mettre de c6t ses'eanciennes
de fire preuve, pour lhabitudesvestimentaires,pour 1
nla plupart dAi temps, adopter d6neiratiquement,
l'eachevdtrem#nt d e s bourgeoisementje costume de
Splus contradictoires, drill blanc ou de fnte toffe a
S&raudipoce,et, au mi- rise et I canoller qull porte I
de# ora"es de Ia avoc snobisme. ,
isAises, argument de Voyez-le miaatenant A la
appel A servir d'-' barre; puisentendez-lel soute-
J dfne; abstraction naut, A I'appu d'1un pourvoi d
Ptralu/t 4u'I cit *: f- 6xerc6 c6nt c nd juaeeent;de
de montrer, A l'eflet Premi6re Instance, r e n d u A
Iter si lien parti e dans une affaire on responsa- u
ient devenatti ilt6 civil; ,entgrdez4..-lson- t
; pour exercer, cepen- nant comment re premierjtUge d
SIatce kt que l'on sait a viol, les dispoitions des d
i cB d cette articles 1168*.-ll1-1170 d ci
t; tr hatre Codeivt, t bit une c
I ti o u vri nnl uss application de li i.... .
tlon Ame, failt1 qAue au course de ses observa- m
iaes elles-memes, pr tions, ii trouve parfois I'occa- a
tiure, leur diversity et ijon de s'aband9nner A des v
tmd dew prodraa- conqid6ratioos sociologiques rI
llrposimbiith de so lvr dan caractre tres eeve.Lim
i1 beut sommek de !4o provi tioa, quol qu'on pense


I-
El



L


Accident
11 y a quelques jours, I* mer-
credi 10 avril courant, A Digne-
ron, lore Section rurale de la
Croix-des-Bouquets, un garcon-
net de 15 ans, nomm6 Lanorne,
subitement indispose, est tombe
d'un a cnbrouet a en manirche.
Ulhe des roues du lourd vehicu-
le lui passa sur le corps et le
pauvre garoonnet en est mort.
Les constaataions lhgales ont
6tC laites par le juges de paix
de la Croix-des-Bouquels en
presence du lieutenant de la
Garde d'Haiti.
Regrettable accident.
Assurez-vous centre accident
6 la a General Accident Fire &
Life Assurance Corporation Li-
mited ,.- Vve F. Bernmingham,
Agent Gendral pour Haiti.

D6milrion


I)E
a* Edmond LAPORTE
Me' Ednond Laporle ayant
present au 'PrtsidleiIt te hl H6-
publiqcle s d(Imission conIlllle
Commissaire du Gonvei nenient
p' s le Tribunal de lirc Instaon-
ce, M Elicnne Bouraniid. ancicn
Commissaire du Goiuveriineent
aux Gonaives, a Cit llnoiiuni a ..a
place.

Une bonne initiative"'
de Parilsana
La Direction de Pa r isi a n a
viait de prendre la bonne de-
cision d'cffrir, chaque soir, une
representation cin6matographi-
que. les lundi et samedi excep-
tMs.
C'cst une excellent initiative
hien faite pour salisfiire les
Clients de I'cleginnt Cin. ama-
:teurs de beaux rig:ils cin6era-
phiques.
Ainsi, demnin. inaiuurant la
'-nonvelle disposition, i'risiana
donne (Cabane dr Amour, ntelrcre-
di. on verra L'Atmict., (d'ipr6s la
piece de Brieux eljeudi, a tJ e-
mande gpn6'rale. In Direction re-
donne Amour (Ie eine.
l)u ciiiinia cheque soir. cela
ne pout (Je nmeltre unl I' p' de
gaitr dans les soirees d Port-
au-Prince si monotones.


L'Inspecteur
DE

TheNorthcrn




C',,st avec plaisir que i nous
avons requ, avant-hie-r, au M\-
TIN, I'aiinable visit dc M. .1. S.
iulph, Inspecteur de la Nor-
thern assurance Complny l(i
est en tournce d'inspeclioii ties
Agencies ct ilihales de reite Iim-
portante Coinpagnic d'Assunrn-
ces.
M. Ralph, qui nous fit prt-
sent6 par notre ami Joe Wool-
ley, vient du Brdsil, il visitera
Port-au Prince. les Cayes et se
rendra A Cuba et Kingston.
.l'lnspecteur, tr&s svmnpathi-
que et de manires distinguees,
nous a dit qu'il allait, A la suite
de sa tournee, donner une nou-
velle extension plus vigoureuse
aux affairs de la a Northern
Assurance Co* en Haiti.
Nous 1'avons remerci6 de son
limable visit et lui renouve-
ons ici nos melleurs souhaits
do bon sjour en notre Pays.

Ie son existence, coule avec
bopdance de ses -1evres.
tois, c'est un reel agr6ment,
ne joie indicible pour I'audi-
oire habituel de nos sales
'audience,'d'entendre la voix
e M* Edmond Lesp;nase,
ette voix don't le cbarm4 in-
omplrabl a fait pousser ce
ri A run de es confreres, au
ours d'an process criminal:
Dks que vous entendez celle
oix, nautonniers, c'est la si-
ine, pensez an recif...o
FBRNAND LEROY.
( suivre )


F - ----- -- -- -----

THE NORTHERN

ASSURANCE COMPANY

LIMITED LONDON.



Assurance centre incenrdie

avec protection centre la

Foudre sans augmentation

de Prime.

Agent General :

Joe WOOLLEY

IPort-au-Prince.
.S'/ N.', I :.V "S
.1. LIT(CIANI- Ciap-lhaili'n F. C IERIEZ Pielil.-l;iive
S. DCPVAL .liragodne .1. ELIE LESTAGE- .,drinir
STERN 3BONNEFILl- Ax.r C'als. CANI. IHAI\UClY--Jaimrir



Ui verre de La it b en apple
Que c'est ratraichissaut I
Que c'est rdcontortant!
Cormme c'est d6licieux !
A toule here, vous pou'-ez prendre le vwtre A


LAITEIE BAI EY
W1t6phone 218:1.


S D' F. LAMOTHE
S Electrol)thrapcute, specialisle diplo..i du
Institute of Chicago, 9 ancient assistant Aa la prose
Caridad Rio de Jiaeiro. lBrsil.
(Ofre ses services au public.
S' E IAIITL : Maladies de la peau, maladies
ti6e arliculaire et osseux.
Couraut galvanique.
Diathermie, rayon ultraviolet.


Stand (d
ie, ( La

du sys-


CONSULTATIONS : 9A 12 a. m.
2 a 5 p. m.
Office 1329, Rue de la R6union.



1MOrUt, faclure l-ai'ieone
1 -- a n -L-l "-e


^nuK''-6 *


de


Cigar


etles


i GEBARA & CO

Les Cigarettes

"Dessalinienne*

sColon

*Republicaine*

Porl-au-Prin cienne
GrAce A la finesse de lear ar6me oot les d6lices des
vrais amateurs.

Inforn extoaus do la Marque de l'huile pour votr.
nooteur avr de I'ach -,



quiobloil

qoi possed les plus grand qualit6s.


iho Ire El


... les a- vus vendredi, A of)/,e
IIeur'vs el demic dio soir, lu coin
dec In Ilu'(dI I Na111Sill SIt Ie:i;it
cI de In rut. IM)1iiIs I )esiouiccs.
I'% it ilentl ixatttiiii six all-
10th (' iLiii peti i~It11 e Ditre
(Jli lilicts. iiicli\. Si cc iWest
lie S*%' co0nnait plhis.


.c11 a It, 11 :l utI- : I I t.'(-C.

'c'.1 i1 Cv Itc IImlci II I I 'l tI i't 1. r1 e
IfICif, ltn (Ii ul% N-vu x d(is il
mie etle t 0,;I A i euII (1,11S Ie i.'m

.Ii sni. Ii(' I i III t1n, (Slcz l u
I va I'll sia n *111 C.i't~ e (1111 dI-tc
ai'i-&Ier I' es plce poulrl I ourv -
i" 'i* I1 O,-,ir iIt, I ILa u111 11w(ulA
,. I h it de Ilcct:LS Iie soil' ll-
hail tdai t IIIs 11v'(lde s Itl(s)i e It
I igi gIie r ir iea 4ile r sn s0w' -
ial. betix jnst p ap1. eS Iae on 1
naIl'nnto pamiia. I.v journa -
iirrit votilut is ii'ieIre coniple
die In cause de (ct iirr" t Si brus-
(jil. le.I (11 Illi lautlO, Milaskson
N't-SloiiSl tacilia t(I A 11jor it i. rett
I'mii cde c'S potc Ss'ei nalla
gtiirl de n soil it-sirdie Peflcsi-
guer lIt["It t0i PCrIVlld rvel-.onta01
its lpk i a'oilurc, cen hun Iaat des
it.pi rd(s .allii (In et uIsespt'A.
i hlugite elItili :eruiliial IjIP onm
v l 1iet ibi llb te.
:t '0111.1'(ii la i ra m illit'
OLiN Maguleniaiqiid 'Mllei Ii. Do.
Ii'e, des phtographiies express
v de j)lf.(iillis tie ('IieZJlou'.
el dtl ionllt iients c I ciat i us.
gells 'ii gi-a ri o 11(1 iibi-e sexm-






slent devaiit ce ,.niervellist yar
''ieCIi (eDCI, en()lll (.1It Imlll-mlld
dies gens (li t %. sv coiaissent.
Ft1 p)iiS Iorsq Lioli (16cI'ide dew
lies p-I 'oCUit on escIt nit .o t oiii
de se les voii* ioiier sI 1)0

-I rencoiitretill Iioiiiin(fill
:IlIal ht ZLiti 0il-tL i1 tritCr-
uije atllaii' riipoi aiillc. I1e1taiI
e tI j i d e t u ai jle i I i ii d v ( I l o li c ie r
Iii avec l ei coii1t C ic. (ul,
lerj Mvoyai ii i en Icr ti us soii
1) I C -kili i le coul-a ge aprs
let :;uvI if a vail comi i looute Ia
semaine. Mfais aumoment dle si-




(fliellI acle I'liomme deman dait
lit date du Jour. On Jliir~p on-
tit que c'eait ill saniedi 13. 11
mullkhit, une secotidejmis. dit
au nolaire .-l(( envoyons ucula,%I
vous Ie voulez bien. A iunulijr
Iie puis pus kWire wun fitire I
uctie dole. Jle ui pias dv Owcl et
avec le chifire 13m.'I'Me dlu cuir-
tier. Mais if fit Un effort (k~ses-
p~rk qu'iI enguirlanda de iup-
plications tel element atlendris.
santesq ue lhowme qui ne traite
pas Ie 13 accept de Iui avanee r
one parties de sa commission.
NOTHE (EIL en 'sourit lotigue-
went et Put un pe-tit cligueneinit
de sos poupi~res qui voulAit diro
que tout est biem qui linit bicn.


Verdun,

Visions

d'Histoiro

Eafin il est dans nos mwnr
V'rdun, u vlaon Mstpire I
Ayant.b-hir, l Critmar d de
Is C (1 Trl thtique nous
ra apport6 et, bient6t, nous ao-
rons. i C6V Yari6tes, le spec-
tacle mrpaflque de ce grand
ctuf-dc-sivre de L~on Poirier,


har C temps 0i Ia sCidese do Is
piliqut pOiW tirte amea o A IV
psuWr de liot levde, irel tA-
ws ) dislisqneal 1Is vrals hmae's
it fhaail. UP..T.AZ n


-- ~T


-------- --- --- -- -- -- ~ ------------------ - ----.~ ~~. :: _~. TI _. ----- --- ---- --


_ --~--~ -- rl


Is -__ ~ _


ol


131.1, Grand-flue.rre


- goj .




I
w__ 1


LE MATIN -


DERNIERES Nouvelles

de L'ETRANGER


corPAiljEu FRUtAAlsE DES CkBLEs TELBEGRAP IQI ES
112 Avril 1929


Le cIrnras
done l a Uiplonzatie
I.e dilteaed tIra-OAa6glaeai an
soiee des films eiuaeelbrephiL
1WcAetra MIs tu aire le Qmal
Oroa el I'Aabmes.. dg Elats-

PARIS- Le dififrend qui di-
vise les producteurs do films
cinmatpographiques tran~ais et
amdricaina eat ntrd dans Is
phase dipltowaique. Jusqu'icl,
ls negociatioos tRelent entire
les mains de M. Henry C. Mac-
lean, attach* commercial, qui
avait ex posltla situation amori-
caine A .I.F:ranCoia Poncet,soua-
stcltAlaire aux Beaux.Ars.l'awm-
bussade americamue vient inain
tenant de recevoir des inti-rtc-
Lions du Diipsrtement d'Etat
j Nuir s 'ncuper de la qtwsthoia.
Elie 'trn ia,cessiumment drs it-
prh clia, Iour lorinelles aOt gou.
vertic i iii trait. is.
SI via pacem...
Ifiuh4'Mi d'un isirr perle-aiOiw
Iran n!is
IO1)I-EAl'\ L nouveau
n:)vire porle aviOns if c'milman.n
cldan!t'e--tt de 12.50)3 lonnes,
ponvant i ;riipot lei, 20 a6ropla-
ulM.n W a la aujourd'liui avee
tilco& .Soiii armoni ent coinprend
8 (iaois de 317 'mllilures et
12 mitraillitilses. I.e nwavire aura
till" it vsse tioritie (de 21) kilo-
utietri s.
II n'i nit; I,;a d te Iii qeui'c
1 1 A m1alit4.rrt
LONWI.J!I- 11 stimble moin-
to-1.0A 'pewo: prays cerlaimi quil
ny : ura 11i40 tie RAgence en
(.it anle lIrei.igne.t4'l'tat de sante
(iii ry' (rit-orge 't st a eMnior- A
lei p-1110 (401,1 est probith~le qiie
le oltves'ii.iI ,l liia poll[ -Wind
sor v.-t Is liii de ]a 3inme se-
m..irie de mi.


Le probl6me dm R6pa-
rations do la Ouerro
L'Allemagme, d aprts les delmaade
des All iA, aettra 58 ass, pour
payr sa dette de guerre
PARIS- A propos de la fixa-
tion d'uoe some global pour
la dette allemande, les journaux
insistent sur la bonne volonte
et I'abn6gation des allies et par-
ticulitrement de la France qui,
depuis la paix, a pay6 person-
nellement les Ieparations et ac
cord6 cogystamment des rCduc-
tion sur la dette et qui cepen-
dant diminue ses reclamation
legitimes.
'.\ HIS,12.-- Is crCnciers de
I'Allt-im gne se .ont ent:lenlu.
sur la sommne qu'ils demanded
rmnit pour les Ilp:4traitions e
leur pl..n sefr prsentli domain
A Iniji ian Dr Schacht. chlt de I:,
Dnelgation allern nde. 0( d t
qlu le Itoil des annuiles de-
manld6es par les Alli6s tst dans
les environs le 100 millions de
marks A peun prts 21 imilliards
don't .0 mi'liards seraient pa-
v,:bles en 37 ians et le rest cn
21 ans.
L.e lrtilebhs nau l iique
MI.XICIO ID'aprs les n .i
velles ollicielles plrvcnues tip
Chihulahua el de Sinnlon, les
troup!les avancent rapidemnen'
centre las rebelles concenlres
danis I'Ent de Sonora. L.e gon-
verneinient espi re que (1di' une
semaineil aurn circonscril la re-
volutiion nuil seul .'lal tie hono-
ra ct i laIncra alor1s une atta.-
que decisive dans plusieurs di-
rections a la lois pour uniianlir
les insurges. On annoniqit au.
jourd'hui de Chihuahua que le
gtRnbi'ni Iscobar avec les db1ris
de son arm6e, environ 1..1)0
hommes,a quillt Casas Grandes
pour le canton Del Pulpilo qui
Imene en Sjnora.


Molnsieur CLiSiENT MAtLOUiIU
P'rlet de Port-au-Prince.
ilon cher Directeur,
.I'at eu le plaisir de vous en-
voyer la Copie de la Lettre que
j'avais adresse aux Directeurs
de a (iringoire a dj s ia tin de
la publication des articles de
Paul Morand concernant Haiti.
Le dernier article avait paru
dans le No du Vendredi 2. Jan.
vier. .I'6tais alors couch avec
one grippe et une forte fiwvre.
Le lundi 2 .Janvier, par lettre
recomnmandee,i'envoyva i na r6-
ponse aux Directeinrs du Jour-
nal. ,*
Je I'iaitai reproduire pres-
qu'eentier,prcetdie d'une pho-
tographie du President, dans la
Revue a Paris Sud Cenlre-Aine-
rique s. Mais A cela ne se bor.
na pas iaon action.
A Ipropos de deux medecins
Francais iuii etaient d4sireux de
venir s installer en Halti,le Quai
d'Oray in'avait ecrit le U Fe-
Spour signaler el me plaindre
done tacon lerme, des articles
violent et injustifies ecrits con-
tre nous par un Secretaire d'Am
baasade.
Je vous envoie 6galement Co-
pie de ma Note du 11 F6vrier.
Le lendemain, je recevais le
No de F6vrier de ( France Etals-
Unis a Revue Mensue;le du
Lomile France-Amtrique ,.
A la Planche XII, je lus avec
atupeur que, parmi lea lives
nouveaux reconllnandes,se trou
vait u Magic Noire a de Paul
Moralnd. i'et1ai d'aillruri le sent
df'ivuin don't on avail reproduit
id pb.lograpfhie.
Iulmedialonteot, jiadreisai,lr
pste recomanudee, uu Presi-
lt et aux Membres du ComitI
YFracce-Am6riq4e.ma d6mission
ainsi que celle 'd Madame Ne*
ours.
Je vous envqie 6galement co-
ie de ma I~ttre de Demission
ite do 12. Fvrier.
,ipWre que mas compatriu-
I- apprendroat, aves antret,


quo, de touts mes forces, je les
deleLds et lais respecter notre
Pays .
Veuillez agr6er, mon cher Di-
recteur, la nouvelle assurance
de route ma meilleure conside-
ration.
NEI40OURS
Monsieur le Ministre Plenipo-
tentiaire
Directeur des Afaires Politiques
et Cominerciales
Minis!ure des Affaires Etrangeres
Qui d'Orsay.
Ie Ministre d'ltaiti en reponse
A la demand du Ministire des
Aftaires Etraogtres au sujet des
Docteurs Mutuel el Gueiuacci,
a I'hoaneur de lui taire savoir
qu'il les a requs le It Fevrier,
tout en leur dominant les rensei-
gnements desires et en lour sou-
haitant du success dans leur pro
jet d'aller s'etablir A Port-au-
Prince, i cause ties violentes at-
taques, rACsules et r6iterees,ab-
solument injustiIesa,contre lia -
ti et les Haitiens, parees dans
les Revues at Journaux de Paris,
sous la plume d'un Secretaire
d'Ambassade qui avail ete parli-
culierement bien accueilli en
Hlaiti ot il avail voyage avec u:
passport diplomatique, 6ma-
naut du Quai d'Orsay, il leur a
tait entrevoir quil 6tait peut-
itre preterable de ne pas don-
nor imm6diatement suite A leur
projel.
Paris le 11 IIFviier 1920


Paris le 12 Fevrier 1929
Monsieur le President,
Meisieurs lee Membres
da Comitn France-Anmrique
Ena parcouiantI le No de V6-
vrler 1',Y dtc France ltlats
Unis n. ** Hrvfe Meusuelle du
ComitE France-Amuraque ., re-
cue hier,j'ai Wte tres d'onne d'ap-
prendre que la Commission de
lecture, parmi les livres recom-
mandes, avail inscrit u Magic
Noire de Paul Morand.
L'ouvrage tire son nom de sa
principle nouvelle.Et cetle nou


Pourquoi

n'etes-vous

pasvenus?

.
Le 7 avril, i la reunion an-
nuelle des Membres de I1Asile
Francais, la figure de Monsieur
Ciheiez restaue eumpreinte d'un
protond d6couragenient. Sur 150
invitations envoyees, une qua-
rantamne de personnel r6pon-
dant A l'appel, oat fait ac e de
presence, y comprise le haul
personnel. Monsieu" Wiel, 1
nouveau Ministre de France,
avec le Chancelier, Monsieur
Lumbonie, etaient presents.
La response improvisee du Re-
pr6sentant de lu France apret le
lappoi tIlu Pishidenl, trees noble
dans sa simplicite, a beaucoup
port. Tout d'abord Monsieur
Wiel a tIhcitA les Membres de
la SocietY de Secours Mutuels,
pour les liens de sulidariie qui
i.ui peiilltteeiit de soutleir i, t
graiide It.he huminnilaire, celle
ue lu Chlarile;s'adresuntl ensuite
au .orps imiedicicl l uet Hx bon-s
Suirrs, I ler a expirlne sobn id-
inralltion pour th irtiiomluse
coilaboratin et leur ferven,
concours. Ses t\(i x app)elrent
sar i'(lEuv.e lan cutinuite de la
pros',riile prcscnie. Finalement
le Mialstre se lourna veis le
Presiden,; sa sensibilile de di-
plomate, descendant d une na-
tion afliiuie, 'test ceriainement
i em devaint lall iciion iminr-
ritht dl'un tire d'elite, et dais
un Ik-I ctl n sontaiint, il fa in-
viat viv'tiniul A celebrer le cii-
quaitlllaire de l'exist'ence de i'A.
smile. Coldial, vibrant et grand
dais sa g1ner1nosit, it a voulll,
co inne une response A I'indifl'
re.ice des absen s, verser publi-
I iement dans I'dme td6couragoe,
1:.msitiIJil)le appnli du concourse
maiteriel et moral de la France...
Ah! Moinsieur le Ministre,G' Aces
vousen soientrenduls! Vouse'es
be en lefan de votre pays el de
vutre race! Vous avtz dO coin-
prendie que dans ce rapport,
rice par le lond, beau par I
torine, contenant une moissoni
d idees exprimtjes avec Arudilioni
et darns des terms choisis,- les
dt,):is matlriels, recueillis ,our
laire vivre 1 Asile, avaient cons-
titlii I'aliment spiritual de toute
I'activite de Monsieur Ch6riez.
Qii pourrait nier quiil ne vit
plus que pour son (Euc.vrV 7 Tous
les jours, on pent y constaler sa
presence. i s'intorime de tout,
se Loncerle avec les cliels de
service, orgRinise, consolide, uni-
lie, et depuis des annCes, 18 ans,
cette assiduitn ne s'est jamais
relachae.
Ind6pendant par sa fortuue,
avec un passe d'o6 est sortie la
solidity de sa reputation com-
merciale, entoure du respect de
ses entrants, il n'a pas hesite A
quitter sa quietude pour assume
la charge, avec tous ses soucis,
du precieux d6p6t des vies hu-
maines. II lit et s'intlresse A tout,
aimant etre bien intorme des
progres techniques, scientiflques
et sconomiques, pour le plus
grand bien de sea malades, seloD-
les possibilities et de facon A gar-
der I'.quilibre budg6taire. Com-
nie un artiste jamais satistait, ii
cherche la perfecti),n id6ale Que
de lois n'entendait-on pas dire :
aMais, Monsieur ChAriez, vous
en etes de votre poche! a Sa
pmodestie, sans aucune pensee de
rAconspense, repondait avec
douceur: Eb tI oui I J'y ai par-
ticipe. a Cest urn die ces hommes
qui, apres avoir groups les faijt
et les geus, ont le tact et le
doigt6 d'en maintenir le gott
chez ious. GrAce A ses relations
peroQnnellea, 1'Asile Fraanais re-
cott actusllurent d'Hlalti et de
I'Etranger des rmensualites en
dons Itrs riches. Connu partout,
il n'avait pas besoin de oe con-


oilier les sympathies; sans son
prestige,certajt s personnalit6s

velle content les attaqnes inius-
tiflies centre Haiti ot les ai-
tians.
Pour avoir ate recommended,
cet ouvrage a et lu aet approu-
vA.
Dans ces conditions, il n'es
plus possible A Mme Nemours,
ni A moi de continue A taire
parties de votre Association.
Nous ne saurions accepter que
la Commission de lecture dun
Circle don't nous sommes Mem-
bres, puisse recommander un
livre insultant pour notre Jays
et pur nos compatriotes.
Je vous envoie, par cette let-
tre la admission de Madame
Nemours et la mienne.
Veuillez agrber, etc, etc.


INOTR JOURNAL La charity


.-

1929, 15 AVRIL. Curieux !
curieux!... Che: nous, lout le
monde repAte d gueule en ueux-
tl :a Je suis un honndte homme,
moi. Je nai jamais trempd (sic)
dans austune histoire louche de
ce pays-ei. ies mains sont pures,
ines poches vides des deniers
publics )).- Chacun a, chaque
./lour, auux ivres cetie profession
de foi.
Alors les turpitudes politiques
qui conduisirent le pays i sa rui-
ne,les dilapidations qui mirent en
faillite ta caissepublique, sopdrd-
rent d'elles-mdmes ? J'ai cher.
chd pendant 50 ans la gdndra-
tion spontande, a dit Pasteur, et
je ne I'ai point trouvee 9. Ces rd-
flexions me uiennent pour avoir
entendu clabiauder lautre jour
ies hommes poliliques.
| -- II

se seraient desintlresskes de
I U..jvIe ..
Son liSre de Pji ltdelt n st
dlo'c pa-i seul.-nmenil ituluare,
c'es -dire une abil rac ion. Tout
i! iiounl e p'ut 6 ie si i- 11.
tini co:nbieii donneraient leur
ctear a I'Lecloioii 1 u:ie ICre au
pioulit dauirui, si in 'imiemnl.t,
lI j IiOLuibeliien pour ne pas dire
-1 Iodloureuttment I... E' la va-
leur dunle aujvre ,'est-ce pas
jusbiennt I'expression m mne
de cette pension de tous les
desires, de toute la volonte de
l'aiima eur,. ,u poursuife inlds-
sable da but in rque, qui recule
toujours deviant la luncinlanie
pensee : 1( II nous taut encore
ceci,... cela... des chooses abso
In nienit inispensables I
Bi..is soieli ceux qui don-
ncit Dieu est Ie meilleur de-
biiu,-qu'on puisse trouver. mai,
daus et: mode, ici-bas, tout de
conventions, le gste approplie
est ieccssail: It f'llait veUlr
aupki)s de .M huiicr tnerirz
eriles, il y a des i npossibiik-
tts, les religieux etaient pr:s p tr
leurs devoirsdu Duianche. Midas
coiubien de personnel absolu
nient libres nuon pus voulu y
penser. Ce riApport,ou Monsieur
Cllrieez a uis le ii, illeur de
lu innme, piepar ( non... cou-
ve: ) durant tou'e une annee,
avec taut d'almor; ce travail de
devotion n'a pas troave I'audi-
toire qail merili'. Les paroles
eicourageantes u'etaient pas di
tes, les mains hympathiques ne
se sont pas tcndues. S-ul le
group de ceux qui savent ap-
p.ecier li valcur par ses m6rites
entourait Monsieur ChIriez ...
L.s mulades nierne que r'on a
dorot6s et que l'on a gueris,
n'ont pas cru devoir faire le pe-
lerinage de reconnaissance. Et
pourtant un devouement si de-
sinleress6 est le plus haut som-
met que puisse atteindre effortt
moral de IHomme, ou cet effort
cesse d'etre un geste materiel,
mais remote au plan spiritual,
et ol l'activit, devient mission.
Alors, n'est-il pas du devoir
de cbhaun de venir salu.r cel
admirable Frangais, A I'anniver-
saire qui lui est si cher, et f6ter
le triomphe des obscurs sacri-
fices de son cour g6ntreux ?
UN MEMIRE E IA SociaTa:.

A vendree
A vendre une belle collec-
ion delivres broches,~euvres
de Bourget, Bordeaux, etc, et
ces romans-cine.


iU


Hi


en Belgique

Vers le 10 F6vrier le froid
habituel.de la'saison s'est brus-
quement accentue et l'on vit
le thermom6tre descendre de
0 A 11" et les jours suivants
tomber jusque 15* et 18.
Inevitablement ce froid rigou-
reux, qui nest pas frequent
en Belgique, tit rapidemneat
des victimes,et peu, trop peu,
furent sauvees de ces conges-
tions traitresses qui abattent
sans distinction d'Age ou de
rang. Tout est glace dans la
rue aussi les cauiveaux des
trams, lesquels ne peuvent
plus circuler que la ou le cou
rant est pris prr les trolleys.
Sous la morsure du froid on
se sent vraiment triste et plein
de melancolie vis-A-vis des
travailleurs de la rue oblig6s
de rester a iclr ouvrage,
coin ime les h o *in lc s des
trams, les chauffeurs d'aut ,
les agents, les charretiers et
bien d',utresen.oie ; ct que
peuser des indigents qui n'ont
ni ceu, ni uourriture -.uffi-
sante ?
C est dans ces conJitio is pA-
nibles, retidues plus p6 sibles
encore par celte gelke intense
que la charity du people Bei-
ge sest montree efficace et
spontauee.Le grand quotidien,
le Soir, n'a gutre eu le temps
de fire appel au public que
ses colonies se remplissaient
de chitlres Mloq Jents. La troix
Roge avail installe des can-
lines aux po n's Its plus fik-
quencls de la ville, et chacun,
sani distinction, pouvait en-
ter prendre ule boisson
chatid, et conlinuer sa roue
ou sol traaill, seisiblnment
r'cou forte.
Naturellemeit S.M.La Reine
n'a pus manque A son habi-
tuelle geuCrosite et le che4ue
important qu'Elle a remis au
Bourgines re de Bruxelles en
tail foi. Celte sonlme, sur son
desir, a ete employee a .che-
ter du clhrbon que l'on dis-
tribualt i domicile aux indi-
gents qui en etaient priv6s.
La cnarite est tr6s grande
en Belgique les (euvres sont
nombreuses et s'6tendent ius-
qut la colunie du Congo.Cha-
que aunee a la St Nicolas les
petits desherites et les eufants
malades dans les h6pitaux
recoivent des jouets et des v9-
temen s; tou. cela distribute
dans une petite fete ou parait
un SAint Nicolas a la barbe
'de ouate, mitre d'or et vatu
d'un superbe manteau de ve-
lours; ces largesse viennenl
de souscriptious publiques,les
plus petites oboles sont re-
cues avec autant de gratitude
ue les gros billets des gAtes
e la torture, et chaque annde
cette g6nerosit6 se rcnouvelie.
Et quel joli gesle a eu cette
annee S. A. H. Marie-Jose;
Tetle une Princesse de legen-
de, venant s'asseoirau piano
et prefer son talent au profit
des jeunes tilles peu fortunes;
Le produit de ce concert de-
rant alimenter les Bourses


ESSENTI ,.
Slun enfant estd pki,
vitaminea essentieb, bk
rachitine, lafaibleued.f
des dents imparfaites
autres manifestation ds
triton defectueme sl eti
L'EmuItion
Ai huile de foie de J
active par les vitambi
la nourriture idiale pMe
croissance du corps et dim
Donnez de L'Emulhioa
Scott & vo.re gar;oea
ou fillette.



Unbeauco

de volant
Tou)ours ;orsqu'un co
tour dauto comtnnet que
cident par suite d'un co
volant d fectueux, unaninmi
on crie harol sur le bad
est just aussi, certainemet
louer celui qui, par un
coup de vol.ii, '.'ite un
dent.
Ce fut le cas, vendredi
nier, vers les 3 heures 1/1,
lapres-midi, l'intersectioq
la rue du Centre el de la
Bonne-Foi o6 iI y aurait ea
recent grave collision entry
autos Nos. 5021 et 3147,
taientce le sang froidet l
trise du volant du conda
du No. 3147, N. Louis Pr
Felicitations!


La fete
A SAINT-iLO'IS iDE 60iO
Ia date de la soiree thi
de Saint-Louis de Gonyiage
fixee au samedi 4 ini.
A partirde demain din
les cartes de la fete ser
vente, A l'Institution el
Mile Luce Laforest, (Gran
au prix de UN DOLLAl .-'
II ne sera pas vendad
tes, A la barrire de I'lnstit
le jour de lai fte.




Parisi
DEMAIN

La Cbab

dA
8 parties avec Arlette
et Macolm Todd.
Entr6e : 0,50; Bal
MERCREDI

L'Avoc
d'apres la c61ebre pi6ce
7 parties.
Entrie: 0,50; Balcond

d'6tudes... et combienb
beaux gestes encore!
de Mr Marquet dega
mmne au Mont de
les objets de premi
sit6 deposes la par 4i
gents.
On ale coeur lal
gique, on agit sans"
parler, ce qui don
prix A ces elans dce
M. FOulC
Bruxelles, fcvrier


/Mll


Toutes les Polices


DE LA


HRI


I11


- %. ,- -r -.


(("MAGIE', NOIRE


IPaul liMoran(
L..ull tid de otI' titre' /iiistri et' () PuIrit vi (i pirqO tit- cr piiiphle'l
cimnlre Il ti


comprennent la Protection centre la

Foudre sans augmentation de ta*



Eug.LeBossedCo


Agents'GCneraux


~____


--- ---,---~-------


-- I a --
~--- --- --


r-- --- ---- -- - ~_ I


15 k';L'il 029




-------- _


LE MATIN-J- 15 Avril 1929


&


Co.


Agents Gen6raux


___ __ __ __ ________ I---


Une bonne nouvelle

mt procdedr A P'inventaire complete de son grand'stock
=irhandises, la Maison KAWAS HERMANOS intorme
nse Client6le qu'clle va liquider certaius articles.
A partir du 15 Avril courant, la Maison mettra en
2 rabbis une s6rie d'articles don't voici la iste:

ANC PRIX
ANCIENS NOUVEAUX


Mouchoirs pour hommes douz. 10,00
w( a a 8,00.
Chausseties aole a dessin homr. 509
Serviettes de toilette d ouz. 12,00
( a a 1.,00
Serviette de toilett 40,00
hbandailles de > e tr s c ue 25,00
Couverture de lits ( r. nt) u 2).00
happeais de line pour hom. 12,00
Kaki blanc et Jarie sup. l'munec 2,00f
lodienue sup. G. large. I'anne 1,50


Rt outre, tous nos tissus seront aussi veudus au prix de
| ad rais proportions A ceux des articles sus-in iqu,.
e diminution de prix, par consequent ce sacrifice n'a
W uMt que de diminuer ne tajsek avant 'Inventaire.


Go qui me public
Le Bulletin mlteorologique
do la D. G, T. P.- Le numero
de ce Bulletin indiquant, pqur
le mois dp mars, les conditions
climatiques et les chutes de
pluie dans les diveeses regions
d'HaIti a par. Un exemplaire
nous a M16 gracieusement re-
mis.Les ari. ",irs,planteurs,
etc., ont grnL. 6t A consul.
tr ce Balleotin.
L'Aant Garan.- 'est.le
journal birmensuel des Pension-
naires de la Ferme-6cole secon-
daire de Chatard ( Plaisance).
Le naumro de mars nous est
parvenu. Nous le parcourrons
vee plaisir.
P i VItordcheldMr
Un Prix' littiraire d4 6.000
francs et denomm6 tPrix V. -
tor Schlcher a sera bient6t ins .
titu par rI, Dtptcs AFRICINE.
Ce Prix t destn6 AA rtcam-
peaser le merileur roman n6-
grophile paru depuis le Ipr jan,
vier 1927,
Le jury qui attribuera leprix
sera compose de 10 membres
ch oisis permit les personal iti
Stttraires.


P ''r -


- .0.C~


r"e- _


I agil doucrment sur le,
It:rts de tell faeon qu'il fh:ni
nl iei.x qlie nvetoyer.C'est une
combinaison de savon pour
la pea u. li dissott toule trace
,'de saletI et aide la peau A
Otre tend re et douce.

L'E.relen to
Savon de la pliau
Prodni' une mousse 6paisse
excellne&le.
1 ado ci et c eilc les rn
gositCs cl toniif1 iI cuir che-
\eln. Il aide dloiic i maiutenir
I'etal de la sanIe.
Ei) vente chez tous les dro-
guistes. Pour 0, 30 c(s. setle
ment. II est exp6di6 dts r6-
ception du prix.
EXELENTO, MEDICINE
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents demands pour tous
tays.
Ecrivez pour renseigner ents.

Viennent d'4rriver
Hultres fraiclies en coquilles
et marines.
Rue des Miracles N" 740.


Avis

important
Par la presence, le public
.to particulier et le Commerce
en general south avis6s que,
lesoussigne devant s'absenter,
son fils t douard Jaboul
Khawly, est clisrg6 de la pro-
curation de sa maison de
commerce. Cependant il rest
enendt que sa signature,pour
etre valuable, doit cire con-
jointe avec celle de Georges
Jaboni Khawly ; ce 'i partir
du 6 Avril cou rant.
Port-au-Prince,le 8 avril 1929
5 AntoineF. KHAWLY,
~II


Maladies & t Peau
Maux de Jambes
Sulagetneat Immaddiat .
uwirison vpid per r
Eau Pr6cieuse
DEPENSIER
RADICALE POUR TOWB
U LCLRES
FLAIWS DES JAMIN&S,
PSORIASIS, DAMr"R
ACHI, D1CMANCEAIOS, Z.MAS.
C.ROMUX, F efr'r Cn PlAOmafe,
72. mnde de Chaudon. a i'viAkolf (Stioe).
5. mu. d uame~t loee hoAm'ada.
DJd aPort-au-Prince. r
DMAYTHURIN, r..'' scie sairno Vrafleoil.

M&ENAG&R ES!
Pour te' ]tre tous tissus:
LtAINF., CO 7 0 Y SOIE, oft,
&auon c, dmdt n' dgal
'La IwA URES 011
En v ute hPort ati Pricnc: Pharmecie W. OUCH
et lout" 40nurs 4&'ft% It NA10. DUC
[Rokhnalla s ar, .i~oen r denhandre adash
4 V' Q FRCOO, ASNI lES (34ANO PRIUAM

Beatrnie rtpense
eat promise A celni qui rappor-
teot sox Bureaux du journal,
sne chatne do montre or et ar-
gent perdue, dimanche aprts-
midi. sur le parcoors du portail
do Liogoe.'
Port-auPrince, 8 avril 19W9.

AVIS
\Vr' J, ptine Beautranw an
nonce qn'elle a tr'nstdr6 son
dtablisuement au irhomp do
irsA, I'entree del'Avenue
Doroste.
I.'tablissement s'appellera
dOfnrmais ;
IBAB et hjOTEL PLAZA
T -, pbo9p_: 2092


La Boisson connue

dans le monde enter
EST UN

BAFR AICHISSANT
ET UN

I ECONSTITUANT

FROID
EAUT MINERALE WHITE ROCK
GINGERAL VVWHITE ROCk


Lc seul Gineral faith

d'eaui minirale

des Sources nure

WHITE ROCK
DANS TO(US LES MEILLEUIS 11OTEI S.
(LUBS,CAFr'S ET lIESTAUiANTS

Mohr & Laurin
Distriluteurs Port au-Prince, Haiti,


LOTERIE
I)E
L'Association des Membres du Corps enseignant
et de I'Alliance Frangaise.
Ces deux Sociltcs donncel avis au public qu'ciles orga-
nisent une loterie au profit de leurs (ruvres de hienlaisance
et de la construction de leur local, contorni6ment i la lo du
6 juillet 1927 et a I'arrete d'autorisation de Ni. le Prelct de
l'arrondissement de Port au-Prince.
Le ler tirage est fix6 bu I)imauche 5 Mai 1929, et aura
lieu a Parisiana.
La repaitition des lots gagnaut est la suivant :
1 Cros lot Gourdes 2.000) t lots de (ourdcs 20
S500 50 5 lots de t 10
1 100 2 Approximat.du 1' lot 25
2 c ( de 50 2 2 du 2e gros lot 15
4 c a de 25
Les deux Soci6tttes d616guent deux de leurs inemnbres qul
assurent la sincerity des operations sous le contr6le du Pre.
let de 'ort-an-Prince.
Le tiruge se tera ii jour tixe et les gagnants serout immd-
diatemetu dlsiuntcresscs.
Les billets au prix de D)eux gourdes en deux coUiipolls lde
une gourde clicuni sont en vclnte chez
Sinin Vieux, Allred Vicux, 11. Moutrozier, St .lilicii
Sanon, holtl, Pablo, Melle A. (iabriel, Imprimerie dii Coni-
merce, Imprimcrie Cheraquit, Pharmacie Camille. IP'lrmi-
cie Ste Anne, Aux Caves .t'llaiti, cestauiant St (iruIl,d.
A la Gaironne.




Grand HbteldeFrance

NOUVEAU SERVICE

de RESTAURANT

Hors d'CEuvre varies on

Plats du Jour

Dessert

Le tout Dour G'" 2.5o
SERVICE TRLS SOIGI; METS CHOISIS
P. P.; PATHIZI
-- --

ALUMINUM LINE
1111 Whitney Centralt Ul Iuall ,
Wew-Orl6ans, La U.V. -
PROCaI MS DEPARTS I .. ,,.'.-r-' CI MA1l
Le steamer Sassenhul v m,,t l:is.s Vew-OtIr a'. le
Avril coural sera aux Gonaives le 12, 4 Put-rl-au-PFWol ~14
et continuers pour Petit-GoAve, MiragoAae, CaOyWtdKcamt
pregnant du trft. 1
Un steamer laissera New-Orlms le 16 Aril eourant
poor Port-an-Prince et les ports do Nord.
Ce 8 Avril 1929.
A. de MAUG nS& Co
AotNrs GiwtRAX


'1
- I'


La peau ru-

gucuseneces-

1 site ce savon


Insurance Co

Une des plus fortes COMPAGNIES


CANADIENNES


d'ASSURANCE


sur la VIE


EUG. Le BOSSEf


7,00
5.50
250
8,00
12.00
.;30,00
12,50
12,50
8,00
1050
1,0o


~--


c __


- ...


IS'


iL.i~


-4., 4 v,




MAIT I N -. 15 A 19'e)-
P.~)EtiI MXI JAii 9~


RATIF du D' MANGET"
Il '


combat


IM14aladies


de la Femme


~i ii~ ~, i q4gwul, Ifmb. It. elwles. ejn vafi. Wave) 0* 6S40P
Vice% do Samg sf III,:% %".Of 1p :,. ". *g.'U:s IU s ome SI VOS of O WS mna .,
U, 1 0.." V*'I U.11!4061n. oloat $ma841W &. Clad Woo to#. Os,
Gari les, Glimdo ls V .. "i 44,J..0 O&Mil t.0 s we is
mayvflme circa i lS a I.J.I,- I 11 11 i is a w Bif f# r nrdomsdft
1 1~ 1 ImpU411 doili. de VWV 4W.^v as
SU.i '4 t dorrnW1140 'ItbIsm Pl1s
lcul d'1. 1.1. it I"" g I4 P ~1be plus "i t I
V.. a s t h. 4.Isiit &e glr~ado Afua e 2 5 0U04 .d 0
W AdIVII 'f. las, m wen
__ 1. fl,,IIM~ S. I:jI~ ~I .011. 'I("I. f des,,lm a B. iva *&&. q)II a Ots
-I 1. a Ii 'Jrs O..I f11 I.t a,,I&Iduto do" f to
A)' I 1-~I'. ~.. ...'.. pIt.. IRI III "1j&t .1414 hn t. ascPru tal pl .8
T .r i-.r I, m i 4I. S **, qit nu sIf louft u A. Jrb I OuWWS
a.... ...1 I 1, D I 1i jr.A 1.,, f t t V 8a pri1 d .o
1.~ 1. i ~,, l, i,. Iv LhPU''1I' PiE boI CIw G o "too O
fV-!? .. C',,, .n 1(. CRAN 4111 1 Inw,,aia W I Au P 1SI doole PWl

4 r. ro.. u n e on s i n mnt.im
of., C i U I, A A r i if !I 'CT CC It N a PC C71
.i ~ r V~llll. iilt Iran qu oillost r I"$."



Clhaque clhost' ici-lbas a sa f-'ampiallsation invi 01:14111A (ra,#wnnts
devraril av~oir une Folice. pour compenser len 4 neodnas Isiorponnel'
oti deIi.
Les police. de in
(iene'ril Accident Fire & Life

AssurI Alnce Corporatilonl Ltd.

de (IPrth & Loridi'es
wJ:irnljiful 'otte lueI's4iII1' ((llrsIe Its :accifenls qiti vus 'quelteal
halg:gjque p'as, %or et atlormolbile moid rte ollisiot, vol. Ieu, oudrv,maI-
vI illaMceL.(e t41nmuts caum's i aulcui dans s. personne ou dans SeO
li1S'I,, votre, iwaion conlre 1'incendie ti les dtetiats causes par Is
loud e.


Veuve 1F. BERMINGHAM
SSOL' AGENTS
*.'uI JieA: ..NlINIiri-goallc T()VAR a Co
-~ - -----~------' ---- -1


mum -_I_UUliI oI aIU. I VI. Ur. W Ii


I --- -- j_ __


1N0


S avons le plaisir d'in former ns Amis et Clients ciue uu I'Augmentatic

dans la Production de la Fabrique, il nous esi mnainlenantpossible de r


pondrc au. connandes de nos Clients, pour n impore quel module de Voitui

el Camions, dns 11n Miinimum de delai.

laitima lAlrs S. A* Port-au-Prince Cap-Haitie

t ll ss S. A. 2379 Phone 393.
I a- -


, .* .. SI


I


W


" GOTT HUAI
LVPA




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs