Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04150
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 4/13/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04150

Full Text








,Iment Ma-gloire

DIJIECTEUR'
PSrWAilRICAVrI13I0
TIURPRONE NO 2242


*M ANNIERN ow


s Noirs aux Etats-Unis


nas doute plus nulle meration noire vers un ideal
bk monde et, d'abord en plus pqr, plus lumineux. L'ef-
e, que la race noire fort ceftes, ne se faith pas sans
ue augmente dans de difficult et sans retnc ntrer
proportion et prend, de puissants antagonismes;
jour, une plus grande mais il se pursuit lentement,
dans la vie social et po- ard ument, laborieusement.
de la R6nublique des peut-etre, mais, il semble bien,
ails du Noid. irr6sistiblement.
La Revue de Paris, Cette Rtude de M. Schoel
ock Schcel, qui s'est nous a paru ofilrir un si grand
pendant un assez int6iat pour bien comprendre
'temps A suivre l'accrois- lea problemes qui se posent
t~t et le dveloppement pour la vie international fu-
race en cette parties du ture des races et des nations,
SmuContinent, apublie que nous navons pas r6sistl
Sea tRenaissance NEgrei au desir de faire, pour nos lee-
ltats-Unis une 6tude du teurs, le resume de ses gran-
bout int6ret social. des lign o el de leur exposer
Ious apprend qu'au course ses iddes mahresses.
Itc dernieres a,.nees, le Mais comment les A .en
transported du moyen- cains consid6rent-ils celte ex-
raraletgrossier en plei' mansion de la race noire sur
nlme sikcle progressiste- ler Continent qu'dlsconsid6-
idustriel et n'aantpoint rent bien A eux de droil du
Rnbe a cette brusque et sang et A c6t de leur race
te transposition, est en don't ils ont toujoirs farou-
de sy adapter de toutes cement protege I unite par c
ces d 'imitation. plus implacable prjug6 dci
Etats-Unis, I'urbanisa. couleur ? Daucuns croi c n
des noirs, c'est-A-dire, lenr que les deux races 6volueront
L'ninterrompu vers l e s cae a c6teparas dlement,sat
es Cites, et chose, auo- se confondre, sans s'absorber,
nui, normal et quoti- taisant de i'irtmense conti-
ne. u lendemain de la nentam6ricain le plus curieux
la migration des fer- domaine du Globe depuis sa
S et m6tayers noirs vers naissance, ou' une race noire
Allies s'est accentuee en- et une race blanche se parta-
dans les plus large pro- geront, sans se mdler, le mme
s; asi ben que New- so, vivront dune identique
affirme M. Schael, a ac- vie social.
det u n e population D'autres pensent qu'un jour
de 500.000 Ames et, six l'autre, Iune des deux. ra-
villes, Baltimore, Chi- ces, par des.phinom6nes don't
Ia Nouvelle-Orlans, Phi- il est, certes, impossible de de-
-phie, Washington et Bos- viner la n a t u re, absorbe'a
competent ensemble plus I'autre jusqu'A l' liminer com-
Je2 millions de noirs. pl6tement de cette parties de !a
.i Harlem, dit l'auteur de terre.
fitode, est devenu, au course M. School lui suppose que
dM trente annees qui vien- le melange pur et simple,
Jt de s'tcouler, une vrita- m I a n g e sans absorption
capital de la race noire. D definitive de l'une des dt ux
Vestmfme constituk, selon races par l'autre brisera ce
mill6naire coutume social qu'il appelle d'un nom assez
la race, une difference de gentil, a la barre d 'couleure..
s entire cette population. Mais, 11 ne roit pas i la reali-
IA, les noirs poss6dent A station de cet dtat social ava t
prks tout le sol. ils diri- dte ongues, ires longues an-
it en majority l'616ment ntes. Cependant, il note que,
mercial, ils sont proprie- dA.i, Ion rencontre aux Etats-
eet ont bien A eux le mo- Unis, plus de 2 millions d'in-
ilierde leur ville l dividus issues de l'uuion de
SAuourd'hui, dans presque noirs et de blancs; qu'il v
l leas Etats de la puissante avait, il ny a pas plus de 2b0)
ration de l'Ambriqtfe du ans, des Etats de I Union en-
d lea noirs ont des entre- Uirement habits par une po-
prosperes, ils s'adon- pulation blanche, tandis que
surtout aux Institutions a Iheure actuelle il ny en a
utualite et d'asscrances. plus un seul.
press noire compete 600 La renais.!ace de la race
a r n a u x hebdomadaires npire est done aettement mar-
r I'ensemble des Etats- qdee aux Etats-Unis du Nord,.
a; c'eat encore peu, mais son principal hbitat apres
d~jA beaucoup si l'on '| 2
au peu de temps qui
llecoule depuis que s'est AU I
Snettement ce nouve- U
it de renaissance. Et cette
tilt asse cureulz, assez
Set qui moe bilen .
rofonde, exalie Isprgei. 'K
mgfndeyr, le lp apsl
Sla race 6e soeas le ,
d olell et le cM lami-
la lointaine Afrique.

pa tn noir en quel- *
HJ du n monde wu* i
g toute la race. .
L'-It a a,,

i . .1 P- CAOU S
oii6 cII ap. ,AQUE 9(-


heobs ae auteurr, 4ue IEIT UN ED!
FIs$pet-dtre comauc +*it"

mien: domus. aI
3~done amx IAt@*UIMS
OqPP"" edo toute lagglo-


p


SAMEDI 13 AVRIL 1939


I.
I'


i w- .- M --I .- --A -


Une bonne nouvelle


Devant proc6dtr A 'inventaire complete de son grand'stock
de marchandises, la Maison KAWAS HERMANOS intorme
si nombrense Clientele qu'elle va liquider certaius articles.
Aussi, A partir du 15 Avril c urant, la Maison m, ttra en
venle au rabais une serie d'articles donor voici la listed :
PBIX
ANCIENS NOUVEAUX


Mou.hoirs pour hommes douz.

Chaussettes soie a dessin hom.
Serviettes de toilette douz .

Serviette de toilelte
i handailles de soie tricotls chaque
(.ouvertures de lits ( Itallenne ) a
I hapeaux de laine pour hom.
Kaki blanc et jaune sup. l'aune
Indienne sup. G. larg. I'aune


10,00
8,00
5.09
12.00
16,00
40,00)
25,00
20,00(
12,00
2,00
1.50


7,00
5.50
2.50 -
8,(00,
12.00)
30,00,
12,50:
12,50
8,001
1,50
1 ,


En outre, tous nos tissus serent aussi vendus au prix de
grand rabais proporlionnts ia cenx des articles sus-indiqu6s.
ette diminution de prix, par consequent ce sacrifice n'a
pour bIu que de dimuinuLr noti c stck avant l'inventaire.



Du Lait!... du Laiti.*..


Bnivez plus de l.i: ct e'ous diminuerez vos trais de

L nit ? C'est la vie, c'est la sante.


1313, Grand-Rue.


me -


LAITERIE BAILEY
T616phone 2183.


Ce quii n's jumis i6 hilt
Ce qui ae peut #tre depasse.

Kola Champaane

F. SEJOURNE
Pitpare dens des ', ,eitions rigoureuses
D'ASEPSIIb
I'rep.aration et Vcnle
I HARMACIE F SEJOURNE
Angle des Rues lonux et du Centre.


Les matinees a Parisiana
Avis au public
La Direction de Parisiana avise le public qu'A partir de di-
manche 14 Av, ii (ouiant, les malinics commcnceront A 5
htures preciseset les portes dIu lthale ne serunt pus ouvertes
avant 4 heures. |
-~I


I'Afrique. Que r6sultera t-il de
cette nouvelle evolution de la
race noire, quelle p. rt pren-
dra-t-elle A la direction des
affaires international,
quelles seront les cons6quen-
ces de son intervention dans
la vie universelle ?
Probl6mes I... Et lorsqu'on
se les pose, l'avenir s'envole,
un doigt sur la bouche.


-- ----


Avis
I a Commision Commuale
Rappelle que les ('hbques
emisen paiement d'Imp6t.ta-
xes on valeurs quelconques
dis A I'Admin(ltrnlirn Com-
munale, doivent etre dresses
a I'ordre du Receveur Com-
munal de I'oi -au-Prince.
"Port-au-Princ, Ite 8 avri 1929


DE COLOGNE REINITA
10 A"It


I.,.


IFTTF.
UJE&'pj E T

IIu 1 0


w. -


0, ft,


LA REIElf
1'-FAf(A-Z-VOL' AXI~C
LE L' -Au~


Les affaires
DE LA
Compagnie t6n6ralo
TransatlanUque

D'aprts les statistiques offl-
cielles pour 1928. pablides par
M. Pierre de Malglaive, repri
seatant genEral de la Compa-
gnie Ginerale Transatlantique
pour lea Etats-Unis el ile Cana-
da, les paquebots de la compa-
gnie ont transporld, au course des
12 mois pregnant fin le 31 d6.
cembre 1928, un total general
de 42:1.818 passages don't 186.
692 de premiere et de deuxie-
me classes.
Ce total s'applique au service
transatlantique et au service
mediterraneen.
D'autre part, sixgrands paque-
bots sont en cours de construc-
tion, les plans de quatre autres
sent en elaboration un nouvea i
bureau a Wtt ouvert aux Etats-
Unis, et cinq des bureaux de la
compagnwe ont tW transfers,
dans des locaux plus spacieux.
par suite du d6veloppeinent des
aflaires.
Les affaires It, la Compagnie
au (cOU1S de l'aniiO., 1928, accu
sent unc augientaioni tr' s
nette isur 1927, ela tien juger pair
les iludice,, actnels, I'amint 19129
proinmt di tre encore meiileure

Uii CongIr0 international du cafe
Au moist de mai prochain, w,
tiendra A Ma lagascar, un grand
Congres international du cal'f.
Ce congress s'oc'-upr entire
.utres choses de 'organisation
des magasins gin6raux d& d N-
p6t, des transports maritimes,.
des droits de douint et autresl
taxes d'importation, des tixes'
de consommation, de I'appella-
lion dorigine des succ6danos
et substitute du cafe.
Le Congrs organisera la pro-
pagande mondiale en faveur du
cafe et rechercher a les moyens
de fair interdire I'emploi du
mol caft pour designer des pro-,
duils tie remphlaceient.

Lea hazards
do la politique
Fik contre pi're
Au mois de juin, auront lieu
en Grande BrI tagne, des 6lec-
ticns gencrales. Conservateurs
et travaillisles vont se dispute
Aprement la majoritY.
Ces elections pr6senteront uu
fait assez curieux, c'cst qu'"u
premier rang des travaillistes
s'est plac6 un leader de grande
classes, MN. Olivier Baldwin, le
propre ills du premier minitre
actuel, M. Slandley Baldwin,
chef du parli conservateur.
Pore contre fils!... Bien cu-
rieux les hasards de la polili-
que!...

Le canal du Nicaragua
Bient6t s'ouvriront les tra-
vaux de construction du canal
du Nicaragua qui reliera I'At-
lantique au Pacifilque.
Le nouveau canal aura 300
km. de longueur et co tera 2
millions de dollars.
Ceat le second canal intero-
ceanique que lea Etats-Unis
construisent A travers l'Aminri-
que Centrale.

Cultremce pear lrea PIilles
de Ilimt-Afteile
Demain, A 10 heures du ma .
tin, Mile Clar' Dalencour pro-
noncera A la Maison Martelly
une conf6rence au profit des Pu-
pille de St. Antoine.
Belle conference qu'on ira,
certainement, en foul ecouter,
d'autant plus que le prix d'en-
tre n'est que de 2 gourd- et
la valeur recuedilie deant lre


attribute A I'ceuvre si tile des
Pupilles._

On demand A acheter denx
.aire portes en ter mesuramt
x 136 pouces eateuillures
cbmpr.ise -t-e arroadie.
Adresser oas 2K4, Rue
Thomas Madioa.


iolre_ Il


... a rencontrt la i rue Roux,
autre tois rue iBonne-Foi, un
.eune home qui est rentr#, de
Paris il n'y a de cela qu'une di.
zaine de jours. II est encore tr.s
chic et le soleil tropical n'a pas
encore flUtri son beau visage
brun,ni lan1 ses costumes neuts.
11 parlail cinema et disait
avo;" vu A Paris o Au revoir et
Meci ,. .lu It'ciigage. insistail-il
A caller voir Va. C'est un film des
plus chouettes. On ne s'embote
)as une second dans ce true-
l6. Et puis, vieux. les acteurs
sont 6patants. Et ses yeutx talent
si lumineux de conviction que
NOTHE (EL a pris, lui aussi, la
resolution d'aller diinanche soir
sourire A ((Au revoir et Merci .A
Parisiana.
9
... 'a vu pa-;st, ni.-l.nicoiliqi
(l: S titln e i v iigolt, i bas tlues
itnposantes. Le, paniiloun ilir
s'atl'aissait en :lcc'ordoi sur des
souliers jaiui ns que Ic lnimp,;
avait rids conuine le visage
'uine vieilt, grand'inre. le
clief disparaissait sous tin vast
chapeau de paille qui. des dcux
r6ths, crachait des chlieveus gris
et minces. II s'en allnit Irus triste.
Ma;is il rencontia un cainar(lde
plus jeune et v lu la la ide
des jours d'atijourd'hui. II I'in-
vita. 1is pt (lrcIrent dans un
caboulot de 1endroit. Et au pre-
inier c l a i r in NoTRe. (EIL Vit
I'homme A In redingote if is-
ser dansla voie (lestconfidei'e%*.
... a vu avant lhier, dans, la
niit. A Martissant, nti jeuie
homme post+ danit une auto-
mobile qui surveillait la sortie
d'une femme qui n'etait pas la
sienne et avec laquelle il n 'tait
meme pas en avenlure avec lui.
Sans d(oule il vounit voir sortia
die ses yeux, (de rclle liaison oa
elle availt t6 trotiver son ami,
arin de pouvoir, le ilendemain,
raconter ce q('il avait surprise.
Vilain, tout tde mnnme, NOTRE:
(EIL se voila d'indignation et
jeta un dernier regard au de-
tective inondain, un dernier
regard qui ressemblait Auncra-
chat lanc6 au visage d'un mal-
faiteur.
*
... a remarqu dns une de
ces belles voitures qui decorent
les rues de Port-au-Prince et
qui feraient la joie de ceu* qui
les vendent si elles etaient
tonjours pays, un june hom-
me qut accompagnant deux jo-
lies tilles. Ils clhtcnt assis tons
trois devant. Le leune homme
s'omstinait A causer, A sortir des
blagues, au risque de fairs ui
mauvais coup de volant avec lui,
sans doute, 'espoir de d6rider
les deux vierges inmplacables.
Mais elles, elles etaient inflexi-
bles, inc.ustees dans leur si-
lence, comme deux jolis dia-
mants dana du platine.


L'hmm le plus ie, do mode.
utw lois diTer
En visitant C mst.ilinople,
I'annee derniere, I ,oi d'Afgh-t-
nistan, qui vient d eire drtir6
r une revolution, remit 10 .
frnucs pour les pauvres tde
la ville.
Snr cette somme, 5.000 francs
furent attribu6s A in turc, /aro
Aghs qui, Ag de 151 ans. st
Ithomare plus vieux da ma.ar
de.
Le vieillard ve isa cotte som.'
me aux hommes de lo,. 4.qsl
it avait solvent coanlE mes intA*
reAts. Ainsi, il es4Nlod
trop Agee fe mm Itaii
n'a ps mel do 0 8 ikd
fors qu'il fl ambtnbl dema.
de et il parle de se remain
Lavc uOe jiane turqiue l
chanteet


.. I

"A


bus d1w Miamibeueal.Mal
d'amirt lot pear cocker its prepares
ddav lau M 1-~ V 1ce. a Iles
peaa1I& avenu.v a Visi, me IA%-
querait-om de namber que 1ls
50acm gurs e1l etalar It I161w
de d$ ta 642. 1SAlit el deIN 011.
DIDUT


~


rlly


--- -c-- ----


r


"I


~-~--FC*


. .. I .- ... . .


f * ** ^






LE MATIN 13 Avril 1929


Les meilleurs Pnens et Chambres a air


e


Motors


S.


Port-au-Prince


A.


2379


Phone


Cap-Haitien

393
^QQ,


DERNIERES Nouvelles

de LETRANGER


-----


CutPAulGle PISFI&aM O0s COLDS TSLEGRAPMIIQUES
11 Avril 1929


La revolution
au Mexlque
Ies prtaulioes militaires
A Is fronlitre des EtalUIIJls
SAN ANTONIO (Texas)- Le
gtXnkral Lassieter, commandant
le secteur du 8eme corps d'ar-
inme, a donni ordre dans la soi-
r6'e A un regiment d'infanterie
de Fort d'Arrussel (Wyoming)
de se rendre A BisbXe (Arizona)
et au reste du 7tme regiment de
cavaleritrenforc6 par un grou-
pe dartillerie de champagne de
Fort Bliss (Texas) de se rendre
A liuchita ( Nouveau Mexique ).
Le general declare qu'dl envoie
ces renforts de troupe A la fron-
ticre en provision de troubles
aui poerront surgir sar les con
fins de IArizona par suite de la
retraite des insurg s mexicains
ui se retirent dans l'Etat de
,onorH.
SMEICO On pr6disAit ce
sor dans les milieux gouverne-
meqtaux que d'Mci une quinzai-
ne de lours la revolution serait
4dfinitvement 6touflee.Ces pro-
oputics sont bases sur la lapon
dont les plans du general Calles
se sont realises jusqu'ici.
Les commandants des armies
$ddrales des Etats de Chihua-
hua et de Sinaloa continent A
consolider leurs positions avant
de taire un dernier effort qui
mettra probablement fin A la rt
volution.Le communique public
aujourd'hui au chateau de Cha-
Itp6e p n'annonce rien de sail-
nt. Le Ministre de la Guerre
Calles e-t toujours sur ia c6te
dn Pacifique a Mazatlan, landis
que le garal Cardenas qui
commaude dana I'Ouest ronti-
ace A marcher lentement an
nord vers San Bias pr6s de la
trontibre de I'Etat de Sonora.On
announce offilciellement dana Ia
capitate la reprise de Juarez,
vi le frontidre.
Le journal K Universal )) an-
nonce qu'un nouveau complot


Parnfiana
DOMAIN SOIR
& 5 hs. : matinee:


Lad) arringtola
(Suite)
Le Ptit Pariaot
(Suite)
Entr6e : U,50; Balcon :


1,00


A 8 HEURES
Un film de la vie parisienne:

Au revoir

et merci
joue par Lucienne Legrand et
Donation.
Entres : 2, 3 et 4 gdes.


IUK


centre la vie de r'ex-president
Calles a 6et decouvert, un hom-
me et une femme sort impli-
quts dans la conspiratiou
Le corps de I'Ambassadeer Herrick
eat arrive hier New York
WASHINGTON Le Depar.
element de la Marine a Wte avis6
par le commandant du croiseur
tranfais ( Tourville amenant
le corps de I'ambassadeur Her-
rick, qu'tl arriverait au Phare
de Nantucket A 200 miles de
New-York le 12avril A 6 heu-
res du soir. Le Tourvillet sera
escoilt depuis Nantucket jus-
qu'a New-York par lea croseurs
americains Marblehead .t c< Iin
cinnativ. Le Tourvilles arbore-
ra en berne lea drapeaux Iran-
Vais et amnricain.
Le d6sarnemnent naval
I. Heever est decide deoearr
Ssatialaction 6 I'Amglelerre
NEW-YUIK Le co rrepon
dant A Washington de I'Associa
ted Press declare quo M.Hoover
est dispoes a satistuire les be-
soins de 1'Angleterre en ce qui
concern le desarmement na-
val.
D. Dawes va A Loadres comme
ambassadeur des Elals-lUnis
LONDIitS La sumu atiaon
de M. Dawes come Ambassa-
deur des Etaus-Unis est confir-
iune.
La lerre tremble
BOLOGNE- Les habitants de
cette ville out etW efray6s par
une secousse de tremblement de
terre qui s'est produite ce ma-
tin,la deuxitme en deux jours ;
its ont abandonn6 leurs maisons
pour les places publiques,quel-
ques-uns tuyant mn6me jusque
ans la champagne. II y a eu lou
letois peu de dogAts. Deux tor'es
secousses prtecdees par une plus
legere se sont produites A 1 h.
55 et 2 h. 41 du martin. D'autres
legdres A 3 h.52 et 6 h. 25 du
martin.


A Parisiana
Demain soir, come on le
verraau programme tue nous
publions, on aura, A Parisiana,
une soiree charmante avec
Au REVOIR ET MERCI Oil jouent
Donatien et Lucienne Legrand.
Grande soiree oa I'art se join-
dra au talent pour charmer et
l'esprit et le coeur.

EcMre qodeqnes jo0ts...
... et nous aurons le grand
plaisir de contemrpler, sur I'd-
cran de Variktds, le grand
chef-d'euvre de Leon Poirier,
I erdun Visions d histoire. Le
film arrive, aujourd'hui, par
lec CarimarO de la Compa-
gpieG6onrale Transatlantique.
Rappelous d'aSti e part que
d e... ures Varie-
Afs ir: ;i gt AnsAprA.

A vondra
A vendre une belle collec-
ion de lives broches,ceuvres
de Bourget, Bordeaux, etc, et
ces romaas-cin6.


LE NONDR


Dicts. Avant-hier apras-
midi, est ddcedee Mm V" MAS-
SILLON Coicou, n 6 e Marie-
Pierre hermine Lisebonne Jo-
seph.
es funerailles ont eu lieu,
hier apres-midi en la athb-
drale de Port-au-Prince.
Nous f.vons am;ssi "'ppris
avet iegr A i l ,,'r t S ; .i u.
hi r mniin,. le .lm* V' BRUNY
REFv:E, ,. A\oemie Agqnant
Les It',i r.ile. s set )o t rele-
braee, ce Inai;in en 'e'glise epis
copale el Is corps sera trans-
orte A SaWnt-larc pour I'in-
umation.
Aux families 61prouvbes p r
ces lenil (i us enCvoyons -,s '
blSlceTre' ('Olc(Ioll'de"IIL t'S.
,ARIAGE. .\ous avons re-
uii avec plaisir le I' ire ,i lrt d ii
1n 11'a ,c I, M.1eltle Emmeline
'Y hbaud vec AI Alfred lous
saint Aodl. La lkie3 diction
nup)tiale leur sera donii6e le
uanm di 4 inai prochain eni
'6 g'ise l)aroisssi e de Jac'nel
Nos fielleurs v, ex tie bo
heiur A I u iireiiux cople

Lire en SIXIIEME Page:
Une revolt, des Nolrs
en Afrique

L As ocia'ion drs Membr s de Corps
Eiiseignant
Sous pl)u Aso' nation des
Me'mbies ,u Corps i uiseigi.anul
v. repre dre se, coiltrences iii
ler'ompue4 depuis bient6t 10
ans.
En effet, le pr. sident de I'A.,-
so iatio,,, M. L. C. Lhdrisson,
vient de demander A M C. Wer-
leigh, du Cap-Haltien de faire, A
Port-au-Prince, un.- conference
,ur DMlorme, Firm n et Oswald
Durand. La reunion, au course
de laquelle sera pronone:e la
'onfe nee, aura lieu a la fin d
mois.

LAl iaure Franq ,ic a Pirt-d a -PNix
Pori de Paix, 7 avril,- Cet
apres-midi, a dtd ina,,gur6e, A
Port-de-Paix. la Section locale
de I'Alliance Franqaise. Ce fut
une belle reunion que la fan-
fare a L'Union o 6gayait ses no-
tes alertes et joyeuses. S. G. Mgr
Le Bihain, 6vdque de Port-de-
Paix a lte nommin, par acclama.
tions. President d'Honneur et
Membre perp6tuel, S. G. a faith
un don A la caisse .de la Section
de l'Alliance pour aider au d6-
veloppement de I'euvre.
Aprs 1'allocutiondu president,
M. C. Dessources, une petite tete
theatrale eut lieu au course de la-
quelle, des acteurs interprett-
rent avec talent, La Lettre char-
gde, de Courteline et La Cita-
delle. Trks applaudies.
Ce fut une belle et charmante
reunion.




DEMAIN en Matinde:
Toech de VelIrs
4. et 5e episodes

A8 HEURES
20 ans apres
d'apres I'oeuvre clebre d'Ale-
zandre Dumdas.
SntrAe: 1 gourde.


Quad VOUS AUREZ TOUT F A-i
g VI rnuaa r6ussf. prone .
F aNY poacr tsdjt, ,, ,-,- -N*
Io. oi er~. cik r~ v.
Nam gar~i -motuc.ra
A Focr .- ur ~ p
ta erd~ix,4* c, f nNr
kI a end a Tour trb341" A
3eV ADULTES Is Tuhvr-ewnPiAat p,wrd,i, A
m o.do *oux etCL c~ti. 1,-
Latoammolbp~noeiL 1"
Fieodnmis tIu 1.5. D~pt g&ncral: Ph .FRANY.
I&h im W so4Iiqm PAXI&R. C Ee~ne fW'&W


maL--~3SC


-p 139 Q8UIse gunI j!6!s~p oiis:vshCnp
snbpoqtulovsndgp uj op xnaps d enjdU
'Sol sootj9qua nsp un 1i9 Slmiuaw g,)!PPnI


Toutes les Polices

DE LA




K m


comprennent la Protection centre 1rs

Foudre sans auqmontation de taulN


Eug.LeBos s64%Ju


Agents Generaux


I,


KIi, ~


W-0 9 4 0 o o o .No01


IU~--L- "-~-L I I~ --I--


*rUCIIIILI~CLLIll~clli~- -r' 1-


- -- --


"GOODRICH"


AUX MEILLEURS PRIX


--


PAG~E -2


qauajl--* (oN py


% _


I




1, I I- -- ... --.7 r r ff I-. -- - -


POrt-Au.iPMin
T6l6phone : ZM2


d.CsmI~em


ffaire Antoine (Moussa)
Deul*Bae audleace
--- .-


ds aillant. Mime comn-
poor Ie Tribunal. L'ab.
io reprdeentant da Par-
le Tribunal de Pro-
clneese fit remarquer.
4w d6bats eat umonoto-
de curious, moins
J. audiencee 6tait oa-
obeures precises. Une
ai.,Spolle les temoins.
isslt.Georges Bazelais,
marson presqu en la-
cel* de Jean Grass pere,
pras de la halle 906 de
so Courbe, toyer de
di ler a 2 aoit 1928.
it vu Antoine Moussa
4t 5 heures p. rm. enter
halle maudite. Une pro-
I o d Moassa. Le t lpoin
isaL'a' tui6 MOussa,
Btetemoin, y' ekait r'ste
pendant 5 ou 10'miuu-
Il ny a pas de contusion
lson esprit.
, Thdzan,les cheveux blau-
I, Noo pas sons lea harnais,
'i avait abandon lai car-
I militaire depuis nombre
lgts. Mais, il eat austere,
lie allure... de militaire.Il
comment Jean Grass fils
isa police d'Assorance de
dollars,par I'intermediai-
SEdward lRenaud. Beau-
1 tailss sur la police
i.Rien de precis con-
condamnes- l'accu-
5asseus, pompier,6tait
ieax du sinistre. 11 avait
cs remplis de paille,
a vides. 11 ne connait
Ma.
ic 0uvignaud, avocat,
tone sa$lt en de Mous-
donu ueiqies apervus,
s pu dans son jour-
cernaLikincendie cla-
Ia hbille 906. Plus rien.
nmfrcant Badji a sa
dode commerce situ6e en
cell qa'occupait Mouns
ui ci'tferiat son magasin,
soir centre 8 et 9 heures.
pas do relations voec


Moussa.
Hubert Steel, no sait absolu-
ment rien. Me Francear expli-
quo an Tribunal la presence du
16moin dans son sein. Le dit t6-
moin a 616 cit6, dit-il, lore de la
premiere aftaire, par M. Renaud
aux fino de silver un point im-
portant dans lea d6bats d'alors,
celui ci tendant A taire ressortir
que c'6tai' chez V. S eel que Re-
naud aurait coun existence
de l'incendie.
Le juge Pr6sident considdrant
que ce tcmoin a 6'6 ainai de-
tournA, sans motit plausible de
ses occupations, lut adressa lea
excuses du Tribunal.
Charles Moravia, ne sail rien
de Moussa.ll a eu a mener. dans
son journal, une campagne con
tre cette tentative d'mcendie. 11
ne connult 'oussa qu'une qino-
zaine de jours aprds. Rien do
particulier A sa connaissance
personnelle, pour ce qui a trait
SMoussa. Le len a asilli tWre
pris A la poudre par une ques-
tion de Is defense. Use dam mn,-
tration th6oriqpe de ia part du
t1moin fit ressortir que le leu
mis dana un endroit htrmti-
quement ferm6 peat 6tre teint
par manque d'airet il peut aussi
mijoter,cela depend du materiel
employee. II affirme avoir vu
le sac imib6 de k6rosine, les
sacs de paille, les caisses vides,
etc.
Jean Grass p 6 re est s-
soci6 de Jean Grass fits. Its a-
vaient employ Moussa, qui est
un parent, A raison de 100 dol-
lars. Le tdmoip affirmed qu'il est
stranger dans le commerce eta-
bli d Ans la halle 906.
Et, vu l'beare avanc6e, le Tri-
bunal leva I'audience en fixant
celle du mardi 18 pour la con-
tinuation.
Le pdre Jean Grass promet an
Tribunal de taire venir a( ddpo-
ser a son ills onisque le Tribu-
nal le requiert.
Jusqu'ici, Testis unus...


bhes eleves necessiteux
ETLE

)partementi. de 1'Instruc-

tion Publique


itoat temps il y a eu dans
Sdooles, primaires surtout,
iatants necessiteux on ma-
s Uzqnuels leurs parents ne
venir on aide que
s la ensure modique do mo
s infflsants. L'Etat a ton-
It tt de sippl6eir A effortt
nts et ce pour le plus
a de la Patrie Mon-
rles Bouchereau qui
tout ce quo, pour an
antela Jeunaese,sur-
a'elle est instruite et
a fait rapport an Prdsi-
Ia Rpuablique et attire
on aur la n cessit6
oe aidf de4 plus oft-
6 caU od ns enfants
min6s par la maladio et
5ar a an4 mne a ne
r liar Waim.
ident a, tout do sai-
6Im rarrett- a". s 't
dos Ecda' s q l it
a pris un aoAvel Ar-
M Misre de otnstruc-
.ea exp6di6 t nos
ats et Commis-
snaux, tout en atti-
I!ttention u"r n inm-
a Is lett e qu nous



Istoa sinunaau
oauts dO Commas-
n*tts as d eo


publici au Monitou da



no'etaeion ,colafre.
comme vons le t-
so". appeld6non son-
liadgetls on peon ai-
NsNWm 6 aMa is


tonctionnement d e s cantines
scolaires en vue de subvenir A
alimentation insuffisante des
616ves riellement necessiteux.
Vous n'ignorez pas que notre
16gislation scolaire prdvoit la
contribution des communes aux
d6penses que reclame la diffu-
sion de l'enseignement. e nest
pas leur imposer un effort qui
soil en dehors de leurs attribu-
tions que de leour demander de
rechercher avec nous les mo-
yens d'ambliorer Ia situation des
616ves n6cessiteaux.
Actuellement I'action comma-
sale en ce qui touche 'otuvre
scolaire peat devenir efficace.
Si bier encore, nos comma-
nes ne mo@traient qu de 'in
difidroence o do 'iocompr6-
heasiopn A e'ard deso chose
de Il'enbignmel& I is a a t
Moat redliutAresreipoisabtiti
des charges scolairesil est just
aujourd'iai de reconnaltre quo
beaucoup d'ehtre elles prennent
eoaecinces du r61e important
que lar tssignleIs legaslatear
daI le diveloppomont do 1In8.
traction Publiqne.Elles sort at,
a SOt, da Jar inaction eN s
liv ent dou 'a~tiavii lesa epi
hcreusen. nautr, nouo t
voyons avec satisfaction cont-
buer a rkdificaion d beaucouap
duian ubl pour n
b10L m ct'
so scolaire dans vote comma-
n no, conlornasnot sx prascip-
tious do. l'Art do Mounawse I


m I.. ,oo;; ai'

ce et ea atura povant vou
eimettre dorgeniDsr las scours
poser saas retard A la jio.
nowlawlire Oisbi


Leiaia


Sam WAS= S


PAGE-:-')


Samedi


013 Avril 1929


- --~--R = -~-------- :- -- iL------ L- _- ._---~


I~C --t C-. .


w~~I


CHRYSLER .


Les Nouvelles


*75*


et *65*


aux modes


Aprns qaatre ans de suprima-
lie CHRYILER apporte main inil
tenant au group des voitures
de prix (753) et l65) une diversity de beauty
qu on a j(amais connu
La mode d'hier, encore en vigueur danrs quel-
ques automobiles.purait demodee en le compa-
rant avec son successeur, le style de la Chrys-


S*I f ___


1


echappenl


ler a eitbli des stiles type beau


Sees. el chic.
Evidemment d vue d'wed, bien
que en fail Chrysler soit synonime de perfec-
lion. il est &ri'lent que les notiv/elles(75.uet.65)
ont te4ldhvees d un nipteau de la valeur intrin
sique beaucoup plus ilevie que leurs prixt io
diques on/ pa leur acquerir dans le passe,


FRANCKJ. MARTIN
Agent pour Haiti.
Port-au-Prince
PHONE : 2639


IEmma


Vous chercherez A in'Wressor
lea parents des ecoliers ais4s A
'avre doe charity et de solida-
rite social que nous voulons
entreprendre.Vous menerez une
sArneube propagaade en laveur
de la Caisse des Ecoles, car il
eat indispensable quae outes nos
communes, sans exception, re-
pondent a l appel qui leur est
tlat. Les aulcm genereuses, ou-
vertes aux idees de philuntro-
pie, ne mauquent nulle part en
aiti, il vous aura sutt 'e leur
bignaler 'exittence d'une tell
insulution, qui ne peut vivre
sans leur assistance, pour qu'.
elis mandtestent leur d6voue-
neant a coeles uvre de protec-
t0on de t eulance.
Je sans persuade que vous
mettrez tous vos soilis a orga-
-iser soiidement dans votre
commune la taisbe des Ecoles,
qui ebt appel6e A devenir, pour
Is Departeauent de 1 Insructiou
taubique, uan auxtiiaire des plus
prtcieus, no tacteur de ptemier
ordre daus la lurimation de la
leanesse bhaiteue. L'ellort que
vous coneacrerez a cette entro-
praso do preservation sociAle
waoutreracombien voos etes pe-
atre d la haute pte ort e ac-
tiot quo mon Departemeatl vols
demands d'accomplir a ce amo-
ment decisit de noire existence
natiomat .
Agres, Monsieur, I'assirance
de ma parfaite consideration.
(Signd) Charles BOUCHEKtEAIT


Le 10 sa de la e Cm-ercaTle
de Brutdles
Depuis mercredi dernier, 10
avril. as soul oavertes,e Bu-
xflllea 1i fites commdmorati-
ves du 106me aaniveraire 'de
Ia Fire Commerciale do la Ca-
" pite b Cos fat dureront
'a 24 avril.


9e g0nar d t.sn euwti'
g a&6a
Dos o
vOeaaiet|Jrees' *ar
ta iiuMriel pour Io .mr.
I3 a*ceot canq soci iesdo
tp maartn rafiunurs de Cuba
qi mettent en commuan 3.110.
000 toanm de sucre.
Cut Ie plus grand trust *ta-
bijlqu'sici doans rinduastrie su-
GrM(V


Lri


sea ice

literaire


EN HEMOIRE DU iIAICHAL FOCH
Cest demain, 10 heures 1/4
du miAtin qa'aura lieu, a Parn-
siana, la grande seance artisti-
que et litt6raire organise par
le Comite HaYtien de I'Alliance
Franqaise en memoire du ma-
r6chal Foch. Elle se d'roulera
sous la prdsidence de M Ferdi-
nand \Viet E. E. et Ministre
Plniiputentiaire de France a
Port-au- Prince.
Une conference scra pronon
ce par M. Dant6s Bllegurde.
Le ctoeur des lkvres oe 1 Exter-
nat execulra un chant triom-
phal, La France et une de nos
meilleures chanteuses fer en-
tendre les glorieux acce ts de
La fMarseillaise.
Ce sera une grande manifes-
talton en ['honneur de 'liiusre
Soluat.
Dans a SaSle, la photographic
du marbehal'sra exposeI t.; '
cadre des coulenrs trasnaises.


Le droll

a son


fub
teu


Un curieux process plaid de- ;
vant le tribunal de Dresce in- i
teresse les fumeurs. Le diflt-
rend prit n:,is-ance d(Ins tine
petite localit( de la Sax : un fli- !i
meur ddpourvu d'allumettes
s'approch i d'un pnrsonnage qui
lancait des boulIes et lui de-
manda du Ife. L'naure repondit
par un refus. Le demandeur
traduisil le refuseur en justice
pour lui avoir lt'ioign6 du m -
pris. ,e ti ibunal local donna
raison au denandeur, mais le
defendeur porta I'affaire en ap-
pel. Cette fois le plaignant fut
d6bout6 : la court j igea que le
refuse oppose par le fumeur A
une demand de feu de la part
d 'un autre moigne de FIinmpo.
litesse du prefer, mniis n tim-
lique p)as it minris. Ainsi cha
cun a le droit de ne pas se (I',-
partir de ses allumettes : le pre-
ckdent judiciaire est 6tabli. Tou-
te plainte contre ce droil sl'ya-
nouirait en fine.


A I'Astialion hixte
de I'(Elur t hreticvu
SC'est demain. 9 heures 1 2
du mutin, qu'aura lieu A I'A"ile
Franais, la Iete rcraltive ,t
iittdraire offerte b I occasion d.s
24 ans de tfondation (td I'Ass,.
ciation Mixte de I I'Envre Chr;i-
tienne.
La reunion se tiendra sous le
patronage du Cons ller d'lfon-
neur, M. Ftlix ChIiti prrsi-
dent de la Sociu61 de Secours
Mutuels et de Blicnrfaisance ut
sous la presidency de M. Jret.-
mie et Mine Audain Jardini-,
prsiadent et president (d'hou
.neur de I'A.socialion.
Une Lollecle sera aileu .op)
fit de la bibliotlh que d(. II' ii.
vre.
L'ei-4oaveraear Smith,
adslaisirttear i e Bde au,,
M. Smith, ex'Gouverneur de
New-York, qui fut le candiIdt
da part d6mocratique aux r' -
centes sections presidentielle,
vient d'etre nommi administia
teur do Ila County Trust Com-
pany )).
Cest' une banque fqonde, il v
a trois ans, A New-York.


A ~


Insurance CGo


Une des plus fortes COMPAGNIES


CANADIENNES d'ASSURANCE

sur la VIE


EUG. Le BOSS & Co.

Agents G&n6raux





__________** *;I


- - -


amII mmI


, w1




F. .4- ~ 7 -.---


IAGEL- 4


LE MARTIN --


UCRO DR PBTIT-0OAVK

Le ,< Cercle Petit-Goaivien
S01 GRAND BAL DINAUGURATION

Certaines villas se ressentent membres Theart et Mehu ac-
profond6ment des bienfaits de la compagnarent au Cercle, Mes-
civilisilion, mais de la civilisa- siurs Abel Theart, Victor Tho-
tion proprement dile. mat, Felix Courtois, Joseph Je-
Ilopilal. Service Hydraulique, r6me, 1. Bonlanti et d'autres fi-
Cousti auction de saoptueux edi- gures tateresantes. tC'luit le de-
fices devant loger lea adminis- but de la IAte, ou tout au moins
tration-i publiques, assainisse- uua beau prelude.
went de lu ville selon les r6gles ,Sous le charme de ces distin-
les plus dU luates A I Hygi~oe, gues visileurs, et come pour
rMection des rues, installation revMtir cette reunion de bou v. *
probable d'un Service d'Eclai- ritable caractire, l'on dirigca sa
rage Electrique et d'autres pro- ponate vers ia itene des boia
jels d'embellissement & r6aliser, sons. On servil du thampagnae,
constituent lea difftrents points Mr le Docteur Saint-Louis a ua
d'un programme don't I'dx6cu- tun grave, dans un langagoe im-
lion litltrale fera sortir Petit- pie et choasi, avec le talent et
GoOve des t6nbres de I'oubli I'aplomb qu'on lui connait, re-
dans lesquelles elle a Ion gtemps mercia les dignes visiteurs du
train pour occuper d6enitive- Cercie de leur presence et ter-
ment purai les grandes villes de mana en leur rappelant le mot
la It6publiques sa petite place d'ordre, le rendez-vous.
d'honnPur. Une second tournee. Le pres-
Petit-GnAve, depuis le flMau tigieux Docteur Joseph JerOme
qui. en 1902, I'avait rWduite en prat la parole, el, apres avoir ad-
cendres, est devenue une ville mir6 les multiples qualites des
ncuve. Imposante par sa peti- membres du Cercle et tes nobles
tesse, st-s nontagns verdoyan- sentuinetis dout its soul nn-
tes, Il magnificence de sa baie, bus, leur adressa ses seaucres
le style artistique et la commo- comphlnents. Une troiatiume
dit' de ses masons, sa topogra- tournee de chauipagie. Mr l'tio-
phie enn in mot, et les charms notable Ducteur Jusun Faublas,
secrets qui tiennent les visiteurs Pretet de I'Arrondisseineut, soe
et extase, Petit-GoAve est sans lit eatendre. L'on causa, I'un ri-
conteste une ville de lnmiere. gula et I on se skpara. By-bye,
La formation r6cente de deui by-bye, A ptlu tard......
SociLtMs d'Elite: Le Club de Eutin, lou ala. par triomnpher
Petit GoQive ) et a Le Cercle de la longueu, du etnps.L'houre
Petit-GoiUvien, lesquelles vien- tdtale souna et i on tui pouctuel
nent de s'atirtmer d'une taqon si au rendez-vous.
grandiose, la premiere par son Quel spectacle attrayant qua
durnier hal travesti, la denxieme le local du v.ercte, ce coquet edi-
par son grand bal d'naugura- ih;e, au style luoderue, artisti-
tion, permet de pr6sumer que quemLnt decor aux couleurs
cltt ville sern toujours resplen- untonaies et doni le frouion ,
dis,,antt de gloire et de beauty. porte cette signiticative devise: i
LU contemplateur qui 6crit ces nion-flonneur iPatrie I...
lignes est oblig# dc s arrter un t.oumbien on eat reinpit d'ad-
instant pour presenter ses excu- in ration devaant ces geutliaenu,
se Al I'inttressante Socit6 Petit- ces tlega is cotmuiasaaies, ve tds
Goitvienne don't lea membres de Snuaung, qui revouvent les
distingu&s et modestes peuvent iuvies avec une couaoisie vrai-
se seitir froiss6s de ce mtdio ment digae d'eloge I.....
cre f~i;e. C'est A son esprit d ob- Le Cercle est arcm comble.
serva',3on qu'il doit d'aevoir as- Onay reinarque entr'autres per-
sista nu grand bal d'inaugtra- souudges disiingues Le Mnais-
tion du Circle Petit-GoAvien tre des Finances, vlr Joseph La.
don't !e succes marque I'une des none; le Chef du Caamtuiet ar-
plus formidable tapes que acuiieril de e ion S xcetience le
cettl ville puisse accoumplir dans Peaeidenit de la Repubiuque, Mr
sa marrhe vers le progrts. t.uc Boruo et sou etinl4btie
C',tait le Dimanche de PAques, spouse; le Chef du Protocole,
jour suint et m6cmorable dans Me Abel Ttieart; le tCief de Ui-
Iuunivers clihrtien. Le bruit quo. vision au Departemeat des He-
ou ( Cercle PetitGiUoAvien A), il lations Exterteures, Me Felix
devnit avoir un grand bal d'i. Courtots; le Chef de Division aau
inauguration, avait conduit A Departemnent de I Agriculture,
Petit-Go.ve un tas de jeunes Me Victor 1homas; le r' let de
gens des deux sexes, don't le va- I'Arrondissement, le Dr Justin
et-vient continue, la delicate Faublas; le Juge Chariot; le Col-
beauil, la gaiety moudaine et la lecteur de la Douane, Mr Many
miLs finie, ecveloppaient cette et sa lamnite; Ie CapAtLine Sven-
ville d'un veritable air de ttWe. son; le Lieutenant Ulinan, I Oth-
Des huit heures du matin I'on se cier Sauatre du Distract et son
voyait. I'on se reucontrait, I'on assistant; lea Docteurs C. Rt. Ta-
se revoyait et I'on se s6parait turn et J. Herndon, le Club de
toujours sur ce petit ton : By. Petit-GoAve en la personnel de
bye. by-bye: A plus tard, A. plus ses reprbsentants; le President
tard au oCerclePetit-GoAvien Louis duatioux; le Secratare Lai-
... C4tait un mot d'ordre, ce dovie isgaud; le trdsorier Phi
lamincux reudet-vous. lippe loembace el les menbres
Limpressiou qui se digageait Gaston Dambcevetle, Mysrlhs
de cette atmosphere de iovialit6 Brignolle, Michel Lamonga.etc.
,tait telle que, vera 2 heures de etc............
rapris-niidi. Idi pent-dtre d'at-
tendre, impatients,- les heures
s'coulant trop lentement.- Les ( l.ire Suite en 86me page. )


U=M

grande Usine

a caf6


Notre confr6re, aLes Asuales
Ca poises, relate que MM. Vi-
ceng &C ont 61.tR. au tap-
Haltien, one grande usine A ca-
We. Elle pomade 12 machines
puissantes mous A '6lectricit6
et pouvaut, en 24 heurme, laver,
s6cher, d6cortiquer, pohr et
trier 200 sacs de cafr de 160
lives chacun. Soit 32.000 hlvres
par jour. Liusiallation a coOtI.
rapporte notre confrtre, 40.000
dollars. M. Vicens possude une
aUine pareille A Porto-Rico.
L'usine du Cap a urie succur-
sale au Limb6; pendant Is r6-
coltc elle emploie 150ouvrieres
et elle est, dans la region, la
plus acheteuse de caf6en ceris*,.
C et tres bien de voir les ca-
pitalistes, peun A peu, p endre
ia bonne decision dengager
chez nou leurs capitaux dans
(e grades Entreprises indus-
trielecs ou commnerciales.
Si ce mouvement s'intensi
fiat, se gvnlralisait, ce serait
tout profit pour le bien tre ma-
teriel et li prosperit6 economi-
que de notre Pays.

Boann reco uper
est promise A celui qui rappor-
term aux Bureaux du journal,
une chain de miontre or et ar-
gent perdue, dimanche apres-
midi, sui 1- parcours du portail
de LUogAne.
Por:-,ju-Prince, 8 ivril 1I20


SV;IS
Mnit .* n lice itii elle a transt6r6 son
etablissemiient au e.hamp de
Mirs, A 't tree de I'Avenue
Ducoste.
L.' h',bi menit s'appellera
ivsor naiB;
\\ \it IOREL PLAZA
Tlhpb.n*- :209'



Avis

important
Par i prisente, le pIbli"-
'n, patii icilier el le Commerce
'n gn1e1'Il ent rvisy< que'
I esiuto.igne devar t s'~bsei'tce,
son fils donard Jabou'
Khawly. est chsrg de la pro-
i uration de so maison it-
commerce. Cependant il rest
entendu que .a signature,pour
ti-e valable, doit A e ct'l
louuc avec celle de Georgi
Jabou Khawly ; ce A partlir
du 6 Avril couran'.
Port-au-Princele 8 avril 1929
4 AntoineF. KHAW Y,


Panama Railroad Steamshiv Line

Service de Iret iel de passagers entire
,NEW-YORKIITY N. Y. CRISTOBAL, L.ANAL ZONE et les PORTS do Ia COTE
OUEST de I'AMeRIQUE do SUD.


plus raplde.it le pit sdiiect service de tr aispmrtdepassagers et du tr&t entire Haiti-
et les piors Europ~ens via New-Yord el Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama.
Voicl la liste de nos agents piur les principiux pjrts de l'Europe :


Mr.% 0. W. SHRLDOM&
0 FRA.ICi
In. SNEWN A ca sent reprOestlk:
Pesr If* malans Olvastec:
GWALTLEY UANNIEY SL('o
21l~uedte ha Rt.poibli.pe
blirei~ile
thpInrw I'aEicm& Cie Lit
53 Qusi Georges V
-Havre
IIjjRiEu PERoN & Cie. I Idj
Rue du Moulin A alwipcti
Bon Iogns/M c t
1IIAN t'HIYEMLIN C(:W ItI


H~EE4.0PrmnoN C.L" d
Rne de la Tritnquiliit'
Danke 1 e
RhinO cPvnom"Cie Ltd.
Rue Roy
o1'deux


Z~oos.. VeAme
Co -17 James Street. LIvERPOOL, EmaL&Yn
COp ENHAGUE
I .Danemark
IMr&. E. A. BIENDIX 8CCO.
21 AlAciigade, Copeahague
,GENES
Italie
Mrs HENFUCOIR& CLOSW
Piazzaa S. Matteo. No. 13
(;enva. Italie
0S!,o, NijitRwAY
iffteruational
Speditiousselskad
H&V130mtRO, (i'j~
N1 r11. Vogeninnn

GI.TToURCIE SW%.-FDZNo
Nordisk Exprews'
Gcuttemhurge Sweedc:o
R1OTTFRLW.M, I AOL[ALNDI
Mr. H. Vogelanan
fRoltudani, Iollaudc


ChangemenL d'adnessO
La. Kisnko(',. L. 1. lHltET
Infurine sa 1hotl:-~i'ue C' i-
enicic pi se, ; -tet-h-' ot e16
transf,te'sa:u No de I I
rue Fhomas .',dii c vant
rue ties Fr'o2. --F p )-
comp, ).is tItr., Ii r k~ u C
tr et la Graiid'1Ime, ,re'cq 1jeij
face de la 'Maiboa Juseph Co-
Iatrellix;
Coupe 611gantC', sin et
promnptitude(le (tai s I.-\Cltoflo
des travaux (1W seront. cotifits
A la maison.

awi0te lient ideI'IAili;i uc rt i~iq-mi
Les Nleinres (IhoTIimmI les
Membresactions l: 'I'o'ni'i es
'es lib ll) Iis,' .,i11 4.4w I.11cilent
inv;Ws a notre s&,ln. 1tUSpeciale
organisee e lli(JiliW1iI' du
Mart chat IFOULI

Nienbre (le notrt'(oiisc, i dad
min is ration fur 111'e Co)"il6-
La Seance aura lienit :Plari
sitna. dinanche proclain l, 14
av'ril~A 10 1 '/4 h, tires
Port au-Puince, le 10 avril
1929.
Le Secre' sire 01& ral A jt~int.
1). MASS -.N tL



*'Nr Juslin .Jus'teL.iise
donite avis an )ubiic ell ge-
nkral et aatiComi n c rce tLnpa r-
ticulier, ainsi qn'i'a sa bienveil-
lantedlientc, tan (de la (,a-
piialc quc (de la Provinice (julli
a tiansfcr6 sm~t.A tclier d'6-
bk. istericeci de 1 IFou ita l'a I
Rue du Magaisin de i Elat N o
1518. faq.&de oiuest, tout. p rc
de la B~nquc Nai, -aTe dela
Bitpubliqtje d(ihili, maiSOu
ant.iennem i~tt octt, p~e par~r
Staude.
On y troiuvera to, J(JVs les
mdmes soins.
Port-au-Prince, 10 avril 1929
Justin JUST


En vente : Pharmacie Bourraine, Pharmaie CommerclatelWl
a Port-an-Prince ; Pharmacle Brutus Jdrmime]J
et toutes autres pharmacies


!OLYNOS ptotage centre lee maum
V de dents, la care et la ingivite.
Un centimetre sur une brosse otche
suffit A d6barrasser la bouche des
d6chets de nourriture en fermm.
station, A dissoudre la pellicule et a
dftruire les germes devcarle.
Essayez Kolynos aujourd'hul
meme et remarquez la d6liclase
sensationdepropret6etdefratchout
qul vous restera dans la bouche.

KOLYNOS
* CR.ME DENTIFRICE


I!


ALUMINUM LINE *
1t11 Whitney Central Building,
New Orl6ans, La U. S. A.
PROCHAINS DEPARTS DIRECTS POUR PORT-AU-PRIClCl
Le steamer ( Sassenhe a ayant laiss6 New-Orleans
Avril courani sera aux Gonaives le 12, A Port-au-Priat
el continuera pour Petit-GoAve, Mirago)ae, Cqyesel.
pregnant du tit.
Un steamer laissera New-Orleans le 16 Avrit'
pour Port-au-Prince et les ports du Nord.
Ce 8 Avril 1920.
A. de MATTERS& o -
AemTs Gt*ntRAUX


sa compensation inail chaque pes
pour compenser les accidents pers(


Cheque ch;se, ici-bas a
devrait avoir une Police
ou de lei.
Les police's de la


garantiront votre personae centre les
chaque pas, votre automobile cobtre
veillance dommages causes Ai autrui
biens, vwtre mnaIson contre I'incendie
loudre.

Veuve F. BERI
SSOU-AGENTS
Port-au-Prnnce: 0. GILG
JUr6mie: JEANEIBLCHET Mi


accidents qui v'us "
collision, voI, (feu,iou
dens sa personnel oun
et les d~gats causes


MINGHAM


ragotae TOVAR & Co


r~im ~chic ]Restwinr'f"de Icy choir. ob Imontranvwe A tonfri ho-le'i e'kfnIfl
les plus. d~licales. SaadWiches sans parells Mm A r &Is P"100~o.


U U


General Accident Fire & Life

Assurance Corporation Ltd.

de Perth & Londres


__I_ __


10---


I I.. -..


_


%b


1:1 Avril 1929


r


0





L. ATN 1. 12 .. ,,.I


1~1- ---u --


Toutes les Dimensions

Pour CAMIONS

et VOITURES

en Stock.
--*oo*----


Toutes les Chambres

GOODRICH

sont

'HEAVY DUTY*
-0oo---


S Goodrich.
ilvertown
Aai' Rat CoiM Tan
VOTE OPINION EST SUPREME, MAIS POUR APPRECIER UNBON
PATE, IL FAUT LE GOUTER.


Arlhe~le~z C" Godr*ch"


I -


HAITIAN MOTORS S.
DISTRIBUTEURS POUR HAITI.
PORT-AU-PRINCE,
. r


A.


CAP-HAITIEN


~---- -- -I


-- -0! t Oa1IL


o-<.. 7


1

2


)

1


I
E


I..

q~.
1.
~. "I


4..
4.
I






'a
q
L


a


c-*--c~--,


I,,~, __ I Ye ~Y


DE PLUS E PLUS
LES NOUVELLES VOITUIES ET CAMIONS des GRANDS
FABRICANTS SONT EQUIPES AVEC

Les PAS e( les CHIIAMBRES

SGoodrich

BilvertoDwns
Sans discernement toutes les Marques de Caoutchouc subissent
des epreuves severe: et le choix de GOODRICH
a une signification double
La Quality et la Valeur deC a Voiture sont-encore augmentees
par I'Equipement des PNEiLS et des CHAMBRES
Le Prix d'achat de la Voiture aussi bien que le couct d'Entretien
sont reduits au minimum.
XAMINEZ VOS PNEUS et iC H A M B R E S MAINTENANT


-;--------- E~ ---9- -9- ON- 51 wI--


--


-IILT --- --- ~~. ~- L


Y


LE MAr'lN -- 1.3' AvRIL 1929


PAO.""I


- - I


ii


I





.l .


** -.


LE N4A'TlN- 13 Avatil 19%


JUBO


r~eduqueo lInatestin


Po ozr res
Constipation santo pre
En't6rite soir en cc
VeratigesA
Dyspepsie
Migraines
I* uFJao lri l Idsk
mu tomi .p..nu..to
1-;t giio:morte ic.r.u
spine ..ritnlbe chi
0elivoti~i-vriucnen
~'A.~'~-eati CATELAINqkst fa
V .jto des t'i e fl aw8 PUrlEn 400. %di

t~i o Pq.Iil tR~anokeur do Vintostin


RCKO DE PETIT-9VIAVE U


ILe 'Cercie Petit-GoavienP
SON GRAND BAL [IINALUIRATIONI


S 17: J dea 4mr Pgiye.
I .es salons du Cercle, orn6as
on quelque sore de ces chics
invits don't la tenue eat impec-
cable, tout rayonnants de beaut#
anus la vive clarlt d'une lu.
miire 6tincelante, oflrent aux
yeux de l'observateur un effect
des plus pittoresques.........
Murmur .......... Chuch emens
.......Silence........ La Reine an-
nonce son arrive e. Le Ch.impas
gne est servi. L'Hymne National
ast execute..... Recueillement.....
L'Ilonorable President du Cer-
cle, M. D. D. Brignolle, bien
camp daus son embonupoint en
face de I'Eminent Pr6sident du
Club, impossible et troid, pro-
nonce un discourse qui se recom
mande surlout par sa aimphlicit6
et l:i profondeur des id6esa. Tan-
tot charmer tanol .mp6rieux,
ii passe en tevue l a Circons-
tances A la taveur d'esq elfes le
Cercle est fond&, les ditflcullta
, presentes et futures don't i'oeu-
vre est grosse, certain points
Sintressants des status et le but
de la SociAtt. II termIn e en re-
merciant lea invites de I'empres-
sement avec lequel ilts rpondeat
Sa son appel ,el adresse un merci
special aux membres du Club
Sde Petit-GoAve don't le d6voue-
nment d6sint6resst et Ia courtoi-
Saie prouvent, dit-il, que lea deu]
Cercles doivent ftre en com
inunion d'id6es.
Vita applaudissementq.....
Le sympathique Mr Bontoux
St'rsident du Club de Petit
GoAve, pour et au nom de
membres de cette Sociktt, dan
le verbe Iqui lui est propre, ini
provide un brilliant discours.
est tres flattf de I'aimable invi
station do Cercle, tres emu de I
cordial reception don't le C(
Smitl est I'oblet el tait allusio
Siux diverse associations tai
litttraires que mondaines tfo
Sides A Petit GoAve et qui n'oi
I v6cu que ce quo vivont le
roses P........... II flnit en consta
tant que Petit-GoAve 6volue
o en disant Iormellement que I
deux Cercles doivent marcher
S" main dans la main s. Appla
dissements trtnetiques..... S
lence..... Clkapt Ntiaonal..... R
(' ueillemedt.. hutehottements
Le Jazz... Applacdissements
Le Chef de r rchestre, le tale
tueux Andr6 Isidore, avec ordi
discipline st .mattrise, comment
l'ex6cution d un riche program!
me ou Fox-trot, Blues, Chark
ton, Valses lentes, M6ringu
etc., se disputeat avec l6egan
la doxtlriti et lea grices (di
dausaurs.
On damse perdument .....
SOn flirt Alrontement.......
On nest pas moins gai di
la cour don't ls d6cer rapper,
on no sait quoi de fWrique q
SIa plume sa retuse A decri
parce que c'esl an deasus
Imagination. On y voilt ne
rie de solies petites tables aut(
desquelles, hommes, temma
garconnea, flllottes, jonei,. c
sent s'asm enaL..... L'i I) n
ptonnoses m aniflques" V
Stiles sot A )auteur dJ. 1
acbateur(.... "
11 eat minuit presque. I
|e v agitatlo s'empare de 1i
Sssltance. Tout le monde est
| houL QsalepAme-t-il? C'est
SaSi)tsa Influaence de ses in" i
tions d'Artiste t donaat 1u


course aussi A son imagination
vagabond, vient d'ex'cuter une
production populaire. tries en
honneur dans les reunions dites
P'ST .....production q -i tait for-
tune pui-q f le constitu, part'e
;ntgante du repertoire d a
meilleurs J 'zz que I'on *' n-
naisse. LOrches re joue donc la
d61iranie a P .. P .... pas 1 d, -
dans... )) qui revive Ie coe ir des
blas6s, deride les visages lea
plus aust6res, amuse lea indifl#-
rents..... C'est le comble.... Dan-
seurs et Musiciens cont iniati-
gables....
Et tlandis que, sans distinc-
tion aucune, les plus jeunes
comme les plus vieux, les fou
gueux comme les plus indiff.-
rents, extasiks du plus profound
de leur tire, se laissent prendre
dans le tourbillon des plaisirs,
le temps come pour prendre
sa revanche et prouver qu'il eat
un grand inaltre, recouvre le
Cercle de son manteau sombre.
Silence.... 11 est 4 heures du
martin. leure fatale. DebAcle....
DWcouragement... Calme... Poi-
.n6es mains.... S6paration....
Blotti dans un petit coin, rk-
- veur, lumant et voyant se dis-
siper dans les nuages de sa deli-
\ cieuse PANTAL les b'ouillards
de ses pensies chimeriques, le
contemplateur, averti peut-6tre
Spar ces a vapeurs 16gtres que
,aurore soulive a, se surprit A
- penser. A mediter....... lonteux
Sde s'tre laisso aller A cetle ob-
' nubilation des sens. il disparul,
I se promettant en guise de re-
p pentir et de satistartion, d'ex-
i. trioriser sea sentiments. de tra-
I duire ses impressions. II vou-
._ drait tire potte, s'elever an peu
n au de us du vulgaire et s'expri-
,t mer dans un tan age qui fit du
. style po6lique. r ais, Hilas I...
it S'l a les aspirations du poetc, il
es n'en a pas la muse. Lea amants
a. de la poksie lui pardonneront
et d'avoir d~crit ce bal du a Cercle
.e Petit-Goftvien #dans un autre
sa qenre, et dans un genre si md-
u- diocre. El pour terminer, il en-
;i voie sea mcilleurs compliments
.- A l'initressante jeunesse petit-
goavienneI el aux dislin uls
i membres du A Cecle Petit-Go,-
n. vie. V
re II1 souhaite en outre que la
e prochaine Mlie th6Atrale que le
Cercle doit donner au profit du
s- TheAtre en construction sit le
es, meme succis et que brille tou.
les jours au trontispice du local la
tameuse devise :


UNION...HONNEU.RT..PATRIE..
CONTEMPLATEUR.


CONSTIP ACTION





%' KnPtJ~fiPROkf~i~~JL?
oomrwi~V mammi4~U
insPT .CI .
a" r *- l-"V'J~ Phamai
a00N 'o',';:':L;'~~


Elle a


Notre confreire LE NouvrFi.
LISTr, de la (iuadelodupe, en
son edition du 7 ma's 6coui&,
no110s apporte une bien grave
nonvelle ( Le travail force,
an'once notre confrdre, vint
tde provoquler, en Atrique-
Flquatoriale Franqa;se, une rb-I
Ie d, s ,oirs dtic aux exmc-
ons desg andes Compagni, sI
qii, exi)loitant de vastes do-'
maines, ont besoin de main-
d'ouivr'e A
(La revolte,ajoute Le Aou-
velliste.revet le c-ractere d'Wine
veritable insurrection.. Dans
la region de Fort-Archam-
hand, des noirs, ayant refuse
de se laisser incorpo-er par
force dans les contingents de
travailleors, se sont souleves
et out mis en diroute les d6ta-
chements employes au recri-
tement. I)'identilues soul6ve-
ments se sort prodoits dans
O'Ouhagu:-"hari. dans 1.s r&-
gions de Boali,Bouda-Bozoum,
Omnt ella etc. ofi les indigenes
me- Es A la chicotte, tortures
el mis a mort pr centaiues,
se sont revoltes. Mehes a la
achicotht ).p' cssur'es d'inmp6ts
decimes par le port.ge. le tra
vail force. la conscription, lei
prestations et les brutalitcs
les noirs se sont anssi soule
ves dens la region de Poali
Rossembill,Bouda,LaI (Tcha(
Yaoundi, .arnoi,Baboua (Mo
yen ongo ) et de Bozoun
( Oubanghi-Chari) Les revol
tbs ont coupt> les points. fsait
des prisonniers, organism I
resistance ).
A ces graves information,
Le \ouwellisle ajoute des d&
tails terrifiants et des. tkmoi
gnages terrible de I'ktat (I
chose subsistant en \friqu
Equatoriale.
a Tous ceux, dit itl, qul. '
'emps dcrniers M. Andr
Gide qui a accrit un ouvrng
sur I'exploitation des noirs e
Afrique, M. %lbert Iindre
qui a fait paralltre dans Io P
tit Paristen de retenlissa
articlQs d(i reportage .doti
{ sudt--,nl ,tisit4 LA(riqL
Equatoriale Ftanqaise, n*o
pus manque de signaler 1
pires sevices et les pires br
talls auxquels donne lisep
re e cment Itrposx pr le tr
vaid:tt. i6 1
tel age ouelre'ion d(
fournir un nombre d4termil


tent aux villlags designs,. en-
r6lent les hommes valides a
la trique et violent les femmes
isi$a nce, iesta e 'e iplotI
primitive qul met au pillage
et A feu la region ou le vi lla
ge resistant.
Des villages enters senl.
pT7's le passage des recrn
teurcs. privds d'hommies v ii-I
de. Rien que pour la cons-
truction du, chemin de fer


aer on bonne
-en c2 oqiW
-wmpridmdod
USOL


Is c..wpation b Sto
*o inemdiuqQe 6no!
dti I'almr-alter)CS Oe
qfi e (efqra ui fll gIc u
ppS Ile Is, *rwltam.
le &acalp Mcawedmtehon
uilmiquf. EMi *nila..I a
,tome do Is. conins..
unwl des vJuoAI. t~.ies

,'4d~e rale 4,. lb


L'


Les vraies huiles de beat


Remoeroloment
Mme Vve Fits Aime Jeanty
et t. enfats, Mr e Mme Char-
les O.Jeanty Jeune et entants
Mme Vve Occide Jeant pire.
Mr et Mme Occide Jeanty el
enlants, les tamilles Jeanty,
[limbtrt, Lubln et Doncet en-
voicnt leuws ties sinc6res r
Smer Iments A Son Excel ease
, .,e isadent torno, S4 Grt.-
(leur I'evMque Carson, le p6i
D)orican, les religieuses de 1:
SSte Trin t6 et A tus les anmi
tia t de la Capitale que de Is,
,province qui leur out temoi
Aue de la sympatbie Al'occa
'.on de Ia mort' de
Sils-Aimd Jeanty
tur tr6b regretted epoux.pkrt,
ilts, petit fits, frere, neveux,
cousin et allied.
Ir-au-Prince,le 11lavril 1929

Auto a vendre
A vendre une voiti re Over-
land en parlait etat et avec 5
pones neuls.,
S'adresstrau (Bazar O,'6on u
J. KARAYANY
Angle Grt.nd'rue el Rue Ferou


Congo-Ocan, .le recrulement
d(e la mnin-d'oruvre forc6 a
enl've -ux villages do Hout I
Congo et de l'O;ibangui le 1/5 t
de Ilnr population male. D
Voici un tlmoignage in- C
contestable fourni pnr noire C
confrtre et qiii fut cite par.M,
Gide C'est le Ralport d'nn
Admi' istrateur qui dit : iDe-
pins plus d'nn an. la disper- ,
sion des tribus est ernmmen-
cthe. Les villages se d6sagr&.
gent, les families s'6gaillent,
chnrnn abandonne sa tribu,
son village, sa famille et ses
plantations, va vivre dans lal
brousse, come un tauve
traqu6, pour fuir le recru-
teur )
Au snjet de la construction du
chemin de fer Congo Ocean.
notre conf,'re rapporte : IIl
s'agit d(e rrer un chemin de
fer reliant le Congo ~la nmer,
des milliers et des milliers
d'hommes sont scrifi6s A hla
realization dtie cette vo ferree,
au point que M. .Antonetti.
gouvernewa, a fai' la d6clara-
tion suivante: 11 faut accep-,
Ster le sacrifice de 6 A 8000
1 hommesou renoncer autCon-
go-Ocean .
De son ,e6tt.Mr Pierre Mille
a Ocrit dans un journal co-
d lonial de Paris: ( Si le tauxn
de la mor'alit se maintient.
nIl'ach6vement du chemin de
fer cole, a I'existence de ah
S9000 noirs. ))
a Dautrepart,M. \lbert Lin-
dres a rapport dans un de
s. ses art cles re proplos que lul
- a tenu un colon de I Afriq-ie
- Equatoriale; ( Failtes tirer
le avec ce que vou% avez sous la
e main hommes, entrlnts, fem-
mes, meme si celles-ci ont
es une gosse dans le ventre a
re Ce sont Ia des tiits deou-
ge rants, ils seraietI incroyables
!n si notre con 'ere ne tournis-
s, sait des renseignicments pr6cis
le- sur le sou'6veme'nt tes p),)U
ts latiois noires provo'lU# par
u: pes tnauvai.tryaieminents Com-
Ic men qrnire. et iet A qn'au
nt lendemain de la 'plus eflro
es yable guerre de I'Histoire,
u proclam6e guerre de la Liber,
Ie t6, pendant laquelle ,s trou.
a. oires upk vwr abonu-
d% ment leaur aiv qiv


Nous d6sirou 'vowriuna
demoiselle, sachant li St6no-.
araphie tranpaise et anglaise.
S'adresserA :
MOHR & LAURTN.
Port-au-Prince


WV',


Avis
L'Orpheliuat de la Madeleine
done avis aux int6tessis que
la rafle du couvre lit aura lieu
aujouid'hui 6 5 heures de
Ilapr6 -midi.

Ceup#gie G&aOraie TrmatisatiqmU
Le steamer acorisb part
de Bordeaux le 10 cour nt est
atterdu le 26.
II partira le mnme jour pour
Santiago de Cuba et les ports
du Sud.
uLa suite de 'itin6raire ira' I
fix6e a I'arrivee du paquebot.
Port-an I'riuce,le 11 avril 1929
h ROBELINI& Cie, Agents.


Avis
Monsieur Mondor,Moise,
proprietaire dempurant
Gros-Moe'ne' ( P tioh-Ville)
Savise le public et aux autori-
tes.qu'un cheval borgne,cot-
leur souris brul6, a 6t6 tgar6
sur sa propri6th sise a gros-
morne. Le dit cheval porte
les initials C. E
Ce 11 avril 1929
M. MOISE

1 vendre
Uncoftre tort marque tran-
Vaise c Bauche .
S'adresser A:
Em. CONSTANT
Chez Alfred N. Co( iKE
Rue dii M gisin de IEtat.
De midi A I b.p. m et de 4
A 5 p. m.


-- -


Grand H6IeldeF


NOUVEAU SER (

de RESTAURA

Hours d'CEuvre va id

Plats du Jour

D ,sert ,


Le tout nour G
S1R N TJ5 SOGl MF1S CTIOsIS
P""K PhThial


ie revolt des noirs

en Afrique.

6t6 provoqu6e par le travail forc6


___~_ ____ __ CI __*__ 1____ __C_____ ___ _~ __ ~


__


~C1 ~C~~C_


I_ --


.mmmmf


_ __ 1_1


I I -


-IL -


cc


21



al
to


,-


es-ea'yest le tayes se lrter
ves qharmes maIrels.
,'Age est on defi a !a beauty
La teame d'aujourd hide
)ou 5,ians refuse de laiswr
Ms ancs qqu rf leur bealtt
lies pr1 en,~Jr ptcip
inmplexion, premier moyen
e conserver la beauty.
Ce que voes devez faire
Le matin, le midi et le soir
vant de vous mettre an lit,|
avez-vous la figure et le con
vec le savon Palmolive en
aisant bien p6n6trer sa
nousse dans vos pores par un
massage de vos deux mains.
lincez-vous enmuite a ec de
eau troide. Schez vous com-
pl6tement.
vilez eette erreur
Ne vous servez jamais de
savon ordinaire pour le tral-
ement que nous venous de
vous indiquer. N'allez pas
croire que tout savon vert o6
ceux vendus come taits d'o-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs