Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04041
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 25, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04041

Full Text
Clment Maglore
DIRECTEUR
1368, RUE AMERICAINE 13SX
TELEPHONE N"2242
24me ANNEti N- MS n^
fan l'aftrsnrhiss i^nt. rtsers-
lia et 'a rirliw <11 m. un
aura j.imai* m m (I Hil liai
lgitime rietestf ftiMti |t i
w*-i hatien
IjiIsJK JAWirB
PORT-AD-PRINOP fHATn
JEUDI 2(i JMN I:
PROGRAMMES
YEUX!
*^
YEUX !
-io
Voici quelques points sur
lesquels il serait souhaitable
que l'opinion publique lt
fixe, de la part des candidats
la prsidence de la rpu-
blique, au Snat et la Cham-
bre.
Le trait de 1915 devant
arriver expiratiou eu 1936,
comment envisager sa liqui-
dation, c'est--dire quelles
sont les mesures que Ion
compte proposer a l'adopuun
du gouvernement amricain
en vue de l'administration Ue
tous les services publics qui
tout l'objet du trait?
Ou est tent de rpondre
tout d suite a uue telle ques-
tion par la nailianisalion
de ces services. Eu voici cl'au-
tres qui su gi&seiii aussitt:
sommes nous sur s d'avon
sous la main dis sujets en
nombre sutlisnnl et suliisaui-
meut lorrues, et dans le tus
Contraire, comment taire celle
preparaliou ? Cette baitiaui-
salioii s'eteud-elie aussi Ut
la direction mme des servi-
ces ( police, hygine, gnie,
trsorerie, douanes, agricul-
ture ) ?
Si cette pi puration n'est
pas complte en 1936, quel
parti prendre?
Toutes cei considratious
supposent l'accepta lion du
trait et de sou rgime, puis-
qu'elles tendent a eu rgle-
menter la lin. On pourrait y
ajouter d'autres consiuia-
tious relatives aux prcau-
tions elabln pour assurer
l'iiidependam e technique de
ces services et les mettre a
l'abri des empitements de la
politique.
Et, comme ils deviendront
des services hatiens au mme
titre que ceux qui n'ont ja-
mais relev du traite et qu'il
importe que le traitement suit
le mme pour eux tous, cst
l'occasion Ueuvisager l'ta-
blissement d'un statut du
fonctionnaire public, atiu de
liquider le systme qui donne
si abusivement lieu aux revo
cations et a u x nominations
injustifies.
U semble que les candidats
1930 en ignorant les quinze
annes que vient de vivre le
pays? Ou bien, sentant la n-
cessit de lenir compte des
ralits que constituent tous
les intrts qui ont le pays
ih ur sige, feront-ils une dis-
tinction entre les actes qu'ils
devront accepter et ceux qu'ils
devront contester? Dans ce
dernier cas, quel sera leur
critrium.
La gravit de ces questions
ne saurait chapper per-
sonne et nous osons croire
qu'il ne se trouvera que des
lecteurs ignorants pour ac-
cepter de voter pour des can-
didats directives si trou-
blantes, moins qu'ils ne s'en
expliquent dans une proies-
>iou ue loi prcise et sans
qui\oqme.
A cote tte toutes ces consi-
lrations concernant nos rap-
ports avec le trait de 1915, il
y en a d'autres, ne concernant.
iour ainsi dire, que nous au
res Hatiens, sur lesquelles il
serait aussi important que
les candidats lissent connatre
leur seutiinent et leurs faons
le les envisager; l'ducation
opulaire, nos conditions co
omiques, la situation des
i lasses laborieuses, les ap-
ports sociaux dans l'uvre
gnrale de rorganisation qui
s'imoose... Car, si nous rcla-
mons notre libeit pleine et
entire, c'est pour l'appliquer
spontanment l'administra-
tion du prsent et la prpa-
iatiou de l'avenir.
Sans les prcisions que
nous rclamons, nous allons
I urne comme l'inconnu :
nous donnons l'accs des
Pouvoirs publics des ci-
toyens en qui nous plaons,
c'est le cas de Je dire, une
La fte
des Mres*
devient plus claire;et plus puissante qu'avant le traitement. ^^^^^^1 .
Avec le Prodigaluz on na pas besoin davoir recours aux J ?l|- lu[{ de sWnntirj (|e dispa-
i Tj .Merveilleuse cration Scientifique contre
les maladie des yeux et de paupires.
i- PRODICAIUZ
Marque de Fabrique ra registre au Bureau Gnral il'llvqine.
3 Produit prpar par le docteur hartinez \ieamdrz,
dcore de la Croix du .Write Militaire pour
service professionnel.
Le Prodigaluz est un spcifique, unique au monde
employ dans la gurison radicale des maladies des yeux
quelque graves et chronique qu'elles puissent tre. Le trai-
tement se fait avec une rapidit tonnante telle, quelle
vite toute opration chirurgicale qui eiraye tant les pa
lients. Ds sa premire application, lesdouleurseLfatigucs
disparaissent, (.'est un remde minemment efficace dans
les ophtalmies et plus principalement dans les granulations
granulations purulentes et bienorhaginues, quratites, ul
cres de la corne, etc. etc i Les ophtalmies qui prennent
naissance dans les maladies vnriennes sont traites en
trs peu de temps par le iProdigaluzqui est aussi une mer-
veille dans les infections post-oprations.
Le Prodigaluz lait disparatre les cataractes ds leur
apparition Le Prodigaluz dtruit les microbes, cicatrise
dsinfecte et gurit radicalement. des vacances venues, ne con-
Arrire toutes les autres prparations base d'arsenic, de I naissent pas l'exode la monta-
mercure, et nitrate d'argent et de bleu de mthylne, et gne, vers l'air pur et vivifiant,
et autres remdes si redouts., en usaue dans les cliniques!
Les vuis ta-bit s tt (tiqueta acquirent une puissance vi-
suelle prodigieuse.
Plus de voile obs'ruant les yeux .'Toujours la vue trs
claire! es 98 pour cent de ceux qui souffrent des yeux
gurissent avant mme d'avoir achev le premier tlacondu
Prodigaluz et remarquent que, par son emploi, leur vue
Il faut que la charmante cou-
tume de consacrer un jour de
! l'anne la tl des Mres s'ac-
climate de plus en plus chez
nous. Par exception, celte mi-
ne le Molhei's Dav sera cl-
br le dernier dimanche in
mois de Juin, c'est- dire le 89
courant, mais on est d'accord
pour que ce soit le dernier di-
manche de Mai, comme d est
tabli ailleurs, que les inres
soient toutes ftes a partir de
19.(1.
Donc dimanche prochain, un
souvenir, un attendrissement
pour nos mres, cela fortifiera
le foyer et fera aimer davantage
la tamille.
L'autre, a ud
Vins?! fois sur le mtier,remette/ votre
[ ouvrage...
Hlas sur le mtier de la vie,
sur It MMnmel te la sant,il n'est
pas possible de ramener plu
! sieurs tois de suite un organis-
verres.
Le Prodigaluz donne pour toujours un coup mortel nu
traitement par lescollyies appliques jusqu' aujourd'hui
d-ins les cabinets des occulistes et qui sont de nature em-
pirer la majorit des cas en irritant l'organe si importante
de la muqueuse conjonctivale.
Le Prodigaluz rend nul i emploi di nitrate d'argent,
cause de terreur pour les patients et aussi cause d'un grand
nombre de ccit.
Le Prodigaluz produit une sensation agrable.
Le prodigaluz* est compltement inoensit et produit ses
rsultats merveilleux sans causer aux patients la moiudre
somme de fatigue.
Le 'prodigalu/.4* arrte la myopie progressive.
Vous soutire/, des yeux, soyez assurs que vous serez
promptement guris en employant cette merveille qui sep
Del 11* *
"PRODIGALUZ"
"Prodigaluz"* a en "ta faveur les tmoignages des Juges
confiaDce^a^/ercsU dire (!es "*** du Roi des Chefs d'Arme des Ingnieurs
non claire des Commerants,des Ouvriers... etc. .etc. tmoignagescer-
Si.daus ces conditions, il ,ifiiS P^ ie Laboratoire Municipal de Madrid.
u'eu rsulte pus une repr-
sentation natiouale faite de
malet tendus graves et d'qui-
voques dangereuses, c'est que
nous aurons eu pour protec
leur un Dieu dont toat nous
proclame cependant indigne.
Supp sous, un moment,
srieux ne peuvent pas perdre I (lue ce ^ieu n'intervienne pas;
de vue ces questions impor- | tantes en se disant que, une (,e se dcacheter et pour les
fois dans la place, ils se paie- lecteurs de l'exiger, ces mal-
ront de mots. I entendus et ces quivoques
Quant ceux qui ont ton I clatent, comme eu 1916 tien
jours entendu rpudier le 1917
trait, ces questions ne les iu- | La Constitution de 1918,qui
Envoi dans tous les Pays.Exiger la signature et la marque
tte fabrique appliques sur (a bande qui recouvre le flacon:
prix 40 pesetas ( d'hspagne Y Paiement contre mandats-
poste, lettre de change ou chque.
Adresse: E M. CUADR \DO PEREYIU. SANTA
NGKACIA. No 62, tercero drecha. MADRID, ESPAGNE
PRODIGALUZ
UNIQUE DANS I OUT LE MONDE |

tressent certes pas au mme
point de vue, cest a-dire a
celui de sa liquidation; mais
il y a intit pour nous, da-
vantage mme leur gard,
d'tre iixs sur leur attitude
si, demain, la chance leur
ayant souri*, ilsarnveut oc-
cuper soit la prsidence de la
rpublique, soit le Snat, son
la Chambre des Dputs. Pr-
cisons le cas.
Voici, par exemple, des
memb.es, q u i ont t tis
agissants, de l'U. h*. Ce grou-
pement, comme on le sait, a
toujours contest la lgitimi-
t du trait de 1915 et de la
Constitution de 1918, et ses
tendances gnrales, plus
d'une tois affirmes, sont de
considrer comme nuls, en
principe, les actes accomplis
sous ce double rgime.
Sans vouloir considrer le
non-sens que, dans ces condi-
tions, constitue, notre avis,
la production de leur candi-
dature sous le rgime mme
de la Constitution qu'ils n-
jettent, et tout en ne leoi
Tiarchandant pas le bnfice
qu'ils esprent tirer de cette
transaciion, nous avons le
droit de savoir dans quel tat
d esprit ils entendent occuper
tes Pouvoirs publics.
Vont-ils, selon que leur
* 'g'lue devrait le leur cou-
**' l^r, essayer de relier IJj

donne au Pouvoir Excutif le
droit d'ajournement, ne lui
donne pas le droit de dissolu-
tion et d'appel au peuple pour
de nouvelles lections.
Qui ne sent pas quoi nous
sommes exposs? Et qui peut
affirmer que ce n'est pas ce
tournant que les Destins nous
jitendent ?
Nominations
Un gnreux appel
aux mes chrtiennes
et patriotes
Un peu d'air pur aux coliers dbile*
Il a t procd, mardi ma-
tin, au Dpartement de l'Int-
rieur, au remplacement de M. le
Dr Calixte, par M. Alphonse
Hsh, comme Chef du Service
de l'Emigration.
j Nos flicitations les meilleures.
Au mme Dpartement M. Al- taule grave Quelle ngligente
La dure moyenne de la vie
humaine a probablement baiss
i h z nous, depuis ces cinquante
dernii es ann e.s.gi ace euxcom
rljcations plus grandis de l't>is-
lence, S l'puisement piogressit
des rx hesst-s naturelles au vieil
lisse ment prcoce des ce Iules oi
guuiques auracnVes tt d li len-
lys. Nul ne peut dire le pour-
centage de cet abaissement. Car
aucune statistique officielle des
naissances et des mortalits n'a
jamais t donne, pour permet-
tre.de tracer des graphiques et
de lire les indications prcises
den courbescomparatives.Quelle
cius Alfred remplace M Lon,
des, Cayes litre d'eanplov Su-
prieur.
La Fla dr Saint Martial
li i.di 30 Juin sera la fte
^ainl Martial, Patron du Pe-
til-Sminair*. A celle occasion,
comme chaque aui.e, il y aura
dans la chapelle du Peut Smi-
naire uue messe solennelle a la-
quelle sont invits les lves,
leurs parents ei tous les Mem-
bres de l'Amicale du Pclti-Seuu-
uaire.
La Grand'raesse aura lieu le
I lundi 3o du courant 8 heures.
t impardonnable I Ne pas savoir
le chiffre a.peu prs exact de la
population hatienne et seeva-
ualions dcennales on quinquen-
nales, ne pas organiser des bu-
reaux de sialistiquejjvitale pour
connatre annuellement, de fa-
on certaine, le nombre de &. x
qui meurent et celui de c
qui naissent, cela quivaut, et
bygiene sociale, a une inco-
pithension totale des devons
de I K t a l a 1' e g a r d des
lacteurs essentiels qui condi-
tionnent daus une large mesure
m lail> esse ou la puissance de
ia Naiiou.Cette coustataiioQ infi
minent rgitllabie u,o u s .lait
penser cette autre non moins
et de disputes intestines, des-
tructrice de la stabilit des la
milles et de l'harmonie sociale :
l'absence d'une nenaloj'.ie in-
contestable, d'une filiation au-
thentique des parents au 4me,
au .'ieme, voire au 2me degr,
-mon au 1er. L'etut civil de
beaucoup d hatiens est souvent
tout ce qu'il y a de plus fantai-
siste et arbitraire au regard de
i'j loi...(Qu'attend-on,grand Dieu,
pour mettre chaque chose sa
place dans la Nation ; et, par
une ducation rgulire et soi-
gne, pour apprendre chacun
protger ses biens, sa sant et
sa vie ?...
Beaucoup de parents, les tra-
vailleurs en gnral,les art sans,
las journaliers n'ont cure des
Questions de bien-tre matriel,
'alimentation rationnelle, de
conservation et de rparation
des forces du corps.Ils besognent
, artois duremenf, sans ordre et
ans lpi'.pisqu'au pur imman-
quable o ils tombent frapps
par la maladie ou par le ch-
mage, puiss de torce, privs
de secours et de toute pargne.
Mais les viu.es viciimes de cette
mentalit sont les l?es pauvres
ne nos coles publiques.^ai iic-
spt
rsilre...Oh! le vilain mot,quand
il s'agit des enfanls.des coliers,
cei autres nous m.nes, destins
nous continuer dans le temps,
dvelopper nos uvre, nous
dpasser en savoir et en torce, a
reculer indfiniment les bornes
du progrs et de la puissance
publique Pour qn" vivent les
coliers indigents et que s'ac-
croissent leurs tarults physi-
ques et intellectuelles, bien des
uvres stables et durables
olficielles ou prives sont
crer chez nous les cantines sco
laircs, les colonies de vacances,
les bourses de voyage de courte
dure aux pays voisins.etc ; un
grand courant d'entraide sociale
et de sympathie humaine doit
a ussi s'tablir entre ceuxd'en haut
et ceux d'en bas.entre les lavons
du sort et les mal lotis,* ntre les
possdants et les gueux, entre
tous ceux qui ont assez de sen-
sibilit et de comprhension
pour s'mouvoir de la dtresse
de certains coliers et y appor-
ter un peu de sonlag- ment dans
la mesure des moyens de cha-
cun.Mais on peut tout de suite,
individuellement ou collective-
ment, raliser en laveur de ces
coliers indigents quelque chose
d'admirabl? et de trs utile.lls'a-
git d'aller dans une cole primai
re de la vilie.quelle qu'elle soit,
avant le prononc des grandes
vacances, s'enqurir au sujet de
la sant des lves les plus labo-
rieux et les plus besogmux.d'en
choisir un, de se mettra en rap-
port avec ses parents diiccle-
ment ou par l'intermdiaire- du
Matre ou de la Maiiresse d'cole,
afin d'emmener le petit protg
faible et dbile en villgiature
la campagne pour un ou deux
mois... Certes, une bouche de
plus dans la tamille don' le bud-
get estdj si rduit .cela compte,
sans doute; et,si on ajoute cela
la chaige morale, du tait de la
surveillance, des accident* et de
la maladie, on voudra hsiter
ou vier d'enlreprei.dre une
tache pareille...
Bien qu'elle soit si belle et si
mritoire, cette uvre n'intres-
sera jamais les gostes et les
inddlrtnls.qui reculent dcon-
certs devant leurs propres res-
ponsabilits sociales. La route
du mal et du vice est attrayante.
Celle du bien toujours ditficul-
i ut use.Ce la n empche pas qu'il
y ait du z nous de bonnes gna
dont le cur soit un trsor de
sensibilit,d'amour et de charit
chrtienne."
Que ne peut rgler, aprs
tout, au sujet des responsabi-
lits morales du Protecteur,
Une simple dclaration crite
et signe par les parents au
moment de la remise du pe-
tit pupille ? Vraimeut les in-
couvniruta sont bien illusoi-
res cte des satistuclions el
des rsultats entrevus.C'est un
enfant des couches infrieu-
res du peuple laible et dbile
quent vaille que vaut, les salles ,
de classe tout le long de I anne (1" " soustrait pendant trente
scolaire, avec une sant plus jou soixante |ours, la ru-
|jfY, - d? i^M? cm'uxuJsaate et qui, les gran- l Voir etUie eu 2e Page

... von g i.' i .u tin i.i cao fi-
nal mu |ue i' ,.. ,. iu,)i-
'' ine a Jrrme o, l'a-
dure i. co i nu i c< \ pn ndra
naissance eel u i h de e plus
lemr. En efl l, mois re evons
aduedeiin ni II arl d< M. \.
<'. Kounaed lequel e porta
candidat a la ilp natio-
nale pour la prem re circona-
i ri p lion da la Grau d'Anse, la
mme ctrconsci iption doitc que
M' Kar Vilain lui-ui ute. El
a loi s !

-. aoH qn* uvj lis qui que
temps m- manif -(< par les pu-
blications rptes, mais sen-
ses, un vieillard que Ion lo-
vait re ire 1rs nflan -, longtemps, En i temps ou lu
jeunesse bai re, i qu ttar*
nerail lui ea vouloii tontes
les avenues, on sa d< mande, in-
quiet, si le pauvre homme ne
dploie pis ans activits intelli-
gentes en pure pi i !..
... i vu, Mur matin, nus t'iivi-
roDs de la H mque un Nomma
qui lenr.il d'Uilfl tn-.in serre et
presque pieuse un chque dr
trs prit de v;ii, ur d'aillenn^eoe
trentaine de dollai Mais d sem-
blait y attacher plus d'impor
tance que sll perlait les cen-
taines de dollars. C'tait an an-
cien fonctionnaire qai allait tou-
cher une dizaine de piurs du
mois de Juin. Kl il disait que
cette valeur lui tait chre parce
que c'tait II dernire qu'il tou-
chait de l'Etat, grAce a la neu-
tralit du Gouvernement,
*
... a vu, dimanche soir, Pe-
tit-Four, sur la voie publique,
le cadavre encore tout chaud
d'un tout patil chien, l'ne auto-
mobile quelques seconde avant,
lui avait pass sur le ventre...
*

... a vu une dame entrer pr-
cipitamment i: us une iiiiison
amie et demander tout de suite
un dictionnaire. Elle venait de
lire dans un |ournal ou enten-
dre dans une conversation, le
mot de roeoco l'adreeae du
Gouvernement. El elle jurait
que ce mol ta tait un gros mot.
Comme on avait prolest et
qu'elle voulait avoir le rotor net
elle se plongea dans le Grand
Larousse n la le Ire K, Lors-
qu'elle trouva le mot rococoelle
se rendit compte que ce n'tait
pas du (oui un gros mot. Hlle eu
lut soulage comme si on lui
uvait enlev un t.irdeau norme
dans la rgion du co-ur.
... a vu sous la galerie d'une
<'e nos maisons de commerce
un homme qui avait l'air d'at-
trndieune lenune. mais qui n'nt
tendait pourlant qu'un camara-
de qui avait t dposer uni-
lettre la Poste. Comme ou
peut se tromper. Les gens qui
passaient se disaient que cal
homme qui a cependant l'ail
srieux avait bien du temps 6
perdre pour rester dans l'attente
d'une femme ;\ pareille heure et
en plein centre d'atlaires. Mais
les gens qui passai eut se trom
paient. L homme n'attendait qu'-
un ami.
Varits
ce sont
EN MATINEE
Ploum dans *
Cre mponne-tol
Comique en b' p.u lies :
u,5o.
A 8 UEURES
SOIHEK TALUY
Le film tant demand :
DOLLY
Avec Dolv Davis et Andr
noanne.
___s^^iM&fcogegjOa,.
2j


r t ut.
PAGE-2
U MAilN- >.lum 193(1
Le Gouvernement provisoi-
re responsable vis--vis de
la Nation de la loyaut
des lections lgislatives
^Dernirement, dans Ile lettre
Nie Franois Malhori, j'i ex-
prim en substance quelques er-
reurs du gouvernement provi
soire du lait de sa prcipitation
entimer des rformes admi-
nistratives dans le but ou de sa-
tislaire ses amis ou de rcom-
penser l'opposition dans la per-
sonne de quelques leaders, sans
tenir compte de l'conomie ei
de l'esprit du plan Forbes. C-
plan a prvu les lections lgis-
latives d'o devra sr.riir un Pr-
sident dfinitif qui era plac
la tte de notre n'aime dmo-
cratique.ll dcouV de cette pen-
se principale u ie vrit qui
tout le peuple souverain dans
son universalit lira ses lepr-
sentants.
Mais qui donc se choisira-! il?
Ceci est la question qup chu-
cun se pose, que la nation peu
se poser, mais que, aucun
minute ne devra se poser le gui
verneinent provisoire. K' ces!
encore moins le droit de celui-
ci que d'essayer 1 escamotage d.
la volont populaire par I Ml
prunt ou le dguisement le le
loi lectorale de la priode clyp
tique, ou par le i.ut de changi
ment de fonctionnaires qui peu-
vent avoir une autorit d jus I
mcanisme de celte loi, laissai
apparatre ainsi l'arrire-pense
d'orienter le choix pouluin
ilans le sens des lympath es 1)1
ce gouvei iienient en liaiso.i av i
tels gie uptiiniils. ce (jui, muni
diaten en, adultrerait le carat'
Le monde
xpose la nouvelle loi lecto-
rale dont le gnie consm
presque tous les caractres la loi ventuelle de borno, d'u .
instrument l'usage de Gouvei
nemant impopulaire ou compro-
mis. Car. Mr Borno qui lavai'
faonn en quelques unes de ses
parties pourrait toujours vain-
cre l'urne la lorte opposition
du pays, dress devant lui. C'-
tait, cer'idnemenl, un instru
ment dont seuls ses prfets el
ses commissions communales
lidles.en avait nne partaite ma-
nipulation.
Le .changement dans les lonc-
lons'communales ou prleclu-
rales semblerait, avec le vote
le la loi actuelle, laire entendn
que Mr Harcau, comme le vou-
ut Borno, voudrait drainer n
>10tl dans un sens plutt qu-
jns l'autre et surtout l'oppo-
> di s ,'ens qui ont servi le prc- ;
ent gouvernement. Ce qui en
oui point ramne cette qui
ibre dmocratique de Borno
quo contredit les aspirations
latioialaa, ce que contiedit aus
si le plan Forbes qui veut que
Ile volont populaire soit net-
'ement sinciemenl exprime
ivec de telles garanties dans
cette nouvelle loi qui pourra
permettre a Mr Borno lui-m-
me de se prsenter l'une de
nos urnes quitte la majorit
maailesler contre lui et contre
les principes politiques.
C'est pour ce motif que le
gouvernement provisoire doit
retour au peuple de
1re neutre que devra conserve. -.vo|r ,e relour au .,eup,e de
M. Boy et ses ministres s ils yn. ^ droi( (.()in |e, de vot de ct.
lent s.conformer I esprit oV imnAraiifel libral nar la
plan it la rserve expiuin
dois le rapport dei I ommi sa
r;ssurli validit lectorale de
1 automne prochain.
Dans le. temps, lorsque les 11
ou lf hommes de notre raoml.
ponlique se sonl runis en vue
de trouver une tormule. ou %tuu
se contredire ou se heurler, ils
pouvaient se mettre ventuelle-
ment en accord pour lutter con-
tre le rgime dictatorial et le
3me terme de M. Borno quel
ques unes de ces personnalits
envisageaient la possibilit de
taire lepas vers le Conseil d'Kla ,
et mime Me Stnio Vincent, al-
lant plus loin et d'une Uon
plus uirecte a proposer la pro-
cdure d'une nouvelle conven-
tion : le choix d'un candidat
unique qui aurait l'heur d'tre
en sympathie avec l'opp isiiiou
du pays et avec legouverneuieu
de M. Borno. Ceux-l donc bu
suaient une lUbatitulioa a lu
Prsidence et combattaient sim-
plement le 3me tenue du l'rsi
dent eu lonction.C'eal alo a que
M.Constantin frtayard dmoulra
l'utopiedune thsequi.de louti s
manires, constituait un cercl-
vicieux considrer l'veutu ni
t o le Conseil d'Etat n'oli-.nii
Borno devrait rechercher dan
son sein l ami qui avait partage
les responsabilits du rgime ei
fiar voie de consquence, ofirai
es garanties autrement mi s
que n'olliiraient jamais I s ... d
versairesjqui, pour briser ce .r-
gime, voudraient pntrer dans
la place par ruse ou subtertuge.
Mais, par ailleurs et ceci en,ac-
cord avec, le point de vue_de
Me Seymour Pradel qui a tou-
jours uianilest de la rpugnance

droil impratif et libral par la
tormation de son assemble pri
maire. Le rle dune Commis-
sion Communale,ou d un Magis-
trat Communal, dans le roua-
ge, doit se produire comme dans
nos anciennes lois lectorales
qui faisaient de ces magistrats
le prsident du bureau provi-
soire jusqu la constitution du
bureau dfi dut de lass-mbe
primaire. Ce prsident deliuml,
ce te haute personnalit de la
souverainet populaue 'ait ar
me dans le pass de beaucoup
d'autorit et mme d'un peu
plus d'auiorit qu'un actuel Ju
ge d'instruction. H tait donc
aid d'une force militaire, celle
mme du gouvernement mar
Fianailles. Nous enre-
gistrons avec plaisir les fian-
ailles de Melle Amlie Wiener
avec Mr Raoul Sjourn
Nous prsentons nos meil'eu s
compliments au distingu cou-
ple.
.Mariages. lui l'Ea.li*e du
s>acr Cur de Turgeau, a t
l>ni hier, 9 heures du malin,
le mariage de Melle Anna Sau
rel vec Mr Auguste Magloire fils
Les jeuues poux oui t ac- '
compagnes l'autel par Madame
Stphen Archer et Mr Lon -a-
teau.
Le mme jour, 0 heures et
lemie, l'oiUcier de l'Etat civ.l
vladiou avait dans les salons de
vlr et Mme Lon Laleau et de
sir Cyrus Saurel.procd au ma-
riage civil. Les tmoins taient
pour la marie : Mesdames Ef-
test Chauvet, Ch. Fombrun, M.
vl. Maurice Nau et Hod. Rod-
ey ; pour le mari : MM Cl-
nent Magloire, Lous Roy, Hen-
ri Sarabour et M. Stphen Ar-
cher fils.
La marie tait habille par
vlme Nuina Lahens.
Nos meilleurs compliments et
ounans de bonheur aux nou-
veaux maris.
En I Eglise Cal h Mrile sera
clbre le samedi 28 juin cou-
a ut 5 heures du soir, le ma-
riage d M-Ile Olga de Matins
avec Vlr Sidney Cawley.
Nous prsentons tous nos sin-
cres vieux de bonheur aux lu-
iuis poux.
Dcs. Nous venons d'ap-
preudie la triple nouvelle de la
mort survenue Hambourg le
20 courant de :
Mr Karl Heuss.ner,
associ de la Maison Heussner,
Gdlhorn & Co. m. b. h. a Ham-
bourg.
Le nlunt qui a rsid de lon-
gues annes Anx Cayes, o il
comptait de nombreux amis,
I nsse beaucoup de regrets, car il
y etail i es estime, ay.mi tou- J
I nu s t un grand ami d Hati.
AVIS IMPORTANT !
Nous le considrons comme une nouvelle de ba grand
mporlance pour tous les sans flistes, que nous lanon
maintenant ct des lampes rceptrices rputes Philip
Miniwatt alimentation par accumulateur galernen
- ea lampes rceptrices courant alternatii ( pour alimen
ation directe par le secteur courant alternatii ) en pi
de 20 types diffrents.
Cet assortiment comprend galement les sries Mer-
> eille , a Super et Normal .
Demandez ces renseignements votre fournisseur.
PHILIPS RADIO.

i*WB
iuait as>ezsouvent la puissance
populaire, an dehors de tout au
i re pouvoir tabli, par I applica-
tion de la loi qui la faisait lorte
en la 'luttant a l'abri de toutes
nQuencea quand le gouverne
.lient tait vraiment huerai.
C'est ainsi que s expliquerai'
l'inutilit des dplacements de
fonctionnaires neutraliss parce
(ue le pouvoir du bureau de
assemble primaire dpassant
la beaucoup l'autorit de ceux-
l et mme d'un Chef d Etal.
piand c si lotUl le peuple en ses
comice qui gouverne el rgne
pour son propft compte.^
Bans l'autre hypoliise, celle
|ue tout le monde envisage, le
leplacemcnt des lonchonnaire-s
on regard de; ce proiet "de loi
lectorale l'ail prsager "intrt
lu gouvernement temporaire
orienter la campagne dans le
sens des sympathie: ou des.pas
siotis qui sonl naturelles a lous
es individus et toutes les so-
ft briguer la lonction presiden- f nis. Passions ou sympathie
tielle devant le Conseil d'Etal ; j |ue n'endiguent ou ue reheneul
uue majorit se forma autourl la sagesse ei les lois concises el
del lormule Mayard, dans le f lionnles.
retour vers la Constitution na-
tionale caractre dmocrati-
que.de laquelle lormule la nou-
velle socit a tire sou nom
Ligue d'Acliou Constitution-
nelle .
C'est do c sur ce ^nouveau
terrain que s'engagerait la ba-
aille entre le gouvernement dic-
tatorial militaire amricain ei le
peuple hatien dans la personne
de ces reprsentants et de toutes
les autres hguesou partis politi-
ques du p-ys.
Les veumeuts ayant suivi
leur cour, voici le peuple soi !<
point dtre rtabli dans sou
djoit.
Si l'ai rappel le mouvement
de celte ligue, souteuu ^ur I ac-
tion de tous les patriotes hatiens
et "lme des vux des fonction
naires du rgime, c e&t poui
indiquer a >li Koy, au uouver-
neuieui Provisoire, a vir Barau
aurtonl, la UdUie A laquelle les
^Monsieur Barau ^qui a fou
|ours sur les lvres le nom de
sou aeul Chichillo, celui de sou
pre Loyer, Monsieur Baiau(qui
ne l'ail ni 'trve, m repos aux
iiens dans le iappel du libra-
lisme de ceux de qui il dulenii
a oubli quaud il a'agit de lui
cette application Rigide .ou
droite de ses principes pohti
ques. Que les uues de ses pa-
rents le gardeut contre cette pa-
ge de dictature qu'il est sur le
UU1 nc-l.llei. .vJUe,.MOUieui
.mi de deiiiasquer Mousieui
Borno, dans sa loi lectorale.
L'usage qu'en ferait le pays se
rail dangereux, d'autants plua
dangereuxquil s'agit de choses
qui dans Isafsa subisseui le
l etiuuger el peuveu.
idune, aj uopie savoir, a
le graves sveuiurea, Ces lec
tiou si elles sol vicies eu
t rainent l'uniuixuon des amen-
.(.i.
Un Gnreux
appel...
Suite de a Ire page
Histoire Diplomatique d llsti
par ft Abel i\icolas Lger.
C'est avec piauir que nous
avons reu le dernier ouvrag-
de notre ami M1 Abel Nicolas
Lger. C'est une hisio.re diplo
manque d'Hati de I liUpen
dame a nos |ours. L uvre qui
nous est offerte aujourdhui en
Retour
Du Ministre DE JEAN
Nous avons revu avec plaisir
noire ami Lon Dj an ai ien
Envoy Ettraordui ire et M -
nis're Pienipo eutiaire d la
Kpuuliq ie .Santo-Do ningo,
rentr a Fort-au-Frince, la se-
maine dnnire De sympa*bi-
ques mai festatious oni t or-
ganses l'occasio i lu depa t
du charmant diplomate hat.en
qui laisse d'excell.ils s >uven rs
Sjuto-Doiningo o -a le unie
et lui apportaient dans la* l'tes
et les rcep ions leur distinction
de bon got ds apprcie.
Nous leur renouvelons toutes
nos aympath.es.
o
U \ou\eau Pl-inpo eulmire des
liai- luis ea II mi
Le Docteur Muoro v ent d' re
u > nm |\i nistre P. nipot ntiai a
et IC ivoye Extraordinaire des
Eiats-Cas pies du Gouverne-
iieni Hatien.
Le Gai. Kassell a donc t re-
lev de ses lonclious de Haut
Comniissaiie.
etices pernicieuses, l'inani-
tion Ircquente et la misre
physiologique, pour t'iutro
duire chez soi. la campa-
gne, daus un milieu et dans
un air infiniment plus saiu
bres. dans la compagnie 'au-
tres eula.it- mieux soignes,
pour lui taire pirtager leurs
j ux et leus uuius mens,
pour par l'aie m pi et la pra-
tique d OUI vie p .s ordonne,
plus laige, plus confortable,
plus douce,plus belle et p>us
saine, lui d unei te go1 et
le dsir d'une ex s eues hon-
nte et laboneuse.aug.ueue'
M capaci poliuo iune, oxy-
4>. ner son suag U ouser sa
croissau.e, ic .ouvler ses
unes vitale^. Qui ne coui-
g_.
qui a d ailleurs profondment
marqu tant dans uolie vie ht-
iaire que dans noue vie poli
tique On a I au d'oublier tro,-
tacitement que cette association
reeeaudeout de lO.cpa'ion
A uericaiiie est 1 une des pre-
mires, siuoii la premire, qu.
a nt cam que la |ea esse a
pou devoir de M mler la vie
H utique de sou Pays, puisqu -
elle eu est 1 a venir. Ma.s u ne s a
gil pas aujourdhui de cela, m i-
dune uvre diplomatique d^
ti> hauie unporiauce ei qu
cl ss dsormais l'uu des ntre
Me Abei Nicolas Lger, parut
les diplomates les plus .mp-
tans de l Amer ique Latine.
r us les h .biens qu'iuiei esse
la v e s ciale e poiioquc d riai
etnosiap^: ruavecliraugerau
BlLLtTIN lit LA KM AHhKICA
UBLBs
I
Bruits deqr-
ve dmentis
24 Juin 1930. La dpche t !-
litielle avivante a l reue d'Ev
pagne : Lli'ione uu;.e grve
singlanie t Sville publie hier
est absolument lausse. Les ru-
ueurs ont commenc par la
.nort d'une le unie qui a don ic
i .issance un entant dans lei
rues d'o le prtexte d'une ma-
uL'Staiiou. Quand onest arriv
s savoir la vant,!excitation I t
vi e cal ne et les Choses rep i
r nt laptdeinenl leur cours lot'
nal.
...,,*%.., r..-.. ,m ^- lontiuierei a are cette uvrequi
p. en 1 toute la ve tu ed icative S ||ni co,unbuuoii des plus m
ettortitiut 'f. ne aide pa terea..tes 1 mio re du Droti
renie donne opportu emcut | e.uaio.ia. Haiteu. La .celui
a des peius oi puclius, a des en e-. daui-n plus facile qu
coliers indigents, cliet.ts et daii ce livr. les docuuieuis ci
uaigres, a la vtillc de suc-| tes ne sou presque ioujoui s que
co.nber peul cire uutatteintes de, alauems des commentai
t y, ... ,....*. ? I < es de loul prem er oidre.
le ia maladie r j La prseuiai.oo lypographi
(Jue's par. nts pauvres ne
Au Radio
Voici le uroaranme du coorerl qui
sera excute demain soir, a la Sta-
tion II. 11. K.
8.00 p. m. Orchestre de la Mu-
sique du Palais. (Dirig parle
Liait. Luc Jean-Baptiste.l
l.Brazilian, Marche.
'2. My lieart at Thy Sweet Voice.
3. O Sole Mio,
Chanson Napolitaine.
4. The song is euded, Valse.
5. A Nignt in June, Srnade.
G. Louise, Fox-Trot.
7. Bu Bis, Mnugue.
S 30 p. m. Lecture par le Ser-
vice Technique d'Agriculture.
8.40 p. m Rcital de piano
par Fabre Uuroseau.
1. Vagues Argeutines,
Fantaisie.
2. Les Deux Amours.
Fox-T ot.
8 50 p. m. Quatuor par un
groupe de musiciens.
1. In Viel Amour.
2. lieure du soir.
s'eiiip eseaient pa> d'y >o s
ill"c vulau.i ;-. et de ne.ni
Ls oieutaileurs ?
Vous qui parlez la mou
tague, seuls ou avec vos eu
funts peudaot les vacances
d'iili vous qui habiiez a Fe
iiouvnle, a a n> oll', a la ri-
vire Froide ou qui y aluz.
peusez a pieudil avec vois
quelques nus des pets co-
iMni mOles el deOilcs ns
clas>css uecessiteuses. Ce.
acte-l serait uu Del acte de
loi et d'amour, il vaudrait
toutes les indulgences pie
mres et n'importe quel autre
service ren m la Fatrie.
qu. Je l ouvrage est exe 1 eu i
Crt 1 uvre de l'impriiiieri.
Aug A liera ux.
Nous reineicions II" Abel N-
Soiai Lg> i de son lies gra.ieu*
envoi.
\t
Nouvelle Conamis-
sion Gou&akaa<*lei
a ci**vctlllo
Le Gouvernemeui a mis Su
juxtiavaux de la Commissio.
.oinuiun de de Cavaidon qu.
..i-sid-iii Mr Camille Lamain.
Uue nouvelle Commission, en
Il t, a t forme, compose Ut
dvl. J. Milhen Cato Prau
dent, Aulus Duverseau et Sa-
louiou Descollines, membres.
L'emprunt Allexnaad
Iaternatioaal
L nouvel emp -i .t allemand
i i e> national .') 1/2 pua.' euut
d 88 200d o (yan des Liais
Uni ) a t la ice sur le march(
le NcW York.
Les ob-igi ions ont t cot'i
is le d lia seus.Diement au es
u du pair a i).i I. p ix dein.s
no i eiam i**J Les cours ont
ume auemi Ml 1/4 au^iu haut.
M Polac .r
au Amai-. ue du Sud
M. F u *.a. i ac ept en
pri i im i*m i:i i ous oii
tel s d Brsil, du Prou, de
l'Ur iguay et de l'Argentine
our l'anne prochaine, uau
en prsident i cependant tie>
| .re qu il lui tait d llicile de
blu uu pi i de voyage prcis
un u l'avance.
Avis Impartant
Vous partez l anglais ou
le franais.
Apprenez aussi l'espagnol A
vo is serez en possession det
leux langues les plus ripait-
dues dans ,e monde
Renseignements vous seront
iournis au buieau au Wain.
A. UAVlvS i
Directrice il une iicule Su-
prieure pour les femme,
Membre de la grande SocieJad
Atraccion de Purasteros de
Barcelone, Socitaire du
Mrite du Atone e de. Madrid.
I
cains dans un de DM altriVati
essentiels qui devra en uie.ue
eoi,s mar mer un" *tape dans
noire uoeration.
CasteraDEUENNE.
(nmrance t
Une des plus fortes' COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. U BOSSE & Co
Aaents Gnraux
mmmm
. *


LI Mlifl-26 Juiu 1930
Grande Oc
vOt .:
CO
La peau ru-
(iiieuscneces"
site ce savon
J. KARAYAW
ANGLE DE GRAND'RUE ET DES MIRACLES
COMPAGNIE
ELECTRIQUE
Un nouvelle
convention
.> ... 'nterncittonale
L uulicaf toi des loi mr 1rs effet*
de roui Ulei ce
GENEVE, 20 ju,,,.-La coa.
lrence de la S. U. N. pour .'uni-
fication des loin sur les lettres
de change, les bidets ordre el
les chques, a pris lin hier en
donnant au monde pour la pre-
mire lois, de l'avis de son pr-
siden, le prolesseur hollandais
J. Cimourg, un exemple de co-
dihcauon internationale de lois
propres a UitterenH Elats.
^Ca coulerence a mis ordre
a la reg.emeutation chaotique
applique |usqmci aux elle,,
qui seryem au rglement de OU
mi liards 'le.dollars sur les 7o
milliards de dollars qu'on esti-
me tre payes annuellement au
titre du commerce inierualioual
du monde entier. Dornavant,
les lettres de change, buieis a
ordre et chques imeinationaux
des vingt-et-une puissances si-
gnataires seront soumis a des
rgies communes.
1N1 les Etais-Unis, reprsents
par un observateur, M. Marin
Kenoedy.ni la Grande-Bretagu.,
ne se trouvent parmi les sig.i-
taires.On ne peuse pas qu'ils s y
joignent plus tara, car les Ela> t-
Luis ont dj adopte les lois bri-
tanniques itgssaut la matire.
rCa conlereuce a galemeul
mis sur pieu deux auires con
ventions relatives aux droits de
limre et aux conflits des loi*
sur les ellets internationaux.
Comme la ton veution pnucipale
elles vieuuioul eu applicaliou
quaud elle auront eie lat.liees
par sept Eiau.
^ui les ucuie quatre laisas
Mataut a la cou.eicnce,l ViiiKl
deux Etals s.gua.aiics des irois
cou ven loue 5oui : i Auuiciie, la
tfeig.que, le tfreaii, la Co.ombie,
la lwutcosiuvaquie, la Vllio U-
hie iiautzig, le Danemu.k. 1E
qua.eur, la rmlauUe, la frrauve,
lA.icmugne, iu hollande, i Ita-
lie, le Luxembourg, la .\urveae,
le Prou, la folo^e, le ronu
gai, i Espague, la .Sude, la Suis-
se el la Tuiquie.
Assurez-vous contre accident
a la General Accident Pire &
Lite Assurance Corporation Li-
mited Vve F. Bermingham,
Agent Gnral pour Hati.

Les mfaits
, de l'acool-polson
A aux Etat h Un:
NE\\-YORK. La police a trouve
luer dans on sordide speakeasy H
Lssex street, un boiiime morl et 'un
autre dans un tat trs grave, ce oui
porte a M, depuis le 10 mai. le non:-
ure des victimes de lalcool-poison.
Les deux hommes n'ont pu tre
l'Ieiuills,
O
La diffusion de la Bible
LONDHLS. 1U Juin.- Les chiilVes
iuivuuts ont t communiqus loc-
Msioude ta lare aaMmb.e animal e
de la Socit bitiuiie britaauiuiM I
tranger*:
H a eie imprim au cours du der-
uer exercice J2.17j.2J2 exemplaires
i l.O.hi.ol.l Hioiescomphies.l._,,Jol
.Nouveaux l'estamoiils el ,/*5.rf
pornons des Ecritures saiines ). Un
.-o.iipte M langues dans lesquelles
iat Socit lait imprimer ; douze nou-
velles ont pris place- cette anne daus
u liste,
La Socit a un budget annuel de
Jrea de 44U,(X)j I. st. ( 11 millions
i.-or.Jet ne s est ja nais trouve eu-
detlee au cours des I2j ans de son
ixistence.
Enfantes
MSes
Sont Mieux traites
~ Extrieurement
%J ^ ArrtM-les en une
i_ nuit.Ne"droguez'
. pas; frictionnez
r*^" l'heure du coucher
W VaroRub
PourTout Refroidissement
t
\
Cen (s
Dprims
ln-pulsanv
I.* climji tout a dprim La surmrn igc. le*
\U\ roui ont tpuiic La sommeil ...g, fuli
La memoir manque, voue nafgia d'toarwt.
VoutJoiiiei o> wiiim' ne, VOus fin un faible.
L LIXIR ZIDAL
a .uwcjjnntr unewr', J irc.riiv rltala. Par
lui. Il urlluir nertruM ra rteominute, tous
r. M\ TnJtc. ion. i>itis%,n\,*ooiirrvi t(ntnlt+.
".W,, .KMJM t --.- - ,1,!
Mcital S*lc<1l ...,!.: ,lf S.taib.ufj.aARIS
*n \t> Tt 0A.xTovTrj piitniiACiss
La Banque
de France
Possde plus de U milliards
u> francs-or
Le dernier bilan de la banque
de France accuse une nouvelle
ugmentalion de l'encaisse-or 11
du pourcentage de couverture.
L encaisse or s lve le 16 mai a
43 milliards 187 millions, chiti.e
iteord. Le maximum antrieur
( son 42.W0 millions ), avait t
ciiiegi!ii le 21 lvrier dernier,
avant les txpottations d or qui
uuiiou de l'Allemagne.Quasi au
pourcentage de la couverture,
api es stie ueja amlior du 25
avril au i mai, de 49.G4 / 0
U,2o0/, u lve le lt> mai I
jtJ,7y 7 cequi.conslitue un nou-
veau record.
Un value a environ 11 iml-
uous et demi de livres sterling
i or qui a t expdi de Lon-
dres a Paris au tours de ces dei-
nietc semaines. Ces rapatr.e
uients d'or viennent.de ce qut
le capital demand en Franct
pour la ti. h. 1. a t souscris
plus de 158 lois, ce qui a nces-
site l immobilisation momenta-
ne de 8 milliards de lianes.
Le qui empche l'or de soi tu
maigie les mesures prises par lt
gouvernement pour mettie un
tel me aux alllux dor, c'est la
m oetniue souscription du p a>
Vouug,, et le taux trop bas ut
l'escompte Lonuies qui ne toi-
respouu pas a la situation mu
uetaue de la Grande tirelagnt.
I.VMALI*HUAS ILLI JltlQlhM
Pour les lustallutioas lec-
triques, les moteurs.pour les
repaiaiious ues veniilaieurs,
des iiigniuires, des iers a
repasser, Auiessez-vous :
Victor CAS 1 EL
Ingnieur Electricien
qui u a son aclit vingt ans
Cjmme employ a la Compa-
gnie d'Lclairage Electrique.
Hue des Mnacles
ct du Syndicat des Agents
de change.
J" agit doucement sur le1
pores de telle faon qu'il fait
Qiieux que nettoyer. C'est une
Combinaison de savon pour
la peau. Ii dissout toute trace
de salet et aide la peau
tre tendre et douce.
L'EXELENTO
Savon de la peau
Produit une mousse paisse
excellente.
Il adoucit et enlve les ru-
gosits et tonifie le cuir che-
velu. 11 aide donc maintenir
l'tat de lu sant.
lin venle chez tous I es dro !
guistes. tour 0,30 centimes
>eulement. Il est expdi ds
ception du prix.
EXELENTO, MfciDIClNE
COMPANY
vl'LANTA. GEQRGIA U.S.A.
Agents demandes pour tous
"ajs.
'ivezpour renseignements
<.u0U.SAT^M0F, de rccevoi.r "n J" ""P'* ''< hwrei hetr -
meXr r^re"rar,iVC " '"""- ^
wMSS!CCi "ouv,aux '"^ '- -......
Les prix des matriels oour m^ull, t, ,
rduits peu prts ",0nv, s (,tl"ques ont t
dessous: P mmm "* ** ronitalerez ci-
Conduits del/2" Muni....., i. ,. ,
Fil auparavant 3 cls. Je pied ..aiutennut 111.
UPnTpTDt:V/2<;,S' ! 1'^ maintenant 2 cts
naut^t,Ed,SD ** ^ -P-avanr40S; :naint.
Rfrigrateurs General Electre an pr^de Nw-York.
Compagnie Ei.ectriqif.
soir.
U. bureaux r.eron. ovtns l,.,,n,,l,s jus,,,,'., hs.
Comit
ALUMINUM LiNE
Dparts directs de New-Oiiei.us et de Mobile
_ pour les porta Haiti^ ns.
MH?,Slfa.m/rJa,S'.era New-"eaus le 21 juin courant de
Mobile le 2 directement pour lei porta dUi>d, Pou-au-Pce
et les Gonaives. "
Port-au-Prince, le 15 Juin 19^,0
A. de MATTEIS & Co,
Agents Gnraux
I . ..... naasnw,
Dpute, ancien Mini
lluierieur, de fiuat
hjMirieaieul le la Justice
AVIS
Le Dpartement de la Jus-
tice porte la connaissance
des intresses que la ses-
sion ordinaire d examens
l'Ecole Nationale de Droit
s'ouvrira le lundi 28r juillet
prochain, 9 hres du matin.
Port-au-Prince, le 23 juin
1W30, J
m Toiit?8 les Polices
m -, ..-,, .iE LA
m
SUANC C
H
g comprennent la Protection contre la *
Foudre sans aucjmontation de taux
tiuff.LehossCo
lu
Agents Gnraux
*t
Alexanure Patlon
Mimon B Uvar
Par suite du dcs de deux
ue ses dis ingus membres,
i.ut nue ,Matnou et Charles
Dupuy, le Bureau excutif
lorme d un commun actord
c dl Mai 1U28 a t complt
ainsi qu'il suit :
Prsident: Docteur'9Franots
atencour, ex-Membre et Pre-
siueui du Juiy Mdical de
vont Marc, ex-Medecin du
fort de Si Marc, ex chirur-
gien eu cnef de l'Hpital
.unitaire de Pou au prince,
Uirectenr Fondateur du Jour
nal Mditai il.iiii< ii .
^ ice Prsident : Ate Auguste
Uonainy.aucicu baioiiuier de
l'uruie des Avocats de Port
au Prince, ancien Ministre
de. Finances et de i Instruc-
tion puoiujue.uue-ieu Ministre
d'iiuiti Paris, ancien Frsi-
deii t du Tribunal de Cassation.
Monsieur Jrnue, ancien
uislre de
-jtructiou
Publique et des .Relations
huent tires, ancien Juge au
Tribunal ue Cassation.
tesuner: Monsieur P. J.
Mexiie, ancien Directeur de
la Douane de Port au Prince,
ancien Dlgue du Dparte-
ment des l inauces, anciens
Aumiuialraieur des Finances,
Prsident du Comit Hatien
de la Ligue des Droits de
i Homme et du Citoyen. ^
conseiller : Matre Emile
Desiamies. Ancien Btonnier
de l'Ordre des Avocats de
r'ort-au-pnnce.ancien Minis-
ire de l'luterieur.
Monsieur O. boco, grand
planteur, ancien Dpute, an-
cien Ministre des Travaux
publics et de l'Agriculture.
Mr Cliurles Sambour .^an-
cien Administrateur des li-
nauces.aucieu Prsident de U
Commission de la Uette pu-
Ulique^ancien Conseiller u'L
ut.
Air Constantin Mayard: An-
cien Dpute, ancien Snateur
ancien MiuistieuelTuteneur
ancien conseiller d Lit.
Mr L. h. Doret : ingnieur
Civil, ancien ingtuitui de la
Ville^de Port au Prince.
Me StumourPradci : ancien
snateur, au'ieu Ministre de
l intrieur.
Mr ants Btlleyarde,ancien
Miuisue de i insuuction tu-
tiue, Mmiure dliaiti a Paris.
Secrtaire, Mr Frnzuer Pierre
i.ou.6, 'aimacien.
t,muent d sonneur ; G-
nral F. D. cegitime, ancien
Piesiunut dTiaili.
1^ HlJiJi
Accessoit es d automobiles
Ru >ro.i, -;cl 1. vant c'o Hiraceal.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. ele.
Tlphone : 3454
.
.: 23 .2K VEiXSmL*i
t ESTOilAO
Foie Intestin
Gastrite?
Entrite
Aigreurs
Brlures
Vomissements
Indigestions
EKFONCEZ-IOUS BIEN CECI DANS U TETE
[Pour iligror f'H'ilmiiAnt n'imnorte quel
aliuior.t, p'iiir Ovuor la lourdeur, l'0|>-
Siession apri loi rop.is, noiuraliaer l'sct-
M f-tomacale, auppriiner los miitruinaa
dit aux inauvaisr-. dlccstions d^sln-
hlco'r rintotin, il sufft de prs'-.dro f*et
POUOR5.S DE COCK 4

Labori'.olra dot POClilirS OC C7C.Y H JIUMONT 'Jrn, a).
t /')/. i/u-/'ri'M : I ..i M.i' u !.. I. : Il
Colombictn Sic* uns h ip
Company Inc.
Le steamer Bolivar venant de New York diredemenl
est attendu ici le vendredi 27 du courm. Il partira |>
mme jour pour les ports de la Colombie p enant fret et
passagers.
Port au Priuce, le 34 j iin 1930.
ColomHnn Steam&hip Company Inc.
GEBARA A Co, Agents.
L'Idal Rhum
a;^ALlX ROY
28 annes de succs.
INDUSTRIE HATIENNE
DARDAhELLbS
Cigares Uns fabriqus a St Michel da l'AUalave.
La boite de 25 Cigares .Marquis Or 2.00
?5 % -El Victor 2,00
25 frUondrai 1,50
50 ^,00
50 .Coronation 4,00
i S'adresser : Em. RVRE
Syndicat des Agents de Change. 121,Rue des Miracles
En vente chez : Simon VIEUX,
Vve V. DOUYON ( cte de U Post )
Al


Jeudi
26 Jum.1930
.
Le Matin
4 PAGES
BT.
.2*eu.V WNfcE M* 6726
rorl-au-Prince
Tlphone : 2242
Rhumatismes
Nvralgie
Gravelle
Artrio-Sclrose
Obsit
i


i
t
,.tr
et la Goutte
ninj

i t, te iwfa, !v ta
foie et le* articulions
:; astouplit le artre*
-i {Vite refaite.
Mhntnl Irf l'avion 1
I ROI) >V\i. irtl ... -;- ru,is dan-
pnrlhl. du
cl do la IcMdlof.
, |! ... | H<-nl WIi
,,., d- !. i..hI..-
; '.
[,. | V...| I.

... ... -.......
Cours
Classiques
12me pkoophie inclu-
sivement. .
^Mthode sreucc*s complet
contrle chaque anne.
Cours du soir pour adultes et
Jeunes gens.
Comptabilit. Stnographie _
anglaise et franaise, Daftu-% renvoys devant lofhc.erde
oq.aphie aiec des spcialistes) l'Etat civil pour le prononcer
"nnrchaaue cours/ \ En excution du susdit
Avis de divorce
Par jugement du Tribunal
de premire instance de Port
au-Prince en date du 4 Sep-
tembre 1929 suivi d'un arrt
de rejet du Tribunal de Cas- I
sinion en date du 9 Juin 1930,
le divorce demand par le
sieur Hubert A. Steele. pro-
pritaire, demeurant et domi-
cili Port-au-Prince, contre
Mme Adlade Thrse An-
toine,a t admis et les partis
pour chaque tours.
<-< '

et que
PR-CAT-LAN
Si vous rivez quelques heuresMe/ loisir, le soir,
vous dsirez les passer agrablement allez au
Pr-Cat-Tlan
=eleX^^
eSsons les plus fraches et les plus pures.
champgne, bire* allemande ou nationale, liqueurs de ton
tes sortes.
Produits
Bailey
11 est ncesaire de rappeler
que chez Bailev on trouvera
les TOMATES si renommes,
les oignons qui ne le cdent
en rien ceuxdertrange-\du
Lait chaud ou troid trs pur
et garanti, etc,
Tlphone, 2183.
Enseignements du franais
de l'anglais, de l'allemand, de
l'espagnol. Mthode sans
gale. ....
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Maihma
tiques aux lves ou en retard
ou ceux qui veulent gagner
du temps. \A
Cours de husique ( Soljge,
Violon, Piano.) .
Pension Scolaire, srieuse et
aqrabh; avec annexe pour
l-tudiants et adultes.
S'adresser Rue Lamarre IW/.
ou llohone- au Ao 2$91
pour plus amples renseigne-
Institut TIPt'ENHAUER
Reconnu de Universit
hatienne.
jugement. Mr. Fernand Ma-
diou a prononc le divorce
hier 20 Juin 1930.
Fait Port au-Prince, le 21
juin 1930.
RIGAL
Cabinet
DE
M** Charles Fibcul
t J. LHft Joseph
AVOCATS
Arien* of!irieri du Parquet da
Tribnnal de Cassation.
Ri|ild MMfiramri fi 8. Rie Dante*
fWwtnncliea Heures de f ftniilttinns
H h. a 12 h. .m 3h .'ih.p.n.

Rclamez ,1e chque
Il a ete trouv en lace de
l'Htel de Ville un chque
sur la Banque du Canada
l'ordre de M J OLDENBROCk
qui peut le reclamer en nos
bureaux.
A vendre
Orthophonie-Victrola
45 plaques
S'adresser : . J. LANG,
U. S. M. C. Aviation; tlpho-
sei; VI. C Office ?7-2 : mai-
non prive 45-2.
Avis matrimonial
Le sous signe, Nuise Bruce,
dclare au public et au com-
merce en particulier, qu'il
n'est plus responsable des
actes de son pouse.ne Clair-
vilie Sildor, pour cause d'in- -
A vendre
A trs bon compte, cash ou
termes, un lot de stenciles
( Dermatype ) pour Mimeo-
granh Edison-Dick, s'adresser
l'Ecole Spciale de Stno-
Dactylographie. Ang'e de?
Rues des Miracles et du Cen-
tre, port au prince, Haiti.
Horn-Line
Le m/s Wal Itraut Horn ,
venant de Kingston sera ici
Vt-rs le 26 cri., partaut pour
l'Kurope.via le Nord, prenant
trt et passagers.
Le m/s ( Thrse Horn >.
corn pat biiit de caractre, en venant d'Europe, est attendu
vers le 30 cri, eu route pour
Kingston, Sto Domingo, Cu-
raao, prenant trt et passa-
eRLlNBOLD&Co, Agents
attendant qu'une action en
divorce lui soit intente
Port-au Prince, le 23 juin
1930.
Nois BRUCE
Moi d'ordre
AK100
Point de ralliement t
La Ouinaude
Ils sont lgions les candi-
dats, tous trs populaires,
actits.mtelligents et... surtout
patriotes desintresss; mais
la victoire nux urnes restera
ceux qui auront lait pren-
dre leurs lecteurs le plus
d'.AKlCOau lait de. la Gui-
naude.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( ScotLind )
LOTERIE
DP
l'Association des Membres du Corps Enseignant
et de l'Alliance Franaise
t Le prochain tirage de cette ictre ' 6 Juillet 19J0 9 heures du matin au Ci f a'-XDORADO .
; Le Comit d'Administration aviso le _pnblic q il ne met
>lus en vente que 100 bil-ets au lieu te 5000
! Le prix du billet est de 3 gourdes ei TROIS coupons d'uua
(jour le chacun.
Les I >ts gigmats Jsont augments en'nombre et ?en valeur
contormraent la rpartition suivante.
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ a action
du monde.

Ses Polices contre incendie convren
ttVEUTIORSSLtlS KlU
:ut aussi les/lgats occasionnsi par *******
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa personne ou dans ses biens. nQWaKip Pn Hati
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d Europe sont P^^es en Ha^i
Ses Polices contre accidents sont valables dans Univers cutter. Tous les
Veuve F. BERMINGHAM, Aux,Caves
Agent Gnral pour Haiti.
SOUS-AGENTS : **?^iaj&^ Jrmie
1
1 Gros lot Gourdes
1 a
1
3 lots de 90
3 lots de 00
117 lots se
trois gros luts.
2.100
;ooo
150
180
tei mraant&P
75
lots'de 'M gonr les 120
'o's de 12 Odes 900
2 Ap. du 1er lot 30 G. 04
2 du 2e gros lot 24 0
I 2 du Se gros lot 15 30
les deux derniers chiffres dts
6 Gdes 7(W
BAR TERMINUS
Place Dessalines
Grand Hiel\
de France
J'avilis eu le grand plaisii
d'Annoncer mes aimables
Clients qu'ils auraient trouv
au Grand Htel de France 1.^
meilleur accueil l'occas:(-n
des Elections Lgislatives tu
tnresetdes prix spciaux.
Le Gra.id Htel de France,
dirig actuellement par Mme
Ferrandini.l'ancienne propri
taire si conuue de l'IItel
Internalionnl des Cayes, con-
tinue offrir la plus grandi
garan ie au point de vue du
confort,
Pensions par jour et pai
mois di s prix trs modrs
suivant la classe des chambres
que Toi) occupe.
Le Service du Reetauranl
est irrprochable, les gi.ts
les plus dlicats serout ta
tistaits.
Le plat dujour constitue m
repascomplet et a porte de
toutes les bourses.
(iourdes 2,50.
Diucr^et banquet sur com
Bande.
U m'est agrable de recoin-
mandera ujesnombreuxami-,
et au^ nouveaux cilents^qui
voudront bieu luus laoe
l'honneur de nous visiter.
IH cl et l 11 v.iiiri.nl. qi"
S-ius cette r.ouvi Ile dirn
serontjen.m'. toutes le* s:' sfi ti. |
vance.j ki dh s i
me ri.
Panama Rairoad Steamshin Line
Service de frCet de passagers entie
NEW.YORK m-Y "W^Hi^ "T ^ U
oius rapide el le plus li.ect service de transu>rtde asngoei et du tr\ cotrs Hn.t
HferportPsEur,^ *J* OA hftji de Panama
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l Bnrope .
Angleterre Ecosse Trance
Mrs. G W. SHELDON S C,o- 17 James Street. Liverpool, Lnolanp
Tfce lollowioq arr our Ageats al priucipal ports la Eirtpe :
ENGlAND, SCOTLAND. FRANCE.
Messrs G. W. SHELDON & C.v,
17 James Street, Liverpool, England
In France, Messrs G. W. Sheldon &*Co. are represented by the followin firms
Caf chic,
de premier
Restaurant
choix o l'on
trouve ', toute heure les
consommations les plus d-
licates, j
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
i-. 'it
Glei.vh v Henki v & Co
21 Rue del Rpublique
Marseilles.
IIerni Peron& L. Ltd.
3 Quai George V.
Havre.
Hernu Peron & Co., Ltd.
Hue du Moulin Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Copenhague, Danemark. & Co '
Hirnu Fr ron & C
95
Ltd.
Bue des Marais,
Paris.
Hernu Peron & Co L'd ,
Rue de la Tranquilit,
Dunkerque.
Hi rnu Peron & Co Ltd.,
9 Rue Roy,
Bordeaux.
Genoe, Italv.

Messrs F A. Bendix & Co Messrs Henry Coe &.umn,
> K-ne. Cope'nbagen. \ Piazz.v S.^atteo.No 15Ge..
Oslo, NojiWAV.
UilATuatioual
11
^Spediticnsaeikap Oslo.
HVMBIUO. UKRMANY.
MM.ATt.Axnc Freight Cork ^
COTTENBURG. SWEDEN
Nordisk Express,
Cotheiburg,
r.,,,
BarMEN, Germant
Messis Atlax ic Freight
Coppn.
uremen.
HOi'lLhi'^... HOt.LAND.fe
Poupes de Salon
Coussins
Abat-jour.
Grand choix de fournitures, glands
franges, dentelle* d'or assortiment de ga-
lons -- Lim dentelle argent etc...
Voua trouverez le dernier et i de Paria
des prix trs modrs.
Prendre adresse au MAT) >
Tlphoro : 2287.
f,Vl( ssrs
Atlantic
Corp'n.,
totti
I RFIXC


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs