Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04059
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: July 16, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04059

Full Text
Clment Maglore
DIRECTEUR
1358, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N'2242
le* vneDimi-t et 1*6 qn* -(ion .
un nooifut ou ili jp|iji.ii ImbIm'u! it.-iNN If domaine do la dis
i h-si.mi, ijraiMlissnil i-mi'Niiit'cnrtil
ri ptClMIlUUI jmt dupiiltlf uni'
importance liors u> imite pr|i
lioi a*rr lu mile tes rkssessl U--
iilrrlsdu pa\s. (.1 l/Oi
24mefJANNEE N' 6744
PORT-AU-PRINCB (HATI )
JEUDI 17 JUILLET 1930
LE STATU QUO FORG
o
Nos deux derniers dito-
riaux, d'avant-hier et d'hier,
contiennent peu prs la
pleine expression de notre
sentiment sur la situation po-
litique actuelle, ses causes et
son remde.
, Nous ne les avons d'ailleurs
crits que dans le but d'aider
l'opinion, et le prsident de
la Rpubliqut s'il entendait en
tenir compte, a voir clair dans
cette situation.
Us n'ont t inspirs par
aucun parti-pris, le Matin
n'tant pas un adversaire sys-
tmatique du Cabinet, ni par
aucun intrt, personne de
notre maison n'tant un can-
didat ministriel.
Bien mieux: ils sont le t-
moignage de notre dsintres-
sement. Car, eu somme, ils
avaient pour but d'otlrir un
moyen d'oprer dans la si-
tuation un redressement sa-
lutaire et d'y aider, alors que,
en qualit de vaincus .notre
intrt direct, si nous devions
y cder, nous commanderait,
plutt que de signaler les
fautes, de les laisser commet-
tre et d'en proliter.
Ceci soit dt pour rpondre,
d'une part, l'incohrence de
notre confrre le Nouvel-
liste, tantt suggrant au
gouvernement de tenir tte
jusqu' 1 ellacement, tantt lui
recommandant de ne penser
ni s'ellacer ni se dislo-
quer; et d'autre part, un au-
tre contrre qui.en cas d'issue
latale des pourparlers dans
lesquels le gouvernement
s'est engag avec le gouverne-
ment amricain, suggre au
prsident et aux secrtaires
d'Etat, tout en cdant la place
le cas chant, de garder leurs
titres et qualits en rptant
les activits nationalistes d'un
Heuriquez y Carvajal.
On voit, ds lors, sous
quet angle aigu les uns et les
autres voient la situation et
combien justifies son! les
suggestions du Matin dont ia
principale tait la retraite du
Cabiuet.
Qu'en haut lieu, notre laon
de voir ne soit pas partage
parce qu'il serait d'un vilain
eflet de disloquer avant les
lections un gouvernement
essentiellement provisoire et
d'assiguer si courte dure
un Cabinet, cela n'est pas
pour nous tonner; car nous
savons que le gouvernement
par /opinion est inconnu en
Hati et que ce n'est pas ici
qu'on trouvera jamais le spec-
tacle de la chute, aprs seule
ment quarante-huit heures
de pouvoir, d'un cabinet
Chautemps pour la raison
unique qu'il ne convenait pas,
Mais alors, il taut que nous
prenions notre parti de vivre
dans le malaise et l'agitation
maladive jusqu' la fin de ce
provisoire et que le gouverne-
ment finisse par accepter que
les lections lgislatives et l'-
lection prsidentielle ont son
domaine exclusif, comme
uous-rames l'avons toujours
pens.
Que, surtout, les pousseurs
se reposent un peu et, dans
une batte salutaire, rflchis
seut aux dangers, aux humi
dations et au ridicule aux-
quelles leurs mauifestatious
d'ignorants et de crdules,
l'ailleurs de pure commande,
exposent un gouvernement
qui, nonobstant son inexp-
rience, est constitu par des
hommes honorables et prsi
l par un citoyen patriote et
de bonne volont.
Et aussi, et surtout, que
ces expriences accumules
rendent certains moins pr-
somptueux et moins tmrai-
res de s'imaginer qu'il est fa-
cile de conduire les affaires
de l'Etat et que, pour cela, il
suffit que les autres laissent
la place et qu'on s'y installe
soi mme.
;Main tenant, pour expliquer
le statu quo forc dans lequel
lus circonstances figent le
gouvernement, des confrres
annoncent que les questions
litigieuses entreut dans une
nouvelle phase et qu'elles
vont tre introduites directe-
ment devant le gouvernement
de Washington.
Il est bien certain que, no-
nobstant le ddain qu'on
semble professer pour Mes.
sieurs Pixley, Colson et Col-
vin, ce sont jusqu'ici les points
de vue de Washington qu'ils
ont constamment soutenus,
puisque, de leur ct, les
discussions ont t toujours
endosses par la Lgation
amricaine elle mme.
Est-ce bien sincrement
qu'on attend davantage de
! M. Ulrick Duvivier? Ou bien
est-ce une faon, ma toi, l-
gante de s'en tirer en atten
dant.... 1 e s vnements en
cours?
NYRBA AIR LINES
Luxe Confort ^Scurit Rapidit
Li plus grande Compagnie je latiealioe arienne
reliant le* deux Amriques.
\ oyagez par nos appareils
qui survolant toujours leur champ d atterrissage : La mer
De luxueux hydravions tout de mtal avec accommoda-
tions pour 22 passagers.
Service hebdomadaire eutre Miami ef^lluenos-Aires
Dpart de Por-au-Prince : Pour Miami Chaque Mercredi
(i heures , m.
Dpart de Port-au Prince : Pour Buenos-Aires
Chaque Vendredi (>h. 30 a.m.
Port-au-Prince
Santiago Or 51,00
Cientuegos 115,00
La Havane 118,00
Miami 157,00
PRIX
Port-au-Prince
Macoris. R. D. G. 26,00
Porto Rico 64,00
^St Thomas 85,00
St Lucie 172,00
5%*escorapte sur les tickets aller-retour qui sont
"alables pour six mois.
Tous nos hydravions sont munis d'un appareil de radio
metteur et transmetteur et d un quipage de cinq officier!
Pilote, aide-pilote.mtauicien.oprateiii de radio et steward
Nous seions toujours heureux de vous fournir tous au
trs renseignements que vous pourriez dsirer au bureau
de la Compagnie :
NEW YORK, RIO & BUENOS-AIRES UNE, INC.
Annie des Rues liantes Drstouehcs et Magasin de I Hlat
Port-au Prince. Hati, Phouc 3401.
Un Gouvernement
qui n'a pas de chance
-o
Dernirement un chroni-
queur tactieux des Etats-Unis
d'Amrique affirmait que le
Prsident Hoover n'avait pas
de chances. Preuves l'appui,
il montrait que toutes les ini-
tiatives de son Gouvernement
aboutissaient ^ un quart de
victoire ou une dfaite cla-
tante.
t Le Gouvernement de Mon-
sieur Eugne Roy qui des-
cend d'ailleurs en ligne di-
recte de celui du Prsident
Hoover semble tre njjsoui
la mme toile un peu trou-
ble.
Ds sa naissance il s'embar-
qua dans une rforme si bru-
yante qu'elle exaspra tout le
monde et sombra dans un
partage tel que l'on eu eut dit
un gteau de famille jet
des gosses allmes. Les jour-
naux crirent, et l'on allait
prouver, sans grand effort,
Sue tous ceux ou presque qui
tenaient d'tra nomms
taient, a Jous les points de
vue, infrieurs ceux qu'ils
avaient remplac ou qui ils
avaient snecd, lorsque, d'un
coup, la rforme s'arrta.
Et vint l'affaire du Service
Technique. Les confrres gou-
vernementaux crirent l'en-
vie que le Gouvernement de-
vait vaincre ou s'effacer. Le
Gouvernement vainquit On
sait comment. Trente huit
lves sont chasss de l'Ecole
Centrale, mais les experts et
les professeurs continuent
toucher, et M. Colvin, ancien
assistant du Dr Geo. Freeman
lui succde la direction du
Service Technique, Pour une
victoire c'en est uue, et il se-
rait malhonnte de ne pas le
reconnatre. J|
Et l'on s'en prit alors 9
taxe sur le tabac et l'alcool.
L encore le Gouvernement
ne fut pas plus heureux. Cela
est si vrai qu'il abandonna la
question presque et se jeta
dans ia Loi lectorale .qui,
malgr sas quatre riagt quatr^
articles, est pleine de lacunes,
et d'une application parfaite-
ment difficile. C'est d'ailleurs
la Loi de Dartigueuave, lg-
rement amende par Borno
l'poque des amendements, et
lgrement amliore et
alourdie par le Gouvernement _
actuel. t
Et cette semaine ce fut la
fameuse aflaire des amende-
ments la Constitution. On
sait assez de quoi il retourne
pour qu'on n en parle pas ici
une autre fois- Mais la chose
qu'il faut retenir, c'est que,
comme pour l'affaire Colvin,
on est entr dans des moyens
dilatoires, et ia lutte est ren-
voye aux calendes grecques,
c'esl- dire une poque o
le Gouvernement actuel n'au-
ra plus qu' s'occuper de l'ex-
pdition des aflaires couran-
tes.
Non, ce Gouvernement n'a
pas de chances. Cela est d'au-
tant plus triste que ceux qui
le composent sont tous des
gens honntes et que leurs
intentions ont la limpidit des
sources. Mais voil. On ne
gouverne pas un Pays avec
des intentions. Si cela tait
vrai l'enfer qui eu est pav
serait l'endroit le plus agra
ble habiter, il faut le tact et
la manire. Et surtout la for
me qui, en politique, comme
le faisait remarquer cet hom-
me dEtat qu'tait Dartigue-
uave, est quelquefois, plus
importante que le fonds.
Nous sommes actuellement
en plein t. C'est l'poque
des vacances. Pourquoi ceux
qui sont actuellementau Pou-
voir ne songeraient-ils pas,
eux aussi, se reposer I Kens-
cof est si joli maintenant. La
Rivire Froide a tantd'attraits.
Carrefour et Mariani ne sont
qu' quelques minutes de
Port-au-Prince. Vite, Mes-
sieurs, un petit tour la cam-
pague. La villgiature ache-
ve.vousnous reviendrez avec
plus de chance. Mais, en at-
tendant, l'expdition des ser
vces courants devrait seule
retenir votre attention,
moins que vous ne prfriez
confier la direction des allai
es de l'Etat d'autres ha-
tiens, peut-tre pas aussi com-
Ctents que vous, mais de
eaucoup plus de veine...
La troisime
tentative
de M. Claude
s
Le gouvernement cubain envoie des
troupes Malanzas pour prvenir
toute tentative de sabotai?. Le
lancement du nouveau tube aurait
lieu -le 10 aot La visite du
secrtaire des travan\ publies.
^LA HAVANE, 9 juillet.Le
gouvernement cubain a envo-
y des troupes Malanzas avec
mission de prolger les travaux
de M. Claude cootre tout sa-
botage.
Le savant franais a commen-
c la construction d'un nou-
veau tube d'acier semblable
celui qui a t perdu il y a une
quinzaine de jours au cours
de son lancement. M. Claude
dclare que des puissances in-
tresses l'chec de son entre-
prise ne seraient pas trangres
la perte du second tube.
En tous cas, les troupes cu-
baines monteront la garde au-
tour du laboratoire el du chan-
tier de Malanzas jusqu'au 10
aot inclus, date du lancement.
M. Carlos Miguel y Cespedes,
secrtaire des Travaux Publics,
a visit h:er les chintiers de
M.Ciaude dans les plans duquel
il a exprim toute saconfiance.Si
l'opration russit, a-t-il dit. le
gouvernement cubain recevra
25 pour cent des bnfices nets
de l'exploitation en change de
sa collaboration avec le savant
franais.
Liant donn que tout le ma-
triel existait dj, le souvenu
tube ne cotera que 170 000
dollars. Les Irais de lancement
sont valus 40.000 dollars.
Le Dr Ren Salomon
^Nous avons eu le plaisir de rece-
voir l'aimable visite du Dr Hen Sa-
lomon qui est rentr de Washington
dernirement, bord du Oit tien. Le
Or Salomon.qui est l'un des boursiers
de la Fondation Kockefeller, a fait
deux ans Washington. Il tait l'U-
niversit de Howard o il s'est sp-
cialis dans les tudes chimiques et a
suivi des cours spciaux de Pdago-
gie et d'administration.
Il est revenu avec le titVe de Licenci
es sciences et dirige actuellement
l'Ecole Nationale de Mdecine le D-
partement de la Chimie.
Nous prsentons nos compliments
au Dr Men Salomon et lui souhai-
tons tout le succs auquel lui donnent
droit les grandes connaissances qu'il
vient l'acqurir.
v WJf-gi
CKi*rlon 5 adlcaJo c*.o
2EQJMJLLJ
NEVRALGIE
DrJBeogut, i.wi.,. Paris.
Mort de
Conan Doyle
o
Le fameux crhaia et spirile an-
glais dteint snllrmeul
Sir Arthur Comn Doyle, le
romancier britannique bien con-
nu, est mort le 7 courant.
^Sir Arthur, un des hommes
Hes plus en vue en Angleterre,
avait eu uue attaque cardiaque
au 4 janvier de cette anm'.\
: Il tait l'un des plus minenls
dfenseurs du spiritisme, et co-
opra frquemment avec sir
Olivier Lodge et teu Ilarry
lloudini. Sous le simple nom
d'A Conan Doyle il tait univer-
sellement connu pour ses his-
toires de Sherlok llolme.s,qui le
placent au premier rang parmi
les conteurs de rcits myst-
rieux.
Ls mort soulaine.de sir Ar-
thur a grandement surpris sa
lamille, bien qu'il ait t sous
les soins d'un mdecin depuis
plus de six mois. Son tat de
taiblesse tait attribu une
srie de confrence* qu'ils avait
donnes eu Scandinavie au mois
d octobre dernier pour la d-
lense du spirilsme.
La mort la trouv sa rsi-
dence de Windleham.
La lamille de sir Arthur au-
jourd'hui exprima l'opinion qu'il
communiquerait avec elle du
monde des esprits comme il l'a-
vait promis.
Adrien, auquel on demanda
si son pre avait parl de com-
muniquer avec sa lamille aprs
sa mort, rpondit :
.Mais, certainement, mon
pre croyait absolument que
lorsqu'il serait mort, il reste-
rait en contact avec nous. Tou-
te la famille le croit aussi d'ail-
) leurs.
Il n'est pas question que
mon pre parte avec nous aussi
souvent qu'il le taisait de son
vivant. Nous saurons toujours
quaud il nous parle mais on
doit tre prudent car il y a au-
tant de farceurs dans l'autre
monde qu'il y en a ici.
Il est fort possible que ces
larceurs peuvent essayer de
prendre son identit. Mais il y
a des moyens d'identilication
que ma mre connat, tels que
certaines laons de parier que
l'on ne peut imiter et 411 nous
indiqueront nous que ces
bien mon pre lui-mme qui
: parle,
t o
1 Sir \rlhur Conan Doyle tait
n Edimbourg en 185i). Il tu-
dia a l'Universit d'Edimbourg ;
j mais tout en exerant la pro-
tession de mdecin, se fit con-
natre, en 1887, comme roimn-
cier, par Une tude encarla-
teet un peu plus tard, par
Micah Clarke (1888). C'est en
1890 quil attira dfinitivement
l'attention du public, grce au
succs incontest de White
Company . A la mme date
il introduisit eu Angleterre le
roman policier. Gateorian lui
servit de modle pour la cl-
bre srie des Aventures de
Sherlock Holmes (1891.)
Attach comme mdecin mi-
litaire aux troupes britanniques
envoyes dans l'Atrique dubud,
son livre sur La Grande Guer-
re des Boers a (1900) en racon-
te les pripties.
Citons parmi ses meilleurs
romans : Les Mmoires de
Sherlock Holmes (1893);Les
Exploits du gnral Grard
1890 ; L'Oncle Beroac (1897)
Sir Wigel (1900) Les Keux
du Destin ( 1909 ) ; a Rodney
Stone ; le (mien des liusker-
villes ; Le Monde r'erdu ;
La Ceinture empoisonne
( 1913 ). Conan Doyle a gale-
ment crit une Histoire de la
campagne britannique en Fran-
ce et en Flandres (1915-1920).
Ligue de Contrle
5 lectoral
AVIS
Les personnes des deux sexes qui
dsirent adhrer la Ligue de Con-
lile Klectoral peuvent indiquer leur
nom et leur adresse M. Ablard So-
ny, secrtaire-gnral, 442, rut dst
Casernes.
Les intresss peuvent aussi lui re-
mettre tous Mmoires ou autres do-
cuments adresss au Comit Central
de la Ligue.
eort-au-Frince.lell juillet liWO.
Le BrsuUut,
A.COICOU.


...a vu, lundi soir, au Champ-
de-Mars, un bien joli couple,
L'hotDnie, Ira ieone, vu gi uns
i peine, vtu de blanc el la fem-
me, trs jena, eile h issi un peu
plus de vingt ans, et v'ue de
rose Ils provenaient en se par*
I a ut espagnol. Lu femme, elle,
parlait ravir Le j une hom-
me, lui l'embrouillait dans Un
focabulnira tellement restreint
que de temps en lenipj le* m-
mes mois revenaient soi- tes
lvres II u importe, elle le com-
prenait el pour mieux boire son
espagnol hsitant, elle se peu
choit vers lui, l'arrtait Quelque
lois de marcher, le tenait par le
Lias quand elle allait trop vite,
el lui taisait rpter lanternent
les pli ras es ({Utile n avait pas
comprises et qu'elle tentai! uloi s
de deviner. Ils s'en allrent vers
les Tribunes el N'otiu: il, qui
B'a pas voulu les ell. jy r les
laissa icagoattrer dan-. I om-
bre propice aux amoureux qi.i
ue parlent pas la mme langue
et a qui le silence el les gestes
Itt (filent pour prouver leurs sen-
timents rciproques,
*
... a revu un des amis rencon-
trs la semaine dernire au joli
cercle de PntH'Gove II tait
attabl au Grand Htel de Frai-
ce en compagnie de quelques
amis de Porl-au-Prmce qui ne
savaient comment lui leuietire
toutes les politesses qu'il leur
avait laites chez. lui. Alors le
Peut-Govien leur dit :
Mais c'est la chose !a plus
facile du monde. (Mirez-moi
donc un petit verre de Coutt
tJOr.
Garon, s'cria-l-on alors
en choeur, apportez-nous trois
Alix Roy.
... voit chaque api s-midi, un
de nos jeunes et sympathiques
commerants qui vient de chan-
ger son ancienne voilure contre
une jolie Marquette vitre, ve-
nir prendre le Irais sur les quais.
Il gare sa voiture contre le trot-
toir, et sans chapeau, exposant
au crpuscule, ses cheveux
blonds et son commencement
de calvitie, il va de droite
gauche, regarde la mer, dans la-
quelle vient nautrager le soleil,
et voit, tout en ayant I air pour-
tant de ne pas les regarder, ks
jolies jeunes filles qui, comme
lui, chaque aprs midi, viennent
sur les quais qui, pour rver,
qui, pour passer, eu riant, un
moment agrable qui les con-
sole de la nullit brlante des
journs actuelles.
... voit que la question acluef-
t lement l'ordre du |our est celle
' de l'effacement ou du maintien
du Cabinet. D'aucuns disent que
la dtente ne peut se produiie
que s'il s'eflace, d'autres, comme
un confrre dont nous nous abs-
tiendrons de citer le nom, pr-
tendent qu il taut qu'il reste et
que la question qui le divise
d avec les autorits amricaines
doit tre porte devant Was-
hington, comme si ceux qui cau-
sent ici avec le Gouvernement
ne le taisaient pas suivant des
instructions prcises de leur
gouvernement. Il est vrai qu'a-
vec cela, comme on dit, ils ga-
gneront du lemp .

... a vu, une petite dame qui
s'est fche roi ge parce que
Notreil affirmait l'avoir vu,
ion de ces soirs, en trs galante
compagnie, sans pourtant, coni-
tme cest son habitude, othu au
^publie ses initiales. Et cepen-
dant la mme petite dame tait
des plus heureuses de voir qu-
'une de ses amies avait t cro-
que par Notre il. Elle ai-
mait donc^si peu ion amie pour
se rjouir que lui fut advenu
uue distinction qui lui dplat,
elle, tellement.
Assurez-vous contre accident
a la General Accident t* ire A
Life Asmsrdnce Corporation Li-
anted . Yve F. Meruingham^
Mm* Gaialpaar HaTUg
<
;**'-


PAtfH2
LE MATIN -17 Juillet 1930
La dfense
DE
Clemenceau
Uif ide de M. de la rouchardire
PARIS,!". Juillet. La dfense
de Georges Clemenceau contre
es amis posthumes et leurs Ilots
de souvenirs est entreprise par
Georges de la Fouchardire.chro
niqueur el auteur connu.
Il appelle posthumes les
nombreux amis qui ont d-
couvert aprs la mort de Cle-
menceau que le Tigre leur avait
confi ses penses intimes.
La A. P. P. G. C. ( l'Asso-
ciation pour la protection pos-
thume de Georges Clemenceau )
est donc tonde avec un hu-
mour solennel pour le satiriste,
qui en chtie ceux qui dans sou
opinion sont en train de rendra
Clemenceau ridicule en lui al
tribuant une prolusion d'.mi-
nes qui ne pourraient pas tre
accumules dans l'interminable
carrire du plus local imbcile
au Parlement
L'A. P. P. G. C. est particuli
rement dcide, dit de la Kour-
chardire, empcher l'rection
de vilaines statues au Pre la Victoire et l'usage de sou
nom pour dsigner des rues.
La seule rsolution adopte
par cette tuntaisiste organisation
est de prier le gouvernement de
dcrter la saison close pour
la chasse au tigre .
LIGUE DE CONTROLE
LECTORAL
------o-
\u\ Cambials la Imputation Nalianale el au Seul de la Rpublique
UN \n IIH \l \ ( IIICAt.O
lu mo'eut incendie dtruit
27 a\ious
Chicago, 3 juillet. Deux han-
gars et 27 avions, dont 12 tri-
moteurs, ont cl dtruits par uu
incendie l'aroport municipal.
Les dgts sont valus deux
millions de dollars.
Les hangars dtruits sont ceux
de l'Univeisal Airlines Inc. et de-
l Grey Goose Air Lines.
On a pu dterminer sur le
champ la cause de l'incendie.
On n'a enteudu qu'une forte ex
plosion aprs laquelle les flam-
mes se so.it propages rapide-
ment.
Un tmoin a dclar qu'il
avait aperu une lueur derrire
le hangar de l'Uuiversal et que
l'explosion l'tait produite aus-
sitt aprs.
Plusieurs hommes, y com-
pris pilotes et mcaniciens, qui
se trouvaient dans le btiment,
ont pu se sauver, mais ils n'ont
russi prserver de la four-
naise que cinq avions seule
seulement.
Toutes les lumires se sont
teintes y compris les signaux
d'atterrissage quil a fallu rem-
placer en hte par des lampes
provisoires.
o
LE
Banditisme
New-York
l nui vols main anue en une
journe
NEW YORK, 4 juillet. U
entrepreneur de construclio-
a perdu ti.339 dollars destins
la paie de ses ouviiers dan
une attaque main arme i
un autre a d cder 2 854 d
lars trois escarpes. Outre ce.^
deux vols on a enregistr deux
attaques main arme dans des
magasins du Bronx et dans un
magasin de Manhattan.
M. William Moore, ge de
55 ans. a t victime du pre-
mier de ces attentats,lequel a t
commis 91e rue quelques pas
de Central Park West par les
bandits qui se sont en outr*
empars de son auto pour s'en-
tuir.
La victime du second acte de
banditisme, M. Lucius Noble,
entrepreneur de pavement,a t
dvalis dans un btiment en
construction au 770 Park Ave-
nue, entre les 72e et 73e rues.
*
*
tan eau rertrd
la llauqur de France
Du lait d'un nouveau fl-
chissement des engagements
vue, la proportion de "encaisse
ment or aux engagements vue
vivement progress an dernier
bilan de la Banque de France.
Apra s'tre dj relava du 23
i xi 30 mai de 48.84 pour cent
4U 50 pour cent, elle s'tablit le
6 juin a 50.92 pour cent. Ce
pourcentage de couverture cons-
titue un record. Le maximum
prcdemment enregistr, le 1(1
pai, ayant t 50.79 pour cen_
Messieurs les Candidats,
Ne prenez pas ombrage de
notre action : nous ne sommes
pas une Organisation de com-
bat. Nous entendons tre pour
vous tous des Arbitres et des d-
tenseurs ; el, pour le gouverne-
ment temporaire de la Rpubli-
que, des Conseillers, aujour-
d'hui, et des tmoins, demain. |
Nous ne vous promettons
point de nous astreindre l'im-
passibilit des statues. Un tel
tat d'me serait, d'ailleurs, ir-
ralisable : nous sommes des
hommes conscients et des cito-
yens hatiens. C'est dire que,
dans la bataille lectorale ou
se heurtent vos passions et vos
espoirs, nous apportons nos
sympathies agissantes, nos pr
lrences dlibres. Chacun de
nous est laiss libre de main
tester son gr ses sentiments
el de donner son vote ceux
d'entre vous que son cur a
lus : mais, lorsque nous agis-
sons au nom de la Ligue de
Contrle Electoral, nous ne
nous appartenons plus ; nous
tonnons une enlit absolument
diflrente et qui n'a d'autre
guide que sa loyaut et son es-
prit de justice.
j Ce doublement ncessaire i.e
! doit pas vous eftrayer.Messieuis
: les Candidats ; nous conuais-
sons bien le cur humain et
nous ne conlondrons point raa-
[ nuvres lectorales avec Irau-
. des lectorales.
Notie rle de dlenseurs con-
sistera taire valoir vos do
lances auprs du Pouvoir ex-
cutil el de ses Agents. Les M-
moires que, sans prjudicier
notre droit d'agir d'olfice, vous
aurez nous adresser pour pr-
ciser vos griels, seront exami-
ns avec le plus laige esprit
d'impartialit. Vous aurez soin
de proposer trois tmoius au
plus, en prvision de l'enqute
3ue nous pouvons juger utile
ordonner pour vrifier le
bien fond de vos allgations.
Si, par suite des enqutes et
lectues, de3abus d'autorit sont
relevs a la charge des Agents
lectoraux, l'attention du Gou-
vernement sera immdiate-
ment appele sur ces laits re-
prhensibles, Et comme M. le
Prsident Eugne Koy a pris
rengagement d honneur de te-
nir la balance gale entre toutes
les comptitions, nous som-
mes d'avance persuads qu'il
s'empressera de nous donner
satisfaction. Quel que soit, ce-
pendant, le rsultai de nos d-
marches, nous le signalerons
I Opinion publique, toutes
lins iinililes.
Quant aux diffrends d'ordre
juridique q e pourrait susciter
l'excution de la Loi lectorale,
nous les soumettrons a l'examen
de notre Contentieux et nous
essaierons d'en trouver la solu-
tion pratique, que nous vous
aiderons taire triompher.
Cette mission de llenseurs
que nous nous imposons vis--
vis de vous se conlond avec le
rle de conseillers que nous d-
sirons remplir l'gard du Gou-
vernement. N'est-ce pas rendre
le meilleur des services au Chel
de l'Etat que de contribuer au
redressement des abus que com-
mettraient ses subordonns ?
C'est bien l l'opinion du Gou-
vernement, puisque le Dparte-
ment de l'Intrieur, en rpon-
dant la lettre lui taisant part
de la tondation de la Ligue de
contrle Electoral nous accor-
da spontanment l'autorisation
de laire lonctionner cette Asso-
ciation. Le Gouvernement tem-
poraire Je la Rpublique nous
a rangs ainsi parmi les plus
zls de ses collaborateurs.
Le Plan de la C.ommisssion-
Hoover, qui conditionne, avec
la Constitution, l'existence et
les attributions de ce Gouverne-
ment, laisse la porte ouverte
des surprises, qui peuvent tre
fort dsagrables pour le Pays
el pour vous, Messieurs les Can-
didats. 11 est donc ncessaire
d'aviser, ds maintenant, aux
moyens de repousser toute ac-
cusation de traudes qui pour-
rail s'lever aprs la constitution
des Chambres Lgislatives et
dont la conscration indsira-
ble pourrait peut-tre tairs a-
journer la ralisation de nos
plus chres esprances.
C'est pourquoi, nous nous
considrons comme un Coll-
ge de tmoins ventuels. D-
montrer la loyaut de la con-
sultation populaire laquelle
nous aurons tous pris part,
des titres divers, tel est le plus
grand devoir que nous aurons
la satislaction d'accomplir
voire prolit et surtout au profit
de notre chre Patrie Hatienne.
Nous sommes fermement per-
suads que la droiture avec la-
quelle le Gouvernemeut tempo-
raire de la Rpublique d'Haiti
ne manquera pas de tenir son
engagement d honneur ne nous
privera point de cette lgitime
satislaction.
C'est donc avec une loi se-
reine et la plus grande ferveur
patriotique que nous nous met-
tons l'uvre, rsolus ne
pas rester au-dessous de la t-
che qui nous avait t rserve
dan le dveloppement des v-
nements providentiels qui abou-
tiront MM heurt notre lib-
ration nationale.
Veuillez agrer, Messieurs les
Candidats, l'expression de nos
meilleurs sentiments.
Pour le Comit Central :
Le Prsident,
(S) Clment A. COICOU

Voici le proijrainnie du coucerl qui
sera meule demain soir, la Sla
lion II. H. K.
8.00 p. m. Orchestra du 2' r-
giment U.S. Marine Corps ( lst
Sgt. Frank Wulcutl, Directeur.)
1. Around the corner.
2. What is this thing called
lova.
3. Song ot the down.
4. If 1 nae a girl like you.
5. Down the river of golden
dreams.
0. Man from the south.
7. Give yourselt a pet on the
back.
H.30 p. m. Lecture par l'Otli
ce du Conseiller Financier.
8.40 p. m. Solo deguilare par
M. Henri Issel. ,
1. Girl ol my dreams.'
2. Sunday sweetheart,
blues siffl.
8.45 p. m. Monologne Crole
par Papa Youlte.
l'i-Plume besoin gnou place.
8 50 p. m. Orchestre Elite
Jazz Uaud.
Sons la direction de Louis J.
oit.)
1. Pip pap, de F. Manigat.
2. Patience Mesdames,
Meringue. ;
3. Elite Jazz en Blues,
dt Louis J. Sculi.,
4. Ah! a c'est la vie,
de F. Georges
5. Margot, Meringue de Louis
Vott. i
Htel Restaurant
Dirige par
MmeEm. THKAHD
Petit Gouve.
tw
Cour d'Assises
Demain vendredi sera en-
teudue la cause de Aldos
Dor, accus d'avoir commis
un viol sur la personne de la
mineure Idonia Verna Augus-
tin.
Me Alp bouse Racine sera
au banc de la dfense el le
tribunal, prsid par le Juge
Lon Lahens.
1 a/
CE SOIR
SOIREE TALDY
L'admirable actrice Lily Damita
dans le superbe film Aubert :
LA GRANDE
AVENTURIERE
Entre : 1 4 2.
DIMANCHE
MATINE TALDY
La Maison
de la Haine
0,50.
Au Radio Bagatelle
Une Lettre
duGalThzan
liabiole (Turgeau),le 14 Juillet
1930.
Monsieur Clment Magloire,
Directevr du Journal Lk Matin,
En ses Bureaux,
Port-au-Prince.
Mon Cher Clment,
Au cour des loisirs forcs que
m'octroie depuis une dizaine de
jours nne malencontreuse bles-
sure au doigt, j'ai eu la bonne
fortune, dans ma recherche de
distractions, de jeter le regard
sur i'ditorial de votre ntres-
sant organe de publicit intitu-
le La Questiou du meilleur
Prsident , paru le 16 Mai de
cette anne sous la rubrique La
Situation .
J'ai lu avec un trs rel plai-
sir vos judicieuses remarques
sur ce sujet de palpitante ac
tualit et je ne saurais trop vous
fliciter de cette noble proc-
cupation patriotique qui hante
votre esprit el qui consiste
donner la Nation le plus ca
pable et le plus digne de ses en
fants pour diriger ses destines.
Un point de vos ides qui a sur-
tout retenu mon attention est
cette opinion que vous par-
tagez avec la plupart des intel
leduels hatiens que seules
les lites sont capables de dis-
cerner et de choisir l'homme
qu'il faut, le citoyen qui se re-
commande par ses talents et ses
verlus. Pourtant l'Histoire dont
les annales relatent lous les faits
qui peuvent servir l'enseigne-
ment de l'Humanit, en lui si-
gnalant ses faiblesses e> ses er-
reurs comme ses pronesses et
ses nobles actions, semble don-
ner un dmenti formel cette
assertion. D'aprs l'loquence
des faits dont l'autorit ne sau-
rait tre conteste, il reste ac-
quis que c'est l'instinct des fou-
les et non la raison des aristo-
craties qui a donn au Monde,
de tout temps et dans tous pays,
les plus grands et les meilleurs
chefs d Etat qui aient eu gou-
verner la 'lerre. Et la raison en
est bien simple: les couches inf-
rieures des nations, dgages de
l'envie et de la jalousie qui aveu-
glent les couches suprieures,
esclaves dateurs passions.de leur
goste et de leurs ambitions,
sont plus aptes mieux choisir,
en metttant de ct toutes proc-
cupations personnelles tran-
gres l'intrt gnral. C'est
pourquoi tous les malheurs de
notre existence nationale sont
ds l'envie de 1 aristocratie
hatienne, pourtant si bien doue
et si cultive, qui n'a pas ces-
s depuis 127 ans de faire une
guerre acharne, aussi stupide
que froce, au Mrite.
Vous paraissez croire que la
chance de trouver un candidat
la fois capable et populaire
pour obtenir la faveur de la
masse est bien mince.Ne pensez
vous pas que le ''euple Hatien
en choisissant avec son gros
bon sens le Gnral Thzan
pour tre son seul candidat
la Prsident' de la Rpublique,
a,par avance,repo lu la ques
tion et victorieusement conton
du ce doute ? Et, dans l'occur
rence, estimez vous qu il me
faille.pour convaincre la Nation
de la puret de mes intentions
et delasincritde monpalriotis
me,me dcacheter ouvertement
la poitrine dcouverte, sans mas
que de dput ni de snateur,afin
O*// y ait, en dfinitive, franc
jeu et non escamotage ?
Une lettre du Gal. Gefrard
Port-au-Priuce,Ie 15juillel
1930.
A Mr Clment Magloire,
Directeur du Matin
En Ville
Mon cher Magloire,
J'ai luavec plaisir le compte
rendu publi dans votre nu-
mro d'hier, concernant la
rception faite chez moi le
8 juillet coul en l'honneur
du Docteur Moton et de Mr
Favrot, Prsident et membre
del Commission amricaine,
charge d'enquter sur l'en-
seignement en Haiti.
Les choses se sont passes
comme vous les avez fidle
ment rapportes et l'on cria
en effet : Vive le Prsident
Hoover, le sauveur d'Haiti,
vive le Docteur Moton et Vive
Haiti libre et indpendante.
Descendant de l'Illustre G-
nral Nicolas Gefrard fondu-
leur de l'Indpendance de la
partie Sud d'Haiti, de l'illus
tre Gnral Etienne Magny,
dfenseur de la Crte Pier-
rot et du brave Gnral Beau-
voir de l'Indpeudance d'Ha-
iti, je ne pourrais pas tolrer
que dans ma maison et une
runion o se trouvait mon
ami Constantin Mayard, Can-
didat la Prsidence, 1'lium-
me qui, par son patriotisme
prouv, sa rare nergie, sa
grande puissance intellec-
tuelle et de travail,est appel
sauver Haiti, du naufrage
qui la menace, je ne pourrais
pas tolrer dis-je, que des
embusqus viennent crier :
Vive l'Occupation.
Depuis l'interveution am-
ricaiue, je n'ai tait que servir
d'intermdiaire entre les Chefs
d'Occupation et les haitiens,
rle qui pourtant rvenait
de droit au Prsident d'Haiti.
C'est ainsi que j'ui sauv la
vie Alcius Cnarmant.Antoi-
ne Pierre Paul, venturc, l'aulmon Thodore,
l'Ingnieur Chikel pour ne
citer que ceux-l,sans oublier
notre Grand Charlemagne
Massna Pralte lchement
assassin par suite d'une tra-
I hisson, et que j'allais aussi
I sauver: les documents que je
publierai bieutt en feront
foi.
Si les haitiens sont assez
ingrats pour ue pas reconna-
tre mon patriotisme, les am-
ricains eux le savent.
Un jour, mou ami Justin
Mevs demanda devant moi au
Colonel Waller: Colonel.pour-
quoi n'avez-vous pas lacilil
lavueraent au pouvoir du
Gnral Gefrard qui est le
plus grand progressiste hai-
tien.
Nous aurions aid le G"
Gefrard arriver la Prsi-
dence, si nous n'avions pas
lu l'histoire de sa famille.
' Colonel, vous avez parfaite-
ment raison rpondis-je, car
si j'tais Prsident d'Hati, je
n'aurais ressembl aucun
de mes prdcesseurs.
Que les inconnus et les
freluquets prennent leurs pr-
cautions avec mui.car je con-
nais la constitution de toutes
les familles hatiennes et Ici
noms surtout de tous les
assassins et les incendiaires
d'Haiti qui en ce moment,
roulenl automobile aux d-
pens de la socit haitienne
qu'ils ont pille et ruine.
Je connais principalement
une famille dont l'origine
date du pillage eflectu la
suite du tremblement de terre
de 1812 au Cap et qui s'ar-
rte l'assassinat du Prsident
Leconte et l'explosion du
Palais National le 8 Aot 1912,
explosion qui occasionna la
mort de neuf cents soldats.
Il y en a une autre qui date
de Geffrard ; Sa cratrice ve-
nait souvent dnoncer la irait
les conspirateurs au Prsident
Gefrard et celui-ci pour la
rcompenser lui donna en
cadeau une proprit Bour-
don. Je m'arrte l pour
aujourd'hui,
j Veuillez donner publicit
' cette lettre et recevoir mon
cher Magloire, avec mes re-
merciements anticips, mes
cordiales salutations.
j Gnral GEFFRARD
, Planteur.
Vous savez bien, mon cher
Clment.que la Masse du Peuple
Hatien, effraye du triste sort
que lui prpare l'aveuglement
Je nos passions, m'a lait depuis
1925 l'insigne honneur de me
choisir pour tre la fois son
champion et son tutur chef. Il
n'a certes pas non plus chapp
votre esprit sagice el averti qu
je me suis offert comm cible
l'apprciation et la critique de
mes concitoyens.Corarne je n'ai
pas peur de la lumire, n'ayant
rien ejeher, je recherche le
grand jour de l'examen et me
rjouirai de rencontrer chez mes
concurrents,au moment des lec
tions prsidentielles, franc jeu et
non escamotage, parce que j'ai
tout y gigner.
J* n'jt jamais eu l'intentioide
bngujr les suffrage* des lec-
teurs pour .n'envoyer la Cham-
bre ni au S:nt, parce que j'es
lime que les latin* Semeurs et
Dputs devront surtout jouer
le rle d'lecteurs prsidentiels
et que pour cette raison ils ne
sauraient tre candidats la pr
sidence. U est donc parfaitement
naturel que n'entendant point
dserter le poste d'honneur
moi attribu par la confiance,de
tout un peuple, je n'aie pas un
seul instant song entrer au
Corps Lgislatif.
Veuillez agrer, mon cher Cl
ment, avec l'expression de mes
sentiments de sympathie et des
time, mes salut ilio.is en U
Pairie.
E. THFZ^N
Notre excellent ami Thzan a ex-
prim dans la lettre ci-dessu une
opinion conforme celle que nous
avons nous-mmes mise, outre
l'articleauquel il rfre, dans noire
ditorial du 10 mai 1930, dont nou*
reproduisons le passage suivant :
Notre contradicteur M. Suinid
Villard) a eu, l'gard de nos futurs
snateurs et dputs, citer toul--*
l'heure le mot diintireaa .En a-l-il
pes toute la valeur dans les circons-
tances prsentes ?
Peut-on l'entendre autrement'/"'-
en excluant de la comptition prsiiim-
Insurance o
Une des'Jplus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES 'ASSURANCE
sur la VIE^T ~
ETG.Le BOSS & Co;
Aaents Gnraux

I
If
I

M
_3d_
.-:_.


**-*
* ,1 *aai
LE MATIN- 17 JuilktMftSO
lielle lu personne mme des futurs par-
lementaires ?
Car, il faut bien convenirquc, si
huit ou neuf siu.itcurs, par exemple,
bur quinze, s; dcachettent au der-
nier moment candidats a la prsiden-
ce, et cela peut nous pendre au nez
ggOl miracle, ne seions-nous pas
exposs a avoir plus mme qu'une
chambre de partisans ? avoir une
chambre de candidats mme f Kt
alors, de quelles combinaisons devra
sortir le choix du futur prsident ?
i En vrit, si la Commission For-
ces tait sincre dans sa faconde ve-
nir organiser ici le gouvernement
populaire, ce n'est pasau seul M.Roy
qu elle devait interdire le droit d'tre
candidat la prsidence, mais aussi
chaque snateur et chaque dput
pour une raison de dcence parlemen-
taire, ou, pour parler comme M. Vil-
lard, pour permettre de bien choisir
l'homme qu'il faudra pour tre le pr-
sident d'Hati.
Une bonne mesure
Il nous revient que la
maison Simon Vieux, une des
plus anciennes et principales
maisons de commerce tablie
sur le march de Port au
Priuce.comple partir du 1er
Aot au 1er Octobre de cette
anne, termei son magpsin
tous les jours 5 heures de
['aprs midi, except les
samedis Toutefois,la maison
Simou Vieux, se tient la
disposition de ses clients pour
l'excution de leurs comraan
des. toujours avec la mme
promptitude et les soins habi-
tuels qui lui sont connus.
Nous applaudissons forte
ment cette mesure et sou
huilons que les autres mai-
sons de commerce tablies
sur cette place arrivent
suivre ce bel exemple que
nous donne la maison Simou
Vieux.
Manufacture Hatienne
de Cigarettes
GBARA&C
Les Ciqarettes
Dessalinienne*
Colon
Rpublicaine
Porl-au-Princienne
Grce la finesse de leur arme font les dlices
des vrais amateurs.
ni i m i
Art. 41.'La liste lectorale
et la liste d'margement de cha-
que Section dresses et exp-
dies au Prsident du Bureau
par les soins de l'Administra-
tion Communale seront dpo-
ses sur le bureau par le Prsi-
dent, ainsi que des bulletins
blancs en quantit suffisante et
deux urnes fermant clefs, al-
Une fte Si Louis
de Gonzupue
Dimanche prochain,20 juillet
il y aura kermesse l'Institu
tion Saint Louis de Gonzague.
Attiactions varies; Musique,|
scnesdramatiques.comptoirs
de toutes sortes.
Entre libre, toute la jour
ne, partir de 9 heures.
Au Parquet
des Gonaves
L'ancien Commissaire du
Gouvernement prs le Tribu
nal de premire Instance des
Gonaves, Me Titus a t
commission n dans cette
mme fonction. Il remplace
notre ami Alfred Gelin. Me
Cabche remplace Clment
Avin
- comme substitut. Une, .
organe des Gonaves salua en P?unnsd? l\Sl
termes logieux le dpart des '
Mes Gelin et Avin, tout en
complimentant les deux nou-
veaux nomms.
Loi lectorale
CHAPITRE 4.
De la tenue des Assembles
Primaires.
(Suite)
Art. 37. Le Vice-Prsident
cl les assesseurs sont pris des
listes de citoyens prsents par lectes la rception et au d-
ii's candidats dclars par voix t pouilletnent des votes,
de tirage au sort, mais de ma-1 La liste d'margement ne con-
nire que les intrts en com- < tiendra que les Nos. d'ordre des
ptition soient le plus que possi-
ble reprsents dans les bureaux.
Art. 38. A une sance de
l'Administration Communale an-
nonce par avis public et qui
aura lieu au plus tard cinq jours
avant la dete fixe pour les lec
lions les Membres des diffrents
bureaux de vote seront dsigns
et rpartis entre les Sections de
la Circonscription de vote.
La dsignation des bureaux
et leur composition seront im-
mdiatement rendues publiques.
Si au moment du vote un as-
sesseur se trouve empch, le
Prsident de la Section de vote
peut d'ollice procder son
remplacement en prenant dans
l'assemble un lecteur dsign
par le candidat que reprsentait
l'assesseur empch.
Quatre Membres du bureau
au moins doivent tre toujours
prsents pendant le Cours des
oprations prcdant la ferme-
ture et le dpouillement du
scrutin.
Arl. 39.Le bureau prononce
provisoirement sur les difficul-
ts qui s'lvent touchant les
Art. 40. Le Vice Prsident
et deux des assesseurs dont l'un
faisant fonction de Secrtaire se
tiendront droite du Prsident
et les autres assesseurs gauche.
LOTERIE
DE
l'Association des Membres du Corps Enseignant
et de l'Alliance Franaise]
Le prochain tirage de| cette loterie est fix au dimanche
3 Aot 1930 9 heures du matin au Caf ELDORADO .
Le Comit d'Admiuistration aviso le public qu'il ne met
Mus en vente que 4000 billets au lieu de 5000.
Le prix du billet est de 3 gourdes en TROIS coupons d'une
gourde chacun.
Les lotsgignants sont augments en nombre et en valeur
conformment la rpartition suivante.
1 Gros lot Gourdesf ; 2,100 4 lots de 30 gourdes 120
\ . 600 75 lots de 12 Gdes 900
J. i 150 2 Ap. du 1er lot 30 G. 64
3 lots de 90 270 2 du 2e gros lot 24 80
* lots de 60 80.1 2 du 3e gros lot 15 30
117 lots se tei minant par le deux derniers chiffres de
trois gros lots. 6 Gdes 702
^mwmmwmmsmmmwmmmmwwmmi.
lecteurs conformment aux re-
gistres d'inscription.
Il y sera mentionn c'
des Nos. d'ordre les noms et
prnoms de l'lecteur qui aura
vot.
i,La liste lectorale pour la
partie aft rente au bureau de
vole restera aux mains du Pr-
sident, les listes d'margement,
aux mains des Secrtaires et les
bulletins blancs devant le Vice
Prsident.
Art. 42. Le Prsident aprs
avoir ouvert les deux urnes, et
en avoir montr l'intrieur
l'assemble, les refermera et en
gardera les clefs.
L'une des urnes restera devant
le Prsident pour la rception
des bulletins, et l'autre devant
le Vice-Prsident.
Le Prsident annoncera l'ou-
verture du scrutin.
Art. 43. Les lecteurs s'a-
vanceront la file devant la
porte d'entre. Ils seront intro-
duits l'un aprs l'autre et pr-
senteront chacun sa carte au
Prsi ient qui la communiquera
aux autres membres si l'lecteur
n est pas radi.
Si les nonciations de la carte
sont conformes et si l'identit du
votant est tablie, la carte sera
dchiie l'un des coins parle
prsident et remise successive-
ment aux 1er et 2me Secrtaires.
Aprs avoir inscrit le nom du
volant ct de son No. d'ordie
dans les listes d'margement, les
Secrtaires retourneront la carie
au Prsident.
Le volant apporte son bulle-
tin prpare en d hors de l'As-
semble.
Ce bulletin sera manuscrit ou
imprim sur papier blanc et
sans signes extrieurs.
Si l'lecteur n'a pas de bulle-
tin prpar, le Vice-Prsidenl
lui dlivrera un bulletin blanc
qu'il aura pralablement mon-
tr au bureau sur les deux faces.
A suivre.
Vente d'immeubles
situs PetitOoave
Par arrt du Tribunal de Cas-
sation de la Rpublique, rendu
a la date du 30 ium 1*10. fut
ratifie el consacre l'adjudica-
tion, prononce le 13 janvier
1028, par M* t.ouis Vilmenay,
notaire Porl-au-Prince.au pro-
fil de Mme Veuve Aug. Ahrendls,
relativement aux immeubles ci-
aprs indiqus, qui avaient t
hypothqus par les poux Jo-
seph Jrme, en faveur de feu
Aug. Ahrendls. suivant acte
rapport par M' Suirad Villard,
le 16 septembre 1911 L'arrt
ci-dessus nonc a dclar va-
lable, devant sortir son plein et
effet, la sus-dite adjudication.
En consquence, les dits im-
meubles sonl mis en vente par
Madame Veuve Aug. Ahrendls :
lo. Une proprit, sur la-
quelle se trouve une liaison en
maonnerie et en fer, sise Pe-
til-Gove, rue Monl-Lhry, ci-
devant rue Tonnerre, l'extr-
mit Nord du marche ou de la
Place d'Armes;
2o. Une proprit, sur laquelle
se trouve une maison en ma-
onnerie et en 1er, sise Petit-
i.oave, l'angle des rues Saint-
Paul et Saint-Antoine;
3o. Une lendue de (erre de
la contenance de six carreaux,
dpendant de l'Habitation Cour-
lis, situe dans la section rurale
de la Rivire Scbe, Commune
de Petit (iove, ainsi que les
Usines Caf qui s'y trouvent
tablies.
Vve. Aug. AHRENDTS.
A Ste Rose de Lima
Le Pensionnat Sfe Rose de
Lima donne avis aux familles,
aux n mbreux amis de l'E-
tablissement et au public
Port-au Priucien qu'une ex-
position de Travaux l'ai-
guille de Dessin et de Pein-
ture sera ouverte ds le sa-
medi 19 du courant 2 hs.
de l'aprs midi.
Les salles d'exposition pour-
ront tre visites de 8 heures
11 hsl/2 et de 2 heures
6 heures, jusqu'au mardi ma-
tin 22 juillet.
'fiKarAss2w.*r.ujssE r*!
NOUVEAUX ALAMBICS
w^.- M DiSTUJ.BR ti UCCTiriZU
f ^Jjf Leu EAUX-UE VIE,
f\Gt J
Panama Railroad
Stearns h ip Une
Oifice of Geneml Aant
MTin: ro nuira uiivta m
nie Panama Ruihoad Steamship Une sanoMea th.- t.,'-
S.S Lrstobal- August 19. 1990b August 24 ih 9 .
SA Guayaqu.l -. August 20 th. 1930. Seplembrr MPm.
AVIS Al i 0UMHM
mJiJ-S. Mai,r?ad Steamship Une a l'avai.hge dan-
^ Anton le .i aot 1930, la ManAi mm
S/S Cr.stobal- le 19 80l 19 ,e i4 aoo. P
S/S -Guayaquil" le 26 aot 1990 |c 1er Sent MO0
__________"lac VAN REED. Agent%jfi "*
Hamburg-merica-Line
Le navire Adalia , venant de Kingston, est attendu ic
vers le PJ courant, parlant pour l'Europe via les porls du
Nord, prenant du Irt. '
RHNBOLD ft Co, Agents.
RHUMS, ALCOOLS, etc
DEROY FILS AINE!
Lgislation
Recueil contenant les Lois
et Actes relatits aux Assem-
bles Electorales de 1X17,
1930 notamment :
lo. Loi lectorale de Bo-
yer, 20 Mai 1834.
2o. Loi lectorale de Fa us-
tin ler,6 iNovembre 1849.
3o. Dcret de Saluave, 22
Juin 1867.
4. Dcret de Nissage Saget
24 Aot 1872.
5*0. Dcret de DftrtieutlUtW
2 Septembre 1916.
1, b\>. Loi lectorale le Dirli
llPPinr^ IA i*WHri 19 Aot 1919.
J1LI M ilK 7o Loi lectorale de Ijoaio
23 Septembre 1927
8o. Rapport de la Commis-
sion desigue pour examiner
le Projet de Loi lectorale, So
Juin 1930.
9o.|Loi lectorale de Bug,
Roy,4 juillet 1930.
Prix: 4 (iounis.
A vendre l'Imprimerie
jTelhomme, Rue de l'Egalit
et chez Mme Auua Duciutel-
lier, Kuedu Centre.
COKSTHl riKta
jg 75, rue du Ttidtrt, 76
PARIS
GUIDE PRATIQUE do Diituiiuirmox-t..-
VI. ESSENCES te MANUEL do Fibrlciil d< |
SHOWS .1 TARIF ILLUSTR irfrui-i fraaco
Association des Dames
de St Franois de Sales
Les dames de l'Association
de St-Frauois de Sales sont
aviss que la runion de di-
manche prochain, 20 juillet
sera une runion plniie
laquelle tous les membres
doivent assister et, qu'on y j
prendra des dcision urgen-
tes concernant la bonne mar-
che de 1 uvre.
La Secrtaire :
Mme Franck POY
Port au-Prince le 14 juille
1930.
LOTERIE
de la mutualit Scolaire du Bel-Air
Les Billets de celte loterie^sont'/jUjicirculatiou.
0,000 Billets 2 Gourdes.
Les lots sont repartis ainsi :
Gourde* 2,000 20 lots Gourdes
.1,000 105 lots de
250 2 App-du 1er lot
< 100 2 App. du 2me lot
59 2 3me lut
Le tirage aura lieu le dimanche 10 Aot prochain 9 hs
du matin.
Bureau de la Direction de la loterie .^
IMPRIMERIE DU COMMENCE,310, Rue Bonne-loi,
Pour le Comit Directeur de la Mutualit;
IHyppolite JEUDY, Bien-Aim HYPPOLITE,
Emmanuel BASTIENJ
1er lot de
1 lot de
1 lot de
2 lots de
4 lots de
25
10
30
20
10
Toutes les Polices
DELA
j comprennent la Protection contre la
] Foudre sans auamentation de taux
s tiug.LeBos$#Co
I Agents Gnraux
A. de MATTEIS & Co,"Agents Gnraux^






Jeudi
17 Juillet 1930
Le Malin
24r.ur-nr.Nhfc, N* 1)744
i ort-au-Pnncc
Tlphone : 2242
4I.PAOES
DPURATI
V*
du
v. tMa,Gfaufci
Mat roiM dfcalkt
combat
les Maladies de la
Femme
,,!, >m II mmlwiua, fy.'yg..* *.SgT u iJ pur%.= ">" Qu'il
"SSZt .-""^-tl '."'- in.Tr 'te. V- ""
,;>s mme du ....'l'. '',u" ,,:.. ,....! y* ub].-l normal
DV r,U. '"u*""- M'"'"".'n". ,r rornwllo.. Ml doul.ureu.
cr&? fin^iJ2lS&farfr,^,i,,b ,rou"n'
--!' "l,c V" d"ti "d"doctm MMM* jgjM
Qu'on MIIMf ru rllft "I"' "' ",',,,_. ur ]riim ,,,!. drpur.trlrn.
ppwiiW^wSy S%Srr,v"' ~r
-.BE*it'PuMT.V'n..- DOCTt MOUT . .n S*
Vullk qu'il .M I......I" 'O"1"
In tri.iui. rl ml
f l.l. ( l.i.i l'A '
GRANDS PRIX. PnMiimnv " homiihu Pn
, VI.M. ..'..'. P" '
t'ni'llt.
BIRE NATIONALE _
Brasserie* Nationale
Se vend partout Or 0,10 le
verre malqr sa qualit su-
prieure.
Protgez votre poche
votre sant
toujours.
POUR AVOIR UNE PEAU
VELOUTEE
et
\ L'usage rgulier de la Va-
nishing Gream Exelento con-
i servera votre teint aussi doux
i et aussi satin que celui d'un
PT1 \f\ DilVBnt bb. Nous le garantissons.
Lhxelenio
Vanishing Cream
Est une crme sans graisse
Cours
Classiques
P2me Philosonhie t indu
awemenl
Mthode sre.Succs complet
contrle] chaaue anne.
Cours du soir pour adultes et
jeunes gens.'
Comptabilit, Stnographie
anglaise et franaise. Dacty-
lographie avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignements du franais
de tanglais, de l'allemand, de
l'espagnol. Aithode sans
gale.
Leons}? particulires de
IMtres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en retard
ou ceux qui veulent gagner
du temps.
Cours de1* Musique ( Solfge,
\ iolun. Piano)
Pension Scolaire, srieuse et
agrable, avec annexe pour
htudianls et adultes.
[S'adresser Rue Lamarre 75.77,
ou tlphonez au Ao 2891
poiu plus amples renseigne
ment s.
L'Institut TIPPENHAUER
Reconnu de l'Lniversit
hatienne.
Mol d'ordre
AK 100
Point de ralliement
La Gulnaude
Ils sont lgions les candi-
dats, tous trs populaires,
actits.intelligents et... surtout
fiatriotes dsintresss; mais
a victoire aux urnes restera
ceux qui auront tait pren
! BAR TERMINUS
Place Dessalines
Caf chic,
de premier
Restaurant
choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plus d-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
Colombian Steamship
Company Inc.
Le steamer Bridgetown! venant directementjde New-York
est attendu ici le 18 du courant, il laissera le mme jour
pour les ports de la Colombie prenant fret et passagers.
Fort-au-Prince, le 16 juillet 1930-
Colombian Steamship Company lie.
GEBARA & Co, Agents.
PR-GAT-LAN
Si vous avez quelques heures de: loisir, lexsoir et^ que
vous dsirez les passer agrablement allez au
Pr-Cat-Tlan
The Royal Mail Steam
Packet Corn pan v
le steamer Culebra venant de Londres, Kingston, Cuba
et du Sucl est attendu Port an-Prince le, M ..utile courant
prenant trt via le Nord pour Havre, Anvers, Londies M
tous les autres ports d'Europe.
1. J. BIGIO. Agent-Gural
Tlphone ; 2311.
i
Grand Cal de France
Sous la direction avise d intelligen'e de Monsieur Fran-
ois (i ira Idi uui est devenu l'associ de Monsieur Palrwi .le
nroorituire de cet tablissement quina pasd egal.le GRAND
t'AFr DE FRANCE, offre ses aimables et distingus clients,
les consommations les plus fines, les vins de t nies prove-
nances 1rs plus choisis, Cigare* et Cigarettes, Saudwiche,
varies, de* prix dliant toute concurrence.
L'accutil le plus sympathique continuera a tre le mei!
*,/., du Grand 0^*^
Tlphoue234l.
que la
nourrit la peau et empche
qu'elle se laue, se ride, se des-
sche.ou ne devienne rugueu-
se. Elle conserve la peau en
partaite sant.
m
Procurez-vous aujourd'hui
un pot d'Exelento Vanishing
Cream;en vente chez tous les
droguistes, ou directement de
nous sous garantie, comme
vous le prterez.
Ecrivez-nous pour avoir un
chantillon gratuit et un livre
de conseils pour la beaut.
EXELENTO, MEDIC1NE
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents demands pour tons
pays.
Smvjj jiur reaseignernenls
o vous trouverez, laBplusbelle salle de bal, la musique la
meilleure excute par un" orthophonie dernier cri et aussi
les boissons les plus fraches et les plus, pures.
; crme sans graisse l\ cef qm I, l p lesboissons les plus fraches et les plus, pures.
peau absorbe. Elle S?*!!*s eF,teurs.le ,Plu' Champagne, bire allemande ou nationale, liqueurs de tou
i __.. .___*_L_ dAKluOau lait de la uuis . %.?,
d'AK 100 au
naude.
tes sortes.
HARRY R. KINNEY
Annonce ses (Clients et
Amis qu'il a transfr son aie
lier de Vulcanisation et son
Installation de Soudure Elec-
trique >319 urand'Rue.
Halle louer
Rue Course.
S'adresser
M. Ch.N. GAETJENS
ALUMINUM LiNE
Dparts^directs de New-Orlans et de Mobile]
pour les ports Hatiens.
Un steamer laissera New-Orlans le juillet courant, (4
Mobile le 7, directement pour Miragooe, iPort-au-Pnnce,
Si Marc et les ports du Nord.
Port-au-Prince, le 3 Juillet 1930
A. de MATTEIS & Co, Agents Gnraux
BELLE POITRINE
en cVu* moiii nr.T Ici
PILULE* ORIENTALES
ta *>'.:[ .1 ipd d >-i ; -v :. ..t, !<. Uititucut l'H Bcint,
*BK cfN^oilt loi H4U|>.< U.'.'M.'M dM
.'I rt don." I ! Ul
^Wt g.-l."il pdn;.uli ^k
kw > ^ ,' ii i-l'f.uiiiiltr.HLr*.
\ v'
.* ) -i i ini i wuMi
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
laria General est une des plus puissantes et des plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse
dU mSesepolices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la foudre.
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
causs' autrui dans sa pei>ouue ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d Europe sont payables en Hati
Ses Polices contre accidents sont valables dans l univers entier. Tous les voya-
otu,. Ii, x raien! donc preudre la prcaution de se munir d'une police contra.accidents
d%u moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant qu^lc l/'2 /0 soit 20 dollars L. C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cave*
Panama Railroad Steamship Line
Service de fret etjdepassaqers entie^
NEW-YORK CITY N.-Y. CRlSi \joau. uANAL ZONE et les flTFs de la COTE ; i
OUEST de l'AMiiRIQUE du SUD.
plus rapide et le plusd'uect service de transport de passagers et du trw entre Hait
et les ports Europens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
W Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
f Angleterre Ecosse France
Mrs. G. W. SHELDON & Co- 17 James Street, Liverpool, Enolard
The following arr ur Agents at principal ports il Europe :
ENGLAND, SCOTLAND. FRANCE.
Messrs G. W, SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, England
In France, Messrs G. W. Sheldon |& Co. are represented by the followin ti
mis
SOUS-AGENTS :
Pk^< nr I pour Hati
Port-au-Pnn< e. G. GILG
JEANSBLANCHET Jrmie
Glelatly Henkey & Co
21 Rue de la Rpublique
Marseilles.
Hernu Peron & C, Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
Hernu Peron & Co., Ltd.
Rue du Moulin Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Messrs E. A. Benoix & Co >
21 Allengade, Copenhagen.
Oslo, Norway. ^J5
International ,,sr--.^|
Speditionsselkap Oslo.
M M. Atlantic Freight Corp'n
Ballinhaus. Hatnbnrg 1.
Germany
Messas Atlantic Freioht
Corporation
Cermany
Messrs Atlantic Freinort
Corp'n.,
24 Quai Jordaens,
Antwerp.Belgium
Hernu Peron* C" Ltd.
95 Rue des Marais.
Paris.
Hernu Peron & Co LtdTT"
Pue de la Tranquilit,
Dunkerque.^,
Hernu Peron &. Co Ltd.,
9 Rue Roy,
^Ti Bordeaux.
Gf.noe, Italy.
Messrs Henry Cob & lbbico,
Piazza S.Matteo,No 15Genoa
COTTENBURG. SWEDBR.
Norisk Express,
C r.henburg.
Mess/s Atlantic Fincm t
Corp'n.
Kon Emma plein 3,
Rotterdam Hllaod
Messrs Steimann & Co

,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs