Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04052
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: July 8, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04052

Full Text
Clment Magloire
IRF.CTEUR
11R8 RPF AMERICAINE 2368
TELEPHONE N 2242
Nil asltisitssa sentes.
|m mritant* Barre siMIi sais
nuises!, Riais |)rer jU ils sont rcc-
rhasts. Je-Jsrssea ItOISSFVi
'44mc ANNEt N* 6737
PORT-UI.PRIVCF (HAIT)
MKKCREM '.) JUILLET 1930
Mr L. C. LHHISSON
ET t\
COMMISSION MOTON

La Commission \mricai-
nr de l'Etii calion dsirait en-
tendre Mr L C. LHKlhSON.
Elle a pris contact avec le
Prsi h ni de vssoci .lion des
Memhresdu Corps Enseignant
vers rue heure de aprs*
mid'. Samedi 5 Juillet.
Mr nKissON a pri la
Commission, qui m- dispose
pis de b auctup le temps, de
le qtiestio ner sur n'iin..urte
que point de sou importunte
enqute.
Le D Moton, Prsident le
11 C*U!n s- >n>-, a sou tour, u
; :c Mi LlIi 'ssox de lui dire
qui 1> : I: s miy< ns em-
ployer p urr rtimlioratiot? de
l.i sftoatiou Molaire d'iluti. Ii
demande a M I.hrisson de
lui euvoyer la rponse avant
son dpart, dans AH lmes.
Mr Lhci i on rpond qu'il
peut donne i rponse sance
tenante. Les secrtaires cri
veut Noua rsumons.
c Pour amliorer noire si- \
lua'ion s olaire lamen'able, il
latU en mme temps a'occu-
perde la situation conomi-
que. Celle-ci est aggrave par
des impts trop lourds pour
nos cou tri hobbies appauvris.
Des mil liera d'enfants Ir-
quenleul nos hcoles sans li-
vres.sau cahiers, tans plume,
sans, ci te.
de fin 1923 l'exercice ;ctuel
1929 193(.
l'erm ties-rnd de vous le
communiquer :
Crdits extraordi-
naires G- 2.9$ 350 00
Crdits bud-
gtaires 12 060 160 66
Total G. 14980.510.66
C'est un scandale...
Ce service n'a jamais tonn
un seul agronome ni un tech-
iiiiuu. hua |;i.nais amliore,
dans au une de nus rgion*
g irolta, les produite de uos
iiysans.
Viv' impression...
M; Ll.erissou ajome: il y a
les Ecoles f iodes l'aurore
d* I Indpendance et un peu
lus lard, qui ont disp.cu:
Ecole navale, Ecoles de des
sin, de peinture, de musique,
les termes Ecoles. Un lyce
de jeunes il'es ius'ilu en
1816 par Alexandre Plioo a
cle terme par les Amricains
vers 1917 avec toutes les
Ecoles dites sf.conoaii.es sp
<(ai.es. institues par (iettiard
tn 186.
Mr Lhrisson parle de la
langue franaise dont l'emploi
n'est pas observ par les ex
peits de Damieu. l'Iusi urs
lisent les cours qui soni tra-
duit.",: procde anti-pdngngi
Ensuite, pour rsoudte que et contraire au bon sens, i
notre problme de 'Educa- j | e matre doit parler la !
iTngue de i clve, dit M Lh-
tion, il faut : citer des Ecoles
normales d'Institutrices et
d'Instituteurs dans nos cinq
dpiitements, installer des
b>blioihques pdagogiques
e. des bibliothques scolaires
membres ne
approuvent
la
en
risson. Les
Comini siou
souriant.
l.a queslion de mthode
dans I Enseigin ment est c.ipt-
suppruuer les impts sur les \lt\e, M Lheriaaooest pariiaao
fournitures claMiquee, con- alun* mtihode unique dans
lornieim.it la loi de Sep- toutes nos Ecoles primaire*.
iVautre part, leurs lves doi-
tembre 1912 qui a t abolie
par le dernier Urif douanier,
relever les traitements des
membres du Corps Enseignant
et tablir en leur faveur un
tableau d'avancement d'ail
leurs prvu pur In loi, cons-
truire des.',. aux convenables
et y installer le matrhl et le
vent tre initis, d'aprs li
loi,aux metieis -- L'Etat aura
dis Ecoks professionnel!' s
peur les entailla qui ont dj
n u le Ci i tilic.il d tudes pit-
maires, et d'api i les gots et
aptitudes,
Les toile!ions de l'E-iseigne
mobilier appropris, i1 enfin nient,dit cuco eMi Lbriason
appliquer rigoureusement la
loi sur l'Obi iottlon scolaire
qui i lati( n scoli ire est bonue,
D Quel < si le chiflre de
vos enfants d ge scolaire?
R 120.000 environ.Nous
avons prs de cent mille en-
I mis iiisci Us I ois nos Coules.
L' moyeane 'e prsence e!
moi; s No ms qui f ml vivre
la nation, on: plus de 250 000
enfants |ui ne vont pas o
l'Ecole/pii n'ont p:isd'coles..
C'est une injustice...
D. Et le traitement des
ma tires?
R Drisoire, Il y en a
qui i-c perois eut. que 4 5 et
6 dollars par mois. L'est le
plus grand nombre. Le pro-
ie&sem I mieux paye de Ven-
i
doivent tre en dehors des
surprises de la politique,
L'uvre tu Service Tech-
nique est ncessaire, nuis elle
doit re reforme-.
Mr Lhrisson parle euore
de bien d'autres choses int-
ressantes de l'Enseignement.
Les membres de la Coin
mission ( ils et dent presque
tous prsents) e ou eut avec
intrt t plaisir.
Mr Mot. m demande Mon-
sieur Lhrisson de lui en-
v. yer des notes spciales sur
ces chipiles intressants de
I Histoire de > .ustruction Pu-
blique en Hati Au moment
o paraissent ces notes, la
* Commission les a en sa pos-
' session.
| Le Prsi lent M don remer-
cie Mi Lhrisson le sa lu.ni
neuse dposition..
Dans ie mmoire, Mr Lh-
risson J I"u le service mdi-
cal scolaire qui, dans ers
geignement secondaire ne g*-
gne qi e 60 dollars...
Le b i gel de I I .sWuciiou '
Piibh que se. ii ff.e. pour tous deux dei nires annes, fait
les si uviri s, a tuoiui le de |VXcellcnte besogne, race
400.000 dollars. i au dvouement actif et l'es
Ledpariemenl a sou;, sa ,ul[ d'entreprise du Docteur
garde plus de onze cents Melhorn.
Ecoles. Taudis que le. Servi- I je secrtaire de l'Associa
ce Jc.huiquc de l'Agricultuie llo uts men,
et de l'Enseignement proles-
siouuel qui e marge daa> les
budgets du dpartement de
lAgricuItu e et du Travail a,
si disposition par an,
Or 748.333 33 ou G. S 741.666.
B0. il u'a paa50 Ecules.
Messieurs les commissaires,
dit Mr Lli'isiou. j ai eu la
p uience de recueillir lechiQre
t valeur mises la dispo-
sition du S*
Bailey s
L'Idal Hhu
ALIX ROY
ii
28 annes de succs.
Q
UncL'Urc
DB
Me Antoine Hi^r-PaUl
i'o't m l'.i.-T, l SluiMel 193
A *1 > ifur t. i in m Vfaglot e.
I) p.. leur du < M t i
E V.1U.
Mo i ehof Mog ure,
Li rermig "m a t j \ >'i S
d^aufl su i M Min sut I d 'ai
fix !> o- les iiscn,nions, au
cour d I runion I i 11 I iW
aul'iliis National, ne soni pus
exa ls.
v/eu bien le 1 I d de trois
rtio s qui, aprn d longu s rt
hKfeisantS diseussioti", fi'
dlim-veinent accepta par Wei
i-,s c m ti tat nvjti la ru-
nion.
MoTsieur Ooutt'mtin Vlayera
avait >roaoi led*hi l'a i mois. !
l'.t co ame vte HieriR ILilicourt *
avait t't sienne la p o osit on
de Vtiy od et la dev InppaP,
Mousioar le Prsident Roj au- !
plidoq net ola-ss il il court,
:IU a celui ci : Pour q iil y ait
des lccl ons loyales et pour
peov;t re a tous les citoyens de
s'inscrire, un mois n'e-^t pua sut-
ti..nt.Si encore vous disiez deux
mois... ? >
L- less h M. Joli!) >is Fils Ii
ohseiv-- q-ie le didi eu s ilu-
lo.iu. I e de demi : tu 10*octobre un 31 d-
cembre.
Lest alors que jai propos
trois mois, en dtmo.trant que
le dlai prvu dans la Lo'is'ini-
lion el dans les lois teetoraiPS
jasq.i--l en vigueur tait bi-a
de lro:s mois. Les lives d'ins-
criptions, en elle', s'ouvra.eut le
lr-r octobre et se fermaient le
31 dcembie. La Constdu ion
tix.e un dlai de trois uio s entre
la date du dcret mettre par
le Prsident de la ftepubl q u et
cul e des lections.
j'ai dfpuye mai prjpjsitioi
de co isideralions.qui o u ra
tous 1rs ( ndidata prfa la ^ 'a
r'i non peit ! moi m-
pfesstou due- M s radel, Vin
cri l, ' ius S '!> et lr l)-
P. ice vl .is qui l iu ni p-1 .> de
moi se m m aient avoir paiiaf(a
avec la u p> i;* des invila*llar
ascune objection n'a t I Me
>in i. o ioL|lioti.[l, '. -vaut le si-
lance des |nlrti >. le Miniatra
It iV iu s i Migua : Ii est don
bie nti lu, Messieurs, que le
d-la i lnu mois est aecept.a
L essentiel est d avoir de
lei Mous loyales, ajou'a Me Pra-
del.
ur ce, la discussion prit fin,
et l'on sa spara a**c l'asauran*
Cfn e les pliCtlOna auraient lieu
en ocohre piochai I, trois mois
apr> I mission du dcret lec
toi -l q>ie l'on attend ce mois ci
V( nid z croire, mon ibef l)i
relieur, a nus senti meut* les
m illeurs,
A PIKIt'\K-"\UL,
Prsident du parti Salional
TniiKiilliste.
X.D.L. R.- LeCh t du Parti
Nationaliste Travadlisie se trom
pe lorsqu'il dit que. la Co'istifu
trou t'ievuit le dlai de 3 moi
.,o es l iscrip lO'iS. La Cous
ii'uno i est 'ont lut muette
i't -uj> i. Elle tUe seulement en
sou article 1117 la date o les
Assembles Primaires as runis-
sent. C'est le lo janvier comm^
tout N moule le uit.Cesl la Lo
lectorale de lVilO qui Rx* 3
Niais le lataid'inecnpiion.Qoao
a 'lie que c'est ce dlai de 3
mois qui avait t fix dans l-<
-., iiice du l'ilais, du 14 juin.
(1,-ruur, nous renvoyons notre
;i ni Antoine Pierre Paul, l'ar-
ticle que le Temps du 2 de ce
mois a consacr sssup*t, e'
duul un des edaeieurs.VJ ons
t.iu i lay rd, avait assist 11
ruuion ci dessus envisage.
! Autour
de la Taxe:
o
Dimanche 8 .lui'let courant
les intresss ont ronsidu le
Syndicat des Guildiviera, Plan
leurs et Vendeur! da Tabac qui
se propose de dtendre et le
protger l'industrie de la'cool
et de tabac menace par l'a p
p'ication de la taSS reconiui-
prjudiciable. Sa devise est :
Travail Libert. Paver une ta-
xe annuelle base sur la ca-
pacit des chaudires, laire
mettre le tabac en boucauM et
sa tenta par feuilles connu' au-
tielois. est ce que principale-
ment il poursuit.de concert avec
les groupement! qoi se consw-
Inernnt son appel dans toutes
les Communes de la Rpub que;
la ques'ion m reaae.
le Coiui' un Syn li.i al < '
aami loi ni :
PrSVident, Mnrat Uernadotte
Vieeprteiftenl. I ops W vara .
Tisorier. Picnc GMdes Char-
les; Secrtaire, P. P. A^na l;
Conseillers: I) BernaoM Au
gustin Avin. Agnant Armand,
Hermann Caiuste, I) >i Obvier,
J. I) S'erbn. L. Pierrel.ouis, Th.
Bien-Aim.
bres du Corps
,,Menant. M. F. Soray, tait
.rsent.
Beach
A L'os h loisir pur as
jours vous [ait ritn,aliez rtsjjirer l'air
Technique, jr> ammol,
\a\ Ateliers de la D G T. R.
Lo.i comptait,ees |oura Jer-
niers, un efteciif 'le cent jour-
naliers hauieilS dans les aie
liera de la Direction Gnrale
des T:\iva.ix Publics, b nu i
esl parvenu q ie 1 U l l el
que'. |0 n cet eSeCtll i 6l su
sioemeul rduit. Li p upar des
jiurnaliersont t renvoys s ms
l^ prtexte qu'il il y a fait plus
de travail ou parce qu'il fallait
faire de* conomies L intention
de fan e des cQUU mes est il i
pus louible.s et ce n'est pas
nous qui biineuous ceux
qui lallicbent. Mais coao
miser ne consiste pas pr v i
de leur pelli sdaile d une goui-
de et deune pa jour qui 1 |ttes j
pauvr s ouvri is, taudl que
Ion uiannie.it a leur poate deaj
fouciioiuMiieatraugeisaux ap
poiuleuieuts de plus de quinze
cents gourdes le mois. S. loi
aenl le beauta d conomiser, ne
I iudiuil-il pas mieux dimioui r
les appoiuiemenls les hauts
fonctionnaires de la U. G T. P.
et ne pas s en prendre aux petits
employ? Ou eu pourrait di-
minuer le uoiubie, mais pas
dans e elle pi oportioii elfe .yauu.
Nous signalons te tait dl al
tenoou Uu Secrtatie a L n
Travaux Pabucs. Nous avons I
certitude qu il prendra de me-
sures nutjiq-ies pour emp-
cher qud Se peipelieill <*c U
mjuiiv.e.
Huile louer
Hue courue.
Sa resse
M. Lb.W. GALjJLN^
U II-leur Paul Ewald
Il ei n .ua, U Police judi
c.aiiv. Ul suit* de plaintes r
prs daj* jane'du qaanisr.f
proa l I nrestation du Dr
P.iui (\v.Ud |ui u t cou luit au
Pite ie .S itio.nl. OepuUj
|. que-, jours d^s sy u,) o ues '
BssVS tnquitanta se tOunifa
t iiSnl dans la vie et les iinnires
du De Paul Lsvald. En p-sence
uiemb.es de sa famille.on a :
fait ^inventaire des meubles etk
autraa objeis qu il possdait
.tans la maison de I Weiiae de
uequil habile depais dj
qu ique leuips.
Un croit gnralement qu'un
Conseil judiciaiK- sera no inn
qui se chai fera de la I niiialra
\\on des bleus du Dr EWa.d.
o
\ (iropos de noire numro d'hier
.Nous nous excusons auprs
do uo leceora de ce que notre
nero d'hier n'a pas t clai-
i. nient imprim. Il y a des ba
vureedueaa uu petit drange
ment survenu, au moment du
tirage, dans noire presse. La r
paiaoon el *n train uelie falt<
e i<-.. s lais-ui ious nos Kufts
pour que notre tournai put-st
pan mata comme par
le pass,
l'gard
D'UN
diplomate
SoUS ce titre a p.ini aux Etals
Unis I articule! .ununt consa-
cr notre Ministre <) I.nmlres :
Ainsi que nous i u ons annon-
c la semaine demu'ie S lu Mr.
la posteor Horace Rrigord.En-
voy Extraordinaire et Ministre
Plnipotentiaire d Hati a Lon-
dres est encore ici en route pour
l'Angle tre et acc.-mpagn de
soi ouse. Entre temps nous
crayons savoir, tant par les II
| a'n'icains q >e en ltes s'o-ga-
nisent et se donnent en son hon-
neur : dimanche c'tait chez M.
|p Protesseur Linstant 'ugusle,
460 Adelpbi Sir.et, B-ook en,
N Y., qu'une rception de gala
lui a t oller'.e. Un chur de
jeunes Ii les et de jeunes hom-
mes, I arrive du dip'o na'e
dois l salon de VJ. Auguste.fai-
saient cercle au'our de lui en
chantant la Dessaliniennc(Hym-
ne National Hntien ) tandis qm-
le P.utesseur tait au pi i no et
exculml lui-mme |*s difl'ren
tesstiophes de ce chant palrio
t.nue
I umdiatemanl aprs le d-
ner dont le menu tal purement
nadonal ( ris au pois.eic )dill-
rents orateurs, entre autres, le
protesseur Auguste, Ivnmamn
Gtivey, vl. le lieutenant Aaatin
B. Hr.mot,.te,etc. ont prononc
d. s s,iee. lis d tlicitations loin
mur au n nisliv ipu I eu une
rnartie de-, plus sen'im nud- s
.' e p us spirituelles pour cha-
aun.
o it t remarque* dam la
m ignillque assistance, M. lleau-
brun IVne Louis et von Mis
Paul, M. Orlan 'o l)ouym. Lo-
ch .rd, le profesieor leagravas,
Gracia, ele, etc.
Aprs qu^lqmes heures bien
pis-.es avec Vl. Auguste, le mi-
qis i-'i'^ri^orl est parti a 1 h li-
res du soir pour se rend eh- z
M. et vtuie II. la h 1er 4 '0 d -
i.hal'an Avenue. New Y o un grand bal eut lieu en Sun
honneur.
l'u jour de repi s : l.m b.Mai-
hier mardi le doenur dut encore
rpondre a une invitation no "
moins aimable de la pot d*
1 me llirris et de son mnri H24
S N'cholas Avenue, New-York
o un rel lestin lui tut servi
la bonne IranqueM.- et l'agr-
ment spirituel de la haute cul-
ture intellectuelle de celte iii e
lies distingue E fin le docteur
el sa t l'Utile parlent BUJO'J '1 (loi
sur llle de F.ance ,
Bonne ocoaslon
A lotit p eu d. Il i .
bUiuC ni is i ua ^ -'
de,.eol une-. ( < .. i I -1. U
tlphone, el
v.! Ireaaet IVi Ko IX ta N u
213, pie d'Ali* Koy.
s*fP'.
. .n vu au C ub l P. '.'(.
ve un g r bi I" nngl us,
esp ignol, ''-.' n s
seulenifii un p i ',lo'-. L'est
aussi nu typ i Lest
le sosie du f. ;.,. Vdolphe
Mengoo q le ceux qui oui voya*
g ont pu ad ni m dans ls l> i u
fi'm : M > i . ,,#
Heure.i\ t lufa qai possda en
n nuro ii m K .i d, i j a point
i ui'- cour tsi ittt i van te.
t
*
LES LAINAGES FXClUStFS
LES SOIERIES HAUTES NOUVEAUTS
USSASlUTUftS ORANOE COUTURE
M trouvent choc :
CRPITTE.COMLOIaC. STRAUSS
43, Ru* Rranui. 3 PARIS
kH d. CaUlofiM* (rtlli. rtwqu mIwo. b
>^nW>u ** "on. U* C-.ului.' . .*!?
... voil qu'au L ni de Pe'it-
GoQveo les ho inenra nous ont
t I i I >! II. . ,i-
deut Ma iri i.-. I aimabla
Louis Bonlous el d'autraachao
munis oatu ' d y a tou-
jviurs du e h i u. pa gns sur la
gl (', (!i> : .n- ries mai -
Sues les plui i pates et d s
plus | '.lues II y r.vail amsi
d'autres gens desprit. Ces' un
eharme, en (. i!'' comp tg^nie, de
ustet, d appt i ier.. I 'heure
p se... el I on oublie ... el I ou
s'oublie.
*

,.... n vu un p ut cal lr. i m i
fn' pi ni. I rende i n
des homm lafl ires, q .1 -
rige avi I il d'amah t
d empi i Bse*nent M M- i
Louis Ou est I > r d'y I lire
halle, car l'on i ncoi
jours les amis i n pi I
puis l'on s'v plus le ii
q.. il ne lauilr.ul... Qaan I i
en bonne comp ignie, i i
la notion ii temps, m,., ;
hcurenai ment, il n'et-l pi de
bonne compagnie qii m >
quitte...

. i a vu, sur 11 i m.t.- port .i
s.- de liiragone, un i amii i n
pa.ine. Ceal la i h on 11
naturelle qui oit. Mais.. .
ne l'tait pis. c'tait h geue d i
chauiTeiir qui pour impie
ne savait qui ls dieux pi >, i
avait di ms le can i a i
djeuner cabalistique d i
calmer, sans ou e, la co!
de quelques m.iuv.m.s espi i I
permet Ii A In voili
cominuer sa ; nule Le el il ur
aurait mieux lait de se rapp> I i
ce sage citu--. ,1 ;, tique :
Aide-loi et le i iel i aideri.
.
... a vu. ;i l'li ml I : h de
Peli'-liovc, un vis qui j>'
que l'on l'aou rerme cet n a
jouis de fle el qui ri t jour
la tout danse, chu i i g< u .
Liaez plutt : Les d : ni -
tt -r! se renouvelai i irop *> -
V( nt, MesSH urs |f n;ciid)i. -.
s uit nvi .os qn'il seroal es -
s blea du mont an i des rpart-
lions Tout m me. l'tut-on
rendre i i Mit di qu Iq s
d.oiv n s il gai des n- mhi iqul
le soir de fl i mil o up
hles que de trop sa nusai
qui ne peut tre que pot r le t>-
Bsfica du Clu

... a vu, ii .I.K-i ' o i > i -
blissemeut sin i I 'la ;,
eu l'.'.ce. d< I Hl mal et
dominant l'A ' la Patrie,
un ch irini i ionnaii < f|ui
offrail di s co mations en
ta prenant n I r el m< -
sure. NOTRB i [U ' pup.C
p. m tani de in prendre,
n j lieu com| is "< rois.
... vu t M j petit i u
ui lvi Iqu k n n
acmel, un ai .;,p
rail pas de of-
frir a ti i
bain eh li< u us la propi i< l
de M. Rup nia . U y avait
juste au mo ut ou passait No-
tre iL un prtre qui se bai-
gnait. Aprs s iviiiuiea
ue nalan m i de douche, il sor-
ti ee l'eau, iivelil sa soutane,
s coifla gentiment, se poudra
dixanlun peiit n iiuir et puia
a\n alla... heureux devant la
b I nauie (|ui fctii b ail 're
h, '. u-, .n .s. tt u aux baiaers
I soll
I
Agent tieneral pour Hati,
*..


PAGE2
t-BrMAlN9 Juillet 19S0
.1
m DISCOURS Dr, MISSOLIM
io iroretlu Dtcc l'ei ri l -nqurriv
- o
Milao, Italie, 3U juin.Lrnal
do Mu soi ni, le l'rre du Duce.
dans ton )uurnal Kopolo u i
ha dclare que le premier ini
maire ualK ii connaissait les pr-
parations mtlitsiftsMe la Franc*
et qu'eu consquence ses dis-
cours taient opportuns.
J*,Ces discours, dan lesquels il
ne nomma pas de pays tran-
gers, crrent une si grauur
impression en France parce
que l seulement vivant, | ros
pereui ei .soigauiseui les hom-
mes, les parus, les groupes e
les aejies qui considrent avet
plaisir leveuluulite dune guei
te cuiiire 1 Italie lascisle.
|jaaiaiuUnani personne a.
monde ne pourrait avoir la co-
lossale impudeucedc croire qui
le programme gigantesque de?,
uriueuieuts franais ti une cou
squence des disco irs de Li
vourue, Floreuce el .vlilan.
Aujourdhui nous savon*qu
cea aruicuienis svaieot dj e
prvus et tiuancei en \\i2\i, il
ont t prpaie* avec un sui
miuuiieux sur ctiaque seclen
du li oui sans mme mp.i i
le peiil E al sautille, et dansui.
but bien deiiui.*
L'urticie conclut que l'italn
ne doit pMS se laisser aurpren
dre pjr les vnement! et 4U1
l'iunc faciale est couscieute u
ies devons envers eiie-me-ue e
a foi dttus la vigiLute el acuvt
sagesse du premier mUuaui
Museoiiui.
*/ il
M. Charte Pombrun
t "Candidat nu Sn t
Noire ami Chties Fuinb un
ancien Ministre de l'Iotrtaoi
ancien B. . Ministre Plm
poientiaire. de la Rpublique
Lond.es. .mus a l'ait pari 8> M
candidature au Sna de la R-
publique pour le Dpartement
de l Arlibonue II revient u'un
lourne dans certaines commu
ns du Dparte.uent qu il Ici-
reprsenter au Snat. Il nous
dit que les preuves de sympa-
hie donl il a t I objet dan
es dillrentes communes qu'il a
u visiter l'ont fortifi dans
es desseins et qu'il a 11 cari
ide de la victoire. Ilonaitui
i-oiubruu a des 1 ait i 11 nie
Uni lArtibocil-e tl coui-ue ail
iNtre de llnlr.eur, deux
.rises, sous le prec lent G0.1
vcineuient, il a tou joins dfen-
lu les intrts du Dpartemeut
in il veut auiourd'hui repiseu
r au Snat. Il esl persuad que
les dillrentes communes de ce
) parlement s'en souvieudron.
Nous lui souhaitons du suc
.-es.
JEUDI
ODETTE
Ou la fauta d'un Mare
M'
Alexis
Blain
Candidat S la Dptitalitio \;iinnime
jour la premire Umm. ript.oti,
s esl silSCC m lavi ur UlOlU" l'If re l'a.il.
Dans un meeting tenu di-
iiunche au Bel-Air o nue
loule immeuse elaii accourue
pour euteudre les nombreux
orateurs qui avaient pris lu
parole. Me .Alexis blain, eau
lidal a la Deputatiou Natio-
nile poui la piemiere Cir-
cousciij.tion de l'An ou lisse-
.utut de^t'ori au-rTiuce, dil,
laits une mouvante ei elo-
AUX
lecteurs
Ile la DentiBi 1 irroiwriiliea
tlecleraie de Port-an Prise?.
Chers concitoyens,
Le sentimeut patriotique dans
oue la srnit dact.on en mon
tre, me commande en dpit de
m Uni de candidatures, dap-
.01 ter aussi a la cause Nano-
ale, 1a quote-part de mon de-
>uenii .u, de mon ueigie, de
lu laible clairvoyance el de ma
n inebiuul bte de citoyen ha
.uiiOieet indpendant, Vou-
jul toujours vivre el mourir
.uiegralameul tel, malgr les
.\.^fiK'<--, mmitelles de lu vie.
ue coeur, imprgne de ce sen-
timcui pureuieut national,ui'iiu
,iuse maigre moi a vous dcid-
er aujouiuhui, macaudidatuie
lu Ueputauuu Nationale pour
ia deuxime cncoiiscripuon de
a i^upiiale.
Leupnt qui me prdomine
| .elle Uu, ne rvle mille 11 n
une diubltiou personnelle, non;
u ievele piu Oi, celle qui laisa t
.j.uire uiiegreiueni les cosu s
neroiques Ue nos Aines de 1804,
laus leurs actes U luirepnlne
Aueiriere el d envie croissante
te taire triompher le Droit et 11
Justice, au souille de lu LiberU;
~e.M celle de voir mu cuere
bj-n aime F. r.e si iorttnie t
eiuuiee, sortir victoueuse d-
cet uni uglio tans lequel elle e t
ju^qu au cou piougee par lin*
creJUine lu plua coupable des
nu el des aui.es, el preuOie
un essor uouveau vers un a v< -
ml" meilleur Ue piogia el Ue re-
geueiesceuce uutiuualt ; c'est en-
iin cette en Uttiuitive ue voir
mes cheis coutiloyeus arriver
par se bien cuuipreuUre el que,
11.a un a.ui.s su s, hie d'utiio ,
comme louvriet uvec su iruein,
s'appi que u une main d ai tue
a la;usumeul des .ninie.e
.i 11. 1. >uui aei vir de bas. o
.jiiente mprovisutiou :
(Daus lu campagne eleclo- |Ucuiuiee .
aicque j'ai euiainec; je n'ai hi, eu cousequeuce de cet.e
eu que des lins patriotiques.
Les interis suprieurs de la
Nulion. doivent tio uns au
dessus de l'intrt peisoouel
Odette d'aprs le roman
de Viclorien Sardou est une
ceuvre solide, admirablement
connue et quilibre o rien a de* eotimjUlitea La u-
n'a t laisse au hasard. Ilual,ou de la ^'P"I>"4^ es
Lu protagoniste principale
1 HANCLSL'A BEHTINI
qu'uu long passe et une gloire
continue aurolent mngutfique
ment, n'a jamais t si belle,
si jeune, si vivante.
toujours en sceue.dans les
situations les plus imprvues;
et les plus diverses, lYrtim
tient le film avec un cou-
rage et 1111 bonheur 1res graud.
Elle rehabilite mervei.leust-
ment I Ait hum.
A ses ctes Warwiek Ward
el Simone Vaudry lui donnent
hormonieusemeot la rplique.
;Ce sera une belle soire
d'Art Jeudi Varits, qu'on
sache que ce chel-d'ceuvie
sera donne pour la dernire
fois.
Entre 1 tde:.Loge 2 (idis
b.-**.
Lgation da Franoe
AVIS
A l'occaeion de la Fte Na-
tionaie.le Miuistre de France
ara heureux de recevoir les
Franais, protgea Iraosiaet
Amis de la France et leurs fa
Lopgave pour que ks pu
l! ton .s SI iee.es lie L.sseul |m
le s.nnli de murs ambition,
uu salut du Fays.
r Le futur Parlement don
tre compose d'hommes com
peteuts et doui le patriotisme
prouve el l'espi il de saci itict
soient pour le peuj h un su
uaut de l'excution n >eie
du mandat nupeiatit qui leui
sera donue.
i Aucun uflliooaliile u'a au
tant fait pour la cause natio-
nale que Mr Autoiue Fierre-
l'.'til. Monsieur Fiene Fuui
n sacnlie sa Ion une, il a
expos sa vie pour la liLib-
itou de uotre Pays. Sa lle u
'*te mise a prix. Il a ele n
premier la peiue, et il est
reste quinze^ annes cons
cutives sur les remparts dt
in Patrie sans une minute dt
dfaillnnce ni cl clipse. D'au-
tres sont venus tirer prolit du
nationalisme aprs avoir long-
temps servi 1 occupant et ses
l'ooperateurs ngres,
(le considre comme m m
me de lse p.iti t et comme-
nte preuve de passion aveu
milles a lu Lgation de France | ,;- et d'ambition tllrene qu
le luudi 14 juillet 11 heures I d'opposer une candidalurt
prcises.
quelconque celle de l'houo
uoole aspiranoii, |e vous pi i
rais de bicu vouioii partoui r
ensemble avec mui, lu toruiuie
durdoiiuauce pouvuul eu l..i e
tevtv 11er 1 eiut :
le Creauon de grands chemins
vicinaux votiuflUUM ei bordes U'ur-
iMM couUuimiiu uans le connus Ucs
luuu.ugucs Uc ..1 ri-pujiiijui' > ./in.i.e
a i ljj.,,,..: euiouiate!
c Ui6uiuauuii U uiu police ru-
rale cuiupcientc ei uieu reirmuee.
de Propagaiiuu de ituairucdon
puuiique Uuus u ma^se uay .aune, par
ia creuuOu u wCoiea pruua.ie-piuies-
.Hinni-llfs BKMlanMS des Ueux sexes
ilans louie ' accuous ruiaien Uc ia
nepuu.iquc; calccimanoii, Uygieue
tu .iiiaciion aine le soir a uuaerver
4eiNuniiualiuu Ue Cuii^eiuctt
d Agriculture Uaus toute le ecuun
de la llepubiique, perounage lettre
Bl ue seucuA.ucu peiieue u i.uii ue-
von uc eitoyeu uuuuete.protecieur Ue
la socit paysanne rcinpii louctions Ue Juge de paix pour u
ijuelion de s.uiple pouce et contrler
nieiiueUemeiudans e aunoutioii
table citoyen Antoine Fierie-
Paul.
< Je dlie donc les.-uum-
Di eux amis et parents du Bel-
Air de l'engagement qu'ils
avaient spontanment pris en-
vers moi de me donner leurs
sutrages. Je les prie de re-
porter leuii jympathits et
leur votes sui mon ami An-
toine Pune Paul, qni est le
plus intgral et le plus m
ritaUlUcS UUllOUdllSlCS.J
Les dernieis mots de l'im-
portant discours de Aie Alexis
Dhtiii se peidirent dans un
toutieire a a, planaissemei ts.
Insurance Co
Unejdest plus fortes1 COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSS & Co
Aoents Gnraux
Judiolalret par le Juge de paix de s*
Circousenpuon, oO*ei vauce par ux
Ue lappucauou rigoureuse Ue la lot
sur l'enseignement uans les campa-
guet.
je Receusemenl mthodique de
ville* et des campagne Ue la Kpu-
oliqee.
tte Cratiou de Banque Agricole
aau touie le Oo.nmunei de la ri-
publique.
/e Question agraire a sauction-
ner sur une oae convjuao.e.
8 Creauon d'cole de Marine,
d'aviation, Ue geuie Militaire Uans les
Jlieis-ueux Ue ucpai tentent.
.ta rleiormauon de 1 anne, de
la.vlanneeiue louiesno institunou
.sauouales.
lUa clairage l'leciricit de
mutes las grauUes vules de la hepu-
naue.oei vice .yUrauliquea euunr.
Ile Li0ue de hateaux vapeui
cotieraa euonrpour laciuienecorn-
ue rue national.
lie uousiruction et amnage-
ment la uioUciue Ue tiois mai eue
a r'on-au-l'iiiice dont, le premic.
.ur m propneie comprise eu ne m
laiton ceuiraia ei i enUroi. Ueaom-
m 1 uoiel-pa.tii er, le seconU dau.
ia zoue du foste-MarcUaud condui-
sant au fort .National el te troisieiUi
aux euvirou de la Lroix-ues-Uus-
aia; ue deux marcue, le premtc.
AI ie troisicuitf par leur posiliou do
.aui accs sur ie uttoi'aisoutappe.i.-
a desservir tes coner venaiu ue w
.es ports de ta Uepuouque el le ua
allants iSoiU-ouu-cst ue ta viue qu
n'auront pas a traverser les rue avec
.eurs oeies de cuarge.
Ide bmoeiussemeni de la Cap.
..ne par l'oiiti.tis a passer 111IK 1 tui
dt ici propritaire, ce a la utiigeuci.
ia service tecuuique de travaux
aJOiic, coniiiiuaiion Uc travaux u.,
juai.
i-*e clairage de Peiton-Wue^
ll.ctnci e et uu g. and cQcitun COu
Uaisant a Kon-au-ennce.
loe Consli'ucuoii d nu grand Tue-
a,u: .saitonai a t'ort-au-f nuce.
toc Ur^auisauou U uue uonn
l'once AUaiiiiisiraiive Ua ville oe..
.etriouee.
17c flgieiuentation du salanc
des ouvriers et Uu travail eu^eucia..
16e f'roteuiion du Commerce e..
gnral.
Un-- Embellisseinenl des deux
grand cimetires exuneuis .\01u-
oua Ue u Vtue de t'on-au-f riuue ei
leur clairage.
Zoa riaiuanisation de tous les
services puuiics.
ile --- .>e pas accorder plus de pn-
v'ie^.'s a uu v^uite piUiol qu'a u..
. a ti e.
i4< Taxes douanires excessives
a di.uiuuer et taxes tuterues moppor-
tuues a supprimer.
}&t~ irrigation de toutes les plai-
nes Je la Hpuoli.pae.
IU: Horganisatioa de l'cole
les Arts et Mtiers.
2e L'orpueituai de la Madeleine ei
d'autres uvres uuiDauiuttres a eu-
courager.
['. 11 faire tout ce qu'il y a d
1 iiitur, prp .s au bteu.c
1. collectivit.
V ni '-, ns 1 ueis concitoyi n,
1 uue la von u es claire et lie
abreviaiive les vux les plus *
K-iit.s/i prtt|<-ts quientliainuieu
non .me pour le boutieui 1
ua ra^e el lu pio^perit de mo>
>s, 'I nt | tends, li,. une
fg-i m eur couirmucr a '
euli>a ion.
.viTMiu* vl KON^VENTUKb
Haitian
Banana
Cy. Ltd.
PHI ME de 70,0' Dollars aux
G AGN ^NTS d un CONCOims
OUVERT POUR LlLED'HUTl
Atiu d encourager le go i.t-
-laue paitui ica |euiles, ei ullU
gdleutcttl Ue siunuler leur luie
ei a la lecture des puu'...,
ous ullrous u ois pitUies pour
.s un-ut cui s esais sur la u la
,un ne dvelopper lu tigue lia
ne en liant , atiu Ue :
1. Uoituir les meilleurs rsut
ji conomiques possible en
laludanele minimum de teinp .
A. l'ei uiciiie a Hat 11 de taire
outuneuce aux unes pays
iouucleuis de l'igues-liaiiaucs
aus la qualit el ta quauliie de
j pioUucltou.
Il est a noter : Que ceui qui
MIttclft! I'"' aU -OlwOUrs doi
^ui pieuitie eu eousiuerauou
ou les avantages el desavania-
xee Uu comme Aice uie ut Ue la plan
non |usquaU moment de la
ecuiie et Ue la liviatson au port
M mer, la nature du so-, le
telliodcs de culture,d arrosage.
Uc uau-spoi'i, le dveloppement
. 1 lultusiie ue la cuiluie.
cO.\JiliUNS:
1 CCeOupon UOll l'Ile dtacha
u joui uat ou le comptiteur a
a ceae reclame et attaciie a
casai.
Z. .essai ne doil pas eXCml
>o\j mois.
d ce concouis es1 seulement
uveri aux ^aious et jeune.
Iitea Ue 10 a 20 ans treqaeuta 11
e 1 foies secouUdliea.
-1 cessai non eue crit 1.
uni pur 1 auteur,
. Uu ceinUcat doit tre ob
.u du Directeur ou de la L).
uicc Ue 1 ecoie que le cou
> ..ncui hequeute aueslaui s > ,
ige.
0. ces essais doivent tre
uiesscs a: a rlatiau rJjuaua
.0 n,j.niy cld., Uoi.e f'oslale
i-il, sou enveloppe caclletcc
o. L.uii 1 uisi.i ipiiotl a Uoillpe.l
.OU rigue OdLUAUti .
i. ces eomposiiions seront
eues | i*quaU dl jaii.it l.i<)
iclualvcmeut.
6 ce eeaaia doivent con-L-
aci 1e tcsulidl d:o ettoils pei-
ouueis Je coucurieuts el si
.ous appieuous que ceux ci au-
aiculicu laide Ue paient ou
laiiiit leur n iVail sera cuim-
leie uui. Ces compelttcuia sol
oiies de nous aviser coutiJeil-
iclleaieul, pai ecui, Je 110.11 -
J a aunes co.iipctitc.uii qui au
aient euireinl celle rgie, et 1 s
I

,
PHABMACIE
PRINCIPAIiE
H. CANONNE
49, Rue Raumur '
08-00 BOULCVARD 86BA8T0Hi.
PARIS
vendant
LE MrnXBCB MABCBS DU UOKDB
F^dolts ds PreudrM Marques
et toujours de premire fipuUuiu-
UNE SEULE QUALIT :
LA MEILLEURE
RAYON SPCIAL.
POUR LES COLONIES
DROGUERIE, HHRBORISTER1E
apoiALrris
Franaises t trongiree
BEL8 DE QUININE PURfl
Tons produits en Jlaoana,
ampoules, comprims, cachets.
SOLCnONB BYPODEICUQUE9
BANDAGES. CEINTURES.
BAS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour tons usages
APPAREILS ORTHOPDIQUES
Seringues hypodermiques
PHARMACIES DE POCHE, OE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, etc.
Projeta de Factures
et tous renseignements
mr demande adresse
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUMbR
MO HnOUVARO SBASTOPftL
NUM
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en France ni l'Etrange*.

piren's, -m;s, et professeurs
ont pri'-s d'u-c de toy-uitAet
de sincr^ envers les Qutrts
oomuA'i'eurs.
9. Faute ,1 nhs-'rvpr 'o iIps Ip
cou I tio'is ci d MO.*, I essai de-
vient nul.
Deux nonmei et un' dame
st-ronl charges te fisetr^w les
meilleuis essais le 1-r Ao', e1
leur dcision sera finale. Les
noms des gnants seiout en-
suite publif s.
Les j urn consentir pub 'er les compo-
st! onset les pbo os desgi^nants.
wrfLa premire prime est de
C I R fi l S
Sera Port-au-Prince celle semaine el
ne donnera que 3 ou 4 reprsentations
des prix no pu la ires : /, 2, S Gourdes I

40 artistes des d ux sexes et de diffrentes
nationalits. Grande collection dani-
1 nimaux : Lions, Chameaux, Chevaux,
Lamas, Ours, Tigres, Singes, Chiens.
Tous les animaux travaillent. i
. Pour toutes informations, ou autres,
s'adiesser M. Anoual, imprsario de
! la Compagnie.
^^B"


Ll MATIN- 9 JnilUt'WM
r*Gt 6
"?;bi
-i
t-r .
Haitian Banana Company
Ltd.
H*1 o-ifigncarils Hrlalii* a la Culture des Figue* Basant l
_ DPENSES PAR CAKREAU, PAR AN
1. Prparation du terrain pour planter
2. Achat de Plants 1000
3. Plantage des Tubercules
4. Nettoyage et mondage
5. Coupe et transport au wliart
6. Bail a ferme
7. Appointerai ni Directenr, etc.
Divers
Or a m.
15,00
20,00
10.00
15.00
50.00
10 00
25.00
Or
145.IM
5.0t.
Total dpenses Or 150.00
RECETTE APPROXIMATIVE PAR CARREAU
700 Rgimes Stnndard a. 40c Or
160 de 8 pattes a 30c
150 7 u a. 30c.
80.00
45 00
3U,0<
Hnfice brut environ 200.00
Or 355,00
A NOTER : Dans les 12 pre-
miers mois il n'y aura qu'une
seule rcolte, mais aprs cette
preinieie anne, par te Ijii des
tubenuies qui poussent auiour
de chaque bananier et qui e
dveloppent rapidement on
pourra cotnpter sur deux ou
i!p..-. recolles pur un. Ce qu Kn
qu'aprs six mois on n'aiiia plus
besoin daibtttr de nouveaux
plants et par i onsi quciit 1rs de
penses set ont rduites de. 20
dollars par carreau et les recel
tes augmentes d'un tiers au
moins, laissant un plus gios b
ntice par caneau.
belou l'exprience laite la
Jamaque et en d'auiies pay.>
pioducieurs de Figues -Jan nu >.
ce lr. a cote environ lcpai
rtgioie ilu omiueuceuieul de 1
pisuu ton jusqua la icol>e, ei
tout ce que i ou obtient au-det--
bU de 15 c. esi bnetice brui.
1. Daus les teiruins plais, ai
io*e&, non loin de la mer, le
ilauls doiveul tre places a uu
distance de 10x10 pieds carres,
te qui oonueia 1500 plants pa>
carreau, au heu de looo plauts;
ceci augmentera les recettes
a environ 00.00 dollai s par cur-
r> au. Dans les leriains humides
et exposs aux torts vents les
plants doivent tre mis en terr
!212pieds carrs, soit 1000
plants par carreau.
2. Atin d obtenir les mtillerif
rsultais le sol don tre laboui<
par tne cluriue cultivait u<
evant de planter. Eu l'absence tl
ce travail une tendu*- de 1 pw J
autour des tubercules dt via et"
bche immdiatement apr
que tes plants uni ont t mis ri
terre, et dans aucun cas les ra
cines des tubercules ne devront
tre labores avant un dlai de
cinq mois, saut par quelqu'un
possdant l'exprience necea
sali*.
3. Il est absolument ncessaii
de tu .jouis garder les planta
nous libres de toutes neibt.s,
etc., et en l'absence de piuie-
les plunldious doivent tie sub
uierges d'euu au moins tous
les dix jours.
4. Tous les trois mois les lu
bercuies doivent tre enlevs,un
>eul restaut chaque emplace-
ment, mais ceci eucoie devra
tre laii par quelqu'un de grandi
exprience en la matire. L'.i
carreau de terie dumieru ass. z
de tubercules pour en pluntei
au moins dix aunes cari eaux.
Les NOUVEAUX PNEUS MILLER* Geartdlo the
Road ( .Houles la Route ) sont GARANTIS de dur.-r
plus qno tont autre Pneu d* prix gal trnvnill nux
mmes conditions et sont MEIIIFIRS que Ifsnutns
Pneus ft aussi des derniers pertectiniinements suivant-
lo) La bande du pneu qui vient en contaci avec la route est fabrique de
mme lonue que lu route et s .-.dapte parlaittment et unilormment elle.
gue ce soit des poids lourds ou lgers, 1 entire largeur du pneu est sur la
tome, de sorte que son usure est unilorme et par consquent trs lente. Dom
l'usure ingale et par endroits est bannie, ce qui tait la cause caracristique de
l'usure du pneu.
2o) La bande et les parois sont d'une seule pice. La banda va autour du pneu, tous II
centres o se pioduiaaJeBt les lentes et les flchissements sont limins et ('est unie pour tou-
jours la peur de tendie les jointures.
3o) La construction es faile a ordt c Unitorm q ri assure une llviliilit uniforme inr
tontes tes parties, ce qui complte an pneu parfaitement iqnilibr Ce paru rtt fabriqu pour
rsister aui heuiis des bordures des trottoiraat dei ornires et *s remet des secoussesp sa
forme naturelle avec l'udion rapide et vive du vi ai caoichom laissant la brnde, l.-s mure
talon d la carcar.se de la Corde uniflexe intacts et de tonte- Frct. Ain! donc la cause sarom
muni de I usure interne est aussi limine.
Dpositaire
J. KARAYANY
ANOLE GRAND-RUE & RUE pFEROU
Mol d'ordre
AK 100
Point de ralliement
La Oulnauda
Ils sont lgions les candi-
Jais, tous trs populaires,
actits.inteiligents et... surtout
patriotes desintresss; mais
lu victoire aux uines restera
ceux qui auront lait pren
cire leurs lecteurs le plu-
(1 \Kll0au lait de la (uis
naudee.
40 00 or amricain; la deuxime
de 20,00 dollar* ; la troisime de
10,00 dollars.
Dans le cas o deux composi-
tions mriteraient la mme pii-
nie celle prime sera partage
entre les deux comptiteurs.
haitian banana company
LTD.,
Botte Postale 147,
Port-au-Prince.
COUPON
fit
^
fi

0,.
Nom
Sexe
Adresse
Age
Nom du journal
Atlninislralioii Gnrale des Postes
Avis de c ept'i't
Les dpche* poui New-
York et t Europe ( via New-
York direct ) par le steamer
c Cristobal a seront fermes
aujourd'hui 9 du courant.
Port-au-Prince,le 8 juillet 1930

S
-^
Un Centimtre sur
Brosse Sche Suffit
KOLYNOS est conomiqueun
centimtre sur brosse sche et dure
suffit nettoyer et blanchir les
cents. Kolynos dissout la pellicule,
dloge les dchets de nourriture et
dtruit les germes dangereux de
carie.
Essayez Kolynosla sensation de
propret et fracheur qui vous reste
dans la bouche c t dlicieuse.
CREMF. DENTIFRICE
KOLYNOS
914
______ \ 4-H f +- ; .-
' O (* I
parles. .. .-p>rlW|
ht *
tx.ttr U 1.1 cpjrrtf
Visite au Pensionnat
,. Ste Rose de Lima
Lundi apiCs-mid-, 7 Juille-,
M. Imes, Secrtaire Gnral de
la Commission Molon, assistant
principal de 1 Institut Tuskegee,
a visit Ste Rose de Lima avec
ses interpttes. Il a parl aux
lves. II a racont la vie que
mnent Tuskegee les entants
des deux sexes confis cet im-
portant tablissement.
M lmes a visit la cour, les
salles ae classes et des travaux
manuels, le dortoir, la chapelle,
etc. il a pris divers s photogra-
phies, notamment celle* de fou-
les le joeurs tt des lves, il a
vu les travaux des lves qui
seiont prcchaintment exposs.
L'une d'elle a jou un brillant
morceau de piur.o.
M.Imes a laiss I tablissement
trs sutistait. 11 a lait l'loge de
iintilugeiice de 1 Hatien.
11 a surtout not lordte.la pro-
preie.la discipline et le dvoue-
ment dans cet tablissement. 11
a vu des religieuses de 80 ans
qui tiavailleni encore.
Mr L C. Lhi isson avait ac-
compagn le reprsentant de la
>Coinmission cette visite.
M. Uns* e*i un homme distin-
gue et chut mant.
Le visaqe
comme une peliv.ure
d'artiste

Toutes les Polices
DE LA
Puissance
Garantie
conomie.
'o..^
l-t,
4>Z<
*, -s-T
'e
&V
**p
r.
ftfc
<**,

>**
>%&
\j>,
>o.
<**.]
5C
Rechargez votre flashlight avec des
piles Everendv. Elles assurent la clart de la lu-
mire, ne faillissent jamais dana une circonstam e,
elles dpassent toutes les batteries, connues.
En vente chez les distributeurs de premier
ordre
Evitez les imitations.
Lampes *t batteries
Iles dut. nt lopgtin^!

i*u

;
-,
I
r
mm c
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux
s fiuq.LeBosw$Co
m
u
*
-m
Agents Gnraux
Une poudre qui est aussi
douce qu'une piuine 1 Lgre
comme l'air. Duveteuse com-
me uu edredou 1 Voila ce que
disent ceux qui se serveDl
de lu poudre Exeleuto. Kl le
s'eiend doucement sur la
peau, iaissaut uue fine pelli-
cule de poudre qui rend la
peau aussi douce qu une pein-
ture d'artiste.
L'bxelenlo
Est un ^triomphe pour la
toilette. Elle amliorera n im-
porte quelle complexion. Et
elle est dlicieusement parfu-
me. Elle est livre en quatre
leiuiea.bruo touce.Kose.Claire
et Hruuette.
En vente chez tous les dro
guistes. Pour 0, 30 cts. seule-
ment. Il est es-pdi ds r-
ception du p ix
-iAELtiN i'Ji MED1C1NE
C'JMr*Ai\Y
ATLANTA, (jEoholA U.S. A
Colombian Steamship
Company Inc.
Le steamer m% o1m veitiuit directement di New York
est attendu F *. BU Prince Ic'll du .courant. Il laissera le
mme jour pour les ports de h Colorabie.prenai.t fret et pas-
sagers-

Le steamer Martinique venant de New-York via les
ports du Nord est attendu ici le 12 du courant. Il partira le
mme jour pour l'etit-Gove, Miragonne, Jrmio, (Cuves et
Jacmei en route pour New-Vork, prenant fn?t et pass.i<$er*.
port-au prince, le juillet 1930.
Colombian Steatmnip Company Hr.
GEBAUA A Co, Agents.
X vendre
Un piano droit de fabrica- |
tion anglaise, construit sp-
cialement pour les tropiques.
Ce pixno avait cot huit
cents Or ( 800 >, on le revend
Or 300.
Une automobile Ifudson
Coacb.
S adresser au
Dr H. L. BKOWN (MO
U. S. N. Rsidence Rue 5
Agents demandes pour ions I Avenue Q. Pbone M C 121-2
pays. |ou 163-2, ou voir Clment [
fcciveipour reusei^nemenU iTonssaint, la Brigade,
i
Ecole des Scienoe
Appliques
Le concours d'admission
l'Eculcdes 6cience$ Apirtiautcs
aiwa lieu le mercredi 23 /uUkt.
Les candidats sonl invite*
x'tnscrir* au St&rlariat de
(Ecole o le registre tera
ouvert du 7 au 19 juillet, tous
les jours de 8 heures 11 tires
du malin.
Port au t'iiiice.ieriuillt 1930
Le Diiecteur,
hermam hEBAM


Mercredi
9 Juillet 1930
ttaui ^.>Nt IS^^tf
I- rt-so PtiPce
flnbone 2242
4 PAGES
"
IO
GLOBEOL
donne de la force
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
U C .11 ' CL9I !".0i
....
S
Matfr* tout Wt avantafaa
ir |ul r>r*nur U aro-
4r.pl' rtinclilU. dont on
parfola voulu flr >ioa
antlhod* capable 0*a MMI*
rwr la traptfutlon aanipjlna
i>-m(ffil *t cael avaa avan-
tage, dliait-on, malcr qe'll
faille toujour avoir racoera
4 elle. raolo, dan Us caa
arftnlt, nou o crotoo paa
3ue ! erotheraple nul***
onoer, ta usa foula de cae
Ici riultaH reraarquablaa
qu'on peul akleolr d'uoa en-
re proloagte de Olobol E
faf d'un oranltme a ra^
ancottr. revivifier, a refai-
re.. c'cM loujoiira ce dff
lr que nom donnerons la
an-ffrrrnca
O' H GmtuiT,
Itctnel ri cfrncea.
Lav'at de la Paeutl itjici m ie Pari,
PiMIila 'i halaWli
Cr:,i 'a Pria:
Ftonta i*aaHa 2. rue Va'analanreat Paru, -c
-'^.5it.T*aiaKi_'i"v-L .uiyv..v-fci,'-;
BIRE NATIONALE
DE LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10 le
veire malqr si qualit su-
prieure.
Protgez votre poche et
voire sant en la buvant
toujours.
m
L'Inspection Scolaire rap-
pelle a:IX intfcsscs qu'en une
de examens de la premire
\. I! C et de la Philosophie
le registre dnscrifion es!
ouvert partie de cette date
cl sera j'erm le /?. L'exnmen
aura ieu le H Juillet. La
prsentt on 4e latte de nais
::ance est obligatoire
l'o,t au Princeje 5 juillet 19W

A vendre
Divers meubles et ustensile*
'. de mnage.
S'adresser .
THE SHELL COMPANY
(W.l. ) LIMITED.
Tlphone 2355,
\ ("ours
Classiques
V&me Philosophie indu
vivement
Mthode sreSitcct* complet
contrle chaaue anne.
Cours du sotr pour adultes et
jeunes gens.
Comviabilit. Sln'.graphie
anglaise d franaise. Dacty-
lographie avec les g; cla um
pour chaque cours
Enseignement du franais,
de l anglais, de I allemand de
i etpagnoL kthode sans
gale.
I Leons", particulires de
Lettres. Sciences et Malhemn-
li,p es aux tve* on en retard
m ceux gui veulent gagner
du temps.
Cours de Ainsiquc ( Solfge,
Violon Piano)
Pension Scolai , qrable, avec annexe pour
tudiants et adultes.
S adresser Hue Lamarre 1KH,
ou tlDhonez au Ao 2891
poui plus amples renseigne-
ments.
L'Institut T.P.BNHAER
Heeonm de Uni ersit
hatienne,.
BAR TERMINUS
Fhe Dessalines
Cale chic, Restamanl
de premier choix o l'on
Irouve toute heure les
consommations les plus d-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.

Grand Cat de France
Sons la direction avise et intelligen'e de Monsieur ri-an-
iVGMMH qui est devenn rassoei de Monsieur Patrm e
propritaire de cet tablissement quina pas dgal.leGRAN >
OA?"l)K FRANCK, offre 4M-Mbits d.sti,Hees clients,
,,s consommations !es pins Cm,s. les vins de t O'^ove.
.,mes les plus choisis, Cigares rt Qtfirelits, SaudWknq,
varies, odes pris dliant loute oncunenre.
l'accueil le pins syiipathipie continue a eue le mcil
'eur attrait lA I HlZl Tlphone'^!.
fCO&ST.PAT.ON
xtrGJie? lf:s
liy, iu . i;c--/V'.r0/.ia
r air y
C'EST LB MIILLBWW
DBS rUr.0.\TIF3
Alen.F-tTH'ja; (*-! '!
Phanraole Au D1 Joatta VMMO
AUJMINUM UNE
Dparts directs de Nus-Oilans^et de Mobile,
pour les p >rt Hatiens.
U steamer laissera New-Orlans le a Juillet ronranl, et
MobileXi 7 directtmtm pour MiragoAie, Po.t-au-l'nute,
m Marcel les ports du Nord.
Port-au-Prince, le J Juil et 19.K)
A. de MATTHS & Co, Agents Gnraux
+-----------
\

Superbes
((
D
))
NOl S WONS LE PLAISIR D'ANNONCER AU PUBLIC QUE LE TIRAGE DE
L RAELE SE FERA LE :
Jaillt 193
M do ratio
( Fred (AIRAUD Propritaire ) i
NEUF ( 9 ) HEURES DU MATIN.
Les Personnes qui n'ont pas encore pris leur BILLET sont pries de passer en
nos Bureaux, il n'en reste qu'une Trentaine, ou nous envoyer la valeur sous j
envelopi e recommande et nous nous ferons ie plaisir de leur expdier
le Billet par retour du courtier.
PROFITEZ DE L'UNIQUE CHANCE QUE NOUS VOUS OFFRONS
POUR AVOIR UNE SUPERBE FORD POUR 3 DOLLARS.
Nos Aqt nls de la Province et k s vendeurs de la Capitale sont pris de nous
retourner les souches des carnets accompagnes de la Remise
bar premier courrier celle semaine.
HATI AN MOTORS S. A.
GRAND uHi Port-au-Prince,
' TfiL'PatN : 2379



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs