Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04038
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 21, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04038

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
1368, RUE AMERICAINE 1868
TELEPHONE N2242
24me ANNEu N
-r-
m
Rappelfl-tons tOR|onrs que rik
devais laisser le sain de uns
qraafe* A la vie... File ne l'en ri ,
ije qne trop !...
PORT-AU-PRINCE (HATI )
Ll'NDI 23 JUIN
mu
CANDIDATURES
- o
Celui qui serait tent de
croire que le pays est mr
pour la grande consultation
nationale qui se prpare et
l'ordre de choses parlemen-
taire qu'il espre en voir sor-
tir, n'aurait, pour revenir de
son erreur, qu'a voir com-
ment se posent les candida-
tures la dputation, les can-
didatures au snat, et com-
ment ne se posent pas les
candidatures la prsidence,
qui importent surtout.
Dans le pass, nous avons
si bien pratiqu le suffrage
universel que nous l'avons
pertectionne en lui donnant
notre couleur locale: nous
avons invente le murassisme,
les dputs marassas, ou, pour
tre bien compris par les
trangers qui nous lisent et
par l'univers qui nous ob-
serve, -- puisqu'il est bien en-
tendu que la cause hatienne
est devenue mondiale, les
dputs-jumeaux, c'est--dire
que certaines communes de
la Rpublique, et les plus pe-
tites encore, ont pu envoyer
la Chambre deux dputs au
lieu d'un.
A l'heure actuelle, soit pour
viter cela en tombant dans
l'excs oppos, soit pour per-
fectionner le systme par l'au-
tre bout, nous venons d'inven-
ter la candidature unique, et
la primeur en revient la
bonne ville de Jrmie, char-
me par la lyre harmonieuse
d'Etzer Yilaire.
Naturellement, l'exemple a
paru allchant et il paraltqu'il
y a d'autres candidats qui es-
saient d'mouvoir avec cette
corde de la lyre, aux mmes
fins. De sorte que, si le sys
tme devait e gniaiiser, il
arriverait tout sira, lemeut
qu'aux lections prochaines....
il n'y aurait pas d'lection.
Car, on n'est ['lu que par
rapport, par prfrence
d'autres candidats Lclipse,
mme volontaire, de ceux-ci
enlve un terme au problme
lectoral,
Cet enlvement lui mme
tend tausser dans son prin-
cipe le rouage du suffrage uni
versel. L'institution a, en effet,
pour but de permettre I elec
fritr d'exprimer son choix
entre plusieurs concurrents.
C'est l un droit indpendant
de la volont ou du caprice
des candidats. Le geste de
l'un de ceux-ci de se retirer de
la lutte oblige les lecteurs
rallier les autres; et, par
contre, le geste de tous les
autres de se retirei oblige les
lecteurs a rallier 1 uuique
candidat qu> reste, ils n'ont
pas un troisime parti entre
rallier ou s'abstenir.
Vous croyez que c'est- cela
le suffrage universel ? Nous,
nous croyons que cest abso-
lument le contraire. Poussons
les choses plus loin.
En quoi, en principe, les
lecteurs doivent-ils diftier
et pourquoi a-t on cr a leur
Dans les
Prfectures
YEUX !
YEUX!
k.e 18 Juin 1030
usage lesurageuniversel?
lis diffrent d'opinions politi-
ques et le suffrage est cr
pour permettre toutes les Monsieur Clment Magloire
opinions politiques de s'af- Directeur-Propritaire du e Ma-
fronter dans la personne des lin Port-au-Prince.
candidats.
Ce qui est arrive Jrmie,
pourcontiuuer cet exemple,
tend-il tablir que tous les
lecteurs jermiens n'ont
qu'une faon de penser sur le
gouvernement de la rpubli-
que et l'administration des
affaires de l'Etat?
Nous n'osons pas le croire
sans risquer de porter atteinte
la rputation de lumire et
de civilisation de la fire cite
Mille ttes pensant conitm
une seule, ou mieux, toutes
les ttes pensant comme un
seule, c'est l une formule qui
sied une conceptiou de la
dictature beaucoup plus qu'a
la conceptiou d'une rpubli-
que bien entendue.
La vrit est que, tout en
tant loin de penser unifor-
mment, on a l'air, Jremie,
d'avoir volontiers fait le sa
en lice de ses opinions politi-
ques au dsir de rendre hom-
mage la personnalit d'Etzer
Vilain,
Or, s'il est permis une as-
semble de savants de recou-
rir une telle forme d'hom-
mage parce qu'elle n'est pas
incompatible avec l'intrt
mme de la science et que
mme elle le sert, on est forc
de reconnatre que, s u r le
terrain politique o nous
sommes, une telle unanimit
entre candidats implique un
norme sacrifice impos aux
lecteuis: celui de leurs opi-
nions politiques au profit
d'un arrangement de famille.
Il va sans dire que nous
n'entendons en rien diminuer
le prestige, d'ailleurs lgiti
me, d Etzer Yilaire; et cela
d'autant moins que nous
sommes compltement dsin-
tress dans celte question
locale. Nous envisageons seu
lement le cas du grand prin-
cipe en cause du suffrage uni-
versel, que n> us allons appli
quer sous l'il inquisiteur et
moqueur de 1 Amricain.
Essayez donc de iaire ad-
mettre par celui ci que, dans
telle ville de I Union, le candi-
dat dmocrate pourrait ac-
cepter de retraiter sa candi
dature devant celle de son
conut reut rpublicain, ou
vice versa, cl, qui pis est, pou -
r tes lecteurs dmocrates.
Mais, faudiait-il concluie,
du lait que partout ailleurs
l'exemple jremien n'est pas
suivi, l'application saine du
suffrage universel dans le
reste de la Rpublique et,
partant, notre partaile apti-
tude lectorale ?
Ce serait une conclusion
trop htive, et nous allou.-
examiner le cas de la plurali-
t des caudidats.
Monsieur le Direcfeur,
Je viens vous prisr de m'ac
corder la gnreuse hospita-
litdes colonnes de votre int-
ressant Quotidien, en publiant,
pour l'dification des uns et des
autres, la lettre du t:hel du Ca*
binet Particulier du Prsident
d'Hati dont je vous remets ci-
joint copie.
Avec mes remercimenls anti-
cips, je vous prie d'agrer,mon
cher Directeur, l'expression de
mes sentiments distingu?.
Edvard VOLEL
m
*
Chel du Cabinet Particulier
Du
(rsident d Hati
SP27
Port-au-Prince le 9 Juin 1930
Monsieur Edvard Volel,
Prlet des Arrondissements de
Jacmel et de Saltrou.
Monsieur le Prfet,
Le Prsident de la Rpublique
me charge de vous transmettre
ses chaleureux remerciments
pour les prcieux services que
vous avez rendus son Gou-
vernement. Il apprcie l'esprit
de loyaut que vous avez tou-
jours mon r envers lui.
Son Excellence regrette que
des exigences inluctables l'o-
ir er veilleuse cration Scientifique contre
les maladies des yeux et des paupires.
PRODKiALUZ
Marque de Fabrique enregistre au Bureau Gnral "Hygine.
Produit prpar par le docteur Martine* ttnmaez,
dcore de ia Croix du hrite Militaire pour
service professionnel.
Le Prodigaiuz est un spcifique, unique au monde
employ dans la gurison radicale des maladies des yeux
quelque graves et chronique qu'elles puissent tre. Le Irai
lemeut se tait avec une rapidit tonnante telle, qu'elle
vite toute opration chirurgicale qui effraye tant les pa-
tients. Ds sa premire application, lesdoulettrs eLfatigucs
disparaissent. ( 'est un remde minemment efficace dans
les ophtalmies et plus principalement dans les granulations
(granulations purulentes et bienorhagiques, quralites, ni
cres de la corne, etc. etc. i Les ophtalmies qui prennent
naissance dans les maladies vnriennes sont traites en
1res peu de temps par le tProdigaluzqui est aussi une mer-
veille dans les iutections post oprations.
Le Prodigaiuz lait disparatre les cataracles ds leur
aprwn i( tjn Le Prodigaiuz dtru.l les microbes, cicatrise
dsinfecle et gurit radicalement.
Arrire toutes les autres prparations base d'arsenic, de
mercure, et nitrate d argeut et de bleu de mthylne, et
et autres remdes si redouts, eu usage dans les cliniques 1
Les vues faibles et tatiques Requirent une puissance vi-
suelle prodigieuse.
Plus de voile obs'ruant les yeux Toujours la vue 1res
claire I Les 98 pour cent de ceux qui sou lire nt des yeux
guerisseut avaut mme d'avoir achev le premier llacondu
(Prodigaiuz et remarquent que, par son emploi, leur vue
devient plus claire et plus i uissante qu'avant le traitement.
Avec le Prodigaiuz on n'a pas besoin d'avoir recours aux
verres.
Le Prodigaiuz donne pour toujours un coup mortel au
traitement par les collyres appliques jusqu' aujourd'hui
dans les cabinets des occulistes et qui sont de nature em-
pirer la majorit des cas en irritant l'organe si importante
de la muqutuse conjonctivale.
Le Prodigaiuz rend nul l'emploi d-j nitrate d'argeut,
bligent procder une large j cause de terreur pour les patients et aussi cause d'un grand
rforme politique et a faire ap- [ nombre de ccit.
Le Prodigaiuz produit une sensatiou agrable.
Le prodigaiuz. est compltement inofensif et produit ses
rsultats merveilleux sans causer aux patients la moindre
somme de fatigue.
Le "prodigaiuz*4 arrte ta myopie progressive.
Vous sou lirez des yeux, soyez assurs que vous serez
proraptement guris en employant cette merveille qui sac
pelle :
"PHODIGALUZ"
"Prodigaiuz-a en "sa laveur les tmoignages des Juges
des Procureurs du Roi, des Chefs d'Arme, des Ingnieurs
des Commerants, des Ouvriers... etc.. aie, tmoignages rer-
Itifis pane Laboratoire Municipal de Madrid.
Envoi dans tous les, Pays.Exiger la signature et la marque
de tabrique appliques sur la bande qui recouvre le flacon:
' 1 prix 40 pesetas ( d'Espagne). Paiement contre mandats-
poste, lettre de change ou chque.
Adresse: E. M. CUADrUDO PEREYRA. SANTA
ENGKACIA, No 62, tercero drecha. MADRID, ESPAGNE
P H 0 I) 1G A L U Z
UNIQUE DANS 1 OUI LE MONDE l
pel des lments nouveaux.
Elle est per uade que cette
dcision qu'elle est force de
prendre n empchera pas que
vous continuiez A rester un ami
dvou du Gouvernement.
Recevez, Monsieur le Prfet,
l'expression de ma considra-
tion distingue.
(signe) Lucien Hibbert.
Pour copie conforme.
Edvard VOLEL
o-
Ouverte par le Comit Hatien
de l'alliance franaise et l'Asso-
ciation de membres du Corps
Enseignant en faveur des vic-
times de l'incendie du B'-I-Air,
Rue Justin Lhrisson:
Valeurs recueillies par:
l.Mr Philippe Cantave G 80 50
2. Mr F. Fatton 65.u0
3. Mr le Dr Cole ln.nO
4. Mr L. Louissaint 23.00
5. Mme R. Lerebour
0. Melle L Lhiisson
7 Mr F. Diambois
8. Melle H. Biamby
9. Vu- F. Sorsy
10. Mme Vve Sylvie
11. Melle M. Corvinglon,', 18.00 J
12. Mr H. Laventure 2.00 I
13. Mr 1s. Raymond 2 50
n
50 35
17.50
9 50
3.00
15 00
POU
Nous publions avec plaisir la DE-
CLARATION suivante de M. L, C.
Lhrisson qui, comme nous l'annon-
ons d'autre part dans notre dition
'J!
l'Ouest
du jour, vient de se porter Candidat
au Snat pour le Dpartement
de
Dclaration
LOTERIE
DE
l'Association des Membres du Corps Enseignant
et de l'Alliance Franaise.
Le prochain tirage de cette loterie est fix au dimanche
6 Juillet 193U a 9 lit uns du iLati au Cale LLbOhADU .
Le Loiiiiie u'Autiiinistration aviso le public qu'il ne met
ilus tu vente que 4000 biheiy au mu de oOOO.
Le piixdu bulei est de 3 gouruia in IhOlScoupons d'une
gourde chacun.
Le lot gagnants sont augments en nombre^et ten valeur
couioimeuicut a lu rpartition suivante.'
Total G. 308.35
Trois cent huit Gourdes tren-
te cinq centimes.) Cette valeur
a t remise Mr le Chanoine
ollin. Cur de St Joseph pour
tre distribue aux victimes de
l'incendie.
uourde
k,100 4 lobvde 30 gourdes 120
000 75 lots de 12' odes 900
loO' 2 Ap. du 1er lot 0 G. t0
2/0 2 du 2egios lot 24 4
ibO 2 du 3e gios lot 15 3o
117 iot*e tel minant J*r les deux derniers chiliiesue*
trois ganS |pj 6 Gdes 702
1 Cro lot
1 a
? <
>!i Iota de 90
lots de 60
3
Choses
Scolaires
Les examens en vue de l'ob-
tentian du Certificat d'tudes
primaires ont commenc ce ma-
tin.
Ils onl
l'Ecole
Marie Gu
von au
Scolaire.
Les candidats sont an nombie
de 24,dont 169 filles et 70 K -
ons repartis en quatre jurys
d'examens.
A l lionviile.un jury suppl-
mentaira a t torm pour txa-
miner dix-huit proatulants qui
se pi sentent cette fin.
Nous ne manquerons pas a la
fin de la semaine, de renseigner
nos lecteurs sur las rsultats ob-
Au\ tideurs du Dpartement
de l'Ouest.
Chers Concitoyens,
C'est a la sollicitation b'enveil-
lante de mes amis et d'un grand
nombre d'autres citoyens que je
viens bien respectueusement de-
mander les suffrages des lec-
eurs des vingt et une Commu-
nes du Dpartement de l'Ouest
pour occuper un sige au Snat
de la Rpublique.
Qui suis-|e ?
Un humble citoyen de bon-
ne volont qui compte quarante
nq uns au milieu des jeunes
,< ni citions. Il a constamment
essay d'lever leur cur, de
donner de la dignit A leur me,
de former leur .caractre, leur
conscience....
Il a encore voulu selon la
morale pdagogique leur ins-
pirer le respect des lois, l'amour
( de la Patrie, le zle pour ses
Pour la solution de notre an-
goissant problme ne l'ou-
blions jamais nous devons
propager parmi nous cette per-
suasion de la ncessit de {es-
prit d'abngation, de ta concorde
sincre et de la Paix fconde, et
non d'une paix tourmente
qui, parfois, n'est qu'une guerre
sans mitraille .
Aussi, je jure que je serai au
Corps Lgislatif non seulement
un modr, mais encore un actif
et persvrant ouvrier de l'u
Ira uti.e et pressante de l'am-
lioration de toutes les afiaires
de notre infortune rpublique.
J'aiderai de toute mon me
la constitution d'un gouverne-
ment franchement Haitiano-
pluie, c'est--dire d'une admi-
nistration compose d hommes
de conscience chrtienne et sui
vaut tu politique des glorieuses
traditions patriotiques.
Il nous t..m cette administra-
tion bienfaisante pour venir tra-
vailler inlassablement u la di-
minution des profondes misres
matrielles et morales qui ron-
gent notre cher peuple et aussi
embellir 1a grande et belle me
die notre Patrie, terre de la souf-
france, terre
oique
... n vu un homme qui < niai.
g '!'. Il esquissait de - nds
g"stes et sa voix tait s Nre
M < Ion s'tonnait qu'il or n Mt.
lit pas des jurons. Us |n* |*a
massaient autour tic lui. l! lui
( "uiinnait a crier:
.le suis honnte,j?nuis tu u
lr . je suis impar ial, | u ui poa
appartenu au Gouvernement de
M Homo, et jusquici ou n'a
rien mit pour moi.
Et des gens naiont. riaient,
se tordrr. comme si ce mal-
heureux disait la chose la plus '
nsopiJanu qui s-.ii.

...a vu deux hommes | obli-
ques qm raus-uienl lis imime-
menl sous la gnlcri. d'un de nos
cah -s les plus couru La convei
sation tait parai il des plus in-
tressantes car Ht se tenaient
tous les deux par le revers du
vision. Mais un troisime arri-
va. Brusquement les deux hom-
mes se lutent. Ll le troisime
qui ne comprit pis ciU alors la
parole.
... a vu, vendredi aprs-midi,
l'avenue N. un geate de soli-
darit enfantine qull ne serait
pas indcent d'oflrir en exemple
messieurs les grands hommes
de ce Pays Un gosse d'au plus
douze ans et qui a va il vingt
( anilines dans une des poches
de sa culotte, se pava avec un
mango froncis. An moment d'v
porter la bouche il se rendit
compte qu'il n'tait pas seul. En
effet, il avait avec lui deux de
ses camarades. Il carta donc le
mango de sa bouche dj ou-
verte, pntra chez lui et en sor-
tit avec un couteau. Il enleva
ce que les enfants appellent les
bords du mango en donna un a
chacun de ses camarades el se
contenta de la graine. C'est ave
plaisir que Notri: il no a que
si cet ge est quelquefois sans
piti, il ne manque pas toujours
d humanit, et jusqu' en rt-i
vendre ses ans Messieurs
les grands hommes.

... s vu un gosse qui dans une.
boutique voisine de notre r-,
daction revivait des annes el
des annes d'intervalle exacte-
ment l'tat d'me de l'ne de Mu
lidan. Il y avait, tal dans un
bac, sous la galerie, d'normes
mangos muscats et un peu plus
loin, mais toujours sous la ga-j
lerie des cannes sucre d'une,
longueur imposante et d'un difta.
mtre assez important. L'enfant
balana pas moins de dix mit
un les entie les mangos et les
cannes et comme la valeur qu'il
possdait ne lui permettait de
prendre les deux, il se mit un
doigt contre les lvres et conti-
nua rflchir. Enfin, fatigu
de ces rflexions qui ne le coh- {
dui-.au nt a rien, il se dcida
dans un geste dont la dcision
n avait d'gal que la brusquerie, j
Il s'en alla, laissant derrire lui :
et mangos et cannes sucre. ,
Dans la boutique voisine il s'a* i
cheta des tablettes de cocos gr-
9s.
!
?
... a vu, hier vers les une heu-
re et demie, trois amis qui
avuient pris chacun un cocktail
de trop et qui parlaient haut et
fort. Mai tous trois faisaient
les mmes eflorts pour qu'on
ne s'apert pas que leur tte
tait partie depuis trs long-
gnreuse, mau- i temps dj. Au moment de quit-
loique. j (er |e ta(e ijs prirent des airs de
avons les mmes j gaiet feinte, mais tout te monde
urnes sont inquiets et malades.
C'est, incontestablement, le r-
sultat de plusieurs annes de
gacbis, de confusion et de dou-
loureuse prostration...
Ln grand espoir va ae lever...
Mais, il ne faut pas qu'il soit
asaombi i^par des discussions
stei ns. Ut craintes, des muni-
lies... .Non, il ne tant pas qu'hati
retombe dans les latals erre
mentit qui l'ont djA conduite
aux pires preuves.
nies douleurs, le '
mmekIdeal, travaillons dans les
mmes sentiments, avec uue vo-
lont indtectible, a l'amliora-
tion des hommes et des choses.
Soyons loua des citoyens qui
s veillent A une autre vie..
Quant A moi, je ne serai S-
nauui que pour les antres, sur-
tout pour les humbles, pour
ceux qui soulhuit, et ils son>
nombreux.
fon-au-Prince, le 17 Juin 1930.
L. C LHERISSON.
les mmes in-1 se.rendait visiblement compte j
de la situation at eux seuls ne
voyaient pas uue tous les pas-
sants taient fixas sur Jeui vrai*
situation.
(

... voit qne du cot deaTribn*
ns les pioches commencent
faire leur oeuvre. Tant anaux*
D'ici quelques jours on pourra
aller assister l'inauguration
dlfuitiuna, ce sera peut-tre le
nom ut fa salie que Tatuy va y
installer. Le nom, mais lt pre;
nom restera Cin~Tfltto,
i


PAGE I
U5 MATIN- 23 Juin 19M
L'Ami du Peuple *
ET
les Noirs d'Hati
Sous le litre Con/rc le Communisme et le sous-titre suggestif
Vers l'insurrection de notre a.me noire, LAmi du Peupleraijeuoi
29 Mai dernier publie le tr< violent article que nous publions
ci-aprs et o est positivement pris partie notre compatriote
Lo Sajous, Docteur en Mdecine de la tacult de Pans :
Contre le Communisme
Vers l'insurrection de notre Arme Noire
Nous avons tait bonne justice, | lemenl communiste celle-l
dans notre dernier article, de la
prtention atfiche par les me-
neurs du mouve.nent pan-ngre
de n'tre pas des communistes.
Nous avons fourni la preuve
surabondante que toutes les agi
talions diriges contre la domi-
nation coloniale de la France,
de l'Angleterre et des autre*
puissances civihsatrices.part
5'unorganisme unique:la Ligue
l'Internationale Syndicale des
Ouvriers iVgres.auneiani a l'/n-
ternationale syndicale Rouge de
Moscou.
Nous en avons parl, en don-
nant tous les dtail- ncessaires,
dans notre article XXXVIII, du
12 dcembre 1929. Nous y ren-
voyons nos lecteu.s, qui y trou
voronl la composition du Comi
Fxcutit et les directives ge-
contre l'imprialisme et l'oppres urales qui lui taient donnes
ion coloniale qui n'est ellewu
Oie qu une filiale de la 111e In-
ternationale.Nous avons vu que
le personnage le plus apparent
de la Ligue d? dfense de la Ha
ce Ngre et de ['Institut Ngre de
Paris est un lumilier des congres
communistes internationaux o
il a sig au milieu des plus
redoutables professionnels de la
Rvolution bolchevique.
Examinons maintenant bri-
vement le cas de ses collabora-
teurs dans l'uvre entreprise
contrenotre domination en Alii-
quc.
Le prsident de l'Institut M-
arc de Paris est un mtis hatien,
le Dr Lo Sajous,g d une qua-
rantaine d'annes Apre* aootr
tait ses tudes mdicales en
France et 'Ire retourne montai
tanment en Uaiti, o rside
toujours sa tamille, le. Dr Sajous
alla taire un brel sjour en Am-
rique du Nord. M semble bien
que ce voyage avait pour but de
prendre contact avec Marcus
Garvey, le trop laineux prsi-
dent de la Rpublique libre^
d'Afrique , celui qui a dfini
son programme colonial dans
cette phrase : Nous dirons a
l'Angleterre, a la France, a la
Belgique et au l'ortugal : Sortez
d'Afrique Ft ce sera l no re
seule ngociation avec ces puis-
sances.
A Paris, le L)rSa|ous qui ha-
bite 8,rue Rondelet, dans le 12*
Secte de s'occuper surtout de
sa clinique, installe 17, rue des
Cendriers, dans le 20', ainsi qu.
du service mdical de la coop
rative communiste La Bellevil
toise. Mais il est entour d'un
tat-major de noirs, pour la plu
fart originaires d'Hati comme
ui-mme, qui toi ment tes iii
dresde I Institut Syre de Paris
9ti, boulevard Meniunoiitaiil.
Comme nous n'avons cess d
le fpeter.c est d'Amrique pria
cipaleinent <|ue viennent les m< -
neurs de l'agitation pan ngre ;
et lleiti, o l'on parle encors
langue Iranaise, peine dloi
me, tait tout indique poui
fournir une base de recruteuui.
en vue de l'action dans les pos-
sessions franaises.
Dans l'ombre du Dr Sajou^
opre une jeune dentiste inar i
niquaise Melle Hlne Jodlar.t,
dont les bureaux sont installes,
43, rue Monge, mais dont l'oc
cupation principale est de sup
pler. {'Institut Ngre de Parte,
notre ami Trmoho Garan Kou
yat, que sa besogne d'agitateur
oblige de frquents voyages
dans les ports de mer.
Mais le personnage le plus im-
portant, quoique le moins lo-
Suace, est un |eune noir que le
r Sajous hberge depuis S ans
et qu'il prsente, en grand mys-
tre, comme le neveu d'un dts
rois ngres du Cameroun, ce
qui vaut a tous deux les marques
du plus protond respect de la
part des noirs frquentant l'Ins-
titut.
Volontiers bolchevistesqu lod
rJ s'agit de combattre les pou-
voirs europens, les conspira
leurs ngres, se montrent, eu
sftet, trs conservateurs en.tis
aucienstyrans.D'o le nombre
relativement consiurable de
princes .peau fonce, plus
on moins authentiques,que nous
trouvons a la tte des comits
rvolutionnaires africains. Ces
aristocrates ngres sont loi t bieu
tus de la direction moscovite,
qui se rserve d'eu jouer a l'oc-
casion, dans leur pays d origine,
comme elie joua eu Afghanistan
du roi Amanouliah.
Eu marge de la ligue de d-
fense de lu Race Seyre et ut
l'Institut Mgre de Paris lom-
pai' le Cong llle Internationale.
Cette organisation est mainte-
nant partout l'uvre dans no-
colonies et dans les co oues an
glaises d'Atrique, sans que neu
ait t tait seuible-t-il.pour uti
iiser nos rvlations et barrer
la route aux agents de Moscou.
File se superpose a ton* les
mouvements sparatistes afri-
cains, qui reoivent ses instruc-
. lions tout en allectant de rester
' neutre l'gard du Communia
me.
Nous ne pouvons mieux taire
pour caractriser son piogram-
me que de reproJutre ici fe IjC
sunde du dessin qui orne la
premire pig<* de son bulletin
confidentiel,/.Ouvrier Noyre.On
remarquera que le uoiueee non
in brise la ctiaine dont est lie
lionue une orgauisauou.olliciel- se rvoltrent Veu bai
1 Air que, nest pas campe sur
le sol aliicaiu, mais quil surgu
du continent amricain au-des
sus des Etats-Unit sonfirma-
lion par l'image de celte vente
que nous avons signale les pre
miers, que la rvolution ngre
vient d Amrique.
Fn terminant, il est un point
sur lequel nous tenons a attirer
daa maintenant l'attention, c'est
que, depuis quelques mois, la
propagande des organisations
pan ngres ne porte plus eXClll
vivement .sur les milieux oa vri i s
coloniaux et sur le tnou enco-
re a demi sauvages. File a un
nouvel objecul particulirement
dangereux : la fidlit de nos
troupes noires.
NotU savons de source certai-
ne que lu pntration de nos r
giments sngalais dont le loya
tisme ne tait /umats dmenti
jusqu ici, est activement mene
pur tes lments bolcheviks.
Si nous en croyons les termes
dune communication confldcn
l telle adresse par les sei vices
pariiiene de l' inte nationale
Syndicale des Ouvriers Ngres .,
au but eau de la Ligue contre
t Imprialisme , des cellules
communistes seraient dj fon-
des au sein de II bataillons se-
n< (/niais.
Hicn n'est pargn pour tiiri
croire ces loyaux soldats noir
que leurs contres d'origine soir
actuellement le thtre d exac-
tions el d'actes de cruaut in-
qualifiables de la part de nos
administrateurs coloniaux. On
espre ainsi, el ce n'est pu ut
draisonnable,les mouvoir pro
tondmeut, en leur taisant re-
douter les pires malheurs pour
leur famille et leurs proches.
Fn mme temps, on rpand
parmi eui le bruit insidieux qui
des units de leur corps.station-
ns en des pays lointains, se
sont dj souleves contre leurs
officiers franais et les ont egoi-
gs.Voici, par exemple.coiumen'
est travestie, pour 1 usage pain
cuber de celle troupe d'lue qu
sont les tirailleurs sngalais, la
sauglante atlaire de Yen-Bai, o
la seule dtection intervenue esi
celle de tirailleurs annamites,
qui n'ont jamais joui d'une n
putatiou comparable la leur.
Nous empruntons le texte qui
suit au No du 15 mars 1930 de
L'Ouvrier Ngn (dactylographi
et publie sans nom de grant ) :
Les soldats ngres se
revolteaf
a I ne mutinerie a eu heu,
dernirement, parmi les soldats
ngies du rgiment franais de
tirailleurs envoy en Indochine
pour rep.iuier une rvolte ndi-
gne.II y a eu beaucoup de mo. l
dont un olficier franais.
Les troupes taieut en t fter-
ve cencr*. t cause des brut.dites
il elles taient l'obje ; elles
( en
M. Ih G. LHRISSON,
v Candidat au Snat
pour le Dpartement
de l'Ouest
Nous avons reu, avec infini-
ment de plaisir, la carte de no-
tre ami L. C. Lhrisson qui vient
de se porter candidat au Snat
pour le Dpartement de 1 Ouest.
Nul mieux que VI. Lhrisson n'a
droit cette rcompense.
A tous les postes o il fut ap-
pel pendant sa dj longue et
Iruclueuse carrire il a toujours
fait preuve de patriotisme clai-
r, d nergie et de comptence.
Ancien Snateur de la Rpubli-
que, ancien Conseiller d Eiwt,
ancien Inspecteur Gnral de
(Instruction Publique, Directeur
du Collge Louverlure, Prsi-
dent du Comit Hatien de l'Al-
liance Franaise, Prsident de
l'Association des Membres du
Corps Enseignant, Chevalier de
la Lgion d'Honneur, noire ami
Lhrisson a un pass qui r-
pond de l'altitude qu'il saura
garder au Snat si la faveur po-
pulaire I y envoie siger, ce que
nous lui souhaitons de tout cur.
Saint-Louis
de Gonzague
Samedi, 21 juin, et.ni ta fte
de Saini-Louis de Gonzague. A
celle occasion, il y eut, comme
chaque anne, une grande et
belle ceruioiue la chapelle de
l'Institution des Frres, place,
comme on le sa t, sous le vo-
cable du grand saint.
La messe fui chante, 7 h.
1 2, par le Rvrend Pre Hu-
bert, avec, pour diacre et sous-
diacre, les presCospen el Fran-
ois.
Le sermon de circonstance fut
prononc par le pre Fuzeu,
L ecclsiastique, dans un lan-
gage pur et clair, retraa les
pages de la vie de Louis de Gon-
zague, qui lenonca aux biens
de la terre pour se cousacrer
la prire et aux sacrifices.
A l'Aynus Dei, plus de cin-
quante levs s approchrent,,
pour la premire fois.de la Sie*
table.
Avis professionnel
Le Dr L. L. Pluoiuier a le
plaisir d annoncer au public
ei particulirement a ses cli-
ents que pendant sou absence
le Dr Pascal Suues est mar-
ge de la direction de sa cli-
nique dentaire,
port-au Pnucc.le 16 juin 1930
Tonkin, 80 milles au nord-
ouest d'Hanoi ). Les indignes
se joignirent aux rebelles el en-
ti nciit dans leur camp.
Le ministre franais des Co-
lonies a ordonn des mesures
rigoureuses pour rtablir l'or-
dre .
On comprend le trouble que
eut jeter dans l'me des tirail-
eurs se lgdais la nouvelle que
la rle principal dans les inci-
dents de Veu-Bai dont ils ont
i "id.i contusemeni parler a
t joue pn un r^g-ment de
leur ai me.Il n'est pas jusqu' la
dfaillance de ce pauvre M. fl-
tri qui ne so t camoufle en
mesures rigoureuses ... Les
menteurs professionnels de Vlos
cou estiment que ces informa-
nous sont assez bonnes pour des
noirs.
D'autre part, dans la commu
nication confidentielle laquelle
nous taisons allusion plus haut,
adresse par l'Internationale syn
dicale des Ouvriers Ngres au
Bureau de la Ligue contre l'Im-
prialisme, nous relevons ce
passage significatif :
Fn 1920, Zinovief a pu se
plaindre dans la runion de l'F-
CDtll de t Intel nationale Loin
mumste de Moscou, que rien
n'avait t tau en France, l'an
ne prcdente, pour travailler
les troupes noires, qu'il et t
si facile de retourner contre
leurs oppresseurs tranais.Nous
pouvons assurer que le travail
dsir cette poque est main
tenant un bonne voie. Si des
troubles vieuuent a clater,
proximit des units noires sta-
tionnes en France et dans les
principales colonies franaises,
le proltariat peut tre assur
que nos cellules militaires n-
gres feront leur devoir.
Voil le gouvernement de M.
lardieu et sou ministre des Co
lonies dment avertis par nos
soins.
Vont-ils permettre aux agents
de Moscou de noyauter notre
arme uoue comme ils ont dj
larci de cellules militaires les
ic^imenis de I arm* mtropo-
litaine?
cri u Kfiua dTaiaii idrsle
ru urape
.Nous avons reu avec plaisir
du Ministre de France a Port-
au-Prince Son Excellence Mon-
sieur Ferdinand Wiet un exem-
plaire du Mmorandum sur l or
ganisation d un rgime d Union
fdrale europenne et d'une Ana-
lyse de cet imDortant document.
Cette pice a t remise a tous
les Gouvernements europens
le 17 Mai dernier par les soins
du Gouvernement franais. Au
cours dune runion tenue Ge-
nve le 9 Septembre 1929 les
reprsentants des Gouverne-
ments auxquels copie de ce do-
cument a t adresse avaient
eu a prciser les points essen-
tiels de ce projet
Nous remercions bien sinc-
rement S. E. M. Wiet de son
gracieux envoi.
H Dominique llvapelite
Candidat a la Dputaliou |
Nous avons reu la car e de
M* Dominique Uyppobte qui I
vient de se porter candidat la I
dputation pour la Premire
Circonscription de Port-au-Prin
ce.
Avocat du Buieau de Poil
au-Pnuce, ancien Professeur
d FconomiePoiilique et de Droit
Constitutionnel l Ecole Natio-
nale de Droit de Port-au-Prince,
crivaiu de talent. M Domini
que Hyppolhe If an bede figure
il la Ciiambre Nos vux 1 ac-
compagnent.
Les m taches courtes
Les pres Kdemptons es
voient les manches courtes d'un
m m vais il et tout la guerre
celte mode plus que dplace
pensent-ils lorsqu on va surtout I
a l'glise, aux crmonies reli-
gieuses. ;
Il a t dit aux fidles qui
taient venues entendre la messe
su Monastrequ ellesdoivent ob-
server un protocole en visiant
le Sain Lieu, e protocole con-
siste a ne pas se p senler en la
chapelle du Monastre avec des
manches cour es. |
Meilleurs compliments.
o
Le monde
MARIAGE.- En l'glise Ca-
thdrale sera clb le jeudi 3
juillet prochain f> heures et
demie de 1 aprs-midi le maria
ge de Ml le Fiancesca Nazonavec
M. Catilina Laraque.
Nous prsentons nos sincres
compliments et souhaits de bon
heur aux futurs poux.
Pour le cration
d'un Bureau
d'Information
Administration Gnrale
des Postes.
Port-au-Prince, le 17 Juin 1930.
Circulaire
N027tJ
Monsieur le Directeur
de LE MATIN.
En Ville.
Monsieur le4Directeur,
J'ai l'avantage de vous re-
mettre, sous ce couvert, la copie
d'une lettre date du 5 Avril
coul par laquelle la Direction
Gnrale de Postes du Mexique
avise notre Administration^que
conformment un vu formu-
l par le Second Congrs Postal
Panamricain tendant la cra-
tion d'un bureau d'Informations
pour les Etrangers dans tous les
pays d'Amrique et d'Espagne,
un semblable Office doit bien-
tt fonctionner Mexico, sou-
che au Muse Postal.
Le but'dejcette installation est
de mnager .aux touristes un en-
droit o ils puissent trouver
toutes les commodits dsirables
pour faire leurs correspondan-
ces, se renseigner sur 1 tat des
lieux ei li s aciviies de mus les
pays, en gnral, au moyen des
nouvelles de presse les plus r-
centes.
Il vous est demand de vou-
loir bien contribuer cette nou-
velle forme de propagande ap-
pele mieux faire connattie
notre pays l'tranger, en tai-
sant rgulirement l'envoi,
chaque dition, d'un N de votre
journal su dit Bureau dfor-
mations.
J attacherais du prix con-
natre vos dispositions en 1 es-
pce, relativement l'admission
ou au rej"t de la dem nie de
I 01 tic e mexicain, afin qu'il me
soit permis d tablir dans (pelle
mesure il va tre possible au
mien de rpondre son attente.
agrez. Monsieur le Directeur,
l'assurance de mes sentiments
les plus distingus.
L'Administrateur Gnral
des Postes,
H. ELIE.
*
E. E. U U. du MEXIQUE
Mexico, D. F., le 5 Avril 1930.
Monsieur l'Administrateur
Gnral des Postes.
Port-au Prince, Hati.
Monsieur l'Administrateur,
Le second Congrs postal pa-
namricain qui eut lieu au Mexi-
que aux mois d Octobre et de
Novembre 1926 a formul le
voBi qu'il soit possible tous
les pays d'A unique et dEspa-
Mol d'ordre
AK 100
Point de ralliementi
La Quinaude
Ils sont lgions les candi-
dats, tous trs populaires,
uctits.it telligents el... surtout
patriotes desiulresss;u)ais
la victoire aux uines restera
ceux qui auront tait pren-
dre leurs lecteurs le plus
I'aK 1C0 au lait de la Uui-
naude.
17 juin 1930
gne d'tablir un bureau d'In-
formations pour les Etrangers
au sige de l'Administration
Gnrale des Postes, qui tien*
dra a la disposition des visiteurs
les journaux de tous les pays et
leur fournira des renseignements
aur toutes les atlaires postales,
le tourisme national el tranger,
etc. de taun a iaciiiter aux tou-
ristes un endroit o ils puissent
lire les nouvelles trangres et
crire commodment leurs cor-
respondances et recevoir aussi
toutes les donnes qui peuvent
leur tre utiles tant a 1 intrieur
qu'a l'extrieur du pays.
Le Mexique tablira dans le
plus bief dlai possible le Bu-
reau dlnlormations pour les
trangers comme partie int-
grante du Muse postal, lequel
aura le personnel ncessaire
chaig de lournir aux visiteurs
tous les renseignements qu ils
solliciteront et de leur expliquer
aussi et brivement 1 origine,
les traditions, etc., des curiosi-
ts qu us pourront voir dans le
Muse postal. Ft afin que les
touristes aient leur dispo-
sition les journaux de votre pays,
je me permets de vous prier
d'tre assez bon pour faire des
dmarches auprs des princi-
paux journaux et revues qui,
titre giatuit et comme esuvre
de propagande et d informations
lavorables a la Nation, voudront
bien expdier rgulirement un
exemplaire de chacune de leurs
ditions en en taisant l'envoi
sous t'adresse suivanie :
Direction Gnrale des Postes,
Bureau d'Informations pour Us
Etrangers Mexico D. F. a
Le Directeur Gnral.
( Sign) Arturo M.ELIAS.
..i-.
Gpaiide Occasion
Disques 60 Centimes
J. KARAYANY
ANGLE DE GRAND'RUE ET DES MIRACLES.
Insurance Co
Une des plus fortes' COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE]
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
^mme


1,1 HAHN r: J..... V.MW
t\\-
5
NYRBA AIR LINES
Luxe Confort Scurit Rapidit
U plus grande Compagnie de lavigaUot^arieaie
reliait Ici deux Amriques.
\ oyagez par nos appareils
qui survolent toujours leur champ d atterrissage : La mer
De luxueux hydravions tout de mtal avec accommoda-
tions pour 22 passagers.
Service hebdomadaire outre Miami et Bueios Aires
Dpart dePort-au Prince : Pour Miami Chaque Mercredi
6 heures a. m.
Dpart de Port-au-Prince : Pour Buenos-Aires
Chaque Vendredi 6h. 30 a.in.
PRIX
Port-au-Prince
51,00 Macoris. R. D. G. 26,00
115,00 Porto Rico 64.00
118,00 St Thomas 85,00
157,00 St Lucie 172,00
5*/o escompte sur les tickets aller-retour qui sont
valables pour six mois.
Tous nos" hydravions sont munis d'un appareil de radio
metteur et transmetteur et d'un quipage de cinq officiers:
Pilote, aiJe-pilote,mcanicien,opraleurde radio et steward.
Nous seious toujours'heuieux de vous fournir tous au-
tre* renseignements que vous pourriez dsirer au bureau
de la Compagnie :
NEW YORK, RIO & BUENOS-AIRES INE, INC.
Angle des Rues Mantes Deslourhes et Maga*ia de 1 Etat
l'ort-au Prince, Ilali, l'houe 3401.
TOUR avoir uni: v.w
VELOUTEF
Port-au-Prince
Santiago Or
Cientuegos
Ln Havane
Miami
L'usage rgulier de la Va-
nishing Crusmi Exeienlo con-
servera votre teint aussi doux
et aussi satin que celui d'un
bb Ncm le garantissons.
Lbxelenlo
Vanishing Cra m
(,(,{,
Soulage des maux de tl
et de la nvralgie en 30 mi-
nutes. Arrte un froid le pre-
mier jour et le malaria en H
jours.
60b' en tablettes aussi.
INDUSTRIE HATIENNE
DARD Ah NULLES
qui
A vendre
A trs l)on compte, cash ou
termes, un lot de ustensiles
( Dermatvpe ; pour Mimeo-
grjnh Edson-Dick, s'adresser
a l'Ecole Spciale de Stno-
Dactylographie. Angle des
Rues des Miracles et du Cen-
tre, Fort au prince, Hati.
Cigares tins fabriqus a St Michel le l'Attulav.
La boite de 25 Cigares * Marquis Or
* 28 El Victor
25 sLoodrti
50
f>0 Coronationi
S'adressera : Em SIVRE
Syndicat des Agents de ChaOge.121,Rue le*. Mil -ls
2,00
2,00
1,50
3.00
100
La tombola
*- J-H'
COMPAGNIE
LECTRIQUE
Nous venons de recevoir un jeu complet de lustres lectri-
ques i ACME pour maisons. Ces lustres sont du dernier
raole et construits de bronze et aluminium. Ils rendront
la maison plus attractive en donnant en mme temps une
meilleure lumire.
e our introduire ces nouveaux lustres nous des vendons
trs bon march

Les prix des matriels pour installations lectriques ont t
rduits peu prs Oo/o comme vous les constaterez ci-
dessous :
Conduits de 1/2 auparavant 14 cts. lej pied maintenant
7 1/2 cts.
Fil auparavant 3 cts. le pied maintenant 1 1/2 c.
Fil auparavant 3 1/2 cts. le pied maintenant 2 cts.
Lampes Edison Mazda 25 Watts auparavant 40 c. mainte-
nant 25 cts.
Bouehons fusible auparavant 10 cts. maintenant 5 cts.
Appareils de chauftage au prix de New-York
Rfrigrateurs General Electric au prix de New-York.
Compagnie Electhique.
* *
*
Le9 bureaux resteront ouverts les samedis jusqu' 9 hs. du
soir.
ALUM1NUM LlNE
Dparts direcis ue Nevv-Orieaus ei de Mobile
.pour les ports 11 an uns.
* Unsteamer laissera New-Oileaus le 21 juin courant de
Mobifeile2o\_diiectennntpoui les pons ciu Sud, Poilau-Pce
et lesy ijoiii.jvc.
*- Port-au-Prince, le 15 Juin 19d0
^^A. de MAl'IE1S& Co,
Agents Gnraux
me crme sans graisse
la peau absoibe. Elle
nourrit la peau el empche
qu'elle se l ne, se ride, se des-
sche.ou ne devienne rugueu-
se. Elle conserve la peau en
parfaite sant.
Procurez-vous aujourd'hui
un pot d'Exelento Vanishing
Crtam;en vente chez tous les
droguistes, ou directement de
nous sous garantie, comme
vous le prfrer.
j Ecrivea-nous pour avoir un
chantillon gratuit et un livre
de conseils pour la beaut.
EXEI.ENTO, UEDIC1NK
COMPANY
AILxNTA GEORG1A U.S. A
Agents demandes pour tou
pays
K**i"'w#7 oin- 're.nseie'nenients.
Haylian
Banana Co.
Ltd.
Dpartement dExportation
Nous sommes disposs don-
ner des contrats sans aucune li-
mite et en certain cas ncessaire,
l'aide financire pour les aiticles
suivants livrs au port d'embar
cation selon le type et qualit
Standard : Figue-Bananes, type
Gros Michel, Tomates Piment
Doux Concombre Pois
France Chou Amidon de
Manioc Pistache Vanille
Citron Huile d'Orange
Douces Huile d Oranges
de Citrons
hdnanes soil arrosas ou f icile-
!n,n arrosaWeeawcro.-voi..** Perptuel Secours
inrab'e pour transport.dimte*l v"* des plus iiar.i...ntes
r gions suivantes : PI une du attractions de la reiedhiera
Noid, Acul du Nord, Quartier* I St Fraooii fut la loterie qui
Morin, Plains de Milot, Plaine otlrait cette particularit que
de Limbe, fort-de Paix, Naine louf les Numros vendus ;
SftSSi
I RATON
r'.*.ui''.' |
de I Aitibonite, Plaine de l'Ar
cahaie, Plaine des Cayes.
Pour des propritaires qui
sont disposs a planter Figne-
bananes, dont les terrains ne
sont pas arross, d'avancer les
tonds ncessaires pour laire
I arrosage p r moyen de puits
artsiens selon entente spciale
avec nous.
UN
Cinquante c, ntimrs seulement
taient des numros gagnants.
Madame Clment Magloire.
l'organisali ice de cette loterie,
a pu faire ce tour de force
et donner satisfaction aux fi-
dles, grands et uelit. gice
la gnrosit des Maisons
Grand ijlel
de France
J'avais eu le grand plaisir
d'annoncer mes aimables
I Aggerholm, Robelin, Raphal Client qu'ils auraient trouv
Des ronditions spciales se-. Brouard.Picoulet.Bolt.Simou
ront accordas aux actionnaires
de la HAYTIAN 3AN\NA CO
LTD.
Le l^r Septembre, nous au
rons une ligne de vapeur mo-
derne entre Nouvelle Orlans
et Hati, et eo Octobre, entre
New Yoik et Ha i prenant fret
et passagers pour tous les ports
principaux d Hati et nous inau-
gurerons un service ctier pre-
nan fit dans tous les petits
ports principaux d Hati pour
aboutir aux ports ouverts. Nous
sommes disposs a acaordei des
conditions spciales aux dipl-
ms de Damien qui sont dispo-
ss planter Figue bananes et
Lgumes sous certaines garan-
ties, et ainsi nous pouvons uti-
liser, directement et indirecte-
ment tous les tudiants du Ser-
vice Technique d'Agriculture.
Depuis le moment o vous
commence/ vos plantations jus-
qu'au moment o vous touchez
votre argent vous serez en rap-
port entirement avec une Corn
pagnie Hatienne dont 09 / du
personnel sera des batiens.Afin
que les intresss puissent voir
la meilleure mthode de cul-
ture, nous commencerons im-
mdiatement une plantation de
Figue-bananes de 200 carreaux
dans le Nord et 300 carreaux
Vieux, Lope Rivera,Talamas,
Retcheley. Oreste Balloni,
Villejoint, Alix Roy, th.
(anthier, Ch. Gnetjens, Al
fred Cooke, de I Ecole Elie
Dubois, de Mesdames Tomp-
sen, Ed. Estve et Lon
Laleau qui ont offert ditlc-
rents lots si apprcis.
nu Graud Htel de France le
meilleur accueil l'occasion
des Elections Lgislatives tu-
turcs et des prix spciaux.
Le Gra id Htel de France,
dirig actuellement par Mme
Ferrandini,l'ancienne propri-
taire si connue de l'Htel
International des Cayes, con-
tinue oflrir la plus grande
Us ont droit des compli- aranue au point de vue du
ments et des flicitations conlort.
Amres Huile
Mousse ( ou barbes panguol ),
Noix d'Acajou Confitures de i dans la plaine de lArliuonile,
M!
i^namPTxaCesJu&'m.'.uaiwBC^JT ivw.iiamfrjrw
vittel
GRANDE SOURCE
VOSGES
ACTION LECTIVB SUR LE REIN
Cure complte de l'ARTHRITlSMi:
Saison du 20 Mai an S6 Septembre
OOURSES TENNIS m OOLFm POLO m THTRE OASINQ
PARO SPCIAL POUR LES ENFANTS ^
Trana tlrecln < PARIS fOaro dt l'EaO h v ITT il.
Kn Tant* dans leg principales ii).-m*clwn. Droguer) et Maison djAMmafrtMi n.
Goyaves Confitures de' Mar-
melade Mas, sec et vert,
Riz du pays Peaux de Cabrits
Cal Contrat No. 3 & 4.
Nous vendons les machines
pour extraire 1 huile d'orange,
nous avisons les intresss que
nous ne sommes points intres-
ses du n.- les petites quaiH iW vki>
nuire nous eiigeioi>s une I; lui
que ne n. m h Poil au-l'inie
pouf txtiaiie el ratttuei huilt
i essmee de plubieuia vaneteg
ie plants en Hati, et avfooni
.-'ors le public les planta qui
nous intitsstut.
Nous sommes pr's consi-
drer les offres pour bail fer-
me de du > s sur des terrains
f < pies la culture de F gue
ainsi que la dvoue organi-
satrice de cette attraction.
A vendre
Orthophouic Victrola
45 plaques
S'adresser a : A. J. LANG,
U. S. M. C. Aviation, tlpho-
nei ; M. C Otlice 27-2 : mai-
son prive 4-2.
et en outre, nous commence-
rons 10 carreaux en chaque en-
droit en Tomates et d'autres
lgumes.
Pour tous renseignements,
s'adresser HAYTIAN BANANA
Co LTD.
Bote Postale 147.
Port-au-Prince.
POUR R.REH SOCIT
D-m.nof I* Mtrxillm llbvm <3o
Fttcc. IlOpigii Bagia. Pcutidlfi-
lilioa. M air. ta (tira untr. Ippraidra Mil
i canaar (n.o),: 2 tnaallabrat
aiam rmaiiN. 10, m. oaa
POIHSNNIHI PARI "'
Mariage
Nous avons reu avec plaisir
le faire part du mariage de Melle
Anna Coupet avec Mr Luc Co-
by.
La bndiction nuptiale leur
sera donne le mardi 15 Juillet
prochain heures et femie
de l'aprs-midi en la Cathdrale
de Port-au-Prince.
Nos compliments au char-
mant couple.
Pensions par jour et \kiv
mois des prix lis modrs
suivant laclasse dt s chambres
que l'on occupe.
Le Service iU\ Restaurant
est irrprochable, les gots
les plus dlicats seront sa-
tisfaits.
Le plat du jour constitue un
repascomplct el a porte de
toutes les bourses.
Gourdes 2,50.
Dner et banquet sur cuiu
mande.
Il m'est agrable de recom
mandera mesnombreuxamis,
et aux nouveaux clients qui
voudiont bien nous taire
l'honneur de nous visiter,
l'Htel et le Restaurant, qui
sous cette nouvelle direction
seront en mesure de toutes les sat.sl'ac lions et d'
vauce.je leur dis sincrement:
merci.
P. P. PATRtZl,
FAIBLESSE
DBILITE
OIROP
DESCHIENS
t'HtmogloV
n*tr4trtnr du an, praairlt pr l'lite >dlcale. W
MmorUar la T.'ao.'a irai i ><* frruginu*. Admit *> i* /i.V'Moi m. X4V
Die. Gattaal. DtaCNlINt. t. Aaa faal *n*n. r**U al p!,UBie.aa.
IlirriIffarilMTiMflil-MaaaIlaTafafaYaTIlifariM
I Toutes les Polices
t DELA
H 1ISIUKS C
comprennent la Protection contre la J|
Foudre sans augmentation de taux
Eug.Le Boss t$Co
Agents Gnraux
Rhum Saillie
Le Produit des Distilleries de la HASCO. \
CE RHUM est le rsultat de la fermentation et de la distillation, d'aprs les procds les
plus modernes, scientifiques et sanitaires, sous la surveillance de techniciens de valeur, le,
sirops extraits de cannes mres points, qui ne proviennent pas d'une seule rgion, mais de
toutes les rgions de la plaine du Cul de Sac et de la plaine de Lngne, non fuJJJIeJJ55
plantations de la Hasco, mais aussi de nombreux propritaires, grands et petits.Ce MbL-A^ttC.
des meilleures cannes de ces deux plaines, comprenant les plus fameux terroirs, donne tm
Rhum Sarthe un bouquet et un parfum incomparables. LA HASCO est la seule entreprise
en Hati capable de raliser pareil mlange de cannes. Aucune autre distillerie non plus, ne-
peu t se vanter de possder un,stock si considrable de rhum, emmagasin dans des foudres;
o il vieillit bien des annes avant d'aller la consommation. C'est ce qui donne au nnum
Sarthe son velout et son arme toujours pareils.
GOUTEZ ET COMPAREZ
C'est le triomphe d'une grande entrepi ise'agricole et industrielle;qui$a fait |ses .preuves er)
dont le sort reste irrvocablement li au progrs et la prosprit du paya. .
Trois Grandes Marques La .boulejl i Le flacon de poche U gallon J^-jgP0"^
A( HET OR (Gold Seal) ides 7,5t
i ROUGE (lied Seal) Odes 5.00 Gde 3,75
c BLEU fBlue Seal) 2,50 2.00
bitants et Dtaillants, demandez les prix de gros la Maison
Gde& 30,00
Gdae 20.00
Gdes 10,00
ta

R. T. AUGUSTE, Port-au-Prince.
Vous y verrez votre avanlaae.


Lundi
23 Juin 1930
Le Matin
4 PAGES
24eumV;i'NJ&E N 6723
f- port- ao-Prince
Tlphone : 2242
Pago
Energique antiseptique urinairo
Agtt vite et radicalement
Supprime le doultrv
de la miction
vite toute czmpltc&lUm
U Pag*ol MeHtM
M rajeunit I liv>ut '1'
? unitaire*, qu .1 rr
eact coaii !.'!' rn,-iit nrul
aat )ueut\nt tous li
i le tiaMttsil
J VAMUANINE
I .!. K.I.'tIM a la f-...
I fr^t.nj < it uni -il'
V

MCtCl Kl m il pllM poui le* gonoc-iT..**,
L* Pageol rul contf<>xUunnr .'* mu-
Mutus* drt volM fi-
nal rea, renouvelle la*
Umiu. grce I un ra-
]eunisrin.'i)t oinolet
de cellelea Le Pagaot.
meurtrier n>n eeule-
nient pour la gonoc partout o 11 mut.
malt encore pour tout
l autre* linrrobe*.
uxquela ce dernier
rut tauorier. eurOl
touL II cet le ronde-
ment, la fana du trai-
tement de l'arthrite ou
du rhumatisme blennor-
raglque, parce qu'il rat
celui de la blennorra-
gie elle-mme
\v inimuan,
de i. nui
Fupi .T>at'!*',i. f a Van
, ta, V". : ! * >
PR-GAT-LAN
Si vous avez quelques hcurcsVlc loisir, le soir, et que
votif dsirez les passer a gra h le ment allez au
Pr-Cat-Tlan
o vous trouverez, la plus belle salle de bal, la musique la I
meilleure excute par un orthophonie deruier cri et auss;
les boisions les plus ii nichs et les plus pures.
Champagne, bire allemande on nationale, liqueurs de tou
ortes. I
rrtez uToux
Rapidement de
cette Faon
Frictionnez Vicks
sur la poitrine et
la gorge; appli-
quez librement.
ICKS
VAPORUB
Pour Tout Refroidissement
Vous parlez
l'Anglais?
QApprenez l'espagnol et vous
possderez les deux langues in-
dispensables dans le monde.
Adressez-vous Mme A.Divins,
Htel Espana, Directrice d'une
Ecole Suprieure de efeinmes
membre de la Sociedad Atrac-
ction de Tarasteros. Barcelone.
AVIS
L'Inspection Scolaire rappel-
le aux intresss que le Regis-
tre d'inscription en vue des exa-
mens du Brevet Simple et Su-
prieur est ouvert .partir de
cette date pour tre ferme le 30
Juin piot'hain. L examen aura
lieu le 7 Juillet. La prsentation
de l'acte de naissance est obli-
gatoire.
Forl-au-PrinceJe 18 Juin 1930
Rclamez jle chque
il a ete trouv en lace de
l'Htel de Ville un chque
sur la Banque du Canada
l'ordre de M.J.OLDENBROCK
qui peut le reclamer en nos
bureaux.
BELLE POITRINE
en deux mola par Ice
PILULES ORIENTALES
! Mot H"' d'Tfloppaal, ralftr-
la'm.ul, riv jn-tiluenl ! .lot,
fUn-il lm Milite* asMifta in
tpsLlra et Inonfnl 'ut* W
gnoii-.x amteBastal A
B!cn(.:Moi< jw...~.ne.
*L.' J",f 'l.*'[|."tlimW/d|(a
.j.wa.5'. ?.srE*ajBBiiii
. : lu.*,
\ : i :. ; INI I (oui*
ph^rmclt.
A vie de dlvor ce
Par jugement du Tribunal
de premire instance de Port
au-Prince en date du 4 Sep-
tembre 1929 suivi d'un arrt
de rejet du Tribunal de'* Cas-
sation en date du 9 Juin 1930,
le divorce demand par le
sieur Hubert A. Steele pro-
pritaire, demeurant et domi-
cili Port-au-Prince, contre
Mme Adlade Thrse An-
toine a t admis et les partis
renvoys devant l'officier de
l'Etat civil pour le prononcer.
En excution du sus-dit
jugement, Mr. Fernand Ma-
diou a prononc le divorce
hier 20 Juiu 1980.
hait Pou au-Prince, le 21
juin 1930.
RIGAL
AVIS
La soussigne, Julie Gassan,
avise le public et les notaires,
que durant son absence de la
Capitale les titres de ses pro-
prits sises Bolosse et
Bizotou ontgte vols. En
consquence, n'ayant jamais
eu comparatre en l'tude
d'aucun noiaire pour < on.sen
tir soit l'hypothque, soit la
vente de ces proprits,
elle dclare nuls tous actes
de cette nature que .des tiers
auraieut fait dresser ; en
attendaut l'action de la Jus-
tice.
Port au Prince.le 1G juin 1930
Julie GASSAN
Avis commercial
Monsieur Mose Saeh a
l'honneur d'aviser le public
et le Commerce que sa mai-
son de commerce sera trans
fre le 15 juin courant St
Marc, elle continuera.sur cette
place, taire les mmes op-
rations commerciales que
prcdemment,
Port-au-Prince, le 9 juin 1929
Mose SAEH
t OCCASIOCKXCEPTIONXELLF.
VA tfidre : Mobilier complet
meubles de choix consistant
en salle de rception, anli-
chambre.chambre coucher,
salle manger, tapis de toute
beaut, glacire, etc, etc.
Prix trs raisonables.
_LS'adresser
*,Mme 6. F. BLOEDEL,
jPacot, en lace de I. J. Bigio
de 10 h. a. m. 12 h.30 p.m.
ou tlphoner ^M. C. 106-2.
Horn-Line
Le m/s Waldtraut Horn,
venant de Kingston sera ici
vers le 26 crt., partant pour
l'Europe.via le Nord, prenant
Irt et passagers.
Le m/s ( Thrse Horn ,
venant d'Europe, est attendu
vers le 30 crt, en route pour
Kingston, Sto Domingo, Cu-
raao, prenant Irt et passa-
gers.
KINBOLD & Co, Agents
**_.
-w ..
RAFLE
De deux Voilures FORD iieuves,Modle 1050
AUTORISE PAR Mr LEjPRFET DE PORT-AU-PRINCE. !
850 'BfllOlS CABRIOLET WITH
FENDERS'WELL
M 1*)IS.
2me LOT:
.y Doi. ip muet
TUDOR SEDAN
\, :v*
. . ... -' > < I, ...... *. m m
Pour permettre tous d'avoir une Superbe et Luxueuse Automobile FORD bon
march, nous avons pens cette Raile consistant en DEUX LOTS :
1er LOT: UneSupbe Voiture FORD CABRIOLET. 2 places avant jet 2 places A l'arrire, capote convertible, 2 pneus de Rechange sur les ailes avant DERNIE CRI.
2lM LOT : Une Luxueuse Limousine i TUDOR SEDAN deux portos. Conlort et Suspension remarquables.
Le tirage se fera ds que les Billets seront vendus.
Le tiraqe sera lait oar des personnes nrises dans le Public.
Essayez votre chance en prenant voire billet aujourd'hui mme
Les Billets sont vendus en Province ched tousles Aqentsde FORD
A Port-au-Prince, passez la HAIANT MOTORS S. A.
GRAND'ROE TLPHONE: 2379



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs