Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04130
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 3/19/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04130

Full Text
rrrrrr'r~" r


F '. >_ __


*..


*WUUIMOP23a


I t


*


PORTi.PSRI GUMi )


M.AHDI 19 MARS 1929


Samiratif sur la Salle d'Art souci d'art et de science qui de valeur, le Dr Johnson a 6
d nta'e que dirpie Ie Docteur ont proced6 A installation de son actif de tries ddlicates op6-
Dbumerv6. cese dff6rentes Salles de I'Ho- rations chirugicales. Profes-
pital et ia minutieuseproprete seur de chirurgie A l'Ecole Na-
im PITA L G-. l Jlri -LL La C luije bilme qul preside & leur entretien. tionale de M6decine des Eats-
^ f 1^ ,- TIUnis, il opera, endnt son
de Port-au-Prince -- Vou allez intenant, La Salle paivie stjourA Washing on quelques
o p- nous dit le D' Michael visitor -. .. ,. v,.. hommes pro6mmnents de la
Avez-vous vu la Salle pri-
c que nous ouvos appeler .grande Rdpublique, entire au-
SSUTB ET FIN (1 I cour de 1T6pital, c eat ila .,, tres.'Iancien Secr6taires d'E-
So I o Cl0ninque publiae. hi .--llnU.. . tat Hughes. Sp.cialis6~dans la
"rge-" Salles. hfou- -oici Ta 1 flfer- C'e{ elleen efetqulau"point b' ben s -vo .achirrgie esthltique, il a pra.
A tetSaSallm. 4 eechement, Ade vue du Service public eat Nos suivons nos aiables tiqu6sur des grands blesses
s-vou que I'on cos-tocone aux soins la source quiaimente, lesyeux deesNours guerre des operations qui
noovelle Morgue A do b)Rulx Leon qul nos ac qui guident 'H6pital. ous egnsldesNos traversons Ial^6de out eu le plus grand succ~s.
gi b ave les ce aimablement et nous y arrivons. A 'entree, on nous nsolei t no ide- C est lui qui opbra l'Interne
omodits et en it lea honneurs avec le prsente le Doyen de H6pi vent Salle priv'e. ais on Lhrisson d'une appendicit
moderleaer l inein e te Msthi 14 b j ,trpoint come dans
mrneod sera p bienveillant empresse- tm athieu, 14 ans bien a ade etchronique a vcc menace de
alu .trvice.m6etmont. e mpt-- de service..,Bravo I enclose dPune large cloison en per i et de priton.e.
ital que lesim-I LMaternith est la Salle Le fonctionnement du Dis- toile m.tallique A la porte
t od, tout A 9; 1 So|le d'accouchemnent lui pensaire est assez simple dans| une plaque arrete le curleux:
nous apercumes cinq est annex6e. Les femmes. qui son organisation. Chaque in- Visite de 10 h. a. m. d 7 h. Dr *'HOIS LeDr Choi-
g a s lions et devis atteqdent d'6tre m6res sont divide qui se pr6sente iH6- n. aec la permission lesser, ancient Administrateur de
ele orgue t 6 install6es dens la premiere; pital pour y 6tre soign eat gardes-malades.Le Dr Michael IH6pital est. actuellement,
I nitr r Charles au moment de 'accouche- mdentifl6 et un Bulletin le parlemnte el 'lirmibre Directeur du Laboratoire. 11
la 0frecton Gene- ment, elles sont places dans concernant est aussit6t 6tabli. e la porte doni le ba'rant es i cu de reux q ot
ptnl .. ouvre ia porte done battant est Iun (de eux qui ont
es Travaux Publics et Ia second ol edles reqoivent Puis, il passe & .a Salle de 6 hascule se referme de lui- le plus contribae au dt'velop-
at Ing6nieur q u i est les soins n6cessaires et o6 les consultation d'ou il est dirig me. te Salle privce se pement des etudes nudicn'es
de leurex6cution et de nouveaux- n6s viennent au soit vers la salle de piqures posde .icinq ou siclam- (lepilis la rsforme de IlEcole
action g6n6rale de nonde. Dans deux petits lits, pour homes, soiL vers celle bres ourvues (hacine de 2 de Msdecine. Histopalologiste
Scotera un pen prot6s par des moustiquai- desfemmes Les m6decins (e itsA bascule.ce qni permet Ia- de grande valeur, il a colla-
dode 0000gourdes. res, deux petits, ns d'bier, H6pital se relayanti des hen. clement de donner au mala- b)or6 au nouivenu Trait6 del
At d6sormais que se viagissent... res ixes A l'avance,assurent, de la position convenable M6decine Iropicale de Iami-
It lea course d'anatomie deux par deux, le service dn pour les pansements on tons ral Stite en apportant des ob-
o e. Ctte partie de La Salle des Eshfaal Disensaire. autres sons. Ces chambres servations prkcises sur le pian
ital sera plut6ta la dis- II se done A I'H6 Stal le 6clairbes A le'lectricitl comm le e cancerchez lesgens de race
ion de l'Ecole de M6de- Tout pres est la Salle des nombre respectable de 9.000 d'ailleurs totes les autres noire.
et de Pharmacie pour Enfants. On nous y conduit, consultations par mois. A la Salles de l'i6pital, sont men-
uction de s 6tudiants. Eife a 24 lits, presque des ber- .linique publique sont an- bl6es avec un certain luxe de ,
pour rendre la commu- ceaux au-dessus desquel s'6- nex6es difierentes Salles: Salle comfort et sont entretenues Dr MiciiArL Est 116 i
on plus facile entire 'E- ploie le gaze des moustiquai- de Maladies des yeux, de la avec la plus grande propret'. Baltimore Maryland, le 26 f6
et la nouvelle Morgue, la res. Dans 'un deux, un tout gorge, etc. A chacune d'ellea Dans lune des chambres,nous vrier 1888. 11 est fils Dr J. E.
g equi aeparait leadeux petit gesticul et pleure rcIla. est adjointe une Salle oi I# avons sencontr6 un de nos Michael roesseur dobst-
de IEcole et d' l16 i- mant,sans do avec la caco. chef de clinique peut pra-i amis A qui un ttcheux acci- trique et Recteur de IUiver-
a 6t1 d6plac6e; r instalIee phonique iali ce le bibe- querde petites operations no, dent avait caus6 une fracture ,l medical dud Marylanvl
nnexera la sal danato ron de lait dliciux. emandant m beaucoupamb ous lu avs
.....clddn ib oa iaube. ; Nous -IuiBavtns Bichelier es-leltres d e johns
A I'Ecole de Mlectc item ni grandes pr6parati h l at ritbhs B..el.e es-l ..... Joh..
u ml M sp a r __-h./t libain hoic&=4al otu a pr* p .; sse- hophina University en 1909;:
et1*utol- ......chi urorgical unent. essd d.40. l0e doctear en m6decin, de lU-
refigrant* pour l t Cet I que lea con d Ins- nues avec une propret6 et ins- No s 1 oasiA d %al.U '1de13a
tiom n --des vres ur,- trwuton pratique s font aux tallees avec un soin mIerveil.- N lons er a- n, %"ts A VI tp d
a devra 6tr' ptatiquee In im6res. 1 y avait ia, nous leux. al. Nous jeton dernier Acon, pblqu e Pana.
dtInn de fltaic. dit le y ia d1c s lita et A x coup d4i. lsrcesnbr at cnbnl aet devint membredu Corps
ti deI aito La dieut D'Michael,dec litset A au 'toi veri et don't le solei leidical de la Marine des
tep i Iir6uren---ire deux poup6s &, l'aide des. "" E A
mr phe n dcomposi ulesoseigne aux gar- Ce blhtiment de I'H6pital est 6claire mimntenant violem- Etas-Unis. Arriv6 en Haiti n
Sdescav*serimainte- es-malades la pratique de A 6tage. Nous y naccdons par ment les murs tout blancs. 1915, le Dr Michael rest
ipar une i u Rfti 6lec- lear emploi: conm, nt cou-, un escalier -qu'on iencontre SoQS les galleries solitaires,des r6s de 2 ans soil Port-de-
qui sbe actuelle- cher unmalade, I'aider A se ds que Ion sort de la Salle infrmi6res assent,repassent, a oi au apHaitien En
I Ce sera iChatmbre fri- dressersur son fit, panser son de consultation du Dispen- pressees, atfrees. Parfois a 1917, ,i retourna aux Etals-
ae. A cOW ist la Salle membre tracturt ounbless6. saire.- I'embrasure d'une fen6tre se Unis et de IA fut envoy en
S. Spacease, claire, a p. a ajpua'aimAble doc- Le Laleatoire montre la coiffe blanche France avec la 6 division du;
le pasded clsradins ulesdex li d'une Soeur d6vou6e qui se Marine Corps. Nomm6 Chi-
S en ams degradinA o et les d u xr, "'o. upes- car e et En haut, la premiere Salle penche sur une soutfrance.Au rurgien de Bataillon, le Doc.
-s-on a m,,p re' et lea deuxp"up-6es; car, ,e
front place s ipr6s-ni diL, I a fete 11H6- o6 I'onpe6n6tre est le Labora- dispensaire, des malades,des teur Michael prit part a la
Spurront suivre'sans pital pour la remise de leurs toire o6 se trouve tne profu- mnalades arrivent. lies m6de- dense de I'Aisne,A la balaille
olt les explications du Dipl6mesaux Gardes-Malades sion dappareils, d'objets de cins,leur tAche acheve,aban- du Bois Bellan el la second
ur prati auant I'autop- et c'est ii qu'elle se dtrtule.- IWt.tes sores, de pieces anato- donnent leur blouse, d'autres bataille de la Marne Dans, les
Servant la table place au ra. miquescollectionn6es et nu- In- revltent pour eommencer premiers jours de 1918.il ftu
u de la piece. Des cloi. m6rot6es, de bocaux 6tiquetbs la leur. Des convalecentsse decor6 par le dneral Pers-
leu a inches, de longues la- Ces delselle a el... de noms out passent, je crois prominent dans les allies oH thing lui-meme de la Croir dii
t dea boas" prmettront Dens I.fort, toutes, les lettres de s'6panouissent les roses aux Service Distingue de la Marine
er les Salle. A volo Dns la pi6ce d'hA-6t, le 1 alphabet. Sous des clo- p6tales si lourds qu'on les des Eiat-Uuis. A la fin de la
salle do dissection arm Infirmi6res prennent lear re- chfe en verre, le cuivre des dirait de porcelaine; el o4 le guerre, il lut nomm6 membre
lhe et lace ous la di ps. Nous ecoutons A tra- balances de precision rulile. soleil met par terre des ronds de i'UnLil6 M6dicale John
on du lCivil. Plus loin .1 por. cclo e, rire si beaux qu'on nose & peine lHopkios pres de NeafchAteau
Ia mortuaire o cer pi g do 9 W Un ste ao br'16 marcher. (France)ou il 6pousa, en an
Is mort aprsa l'auto sie et eI jasarel ba lnealim atUse elfarale questi n Toute ia vie de l'H6ital vier 19li Melle Marcelle Mor-
,,,orra tre dre, ee oune Ileux mileux AA atf mnuque des p san eA. sous nos yeux. ous tier de celte ville.
ardentt a m fourchettes. Sur ne table,, lo D outemaplons n long moment Dpis a guerre le Dr Mi.
S11ser auss t r Cette ceuvre grandiose,si utIile chal a 66 Adminiatrateur
d'anatono itepatholo- e cetre to normc noi br'l t qui, chaque jour, apporte des H6pitaux de San Pedro
Ieat one alle sera aoffq, nre o l do soula cement x de Macosri, de Saono Domi
L ar f r OR o r I sa e tian, trou 6e. Qulqu ces 0 pansent go.de Hopild Cotan
qa, fail piece A 'E, 1 eto 501) Ioat in chose ravag6, sans doute, p ,r -u ,isot t aont de prlaies, ,.r op do Uolul doe Montn-
M*d ortd^_, i A, iaer B udis oture, quelque terrible enneill. intde maux tent de bless I mope, aecta ui Ael AMuao
Sq MdeOln tre d *l do I *Ir d e Clet, nou0 explique J. idpe". , Ide sb Eit -Uo I Aounapo
Sd t d ietrdsum d.npuri chirmgi,, en chf a board d
W a as oqse lot' I e d e- t p.l no" arrive_ homme l' aval b de flaciPi Nous remrerclons chleu- ilsburg., unit de la marine
^ l9_N u grMlt qlh t m s: m'*arrv : liphiillt' bd I euaement le Dr Michael de guerre des Etats-Unis.
,.. ,esup.lioa.s ur.. l as aimabl e.
L'VW h Pht iI. o rn sol qu'il an tmsa I I
^W qini^R~t T .l.i l...i. ..I ". ea'sIou, renselaser sur tout et, .....


comet


,e"


de-ahMpoivr mouss -



lmur):.Johnson cot dirsaeur
de granide culst Ure, si.
k owww" 0 & d oC ,rd


Revenue en Haiti A Ia fin
d'Octobre 1926, le Dr Michael
tdt Admiaistratesr et chirur-
glea en chef de 'H6pital Ge
Oral juqu'en juillet 1928.
date A Iaquelle le Dr Johnso,
lui su ccda
Quant aux m6declns haitiena
de r'H6pital, leur lolNe n 'eal
plus A taire.. Chaque tour, its
douuent des preuves 6clatanu-
tes de ddvoement et d'acti-
vlte; lis metteat largement &
profit la ia u aaculs eo


scjsil a 0 onl aooe IitOetoa hrtgcalea
?s bvecifU6ualt1Icon ,I lesulus difficiles traliements
ZVe ,soin leamdift~rents m i1.0K .1 toujovMi's ars
pa, 4o l'edminlistratlcuefforts-out 6%. apampus d
a' efi6Chirunrsieu Iplus


F Ak,*.


kf

111~1>
I~i


... : :decouvert' un nouveau
syst~me de vol. Se servant da
goudron qui, c'est bien le cea
de Ie dire, court les rues ac-
tuellement, quelques 6nergl-
menes en enduisent leurs se-
melles. Et,tout en ayant 'air de
se promener, posent leurs pas
sur les piles de sous que Oea
marchandes mettent A leur pied.
tout pros des marchandises
qu'elle talent par terre. NomTa
(En. voit ce petit manage ae
faire depuis quelques jours, sas
Sue les marchandes s'en ren-
(ent compte...
... d a miv' av'ec (quelle intel-
lig;itce n i chauffeur de camion
a atlach6 A savoiture troisgros-
ses barriques qu'il transportait
jusqu'ai Carrefour. La voiture
en 6tait bossue, Les barriques
pour In joie des gosses et celle
aussi des grandes personnel
brinquehallaient tout le long
de la route et chacun attendat
In minute o6 elles se detach--
raient de la course cahotante du
(cinion. Mais cette houre "
sonna qu'A Carrefour et c'est le
chauffeur lui-meme oui la fit
sonner. Les barriques tomb6.
rent I'une apres I'autre dans
ses deux mains et de scs mains,
elles roultrent sur le gazon es*
carp6... Et ce, au grand d4sap.
pointement des passagers qui
en attendaient la chute d'une
toute autre faVon.
... elle etatt levant, lui #bit
derritre. Elie hatait sea es,, u
aussi. Quelquefois, dans Iomlsr
qui naisit et s'psaississit de
minutes, elle semblait meme
vouloir cou-ir. Lui alors s-
quissait des pas qui eux an"L
ressemblaient A une course
Elle pdnetra alors dans ane
6glise voisine. 11 sto-pa A la
porte, mijotant In suite de so
poursuite. Maisl orsqu'elle sortit,
elle n'tait plus seule. Elle '6-
tait encadrie d'un group de
dames et de jeunes filles qui
riaient avec elle A gorge d6-
ployce. Notre galantqui en lait
trs emu ne put dflnir le sens
de ces rires. NOTRE EIL le vit
s'en aller, confus comme un re-
nard qu'une on plusieurspoules
aurait pris, et ne put malhoa-
reusement pas voir,- c'6talt d6*
ja le soir,- quel front ilfoppqi
sail A la tactique merveilleus
de la femme qui, pour Ie svaki.
cre, s6lait mise du c6te de Dies
et de ses amis.
... a vu, maints anmateurs da
beaux films, sentretenir aves
animation. II ne tardsapas a dA.
cotvrir le sujet de Feur vive
conversation :c'est quo tous, rl-
clapaient que, pour le disem-
che des Rameaux, Parisians rer
don ne, a Christus a, le grand film
religieux.
... no voit pas comment Pa*
risiana peat so d6rober A unesi
aimable requ6te.
.,. a vu une enseigne A enle-
ver ou A modifier. C'est cell
qul est place A 1'eatree de
Docks de Bisoton. Elle porter:
Ddpartement de IeuGarde Cdtu.
Bizarre I...


Monaco Bar
Lea direction de I'itabli-* ,
oeat conque sous I* s a
MONACO BAR aonasft *,
Clietcle du'll a 40. tl
au No 22Ode la M
- Inombeas F 9


N N47


_ -;;:r--ul--r- --*u--i -;i---i7--~- ~-T-----=.-~--a--~-r -i_-- --: -- -- -..-I ---- =r-=---r----


t~e~a~ag~


w


,Owe






Sde TRAGNG.-2


DgRNIERES Nouvelles

de L'ETRANG


1.9 eae I a Ruaanate
Wile re visit as asr6ehal Feek
Leraed Sldat em etaei6
PARIS- La reine dousiriar
Marie doe Hosmaui est arrive'
t martin A Paris ot elle n'ea'
pea venue depuis pr6s do trois
as et on elle ns passers qu'une
Sournee.A pine arrive, Ia sou-
reraine s'est rendue an domicile
da marechal Foch rendre visit
A rex-gVndralissime des armies
Oaides, atleint d'une maladie qui
Samble laisser pea d'espoir do
rinson, accompagane de Ia
princess Illana et de M. Cons.
tontin de I iamandy, ministry
de RounManie on France. La rei-
me a Mte reVue par Mme Foch et
par le commandant Lh6pital,
*Alcier d'ordonuance du mare-
chal qui a servi pendant la cam-
pagne de Roumanie et qui est
connu de la reine Marie.
PARIS- Au course de la visit
de ce soir, les m4decins oni par-
16 incidemment au marechal
Fo h de la visit de la Ireine
dousiare Marie de Roumanie
venue pour s'enqu&rir de son
dkat de sante. Le marechal s'est
lponitr extremement touched de
ce gcsle de la souveraine.s J'es-
p6re, dit-il, que lorsque la reine
repassera 6 Paris en revenant
de Brelagne. je serai suflisam.
ment r6tabli pour lui rendre sa
vibite. Le mar6chal ne semblait
pau cc soir 6tre en danger im-
mddial.


La convalesoaeno
du rofl Gorgos
BOGNOR-- Pour la premiere
lois depuis sa maladie, le roi
G orge a pu faire une court
pronimeiade de 50 metres sans
'aide de persovine La journee a
ele super e. Le souverain est
sorli pendant une here dans
son fauteuil roulant.
Lo. InondaUons
on Alabama
MONTGOMERY (Alabama)-
Les eau baissent lentement
dans le sud de 1'Alabama et il
s'agit maintenant de venir en
aide aux 15.000 personnel sans
abri de la zone inondke dans 7
comMs. I.e nombre des morts
est de 12.Le gouverneur Graves
et les Reprisentants de la Croix
Rouge Aniricaine ont confrir
au sulet de P'opportunitN de lan.
ser un appel dans tous les Etats
Unis pour secourir les victims
de la catastrophe.


Le- Inolrerrnerg de PIre taba s
a St-Marlial
t.'esl ce soir, A Gi heures 1/2,
que M. le Chanoine Cabo%,Con-
seiller Gku6ral de Ia Congrega-
tion du Saint-Esprit. prononce-
wo, en la chapelle de St-Martial
( Petit Stminaire) la premiere
de sa serie de Conferences reli-
Suepses A occasion de la Seo.
main sainte.
D'iloquentes paroles, do bien
belles et grandes vnrits vont vi-
brer sous Ia vote de la chapelle
qmi certainement ne ponrra con
S air Isa grand affence d'au-
Sdi'tenrs qui s'y rendront pour
deouter Ia chaude et vigourea e
pfrole de Iadmirable orateur re
I ox qa'est l Pre Cabon.

o U6des raphie 6Bratle
Led I. Dwsimville
SBlent sera Uvre au public,
lIse Ceors El6mentairede Is Gdo-
F{ .phie GEtnrale de M. Dorsin-
Sle qui a place une forte com-
( lde de cares en couleurs
ides A orner ce Cours. Ces
* te seroat livrnes A auteur
d -s qaelques samains.
'Dautre part, M. Dorsinville
nMus a inform qu'l a tait un
&Wtrait de son Cours 61Emental.
ft pour Is lasse enfantiae.Catte
-u velle parties de Ia Gcogra.
ie sers orane dun drapeau
< onal, de carts en coon us
comporters Is tateat du Chant
onal. a Avant octobrenoua
dit 'auteur, j'farai en
as fort lot dsa toois Coas
SQ api 6 re,revas et.cor-


ot besoajue
Doaaiav"le


Li MAthS N 1$ Mins 1929


ER


VLagitaUon des
*tudlant a pagaole
MInres eermigs e
da Gaveraemeut
HEND4YE- Les voyagers
venant d'Espagne admetnt que
la situation bieo quo n s'6tant
s aggrave est loin d'6tre satis
faisante pour la dictature ; ces
personnel considerent quoe 'agi-
tation des etadlants east plut6t
injustiflEe mais que sa prolon-
satioa, pourrait crier un 6tat
'esprit susceptible d'amener de
nouvelles complications. Une
vingtaine de prolesseurs de r'U.
university de Madrid ont,paratt-il,
dtclhin tou e respons absiie pour
consequences que pourraient
amener les measures rngoureu-
ses prises par le gouvernement.
La majority des prolesseurs,non
seulement ia Madrid mais aussi
dans les uuiversitisrelativement
calmes de la province, auraient
e&t oftensis par la presence d'a-
gents de police A I'intlrieur me-
me des 6tablissements universi-
taires
La guerre civil
au Kexique
I
Beibardemeal de ille telatemea
de bambes
la ciloyem franeais eal blesi et one
boImbe tombe pOr du Coiisolat
aliricain
TORREON ("oahuila)- Avec
1'arm6e rivolutionnaire il y a eu
deux bombardeumeatsa8rienssur
Torreon au cours de ces deux
derniers jours.Quatre personnel
ont etd tlues pendant le bom-
bardement J'aujourd'hui, un ci-
vil a etI tud et un Irancais, M.
Lizarrague, a Wti bless par une
bombe qui est tomb6e a quel
ques 30 metres du Consulat amd
ricain. La population civil est
indignie de se trouver expose
aux attaques a&riennes des t16d
raux.Le consul de France se dis
pose A adresser au gouverne.
ment mexicain une plainte en
r6gle au sujet de M. Lizarrague
qui a dti atteint par un iclat de
bambe, la premiere est tomb6e
dans le centre de la ville et la
second pris du Consulat des
Etats Unis. Le commandment
insurgq annonqe aujourd'hui que
200 hommes ont e 6 tues au
course d'une bataille A San Pcdro
A l'Est de Torreon. On suppose
que ce nombre comprend les
tues des deux c6tds 300 fddiraux
auraiont Et tfaits prisonniers.


4 La Gazette,
Mr Emile Cadet vient de faire
paraitre au Cap-Hatien un jour-
nal hebdomadaire qui a pour
litre : a La Gazette s.
C'est, dit notre confrere, un
journal commercial et d'infor-
mations qui n a d'autre but que
de sauvegarder, par lea moyens
de diffusion don't it dispose, les
int6rets vitaux du commerce,
d'autre ambition quo d'etre utile
en denonfant aujugement public
les actes et lea moinds gates
de notre vie, en prEcontat les
moyens centre les dangers aux-
quels est expose notre vie Eco-
nomique, social, inteUllectuelle
et morale. w La Gazette A veat
etre la sauvegarde, dans as
sphere d'action, d'une opinion
publique organi6e.
Nous preentons A notre con.
ftere no@ meoilleur souhaits.


Chambre de Commerce Irrasaise
La Revue Commerciale et Bul-
letin Measual de la Chambre
de Commerce franqaise d'Halti
a paru avec une intiressante
abrouique, des circulaires do
Recoveur General, des con-
sid6ratious sur la reglementa-
tion du Commerce des Denres
deA,,.uiiu&i, uu article sur la
prep,4rstion el Is defense du ca-
,les notes sur ls Livres et
evues o r I nouveau Ministre
de France, etc.


Lire en 6- Page la fin de
Correspondance publi6e
n-pg


~2.
r.~.


wmmiI UhIA&K 3M CAWm TULBUPI4INi
17 Mars 1929


PaNsiana
DOMAIN SOIR :
Gaolu
(Fin)
ETWM) L'AIJILLE
s ler episode
Avec Al Simon Girard
( (Arfeanse)
Entree : (.50; Balcon : 1,0.
JEUDI '
Grand Gala. Le chef-d'ua-
vre de Lamartine. Mise en
scene de L Poirier :

JOCELYN
avec Tallier et Myrga.
Entree : 2,3 at 4anrpam.
-- S* *- -


-* ^-i*'^ ^ 'v' ** ,


- --


1929 10 MAAs.- Tri drdle,
la petite Alstaee sulatfe.
En France, un Inspecteur coles primalres entire dans une
cole et pose, d un live, la ques.
tlion suiuante ;
Oul est-ce qui a brfd ,le
vase de Soissons ?
Cest pas mol, s'empres
de repondre le gamin.
Outre de tant d ignorance,
.lnspecleur se lourne vers fins.
Situteur,
Enfin, tout de mime... Vo-
tre ilve e?
Ah monsieur rinspecleur
ce petit est tris franc. Sil ne
vous dit que ce nest pas ltu qui
a brisd le vase de Soissons, je
uous le garantis.
DigoOti, flinspecteur s'en va
confer thistoire au hlnistre...
Ecoutez, lui dit celul cd
(qui, entire parentheses, n'lait
autre que M. Herrlot ), pour en
finir, faites rdparer ce vase et
qu'on n en parole plus.
El dire que cet example d'i
ignorance ascendante n a point
.d offert par notre Pays !
Qu en pense Morand et toute la
foule des delracteurs F


M. P. GIg
Parlant de V. P.Gilg qui a son
ktablissemeut au No 1528 de la
rue du Magasii de lEiat notre
confrere HAITI COMhHULIALE
dit: a Ce commerVant affable
compete seize ans en Hditl e. s'iu
tdresse beaucoup A notre mou-
vement econooiique. Sa repr6-
sentation tournit des tissas ame-
ricains des plus fins et des plus
avantageux, des marchandises
europ ennes de qualities incon-
testables. Ses machines A 6crire
serecommandent d'elles-m6mes
t6moins les nombreux place-'
ments qu'ila taits
A Monsieur Gilg a plus d'une
fois donn6 des machines comn-
me prix A l'Ecole de Dactylo-
graphie que dirge avec lant de
competence et de d6vouement
Monsieur Marcel Robin w.
Nous ajoutons nos compli-
ments A ceux de notre conutrre
et renouvelons A Monsieur Gilg
'assurance de tout. note sym-
pethie.

Prechaise visit de I. Walle
Le Bulletin Mensuel de Ia
Chambre de Commerce fran-
raise en Haiti announce que Mr
Paul Walle, attache commer-
cial de France pour Cuba, Haiti
et la Republique Dominicaine
qui etait ici in mois de Juin 1928
se propose de revenir parmi
nous au commencement du
printemps.
En attendant, dit notre con-
frere, que nous obtenions direc-
tement de lui des renseigne-
ments sur les r6sultats de son
dernier voyage en France en ce
qui concern les relations com-
merciales tranco-haltiennes, di-
sons avec quelle sympathie chba-
leureuse Mr Walle a parle
d'Hatiti dans les milieux officials
come dans les Chambres de
Cmmerce, dans toutesles villes
qu il a visittes au course de sM
tournee de contelrences a tra-
vers la France: Une documen-
(ttion abondante et exact lui
permit de repondre A totes les
demnandes d'mntormations qui li
Inrent adress6ea au sujet de sla
Republique haltienne.
De telas fats meritent d'etre
signalEs. Nous le faisons avec
plaisir en pr6sentant noa sinc6-
res remercaements A M. Walle
pour la correction qo'il apporta
danm accomplishmentt de sea
devoirs.


,,~- --- -- -- -


I




-
,-* , ., .- A ." . q .-. .. -. .... . :, ,,,


t M C'


LAi


Mardi


19 Mars 1929


.~ ~
K~ FA~S3


LAR E p


l .a peik e ou pamae






tbel talil en e a
mtriuoao allgn eo. r d o
S, o t le mel
S.. lao portes


s o ` albt le, mellear
him oa e jrait sN acctuil i mon rhum. 11 est ez-
p de rertter e t do t excellent da llears. Ne croys pa
qul ds( eaioo. amo ha- quoe j plaid implement poor
i t noe (pw eTbmr-I ma paroi-e, j) parle plt6t on
l d'm A client qua e su de ma Marque.
k t re t Od itt Void ma Carte Blanche, qui
tk et nloumpa- irad t onqa6rir le goiers d6
ldhal he arerde. atiG6tea-z. meosaenrs, c'at
'i an sit et nonobs- Ie plus cordial accauil de laMai-
t r6tro peclii, Ia on Ajoutez a cola, qu'on y re-
li r o a coltqoi repi- .l at malgrt aol et ans danger
Space asoa leil, etil d'anears... Ce sera, i'esptre, l
reote plua, qu'A li so- rhum dee grandsjours,des ftea
1le meilleur sue Elle somptueuse et des d6scouvra-
spprq do Il rue ments aristos.
'qu pnd eJe Vroa prv a ente maintenant
i e valor d Nola son cadet : e Cordon Rouge.
imhmeubleo tr6ha pre II a 6galement Ie caracltre
n t Ia FPebrlq Sparks blenftait, et so laie volontiers
LaaOla. |taquiner 'ilu 'a pan Io madlleux
Io.a avrons 6t6 o~Eelllis par de son grand tn6, cest unique-
a mnri Gard6re Oc uadbi ma. meat p 'rce qua'll luimaque un
:" [ can ou deuz, encore de futage...
m Mail patience I
Le bouquet est incomparable
Sddf,. Ajoutez qu'il descend bien
L accid ents n'est s tapageur, votre
no signalera pas souvert des mA
J d n n.e tails. II est d6fendu de le pr6t6-
dU Udml|ac h f qrer, mais plus encore de no pas
S,. i'aimer.


Ii-, me at, a Mw m Ire
~e3ieas et conhltuslins
Avant-hier, A 8 heureA du ma-
I, one auto No. 3312, trans-
dint la malle postal pour le
et quelques passages lait
allure sur la t de
su. Devantfiltolo -l-es-
i4 y out u pardi'4kc A
une anto Atafionait
route et un .utre ehi-
No. 4101, anvait el sans
Celui-ci, ebonne re-
irculation, auralt dd as
derriere ia volturn en
dpouf laisser passer le
; 12. II poursuiVi t'cepen-
i ton cheinn et, pour eviter
Selision, le conducjour de
postale put uti brusque
e volant A 1 ji te U-
isa voituttr Jla Il eurter
taeo un poteau nlia l gne


t6l6phonique.
La cho fat dano. violence ex.
treme. La poteau ae brisa nt,
Ia voiture fat comp4teoment
mise hors d'usage. L conduc-
teur soatit asufde I'accident;
mpiff yeeut des blesss et des
o0 tiAotmn6s Darmi le pass*
,rs:M e te dovic Lea fat

sions, Mie Mols eat M. Macdo-
nal AueoMurg n'eurent aucun
! mal.
Le jue de Paix de la Section
Sud de a Capitale fit les cons-
tations 16gales et la voiture No.
4101 a 6t mise sous scell6s.
Us aultear dvale i peale ae la 2'
Avesse de BDeloe et se brise
Un mort
Le moteur de fautocar, Vier-
go Aitagracia No. 3105 em-


El malateaeat poor SS. 1
b ,uns do Ite Pan, le. t a
IBele io idela amie et
Ptl wloe.0ta os t
partaer. Cst nas meaian *
W, ailowua bon ceair. 1 a
Dpeb"ch arolitasres, mobs a
-*e, tsmpche o en ek i
d'wtre unique, t de rAioair
soeits, lesph palteleiasm.
pe Nm Oa y arompes s.
Comms Tame des coulae .
d oni d nas le canlls, Ca
Blanche sommUill dans n
Cordon Blone. Cost Ie trisor so
humbles, diait Maeterlinck.
Monsieur Henri Gardre si
gnaeralement sympathlque, us
pour arriveraun succ6o,son rh m
pourrait presque se passer do
quality. C est le contraire so
prseante ic, et la Carte Blan he
eat de quality iellement i m-
parable... que la reduction du
Fproducteur en devient sans b-
oet.
Nons prenons cong6 de ai-
mable industrial, avec no tit
ddpit quoe nous n'avonerons 'A
la sortie, celui qu'une lnvita on
dernire, mais vainement a en-
due,nenonous sit pa proeur6 ne
nouvelle lois, Ioccasion 46li-
cie de d deguster avec fervcur,
les youx term6s... do son iacm.-
parable Carte Blanche. '


ply6 au traffic entire Portau-
Prince, le Cap et la RJpublih ue
Dominicaine, n'allait pas del uis
quelque temps. A la moinire
montAe, le moteur s'essou slait
et le camion stoppait On lul fit
prendre le chemin du g9r ge.
La r6pration achevye, le .i a
canicien voulut, avant de liver
la :voitre, dasearer qi v out
alait disormais A souhait.; Et,
dimnecho, i so rail au voa$t et
prit la route de Port-au-PrJnce
i Aizoton. Les pentes des 4ve-
nias de Bolosse s'offraient ad-
mirablement pour essay la
*is nce du moteur sur' led
rurauins accidents. L'autlcar
.fcaiada san diffcultes Ia pre-
mi6re Avenue et, satisfai le
m6canicilei M. Antoine aor-
gella, s'engagea, pour la ies-
cente, dans la 2' Avenue. Mais
IA if y eut on accident aux suites
tragiques.
Soudain les freins refus4rent
tout service et voilA I'aut4 qui
libre, folle, divale la penle. A
chaque tour de rone, la viiesse
s'acc6l6re; ce ne ful biqnt6t
qu'une course folle, d6semparke,


Grades Experiences scientifiques dans la

:,, Mer des Antilles


qui so pratiouent tout p~le de
nous, se conflrment.
C'est pourquoi, IAcea&mie
des Sciences a cout6, dernit-
resent, avec un vif int#t t, le
cftcbre savant qui vient d4 ren-
trerd Cab oea ii a tro6 un ,
Eid"Mcement poor so nation
aetoeUe d. 51) kilowatt, qui
ser .Sivie. doife second* sla-
ti "d'esaMisde 12.000 kilowatts,
c'est-A dire environ 15 000 CV.
--Avoc I concourn de M.
oen substance M. Geor-
lln esaod do (tuba el colles
,la41 oeorise ,
SuCa emplacelii at MW par.
taht, as moans atistailat, a a6t6
troua dans la bale do Mateu-
sima. a cema de kiS.-I


fInF .q Ids


kAhiXKi iizLaI


un veritable steeple chase A la
mort. Au volant, le conducteur
crisp, l'ceil harpard, essaie de
son mieux d'6viter accident
fatal. Mais le bolide au has de
rAvenue, se jette doe oute la
violence de la prodigieuse vi-
tesse acquise centre un obsta-
cle qui larr6te et le brise.
Le malheureux ful relev,
paitielant. le crane ouvert, la
poitrine defonete. II Atait mort.
II avait avec lui deux aides.
Gravement contusionnks, ils ont
616 admis A l'H6pital G6n0ral.
Quant A la machine, elle nest
plus que d'informes debris.
Ea Plaime, Une alto ca ete
Avant-hier aussi, en Plaine
du Cul de Sac, sur la grand'.
route de Port-au-Prince au Pont
Benudet, rIauo No. 328,, appar-
t4nant AM. Mollenthiel,&A lasuite.
JU _tf,4l d'an coup de volant.
c aa-, if. e t grave.-
meat d6mantlbuloe, Lee oecu-
pants neurent que des contu-
sions sans gravitN. Heureuse-
ment!
Assurez-vous con re accident
A la aGeneral Accident Fire &
Life Assurance Corporation Li-
mited ,.-Vve. F. Bermingham,
Agent Gendral pour Haiti.


A vendre


' A Vindre une belle collec-
tion delivres broch6s,euvres
de Bourget, Bordeaux, etc, et
ces romans-cind.
S'adresser au Journal.


gueur, plongera A 600 mettes do
prolondcur, par imme rsi on
d'une seble pace. Celte immer-
slon est privue pour juiA pro-
chain.
aSi la riponse (st afltiima-
rlye, comme nous le persons,
nbuscommenccronF aussil6t utic
modest station de 12 100 kilo.
Uatts, en allendant des s, aions
de 50 000 kilowatis.
a El comme i't"igil, en defl i
native, d'extraire de: m,-ts ?quta
toriales, la Iormidoble nergie
q uty vv aceumat4e. sous lur.,e
d ch tlar, par le soleil. Inornis-
seur de tomu euneggie, c'e, t une
qaantit6 prodigaie*e, prpsque |
illimite doe azlions de kno- i


Grave

accident
SUR LA ROUTE DE L906ANE
A GRAND-GOAVE
ln enfant est tud
Samedi, vers les 2 heures de
l'apr6s midi, I'autocar Le Ro-
seau ,n, don't M. Aristhdnes est le
propritaire, et qui avait quitik
Port-au-Prince une ou deux
heures plus t1t, apris avoir d,-
barqu6 les passagers pour Lao-
gAne, s'engagea sur la route de
Grand-GoAve par beau temps.
Et I'auto, ronflant de ses quatre
cylindres, fonctionnant norma-
lement, allait bon train. Au lieu-
dit ( Bellevue* presqu'a mi-
chemin de LdogAne et de Grand-
Goove, uu enfant qui traverssit
la Foute nft heurt, par Ia voitu-
re. On s'arrita, on se-precipita
veri lpetft.qiuT gisit sur le sol.
[ Mtait mort.
On alla quirir l'autorilt I&-
lealle quile constatations usuel.
e accomplies, fit procder A
rarrestation du conduct.ur de
la volture qui a LtW depos6 A la
prison de Grand-GoAve, A la
disposition de la justice.

N'ACHETEZ rien, si vous
ne devez pas tout acheter chez
PAULE. AUXILA,
car cette Maison done du(
bon, elle ne regarded pas an
prix, elle tient plut6t A con-
server sa bonne renomm6e. I


Amicale du

Seminaire
Le R. Pere Cabou, rt*
Gen6ral de la Congr dgat de
PNres du St Esprlt,a 5ie U
fare savoir au Comit6 Ami-
cale qu'it devail,A partit r
credit 20 du courant, A 6 ref
et demie de l'apr s-midl, mn
mencer une sArie de contfreln
ces religieuses, A l'occasioa d
In semaine sainte,en la Chapell
du College St Martial.
Le comit6 portant ce tair A I
connaissance des memine~ do
Association, leur transmit en
m6me temps 'invitation d'y as.
sister et esp6re qu'i's rdpondront
en grand nombre A rappel des
Peres du Saint Esprit.
L.s Comit


Horn-Linie
Le bateau Kreta n, vant
d'Europe eat atteudu a ii Ae
pitale vers le 26 cobtirt, ea
route pour Santiago de Cube,
Kingston, Sto Domingo'etc.,
pregnant du trt et quelque$
passagers.
Le navire a Abessioul ve-
nant des ports du Sud, sera
ici le 29 courant partant pota
I'Europe via le Nord, pregnant
du flit.
Port-au.Prince, le 16 Mars
1929.
REINBOLD & Co


LA SCIATIQUE ?
Velo& de qua oum aoulagr & rimtamat I
Mmte si vous soufres atroce- p6n6tre de lui.mame et vowu '
ment, le Sloan arrtera le mal vous rendres oam$pe en vi
st vous aptera harder qu'il a fait sa beaom.
une ddliu sensation de Sloan est le melleur pour
soulagement t do r4confort. calmer la douleur en cas-de ,
UI no fut pas frictionnwr, U M matismme, LumbagO.
suffit deae isi'ppliqer sur Is Mask da Nefd aesraaes
ptw "06166e I6 sloan CeMs aMd eft


S~j. D. MAXWELL & Co
des Reprsentnts pour Haiti
I*d 1619 Rue Rpblicaine
(Grand'Rue).



I ; Tableaux, Chaises & Dodines, Jeux de

rmo sir"s Qfleuses que vous trouverez


r**,1


Fils


soot g A.iclesa., f riiL-R Lioix dot les prix sont absolument modiqu


"-a- -


At% ~O .


udl'A.GU


A A


II I. ppipT-&iF'-


*--~C- _I _~_ I ___


- -I-~-~-- --- --


~'-:" ;-~"" ~* ' r "-"" -"r-~ ---'-~--'-


- -~eF I I


. I


'h


,,,,,


S. '"


.


.
^




tr s- -


PAGE- 4


LE MATIN 19 Mars 193


CORRESPONDENCE


Arcahaie, Ie 11 Mars 1929.


Jotrornal it Le


Au
Directeur ,tli
Al.atior.


Monsieur le Directcnr,
I)aos le Numero du 26 fe-
vrier bcoule du Petil Impar-
tiabl, vous avez du lire une
lettre relative au curd A. Le-
roux rt signed: (Jo grouper
de jennes.
Ctet avec salislaci'on que
nous constatons qu'en cetle
occasion le journal de Is
masse ne trouve pas sa .Mas-
se, A l'Arcabale et l'approba.
tion esp6r6e, car les notabi-
lites de I'endroit se ;plaignent
de la conduite malveillante
de ce group anonyme, abso
lument restreint et ingrat.
Depuis I arrivee en cette cite
du cure Leroux, si calomni
de ce group insoucieux des


li


pratiques religi, uses,la masse
plutot chr6tienne ne peutque
rendre hommage a son acti,
vitl, son zale el son d6% oue-
ment, vertus qu'il n'a pas seu
element pratiqudcs sur le
champ de bataille, mais qu'il
tAche, grAce A I'austerit6 de sa
morale, d'inculquer aux jeu-
nes haitiens.
Nous le voyons, cet intati-
gable travailleur, avec son
attitude de guerrier, aller en
vrai ap6tre a la recherche des
Ames.Mais ce group de jeu
nes renegats a l'air de s'occu.
per plus du materiel que du
spiritual.
Les travaux de ce cure sont
si multiples qu'il nous tau-
drait, avec les compliments
que nous lui adressons, des
pages pour les enumerer :
nous en laisons i6serve.Men-
"tionnons, tout de meme, les


ceuvres spirituelles beaucoup
plus ,importantbS: lea nom-
breuses communions et leb
manriages sans cesse r6petts
depuis Ia mission. on a rai.
son de dire que la justice
nest pas d'ici bas.
En depit des rumeurs, il se
donne loujours de la peinc
pour stabiliser dans les cam--
pagnes la religion catholique,"
apostolique et romaine. Tan-
dis qu'il s'occupe tie reactionn
de la Chapelle de Sainte Phi-
lombne & Labarre, section lde
l'Arcahaie,ce group se plaint
de son absence, pourtant excu
sable, au chemin de la Croix.
Ceux qui se r6clament de n'6-
tre pus au temps primilit ne
voient pasqu'ils sont eux me-
mes A 1 tat rudimentaire pour
ne pas savoir que rlexercice
On trouvera
... la Revue illustree con
sacr6e a notre Pays par El
grafico, a la Pension Ozama,
Place Dessilines, au prix de
2 gourdes 50 I'exempLaise.


O


VIVA TONAL


Nos


901


&630


Le IPhonographe A reproduction 61lectrique, le plus perfectionne, donnant un rendement |
parfait et eprouv dle. 98 "/.
Dans ce simple Instrumenl sont combines les accomplissement de COLOMBIaA'VIVA TONAL
dans la reproduction de la Musique sur Disque avec le plus fin et dernier diveloppement
dans l'amplification. Le diaphragme du COLUMLIJA VIVA TONAL donne uon tun merveilleux; non
seulement vous entendez la musique, mais ii semble que vous en etes p6netre.


Avant d'nchcter aucune autre machine
de ce genre, nous vous invitons ia passer
voir notre exposition dans notre magasin et
cell de Mr. J. D. MAXWELL, Grand'Rue,
pour vons convaincre que nous vous ofrrons
use machine absoltiment sup6rieure a toutes
elles qui out dEjA paru en Haiti.
L'exposition des derniers modules requs
est permanent et sans obligation pour vous,
S saul .'entendrecesinsiruments merveilleux.

L. PRIEETZMANN-AGG.ERHOLM & CG


I II I I -- -I


La santi estatmneprenmikf DCS
L'6aergle d'une aaatd ngiq
gags*o tout dana co maosdi.16LA
zialadiea paoviesaaat &w gemms--'
twhoadeait dana I& Waatt6.Le :x
Lit. bwal "trult tow esogermwe At
Is peam. Ea Ispenrl at Is psajvbi~
I aw


The Roya


Mail Steam


Packet Company
Le vacatr % Sea Victory)' venent de KIngs;'rt.
du Sud sera a la Capitale le mardi 19 Mars pregnant
I'E ropoe ia lea points du Nord.


Agczd Guuiral ue ulam


.cs o :
fret pour


I. J. BIGIO,
Royal Steam Packet Company.
t-t 6pbhone 2311.


Oflre d'emploi
On demand un june honm-
me stknographe sachant bien
I'anglais et le francais.
Sadresserau Chef de Port
an-Prince, Haiti.
C. I. MURRAY
Major, Garde d'Haiti.


A louer
1.- La halle limitrophe avec
la Banque Nationale de la
Republique d'Haiti et touted
sea d6penaances, qui consis.
tent en unegrande halle avoc
sortie sur la rue Eugaen
Bourjolly, le tout ancienne
meant occupy par Mr H. C.
Staude.
2. z- Une grande mason
en mar donnant sur Isaplae
de Isa Paix on place Geffrard,
limitrophe A la Pharmacie
Buck, comprenant de granade
dpendances, one tIrs grande
halle an rez de chaues6e el
one grande construction v c
balcony a l'etage,ancienn-
mient occnpe par fLobe.,"
Duttou inc. el Neu;s ilscii l
Cu, reprtscntan A. K.>rrer.
Cette in in\ sera libre A
partir du 11 Afvrl prochain.
Pour lea clauses et condi-.
tion de location s'adresser au
CABINET de M" LESPINASSE
ct STHEART,
1lo0 aue du Centre
MOM~


Haiti Inde-

pendante

Recueils dediscours et de prtfaces
Par A. J4r6amlo


Sous le litre pa:liotique de
a HAITI INDIPlENDANTE J, M. $tir-
mie reunit daus uno brochure
coquette" ant presentie par I'e-
diteur Ch&raquit, qaelques dis-
cours et queiques prefaces qu'f
a Iaits oun crits de 1892 a 1919.
D aucuns poLrraieut crire
que de telo ouv ages m nquent
d'actuhat6 et par consequent
sont inutiles. Il, so trompent. II
y a des qL etionb qu. soat tou-
louu, a a urjre du jour de lu pen
see puitqu ell&. tuucheni aau ii.
ite E6b easI.tiels dc It nation.
11 est boa que de ktmps in
temps des 6caiv.iinu, e deb pen-
Ieuib de 1, hulte importance de
i hunune qui a ecrt l Effort,las.-
cti.l ainsi ce qu'en itruies de
marine on appelle Ie point et
tentent de se reudre compile du
i leag ou eat mont6 ou deacendu
notre patriotism.
11 y a dan ce recoeil 'ort in-
ivit-bsan des pa geb qua be rap
Portent A des moments neral-
giques de notre vie nations 1, A
lelui, par ex. mple, ou se c6 .-
brait, ern 1901, le premit r anni-
versaire de notre indEpendance
et oft de tout jeunes gens, uous
-a Uirection enthoosiaste et pa-
triotique de M. Pierre Latorest,
londerent citte Association du
Centenaire A qui I'on doit, tout
au moans en parties, les inou-
bhab'es et glorieuses manites a-
i ons qui accueillirent et palue-
V. Ii fmipuse elt clebrc jour-
nae du ler j;nvier 1914.
A c6te des eludes d'un ini6r6t
purement national, il .'en trou-
ve d'auires tout aussi imporlan-
tes, cette preface, par example,
au livre de M. Emmanuel' han-
cy, et cette belle presentation
que M. Jeremie fit de La Fille
du Cacique, du poete char maut
que ta notro reqrette confrere,
aenry Chauvet, ,o-Dtrecteur du .
Aouvelliste.
II ne taudrait pas que I'on
omit de signaler dans cet essai
trop court d'ailleurs, Ie magnifi-
que discours qu M. Jeremie .
prononua le 7 Janvier 1892 la I
Chambre des Deputs ; ii y fail
preuve de connaissances politi-
ques et pedagogiques certaines. ,
et montre, avec autant de mo-
destie que de savor, qu'il a des
vues democratiques sur 'eter-
nelle question de la culture de
la masse.
11s erait & souhaiter que ceux
qui,comme M.J16r6mie,ont occu-
p6 des posters important dana
les aflaires haltiennes. mettent
ainsi Ie public au courant de ce
qu'ils ont entrepris, de ce qu'ils
out reve, pour la cause national
Ie; car ce n'est pas toujours au
resultat obtenu que I'en jugs de
la penste et du ceur d'unhom-
me. 11 est des tentative qui tonut
plus d'honneur que certaines
rinusites eclatantes. Le reve et
lee moyens de le realiser, voilA
la part de I'homme. La reussite
et le succ6s sout aflaires de car-
constances, d'6poques et de mi-
lieux...
.,Nous sommes houreux de si-
gnaler A nos lecteurs, en Ie
leur recommandant tres chaleu-
reusement, I'ouvrage qu so us
ce litre public, sajoura'huit, M.


Brodei


En tous genres a la


Adressez-vous a

.Mme Marcel Gourai

No 533,Rue des
~~~ -

Hamburg Amerika
Le confortable bateau de luxe a Rella nceI & &3
d'une capacity de 20,000 toones eat attend a 6 ort-8u
le 31 mars A 7 heures du nmatio,venant directemero*
York. It parlira a 2 heares p. m.du meme jour po
ton, olon, La Havane, Nassau et New-York..
Les quelques cabinets encore dispooib!es 9ffrent
sion unique pour participer A ce tameux voyage de)
A des conditions avantageuies.
Pour tous lea renseignpinents s'adresser 6 :
REINBOLD & Co, Agents.



RHUM BARBANCOUI

Rod. Gardere, ProprietI
Nous avons l'houneur de pointer A la connaissal
nos Clients et du Public qn'A partir de ce jour; le pl
Rhum Barbancourt est comme suit:
Rhum par Gallons: -- Rhumn Gds 1'n.00
Rhum 1* ~-U
Rhum** WO
Rhum'** ''5,00-
Rhum ** 35,00
Rhqm en bouteilles- Rhum* 2.50
Rhum ** 5,00 ,
Rhum** ** 8.75
Les clients du Rhum, Barbancourt soot prevents
trouveront touir0 lt.Ihum Barbancourt dauis la i
condigAe- iPna 1eqne mason de Mme Vve Barbanol
Chemin des DIs -. .


ALUMINUM LINE .
New4-rIsm A& atbh o&eriea Ctes4i8p C"e y t1
PROCKAINS D*tARTS DIRECTS POUR PoRT*-AUP-RthC
Un steamer laissera New-Orl6ans le 18 lieara
pour Port-an-Prince et les ports du Nord.
Ce 8 Mars 1929.
A. de MATTPIS 3& Co 4
SAesars GtfifAUX


-----..


Rappelez-vous, familit
Que ia plus agr6able pension scolaire an triple point
Etude, Iravail, Soin, c'est 1-INSTITUT TIPPENHAM
Que la meilleure et la plus rapide m6thode d'ensei
classique moderne s'emploie a i
L'INSTITUT TIPPFNHAUER
Le succ6s, I'an dernier, de tons ass e61ves de PO
eat une preuve 6vidente et celui de seas l66ves de 4
76me en est une autre. L'Inswitut oftre, aux retardatq
service a de am classes de Philosophic. II
" 'Heures des "ours : 6 A 8 hsures p.m. .
ISection pratique: St6no-dactylo, ComptabilM
gues, de 7 A 8 h. p. m.
N'h6sitez pas si vous desire avoir entl6re satiw
courier vos entant Al
INSTITUTE TIPPENHAUER
Reconna d'Utilit6 Publique.
Enseignement classiqueo raL
9 praatr ue"pu .
Preparatiou aSulxr niwinites. (|


Charle chose ici-bas a sa compensation usais chaque per
devrait avoir une Police pour compenser le accideasu puerA
ou de le.
Les polices de la

General Accident Fire.& 4ife

Assurance Corporation L.td.

de Perth & Londre
garantiromt votr peraoieacontre e ea msag
caque pa vr automobse wre coisioa, lo
Haeilan, m age m ea e ahai dana a pe al|
iharys, v(lre maisoan centre licendie et les dgats eauaea
Veuve F. BERMINGHAM

Veuve F. BERMINGHAM


SOU-'GEM
~*~KflIAV
Urmc


Urapim. TOVAII A Cb


-.4 44 *~


tolombia Phoalloranh

Inc. New-York

PRESENT


--


- -- --- --


-- -- I


'0;





- C -~ - -


---


* ~d% ~
5- .~ ',


a~~r


. 5


VIENT de fire
A T1rU CO C .


son appa


iluni/nz au rumic


rition et


ses Salutations


les meilleures


LE


Rhum IHEN, I Gardere

qui est dejai appreci6ear bon nombre

d'amateurs et de vrais connaisseurs

se pr6sente sous les designations de


Carte Blanche


Cordon Blen


Cordon Rouge


if



'4
4 4


e



1j~


~
*


C'est un RHUM sans Produit Chimique,
d'une Purete absolue qui se recom-
.mande par des Qualitms de

S(pt 1t rodre.

Le DIp6t Gineral et les Bureaux du

Rlhum H EN R I Gardere sont installs
a la Rue Bonne-Foi. Ancien local du
Coca-Cola.


I ** r


371 ~ I- -~------ -____


Ir


* *,. t


* 4.
.7
* J.


d, f0AT-I -I -MV


4,


a.t
4.
t


4 1 1


-LI'


*-TPa -F -9-irr~ ~_,-- ~~ --~ -?----lrr-- ----- --*I _- -* - T--- __ _..


- ----r---_ ---- --


.. E- ----


(. d --


s~l~lY-~L~--pYLly~Lrrrrrr~ ' YI I - ----~ ~--1- ILb~...B~,_.. ___ ~_


-P-


11111112~


. -I. d


A: C


. ., --.r


*J


.. w /


.. -dmbwu


ve.


11





k


LArJA4 i1i M,.UAMi-.. ..


I,
~
I
p




'II


."mo


CORRISPONDANO|
Suite de la 46me Page
du .chemin de la Croix-est
uz* simple priere qu'on peut
fake sons I'assistance du pr6-
trO. puisquil s'*acharne ail-
lers a perp6taer I'action
chrltienne.
La population de I'Arcahaie
protest contre cel acte d'in-
gzttitude et de felone. e
gmupe anonyme a menti et
* nltira encore. Si Voltaire a
d : Mentez, mentez tou
jcqirs it en restera quelque
close) nous constatons que
mp inot a requ a I'Arcahaie
u dementi lormel et nous
o rerns qu'A I'avenir il en
s a de mdme.
4 ecevez, Mr le Direcleur,
nos salutations distinguees
UN' (IIOI'PE DE JEUNES
(CATHOLIQUES.


ASTHMA
' OppCreeE, T Ca r
w t&ul b IOU
L !,MW ki od,


A L'ELDORADO
I OIS TROt LIEREZ:
Ln BaLLARD de luxe,
De ddlicieu.xSORBEIS el de
re.rquise CREME ia glace,
De ta liERE fraiccl el mousseuse
De savoureux SA.Dm IICHES
e fameux COCK'IAIIS
D)u CHAM PAG' ;NE
Caji de ler ordre.
I :LI)ORAD()
Place Dessalines
FniE t. GAIAIBA', directeur. "-



LE ROI DE$ fWW
I^l cowT I.E
NECTAR GAET.JENS.
N 1940, lRUE DU MAGA IN DE L'ETAT.
Reduction de Prix
Rhumisen bouleilles 6 partir de I gourde 1/2 6 10 Gdcs
n1/2 bouteille m iti6 prix.
-" Sans eoile 2 Gourde


11 Etoile
2 etoiles
3 toilets
4 etoiles


2,50 0
3,00 *
4,00 N
5,00, .
7,09. N


U eRHUM NECTARB uveta 4e ux 20) am~. ;
SES PRIX: let Prb, IM~daille d:(Or A Exp~ifoit. t AS;L1
4'luaieurs Mida1ies aux
4 ikns Concours en maintes Expositions
SIA Miaisontient aussi A la'dispositiona de ses Clients:
~ ftoem tc~ posibiletef-[cool


Q6ogr *l -AUtla
DU
CourI *lt6mnontftiro
PAR
Luc Dorninvillt
llphbre de lacit de 6q*grh|ie
de Paris.
Haiti, la RBpublique Domi.
niceine, les Antilles, l'Aijri-.
que, I'Europe, I'Asie, I'Afrfque
et I'Oc6anie.
Achetez ce livre an priI
de Courses 2,40.
Aux Magasins de Tiiqg Au-
gustin, Simon Vieux. Veltea,
Au Capitol,'h la Pharyacie
Marc LAys eit I Impolkeoe
da Commerce, rue Roux.


PURAT F du-D MANGETs

combat
les Maladies de la Fpinme

Via 14u) 641 toOrra 't 14 46 F 1 i .t&Otu
peu11t qog o i.wrow solf e llo o oslW~otnl. jig *
to livfla i 4 ..Isdo iiu pblm .IV wait = T if las Ptms
Room 6 6 I cl ~ oo1 m o
IoaOfr trNosal- lvs" *
a~ 6 .11k.-th"MS *or ptg,~k. poke)?to. ir'a a dio i 069 ovmbggo
fall ohial rosu nt q .A%.lildi S N1111:.*Yutpqtalo
'M sdavll O. *-,d d tetalshdo ;; hmit il
C fispl .n 4 5Sifir 0 .-ps045 d5V lSi, lpo ss CJId u apegS
o,~srcttA ..corse sriIs npege~~s I~s p~s.r lsr 0 ls4l ?iuIt pa"
onuluaqsm pute sis~U e st 9101 IM64 ,19s avoo p 'Outev.10 Qu
Ill a*& toeqs'ale' 11 .06 r is irvl disut als I ts .f I. t mOr I L 0..; asu vooo
2 r Val e" 114s0 P ox~ t 110s'a Ils e .s' 5l l," ..0 g
to ps. Fnde.1140. s 14-. - -rne rlv l


Caut chic -- Restaurant de ler choix o l'onktrouve A toute here le, consom
les plus ddlicates. Saudwiches sans pareils Bire A la Pression.


II II II


St!oc k reouvele


LA PARISIENNE


Angle des Rues R6publicaine et des Miracles

Port-au-Prince TeTle6phone, 2006


C'est le moment de songer a

renouveler

Vetements et Chaussures

pour cela, il faut aller voir les

COSTUMES pour HOMMES,


Et les CHAUSSURES pour


cIMME& FEMMES


i rianuii



Ve9te en Qrs vet ~a
AN'1 ,N0 & VICENT4

Propri~ires,
~ Gomm


aInn


. .- *~t~J ~ ~
~r ~. ~, -
,, '-. 'I.


1 --~--~-- CI1* C-- I~ *.Pf -7-~


;rr ~.. .rr~-cl -- -~I- m MIX 9 w 0


vAl

TH QYAL MAIL STEAN PACKp

V[EAMER w ARAGUAYA
Lq splendid et lux~ x bateau tourist s ARAGUAYA qul, depuis trois noi 4 a
vice des tourists dans otilles partira ic Ie s20AvRIL prochain directement poC Cm
falsant la traverse en JoUs. Un train special emmrnera les passagers h& l'lr,
Jaugeant 17.00 tonne otre tons Is contorts des plus grands parquebotJ T
etre I'EUROPE et lea ETA Uns.
Les CADtIES avec des et non des COUCaETTES sont GRAwD3s et AftsM. f C.
PnB.MIER OawE tera lea dCl des gourmets. Le service eat IRatPROCHuABLe.
,Le SALOMs et PONTS gOs spacieux offrent le plus agr6able s6jour A bord.
Un EXCELLENT ORc.ierit et un GRAND BASIN DE NATATION augmentent I* pleasir
sagers. ..
-Le pande PASSAGE.'pour CIIHERBOURG commence A partir de P. or 208.
Ayant d6jA une taso demande, lea int6ressae sont pri6s de s'Inscrire sans retaid pi
fiter de cette occasidr exceptionnelle. 0
Pour plus anaples renseignements, s'adresser 6 :

I. J. BIGIO, Agent Genert
jAngle Rues Com be& Bonne Foi,Tl.2


. '4
1~8


4


..*t.-.:




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs