Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04144
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 4/06/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04144

Full Text




', 4


mient Magloire

,RtME AMICAINE 18I=

TXLBPENX Us 3j3


. e eAVigE N*6661


PORT-AU-PRINE (HIT)


SAMEDI I AVRIL 1929


- --- -- -r -~F i-- - ----L---- -- --


r d Tsa4 *4 du Imatram...


La Croix et le Faisceau

0 Paper et Faesolmneo pourroat ie vivre
agemp a om bonne harmonie?


SUITE ET FIN (1)


I admettons m me que
Isme et 1'Eglise, par des
is6quilibre, de me-
Sde subiles eombinai-
Srussissent A r6gler leurs
prts dans une politique
teelle bascule. La ranvion
r smodus vivendi sera
) cas que les deux for-
s jeu paraltront toujours
r l'utie l'autre pour
proprcs fins. El ce sera
e suspicions da:us toute
D catholique interna-
de. Ricn, en eftiet, nest
d6iicat que les relations
tirltael et du temporel.
1 le Vatican don ne Ia
fdneapparence .e servir
I6ame et I'ltalie, il pro-
emra use reaction certain
ties autres peoples catho-
is qui chercheront, par
Intertionalisation com-
e du gouvernement cen-
d IT'Eglise, de l'arracher A
iatssalit6. II en sera de
w i l'ltalie et le fascism
aBitre le moindre soup-
J- se poser en protecteurs
etican. En some, le
Wdre geste qui pourra etre
rprit comme un abus de
vir de l'Italie A l'6gard
so, de mmem qe la
Iif partio1k d tW"1Q
r de 1 Italie pdurra
p a r reaction, non
I(t un pontife 6tran-
*li aussi, comme cela
dans le monde or-
[ -t pour les memes
-ila creation d'Eglises
pstles.La grande Eglise
ris de Constantinople,
I qui a domind jadis la
6 de la cbr6tiente, nest
Iille here nue 1'ombre
oiabre en raison mvme
Icomplaisances e vers
u le nation, une seule
)1A grecque. i ,'est de cette
t, on le sail, que sont
le s Eglises nationales
lle, serbe, russe, roumai-
il. Et c'est galement
Coltee mme erreur que
aaud j)ape que fut
I, sur son lit de mort,
soae garde ses succes-
Ur proph6tisant que par
nee A Rome du pou-
et du pouvoir pon-
.tl'unit6 catholique se-
Sen april .
t cas,en raison meme
1osanguinit6 de leurs
de la promuscui-
leurs centres dac-
,4e I'ambiance c n fin
0oa t crder lecuras ra
Ile, 1il sera diffi-
is.au Saint-Si6ge
r une absolue ind-
0t e l' ltalie de se
Sdais une veritable
6t. Demain, d'ail-
P sture singulilre et
Bw leurs relations
Sdepais 1170 do
f du Pap# do oe
a la loi des garan-
.iS, chronique. Tous
lMyettrietx xausquels
i et les noirs se
dans la demi-obscu-
Spelles ou dans
iLes fameux cou-
screts de cs desu
_lains, leurs s**
a- sulet, leurn que-
ISlitim, lers tiansac-
Sivoques toute cotte
I' Lcouliae et surtout
fto ic qu i


jusqu'A tromper les diplomr -
tes les plus avertis, devront A
jamais disparalttre. Demain, il
s'agira de trailer au grand
jour.
La papaut6 surtout n'aura
plus 1 excuse d'une situation
douloureuse I'obligeant A des
tractations souterraines, tou-
tes specials. Des textes pr6-
oif, de "accords signs fixe-
ront les positions respective
des deux parties, ou mieux,
maintenant, des deux Etals.
Et c'est dire qu'avec la nou-
velle situation n6e des accords
du Latran le g6nie italien sera
appele, demnain plus qu'hier
encore, A user de ses dons
d'intelligente souplesse et A
mettre en action 1 ingdniosit1
de ses combinations.
En some, il nest nulle
meant impossible que la finesse
italienne trouve cette fois en-
core le co promise indispen-
sable empeckant les interests
de l'Eglise de courir de s6-
rieux dangers. Ea routes by-
poth6ses d'ailleurs, et pour
une p6rlode don't on ne peut
encore prvoir '6tendue, lac-
tion international 4de !Mtalic,
,Sra rij & "r Wevicords"
du Latran. Le aDuce s a jout
tr6s grand jeu. Sa polilque de i
grande puissance av.il une'
lacune qui vient df6tre com-
bl6e. LEglise d&sormais lui
sera bienveillante. II en profi-
tera. Evoquant le jour o0 ild
avait voulu avoir A lui, pr6s
de lui, le vicaire du Christ,
Napoleon 6crivait encore A
Sainte H6lne: L'etablisse-
ment de la cour rominaine sur.
les bords de la Seine aurait tu
d e s r6sultats importants...
Paris fut devenu la capital
du monde chr6tien et ,j'aurais
dirig6 le monde relgieux
aussi bien que le monde poll-
tique. Nut doute. A p trler
clair,que I'ambitiondu Duce
ne soit la meme. Et c'est Ia un
faith d'importance historique
et international don't la
France la premiere de doit
point m6connalttre la port6e.
En tout cas, l'talie, pendant
une ciera aux yeux des nombreux
milieux catholiques 6 p a r s
dans le monde de la posit ion
privil6gite qu'elle vient de
s'assurer A legard du Saint-
Si6ge. Elle assumera tout na-
turellement la s p e c d'une
p rotectrice nalurelle de lai re-
igion romaine et en tirera,
pour sa politique de p6n6tra-
lion, pour sa volont6 de puis-
sance et de rayondement, un
trts grand advantage. En rap.
prochant le nationalisme itas-
lien de la pasput;. le 0DuI
s'est inspire de 'ismportasge
de faction catholique dans le
monde et surtout du rad
developpement des aisOalts
de r'Egise.


Gramd* UxpostIlofl
IloIo*leJ libess l
a n et Ilndi tiendra,
A rFcole Elle Debals. une
irande Bxpoeitie vet' i -
selle tout le amoode et or-
dialement invite. 2*
On y trouvera lea objets les
lustaceset les plus dlicats,
,iondrS e*Vbg4- des 6l6-
Vsde l'Etablis3aentt.


LA CIGARETTE SPUD
Si vous votilez 6viter d'avoir ;i la bouche l'odeur et le got
du tabac lorsque vous fumes.


Si vous voulez, en lumant unecignrette.respirer un arome
dilicat, un partum suave ; si vous voulez 6viter que Ie poison
de la nicotine attaque le bel Emnail de vos dents, fumez

LA SPUD
Cigarette mentholee.
Se vendant partout.
B. & N. SADA, Agents Gkn raux.




Ma lfacle "Hail
gaOl Ie 8e


de Cigarettes


GE1BARA

Les Ciga rettes

"

&c


(Colon*

*Republicaine*

Porl-au-Princienne"l

GrAce a la fiuesse de leur ar6me lout les delices des
vrais amateurs


Les Chapeaux de paille

fine a'Italie de


R. CINELL Y & P IGLI,
SIGNA pr6e de Florence.
Grdce d I'explrience de son personnel, bien onlilld. font la
conqudte de tous les marches du monde. Celle imporantle
fabrique a aujourd'hui tine succursaled Aew- 1 ork, 30U5 i as-
hmguton Place, el.t parce que la plus ancienne, ses products ne
craignent aucune concurrence. Ce sont, pour sur,les chapeaux
des gens distinguis On pent les trouver P< rt-au-l Tin e, chez;
Paul E. A.a.ila, La Belle Jardinidre, Stambouly et Sergile,
Maurice Etienne ils, Gebara et Co, jean Ai.7alamas,MAadame
v e Mourra, hyppolite R. Jeudi. Charles A. Carrara, Anton 1.
Saba, I ictor Baboun, el pour commands, s'adresser d
S[Agent,
". BE TOLl.Nl, Rue Bonne-boi.


Policiers
(ONTRE

Malfaiteurs

Ces temps derniers, Messieoms
les mallaiteurs montrArent, A
Port-au-Prance,une activild inac
coutumte. Malgue la surveillan-
ce la plus vigilante et la plus
twrg uhe, la Police paraulasait
kre li amUMote A mettre fin
sax *pWvit e do ea films don't
les os a enit a in-
g i OtlO l et 6 trouble
hieqkt too, t dew honnutes
.Mais, cesojours-ci, lee poli-
S o=ut pr la aI eOdatiate
eaachet de beeftu coups de
filet permarent de mettre halt
eux tlec161cpt dec cheva-
:liadr qal: i C1ae placer b"p
nombre destroy es ux wous"
t solades vcrrou.

Le dimaaca 27 janver, M.
Theoa" & Madlin, habitant B.-
losse, reatrant chez lui, sa juar-
nae de labour achev6e, a'aper-
cat.cortainement non sans grand
toonemeut, quoe la portede
"oa dmicale stait e0 frac'urke'


el que la maison avail Wl pro-
premeni mise A sac. M.St Martin
s'en plaignit a la Police qui se
mit aussail6t en champagne pour
d#couvrr I'auteur d crette au-
dacienose violation de domicile
avec toutes les circonstances ag-
gravantes : bris, escalade,eflrac-
lion, circonstance nocturne.
L'enqu6'e de la Police avail, A
peine, commenct que, comme
pied de nez aux aguelt, quel-
ques jours plus tard, an second
vol so perpetrait A pen pr6sdans
Ila mmie rigion.En eftetl,e ven-
dredi 22 tlvrier,M. Elie Massac
hab tant A Bolosse, constatait
que son pouJain, une b6te de
race, ui lait son orguedl et
qui taisait i'admiration des gens
du voisimage, avait disparu de
as cour. Les policies se piqut*
rent au jeu et bienw6t, soas cer-
tana indices, il arrtterent le
nomwm6 Georges Joeph. Idt a i-
U I' UtuU aj% que c'eiai- un
r ct vvi ie ontrouva en aB
PmaO mt 4 eheasax qui fa.
leit r0u1 1 a1 11 pfs propriO-.
-I*leb bbi'a, 1a la ttalie du Cot
de SdC. Naturellcmint n 'u des
quatre 6tait le poueian do M.
MassaC.
Mali la Police avait 'ail coup
double car son enquate tablit
A a tin qae l'eaouceur de porte
- i-


dO %t St-"artin, 6 Boloc., et le
Ivaleur de chevaux klail urne '.en-


Mais les Asgentstqaivaent troap
1.4 W~rier, '. Ellias FRoln. Corn-
nierVent. habitant I'tare Ste An-
ne, eut une d&stgr~ahle stirpri-
ce:en ouvragnt sa boutique. Ie'
Cornmergent constala qne les
battetits'de la porte ouvrant war
la cour avaient 61 brisa~s,qu'une
a perquisition )) illici'e aval ltM6
oile'roe dans. I'immneihla'eletqua'
doa marchandises don' Io'prix
1otivait &!re e-vaaliI A It'I) dol-
Ihrs environ ztvaient apau.
Passez, muscade ...
Lenqutle dele a Police, quoi.
qiie tr~s hahileinent et tir's ac-
tiva-ment rnerie, nt. eut aiicuti
Ntsultat. NI. IBolos ell ILIt(qUife
It S~ ilarc haodalises volvc' CA a. (1n
b.n (acmntitcrS'nl, 11 CUt g.jrIVd
de faire soiL.1i it' ss clivwMI'le. ]'IA
Ia-s chosa's en ''ll C'i'cn I...
Proiidentiel It' kit' aIII %.1.
... aislas V-, at1s "1110(san-
'(.. (til olvvILI ;c l~hgrail' [I, ll.
MI. [D etiaoti tict, ~'
cier,1 iaott(tl le'iheIi
a'u Bo~is \elas vcl .\c 1111
Soil: (itol l[ ariculaer IV 114,1 'a
*ion air ent(dea-su ii a*Y '1 i. aI
fie st's 'ala-slls : :11.i%%'
ciadi 13 m~aes, se rt~vvdlaful.
2 heures du MalattoI)nc .v 'all-
(ire t'u 11'. C. 1Vti i l&n 'u I ,I[, d e
Ia niaisoln au butt (I deLi umll. 4 fl
est situi6 Ie 11'. C ,J(. diiImn
Ruait ombreuz..M.Beal1Su!LciI irlu-


0olre iil


reanarque dItpuis quetqum
"011i'.S. (II' noi caft's ceswenit 0.
ic I'r't- uvittes a patti r de dis
hIt uai'as l)'otz ceh ipa-Lit- i prove.
mrt la-s poll aii-princiens de-
Viene- m iio~lingL'oaclaniusbus?
t'est (6oal t t i~~ lt 12lout Jpour
INOT1'w (EEll.q i ae IlIi sa it provi.
smoii da pek a- iks ii aisationnels
(III tic' Va'is il' 5(1 1 .S1 8 L lan aCOMn-
jticIL, t't'aklaa- et p~~nombr6e do
la null.

:Ia ahnir-c.liaa-sor 511!l a Sor-
lie v let as 9 ha'u ace*, des au-
toiiobdels cjtiinmeitiiaeul lea
a utoitt's *alltarjc~ajIaasliesII(inE..
ata1a d~ (" a'so iies. Ii's lUJi6I'ts
I le SI (1,t1:011ta'i~a ttt flux I u-
Ii Ii -rv- pr'a-'~ st Si lls in te.rvuIlesi
,-A cea c~aaotaliua dtiumit Uaiq
a N'Vee11 peii a de bhi itt' olont*
VL (J LICI(ILICS ls HIt s diIIusions ob
-wi fut crti A I'A \venue( des Champs
II vsaes, ecitI i t-c Ia d ae TIriom-
1)1 Ia' alIa Phc (ca d'1.1Culijerde..


me oes ionis I o ,, poull ... vot maintennntdans prNS
Ss'clairer,de son flashlight,u ane u. tous les catns etdans n
Eveready, A la luamaI taulu- detx cin enas ads groups d.
ra.nie.lMaisvoi'uc 'citt lesin jetines gels et de gamrnma u-
L'ershices des baltintls in;il inls tour de phonographes splendid.
des portes, fuse ueuue liur u-- des quijouent aussi fort -m is
.pecleLbuictCr-neo*!*a.-r nt r lus brayant des orch.stros.
About d'abord cutre ulesu.e. C'tE- lne nouvelle marque certain.
tait peul-dire le reflect de sa pro-- meant qu'on lance.
pre latnpe.D'une pressio nsur le a
bouton de command, il I'Mtei-
gnit. Mais, A '*mntrieur, la lueur ... a vu. avant-hiersoir, un re-
, inquiltante per.sista. 'lls de, veur qui longe;it I'une des al-
doulh, on avail tait (tI l.i a ai6 es du Champ-de-Mars tom-
re duns la inaisoi... \lais (in ?.. iOiours sillonn6es d'aulomobiles
Troublante question.. MI. lfnau- splendidement allnriies. II al-
soleil n'Otait pas au )outdl e, les lail tr~s lentement. .Que 'o
htoamneinelts ;car, s'approchainl, cornal ou non, il tl se hAtait
ll conslata qu'un eno min. tiot ptas, de peur sans doute de
aivtt ,-ti' praliqu(' dms Im c l ll n iprie le hI dl1icieux de son
et,letant un regard d A'nl 'irivui, i ve'. Chose dri6le, '' sont le,
11 rest beat en voy.nA I int ,nii- autos qui I'6vilaient commesi
vi'liu qui,s'ans se prtocCruper des cal ient, ce soir-IA, le.s chauf-
regards indiscrels, se daesait'- l'eurs qui s'blaient fail line Ame
iait avec le conItIIu tluinC b011 de pi6ton. Penut-Mtre aussi sen.
ieille de kola chamnitagne. Qu talent ils que c'est unt' nouvolle
pouvait lair e n I t'oi cn rinct exploilation lqui vient s'intro-
I'6picier sinon de c ier : au vo duire en Haiti, celle des faux.
leun ? Cesl te' qu'i fit. A .(- cri, accidents avec domniages ifn-
Ihoim inte a npit sa alr i t. t'ls, indemnnit6s de traite-
cllissaile rasade et se pri cipita mentls, et toutc la lyre.
vers le trou, tentant de s'kthap-
per par le meme (heuiin pa r
o6 it avail p(nel-'r d.iaas l. maii- ... a vu, et voit assez iuvent,
son. M. Beausoleil voulut Ir- chaque midi. un groune.'de tronis


mer la sourici6rc : maais Ic iml
laiteur brandissant um. noiome
coutelas lailihl bien lui ri gi
son complex. Aux ens, au tu
mulle, des voismns reveill6s en
sursaul. accoururent. L home
jut eifin maltlis6 et irtis aux
mains des pola Ilrs vite altrlts.
A l'interzeur tie la maison, on
relrouva un gross sac I itpli de
marchandises que le malindrin
aappr6liait a 6:s'appropier pour
bulin de sa nocturne expdii-
tion.
Au Bureau de la Police,on sut
asstz vite i qui on avait aflairs.
Ce n'eiail autre que le non6iiii
Sernexuat GWrard tout aeceni-
ment sorti de prison ou il ve-
nait depurger unelpeine de 3 an-
n.es de travaux iorc6s a laquelle
I'avait condamn tle Tribunal
Criminel de Port-au-Prince, en
1922, pour vol avec escalade el
elraction au prdiud ce de MM.
Graeger, Moravia ei autres.
( A suivre )



AVIS
Mine Jeame Bemtrand'sin-
nonce qu'elle a transt6r seon
Atdibl satement au aihamp de
Mars. Irentree de l'Avenue
Ducoste.
L'6tablissement s'appellera
desormair.;
BARet I IOTEL PLAZA
Te16pbone : 2092


gentilshommes qui voit pre: a
dre leur cocktail au Caf6 De*
reix. Vers la fin de la pseudo.
bombance, au moment du di-
part, il y a toujours une petite
discussion pour savoir qui paie*
ra. Ce nest p.s exc6s de poli-
lesse, car chacun dispute pour ,
ntie pas payer. Nc vaut-il pas'
mniux, suivant une certaine '
mIthode don't on ne connait pe s
la nationality, que chacua paei
son verre? Mais oui, et Noat *
CEIL ne verrait pas ai soaient
ce spectacle cocasse .do tirooie
jeunesgens qui se battent poir I
ne pas payer tin delicieux cok-',.
tail.

... I'a revu avec-joie le pau.-, '
vre homme qui se couche iyre.
mort et se reveille en inalm q !
caque. Quels conseils suito.i
naintenant? S'est-il rendu eAl
aux raisons amicales que dl- I
ballet ses camarades chaoan il
fois qu'its le rentontrent en etlt
d'ebriet_ ou bien, sage cornl
prend-il qu'A son Age an lieu
a' 'er aux petits verres et Vg ,
, s tci ,enmes, 1I'S A' oOW & t
r ,parer son ame A I'inuvt
*I grnade tar r *
Le fail eeat q'U n'taitk is
Giere foi l Qae )*1,NOT
ni q n" bhilbre. "II v~ *v
paisi element A ses affairem l"
on iui avait donn6 de rargWt
a dposer en Banque il ne -.p -
rait pas (rompd en le oonmp"l
aux guichets.


r' ~


'' i,


_ ___ __ ____ _1 ___ Z __ __ __1_______ _


$~C- -I---l-r-- -_I .T-Y --


I


Is face des injuslic esl des an-
biltiS opptlymqviiv~ m out~vpNmc*u.
IV~t lp'4 tIihoriri sobv..rsires!a li-i'
d*6p lea tsreolodoo, t'lgIo
s iess~av is divw ine d ltvi&
ju'icNde chaifitE et.ant isdividus
comiac Su~ alem ie.~~c'41

ass les aulres. i Cardinal DU3W.S


I


t


- ----


---


I
'








11 MATNt N - Avril 1929


DERNIERES Nouvelles

de LETRANGER


WIIGOAM IIL4M bi3 t CIBIH r TAIi88a LU'1lJ84
5 Avril 1929


liUs fa UWll-. lValu'
seald lur eorrl ilk
A Parts
PARIS-Les tunerailles le 4.
T. Hrrick, ambassadear des E-
a. Uais et France, oat 6t1 cd-
16brluce matin en I'Aglia. md
tiNWe de Is Salute Trinit6 avec
Ia simplicate impressionannte
qaui earaterise Is rite epascopa.
lien. La O rcui dacajou recou-
vert do la Baasitre Etoalie a
lait son e.attr* A 1'6ghA 11
hours 15 auivi par tous le
membres du government fran
ais., do corps diplomatique%
done eentaine do hautes person
halitts en grand deuil,des deux
marchauz do France on uni-
forms bleu horizon et des of.
ceru sumnricsins on uniform
kaki.
.* probl6mo
des Ro6p1raUons
PARIS Le UL Sclaucn, l.Ihd
de la Delegation allemande,s'en.
tretiendra avec chacun des ex-
ports crkarciers et abordera les
chailre. des r paralions. Dans
cinq ou six jours, le comit6 r6u-
ni en atance plnoi*re examine-
ra les resultals et entamera la
itsuculsiou dcs annuilhs.
La pro'haine ,sesiem de la S. D. N.
se lirentra A Madrid
G;ENEVE.- A la demnande de
Ar Austcn C Imberlain et avec
?'on't:i>.in < aInt a des autres mem
1) ts du :,ns.' l.'in, la SociWtl des
Ntmionai a il.'tcl d'ouvrir la pro
oulaine sc:isio i du Conseil de la
S J) N. le' t1 juin i Madrid.





Parfstana
1)DFMAIN
4 hs. I 2: matinee e:
La Hlarrinaglto
'(S'ite)
Grond eo abat de bose
Le Vtt Paripet
On verra lk; grand match do
Muaby.
ntre, : 0 50; Bl dcon : 1.00.
A 8 HEURES
Le hilm exqui, jou par des
acteurs airnis du Public : flu-
getle Dullos. laqute Catelain :
LE CHUlEVIIIf IA ROSE
4'apres I'opere tlodOscar Strauss
mise en cne 'le Robert W iene
Entree : 2, 3 et 4 gdes.


Un bateaux

electrique
SUIne Cotap'aie de naviga-
tion americait** construit, ence
moment, un nouveau bAteau
entireinent wA A '6lectricit&.
Ce paquehot q .i aura la vitesse
moyenue de 1, nceuds A I'heare
sera affect au service de New-
York aux ports de I'Amerique
du Sud et povirra transporter
000 passagers.

Le Chili et eI Ptrenu 'ealemdet
La timeuse '.otroverse ter
rilloriale de Tacna Ariaes qui
drmit depuis 50) ans et qui
faillit, A plusieurs reprises,
causer un conflict arm6 entire
leChili et le Piroo vient d'4tre
v gl. Lea deux Gouverne-
meats out sign un accord
Ier lqoel la limitation des
rontireM autour ded deux
vllles eit 6tabiie d6finitive-
*ent.
Le PNrou obtient Tacua, le
Cbila, Arica. Le Pdrou sen-
.ge en outre A fire cons-
ipr s d'Arica one nou-
WIle ville qu aura uon carac.
ire international.


Excelsior
W'Ous Sevens revs1. Numiro
~4vril ie a .EzeIsiors.. Is re-
v%*tochniqu.e t littirair. on
Stdoogra ph fe Duploy#-Perrao it
latigrale .1 abriviative. Cell.
#*vi @at 64it. per V. Morcel
Bbdirecteur do I'Ecole. %P#.
do no-D.-vtytographis,
foention dea st6nographol
t4hrent se porfrctinnner ef
6buisntf-4loot deffeccil6re
on taimant de I'#tudo
aw6.iatli uan vitatable

P I I aa mto idrammortio


Le .4w luUom
auan 3zlquo
Use uqffaele bataille. mire lesr*
voisha~malre, ei lea troupes
gelvermem. aisles
in HXICO La principal mr.
mde rilvoltuiuunlaal, .3616 AW.
16c cis iitco saucuurs J ajog di
plu.s banglanon sbAtaialeaiqua se
suientliavrios au tesique par
ies troupes fedilraletq. qualamCIe
a tour poursuite. oaii rejoantiels
truainiosur Ie'.quels peutuy Aieuat
lea insures. A IS 1d01or[d, pro-
vince dte Chihuahua, Im ciavule.
rae I~ddrale poursuit, activement
lea bandes de rebelles disper-
sibe,dorniers vestiges do ce qua
fot une, puissan-e arane.D;vmn,
Is gare dos IS Reormanad y a ac-
tuellemuieo&X)0U adavrem do re-
belles entabses en 3 tsaxel un
imupalW dr. bleaset recevaaitnLIts
wiira. 4deb Ied~raux aurbque it:
correspondaaai de I'Asbwciated
Press aarrava sur Itsfiaeux avec
le gentra1l ed~'ral Almozaa.


DeS aliateurs fraCacii 1o09
It'uxp oil de bLadbeaq


tealer


PARIIS L(( Excelsior n)an-
notice qu.' leaaVii-&'Sb is taaai.%
Jean A,,solaw ael it11 ieLti t. viec
qwa alitren I annee djmi aet edu
Bouraget a L.sbabldincda bvmubr
qgaeroaal prochdinellent p uu r
Ntw-IYouk et Ieaulrouut a Iaa-
verset. ti. aAatanaaque. Its ont
l'intentuotad'amner iaivec mux
leur atroptarie.


tuiI Dpart ml.ars de I'Iotlrieur
el des T. aaux Publics
11I n1' s a et intnll i ,t', hier,
(lue M. L' once Borno, Secre-
taire d'Etat de I'lntcricur et
des Travaiux Publics, etant
alitb, c'est M. Camille .1. 1eon,
Secr6taire d'E t at des Ht-
lations Extcrieures et des
Cultes qui a 6t1 charge, par le
President de Ia R&.'ubliq,'e,
de i'intirim it des deux D -
partem.n:s (di ig's par Mon-
sieur LI-once omrno.
Nous soihaitons im1 p) omnpt
retablissement a M. Once
Bornoqui,croyo as-nots bien.
reprendra bientlt la direction
des deux Departements flont
il est le titulaire.


Cells qui onl hou!'- 4ld're' iare
et lnn d ire' -rim' -lies
Depuis q leique .- ii., '. as'
d'intanticide se repctent avec
une frquence inqumeante.
11 y a quelques jours, c'ltait
la uoinmae 'ercreds Lo.rn I qui
s'etait dt barrassee du fruil de
sa laute en le j, ,t ,i i u t1i, I
d'un W. :C. El i(ailI hoI*,ble.
pour inetllre fi iux ls,


mnewls Ju a oinv.e -n-n. qli :'a,w
amien bien I ore d.couv i so i
acte craininel. la inarAire lui
ranclht net le cou. tout %i n-
plement.
Depiis avant-hier.c'est un au
tre cas d'une fille-inire. don on,
parole tort dans le. qnu.irlirs pro
ches du march Va'lie, qui
alia se dbwrrasser dle soi en
t si chuz un- nnie complain -iaie
habitant un des quarters recu-
Ids du Portail de LUogAne dans
Ies parages de la Scierse.
En I'esp ice de 6 n,)is e'est le
4ime cas d'infanlicide qui seo
produit dans nutre ville scule-
meat.Ne conviendrait-il pasd'eno
visager des mesure sArneuses et
sivires pour emp6cher que les
filles-meres ne soient crami-
nelles.


use granle ItIe hEAtralet
A Saial-La b de Goszagne
Com ne nous le dtsions, avant-
hier, dans les premiers jours du
moisdeomai prom hain,une grande
ftile IhAtrale sera done i
r'lnstitution Saint Louis de Goun-
zague. Sur la grande et belle
seone de l'Etablissement, une
imouvanto piece sera interprt-
Le programme de la ltte comn-
por. .n, a- plces des

---- --


Auto & vendre
A vei l li Uie voiture Over-
land en partait 6tat et avec 5
poeps netnts.
Sadresseran Bazar O-e6on
J. KARAYANY
A G 'Ru< e r, e F#rou


1929,6 AVTIL.--iOer,faifaU
Scomme ce bon roi Louis XVI
qui. le 14juillet 1789, icrivitsur
la page de son journal quoti-
dien : RIEN... Et fa parli
d'une chose asse: banale, de la
Sirene qui n'avait pas annoncd
Aidi, landis que ce jour mar-
quail le l3ame anniversaire du
DIcrel du 5 auril don't on con-
nail les risultats.

LA

ficvrejaune

au Brsil

M. H. S. Cummings, Directeur
de I'Office Sanilaire Pan Am&-
ricain, vient de faire parvenir au
Dr Melhorn,directeur general du
Service National d'Hygitne
d'Haiti, le cablogrammesuivant
qui nnonce l'apparition au Br6-
sll de la fievre Juune.
Voici le texte de la d6peche
du Directeur de I'Office Sanitai-
re Pan Amniricain :
a Melhortn, Directeur G6n6
ral Hygiene,
Port-au Prince.
Le Directeur General du DW
partement d'Hygione du Brisil
me fait le rapport suivant :
Seinaine finissant le 23 mars,
59 cns d Seinaine finissant le 30 mars,
60 'as et 38 d(e4s.
CUMMINGS)).


Sal t-Mare aura bieult6 I'lectricit
En verin d'un Contrat sign
entire I'Etat hallien et M. Richard
Miot.il sera bient6t installed une
Usine pour la production de 1'6
nergie lectlrique et I tablisse
mlent d'ui reseau d'6'lairage
lect' ique dans la ville de Saint
Mauit et sa bunlieue.
Le text de ce Contrat de con-
cession d'Usine 6lectrique A St.
Marc a W ins'rau, a M,,niteur*
et les travaux d installation de-,
vront commencerau plus turd,
une annie spr6s la promulga,
tion de la loi ue sanction et
4'lre achev6s dlns un d6lai ma
xsimum de deux ainnes.
lirbtt d one l interessante
Ville de St. Marc aura Il61ectri-
citz.

La r6colte du s*uore
& Cuba
D'a prs les inform.itions four-
nies par les journaux cubains,
de griavesincendies qui ont 6cla-
te a li Threntes rep ises dans
les ch mps tie cannes A sucre A
Cuba vont vraisminblablement
r6duire la production sucritre
de cette ann6e.


VariOlts
DEI %1 en Mfoince ::
Touche de Velours
3, eis>de
Tr#flard
1 r ep'%.' c
Entree : 0.50.
A 8 lit ures
Do'v Daviq et A'dr- Roanne
di'sune *ie lears rerntea cr6d.


I(i


elle Jl ete u leafrm
7 prtes 3.
Enorde : 2 00; Loge: 3.00.


Le Traite

de Latran

La Pmr italtie e a pea a
Ino rmtaw otal W pu faire
pa&r&ise8a. 111. N.


Sous le titre a Le Saint-Site
elt a Societe des Nations a
Tribune 6crit :
a Avant meme que ne tussent
connues les clauses essentielles
du Trait6. on a observe que 'en-
tre dana Isa Soci.t des Nations
entratne I'obligation de prendre
part au blocus iconomiqu at
Imeme de v6ritables actes do
guerre contre tout Etat, mem-
bre ou non de lorganisme de
Geneve, qui serait d6clare cou-
pable d avoir violer le pacte.
a Mais le Saint-Si6ge ne sanu
rait assumer cette obligation
puisqu'il a lui-m6me d6rlari
tdans une des clauses du trait
qu'il vient de conclure avec le
gouvernement ital;en qu'il en-
tend rester stranger aux con-
flits temporels entire les Etat%, a
moins que les parties ne fassent
appel A sa mediation.
a On a r6pondu A cette objec-
tion en citant l'exemple de la
Suisse qui, malgr6 sa neutrality.
fait parties de la ligue des l'eu
pies. Mais est-il permis dussi-
miler le Saint-Siege A un Etat
neutre ? Depuis la conclusion du
Concordat italien. la PapautW
.st devenue une puissance mom
dial-. Or. 1 Sociel6 desN.ition .
en raison de absence des Elats
Unis, ne saurail 6tre co:isid&ace
come uni organisation mnon
diale.
<(Nous estimons, en some.
que le Saint Siege n'a aucune
raison de se meltre.,ur le m6me
pied qu'un autre Etat quel qu'il
soit, appartenant a la Societe
des Nations. En entrant dans
I'rganisine de Geneve, le Saint
Siege risqt'rnit de o nu' o nef
tre son a.U'o)i'iI |parve qu il se. at
peut-etre oblag de se moler A
ties conflits 6ventuels.a)


Le nouveau
ar yon do la mort.
Le a Sunday Chronicle rap
porte qu'un nouveau a ravon de
a morts vient d'rtre inventV
par deux savants : m6ricains
Ce rayon, don't on pryv it
l'usage aussi bien come armne
defensive en temps de guerre,
que come disinfectant -n acas
d'pid6mie contagieuse, pro-
vient d'un courant 6lectraque
d'un million de volts et atteint
une distance de 100 metres.
La "uissance destructive de
ce rayon est temle, parait il. qu"
les op6raleurs doiveni ,'abriler
derrinre une muraille en ciment
arm6 d'une 6paisseur de deux
m6tres et itre en outre proteges
par un remblat de terrede' pTi
sieurs centimore, d'tpaisseiu
afin d'dviter les effects m o: les
-- ...... -


H


Qui veut

des huitres?
Elle, vienne d a. iv ies
ulu es marine% t t ,ral hs


d' quin.
QI II veut ?
A.lfes ez-vouis4a la
Miracles No 740


p


Le Monde


FIAFN'AILLES:
Nousavons relu. vew plhisir,
Is carte de flancaillts do :
Melle ANDRi.E DES.ANDm
avec
M. MAX BnuNNUR
Au charmant et distingu
couple, nous envoyons mos n-
ceres compliments et nos miel-
lears vtu do bonheur.


Horn-Line
Le m/a Minna Horn*, T-
nant de Kingston est attend
A la capital vers le 12 con-
rimnl en route pour I'Europe
v'a Ms upark di Nord, pre-
nant I 4t el passager,.
Le navift *Thetis P. tenant
d Europe, sera ici vers le 12
crt., partant pour Kingstan,
Sto Do'niogo.etc, p.enant fret
et passagers.
REINBOLD A Co, Agents.


I














i


I r V .


R iedei


COM BATTRA EFFICACEMENTf
mO Meam, IPrenMt9l, l&al. Iauema, te.
m"A= =URTOUTY BXIGE1-uB i
LES VERITABLES
I PASTIL IES VAI A
Seven. dums owa
%. enOITESR

VALLD


En vente ; "hirn:ie 9trriitzi, Phzrn2cie
4 Port-an-Prince ; Pharmncie Brutus
et touted autres pharmacies


_1


Corntjft
A Prdevite


Les mcilleures cartoudc


En ventr cbez J. B. VITAL, auiteis6 par le
de la Garde d'HIalti.


KOLYNOS protege conte res l nur
de dents, la carlie et la gingivite.
Un centimdtre sur une brosse s~che
suffit A d6barrasser la bouche des
dechets de nourriture en fermein-
tation, A dissoudre la pellicule et i
d6truire les germes de care.
Essayez Kolynos aujourd'hul
m8me et remarquez la delicieuse
sensationde propret6et defratcheur
qul vous restera dans la bouche.


KOLYNOS
CRtME DENTIFRICE


*fi~iE dddal ii6&


Toutes les Polices


-DE LA


I,


comprennent la Protection contrs

Foudre sans augmentation de i



uq. LeBosse6Cor


Agents.Generaux-


b


I __


- -C--C-e f -- ---, ~


--


- -


r ----


---


-- --


_~C


PAGE~ -2


ILA


. --1-


The LMWRMPLmd
,b.
Am YAW" 4ap







.1c'


Le Halin

MX= ., I


Samedi


I'AGE~4..

,.' *...


6Avril 1929


Meals deroairement dams le
it'AL de Paris uuno article
meantre le danger du
Soutrance. On me.
qeB lefminisme a se man-
i6(ts. Je r'en disconviens
rFezc en tout est nuisible.
imtae poor colte raison
J combats I'excis contraire
uel nous pechons. Mais
emande sil viendra un.
Sof il faudra combattre
Sduo lminisme on Haiti.
tout cas, c'esl one chose que
a v ni moi no verrons.
a entead bien parfois, de ci
IA, des gens crier centre lea
enX coupes et les robes
es, mais le f6minisme hat-
s'arrle IA, il n'en est qu'sau
nces et ue constilue au-
danger. Je puis done dire
ce point : verit6 en deA,
ar au-deli. Ce qui est un
a pour un malady peot Atre
mde ef fcace pour un autre
Dites-vous bien que la
ienne ne reflamr pus ses
Is, elle les prend avec tou'e
grace dent elle a le secre ;
isquelu liort-au-princienne,
seulenriit, neo les pre nd ni
kle riclarre, mais 1 s incon-
mitme. 11 n'y a done pas
umpatibiliti, quant A leir
1, centre article don't je parle
celui ci : is sont tous deux
irts par un sentiment de
triotisme.
At quelle reflexion vous sug -
la comparison de I'Mtat
sprit fran~eis avec I'tat d'es-
I haltien ? Diles-en ce que
M voulez, concluez A notre
sntge; quant A moi, je dirai,
..employant une expression
ire:o nous ne sommes pas
out A Ia page. II me semble
I'on doit marcher el, s il le
I courir avec son temps.
C1.'t pourquoi je combats
Satachement aux vieilles
tumes et 1'esprit anti-Iemi-
a qui eo est une cons.
Tout le mal est IA. ,, ,
lCda peut blesser certaines
aon; je sais que ia verit6
| uelquefois dure A entendre;
eat ce une raison poor la
? Ce aerait la prudence de
aumtruche.
Oberre donc aux iddes anti.
istes, aux. traditions, aux
mnes coutumeis ui n'ot1
leaur raison d'etre, car seale
ace primitive des hornom-
pouvait lesjustifler.
SVi esprit quelque peu raison.
,peut-il 6tre, quand m6me,
onnaliste? Doit-on par on
It sentiment de respect con-
ir les erreurs de ses anc-
? La reponse iA ces deux
ions ne pout Atre que nia
A moins de parti pris,
Sle monde sera de mon avis.
Sculte excessil des trad-
WM peut avoir des consiquen-
,sl vraiement nAfastes. Le r6le
SouIe la femme dans le theA-
at -la vie hattienne nous enso
un exemple frappant. IIne
Mble pas exagdr6 de dire
ltf ient on rl6e d'esclave.
ae differe de 'esclave #gyp-
gque par ce qu'elle accepted
jiftasrement son oppression.
'iase sont mulheureuemenat
&rares, chez nous. lea mat is
abuseant de leur situation de
pour trahbir leur leasme
*'a l'ho ilialion en d o-h.
[tlmiur Ioyer. i
jra'imeat fe marls hanions I
encore beaucoup A appren.
hLps temmes don't les poUx J
aconacients de leIirs devoirs
atl natorellement I'elcep -
*It as lot que confilrmo I
le garate. 1
f t encore beacous de I
lm dir asu jet de lab- Ii
tmmnla uael la place





s| t almdl e s d a sMt a


bfsmusOLpcotdo"dr'


a I
pwsWk hmm%-jar


on as KAomep ams loujoun d
mcMOSQ.Av
a awks *a


force pbhsque, pear que la tra.
dilionnelte atorit do asxe foi
sur le sexe faible tombe en dA-
soetude, poor qu'un wouvement
vers le fminuisme se declenche,
et, pour qu'efln Ia fermme, lea
yezx d sormals ddesillea, recla.
me ses.drolts si longltemps mte
connus.
*
Je vais dire maintenant, en
pen de mots, quelques unes des
tunestes constquruces de notre
6ftt social don't i'ai deji relevr
un bon nombe d'errenrs.
Une barrinre intranchissable
nous s pare moralement du
resale de l'univers. II y a, si je
pois dire, incompatibihlt entire
noire facon de vivre et ctlle de
Ia plopart des autres pays. Je
vas le prouver.
Un haltien qui a v6cu long-
temps A6 I'tronger, qi. de ce
fail, a eu contact avec des gens
don't les momurs sont differences
des n6tres, eat presque toujours
en dissentiment avec les siens
quand il a regagne ses pera es;
1 n'es' jamais enclin A hpousei
une de ses compatrioles, fort
souvent il reste (6libataire ou
va se marier 6A I'lranger. Nous
perdons ainsi de bons elements
intellectuels, cai beaucoup de
ces halliens ont pouss t r6s loin
leurs etudes dans les Universi-
tea les plus reputles. VoilA au
plant dhommes de valeur qui
nous echappent. El, entire nous,
nous n'en avons pas A revendre.
II taut en conclure qu'Halti
setait condamnee A rester dans
Ia midiocrit6 si tous ses entrants
qui, par Jeur instruction, se dis-
tUnguent du commun des mor-
tels, ne pouvaient plus se faire
A la vie hltienne et si, d6cou-
ragAs, ils devaient s'expatrier.
Devrait-ou lear douner tort ?
Tout haut, oui; tout bas, non;
car les lacunes de notre soci lt
sautent aux yeux et troissent
f'Ame de ceux qui ont voyage,
qui n'ontpas eu pour tout hori-
"tf lt" -lEe s mnet 't les mon-
lagoes d'Hati.
Pourtant le cas nest pas d6-
wospfr]. noe preuve incontesta-
W qnr cc mal'e"ta pas ciucu-
rable, c'eat ,qie 'haltien qui'
quite son pays perd, n peu de
temps, la mentalitM halteonne A
tel point que son premier mode
d'existence lui devient intoldra -
,ble.-La mentality hillienne n'est
danc pas inhErente A I'individu,
c'est 'ambiance. qui est mau-
vaise. Si, par enchaiatement,tous
les haltiens quittaient, en meme
temps, e pays, 'iis, ensemble,
y revensient, js sage que notre
mentality aurait chang. Mais la
chose nest pas possible; elje
consulate que chaque. particulier
qui, 6lant revenue, na pas les
tapoyens de repartir( car tons
hs le souhailent) reprend g6-
'neralement la mentality hatl-
tienne. Cela s'explique, car le
laid que iui auratt donni don
solement mental le tuerait.
On peut done dire qYe noire ,
evolution social seoa impossi-
ble ou, tout au moins, extreme
ment 1ate ai quelques homes,
soucieu des iniretis6 du pays,
ne s'oceupent de detenlralier
moralement Haiti, c'est-a-dire-
d'dtablir, en quelque slorte, une
6qmuivalence entire I existence hal-
tlenne et cells des autres peu
peoples de la pleite. .
L.ae autre consequence non
moana prejudiciuble de la men-
halhte que nous denonrgas eat ie
lait que neUr 'voyuos des iA. -
tiens econoaiser sou par son
pour asee payer on voyage -rPa-
r s, t d'aurue. plus on moains
richeb, vitractIdheasnt ici pour
pouaoir dpesmer d'avantage
qiuand s aet en 6e tan- I



lo At'am er eat lorjeMs coas*I

ase ofteoefsvt s pe oure Ieo


"Wa 9" os-i!m. m~

irs I= -t

yea1*do$ falls gstoot I*
oan& pout o NfWt 5ams
laacrition ~a~~.do .11ev1
lea no=s A rappu do cs u


(rVC& La K62U d~ N J


Haiti et le F6minisme(1
0-


Demain,


... sersIa grande journ6e dau
Congr6s fe6dral de I'Association
catholique de la Jeunesse balt -
tienne. A 7 heures a. m il y au-
1 ra grand'messe A la Cathedral e;
A 9 heures, seance de'tude A Pa-
risiana; A midd banquet; A 2 h
p. m. seance olennelle A I'A-
bile Francaise; A 5 heures. Sa -
lut en la chapelle de I'Asile.
... A 4 heores, grande f6te A
Carrefour A I'occasion de la po-
se de la premiere pierre del '6-
Plise paroissiale per S. G. Mgr
Archevoque de Port-au Prince.
... A MiragoAne, M. C. Lheris-
son, president du Comite haT-
tien de I'AllianceFrancaise pro-
noncera une grande Conference
historique au local de Ia Sec-
tion de I'Alliance en cette ville.
... au Cap-Haltien, inaugura-
tion de la nouvelle salle de ci-
n6ma appartenant A M. Max
Aacencio et qui porte le beau
nom d'EgEN.
..., Parisians offrira, en soi-
rie, un tris beaufllm,. aLe Che-
valier A la Rose tire de 'Op-
rette de Strauss et interpret,
avec rart et le talent qu'on leur
connait, per Huguette Duflos et
Jacque (atelain.
..., Varihtes prisentera aussi
un tr6s joli film A sa clientele,
a Mile Josette, ma femme v.C'est
la grande com6die de Gavault
et Chaway mise A I'&cran avec
un art admirable par Gaston
Atvel. Et loraqu'on sail que An-
dre Reenne et Dolly Davis
jouent daas le ilm, I'on soe era,
r favance une id6e du succ6s
qu'il aura domain A Varittes,
...A la Crtche, grande Poire
do Piques dont le bI66fice etl
au prolt de cotte cuvrer. La fte
durera toate la jougone et totts
y trouveront Ioccasion 4 .4
divertir nainement par lea at.
tractions lee plus diverse.
... soir, Aa Royal CabaretP,
aU Marie) MErtisa nt,
W Wte de.Crrefour.


ca~~m" do-vown mnait aaji,,
uWsiacmlsl owwa o. ,6ri*e
oa s"dob iuma -r ea.


:EdtelOf hfa et dW a meall-
fit& ear s 1poaavoir do I@ fairs.
IFA sea.w $esc agootue you
I. Mn~Am, priacipateamel ea
ce qwel cocermolas Wdrolldo
r~p..,. dVrapi ~cotellr6-


A Vari6etis

Rbert de hrktoi r e 6et
Un match des plus int6re-
sants. II faut regretter que le pu-
blic n'ait pas accouru en foule
applaudir deux athletes extra-
ordinaires. lUs ont fail une exhi-
bition des plus 6e1gantes q u
rappelle cesluttes de jadis qul
raissient la joie des grecs et des
remains qui, come on le sait,
dtaient gens civilis6s.
Robert Poitrat est costaud,
court, trapu, et muscle. Cest
surtout la force qui chez lui est
Is quality pr6dominante. Gut,
est souple, habile, et ses parades
sont d une l6g6ret6 telle qu'il
laisse l'impression qu'il fond
entire les mains de son terrible
adversaire.
Les deux premiers rounds fu-
rent tres applaudis et tout le
monde admira et applaudit la
culture et la science des deux
athletes. Mais impression g6-
n6rale c'est que Gut sor irait dif-
ficilement vainqueur du premier
tournoi. L'on comptait sur son
adresse et sa souplesse pour quei
le match lli nul. Mais malheu
reusement au troiifme roun:
Gut refusa de continue ia lutte,
affirmant que Robert de Paris
I'avait tenu au cou. L'arbitre
consult affirma qtie ce n'6tait
qu'un double lock. donna rai-
son A Paris et la victoire aussi.
Nous serions trWs heuieux
qu'une revan, he fut faite etcetit
fois le public se retdant comp
te du beau spectacle qu'dl a ra -
t6 et qui est de beaucoup plui
int6ressant qu'un match de boxc
ne perdrait pas cete nouv.AllC
occasion d'aller se divertir 6 c
g. nre dc sport qui etait totale-
ment incoinu en Haiti.


Une cur'eose hialoire vient de
so dkrouler en Angleterre : un
colonel de lancers de I'armp e
britannique est arr6* At lk suite
de cer(tines petites aflaires mal
heureuses et quelle nest pas It
stupleaction des Magistrate en
constatarit que le colonel p'e-
lait... qu'une femme.
Voic I'aftaire tout au long:
Le colonel des armies de &.M.
le Roi de Gande Bretagne, I es
lie Iver Victor Gauntlet Bligh.
Barker,D.S.O., haul de six pieds.
et redoulable au sabre et a l
boxe. lul, sur mandate d'amenei
de la Haute Cour, arrdtO et con-
duit la priso, de Brixton, a
Londres.Le colonel lait emplo-
y, dans un grand h6iel de Lon-
dres. Au moment de son aries-
tation il drevnt tout pale et mu,
mura : a C'est terrible.Voici ma
fin l On ne cumprit pas iou
d',bord le sens de ces mots. A
la prison, on voulut laire passer
le colonel A l'inspeclion m6di-
cale, asins qu'il est d'usage.Mais
il se rebiffa, le prit de haul et
pletit ljt que ts OlUimi ts lit
uaimr4ieiIt councrtner unl houmii
do son rang. Surpris, le guuvei-
ueur de la piaion isisst,* ei ce
n esl que lorsqu'il ne put plus
taire autrement que, du hat.t de
st. 6 pieds, mnuis baissant un
peu lis y.ux, le colonel mur-
mura u'une voix douce : a I am
a lady ).
ajiiind tinbarras I II y avail
Uite ft inme dans la pi ison des
huonmes Que tire de la leuinie-
homme. Le nunisl6re, consullt,
1i'hesita pas:le colonel 6 la pri-
bon d, s temmesl..El le gouver-
netur de Brixton lelephona A son
coll6guede Hollwdy qu'il lui en-
voyait un de enu peu ordinaire,
un colonel des lanciers du Roi et
qui n etail qu'une fmine.
te qu'on reproche au colonel,
c'est la taillite du restaurant
qu'll ou elle, lenait. 11 ou elle
avail et tuondamne te) aU mnois
d'uodt dernier a payer 103 livres
sterling ; mais elle uu... il pre-
flra puatlr sans lasbher dadres-
se, d.ou le mandate d'amener.
Intet roge a la prison, le co-
4oneat ne pas voulu dEvolter sa
veritable iden nie, si bjen quon
ignore tout delle, si Ion sait
quelques petli es c hoses de lut ;
eCuait autres : qu i lll nll mt it
bre eminent du uaili national
lastcible, u sa rnpulation o'es
crimeur e: de boxeur 6lail gran-
de ; qu'il avail tenu un reslau
rant, Lithfileld street. haring
Cross Road, ondon W.C. ; en-
fin, qu'il avail occupy un appar
element luxueux, Heil ford street,
Palk Lane, london W. A ceile
adresse.comme parlout ou elait
connu le colonel, on se nini-
tra stupebit de la nouvetl. Un
voisin avail en de longutes (on-
versations avec iui.
a 11 me dit un jour qu'il at'en-
dait -sa temme el son til,Ag6 de
9 ans. Its deaienl i lacampagne,
ma is devaient benu 61 venir le
rejoindre.
) Souvent, je le rencontrais le
martin en l antalon tantaisie ra-
y6 el veskicn noir. II etail lou.-
jours trl- xjorrectementi veu et
l' crcyai, qu'il travaillait plans
ta ieC pour une compagnie
rommerciale a.


V
II


b.i g. LA 1


FEMME-HOMME
-u-f-----"


I


ENUFALCTiiESLIE



Insurance Go


Une des plus fortes COMPAGNIES


CANADIENNES d'ASSURANCE


sur la VIE: .


EUG. Le BOSS '& Co. 1

Agents G-n.raux


---.- -r. .. --- --- --- -- -- -.-


i--


--- ------ -- 1- :z --- ----


I


La arde-robe du colonel tlait
Irbs fournie, surtout en unifor-
mes. Jama s le vale' qui It ser-
vait ne d6couvrit le moindre
accessoire de toilette t6mininin el
wes manieres malitaires impres-
sionnaient ceux qui servaient
sous ses oirdres.
Atu Regent Palace 116hlt ou
6tait employ le colonel, la sur-
prise t'en tut p *s moins grande.
Croyez.vous, dit un des em-
ployes, Al me incontain sts aven-
lures de guerret lI servit A 1'tal-
iiiaior jusqu'en 1918, puis lut
eInvoy6 au froul el pour ecs ser-
vices rte ut lh D S 0. II joignit
lt lgion ttrwtgcre francaise
apres la guvrre et lilt dcote de
la croix de gueirt !
Le diiecitur n'et put troire
ses yeux uI Ises 01o illes.
(( Par exemiple I dIl-il, savtz-
vous qu'une leinlie- sn Itinnme
s'est prosentee i' I'h6ltel pour
loutcher eIts a ippini iit'entilsdt son
( maila ,d(J, qu'il e t elt 'ltre l e.
11 nous avail loujo)us (lit qu'll
6tait marie ef qu l avail un pe-
iii g.al ti i. .I.c lit I i Vii.aIn pas.
Lt'luial It lypc ttd l Ili, it.r aii-
gluis (t ptr'isonllil nt ai ll tptu le
dtuiasquiuci .Sai dcitiiat hiet un pcU
bizarre pouvai pa oventr d'une
bIessure de gu'i i t')
M. Frtke ;aliner, avocat du
colon I lots dti Non poce6s, crut
d'abord 6 utne etr tur.
Le yl)e m inc tie i'fllicier
brilunninque, ie, c .-t il. l 'ganl
e forl.Souvenaiil ieiie.jc pensals
en le voyant qu il ne teruit pas
bon le rencontrer dans unte ha-
garre. 11 avait de lels muscles !
Quant 1 I'enlial, il existed. 11
serait actuellemnit en classes
dans une kcole de la c6te sud.
El c'est bien le flis du colonel.
Mais Ic colonel est la more de
ce fils qui le croit rcellewuent
son p6re, et son vrai p6re qui
n'est pas sa m6re, serait mort
depuis six ans...
Sea idealit6
La femine qui vivait depuis
six an, d guisee en thonme et
se Iatsail appeler le capitailne
Ba ker est une nominme Valbrie
Smih, veuve dlun Ausralten ;
Baker est son nom de jeune
flUe.
Originaire de Jersey., Mrs
Snim h appai lient 6 unt' lamnille
alseet- tI a 1 u tl nII' XC l lite
educta'iuon 1'eaid i. lgiu re iele
a sfrvi en i arnce ctomine inlir-
ni i ve ct conidut i Ice tie cto11111011
automobile. Elle a detux eiainls:
un gaiiomicet de 9 ans, (t une
flilclie de8 ians.
On a relrou' le nmari.. du fau eldonel B rk r
On a retrouve le m.iri el In
Pfmme du lit'x col I 1 H k'r,.
I'un A Lond. s, I'au, ea Morle-
mer Bt k-hiie. L.e maini,M 'Penr-
ce Clout h, .st un anllcien < fliFier
auslralien qui, tpoti'.a nits Bar-
ker vers la fin de la guerie. 11
vecul qielque It nips n France
avecelle,puls viii tn Atnglcerre
exploiter unie hi nit'. eu prs,
so temne I'abanbdouiini Ele ..,vail
dijA pris I'habitude de ievdlir
un costume mn'c-rliin.
Mrs I'eace Crom h s','n lul
vivre enwaiile A HBril.iln.iiu elle
Me donna pour le capilaine Bar-
ker. Elle y 6pousa la fille d'un


LA

Ge6ographie
PAR LIA
Logone do Cbows


Notre ami Mr Luc Doralla
ville nous' ia tait le plaisir de
-nous cpm9inuniquer le manaw
csit d'un travail d'un geneW
nouveau et moderne que. Oa
les couseils et la demands do
Service Technique de I'Aerl-
culture et de I EnseignemetS
Protessionnel iit a is en train
depuis deux. mois.
L'ouvrage a pour titre:
o La Gdographie par les Lefows
de Choses.)
11 comportera pour le moaim
cent cinquante gravures st
cartes du pays.deux cent cia-
quante pages de textes sur ds
beau paper glace.- Un soina
special sera doun6 & la partle
typograthique, a n qu'at
poivt de vue uiateriel le livrt
ue suit I'objet d aucnne cri-
tique. Des cartes d'Haiti on
totiicurs out Wt deja coU)
manuiiders a li Compagnie LU-
thogriphij)lui d' ci et des car#
tes tn 5) couleurs d'Amerique,
dt'Europe etc. out t tc deman-
ddes tcu France.
I.e nouwe;.u live tie Mr Lee
I'orsainville qiii sera. pour
ainsi due in long et beau
tilmn suir lHaiti ia ete rendu tah-
(ile a i'autcur par ses tudes
gcogra;iphiqtcs nnltricures et
pa'r sus multiples course- A
travers le pays come ses
lonigues stations stir tels ou
tels points tide Ina publiL
que.
I.e manuscript tant (prO'.M
D)orsinville r6uuit en ce mo-
mnent les vues photographi-
ques, les dessins et les clich6&
afin que Ie tout soit mis soUl
press en Mai prochain.
Nous suggeroiis' th)Us ceul
qui peuvent lui faire avoir leA
Ineirleures vues d'liaiti: Usli-
nes, ( hbampsen exploitation,
paysages, Maisons, sites pit-
toreiques, etc. de s'adresser A
lui.
Nous pouvons annoncer'
d'autre part que lundli 8avril
coiuraln p)rait en librairie
A(Co40r de Gcograplhiz de,
Classes Enjanline qmi a
tir6 du a Cours Elemental
de Geographie Atlas Y de
Luc Dorsiuville.
Nous felicitfns viveme
notre anii, Luc l)orsinvil
P)our son :itltiit intvllectuelI,
et pour sei realisationIs utild :
et patriotiques.


pharmacien, miss Emina lP,
ward, qu'elle abandonna A sq
tour, lui d6clarant qu'elle aiumait
une autre lemme.
L'pousedu (( colonel Harkeru
a t1t( stuptfaite d'apprendre Il*-
denti de son marl ei a dclanl
qne pendant les trois ann qpe
dur le ur union,celui-cl li avait
t3ujours paru u normal o.


|


i



I




I ______ _______
Li


*' PAC-


LE'4 t Avril 1929
'm A --A


Vernte
PARl
Gemwemtiea P60isb
I' Ea..Toyut e d., 4egl,'gcssemen
formeftkcuftre d'une o.li.
gation -%psah~mire en dbte
neal ceat dix-ne Passed siU
rapport de He Ch rysost6tne
Xwi~en ~c i on collfguejio.
iat e ~ i ot6 eo P
Ot k 22 d'un comtoin.
d4Mi ;zdfte ir W

Cd ti-Qaw II: fir lUoz
.C e*fq,'Adight hukes
nu tovarai de ae i


oftrant et derdieehfi'dssur
Iu rq Ietunt ktIelconque9ge
let Geif rard
d6 $dgme Eftionue'l F.
Ietsn.WOe SMdd'a Elie et du
%'iewt' mrua"01 F:'Nelson,ce
4&hr~rhri~rs, ph 'eatue' pour
11frits 0 pt~oulloft fns~i-
tten q~aft'ze enrreoauxde
tt'ile euavironAb extrajie dune
prtoiion (le terre d~peindant ide
I'hVttgtion Mahnic nn-ierine
sucerlie, 5itttde en la premiere
sector rur-ate de Ilow.'ns~io,
ani quartior de Cal) iretgen la
* Cqvtwumnoeden~rcshaiejIa (lie
POUtiericdpterre mesurant
qus rante- deux' caffietx 772
centl~mes de carreat i ethor-.
ni~e, savoir: au nord, par
Jeau-Jokieph Moni,dit Cassius;
an ud, *par Iliabitation Ma-
lnr:A PEst par le Capitaine
"lassir6 wre i1Ihabitation Du-
buissn clne portiondeh
~biatoaCz~resoher, suivant le
rocks verbal dflment en reois-
.Fr# k-16 plifitlrf~i6s -par I ar-
ateur-gtoth" "rJean-Louis
)rpPoI1teN P"N4a'veimbre mil
wit centl trnte~i*Uf : Tels,
,4*4Illeurs, qd.ecoem-dits droits


et prtenUtiUs aeo ursulvent,
Scob 4r~t/q t ( oiendent,sans
e w cptop. .aoijerve.
Aux requete, poursuite et
diligencestdu aeitaiw C6rilus
Lafleur D,4tIrke, I demew-
i rant et domicili6 A Port-au-
Prince, ayant pour avocat *M
Sernand Leroy, au Cabinet
I ftb q.sis eow etter,*e. No
I tl 'R&Ie du Cenretr fahilt elee-
t, 1ndd. domidlte, ecoitre les
seaMt lrabeau Geffrard Boule
SlVitoo Gefoard' oate, Mmine.
t Emaa.nieF.Nelson, nae Ma-
, ria Elie etl e iseur Emmanuel
[I F. Nelson. 4qualit6, co-d6bi-
i tents hypol es, demea-
fr |met diuicHils A Port-au-
t Lavente desdits droits et
prttentions aura lieu sur la
.rise A prix de Deux mille
;Deux Cent Soixante Douge
i Gourdes quatre vingt centi-
r*es . Gdes 2.272,80
representant le montant en
i pino pal, int#.rts et frais de
l'obligation en ques ion, y
comprise, les honoa aires de I a-
. tu poursuivant, outre I'es
charges de I'enchere et sans
prejudice de tons autres frais
de poursuite et de mise a
execution.
Pour p'us amples rcnsci-
gnements, s'adresser au ni-
taire Ch-rypost6me liosemnond,
(lposiiaire d, Cahi,-r des
3jlhargc-s ou A I'avxoat soLssi-
g ie.
Fait a Port-au-Prince, ce 3
avril 1929.
Fernand LEROY,av.



-1Sr eU O


do DELORT, -Phaamaciamo

C'EST L' MMILLEUR
DES PTURGATIFS
SMP; RIMcAL Itz
e DE .LOT. PharmaclRTes
0 r VIA


S Ventle
par auterit dumMe-
I
En vertu d'anjugement du
tribunal de Premiwre Instn-
-ee de-.lJrtmie, en date (u
viugt deux Mars de cette n-i
n~e, rendu 6 la requete du u
sieur Camille Girault,agiss nt
en sa quality de tuteut es
imineurs Albert, Esther, Pnu-
line, Marie et Ezra Missry, et
de Raphael Muw'y, mine.ar
6mancap, assist' e sound O
rateur le sieur tGeorges Jer6-
me.touspropribtaires, demeu-
rant et domicilits A J6renie,
ayant pour avocals constitaes
Me, Timolon C. Brutus, et
Georges Nicolas, du barrea,
de cette ville, avec 6iection
de domicile au cabinet de ces
avocats:
Lequel jugement homolo-!
guaut la delib6ration du con-
seil de famille en date dn 12
Juillet mil neuf cent vingi huit
sous la pr6sidence du jug-
de paix de cette commune,
autorise la vente de la halle "
en mur et A 6tage(Fire Proof) 1
dependant de la succession
de pa Veuve Raymond M z ci
zry, accepted sous ben6fieed'in
ventaire. P


1 En consequence, il sera pro
* ced le ieudi qui sera le dix
huit Avril courant A dix heu-
res du matio, en 1'etude et
par le ministbre de Me J. B.
Joseph Vilaire, notaire A J.-
r6tnmela vcnte au plus of
frant et dernier encherisseur
de l'immeuble suivant :
Une propriet tfonds el b1A-
tibses situee a la Grand'rue
ou rue du Commerce de cette
ville, consistent en une halle
en maconnerie, A etage ( Fire
Proof) avec porte en ter, bor-
nee au nord par la ruelle du
bord de mer, au sud par la
halle de Mr. Chenier Ville-
douin ; A lest par la mer etA
1'ouest par la dite rue du
Commerce ou Grand'rue.
Sur la mise A prix fixde


i


ar i'expert Cy U. S. C.or am.
2,0t0 douze mille dollars.
Outre les charges do I'en-
hire.
Tel que cet immeuble se
oursuit, s'6Oend et se com-
orte. circonstanees et d4-
endances, sans exceptions ni
serves.


Aux poursuites et diligences
des sieurs Camille Girault,
tuteur des dis mnineurs et de
fRaphael lizzry assist de son
coirateur ci-dessus qualifies.
Pour tous reuse gneaents
s'adresser aux avocats ou A
Me Joseph Vilaire, notaire
depositaire do Cahier des
Charges.
Jer6mie, le 2 avril 1929.
Les avocats poursuivants,
Georges NICOLAS. avocat.
Timol6on C. BRUTUS, av.


AW


AL, UMINITM I NE
11ti Winetuy ent.ral Building,
W W-Orlanse, La U. 8. A.
PROCHAINQ DEPARTS DriRCTS P)unm Po T-.U- RIMh
Un steamer lhissera New-orleans le 0o .Jar*"
directement pDour Port-au-Prince et les ports du Sod
Ce 21 Mars 1929
A. de MATTERS & ,;o
&GlNr% (i, PRAUX


The Royal Mail Steat

iPacket Company
Le steamer Conway ) venant deKingst,)n et derM
Sud,sera a Ii capital vcrs le 12 avril prochain p'
pour I'Europe via les ports du nord.
Le bateau tourist a Araguaya venant de KinDg|
A la capital ,amedi 6 avril a 1 heure p.m.en route j
York vi Nassau.
Port-au-Prince, le 30 Mars 1929.
1. J. BIGIO.
Agent G6n6ral de la Royal Steam Packet Con
T616phone. 2311. a0


laq deflsuLde pourF les PNELUS et TUBES

FIRESTONE
miigweate tons Iks jours, et ceci expli-
que le fait'kipe lesa chetcurs de ces arti
Cdes s.on( cotvaincus one le, PNEUS' et
TU04S F.ItES'roNE &Awnuent. tne r~eI-
le t a grO~ble s~curitt en rudismi 1dana
eteurs Yoltb res soil en allant tA eur tra/
vai !ou *exb promtneade.

Smeillettres NMarqtIms a N utomtobiles
viernilemn, ent Oqnij)6s i'sc., INEUS ci '[L.
BE..s FluESo.Nt, c .



pore quec es f~bricatit s d'anloinobiles
out ,40hO.pendant (3t's avtn~es le-, nu i-
bc Wrqp Ics Maebaines qu'ik, veti
dent et ius po-nt a, iiKiNs fa ctineiumio'
qiie lea FlHIREI..TO\E l'11iicvs et Tulwh%
(IonT3CU Ic musimalij de kiluniSres ,:
'holler.3'

I.% preu.v de #;c qate n,)m v "us dkonq
wmvabs o tratieftz utsl~er cs Garages et
'les StIlesid'Expbit on do [a cs'pita Ic,


Prire de noter qne les 11
Tntes seat des sous-agents 4


I


FIRESTO


r


et vous trouverez chez euxt
boas PNEUS et TUBES:

Mrs J. Luci
Cap-Haitien
M' F. Maun
Port 'e Paix
M' Abel Laci
Gouaives
Clement Pio
Saint Marc
Savinien MA
I'etit Gofive

M T. Go
Miruae ,
M' Elias S4
Aux (.xps
M' Edm. La
J c iuel


A a suite de la baisse continue sur le ca"uitquc ls-Eaosat $El

sont en measure aujourd'hui de vous offrir des Pneiiset Tuip.a'ies

dans histoirede la Maison PIjIESTO NETIfE & RUiEI |,42


Nos.vqws prisosvant d'acheter des Pneus Tubes ailleurs e usoAi


vite, ej. 4w sommes persuades quc vous sez.sa ,s.


L PUREETZMANN-AGGERHOLM & Co, Agentfine'Iux- Q^i


SPAi IS


-4


EXTUAIT

1Z210N


* -~ *., :..; 1


-- ----m~ -~C. -`-----~C-r.


__ __. _=


- -----~- -L- ~_~~~__~ ~


-a-Al


7 i.




,----V I*


.- C


*-A t r 1929


* ~ .-. -


Lits en For eV en cuivre, res


, chain


ses & Dodines, Jeux de


Salon ( articles Viennois). Glacieres, A.noire", coiffeuses que vous trouverez


ChezH.fN IIrI Ils



sont des Articles de premier choxAdontlestprix sont absolument modiques


C.qla.jml.6ll


lil me pealt ire6 pait .

Kola Champuane

F. SEJOURNE
Prdpar6 dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Pr6paration et Vente
PHABMACIE F. SEJOURNE
Angle des Rues Roux et du Centre.

Iformez-vous de la Marque de 11hulI pour votre
am woteur avant de I'achrier



ilobiloil

qui le 1. p usgrundes qial' te-


a voie d ane belle

peau naturelle


I* gale la beauty na-
o'une tern me o la Is
akn.r de ses jours dejeu-
le, radicuse et tratche.
p*ourd'hui, A quarante anS
omme ne parait pas aussi
lie, qu'elle le paraissat
q loelques annees. El I'as-
Oune tois disparu, elie re-
po so beaute premuiere.
4SMcret est un simple'trai
pat de beauty chez soi.
Ws-le, la nuit et le jour et
i peau gardera sa beauty
mile. Suivez ces instruc-


vaus dcvet laire


' oUatin, le midi et avant
IWoas mettre au lit, lavez--
Sla figure et le conu avec
MVn Palmolive en faisant
Ipoatrer sa mousse dana
Ores mpr uo massage 4
I, x mains. Rincez-vous
tt avec de i'eau troide.
vous compl6tement.


La peau ru-

gueusenclccs-

site ce savon


II agit d(iucment suir les
pure. de tell tagon qu'il ait
mieux tqtt netloyer. Cest nne
comb)iinison de savon I oor
la peau. Ii dissout toute trace
de sale, et aide la peau a
Wtre tendreet
L'Exelcnto
Savop de In pe',I


Evite cette errear Produit une mousse .p.-isse.
S. v ezexcellebte.
Ne vous serve jamais de It adoucit et enulve les ru
savon ordinaire pour le trai- gosit6s et tonifie Ie cuir che-
IleeDot que nous venons de velu. II aide donc a maintenir
vous indiquer. N allez pas 'e,Hal de la sante.
croireque tout savou vert (o En vente chez 'ons les dro-
.-cub veodus come laits d'o guistes. Pour 0, 30 cis. seule-
lives el huile de Palme soot met. II e t exp6di6 d6s r6-
Iles m6mes que le almolive cetion duo rix.
Pour otlre gouverne,voyes EXELENOi MEDICINE
si le savon P a 1I o i ve que CXLEN'OMP DICNY E
vous achetez a une baode ATLANTA, GEORGIA U.S.A.
noire avec le nom Palmolive Agents demand6s pour tons
on lettres dorees, I'empaque- ys.
tage vert et le cachet iouge '"ve. pour renseignements
au dosavec le mot Palmolive
dessus.
Le Savon PALMOLIVE n'est
jamais veodu saus empaque-
tage.
Le seul secret du Palmolive
est sa composition exclusive .
et c'est un des plus pr6cieux
secret de beauty du monde.
The Palmolive Pee, Co
Chicago U. S. A.


Representants pour
J. D. MAXWELL et
-1619, RueRipublicai
(Grand'Rpe)


on mantA6 t coexmode.




Peu d KomK4010018 &ite


MrUmoren


81 n dma. Iaa-uu d. l nuit

HaIt iJA ri U Ln - *-*

Ic DISPARISSENT EN
,M UNENUIlT,


-GLOB EOL

donne de la force


Convalescence
Neurasth6nie
Tuberculose
Ancmie


Malfrd tousla@$ age"*
t *ptut pi~sotofI& =I
,o p t mtfloklo. edMo"
mfl~hoda capable do 1=h
Cer IsI gallifuillo bam,
elle-nii'me e ci ovda# a*V
Itdisail-am. m pq~
toujours i."Ifresew
&all#., me moais dagis SU
Urq,?Ft5, Lou isi00coOS
ontiegan ue foul. 0.
Its ra'wuitats roaaarqlabWs
qu~cn p cut .btesk d'q
re rolIoaigdo do Go*.bdIt.
fa.ct Wuoi orgaratismo&
*ooter, h revIaivfl~ar. Arate&
re. c'ct toujourm & a*du
ntor quanojus doonaoreS
pNricrnce
D)' H CA&Igy,
L'crencto a to Ud
L4114,1 Ido la Fece=l
Vtodaeciftc do PWON&

1111biisboosanfs Chatel
Grande, Pr1m
F,l,s des 1d1 I16p1? g4P'reek.
i.,,,es Pf~nniactslla


La Cwt J.e CLOfUOL
sugiflefte In ki~aenerveuse
el ren~d aux nerrf ra~eicnts
taute Ieut ielraege. Ieut
muapimaet at ur vicueur.


I. %Fr~1lc rlg
Inic I f) r


SU.l .D ,
--'e -2" -- =


PLACL DESSALINES
"i chic Rlestaurant de ter chtnixo6 Vlon trouve a route heure les consdrnvli~tl5'
les plusA4dilzate. Saudwiclies sans pareiik Bi,re A la Pression.


ii


D


aW craipt no pas pouvofr retour.*
off Uvv4 "maeil trouvai~
ronmd. fflcace et conomhque
A~omqu mat obligi & trav&Dlw dehow
A. ~ I ,~ a Pie dWan ouvrlef do Is
do YnesquA tut uttrspd pearIs
p=uaeS isJ"in.dur jour do tmvail darm lm
WmaK bi omust un refroidimem.'it et do
derbn4oulg urm m~malulgquil l~mpomwibW-
tauumt hdo lW PM. o.
"A"'aat do mq6por Is plus je mr.rt4 (lics
mci Ot pw musesu Uli. Hercusu.iv':i' que nma
teamout Is pjmaipdar n'appn ..r.I 4
witdo e glm~~va '1-;. e i
L44f Ifulmet d*Sln ex t ,raimmet Mit-
1 mwdo Iappliquu, ma frotter,
~~ m i ei mpto at m proptiiAlm vw~
Ii. aw&.slesetonifiest at 1iuibeaf do falre
maR et ono- urnbien-ftnets g'nrl. iA lxt
*~Rhene &Is #*'S& Is pAM proc!6=nv


LD-D'AXELL&Co
f~Bpj~metmAls poor Haiti


-, .'


- I.



-a


G. de LESPINASSE-
p at Ge ai ponr.t.


I


I


- L-- -;V


* PAGE-


v


~wua.:Y~'~-l' -qb~


..-, c -- -


-.row


114 .


iM 411mm


1


CIZ~PL"LZ~'' r~ -- ---- -


I




S. -- -- ------ --.- -


LA MAUt4MN- 6. baiv d129


The PA WLeGesC. Inc.


TELEGRAMME: PAWLEY


TELEPHONE;


2272


SEULS REPRSENTATS POUR HAITI DES MAISONS
$UIANTWS:


Autostrop Safety Rasor Co
New-York
RIasirns de Sctre;j et accesseoires
Automobile Sundries Co
New-York
Accrssoin s ,nour ,4utbiI ils.
British American
To)hacco C0
New York
Ci( arelte I.u:kt l Strike -- T'.s'
Frank S. Relz C0
Hanunond Ind.
Instruments Chiruryicen'
ct tcccsseoires "e cliniquie
Cluctt, Peabody & Co.
New-York d
Chemises Fau.r "cols -- Chemitslttes C(aleons
Corbin Cabinet Lock Co.
New-York
Serrurcs Cadenuas


4


P. & F. Corbin
New-Britain
Serrures, Cadenms et Ferrures de routes sorte.s
Pour construction
Crown Cork & Seal Co.
Baltimore D
CAiplcs pour bouteilles, Awchines I embouteil/ r
Duplex Mill & M' Co
New York
.boulins d mais
John A. Dunn Co
Gardler bMass
Meubles


Gold


FI r Fyter C
Danton Ohio
E.rtinct'uis centre incendie
Dust Corpc


0
AO


)ration


New York
(. irage
Gould Pupms Ic
Beneca Palls
Por e'S dei- routes sortes
.James P. Heffcrman
Paper Co. Inc
New York
Papie'r de lome.s s,)rt'., Sachets en papier e(r.
H. M. Hollingshcad Co
Camden N J
iar'ctlwtd V Whi:, qrais.v.vs & ,e( essoires tour automobiles
Independent Starch Co
New York
(.'ii;n Sturch
Chs. W.J Jacob & Allison
New-York,
Et r ~J (m r la hI rparalion de Ts'acs
Kraft-Phenix Cheese CO
Nc e'-York.
"K OMAM KS.
Witte Engqine Works,
Kansas City.
Morc
Wichita Mill & Elevator C,
,W ichiia Falls.
0 iUt, Cclestc, bnan.?*.


a
'a


oil


Liquid CarbonieG N.-York
Apuareils pour la fabrication des boissons gazensea.
Praniis H. Legaett C- N.-Y.
PrMaits altmentaires, conserves de routes s r'es.
Me Kesson & Robbins
Bridgeport Conn.,
Produits pharmaceutiques et chlitques.
Milwaukee Tank Works,
Nilwaukee.
POMPES A GASOLINE.
National Stamping &
Electric Works
LA.MPES etc.
National Cash Register/C,
'Dayton Ohio. /
Caisses euregistreuses et accessories.
Peerless confection C
Chiceiao Il!v


Bonbons, <.onfi
Red Wing M
Red win


r C


Moteurs mparzi -
Shaw. Walker C New-York
Co8es torts, classears ameublement t bureau.
-Standard Kid Co
Boston Mass
Cuirs de toutes sorks popr chaussures.
Smith Premier Typewriter
C New-York.


Standard


Tu


machines ih crire.
Sanitary


Mfq C


Pittsburg.
Baignoires, W ,C. et lavabos et accessories poor
chambre de bain.
N.'Stdfford''~CChicago Ill

irner, Halsey Co N.-York.
'hssus.


United Packers P' N.-York
Consrlve, ',Iw /
Vories Bakina Co
New-oieans.
BtsV.:re


v


V
Y


victor Addiig Machine C
Chica6l Ij.

Watei ma,& N.-York
Fruits et 1gunes trails.
Vatker Maf, C Chicago 1ll.
PerrttIe, qoincaillerle..
young & Genn I'mN.-York.
iJoCmTS.


)


a', ~: L


~I


I.
J
C -


_~___ ___


--- ~---U--~-.~


rr n




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs