Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04051
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: July 7, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04051

Full Text
V 7
Clment Maglore
OIRECTEtTB
1858, RUE AMERICAINE MM
TELEPHONE W2*2
24eme ANNEU N 673R
Do?*ia P**prii i-
H&* su* ift bon sst.3.
^est prfrer is iufce
on no^ssaire
t* DBAY

oh'. '.pRIOiCK fHAITi )
,
7
---------rr-
MARDI 8 KILLET 1930
'- '-IL ______;
Les prochaines Campagnes
Nous lisons dans notre iym*
palhique contrre le Temps
du lwjuillettsous la rubrique:
ni ne manifestation mayar-
dtstc , ce g. u i suit, n |j i s
le compte: rendu d'une soire
rc i'tive qui fut organise
nu Charrip-dc Mars :
Aujou'dhni aux Mayar-
distes, demain aux Vmeen'is-
tes. aprs-demain nux Prad-
lislcs, ensuite aux partisans
de Saoon ( les Sanonistes? ),
a ceux de Nau (les N a tristes ?).
deJeannot (les Jeanotistes?)
etc.
Rien esl-il plus fait pour
illustrer tout ce que nous
vous dj dit des conditions
tianges dans lesquelles la
dmocratie h.iltienne va abor-
der, api es taut d'exposs tho-
riques, la pratique de la li-
bert lectorale ?
Ou ne (ait pas de politique
avec du sentiment ; mais avec
des ides; c'est dans ce sens
qu'on dit que la politique n'a
pas (l'entrai les.
Or, pour citer notre propre
cas, et on juge les aunes
d aprs soi mme, si nous
Voulions rallier l'une quel-
conque de ces honorables per-
sonnalits, c'ett uuiquetnent
par nos sympathies qu'il nous
faudrait nous laisse guider;
car, hier encore, un mme
groupement les runissait
ans l'action politique, iud-
quant ainsi leur conformit
vues.
Couine nous l'avons dj dit,
si elles devaient se concder
en vue de la lutte lectorale
comme elle ont eu le faire
luis de la campagne outre
le rgime prcdent, elles se
seraieul certainement m.ses
d'accord sur un programme
commun de gouvernement,
puis&urcebed'entre ellesqu'il
faudrait prsenter au pays
comme candidat la prsi-
dence.
Eu mettant fa place d'une
tehe discipline des proccu-
pations exclusives de person-
ne et, disons le moi, des
proccupations d'ambition
personnel e, ces distingues
concitoyens, qui sont d'ail-
leurs nos anus, donnent,
n'en pas douter, l'impres-
sion que nous sommes inca-
pables de l'organisation poli-
tique la plus lmentaire.
J. taisuit beau, hier, de jeter
lesaicasiue sur cet esprit de
discipline du p. p. n. p., s'en
remettant, soit au prsident
Borno, soit une dlibra-
tion de partisans, pour le
choix du cuudidat la prsi-
dente pour l'lection d'avril
1930. Si critiquable par d'au-
tres tu es qu ait pu tre la po-
litique d'alors, cet exe mplede
rallu meut a aujourdhui la
valeur d une leon.
Ceux de uotre gnration
ont pu connatre, au moins
dans ses derniers temps, mal
heureusement troubles, l'or-
die des du ses qui divisait
n- tic monde politique en /
bruux et eu nationaux.
Quels que soient les excs
et les abus auxquels ces ap-
pellations aient donn lieu,et
de quelque faon que la mali-
gnit publique se soit exerce
a leur sujet, on ne peut con-
tester que la situation politi-
que rsultant de cette disci-
pline ait eie plus netiee-t plus
cimie qu'elle u'esl de nos
jouis au poiut de vue de la
dmarcation ues groupes.
Ou se disait national ou li-
bral bou escieut et, aux
poques de cousultaiiuu na-
tionale, les lecteurs savaient
q ni part! iallier, et non quel
"> it est malheureux que la
libre disposition des moyens
vioieuis ait co.upromis dans
soa volution normale, une
paspintressant* dt.la Vis
publique hatienne que le pr-
sent, sous bien des rapports,
nous oblige regretter rmre-
rement, nous devrions, au-
jouidhui qu est prime 1re
des dissensions civiles ar-
mes, reprendre le cours de
r.olre vie politique la page
< nous l'ont laisse les g-
niations prcdentes, tonte
njarque de leur sang.
Nous craignons tort que ce
qui se p sse sous nos yeux
ne soit la dmonstration vi-
vante de notre incapacit
cet gard.
Le silence du Matin au sujet
de la loi lectorale qui vient
d'tre vote aprs force dis-
cussion dans la pre se et la
tribune, s'explique par ce que
nous disons aujourd'hui.
A quoi bon ergoter surdes
minuties que n'claire aucune
exprience de la matire lec-
torale ? Parmi ceux tjui ont
prpar et discute la loi, corn
bien ont p atiqu des lections
libres l disciplines? Il
n'y en a pas ; c est donc par
des vues de l'esprit qu'on a
procd. L'exprience vieudra
mettre l'preuve la solidit
de ces vues et sa de mon su a
lion seule sera de quelque
valeur dans le cas.
Car, il est bien vrai que,
.ct des lois.il y a lesmeeurs.
Un conjeil.demiuisties i tune
assemble de juristes et de p*
hliciens oni les unes; le mi-
lieu, saus discussion, produit
les putres.Duns la croise des
prochaiues lections, ou verra
les concordances et les dis-
cordances.
Malheureusement, nous al*
tons entrer dans tout cela
sans discipline, ni dans la
campagne prsidentielle, ni
dans les campagnes lgisla-
tives.
Au reste nous ne l'avo s
pas encore dit, la petite'
manifestation du -Uia m p de-
Mars ne s'est pas, parat-il,
bien passe Ce qui a anaeb
a notre contrre ie lem>>s
lanire rliexiou suivante :
f t m peut ditli er d'opiuions
politiques et avoir des candi-
dats diffrents; ce n'est pas
une raison pour s'arracher les
>eux
Evidemment; mais que sera-
re qu nd.au lieu du minus-
cule Champ de-Mars, et des
exercices ne prparation ce
sera le champ de | bataille
di toute la Hepubliqne et
l'action dcisive V
memmmmmmm

Venez conduire
r
la Nouvelle PQQpV Ut*iiei-i
Prouves vous que c'est vraiment In
VALEUR des VALEURS
La plus grand appel est qu'elle est n dcfejra le sa valeur. C'est le verdict |
les propritaires/les nrivnx acheteurs e' les pror
Bisitini 4* eh U4 t river le m > 1 le L'Esset n >.r
djjs chaque locdit par sa vitesse I1D dettirrafte, tu
rsistance, M diit d- grinper les oeV.es.et S03 cano-
raie.
Venez examiner, conduire ei coinaitr; Ix Nouvelle
ESSrX Onllengcr Vous aimerez sa beaut et ses qua-
lits. Vous serez euctiiate de 'es performances provo-
cantes. S'le vous p-oiverj ses droits de valeur par la
fiert de U pissJer, ce qii est sa distinction dans sa
'4 campagne.
KNEER'S GARAGE
Distributeur
Rue Pave Port-au-Prince, Hi-ii
Phone 2318 & 2234
i
Toujours la question
des tambours.....
o
Port-au-Prince.7 Juillet 1930.
A
Monsieur Clment Maglnire,
Directeur du journal Le Matin
En V.lle.
Mon cher Directeur,
Le Matin de mercredi dernier
a pub i un billet de M.Gemmes
mes ou dlits par la loi. Elle ea
gnrale. Mais elle s'arrte A
ceux qui, pur leur nature sp-
ciale, appartienneot a dei juge-
esveo'ionnets et encore danses
cas, le J g* d'Instruction peut il
valab'etn-nl pourvoir nux pre-
miers actes d'raatrnctloo.
<< De ce que la comptence du
La loterie des uvres
C est avant-h er d manche
qu'eut lieu A e Eldorado le
tirage d In lotnc des (En-
v res de l'A isoerctToQ dei Mcm
bffts dit Corps Enseignant et
lu Comit b!lien de rAllian
CS franaise
In public nombreux y as-
sistait. Le pi os loi (G, 2100 )
h t e nport par le numro
[.es loi ' mordes KK>,
150,90, 00 STol t respec-
tivement pagnes par le.* nu-
mros 2263,1904, 2372, 2U09,
389. 2112, 2336, 21, 1628,
1887, 1909 2098. 2700; pour
les lots de 12 gourdes les lis-
tes sont affiches aux portes
de tons les cals et printffl l"
lement nu magasin de Mr.
Simon Vieux o se font les
paiements des lots gngants
le 0 h :\ miili.

Au Club Union
C'est noire Directeur C-
ment Mngloire qui a t lu,
dimanche matin. Prsident
du Club Union, en remplace-
ment de i\|r Camille Lon,d-
missionna ire.
C'est un choix excellcni.Nous
sommes certain que sous l'in
telliflente administration de
\ir Clment Migloire le Club
Un on reprendra son brillant
aspect des premiers jours.
Lgatl n de France
Les pn sonnes, ngociants on
autres, lyant t en relations
d'aftaires comme dposants
cranciers on dbiteurs avec
W. Julien Musset, franais, dc
d Port-au-Prince, k 3 juillet
sont invites se taire ',on ni
tre dans les dlais les plus ra
pides la Lgal>on dp France
en lui adressant toute-: docu
mentations appropries.
IniDoavflle Comnission tomma-
uale S Ja< uel
Par Arrt de Son Excellence
le PiMdeut de la rit publique
une nouvelle Commission Com-
munale a t forme a Jacmel.
Ede est compose de MM. Em-
manuel Bellaude. prsident, r>r-
nanel Vyles et Oscar Le moi ne,
membres. Celte coannss on a
t installe par le Fifet Au-
guste Turnier. Assistaient cetie
i crmonie le Commissaire du
, Gouvernement Ed. Buides, le
j Doyen du Tribunal de t'i. uuei e
, Instance de Jacmel, U Piene-
Louis
l uesarlle le teel bail
au l.basp e Mars
Hier aprs-midi sur le terrain
du Champ-de-Mara il y eut une
intressante partie de fooi-ball
enir deux quip- s de jeunes
gcu* Li premire quipe au
n rouge marqua quatre ous
'h seconde au maillot vert "qui
n'en marqua qu un. Son Excel-
lence Monsieur Eugne Rny s
sistait celle fte a,L>rt|*Pi 0 I
y remarquait aussi les Mthis'res
Douvon, Barau et Vieux, et le
Chef de Cpb ne, Lucien Hib-
bert', ainsi 4ue le Dr Mo on et
quelques au res Membres de la
Cemonssion du Pratdaai Hoo-
!i
Lescoufliir.aucienJugedlnstruc J Jage d'Instruction est la mm
tion.au suiei des bruits de tam j qne celle du Procureur de la
Ppubliq.!" ei de ce que ce der-
nier est comptent pour la re-
cherche pI la po irsuite de tous
li dlits et de 'oiis les crimes
dont la connaissance appartient
aux tribunaux de pol'te cr^-'ec-
tionnelle ou aux coars dassiajs,
ilen rsulte que leur compten-
ce s arrte, notamment une
contravention de police,^ un d-
lit purement militai e, un fait
administra il ou disciplinaire,
un dlit d>' g'ande voirie (Ma-
nuel Thorique et Pratique du
Juge (i'Iu-iri ction par Pierre
Sarraute, Juge au Tribunal civil
d? Prigmuu. )
CODE PENAL ANNOTE P H
EON NU.r. AN 1EN JUGE
I)INSTRUCTION \ fORT Al
PRINCE. Page 321 Loi .\'o S
sur les Conlraventions de Police
et Peines. Section VI. S *i-
me Classe.DES SORTILEGES
Article 405
a T )us taiseurs de oaangi. c.a-
pieljtas, vnudoux. dompdre.
macandal9 et autres sortilges
seront punis de 3 a 6 mois d'em-
prisonnement et d'une amende
de soixante gourdes cent-cin-
quante par le Tribunal de Sim-
ple Police ; et en cas de rcidive
d'un emprisonnement de six
mois et d'une amende de li<>is
cents gourdes mille gourdes,
par le tribunal correctionnel,
sans prjudice des peines plus
lortes qu'ils encrJrfllhier\t rai-
son des dlits ou crimes par
eux commis pour accomplir
leurs mnl fice<
a Toutes dnrhes ?t antfps pra-
tiqus quelconques qui seront
de nature en retenir dans le>
population^ l'esprit de ftichis-
me e- de superstition seront iq
sidres comma sortilges et pu
nies des mmes^ peines
Lorsque 1 tmied Jug* d'ioa-
iruclion Lestouflair svissait
contre lis dan eurs de vaudoux
t*UiaUsusi yara^WMMrt
bour que ton entend dans le
soir. Ce Magistrat explq je com-
ment il procdait de 1918 1921,
quand il tait Juge d'Ins'ru h >a
Il raconte qu'il a svi, autant
quil a pu contre ce dlit C'est
par cinquantaine, dit-il, qu'il
laaail saisir les assotors.
Sans gard pour ses collgue
les honorables Juges d'Instruc-
tion qui dirigent actuel eraenl
les Cabineis d'Instruction du
Tribunal de 1re Instance d*
t'orl au Prince, avec tant de di- I
guit et de comptence, Mon-
sieur Georges Le>iO"fl or fl nt
amsi sou billet : Mais, o sont
les officiers de la police judiciai
re? Commissaire du Uouver
ment Juyes de Paix,Juges d 1ns
truction, (Jaide dtiuiti ?...
Dans quelle class* d'inlracion le
Juge Lescouflair tange t il do u
1>:& dauses qui setdnt au son du.
tambour la nitt ? Sous l'empire
de quel texte de loi svissait il,
Juge d Ii.stiucton, comre ce
pratiques ? E'ait-ce, parce qu'il
se trouvait en prseace d'un fla-
graui delil ?
il est donc ncessaire, pour
viter toute quivoque de pui-
ler droit eu la circonstam c
tOMb'lENCE RATIONEM.V-
ILRlALDUJUoED INSTRUC-
TION. Le Juge dlestrucuon
tkUemplcnt a fgard de tous
les lsiis qui cui stituei i des cri-
mes et dtlits prvus.et ririmes
par lt.> lois pL-naits.N ( Manuel
t rauque du Juge d'instruct.on
par Ai bel t Agulhon, Juge d'In -
truction BesaDon. )
I Il ( le Juge d Instruction ;
est incomptent pour les cou Ira-
veotiou uu iwert du Tnbu-
nal de Simple Police . ( Uuid*
Ttieui ique ei Praiique au Jubc
. a Instruction par peidiuan.1 Cas-
Ikassole, Ancien Magistrat: )
La comptence ratione ma-
teriot de Juges u'iusuuciou
les assotors. ngissait-il en vertu
d'un rquisitoire d'information
du Tommissaire du Gouverne-
ment \
Je ne crois qu'en aucune po
que. il ail pu exister Hoit-au-
Prine, un Commissaire du
Gouvernement capable de de-
mander A un luge d'fnstrnc-
tion d'intormer sur une Contra-
vention de Police. La vrit est
que l'ancien luge d'Instruction
a d8girdes..n proprechet.se
croyant en prsence de'lia
g.-ant dlit.N oyons ce que disent
i.i loi et les auteurs au sujet du
fl iRrant d'i.
CODE D INSTRUCTION CRl.ii
NKLLE.Art.46.a Le luge d-'Ins
truction danstous les cas rpni.
flagrant dlit peut laire rHltc
:ement e! par lui mAme tous .
)es ctei attribus nu Lotnmis-
saire du gouvernement. ,en se
enntormant aux rgles tablies
au chapi're des fommissaires
du Qouvernemen' a Vfnis il faut
rapp ocher cet .'art cl>. de l'ar-
ticle 22 du mme qui pr-
cise que c'est seuit me...i en ois
de cnmequecdte saisine pourra
s'oprer. Cet article dit en elfet ; J
Lorsque le tait sera de nature
entraner une peine afflictive
ou infamante. (. Voir a ce su-
jet le Manuel rrntique du Juge
d Instruction par Albert Agn-
Ihou.Juge d Instruction Besan-
on )
D'autre part,... c par flagrant
dlit, on entend le fait criminel
qui se commet actuellement ou
qui vient de se comroettre,r'ei-
-dire dans un dlai voisin du
Isii... etc. (Manuel-Formulaire
dn Magistrat en transport crimi '
nel, par Cha'les Marcy Jnge
d'Instruction Montreuil-sur- '
M4, H ,*
Ceci lit. le public intelligent
comprendra si c'estt le fiAle des
.Ipges l'Instruction * iskirnier
deccco macAjueporftaieT ffiire'
cesser les danses de vnudoux et
saisir les asaolors, .qnoiqu en
pense M% Wges ^sccalVaii,
ancien Juge d Instruction.
Dans l'espoil que vous don-
nerez pt'b ' un '
lus pru le ipijc.m> -
DiKC'.eur, i mi sim
mm- Se wkm
voit que In ra'tl ' s deux
Kordi de la II.v lian Mnlor bat
son plein. Les billets s'enlvent,
s'enlvent. I! n .is d'a-
prs as 'is publi i> m unis les
barrrnux q ir. ntaine, ( ,n
de nous, qui de nous va gagner
une de ces 'eganle-. ei commo-
des petites voiture qui font
rndrmratioQ di i conn u seursV

... a vu passer pour lu pre-
mire fois depuis qu'il la voil,
en noir, une 1res jolie blonde,
lgin'r, svi tfe el Itaxihle. S'est
rappel vers ipparem^enl
banni de Suliv l'iud'houmie
mais qui prend" un sens mer-
veilleux avec son npp'icutionac-
tuelle:
C'est en noiriurtoul oui ,< Fime. .
*
...a |eie st.s ugnrd.s sur I.o-
gne, Gr.iml GoAve, Pelll loa-
vc, Miragone, Jacmel i a rap-
port de petilei choses rnlres-
lanles que non-, ! ionlorons SU
lur pi n mesure A nos lecteurs. .
t
... fl rencontr, traversant les
plaines de Logaue au grand
m, ascorlde quelques chefs
3a Douquemsn', tous mouls
fui dr beaux coursiers liin-
gants, un candidat A la dputa-
lion II caracolait avec fiert l
comme pour prouver qu'il est
un pote, il lythmait l'allur.-
de son cheval "i l'allurs les che-
vaux de ses camarades.

l
...a vu un de no-, amis ren-
trer en coup de vent dans notre
rdaction et demander un des
employs. Il tnil tellement pres-
s que l'on comprit tout de suite
qu'il avait l'tal d'esprit qu'il
faut pour tre pris 'dans une
blague. A sa question
Isidore est-il In V
On rpondit, tout de suite,
l'air ailleurs:
Oui, d est en haut) montez
donc.
Ft sans rflethii il gravit le
petit escalierqui conduit au d-
pt du journal I oi pqu'il fut au
beau milieu ch lier il s'ar-
rta, clatii de i in, et ndesteu
dit, affirmant qu'on ne l'v re-
prendrait pas. Mais cette fois, il
s'tait hiss prendre |
s
...a vu avec quelle viless.^
tourdissante u e:; raordina.re
les camions dv renl les routes
du Sud. C'est presque de laglou
lonnerie. Il y n nu danger cer-
tain A sa Irouvei dans cas ce-
rnions, et un danger ton! au's>
prcis a se Irouvei sur la rout;-
lorsqu'ils passent, surtout si on
B le malheur d'tre A pied ou
tout simplement n cheval. Jt
srail ncessaire d'tablir un
CtSde de la route et d'obtenir
ensuite le ces chauffeurs im
prudents qu'Us s'ys numetleni

. Urand-Goflve, b vu, prs
lu Calvaire, un enfant du nom
dt Nicolas, qui descendit d'un
camion sans attendre qu'il iefut
nnl. Il lombn sans connais-
sance. Ceux qui lui portrent
secours se rendit, nt compte
qu'il avait reu de graves con-
tusions.
... a visit, Petit-tioave le
Club magnifique qui de. toutes
ses portes et de toutesaes fen-
tres regarde la nier dont la face
change suivant l'heure comme
un visage de. femme sous un
complnienl bien tourn. Le fa-
nion du Club flotte firement el
allgrement et les gentilshom-
mes qui en sont les membres re-
oivent au champngne uu ami
de Port-au-Prince qui est sorti
confus de lant de preuves de.
sympathie et des belles inani-
rts de. >aes amali \ i ioss, te
aussi bien que d. U beaut
dcor et de la perfection avj
laquelle se lait le service.
Assurer.-vous contre accident
la General Accident Pire *
Lite Asusrance Corporation Li-
mited , Vve F. berminghanv
Agept Oural ponr qtJU


PA6l=->
LR MATINES JiuUet ldO
*"T^v
Le tarif
douanier
If MtitDH euTenet-itueti ngocie-
raiesl dj eu >ue d une eilcile.
BHruxelIes,2:{ |uin.lue haine
personnalit officielle anonv-
me a dclar, d'aprs le Peu-
ple que dt s ngociations : ont
dj en tram enire les pays eu-
ropens intresses dans les effets
le nouveau tarit des Etats-Unis.
M. Louis DeibroucWe, expri-
mant les vues du paru ouvrier
belge dans le mme journal, met
en garde contre des reprsailles
de tant et conseille des ngocia-
tions pour la rduction de* droits
sur certains produits. En ceci il
conseille une action concerte
de la Belgique arec l-s autres
pays intresss. M.Dehrouckere,
dlgue au Mureau international
du travail Genve.predtt quels
f (oblique du tant des Etats-Unis
era beaucoup pour renforcer la
solidarit europenne.
M. Louis van B.ickelaer, se-
crtaire gnral d.i syudicat in-
ternational des travailleurs du
diamant, exprime l'opinion que
le tant rsultera en une amlio-
ration immdiate de I industrie
du diamant.,!! expliqua que pen-
dant les discussions du tant al
Washington les marchands do!
diamanisauiricttins se sont abs-
tenus d'accumuler des stocks.
La rduction de taux sur loi
diamants taills de 'jo a 10 pour
cent, dit-il, lera de New-toi k
un important march pour les
diamants bruts et amnera l'inac-
tion dans l importation en frauUe
bien organise des pieires pr-
cieuses.
Il prdit que bien que les gros-
ses pitres seront tailles aux
Etats-Unis, cette branche de
l'industrie europenne sera a
peine atteinte ptr la nouvelle
situation
H. Elle Janvier
C'est avec plaisir que nous
enregistrons la candidature de
Monsieur Elle Janvier la d-
putation nationale, pour la pre-
mire circonscription. Il a, pour
adversaires, MM. Jolibois, A.
Pierre-Paul, etc. etc.
Nous lui souhaitons bons suc-
cs.
Bonne oooaslon
A louer Peu de Chose,
bonne maison haute,avec ses
dpendances, (eau lectricit,
tlphone, etc.
S'adresser RucRoux au No
213, prs d'Alix Roy.

Nouveau Cours pratique
D'HYPNOTISME
SUGGESTION
-, . i : roi. m. J. SIMARD
icnt nouvaan,qui, m
,r |i .....iuvci lei iaoantaa
mettra i hvpnotiama
rt la si a la porte do tout.
Indiipeiiuble k ceux qnl ventantrifatilr
i 'y.;. f*irjtotnoomtiwndt
Prli 33 Pranoa
TRAIT CE SORCELLERIE
MAGIE PRATIQUE
par lo f roi. R. J. SIMARO
i ; Ile al ilocuiiumte
il, i nda Mj itrea
I/O iill i Dtlremeni
'' I.... Mi cm si tmImI SAVOIR
i rpotttf u aiuM
Pria t 33 m.-
Uaralria *srr-. \:> Rva * Chabrat, pbis-x-
L'Idal Rhum
AUX ROY
28 annes de succs.
Ce que disent nos Impts
Par Charles Vorbe
t JFaisanl suite noire dernier s'empcher de quelques corn"
rticle relatif au projet derduc- menlaires un moment de son
tion de la taxe sur l'alcool de ta- poque ou une crise ecouo.ni-
hncation locale, nous trou.uns que et fluincire tait venue
opportun de soumettre a t'ap- embarrasser un peu le Gouver-
prciation de ceux qui peuvent ntnent dont il -ait un seli tl
oi veulent comprendra les ditle- comptent colluburateur,* Il n'y
rents rgimes u'unpo,:. auxquels a pas de Ireiu a l'i.lexperieuce, a
notre coitocuviie ai soumise la convoitise, aux dsirs iumio-
jusqu' prtent, le mouvement deres de monter et d'ainsi
de ce rglais depuis lSS a ce Dans le monde politique, d.
jour. semblables errements se produi
ijnoiqu ou paraisse dans no- ; sent cls qu'o tait la taule de n
1rs milieu intellectuel ne pas pas s'ait ter aux limites du pus-
vouloir se lauiiliarissr avec les sible. ht le granit illustre dotant
rhulies qui expiiuii-.nt mieux les termina . |adiCioilN OUaoi ?j-
i Iimimjuo tuui ce que piuvcul. lion en disant: C est la initie .i a
en dire tout le monde ei lescon- toirt depuo loin,
tribuables eux-mmes,uouspeu- Organisons le travail,l'.ssnt
sous que les m.uisIi r.ts qu'on les autiis. C'est toujours l'au-
valire ci couiiueuiei Uc us lama-[ cieu .aimstre au Ueuer'il b*
tenante des laits, ouv.iioiit les rond Cauii qui paiiu ftiaUtlls-
yeuxet l'esprit de ceu. actuelle-, sous le legnuc de la protection
ment qui s'enorgueillit*nt.pour sur la Ousc la plus pruiidmiv0,
la grande raret de leur geste, eievou auloui uj uos voies des
d'tre les avocats du peuple ha- murailles qui mij eciie.it la cu-
lien. treedesniaichaiiUiscstxoti, j*s,
Cependant, dans une telle lut- '. pavons tuer a uos iauncatu- in-
te il y a des prcautions a ni eu- digeues ios pio uus qui sortent
lie, ^u mesurer ses coups sur de leuis mnns, ue s^jou pas
un terrain o les mute.s des un un mui tributaire de ituu-
peuples mme sentiechoquaut, > gei I Let a ce prix, a ce prix
ne s touffent sous l'iuUueuce seul que nous clit-ssef ons la un-
d'autres iemeuis qui, au giaud sere qui noua assige. Au 1 ce
dsavantage de la cuujmuuuuie, Uioui que noua paVOna a |J;
empirent au lieu dtMuelloief* tiaugei, il toui l Uigr-
L* plus souvent c'est te der- u*ea Ai* -ti eca" ge si namici
nier rsultat qui a loujouis ete! 4Ufc ul,> 1"': s*vtc mi Ut no
obtenu unique, lou que des en-j f,oUUi13 gticoies couuo c^ux
couSlaui.es se presmiem, pas' uc ac* Olauutfclureo, coullibue
pi is hier quaujouru nui, et ceci i flua ,unle bouheui que tomes
pour la bonne raisou que dans I ttt applicatioiiR de luoorfea su-
lehle intelligente hauituue, tout i^m*"*5' uoui le temps u ra.. ji I
un chacun se place au Iront de UCO de toutes paii*.-
la deiense, comme eu ce mu- ..
tw "*w Uu vciDt naut de LiauiuUU
ment a propos uu prott de re- "aui uc *w",*7'
ductiou de la taxe sur fSSi ***? UU'' ^"^ la ^T
et no t'aperoit p, nu il est Vr l*ue' *S*7!?l ^^ "" '
nonuet. et ^auteur d """"J* ^ UUCJ" 1c '^ \ \
logi.iiur eiusbwuut u " " *-u:
...;... u iiuu et I:te un'-ux
AUSSI pou a pi ftltlUu .n.. ^ouipK.dru ui us cillUies heur de uotr^ Collectivit et du ( -ouinouaoc iui.ieu ce quw i L-
Pouvoir dirigeant, il n'a iaui*,lul ftUl ,e6l*:l *JUC0I u at"
et possible d'ageucer.dMUs li,c vuu- a c0lC u" hiigauou. de
quitable reparution, la tho* ^"'uU u * *Nwou, sui te que
E
uUlique de luou a mvtlie en
taimouie les divers intrts eu
jeu,ceux-ci le plus souveul con-
fisques par la politique de parti
(jui va d api es celui du particu-
lier, suivant quii auiaa se de
piuuucuut et cousummaieur
an.ni pu lui itouuei, menaut de
t.oie,_unus ce sommaire ^inveu-
>aiie, ce que t exuaVtfgduCe el
t excs Uos stnlimeuls loin un-
ouet a icuis^eux. La voix uu
cndre, sou pour s'empecliei uo'v,nvl* ,IU d uUlvrU* V"e /uri
descend! e, soit pour soidei a
mouler, ba atttuuaut, u- mai
u est pas toiijuie ; au tonnant,
u s'aggrave.
Comme la lort bleu crit leu
i u u la un iMiifiui qui ne pouvait
/u elle t,w cne a un f/tuylc cou-
tenu.
Voici ce que relvent ces sla-
tisques a eh.ti.un de nous en
particulier :
^lme
1886
I896
IflOB
I91S
I923
I996
!) 188B lU25>Budr>ft. Dette publique et son amortiKsement
Population budget par tte Dette pub. p. tte Amortis, par tte
I.OIO.OOU P.6.412.9666.36 P. 16.000.000p.16.00 p.2.a8.49U 2.36
22.U00.00U 18.10 1.423.665
23.400.000 15.60
31.000.000 16.70
224ooooo 9.74
21.661.416 8.66
1.210.UU0
1.476.878
1.846.007
2.' 2ooooo
2.600000
7.701.160 6.36
1 !NX>.600 3.32
5.800.420 3.14
6.304.871 2 78
8.156.145 3.27
!>.tM>t;.;;i\ ,i.4:>
I3.G63.WX. 5!H>
2.517.700
3.986.000
1.934.880
244ol34
'J.14#263
1.18
1.71
2.16
o,84
o.99
0,85
Insurance Co
Une des plus fortes' COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE Co
Aaents Gnraux
Malgr tout ce que ces colon-
nes rvlent, il laudrait ajouter
ou complment de ces nombres,
celle de la capitalisation dent
pourtant une numration com-
parative n'est pas un travail im-
possible i taire, si l'on veut im-
composerles rapports de la di-
rection dos Travaux Publics dans
chscan des services de l'admi-
nistration pour lesquels elle eut
a travailler et construire.
Nous ne ferons pas l'injure
d'une besogne de ce genre. U y
a des choses publiques, pour
l'honneur de soi-mme, il faut
avoir se taire. Le respect qu'on
doit ton pays le commande,
mois cela n'obh;;e pas de mentir.
Des diverses sources de re-
cettes effectues pendant l'anne
fiscale finissant le 30 septembre
et prleves sur une population
estime deux millions et demi,
les valeurs qui en proviennent,
se rpartissent comme tait :
Iftar qne importation de l'Etranger en valeur or P.17.237.22'>
Il at encaiss quantum global 20V or r\5.u78.740
! Portant la rpartition par habitant a 2.03
2o sur une exportation de denres, en valenr or 16.723.833
lia t encaiss quantum global 12o/o or 1.990.790
Portant la rpartition par habitant a 0.83
3e Taxes Internes
a. Prleves sur alcool local 246.259
Rpartition par habitant 0 10
b. Prleves sur alcool Etranger il 444
Rpartitiou par habitant 00.1 2/3
c.Prlev.sur Tabac cigaiet.(trang.el|local) 165.061
Rpartition pai h bitant 00.6 2/3
d. Prleves sur Attermage.Enregistrement
Hydreidiquf..ImpAt sur Revenu.* icence.
T'-lgraph.. Tlphone. apier timbr.
Ti libres poste mobile. Umigra on.etc or P.754 289
H'partition pat hab. 0.34 1/4
r
;
Nous abandonnons ce tableau
a la perspicacit intelligente de
chacun de notre collectivit sa-
chant lire, pr consqueut pou-
vant comprendre et analyser ce
que ces nombres Uan* leurs dit-
terents quamums, expriment
clutrement, saus ambages.lis dt*
rout, dans leur silence, mieux
que tout ce qu les uns et les
autres auront parie, cri* et dis-
couru en dehors d'eux. Si la
mtaphysique a le don de pous
set la contemplation jusqu'
ne pas nous sentir autaut qu'eih
poite notre esprit sur des eboso
abstraites, la logique par conn t
l'amne sur l'autre versant, ce-
lui de raisonner juste et d'operar
srement.
Charles VORBE.
A va tdra f . v .
* de mn\geeUbleS Cl U8,eU "^16 & lOiieV
\
S'adresser .
THF SHELL COvlPAXY
( W.l. ) LIMITED.
Tlphoue 2355,
o
Rue tjourbe.
S'a tresser
M. CH.N. (iAETJENS
Adresse aux popula-
tions du Dpartement
de l'Ouest.
o
Porlaii Prince.le 1er juillet
1930.
JUSTIN MONTAS
Licenci en Droit,
Docteur en Mdecine,
Ancien rojesseur d Histoire
dhaiti, d Instruction Civique,
de Droit usuel, d'Economie
politique et d*-lJhitosophie au
Lyce frationul de tort au
friife. Ancien jug eau tribu-
nal d Appel de l*ork au rmc-
Mes Concitoyens du Dparte-
ment de l'Ouest.
aies chers Concitoyens,
La population des arron-
dissements de Port au Piince,
de Muebdlais et de Las Cao-
ba* o je suis^particulire-
ment connu, ma toujours
tmoigne uu-. j>. -t< de sym-
pathie.
A Port au Prince, o j'ai
milit 27 ans comme profes-
seur^ vocal du barreau.Mcm-
bre du Parquet prs le Tri-
bunal de premire lustauce,
juge au l'ribuual d'Appel, j'ai
le plaisir de compter de uom-
bieux amis aussi bien dans
toutes les classes de notre
honorable socit, que purini
les fonctionnaires de chacutte
des brauches de nuire admi-
nistration publique.
Mtrebeluis el a Las Caho-
b.is o, comme Docteur eu
mdecine, il m'a ete douue
d'approcuer et de vivre de
pius prs uvc mes braves
C1HCIS
sera Port-au-Prince celle semaine el
ne donnera que 3 ou 4 reprsentations
des prix populaires :1, 2, S Gourdes
''".-y ";<" -^L-a\- WfWi1.

40 artistes des deux sexes et de diffrente*
nationiiliis. Grande collection dani-
nimaux : Lions, Chameaux, Chevaux,
Lamas, Ours, Tigres, Singes, Chiens.
Tous les animaux travaillent.
.'
Pour toutes informations, ou autres,
s'adiesser M. Anoual, imprsario de
la Compapnie.
kMM


U [MATIN- .MiilWMflM
AQtt
*
campagnards, j'ai appris, ou
rcit de leur souflrauces phy
siques et morales, les aspira-
tioas combien lgitimes e, les
besoins combien pressant*
de noa populations rurales.
Cest muni de ces titres que
je me prsente aux laborieu-
ses populations des arrondis
sment* de Jacmel.de Sullrou
et de Leogne, sollicitai!
d'elles aussi, leur concouis et
leurs suffrages dans ma can-
didature au Snat.
Je profite de cette occasion
fiour adresser un cordial sa-
ut mes amis des diffrentes
villes de LogAue.de Petit-
Gove, de urand-Gove, de
Jacmel, de Saltrou, de Bainet,
des Ctes de ter etc en atten-
dant le plaisir de les voir.
Ensemble, travaillons au r-
tablissement de notre souve-
rainet nationale, la ire re-
vivre i honntet, la bonne loi
jusqu' l'hrosme, dans cha
cuue de nos administrations
et a iuuer sans merci coutre
les lments dangereux qui
ont tailli taire sombrer noue
nationalit. Prenons aussi
l'engagement de protger nus
campagnards coutre les exi
geuces d un lise qui tend Hop
souveui les dpouiller injus-
tement de leurs proprietes.de
les encourager da.is leur tra-
vail par des metbodes appro-
pries aux cultures du pays,
de multiplier les centres sco-
iaiies, de donner a tous le
iuaxiuiii.il d'aisauceet de bieu
tre uout nus populations
rura.es ont s. grand txsoiii.
C'est pour la ralisation de
ces vux que je sollicite vus
sutlidges eu assu.aul chacun
de me seuliuieuis de respec-
tueuse hdeute.
Dr Justin MONTAS
SPB TACLE
[^es derniers
Jours
de Pompi !
A VARITS
Les Romains, infatigables
jouisseurs, faisaient trve a l'en
nui en se livrant aux plaisirs.
Jamais ils ne se sentaient pui
n. Toujours ils inventaient
un divertissement nouveau qui
despersat la mlancolie morne
des lendemain': de tte Les
temmts, belles, lascives, assou
vissaient la luoricit des plus
fougueux, et charmaient la mol-
lesse des blass.
Et aprs In volupt, d'autres
plaisirs. Au cirque dans des
corps a corps sanglants, des
adolescents souples, agiles.s'en-
tretuaient. Des gladiateurs, le
visage blme, les muscles sail-
lants, le bouclier d'une rnoin
et la lance de l'autre, livraient
des combats longs, terribles,
combats o le sang giclait, o
le vaincu se dbattait dans les
tranges convulsions d'une ago-
ni* courte, sous le sourire cal
me du vainqueur. Pat lois aus-
si, on lchau les lauves. Alors
le lion, taiouche, chevel, s'-
tirait, prt a s'lancer sur son
agresseur. Minute palpitante, de
cisive, o l'homme, hagard, mut
murait sans doute une dernire
prire, tandis qu'il percevait,
supime outrage, les trpigne
menla et les huiletnents de (ou
*des assistants avides de rjoui
sances,avides de spectacles ssn
glauiB.
Et c'taient ces hommes,pleins
de vie, pleins de torce, qui sei
vaieui ainsi de hochets a d uuti es
hommes, a ces stigueurs puis
suntset ricbes.a ces neviopathts
qui voulaient leuifier leur mal
daus la variole des amusemenis.
Jusqu'o liaient donc ces li
ceutes ? LesChreiiens appelaieni
le ciel a leurs secours, les es
claves, les pauvres esclaves, cri
aieui grce I...
... L ruption du Vsuve. Les
coiouuades,les tours, les difices
les uiMisuus s'eciuuleiii. Lu pa
nique euiplu la ville.
ci pouipi, tout l'heure res
pleudissaule, l'ompe, que les
LLER
J
Les NOUVEAUX PNEUS MILLER* Gcared-to th.'
foad ( Moitis n la liante ) sont GARANTIS de don r
plus que tout nuire Pneu de pris gal travaill aus
mmes conditions et sont MEILLETRS que les antres
Pneus nnssi des derniers pertretinrinements Sdltents :
lu) La bande du pnru qui vient on contael avec l route fsl fabrique de
m cm* lorrr.e que la routa et s'edsfttc parfaitement et un lorrr^mrnl :\ elle
Que ce soit des poids lourds nu lgers, l'entire Inrgeii i'.ii pin n est sur Ifl
toute, de lOile que son usure est nnitorme et par consquent lis lente l)oe
l'nsnre ingale et par endroiiscsi bannie, ee qui taii la cause cnfaferistitjHe rt
l'usure du pneu.
'o) Le bande ft Us parois sont d'une seule pice. La bande vn autour du pneu, tons 1rs
tertres O se produisaient les lentes et le* llt hissrmcnts ionl limins ei c*e*l finie pour ton
joitf la peur de Icndte les jointures.
3o) La con^t rue lion es! feHe rorde Unilorm qJl assure une flexibilit' r.tulorme n
toutes les parties, c* qui complte un pues partaitement quilibr. Cep.itn esl la briqu p
rsister aux hi us .! s bordures des trottoirs et les ornires et se remet dea lecnnssssp
forme nataielle avec l'action rapide et vive du vrai caoutchouc, laissant I bande, les c6tui<
talon et la carcasse de la Corda unifies* intacts et de toute sret. Ainsi donc la cause tari
m une de l'usure interne es aussi limine.
Dpositaire : ?). KRAYANY
ANGLE GRaNDRL'E cK Ht'K IT'HOl"
Romains gayaient de leurs cris, {
"omp n'eat maintenant qu'nn
amas de ruines oui touffent les
derniers rles des moribonds.
Pompi n'existe plus...
Sur l'cran, l'illusion est telle.
3ue, parmi les spectateurs, on
evine des exclamations qui
trahissent l'motion qu'ils res
sentent...
n
ee*-*! *h'.i film Mes ru :w m sa ^
Ml RATON ^t
t I -
Mi
er ainem n ,
I l'aimer*. El
qu< ce I dsre
pas ? Le cadeau
du'r rlum fon-
u ne Parker Duofod,
au cr-yooi ou d'un
Mik. r de bureau pu t
loujour-.
C nq couleurs vo7an s
ou en no r moderne i
uacr vous offrent !.. me>l-
eure slection de cadeau.
iiomme 11 dol.
Jeunes gens 9 50
Lia me 8,50.
tUl Util Wk *-*L'llii\
VkdustTktqfoU
"Pourquoi
ne Pouvons
nous pas
Economiser?9'
VX)MBIEN de fois vous ftes-vous pos cette question pre
vous tre rendu compte que vos dpenses absorbent tout votre
salaire?Quantit d'autres personnes dont> le revenu n'est pis
suprieur au vtre, achtent des articles qui sont hors de votre
porte. Serait-ce parce que vous dpenses au hasard?
Une Brochure sur le Budget de Famille, publie par h Banque
Royale, vous aidera prvoir vos dpenses et conomiser.
DIMASDrz-SN |M EX4MH.AJRS
La Banque Royale
du Canada
STMO
| mmmmm&mmBwmsmkmmMfflm'mjm
U Toutes les Polices
DE LA
m nnun nnimiiinn nft|
t
^ --------------------------------------- ^
g comprennent la Protection contre la g
Foudre sans auqm nlationde taux]
lEnq.LeBimiCH S
t*
Ml
Agents Gnraux
I W
OPPR. I
tASTHME
I Globules Rbaud I
I RsultMsm.'rvlllfux,-.. ijarnm!
I Tci I r ira .i-'.-- |
1 E. DAI-10HOUX, 7. r^u i ge M
\ Bols-roi.".ii.rr iSeiocl
TAIBI Cifi
DBILIT
DESCHIEN*
l'Hniciglobin*
IW|f ill fMrltm ! -uo*. m ttrn pcscHUiia. a >.. *iui '. f*u h. ii-, .
JEUDI
Pour la dernire lois, le grand
fiim axe 1 rorctsca Btrtini : ]
ARPETEZ les BAVAGES
ODETTE \es VERSaiwc le FLY-TOX
Entre: 1.00; Loge 2.00.
P,>*
\wmjm
iJB 6U3LL
I* _
ire' lu maladies
duitei par ia
|B!LE.':,GLJifO
\TSS7fHS : i
{OKBtsrtaxs, pa- V-.-:
| L UlSVE, riC VUES, 5>"V
RHUMATISMES.)
fcl-.*t li '*;' '
Paul OAQl '
|PAk)S.J2.H atOrmil
c**.-,.
\&i<
Empchez
que
voire teint pe fltrisse
M.no* ii.Hiuii. o/
kfiNitaKwaA
'3i
Conten ez votrt teint
frais et beau.
Les ti hi s de rousseur, le
hle, les boutons, les points
noirs, Us taches du toie, et
toutes les fltrissures similai
res qui dputent votre beau
teint naturel peuvent tre en-
leves par l'usage de
L'bxelenlo
^ Pommade de la peau
Tt soigneusement prou-
v et essay! Il est un on-
guent mdicamenteux scienti-
fique parlait sans danger et
d'un usage tacile.
Essaye z-le vous serez se
tisiait de ses rsultats.
fc.n ventt chez tous lesdro
gu si es. Pi ur U.30 centimes
>tu meut, il es. expdi ds
n cep-,ion du prix.
I- crivti. pour avoir un chan-
U Ion gratuit et le livre des
conseils pour la beaut,
EXhLi MO MtlilUNIi
LGiLPAfcY
ATLANTA, GboHGIA U.S.A.
Agents iemsnaei pour tons
swrivstpoui reasel^aessaks
FLY-TOX
met une fin aux
du ts ca uss par
les Sept Danqers.
Les vers,|quand ilsonl grandi,miuplle
inenllcurcsrrirededesiiuction.rar e'esi
les larves des vers qui dtruisent WS Blin-
de partie des linpes, des vtements et des
autres choses de valeur tons les ans.
Use/ du pouvoir mortel du llv-Tox
pour exterminer les sept dangers et tous
les autres insectes peslilers. Cet insecti-
cide scientihqueraent prpar n'est pas
du poison, ne tache pas et a une odeur
agrable. En vente dans tous les maga-
sins, le Fly-Tox dans dis terblancs bleus,
avec le remboursement de votre argent si
vous n tes pas satisfit.
LES
sut
nwt.ms
Ven
racket
Mansliiptes
Natifs
Puces
hinai"*
Poux.
lUattaqmni
toutes Us
moMont, rui
nunl laxan-
t,} des n-
fnnU.du .i-
dnlte et la
proprit'.
Qatk]uet\
um d'entrt
eu.v on tous
sont toujours
occups, sui-
ivant la sai- 1
ton. Ils /'i/'- .
sent une tra-
ce hideuse
de ilestrm-
tion, di ma-
! ladies et de
I mort
HP**" fil s^k^
XUD
Franck J. MARTIN
Distributeur
ait GtOrard Port-au-Prince, (Htiti),
VITTEI,
GRANDE SOUR0
vo
iFr
action Ckicnva uw Lt hein ___ _
Cure complote de l'ARTilTITISMsE
8Jsob r!-i "0 Wil er ?B C:pvc- -o
Yt*KiM GOLF m POLO 113A7HE OA$f*4}
OOVRS

Si :
I

- --.$ i'f -;;***-
Il I I "*^
ftg
krffe*
~
^L


Mardi
j*8 Juillet 1930
Le Matin
4] PAOKS
24em* Jlftlft If o7fl
t ort-an-Prmre
wlepno .c 2242
JUBOL
rduque l'Intestin
Constipation
Entrite
Vertiges
Dyspepsie
Migraine*.
I
fi-;, i
<>.." i* '

Pour rester en bonne
<>ant prenez chaque
soir un comprim de
JUBOL
I i urtrli relique* du JuM. commr
la\alif, i'l>l la loue"' 'I U n.l'.'lllc
11 Jubnl U'ii'ril Ijiou l|..... la f
tCH* iflllM MillHI BU *I|||)IM i C'.Till"
iurnl fKUlBH'HI ik- I 9
l,,.,, | m, h Itail
cl gtaltolwlairi >M|irti< pli il '' "'
une ri' ihli fi ; ri-i I
|i>r un -cri..... UftU '
|r. il | nu | liin.-!:< :'
i li' li, un i.vnrpl i . U !# J 'iipc
kiUun et vu l'*it ' ii<>' > i -
.le chuit-ilcl Irrnm- >. .|i nlanl'. J"
,. 11 r- et di* ilM !-'-
fi' i'.'r.-.l
4 n'im rlirf tir i fiftip i '
| Ir fntaHtlIt /<*"' ' "
Cours
1
PR-CAT-LAN
V il ' pelM r --' iRaHi d l'luie>i!n
BAR TERMINUS
Place Dessalines
M*

Gale chic,
de premier
Restaurant
choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plus d-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
I oipgnie gWrale
Transatlantique
J"Le s'e.mer Carabe pan
de B rdeanx le 25 juin es
attendu le 14 courant.
II repartra le mme jou-
pourSmtiago de Cuba et 1 s
ports du Sud.
La suite de l'itinraire sen
fixe l'arrive du navire.
Le s'eamer 4,An|tiiie*'
aMendu Jacmel le 8 cit., r
partira le mme jour poui
La Guadeloupe et La Marti-
nique, prenant fret et passa-
gers pour l'Europe, en trans
bordement Fort de France.
Pu-t an-Prince, le 1er Juil-
let t30.
E. ROBELIN & Co, Agents
Classiques
12me Philosophie im/u
sivement
Mthode s&rr Succs complet
contrle ctiaaue anne.
tours du sotr pour adultes et
jeunes gens. .
ComDt'ibiUl. Stnographie
anglaise et franaise, Docty-
lvg> aphie avec des mcia istes
i ,4)ur chaquet tours.
Enseignements du franais,
de langlais, ae lalkmund, de
t espagnol. Mthode sans
gale. =
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en retard
ou ceux qui veulent gagner
du temps.
Cours de.Musique ( Solfge,
Violon. Piano.)
Pension ScolaUe, srieuse et
gruble, ave< annexe pour
Etudiants et adultes
S'adresser Hue Lamarre IW
ou ttlhonez au ho 2891
(.oui plus amples renseigne
'l'Institut TIPt ENHAUER
Reconnu de l lui ersit
hatienne-
'Jl^Si vous avez quelques heures de loisir, le soir, et que
vous dsirez les passer agrablement allez au
Pr-Cajt-Tlan
o vous trouverez, la.plus belle salle de bol, la musique la
meilleure excute par un ortpophonic dernier cri et aussi
lesboissons les plus fraiebs et les plus pires.
Champagne, biie allemande ou nationale, liqueur de tou
tes sortes.
Ce qui n'a jamais t tait
Ce qui ne peut tre dpass.
Kola Champaqne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparatiou et Vente
PHARMACIE F. SEJOURNE
Angle des.Rues Roux |et du Centre.
A vendre
Pour cause de dpart trs \
bon compte uue automobile
S'udebaker six Cylindres en
is bon tat, Pneus en par-
tit tat,
p.iiede s'adresser au Bu-
tau du Quartiei^Maitre de
la Garde d'Haiti on tlpho-
nez 3112.
Baileys
RHUM HENRI Gardre
En peu de temps ce pro-
duit remarauable a conquis
de haute lutte une renom-
me des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gardre.
I
Soulage des maux de tte
et de la nvralgie en 30 mi
*m.
COMPAGNIE
LECTRIQUE
mocle et construits de bronze et aluminium. Ils rendre*
S maison plus at ractive eu donnant eu mme temps une
rae;urrrnt^.iu!re ces nouveaux lustres nous les vendons
trs bon march
D ^ ^U Inu,es- Anie un froid ,e pre Sl
Jt5eaCn raie jmret le malaria en S
Pendant ces jours d intense[fr****** tn tablettes
chaleur si ne vous fait rien
niiez respirer tair de la mer
Balley's Beach.
aussi.

Le urll rduits i1 peu prs 50o/o romme vous les constaterez ci
^Conduits de 1/2" aupor..vant 14 c4s. Jle pied maintenant
Al auparavant 3 ls, le pie I maintenant 1 1/2 C.
Fil auparavant 8 1/2cl, le pied maintenant 2 is.
Ump s Edison Mazda 20 Watts auparavant 40 c. ma.nte-
nBouehons fusible auparavant 10 ets mainteiiiint
Appareils de chai.Ut.ye au prix de New-^o.k
letritfe.rateurs ueneral Electric au prix de New-Yortt.
Compagnie LLECTaQUE.
5 cts.'
Retnge.rateui
* .
Les bureaux resteront oi
soir.
erts les samedis jusqu' 9 hs du
Cabinet
DB
W" Charlo Fiboul
t J. leito Joeph
AVOCATS
Aueims officiers du Parqm t du
Tribunal de < a^atioa.
Building Paal Auiila. terElage,
Hppariee-it Xo tt. Koe Daines
Destouch*- Heurt de Consultations
8 h a 12 h. a.n,3h.a tth.|. m.
Ecole des Science
wv-,-" - AppH ues
e concours daantissiou
l'Ecole de* Scienct* puiiquccs
aura lieu le mercredi 23 juillet.
i es candidats sont invites
s'inscrire au Secrtariat de
l Ecole o le registre sera
ouvert du 7 au 19 juillet, huis
les jours de 8 heures 11 hres
du malin,
l'oit uu i rinceJeriuMet 1930
Le Ui.ecteur,
h ermann hERALX
Produils
Bailey
TTst ncessaire de rappeler
que ihez Bailev on trouvera
le TOMATES si renommes,
les uiguous >jui >e le cdei t
en neu a ceux de l'trangei du
Lait chiuJ ou lroidtispuj
et garanti, etc,
Tlphone, 2183.
ALUM1NUM LiNE
Jeparts directs de Ne* -Orlans et de Mobile ;
pour les p )rts Haittcus.
Un steamer laissera New O.laus le 5 juillet ,co iraut, et
Mobile le 7: dn-ectemtni pour Ali--.giie, Poil au-Priuce,
Marc et le- ports du Nord.
Port-au-Prince, le 3 Juillet 19.10
A. de MATTE1S & Co, Agents Guraux
The Royal Mail Steam
Packet Company
(udres, Kingston et
ilorv devenant
Le steamer Sea
du Sud est attendu Port au-Priuce le 7 juillet, prenant
net via le Nord pour Havre, Anvers, LouJres et tous, les
korts d'Europe.
k 1. J. BI> IO A*ent-Gural
Tlphone ; 2311.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotlund )
i ar ta o General ~est une des plus puissautes et des plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d action qui embrasse
dn mJ8 polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la torfdre.
Ses Polices pour Au'omoS-lese-nv,cil vols, incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sn pc-o ."* ou inis ses lient, }
Ses Polices Maritimes mises wr Ses Polices contre accidents ront valables dans I univers entier. Tous les voya
un, devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une notice ontrejacciden i
iPau moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tr-nt qn^lc 1/2 /. soit20 dollars L. C.
Veuve F. BERMLNGHAM, Aux Cnves
Panama Railroad Steamship Line
Service de frl et de passagers entie
NEW-YORK CITY N.-Y. CR1Mudai-,cANALZONE et les PORTS de la COTE
ne.vf iuaa. "OUEST de i AJlanlvlUa du SUD.
Jolus rapide et le plasdiieoiservioe Je W44Ajrt4e oit.i^ri et 1j tr. catrs Hait
et ies ports Europens via New-Vont et Cnstobal, Canal Zoue, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les pnucipaux ports de l'Europe :
Angleterre Boosse France
Mrs. U \V. SHELDON & Co- 17 James Street, Ljverpool. Englano
Tne tatiawing an* eur Agents at nriacinal parts in Europe :
ENGLrtND, SCUTLaMU. KRVSCE.
Messrs M. W, SHELDON & Co.f
17 Jaiue. Street, Laverpool, England
* In Frauce, Messrs G. W. Sheldon i&^Co. are represented by the JollowiQ nrraS
k
SOUS-AGENTS
k m
Agent Gnral pour Haili.
U'ort-au-Priuce. G. GILG
/EAN.iBLANCHET Jrem/e
Glelatly Henkey Co
21 Rue de la Republique
Marseilles.
Hbrnu Peron & (?, Ltd I
53 Quai George V.
Havre.
Hernu Peron . Co., Ltd.
Rue du Moulin Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Messrs K. A. Benoix . Co
21 AUengade, Copenhagen-
Oslo, Norway.
International
Speditiousselkap Oslo.
MM.Atlantic Freioht Corp'n
Bdllinhius. Hamburg 1,
Germa ny
MtSS-s Atlantic Preioht
Coh ORA1TON
Gerraany
Messrs Atlantic FreinobtI
Corp'n..
24 Qpai Jordaens, j
AntwerpJBeigium
Hernu Peron & Cu Ltd,
95 Rue des Marais,
Pari s.
Hernu Peron & Co Ltd.,
Rue de la Tranquilit.,
Duukerque.
Hernu Peron cSUCo LtdM
" 9 Hue Roy,
Bordeaux.
Gen Messrs Henrv Cor A "lbrici,
Piazza S VIatteo No 15Genoa
lottenruro. Sweden.
Nor.t.sk Exprs^
(' ahenburg,
Messrs Atlxn^ic Frftgul
CORP'H.
Kon EmmanVin 3,
'iRotterdsm Ho'hnd
Messrs Steimann & Co
:


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs