Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04043
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 27, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04043

Full Text
I
Clment Magloire
OIRECTEUR
1368, RUE AMERICAINE 1858
TELEPHONE N2242
Hme ANNE*. N#l
-r-
A PROPOS
DU SCANDALE RIGAUD
La dcaeeralie r.nt \.< mecratir
a l'est pas fa ment. Mais pri-mirr-
ntcVsl raSwnJissrnpiii lall
l'eiprifice bnmaioe. H tlenvein
est dmocratie, aristorraiio, al
lecraiie... Toiles ce a entier -e ya-
lelt. Il a'v a qu'nao bonne i ait*
t'est .la ti'tesratie cenilioii qn'ii
yait niches.
CMtfcMlAl
SAMEDI 28 .lUl\' 1930
"
La Fte
tles Mres
oJ
Les Publications Parlemen-
taires mritent d'tre
* contrles
Notre ami Ernest Rigaud,
en s'expliquant avant hier
dans le Temps au sujet de la
uesbon qu il ii souleve au
onseil dttat, a prcis D'a-
voir jamais dit qu'il y avait
nne loi de dcembre 19.'5 ;
mais qu'il a parl d'on pio-
jet de loi sur les domaines
qui avait t dpos sur les
bureaux de cette assemble le
7 dcembre 1925.
Il ne s'agit donc pas de la
loi dont il a t question dans
notre ditonul d hier du 23
dcembre 1925 et nous re-
&rettons que l'observation pu-
lie dans le Temps ait con-
cid avec no*re editonal.
Toutelois, cette obse vation
et cette erreur n'enlvent pas
!eur intrt aux coosidia-
tions que nous avons expri-
mes. La seule rectification
que nous ayons y taire con-
sisterait dans une substitution
de quelques noms, notam-
ment celui de M- Tbimot
Paret, alors secrtaire d Etat
de la justice celui de Mon-
sieur Emile Marcelin.
Mais ebose curieuse : en
contrlant nos prcdentes
recherches a la lumire de la
'nouvelleobservation de Mon-
sieur Rigaud, nous nous aper-
cevons que, comme le procs-
verbal de la sance du 29 jan-
vier 1926 o lut vote la loi
dont parle ltig..ud, celui de la
sance du 23 dcembre 1925
o fui vote la loi que nous
avons signale | ne se trouve pas au Moniteur
C'est mme la uue des cause
de notre cireur.
Est-ce une nouvelle affaire?
Ou bien s'amuse-l-on, aux
archives du Conseil dEiat, a
crer ainsi, de temps en
temps, des lacunes dans les
pub ic lions parlementait es?
En tout cas, uou-. soumet-
tons cde question la Com-
mission d'enqute du Conseil
l'Etat et lui demandons de
taire aussi la lumire sur le
procs-verbal manquant,
a moins d'erreur involontaire
de notre part, de la sance
du 23 dcembre 1925.
Une dernire observation
|ui justifie qu'il y a un be-
soin d'ordre introduire daus
es travaux et procds des
archives du ouseil d'Etat :
Notie ami Ernest Rigaud
uous dit que le projet de loi
qui l'intresse a t dpos le
i dcembre 1925. Nous vou-
lons bien len croire, mais
voici ce que nous lisons au
proets-verb.il de cette sance :
M. R. T. Auguste : J'ai
I honnt ur de dposer le projet
de Ici suivant. Je prie M. le
Prsident de me donner acte
du dpt de ce projet.
M. le Prusident : L'As-
sembiee, Mr le Secrtaire d E
tat, vous donne acte du dpt
de ce projet qui sera envoy a
l tude de la section -comp-
tente. i>
Comme < ce projet n'est
pas reproduit au procs-ver-
bal, le lecteur avouera avec
uous qu'il v a l un manque
de prcision bien fait autant
pour obliger M. Rigaud a ta-
blir qu'il s'agit l du projet
dont il parie que pour embar-
rasser ceux qui dsirent sui
vie dans les documents nos
travaux parlementaires.
A propos de la diminution
de la taxe sur le tabac
et l'alcool
Notre confrre a Le Nouvel-
liste annonce que le Service
des Coutributions n'a pas pu
s'entendra avec le Minisire des
Finances au sujet de la diminu-
tion apporter la taxe sur 1 al-
cool et te tabac. Il parail que
ces hants fonciioauaires du Use
ont discut avec le Ministre de
denx heures de l'a prs-midi a
dix heures du soir, et en pr-
sence du Charg dAfiaires des
Etats-Unis d'Amrique. Noire
confrre ne du pas quelle lut,
en cette circonstance, l'opinion
dr M. Grummon.
Le Gouvernement se laisse
mettre dedans athrine Le Nou-
velliste . Uue chose qui para-
tra certainement nouvelle c'est
que nous ayons I air de prendre
contre notre confrre la dlense
du Gouvernement. Mais il faut
been qu'il le sache, .les amures
d'un peuple ne se traitent pas
aussi tac le ment que celles d'un
"ijlP14 particulier. Et dans celle
affaire, le Bureau du Conseille i-
Piaancier qui a le devoir das
aurer nos recettes pour nous
partner un Budget dficitaire,
Bon moi a due at mot qui,
dan* lu haltnca, a son poids.
L'essentiel est qu'il ne faul pas
dier trop vile. Ou risque Ue loui
embrouiller. Li Gouvernement
Papt bieu euvuutger ceue ques-
tion, poser les pieujieiea bases,
et Lisser aux uuauibiea i*ejps;
latives le soin de rsoudre le
problme. Ce qu'il aurait de
mieux taire, ce serait de hter
le vote de la Loi lectorale, pour
noua remettre au plus tt nos
institutions nationales et ne pas
s terniser dans le rglement de
questions pineuses qui, disent
tes mauvaises langues, n'est qu'-
un moyen de d'ourner l'atten-
tion publique de la campagne
lectorale qui, pourtant, devrait
tre ouverte ds le 1er Juillet.
Pas d'alibi. Chaque chose son
tour. La loi lectorale et les lec-
10ns lgislatives d'abord, et ce-
la en stricte.conformit du Plan
lloover. -
DEMAIN SOIR
A 5 ha. 1/2
MATINEE TALDY
La Maison
de la Haine
8 partie*. 3e et 4*> pisode*.
Demain ce 9era le jour des
rares...ce ne sera pas leur tle.
L'inquitude son joug les a
pour toujours soumises.. nos
musiques ni nos fleurs ne sau-
raient les en dlivrer.
Des le premier berceau, et
peut-tre la premire poupe, 'uite perdue des autos
elles ont commenc, trembler, sous le crpuscule fcatif.
Oracje
Tropical

Washington
A Mme J. Afayloire
Sur le papier bleu du ciel
Dieu, ,
d'un revers de main
n ren\ers toute son ancre.
Pice d'or norme,
le soleil, l-bas, se noie dans la mer.
In vent intermittent
soulve des tourbillons de poussire.
etee- lui par la suite, leur seule
et sainte raison d'tre. I
Elles ont trembl en nous en- .
dorm-mt Do/enfant do Si mo-
notone la musique, et si simples
les mots, -.. est dans les voix
donc, que ph-urcni les berceu-
ses. Dot l'entant dot Fallait i1
vraiment toutes cette tendresse
alarme, pour dcider nos pau-
pires a convoquer Us songes ?
Elles ont trembl pendant nos
sommeils, car l'immobilit des
en'unts, leur silence, et leurs
yeux trop longuement termes,,
tont rveries pauvres mamans
des cercueils de satin, et a
l'ange de pltre ag nouille su> i
les petits c<> D'Haro blancs. Iv
alors quand elles n'en peuvent
plus, disu lment,humbu mjnl,
de cent baisers apeurs, elles
mendient ei htent nos rveils.
Et elles se sont remises
trembler... pour rien, unique-
Jazz-bnnd les klaksons.
Ce soir.le ciel est un alphabet Morse.
Pluie diluvienne.
Cari BROUARD.
MENAGERES!
H"ur teindro tous tinsus :
* LAINE, COTON. SOIE, te...
4U'u<]D produit D'gal
*U MAMESUE'
Fn ip.;A T-vrf .t'i-Pr-trt r*ir:-!::: W. Bt:CH
l'naftuack E.iwm l'KHOU, 41. (** va "'
cl Contes r-Mirr, nii-vns le H*1 i
frMMlHmi fT'ir il ! franco HHiamff Jmm#t
. V C FERCOO. ASNlf RKS (j.lne) Fraaa
ii ii i m
Lettre de N. stimson la t ommis-
m des affaires etraaare**
Washington, 20 juin. Rfu-
tant les assertions de la com-
mission snatoriale des affaires
trangres, qui prtend tre au-
torise a consulter les docu-
ments relatifs la confrence
navale de Londres, le secrtaire
Stim'on vient d'adresser A la
commission, une lettre dans la-
quelle il l'engagea baser son ac-
tion a l'gard du trait, sur les
termes du trait lui-mme.
Le secrtaire d'Etat, dans sa
brve missive au snateur Ro-
rah, prsident de la commis-
sion, accuse rception de la d-
cision de h dite commission.
Il ne parle pas de transmettre
la commission les notes
thiinges rnlie les puissances
et qui ont abouti aux pourpar-
lers de Londres. La. commis-
sion, dans sa dcision, ne de-
mande pas la communicaiisn
' des note* m question.
Considrant l'incident clos, le
snateui Itarah a convoqu pour
lundi, une nouvelle runion de
la commission; il espre pou-
voir, alors, dcider de ce qu'il y
aura lieu de luire a l'gard du
trait.
Trait Naval
quer nous n'avions pas droit.
ht cei aprs midi de dfaite
quand nu re'our de l'cole, le
linge pn lambeaux, et nos yeux
pochs, racontaient que l'autre
avait t le plus fort .. Vous
n'avez rien dit,mais comme vous
trembliez mamans aflolles...
Depuis nous avons connu d'au-
ment parce qu'il a paru que la jres dfaites, et combien plus
veille nous tions plus joyeux, cruelles, mais nous vous les j
parce qu'agac le chat dont nous avons soigneusement caches,
tordions la queue.d'un coup de derrires de taux ourires de vie- Le secrtaire SI m son rffnse
patte nous a tait lcher pise.. tojre, car nous devenons des! de roiumuinquer des aates
ou parce qu'en tirant sur la mamans notre *our, mamans > o confidentielles |.
nappe nous avons culbut dans quand vous pleurez... I Washington, 22 juin. Le se-
nti vacarme de vaisselle brise. Nous vous marchions alors cr taire Stimson a relus de
Plus lard, c'est la classe L'en- snr les pirds, ..vint l'Age de vous communiquer la commission
nui devant le grand tableau marcher sur le tur...ei un soir snatoriale des aftaires lran-
noir... le dsir tyrsnnique d'tre ja tenant par la ma-n, nous soin- gres une partie des notes con-
dorloies, et de chanttr .Au clair mes partis pour I avenir, avec fidutielles changes entre la
de la lune et Malborouqh... le ];, compagne jolie, choisie sans Grande Bretagne et le gouver-
regard sevte du matre qui re- vous par notre cur ingrat. Au nement amricain avuntla con-
trne les lans. seuil, nous nous sommes un ins- lrence navale de Londres.
Au logis un cur inquiet, tant arrts pour vousembrasser, Dans une lettre adresse au
Une i nne. compte les heures.., 4, promettre que nous serions snateur Borah, le secrtaire
dsormais, deux a vous chrir... dclare que le prsident estime
Un seul suffisait bien n'est ce que la communication de ces
pas V mais vous ne l'nvtl point
dit, et vous nous avez souri dou-
loureusement, en regardant vos
mains vides, uses par les ca-
resses et les soins. Ht ce soir l
le souvenir a d vous mordre
jusqu'au jour
si longues... mais qui lont tant
meilleur, le baiser sonoie du
retour... Et les gronderies sans
conviction... Encore un bouton
qui manque a l'appel "' le syl-
labaire corn, et les doigts l-
ches d encre !!!
Un jour nous avons appris
pour vous les dire mamans,
deua strophes de tendresse,
Mais nous vous revenons
notes n'est pas acompatible avec
l'intrt public >.
M. Stimson a cit George
Washington en retusant de
transmettre ces documents.
h- secrtaire a cependant
communiqu un mmorandum
belles comme des prires...raais quand mme a chaque blessure
a l'instant de l'preuve, les mots de la vie... Vos cheveux blancs,
sont retourns aux livres... et les ridt s de xos tempes, et votre
nous n'avons plus su que dire., voix casse... ajoutent une dou-
h'i devant vous... et les mains
dj |ointes pour commencer...
Vous avez toute de suite devi-
n l'etiroyable contusion... Bbh !
cela viendra mieux uue aut're-
loik 1 Et nous avons touch
qu*id niins, le bon baiser au-
ceur inconnue... 0 la berceuse
ternelle de toujours Do l'en-
fant do Et vos grand bbs,
une lois de plus, se sonl endor-
mis, mamans, eu se sicant le
poing.
H. CONSTANT.
confidentiel qui, dit-il, rpon-
drait dans la mesure du possi-
ble aux questions contenues
dans la lettre du snateur John-
son du '! Juin.
Aprs avoir publi cette lettre,
M. Slimson a dclar qu'il tait
ridicule de croire que ces pa-
piers confid ntiels cachaient
qt.elque entente secrte ou
quelque indiscrtion des dl-
' gus fctniirains.

Les repas
Ont un meilleur got
avec 1- ironxage
emiicalu KttAFT
A l'picurien qui n'a jamais pens
manger avec le i routage il y a une
dlicituse surprise la premire bou-
che du dlicieux fromage amricain
Kiait. A ceux qui ne eoat pas jii.iic- a
relever le got de leare meta en a jou-
tant du Iromage, le bon -magt.n:i.-.
ricain kralt leur appuruj-a un got
netireau & chaque OMt.
I^e Iromage amerieaui kralt prpar
Il esl pasteuris iioiw la puret et lu
pix^erta non et soi0neu veinent elivtlup
[)< i.t- noiit.i6e aiMiiel cmitiuque-
ll.flll cli\eiu|.j C. j/M-s (le gttpliltt^y lit
uiorceanx ou Uc parquets, iui de
croule. Proic6e pu ui; pap| 1 ot me-
li qui iiiaiuuc.il c lu ,11c ooacuee.
iiaicacel uumiilc.
Votre picier a te Iroiuge luiricain
Irait, uemaudez-lelni. Mideuieatre.
avec les plats ou servi en tranches ou* &*** e"jur Ja mr|4M de ...,,,,11.
cnbe, ajout* uue laveur delicu
aux Acte. Il citasse ifeutc la sa>eunif '
autres mets et il ei i< i-n fine sain et
m>arrteant.
Klv.-Vll Clla.i.^,L
UistriOuleur:
'aWiey i>ale CorpOi'tttloU.
For-au-Pnoce
KEAFT
I
... vit, en passant, hier soir,
aux Caves d'Hati 01*1 pha [m soif
elehnque midi les 1 -
faires vont prend
tail, quelques clh l I
labl tsemenl se | in .1. 1
plus en'endie, que temps, l'ortopli i( In V -
trola, qui, vendu 1 \\ >t
Inities Trading Co lie
de tous, et mme il pussanla
qui s arrtaient pa pas*
ser pour savourt 1 on joli mor-
ceau. (,)ue l'est-il pass< ? L
bel appareil es'il dj hors de
seivice? Ou bien Florville, l'ai-
niable propritaire .1 'il resi
d'aimer la musique '
.1
faisait sombr<
Il 11 v :i
dne ait-
pas de lune colle
pendue notre ciel, ft
diiit donc dans un 1 n qui
n'eal pas une voUon 1 ublique,
maie appartient A l'une de* plua
importantes compagnie tran-
Kies de Portau Prince. Natu-
rellement il pans 1! qu'il ne pou
vait tre reconnu de personne*
Aussi nous voyant, cria l il
Je vons V'M-. ,\ 11 n,
mais vous, vous ne nu- voyez
pas.
En quoi il te troi il 1
malheureux, n'est-ce pr lohn
*
... a vn.aucoin tin Sacn Lceor;
hier soir, vers les neuf heuies,
une petite dame brune el lan-
oue use qui caosail avec \\n
Don Juan trpidant dont on en
tendait les propos en passant
11 parlait si nain, que ' petite
dame discrtement appin e I
grille du Sacr-Cur tout en
savant pourtant de donner
l la rue, ce qui tnit impossibli ,
'lui disait, de t. mps en li m
Mais calmes vous, un 1
nous entendre...
Lui ne sernhhii pa vouloir fte
calmer.Car il'ivait l'air d'irt
moins pour sa joie personnelle
que pour celle d cire vu par ceo<
qui se trouvaient dans le 1 tu
^nombreuses voitures qui n 011-
'tent oudescentli ni les deux :iv< ^
'nues qui vienoenl se croiai d. -
'vant l'glise du Sacr-Cur.
a rencontr,
de
hier, dana la
rue, un de nos amis qui ira'
vaille au Service lechnique d'A-
griculture qui avait l'air ii s
calme. Comme des amis l'lon-
naient de son online, il l* onnu
lui, deleurnervi n nul. ques-
tion de la fermeture du Service
Technique lait dj dans les
mes. Mais notre ami qui ignorai!
tout ce qui se lisait, clata de
rire lorsqu'on lui et appris la
nouvelle. Puis il expliqua qu'elle
tait lausse et comment elle ne
pouvait pas tre vraie. Passe
alerte. Tout le monde est d'avis
que 1 on f... dthors les experts
inutiles et qui parce qu'inutiles
cotent des foi lunes a la Rpu-
blique, mais il va les hatiens
qui travaillen dans te service,
et ctux-la, il faut qu'on les tante
tout prix.

... a not, avec des crispations
de tristesse aux paepites, l'tat
dplorable dans lequel se trou-
ve le ruelle Sa 11.1 Martin. Cet
tat sautait d'uuant plus aux
\tuxuu monuni o y passait U
riotosion dei*< tiavi del l'clt*
L,tu Saint-Ji m ph pour se rei>-
die ao beau rt| osoir qui avait
t organise pai Ja diitition de
l'Asile Commuta iNotrk (1 il
venait avec plaisir laUu tuistia-
t on piibiiqne tccordei l ne se-
cond d'attention a cettt 1 ut Ile
3ui thi dans un tat qui ts.1 du
fi crhudiloqucnt aux rgles du
l'hygine publiqi
... a en des regards tout sp-
ciaux, pleins de reconnaissance
pour les canes et les ,euut?*
ollts qui bvaienl lalis les
duxrt|tstli> o* lliibiiluiicn
dtsFilK ^e 1. ^s^east, et de
IAs.it (on mui il Lta uhgitn-
ut} 01 t-iis.-i 1 tt la tcuip-
teiitt o iui. u.ii.- ptiiMs ie
qui mis a m. 1 i< ittx i. tr-
veiius i|U* l*Ul 11 u.ci.ut 11a
eeeetut nausuxer.
i


P
.-r-*oi*.-i """ v*.*vJ5l
L MAT^-a Juin 193(1

A** .
PROPOS POLITIQUE
On rftiu rud< ui-i.i um .1 Ayant c ldeN Loni la o*ai
frais pour recevoir la Commis- que piu nom occasionner uo
sion Forbe ; sa rcepttou lui ire trou remarquable uidilleren-
une longue ovation, ce, lui du munis n a pus eu k
L'accueil i ut a la Commission Iruie couraga de se taire. Et su
Moton a t i indiftertnt, n'a pas pu se resiguei a aire les
au contraire.
Si iudiller'- ', malgr l'impor-
tante mission que cette* dernire
Commission csi charge il oc
complu qu un coud re a ci u de-
voir, en des amcies ncessita,
trouver des, raisons pour espli*
qu*r notre altitude cl lu plir,
ai tnrese pu wjii. Noble tacbe,
en vnl, que celle i!>- vouloir
ettacer la blessure laite au cur
de nos congnres uorri-Jineri-
cains, venus parmi nous muait
d'une incontestable auloi ne nid.s
avec, paralt-il.U'i meilleures in-
tentions du monde et des senti-
ments trs cordiaut.
Bien que je ue ol uullemeu
couvaincu ue .<.> dente de
raisons allgue pai lecoine..
en question pour ; i oduue 11 II i
recliercne, il me ..il cependant
de rendre un h> utnage aau* re*
Mrfe I l'esprit d droite poiiil
que et de haut souci de ioli lt
nationaux, qui u mo.ive I pu
bl canon du.ie Dalle soie ila.
tides qu'il nous a Ole donne Ut
lire.
Pourtant, s'il tail question dt
rechercher les causes ayant pu
dterminer qu'une si louable in-
tention que celle de noire con-
tre re ait pu provoquer dl li
part ce que je me permettra
d'appeler une explosion de lo-
gique d'accrocs ei d'occasion, oi
ne piiUiruii smiin doute tes tru
< tf que d. ns U tau q e je \ ai
HMevef, aussi bi vtmeti qi><
possible, de mettie n lum r>
H taut onaidrei que t<> i i
nos Biio lU i oui | oui K nu
ment tend ut ai s un j oint qui
n'est autre que nos in rts po
litiqoei particulire.
lis lui s. la quw tion \t ltc
tions lgislatives el pr idenli l
les devient l'unique mesure
Uquelle il convient denqjpoitei
nos actes et nos paroles.
Il est ais.dans ces cooditions,
de concevoir combien pnible
autant dir. impossible il de-
vient un journaliste qui es
doubl d'un bornai, potlliqu
appartenant un groupe, de
me lie. nettement une ide o
une opinion l'exposa n s', n
ner, en l'aliniun d ce fait a
pat li politique ftuqut.-] il ap|
tient, la sympathie deslecteui
parlementiiires ou prsidentiel^
A plus loi le reieon doil-m
tre prudent et a Iroil quand .1
fritieexprimes pourraient d
plane des > heli de groupi
tnents syndicalistes, prsident
d'associations existantes ou Bell
ves, les leaders pour emplo
yer un mot la mode, grand
ventes qui uoui retient piejuui-
cier ses intrts, il aeal tout
de mme mis en peine poui
trouver des explications pou-
vait tre utile a ia cause natio-
nale-. ;jt.
Si une proposition venue ut
moi eiail susceptible dette piis,
en considration,je deuiaudeiais
que ce coulire lui ielicii.
Mais je ne bug >e poini de
rallier les loule.s a mes ides :
jeat inainieuaut devenu irop
uigaires.. Encore moins dsi-
r.usqe uouiier une dueciiou
1 opinion publique : ceux qu.
ont la conscience, drode ne corn
ire ment plus neu a uue ttlli
a-tioii par ce ieaips d'itnotcibte
des uns ei de noublauie deuia-
g igu des au les.
Ii vaut uouc m eux nie bo
1 u la ire icssoiur ta irai*
vrit a propu ue la 1 ode re
eeptioo laite a la tommes.ou
dmoN, me Ul*aM 4U0 |. 11,1,,
1101, aucun mieiCi a mnager
et qu'au surplus, | ai la couv.c-
Lo 1 que toute niciae pone un
ueurcux bur, t Oj ta.d.
Et cette Vente peut s expri-
mer ainsi :
La commission Forbes nuu-
tait venue po.tam dans s
il me* la tempie contre B01
10, le Conseil d'Etat, les beue-
dciares d'e.uplois publics, en ui
in,
rtorno a t ri tnpla , le Co
ed d Km! s e t li .tus (> m , h >
ilplOtS publies sol en da.
e, mains.
pm s l ires dhier, le
>eik guida.d l opinion ni
ianl les tontes, organisant d>i
le 1 lions, aot tel b.-o- li
1 rea d'aujourd bu.
La Commission Moton n
rail plus rien taire pour eu>.
_,eurs vux taient accompli
(uand celte Commission debu
I a.
1.1 malgr que cel beureu
inl de choses soit d au moi.
Client des tudiauts de D..
uien, qu'importent Damien 1
. s grvistes tiers, hros d'u
Ul ?
I. heure des dmoostrat 01
-t iiotiqu s est pri.ne depiit
es heureux changement o
as. Vive c lit K la 1 ipi illi h
II eui e Des campagnes lect
aies Des souscnpl 0 s !
(irviste l Damien Vu.
lu / pourtaUi une iorce sain
t organise dont u-i gouverne
lient conscient t rt pu se servi
leureusement. Voua suritx
s prpaie la rception qu I
ouvenail de taire la Continu"
sio; Moton
yer un mot 11 111 moue, Kinuuaroiuu .'">
meneurs de loule, leur heur.l Jetfues, li rs, enthousiasIeRe
exploiteurs loi undablea. .ymx, nl-on pas fl ienti
La question des i,.ta:s 'e
cJi'cun domine tellement J'ac-t,
tualite. politique qu'on i>i ut om -
later que d'autres tontires.doDt
rauto.n< de la parole aiderait
johunni .'. solutionner l< prb-
b ro< iK " pur 'e t1 IU H"ovu,
iu> lODlflviit mot des questions
les plus importantes pour la
aalneoreuse raison quils tiou-
v. nt leur lot dans 1 qui st 1.1
ou qu'ils esprent eu mer pro
chainemeut partit- grcs BUc n-
cours clandestin demis assis au
rtelier, Amia de i ur paudidat
si ce n'eal de leur candidature.
Aussi bien, ce silence dont il
1 uni taire un srieux grieP ceux
qui en sont coupables, est enco-
re la meilleure raiaon d appr-
cier le geste du coulire dejla
1 a use Moton.
de Vous opposer, comme um
.gue, a lappeln grandissa
es lares de la dmagogie ?
Vous avez t pl-.ni dsorga-
nises, h sems , puis Lisss
pis moyen d'action.
bit c'est aux dmagogues qi e
10ire gouvernement a tendu ia
.mius. Grandis de toute la ma*
. 1 dresse gouvernementale et di
venir, par I clipse de votie
I uupiueut, les grands mal u
lu |our, seuls capables d'orga
iinui ira mamleststions , g.n
lin nupor 1. que la Commi>>
ion MOToM lui bien au maire
eue ?
Voila 'oui amplement p^oui-
pioi elle a connu notre appa-
rente inditlrence.
Et voil la vent qu'il cou
vient de dire.
CEVE
Choses
Scolaires
Les examens en vue de
I obtention du Certcat d'E-
'udes primaires, commencs
lundi matin ont pris fin hier
a 11 heures Ptionville.
Ont t reconnus aptes a
recevoir le C. A. I. les lves
suivauts: Guions Augustin
Au nus, Hernaid Ongne,L)os-
sous Thimocis, bine Euslu-
clie. Fuusuu Einmauuel, Ger-
inaiii Denis, Kiboui Edouard,
Louis Danta. Ulysse Luc.
F1L1.KS : Leune Dorc,
lieorgetie Alcin. Marthe A*or,
Denise Antoine, Franoise
Dumornay, Aune Lacrte, Ho-
uunue Lacrete, Lina fiasy-
buie et Marguerite Trasybule.
Le juiy ciaii compose du
tire E mus, fianais; eide
Djrce.aiiihuielique; Eeiuand
51 Surin, arpenteur geoiuirt-,
.nsioire et gographie d'il il.;
Dr Leou 5c|ourue, bygiue ei
leon, do choses, le U. i\
Mouiaigue, liistiucliou civi-
que et morale.
Le jury a travaill sous la
piesidcuce du bous luspec.
leur U. Ho.bel assiste de Mr
Luc Lacrle, Magistrat Com-
munal de t'etiouville et Lie
sideul de la Commission de
'surveillance scolaire ue cette
.ommuoe.
Nos compliments aux Lu
I s.
Dans notre uumcio de
unJi no s donnerous le
tinpte-rin lu des examens
e Hori-au l'rince.
i
A propos de la prtendue
fermeture du Service
Technique d'Agriculture
a LE NOUVELLISTE EXAGRE.
LE NOUVELLISTE de jeudi portant des experts que pont
annonce, en grande manchette,* rclamer leurs bourses nous n
3ne le Conseil des Secr'aires
Etat, dans sa sance du 0 Juin
courant a dcid la termetnc
du Service Technique d'Agri
culture. Ce serait une mesure
tiiut lait inopportune et oui
1 priverait de leurs fonctions des
centaines d'hatiens comptents.
i Nons sommes, nous, contre If s
experts et ici m.n<. plus eu s
reprise, nous I avons 1
loi:,que I** |nunes-j( s le Da
muns s'*aien' mis en g'
tant lontrt 1 ombre Hop nu-
leur avons pas marchand no'n
concours. Nous sommes cond
du Service Ttcbmqut
u pal contre I Institution. E'
nous allions ce matin mme es
poser ici les raisons qui prou
veraient que le Gouvernemen1
a tort de pr^ndr.? cette mesur.
[Ue nous emes lu bonn
l i.iu.ie le remontrer M. D>
noi es Vieux, le symuaih qu.
Ministre d.- 1 \a icHure,
Le Min lire Vieil no is a di
DM vrai que le Ser-
Le Monde
MAKI \GE Jeudi aprs-midi
1 cinq heures a t clbr a la
.. ou-.les Missions le manige
civil de Mm- Vve Henri Uer
houmieux, ne Marie Dliasine
Nelson avec M. Elie Toussaint.
a-s tmoins .aeul Vt.Vl. Val
'ius Vaval, Koncrt Housse u.
loruce Mi i fort et tlore le Mis
il ()our le mari; MM Lon
lauiaud, Louis lilauchard, J 1
eph Adam et Sedan Vi.irioi.it
our la marie. C'est Vlonsieur
i-r.iaiid Lon. Uticier de I Etal
iivil, section Nord, qui reut le
onsentement des poux.
En l'glise Saint Joseph la b
ldictiou uupji.'tle a t donne
e matin au nouveau couple qui
ivait pour marr ine Mme Tib-
Zp'Miin Bell et M Constan-
m Miyardpour parrain.
Nos meilleurs compliments
iux nouveaux poux.
Dcs. Nier ap's-mili,
si mort M. Diogue Lere-
l'.iurs, ancien Sen iteur de la
Rpublique, et membre Ion-
latcur de l'Ecole Libre des
sciences Appliques.
Les funrailles auront lieu
tel aprs-midi, 4 heures, en
glise du Sacr ..ur de
f ii'geau.
Nos c nio'ances aux fa-
milles prouves, particuli-
rement Mr et Mme Etieuhe
IJouraud.
' ..MM
vice Technique ait t terme par
e Gouvernement qui serait d'ail-
eurs dans l'impossiblit de
prendre une. telle mesure tandis
('il y a ici actuellement une
Lommissinn prsidentielle qui
tudie la question. Ce qu'il y a
le vrai c'est qu'il a t faire part
. M. Colvin que l'Ecole Centrale
le Damiens, il y a une diff-
ence et tis grande, tait
journe jusqu' nouvel ordre.
Le n'est qu'une question de pro-
gramme retondre, d adminis-
tration amliorer qui a port
le Ministre de l'Instruction Pu-
blique prendre cette mesure
qui avait d'ailleurs t envisage
aussi par le Ministre Price.
L'Administration dn Service
Technique continue tonclioa-
uer comme par le pass, et avec
elle, l'enqute que mne la corn-
mission Moton, et dont Isa r-
sultats, nous l'esprons da
noins, seront profitables an
Pays.
Voil l'tat exact de la qnes-
tioa. Notre conlrre LT NOU-
^ E .1 1STE, une lois souwe a est
opj, ei rodraia toutes les
aiies lois c'est ue ooune toi
|u'il I n fait...
Sensationnelle


'
La nouvelle Dolge Huit en
ligne est une valeur sensadon-
nelle.Elle a un carburateur lowu
di- .li, une p >mpe mcanique
gazuline, un nettoyeur d'air et
i um e une puissance ext.aordi-
naire est lournie par ses 220 pieds
cubes 7 de dplacement de ses
pistons, l'action proportionne
de ses 4 gros freins hydrauliques
l'preuve de l'eau.
Alors considrez les avanta-
ges de conlort, de luxe et dt ga-
rantie de la double action de ses
pioigt-chocs hydrauliques, les
coussins geniesoreilleis.bon ex-
quise dsignation moderne, tm-
pa temenl long, silencieuse, el la
canossene d'une seule pice, n
acier. Ainsi la .somme de tous
ces traits un tel prix ue peut
tre dcrite que comme une va-
leur sensationnelle.
CHRYSLER MOTORS PROPUCT
346
KXEEiTS GARAGE
Distributeur
RUE PAVEE PORT-AU-PRINCE ) HATI )
PI10NE: 2318 a 2.34.
ifai -,
Comile
.
Aleiaadre Pliou Sinmn llijar
Il est agrable a no"le Comit-
de laire part au public du large
concours promis par Son Excel
lence le Prsident de la Rpu-
blique notre uvre de haute
reconnaissance nationale et de
solidarit internationale :
Portau Prince, le 3 J un 1930
Le Prsident de |*. B publique
d'Haf i H
C(i 28
An Comit \iPx,r(fjrp p^|,on__
Simon Bolivar.
Monsieur le Prsident,
Monsieur le Vice Prsident
Jailu avec le plus vif Intrt
votre lettre date dn 28 Mai l-3ft
dans laquelle vous me deman
tl'Z mon concours, pour l'uvre
minemment patriotique e' hau-
tement qualifie pour resserrer
les liens d Mfnili mit- II m et
les N lions Surs de l'Amri-
que Latine, de la g'onfie.Uion si
mrite des grands noms d'A-
lexandre Ption et de Simon
Bolivar.
Mon concours le pins large
vous est entirement acquis, et
I- souhaite que votre g-nereuse
et b. Ile initiative >en o < plus 1 omplet succs Bupte- de
? ux uvquels vous p ns. z vo. s
ad esser.
Je vous remercie des paroles
logieuscs que vous avez eues
pour ma personne et je vous
P'Ae d'agrer l'expression de ma
lis haute considration.
(Sign): Eco ROY.
DEMANDfZ CHEZ
Simon Vieux
I III'NMIUIH. KOV
Snc niuscubire provenant'
du cheval \igouieux,.
Suraliment de 1er ordre
trs agrable au got.
LF Gl YPhWIIER
qui rennnralise lapidemenl
1 organisme.
' es deux merveilleuses spe-,
cialiis franaises donnent ea
peu dp temps y orcpei Energie
I.KSIL DElKt'ITS (.ROLAS
qui procure une boisson saine
ralraichissanle et mousseuse
1
(nsurance t
Une des plus lortes' COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUO. U BOSSE & Co
Aoenls Gnraux


U MATIN-.28 Juin 19
fACd-3
Gcnnde Occasion
bisques 60 Centimes
;j. KARAYAW
ANGLE DE GRANDRUE ET DES MIRACLES.
h s muuctt
ques.
Ir- pillards de la fcast
be.i cou,) du geai ,"raign m ij
DtMUt 4a nli g m.-.|> tiiifc .
i'etil a peui u arrive que
lliUUauqlics \ous uuuiitlil
lu ne-vie. L*b mouMique
!>UUl ICS JMjIlcUls CU1U1UH
du muiaiiu. e.t lu uevie
jUuuc.ia utii&uc ei m Ucvie
Uiiciuiuicinc sum MH1UMI
I.UU-.L-1--, |,.4i u uioisurecui-
poisouuee le ce piliuiiis
de saine.
Protgez-vous contre les
iofecuous. protgez votre
foyer et votre lamille.
1 uez tous les moustiques
avec l* l-'lii. fur dtruit
ces pestiR-ics eu un mo-
ment Tue aussi tous les
insectedu mobilier.luno-
teusil pour les humains.
Ne tache pas.
FUT
MMICA RUISTNA9A
1 m inlit iprailit FUT est vwlo fo ferUaBr .vfll
WEST INDIA OIL Port-au-Prince.
L'Alliance Franaise
et l'abhociutioii dut
Membres du Corp ,m
lunseiynant. ,
Jeudi aprs miJi Je 5 h J/2
U bus ei demie u s oui 1e
lit' (icUX USSOCl.itlOllS Otil
lenuuue sance uu cours de
laquciif^ti i ele dcide d'en-
treprendre immcdiaiement la
coustrucliou du local ou d-
sormais ils continueront leurs
travaux et .o'g.iuiscioul leuis
ftes.
Le piau du local a ete sou
misa lapp ob tion,des mein
bi es de ces deux Comites.L..
pr m ei\ jiie.re sera p se
h eu tt La niaisouicru cou
tiuiie sur le tiiraiu de l'A
sucialiou des .VJciiibies u.
Corps Euseiguaii', s s Mlle
Du nie: Desquelles eu lace
des but eaux Ue la rose.
L'est uu beau succs poui
ces deux associations il con-
vie il ue les eu leiiciter. Des
compliments tout spuaux
doivent tre adi esses a l'euei
g4Ue prestdeut de ces deux
associations M. L- Laus Lhc-
risaon qui se dpense ml ti-
gablemeut pour leurs succs
conjugus.
ECZMA
BAITIEI. MMAUUIMBt, MHIAIII. inhsr
Uni* ... a .i.J ...... u mii.llM -** " '*"* POMMADt
FLORENTINE
, u . . Ml aUitMi ,,,,..
I. MttUI, M-flpjHeB I>.n IodIm
En l'honneur de la
Commission Mo ton ^
Le Comit Hatien de l'Al-
liance franaise et l'Associa-
tion dss Membres, du Corps
Enseignantoffient mardi pro-
chain, 1er Juillet, une matine
littraire et artistique la
Commission pdagogique des
Etats-Unis.
La sance sera brillante.
Divers lves des deux sexes
do nos coles diront des
morceaux anglais, espagnols
et franais. Il y aura des
chants patriotiques des Etats
nis et d'Haiti. L'Ecole N.D.
du Sacr-Cur et Sainte Rose
de Lima prteront leur pr-
cieux concours aux deux
Socits avec d'autres trblis-
sements
Lallocution de bienvenue
sera prououc par le prsi
dent de ces de x i nportan'es
(livres.
On croit que ce jour,
occasion de celte belle lte,
il y aura cong dans nos
coles, n l'honneur de nos
distingus htes amricains
sur la demande de ftfr Chris-
son.
La lte aura lieu Cin-
Varits.
COMPAGNIE
LECTRIQUE
loule et coo.lruits de bronze et .lomlnlom II r/ndr,mt
dessous :
7V2c?sUi,S dCl/2 auPanu',al Wtlfc If
pi.
J '
.lfSDHUt
H auparavant 3 cts. Ie pied naintenant
UnSTSlC1 TO2 &* maintenant | ,K
nantit! ^ **.* ** -P"*"- 10 e. noiut*.
ApoaiU ulS^T""! 10c,s- mninlenan
Appareil* de rhauOugc au | r \ de New-York
Helngerateurs General Elec..,ca pHx ,l N, w-Vorl,
COMPAGNIE ELBCTMQUI.
CtS.^
*
J-C9 bureaux resteront ouverts les samedis |asqn'4 9oi du
M i
Grand Caf de Fiance
Sous la direction avise et intelligeu e de Mousieur Fiun-
ois (liraldi qui est devenu l'associ ie Monsieur l'.ttn/.i. le
propritaire de cet tablissement qui n'a pas d gal,le OR \\\)
CAFE DE FRANCE, offre a ses a-mables et distmgits Clients,
les coiisoiniuatioiis les plus li tes. les vtus de t mes prove-
nances les plus choisis, Cigares et Cigarettes, Siudwiehe,
varies, des p'ix deiiaut tonte concunence.
L'accueil le plus sympathique continueia a tre le meil-
leur attrait du Grand C de de France.
PATH1ZI & Co
____________ Tlphone234l.
ALUMInCm LlNE
Dparts direus de Ntw-Orans et de Mobile
pour les p- rts Haitiens.
Un steamtr laissera Ntw-O.leaus le 21 juin courant de
Mobile le 2'S di retirait ni iour les poils du Sud, Pottau-Pce
et les Gonaves.
Port-au-Princ.le 15 Juin 19.K)
A. de MA 11 FIS & Co,
Agents Gnraux
m
Soulage des maux de tte
et de la uvralgie en 30 mi-
nuts. Arrte un Iroid le pre-
mier jour et le malaria en 3j
jours.
666 en tablettes aussi.
A vendre
A trs bon compte, cash ou
< termes, un lot de Sienciles
^ Dennuivpc- ; pOUi Mnneo-
^raj/h EJisou-Dick.s'ailtessti
a i Ecole Spciale de Mfio-
Uaityiogiupnie Angle de*
Rues des Mirmes et du Ccn-
tu, Port u Piime, Hatti
Romerctements
Mi Louis Mondelice Mer-
cerou et son enlani.Mnie Vve
Joseph Getis rerdinand. tt
ses eulunts, Mr et Aime Grau
vdle R.Au-nsie tt leureuiaui.
Mr et Mme Frdric Labos-
sire, Mr et Mme Augustin
Doieeau.aMetle Louise uetisl
beruinand.Mr Ignace Fthirej
ei leurs enfants, MretMmtl
Arthur Saiut-L et leurs en-
laufs, Mr le Dr et Mme Joseph
tlenlique, les demoiselles
LVdie ei Loucie Duraud, les
luinilies Ferdinand, Feibiere,
Durocher, Theard, baint-Lt
ci Mercerun remercieui vi-
vemeui les parents et amis,
tes Mdecins, les Infirmires
et les religieuses de l'Hpi-
tal Otueml ue cette ville qui
le ont assistes a (occasion
de la mort de
Aime Mondelice Atereeron,
ne t'lavis terdinand
Je prviens contre l'ir >
rit..Uon par beaucoup }
de savons ordinaires?
Employs seulement
le Palmolive
PLSSL
de \ irise ri de Budapest
dont le parloir de beaut v
servi Iaristocratie pendant plus
le CMI ans.
Aucune peau ne peut restei
oelle si elle n'ssl pas rguiten-
aient lave avec du savon et de
'eau, dit le fameux Ptssl de
Vieuiie et de Budapest. Mais
dire: Employez n'importe que 1
savon, est dangereux. Vous de*
veztremticuleuxdanslecko.x
don sa\ou pour votre ligure
I e savon Palmolive t&i bil de
pures huiles vgtales, .le prt
viens mes clients contre les ir
ritstioni produiles par les sa-
vons ordinaire. Canx qui se
Seulement un savon Surfait SH?-! :Jus?von ,,,'l",ol,ve^1 "
d huiles douces et de cosmeh-},V ,"1 aV"', U's mtlllt>urs rsul-
...--------- t^ts aprs les traitements de no-
ques conviendra. Cest pour-
voi je recommande seulement
le Paiinonve.
Voiei on ceaseil
Massez-vous la figure avec du
savon Palmolive et de l'eau
chaude, et laites bien puetru
dans les pores. Eusuite, rincez
compltement. Et vous trouve-
rez que votre petu est merveil-
leusement douce et onctueuse.
Evitez I irritation
tre parloir de beaut.
Tan de savons irritent tand
qu'ils nettoient. Ils sout aptes
durcir la texture de la peau et
gter sa dlicate coloration
Palmolive est uu savon pur tu
d'huile vgtale? Sa couleur,
son odeur, son eontaet sol lu
leur regrette pouse, mre, nature des plus giamtes huiles
fille, sur, belle-sur, nice cosmtiques. Il nettoie sreweu
et cousine, dcd le 20 uin el facilement.
1930. t
Ils les prient d'agrer, en m~ ------ -------------'
retour, le sentiment de leur
vive reconnaissance.
ElWITSSPTi:>-.K . mima
Le Savon Palmolive est pro-
duit enivrement la machine
et il n'est touche" par aucune
main jusqu' ce que vous d
chiriez l'enveloppe.
Les seules
huiles qm n-ii-
trcntdutis le sa-
von Palmolive
sont les huiles
de palme,d'oli-
ves, et St aucune nuire
I graisse animnle
quelconque.
t.'- --------
Daarteaeal de la Justice
AVIS
Le Dpartement de la Jus-
tice porte la connaissance
des interesses que la ses
'ion ordinal! e d examens
l'Ecole Natiouale de Droil
s'ouvrira .e lundi 2H juillei
prochain^ 9 hres du ni lin
Port-au-1'riuce, le TA juin
li*30.
p wmmcmmmmK wjko mnm
4 Toutes les Polices
Le visaqe
comme une peinture
d'artiste
a
S
DE LA
comprennent la Protection contre la 5
Foudre sans augmentation de taux"
a
EtifftLeBoss$Co
Agents Gnraux
BsUs*WMWsMaT!B**l
3
Une poudre qui est aussi
douce qu'une plume I Lgre
comme l'air. Duveteuse com-
me un dredon I Voila ce que
disent ceux qui se servenl
de la poudre Exelento. Elle
stend doucement sur la
peau, laissant une fine pelli I
ule de poudre qui rend la j
peau aussi douce qu'une pein-
ture d'artiste.
L'hxelento
Est uu triomphe j>our la
toilette. Elle amliorera u im-
porte quelle complexion. Et
elle est dlicieusement parfu-
me. Elle est livre en quatre
teiuletsBrun toncJiiose^Claire
-t bruuette.
En vente chez tous lesdro
guistes. Pour 0, 30 cts. seule-
ment. U est ex|>di da r-
ception du prix.
EXELEMO, MEDIC1NE
COMPANY
U'LANlA, OEOKtilA U.S. A
Agents Jcmandea pour ton>
auJS.
ccrivexpour reuseigaements
The Royal Mail Steam
Packet Companv
Le steamer Sea Olorv venani Oc Londres, Kingston M
du Sud est atttnJu .i Port tu-Prince le 7 juillet, prenant
li! via le Nord pour Havre, Anvers, Londres et tous les
ports d'Europe.
I. J. lilGIO Ageut-Gural
>. Tlphone : ^311.
L'Idal Rhum
ALIX ROY
28 annes de succs.
'
INDUSTRIE HATIENNE
DARDAhELLES
Cigaies uns fabriqus St Michel de l'Attalaye.
La boite de 2.' Libres Maquii Or 2,00
25 s -El Victor 2,00
25 xLondra 1^0

&
50 < 3.U0
50 .Coronationi 4,00
: ^dressera : Em. SVRE
Syndicat des \geuts de Chauge.--121,RuedesMirsclsg
En vente chez : Simon VIEUX.
Vve V. DOUYON ( cou de la Post y


:' *
Samedi
28 Juin 1930
Le Matin
rntCKv.
t\9
24emc i^NtiL i\ 728
t orVRa-kTmte
Tlphone 2242
PAGES
Pagol
Energique antiseptique urineir*
Agit viU t redico/ement
Supprime lee douUro
de la mteiio*
vite toute eomplteetio
H " < raipuiui l"t nvu
ni't vtnalfa. qu"f
nkfi roMt'iA'pintni 6 <*'
T. J11K> ' ,ou3 n'
a.ata eu bi tnt

U\ .:iMNt
I


TOt I UBa -'tU pM M JOBCC i>.-j.
LratlM <*
u rse!*.** **
Cuauaea du roi **
oalrea, r*nouvaUa *
tlaaua. trie* a ua ra>
meunrler non al
ntnt pour I* fowxwju*
partout o U aslata,
rau aocor* pour loua
la* autraa mlcroboa.
aaxquaU ea a^ntttt
rut t'aaaoeMr. aurai
te*L n aat tooda-
MOI, U basa du ira-
tanaol da 1 arthiiW 014
do rtumatume blenoor-.
raattjua. parce qu'il aat
celui da la Mnaoorrft-
(ta elle-mrinf
D> HKTIU*a.
J HalrtviU*

PR-CAT-LAN
Si vous avez quelques benres'de loisir, le soir, si que
v.>ns dsirez les passer agr; Moment allez au
Pr-Cat-Tlan
o vous trouverez, la plus belle lalle de bal, la musique la
meilleure excute par UD orthophonie dernier cri et aus>i
lesboissons les plus fraches et les plus pures.
Champagne, bire; allemande ou nationale, liqueurs de ton
tes sortes.
Produits
Bailey
11 est ncpfsaire de rappeler
que chez Bailev on trouve n
les TOMVTES si renommes,
les oignons qui e le cdent
en cen ceux del'trangT.du
I Lait chaud ou froid trs pur
. et garanti, etc,
I Tlphone, 2183.

m*
Cours
Classiques
_______-rrr-1r- '
sivetnent. ." r^
Mthode srejS'iccs complet
contrle chaque anne.
Cours du soir poarkidultes et
Jeunes gens.
Comptabilit, Stnographie
anglaise et jranaise. Dacty-
lographie avec des spci istes
pour chaquejcours.
Enseignements du franais,
de l'anglais, de l'allemand, de
leypaynoi. Mthode sans
gjlc.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en retard
ou ceux qui veulent gagner
du temps.
Cours de Musique ( Solfge,
Violon. Piano.)
^Pension Scolaire, srieuse et
agrable, avec annexe pour
Etudiants et adultes.*
^adresser Hue Lamarre 1M7,
au tUnhonez au Ao 2891
poai plus amples renseigne-
L'Inst.tut TPPFNHAUER
Reconnu de l Lniversit
hatienne. *
Le soeei de l'eaipi-uat ,
ilJt-Baid international |
Paris, 20 niin Les milieuI
politiques et financiers se d-l
clarent extrmement ati&laits|
du succs atteint par la premire}
iianc lie de l'emprunt nllenand \
mtei national qi aie largement
couverte sur les principaux
marchs financiers.
Les souscriptions franaises
ont dpass avant midi les 100
millions de dollars attribus la
France.
A Berlin, les 9 millions de
dollars constituant la part ille-
mande ont t sopsciiis clei.x
lois. Lts60 miilioi s revei an
L< ndre> i nt entier* ment
souscrits avant une heure.
La part amricaine de 98 mil
i uns a t plus que couverte
hie S,w Yo. k
Puits
LE8 LAINAGES EXCLUSIFS
LES SOIERIES HAUTES NOUVEAIfftl
LES GARNITURES GRANDE OStfflME
aa trouvant Uni i .4*
CIPATTE. COULOI s C. ITIltl
43, Rua arenta, 43 1*4
lowsdie d'us distillerie clandettine
New Yoik, 22 juin. Un in-
C ndie a dtruit dans l'est de
Manhattan un immeuble, qui,
d'api es l'enqute des agents de
la Prohibition, n'tait autre .
quune importante distillerie'
clandestine. |
Les pompiers ont dcouvert I
trois corps dans les dcombres. !
Dans un g rage comigu, se
trouvaient neut camions chargs
de produits employs dans la
fabrication de l'alcool.
Bonne occasion
A louer Peu de Chose,
bonne maison haut*",avec ses
dnendances. (eau lectricit,
tlphone, etc.
S'adresser RueRoux au No
213, prs d'Alix Roy
artsiens
Les intresss sont aviss
que vers le 15 aot AJ. Anto-
santini sera en Haiti pour
confrer avec les planteurs
qui dsirent l'aire installer des
puits artsiens pour l'arrosage
de leurs terrains.
M. \ntosauiini est le tech-
nicien d'une grande compa-
gnie tablie Porio-Rico. Us
ont install des puits art-
siens en gtande quantit
Porto Rico, la Jamaique.en
Caliiornie(Etats-Unis >vi dans
d'autres lesCaraihes.Certains
de leurs puits d uuen' jus-
qu' 30,000 ga Ions d eau par
miuutes. presqu'une petite
rivire.La Compagnie donne
une garantie : pas d'eau, on
ne paye pas. Presque toutes
les giandes compagnies de
Figuts-B:iii taires, la Jamaque, em-
ploient aujoiird lut! des puits
artsiens pour l'arrosage de
leurs terrains, et tous ceux
qui se ait m intresses' taire
mm oser lui! s proprits par
des puits aitesiens peuvent
s'adresser au soussign et ds
l'arrive de M. At.tosanttni
des arrangements seront pris
pour visiter les lieux.
W. Quiutiu WILLIAMS
lugnieur Livjl
Boite postale 147.
Estai de CaUlofurs (rails, ch*

- N Horn-Line I
Le m/s ( Thrse Horn .
venant d'Europe, est attendu
vers le 30 .-il, en route pour !
Kingston, Sto Domingo. Co
raao, prenant trot et tpatn
ers.
RRINBOLD&Co, Agent*
Moi d'ordre-
AK 100
Point de ralliement:
La Ouinaudo
Ils sont lgions les candi
data, ions trs populaires,
uctils.ir.teligenls et... surtout
patriotes dsintresss; rnais
la victoire ans unies restera
ceux qui auront lait prrn
dre leurs lecteurs le plus
d'AK 1C0an lait de la (ui
naudc.
Grand Hlcl
de bran ce
.l'avais eti le grand plaisil
d'annoncer Q mes aimables
iianbi qu'ils auraient trouv
au Grand Htel de France le
meilleur accueil l'occasion
des Elections Lgislatives tu
tnreset des prix spciaux.
Le Grand Htel de France,
dirig actuelleme.it par Mme
Ferrandini,l'ancienne propri
taire si conuue de lllolel
international des Cayes, con-
tinue ollrir la plus grande
garantie au,point, de vue du
confort.
Pensions par jour et par
mois des prix trs modrs
suivant la classe des chambres
que l'on occupe. ^
Le Service du Restaurant
est irrprochable, les go il t s
les plus dlicats seront sa-
tisfaits.
Le plat du jour constitue un
repascomplet et a, porte de
toutes les bourses, ft- '-"'tt
[Gourdes 2,50. ,
Dlner'et banquet sur'com
mande.
il m'est agrable de recom-
mander mes nombreuxamis,
et aux nouveaux clients^qui
voudront bien nous laire
l'honneur do nous, visiter,
1*H >tel et le Restaurant, qui
aous c^tte nouvelle direct.ou
Se:ontjen mesure de donner
toutes tes satisfactions et d'a-
vance, je leur dis siucereniiut:
tneici.
P P^PATRI7
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
i ar ia a General "est une des plus puissantes et des plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse
du moude.
Ses Polices contre incendie couvrent aussi les .dgts occasionns par la foudre.
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, inceudic, malveillance, dommages
causs a autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont pavables en Hati
Ses Polices contre ru ridents sont valables dans 1 univers entier, 'fous les voya-
geurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que^de 1/2% soit 20 dollars ^L'. C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
LOTERIE!

IDE
l'Association des Membres du Corps Enseignant
et de l'Alliance Franaise.
Le prochain tirage de cette loterie esi fix au dimanche
6 Juillet 1930 9 heures du matin au Caf ELDORADO. C
Le Comit d'Administration aviso le public qu'il ne met
dus en vente que 4000 bibets au lieu de 5000.
Le prix du billet est de 3 gourdes en TROIS coupons dune
ijourde chacun
Les I ts gig'iiuts sont augment* enjnombre et en valeur
conformment la rpartition suivante:
1 Gros lot Gourdes-: 2,100, 4 lots de 30 gourdes 120
1 o ;600j 75 lois de
1 c a 150
3 lots de 90
3 lots de 60
270
180
n Odes 900
2 Ap. du 1er lot 30 G 64
2 a du 2e gros lot 24 80
2 du 3e gros lot 15 30
SOUS-AGENTS:
Agent Gnral pour Haiti.
Port-au-Prince. G. GILG
JEAN.BLANCHET Jrmie
Panama Railroad aSteamship Line
Service de fret et de passagers entie
NEW YORK CITY N.-Y. CRlSiuortu, LANALZONE et les PORTS,,de la COTE
OUEST de l'AMcRlijUE du SU a
plus rapide et le plus{ileci service de iransp.iri de pissigers atjdtl fr\ entre Hait
et es ports Europens via NV'.v Yord et Cristobal, Canal Zoue. Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les pnucipaux ports de l'Europe :
Angleterre oose France
Mrs. G W. SHELDON & Co- 17 James Street. Liverpool Kn^land
I > i!i ENGLAND. SCOTLAND. FRANCE.
Messrs U. W, SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, England
In France, Messrs G. W. Sheldon &.Co. are represented by the followin firms
Glelaii y Henkey & Co
21 Rue de la Rpublique
Marseilles.
Hh.ni pfiioM & i*., Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
Hebnu Pk on & Co., Ltd.
Rue du Moulin Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Messrs E". A. Bendix'4 Co
21 Allengade, Copeubagen.
Ost.O, NOHWAY.
International
Spediti'' '.sselkap Oslo.
MM.Atlvn rtc Freiqht Corp'n
Balliuha is. Hambur^ 1.
rpruitiiiy.
M'sfl!> ican'.i.. PatioBt
LoasoiaTion
( enuany
Messrs atlantk. Fm4U^gui
CoPN
24 (,) ai Jord^eus,
Ar.twerp,Begnv
Herno Pbbom & C" Ltd.
05 Rue des Marais,
Paris.
Herni: Peron i Co Ltd.,
Rue de lu Trauquilite,
Dunkerque.
Hv.fisv Ye\oh & Co Ltd.,
9 l'ue Roy,
Bordeaux.
Genoi:, Italv.
, Messrs Henry Coe & ("lerici,
Piazza S.Mattko.No lGenoa
Cotteniurg. Snveden
Nordisk Express,
Ccthenburg,
f
Messis Atlax'ic F&simi
COWN.
V. n ^'nmnp'ein 3,
Rotterdam Hollend
Mcssia SiLiM'W & C
117 lots se tei niinanQ>ar les deux deruirrs chiffres des
trois gros lots. 6Gdes702j|
BAR TERMINUS
Place Dessalines
Cal chic, Restaurant
de premier choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plus d-
licates. 1
Sandwichcs sans pareils.
Bire la pression.
Poupes de Salon
Coussins
Abat-jour.
Grand choix de fournitures, glands
franges, dentelles d'or assortiment de ga-
lons Lam dentelle argent etc...
Vous trouvres le dernier cri de Paris
a des prix trs modrs,
Prendre adressa au MATIN.
Tlphone : 2267.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs