Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04047
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: July 2, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04047

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
1368, RUE AMERICAIN!- 1958
TELEPHONE N*2242
24cme ANNEE N- 0732
um racornie tsr ne* de
la valeur de la person-
nalit humaine est le
fondement de la liber-
t civile.
T.li. lUlYfc
t i * r^*
*-=
PORT-AM-PRlNittV (HATI)
JEUDI 3 JUILLET 1990
L'ENLISEMENT
C'est notre excellent con-
frre le I avs qui, l'autre jour,
cherchait a luire revenir notre
sympathique confrre le Nou-
velliste de l'opinion que l'ru
te. veuii .m de notre ministn
Washington, M. Ulrick Du-
vivier, a pu ire pour quelqut
chose le dterminant daus lu
nuiniualion, auuoucCe grand
fracas, de M. Munro connut
mini tre plnipotentiaire des
Etats-Unis a Potl-uu l'riuce
L'obsci vaii'in est, a notit
sens, juste. L'erreur du ISou-
vellistk et de bien d'aune.
qui peuvent partager son sen
iiiueui avec lui, piovient, a
notre humble avis, de l'ide
gnrale lausse que nous
nous faisons de la position di
gouveruemeu. des Etats Uu's
par rappoi t a uos propi es laits
et gestes.
L.e que nous nous propo-
sons Ue dire aujourd hui est
uu sujet qui est depuis assez
loiigleinps deia au bout de
notre plume. Nous avons dif-
fr jusqu ici de le traiter pai
pure couscieuce, craignant de
utre pus tout-a-taii daus le
vrai.
Mais le spectacle des r
cents vnements et de ce q .i
se puant aujourd'hui sous nus
yeux continue, chaque joui
duvuutiige, noire taou de voir
et cette histoire de la nomina-
tion de M. Mnuio due a uue
action de M Duvivier lve de
cidemiiit noue scrupule. Voi
ci ce que iious voulons ta-
blir.
L'action amiicaineen Ha
ti constitue, daus le cadre du
traite de lill, une courbe, un
trace que le leguue a toujours
t oblige de suivre selon les
directives ue Washington.
Lette discipline et cette ri
^ueur, on le conoit, n'ont pas
sans nous agacer, nous
3.7
qui, eu matire de gouverne-
ment, sommes si peu amis de
1 uuiioimite, sous le pr-
texte, suus aoute, dj expri-
me par tioileau, quelle en
voirs publics qui seront sen-
ss sortir de la volont popu-
laire.
Soit mais comme tout cet
appareil gouvernemental doit
s'accommoder du rgime du
traite, lequel ne piendia fin
qu'en 1936. et que le gou-
vernement qui devra tre, ta-
bli en avril 193b' te sera for-
cment sous ce mme iegime
qui ne devra finir qu'en mai
de cette anne, il y a des ctiau-
ces que Washington se sera
arrange, dans cette priode,
pour que son rgime trouve
dans le sentiment populaire
une conscration beaucoup
plus solide qu avec un gouver-
nement Dartigueuave ou un
gouvernement Homo.
Si nous nous trompons, on
le verra bien, et notre put no
usine nous obl.ge souhaiter
uous mmes que nous nous
iroinpious. Eu attenda ut,
poui suivons notre expos.
Le haut commissariat que
nous iappoi ta l'euqute seua-
loriale de 19^0 et qui, il ne
lu ut pus l'oublier, nous fut
offe t comme une fveur peur
nous debairusser d^s agisse-
ments de baUly Blanchard,
ministre p, ipolentiaire.
le lu m c nunissoriut, uisoris-
uous, ue fui pas d'ailleurs,
comme on la toujouis cru du
cte hatien, un rsultat dis
rclamations de l'opinion pu-
b ique hatienne.
Mme les Chambies lgis-
lutives que nous allons avoit
ne pi uv ut tre, notre ayi>,
considres uou plus comme
tel. La veine, que nous avons
tous intrt a voir enfin en
face, est la suivante.
Nous avons dit plus haut
que l'action des Etats-Unis
dans le pays constitue un plan
rigide dont le gouvernement
amricain a entendu suivie le
dveloppement sans se laisser
detourijer par rien, plus
toile raison par nos agita-
tions.
C est que. en dpit de nos
geudreleunui, et.de temps plaintes et de nos critiques
a autie, nous l'avons marqu pa.r.otique>, il reste persuade
par des convulsions les-
quelles out constamment pro-
duit leflet exactement con-
traire celui que nous en at-
teuuious.
Mais, telle est la lorce de lu
quil accomplit en Hati une
uvre de civilisation et y
realise des progis ne tables.
Eu 1920, il s'est dit que,
pi.i-quon criait faut, c est
qu'il y avait quelque chose
diplomatie amricaine que, qui manquait au rouage pi o-
chaque fois, nous pienions giessiste, et il a trouve que
noire delaue pour une vie- c tait un haut commissaire,
toit e et uous y applaudissons. W'*sn.uglon n accepte pas
Et comme Washtng on faisait d'avoir mit.
le mme geste de satisfaction,
on se disait toujours qu'uu
rglement est vraiment heu
reux qui laisse toutes les par-
ties satisfaites.
L'est ainsi que, eu 1920, I
suile de tout le tinlatuurn
organis pur l'Union ftfnu
tique taui Washington qu.
partout ici dans le pays, nou
emes... le haut commissuru
et la concentration entre les
mmes mains des fonctions
de receveur gnral et de con
seiller financier, ce qui
nous empena, depuis, d'en
appeler de celui-l celui-ci*
Nous ne savons pas, de fa-
on prcise, ce que l'enqute
actuelle, plus bruyante en-
core que celle de 1920,ce qui
n'est pas peu dire, uousre
serve en dfinitive. Mais, de
vaut ceitaiues conclusions du
rapport de la Commission
Foi bes et devant l'enqute,
considrablement argie pai
rapport a l'incident local de
Oamien , que mne actuel-
lement la mission Motou.
nous q# sentons rien venu
qui pourrait passer pour une
itieuu.tiHU de l'action amen
came, et nous le disons carr-
meut, dut uotre tranchise d*
< urager plus d'un.
il y a. il est vrai, comme
t'outre-parue apparente, quel
u U allons avoir des Chain-1
tares lgislatives si 4s Jfou-J!
Cette lois, les Chambres l-
gislatives ne sont pas davan-
tage lellet de nos rclama-
tions Elles taient dai.s tes
prvisions de Washington poui
IttSU et le grand turt de boi no
est dent, la voi pas compiis.
Lai le naiie expirant eu 1U36,
le gouveruemeut amricain a
besoin de celte tape pour sou
action de demain.
La preuve eu est que le
rapport mme de la Commis-
sion bornes subordonne cette
action aux rsultats de cette
exprience.
Conclusion : nous nous agi-
tons et Washington nous
mne. Certes, i attitude e s t
plutt humiliante; mais, tout
le temps que uous peisiste-
rous a ue pas le comprendre
st a prendre notre mouve-
ment pour de l'action, nous
continuerons de nous enliser,
non pas seulement quel.'
ques-uus, comme ils le mri-
tent, mais, avec eux, tout le
pays, qui ne le mrite pas.
tsraftBxk \imtmt4
MiUVUUX M.A3JKCS
hu ti4raj.ru teerr. >-*i :
!f t%9 i* EAux-oe-vir.
a5* I iLOSROV FILS AIRE]

7Z.n.e ta ri-.u;..fS
PARIS
J '*" -
nu .
MO*
MANIJF'
ILlUtTBt
faarlc!
L'Idal Rhum
ALIX ROY
28 annes de succs.
HATI
Autrelois et Maintenant
Par .Williaa HOXTtYOS, Chevalier e Sl.-Uraoirr
IV (O
La Commission Mc-formick d-
sirait prolonger le Trait.
Le pissagc qui suit cette der
nire observation indique clai
reinent que I in'ention de la Coni
mission tait de suggrer la pro
longaiion du trait : Le traite
lui-mme ne fait aucune prvi-
sion pour laecoraulissementdes
choses sus indiques et que n-
cesiiie le progrs du pays. E<
la Commission d'njouter.couiiue
pour mettre (Opposition II i
tienne nurses guides: Il existe
en Hati certains lments qui
peuvent entraver, et peut-tre
retarder, h rhabilitation du
pays. Vlais ils n'arriveront pas
a 1 empcher.
Extraits suggestifs du Rapport
Forbcs.
Le rapport Mc-Cormiek fan
de grandes phrases au sujet
d'un gouvernement reprsenta
lif. Il est dit dans le rapport de
ta Commission For bes que,
Sous 1 Occupation Amricaine
et d'accord avec elle les
Chambres Lgislatives furent
dissoutes en 1918, et, d aprs
une interprtation donne une
nouvelle Constitution adopte
sous son gide, elles ne se son
jLtuais ruuies depuis lors. Le
pays t gouvern par un i're
sidenl t un Uoaiseii il Elai.exei
aul les pouvoirs lgislatif, oua
la direction des oflLiel amn
cains. Le self-guverumeniw lo
cnl, aussi, a eu grande paru
disparu. L'administration de.-
municipalits et des commune.*,
les plus importantes est confie
des commissaires nomms pai
le Prsident. Les membies d.
Conseil ilLtut sont nomm* c.
rvoqus par le Chet dh'al. L>
conseil u Lia t... a ext rce les pou
voirs dune Assemble Natio-
nale eu lisant le Prsident.
Le plus bas chelon dans la hi-
rarchie du gouvernement na
tional Hatien est la lonciion
traditionnelle de Chef de Sec- I
non, sorte d'ancien du village. !
Uue catgorie spciale d officiels
de la Garde a t cre, et ac '
lueiltmeut les Chefs de Sections
sont des hommes noi.-grddes
de la Garde.
Le peuple Haitien... n'a pas
eu a lu tte de son gouvernement j
des reprsentants rgulirement I
lus L Occupation Amricaine
a accept pour ne pas dire en-
courag cet tat de choses...
Les actes et l'attitude gnrale
les ollicitls du trait ont donn
votre Commission I impres-
sion qu ils taient bass sur la
prsomption que I Occupation
levait se perptuer indfini-
ment... La Commission eut la
dception de constater que la
prparation des Hatiens en vue
des charges politiques et admi-
nistratives et des responsabili-
ts gouvernementales, n'avait
pas t adquate,
Dictature Militaire Amricaine
en Huiti.
Il lut recommand lu Com-
mission Forbcs de dresser un
plan pour mettre fin l'Occu-
pt.on Amricaine en Haili.Ello
ne ses donc pas arite d s
critiques dtailles du pass. Par
contre, il sera utile noire but
1 examiner plus a 1 nd certains
points.
Suus nos diverses adminis-
trt ous, uepuis celle de Woo-
dioW VVilson, et prob.iblem.nt
suus t inspiration de t avertisse-
ment donn par la Commission
Mc-Cormick a I Opposition Ha-
tienne, la Lgation Amricaine
en Hati a t supprime. Le ti-
tre de Haut-Cominissaire fut
donn lilhcier le plus haut
grad des Matines en H ..in.
Avec laide du Prsident Bor-
iio, qui lui servait d instrument
Jolle, il a Itil voter parle Con-
seil d Etat des loisq.ii t(iidonnent
mtoritsupime sur le pouvoir
.egislatit en Hati.
Pour parler sans quivoque
le Haut Commissaire Amricain
est le Dictateur Militaire d Hati,
qui agit par l'intermdiaire d'un
l'rsideui et dun Conseil il li-
ai dout ni 1 un ni 1 autre ne re-
, leseule le peuple Hatien.
{A suivre)
(1; Voir les Numros du 30
Juin, 1er et 2 Juillet.
t:;c:
r>n jAMv feAITIU. NM. | M 1.-...IM IM ... . ' Il Mlltll IJNInl'lHllMU
FLORENTINE
J /muUtUu tt**U0Mi ftr muiirtltt.*
I S, INlSIt H-BBSmi Din< toulM
I- ".._ imm yua.1 du monde.
\Jt
BIRE NATIONALE
DE LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,1 Ole
verre malgr sa qualit su-
prieure.
Protgez votre poche et
votre sant en la buvant
toujours.
L'affaire
de Du mien
- o
L'une des plus palpitantes ques-
tions du jour L'altairc de Daninn,
S. 1*. > | ti t voulu prendre un ca-
ractre, en dehors de :a voie adminis-
trative, vient d'tre solutionne, nous
apprend-on.
En effet, depuis her, la nouvell en
circul en ville, la voie administra-
tive, la normaleen l'occurrence, a pu
jouer son rle et'tlcace.J la Direction
de cet tablissement ayant aaospii
comme raisonnables les points de vue
du Gouvernement.
Nous renseignerons et prciserons.
La Colre
le- tu .viqueuu'iit le Sim raie
a II n'itppartien' qu' une sa-
gesse consomme de mettre Irein
la colre. Socrate reut un
jour un coup de pied d'un jeune
insolent. Tous ceux qui l'accom-
pagnaient en turent indigns et
se mirent en devoir de counr
aprs lui. Laissez, leur di' So-
crate, si un Ane m'avait donn
un coup de pied, me conseille-
i'7. vous de ruer contre lui ?
Mais il en tut bien t veng, car
tout le monde accabla ce jeune
homme de si sanglants repro-
ches qu'il se pendit de dses-
poir .
Aristophane, dans sa comdie
des Nues , a vaut vomi con-
tre Socrate, en sa prsence, les
injures les pins atroces : l.h
quoi I lui dit quelqu'un.un trai-
tement si indign* ne vous m t
point en colre I Noi, lui i-
pondit Socrate, quaud j assise
cette comdie, |e ci ois rt un
repas o j'amuse les convives
Archias, au retour d'uue
guerre o il avait eu le com-
mandement de l'arme, trouva
ses terres en Iriche, et. taibant
venir son conome : Je le, pu-
nuais svrement,lui dit il,m je
n'tais pas en colre.
Platon, irrit contre un escla-
ve libertin, appela Ipeusipp, le
M s de sa sur : -hAtie moi ce
coquin lui dii-il, car pour moi
je suis trop en colre. Une
leile modialiou, diia-l on, est
une vertu ditticile rt pratiquer,
j'en conviens ; mais il n'en taut
pas moins d'aprs l'exemple de
ces grands hommes, taire tous
ses iftorts pour retenir sa colre
et modrer la tougue imptueu-
se de cette passion. Dans I ini-
pui.NSdtufc o nous sommes d'ai-
leindre a leuis vei tus.t fluions-
.ous au moins il imiter leur
modration, et comme les mi-
nistres des dieux marchent la
tle des crmonies le tlambean
la main, faisons briller t n
nous cette porlion de leur sa-
gesse qu'ils nous ont permis
d'galer.
Plutaque ( uvres moraWs.'')
Une uvre Inconnue
de Bach
o
-^Eisenach ( Allemagne ) .'iO
Juin. Une composition de
ean Sebastien Bach, jusqu ici
iucounue, a t dcouverte
ici daus une collection pri-
ve. C est un Concerto en (ut )
Mineui pour orchestre rt cor.
des.
Uaniaai uvres de l'Education
D'aprs ce qui nous revient,
les uvres de l'Education
sont -trs encourages aux
btats Unis-Tutkegee. l'imper
taut Etablissement dirig au-
jourd'hui par Mr Moton a
dj reu cette anne en dous
divers prs de dix millions
de dollart. Rotkit-lli r, tcul.a
doun a cet etabiisserutut uu
million de dollars,
lr Moton n beaucoup de
j chances. II reoreille toujours
beaucoup d'argent pont s( n
collge qui compte pin de
trois mille lves dts deux
... a vu un commencement de
bagarre lundi soir la sance
antique te ciiiemc'oflrapliauat
iniques amis de Const Viayard offraient \> toute <
la ne dur.i pas. heureti icnfn ,
Les empcheurs de dan%er en
rond t'.ienims Itnmdialea nt
\ la raison. Ch ique caodid t est
libre d'organiser de telles u a-
mlstatioiis et de luire pou a?
Ita vivais qui lui font le plus (fa
plaisir, ce que la Police d< il
empcher cest qu'il y ait des
trouble-fles qui croient pou-
VOM empcher les amis de
manifester au profit d'une cm-
didaturc qu'ils ont choisie. Qoe
chaque candidat fasse ses nn-
nitestat ons avec son mond>* ft
puis que I on se donne rend, i
vous aux urnes, ce sera phifi fa-
cile, et surtout plus civilis 0""
Ion se rappelle que notre liber-
t s'arrte exac t-inent o com-
mence celle du voisin.
a
... il avait l'air de dormir put
ce que l'on parlait politique ac-
tuelle, et lorsqu'on arrive sur ce
terrain il prfre garder le si-
lence. Or il feignait de dormir,
la tte baisse et le chapeau sur
les yeux. Mais chaque fois qu un
de ceux qui causaient risquait
une opinion do > o e.dun m t
il le remettait dans le droit che
min.de mme qu'il rectifia il tou-
jours d'un mot lis moindres er-
reurs glisses dans la conversa-
tion, et quelquefois, ce qui ne
ga e rien, au contraire, ce mot
'ail spirituel e dit de telle fa-
on qu'il dridait toute l'assis-
tance. Ainsi il eut plus de suc-
cs que tous ceux qui parlaient.
riarce que lui,au moins, il avait
air d couter, et savoir couter
et se taire, est le commencement
de l'esprit. r

... u vu au Grand Ilote! de
France trois amateurs qui vou-
lant boire un a.up demande-
rez chacun une marque diff-
rante ;
Donnez-moi un Birban*
court, dit le premier.
Moi, je prendrais un liai-
dre, dit le second.
Quant au troisime, pour prou-
ver que lui aussi il se Connnals
sait en rhum, il murmura, l'air
ailleurs, l'aird un homme qui sait
qui! sait:
Moi, je prendrais bien un
Gae'jens.
Mais le patron alors leur dil eu
nesarrtant que l'instant d'une
seconde prs de leur table:
.le vais vous donner uu
rhum qui vous donnera raison rt
vous tous tro s. Se tournant
alors vers un garon qui s'em-
pressait :
Apporte! donc uu Khum
Sari lie ces messieurs, avec-
une bonne bouteille de soda.
Les amateurs bure ut leur
rhum, Saithe, en lurent tout rt
tait satislaiis. Ils firent mieux
que d'en re simplement heu-
reux, ilstn redtmundrent.


...a vu un m s lecteurs les
olus influents de Fort au-Prince
qui portail uue belle paire de lu-
nettes cercle d'or Les verres
semblaient tre du pi us pur cris-
tal de roche. Malheureusement
elles portaient encore leurs ti
quelles Mais l'lecteur rt qui Ion
en tit la reniai que, rpondit:
J ai luit expis : c'est pour
que 1 on vi lie qu elles sont neu-
ves. Et alors j. crierai le nom
du laudidat rt la Prsidence qui
m'en a fait don.
... a vu un de nos amis, un ar-
tiste, musicien ei pote qui, pen-
ch, sur uu phonographe Paih
coutait des disque* inerreU-
eux. C'taient dee scnes de
quelques unes des pices de Sa-
cha Gniti), iDltrprteek par Sa-
cha ini-u.eu,e et Yvonne Prio-
ttiiips. Lartiste ne pouvait '**
loiguti du I appareil et n'osai!
ineu e na&, jcui ne point rom-
pre leinaiiii, goter au cock-
.aii (,ui vex.au ne lui tre servi.
hsl-n Dtaon de du eque cet ap-
pareil et ces plaque a n ou veut
eue* notre aun Maurice ttlUfJB]


PAUL
LE MAiIfo--3 JiklteiitKk)
\
AVIS IMPORTANT !
Nous le considrons comme une nouvtlle de trs gian
de importance pour tous les sans-filistes, que nous lan-
on* maintenant cle des lampes rcettrices rpute^
Philips eMiBiwaU u alimeutatiou par accumulateurs,
galement des lampes rceptrices a codant alternatif
( pouf alimentation directe par le secteur a courant aller
nabi ) en plus de 20 lypes diffrents.
Cet assortiment comprend galement Us sries Mer-
veille , Super et Normal .
Demande? ces renseignements I votre fournisseur.
PHILIPS RADIO.
La taxe
sur l'alcool
et le tabac!
.1
En rponse l article trs du
cument que nous avons publie
la semaine dernire sur la nues
tiun de la diminution de la taxe
sur le tabac et l alcool nous re
ccuons lu lettre que nous pu
blions ci aprs, de M. Pierre
gnant, ancien Prsident de la
Commission Communale de lAr-
cahaie :
qu'ont soutiert les budgets des
Communes depuis l'application
de la taxe.
E'ifln lArcahaie o vous
comptez tant daims, on a 1 un
pression que vous ne manque
rez pas d appuyer les dolances
de vos compatriotes dont vous
admirez l'ardeur et l'amour au
travail des champs.
Vous leur lertz grand plaisn
en publiant dans voire quoli
dien celte lettre si ce qui eu lai
l'objet peut mriter voue bien
veillante attention.
Je me souscris toujours vou-
bien attach.
F. P. AGNANT, av.
En honneur
de Mr Molon
Port-au-Prince, le 1"' Juillet 1080
A Mr Clment Magloire,
Directeur du journal Le Matin
Eu Ville.
Trs estimable ami Clmem,
a Le Malin dans son nu-
mro de samedi 28 juin coul
soutient qu'il convient d'atten-
dre la constitution des Cham
bres Lgislatives pour conside
rer la modification de la taxe sur
1 alcool et le tabac. Je ne puis
rester indiflrent dans ce grand
dbat o se discute I existence
de tant de familles et qui in-
tresse la vie mme de notre
Nation dont la principale indus-
trie est menace. De l'avis de
tous les intresss, les rsultats }
obtenus tant dsastreux, la n-
cessit s'impose plutt d'y re-
mdier immdiatement , si-
non c'est la faillite prochaine et
certaine.
Ce qui se passe l'Arcabaic
est la preuve certaine du grav
prjudice cause a des millier
de familles et de la ncessit modifier sans retard cette loi
tortionnaire.
1. Sur w ou M guildives,
1.. seulement lunctionnent parce
quecesguildivieis possdent des
moulins qui leur procurent d
sirop, les autres n'ayant pas ctt
avan ge sont obligs de cho
uier.
2. Le calcul suivant lalvit
dans son loquence la lailli
qui s annonce : 1 millier de m
ropcote en ce moment...O.Ii(MK)
trais gnraux.... 20,00
rendement moyeu tio
gallons, montant de
la taxe.... B6.00
Total 146.00
Prix de veute 120.00
, Balance 36.00
Vous constatez aisment qut
le guildiviei travaille pourpayei
60 gourdes a 1 Etat et pourpei
dre 20 gourdes. Dites moi,.moi.
cher Clment, si une situation
.pareille n'appelle pas une am-
lioration ^immdiate. Voila c
que les amis .a.l'Aiiahaie sou-
mettent votre apprecialioi ei
A votre patriotisme. Us sow
au regret de constater Uoj
d indiffrence de la part u.
la Presse envers le Pei'ple alors-
Su'elle dploie tant d'activiu
ans la politique. Les grande*
question conomiques ont plus
d'importance chez nous, eu ce
moment, que tout ce qu'on ap
pelle la politique hnliienm-
conue malheureusement d'une
fa*u trop bizarre. Seul Le
Nouvelbfrtr a a fait son devoir
en soutenant la belle initiative
du Gouvernement et la Natio
Atoane se d mande oU sont le
autres fit", o soui e di i.-
J seurs ?
Vou* avez t P / d va
aupe.flu de vous r.p^eler M
Notice
On the occasion ol ihe 154th
V.uiversary ol ludependeuce o
the Uniled Stataa ot Amne,
the American Chai g^ d Allais
wdl receive the membera ot lin-
American Colon y and Ihe
treinds ol the Uuued Mates a
the Lgation on July 4 h hou
5 to 7 p. m. Jalonnai costuim
is requested.
Fte de l'Indpendanc.
ami icalaa
Demain, 1 Judlei, sera la li
nationale de I ludepeuda c
amricaine. Il y aura dans la
pis-midi de 5 7 rception .
Il Lgation amricaine connu
chaque anne.
o
H. Raoul Lizalra
Par le Coitica , entr dan
notre rade hier apr* mi II, t
arriv Me Kioul L zaire qui
t pendant quelques lemi
Charg d'Aflaires d H.I i a W i
hington.
o
M Ernest Leys
Mou i. ;i E nesi eys qui '
Consul Gnral d'H ti N w
Voik, et qui a t remplac de
incrment par le fils du P es
dent de la llpubliqu-.est re ti
I Port au-1 rince, par te Pana
ma qui est ai riv diinam h
matin.
Notre Dame
du Perptuel Secourt.
La fttt tic N. D. du Perptuel Se-
cours, patronne le l'Habitation La
Serra , scia graodiosement fte di-
manches Juillet
Deux messes seront dites pour la
circonstance, la premire, basse,
1 heures et la seconde chante, a 8
heures. Il y aura procession l'issue
de la dernire messe
Des comptoirs assortis et la porte
dli toutes les bourses seront misa la
disposition des plerins.
I)'aprs une entente faite entre M""
C. nigaud et les propritaires de Ca-
mion.ceux-ci se chargi nid. transpor-
ter I passagena an pris trs rduit.
Lu foule donc diminche La
Serre pour fter N. L). du Perptuel
Secours.
Mr Molai ft N L. C. Lhrissoi
Les deux ducateurs de l<
jeunesse se sont rencontrs
aprs la tte de mardi matin.
Ils doiveut avoir, eu prsen*
ce de toute la Commission.
u imoorlaut entretien fix
umedi.
Nr.tuanoe
Nous enregistrons arec plaisir
la naissance, Paris, du pre nier
garon de Mr et Mme de Ver-
teuil. Madame Maurice de Ver
tt ml est la fille de no re cou
hre et ami t h nies Moravia.
Nos iuei leurs compbuiaut.
I.a raattoe littraire et artis-
tique eu l'honneur de la Com-
mission a t un vrai char-
me. Sou organisai ou fut bril-
lante.
Ou a laiss Ciu Varits
c nieuts, et de vives flicita
bons ont t adresses aux
membies dts Conseils d'Ad-
iniiiisiiaiion de l'Association
des Membies du orps En-
seignant et ou cornue Haitien
de 1 Alliance franaise.
lui voici les principaux
points du progi anime : ou-
venure.iiymues d'ti.niiei des
Lit. U a joues par Mclle
liu.ke de l'Institution de Mme
Vve t'ai et. Allocution de Mr
y. C Luerissou q u, au dite
u.ue de Al. *loio.i,c.-i sple i-
d de. Nous nouerons d'en
d ma r te g u.iies ligues,
'uia un groupe de b telles o it
cliij e Jou i iii ovvii B i ly, ej
augiiis, Ces .m en i.i fijii'u-
.i ju le i.iju t m i". iSuitete
rat .e viileet leiatdesch nup,
1 ne coiU-iieutee pa< Al.i.e
A. S-lllL>Ojr,J J pi UilOJUUi ."Sic
lo.e ite li.uj, le nie.ne eia-
Ol.ascilc.il a dO U lie UUX
noiceuu\ depinio |ojc>aVcC
b 10 par Mens uui nuer et
O. uordou et U seieuade ue->
put relies, ic..e lUiincc exe
c.itcc a la p rieiliou t*a uu
0i uope d levs.
Deux ttfcl du obege
Louvenuie, es je mes E u
n.i lu- et K.Coi mu i oui ie ne
l uu, uu m uceju daoglati
el 1 .mi e uue luo De eieves d 'iaui ssaut
e ubiisatiiieUi Se l'uij.une
oui th.ne avec De :A la
yloirt de 1 oussaint Lauucrture,
puioc de .vie l..i. Liicit,ou
et HUI-.1 |iu: d% tiel io ; Aleln
D.:versoa >io.iue les puuvres
unis ie V. ILigo, ae e eves
uu iN. D. du .vac-uiiii oui
I me avec un uu.ueuse suc-
ce Clair de lune, volution
i y mince et m.le lu. Domoud,
de lt oie Normale,la Uita la
satistuciiou geuerale.
A la un. les deux Conseils
d administration de l'Alliance
franaise et de l'issociation
des Membres du Corps hn-
seigiaul oui remis uue supei*
ne gerbe de fleurs el uu sou-
venir a Mr do,on. Ce dernier
est destine a sa femme. C'est
un service de table prpar
avec art par les Etves Lbe
Dubois.
M. Moton prend la parole
et remercie les deux socit*
de leur prvenance el de leur
belle tte. U prie Mr Lbens-
son de lui remettre son dis-
cours qui eat spleudide. U
n'oubliera pas de ilt toutes
ces prcieuses marques d'at-
tention dont il a ete i uojei de
la pari d'Hati. Sou discours
ir.iduit par un in"1! pr e a
ete applaudi. La oOiimiissiou
a t ovaiioui.ee eu sortant et
au ou de i804 d Ucoue.
OQOGE BROTHERS
Nouveau Deqr de Beaut
La Nouvelle DODGF
Huit en Ligne
i
i
La nouvelle Dodge Huit en ligne tablit un entier d nou-
veau degr de beaut met'ant por e de toutes les bourses
'es autos de huit cylindres. Elle reflte une qualit de per-
formance, une qualit de mcanisme, une quali de beaut
et de contint que portent les traditions de coi fiance de la
Dodge Brothers au plus haut degr dans l'histoire de la
Dodge. A son prix tonnamment bas, elle reprsente claire-
ment une valeur qui est sensationnelle.
SOUTIEN DES TRADITIONS DE CONFIAN E DK L\ DODGE.
KNEERS. GARAGE
Distributeur
RUE PAVEE ORT- \lT-PRIN B ) HATI )
PltONE: 2318 a 2234.
Le vole Je la
Loi lectorale
;lier natio, i 10 h ire.on
a c > u n ne an Cou mil I E
ut, -nus li r i ence le M.
.. U's Etiein, le vit le la
/>i lectO aie. N u allons
v ir ti le C .iseil PEal va
a e d< r, malge les sugges-
oiis de pre jue l'un 'nimb
le a Presse.laL i telle qu'elle
lit! a t prsente.
Nous autres nous nous en
tenons tout ce que nous
-i attlQ* litdji et si, cou
H nous l'esprons e-icore, il
e trouve ai couseil d Etat d s]
111 ltes ge is et de* b-i u |
mes de relle valeur, ils coin-
preidront nul e p < n de vue
qui est celui du oui le iec
toral qui s'est loud il y a de
cela quelques jours sous la
prcMdeuce de Me Clemttii
Coieou. Aoiefi i iofestur a
l'Ecole de Droit de Port-au-
Hrince.
Attcndo s B rinr n
notre [ugtaieo. aii K non
veau Conseil d E t.
Les Projets de i iuilbei-yh
L ndbtigii, qui |usqu ici n.
Ml e que Ica ugun- de la t'e
oi -ouest de 1" menq d
."su ', a annonce qmi etut-rti
I loch inemeuiwpaicouru touts
e i.gnes de la Pan American
\nwiijs. Le ceibic a Via te ui s
pio,.oae de suiVoiti la ie
ouesi |usqua b.>uliago Uu Chili
en passant par Buenos Aires el
Rio de Janeiro.
M JEAN BOYER
Nous avoi s reu !< visne c\<
VI. Jean Boyer qui a t dl
gue a Pri au Prin'ce, par !
gioupe des capitalistes amri-
cains qui financent la Haitiau
Uanana Company. M Jean Boyer
qui es* fianais vient de la Nou
velle ()ile.o>s.
H iait ai compagne Hu syni
paih'que M.Quintin William'-,
I neig qut- m ecttur de la orn
,i gui h i nue de F gus la
unes.
Nous sou h ilons a VI. .1 n
lioy-r une liuctueus' besogne
un g' hle s|OUr panni no
*^Viokv -:-h
\aaurez-vous contre accident
i la ii General \eciden l-'ire &
'-'le Assurance Corporation Li
mled . Vve F. Bermingham.
\gent Gnral nour Hati.
Insurance Go
Une des plus fortes1 COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANGE
sur la VIE
EUG. ^ BOSSE & Co
Aacnts Gnraux


L MATIN
p JuiUet'1930
fK^t
Ct SOIR
Pour la dernire lois :
La Menace
de Pierre Frondaie.
Avec Jacqueline Forzane, Lon
Bary et Cnakaiouny.
Le pices de Fiond ie sont
toutes tires des laits que l'on
ctoie journellement dans les
grandes villes
La Menace est une de ses
plus belles uvres.
Le sujet poignant plaira aux
plus ditliciles.
Oo j'pouserai votre belle
fille et vous vous tairez, oo je
montrerai votre mari les let-
tres que vous m'avf7. crites it
qui lui dmontreront que seule
la jalonne vous tait agir 1
Dilemme affreux pour une
femme qui depuis longtemps a
oubli l'Aventure, qui aime et
est aime de son mari.
Que taire ?
Venez-voir ce beau film ce
soir
Entre : 1 ; Loge : 2.
i
VENDREDI
THAS
0,50.
o
LLER
! ts NOUVEAUX PNEUS MILLER* Gcared-to Ihe
lioad ( Moulit la Route ) sont GARANTIS d* **r*v
plus que 'oui : ulre Pneu rie pis gal travaill aux
mmes conditions et sont ME1LI EURS que les autres
Pneus a aussi des derniers peitechonnements rimants
Nouvlle dition:
Les Derniers Jours
de Pompe.
9 ITALIENNE.
Dimanche "Varits".
SUPERPRODUCTION ITALIENNE.
i "
N'oubliez pas samedi soir a
"Varits" : Ti-Plume.
lo)La bande du pneu qui vient en contact avec la mute est fabnqu.i *K
mme lorine que la route et s'adapte parlaitement et uriitormement n elle.
Que ce sou les poids lourds ou lgers, rentire largeur du pneu est sur a
ruute, de sorte que son usure est unitorme et par consquent trs lente. Uono
l'usure ingale et par endroits est bannie, ce qui tait la cause caractristique de
l'usure du pneu.
2o) l a bu de et les parois lOBl d'une seule pice. La bande: va autour du pneu, tous !
centres o se produiaaienl les lentes et les flchissements sont limins et cest finie pour tou-
jours la peur de tendre les jointures.
:So) La construction ed faite I orde l.'nitorm qui assure une flexibilit Uniterme sur
tonte tel part.es, ce qui complte un pneu parlaitement quilibr. Ce pneu est lobnqu oui
rsister aux heurts des bordures des trottoir et des ornires et se renie des secousses *a
toi me naturelle avec l'action rapide et vive du vrai caoutchouc, laissant la bande, les cotur la
talon et la carcasse de la Corde uniilexe intacts et de toute sret. Ainsi donc la cause sacuu,
n:une de l'usure interne est aussi limine.
Dpositaire
J. KARAYANY
ANGLE ORAND'RUEXA RUE FEROI

du Dr .iviLi-irr
TONIQUE DIGESTIF RECONSTITUANT
Contre ANMIE digcstlve,
ANEMIE d'origine respiratoire,
ANEMIE consomptlve,
ANMIE par excs de travail Intellectuel ou corporel.
( AflEMIES conscutive aux Maladie aigu,
ANEMIE de Pays chauds
,i ,,.,!.!. t. Maladler du TUBE DIGESTIF,
.j, LOH ttHm tmanaid du Corn mtikal, aucun.- i.iVpinuo..
*','. ,-tHTO-FER du O' JAILLET pour grirj}!,
Ctaln ''- mauvaise OgaMW M **a. ttuU .1' )md..
sf.OOV 0*1 MM.OI : Un petit itrr* Hquaur ImmHIattment sort ' ftpa-
CfOh
' Vit
l).\i:i:AB!J.: FrrM. 13, Huo POVP. 13 PMtHI <'
ixr-iull : Toute hoaaas PUf.rmcls
DhmeScBcbs
|\ ^ Arrts
?
->
V*
sa ns"d roquer
Appliqua ext-
rieurement, Vick?
soulage sans d<
ranger l'estomac.
I.liiim
VICKS
VAPORUB
Pour Tout Refroidissement
t*
feftjolisourfo
sans Dentol
U DBHTOL. (aa%
m) et un h H
a
Wt-b
b^T>r*aL"
CM TaMia laa Bmai 4a PW-
I iafcn.it laa
pas de jaa donna eMB
aba y m
WUtaata.U aarina IW
paroculiiiint aaaaai
ento
1S.N
aDEAUs.r-
cJU . WUTTOU i ma, 4mm+m
I k au nMS. 10. n. J-*
fart aaai il.pai fci litemia
Journal LE MATIN Port au Prince, Haiti
mpagnie gWrale
Transatlantique
Le steamer Carabe parti
de Bordeaux le 25 juin est
[ attendu le 14 courant.
| Il repartira le mme jour
' pour Santiago de Cuba et les
ports du Sud. *
l>- suite de ntinaire sera
fixe a l'arrive du navire.
Le steamer "An'.tilles"
a Uu-.u Jacmel le 8 cri., re-
narta le mme jour pour
La G adeloup el La Marti-
nique prenant fret el passa-
ge s i our l'Europe, en tians
borl menl Fort de France.
Po au-Prince, le 1er Juil-
let 1U80.
L. LOBELlN&ro, Agents.
AilminMralioB Girale des Posle*
rAN AMERICAIN
AIRWAYS L1NE
Horaire :
''Hep rt | Lundi, \ endredi
me edi Pour Santo Domin-
go. S i Juan, Saint 1 borna*,
Georgetown Fort ol Spnir,
Paramaribo, etc .. 1 heuic
30 p. m.
Dimanche* mercredi, ven-
dridi (amiguay, Miami,
Uruguay, Rpublique Argen-
tine. Ht DdaratSan Salvador,
Balboa, etc, etc 9 h. 30 a. m.
Le Produit des Distilleries de la HASCO.
CF RHUM est le rsultat de la fermentation et de la distillation, d'aprs les procds les
plus modernes, scientifique! et sanitaires, sous la surveillance de techniciens f*"^*!
Sropsestra.ta de cannes mres points, qui ne proviennent pas d une seule ^.niaiide
tu.es les rgions de la plaine du Cl de Sac et de la p aine de Logane non seulement de,
plantations de la Hasco niais aussi de nombreux propritaires grands et pet.ts.e MLLANGL
ps mei -eues cannes de ces deux plaines, comprenant les plus fameux terroirs, donne au
wSJS^^f^KASwfShm Incomparables LA HASCO es. la seule entreprise
e ?hTlli capable de realiaar pareil mlange de camus A..eu. e autre distillerie non plus ne
SiiVae "ffr de poaVder un stock siconsidiable de rhum, emmagasic dans des foudres
Su il vieillit bien des annes avant d'aller la consommation. C'est ce qui donne au hum
Sarthe son velout et son arme toujours pareils.
(iOUTIZ ET COMPAREZ
feM li triomphe d une grande fntrei*riae agricole et indttatrjelleqni a fait tel preuves t
don' I- rtuseirrevocabUmem li a., prires et a la prosprit-du pays.
'I is Uandea M- ni es a boni, iile Le flacon de poche Le go on > emporter
Ci HET OK 0.otd\ al) G-.s7.ri, ---- 8&25'fig
, IMlVir; (K,d Val) Goes ...00 Gdes 3jo *** '
. |; EU .lut Seal 250 <> > <'''> W
1 bilimis ci l> ! ts. il ii .- / le prix de a/i-a a la Maison
W.'i AUGUSTE, Port-au-Prinee.
Vous y verrez voire cwanhme.
Colombian &le(imslu/>
Company Inc.
suturai SEULES
p-, (rt-
I
J '
r.
: i
II
les hommes tus*!
i
m
n
lai'
Toutes les Polices
DE LA

:
Le steamer Baracoa l venant de New York est
u oii-.i Pii ce vendredi 4do ronrant. Il leiaseral*
joui i i il n pour la Colombie, prenant fret CI
gei s.
Pcrl-ao Prince, le 1er juillet 1930.
Colombian Sleamship Company lie,
GEBA11A & Co, Agents,
tien i
mu K-
pa^ta*
VI
De plus en plus les hom-
mes comprennent que leur
personnalit dpend de leur
,attrait personnel-etquecette
attrac'ion personnelle est ba-
se ou contrarie par lache-
velure. Ils trouvent dans^a^l
l.'EXELENTO 3J
Quinine l'ommade
La combinaison idale pour
l'attrait et la sant de la che-
velure.
s j Une chevelure qui n'est pas
^* en w*nte ne peut tre attra-
it yante La Pommade de Qui*
ume Exelento est une prpa-
S| tion mdicale.Llle embellit la
j chevelure et la rend souple et
rouaresans auqnn-niauoii uc uiuji JSST: SS^
ajV ^^1 iui donne la beaut et la sant.
comprennent la Protection contre la
lua.ielUmtiCo
*
I
t~3
Agents Gnraux
m
En vente chez tous les dro-
guistes Foui 0,30 centimes
seulement, il est expdie u>
rception du prix.
fcAfcLEMiJ,Mt.iICINt
LODPAM
AILaMA, ohohbiA Ll.b.A
Agents demandes pour too>
Ml lJ-
| ivcrivaspour reuaeigneuienu
4
NYHBA AIR LINES
Luxe Confort Scurit*! Rapidit,
U iIuh qntmir (,oni|K(jyif.tdf latigatiea aerieaae
reliant lr-> dent Aairiquen.
V oyayez par non appareils
qui survolent toujours leur champ d atterrissage : La mer
De luxueux hydravions tout de mtal avec accommoda-
tions pour 22 passagers.
Service hebdomadaire entre Miami el Boeaos Aires
Dpart de^orl-faU-Pricce: Pour Miami Chaque Mercredi
a G heures a. ra.
Dpart de Port-au-Prince : Pour Buenos-Ai es
Chaque Vendredi 6h. 30 a.m.
PRIX
.Port-au-Prince
51.00EV"..,Macoiis. R. D. G. 26,00
115,00 Porto Rico 64.00
118,00 St Thomas 85,00
157,00 St Lucie 172,(0
*/0 escompte sur les tickets aller-retour qui sont
valables pour six mois.
Tous nos hydravions sont munis d'un appareil de radio
metteur et transmetteur et d un quifaxe de cinq officier
pilote, aide-pilott.n ecauuien.cptrateur de radio et steward
Nonssrions toujours heureux de vous tournir tous au
trs renseignements que >uus pourriez dsirer an burtan
de la Compagnie :
NEW-YOHK, RIO & BtENOS-Alr.LS 1IKE, INC.
Aigle dr hur> l.ai.le> lif^aadu-sn M>gxia de l'Uat
^ri- Priace, Italii, rktae lUii.
Port au-Prince
Santiago Or
Cieutuegoa
La Havane
Miami


Jeudi
3 Juillet 1930
Le Matin
4| pages;.
feoui^artNCfi N* 6732
Port-au-Prince
Tlphone ; 2242
#
...i'>
[^
donne de la force
Convalescence
Neurasthnie
Tubercules;
Anmie
U Cmh l< GLO OL
ugmer*' a foie ifUW
t rr.J ma f' rajeunit
toute Uul fr-. c bal
bplMM t ItW wtfuru/.
- .
ira
I Cours
Classiques
^.ri** n*tlrt*M
Vi','*".' 'i tj l*a. C*a4taMa,
tt-.e k*r*>
lia. d< m on
; t f. :.-c -ma
m^lfioo rapal.'le il* rrmpia
m iang4tM
Cl : miri'
ii^", ,ii-iii .iii, rnali< qu'il
: ..) lu ri a-.olr rc.iart
4 f 'ir, u moini liant lei ca
rfn|a. Bout a* cro.om pal
3 1a srothrapie nuliia
nfter, m une oule ne taa,
lr> f<~jnUal remaqi.aMat
i.Aor.ftt (\t tilobrol. Ko
titre 'l'un organisme re-
mcni-'. rtvivlBar, rf!
i*. t i. ioari A et lfiv
uii-r qi / iVrrore.
!>' M Giuimt.
fin .if i' *i tcirnti,
la.-'tat de lu Facult J
itfdecme v t-cu.
I ki'Utwmrnrt f i|a|t< >
fi.-ar m PtH
i uniM '>- rlApU ii- Parla,
7. ,na Va c..... , Paria. *
Itfli'l plUM IV* *.
_____ _r
The Hoyal Mail Steam Horn-Line
\r\ 1 i fs Le m/s ( Thrse Horn .
racket Uompanv wnt taJm,*, e*. at.#t>da
Le steamer Sca lilorv u vouant de Londres, Kingston et ^s le 5juillet.en route pour
du Sud est attendu fi Perl au-Prince le 7 juillet, prenant K,nr?on, Mo Domingo Cn-
trt vin le Nord pour Havre, Anvers, Londres et tous les ao, prenant fret et passa
l>orts d'Europe.
I. .1. BI"!IO Agent-Gnral
Tlphone: 2311.
.V2me PhilosophieJnclu
swement
j Mthode sreJSuccs complet
contrle enaque1 anne.
i tours du so%r pour adultes et
jeunes yens.
Covwt'ibiltt, ,Slnographie
anglaise et franaise, Ducly-
Ivyi aphie avecjjtes suciaiistes
pour chaquejursA !|
I Litseiynements du franais,*
Je lanytuis, ae l allemand, de
l'espagnol. Atthode sans
t'y u le.
Leons particulires de
Lettres, Sciences el Muthema
tiques aux lves uu en retard
ou ceux qui veulent yayner
du temps.
Cours de Musique ( Solfge,
Violon, Piano.)
tension Scolaiie, srieuse et
agrable, avec annexe pour
Etudiants et adultes.
iS'udresser Hue Lamarre 1^37,
ou tlphonez au Ao 3oV
poui plus amples renseigna
meiits.
L Institut T1PI ENHAUER
heconnu de iLnuersit
hatienne.
gers.
REINROLD * Co, Agents
.....
ALUMINUM UNE
I
i
<<;
Dparts directs de Kl v-OHans et de Mobile
pour lis ports Hatiens.
Un steamer laissera Ncw-Oilans le juillet courant, et
Mobile,e 7. directement pour *t au-P,inee. Si Marc et .es *&*+ 3u mt
ports du Nord. nu,es A|T #e Q ffM | ppe_
Port-au-Prince, le 1er Juillet 1930 mier jour et le malaria en 3
A. daMATTEISA Co. Jours.
Agents Gnraux | ti66 eu tablettes aussi.
A Louer
Lne grande ha ne Hue Bou-
ue lui auenauie uu bureau
du Notaire 11. fasquier.
iaiiicv-ri a a aux Armes de
Paris I.
BELLE POITRINE
en d-uz mois par les
ULULES OSIENTALRS
M e- >:! ipnent, faiTar-
[ooaal Mimi Ifrt aiD%
erl-. | i. tail i> <>-.'"4i daa
fjthuU ut Anna* * ar
jrvi ut MiSniipi flh
mlniMBMa r .iah
(4W .'. wriciL. 9dicMlf. I
J.Hint p>" 4.. H l'EcbirJw.ftf 4
ri 11 I
i II M el h
'.....* i lair-.i.cla*.
Choses
[Scolaires
o
Les examens enjvue'de l'ob-
tention du Certificat d'Etudes
Primaires ont dur- du lundi
23 au samedi 28.
Sur les tii2 filles prsentes
par les diverses coles de la
ville, 103 ont t reconnues
aptea pour le C. E.cR. 46
garons sur 75 ont t admis.
Comme nous l'avions pro-
mis dans Nnoire numro fie
Samedi nous donnona auj< ur
d'hui le rsultat des examens
(liilrs)qui ont eu lieu au sige
ue i Ecole daa h i res Ju Mrie
IjUUioux.t dont le i t-su liai a
aie proclam samedi matin
l'In&pecuou Scolaire su us la
pi vidence sueiale de Mi
l'Inspecteur telix iViagtoiie.
m Les laurates sout :
' Uaette Fontaine, Nomie
l'iiict, ui msi bede Euenue.
Uulca Ai manu, Leonie h-
douaid, Auuree Mu.tbn.nttn,
Mai le i-aureMart LlaiieAiun
(..lune belalour, Jeaune Isido-
1e, Denise l'eu us. \\ imim.
Uaraud, bimonne m Eibearu,
Margot Viuejouit.ei Vulauue
beaunarnais, Simonne Vail
laut, Lousiunce Higuud,Lyvia
Lames, Liliane Wieuer,M Higuud, Lmistiune Dsert,
Andre Leitbours, Mu ne Ib
rese Mulse, henee bermaiu,
hune lieaubere, Indu Lesa>,
Aune-Mai ie Vieux, Maiie
George, Denise Viliaiu ci La-
mille Viuor.Miruciu Feiuund
Denise blmes,,.lins,i^ne Knn-
pei, Jcrua Kahl, Anue Marie
Sylvain, Lise luiet, > vuune
Lautave, Audiee luiei, jutie
Ju-Jo&opb, Auua Fabieu.Ger-
truJe boiesse, uueie LaUens
Iet Jeanne Coupet.Andre Bar-
dnai, Rene Gaston, Esiher
Beabtiis. Rete Audouin,lrma
Doucet, Garmen Churles,Car-
men Faench et Mai celle Hi-
guud, Clara Glcstiu.Gabi elle
\rcher, Fernande Laroche,
Carmen Louis-Jacques, Ni*
notte Volcy. Germaine Gelu,
Anna Lecoule,Denise Godlioy
Anacaona jbi-G(iaud( Jeaune
Cavanagh, Yvonne Zamor,
Carmen Liluvois,Y\oune Du-
thalelur, lues Bai lit), Felicie
Dortly, Lucienne L.'.Josepb,
clcauibe Jean, haymoude
Huevihe.j Allagiace baron,
Anueite Limousin, Andremise
Fonuna, Adeline L. Joseph,
Yvunue David, Elviia cracia,
Auneune boige.
Le Jury d'examens tait
ainsi compose; Melles Ninie
Noisette, Irai cuis ; Manette
L pitnt, uinbtniiique ; Aun i
Viard, hisloiie et geogiaphie
d'huiti,Marie Bayaid, u.mi u
non civique et morale, Leiia
Liiti isou, hygine el leons
ue choses et xVime Emile Aiar-
telin, coutuie.
Le Juiy eiuit pisid par
le bous-liispccieui Ll. Pothel.
Nous uounerons demuiu
Us iioms des (lunteais des
aulres |uiys.
Balle louer
. ,,Rue couine.
i.^Sauitsse
M. Lh.N. GAETJENS
w-. [Aveodreft#>1
Pour cause de dpart trs
bon compte uue automobile
Sludebaker six Cylindres en
lis bon tat, pneus eu par-
tait eiat.
Piirede s'adresser au Bu-
reau du Quartier Muitre de.
la Garde U'rlaili ou tlpho-
nez 3112.
RAFLE
De deux Voilures FORD neuves,
AUTORISE PAR M' LE PRFET DE PORT-AU-PRINCE.
8>0 'HillelN CABRIOLET WITH
FENDERS VVELL
I DoO
%i;.

2me LOT:
:i Ihl. le Bilht

TUDOR SEDAN
Pour permettre tous d'avoir une Superbe et Luxueuse Automobile FORD bon
march, nousjavons pens cette Ralle consistant en DEUX LOTS :
1-. UneSupbr Voiture FORD CABRIOLE f. 2 places a van t^et 2 places a l'an,en. tapote convertible, 2 pneus de Rechange sur les ailes avant. DERME CRI.
Mme LOT : Une Luxueuse Limousine TUDOR SEDAN deux portes. Coniort et Suspension remarquables.
1er LOT
,/
4
Le tiraae se fera ds que les Billets seront vendus.
Le tirage sera tait oar des personnes prises dans le Public.
Essayez votre chance en prenant votre billet aujourd'hui mme
Les Billets sont vendus en Province che^ tous les Agents de FORD
A Port-au-Prince, passez la HAITIAN MOTORS S.A.
GRAND'RUE ~ TLPHONE : 2379


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs