Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04106
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 2/19/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04106

Full Text






Ifnent-MacIoi~re


16,RUE AM9RICAJNS Iais
ThEWB6NI ksMeano


hme ANNEE N* 6623 PORT-AU-PRINCE (HAITI) S \MEDI 19 FEiVRIER 1929
: lL 2 . i , l I I I I II I I I -


iLA SANCTIONS ...e qui I

/du Traite des front res se publie...

haitiano-domminica nes

-iL3 .1,c I /lbl Oamlld-loI Ipdolalo M REeS de .1hdecine hailienne vient
PI A eabeIo latoIoaml halattU ) d de parailre. U'n exemplaire
seniobW Ionalie nous a Mk' graciensemeot re-
mis. II p I):lh i de ( fort intlbrts-
,endredi, come LE MATIN des fays intkress6s une satis- s (h'5es ch s s .Scielifs ei de
.lataitleonseild'Etat u- factoonexclusive au detriment lels j a es scienltilue'i rt.
aiaen attributions constitu- de -IYoimi.. [ associationn Catholi-
m t^es d'Assemblde Natio- Dan's Ja prioccu iUon des L ssoiation Haho i
,eapporW la sanction: I- dowGouvernemr n vieille q iuie tde' la ,Jernnsse Haitic Lne
tWIe au "2raitd sign le 21 formula de Iuti posidetis a vient tie longer son BUal .Lt'E-
cr Ocoule entire la Rdfu- fait place a souci d'assurer A TI N. Le No de janvier-fevrier d'
deharti et la Rdpubhque chacus des deux Peuples en i a parn. C esl I'aum6nier Le
'unicaine, qui met ddfiniti- litige des limits repondant a Vous les trouverez at; : I Association, S. (. Mgr, Le
tentfind la vieille contesta- une r6elle utility reciproque. Bazar Mropolitain. Gouaze qui dfimt, en une
qlu e.islait enlre les deuxr Au point de vue si l1ev6 qui Au Bon Marcli, vigoureuse et belle chroni-
qu an sujet du trace de lears seul pouvait pernettre de Crstal Marrhet. que, le but, les raisons de ia
jntidres. trouver pour hi question le Chez Derci. fondalion de cette Associa-
Le 7 fivrier, la Chambre des mode de r6glement convena- tion. En outre, ce premier
Uputis dominicains avait ble, se marque d6s les pre- e...... numrt s a conlitent de no m-
sanclionnf le 7raite par 24 miers mots du Traite, et i re- d AIO li saurasmatiesqul01,
oix contre 4. Le Snat domi- Coit sa complete expression LA MAlSON lira avec plaisir.
f'cain I'avait d'jd dpprouvi dans la ligne meme adopt6e bA b
qdiquesjours auparavant. pour les frontibres. La Com- A br aham SABAA
..hou publions le texte du mission ne reprendra la des- le 240me annidersaire
hpporl de la Commission cription de c e t t e ligne; de Peti,-GoAve du Sa're de M' Piclho,
i-alae de I'Assemblde Natio. pour la caract6riser, il I u i Offre A sa clientele on stock de Qearante A ;inlqiianle Hill' Dollars 11 n'est, certes, point IIr,)
"te haitienie charge d'exa- suffira de constater que si, au en TISSUS Am'.icains el Anis ta d pour que n(ous pr'sen-
er'le irailietdont les con- centre, elle comble le d6sir 16- tions nos vaeux it nos con. C
.dfions lendant d sa sanction gitime de nos voisins de relier Cette Maison don't la renomme n'est plus a Jaire sur la pliments A S. G. Mgr Picho:i,
oaidM voldes vendredi. par une vole de communica- 'lace de Petit-Godve se rdjouit du plaisir de pouvoir annon- archevtque-'uvetiie des Caves
tion directed leurs dtablisse- cer aux inldressis et surtout d ta NoMlilu'si. (:Cl.NTI.rf d(I dont le mardi 12 f1vricr mar
Messieurs, ments de Restauration et de Sud qu'elle vend un stock de QUARANTE a CINQUANTE MII.LE nuait 1.21inme aTiniversaire
Banica, elle satisfait par con- DOLLARS en 2issus amdricain et Anglais d pri.r riduils (ill t conscrat ion e') isco ale
Le Traitn soumis Ae volre tre un besoin nature de nos minimum. Ce stock a did ricehmnent connmmande en ue ide Mr i ichon et, en ITet ,
anctfion par le Pouvoire Ext- populations, en nousassurant leur donnerpleine satisfaction durani la recolle si imauvaise. Naicr come archevlque (de
cutif et qu'A votre S.ance du 4 la pleine propri6t6 de l'Etang (e stock consiste particulidrementl en: I Cabas. Ic 12 fvrier 190i. h
yrier vous avez bie vaolu aAuAt (lf Fondu q l..a. Kaim dwAaes marques et4Mieurs, Drill coueursetSport. Nous noud rjouissons dc
.lr6eore At tiP xaeat n, a Assuai) tandis que vers le Kakiblanc, jauneet couleurs, B!eu lelson el diverse mar- cetheureux anniversaireetre-
.0ur objet la dlimitation des Sud, cile. assure aux, deux 'n es, 'heck Bleu et Couleurs gr. el pl. larqgeurs. indienne gr. nouvelonsnos varux les itIs t
roili6res des deux Etats qui Peuples, au prix de sacrifices ar. et pt, larg., Calicol toutes marques el larqeurs, Bleu jran sympathiques anu d vou6 Pr- r
s partagent la souveamineto ugaux, ia jouissance commune as, Everett, Zephirs. Prescolt, Everell Bleu. Aansouck l t. arclievq.ue 6vkiue des
"derled c'estlecinqui6me ac- rdune portion de la route des lanc et codleurs. Percale bleu, Percale blanco, Demti Denil gr. revue e
-cord qui pr6tende mettre ter- Pddernales. larq. et pt. large. Gros Deuil anglais. Drill blan,c Drill Tussor,
me au litige qui les divise de- Les deux Parties renoncent Drill flanelte, I oile fantaisie [ni el couleur, Cripon ad qeurs
Muis plus de soixante ans. A aux r6clamations q u'e Iles et barres et Lni, Couire-lit couhlur el blanc. Bis. Chaus
versess reprises, ils ont esti- pourraient avoir I une centre settes, Chemisetles. Serviettes, howmhoirs ouhlard et Madras DWdicalde d'un rm ple adirntisei
m6 lavoir d6finitivement r6- I autre, et le Gouvernement toules grandeur et qualil. l oile d drap, el DIVERSES TOILES i t 1ort-au-Prini'e
.1,4-reparaissaitlans son in- Haltien prend A sa charge d'in- DE FANTAISIE et GROSSERIE elc. Vendredi prochain, 22 f'- I
tritd sit6t qu'il s'aissait demniser ceux de ses ressor- vrier, aura lieu la ,1edicace
Sexcuter ou m6me d inter- tissants don't les propri6ts en i'oubliez pasque la maison a des haneau.r en line de la du temple de la mission Hai-
er les conventions qi s'6- territoire dominicain, furent, fameuse marque CAMBIAGI. tienne des adventistcs du 7"..-
iePt flatt6es de les r6soudre. en 1844, conflsqubes par le Accorelienl Jour, rue de la nion.
; Le Traite sign A Santo-Do- Gouvernement nouveu. \ ente surtout en Gros. Accoure:- vi le, liens. ela sen La cJrrmonie comnmenera v
le 21 Janvier dernier Le Traite du 21 Janvier pr6- lve, car c'est un vrai slck en qi on. A 7 heures 30 du soir
sen'te avec de tels carac- voit d'ailleurs tout un ensem- Pelit (ove.le 24 janvier 1929. *7 hcues 30 dI soir.
qu'i' n'est pas t6meraire ble de measures destinies A en l
urer que, plus heureux assurer la complete efficacitt. -...- -------. L
ses devanciers, il ne s6'- Dans- les quinze ours .de .w Livres
ira pasau premier effort raHflncation, une Commission L M M is Sl"h
era fai our.le fire en- de six nmembres coLnmencera La M a son M oise Sale i
ais le domnaine pratique l'ex6cution du trace des fron- atO Rue des Frront-Fort c Ven11 re1
'ltresterala solution per- tires. En cas de disaccord, A vendre uine belle collec-
s ate de la question qmi en sur le t tails, la diffieult6 se- Met en liquidation, avec grand rabais,Ies articles suivants: lion de livres brochcs,(euvre%
l'iobjet.' ta tranth6e par la Commis- Casimir couleur, drap noi, et bleu marine, Serge uoir et de Bourget, Bordeatux. (Ic, el
4 inirks par I histoire des sion elle-mnme A la majority bleu marin, changtone double I.,rgoiir. Chapeaux paille fine des romans-cine.
iment de 1867, 1874 et doses membres. A d6faut par pour hlomines. Forames de chapuiitx pour dames', Chapeaux S'adresser nu Journal.
lea signataires ne se sont elle de la pouvoir rksoudre, de paille pour entants, Ombrelles pour dimla s, noire et
'gntentns de poser en g6- le TraiA privoit l'intervenlion couleur et divers au rr's arlici s.
Shl'base de delimitation d'uuhe 'Coninission 'de einq La Maiso' vtnd e) g-os et (in detail. NT'ACITEZ s.n'in. -
deux Pays, laissant un ac- nuembres A la'nomination des ACHre qe pas A tx...
ult6rieur de la prkoiser, a kmet*m s lintk're es -- es marchandises int6rieures.
ont fix6 eux-mdmes cette de ceux desIEtatl-Udis d'A6' quand vous pouvez avoni de'
ration dans ses grande. rique, du Br'sil et du VWn6- *a s iu vor d
i come dans ses details, zu6laet nt laid6cision eat Rappelez-vous, fam ilies IC" ars sparieur ,olur
luant le parcours qu'elle sans I ppe. ** A A
Msulvre,lesdiff~rents points I otre Commission vbus re- Que la plus agr6able pension scolaire au triple poiult, de vue PAUL E. AUXILA
-e dolt traversr-ies con- commande. do&Taite t Etude, Iravail, Sin, c'est 1 INSTITUT TIPPE.NHAUER
w 9 ternrain qIl'0 OS- d tie*'S a d- Que lo meilleure et la plus rapide mi6thode d enaseignement le reuom 'et
t ". teett'ei l e t, elem- -lassque moderue s'emploie s taire..
S'1o i b ctg as au L'INSTITUT TIPPENHAUER F
alanten n d seu dio os nci- succ6, I'an deruier, de ou s a elves de Premiere me pridilmoat an
eq nt '1talloDs ne se-. pale, i cont ie la mmis- eat une preuvA evidetuie ct ctlu de se elves de 4mie et
ion ]L AJlp)L e1 t -n| 7me. n en st une autre. Llasiitut ofre, aux retardalai:es les Depuis avant-hier les pt6di-
f (r ; 1 ut ose*rvacts dba casseI de ntutosoptue. cations et les pieux exercices du
et a v cbe du Car.me ont commence dans les
I'eleenel d Tra. w. et irrevocable do litige qui a Heures des teurs: 6 a 8 hsures p. m. diffrentes paroissen de Port au
g qnips p sur les re- Sec tou pratique: Sieno-dactyio, Lumpltabilite, Lan- Prince.
oIaf tgo daIdti Aays. guts. e 7 A 8B h. p. m. A la M6tropolitaine, le diman-
J ,nvier tit a Vi Lhe** N'h6site pas si voi desires avoir entire satisfaction c c, 'et M. 1'abb Surget, vi-
r' r -ion copier vos entant heraile sermon e Cathedra, qui don-
f l^ |, L*1NVTITUT TIPPENHAUER rs ^ de la semamne, c'est "I.
rslio ni. L '|. 1 T TUbE Brunet, aum6nier A Saint


it en rendre ia solution ias dp4,ihs pour New Recowau d'Utllit6 Publique. Louis deGontague,quloccupers
reuse pour I'une o ork et Europe (via N.-York Enseignement,clpssique geoural. la chaire.
S des d P r e u Pr le steamer C'listo Pour la semaine-Sainte, la
t piut5' Ae sfi mercredi | p ratique sptdel. retraite annuelle des homes
.. commence,'a le lundi saint et
F--iEn- Pr6paratiou anx Universit6s. sera pr6chie par M. le Chanoine
o ri q u t Place, le 18 PI- & _,___- '. Mahot, directeur de I'Ecole
C pour 1 un ao are vf 1929. Apostolia9 Notro-Dame.

IL


1llIre I


... vOit, avec hien (lde nla peine.
tls Vsis. es ;an 1Iigris de -mimes
jI d m .iunes lililes, lout Ie on,,
die nos rues et se deiailndtc awvec
inaiiciude si ce soul les cons6-
,liiuences ds ijois liurbulenesdu
ca rnaval on le rsulltal dujeu-
Ilw atilUel st cotinl'mint cipen-
dant le careinc cells qui s'en
soult trop 'r lni-i s ;" iul rit les
ours o) il i'tcuit pas defend
de manger gras tous les jours
mime Ie vend(Irei.
... I'a(Idl ira:il de ses runelles
61,1 gi es et d'une palpitation de
sea plaupires. 11I (ait assis au
liur Terminus, dans un grotpe
de uailre jeuines lilles, 616gan-
Ics, lhItls el CIq(IMi'la tles. II pr-
sail lillrdIra lii IIl .) t ir oil lie
sail quel )1lotograi|l1e invisible.
l':t pourquloi ne i)pas Ic dire. il
,i'll ait u si lare qt' i t' s's gt'tes,.
c.ir I,, /fine sacldi6 edinl aux
While Hor'k. lhs :iinI\vichs aun
gite'iLux etl de iltls en;Ci temps
ommlile pour st trendre co;np.
t' (iq'il navait pas tW vol0 ou
coinme pour ahlnirer ses for-
Inme rI'lisuianth's (daliis le clair
de lune, itl lan;aiut d lonngi re-
gard s 'caresse I rs AI, s j olie (Ch rris
ler vitrt'e. EI p)is vitnt ile mo-
ment d'e'irtre)rendrei I prome-
nade promise au couis de li
bombance. Galaunment NOTrm:
(EM. le vit ouvrir la portiere, se
detruvrir. Et lorsque vint le
moment de parlir il sentit jque
le volant btait ansez duIr sous
ses mains. Au mnme moment
des gamins et tous ceux qui
prenaient i'pp('aritil'au Har I'er-
minus se miirent a rire. Notre
lommne avail une panne de ca-
outilichouc. (iraltineiml (lc Ia lete,
loigIs enerves caressant uine
moustachlie absel', COUp de 16-
6pihone A la \Wvst Indies, ce
lut tout le tra la la. EL Norau
(:IL qui ne se ermie pas tot, le
vit encore A la mome place., ou-
jours mpann. MIlis l'auto clait
vide. Les belles setaiunl envo-
16es vers leur lit on une autre
voiture qui ne se pavait pas le
luxe d'avoir une panne jusle au
)on moment.
... a rencontri 'ne .njolie jeu
ie tille telleiuenlt a3rdhee (|ie,
pendant une second, il aI pal-
pitk de joie crovant que l'ou re.
vivait encore les trois jours en-
fuis trop vile du Carnaval.
... a reiarqui que (depui%
quclque temps. le concert de-
vient, chaque dimanche, de plus
en plus achaland(6. Tout un
monde compact et murmurant
se presse autour du kiosque,
apple audissant A tous les mor-
ceaux que I'oin coute d'ailleurs
dans le silence le plus religieux,
et c'est du ddlirelor que lecon-
ceru s'aclve stir Ia meringue
traditionnelle. Cela permettra
ap maltre Occide de revivre un
peu ces heures d'antrefois od,
jeune encore, il moissonnait de
nouveaux lauriers cheque fois
que la Musique du Palais aug-
mentait d'in nouveau morceau
sou repertoire si riche.


Navire tourI ts
Demain, A 9 heures du mating.
arrivera A Port-au Prince li
navire tourist Fort St. George, 4
de la Furness, Whitty II y.
de nombreux tourists, environs
50, A bord du navire quilais
sera note radei5 hIeurw di
I apricc-iidi. y

Les candid an 61ectios

Pour la Commune de l' \nse*
ai-Foleur, c'ebt M. Octavin s Md-
hu qui se porte candidut anx
elections communales.
Nous lui souhaitons bone
chance.


a -- i21


*


Une bonne education nous
permet de bien doser nos imper-I
linences
Mae CAi [IES


.... !*


Cpl~Llcll~CI--~"''--~-~


__






PAGE-


* .


LE MATIN 19 F6vrier 1929


I ~-

Lits en Fer et en Cuivre, les Glaces, Tableaux, Chaises & Dodines, Jeux de


Salon ( articles Viennois). Glacieres, Armoires, Coiffeuses que vous trouverez




chlez I. BA LLOVI FiIs



sont des Articles de premier choix don't les prix sont absolument modiques
-- i i l Ill I I I i i I l I ll Il I I


LES DISBOURS
Au moment ou I'Assemblde
National allait proc6der A 2
sanction du Trait du 21 janvier
relatit A la question des Iron-
tidres haitiano-dominicaines, plu
aieurs discours furent pronon-
c6s devant I'Assemblie.
Coest d'abord M. Camille J.
LIon. Secretaire d'Etat des Re-
lations Extirieures qui prit la
parole. Puis les Conseillers d E-
at Emile Marcelin et Emma-
nuel Destin s'adresscrent tour A
tour A I'Assemnblee.
Le Conseiller iEmile .farcelin:
Messieurs,
Le patriotism haYlien n'est
pas intiress& A ce que nous dis-
simulions les erreurs et les
lautes que nous avons coinmi-
ses tout le long de notre Ilis-
toire, jus(lt' la crise lale de
I'annie 19'15. Nous devons, au
contraire, en fair souvent 1'exa-
men, afi'i d'lablir clairement
les diflertnces qui existent entire
le pass# et le pr permettra toujours de mieux
organiser notre vie national,
de la rendre de plus en plus di-
gne et de continue avec liert6
nos destins.
Nous sommes rests trop
longtemps attaches A des id&es
et A des sentiments ndgatits qui
devaient inevitablement avoir
pour consequence la debacle de
1915. Et il est dilicile de trouver
actuellement des pritextes sp6-
cieux pour justifier les coidi-
lionsdiplorables dans lesquelles
nous avons vecu certaines heu.
res de notre vie publique.
Cela condidWri, avec un juge-
ment lucidle et Cclair,. nous obli-
ge A reconnaltre que notre pas-
*t, A des 6poques encore assez
rapprochtes de nous, avail quel-
que chose de dkcourageant pour
action libre de I'haltien, pour
sea d6sirs de progi s, pour les
voloun's rtormnatrices de quel-
ques uns de nos hlomies d I at.
II est certain lu'avec les
temps actuels, nos points de vue
out chani4. Nous voulons, sans
perdre nos efforts A des retours
qui placeraient encore notre Pa-
trie sous une nouvelle menace
de ruine, et en tenant comite
des circonstances et des 6v ae-
ments, des n4cessit6s de fail,
rIaliser avec inergie et loi les
conditions de durne de Ii Nation
haltienne, don't la naissance lut
si klatante.
El ce sont ces grands reali-
sations qui sont la cons'ante
preoccupation du President de
notre RApublique. C'est en cher-
chant chaque jour, par I'Mtude,
A r6soudre les divers probltmes
do notre vie national que M.
Louis Borno eat parvenu A theu-
reuse decision d'une solution
etficace et definitive de la ques-
tion des trontifres.
Des contlrences eurent lieu,
pour la regler A la convenance
des deux pays, par un acte d'i-
nitiative des Chefs d'Etat de la
JUpublique Dominicaine e' de
la Republique d Halti.On se rap-
pelle avec orgueil et joie leurs
visits reciproques, dans lcurs
Capitales. Des deux c6t6s, toute
une fouled denout les entourant
de sympa hie, Ils acclamant.
El c'est dans cette atmosphere
de conflance, de sereine dignity,
cque se pournuivirent les n6o.-
cations qui ont about au Ta ati
dominicano hialtien, soum:s en
ce moment A I'approbation du
Conseil d'Eltat. Nous devoas lc
sanctionner sans reserve parce
qu'al a une signification pro
ronde, parce qu'mI sera deso,-
mais un insirument de tixitmY
dans les relations cordiales de
dcux pays et qu'll hera naitre un


rapprochement Iraternel plus
grand des deux peuples ((qui
habitent la meme lie, qui vi-
vent sous le mome ciel ).
Je ne puis m'emp6cher en ter-
minant, Messieurs, de rendre un
16gitime hommage au Pr6sident
Vasquez et au Pr6sident Borno,
qui ont n6gocie ce Trait6 avec
beaucoup de sagesse et de pa-
triotisme et qui auront le glo-
rieux privilege d- le ratifler
au nom des deux pays, des
deux RHpubliques soeurs.
Leur tAche accomplie aujour-
d'hui, apres avoir mis un term
aux disputes et aux passions, il
res'era aux nistoriens impar-
tiaux de demain la loy3utd de
proclamer les gAndreux efforts
taits par ces deux Chels d'Etats
pour parvenir enfin A cet'e so-
uttiorn pacifique et definitive de
la vieille quest on des frontieres,
si souvent et si vainement agi-
t(e dans le passe.
Le Conseiller Destin :
Mes chers Collogues,
Je ne viens pas refaire devant
vous I'historique de la question
des front 6res haitiano domiini-
caines. Je laisse ce soin A ceux
d'entre vous pour qui les tra-
vaux de chancelleries n'ont plus
de secrets et qui, par des 6tudes
sp6ciales et coisciencieuses de
la question, sont plus A l'aise
pour vous en parler.
Le but de mon discours est
de rendre un homage haute-
ment miritA A Ihomme d'Etat,
au juriste eminent, au Chet de
notre Parti politique.qui. par la
volont6 consciente qu il met au
service de -a Patrie, a conduit
ce pays au reglement d6ltintil
du lilige rest st longtemps pen-
dant entire la R publique Domi-
nicaine et nous, en signant le
21 janvier 1929, le Traii auquel
notre vote va apporter la con-
secration offlicelle de loute la
nation, je cite le President de
Ia 10publique, S. Ex. Monsieur
Louis Borno.
Le Trailt que le Gouverne-
ment vous demand de sanc-
tionner est 'ueuvre A liquelle
teonit depuis longtemps le Chef
de IEtat. Plus d'une to.s, durant
son long sdjour A San'o-Domin-
go come Ministre Pliniputen-
thaire de la Republique (Hai i,
nous avons dt, autant A son Itui-
bilett de diplom:ite, qu'A la po-
litique iclairee du miouverne-
ment de la RIpublique Domni-
nicaine, de n'6tre pas entrhala s
daus un confli! qi'aucun des
deux peuples n'avait jamais dd-
sire.
La Nation eniiere lui en sera
reconnaissante et la postlritt
impartiale tressera des lauriers
a cet ouvrier qui accomplit un
des travaux les plus glorieux de
notre histoire.
Depuis une quarantine d'an-
nees, les chefs d'Etat des deux
Ripubliques out toujours tentt
d'arriver A un accord pour le
trac6 definittl de nos lignes tron-
tires, et, pour cela, se sont tou-
jours m6nag6 des entrevues ami
cales et bien intentionnmes.
Le 3 F6vrier 1890, c'est le
Pr6siden Hyppolite qui rencon-
tre A Thomazeau /e General
Ulysse Heureaux, president de
la il6publique Domanicaine. Le
5 Fivrier,une convention eOt si-
gneoe entie le deux chets d'E-
ti..Le t1 a, .a' Il,M. Ariananl
Thoby es r'e;- ,ar le Prsileat
Heureaux comme Ministre de .a
R6publique d'Haiti A Santo-t1o
.tungt. JtL lentet ani ss lettres
,t. creauces, 1. Thoby pronon-
ca ces puroles:
a Deputs plus de trente ans,
une polatique de pail et d'uuion
aUlnme entire lea deux peuples
dominicain et hajtlen sest ni I


La sanction du Traite

des frontieres...

V Suite de In lPre paqie )


I tmognage de bone voloute
au monde, la Rp ublique.Do-
minicaine et la Rl6p ublique


pose presque d'elle-meme A la
sagesse de leurs gouvernements.
En elet, c'est en s'aidant mu-
tuellement et en r6glant dana
un esprit d'kquit6 et tout A lait
de concorde, les questions liti-
gieuses qui peuvent se prsoen-
ter, que les deux R publiques
seurs sauront atteindre libres
et ind6pendantes, leur plus
Randd d veloppement materiel,
intellectual et moral, et occuper
ainsi un rang digne de leuis
destinies dans le concert des
Nations civilisdes. n
Deux annres plus tard, le 18
Avril 1893, le Pr6sident Hyppo-
lite partant du Cap-Haitien sur
le ( :esalines, rencontrait en-
core le Gentral Ulysse Heureaux
venu sur a El Presidente ), aviso
de guerre de ia Marine domini-
cainte, A la baie de Mancenille.
Enirevue cordial au course de
laquelle L. i. E. E. r6solurent
d'arriver A une entente qui put
satislaire les interets des deux
Etats.
Nous voyons qu'en tout temps
la volont6 des deux peuples
6lait leadue vers le r6glement
amnical de leur vieille dispute de
frontieres.
El, inalgr6 les conventions
d arbitrage, les travaux des com-
missions et les accords qui se
sont sncce6ds dans la suite; mal-
gre les louables efforts des Gou-
vernements de nos diftlrents
chefs d E at. la question des Iron
tieces 6tait restee entire, dan-
gereuse et inquietante entire les
deux peuples qui se partagent la
souverainete de t lie.
Mais un soir, c'tst le 29 juil-
lei 1927, notre Capitale est en
d6hlre. Toute la ville est debout.
Le canon tonne. De la toule
amass6e dans les rues parteat
des vivats chaleureux. Ce Wnst
plus une entrevue, c'est Son Ex-
cellence le Pr6sident de la i1t- (
publique Domniicaine, le inte- *
ral Horacio Vasquez qui vient
laire visit au Ch-f de la N itlion
llaitienne, S. E,. le Proundent
Borno. Le souvenir des fetes
grandioses qui out marque le
sejour chez nous de ceL h6te
illustre est encore vivace en no-
Ire esprit. Qaelques mots apris,
c es,' le President d Haiti qui
laisse le Palais National pour
rendre au PrOs dent Vasquez sa
visit de cordiale amitie. Et de-
puts lors les elites domintic ine
ethailtienne season rapp och:es,
se sont connues da vantage et
ont lusionn6 pour trouver le
sens et la conscience du grand
devoir mutuel, compris enfin
par leurs concloyeus les plus
eminents, par les vrais dmiec-
teurs de 1opinmon publique qui
realisent aujourd hut le plus bel
example d amnour human. Ce
traite qui limited nos territoires
et qui eat en memne temnps le lien
juridique nous unissant A nos
fr&res de l'Est, honor la cons-
cience international.
Nous pouvoas dire qae tlei
deux visites des Chets d Etal a
Port-au-Prince et a Santo-Do-
mingo ont eu une influence con
siddrable sur le Trailt du 21 pn
vier dernier. tet instrument di-
plomatique qui vient regler une
question aussi vieille qu'epmneu
se entire deux peuples frires par
leur situation giographique et
assurer un avenir de paiR et de
concorde aux deux pays est du
au tact, A la sagacity et au pa-
triotisme du President Vasquez
et du Pr6sident Borno.
Nous devons en itre fiers,
nous du Conseil d'Etat, qua
avons mis notre couniniuc en
un tel Chef pour la part qui lua
revient de ce grand evinemeni.
En ces temps ot les nommes
d'Etat de tous les pays toudent
des Sociites, provoquent des
conttrences tuernalitonales,ten-
tent des arrangements pacifi-
ques pour affcrmna et gdrntar
les drolts des nations, couaeil-
der et faire reguer ta paix enue
lea homes, it eat dgreable t'e
constater que, pour donner uu


DERNIERES Nouvelles

de L ETRANGE

COAPAGMfE FRAN~AISE DBS CABLES TgLEGRAPHIQUES
118 FRvrier 1929


d'Haiti viennent de rigler sans
heurt leur diff6rend de tronti~-
res.Cel example que nous gallons
don ner contribuera certaine-
ment A raftermir Ia fraternity
pan-ambricaine poor laquelle
des voeux si ardents et sI sin-
cores ont 61t, hier encore, for-
mul6s par le Pr6sident de la R6
publique de Cuba. S.E. le g6nd-
ral Machado.
Je vous demand done, mes
chers Colligues, de voter A I'u-
nanimiti le Trait6 du 21 janvier;
ce sera line preuve de plus de
la 16gitime conflance que nous
devons faire chaque jour au "re-
sident Borno qui prove que
par tous ses actes A accomplir la
tache de diriger les destinies
de notre Nation,il y apporte I'ap-
pui d'une conscience grande,
ferme el digne.


A propose des chantiers
de la D. G. T. P.


Noslecteurs se rappellent sans
doute que notre confrere le
,Nouve listed ) avait prktendu
Lie bon nombre de chantiers
e la D. G. T. P avaient tW
fermes et des employes remer-
cies, en donnant A la chose les
apparences d'une ad6bAcle ,e.
Nous avons cri6 A I'exag'-ra-
tion et notre confrere, confirm -
mant sa note, nous avait invited
A nous renseigner nous-m6mes.
Or, nous I'avons tait en toute
bonne foi, et non seulement rien
n'existe de la pr6tendue debAcle
annoncee par le ( Nouvelliste ,
mais encore voilA qu'une de-
mande de credit extraordinaire
de plus de 5 millions dt gour-
des vient d'ctre d6pos6e au
Conseil d'Etat pour divers tra-
vaux don't nous relevons les
suivants :
Amelioration gLn6rale des
sentiers, y compris achats de
machines et outils n6cessaires
pour les routes 550.000;
Travaux divers sur la route
Cayes-Camp Perrin : 96.1500;
Am6lioration des 6gotts de
Port-au-Prince: 15000;
Embellissement de la place
Dessalines: 50.000;
Siphon de la riviere Moman-
ce : 20.000;
Ecoles iudustrielles A Port-
au-Prince: 3 millions;
Fermes 6coles rurqles : 400.
000; etc. etc.
Notre confrere voudra con-
venir que le tort, dans resp6ce,
n'est pas de notre c6t&.


Rivera ne se decide p9s A
ter la prdsidence du conseil;
suppose qu'il apportera des
difcations A la torme du
vernement et qa'il donnera
de liberty A la presse espag
le. La suspension des sfal
de i'Assemrnbe gtii.'rale qui
vait singer j.jslui li ih i de tH
vrier et te I it. qsue le g-a.rl a
donne pas de coim nuniqi so
cieux semibleut iitdlucr qu'il
prepare A abandonner les pW@
voirs die atoriaux qa'il exem
depuis plus de 5 ati'. lT'ipagju
entire suit attentive ;auent
6vanements et on croik glnbn
element que le Pr.sidlent du
seil ne pourra pa~ t esiitcr pl
longtemps aux dem iales de r4
tabhssement da regimne con
tutionnel. .
La Prohibition el h question
aouivejux croiseur's daiiI le lI
grs des Eemis-Unis
WAStlNGifON %pres l
lente attaque du s6ilateur Ra
du Missouri centre la prohi
tion samedi dernier, les deb
conLinueroit demain n A I
sion de la proposition deld
Jones tendaut A yugatenler I
maximum de peines contr!
violation is de la prohibit jon
portant les ameadei A 10.
temprisonnement A 5 am.
project de loi sur les cr6diti'
la Marine comprenant les
n6cessaires A la mise en vigg
du nouveau programme
croiseurs sera 6galement du
16 au Congr6s.La question et
ce moment soumnse a la oa
rence des Repr6sentants duSI
nat et de la Chambie.
Trotsky en Turqtui
coNs~frAriNO ''E-ua
une nouvelle non coalirm
Trotsky qui est actuellenq
gard6 au .onsulat soviaiquas
rait transler6 A IA nbassadt,
Angora.


La question du d6sar-
moment naval revient
our le ta pis
Un Communiqut du Frreign Office
LONDREb- Bien que la pres-
se brtanuique consider la d6-
claration late, samedi dernier,
par le Foreign Office comme un
d6saveu oflicil de 1'expost que
sir EImne Howard, ambassadeur
de Grande Bretagne,a bait la se
maine passee A Washington sur
la situation navale anglo-amd-
rcaine, il y a de fo tes chances
our que la discussion du pro-
blme du d6sarmement soit re-
prise Ir6s prochajiement.
Ce comnuuniqua du Foreign
Office availt ete rendu nieessai-
re a la suite des compte-rendus
erroues et contus de la diclara-
tionde l'ambassadeurquiavaient
ete reaus par les journaux an-
glais ; auisi pour prkvenir la se-
maine prochuine A la Chambre
des Communes des critiques
come celloes don't certaias jour
naux se sont d6je lait echo du
lail que les progrds realists par
le gouvetneinen brntannique en
ce qui concern une nouvelle
po taque du desarmemnent nonat
pas tte portes en premier lieu a
la connaissance du public an-
glais.
L'lver & Paris
FARIS- A 'anris, le thermo
m6tre est descend a au-dessous
de zero. Une depiche de Sofia
announce que le vapeur tranVais
a Jacques Frycinet ), allant de
Constantinople a Bourgas, s'est
echoue sur la c6te balgare. On
croit que l equipage est saud.
La satto de Feh
PARIS Letat de santW du
marechal Fochi sesigrandement
am6niore.Les inede:iis qui soat
venus le voir ce matn ee cet
apres-midi out declare qa'A
momns que le marnchal n'ait une
rechiaLe, 11 pourra avant la fla
du mois partir pour le sud de
la France ou ii achMvera sa con-
Valesceuce.
De graves 6v6nements
sont prootese on ispa.
gao
Oas roil que Prise de Riera re-
aoleeri a la dictature et retablira
le regime constalutieasel
HEND.-iE On s'attend A
des eveuements de la plus haute
importance cette semaine en Es
pagne st le general Primo de


mUI dui


I
U





U



a





U
il
U.


Toutes les Polices


DE LA


I


LI EmSRANK


-1


~J~ OAPMrUlOn, C"Ie
Suff~oodoAte9


CISARETES C
ot iaPUBREC
Or WaRfY, 55301. SSMautn,
at too" hm


comprennent la-Protection centre la


Foudre sans augmentation de taua



Euq.LeBosse#Co


FAgelnts.Generaux


__ T __ ___ __ _ __ __~___ _


i., -




I --- L U -- 1- ---


'LE MAITN-19 F6vrier 1929


PAGE-- 4
1...I. II.wo


Le visage
COME -
m polnture d artiste.


U'ne poudre qui est aussi
dovce qu'ne plume I L6g6re
come Pair. Duveteuse cornm
me un 6dredon! I VollA ce que
disent ceux qui so servent
de la poudre Exelento. Eile
s'tend doucement sur la
peou, laissant une fipe pelli-
cule de poudre qui rend la
peau aussi douce qu'une pein-
ture d'artibte.
L'Exelento
Est un triomphe pour la
toilette. Elle amiliorera n im-
porte quelle complexion. Et
elle est d6~icieusement part.
m&e. Elle est livrke en quatre
teianes,Brun tonce,Rose,Claire
et Brunette.
En vcnte chez tous les dro-
gaistes. Four 0,25 ceutimes
element. II est expddi6 dns
reception du prix,
EXELENTO, M MEDICINE
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents demands pour tous
Ecrivez pour renseignements


Orange CRUSH

Lemon

Lime


I W"


forite drink
of millions
Coca-Cola has been the
favorite drink nla the
United States, Canada
mid many ocher coma.
fte- for moe tMhan fm
ty yars. Served today
all ovw the world.
Botled by us in ma,.
h.ed bout., sh d.
goodness andl pwity
tred hnt r i you.


No. 331, M4Ui~NNE.FOI
Port- au-Prince
LivraisonDomfell


VIGUAD, M-U5TATIOf

IL SUFFIT de prendr
A rum do s rep"


I~1,I~w Ir~mrSt Diqj~R~

qul sont t.ut o felt bleahe
64 equaise I"e e
DFIAUTA PARIS
ftr t laibl.M t m Ima s go WA
-r t


EST DE PLUS EN PLUS INDIS-

PENSABLE DE VISITER


AVEC LA RECOLTE DE

COTON qui COMMENT E,

CEUX QUI DESIRIENT SE

PROCURER DES ARTI-


CL ES INDISPENSABLE

ET a BON MARCH PAR-

TICULIEREMENT LES

COMMERCANTS

TANT DE LA CAPITAL

QUE DES AUTRES VIL-


LES, DOIVENT


AVANT


DE FAIRE LE MOINDRE

ACHAT, SE RENDRE


CHEZ




Kawas Hermalnos


PLACE DESSALINES
Caht chic Restaurant de ler choix o 1l'on trouve A toule heure les consommations
les plus d6licates. Sandwiches sans pareils Bire A la Pression.












Insurance Co

U.ne des pus fortes COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCE

sur la VIE

EUG. Le BOSSE & Co.

Agents Generaux


I - 1 -


eH iiaulos e heu eltril
Ah lb,' P e t iard.
Her nmain,A8h urts45,I'au-
to No 230 con'uile pat son p o-
6i0taire M. Nrmoui% Thos, a
is rt une auto de La Ligne No.
55.), fir( nt (o'li ion a12 Place
(it ill l itl .
lai |Ittmin iC auto ninonL.il
la rue dIu Iot I Per et nllait s'en-
gPag'r dausb Ia vit. Courbe
que suivail la .tt rde voilure
- 1 1 - .


- - -- .


LA DENISSION lDE L'E1IUQIE
DI .AP-HAITIEN
Mgr I'ersu:an est nomim
Archev'qu''
I.E MATIN I'a relatt. hier, S. (G.
Mgr Kersuzan, eveque Idu Cap-
laltien, vint td'olrir sa (1i-
inission n oint -lh^r,' qu|i 1':i
agre'e.
Mgr Kersuzan, qui est .1%-,iS.
tant au Trone Ponlifical, Comic
Romain, a Wtt1' nimmmtn Archle-
vOque de .Sergiopolis.

La Cie. Hlollandaise a% aoiir v-4
SBuildinug a I'ort-aui-Pri-ne
La Compiagilie ilollandnise
vient de fire I acquisition n du
terrain situ6 l'ingle des rues
du Magasin tie I'lat et ties Mi-
meles. en face de la l Ianque Na-
tionale de la lkIpuhblque d'Ilati.
La Compagnie va y construire
un grand inumcuble oil seront
logs ses liureaux.

e D telies pholos ihi .'arnmaal
graiple i)i1n c( niii M t si apprri.-
cia desgc ,, dc g, l avie t d'.' -
cuterr une st'r tic de 11 photos de
Carnaval.
Nous vons vu c's photos,
elles reprrsentcnt Ia iteine, le
ddliil des chars et autres episo-
des des .Iours (tras. Les photo-
graphies sont d'un grand talent
artist que.
Nous renouvelons ici i I'nar-
tiste i)uplessy nos vives fnlici-
, stations.


Accident
Un regrettable accident est
survenu, iI y a quelques jours, i\
Melle Andrea Devesin. C tait Ic
mardi-gr.ia, clle se tenait su r le
matchepied d'une auto qui lilait
bonne vitesse.
Prbs de Ia Gare dC Nord, sous
un arict brusque tiea voiluic,
Mille Devesin lit une rude chulte
sur le sol. Elle tut relevte avec
de graves contusions et trans-
portle A 'IHl6pital GUnral ol
elle lut soignee. Le cas de Melle
Devesin ne prcsente aucune gra-
vuwt.
Assurez-vous con',re accident
Ia I (General Accident Fire &
Life Assurance Corporation Li-
mited )).-Vve. F. Bermingham,
Agent Gen&ral pour Haiti.

Les Assisesi A Pori-dr-Paih
C'est le 4 mars prochain que
s'ouvt ira, A Port-de-Paix. Ia 16 e
Session criminelle de 1929. L.e
Sole comporte une dizaine d'al-
taires.


La elicieuse et la meilleuri


boisson


c'est:


44411


P --- mmmmmmw


vncuat de la rue leroni ou tit
M iracles, lorsquc le choc se prr-
duisit. Ce ne lut pus lien grave.
1ts ailes furent qr'lt;ue peU
,( ornies, sans plus. On s'enten-
dit II ssez fracilrem ni .
Assurez-vous contre accident
A la ( General Accident Fire &
Life Assurance Corporation Li-
mited ).- Vve F. Birmingham.
Agent G(ndral pour Haiti.


Le Monde

.A/I,.S,.\(;% : \(
Monsieur et Madame ilerahtd
Madsen out le plaisir de tairet
part ~' leurs amis dte l: uais.-
sancce, a ltued i( France ) le 181i
j tnvier, de leur lille (Gis'le.
Tonw;. ms \i lu\ de lbonhear'
au bUb6.


Parisiana
CE SOIR
I.I IIlIT IPAl IGOT
:,nvec ttiscor.
Venez voir le Randd Mntch 1
France ELosse. i
.ntriT 0,5()" 1lton l.(
I)1\IAIN
Les Devoves
( Suite & Fin )
Entre : 2, : elt 4 Gdes.

N ACHIETEZ p.asn'import,
1,l0oi...
Lorsquc vous pouveY avoid
exactemcut cc que vous d6si'
rez, A bou prix et de tout,,
Irutcheur, c ez
PAUL E.AUUXILA

Demanded d'Emnploi ,
Agronoine, I)iplom, d6sil
dire employ dans Entrepri '
agr icole.
lPour rd66r(nces, s'adress ai Mr MUENTER.
(Irand iolHtel de France.


-- -- --


_


>
1
I
(
I
I











jA l










Pro




S-n-




ail No1
griie I'l


t'AA~


LE MATJIN2


Pa g 61
Enarglque antiseptique urinaire


.. 7'.' q,1
eftI ~do -.A
pp8u EminI, d*"
do k aska


69 0K. t o,**, &or* ,* AGEOL .wit sans p4114 potuttea jono.Jq*. c..,ss .
t9,0 q Nvo es lnderatltcs des lIItl dOV .'t


Voyage ?i J6I"llmic
i 'edettt' a jPanjtri'nj&(iiiiuhatickde,(Irielotir dc-. p r k'.dii
ISqut't.Jeiuni rtiira potir l i mc itintraire jeucli 21
ir 4 10 hen--- (LI matin.
passagers santiniivites i jpren(Irc Ieiir carte (de pI!,sage,
109, i lite des Miracles, en lacc dull urea i d aC a(ompan
led criqute d&s ce ioiir.
Iran-ois 1LEThL!.IEI'.1


Hamburq Amerika Linic
1,' hbatein 1)a Danz i;.,), vwrnt d'Europe via Ic Nord,
p I atleniiin iA la capilale vers le 27 courant, en route pour
Kirgsh pv, Sto-IDoningo, Santihgo de Cuba eck, prenanit diu
Ii t.
lPort-au-Prince, le 18 1evrier 1929.
IHEINIRODI) & Co


oLe 0&-", il4w d
- tcsnu19lwe me.
quouas dz~s Vol" sl.
UULuS. gt a us

It. go lono
dotumstism bm mosm
meqvsa. garbae s W.go
cului doIs bkeamorrs.
0'CIIV BIIW.M
do' wivnul.


~in S P 2~ VAO~
*t ~*..


Un nouvel ouvrege
de L6on Laleau
AuLHFVIATioN, c'est le litre
(I'ln nouveau recucil de pO .
mes que notre charmant ami
eft (Ivou collaborateur, L'ou
Laleau, fera parnilre, dans les
premier s jours d'avril, a la li-
i)airie de France. I e livre pa-
railra dans la collection diri-
,gc par Ic poteM Ai.dr6 Fon-
lalin;s.
I,x volume rcoilera dollar
et I nombre d'exemplaires
qui seront expcdi(s A' Porl au-
Prince est restreint."'eux done
(qui desirenl se procurer I'ou-
vrage doivent, jusqu'au ler
Mars prochain s'inscrire aux
bureax du ( Matin.


Sernmier mot du Chic

LA PARISIENN E
ngle des Rues Republicaine et des Miracles

Port-au-Prince Tel6phone, 2000
,__----- --


Grand assortment d'Articles

d'Eleqance.

Les Soul"ris MARSHALL
pour hommes

Ouile plim lepals el Sail

LES RICHLIIU El. AUTRES
i RBOES DE 'CHQI.

Chauissures pour Dam ,
d'une finesse incompar: ble


Tr'ia non t _GrimS ardih s e I tou

DeautvilIfe (dsreler

Uoe iirande maigigs de SouliervIirv:~ urpes
impnrft; potir h., prciri't.u Inic eno Haiti dijCurWdenL
NT69`complets Casimirs pourpjulies-fs,
f Va~Tnez visite' nlos d wvr *1yflus. C'.'' Io ifernier ei l. j4r~tnd,; f0 vi Ia.
Compvi dr iTasor, 0nadi)6 enplefs Dome~ potir~loilettte de vle. Sir oAli q, ("he plem ~BBNo R '~~
ferie. bleu-marin.lI'us e arvoni pourIouat-es i adp$ s"' el lo liqueur
1ai~n Prix~ Mri ~nt toule oncrec Plats jroid)e
Nota lone.-. A caoire de noire iImpoir'atIofl of) -qsand, norsfions disi.cnurne r maioue.
Vent enGros ci en Df~


C ~~ ---e -- -- -- __ ___ __


- ---I~C-----lll


I


~L -r~C~IY




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs