Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04040
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 24, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04040

Full Text
MliJlAT
Clment Maglore
DIRECTEUR
1158, RUE AMERICAINE 1858
TELEPHONE N'2242
14me ANNEfc N*
I_
Saa IVpoir H h fw'i-nr*.nVt
se s#ot tre achev ni arcomp'''
.ne ce -ait itnri" |l dom.tine de |;,
religion de la politique de nfpri
ou dp faute autre entreprise ht.
",- % llrHHIt h
PORT-AD-PBINC1 fHAITI )
MERCREDI \h JUIN
I9M
De l'Impt sur l'Alcool
jo
LA LOI D'AOUT 1928.
Par Charles VORBE.
SUITE et FIN. / Soir Le Matin d'hier).
On ne doit pas ngliger cette
punie de la lgislation du 14
Aol 1928 dans sa fiscalit. Le
mode de taxation, comme il
et lix dans l'uiticle 18 de la
due loi, laisse sou rel avan-
tage a un distillateur inielli
geut sur le coucurreut qui u'y
compiend rien. Celui-ci. dis-
tillant daus un alambic qui
date du temps de Ottlrard ou
de Uomingue, appui ed su-
rann et leteriore se place
forcment daus un rel tat
d infriorit dans ia concur-
rence commerciale de I a.cuul,
tout au profit de l'autie qui,
tirant de sou nouvel appareil
uu produit a sou titre eleve
et trs haut de celui fixe au
Tard, rduit pratiquement lu
quotit de la taxe eu propor-
tiou du haut degr ue s o u
alcool.
A l'appui de cette impoi-
tauteoosevanuu, n y aman
lieu de donner plus ue pieti-
siou si nous pouvions dispo-
ser Ue quelques loisirs a cou-
suilei les egiaties des Inspec-
teurs des Loutiibuliou* qui
peu.eut, coup sr, reusei
guei sur les guidives produi
saut de l'alcool un tare pi us
bas ou plus haut que 23 car-
tier qui est le tineiuterme
diuire officiel. Mais ce n'est
point indispensable, ni nces-
saire, quand il ne suint que
de montrer, eu t'occureuce,
quuue approximation entre
les centre de pioductious,
par exempie, la Ha>co qui
p.odua du 40 dtg.e Caria r,
et le plus gianu uoiubre des
distillateurs des auii es i egions j
qui lont de l'alcool de 23, J
nialgie que daus telle dei i
nire catgorie, beaucoup
Du sirop de Canne
Diverses guidives 23 cartier
Taxe au gai on 0.93 1/2
de la liasco 40
Taxe au gullou 0,85
De la mlasse
de la 11 Taxes au gallon 1,22
d'entre eux fabriquent un pro-
duit au titre de 35 36 degrs :
Arcahaie cabaret, Jrmic
{Knon-Uelin ) et Can-haiUen-
Quariier-Morin ). Nous pou-
vons en ti er les propritaires-
abricants.
Par ce procd aussi simple
que judicieux, ooseconvaiu
cra que les diffrentes uuoti
es qui rsultent du mode fis-
cal de la taxe prvue au tarif
ofli iel, se ramnent approxi-
mativement par gallon calcul
a 3 litres 75 pour du tafia de
19 degrs, aux taxes ci-des-
sous :
Peur l'a'coolMe jus ou si-
rop de canne :
1re l'alcool de 23 degrs
(ax G. 1.12 1/2 le gallon,
quivaut, aprs mouillage
abaissant ce degr 19, a uue
axe di i.. U i3 1/2 le gallon ;
Je, celui de plus de 23 ta
xe a (j. 1.69, cet alcool de 40
degrs quivaut api es n.ouii
lage abaissant ce degie a 19,
une taxe de G 0 85 le galion
Pour 1 alcool d'autres ma-
tires ou mlasse :
3e, l'alcool de plus de 23
degrs, taxe G. 2,44, qui-
vaut aprs mouillage aBais*ni
cedegie 19, une taxe de
G. 1,22 le gallon.
i ar consquent, en appli-
quant les quantits d'alcooi
pro lutes 19 sur cette
chelle fiscale, aux receltes de
1928-29 provenant sparemeui
de l'alcool du jus ou siop de
caiineei de la mlasse, poui
ce deimei son a ut de ia itgtu..
de l'orl-au rince ( Haseo) -
celui de 23 Jesautres iegou
de la Rpublique, il eu tessoi.
les suivants:
\aleurs Gallons (19;
693.47200
365366 00
741.681
172.425 00
429 840
141 332
Rsultat
Gdes. 1.231 263.00GaII. 1 311.853
Par e procd qui ne re-
vt rien d exagr la moyen ue
de la taxe sera de 0,94 centi
mes le gallon et applique sur
une quautit de 1 311 853 (un
million trois cent ouze mule
huit cent cinquante trois gal-
lons de Tafia 19 degrs Car-
tier ) lesquels out produit la
Caisse des Droits d'Accise la
somme de 1231 26300 p.n-
daut l'exercice de 1928 1929,
gnraux de la percepiio-
s'taient eleves,a u. 3o6 308 Ou
y compris G. 41.532 o. allant
a la commission de 1 o/o te
venant la B N R. H. pour
sou service d'encaissement.
Depuis l'exercice de la pei
ception des droits daccisi
dont celui de l'impt sur l'a.
cool de fabricath n locale ab
sorbe pi us des trois quai ts des
dpenses gnrales, ce dei niei
montant de 3o6 3o8oo est
pass trs coinpiehensible-
ment G 799,o76,oo y com-
pris G. 6o.352,oo revenant a
la Banque Nationale, en cou-
verture de sa Commission
d'un pour cent de Tiesoieru.
Devant ces deux penout
administia dans leurs mmes fiu, a ne
peut pas tie suiestime, eu
nxant les dpenses attribues
exclusivement l'exercice dt
l'alcool, G. 325.ooo.oo l'au
pour le contrla fiscal de
trois cents guidives actuelle
meut eu fonctionnement.
: blant par consquent snr
cette dernire estimation,
quelle serait la situation de
i adtniuistiation de l'impt
sous une rduction des taxes
existantes au tiers de 1 e u i
quotit V i\ous elafiliious su.
et lie supposaiou .es eu un es
comme expose ci-dessus et
arrivons au reaullal suivaul
'-
/.


1
a c
K.OLYNC J coi
du tartre dos fam<
ation des dents &
leur rend a u L : i
eur naturels. Lile dlrut j bact-
ries cause de carie et de h plupart
des maladies contagieuses.
Essayez Kolynoselle rafrachit
la bouche et parfume l'haleine Un
centimtre sur brosse sche et soies
dures suffit.
CREME DENTIFRICE
KOLYN0S
-^
Recettes obtenues en 1928 1929
Par rduction des 2/3 des taxes
Produit annuel brut
A dduire: 1 o/o Commission Banque 4.104
Frais de perception 325.000
Gds. 1.231 263.00
820 842 00
Gds. 410.38100
329 104 00
Produit Net de la Taxe
(Jette simple dmonstration
suffit elle seule pour per
illettr J apprcier uut piojet
de reductiou de la taxe sur
l'alcool, et sous n'imporie
quelle loi me que cette rduc-
tion puisse tre p part qu'avec elle.le but unique
des Droits d'Accise, connue
il est ul daushst ousid r..n s
t le dityusit t de l'article ^1
n ta loi q.n lsa aiaugmes
ne serait plu*atteint, m is il
n y aurait plus lieu pour rtiat
le se douuer tajnl de mal
pour obteuir un rsultat
nuancier si iuMguifuut au
profil du Trsor.
Nou s'il taut mettre en
paalleie la quotiie de .a
nouvelle taxe qui vieut tout
' iM'iiiiih ni happer d un lger
anpt le produit recouuu
partout le plus imposable, et
celle qui se prlve depuis
notre liidepeudunce Nationale
urles pioduits d*t xporiatioo,
dont le aie duquel toute
lexistiu e conomique du
pays depeud, devra daus un
venir li* couit en tre
torcemeui allge, ou ne peut
concevoir, sous n'anpoite
,ue.le ui.vm que 1 ide puisse
eue avance, le bien tonde '
Gds. 81277 00
Jd'un projet de rduction quel-
conque de la t.ixeen question.
Mon! Ce qui est possible
en la circonstance et que le
Bureau des Contributions
peut tudier avec le Pouvoir
dirigeant, malgr temporaire,
ce sont les moyens d'entente
entre les Contributions et le
producteur, au M is le fixer
! un terua de crdit a corder
celui-ci a I acquit des rede-
vances dues qu-md e dernier,
comme on le lui donne ail
Ieurs,n'a paseucore l'avantage
de bnficier du droit d'em-
nugasiuage les Contributions
ne pouvant disposer d entre-
pts p tur loger le produit
termin et faciliter le tabn
cant eu cas de la raveute de
son alcool.
En se portant sur ce! autre
terrain que celui de la rduc-
tion, nous croyons que le
prob rae de la taxe sur l'ai
10 il au a trouve sa solution,
quand il n'y a actuellement
aucune rsistance srieuse au
mode de perception de la taxe
sur l'alcool et les buissons
alcooliques et cette industrie
n'tant pratiquement adapte
au tu"avenu fgime.
Chties VORBE
Manufacture Hatienne
de Cigarettes
GBARA& G
Les Ciqarettes
Dessalinienne*
Clon
Rpublicaine*
Porl-au-Princienne
Grce la finesse de leur arme font les diiees
ds vrais amateurs,
Suggestions
u

A propos de la loi
lectorale
.l'ne remarque trs judicieuse
est la faon de centraliser la d-
livrance des cartes a Port-au-
l'rince au Hureau Commu-
nal. Cette mesure est inellica-
ce. Comme la Commission Cora-
uuna'e est tonne de trois mem-
bres, nous suggrons l'ide d a-
Ivo r trois commissions d ins-
cription, pi sides chacune par
un Membre de la Commission
Communale et des citoyens d-
signs parles dilrcu s groupes
le candidats di lars. Par ain-
si on tablira donc un bureau
l'inscription la Commune, les
deux autres aux.lusiicesde Pa x
des Sections Nord et Sud. Celte
layon de procder fera viter
les nombreuses b garres qui,
d'ordinaire, ont lieu, pendant
cslte fivreuse-priode lecto-
rale.
Une autre remarque propos
des inscriptions des lecteurs
par circonscription pour Port-
au-Prince, quelquuu a mis l'o-
pinion que le proiet de loi lec-
torale serait absolument liber..!
s'il permettait l'lecteur d'un
arrondissement ayant plusieurs
eircousciipduus de vole, de vo-
ler daus la circonscription o il
a le plus d'intrt a le taire. C est
une opinion trs dfendable et
que nous partageons entire-
ment.
En eflel, je peux b ibiler dans
la 2eme circonscription dePort-
aui'nuce, et avoir des intrts
piuti daus la premire ni cons-
cription ou encors ne m'interes-
ser qu' un candidat de cette
circonscription qui m'inspue
plus de confiance qu'aucun au-
tre de la 2c.ne circonscription.
Ln-uite, Port-au Prince, con-
tinuellement on change de de-
meure, pour des causes diff-
rentes Or, uu moment de s ins-
oi ire on p.-ut habiter dans telle
circonscription et au moment de
Voter dans telle autre. Il ue l'au-
Irai pas que l'lecteur tombal
sous le co ip de I amen te et de
i euipiisouueinen parcequ il s-
rail pruuve que son nom se
trouve dans le rle dune cir-
conscription o il n a pas sa de-
meure. Nous l'aidons ces obser-
vations, parce que nous dsi-
rons que (lecteur qui tait sa
dclaration dise Irancbeuient sa
demeure et nous ne vouions pas
jue le bureau d inscription lui
uipoc uue circonscription de
voie; par consquent l'oblige
ou a s'abstenir de vo'er ou a d-
poser daus I urne un bulletin
oianc, alors quil lui serait sa-
tisfaisant de voter pour un can-
bdat qui a toute sa confiance et
oute sa sy npathie.
Uiie autre remarque sur la-
juelle |e reviendrai est celle de
contier la prsidence des bu-
reaux de vote aux conseillers
communaux qui sont directe-
ment intresss an lieu que
ce soit aux Juges de Paix qui,
eoa, restent loigns de la lutte
lectorale.
Arthur ISIDORE.
La journe
de St-Pierre
Ce sera l'nne des pins agra-
bles la iourne de dimanche
Ption Ville.Il s'organise tou-
f une laite <1 < o . m; r qui
i*ron les dlices des g and il
les petits.
Des comptoirs varias seront
tenus par des Dames patronnes-
-es o Ion trouvera a peu de
trais des ob|ets les] plus rares,
les gteaux, de la crme, etc.
Si l'on sait,que cette belle tour-
ne se clturera par uuetepi*-
Kentatioo cinmatographique au
Presbytre, nul ne voudra rater
I nne des meilleures occasions
de se distraire en bonne compa-
gnie.
Assurez-vous contre accident
la Ututral Aicideul Fire &
de Assuiance l^orporanon L--
o en . Vve t. tteriuingliaua,
yod que les candidats soj
en pleine iflervescence D m
ont organis un bal, dimanchi
soir, a Plion-Ville, aux envi-
ions de la Pmce Moyer. Les di
cours coulaient autant que Iel
boissons et ceux qui taient il
se demand, eut an s'en allant Ci
UUI les grisa davantage, des dis]
cours ou d.s boissons Mai
comme le ou- tait frais et pu,
us perdirent leur griserie en s'J
promenant et en se disant qui
si cela va de mieux an mieux ol
pourra a peine u tenir vers l-l
mois prochuin.
*
...a vu, dimanche soir, aveil
quel empressement tout lemonf
de se jeta A l'Eldorado, ds (iU.
les premires gouttes de piuij
commencrenl u tomber sur li|
loule qui, comme chaqna diJ
manche, t'tait amasse autoud
du Kiosque o allait se donne,
le concert dominical. Le concer,
que l'on n'a pas eu au Champ-,
de-Mars, a cause de la pluie, oJ
la eu chez IJauaud o Ortho-
phonie JOU0 des morceaux aussi
varis qu'intressants. Les ,ou-
eurs le billard s'arrtaient d(J
temps en temps, la queue a la
main pour couter quelqoa
charieslonendiabl, el quelque
lois aussi une buveuse gardait!
son verr dans le voisinage de
sis lvres, nosani pus |> ,irej dt.
crainte de distraiie son atten-
tion de la musique.
a
...a lu, Mapg's 1H,de////-I
a-arac, qui, comme on le sait I
a paru en 1010, les quelques pt'
lites phrases suivantes 'qui il
taut bien qu'or, l'avoue furem,
dun vrai prophte: Lt, p|uJ
tard, quand la fin sera dfiniti-l
veinent venue,celte palme a d-|
cerner servira ncore a aliinen-l
1er nos divisions. Nous pilol
gue.ons indfi.unient tur les]
causas de la dcLite. N'avant pusl
su nous uni. pour vivre comme]
Na ion, nous ne cesserons dei
nous chamailler sur le cadavre!
de la morte que lions n'aurons!
lamais tant anne qu'alors. Mais!
tout cela se passera en bavar-l
dages impuissants, el nous ni
pourrons plus m nous fusiller,!
ni nous massacrer, ni nousexi-l
1er, car le gendarme, gardiendtl
I ordre, le gendarme que nous
aurons rendu latil, sera l...
On a devin tout de suite, que!
ce geiidaime est bien celui que
nous avons actuellement...
*
... a vu au march Vallire,
samedi malin, un employ du
haut personnel de la Commune
se peiiclier prs d'une marchan-
de et dbattre avec elle le prix
d'une poule. Puis Noiiu: il
vit l'employ important fait a
une chose tout nul originale .
il dplia un numro du .Matin et
S'en servit pour envelopper la
poule sur laqu lie il avait fix)
ion choix. Lu bte se dballait
en vain et pro,estait de toutes
ses forces; I homme, calme et
digne.emportait tranquillement|
son paquet vivant qui remuait..,

f
... a vu un pauvre homme qui.
avait totalement oubli qu'il n-
tait plus fonctionnaire. Il staitl
achemine vers le Palais des li-l
limes, par habitude et lise uis-j
posait rclamer son ch,,ue
(JUaU il tut i appel a la reabt.
II eut le courage de rire mi-
m m de sa msaventure muisj
son i ne tait truie et faux ...
hoi|H>isunriiriils martels
par l'altoull
New-York, 20 juin. L'au-
topsie de neuf personnes dc-i
de< au cours des 21 heures* j
cou ees a rvl qu'elles taient
mortes des suites d'un empoi-
sonnement piovoquei par lb-
soi ption d'ulcoois ne nauie
suspecte.
.\i. Cuarles Noms, l'expert
m ical juih procd a l'examen
des or,.-. >s< .lavis uu unegian-
de .,ua eie uiise eu ciicuianou itaual
vi ne.


PAGE-2
LE MAII.W-2 25 Juin 1930
Une Lettre
d'Antoine Pierre-Paul
Port-au-Prince, le 20 Mai 1930.
Mr Enriquillo Heriqueay Garcia.
San o homingo.
tonl que de la rclarre person
mile; l'inltiel de i Patrie 11. i
iR'iiiie est ;iu second plan. 1).
plus il y a dans ces )ouinau>
plus d incohrence que de log -
. que, et, dans le souci de leui.*
Notre ami Laudun in a remis ,\ .
.. V i, u vi.i -a,, Directeurs de mettre en relnl
hier votre lettre du v Mai cou-
cher monsi ur et ami.
rant que, pendant son dernier
sjour Santo-Domingu, mon-
sieur .lolibois Fil vous a sup-
pli de m'adresser.
h Avant mme son dpart pour
la Rpublique {Dominicaine o
il nvait voyag expressment
pour causer avec(Vous de l'objet
de votre lettre, je savais que,
ignorant comment monsieur Jo-
hbois qui, a son retour dans le
Pays, m'a trouv en pleiue cam-
pagne lectorale, est venu op-
poser sa candidature la mien-
ne, vous n'auriez s hsit
cder ses supplie ons.
Par ducation . ant que par
patriotisme, je n uis entrer en
comptition avec les nationa-
listes qui se sont dj ports
candidats au Snat pour le D-
partement du Sud, o depuis
vingt deux ans je n'ai plus mon
domicile. Bien que j'aie lond,
dans les tranches mmes de la
leur personnalit, ilscontranei t
|)luti|tous eflorts.pour ta lib.-
ration d'Hati. Vos; leaders na-
tionalistes, pour la plupart, s -
crilieut aisment un taux ges i
le samt de leur Pays.
Ces paroles marques au coi
I rue Iranchise brutale, )e le
ai entendues avec une prolondi
tristesse. Et tandis que chaqui
mot, tel un poignard, Iransper
S'ait mon cur, l'image de cer
tains de mes anciens amis st
fixait dans ma pense comme
pour illustrer l'observation mal
heureusement trop exacte di
mon interlocuteur dominicain.
Je ne vous ai pas cout avtc
moins d attention, cher mon-
sieur et ami, lorsqu'un jour a
Santo-Doiningo, vous voquiez
avec une lgitime fiert i'alulud.
pleine de dumn et de correc
lion quont eue monsieur votre
pre don Fredenco ilenriquez
el monsieur votre oncle, lan-
Patrie, le nationalisme hatien (.u>|, ^.dent Ilenriquez y Car-
et que |'aie tent pour la libra-
tion de mon Pays ce que n'ont
limait os les nationalistes tard
venus, bien que j aie subi es
plus 1 ii es soullrances, connu la
fdus cruelle angoisse et couru
e plus grand danger pour avoir
essuy de repousser la lorce par
la lorce et que ma lte ait t
mise prix par l'Occupation
Amricaine ; bien que ce soit le
comit du Parti National Tra-
vailliste des Caves qui, en verlu
de mes Instructions, ait agi de
manire obliger le Gouverne-
ment de Washington enten-
dre les dolances du peuple ha-
tien et que, grce a ce Parti,
nous ayons enfin l'espoir d'une
prochaine libration, |e ne crois
pas, cher monsieur et ami, avoir
plus de droit que mes amis du
Sud a reprsenter ce Dparte- "" e rponse a une let
ment au Snat de la Rpublique. protestation contre une n<
au point de commettre la d-
loyaut et le sans gne d'aller
opposer ma candidature la
leur.
Toutelois, puisque monsieur
Johbois a quarante, ans et que
l'on peut tre Snateur trente,
il n'a qu' user son profit de
l'influence qu'il dit avoir dans le
Sud et qu'il voudrait mettre a
ma disposition.
Il y a en Hati, une lite cons-
ciente qui sait quelle rcom-
pense dcerner ceux qui ont
rellement mrit de la Patrie.
La situation le mon Pays,
cher monsieur et ami, est plus
critique qu'elle ne l'a jamais t.
Sou salut ou sa perle dfinitive
dpendra du rsultat de la pio-
chaine consultation nationale.
A ce piopos, je me rappelle ce
qu'un dominicain, ami sincre
de la cause hatienne a eu me
dire, il y a trois ans : s Si la
question dominicaine a t so-
lutionne si vite, c'est parce
qu ici ( dans la Rpublique Do
minicaiiie ) nous n'avons envi
sage que l'intrt de notre Pays;
tandis qu'en Hati, les journaux
dits de dlense nationale ne
La fte
des Mres
Le dernier dimanche de Juin,
ous les hatiens auront cur
de prendie part relte main-
tes aiion en l'honneur des m-
r s.
Ceux qui ont la joie devoir
eur mie tendront a lui t-
moigner par un hommage pu-
blic leur reconnaissance.
Les autres, en souvenir du
grand amour qui a berc leur
nlance, viendront donnei tou-
les les Mres, uu tmoignage de
vnration.
Tous auront un hommage
pour celles qui par leurs d-
vouements assurent la vie et
l'avenir du pays.
Dans la matine, dans une c-
rmonie spciale aux entants,
mirait lieu la bndiction des
roses, symboles du dvouement.
Aprs la crmonie, l'entant lot-
frirait a sa mre.
Dans I aprs midi, de ."> h 7
heures, Place Dessahnes, con-
cert par la Musique de la Gen-
darmerie.
Les personnes qui dsirent
contribuer a cette manifestation
de sympathie envers la mre
Maltienne fourniront des roses
aux enfants la porte de laCa-
thdrule.
La Commission Moton sera
prsente a la messe de la Ca-
wiediale.
Uni: di'.iti:
BONNEK,
v.ijal, & leur retour ue Kui Ion
gue cl li ucUeilse Cioisade Ujus
I Amen |ue latine, attitude que
leur avaient inspire leur pari-
otiame sincre et leur haute cul-
ture morale et qui leur a valu IV T
l.i vnration du peuple doini- 1^ O U
uicain et l'admiration du monde
civilis. Vos illustres parents
sont de vrais patriotes.
Vous avez donc, tout prs de
vous trop de beaux exemple s d
dsintressement et depatno-
Us me, et vous tes personnelle- '
ment trop patriote, trop loyal,
et tiop gentilhomme pour ne
[i is juger comme il convient la
conduite envers moi de mon-
I" "l'H poui liai icrcomme le itnei-ul
sieur Joiibois qui est venu op- Nieswji, son comme ,e taisolau du
poser sa candidature lu mie.i- J licteur dont conque baguette est i-
ue, aprs m'avoir crit ce qui '' "'''' '"'
veau
journal
Vienl le paratre : LE PAYS,
journal populaire, sous la direction
le notre ami Louis Cullard.
Noua extrayons de la Dclaration
de notre conueie : <. Dans les con-
loncturea actuelle*, tiaut que noue
q
tre de
note du
a Courrier Hatien relative a
ma campague lectorale dans la
commune de I Aicahaie :
i Mon cher Pierre-Paul, je
m'en voudrais de porter atteint*
vos droits, soit comme cito
yen hatien, soit comme natio
nalisle de la premire heure..
Nous avons t des lrres
dans le malheur. Je viens de de-
dater des amis de Petit-tioavi
comment vous entai protester,
le 10 Avril 1022, contre tou e
lection prsidentielle par le
Conseil d Ktat, en voulant uu ni.
i eedner votre geste suhiimt et
hroque du f> J nvier TIT)
mou endurance civique ne
veut pas due que je dois OCCu
per telle ou telle lonciion...
<> Notre tout dvou et lire
p u la douleur.
(Sign) J.JOUBOIS Fn.s.
.le m'aperois que ma leiti<
i ^ d|u trop longue. Je la ter
mine ici, en vous assuiant, chei
monsieur et ami, de toute ma
-yuip.i I e.
Antoine PILKHL-PaUL.
ser, mais dont toutes les ba-
guettes fermement lies sont ditlici-
les a rompre. Il faut donc que nous
soyons unu.les vieux comme les jeu-
nes, dans un mme cuite et une mme
loi : le cuite du drapeau et la foi dans
lea desUuM de notre pays.
.vous tendous donc a tous une
luaiu liaierneiieetliaitienneet venons
grossir la Kaide, prendre notre tour
te quart autour du flan tloooer, ce
pian ifUI a t conu,labore el arrt
m |ioiit de tous tes hatiens Indis-
tinctement et qu un nationalisme la-
assu-
gouverneineiit
pius aucun a exercer des reprsailles
iiijiistiiiaijies qu a raliser les deside-
rata le loin un peuple.
. .Nos collaborateur*f Ce sont donc
Unis ceux qui OUI un mot a dire, une
protestation a produire en laveur du
pays. La vois ia pius iiuiuuie comme
.a pins oputeute, ues mrsqu eue s'l-
vera pour le ni ou et la )Ustice, trou-
vera (OU eeno dans les coionnes de ce
jouruat ; car, te droit reste une lettre
morte quand personne ne s'expose
pour sa ie\emlication.B
.vous prestations ious nos vux de
succs anotie contrera qui vient com-
battre pour ia bonne cause.
-------...-.... ,, ,, ii.uionaiisme
meiique voudrait saboter pourai
rer ia prennit d'un guuverneu
SOI S-\HI\S ILLEIANlffi
M t ii ii m * m l niiuiHi'inaralii Hev
ni|Klel
Kiel20 iuin. IXmonununl
commuioratil des quipages
dessous-marins allemands dis-
parus pendant la guerre a t
inaugur aujourd'hui.
Le monument consiste en une
colonne surmonted'uii aigle aux
ailes dployes. Il porte l'ins-
cription : Cent quatre-vingt-dix
neul sous marins el S.f32 Hros
ont pri pendant la grande
Guerre, 191M918. _^
Le vice amiral Miclielson qui
avait le commandement supie-
rne des sous-marins a dclai
en inaugurant le monumeutque
plus de la moiti des quip iges
des sous-marins taient morts
pendunt la guerre.
^ ,\oa>faux rardiaam
I Cit duVatican.20jnin.- t ioq
prlats ont t^ nomm vardi-
p3us Mgr Linurt, vequa de
Lille; Mgr du Silvera la Cintra,
archevque de Rio de Janeiro ;
Mjtr Marcbatli Setvagiam, ,se-
rrtUire de lu Congrgation de
la propagande de la toi; Mgr
""" Rossi, as&easeur du Consistoire
et Mgi beraflni, secrtaire du
Concile (Havas).
Un projet bolchviste
On prle aux dirigeants de
Moscou l'intention d'lever le
I communisme aurangd'une re-
ligion dot d une.trinite rouge :
Libert,galit, fraternit. Ils es-
timent qu'ils parviendraieui
ainsi plus aisment taire p-
ntrer le bolchvisme dans les
masses souvent mieux prpa-
res au mysticisme qu' la po-
litique. Le concours des femmes
est escompt: on pense qu'elles
leraient le jeu des rvolution-
naires russes comme elles oui
luit, en Amrique, celui des po
lllicieni en rpandant les ides
prohibilioiinistes.
Une partie de I argent dpen-
s actuellement pour la propa-
gande communiste serait con-
sacre l'dification, a travers
le monde de temples destins au
futur culte sovitique!
i< parlement le lu Justice
AVIS trC
Le Dpartement de la Jus-
tice porte la connaissance
des .intresses que la ses-
sion "ordinaire d'examens
l'Ecole Nationale de Droit
s'ouvrira .c lundi 28 juillet
prochain, 9 hres du matin.
, t-.iu-l'iiuce, le 23 juin
Trait Naval
M II mu er exaoi u- l.i parle de
I accord de Luudros
WASHINGTON, 20 juin, Le
rsident lloovei a d. claie qu'il
y avait pis la moindre obli-
gation dans l'accord de Londiea
en dehors du trait lui-mme et
que le Snat, par l'intermdiai
e de deux de ses membres,
ivait, en somme, particip A
tontes les ngociations.
four M. Iloover, "la conlro
verse sur le programme des
croiseurs implique une trs pe
tue partie de la flotte amri
came. Il a dclar qu' son avis
te but rel du trait tait de d
cider si on arrterait la course
aux armements navals si dan
creuse pour la paix, ou si on
en finirait avec les dpenses
normes ncessaires pour tenir
eie aux nations concurrentes:
A i encontre des conomies
que nous ralisons sur les navires
de ligne, notre programme de
croiseurs passe de 300.000 320
000 tonneaux. Le point impor
tant est de savoir si oui ou non
nous devons avoir 30.0U) ton
ueaux de plus en croiseurs ca
nous de huit pouces, recoin
mand par le Bureau de la ma
une, ou 38.000 tonneans de
croiseurs.muuis de canons de 0
pouces, conformment au trait.
Sur les meutes ou dmrites de
ces combinaisons qui ne con
cerucut quuue petite pir ed-
notie floue dont le total est o eu
7ii un 1 125.000 tonneaux, les
.xperts iiav.os sout lotleuieut di
Vises. >

ASSURANCE
el qualit dans ses moindres dlails.
La houvelle Dodge Six avec sa"grande Carrosserie conjorlable est un
exemple digne du mrite des belles qualU caractristiques par lesquelles
les automobiles Dodge ont toujours t noes. Elle est expressive en confort,
provocante en beaut. Elle est spacieuse, silencieuse et garantie, sa car-
cosserie d'une seule pice en acier et 4 freins hydrauliques [pression int-
rieure protgs contre l'eau. C'est le plus bas Prix auquel la Dodge Brothers
offre une Six au public.
SQDGETRUCK5
CHRYSLER MOTORS PRODUCT
KNEBVS GARAGE
Distributeur
RUE PAVEE I OKT-AU-PHIN E ) HATI )
PHONE: 2318 & 2234.
348

,_
I
SEllYliK MIOWI. Him.HM
IMIt' IQI t
inspection Mditait des Ecoles
Hor1 au Pii-i-, Hum
BULLETIN DHY IENE
Prvenir vaut mieux
que gurir
S'il y a tant de malades dans
le monde, c'est, en gnral, par
ce qu on ignore i ommeut v ter
Us maladies. Noire p..y* n<- se
dveloppe pas nasal vue cau-
se de cela.Les sen m a dpenses dans es lio.iiaux. les
asiles ainsi que dans k s lemilli i
pour eh ter dts mdicaments
et pour donner des soins aux
malades, ne son' encore e"
ct de la So ll-ine physiq i
et de la Douleur moial- 'eue
incapabl d- rnv il'er pot r con
inbufT au b'iliur d >oqi et
de soi-mme.
C'est 6000 lves.dans Port-
au-^-irre seulement, que des
Mdecins Scolaires apprennent
les lois de la sant, dans un en-
seignement simple el attrayant,
bas sr les bonnes habitudes
d'hygine, sir les laits de prati-
que courante.
Quen rsultffa-l il; qd uni Ip
nombre en S ra de IGO.OOO.quand
la propagande d'hygieur seten
dra tous les lves de lou'es
les coles de la Rpublique,
quand ceux ci auront il flaenr
es murs et les habitii Ifnrs parents, qu'eux mm'S se-
ront devenus des chels de Ja
mdle. vivant dans les saints
parque* d, l'hyg f pi les
nosant ant d'eux ?
t < isjBjfjre esjMritli le la Fraac.
Pd' r uoo t s ceux du moi
! mirsl. h ffre-.du lomine
* Xtpri n- dp l.i France poui
av il 4 505.779.000 l'importa-
tion eO 887 760 000 l'exporta-
tion, indiquent une augmente
lion de 1.4 4 millions et ilt-mid-
Irancs aux importations el unt
diminution de 72 millions am
e>porlalions. l'our les quatre
premiers mois de l'anne, il y;
diminution 1 impt talion d
1.790 millions de Irancs et
l'export.lton d 884 millions pa
rapporta la piiode torrespon
dan te de 1929.
Si on Biaunue les quantits el
non plus les valeurs, on.lrou
une augmenianon de 2 million
431,870 tunnes aux im,oriatioa
el une duninuuon de 99,05!
tonnes aux exportations. Celt
d i mal o-i poite exclusivemen
sur la s> ne des matires pre
m rs qu accuse d une anne
I HMtie u..e i ( gn sslun de prs*
460)001 ,..* s. O.. relve an con^
irane ds aiqimenlalions ret
pt-elivi-s de 952nl et 101395
tonnes >our les ventes des den*
res alimentaires et d objetsl'
buqus.
lusurance Co
Une des plus fortes' COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aoents Gnraux
_
_


&| MAT1N-2 Juin 1930
PAh 6
Occasion
Disques (10 Centimes
J. KARAYANY
ANGLE DE GRAND'RUE ET DES MIRACLES.
Par rapport aux quatre pre-
miers moi. de 1913, ou note; en
quantit, les augmentations sui-
vantes : importations 6 millions
oo,/u tonnes ou 46 pour cent
exportations, 5,79tJ40 tonnes
swit approximativement 87 pou/
cent. r
BOITE aux LEr 'il

*
Portau-Prince.le 23 Juin 1930.
Au Directeut du journal
LE MATIN,
En Ville.
L'assassinat Su
reporu. d Caicuyo
I riijjraai't* uri'suuunle U repre-
Milles de gangster ?
Chicago,*; Juin. M. Wihiam
nussed, commissaire de la po-
lice, ami lutuue de Jakc Liugle,
le reporter de 1m iribuue i
comment assttssme.ekiiuie que le
meurtre est u a uue vengeance
personnelle plutt qu'a celle
d uu groupe ue Uandiia.
Li chet du dpartement de la
pouce a deciare que de gang-
sters ne matent pas d ta ai
me laou que l'iuconuu qui ura
surUugle.
Nanmoins, Bil y a d'autres
thories olticielles d'aprs les-
quelles plus dune peisonne se-
rait compromise daus cet assas-
sinat qui porte a onze le nombre
dea meurtres sensationnels coui
nus au cours de ces jours uer-
niers a Chicago.
Selon uu tmoin, deux hom-
mes marchaient avec Lmgie,
comme U passait uans le ub-
way pour prendre un iraiu a
Washington Fak. L'un d'eux se
retourna,puis se glissa deuiie
i-mgie et lui lira dans la iete.
Le revolver court barillet
aveclequu tecoup a ete me in-
dique que seu pioprietaire ap-
paiieuail a uue categoue peu le
eummasdabie.
1 triouue* a promt. 25 000
dollars de rcompense si ie
emeago hveui..g Pu*i a uuu
a ceiui qu. ie,M,i d^couv... *-
Masiu. oe UuO de m pi s te
^mcago,e dcu.repi a v^xi
lin suppleuicu de 10 ut Kl *V-
lors.
Um aervice pour /appliciio
de U 101 Oui pioiuia ,ou. leu.
appui en vue de i'a reslauou uu
m.urtiiar.Le commiss-n. K
eu adeeiie : Jc UOUutltli
Ue. deux ycus ,.u| eUauc.
telMue U-*, Je i.r-i.oui .
qutjepou.rai.
Monsieur le bu ecteur,
bans le .V uu 21 du courant
de vu.ie journal a paru, sous la
ruuiique l.. Rvocations cou-
tiuueui , un arucie o mon
n^ui est eue a propo Ue 1m r-
vocation ue Vu h m m. J. ni -
uiauu, duba>itut uu comuiissaii e
Uu Uouvelueuieul.
Je u ai, |usqu'a piseui.aucun
lappoiiflavec le MUUatii tiou-
vu.i, que |c n'ai uiiiie pa. eu*
coi e i m vauioge Ue .aiuei. VJ ua i,d
le jugeiueui auquel .il allusion
ItutMMe eu question a ete leUUu,
mou avuui nia vu pour me
une aiujplemiut sans me ut-
.iguci ic |ugc qui la leiidu et
eueOie moiiio ie|Aiiuisteieoublic
qui uvun v.um.lu qu'il allait
exercer uu pouivoi en Lassa-
'ion.
Puisque Mr Km. B. Aimarnd
m ete uu uu.uiui comptent et
probe, comment a-i-n ^oublie
que ies couciusious Uu .Minis-
tre puOUc ne ueui pa. te Juge ?
Je ue puuirais Uouc |amais eu-
Viso^c. que >e StlliBUlie puonc
a couciu contre moi, tant dou-
ue que |e ne me suis jamais
piami uu |ub o,ui a ueeme cou-
Ue moi, i* ioi me u ayant la vois
apituuit t-oni i~m .unuiei son
ju^emeui.
Je n'ai jMinais connu Mr Km.
h. ttiumuu. L.or. de sou ustai-
iaiiou comme 5uii.tiiul, ou m a-
vau ppii. que celui qui vient
de IS templacer avait, au nom
Ue 1 Oiuie utS AVOCalS, dit que
Monsieur /irumuu lan i hemme
ue teiu. icj *poits. ut con.i^u.
eat Ue lailc um,ii,uuvu.a elCM>
aux n-iii, c eat pouiquot, a pto*
pUa UC 1M iCVoeattuu Uc 411 Cm.
b. i.auii.i, luueuouuaire coin
plent %.ipioe,vu n m pMscimt
uc autiaquei uaue uc .viejuiicM Douyon,
tViiuistle ue ta Ju.ticc.
Veuuic/., .t.oualeui i Dlltc-
>cui, publie. ia piesente en rna-
uieie Uc i.e.iucallou cl ^nei
m.a ui.tllcuica aautliOUa.
UOIAVXCIS b. UOt VlM.
O i oas.Les tunrai'lea de Ena '
Emmanuel Mcrpeau,'petite fille j
de Mi et Mme Moravia Morpeau, !
ont eu lieu hier aprs-midi eu
i Eglise du Sacr-Cur de Tur-
teau, I
Condolances aux I a m i 11 e s I
prouves.
ou
,Avi important
\ous partez l'anglais
le franais.
Apprenez aussi l'espagnol e-
vous serez en possession des
deux langues les plus rpan-
dues dans ie monde.
Renseignements vous seront
tournis uu bureau au Matin.
A. UAVlNs i
Directrice dune Ecole Su-
pneure pour les femmes,
Membre de la grande Sociedad
Atracciun de Parustergs de
burcelone, Socitaire 'du
Mrite du Atence de Madrid.
-m
Pour les hommes tussi
ALLAUiNUM LiNE
dpens uiiecs ue M-Oileeiii et de Mobile
n F0"* * ports Hatiens.
mJdU XSTlEi lNtW-r,ea0lS M :iuin 'courant de
PWI -u-. nnce.le 15 JoiD I9.i0
* AirtTltl^A LO,
Agents Geuraux
PHABMACIE
PRINCIPALE
H. CAN0NNE
" 49, Rue Raumur
8-80 Boulevard Sebasto?*
PARIS
vendant
tB SIEU.LBUB MAlicni DO MONDB
Produits des Premires Marques
et toujours de premire fracheur
UNE SEULE QUALIT :
LA MEILLEURE*
RAYON SPCIAL
POUR LES COLONIES
DROatLIUl, IIBRDORISTKUlK
SPCIALITS
FrtnalMa et trangres
SELS DE QUININE PURS
Tous produits en flacons.
ampoules, comprims, cachets.
SOLUTIONS HYPODEBMIQUES
BANDAGES. CEINTURES.
BAS A VARICES
APPAHEIL8 HYGINIDE
pour tons usages
APPAREILS ORTHOPDIQUES
Seringues hypodermiques
PHARMACIES OE POCHE, DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, etc.
Projets de Factures
et tous renseignements
sur demande adreue
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUMUR
M-18. BOULEVARD SBASTI'H
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en Ifctnee ni l'Etranger.
Protection
i ,s
(fi
iHi *-
,':i
***
lt&
A
tij
qu'un se met t furlivt n.,
Vi mnez volrt lampe I i pi .
lie IiiuikIi / 11 chambre , lainire biiiisait fi julaillibi
j^UI i oe lampe Evereedy ;.\
' vircadv prouve
ce que voua pov
endHDle, durab <.
Evereaily est i,
belle ampe du mou i.
i ersoniflaol tout pei te ii m
tiemeui modeioe. Voua ei
trouver et clisz loui les ,|.^ -
u eur* Ue t> o aiira Iii '
bii
Un
des batlci k
V O I f V11 t' I
iedes. Iniit
allrayaate,
|/lllS
lui)
se.
bvilei 1rs Inialions.
\SES3b
m
l.Wil'I.S & BTTtfc^
Elles durent longtemps.
AMERJCAN EVFBEADY WOR
New-York.
to l'.nsi 4'_> nd stri'.i
*
j %. 4
;De plus en plus les hom-
mes comprennent que leur
personnalit dpend de leur
attrait personnelet que cette
attraction personnelle est ba-
se ou contrarie par la che-
velure, lis trouvent dansrf*J
L'EXELENTO "
Quinine l'ommade*
La comoiuaison idale pour
l'attrait et la sant de la che-
velure.
Une chevelure qui n'est pas
en sant ne peut tre attra-
yante La Pommade de Qui
mue txeiento est une prpa-
tiou medicaie.tiUe embellit la
oueveiure et la reud souple et
suyeuse, de telle sorte qu'elle <
uourrit aussi la chevelure et
mi donne la beaut et lu sant.
a veule cuez tous les dro-
guistes. Pour 0,30 centimes
seulement, il est expdie us
rception du prix.
UUfctiM'Uf MiSDICINl
L.Oj|iFAi\Y
\1LaW1A, UliUKlilA U.S.A.
ifteuls remaudes pour toui
I *. -epour rensei^nemeui
i
, CE SOIR
Les Amants
de Venise
1 gourde.
DEMAIN SOIR
EN MATINEE
Ploum dans
, Cramponne-toi
Corni(]ueaen U parties :
0,50.
A!8 HEURES
SOIKEE TALDY
Le fil.n tant demand :
D0LLY
Avec Dolly Davis et Andr
Roanne. t
Enr^e : 1.00; F.o?e 2.00.
Colomb tan Steamship
Company Inc.
Le steamer Bolivar i venant de New York directement
est attendu Ici le vendredi Ti du courant. Il partira le
mme jour pour les ports de In Colombie, prenant fret et
passagers.
i ort-au Prince, le 24 .mu 1980,
Colomluan Sleamshm Compatit/ Inr.
GEBAKA & Co. Agents.
i i i m
L'Idal KIiiiiii
ALIX ROY
28 annes de succs,
BfVUML BEUGUE
GOUTTE-RHUMATISMES
NEVRALGIES
Dr. Benguc, 16, rh- Baii,. Paris.
m Toutes les Polices
i DELA
m
. m usucE ot
| comprennent la Protection contre la
Foudre sans augmentation de taux g
tug.LeBoss$>
H AgentsrGnraux
MOSCATO PASSIT0
Mi/ano
INCOMPARABLE
DE DESSERT
n\k. de MATTE1S & C;, Aqents Gnraux!


Mercredi
25 Juin 1930
Le Matin
24eu*tiTaWNlE N* 6725
rort-au -Grince
Tlphone : 2242
VPAOEB
j-DPURATIF
du D' MANGET-
combat
les Maladies de la Femme

^ '
/Wi :. .'. Sari
'. .et, C1m4m
!> .......I i "
ml...... i
j ... F ||..<- I' | r:i'l *!
lnitiilulir .tu t iCK'
t.--
I .i i. w tr Irnv '
rluri gti a t l'iiultr >
rirculf hvw U ntMAlmi
|ll*ll IrU- i.i1>.tlll.lf
r, .'. tiei uviF, h
imii|.i's. it- in\ iii
. ! J. I .
rvci d iu' '
rM H'
, |t< il. Ill
ilull r: I
D
ii ,,|, i. .i |< lurquui
h r. nui i'i .t '
.ni-.....i .lu OEPUvi,.
,i r'. i
t.- i|i >u r>i......i
,, nir, ,
, || iutlq pli
l, pi. | i . Un.
loi i i "..... ''r <' '
I'. Il u
3 mil! IMTII
H mu Mi'....." '
Voil r' Iju'll I--J I
*
M nnnumi ipuiv.i rmmemk, rMour iiin, oJlr
.'nir. ru il" Il rrlr taul ilf .iiall-t'ucv
M partait <.* : rt < prolonft
Ul.mtmt .iknl pfnlblr. >l pnrr <|Uf. rjoor
ji.i.uiUUe uo iirulc luggcalWc. M mom u
t'iccumpllsse remitIfrroienl. nu prl> lu n.'.ludr
". u importa iionc. iW knih rrtJwioo. qn l ng
. l'iisiui-e l di- rupldllr. Il ttot. par WlMMl
r,;, fiind. parUul I plut pur poollilt. 0"'
l'cpalHir, chorKfr d rf.Mu. incombranl 01
mlrnllr. le. orgu:n onl rongiu>lliuier.
- .. i i'.'m'. rlm m' 't i>n
i' .> efmbflrf iiup ,r (Ia* inemlruri. ilnnl le rolt
lirnllM *pMtlMMV. Ylil pui i ubjrl : rmil
s .lr il,-,i>.iinlUill' i. di humniri pec-
. l.ri el de nutami du -"i
.; il (nul irmlnl. "ir U i ...>r il.i M flllr thi ii lu I iri.mll..-i r.i iluiilocreuie.
Hf 'ourmrnlr Ij i.itliv|ilBW, tn,uenl
i DCTcrn nnnr.tr
|iif ie DEPU".. ..' bu.: T L'OR RNdST, ciunpas*
.1 mu% l'Tn ucur '. a* %erl_s ilepr.r-ilr.eel.
.ru- m. .ii rtuMili ' ..' Inin quai roimie.
.iiii-iu |ni ! 'ffrit p*iT e-r.*'* "'Ion
..".i;l ".....' liHHH ni ri I* poor
. i, i lui .....i .1 --.'" ni
p ( .h.. . .il i .1 u r rf.M/'ille de
MAKOCI ei myolnH lu>ie tllie,
. .1 .1. \ l>i imr.'lM \
. ..... Ir: lai HUM icl e-1. I ^,
fut. ( h
; \i. ..
,l,.e. r la NOS
l1*.! 'rf'
PRIX, PmilMeaW de I " l"l de Pit
Cours
:
PR-C AT-LAN
Si vous avez quelques hcures'de' loisir, le soir, et que
vous dsirez les passer agrablement allez au
Pr-Cat-Tlan
ou vous trouvre, la.plus belle salle de bal, la musique la
meilleure excute par un orthophonie dernier cri et aussi
lesboissons les plus fraches et les plus pures. ,
Champagne, birej allemande ou nationale, liqueurs de tou .
fou ceirloe
LA PLUS ANCIENhE ET ! PLUS EFFICACt i
INJECTION PEYRARD
D'ALGER

DRAGES PEYRARD 0*1
Gurlmmmnl la
BLENNORRAGIE
TOUTES PHARMACIES
S;eca:i;c, PEYRARD. 45. nie 4e Cremlle PARIS
tes sortes.
Classiques
/ 12me mPhilosophie inclu-
sivement.
^Mthode snjuccs complet
contrle chaque anne.
Cours du soir pour adultes et
Jeunes gejis. ---.
Comptabilit; Stnographie
anglaise et franaise, Daty-
logiaphie avec des spcia.istes
pour chaque cours.
Enseignements du franais,
de Canglais, de l'allemand, de
l'espagnol. Atthode sans
gale.
Leons particulires de
Letlies, Sciemes et Mathma
tiques aux lves ou en retard
ou ceux qui veulent gagner
du temps. _
Cours de husique ( Solfge,
Violon. Piano.)
Pension Scolaire, srieuse et
agrable, avec annexe pour
Etudiants et adultes.
S'adresser Rue Lamarre 1W7,
ou tlDhonez au Ao 2891
pour plus amples renseigne
ments. .,.
LiNsr.TUT IIP, ENI.AUEK
Mconnu de Uni ersit
hatienne.
Rclamez le chque
li a ele noiiv en l*ct Oe
l'Hlel de Ville un chque
suri- Ha ique du Canada a
l'o.dre de M J OLDENBROCK
qui jieut le reclamer eu uos
bureaux.
Avis de divorce
Par jugement*du Tribunal
depiemire instance de Tort
au-Prince en date du 4 Sep-
tembre 1929 suivi d'un arit
de rejet duTribonal der Cas-
sation en date du 9 Juin 1930,
le divorce demand par le
sieur Hubert A. Steele. pro-
pritaire, demeurant et domi-
cili Port-ap-Prince, contre
Mme Adlade Thrse An-
toinetta t admis et les partis
renvoys devant l'officier de
l'Etat civil pour le prononcer.
En excution du sus-dit
jugement. Mr. rVrnand Ma
liou a prononc le divorce
hier 20 Juin 1930.
Pat Port au-Prince, le 21
juin 1930.
RIGAL
A vendre
Oi thophonic-Victrola
45 plaques
S'adresser : . J. LANG.
U. S. M. C. Aviation; tlpho-
sei ; M. C Olfice 27-2 : mai-
non prive 45-2.
m i ii......%
Avis matrimonial
Le sous sign, Nuise Bruce,
dclare au public et au coin-
iiitrce en particulier, qu'il
n'est plus responsable de.*.
..tes de sou pouse.ne Clair
ville >il'lor, pour cause d'in-
ompai hilne de caractre, en
tttteuiitfnt qo'uue action eu
uvoice lui soit iiiieiiie*-.
l'orl-au i rince, le 23 juin
1930.
Nois BRUCli
Cabinet
F.E
M*" Charles Piboul
et J. Tulio Joseph
AVOCATS
Anciens oflifiers du Parquet h
Tribunal de Cassation.
Rnitdinq'Panl 4n\ila lerFt^
nppnri(>m"ni \o ... Rue |)ilfg
DestnncheA. Heures de ( nnsiillatiiu
s h. a 12 h. a.m.. ;;ii m :.li.|..i
A vendre
A trs bon compte, cash ou
termes, un lot de s'encilei
( Dermatype ) pour Mimeo-
grai h Edison-Dick,s,adressei
l'Ecole Spciale de Stno-
Dactylographie. Ang'e dei
Rues des Miracles et du Cen-
tre, port au Piince, Haiti
Horn-Line
Le m/s WaMtraut Horn,
venant de Kingston sera ici
vers le 26 cri., >ait ut pour]
l'hur pe.via le Slord preuaat
lri ei pas -ugers.
Le m/s ( Thrse Horn ,
veiianl d Eur ipe, est at.tuuu
vers le 30 crt. eu route pour
Kingston, Sto Domingo Cu
rayao, prenant tri et passa
gers.
M 1NB( LD & Co, Agents
Vous parlez
l'Anglais?
5? Apprenez l'espagnol et vous
potsdarez les deux langues in-
dispensables dans le monde.
Adressez-vous Mme A.Divins,
Hoiel Etpans, Directrice, d'une
Ecole Suprieure de femmes
membre de la Sociedad Alrac-
Ction de Tarasteros. Barcelone.
Grand \Ricl
de fiance
J'avais eu le grand plailil
d'annoncer mes aimables
Clients qu'ils auraient trouv
au Grand Htel de France le
meilleur accueil l'occas;on
des Elections Lgislatives tu-
turcs et des prix spciaux.
i.e Grand Htel de France,
dirig actuellement par Mme
Fermndini,l'ancienne propri-
taire si connue de l'Htel ,
laternational des (laves, cou -
liane oSrlr la plus grande
garauiic au point de vue du
conlort.
Pensions par jour et par
mois des prix trs modrs
suivant laclasse des chambres
que l'on occupe.
Le Service du Restaura ni
est irrprochable, les gots
les plus dlicats seront sa-
tislails.
Le plat du jour coustilue un
repascomplet et a porte de
toutes les bourses.
IGourdes 2,50.
|)inei"et banquet sur com
mande.
Il m'est agrable de recom-
mandera mesnombreuxamis,
et aux nouveaux clientsjqui
voudront bien nous taire
l'honneur de nous^visiter,
l'Htel et le Restaurant, qui
sous cette nouvelle direction
serontjen.mesure de donner
toutesJes satisfactions et U'a-
vance.'je leur dis sincrement:
merci.
P. P. PATRIZI.
Produits ^
Bailey
U est ncesaire de rappeler
qu^ chc/- Bailey on trouvera
les TOM VTES si rnommes,
les ou qui e ic cdenl
en ru n a ceux de l'lranger.dn
Laii cl md ou tioid trs pur
et|t..rar.
Tlei 1 one, 2183.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Pcrth ( ScotLind )
bar la a General est une des plus puissantes et des plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d action qui embrasse
dU m Se^Polices contre incendie couvrent aussi les .dgts occasionns par la iouare
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, inceudie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d Europe sont pavables en Ha.ti
Ses Polices contre accidents sont valables dans I univers entier. Tous les voya
Veuve F. BERM1NGHAM, Aux Gaves
LOTERIE
DF
l'Association des Membres du Corps Enseignant|
et de l'Alliance Franaise
Le prochiin tirage de lette Ic>terie tsl fix i^ dimanche
6 Juillet 1930 9 heures du matin au Cal ELDORADO .
Le Comit d'Administration aviso le public qu'il ne me
dus en vente que 400 Le p-ixdubiHetest de 3 gourdes en TROIS coupons d'un
ijour le chacun.
Les 1 .tsgignants^sont augments en'nombre et eu valeui|
contormment la rpartition suivante :
1 Gros lot Gourdes
1
1
3 lots de 90
3 lots de 60
2.100,
600|
150'
270
180
4 lots^de 30v gonr 'es 12(
75 'ois de 12 C.d.s 9
2 Ap. du 1er lot 30 G lv
2 du 2e gros lot 24
2 di- 3e gtos lot 15
SOUS-AGENTS:
Agent Gnral pour Haiti.
Port-au-Prince. G. GILG
JEAN,,BLANCHET Jrmie
Panama Railroad Stearnshin Line
Service de jrl et de passagers entie
NEW-YORK CITY N.-Y.^CRTVi uoau, bANAL ZONE et les PORTS de la COTE
' OUEST de I AMcRUjUE du SUD.
olus rapide et le plusdiiect service de transport te piiiigers et la tr. eutri lait
et ies ports Europens via New-Yord et Cristobat, Canal Zone. Isthme de Piuaraa
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de 1 Europe :
Angleterre Ecosse France
Mrs. G W. SHELDON & Co- 17 James Street. Liverpool. Knolano
flic lollowing are onr \q>>ats at principal ports in Europe :
ENGi.aND. SCOFLaNI). FRANCE.
Messrs G. W. SHELDON & 'o.
17 James Street, Liverpool, England
lu France, Messrs G. W. Sheldon &^Co. are represeuteJ by the lollow^n firms
117 lots se tei minant par les deux derniers chiffres de
trois g-os I ts.________________________fi Gdes 702
jBAR TERMINUS
Place Dessalines
Caf chic, Restauran
de premier choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plus d-
licates.
Sandwiches sans pareils^
Bire la pression
Glblatly Henkev & Co
21 Rue de la Rpublique
Marseilles.
llERNl i 'ERON& t/, Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
Hkrnu Prou & Co., Ltd.
Rue du Mouliu Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Copenhague, Danemark. & Co
Messrs E. A. Ben dix & Co
21 Alkngade, Copenhugeu.
O.sLO, NORW4Y.
Interuatioual
Speditionaaeikap Oslo.
HAMI..... -,KHM\NN.
MM AriAMK. F.nGHTConp'N
Hernu Pi.noN& C" Ltd.
95 Rue des Marais,
Paris.
Hkrnu Pehon & Co Ltd.,
Rue de la Tranquilit,
Duukerque.
Hernu Pkron & Co Ltd.,
9 Rue Roy,
Bordeaux.
Genoe, Italy.
Messrs Henry Coe & Clerici,
PiaSZa S Matteo.No 15Gen a
COTTENfiURG. SWEDEK.
Nordisk Express,
Cotheuburg,
Brlmkn, Gerwany.
Mivsi.s A LAMTtC PTlEICIir
LOftPM,
Ijitiiien
: ROTTERDAM, I10..LA.XD.
Mtssr Atla.\tu I re gm.
Corp n.,
Rotterdam,
Poupes de Salon
Coussins
Abat-jour.
Grand choix de fournitures, glands
franges, dentelles d'or assortiment de ga-
lons Lam dentelle argent etc..
Vous trouverez le dernier cri de Paris
a des prix trs modrs.
Prendre adresse au MATIN.
Tlphone : 2267.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs