Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04120
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 3/07/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04120

Full Text
*8,,
.~- ------.. -- -. --~


i~ntMagloite

blnCmRU
il -A6hOAN iW
i TEII#,Ife 3wK 2


:rglC AHE No6637


PORT-AU-PRINCE (HAITI)


JELDI 7 MARS 1929


geste-- d i rsdn on


igeste du President Borno
ET LA

,.Journee dominicaine'


du


27


f6vrier


l
(J
I

S
t
I


tl on edition du 28 t16 supprimant, la question des
*. MATIN a entretenu frontieres et la conception
drs de la ratification troublante de I'unificatioo, de
Icalne du tralt d e s gr6 ou de force, de toute rile
res,del'6change cordial n'ayant plus de toutes parts
1 mes auquel donna pour limits que la mer.
.le Ipr6sident Borno Un 6tat d'esprit tres regret-
I'dent Vasquez, cet table en 6tait result chez nos
mnt qui coincide avec voisins don't leur press p6-
versaire de l'lnd6pen- riodiquement donnait la me-
nationale de la Rdpubli- sure. La n6tre y faisait natu-
Jvosine, et des manifesta- rellement echo et peu A peu,
%damitid et de sympathie sans y prendre garde, un sen
inmbrent la visit du tinn.nt r6 iproqIuc dhostilit
ent Borno A la 16gation armait les esprits les uns con-
nicaine le Ic 27 t1vrier et le Ire les autres, souls le men
|lacement a cette occasion song official des formnules d
i-ccr6taircsd'Elat domini- i'raternite et d'union.
de la justice,de I'instruc- Le r6glement de la question
iblique, de I'agriculture des frontieres reste, en v6rit6,
communications venus le plus grand acte du dernier
r presenter, conjointement demi-si6cle politique que nous
ie conseiller juridique de venons de vivre; au point dr
legation, le salut frater- vue de nos rapports avec I
et amical du gouverne- republique voisine, devenue
t et du people domini- scaur aujourd'hui seulement,
'nu hef d'Etat haltien. i il prend -ang presque imm6.
Ensemble de manifesta- diatement aprbs nos deux ac-
est d'une grande et par- tes d'ind6pendance national
lre signification et nous don't il R'tait le complement
Ms la souligner ici pour oblige et indispensable.
lecteurs. Du c6t6 dominicain comme
souvenir du 27 f6vrier du n6tre, c'est le d6clanche-
S date do soul6vement et ment soudain d'un unanime
restauration du people d sa rmement des esprits;
icauin3'asrauchissantde c'est, avec la souverainet6 de
Sde d6p ndance pol- ch*que Etat nettement dei*
J gard de I'Etat d'Hati, mile desormais, la cons6cra-
t'6s on le concoit, tion definitive des deux indk-
ulourenx aux ccvurs pendances, et c'est enfin le
lIcains et d6sagr6able en souvenir aboll de tontes les
nous concern. amertumes du pass.
it lit aicelui des guer- Le Pr6sident Borno a voulu
I conqute de notre pre- que, cette annde et comme
empire, de Ia longue ad premier lendemain du trait
t ration de Boyer a la- du 21 janvier, I'anniversaire
I'acceptation domnini. de la Restauration domini-
14i ne pouvait enlever son ne fot c6lebrkA Port-au-Prince
B re stranger, des tenta- A I'unisson de la manifestation
ibelliqueuses de Riviere de Santo-Domingo el dans une
idT, de Soulonque et de union spontan6e et exception-
litefrt. Et I ombre du bras nelle des cceurs haltiens el
Sitmp6rialiste tie Toussaint- dominicains. Telle est la si-
l00verture scmb'ait toujours gnificntion des fetes du 27 f6
',IVPeler aux Dominicains la vrier qui a 6t ici une vraie
i facon de regler, en les ajournde dominicaine ,.
__2. . . i - i 11 -i .. i ,- .


tab* al8l a a...


Le President

HERBERT HOOVER,

Homme de l'Univers

SSITE ET'FIN (j1)
'Cependant (est-ce parce que dant sa champagne 6lectorale.
ationde ce grand et ty- il a refset pfesqu tonjours de
amtricain a 6t1 essen- poser d t.I e. Jotlogra-
nt universelle, est-ce phes. Mais, apr6s son triom-
aue a 6tipendant tr6a phe semble s4tre celt
i 6s 6tratger A toute ga rd amadod6) Paradoxe
lout6rieure ?) es par-I plus grand que tous lea au-
ou 6 er a mettent ires: cet home sur lequel
olo ise de- viennent se porter vingt cinq
t iU e iusqu'A millions do itffrs, me dissi
r, mp6n6t le. I a, de mule m6me par I'orreur qua
.tenpe, d 64ign6 de fair lui inspire la foule. II ne sent
Atv l8 poi#1 l'aitse qdad .ell en-
d tail bf6gapliqdes vironne, ses acclamations me-
y a quelque ann6es, il mes lui produisent une sensa-
i por 1e trr tion de iga Et daa soRn livre
rihire t "+Iatr au'l &wtua&kmAutsM, il a
e Ab d'impression one pri' ta peine de la vitup6rer,
barep l j qu'oi de de boncer sont issuance,
F s 1re t US''socr6dulit du
i Sque. Ce gmad ex ne
e aorroeo'd semble jamas e nreux
s t de I'attstude hrolque q. semble jail "si 'w u reuxn
S affirmed mime que, pen- e lorat pipeot mditer oln
6aant aBepIloi, tr6s loin
M- .,.. e v *ts 64s 6An monde,
1. 1) i oir L MATIN des 5 el 6 en des sites sauVages, presque
. iaocmibl o e fracas de


a civilisation ne lui parvien-
Ira pas. S'il aime la peche a
a line, explique-t-il, c'est que
.e plaisir a pour condition es
sentielle le silence et la soli-
ude. 4 Les meilleurs amis,
ajoute-t-il, sont alors ceux qui
se tiennent loin de vous et
a'essaient pas de vous parler.n
Enfio, at un trait peut nous
6tonner davantage encore,c'est
celai-ci que le vainqueur d'Al-
rred Smith, c'est-A-dire de l'un
des tribune les 1l,1s persua.ifs
qu'il y ait aux Etats-Unis, ne
soit pas lui-meme un orateur
et que, le plus souvent, il lise
ses discours. Quel plus grand
eloge pourrait-on laire de las
d6mocratie ambricaine, si ca-
loinni6e ? Elle a 6t1 capable
de choisir pour president un
hdmme don't elle admirait
l'immense force d'action, et
bien qu'il ne fdt pas, av ant
lout, ua spi6cialiste lidu I' rt
o'ato I't (' ela Il se I!)Cle .,is
Incroy ble?


E' ihlo ',r" n'clst i) is o I 0
tcur par e qu'il y a en lai l Hi
irr6piessible fond de timnidil.
('est la caractlristique mdinm
d4 sa natu e. Quand il est
dans le cercle dc ses lamiliers,
il s' xprim bien, avec une
singulire force et, pai foi,
mlme avec une bonne hu-
meur enjonie. S il y a quelque
chose A dire et qu'il iuge bon
de le dire, alors ille dit,inieix.
que personnel. Mais il n'a ia-
mais, une seule fois essays dde
faire vibrer la foule et il lui a
bel et bien signifie d'avoira ne
*ejuger que sur ses travaux.
Tr6s souvent, trop souvent,
au course de ses conferences
avec des hemmesa-4'aftaires.
ou des politicians quels qu'ils
soient, Hoover, se retirant en
soi-mmne. assume obslin6-
ment et exclusivement le r6le
de I'auditeur. 11 ne desserre
pas les dents et il trace, mia-
chinalement, de petits dessins
sur ulie feuille de son carnet.
Son regard gris demeure pres-
que toujours voile et insaisis-
sable. Un reticent sourire cite
sur son visage, un sourire im-
perceptil)le et pourtant assez
charmeur pour que ch icun de
ccux qui ont essay de le con-
vaincre croie qu 'l a gagne la
partie. Mais que pense en r, a-
ite le grand silecicieux? Ses
interlocuteurs s'eloignent per-
plexes, deconcert6s, anxicux.
'avenir leur apprendra ia
suite...
A tout prendrn, une person-
nalht6exceptionnelle,une intel-
ligence universelle, absolu-
ment original et entirenient
diflerente de ce qu'a produit
|usqu'A present dans Ics Deux
Mondes, l'ecole de la politique
oratoire. Une force de concen-
tration et d'examen absolu-
ment unique, une colossale
puissance de calcul. 11 est A
pr6sumer que,devant une idlel
volonti tout plaidoyer que
nous pourrions tentr pour
exposer la question de nos
dettes serait vain. Mais nous
avons le droit de penser que
M. Hoover examiner ce pro-
bl6me, immens6ment c o m-
plexe, dans I'int6~rit6 de sa
conscience,de sa lucidity vaste
et informed, nous n'aurons, A
la longue, ren A redouter.
Et maintenant,relisant mon
article, je m'apercois qu'il n'est
pas complete: je nasi ps dit
un soul mot de M" over,
I'une des femmes les plus ins-
tia ties, les plus accomplices
des Etat-Unis. M6re aujour-
d'hui de plusieurs enfants,
Mrs Hoover est I'ancienne ca-
marade de son maria I U'ni-
versit6 litornienne. A peine
etablis dans la vie, I'ancien
6tudiantet I'ancienne 61udian-
te se mari.rent, all6rent cou-
rir ensemble les venture.
sous des cieux lointains. Uls
v 6 current dangereusement.
ave intensity ave One allk-


Haul les eius!
Les coeurs longlemps attrisl6s par l'puiscment de plu-
sieurs Numrros de nos DISQUES ODhON )). pour lesquels
l n'y a de cruise ni de mvente. vont i tre encore contents
d'un oouvel airivage de ces disques, sequel coutient aussi
plusicurs morceaux, nouveaux.
Priire de demander notre nouvelle lisle ct d'engager vile
vus disques car cette nouvelle expedition va there encore
jrotbl tement enievee.
BAZAR ODFON
J. KARAYANY
Angle Grand'Rue et Rue F6rou.


Un Ion resultat est faci-


element obtenu


avec


une


brosse et une boite de


CIRAGE

CHERRY BLOSSOM

BOOT POLISH


LUSTRE


Al1

11-


PRVSERVA'I'l F
LN V'1NT'[E HEY.


IMPERMt-ABLE


,ho nsc HAYNES

), Rue Bonne-Foi


Broderie


En tous genres

Adressez-vous a


Mre Marcel Gouraige


No 533, Rue des Cesars.



grease tranquille. Mrs Hoover
accompagna son maria dans la Pos es
plapert de ses rudes randon-A
b6 travers 'umivers et elle
fat, en Chine, I'une des he- a rieni nes
rolnes duc iege de Tien-Tsiv. Pour Otre admises 6 pattici-.
Fecnytre eprouv6e, excellent per Ila correspondence par la
laUniste, Mrs Hoover pale voie de Iair, les correspondan.
, Inq langtes et pratique avec ces de France acquittent en sso
beaucoup d'eni'i,, ment Iart des taxes post.les de toule na-.
d lac to e. une surtaxe erienne fixt e
e la conversation. igne p A 2 francs franais pour 10
iculier: elle ne porte jamais grammes ou fraction de 10
de bijoux et ne lit jamais de grammes. Cette surtaxe est re.
ro lMs. prsenlte par des timbres-poa-
LUDOVIC NAUDEAU. We tran eIai s x Weqt.


Noire ilJ


... a vu 'embarras d'un gen.
tilhomme trop press. 11 avait
olICrt des crenmes a des dames
qui se faisaient attendre. Ayant
commander trop vile, le garcon
apporta les quatre places tandis
que les femmes, lies, se fain
saint attendre. L home com-
mien'iait A tre regard& avec des
sourires par ses voisins et ne
savait conienit fire pour ne
puas subir le ridicule d'Otre ainsi
seul devant quatre verres rem-
plis, lorsqu'en caquetunt et en
ialt( rc'v I 'ntl t l t" Irois invites.
... I \il so mIIe'I tf colliu e les
Irm is *'lilnet's, u C in n. n u1t1e uipr6s,
S 1111 mirn ;' i r'I ir .'1 gorge d( -
ploy'ec, Non tH (El. (le\iC\1 q (u'il
luilr rjcontait le f'risson de
glace qui lui courait d:,ns le
dos devant les quatre glaices...

... vit sur la route de Martis-
sant, sous une tonnelle feuillue.
une reunion trcs aniniee. Ce n'6-
tail certes pas du vaudou, mais
une bombance A I'occasion de
quelque fet ou l)ien tout sim-
plement, une veill'.
Quelques HIaiticns qui pas-
saient sen indign6rent et 1I nom
de Seabroock fut ricine cit6. t'n
Futropken alors hles calin et ra-
conta comment dlans cerlaines
villes de I'Est dc I'Furope, on
failt de 1 iuSiquc IIuIssi A 1'oc-
casion de certain denils.
*'
vit Aun bal A Carrefours'.-
c'ouler un mur contre lequel
quelques jeunes gens s'etatent
appuyks avec trop de conflance.
Ce fut un bruit formidable qu.
fit un accompagnement inatten-
du A la musique qui n'6tait qu'-
un bastringue. CeI:i n'aurait 6tM
que ridicule mais I'un des jeu.
nes gens, le plus chic, aussi6l6-
gunt qu'un chel de protocol,
cut tout un pan de mtur sur la
airmbe droite.
... ne se console pus A la pen-
s6e de ne plus le voir durant
quelques jours encore, arpen-
tant le Chainp-de-Mais de sa
demarche un pen dansante, et
sous son joli chapeau de ve.
lours...

... la brasserie mcttre dans
le commerce des f'its de biere
A la pression. Et nombre do pa-
trons en ont acquis pour leur
ktablissement. Naturellement
les gorls ssoul partag.s. Cette
biWre supreme est ce qu'il y a de
mieux pour les uns et pour
d'autres elle ne vaut pas la Pilse.
ner. Un patron A qui l'on do.
mandait son opinion r6pondit,
en riant: *J'attends qu'ellesoi
mise en bouteille pour savob1
Desgens pr6tendentqu'ils ne l'l
ment pas et pourtant mon .,t
se vide beaucoup plus souveat
qu'A son tour, ce qui indique
que chacun prend pour beau-
coup plus que son argent.))
... sourit de ce mot qu, eat
peut-etre la mIeilleure reclame
pour nla Bire .Su'veine.

... a rencontre,avant-hiersoir,
au Champ-de-Mars, reveuse-
ment assis sur 1fun des petits
banes de pierre qui font la
ronde autour du Kiosque un
homme et une temme qui se
disputaient a haute voix. Elle
se defendait courageusemelnt,
piresentait ses raisons, et, par-
lots im me. sa voix mollissait j-e
in oau inflexions de la tendre-
se la plus pure. Lui ne faibMlr
mait pa; ot r6p6tait, de temi 0
tL upb Je ne suij pas on enbt.
,,us ne ame l Aer p ...
... a simri A lenergJe de cet
hommine qi" refusait categori-
quement de figure dans le
troupeau iniomabrabig ds eu g
G@rancs.


11I."eer me chereher pas A .6-
kIr FAntrilme AliAillires el "
dA'sore peri, qii'il en, r..te a se re-
1tirer de 'hraW, ocede lost adt

Iq.ele *at des Wfools lupo"lals.
Amia lyres T. HEKIIiUL
Amasadeur des Etals-Unis, h Paris


ad


4


I


~Cr~Clr3ll~rrrsrr~ - -- I r I


ml


---


. am




F7 ~"T"


PAGE-2


A I.E MATINI


7 Mars 1929


DERNIERES Nouvelles

de L'ETRANGER


C.f FA I C L E t


COrdP| IE FRAU.USR DES CABLES TiLEGRlPHIQPEg
4 Mars 1929

O(rande revolution au

Mexique
Le fiGnral Calles i& la Ile des Iroupea gosvereemenial es


PARIS, 5.- I.es nouvelles de
S l revolution au NMexique out
caus uine forte baisse des vA.
leurs m -x'rninesA In Bourse de
forls. Les bonq mexicaina 6 o/o
out ont onvprt A 810 trancs oat
S16turW A 791 et la Banque nation
nale du Mexique a biiss6 de 736
6 708 Irancs. La revolution me-
sicaine a fail passer au second
Sla i l'inatallation du President
over, mats certain jouroaux
Voient une relation inquietante
entire le.s deux 6v6nements.
K L'lntransigeant l craint quo
les Elats-Unis ne soient enlrai-
nMs dans le conllit comme me-
diateurs qu'en reconnaissan! les
rebelles, si ceux-ci reussissent,
ce qui serait, dit le journal, un
mauvais d&but pour I'adminis-
tration tde M. Hoover.
Les jourrmnt financiers record
mandent aux capilalisles fran-
wais de garder leur sang-froid A
I'egard des valeurs mexicaines
0t d'nccueillir avec un legal scep-
ticisme le comarnuniqu6 du gou-
vernement el des revolutionnai-
res. A la l.,galion du Mexique,
on se refuse A toute declaration
au sujet des ,(vnemncnIs.
I.e gouvcrn'nent mexicain a
ht.nj, tied i it, jviri'tiui sa con-
tie (,Ili nsive anns le hut tW'-.
toil -- la r-vohilimon. l't x prosi-
sir I (';Olc-n a re'lris le cominmi:
Ilen -i I .fei. force S~oiver nevnen
S t hl( t( i ro* ti' tl',.iter le iMstIt'
gt, il i;at fd (Utd I, province tde
S ) i1'* e t It g(nrnial Aliii *ain
.stmIH lo It lrct'lion Ites Ojip ta-
Iohs tIr t I t s it bells 1 Vt ra


lI -r1au te' pit' d' ( r 'ili e ,Ir Iirt'ie
;,,liaus plhis h lnut mI ois .
no'.s ..ignla, te I lt1s' de
lliint i t. est d: is 'le p'o tristel
*thll. L.'sl V tai nei fl p16 i e voir
.g i. s pjr s, St S m i-
Il a p1) s1 '. ,o i orf l inliiQ Ille-
in : :1 \\ .s li if'I!'+b 1, + ,erlenlt.
I. Ia vas.ilante Iiopulailioi ide
il'che ,f , si is P e.1:ibrClllmlt co-
lh(oli 'it t t l.ib )i ic.sc, est it .cou-
l'rag' l < I iain ilt i'i'i*O faidi e i A i
Vteli.vei It' leiile ,' ellh' a con -
ulite l .ilelr 1(loorelr el rendire
gtIt 's i son 0 D).0u.
i ',or cela, eli,"e se retoLurne,
nouts i; it nlr 'e Co.rrts ', powitut,
vu i I. l'I i ;det l I e I. I. p(n -
li'|iiQ l igil lil (ii s r ,I l |i i-h
ti i')ti! r e0.-i dt. I tiro) It, I 111ia lie
i lle ,', i. et bIelie vilit 4.1 es.
pl re q ,i. )Ie P ,' silent l I oirno ;ip-
pol'h 1: I .1ii-l ul.cVS,,e ire iaI Cil '
puII lia le o,.'s u l'tio.1 1 e Iti -
glist

Use S' tion do' I'Alliaure Ir' ,,',is(e
A Porl-de-Paix
Sur la denianide de IL. C. Lli-
risson, MM. le Dr Jeanlty et Ca-
del Dessources, publiciise, ont
fini par instituer aPort-de-Paix.
une Section, du Comitl haTtien
de l'Alliance franyaise.
Une rEunion a eu lieu diman-
che dernier, 24 fWvrier et un
'Bureau a #tt aussi lu : I
PrAsident . i. essources;
Secretaire-Gneral : M. Eat. Jon-
quille; Tr6sorier, M. L. Foucard.
Voici lea Conseillers: Dr Jean-
ty, E. lescot, L. DIevis et J. Ker-
aban.
D'autres persoones, appr6cia:at
le but de I (Euvre se sont faitl
inscrirecomme membres ad h6-
rentas : E. Tiphaine. A. Lamo.,
SR.Th~venot, Dr Sam, Em. S!-
Amend.
Ce soat d(es notabilites dc la
Sille.
S Fractuouse besogne A celfe
ii reante Section qui do. ,i-
dr, talon les recommandations
da bureau de Port-au.Prince, a
Ia diffuuioo de I'Alphabet dans
Ia regionet eu courage les ,co
liens meitanla. -- FElicitationa.

Ji au a irtvtler d'Elea'uialeai


C'est M. Durcla6 Vaval qul a
41t nommd, par Ie Prsident de
ila publique, Directeur ud E,-
SM'nement en remplaceient Je
N. Probus Blot.
L e nouveu membre de ld Di-
oh Gnaraie e de d Es.r ign' -
.40" 8 60 Wt12all, bier matin.


Crnt. On annonce de violent
combats dans la region de Mon-
terey,centre ferroviaire stratlgi-
ue important dans nla province
e Nnevo leon oil la bataille
declanch6e bnt son plein.Les re
belles pr6lendent avoir pris Mion
terey, mais le faith est d6menti
par le general Cervera command
dant les troupes fe6drales A Ma.
tamoras qui allirme que la ville
n'est pas tomb6e aux mains des
insurgds. Les troupes frderales
auraient repoussE certain pos-
tes avanc6s ennemis dans In rd
gion de Vera Cruz. D'Wprcs les
nouvelles parvenues dire'le-
ment de Vera Cruz, les navires
de guerre inexicains ancr6sdans
le port auraient pris ftit et cause
peur les insurg6s.
On ne signatle :aticon coinbal
aux ;abords de la vile on ile cal-
rme r'gne, piarail-il, bien q u'elle
soilt coinm)lement isolke du res-
te du pays.l.e gouvernenment ne
s'est pas borne aux measures mfi-
litaires. II vient d'annoncer que
tous les hiens des chefs insur-
ges voni etre saisis. Le gouver-
nement fEderal a annonc6 son
premier succes important L-igar
1 nisoi, ebel'le d'O(rig i)i conpre-
; nal .') Ihominme's s'est irendue
i aux Iro 11),s loy i des. e g, 'Ivc'-
nement I, h'-ral assure ( qje pas
p'us de b10.00!(l )i niunme (d. i'ar-
timbe q'ii itn comiiple I; i.d0 se
soul juin's atx rebelles l'Un 1923'
la r1oili6 lde fI'Ui;'nma avail lit'
Cause coniliiiiilP ner,' Ie's insur
gts (I ct rj)e ii(liiit Ia gouiverne-
ianent a lte vicloriheux.


Avis suE' la circulation

its ( d lttoi'lw)jiles 'st attirec
-suni Iv hiit (Jtic Iei rcgleiiicnts
stir It (.ircti Iatioti exigentit (fle
Irs~~- 4'dicl Aioloeir ('ireti-
Lu it I rit 'a (lit FI) \III-
in I-c rs visihI cs a I'avuil uatitlHe
Itii ii ere ro i". i I lri ri' e.Tolos
Ics vi'1 oil Ics ,I Imote ir ( M
slat i i one t otil s: rr I cii
ralit1. [I l oi[tsoultreqItlis l:11I1o-
11W ib ii ii ili 11 iifct Im t i e i'
re rong 'visible AIli ~e
C XCCJte 'i. l 1:1( Ii 'Oitre eS1
minire (jilh trend 'lsihI,.
2. k p)miuir de Smiiiiui 9 Mfirs
1929, totito Ia cii'ciil110loit a-
Sant p"ir Ic Chat'll;d cNlars,
stIttVle do 1) S'l' 1 (tlivs. I
C. 1 I.CMt1U.kY
MIftjoi' G ide d'llaiti
Cuifde la IiPolice





Parfsfana
CE SI
Li: P'TIT PAJUGOT
( Suite )
6IMSSF f E
(Suite )
(1.5()


Viennent d'arriver
PommadeMaclie de Bteuf
au Rhum et A la Quinhici,
Crime vaseline, Pouitre Fla-
rissima, de F. Moreau, A
LABELLE JAIIDINIE'RE
1521, Grand'Rue.

Maladiespull
Mautx de Jambes
ON dwamim PRO&sw r
Ean FPrdclw
tADICALIE POUR TOWB
PUM SDIM JAMES,
VuWANS. BARTUtI
ACNE L OANGRAjS 02AIU CLA
c- HOIJX. Dodow on PhAWWOC14
72, nabe 8o Cha. a tL.&Na"a (Soum)
b goo& dw eas" pwak
D" & 19-&A-taSqW #% E
V MATE~uw, Phalsus Salss-fahm"a


1929,7 MAns.-1//sechuchottle,
en ville, de genlils polins On se
les rolporle enrore tout bas;
mais point asse: pour quon ne
les entende : les conducteurs
d autos de la Ligne sont les mal.
tres d(lit ,pa et du... cieur des
belles dames qui n'aiment plus
leanrs mais. Aussi, grand es-
clandre avant-hier apris-midi,
A la rue des C(sars ois le marl
rentrani, Irouva la cage ounerts
el loiseau envolh. mais qul sen
revint bien61l. en bonne compa
gnie dUun chaunffur. Coups et in.
jures, corolaires des scenes de ja-
lousie. ( Les chauffeurs pechent
6 la line ,, ricana quelqu'un
qui avail envie de rire.



Le visage
COMMEE
eg pIel i tut dartiste


Ilne po.ilre qu(i eslt auss'
do ice ,iqi',ne p)!t1in, t g re
comulil'' I'.1r 1 D ivatelsie (*)Iln-
me uo e Ire to i Voil ce que
disent ceix (ln se servent
tle la p)o idre Eeletilo KIlIe
s6 ten' )!i )pe.in I.iiss'lt nute (i 'e pelli.
'Aile tle pot Ire qui rerlI la
pe:iu mussid (I)icc qu'une pein-
ture ('barlisle.

L'E.Vclenlo
It on1u triomnphI. pour la
toilette. Elle amiliorera n im-
porte quelle complexion. Et
elle est delicieusement partu.
m6e. Elle est livree en quatre
tein'es.Brun tonce,Rose,Claire
et Brunellte
En vente (h z lons lesd(ro-
guistes. our 0,25 centimes
seulement. 11 est exp6di6 d6s
reception du prix.
EXELENTI I MEDICINE
1.OVIIPANY
ATI, \NrA, GEUIG1IA U.S A.
A n s lcmandas pour tos
pays.
Etcrivez p: r re iei .4 ,ien .iLs


Metsse de Requiesm
Les Memlibres de' I'Amnic le
des linstiltileiur', t ";lstslitri-
ces lonl (dire uiluC Inesse de
Hi:QLIt:I:, demain, vendredi 8
Mars, i (fi hcures idu nation, enl
I'glise Ste Anne en nlll'noire
(iu re'greIte lllnemibre (ie I'Ami-
cale l11:o\) DE1IOlE,inginicur,
)r'ofesselri' a I'ecole J ,stin
) ,vo'. I


1,s ,pareuts,ainis
et de I'Amicale so.it
issister.


( I'i (l ,. yii


D)unlop et

la line
S'il 'survient peu d'accidents
aux autos de la LIGNE, c'est
que toutes porteut, flotthnt
au-dessus du cap)t, le petit
etendard june et roule sar
des pneus DUNLOP.
*


Avis


Aux amateurs de musique
qui d6sirent avoir des violoos
soigneusement travailles se
Ion lea reles de I'Art, et qul
assurent, grace A une pr na-
r dion acicutflique di bolb
d'H.iti do( t ils,,out laols: on
jeu sonore,doux,harmonlexz.
Avis est doun6 qu'ils en
trouves out en veute A des prix
ti s avuntagcux A part ir de 16
dollars.
S'adresser A Monsieur Em
L. DUROSEAU
Violoniste- Iuthier, sise A
a lie Avenue de Bolosse.
Port-au-Prince,le 4 Mars 19.:9


Adresse a Son Excellence le

President de la Re6pUblique.


Tor beck, le 17 F6vrier 1929
Monsieur le Pr6sident,
LeA habitants de la 'onmmni-
necde Torbeck,mis par le plus
pur patriotisme.viennent v, us
soumettre, par f'organe d'une
delgation, cette audresse don't
Iv but est de vous taire tou-
cher du doigi la plaie qui les
ronge et don't sans doutevous
tMes d6jA p6n6tr6, car cette
plaieest bien celle du pays
tout entier.
Une affreuse misere s6vit
dans tons les loyevs. En d6pit
de nose efforts dcsesperts pour
y i6sister, nous voyons ma-
Ilieureusement I horizon s'as-
sombrirde plus en plus; nous
voyons peser sur I'industrie
de nouvelles lois, les ones
plusduresque lesautres.
L'activil6 agricole,comnmer-
ciale et industrielle se trou-
ve, de ce fait, soumise A de
nouvelles taxes don't 1'assiette
et la quality d6passent ses
forces productrices. Nous ne
pouvons nous acquitter de ces
taxes .sans nous an6mier et
,ous exposer a uu an6autisse-
ment complete.
Sesoumettreaux lois de son
p 'yi est ci n 1dit pt' icrllh
Icvoirs (di CilOmt n i; Iionti l
C'impremnos bIein,mais hela.s 1
a ,luitier ihs taxes djul I in-
dastine se Irouve ,ctuelle-
ment impose equivaut Ila
C -ssatiol a la niitrt, 'Its )ns-le,
de' toite industries, de tout
travail.
Poiirquoi ces exigences?
Qi'e-st ce qui les j'istilierait ?
S, rait-ce I'inltret du lise aiiai
d ualimen er la caisse publiqne
p mr taire lace aux mul i-
pies obligatious de I'Elat ? Le
but envisag6 lei ne serait pas
alleint, car cette measure ne
pourrait que dbtruire I'indus-
trie national au p otit dc I'im
Sporlatimn. N'est-ce pas, Excel
lence, l'opinion que doiventi
se taire tcus ceux, llommes
d'Etat, co nmercarts, indus-
tj iels,qui sont bien au courw t
de la situation haitienne et
qu.i soot le mieux places pour
appr6cier le puids de nos im.
pt1)61s?
Vous 'es..Monsleur le Pre-
sitdent, I rl)itre, plac6 con-
Ine vous I dt's ant timlin dc
la Barque Naliunale.l'lus d'un
se plait A penser que notre
prrsente (deiarche est dtjA
vou6e A l'insucc6s. Pourtaiit
(qii peu alfirmer que vous
u'"tes pas en insure d appre-
cier le m a lin d'y porter, si
ce ulest le rcnmde,la gurisn
radical mais le palliatit, le
soulagzment qui est cerlaiue-
ment possible. Quan.d Votre
coeur sera touche par les cris
de tant d'ines en deiresse :
travailleurs de routes cat6go-
ries, pires de lamille saus
paiu et snns abri, mdrea et
entlnts g6miss:nit aous le
oids de la mi,'e etii ,Mr.
e P6sidncit, la iitis c pay


Toutes






1301
a


sanne don't vous avez toulours
i envisag6 l'int6ret avec nn soln
i particulier, comment peut-on
penser que vou, lussiez capa-
ble de rester indilttrent A
ceite triste situation, aujour-
d'hui qu'il sagit, pour la na-
tion d une question de vie ou
de mort.
Nous venons done, Mr. cl
President, nous, travailleurs
de Ia commune de Torbeck,
nous laisant I"interprete des
producteurs du pays enter,
% ots demand au nom de la
Nation, de vous intbresser A
cette situation p6nible.
Nous vous demandons de
vous pencher une minute, sur
le probl6me qui conditionne
le travail dans notre malheu-
reux pays et d'y projeter les
r.iyons bientaisants de vos ln.
mieres, en vue d'une solution
satisfaisante pour la Nation.
Pour cela, Mr le President,
il imported d'envisager I'am6-
lioration de I'inolus rie agri-
cole qui est A la base du tra-
vail en Haiti, il imported den-
visager la reduction des nou-
velles taxes A une quotit6
raisonable permettant de les
acquitter sans compromettre
I'existence du travail, il im-
po. le enfin d envisager, coin
me moyens de contrite. i une
tn6th ide pratique 6'artant
le sysle ne de reservair en
p,.rspeccive.sysl6me qui,4 n'en
pas douter, d(oit (leterminer
li termelure genarale (es dis-
tillcri c, ou le monopole, en
fiveur de deiix ou trois capi-
talisles, vu detriment de la
itrande masse desd stillalters.
Vous,M )nieur le Ir6sident,
literprle tdes int&rets decette
in isse, n.us sorntnes persua-
d6s ique vous saurez preadre
eu main la d6tense des int6-
rets gAn6raux du pays en pro-
prosant et en exposant au
Conseil t'Etat un project don't
le but sern de realiser le ve i
to in le au nom de tous les
producteurs par les hibitants
de la Commune de Torbeck.
Compt ,it str Votre initia-
tive, Volre effi :ace tlnacit6
et vos lin i es p m- ab')itir
aux fijs desires nous vous
Sri'ns d'agr6e., Monsieur le
Pr'silent, les respectueuses
salutlaions de vos humbles
et obbissants serviteurs.
Suivent les signatures.
b" I


LA rPLUSCIaIN M IT LA PLUS EIVCACI
INJECTION PEYRARD
D'ALOIR *
centre i la BLENNORHAGI
ot foul Ecouloments enelonl
o0u ricent0.
231 l bhes iiPIs
--sur 232
__.(-,Re d., M __.. d'A M .)
Le traitement cot complitE
perles
0 0 ES PETRARDNri'lKITINE'
qui calment la douleur, clariient lee urine.,
prifient le sang et suMient la cystite.
TOUTED sONNES PHARMACIES *
setaAUTtS reTUAD. 4 d. Cm.. Gr PAR


Sles Polices


DE LA


mmI


Siw eofanta t





A t uite do. fet
acti* pat leh
la nourriture id6a
croissanceducorps
Donnez de L'mhulto j
Scott A votre gauM-
ou fifette.



A vend"
Meubles: Lit, dre
feuse, chaises,meuble
A manger, phonograo
repasser lectrique,
teur, grille, fer A plil*
vers articles.
Aussi une linmousi
vrolet module 1926 0
6tat.
S'adresser &:
Lieutenant DICKM
Rue 7 Babiole entire
P & Q.-T61. M.C.10*.

A louer,
Au bois Verna. Grand
son basse, trois.chamil
coucher, remise et d6pl
ces, electricity
S'a ire-ser a
Mr Sch6rer BRAA
7e Rue entire K & L


S Violetes imp,
vous les verrez s
cran, ina's vous les ato
votre corsage, si vous j
vos pas au magasin do
IAUL L. AUXI|
oi les Fleurs poir rolbi
si jolies et si fraches.

Un nouvol ouvu
de L60n
ABREVIATION, C'Cst
d'un nouveau r.ecu
mes que notre char
et d6vouo collaborate
Lkaleau. fera parattre,
premiers jours d'avri
prairie de France. Le
raitra dans la collect
g6e pajr le po6te An
tainas.
Le volume coOtera m
et le nombre d'exe
qui seront exp6dies A
Prince est restreint.I'eui
qui d6sirent se procure
vrage doivent, jusqu*
Mars prochain s'inscr5
bureaux du ( Malin .


- I ;~i iT rr- J '---~-~L- ~1_ _rr .~ _~-- ------- --- ---- I---a


comprennent la Protection centre l

Foudre sans auqmntation de tat



Fua.LeBossekCo


SAgents Generaux
HP~a- u*(framrninmini


I--


-


v








22.me. ANNA& N 6637


Port-au-Prince
T96phone : W224


Le Manll

mIX 'Alo


Jeudi


7 Mars 1929


r JAN


Smdu
Len

ll.hl*6t trh. p.m., au Palais
G,$.. Mgr Jan, le nou-
ulaire 'du Cap
i|9 t WMi aisMi-
I t -1s la R6publique,
M t sxig par le Concor-
s d'Etat, S. G.
m s s, Archev6que de
at de Port-au-
tdinaAd Wiet, E.
SPlenipotentiaire
A Port-ru-Prince, M.
Chef du Cabinet
llir Pr6sident de la
qeN MM. les Chanoines
de la M6tropoli-
b directeur de I'E-
Sle Noie-Dame,
TCSa t ps4ph,
ur di Petit-Se-
SAbel Thard, Mi-
Palipotentiaire, Chef du
ol,leSupFrieurs de F'ns-
St. Louis de Gonzague,
vinciale des Freres de
clion Chretienne en Hal-
re, ancien Superieur du
ire, assistaient A la cere-
u'l cut prdt ile serment,
velEveque du Cap, s'a-
Fht su President de Fa l;I-
e, lui renouvela lassu
i de son inalterable atta
ent A notre Pays, A seslIns-
OiBs et le gage de son in-
Sdvouement A la paix
i bopheur des Ames con
iAsa $aroe.
Prtsaident r6pondit en f6-
Schaleureusement le Pre
Stn lui exprimant tous ses
Sde pleine rkussite dans la
mission qui lui est d6sor-
idvolue.
pcourte mais charmante
on eut lieu apr6s la c6-


Mgr Kersuzan
it la itsallle baltieae
b e" r. rIite'e -"

'Le Pr6sident de la R6publi-
que vient d'honorer d'une hau-
te marque de distinction, S. G.
MB'. KIrsuzan,' ahcien e6vque
dr qap-Hattien, Archeveque de
Serglopolis, qui d6missionna
tout recemment, en faisant par-
venir au ven6rable Prelat la
MNdaille haltienne Honneur, Md-
rite.
Ce sera, sans doute, A 'ave-
nir, une bien douce consolation
pour Mgr Kersuzan, en jetant
un regard sur sa longue et la-
borieuse carri6re, que de vtir
sur sa poitrine pr6s de ses au-
tres decorations briller la M6-
daille d'llaiti od son apostolat
fut fructueux et mdritoire.


Len lerrement des arts
an eimeli#re
Nous relations, hier, que des
des gens qui assistaient A l'inhu-
malion d un mort turent vive-
mentincommod s par une odeur
naus#abonde s'(chappant d'une
ombe voisine. On cru tlout d' -
bord que cela provenait de ce
que la losse d'ou s'kchappait la
puunteur n'avait pas tL, creu
see avec la prolondeur rcgle-
menlaire. l.'enqudle a revle
qu'il en etait autrement. Le tu
mulus #tail en terre, sous I'ac
lion du soleil, il s'~lail fendill6,
avec, de ci de 16. des atlaisse
merits de la motte produisanlt
dt s trous prolonds ; el c'esl par
ces excavations que s'clhsp-
paient les dangereuses exhalai
sons. Mais la lose avail la pro
londeur exig6e. El le necessaire
a Wle vile laii et tout danger con
jure. La ( ommiss on ommuna-
e a aussil6t pass les ordres
les plus soveres pour que les
measures les plus rigourtmes
soient prices pour eviier, A I'A-
i - i -l


venir, le rt tour e pareils lamis
I'v e ,, qui ne sont, apies loul,que d'or-
S 11o dre na urel.
ManiimbAgNtobaGo I -______"0
Meal de la R4psbU-
deo Cuba
Iti-bier, est arrive A Port. A ouer
bee, M. Enrique Lopez,
issaire Commercial de la A partir du ler Avril 1929,
lique de Cuba. M. Lopez la maison A elage en briques
SPort-au-Princesp6ciale- si'ue 6a I'encoignure des rues
I6dgu6 par le Pr6sident du Centre et des Miracles, oc-
do pour fire connaltre cupee actuellement par le
products cubains.En con- Service Techn ique de I'Agri
ice,le Commissaire Com- culture
II de Cuba organisera, A culure.
tion Cubaine A Port-au- S'adresser Ila Banque Na
, une Exposition permen- tiODale.
nroduits de la K6publi- Fo
sine. Fr l e /e I
I souhaitons un heureux Alter Ap il Ist, two story
en notre Capitale A M. bui ding corner Rue duoCen
le Lopez et aussi que l'i- buI ding corner Rue dii Cen
re du Couvernement cu. tre and Rue des Miracles.now
I faisant connaltre ici les occupied by Service Techni-
de I'lle sit les r6sultats que de I'Agr culture.
fructueux. Apply Bauque Nationale


Le rafraichiss

Coca-Cola

nuisible a

Le Superintendent sant
tiff6 quoe o'et un

IDelaratiess jestes et lpportune
poor la d6tfrae de
-mmmmu --

On se rappellera que, dans
notre edition du 12 novembre
1928, nous avons reproduit on
extrait du Heraldo de Cuba don-
nant certaines informations d6-
lavorables au Coca-Lola, I'ex-
cellente boisson que The Sparks
Milling 'o de Port au-Pr nee
met en bouteille et vend sotns
licence de The Coco-Cole Com-
pany.Nous prenons plaisir A re-
produire aujourd'hui la rntrac-
tation comply le de ces inlorma-
tions parue dans le numdro du
ler decembre 1928 du Heraldo
de Cuba.
Le lIrtaldo de Ci bI) qu', A
lt avers toutte son hisloire, n'a
jianiai- eu d'autre aspiration que
de it rvir les ii.tereis populaires,
s'est rkcemment lail I'6cho d'une
d&noncialion loinrultse deviant
Its autloriil, anilaires conlre le
i alraoh hiss, ment bien connu ap-
pel Coca Cola el d'un rtpport
du superintendent sanilaire du
DWpartemenl de Santiago, qui
signalait la presence du coli ha-
cille dnns une boultlle souniise
A lanalyse. Nous clrnmes alors
servir I inlir-t du public en le
m0 thint en garde ontre les pos
'-.bli es dun mal. Mpis mainte-
nait, apies la decision techni-
que de la Secretairesie d'Etat
comp6 ente de I'Hygiene, dans
opinion de laquelle le ralrat-
chissement appel Coca-C(ola esat
sain et ne conlient aucun 1i6-
mwn, de ia famille des bactt ries,
ni aurune substance nuisible
qui puise t aflettr la sante des
ionsomniateurs, nous sommes
les promitrs A reconniltre et A
d6t lat r, avcc grand plaisir,que
notre camipague etait sans lon-
dement el eut son origine dans
une lausse idde que vous fit con
cevoir une denoncidtion anomny-
me leshle sans confirmation.
La Coca-.'ola ne con'ten done
pas de cocaine, in n'cn n'a ja-
mais contenu comnim il rsulai-
rail de ces inlto malions iuiwvo
ques qui nous otul uiduits ein er-
reUr.El quan A la calOtiue co -
tenue dain une boulcille ordi-
naire de ce produ t populanlc,
c'est 6 peine le quart de ce qu'(,n
en trouve dans une lusse hub.-
luelle de coal.
L'pnalyse file par le service
sanitanie de Sanliugo de Cuba,.le
20 sep tembre 1928, el qma lut ci-
t6e plusieurs lois par ce journal
dans les articles en question, re-
vtla 2n reality qu'une bouteille


NFA LTRESLIFE



Ihsuranrce co


Une des plus fortes COMPAGNIES


'AN4AtfmENNES d'ASSURANCe


-v laV


EUG. Le BOSS & Co.

Agents Generaux


S I -


S -I I


H J OI I f'
7 i l 4 # -".



SUMIPOINM6


ement appele

(i n est pas

la sante

taire do POrient a cer-
e boiison saine.

s sur la campagae du HERALDO
la saantl pubhqler.

de Coca-Cola contenail les mi-
crobes appeles coli-bacilles.Mais
tiois autres boute lies de Coca-
Cola analyses par le service sa-
nilaire et sur lesq *elles port.-
rent le rapport du Dr Miguel E.
Dobal, Superintendant sanitai-
-re de Sanwiago,du 29 septembre.
ne decelerent aucun coli-bacille.
Nous reprodu.sons ailleurs la
photographic de ces analyses
officielles.
II est certain aussi qu'A la sui-
te de l'analyse A Santiago de la
bouteille de Coca-Cola Irouvde
contenir le coli-bacille, toule la
tCoc.i-Cola qui avait lt6 mise en
bouleille a lai mline dale que
!'echantillon ful reprise par la
labrique et dhtruile iminmodiate
inton. Ciele action lut dcaide&
sponil nemnent par I'administra-
teur m'me de la I'.,brique de
Coca-Cola A Santligo de Cuba
qui tie d'sirait mainht nir sur le
inarchs aucun orodait don't li
purelt et la salubri'ti avalent 6'tl
irises eni doute ou en question :
bien que cependant cc soil un
faith bien connu de Ia profession
mdicale que le b:acille-coli n'es,
pas la cause de la fl'& re typhoi-
de et qu'il se rencontre frequemr
ment dans les eaux de consoin
maltion de quelques villes. La
reprise el la dest auction du pro.
duit lurent mnenoes bonne fin,
aux Ir ias de la labrique, sous le
contr6le du service sanitaire.Les
3 585 bouteilles de Coca Cola
qui I renl dtlruites de celte ma
niere ne hurent pas analyses el
on ne sail pas si elles ont pu
contenir aucun oli bacille. En
iealiil6, I'analyse de ces 3585
specimens aurail constituA, as
elle avait ltW ent eprise, un tra-
vail formidable demandant plu-
sicurs mois et de grands frais au
laboratoire du service sanitaire.
II avait ltW dit aussi. dans les
articles en question, qu'en di
vtrses occasions anelrieures, le
gouveimnment de Cuba ainsi
que celui des Etats-Unis,avaient
pioohibA la vente du oca- ola
sur tout le ternitoire des deux
pays, A cause du fail qu'il avail
Ott trouv6 que le product con-
tenait quelques substances nui-
sibles A la sant6.
La rkali(6 cependani eslt que,
dans ces deux pays o6i cellt
boisson esl prise par un grand
nombre de personnel, les de-
partements d'hygifne respectils
ont faith diveisea investigations
sur la Coca-Cola et que, dans
chacune de ces occasions, les
analyses officielles, le lemoigaa-
ge de la profession m6dicale et
celni des experts en substances
alimenlaires ont dbmontr6 que
cette boisson eat bonne et ab-
solument pure de tout ingre-
dient nocil. II y a des donn6oes
completes sur les temoignages
et les autres preuves se rappur-
lent 6 ces investigations, dans
les archives oflcielles des Se-
cretaireries de I'Hygi6ne de Cu-
ba et des Etals Unis.
11 parait opporlun d'Atablir ici
le fail, connu de beaucoup, que
la Compagnie de Coca-Cola eat
une'des plus grandos consom-
matrices du principal produit
de laub.: le sucre. Prise indi-
vid.ellement, cetle compagnie
est la plus grande consomma-
trice de suere dans ie monde.
Noun devona declarer aussi que


Ia Cbmpagnie do Coca-Cola n a
d'en ente sp6eiale avec aucun
pro ucteur ou raftineur, mais
qu'ele *ach6te son stockade su-
cie On toute amd6pendace, en
mareh6 ouvert. Elle eaploie
seulaumat le eucr" de caane
blanc ti ramo6 de' la meilleure
qgal it la quantity qua en faith
btsOin s'et 61eev6 dejA, cette
4 6'r, i 'ud us deal cents mii-
lions do lives.
Una circoastance a pes sur


notre jugement d'une maniere
decisive pour justifier i'ampli-
tude st la place privilegi6e que
nous donnons A ces declarations
raisonnees, c'est que duns les
torts involontaires que la cam-
pagne du Heraldo de Cuba a
causes a i1'elreprise de Coca-
Cola, on doit considerer, coin-
me un tacteur notable d'aggra-
valoon, notre grande circula-
tion qui n'est pas limitee A Cuba
seulement, mais s'eend aux An-
tilles, au sud des Etals-Unis et
A d'outres pays strangers de
de tangue espagnole. Nous ot-
Irons donc, dans un ellouit loyal
et sincere de soumission a la v6-
rit, les memes moyens puis-
sants de diffusion pour consi-
gner que, sous la lui dts analy-
ses et des certificals olticiels re-
cents, la Coca-Cola est une bois-
son same et que sa consomuina-
lion ne signilie d'aucune ma-
nitre un danger quelqu eloign6
qu'il son.
KRpublique de (ulilt
Secretairelie de I'llyvgine
et de la Bienlaisance.
Direction de I'llygine
Bureau local de Santiago
de Cuba.
Le Docteur Miguel E. Dobal
Poman, capitaine du service
nieta.cal de I li iln e, su uiTtti'il-
dant di bureau local du service
,anitaire de Santiago dc Cuba.
(mi:irii-ii: : que dauns le livie-
registi e des conrespondances det
cet oftice, i'analyse suivante est
enregistree sous le nuiniro miil
cinq cent soixante-sept:
Section de bact6riologie g6n6-
rule. Analyse numcro deux mille
deux cent cinquanle-neuf. Dl)r.
Juan F. Fernandez, bach'riolo-
gisle du Laboratoire iNational,
action de 1 Orient,
Cerlifle qu l'chantillon de la
boisson appel&e Coca 'Cola queo
met tn bouteille la compagnie
du meme nom, dtablie dans la
meme labrique, deposee sous
le numinro dordre deux mille
sept cent cinq par le Superin-
dant mil.faire diu hureanu sani
taire local de Santiago (de Cuba,
conlient :
Proc64l type A.P.H.A. de 1925
Nombre de colonies li par lcc
Coli-bacilles O par Ice
Baceries pathogenes Opar lcc
(Eul, d'helminlhes 0par Icc
Streplocoques Opar Ice
Protozoaires 0 par lcc
Conclusion: Ce'te boisson est
bonne.
signn) D. L. Salazar, Direc-
leur. Dr F. Fernandez, hbiwtrio-
lo gsle.
En toi de quoi, A la dernande
de la parties intIresse, prdbs
pavement prealable des droits
y all6rents suivant quittance nu-
m~ro trois cent vingt trois de la
zone tiscale de I'Orient, les pri-
senles ont 16 delivrees ce jour
vingt neuf septembre mil neul
cent ving,-huit.
Dr Miguel E. DOBAL.
Secrolairerie de I'lygidne et
de la Bienfaisance ),.re lion de
I'hyginie. Bureau Sanitaire
Local de Santiago de Cuba. :10
spbre. 1928, No. 2567. Sortie.


Echo
DU


27


f vrier
evrier


Le Cousul general de la Rd-
publique Dominicaine, M. Lean*
dre Morales, qui remplit si dia-
cr6tement et si eflicacement us
functions, a ferm6 brillamment
la journ6e du 27 fevrier, anai-
versaire de l'Indkpendance do
son pays par une reception qui
revelit un cachet de bienveil
lante distinction, grace A I'affa-
bilit6 toujours en veil des char-
mantes flies du Consul, Miles
Maria, Pepe, Cuca et Luz.
Madame Morales, absente, a
comininmore la grande date, si
lcgitimeinment chore aux Domi-
nicains, au pays natal.
Citons, un peu au hasard de
la meuioire quelques nomns par-
nii les invites qui parfumdrent
de leur presence les salons
des distinguks h6tes: Miles Ma-
deleine, litza et Antonine Faine,
Germaine Martin, C I m e n c e
Cheraquit..Invanniin'etOdeti't An-
selme, Denise et Lina de Malttis,
Isabel et Germaine I)elaquis,Al-
tlgraciia Stpian, Amy leichaird-
son. l.aura b(reger. LIu1 Adam,
Carielai Issel, Doulond, The'ri-
se et Martlhe Hludicourt, Mina
el Aida WVidmnayer, .olilia et
Vivita Cuevas, Sabitle 1'inckom-
be, toutes ses gentilles deinoi-
sell's accomnpagnbes le leurs
inres, les distinguish MNiesda-
nies Itichardson, Aiselnie, Cue-
v'as, \Vidmlaayer. Faiine, (Chlirti-
quil. La june Madainme S.alim
An1ln tail IA ave. S.ili1n. popu-
hlair et dlircal Cr'iviiili dii pays
du codre.
Nous avoas rsei'rv' puti)r uine
place A part les deux fIiumnes
des diplomats, Matliis si ave-
nante et une nouvelle et trds
sympathique physionomni du
mnonde social, 1'ilgante iMada-
ime I. Cirvino, feminie ldu char-
mnant Charg6 d'Affaii ba, M. IA. Cervino.
N'oublions pas la niece di Mi-
mistre Pl6nipotentiaire de I ran-
ce, Mr Ferdinand Viet, don't la
grace toute francaisea djA con-
quis tout le monde.
Des dominicains de marque,
M. Batlle, Elias Brache, Andres
Pastoriza, Enrique Aguiar, po6-
te et Charge d AI'aires el des
haitiens tels que M. IHNdicourt,
ancmen )l)lgu& aux (Cionrgis de
la paix, M. l'61ix Magilire, an-
cilei Miiii.'tre Pl niipuotenlitiire A
Sanlo-liomlnngo, alnciell Stcr6-
t:ireC di lta des li ilations l:xlt-
rieurc's, DI)r ionondo .\ilel Thw -
ard, Chef du PIolocole', Ipirti-
cipaient A celte fOr pour la-
qluelle nous fklicitons chAlleu.
reuseniet l hai aille Morales.


Ce n'etait pas un Bluff...

apres tout.
LafamoeuseCheo. olet6sfaltenfo n son apparitiou
Nous avons le plaisir d'annoncer A notre nambreuse clien-
Wtle que la premiere carga son de 4 CHEVROLET .SI est en
boudne et que dor6navant des envois r6guliers uous permet-
tront de satisfaire toutes les demands.
Accourtz donc et place vos commandes... Premiers arri-
ves... Premiers servis... et la liste de ceux quiattendent est
tongue.
WEST INDIES TRADING (:


Clinique Leon Audain


1161, Aveue lehi-Brown. -


Phoer 2223


" .Diretelur sientiliqae, I' B. Riet -
Coilaslatimas, madicales et Ch(iruricales
Traitement de Cabinet
Traitement nouveau par aqto-acci is
Laborat uire M6dical ,'
Rechcrches ..I,. i, . uniques
MAthude de tr. .,, *' hratoire lela Facultl
de M6decine de Paris.
( H6pital aintdLoiaso )
Urine, Sang .r hats Relactuo de Waiserman
et Prise de sang et Prdl6vcment divers,


matit de 6 Lbream b8 bear".
IA 801,40 3 bre.9 tfA~k4


V


A


~pc~5A.


,'A( :


-.4


.iII.~*~


- ----- ---------- rrr__ ~I* ---- _~_ ___ __ __1_1_ ___ _ ~u _yur_ __~";----_ m"___ ~___


- ,n. __


1 r -


I .

































ALUMINUM LINE
New-Orialm. & South Aineriei Sieamhip Compai Inc.
PI'OuAINS D(I'ARTS DIIFCTS; PO)UFR lOT-tRr-J-llCE HAITI.
Un steamer laissera New-O)rlkans Ie ) ',airs p rochain
poor Port-au-Plrince et les ports (Wi Sudl.
Ce 2 Fevrier 1929


A. de MAT'ITEIS &-,
AOIkN'JS (ii.Nf ItA Lx


La santi est une premiere micessiti
L'6aaaWie d'maae santi aagnilique
opgue touat dana ce monde.4b Lee
-% mAladIke proviennent des germs. Wi
aboadt dasa I& "left~. Le Savos
L~kbumo ditruit tous. les germe. do
IL oe. IllI&purifie et I&protfgs,


!. PAG L- 4




Poud


[reTEINDEL

donne un teint de lys


PAudre idi
ad.cernh'. fur
cor-',nr ia'T** Ira,


3, '
3. ru


Y5S'




alae impailIe.
n pwtism dMIkt,
aicheur de fI jeu-
'. efface las rids.







kRYS1
e de Ia Paix. 3
PARIS .
4


lru,. 11:.41 1.,11r, ,*I.


" V1. ,-.tw tituurrI


A vendre
A vendre une belle collec-
tion rc livres broch6s. uvres
de Bonrget, Bordeaux, etc, et
ces romons-ciln6. .
S'adresser an Journal.

Horn-Linie
Le vapeur.Waldtraut Horn)),
venaut de Kingston via le sud,
eat a'tendu \la C'apitale le
8 Mars, de passage pour I'Eu-
rope via les ports du Nord,
pregnant Iret et passagers.
i I


Avis de d part
Le d6pches pour New-
York et I'Europe(via N.-York
direcl)par le steamer Ancono
serint fermees Metcredi 6
Mars courant.
Port-au-Prince,le.5 mars 1929
Remerclements
Les comites de la Crdche.
de 'Alliance Franqaise et la
Mutualit6 Scolaire remercient
les initiatenrs de la 1Wte inou-
bliable de samedi soir du
concours apport6 A ces oeu-
vres si pleines d'intrdrt.
Nous avons v6cu des heu. .
res d'art unique A Port-au-
Prince. *
Exter oris6s un instant nous
nous sommes crus dans les
grands centres oi0 unis dans
un mdme esprit de charity les
hauts pers'.nnages, diploma-
tes, ga6nraux, medecins, avo.
cats (etc)d,mettent leur talent
au profit d'oeuvres humani-
aires.
Eucore une lois merci,mercil


1@


FDftBLlSS!


MW du am*. ow Eo tao.
evpdflem Aa Soviand; aI;Wee Auuibre deuaa
b"I'G~AMS&L .: DUICHIEKS. g9.. tePaul "sof.d v, Pe


A.. .
Voyage a Jeremi&

La Vedette Pantal6on GuilbaudD, de trtost
du Sud jusqu'A J6r6mle partira pour le me.itit
7 Mars courant a 10 heures do matin.
Les passagers soot iuvit6s A venir prendre let'
109 Rue des Miracles en face du Bureau d le i
Electrique d6s ce jour.


t'ranqois LETELLIER


A L'ELDORADO


SOLS TROLIEREZ:
Ln BALLARD de luxe,


De (WdicieuxSORBEMS el de
rexquise CREME d la glace,
De la BIIERE fraiche el mousseuse
De savoureux SAADRICHES
De fameux COCK' 2AILS
Du CHAA PAGAE
Cajd de ler ordre.
ELDOAlADO
Place Dessalines
FRED. GAIRAUD, directeutr.


Panama Railroad Steamship Lt


Service de Irdt et de passagers
INEW-YORK CITY N. Y. CRISTOBAL, LANAL ZONE et lea PORTS 4
OUEST de I'AMd,.RIQUE du SUD.


Garde d'Haiti
Bureau du Chef de la Police, Port
au-Prinee, |pMuhblique d'Hallti
ierVars 1929.
Avis
OB.JET: Recensement
des Etrangers.
Tou'es les personnes resi-
dant A Port-au Prince el qui
ne sont pas citoyeos de la
Rcpublique d'llaiti soilt de
naissance on par naturalisa-
lion,sont invitees A se pre-
senter au Bureau de la Police
dans le but de laciliter le re-
cenement annnel.
C- I. MURRAY
Major tarde d'Haiti
Chef de la Police.

NOTICE
SUBJECT : Census of
Foreigners.
All persons residing in Port.
uii-Prince, who are not citi-
yens of the Republic of Haili.
either by birth or naturainza
I im), are requ, sled to please
(all at the Police Station, tor
the purpose of facilitating the
annual census.
C. I. MURRAY
Major Garde d'Haiti
Chief of Police.


EN FRANCE1
Mrs. SIIELDOM Ce seat represealt: i
P.r lebs aisoas sivantes: :
GELATLEY HAN VE% & Co
21.1lue de la Republiqde
Marseille
IFRNU I'ERON & Cie Lt
53 Quai Georges V
Havre
HERNO PEHON & Cie. Ltd
Rue du Moulin k vapeur
Boulogns/Mer
!TERNU PERON Cie. Ltd
9b ible <(e M:ra's
Paris
lit MU IPERON & Cie.Ltd
Hue de la Tranquillitd
Dunkerque
Il tI-U PERON A Cie Ltd.
Rue Roy
Bordeaux


COPENHAGUE
Danemark'
Mrs. E. A. BENDIX & Co.
21 Allengade, Copenhague
GENES
Italie
Mrs HENRI COE & CLmRS'
Piazza S. Matteo, No. 15
Genva. Italie
OSLO, NORWAY
[International:
Speditionsselskad
HAMBOURo, GERMANY
Mr H. Vogemann
Hambourg,Germany
GorrounRC Swi. e MrEDEN
Nordisk Express
Gottemburge. Sweeden
ROTTERDAM, HOLLANDIh
"'Mr. H. Vogemann
[Rotteidam. Hollande


P


'I
*
I






























.4























a


ife,


SSOU- (ENTS
Port-au-Prinee' re. (.ILG
JMr~mie: JEAN BLNCHET


V- -___


",. ',


LLMUA'I'1 -7 Ml.Miis 19D9


plus rapid et le plusdiiect service de transport depassagers et du trdt atri
et tes ports Europ6ens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de
Voici la liste de nos agents pour les priacipaux ports de I'Europe:
Angleterroe cosse Fralo0" .
Mrs, G. W. SHELDOM & Co--17 James Street, LIVERPOOL, ENLet.t ,


'4


I


MiragoAne TOVAR ao


,Ieaqtue hAse ici-bats a sa compensation nais chaque
% Yl<,; \a ,i iRne Police pour composer les accidents
S or de Icit.
l., s !,, lice, de Ia

General Accident Fire & L
1 A ..* T I, l


Assurance Uorporation Lta.

de Perth & Londres
garanliront voire personae contre les accidents qui..vas
chaque pav, votre automobile coioute collision, vol, leo, tod
v(illance, dommaqes causes I aulrui dans sa person.e *s o
Ili,." vi., lte mrison contre l'inocndie et lea mdo caU m"M


Veuve F. BERMINGHAM


- ----- --- ~--- I___ ___ ____~


--


-- ----- -- ---


I -~ L~cs ~l~ -i-ulYb


I i
I.e m/s Minia Horn P, ve-
"nint d'Europe, sera id versle
15 courant, en parlance pour
i Kingslton, etc, pregnant Iret et
passagers.
Port-au Prince,le5 Mars 1929.
REINBOLD & Co
lodmitairs.nUllam fle dos Ptle.


*-%


i '


~ ~(,Ud~4,


1


I


a-i




LE MATIN ---. Mars 1929)PGI


-, u ~ -- - ----- -- .-.- - --. -
~3*~~.~* . a.*~*~ -.


DE PLUS EN PLUS


LES NOUVELLES VOITURES ET CAMIONS des GRANDS
FABRICANTS SONT EQUIPES AVEC

Les PES elt les HMIIBES


Sans


. ,Godrich
i ve to..rwn s


discernement toutes Ics Marqucs (de Caoutchouc subissent


epreuves severes;


ct le choix de GOOD1IICH


a une signification double


I La Qualite etla Valeurde la Voilures sont
par l'Equipement des PNEUS et d


Le Prix d'achat-de la Voiture


encore


augmentees


es CHAMBRES


aussi bien que le coit d'Entretien


sont reduits au minimum.


EXAMINE VOS P N E U


et CH


A


MBRES MAINTENANT


Toutes les Dimensions


Pour CAMIONS


et VOITURES


en Stock.
-'0O0o-


Toutes les Chambes
GOODRICH
sont


* HEAVY DUTY
-o001-


Goodrich a
cilvertown
4.4mvtna firat CoAohuaa


VOTRE OPINION EST SUPREME, MAIS POUR APPRECIER UN BON


PATE, IL FAUT LE GOUTER.

Achelez "Goodch'


HAITI MOTORS S.
DISTRIBUTEURS POUR HAITI


PORT-AU-PRINCE,


A


4.CA
CAP-HAITIEN


des


2)


-- -1-- ---- -- --


- ---


-


PAGE" 5


i


..





IL MATIN -- 7 Mars 1929


-- ------- ---------~.-------- - -- _____


A W PORIW


Noti av'ons


I'avantage d'informer


Messieurs


les IN1NIEURS, ARCHITECTi


et


autr'i gi l&'&sses


En n'importe qIuelle (iuant
ds maintenant pour v'os


asl Ils e .


qtiu nous pourroits fourir, partir d'tgrIi altrs cour6nt
nos PETITES BRIQUES de 1-7/8 d'8IPAISSEUR..


ith3 c sans avcrince UCine.


bcsoiiis


Ull pr'omnpt service


dce


flOS


BRIQUES IL


tout inoIiwrd, vt


flOliS


11 suffit de


NIOUS


insCPire


A B \UDRY afin devous
rappelons a nouveau aux


hil Ct 1..scs


en Irov\ince qIue


10lows


pourrons lur" fire des prix tres avantaceux


Ipour (1'<'a1cs livr'aisons par H voilier.


iNoire mlelhode mloderine de t(lbricatlion i iotIs assure icune brique


(vclics


el


vos constrilctions.


belle mIaisonl elle


V)O1IS


lune briqeii de loule


La BRIQUE


dur


solidiCe.
e des ce


de


dimensions ab.


Employez seuement' la briqtue


ntaines


d'annees,


C


rendr a volre nmaison plus fraiche que loul cut're


te d'une
mnateriel


Soll11-11ici1ion.


IPoiii' ('P()ourIQcI ia


const~rlisucli n assvlive en


briques


en Hai'i,


nous reduisons


Crosses


141 f li. EnI
j IIItU


Ilos p)I'r. (Ico"lIlC suiil
Briq(ues 9x4-1 2 x 2-


Petites Briques plinCes1\2 x4 1


partir du 11 Mars cowuant.


1i P. 12,00 ex-'d6pt Port-au-Prince.
/2 1-7/8 P. 9.50


Weilh0 1 b.-tun tic se et11,Ir hire u~ne 1 o ne maw en eabriques a r~ous sowsraresg ',p t4 r ~deev4adeJecredif
0 no )vo-Brqu Ia Tudiy jour ct,nsru~re g.!us st hIi-n- m uI Qltmai! on qul dursr. a non eiiian~et our1 OUR ntme, wuisi
IiIZII) (Ieo r -r l ants IEIez Posw voir si voms u;vtz bi'soin de briques credit. Ion usines unodernes louroassent des Lr
It vtu J,'.( ,F 1i.,(Iis(, 1, P 11 asi, (111 Vler t01. s 'es iit.grw-A dealer visifer rnos UMme dvmu i jlary tout moment.
611t ll ti. v J; w 'Pn.&i(Itjt (eii rnie, (I une visite I notre Ihine vous cot-vaiocra que vtu 'dewcz comsfruaire.en Bnqae I
MANUFACTURE (de BRIQUES A/ S ((LA BAUD'RY))


Agence de vented,
L. PREETZMANN AGGERHOLM &
Rue dui Qutdi,' Pd6ihi-rince.


COMPAGNI G(B ifNI.RALI- a1 i
TITANSATI ANTIQUE 3 i ,


#, 'a nii


he ramer *Macoris, par-
tira de Port-au-Pirince pd ur
le Havre le 2 Mai prochat~t.
, Portfau-Prince, le 1~ Mat's
1929.


E. ROBELIN


& Co


The Royal Mail


hicutlAtre ,scront les. graindes et solennelles Idles de la
Semaine Suinte. PfAi i s arrive ofi chacun lieit A sc procurer
les at I cles les plus dtlicats et les plus ihics.
Aussi pout r6pondie au desir de sa clientele, la Maison
K \VSw, Si.MANOS a prepatd uu stock special de marchaodises
pour a hede r qui qu ce urs, ves.
Avant d'acheter quoi que ce soil ailleurs, visilez


KAWVAS Herna i;ps


nrt!M BAIBANC~1RT


Agents.' Rod. Gardwre, Proprielaire
I .'* '* 't S t -


Steam


LA Vape P ".V t0 tl_ dt KidK toon et ties port a do
t d, ser A lsa capital vers le 12 Mars, partaut le mdme jnur
p* O1 l aEOrope via Ies ports dwi Nord
1. J. (BIGIO. Ajent Gn6uaml.
T.lphone, 2311.


owbqa rboawetm~ilo .porter A Ia 4*
I ONPullk ie tir do ce
~t~i~n rlest cam tWuh:

fwun a oailes %frbomh
Rhum'
Rhum
Les clients du Rhivm Barhanc urt sont
trnuverout touinarsit teRhtiniBarboncourt


contig e a I'ancienne
Ch'min des Dalles.


maison de Mme Vv(


Eoqgai ctd
lour, Ie lri d
15,00
2000


revenues quils
e Barha'-yo',an


L9fw'Vi DES RHUME
C'EST LE
NECTAR GAETJAEN
N* 1940, RUE DU MAGASIN DE L'ETT.\T.

Reduction de Prix
Rhums en bouteilles A parlor de I gourde 1,/2 6
1/2 bouteille moltit prix.


Sans


1 Etoile
2 etoiles

4~oiles
5 41


etoile 2 Gd>'
2,50,


4,00.
5,00
7,O1


14 RIUM NIC MU ys4*2W ans. .'
SES PRIX ler Prax j dIII* d'Or, A Expiosits
M M tj nsCommunaml i
tcpr= -a.M
La MaisooticutsaushiAIs disposition de w me j
Alcool rectIfilt poor liqueurs, alcrf pou r ~ALbIht
pout lamp& at&,


il


pour


de


--*- -- -- ;--~-- -- I---n I--------~


- --- -J -- ---- Ir


I


-- I -. _ __


-- --


PACIF- A-


. -'A. .. -


soluincidi


1


Co


ft


a ~liacoris 1)


el a'




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs