Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04035
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 17, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04035

Full Text

Clment Magloire
DIRECTEUR
1368, HUE AMERICAINE 1868
TELEPHONE N'2242
24me ANNEu N* &*
L aauutrdo daiipc t-i le (oui si
tonte satina Oa ain- [tour n -Blir la >if et les m- sent uo
leaiiBfDt la vie. que si,par i sttra '
a ikuir la auiljl
MERCREDI 18 Jt' X i':')
La Double Question
du P. P. N. P, etc.
H)
o
II
C'est noire aimable contre re
Nouvelliste qui, l'autre
jour, dans une note infini*
meut flatteuse pour notre Di-
recteur et l'occasion de sa
retraite de la prfecture, inet-
l'opiuion que cette re-
traite tait due, au moins en
partie, au fait que le Matin
s'etaii lait, sous Borno, l'avo-
dt du troisime terme.
il faudrait tre bien court
de raisons pour justifier le
changement opr la pr-
fecture de Port au Prince,
pour accepter sans rire celle
que nous a o fiert notre con-
lrre dans une circoustauce
o il ne convenait pas poui
mus de faire la mise au point
ncessaire.
En eet, s'il ne s'agissait
ue de remplacer le prelet de
rOrt-au-friuce par quelqu'un
ayant rien a se repiocher a
'egaru du troisime terme,
l'est par tuules que le gou vu -
meui aurait trouve des ci-
toyens reunissant celte nui
ue condition ngative.
Mais le choix qui a t tait
pour cette succession etdbh
ieu la pense de raction
ui l'a dicte et la tendance ge
ale de la politique gouver-
Kmeutale du jour.
Cette circonstance, et c'est
que nous voulons en venir,
joute uue utilit de plus a
re dsir de parler de la
Kstion du 3e terme du point
'vue de l'action du Matin
Une autre eu consiauct
nous y incite : c'est la publi
tttion rcente, laite par notre
Hfmpatbique confrre le
Rmps,d'une lettre de Horacio
saquez, ex-president de la
bpuolique uommicaine.iettit
oui il ressort que ues arrau-
emenls auraient ete couve
us entre lui, Vasques, le pr-
tait Borno et Je miuistri
oniinicaiu Port uu-Pnuu
our organiser des dmarche,
pies uu Dpartement d Lia
ans le but de gaguerle gou
rutrnent amricain al.
use d'un deuxime reuou-
illeiueut des pouvons presi
Jcuuds de M. Borno.
Jaunie de dire que, pou
lous comme pour les anus dt
elui-ci, cette lettre est uut
Relation, aucun de nous ut
uponuani une telle action
w. rapproche de celle que,
leur tour, dillereuts groupe
leuts de loppositiou exerte-
&M auprs du gouvernemeu
"oericaiu pour soliicuer soi
"ervcutiou uaus le rgle-
mt de la question presi
Quelle hatienne, explique
Juurd'hui lumiueusemeu'
jnuiuuou flagrante de Wa-
llon dau^ uu domuiui
"'tut d lui rester cumule
^eui 1er iue.
^l-ithauieu du Chef d h
l leuaut le pouvoir et desi
*ut e gainer est asaez lit
eut pour que, d uue part, U
Qe Boruo ne soit pas poui
00er, et que, d autre pan,
"e sou pas besoin de lui
erctier des souUleurs.
*ia.buiuQ politique de-
'uue, uour elre fiomiuee,
ueMuteresseent, ou au
PI une mesure, que l'ou
cooire rarement dans nos
^'Kcats, dans le preseui
jje dans le passe. . ._^,
essaimes, vouiaul cessti
e gouverneur gnerai, -
voj ii eul ralauu> ^,4
l>oud, iempue, et a vit.
ion, ie loudaieur de la
J^'-que, oeoehcia ue qui
Iq "**ioii4 coup ui coup,
j - dei uiere a vie.
^'iiojyne ci Viuiou^ue.
^n&teui pieji.teucc,c
(Ov*
* sUxui d |4 Juia.
firent proclamer, le premier
roi, le second empereur, tous
, deux vie. -
| Vous dites du 3' terme*3^
sir par Borno qu'il tait in-
constitutionnel. Le second
terme de Salomon l'tait aus-
si ; il le rendit constitution-
uei, l'anne d'avant,.... en r-
visant la Constitution. Le se-
coud terme voulu par .arti-
guenave tait aussi inconsti-
tutionnel; mais les plus ter-
mes adversaires de Borno, qui
taient ses meilleurs amis, ou
ne tirent pas attention ou ne
voulurent pas en convenir.
jAu reste, nous avous
peine besoin de le taire re-
marquer, en dehors des cas
Dessalioes et Petion, ceux
plus haut cits, non seule-
ment turent pour la plupart
inconstitutionnels, mais ins
taurreut des ordres de cho
ses qui changrent mme la
lorme des Pouvoirs publics.
Nous pouvons conclure de
ce qui vient u tre dit que s>,
par sa grande culture et sou
ducation ratlinee, M Borno
et d, aux yeux de piusu urs,
dominer le sentiment qui l'a
tait envisager uue secoude r-
lection aprs uue premire,
ue l'ayant pas tait, il ne cons-
titue pas pour cela un prc-
dent rare justifiant la dispro-
portion, par rapport au mi-
lieu et sou histoire, que l'on
attribue de parti-pris son
ambition.
Un seul, qui eut pour
Uni moins de culture que
lui et moius de gloire mi-
litaire que les autres, Nissage j
iaget, sut retreuer sou amrji-
tioii et soi tir du Pouvoir, sou
mandat constitutionnel ache
ve, eu dpit mme d un vu
lorrael du Snat, etlraye par
cours des vnements. Aus-
->i, lut-il, a sa sortie du Pou-
voir, chausonue comme tou !
De mme que 1 histoire en
est eucore a cheicher qui a
sa uspirer a Dessalines,
mristophe et a Suuiouque de
-danger leuis formes ue gou
.erueineut, et aux autiesde
-uuvoiter, et mme d'usurper
n nouveau maiidat,de mme
la est lidicule, sur la question
du S" terme, d'allonger le
doigt sur les amis de Mon-
sieur Borno.
m certes, s il y en eut, et
iou& parlous en connaissance
de cause, qui, eu prive.
ureut lui eu parler avec irau-
nise, le plus gictud nomUit,
.aus pour cela mauquer de
sincrit, ne crurent pas n-
cessaire d'aller i outre ce qu ils
considraient tre une ma-
. olie , absolument udepeu-
lunte des circonstances. Qui
iouc, des amis d un cuci
. Elat hatien, serait d.s,poae
t lui fausser compaguie poui
c ueuiaudous ?
Alainieuaut, strail il JUaU
u garder rancune aux amis
te .i. Boruo d uue preteuuou
qui, mme non contrarie
Jana son cours, ne pouvait
.voir la pleine scurit du
v. n ae ma in ?
^Quelle serait, dans les der-
niers moments, la situation
du prtendant ? Me l'escomp-
tait-il pas comme U a escomp-
te celle du plan Forbe, qui,
M somme, lui a apporte deux
, tous: celle ue sou iu*
tSaupis de la majonte
au Louscil d'Etat qu'il a lallu
ivoquer; puis celle de Sun
,uae mme uupies du Lou-
ait u'htal remauie. Victoire
f/iUi ruineuse qu'uue deiatu,
pour lui uuia.it que sesuuiis.
COMPAGNIE
LECTRIQUE
Nous venons de recevoir un jeu complet de lustres lectri-
ques i ACME pour maisons. Ces lustres sont du dernier
moule et construits de bronze et aluminium. Us reudront
la maison plus attractive en donnant en mme temps une
meilleure lumire.
rour introduire ces nouveaux lustres nous Iles vendons
a trs bon march.
Les prix des matriels pour installations lectriques ont t
rduits peu prs 50 o/o comme vous les constaterez ci-
dessous :
Conduits de 1/2 auparavant 14 cts. le; pied maintenant
/ 1/2 cts.
Fil auparavant 3 cts. le pied maintenant 1 1/2 c. !
fril auparavant 3 1/2 cts. le pied maintenant 2 ts^:
Lampes Edison Mazda ,25 Watts auparavant 40 c. mainte-
nant 2o cts.
Bouehong fusible auparavant 10 cts. maintenant 5 cts.
Appareil de chauflage au prix de New York.
Ketrigerateurs ueneral Electric au prix de New-York.
Compagnie Elkcthique.

Les bureaux resteront ouverts les samedis jusqu' 9 lis. du
soir.
NYRBA AIR LINES
Luxe Confort Scurit Rapidlto
U |lu grande Compagnie de uatigatioe ariraar
reliant le. deiu Amriques.
\ oyagez par nos appareils
qui survolent toujours leur champ d atterrissage : La mer
De luxueux hydravions tout de mtal avec accommoda*
tions pour 22 passagers.
Servie* hebdomadaire eatre Miami et Bueaa$-Airt*
Dpart de,Port-au-Prince; Pour Miami Chaque Mercredi
0 heures a. m.
Dpart de Port-au-Prince : Pour Buenos-Aires
Chaque Vendredi b'h. 30 a.ra.
PRIX
Port-au-Prince
Port au-Prince
Santiago Or 51,00
Cientuegos 115,00
Li Havane 118.00
Miami 157 00
Macoris. R. D. G. 26.00
Porto Rico 64.00
St Thomas 85,00
St Lucie 172,00
5/0 escompte sur les tickets aller-retour qui sont
valables pour six mois.
Tous nos hydravions sont munis d'un appareil de radio
metteur et transmetteur et d un quipage de cinq otficicrs:
Pilote, aide-pilote.mcauicicn.opraleur de radio et steward.
Nous seions toujours heureux de vous tournir lous au-
tre5: renseignements que vous pourriez dsirer au bureau
de la Comnagnie :
NEW YORK. RIO & BUENOS-AIRES I\E. INC.
Angle des Rues IKniles Drslourbes et M-tqasiu de 1 li.it
l'ort-aii l'Hure, Hati, l'hone 340.
PEPTOFER
du r>r JAILLET
TONIQUE DIGESTIF RECONSTITUANT
Contre ANEMIE digestlve,
ANEMIE d'origine rp>atoirt,
ANEMIE oonsomptive,
ANEMIE par enc* de travail intellectuel ou corporel,
f ANEMIES conscutives aux Maladie* aiguAa,
ANEMIE des Pays chaude
et contre les Malediee du TUBE DIGESTIF.
Oul que fattesttnt plut Ht 100.000 Intn manant du Corps maiea'. atirnnr i>rt|>ar>itii>>l
n* peut tre uimjunf oa PKPTO-FER du O' JAIL-KT p-iir gurir l'AncmU, la
Chlorou, les Paies couleurs, Irj mauvaise* nijicsiicus t, en grnvial, loulr Dt-b.il'
________HOOe D'gMPtOI i Ue pIH rr lleutur iir.tndlatoir>cnt aprii le repa*.
Oroe s DARRA8SR Frsrt, u. Rue l'avia, 13 CAttlH *)
Dtail t Toutes boniui Miarmactea
Ftm
LOTERIE
IDE.
I I
i'Aataoolatton de Membres du Corps Enseignent
et de l'Alitence Frenaise.
Le prochain tirage de. cette loterie e&i tixe an dimanche
6 Juillet VJM) a 9 heures du matin au Caf &ELUORADO .
Le Lrouiue d A'lmiui5iiaiiuu aviso le public qu'il ne met
plus en veote que 4000 billets au lieu de UOO.
. ,Lc prix du biilsl est Jc 3 gourdes eu l itOiS coupons d'une
gourJecnucun.
i-es lois gagnants sont aug nentes en nombre et en valeur
conformment la rpartition suivants ;
1 Gros lot .uourJes 2,100 > 4 lots de '30 gourdes 120
6U0 |5 lois de 1^ Gdes 900
IfiU 2 Ap. du 1er lot 30 G. 60
2'iu 2 au 2e gros lot 24 48
I80| i 2 du 3e gros lot 15 30
117 lots se termiuant^par les deux derniers chiffres des
lots. 6 Gdes 702
1
1
3 lois de 90
3 loi* de 00
TALDY
aux Tribunes
L'Etat Hatien a accept <1<
louer ii notre amie Taldy le-
Tribunes o jadis elle avaU *
c nma et ce petit thtre o I
Tout Port-su Prince se rendai'
avec une joie non dauise, i
chaque reprsentation. C'est un
nouvelle que nous enregistrons
avec un grand plaisir et qu<-
l'on accueillera dans le public
avec le mme sentiment.
Les rparations se lont cette
semaine mme. Elles seron'
acheves d'ici quelques |ours de
telle sorte que l'inauguration de
la salle se leru avant la ferme-
ture de la saison.
Et le nom de la salle ? Eh
bien Taldy voudrait qu'elle lui
lt donn parce bon public de
'ort au-i'nnce qui lui ne lui a
jamais marchand sou con-
cours. Les suggestions peuvent
tre laites par crit noire jour
nal. De tous les noms donns
Taldy choisira celui qui lui sem-
blera le mieux repondre la sal le.
C'est un concours auquel pren-
dront part, nous l'esprons, louai
les amis de Taldy. Ce iiue nous
esprons davantage, cest que
nul ne marchandera son con-
cours effectif Taldy qui a dj,
et , maintes occasions, donn
des preuves, elle, qu'elle s'est
naturalise par allection pour
nous.
Quanta nous, uousproposons:
C1NE-TALDY.
*#e
... a vu troi rs qui
cleivhaient un i dire un
,"> 'hum. [Il j n iv,U quel-
que part aprs nv p dans
ro's maisona pri I ni
Avez vois | m n Snrthe,
dein.i.dreiil ils.
ComltTC on leur p indtl par
I affirmative ils so irirent, s'es-
wrenl et burenl Ir. ii coups soc-
cessifs. chacun.
... la vu, lui d >i
mabls, ss fticher.
lie, en sQst, et ail
cabre. Il buvait
tel di l'rance sa
dinsii e vi ai-
La pd ivinle-
u peu lato"
Grand Ho-
pagis de
Simple Billet
eu
MATIN
Mon cher Directeur,
Je vous remercie bien vive-
ment de votre note me concer-
nant et parue an Matin
d'hier.
Permettez-moi d'y relever une
petite erreur ; il y est dit que
l'ai cess d'tre contentieux au
Dpartement de la Justice ; la
vrit est que je n'ai jamais t
contentieux au Dpartement de
la lustice.
Bien cd'diale uent votre,
Auguste DOUYON.
m.
Marceau Dslnor
IodkdI a Anlilla
Nous apprenons avec plaisir
que c'est noire conlrre Marceau
Dsinor qui vient d'tre choisi
par le Prsident de la Rpubli-
que pour tre Consul AnMla.
Marceau Dsinor, comme on
le sait, est ,nn des animateurs
de notre conlrre Le Nouvelliste
o depuis longtemps il apporte
la collaboration de son talent,
de son nergie et de son dvoue-
ment la c; use qui triomphe
aujourd'hui.
Nous lui prsentons nos com-
pliments les meilleurs et taisons
des vux pour que soit Iruc-
lueuse en siin es la carrire
nouvelle o il vient d'entrer
quelques amis av. i lesquels U
prend chaque midi la cocktail
clbre del nv.son lorsqu'un
gendarme puii i dans le ent.
Cache toi, lui dit alors, un
Je ceux qui luis .mu avec lui,
voiei 1e geniiai
Avec quelle ,.,,, et quel
geste d'iiidignaiiM-i -I releva In
.plaisanterie, ceai que nota
NOTRllL qui ne l'a jamais vu
quo souriant et a utilement gai.

...a vu dini; i- im .-laiio, com-
me chaque fui> .ju'arnve un
panama, quelque s autos Jalon-
nes tout le loi du quai Lu
Commission Motion passi. Pas
de cris. Pas de les l'accueil
enthousiaste. Cesl naturel. Lu
question politique nnt rgle
ii shtistaction d'un roape, il ne
s'agit plus d'un, -sionner l
commission pour avoir une so-
lution nationa
e le
!a juestioh
Un nouveeu
Juge de pelx
Lundi matin, au Tribunal de
1re Instance de Port-au-Prince
prta serment comme Juge de
Paix de lkomazeau notre ami
MePollux Paul. Aux paroles de
bienvenae du Doyen, Me Les-
coutlair, du Ministre public,Me
J. il. Lon Vieux, Me Paul y r-
pondit en des termes logieux
Nos compliments.
Aux Gaves
d'Hati
Par ces temps dlections et
de vivats, il taut se bien nourrir,
maia comme la vie est chre et
les temps difficile, il est prati-
que de chercher A se bien nour-
rir, a bon march. C'est prcis-
ment ce que l'on trouva chez
Klorvil, mpi Cuves iltludi. On y
trouve le malin uue soupe pa-
tante, qui prpare les pououou
aux cris prolongs, et 1s suif,
i uu vous sert un bouillon ut
tout premier ordre qui rpare
iinndialement les force* pui
ses.
Ei tout cela pour n \\\\ qui
l'on n'ose pas dire, tebenitu i.
e*t bas. El puis ue vaudrait
du Service Technique de l'Agri-
culture.
*
?
... a vu, dimanche soir, ren-^ "- v
liant au Pont-Rougfl l'on ne sait
quelle ville voisin un camion
rempli jusqu'au bord de passa-
gers. U y en av;.ii jusque sur les
marche-pieds. El derrire If ca-
mion de colis de toutes les for-
mes et de toutes lea dimensions,
dansaient, retenus par une cor-
de Zorain. Sous ces colis pen-
dus, des poules et d'autres uni-
maux domestiquas, achevaient
de mourir. Un peu plus d'hu-
manit envers U s btes n'a ja-
mais nui. Et puis quelle ide de
chaiger ainsi un camion. Oujue
craint plus les accidents. Mais
cest juste ces moments-l qu'ils
se produisent.

... a vu un liouiine camp sous
le soleil, en lace de la douane.
U regardait les quatre coins de
la rue comme s'il attendait quel-
qu'un ou une ligne. Mais lors-
que la sirne tipida on vit
l'homme enlever son chapeau,
s'ponger le front et pntrer au
Grand Cajc o il s'attabla, Quel-
qu un le rejoignit tout de suite
aprs. C'tait un camarade qui
l'avait invite tout simplement a
prendre uu cocktail midi juste.
Ceut t plus facile et surtout
plus intelligent de l'attendre un
caf mme, o l'on est d'ailleurs
des plus accueillants.
...jle soir lan calme et tide.
Des .toiles ilotiaient dans le
ciel, agites par un vent qui
semblait s'essuufler tellement il
avait souille sans pouvoir ap-
porter de la lralcheur.C'est alors
qu'il s'entenditappeler.auChamp
de-Mars, par deux jeunesses, l^i
vrit c'est qu'elles l'avaient pris
pour le bel athlte. Lorsqu'elles
arrivrent prs Je lui, il essaya
de donner le change. Il ne rus-
si i pus. H n avait nen de l'athl
te. \i la voix,m Its formes, ni la
jeunesse. Mais pou r ne pas le trop
attrister les deux pauvres filles
qui oui, parait-il, bon tueur, ou
l'humeur taquine, pi lient la tte
de qui avait ele trompe. Alors
le vieux parla de ses mis, de
la liicinic avec laquelle il fait
de shoots au bu i< u le pis gauche, du 1U0 meuss qu'il
uvale en moins la 11 secondes
etc., elc. El le punies souriaient
C'en lan toucinm', en vent.
i
nex-vouA ^o:i le accident
i | Ueutiai AccKieut Eire 41
ciU AuiaUt.e lyOi poialion Ll-
uiileii . Vve t. l>ci UilugujUH,
pa mieux y aller voir soi mme? Ag*"' tn.-uial pour Halti^

i
i


~ PAGE
LE MATIN 18 .loin 1930

Aproposdela
|dernipe Loi
lectorale
Nous publions noce plaisir
pos des mr 'ifs qu'a lu le Se-
(rtaircttEtatderInfrieur M.
Rodolphe Barau en dposant
devant le Conseil dEtat h
nouvelle loi leclorole. Cette
pice nous a t communiqu
par le Dparlement de tint
rieur :
Expos de Motifs
Messieurs les Conseillers d'Etat,
Parmi les question* qui solli-
citent d'une taon particulire ei
immdiate l'attention du Cou-
vernement, aucune n'est plus in-
timement lie, d'aprs lui, a l'in-
trt de Unis la citoyens que
celle.de la lgislation lectorale.
Ainsi,dans l'ordre des travaux
qu'il s'etatl trac, a son avne-
ment au pouvoir, le Gouverne-
ment actuel avait-il juge nces-
saire de mettre.en premire ligue
la prparation d'un projet de loi
qui aurait pour but d'assurer la
libert des lections et do la g
rauiir contre l'arbitraire el la
fraude
Les ncei sites d 1 raom n
rendent une telle lgislation II
dispeusable.
La Constitution de 1918 die
Eose, en t llet, que le Poovoi<
gislalilsexerce. par deux A
sembles : nue Chambre d -
Dpute et un Senal, qui !<>' -
ment le Corps Legialatit. De
dispositions iransiton es de < el
Constitution ont,cependant,per-
mis aux Gouvernement- passs
de difterer jusqu nos jours la
iormatiou du Corps Lgislatif,
en laissant au Chef du Pouvoir
Exculit le soin de ixer l'anne
paire laquelle il sera procd
aux premires lections des
Membres du Corps Lgislatif.
Les annes paires, depuis 1920,
Se sont succdes sans que le
dcret prvu ait jamais t pris.
Le peuple hauen vivrait en-
core sous la menace de voir se
perptuer le mme tat de cho-
ses, si les vnements que vous

Une visite
Sarthe
Nous avons quelques minutes
dpenser. Le rendez-vous est
pour trois heures. V. il n'est que
trois heures moins dix.
Nous allons vers la Mer dans
laquelle le wharf de la Basco
entre comme un couteau gigan
tesque dans le tremblement du
ne chaire apeure.
Le wharl est troit, et long
El va d'une traite. Un tuyau,
comme nu norme tube digeslil
le traverse. Ce tuyau va des lut
le mlasse aux bateaux-ciienns
ce qui diminue de plus de moi-
ti les frais de transport.
L'heure sonne, entin. Soleil en
feux. La mer bout, et crpite
Voici MM. Eliott et Faure qui
mus donnent place dans leurs
voitures et nous conduisent
Snrthe, l'ancienne ^proprit de
M. Th. Weiner.
L'installation actuelle est
splendide de machinerie mo
dernes, de rgularit et de pr-
cision. La main d'oeuvre avec la
perfection de la machine passe
au deuxime plan.
Et M. Eliott nous explique, en
anglais, un ang i vue Iradui
par M. Faure, canisme de cet atelier for m.
d ible huit les divers lment'
dorment l'instant, comme d
nonnes fauves : u soleil. El non
s vous comment se fabrique
I alcool. Comment se prpaie
i hum Le- explication! plenvem
d.i sourire de M. Elioti passent
par celui de M. Faure. et to n
beat, avec une rgu eril qui n
i un dl pas d hsitation Ois n
que le patron possde fond o
dont il parle, el l'interprte aus
si.
L'essentiel est la fermentation
du sirop ou de la mlasse. La
valeur et la puret du produi>
viennent moins du travail de
h:lambic que dune fermenta
lion mthodique.
Et devant nous, voici.normes
et pansue, les lts de fermenta*
lion. A eux quinze ils conlien-
m il plus de 350.UU0 gallons.
La fermentation, achev--, la
molasse ou te sirop, va. p r d' -
n mes tuyaux dans les alam-
Un autre
discours
Aot recevons la lettre suivante :
Mon cher Directeur,
I es journaux considrs corn-
ue gonvernerne- taux np man-
quent point de II re grand bruit
i t ur des d^cours que, d us
le* milieux politiques ou judi-
c ires, les ndvtrsair.'s o essto -
n.ls du dernier Gouvernem-1
prononcent pour glorifier u
liouvernement actuel dont ds
sont devenus les partisans, en-
core que M.. Roy dise qu'il, st
neutre.
<; si ainsi qu'un discours de
\1. Franois Mathon la sance
.le,lundi du Conseil d'Etat a eu
les honneurs de la reproduction
par un de nos conlires. Peut-
tre a t-on voulu par celte pu-
blicit provoquer la stupfaction
gnrale. En effVt, qui peut nier,
qui peut teindre ignorer que de
tous les points du pays, toutes
les associations dites patrioti-
ques ont protest contre le
maintien du Conseil d'Etat, oni
demand que le Gouvernement
. jisse par dcrets-lois. El alors,
I orateur-Co seille- d E n'a
p s voulu un imposer la na
I on lorsqu'il a os dire qu* le
i liulien du corps, auquel aps
tant d'autres il appartient, a reu
I adhsion nationale la plu-
c rtaine . M. Franois Mal ho-
t-il voulu jouer sur les mo
et pnut il dcemment croire qu
protesta-ion et adhsion ont K
lme sens ?
C'est contre le consentement
- mhnre que le Conseil dE
tat a " m nnti nu. Comme ses
prd sseurs M. Mathon, qui
n'est du reste pas pour la pre-
mire tois Conseiller d'E'at,agi-
ra envers M Koy avec la loyaut
et I indpendance que savait r-
clamer de ses tonctionnaires le
Prsident Louis Borno.
De grce, laissons l'histoire
s'crire d'elle-mme et n'en fa-
briquons pas une pour satisfaire
di'- intris personnels.
VeuilItZ agrer, mon cher Di-
recteur, l'annonce de mes sen-
-nts les meilleurs.
3...
Cn, M ica ...- -i----------1 >; --
connaissez et auxquels le Gou-lbns qui sout trois. Et les al-
Vernenient actuel doit lui-mme I cools, toujours par des cundui
sa naissance, n'taient venn| tes mtaltiquee, vont alors vers
enfin apporter l'espoir, l'a-su-
rance mme que nos Chambres
Lgislatives, abolies depuis 1917,
Seraient bientt reconstitues.
C'est l d ailleurs un engage-
ment tormel, qu'a pris devant la
Nation, l<- (iouvernement que
prside avec tant de simplicit
et de dignit le citoyen mment
et loyal qui s'appelle Eugne
ftconstitulion des Chambres
Lgislatives appeles lire le
Prsident dfinitif: telle esl la
mission essentielle du Gouver-
nement '
Cest pour tenir son engage
ment qu'il vient soumettre au
, Conseil d'E ai, exeianl provi-
soirement le Pouvoir Lgislatif,
un proj.i de loi renlermanl un
tDMmble de dispositions qui lui
paraissent raliser le but qu il:
s'est propo
C'est pour vous associer une
telle uvre que le Gouverne-
ment a lot appel n vous, Mes-
sieurs, qui composez actuelle-
ment le Conseil d'Etat. Laie* I
nous vous le dire, votre colla-
boration sera hautement pige
1>ar vos contemporains el par
impartiale histoire. Plus aura
t rapide votre intervention
ncessaire,pins grand sasa aussi
votre esprit de dsintn
nient, car le vote de la loi lec-
torale aura une rp> rcution fa-
tale sur la dure de votie pio-
pre existence. Comme la mre
qui meui t en donnant le jour
Peiilant. le Conseil d'Elut aura
\cu la constitution du Corps
Lgislatil !
Le Gouvernement, en se pr-
sentant aujourd'hui devant vous,
vous devait celte dclaration.
Elle est laite.
Messieuis, c'est daas la lerme
pense que ce ne sera pas en
vain qu'un tel appel aura t lait
i votre disintressement, e est
surtout dans l'assurance rcon-
fortante que votre collabora-
tion lui sera acquise dans cel'e
les f's O Ion conserve le elai
rin et le rhum.
Des geiis inexpriments s'-
t-,ment que le rhum Sarthe qui
n\ si dans le commet ce qu*. de
puis quelques mois puisse, tant
par l'arme que par le got va
loir les meilleurs rhums d Hati.
Cl ia se comprend aisment. Le
rbum Sarthe se prpare depuis
m itans. L'Administration s'est
ai range viter un cueil que
Ib.is les distillateurs connais-
se il, le changement du rhum Le
il.umSartlie sera touiours pareil
lui-mme et cela parce quel Ad-
ii nistration a un dp1 loi un
d. ble qui se renouvelle au fur
el a mesure, et grce de-, lu
s ix appropris, qui vont d'uu
lui a un autre, les rhums soin
. toujours en contact. Ils onl t n
le but qu il : , pot plus de IK) 000 gallons.
Ou ne fait plus d'alcool de
n. lasse. On ne travaille qu'a-
v c du sirop. Avec de la mlas
st la taxe est formidable. Alors,'
nlasse, on l'exporte.
ai moins d'une heure nous
ms tout visit. Et c'est ie d-
|i ri. M. Eliott nous ollre le-coup
d rtrier, du moins le coup lu
n irchepied puisque nous som-
ii s en automobile. Le rhum est
ei ;cllent. S'il n'a pas la teinte
qne rclament certains amateurs,
il a un arme exquis. La teinte
ou pourrait l'avoir avec des uio-
yeai cuuniqu.-s qui en ultre-
n tent lgrement le bon got.
Mais pas de procd* chi-
miques, dit uergiqueineiit M.
Eliott.
El nous partons, emportan
avec nous le souvenir des mi-
nutes agrables que bous ve
nous de passer en compagnie de
ces industriels aimables et com
lents qui, en dpit dune taxe
qui mange les 2/3 de leurs b-
nfices, ne se dcouragent pas.
et n'ont pas l'air de vouloir se
dcourager.
Les autos vont vite. Echarpes
ue poussires dans du soleil.
\ jirouo lin disionrs
le M Franois Malluui.
K. lev Celte plv ,se dan^ le
discours que 1^ Conseiller d E al
m FraeOis Mathon a p'Ouonc
si ince de lundi du Grand
Corps :
u Une constatation non moins
s'gniftcative e' qui flatte le sen-
timent de notre corps est ce sou-
ci qu'a maintes e le Ghet du Pou-
voir Etcutit de reconstituer
, te A.semble avec des per-
sonnalit* qui, dans leur pres-
(ju'unanimu, n'ont jamais l
mles la po'itique du pass,
tort de prs suit de loin et qui
uit aucune attache avec ses
inextricables ressorts. Ii semble
qi.e cette paiticulant doit
co pter....
Que doivent penser de cette
soi ne MM Dnie Saint-Aude,
Ernest Itigaud, Dr. Justtin La
tortue, Rodolphe Mercier, Jus
: iiarau, Louis E hart, qui oui
le mls la publique du
p >Sl ?

I
ASSURANCE
el qualit dans ses moindres dlails.
La Nouvelle Dodge Six avec sa grande Garrrosserie confortable est un
exemple digne du mrite des belles qualits caractristiques par les-
quelles les automobiles Dodge ont toujours t notes. Elle est expressive
en contort, provocante en beaut. Elle est spacieuse, silencieuse et ga-
rantie, sa carrosserie d'une seule pice en acier et 4 freins hydrauliques
pression intrieure protgs contre l'eau. C'est le plus bas Prix auquel
la Dodge Brothers offre une Six au public.
CHRYSLER MOTORS PRODUCT
S4
KNEER'S GARAGE
Distributeur
RUE PAVEE PORT-AU-PRINCE HATI,
PllONE: 2318 c 2*234.
oeuvre, que le^Gouvernement | Ciel implacablement mialiiqut ,
vous demande .acte du dpt et sur lequel se posent ^'P les d\res de
qu'il ellectue en ,tce moment du enaituss putois d exclamation Aprs
projet de Loi Electorale s; !->,>- ubaminsam la iia.-.^o... Le el'me,n,
5rojet .
mement attendu par le Peup e
hatien et qui est le pi en
?ei* la nouvelle raoependauce
nationale*
Kanifetatin fasciste
Ciiii.it la Fraoce ri la aajtsie
iielgrade, 13 Juiq.-
pthea de Bari, Italie, ant
ent qne''r-s tudiants lascii
Fou. kioaga.M Montorun t'ecii.
La Gare. Et puis, 1j oanahi
molle ei si quoiiditnue de Port-
au-Prince qui nous repren
la goige.
ont tnanitest ooo
ie. Cinq
tudiai la oui mai wial
le consolai de Yougoslavie.
Une rixe mortelle
S-iincd ueuner, 14 du cou-
i il, ie bus de ia Hue Danls
Dcstouchea tait en uioi. La
i jiue du quariiar, la nomme
io, renat d'tre victime de
la part du nomm Malherbe
d'une blessure qui a occasionne
sa mon.
Lucie et., il trs connue, trs
pnsec des noceurs.En allt, alla
tenait une maison ou l'on dbi-
tait chaque smr.ds b' neuies.du
cal, du lait, du chocolat, tout
eta chaudement servi. Voila
que, brusqueiueul, la latalil
inexorable 1 u enleve de la pla-
ce.
L.a cause vraie de l'accident,
nous l'ignorons. Mais ts racon-
lars voni leur train. Ou dit que
Malherbe s'est rsigu arriver
celte extrmit la suite d une
racle qu'il aurait reue de
Lucie, samedi matin.ll en rendu
plainte a la police.Ei les choses
devaient s'srrsngai lundi. Mais
i^ucie liide nouvelles remon-
a cet homme, qui. aux
g votsins,esluo mouton.
quelques explications
et mme change de coups, Lu-
Bortie avec une blessure
Projet de loi
Electorale
( Suite )
CHAPITRE -4-
DE LA TENUE DES ASSEM-
B EES PRIMAIRES
Art.30. Au joui fix pour la
tenue des Assembles Frimaires,
tous les citoyens dment ins-
crits sur la liste lectorale d'une
sec ion d.' vote, et munis de
leur carte d'lecteur, se runi-
ront de plein droil BQ local d-
sign par arrt du Conseil
Communal, pour lormer l'As
semble Primaire lectorale de
la section,
Chaque Conseil Communal de
la Circonscription est tenu d'en
rappeler la susdite date, l'heure
de l'ouvertu-e, le but d la ru-
nion par deux publications
dans la quiiizum- prcdente,
distance de huilai e. KM s d-
signeront le local altect cha-
que section de vole et seront
atfches aux portes prmcipdes
de l'Htel Communal et des
Justices de Paix.
A-t 31. L*s As^mbles Pri
maires de chaque circonscrip-
tion ont pour lonciion d'lire
directement et la majorit re-
liiive des sutlrages exprims :
I lo.Les Snateurs du D-
partement
2o i-es Dputs de l'ar-
rondissement ou de la circona
cri pi ion, si 1 anondissement a
plus d un D. pu-e lire.
3o.Les Membres des Con-
seils Communaux de chaque cir
conscription communale con-
lormnient la prsente Loi.
An 32Chuque votant por-
teia sur son bulletin de vote en-
tant de noms que d<- Sna lire pour le Dpartement, le
nom du Depuie de 1 arrondisse
ment ou de la circonscription
et ceux des Conseillers Commu I
naux, eu indiquait sans contu '
.ion la nature de la fonction lec-
tive
Ai 1.32 Dans les cas donna
neu lections partielles, il st
a procd conlorinmeui aux
r>8. 35 39 de la Constitution
Ai .34 Aux jours et heuit
tls.es b s oprations seront diri
gees dans'chaque section de
vote par un "bureau qui ouvri-
ra l'\ssemble, recevra Its voles
procdera au dpouillement,
,>roclamera le rsultat du scru-
tin.
Procs-veibal de tout u
dress, sign des Membres,
mention sera laite des mol'
d'absttntion des no ris signal
res.
Ail 35. (haque bureau
compos d'un Prsident,
Vice-! rsident et de quatre
stsseurs.
Ai t36.Les bureaux sont [
sids par le Magistral Comml
nal, les Conseille! design
la iua|oiil relative par le col
se il, a leur del ut par les tt'"
dents el Munbies de la
mission Communale.
En cas d'inaotfisance de
selliers ou de Membres
Commissions Communales
Prsidents sont dsigns
3ort par l'Administration C
munule parmi les lecteurs
chant lire et crire et indkf
dans les listes des citoyens
aents cet eftet par les cl*
dais dclaras..
Art 37.-Le Vice-PrsidenU
les assesseuis sont pris des
tes de citoyens prsentsJ
les candidats dclars par"
Voir salie en 4e P(
l
Noire Nu
are: ven
dreui.
ies Lirotonde dans
a salire.
Le sang y coulait ; elle tomba
dans les bras d une de ses amies.
luspoite l'hpital, elle y
rendit son dernier soupir. Ses
lunraillea oui eu i\ nao-
serbe al!, nmdial
al >^ mettre 1res d
la Justice.
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EtG. Le BOSSE & Co
Aaenls Gnraux
WH|


l mm-ix toi, nu

COMPARAISON.ENTRE LE
((
Fort* et son plus prodie coiuplile
r,
PRIX FOR FABRIQUE------
PRIX DE VENTE PORT-AU-PRINCE
FORD
-Or 530,no
825.QO
Or 305,oo
COMPTITEUR
----Or 520.OO
!)75,oo
Or 455,00
Or I50,oo
DIFFERENCE
POURQUOI?
LES 2 CAMIONS PAYANT LES MEMES FRAIS,DROITS,etc.
C'est ce qui permet au Comptiteur de donner un Meilleur
Prix pour les Camions de 2me main et de plus longs termes.
PROFIT ADDITIONNEL DANS LA FORD .
Pneus 32 x 6,oo l'avant
Pneus 32 x 6 H. D. l'arrire
au lieu de Pneus 30 x 5
DPRCIATION (Usure) pour la premire anne 40 o environ
Ford Or 330,oo Comptiteur Or 390,oo
TOUT ACHETEUR DE CAMION FORD CONOMISE
Camion Ford une longueur de 131 1/2 pouces
Camion Comptiteur longueur de 131 pouces
En plus de cela la grande diffrence de prix sur les pices de rechanqe
J Pour Ford toujours en stock). Economie de Gasoline, etc.
Pour Or 30,oo en plus, vous avez un Camion FORD avec doubles Roues l'arrire
ACHETEZ le Camion FORD,\e FAVORI desplusGrandcsCOMPAGNIES EN HATI
Vers le 10 Aot 1930,nous aurons des Camions FORD en Sto. k ayant une longueur de 157 pouces soit 26 pouces de plus ( axle des roueO pour environ Or 40,00 extra, qui s fo it les
PLUS CHIC PLUS GRANDS PLUS SOLIDES et Meilleu- March pour le Trafic des Camions a Passagers.
29,70
(>0,oo
Or 2;W.7()
IUITIU UOTOliS S. \.
Phone 2379 Port-au-Prince (Hati
*~ /
Colombian Steamship
Company Inc.
Le steamer Bridgetown, venant deNew-Y0^ directement
est attendu ici le 20 du courant.il laissera le me jour pour
les ports de la Colombie prenant fret et passagers %
Port-au-Prince, le 17 Juin 1930.-
Colombian Steamship Company Inc.
GEBARA & Co, Agents.
U PtUS IMOi II U MIS EFFKMf i
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
t
(DRAGES PtYRARDn'1
Outrlmmonl /
, BLENNORRAGIE
TOL'TES PHARMACIES
Spcljllls PETRARD. 4G. m te OWIl HT.":
BELLE POITRINE
en deux taoia pu ka
PILULES ORIENTALES j
eonlr-t (fut ppM, Mtftr-
- .t. ir-un.Mn.-ul lot Mln%
ilVVul lllb ItilIlH "Il Mit d*t I
toaalm fl o mi. o ur
(nm-u -.i.u. im.1i A |
um..-..-, i : ^ iat4>
j.Ui' > -.:! i.tn-u^mi.
, I ...... c
f !' -t ,l INI l.ul-
........
tv .fcpjtlPTlH KATiONAL
n HORLOGERIE DE BESANCON
SbESEFt
' (H)U>< S I

^ pua. M '.';... : A j'j
Jk II RA.. ..... I
~^77frn 1 =&*, i 'V IMW Fil : m
..-itfn.'ini.1^ ',-1 *9lii'MM 1 "*"a^^Mr ~ _
GUIF PkAiQul i, SirtlHlltm rUIX4>. |
UiiSI !'' IANI "'. litr.taii
aDMa M ar.f ILLUSTRE u-j froaca
BBBli-iiiliifflB!lSte-BBBi^iaiSKBri
* Toutes les Polices
DELA
t
comprennent la Protection contre la J|
Foudre sans auqmentation de taux
RI
Eiuj.ieBosstiCo
Agents Gnraux
s
Rhum Saillit'
Le Produit des Distilleries de la HASCO
CE RHUM est le rsultat de la fermentation et de la distillation, d'aprs les procds jj
plus modernes, scientifiques et sanitaires, sous h sorvei lime de techniciens ||de valeur.. I
sirops extraits de cannes mres point! qui ne proviennent pas d'une seule lsion, mai:, j
toutes les rgions de la plaine du (lui de Sac et de la phioc de Logane, no.i seulement' f
plantations de la Hasco, mais aussi de nombreux propritaires, grands et petits.i> MliL\> I
des meilleures cannes de ces deux plaines, comprenant les |>lus i'imeux terrons. Rhum Sar'he un bouquet et un pnrtum incomparables LA HASCO est la seule tntien,tt
en Hati capable de raliser pareil mlange de cannes. Aucui c autre distiller e non plus.'.ll
peut se vanter de possder un stock si considrab'e de rhum, eOMMgitsin dans les fou.'M
o il vieillit bien des annes avant d'aller la consommation. C'est 06 qui donne nu K'1
Sartbc son velout et son arme toujours pareils.
GOUTKZ ET COMPAREZ
C'est le triomphe d'une grande entreprise agricole et industrielle qui a fait ses pry^t
'dont le sort reste irrvocablement li au progrs t la prosprit du pays.
Trois Grandes Marques la bouteille Le flacon de poche Le gallo- i emp*.
CA( HET OR (oold Seal) t.des 7.50 ---------- Gdes :*0,00 \
i ROUGE (Red Seal) Gdes 5.00 Gdes ,76 G-ies 20,00
m BlEU (Blue Seal) 2,50 2,00 Gdes 10,00 I
Dbitants et Dtaillants,demandez les prix de gi\ s a ia M-ison
R. T. AUGUSTE, Port-au-Prince
Vous y verrez votre auanlaqe. J
*
i


Mercredi
18 Juin 1930
Le Matin
4 PAGES
24euxe iVNiiE N* 6720
Port-au-Prince
-Tlphone : 2242
/
DPURATIF

combat
les Maladies de la Femme
&*
>$
^
est >!'' Sait
V fei, Clan ta
H -site tirer.
Retour d'ge
*i < fnr.fre. <..- tu,..i.'t paaj nu pruo. i 'U<-nw. ccinm. 11 arrive A tant de tnaht-urru..
i< f.KiTrtfiirrt prl.*-1(C'*ir ont parfait iwi vive ?t astrf prolonger
,...f i|iir le iMr'Mttl rui-mtinc* olMil ptnrbtrt. c'ri ^in i(ip. Oob
< iprimlcf au ii i|^>. ,1|mUlr HDr Itnuula ialg(llr, > le Mnj U
im.Ui.
Puur il* >*% Il ia**(WY>4i iifllir 4 Innli iwlilimiia mia lit an
Grand Htel Projet de Loi
de France
J'avais eu le grand ..plaisir
d'annoncer mes aimables
Hommage Royal
Exchange Assurance
o-
Pori iin Prince, le il juin
1930.
Monsieur Quint&in Williams
Agent Gnral Ho val
Exch.tngc Assurance.
Cher Monsieur,
Je prends le plus grand
plaisir de vous informer la
satisfaction que j'ai prouve
et la haute confiance qui
J'tablis maintenant dans vo-
tre Compagnie pour avoir eu
le prompt rglement de ma
rclamation pour'mon stock
assure chez elle et qui a dis-
paru dans l'incendie d'Avril
dernier.
A peine sorti dt^l'hrtpital.je
vous ai envoy ma reclama-
:= le 27 Mai et ma plus
grande, surprise, ds votre
retour^; des Etats Unis ces
jours-ci,pleme et entire satis-
faction m'a t donne poui
la totalit de ma rclamation.
Je manquerais un devo-r
imprieux de ne pas adresstr
a la ponctualit de votre Com-
pagnie et votre dilifieuce,
mes remerciements et mis
plus h iules tehcitalions.aussi
je vous autorise de faire tat
de ma lettre dans n'importe
quelle t :v instance que vous
jugerez utile.
tout en vous renouvellent
mes remerciements, j'ai t'hon
neur de vous prsenter, chei
Monsieur, mes sincres salu
talions,
(S) Lian LAilAM
Spectaclesi
La petite Bonne
du Palace
Les clients de Taldv ap
prendront.eertes.avec plaisir,
qu'elle offre, demain, fte-
Dieu, Varits, La petite bonne
du Patte*.
C'est un film qui fera sans
doute la joie de mus les ama-
teurs de l'cran, car les
principaux rles de La petite
bonne du Palace sont lenus
par Baltour, et Roanne dont
on a pu admirer le jeu mer-
veilleux dans La petite Choco-
latire, et dans d'autres films
de valeur.
L'entre ne cote que 2
gourdes.
Illlli \UI0\AL
IMm.llAUMKUOII
Outre de Saut*
On demande des Dieux linges
Le Centre de Saut de cette
ville serait heureux de rece
voir de tous 08 ix qui le veu-
lent bien des linges usags
ou hors pauvres ei les nceessiteua.
Tous ce.ix-l qui vomiraient |
Contribuer cette uvre de
charit eu "donnant de vieux
linges,(peuvent donner leur
adresse au Centre de Saut.
Compagnie Nationale
DES
Chemins de Fer d'Hati
A l'occasion de la tte de
Saint Jean Mont Houis le
dimanche 22 juin courant, la
compagnie mettra un Train
Spcial la disposition du
public. Ce train laissera (>
heures prcises du mutin et
retournera dans l'aprs-midi.
Aller-retour 1re classe: Gdes
j,00, 2eme classe: 4,00.
Ce jour l'Express Port au
Ptuce St-Mac ue voyagera
pas.
LA DIRECTION
Panama Railroad
Steamship Line
J|jLes chargeurs sont pries
Ue noter que le S/S Anton
estaltcudui l'on au Prime,
veuunt dc^ Crislobal, Canal
Zone, le mercredi 25 juin
1H30.
m Les permis d'embarquement
seront dlivres pour le lit
desliualiou de New York et
des Ports Europens sur de-
mande laite ce hureau.
Ce steamer partira le mme
|our 2 ht p.m. directement
pour New York, preuaui Jrt,
malle el passagers.
. Jas. fi. C. VAiN REED
Agent Ceurai.
Avis professionnel
Le Dr L. l. Plummtr a
le
llephone 2625,qui tera-pren- ''e *** L* MUM,tf au,,e
dre ces linges,ou les y euvo- Pasir d annoncer au public
V1., i et particulirement a ses di-
eu i>. que pendant son absence
ver-.
Tous les linges reus se-
ront, aussiquitab.meut que
possible, distribues aux n-
cessiteux.
le Dr Pascal Sliues est Char-
g de la direction de sa cli-
nique dentaire.
Port-au-Pnuce,le 16 juin 1930
ALUMINUM LINE
tt*parta directs de Ne*-Orlans et de Mobile
pour les ports Hatiens.
Un steamer laissera New-Orlqns le ?t juin courant e
Mobile le 23, directement pour les ports du Sud, Port-au-Pce
et les GontlvM
Porl au-I'rin le 15 Juin 19.10
A. de MAT!EISA Co.
AgieniN Gnraux
.,1
i Clients qu'ils auraient trouv
| au Grand Htel de France le
; meilleur accueil l'occasion
* des Elections Lgislatives tu-
; tureset des prix spciaux.
j Le Grand Htel de France,
dirig actuellement par Mme
Ferrandini,l'ancienne propri-
taire si connue de l'Htel
International des Cayes, con-
tinue offrir la plus grande
garantie au point de vue du
confort.
^Pensions par jour et par
mois des prix trs modrs
suivant laclasse des chambres
que l'on occupe.
Le Service du Restaurant
est irrprochable, les gots
les plus dlicats seront sa-
tisfaits.
Le plat du jour constitue u-
repasiomplei et a porte de
toutes les bourses.
Gourdes 2,50.
Dner et banquet sur coin
mande.
Il m'est agrable de recora-
jj mandera mes nombreux amis,
fjet aux nouveaux clients qui
voudront bien nous taire
.l'honneur de nous visiter,
s l'Htel et le Restaurant, qui
sous cette nouvelle direction
Joc r. 1 .^\ , seront en mesure de donner
Uco OULi pli ol toutes les satisfactions et d'a-
vance.je leur dis sincrement:
merci.
P. P. PATRIZI,
CE SOIR
Le Pont
Entre
2 et 3 gourdes.
JEUDI
Fte-D>pu.
MATINEE TALDY
Harold Loyd dans :
Le Talisman
DE
Grand'mre
0 50.
A 8 HEURES
SOIREE TALDY
Betty Baltour et Andr Roanne
dans :
La Petite
Bonne du
aaBaaWVl
A vendre
Un lit d'enfant complet avec
sommier et uruelas. Aussi nne
voilure de bb. Les deux pour
15 dollars.
Tlphonez : M-C 115-3.
Lieutenant P. DRAKE
U. S.M. C.
Pacof
Palace
Entre : 2.00; Log 3.00.
La oeau ru-
gueusences"
site ce savon
Suite de lu 2e page.^^
de tirage au sort mais .de ma-
nire que tes intrts en com-
ptitions soieut le plus que pos-
sible represen tes dans les bu-
reaux. ^
tu1.38A une .sance de l'Ad-
ministration Communale anuon
OSe par avis public et qui aura
Heu au plus tard cinq jours
avant la date fixe pour les eiec
Uons.les Membres ues diliereuts
buretmx Ue voie seront uesigues
et repartis eutre les seuious de
la circonscription de Vote.
La dsignation des buieaux
et leL r composition serout mi
mediaiemeui rendues publiques.
ai au moment au vote un as
sesseur se trouve empche le
r rsident de la section de voie
peut d cltice pi oceder a son rem
placement en prenant dans i a
aembiee un eitcieur dsigne
par le candidat que lepreseuiuii
1 assesseur empche.
iguane mcmoicsuu oureauau
molli* doivent dtr tuu|ou..
piescuUs pkudam le coms des
opeiauoii piecedaut la ternie
mae et le dpouillement uu
scrutin.
An ;j0 J Le but eau prononce
provisoirement sur les uiiiiwUl
les qui seieveril touch.uu les
oprations ou vote.
An 40.- Le Vice Prsident et
deux assesseurs dout l'un faisant
loncliou de Secretaiie se Uen
uroni a droite du fiesidem i
les autres assesseurs gauche.
Art 41.La liste lectorale et la
liste d margement Ue tndque
becliou dresse et expdie rtU
Prsident du bureau par les
auins du Couseil Commuual te
ront dposes sur le bureau par
le Prsident ainsi que des buue-
UQS blaues en quine sutdaaiile
et deux urues lcimees a clefs,
utleciees a ia rception et au
dpouillement Uc votes.
^U hsie d margement ne con-
tiendia que itSiNos. doidre des
lecteurs couloimemenl aux re-
liures diusciipnoa.
H y sera menliouo ct des
nos dordites noms et ure-
nous uc leiecttfu. qui aura
L.a lise lectorale pour la
parue utterente au bureau de
| voie, restera aux uiams du Pre
aident, tes mtej d'margement
aa.mauisucs secreiai.es et les
**"* deV-l'^,ce
Art 42.- Le Prsident, aDr.
avoir ouvert les deux urnes3
en avoir montre l'intrieur 4
1 assemble, les refermera eten
garde rarles clefs. s
L'une-des urnes restera de-
vant le Prsident pour la rceo-
tion des bulletins et l'autre de
vant le Vice-Prsident.
Le Prsident annoncera Von-
verture du scrutin. " .*-.
Art43.-Les lecte^uTTsavan:
ceront la file devant la porta
d'entre; de la salle de vot.P fi
sesj sera introduit et prsenter.
sa carte au Prsident qui la corn.
. mumquera aux autres Membres
si I lecteur n'est pas radi.
Si les nonciations de la'ca?
te sont rformes et si l'identiM
du votant est tabli, la carte se-
ra.dchire l'un des.coins par
le prsident et remise saccessi.
mentaux premier et deuxime
Secrtrires.
Aprs avoir inscrit le nom dn
votant ct de son No. d'ordre
dans les Jistes d'margement
les secrtaires retourneront la
carte au Prsideut.
Le votant apporte son bulletin
cpare en dehors de l'assen-
be.
Le papier doit re blanc et
I sans s nes extrieurs.
I Si 1 lecteur n'a pas de bulle,
tin prpar, le Vice-Prsident
lut dlivrera un bulletin blan-
qu'il aura pralablement montr
au bureau sur les deux face*
Art. 44. L'lecteur crira'
son vote ou le fera crire par
quelqu'un de son choix.
Les noms inscrits sur le bul-
letin doivent dsigner le candi-
dat ou les candidats sans qui-
voques, de faon le distinguer
de tout autre individu du mme
nom.
Le bulletin sera pli et rem s
au Prsident qui le dposera
dans l'urne aprs s'tre assur
qu'il n'en recle pas d'autres.
Ensuite le Prsident remes sa
carte au votant et prendra des
mesures pour que le mme lec-
teur n'ait plus voter une nou-
velle lois.
Art. 45 Le vote de chaque
lecteur est constat par la si-
gnature ou le paraphe de l'un
des Membres du Bureau appos
sur la liste, en marge du nom iu
votant.
Art. 46 Le scrutin ne dure
quun mur.de 7 heures du ma-
tin 5 heures du soir.
# Art 47. \n coup de 5 heu-
res, le Prsident dclarera la
scrutin clos. Aprs cette dcla-
ration, aucua vote ne sera reu.
* A suture
VERMOUTH
Supdt'idUi'tf a
la meilleure
Ifa QUALITt et son PRIX
dfiennoute concurrence.
En vente chez :
^.A. Boit, Gaston R. Martin,
Paul E. Auxila, A. P. Barth-
lmy, Stambouly et Sergile,
St Julieu Sanon, A la Ninoni
tA la Garonne Au Louvre
Pharmacie Leys, et dans tou-
tes les bonnes maisons.
Eerd. FATToN.
Agent.
'1 agit doucement Jsur les
pores de telle faon qu'il fait
mieux que nettoyer. C'est une
combinaison de s^von pour
la peau. Il dissout toute trace
de salet et aide la peau
tre tendre et douce.
L'Exelento
Savon de la peau
t'roduit une mousse paisse
excellente.
Il adoucit et enlve les ru-
gosits et tonifie le cuir che-
velu. Il aide donc maint enir
l'tat de la sant.
En vente chez tous les dro
^uistes. Pour 0,30 ceutimes
seulement. Il est expdi ds
rception du prix.
EXELENTO.MEDIC1NE
COMPANY
\fLANTA, GEORQIA U.S.A.
Agents demandes pour tour
pays.
Ecrivespoar renseignements^
CINZANO
em
BAUMES
Ouru
OUTTE RHUI
NtVRALQ
/
Dr. Bengui, u. rm bui, paris.
T0RIN0
Le meilleur apritil c'esi
le Vermouth Cinzano.
A. e MATTEIS & Co,
Aqenfs Gnraux,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs