Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04033
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 14, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04033

Full Text
Clment Maglore
DIRCiUR
1358, RUE AMERICAINE 368
TELEPHONE N2242
2-lme ANNEE N
Il y a des blessure- fRo l'on
sriMsa nrs.on par intermittence.
el d'aolre .tui m laissent ain.in.
Irsre. Le temps dhronille lont oria
H vnns apprenti Mi on nuit**
Jarqiio HURIlOWI
NOTRE ATTITUDE
ACTUALIT
o
jCeox de nos lecteurs qui>ont gr des vnements et des cir
lasii ceux du Nouvelliste ont I constances que nous cootron-l Au moment o j'cris ces
fl tre quelque peu surpris de I tons. Dans ce rle complexe et S lignes, le Conseil des Secr
fOir notre sympathique contrrel pas toujours trs facile, nous
prendre teu, contre nous, dans!nous formons une clien'le et
^dition de jeudi, parce que. Icrons de, l'intrt autour de
w sujet de la rforme du par-1 nous en proportion;de nos mo-
petdu tribunal de Cassation,!yens personnels et de l'inlelli-
ioos avons joint notre critique I gence qn'implique leur emploi.
| la sienne propre et, conlorm-1 Certes, les principes, que nous
Beat la plus lmentaire lo I disons toujours dfendre et qu'en
nt httraire.cil notre auteur, liait nous dlendons, sont inva-
M n'tait autre que lui-mme, liiables, mais parleur applica-
rptant, l'adresse du gou- liion, qui suit lorcmenl les cas.
rernement.son adjuration: Un Tels les textes en re les mains
peu de mthode
Nous n'en revenons pas non
lias nous-mmes, et cela nous
pprendra, une prochaine fois,
e vouloir taire du scrupule, m
U passer pour plag aire et ap-
plaudir coulruleineli.in.-iil un
ol juste et aussi bien appliqu
l'une gifle.
Tent un moment de croire
lut rtrac talion ou un regret,
mus sommes vite revenu de
stte supposition en constatant
pe, la quatrime page de sa
lme dition, le )ournal s'en
tend au jeune bachelier Ga-
nte qui, lui, au lieu d'upprou
tr comme nous, contestait au
buvclliste le bien (onde de sa
sritique.
Nous sommes donc admis A
Mire que notre confrre est vrai-
nt impossible et qu'on ne sait
loi faire pour le con Tel tait notre tat d'esprit
lorsque nous tombmes sur des
usages o il semble nous cou-
iter le droit mme de critiquer
actes du gouvernement ac-
d, sous le prtexte absurde
nous avons dfeudu le gou-
jfnement de M. Bot no qui en
Hit fait autant et peut tre pis.
lit c est pour cela que It Mutin
pas, comme le .\ouitellu,te,
Itfroilfdii trouver que la relor-
lelaite au paquet du Tribunal
tUas&aliou eue pu l'tre de fa-
its na pas compromettre la
arche du service judiciaire.
(Le logique de cotre intres-
hut conlrre, si nous devions la
susser A tond,devrait lui avoir
lerdit.pour avoir dtendu jus-
'4 la polmique la politique
i Dartiguenave contre le na-
Jonahsmejde verser dans celui-
ds l'lection' de Borno, avec
crescendo que l'on sait.
Elle deviMii aussi, dans bien
mtres circonstances de sa Ion-
carrire, inspirer son ati-
des avocats, sans qu'on puisse
jamais reprocher A ctux-ci leur
variabilit ni attaquer leur ho-
norabilit.
Nous a v on s tous in'it
i tre d'accoi dsur tes proposi-
ons, sans lesquelles, en Hati
omme nulle part,le journalisme
politique ne serait praticable
No're piofession, comme >ou>es
es autres, a ses directive** gn-
rales qui n'ont de limite q e la
moralit et Inconscience pro-
fessionnelles.
Sous le bnfice de ces dcla-
rationti tablissons, au regard
Ju gouvernement actuel, notre
situation personnelle.
H n a pas dpendu de nous
que, ayant le choix en re -
ttudre ou combattre ce gouv. r-
ement, nous n'ayons pas pris
le premier parti.
ues avant le 20 mars, tout en
exprimant notre sen'iment A
l'gard du pian Forbes, nous
avons rserv notre meilleur
accueil A la personne de M. Eu-
gne Roy, notre ami de tou-
jours et A l'action politique que
les circonstances ont mise sa
chirge. Tous les numros du
Malin, jnsqu'A tout rcemment,
peuvent en tmoigner.
fit cela, jusqu A ce que, un
jour, aprs A peine deux semai
ns de pouvoir.il prt lui mme
l'initiative de nous laire com-
prendre qu'il n'avait besoin ni
de nous ni des ntres dans les
lut u tes sphres de son gouverne-
ment, tout en tmoignant A no-
taires d'Etat, en permanence,
examina le projet de loi lec-
torale. Ce n'est pas trop tt.
L'opinion nerve reproche
au Gouvernement de mettre
main ce qui devrait coati1*
luer sou uvre capitale.
Bref, voici le Conseil d'Etal
A la veille d'entamer l'examen
du projet si impatiemment at-
tendu. Il est un cueil que
l'Assemble doit viter : c'est
excuter le Plan dans ses par- | l'tude et le vote prcipits
Messieurs les Conseillers d'E-
ties essentielles, une lenteur
calcule qui n'aurait pas pour
cause l'iulit bien entendu
de la enose publique, mais
plutt, l'intrt tout court.
Je n'entends pas ici appr- }
cier le bien ou le mal fond |
de ce reproche. J'en preuds
acte, purement el simplement,
ei je souhaite que M. Eugne
Roy el sou Conseil lirent telle
e.-u que de raison de cet
avertissement.
S'il tant ajouter foi aux
renseignements tournis par
notre excellent confis e Le
Nouvelliste i, il est dans 1rs
intentions du douve .n m. ni
de dposer le projet, lundi l(>,
au Conseil d'Etat.
Ainsi, la discussion en Con-
seil des Ministres, au Conseil
d Etat et dans la Presse, sera
presque simultane et moi,
je ue vois pas t op comment
j les opiuious diverses arrive-
I rout, f iute de temps, s'-
clairer et A s'aider les unes les
tat doivent ne pas perdre de
vue que s'ils ont t spciale-
ment convoqus pour exami-
ner et voter la loi lectorale
le Pays ne leur pardonnera
aucun vote de complaisance.
Ils voudront se rappeler que
contrairement A ce qu'on es-
prait, M B rau a p. is un
lui de prparer, seul, le projet
soumis A leur tude.
D'aucuns pensaient que le
Secrtaire d Etal de l'Intrieur
aurait, tout le moins, con-
sult Us leadeis politiques
clans le cas o pour une rai-
son ou pour une autre, il lui
rpugnerait de iccourir l'as-
sistance d'une commissiou de
juristes. Il n'a pas cru devoir
ainsi agir; le piojet est donc
de son cru exclusif. Pour ma
part j'ai regiet que Mr Ha rau
n'ait pas su se garder d'un
gotisme hors de mise tu la
circonstance.
A quoi bon rcriminer. Il
revient au Conseil d'Etat sur
autres. Une pareille prcipi- lequel le public a les yeux
tation, aprs tant de lenteurs grands ouverts de donner A
serait pour le moins comique, l'opiuiou le temps matriel
si les intrts les plus sacrs
du < ays n'taient enjeu.
Il faut convenir que ion-
sieur Brau n'est pas sans re-
proche Ministre prliini
naire de I Intrieur ds le 21
Avril dernier, titulaire dfini-
tif depuis le 15 Mai, M" fia rau
parait avoir cousum sou ac-
tivit dans des luttes striles
d'influence et avoir atteudu la
Ire gard de sentiments perso n- dernire heure pour mettre la
nels dont nous lui serons tou-
piuion le temps
de se prononcer sur la valeur
du projet qui doit condition
ncr leslijtui de I lecteur. Le
Conseil d Etat devra se hter
lentement et ne pas perdre
de vue qu'avec la future loi
lectora.e le pays va tenter
une exprience ultime d'o
peut dpendre sou salut ou
sa condamnation dfinitive
U est malheureux que d'.tires
ne l'aient pas ainsi compris.
jours reconnaissants et qui sont
d'ailleurs sincrement partags
parce qu'ils dominent la politi-
que.
Notre attitude nous a donc
t impose, car nous n'avois
pas pour habita le de ne pas re-
lever les dlis. Nous le taisons,
m ou son langage pour les seulement, avec cette justice tt
npcher de varier au gr des cette modration qui sont la r-
ngemeuls de gouvernement. g|e du Xlatin.
Maintenant, il paratt que no-
tre tymplth que conbre, pour
ne reprocher quA nou> les cri-
tiques formules jusqu'ici contre
le gouvernement provi-.oire et
ses agissements, ne lit que le
Malin.
Il ne s'aperoit donc pas que,
vis-A vis de ce gouvernement
ui n'a pas un mois, la iua|orit
Mais, n'approuvant pas sa ta-
ira de voir, nous n'avons garde
to le suivre dans cette voie. Nous
wnas mieux, et cela est inli-
itoent plus pratique pour nos
fcteurs.laire ici son intention,
quelques dclarations unies.
Nous autres journalistes poli-
ces, notre i Ole est double:
* COMPAGNIE
LECTRIQUE
Nous venons de recevoir un jeu complet de lustres lectri-
ques t AC.ViE pour maisons. Ces lustres sol du dernier
rnole et construits de bronze et aluminium. Ils rendront
la maison plus attractive en Jonnant en mme temps une
meilleure lumire.
DUT introduire ces nouveaux lustres nous les vendons
trs bon march.
7 civuiiuu nous comDHi- qui na pas un mois, ta iua|orne
,dune part ; et d autre part, de la presse port-an-pnncieiine
Ws suivons et, A la lois, diri-. a d prendre une attilude.sinon
Pjss l'opinion. I d'hostilit nette, au moins de
Un ne.peui ni nous conlondre suspicion ?
JWc le gouvernement, ni par j Quand, au lieu de le voir, il
Mquenl vouioir lier notre accuse le gouvernement Borno
lune avec la sienne Nous d'avoir tait pis, ne sent il
aunes des intermdiaires pla-
entre le Pouvoir et 1 opinion
sus exei oiis uoire action au
pas
qu'il exagre en voulant lompa-
rer qualie-vingt seize mois dt
gou veine m -ni avec un seul?
L I I_________,___________1
Scandale des
Naturalisations

Les prix des matriels pour installations lectriques ont t
rduits A peu prs 50 o/o comme vous les constaterez ci-
dessous :
Conduits de 1/2" auparavant 14 c*s. le pie! maintenant
7 1/2 cts
Fil auparavant 3 cts. le pied maintenant 1 12 c.
Fil auparavant 31/2 cts. le pied maintenant 2.els.
Lampes Edison Mazda 2 Watts auparavant 40 c. niainte-
.nt 25 cts. "
Bouchons fusible auparavant 10 cts. maintenant .> cts.
Appareils de chauftige au prix de New York
Rfrigrateurs General Electric au prix de New-York.
Compagnie Electrique.
na
r
* *
Les bureaux resteront ouverts les samedis jusqu' 9 hs. du
soir.
o
l'ont
A propos de notre entreli-
ur le scandale des natura-
'lions qui semble vouloir
Perptuer, Le Nouvelliste
samedi dernier voudiait
li" croire que tes deux ai i-
^ Je dernier Momteuk
l'uvre du l'resiueni
**<>. ce fait est absolument
2J*ct.l y avait, euellet, au
pwtenient de la Justice.
F* de quarante demandes
'Batm a libations. Ma s tou
'.[taieut testes sausiesul
U n'a d'ailleu s qua
.'a*lier!t Moniteur de Jau
J au 15 Ma. de cde
J* pour voir qu'il n'y a
*** eu de ualuiallouons
I
Pour ce qui a trait au re
mue-mnage qui aurait emp
ch de donner suite de pre
tendues demandes de naiura
lisation, rien n'est plus faux,
comme le prouve, du reste,
l'arrt de naturalisation pris
en laveur de Mr Eduuuu
liouraige, au cours de la pre
uitie quinzaine du mois u\
vlul.
. t d'ailleurs le lecteur loyal
qui veut clairer sa religiou
u'u qua consulter lerderuier
anies parus depuis le lo
M i, pour constater que tous,
a l'escfii'tiun d un seul, mou
tient que tes daieS des rap-
uons du uepaiteineni ue la
Justice soni postrieures au
15 Mai UWO.ht Toil. .
LOTERIE
DE.
l'Association des Membres du Corps Enseignant
et de l'Alliance Franaise
Le prochain luage de| celle loterie esi tixe au dimanche
b' Juillet ltf JU 9 heures du mutin au Cal aELDOBADO .
Le Cornue d A lunuisiranou aviso le public qu'il ue met
,.ius eu veuie que 4U0j biLcis au lieu de oUUU.
Le piix du billet esi ue 3 gourdes eu IMUlS coupons d'une
guur.ic chacun.
Les lots gagnants sont augments en nombre et eu valeur
. onlormmeut la repu tilion suivante.
1 Uro* loi lourdes 2.1UU 1 loi de JU gourdes 120
1 11 t lU 2 Ap. Ou lei lut 90 o. OU
o toi de iM) 2/o 2 * ou 2c gios loi 2t 4H
3 loi de UO 18U t 2 du Je gio lot 15 Ju
117 lots se termiuaat par les deux derniers chiffres doS
| trou gros lots, o Gdea 702
W Tlmothe Paret
et H" Ols Lger
\ l;i suite du fameux discours
qu'il n prononce au Tribunal ai
Cassation el o il :i positivement
;iris a partie le Gouvernement
qui vient de s'en aller, M" Ols
Lger tendit la main Monsieur
Tiraollie Paret, ancien Ministre
le lu Justice et Juge au Tribu-
nal de Cassation de la Rpubli-
que. Mais celui-ci lui rpondit:
Je suis dsol, Monsieur,
le ne pouvoir accepter votre
uiiiiu. Vous avez di' trop de mal
l'un gouvernement que )'ai ser-
vi et du Tribunal auquel j'ap-
parliens.
o
Un diplomate
trop press
Il isgit da Dr llor.ice Pri*
gord, nomm rcenunent Mi-
nistre Rsident a Loudrea.il pa-
iattrait que le nouveau diplo
m te dans sa bute de regagner
on poste, serait parti sans que
e Gouvernement Hatien ait re-
u I agi meut sa nomination
lu Gouvernement de Sa Majest
Britannique.
M Normil Charles nous
exhorte au calme
A la suite du bel article que
lui a consacr un de nos pr-
cieux collaborateurs.notre com-
patnotele grand sculpteur Nor-
mil Charles qui vient de passer
cinq annes aux Etals Unis.nous
envoie cette lettre o il nous
exhorte au calme pour ne pas
peMre notre ultime chance de
recouvrer nos institutions na-
tionales:
Mon cher Magloire,
Lb Matin est vraiment rayon-
nant ss beau'...
Voire bel article m'a plu infi-
niment. Je l'ai lu et relu, d'une
layon toute particulire. Ce> jo-
li morceau de littrature, plail
aux miens et tous mes admi-
rateurs; et ne peut, certes, que
coninluier a rehausser davan-
tage mon prestige artistique tant
en Hati qu' l'Etranger.
Je vous en remercie du plus
profond da mon cur.
Autre chose, je vous prie de
dire de ma part au Peuple d Ha-
ti, d avoir se montrer calme
pendant les lections lgislati-
ves qui vont bientt avoir lieu.
Je crois savoir que le Peuple
amricain veut nous tre agra-
ble en nous aidant cette tois-ci,
recouvrer nos institutions na-
tionales. Nous sommes a l'ins-
tar des tudiants qui vont se
prs nter devant un jury d'exa-
men pour l'obtention de leurs
certificats de lins d ludes ...po-
litiques.
Nous devons, tout en do-
minant les mesquines contin-
gences, nous vertuer jouir
de ce droit immuable d'une ta-
on srieuse et sans heurt. Ce
sera une bonne occatian de tai-
re voir aux Peuples latino am-
ricains que nous avons bien m-
rite de leur sympathie.
Encore une lois, je vous re-
mercie de votre giande ama-
bilit envers moi.
Ventile croire, cher ami, aux
sentiments dvous de celui qui
vous srie cordialement la main
et qui signe
Normil CHARLES,
i Sculpteur.
11 Juin lDJo.
o
4 I iilririi.c I oiMlUt-n ilc
ihHrielle et aijrirolc
de Sarnnw'ufft
iu-
C'est avec plaisir que nous
avons appris le choix qu'a tait
le gouvernement de Me Alix
Large, lng-nneur agronome, ac-
tuellement a l'Univers i de
tierkiey, p< ur le reprsenter
a la Cjuleience Commerciale,
m uslrielle et agricole de Sa-
cramenlo, apitale de l'Etat de
Californie. Me Alix Larg<> el le
|eune frere de notre ami, Me
.teun -arge.
Le chou est^des plus h Dreux,
ae Alix Uirge aynl lait teu tU
.es agronomiq s en Oal rnia
.nine. o du i-. e il comp I
poursuivrehisque Iou lo
lu grade Ue .lasler-Scu-nc .
Nos compli uente Me Alix
> Lar^e*
... dans un cal, ils laiei t
ii"!>, autour da la table, devai t
Irois dici utils L'un d*enx nul *e
pique a'lganee et de donmr
le ton se nu i ta re un cours si r
la manire d s'i abil.er. sur Us
costunu s qu'il faut porter des
qua lo > atieinl n certain .ge :
Ainsi, disait-il, premptoi-
re, comme un juge qui iend uu
arrt, un homme < ans ne don plus porter ces sou-
lieras deux Ions, [aune et blanc,
ou blanc et noir. C'est bon pour
les belltres de vingt A trente ans.
El il parlai! avec tant de clu-
leur qu il ne, vit pas un des trois
qui portait les souli^rsqn'il cri-
tiquait et qui avait dpasse da
quarantaine. M cacber p4islbic-
ment les pieds ions Is Isole el
lui donner raison du bonnet..

... voit passer, chaque apii
midi,vers les deux heures l'hom-
me qui il est peut-tre l?
seul, ne se pi ilfil pasdaiOJHl*
vais temps et i srsit psrlatte*
ment heureux lorsqu'il pleut. Il
laui dire aussi qu il a un 1res
jvili psrdtSSUS dont il parle tout
le temps et qu'il n'a jsmslsettbi
veine dlrenner depuis son rt-
tour de France. Ce pardessus nr
lui porte d'ailleurs pas vemtf,
Clu.que lois (tu d se souvient de
remporter, iudubilableinen! il
ne pleut pas. El slors il ne eu
cule sve< que sur son brcsoVok,
en souhaitant de tout casor qu'il.
Unissent enlln par crever \>m\
nmment lesnnsgss qui. kkbuit
.Us joui al des loin s, idl'us
quent, chaque (bis que le joui
penche vers le <:puscue. In
baute clart mtallique et bleue
de notre ciel antilleu.

... a vu, avant hier loir. ;"i
Champ de-Mars, aftsl sur Pu i
des bancs qui lont lu ronde au
tour du Kiosque Oicide Jeanty,
un employ d une des maisons
de commerce de In ville qui
avait t durant l'aprs-midi
l'aire des recouvrements dau>
les hauts qpartii ib de Port-au-
Prince. Juste ; u moment 0l^
aprs s'tre Bulfisammeol repo-
s et o il s'lirsil eu baillaut
de toutes ses ma Jioires, 41 vit
psssersonpstfOU.il se redres-
sa, se tint le ventre, prit imm-
diatement la m ne d'un homme
qui SOU (trait de IbrttS donJeurs.
Mais le patron, heureuseinenl,
ne le vit pas L'ne seconde aprs
il recommenait ses blugues et
expliquait comment, tant sorti
depuis deux heures de l'aprs-
midi pour des recouvrements,!!
alla passi r tout simplement son
gprSS-midi dans une maison
aune.
Pensez donc, personne ne
paie ces |ours ci. Que j'aille ou
que je n'aille, le rsultat serait
pareil. Alors, j'ai prfr passer
quelques bonnes minutes en
compagnie de ma petite...
*
... la soire lan la Ile. Le bon-
heur avait l'air dtre le trait
d'union gliss entre ceux qui sa
piomenaient auChamp-de-Mar.4
ruisselant de clair de lune. Mais,
elle, pourtant, elle tait ' l'cart,
tendue mollement dans le ve-
lours vert sombre du gazon. Il
n'tait pa venu au i endee vous,
l'animal. Peut tre serait-il de
bonne guerre i'e l'en punir eu
i tant attention au beau jeune
omme qni passait et repassait
devant elle. Non, elle est loyale.
Elle se lve, poussete sa jupe,
et regagne, toujours seule, N
chemin de sa maison.
i;
*
... a vuauPr-Cat-Lan ungeu-
tilhoiumequi samu-uil catalo-
guer les teumies de la boite. U
arrta, dans son exan< m, S l'une
d'enes qui, sans don i.. tait non
aeuleuient la plus buile de Pen-
droii, mais la pltubeiie de toute
la vdle. Haii tualtieun usaient
elle n'avait pas toutes ses dents.
Le gSntten tcchil uue m-
nule, pi di avec un vrai
accent ue u.auceiie:
l.u voua une quidoit atten-
dre ttwxieusemenl l'poque su
les poules auront des dfnte,
11
i
i
i
t
!
f\

A


PAGE-2
LE MATIN-* t Juin iy30
.^^*r-
En cas que.Xe que disent
nos confrres
Il ,,titrait que ta question
' __ !.. II Hf ,,!. fi/11
Nous publions avec ptaMr la
lettre suivante que nous a crite
M G D. I.iviei.au sujet de no-
tre a.t.culet du 13 de g. mois,
intitul :U ..onseildtai elle
Plan Foin
A Monsieur Umenl aUglolls,
-Direcieur du Matin
** lv.i ses liureaux.
'Monsieur le Directeur,
r^tvez-vou tau attention a celle
conseil d'Etat nepeutploi laite
Set on uelin.tive. S. la vacan-
L oraideiuielle se produisit
w Pl ..... .. ,1p tranmstes
de restreindre le su/fraye uni
verset qui es/ la buse de toutes
nos lois etectorates est mise sur le
tapis par le Gouvernement ne
tZl.-Volcle*qu/xuiet crit,
dans ton numro de vendredi
13 du courant, notre cuii/iere
LE lEvtl'b:
..Ce n est pas si ulement et
que se borne l.lu a mm. p.aM
que de la masse ru. aie. Bo..
Sombre de nos ai.alphabeta o i
eu a emigrer soil dans i. a.
,.Ues, sou dans quelques un
des rpubliques du Centre Ain, -
nque.soii mme Ntw-\o.k.
Ils ont pu ainsi par eux-mmes
....i, l'if 'i* se pruuiuM i s MM mu uni" r-- ,. ,,
C niveau ops de trappistes voir )OUir de ce que Ton appelle
\ nnurnu Sire le Prsident la hbert et apprcier les bien
RS3ra aS succderait ,ait>incoinineiiaurablesqu.pa
iCC Koy en conformit vcnt en sortir. Lorsqu Us revien-
Mr Eugne itoy, >> n chez eux, Ion serait ma;
dUMn SeuV le Oirecteur,|nv nue "leur'due qu'il, sont
. NnXv. dernier le ConseilI inaptes piaiiquer le suflrag
-Rtlt ne s'est occup de c universel parce qutant loto le-
SoeSpe!iM &* qui ,ent lue. ra. Us ne ..vent p .
pour consacrer le chou du eau
5.iit impos par la lorce ame
fi ?lecSon de Mr Eugne
Roy n'a pan t ^porairetu
Ion l'eapni du pacte : 50 -x-
aUatiluepourtadum
rgulire de s.x an. Si donc
ceue ventualit survenait, Ici
dlgus d'arrondi ement m
pVarraient, d'aucun* taon, s
runir pour rejoue la corne
a,e du 20 mars. Quoo se dm
aussi que quelques-uns de ce
Messieurs W. 9>
nSnTconOance A Paman.
"g procdrenl aune vr tablt
lection paidenliellc;maia de-
vtntratutnde d'un pouvoir don
l'autorit, pourtant, baissa", ,,,
tremblrent, nirent le tait e
parlrent de taux. Et le priai
Sent-lu dut prend. cyiNco",-
munique par quoi il dclarai
ne, c est Lien vrai, ma.. ils peu
vni apprcier lew mentes "
ceuxquisottrentladtlensed
,eurs nieti.
Linsi. action nest d< ne pas u
critrium auquel .1 taille s-tls
lier pour accorder OU rviust-r
l'exercice du sultra^e unive<>. I
,u Peuple, Laii-lphubei.Miit
|MI pas un argument concluant,
j'eal au point de vue ducation-
tel quil but se placer pou. |u-
,r de la comptence de .a
|M rurale u designer ceux
.ai doit tre dlgue la >ouve.
rainet nationale. Pour illustrer
e que nous venons de dire, il
,m.s sullira le demander lu
nasse lettre s l'instruction
iont elle se prvaut la rend su-
prieure un rural du type de
Jrave, ce propritaire en plaine
m Cul-de-Sac qui, par sou tra-
Nos lecteurs liront avec int-
rt le compte-rendu suivant, du
journal LE DEVOIR de Mont-
ral, du 't Juin dernier, sur l'une
des confrences du Or Camille
Lhrisson en cette ville du Ca-
nada :
Socit
d'Histoire
Naturelle
CONFEKbNtE DU DO1 TECT
LHEHISSON
La'dernire sance de l'So-
cit d'Histoire Naturelle pouf
inne 1991-80 en de* samedi
dernier dans l'aroph h''ic
ClaudelJernard de l Universit
de Montral, sous la prsidence
du H. F. Marie-Viclonn.
Les membres dt* la Soci i n
,'U l avantage d entendre M. le
locteur Camille Lhrisson, de
Port-au Prince en Hati,et bour-
sier de la fondation Hockfejler,
qui a parl de La conjugaison
chez les Paramcies . Monsieur
Lhrisson vient de laire un stage
d'un an dans les laboraiooce de
I) > ogie dt I Uni isit VLG il,
, il a fleclu des recherchas
re ne quables sur les iutuso <*>
du g m- Paramecium el c t
le rsultai de ses recherches
qu'il axpos la Socit La
co-tlienc er a tout il ..bord pro
jet sur l'cran un film illustrant
loi.ciioi.iif nuit de la vacuole
nuirai nie, et le mcanisme de
la coniugaison. Pui> il a d c v
ses propres observatiuus. qui
..outrent que la conjugaison
I, /. les org-.n^mes lmentai
re*,dure de 10 a 48 heures, et
parfois mme un mois lorsqu'ex-
,oaee une temprature tis
basse ( 6 V2" C. ). M. Lhrisson
a aussitconstat ,que, dans des
eonditionsnaturelles.il y a deux
poques de l'anne o la conju-
gaison en masse se produit, au
primempa, aprs la tonte des

Sipa quotil dclamai m Cu.-de-Sa c ^9"^^\^^^CLumM avant le
SH considrait, plutt co.n-1 vail ^^^^l^^ j hivernal. Ces maxima cor-
../., ,fp-t urou I .masser une lortune oe p es.ur r Chatio,. a
' 30U0O. e! KJSSZ dlaiappeta des priodes de er.se ea
,. vivant, de l estime e aeital ^ v un t,esequi ibre
considration de tous eux quiI ac P ^
ont connu. Nos campsgoestou.-!
me le candidat choisi des grou
pea coalises. Et puis, ne teu
laudiail il pas, ente lois, 8V8L
toute lection, soumettre au pu
bUcle Plan hlxi liiir.
Si la Prsidence de ta uepu
bliaue devenait vacante, Us
choses se passeraient nortna
leraenl, en ce qui concerui
le Conseil dlvai. auconform.
t non point duPlan rorbea
mais de l'art 72 de la tons
Utution. 2me alina. 11 y au-
rait, peut-tre quelques compll
cations, car si les trappistes ou
attrappisles s'avisaient de n
pas vouloir choisir parmi le
restants de la premire liste, Il
v aurait sans doute personu
pour prendre le dcret damur-
nement. Mais l'lection quiei
rsulterait serait laite ansquoi.
et eu tenir aucun cou.pu
d'un accord dont on cherche
vainement it connatre les dis-
positions. Pour le nouveau
corps elle serait delimtive. Le
successeur de Monsieur Eugne
Kov. de propos dlibr, u
prendrait la muilique formule :
a ne la dunette du commandant
je domine les horizon et nus
mieux les cueils viter.
Comme l'autre, lchant d en-
dormir les simples et les veil-
leurs, U reprendrait aussi, pou.
aillent de types pareils et l s
lettrs des villes ne peuven
.empcher d exprimer ltui
eiohnement lorsquils les ren-
contrent, et cal eiounemeiit t.^t
iioiquemeut cngendie par li
m te de cloison etanche qui se
pare nos diverses classes so-
ciales. ,
11 n y a donc pas pense, a
restreindre aujourd'hui le droi
du peuple au sultrage univeisel.
OonceVoU seulement une telle
pense est presquun crime : un
crime contre ta Cousuiutioii,ii
un crime contre le Plan lloovei.
Eu emettanl les considrations
qui prcdent, nous n'avons tu
,i vue que de mettre en gara
la bonne toi de M. lloy couin
tes tendances ant-democ.al
ques qui peufuot germe dan
esprit de ceux qui sont ou pas
,cim poui ireaesconseiller^,
La Nation Hatienne ael
point constitue par l'lite qui
croit qu'impunuiein elle peu* a
sa lantaisis traoslormer nos ins-
iilutious. Cest le peuple, lite t
masse, qui cousu.ue la Nation
! ce n'eet certainement pas M.
;onjugison sout spares par
me priode de simple multi
pticatioa par scission qu> d.tre
mut l't. L'auteur a aussi ob-
,ei v qu'on peut provoqua la
conjugaison des Paramcies en
. no utolre par l'addition de
quelques gouttes d'eau distille
une culture traiche sur infu-
sion de lo n, aprs deux jours
de multiplication ordinaire. La
raction ae pioduit en moins de
vniRl quatre heures.
... te doc eur Prlontaine a
remerci le conlreneier. et il a
soulign l'intrt que prsentent
es recherchaaui tes illusoires,
i sur les Uuicellulaires eu ge-
tarai, a cause de leur simp..ciie
l'organisation. Il a teiicite le
iocteui Lherissou de sou travail
i a loi mut le souhait de le voir
evenir bientt parmi nous.
M. Joseph Daoust, consul
l'iiali a Moutreai, assistait a la
runion, et il a aussi remerci
et islicit le contrencier.
\>iir* U reurenorau um, r"" i ic %- " o ...
leweto-icl es indispei.sat.lis, leI tiugne.Roy, l'EUl de la Natw.
neeu ornie de l" lectorale.! ,ui se laissera porter a .ncou-
nouyeeupn ^ ^ t.OIUIIil I ;aUie ies droits du peuple.
Sout le titre J. B. Cinas ac
>p, notre confrre lAll
JOURNAL:
Notre ami et coilaboraleu
, tant d tre aouiin sec. taira vi
Comm sstOO Communale d
CaP- i i
Voil tout ce quil y a de plu
< nghl man in liglu place . A
noms de dire qiv cest tout a
iait au-dessous de Cinas : In-
telligence, patriotisme, droiture.
Pour une Commission Commu-
nale quelconque, mme celle
du Cap , c est une bonne au-
ba.ne Cependant... il nous es
evenu que la Coinimeeion du
Cap ne voudrait pas de ce Se-
crtaire la ... et, qui pis esi,
pour des raisons qu elle serait
bien embairasse de dduire, s.
elle tait somme de te taire.
Et le temps passerait
maintenant...
La passion politique aveugl
A-t-on remarqu que ce Hem
en deux bulletins la J rettt
oui comporte des date, qui lus
tuue une ci me une suite, ne menl oun
pas la seuli- chose qui dt cons
Utuer son objet : Vanne det
premires lections lgislatives
A qui Incombe la responsa-
bilit de cette situation
.. En lous cas, ne soyons pa:
trop confiants Veillons >ai
le Pays qui a acclam lavue-
inent de Monsieur Eugne Ro)
la Prsidence n'a pasei.iendu
rcompenser le silence de ceui
qui, durant 16 uns, ont |Ug<
prudent de ne pus lever leur
voix en sa laveur.
Veuillez agrer. Monsieur le
Directeur, avec mes meih
Une tragdie a l'Uni-
versite de Cambridge
. u lve lue un urolrsseur et leste
de se suicider ,
Cambridge, Angleterre, |Uin,
A la suite de la tragdie au
jours de laquelle D. N. Potts, |
jiudiautde l Umversii deCara-.
ondge, a tue a coups de revol- ,
ver M A. F. M. Wotbston, pro '
fesseur et explorateur cou
iu le d ecuve W llis, venu
pour arrfer le meurirler ei
'i.ess lui-mme dune balle,
tans l'aine, a succomb sa
iitasura, Ihp.lal o il avait
.te transport.
Une opration avait t prati
que, la nuit dernire, pour ex-
traire la balle, mais l'tat du
biess, d'abord satisfaisant, em-
pira brusquement, ce matin, et
.1 expira malgr lous les soins
ui lui turent prodigus.
Le |eune Potts a succomb
aux blessures qu il Vtatt.seuible
i-il, infliges lui mme.
la!
vux pour un plus grj.u de-
Alors?...
veloppement de vtre Jour- Attendons encore, pour nous
nal, mes sincres salutations. I prononcer sur ce cas paiti-
(i. D. OLiVIErt. I euher.
Un petit moi
Ce miui, la rue de l'Egalit* t
tait en moi. Prs de 350 Ira- !
vailleors, tous des malheureux,
longeaient ta dite rue. t
Ils se rendaient au bureau de .
la Garde d'Hati rendre plainte |
coalre un chat ; d'quipe qui.
les s embauchs, dputa plus
de 15 jours, dans un travail de
terrassements enlre le Phare
IC-\JCIL_ m. mi et Carretour. La quinzaine ter
..nnvcif/ la Plus belle Salle le bal. la orawque U mmee.les embsneheur, on nns
ou vous Iioum Map lus dernier cri el auas la unie.
meilleure excute par un ox\ o n< { ,es t m, de ^ ^
U8bo,sons,,P.uslr. ^.oi.di 'o, Oeorge. et de Chr suan Polm>.
imuafiije. bieie uiun .mue ou u. ________. Nous iengrnerons.
PR-CAT-LAN
Pr-Cat-Tlan
al que

ASSURANCE
et qualit dans ses moindres dtails.
La nouvelle Dodge Six avec sa grande carrosserie conf rlab!e est un
exemple digne du mrite 'des belles qualits cnracli isliquc^ par les-
quelles les automobiles Dodge ont toujours l notes. Elle est expicssive
en conlort. pr-.vocante en beaut. ,El!eest spacieuse, silencieuse et ga-
rantie, sa carrosserie dune seule pice en acier el 1 trefoi hydrauliqi.es
pression intrieure protgs contre Teau. Cest le plus bas prix auquel
la Dodge Bro'hers oflrc une Six au public,
&es^ &z& 3 ES
CHRYSLER MOI ORS PRODl'CT
KNEERS GARAGE
Distributeur
RUE PAVEE- l'01\T-AU-PHIN E ( HATI )
PI10NE: 2318 et 2294.
^s.
Qualit licma quable
I kiand dH < i I'. '.. < seiH i ? d if
,1 lusse d>!M i. vl ii h . p.-'" q< i-r*M '" "
n-- iz pa cj i H l'1* i i < ' '
ment de v are
P u 1PS \ 415
montrant lvider.c l q alr |>" iro'in ; ce lypi i e
arape.
Si votre ppareil i U i i i ctomj< itsi pr-f ercore ut
PHILIPS A 415
vous deviez demat (1er voira fournisseur de vous expli-
quer les proprits cara< lrisiques de celle lampe.
Il peut montrer mieux que nous pouvons l'crire, pour-
quoi ta Philips A 41.')
est ta tampe qui ne peu' tre gale.
D'Ui -n hz ces renseignements voire fournisseur.
PHILIPS 1UDI0.
UIVlCTOlUgll
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIE!
CANADIENNES d'ASSURANCl
sur la VIE
" EUG. Le BOSSE & 0
Aaenls Gnraux
m Ml


Lff:MTfN~16 Juin 1190
fA<.t.
Lettre
' Ouverte
Jscmel, !e 13 Juin 1930.
A Son Eicellence Eugne Koy,
Prfsidenl de ia Rpublique
En on Conseil des Ministres
Port-au-Prince.
Monsieur le Prsident,
Messieurs les Ministres,
Le Nouvellisie du 6 Juin
eonnnf a annonc la nomina-
tion de M.Lorrain Oehoux coin-
me Prfet des Arrondissements
de Logane et de Nippes. Le
choix Mil t heureux si Mon
ajur D^-houx ne patronaii pas
iob'iquement Grand-iioAv.
certains candidats aux eleciion-
lnsloriales. M. Deboux joun
d'une grande sympathie dans
wd milieu. Mais vous connais
m comme moi, vir le Prsi-
dent, Messieurs les Ministres, les
nurs politiques de notre pays.
Lorsqu'un citoyen hatien esi
investi d'une autorit quelcon
que, il n'hsite pas la melir
en activit pour favoriser ses
mis. C'est ainsi que pour uni
manuvre criminelle du C.om
missaire du Gouveruement U
Petil-Gove en faveur de leu
Jules Dvieui.mon regreti a m
flnec Dorsinvlle n'a pas t el
o 1917 Ueuuie de r irron-Ji
meut de Logane Quand u
geat du Gouveruement lve i
foix dans une affaire politique,
je peuple qui est a^sez nat cio.
Knvoleuieutque cesi le Che
lel'E'at qui parle ddnslt pei
tonne de son reprsenian .Je n
trou pas ma tromper eu diami
Iue c'tait pour s assurer, aile
ese agents politique ,une ma
prit la Chambre dss Dputes
et au Snat que le Gouverne-
Sent de Darugu.uave a etabi.
lemodeaciuel les lections de
Dputes et de seuaieurs.J'ailirm.
fue M Uehuux na pasiimpar
tialite voulue pour tie Prte
durant la priode l.clorai..
Jaflume aussi qu'au cours d m.
eatreuen qu'il a eu avec moi ces
jour: derniers, a suit passage a
rtcmel, au sujet de mu candi
dalure au Snat, u m'a expn
a tout son regret de ne pa
>uvoir me douner son cou-
tours personuel, l'ayant pro
s, m a-t-il du el avoue, son
vocal. J alli me de phi, qu
est chez lui a oraud-ov.
tyiest reu le groupe do.u lai
partie son avocat mute, tes loi
file ce gioupe va dans cette
iiie et a fa.n Uove donm
dt3 mceuugt. J allume que ce
al qui a lauce a feiil ;n. 1.
Caniidaiure mu 5eual Je ceu*
jui sont du groupa don
je parle. J aittiuic euiiii qu n y
lue quiuz-iltic de jouis, n a lui
cartel uue Cundtdauie a eau
de celle de son avocal.Com.uen
foulez-vous, .Vlousieui le Pie&i-
(lent,.vlessieurs les .vliuisires,qut
les lecteurs de l'Ai roudissemen.
de Leogaue ne se laissent pa-^
influencer par le tretet Denou*
li importe que des garaune
oient dounees a lou les eau-.
aidais. L)aus une dmocratie
comme la noire, tous lescito'
yen doivent tre places sur le
nuie pied d egaute.Comine elfe
Kur et candidat au Seuai,|e vieu
humblement vous demander,M.
'Prsident, Messieurs les *U-
Bistres, pour assurer la sincri
des lections dans lArronJis-
emeuide Leogaue, qu'un ci yeuabiolument ueuuesoit uom
">e en lieu e place ue M. De
MU.
NYRBA AIR LINES
Luxa Confort Scurit Rapidit
U plus yrauilr toiupaiine de Bauqafita arieiie
reliant le. tlfiu Aairiqiies.
} oyagez par nos appareils
qui survolent tot.jour leur champ d atterrissage : U mer
Ue luxueux hydravions tout de mtal avec accommoda
tions pour 22 passagers.
LiuetMarw*ifHn<
passagers.
Service heMaaaiiaire eolrr Miami >| Barias Aires
Dpart de..Port-au-Prince : Pour Miami Chaque Mercredi
r. a <> heures a. m.
Dpart de Port-au-Prince : Pour Bueuos-Ai.es
Chaque Vendredi <3h. 30|a.m.
Port-au-Prince
Santiago Or
Cientuegos
d Havane
Miami
",0
Purt-au-Prirjre
ol.OO Maons, R D. (,. 26,00
115.00 Pi.rto Hu-o 64 00
118 OU St Thomas 85.00
157 00 St Lucie 172^00
r>7 escompte sur les tickets aller-retour qui sont
valables pour six mois. #
Tous nos hydravions sont munis d'un appareil de radio
metteur et transmetteur et d un quipage de cinq officiers:
Pilote. aide-pilote,mcauicieu.opraleur de radio et steward.
Nousseious toujours heureux de vous fournir tous au-
tres renseignements que vous pourriez dsirer au bureau
te la Compagnie :
NEW-YORK, RIO & BUENOS-AlRES INE. INC.
Aigle des Hues Uaul Drstoui hfa el Magasin de I Lit
l'urt-au Priuce Hati, l'hun .'MOI.
Las coles
Industriel!

La semaine dernire nous
Ittiooi que les deux bti-
ueuts qui do,veut servir de
uaisous d'coles industrielles
cl situes l'un sur la place Ste
v iine i atlecte pour les gar-
;ous) et iaure pour les d ux
exes, place de la Cathdrale,
ululent tre remis au Depar-
ciUcnt de llustiuctioii Pu-
oiique eu vue de la renlie
lOctobie
Nous avaus eu taire cer-
lames suggestions a propos
tes umeuagemeuis faire uux
ibords de ces deux difices.
Nos COUsfJle oui ele, jus-
ju ici, suivis eu partie eu ce
qui a Uau a lu place de la
ouldedrule.mais |Uaqu ici tien
n'a eie laii du cote Ue la place
>ie Auue. i eudaul qu'il en
wSt eucore iciiips, il laul du
, i/.ou, de ai Oies loul autour
m local et, ce pour m. me
.jrolesseuia cl eieve a mise.
.Nous espeiou quavaui
ouKieuips. ui U, kj. 1". p. ut
u u i.icia pa Ue , ,,iie ia
O SI .ciUil'JU UJ, j i ,, d ,-
.eance.
Bonne occasion
A louer Peu de hosc,
oouue maison haute,avec ses
depeudauces. (eau lectricit,
leleptioue, etc.
d'adresser Rue Roux au No
213, prs d'Alix Roy.
Convaincu de l'esprit de
justice et d'quit qui anime
tous les meiuures du Gou ver
uemeut, jui l'houueur. Mou
sieur le Prsident, Messieuis
ies .vliuisires, de voua saluer
eu la Pairie.
lurles Due.
LES LAINAGE^ EXCLUSIFS
les (nena hautes nouveauts
LES GARNITURES GRANDE COUTURE
4* trouvant cKes :
CRPATTE.CG'JLOM a C. STRAUSS
43. Rue Oreuta, 43 PARIS
RdvoI dt (jitalo{iie* rails, chaque eaiion, ans
N^gocUuiti vi Ualivoi de Couture Multnrnt.
Les concours de
I l'Alliance Franaise
Arouf rappelons aux intrt
ses que la remise des coptes
au Prsident de la Soaele
pour le Concours de aC'o//ifo-
sition franaise est fixe au
31 juillet prochain au plus
tard.
Le sujet de ce concours, dj
annonc, est celui-ci: L/Cuiot.
tan la ii-ne. Commentez celle
Hre devise des reres de la
Yfalrie.
D autre parlt le Concours dv
dicllou li.medist c,-.t divis Cil
trois groupe ; lo concours en
tre unu.tr.s ; ~2o Coucou s enlit
jeunes tiuc:'6o Coucou. eiili c
ttunes ^arons il uura lieu
a Cine uueles, le sunuui
malin, u juulci, us 6 Heure*.
u eutusisce d n* la rectiatiou
lo d'un uio ceuu ( pi ose j *o
d un molceuu \fitjuur i/lu-
que coiituiienl et o Uuns lu
lecture a'un morceau {vers ou
prose). m
chucun des morceaux seru
d'une tendue d'une page en-
uirrn. Les trots textes sont Mis-
ses au choix de cnuque cou
currenL
Les deux morceaux de rici-
talion peuvent tre du gen,e
dramatique ou du genre comi-
que.
four tous autres renseigne
ments, consultez l'avis gnerai
sur tes concours de IMU de
VAlliance jruuaise del publie
dans les lournuuxou s uuressez
a Ai. le prsident de ta socit,
Lolo rue Cumaire-
Le 6atrel-ure gnral adjoint.
Philippe LAMA VU
immmmmLWMmmmmiitmmmmmmmmmnm
il Toutes les Polices
DELA
I
S
KSURAIUC m
comprennent la Protection contre la g
Foudre sans auqmentation de taux
Agents Gnraux
DEMANDEZ CHEZ
Simon Veux
kinmsKRB roy
Snc musculaire provenant
du cheval vigoureux.
Suralimcut de 1er ordre
trs agrable au got.
Il (iLYI'IIOM'Hrll
oui retninrulise rapidement
I organisme. t
I es deux merveilleuses sp-
ciales l'tin-'is' s donnent en
peu I e te m ps 1 or ce e Energie
LE SU UE Hit 11n CII0LAS
qui procure une boisson Baille
ratraichissante et mousseuse.
Assurez-vous contre accident
la General Accident Fire A
Mie Assurance Corporation Li-
nited . Vve F. lermingbaro,
Agent Gnral pour Hati.
Avis commercial
Monsieur llolae Saieh a
honneur davi>er le public
el le Commerce que sa mai-
son de commerce ser.i trans
lre le l |uin coura' t St
Marc, elle coiitinuua,sur cette
place, faire les mmes op-
rations commerciales que
prcdemment,
Port-au-Prince, le 9 juin 1929
Mose SAIEH
w A vendre
Un lit d'entant con-plet avec
sommier et matelas. Aussi une
voiture de bb, Les deux pour
15 dollars.
Tlphonez: M-C 115-3.
1 Lieuteuant P. DRAKB
U. STM. C.
Tacot
^eweveaeajwBane|sMII|ssieHPetfvH'**BPehaviVMBiB e*
A vendre
A trs bon compte, cash ou
i termes, un lot de ustensiles
( Dermatype ) pour Mimeo-
^raph bdison-Dick, s'adresser
a l'Ecole Spciale de Stno-
Daciylographie. Angle des
Kues des Miracles et du Cen-
tie, Poil uu Piince, Hati
Avis trs Important
Li Guiiiaudeeu uoit neces-
ire de f<-iie savoir qu'il ne
lebite plus son AR 1U0 au
Lait a la coutiseiic du Lion.
Protgez votre saut en re-
fusant toute fausse imitation.
La peau ru-
queusences"
site ce savon

. .1
Ta
Il agit doucement sur les
pores de telle faon qu'il fait
mieux que nettoyer. C'est une
combinaison de savon pour
la peau. Il dissout toute trace
de salet et aide la peau
tre tendre et douce.
L'Exelento
riiffin
GRANW&UiS
VC: CE
mec)
ACTION LECTIVE SU LC RPIN
Cure complte de rARTIIRITIS.V.E
Saison du 20 Mai au 25 Soptt'i..'..o
OOURSCS > TENNIS m OQLF POLO T!'t 1 TRE _0*_*'*0
PARO S fOI AL k* OUI? LIS i "' r
T.-nln dlrot t PARIX (ilnn; le PBntl \ i
Eo Tnt rtr.n-i I pria ianri4rit, D <.,..n et "' r-c- a.
iiniimi mn
Le SERVICE qua peut rendre uns.
cuisine moderne Coleman Ali ga '
tentiblement Incalculable Elle reur-
tenta un pris minimam pour la pr-
paration de vos meta.
Elle vous vite Ifs Inconvnients
uts ancii mus cuisines a boisouebai
ooa.
\otr cnisineesl toujours propre a
cause le %a sim|iliiil(
Evitas l'ennui de repiendic d'QAl
quantit de matriel de combustion.
Caractristique spcial.
1. Plus de chaleur l. Minimum de loti
i. Produit et brle 7.Economie positiva
son propre ga/ 8. Installation tacila
i. Combustion 9. Enregistr et
instantane. patent
t. iteglag>> facile 10. Balle appueurc cl
. l-'lauiin. bleue. scurit absolue.
Poleman
Vente en aroa et en deuil.
WEST INDIES TRADING COMPANY
4\
w/S
Port-au-Prioce,
:.)LEMAN LAMP & STOVE C
I
Cbicaa >. 11 1
U. >. A
kV.
L'idal H!i

ALIX ROY
28 annes de succs.
CaaMtrfoar J* rod.
DESCHIENS
l"H^moglo>,-a
R4c*r*r*tnr da Bna. prMorit Pr l'lite mdloal. 9
a cruo i ux /mrruglamux. Admlm dna ! wi.iui ara
! .1 .r '..t.'i-it.
'.ricHiEKI, . nui raai .uirr tARIS tl 1*1
_Mt< Savon de la peau
Pioduit une mousse paisse
excellente.
Il adoucit et enlve les ru-
gosits et tonifie le cuir che-
velu. U aide donc maintenir
l'tat de la sant.
En venle chez tous 1 es dro
guistes. pour 0.30 centimes
seulement. U eet expdi ds
rception du prix.
EXELENTO, MUDIClNii
COMPANY
ArLANTA, UEUHUIA U.S. A.
Agents demandes pour tons
pays.
activez pour renseigaements.
The Royal Mail Steam
Packet Companv
Le steuraer Dunclutha venant de l'Europe et le KJng*
ton via les ports du Sud, est attendu Port-an-Piince, le 1/
' courant prenant trt via Je Nord pour Havre, Anvers. Londm,
e* tous les ports d'Europe.
Portau Prince, le U juin 1930.
I. J. BIGIO. Agent-Gnral
Tlphone ; 2311.
Hamburg-America-Line
Le bateau iW 'nsia, vc>.-u td'hm courant, de passage potji S;, i .go de Cuba, Kiugsion, Sto-
Dom'Dgo etc, prenant trot cl ias-i'gers.
[ REINBOlD & Co., Agents.
L
I
1,
I
t
i.:
i?
t
t

c |

-


*
/
Lundi
16 Juin 1930
Le Matin
i
t
24eme rtWNliE N" 6718
Port-aa-l'rmce
Tlphone : 2242
4) pages;
i
GLOBOL
donne de la force
Grand Htel
de France
Plerinages
N-Ddu Pcrp
I
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
U Cute? Je GLOPfOL
jmer.'.r ' force nerveuse
et rend mi nerf ra;e.mt
toute leur nergie, leur
e*\ipl-se et leur *iu*ur.
F"
r MmH *
., M *
il 1910
M>l*r (oui le avantagea
hi ;rut prsenter la aere-
thrupr aitlflclflle. dont on
a parfois voulu faire un
ailtri'id capable de rempla-
cer Ta transfusion sang'ilna
r'ie-niCme et ceci avc ven-
tee. .tlnalt-iin, maigre qu'il
f.illr toujours avoir recoora
elle, au moins dans le caa
urgente, nous ne croyons na
3u* la srothrapie puisse-
onner. en une foule de caa,
les .imitai* remarquables
qu'on peut obtenir d'une tl-
ir prolonge de Clobeol. Ro
face d'un organisme a re-
monter, revivifier, t refai-
re, c'est toujours ce der
nier <,ue nous donnerons la
rlfcrence.
D' G a assit.
l ictncie il teirneti,
Lot;, ,i it '.i Facult if
ttidicinr ir Pari.
t.laMIwrner.li tt.a'rli'j
OH! 'a Prix
pr-urstls de Hoptt. ite Parts,
2. ri"* Vaienjienna. Paria, ?*
ii>uir< pha'ma> i-*.
cfienb qu'ils auraient trouve
au Grand Htel de Fiance le
_ -i ihi'i i mB
ALUM1NUM UNE
Dpart rgulier de New-Orlans et de Mobile
pour Port-au-Prince.
poui
De Mobile
9 Juin
De New-Orlans
7 Juin
M Juin 23Ju.n
Ce 11 Juin 19.10.
A. de MATTEIS & Co, Agents
Attcndn Port au Prince.
1(5 Juin
.M) Juin
Le Pass I Le Prsent
L'Avenir
On trouvera cet ouvrage
de Mr Pie -e Autoiue au prix
de Deux gourdes la Maison
Verte, rue i avee; Aux Armes
de Paris, chez Binon Casseus
en lace de Max Auguste, rue
Pave et la Pharmacie Com-
merciale, (irand'Rue.
j'avais eu le grand plaisii
d'annoncer i
(
meilleur arcutil l'occason
des Elections Lgislatives lu
tureset des prix spciaux.
Le Grand Htel de France,
dirig actuellement par Mme
F, rraud ni.l aucieune propri-
taire si connue de L Htel
Inte:national des Cays, con-
tinue oflnr la plus grande
garan ie au point de vue du
ccnloit.
Pensions par jour et pai
mois a des prix ires inodeie
suivaui lactasse des chambies
que i on occupe.
Le Service du Restaurant
est irrprochable, les gots
les plus dlicats serout &a-
tistaits.
Le plat du jpur constitue u.
repascomplet cl apporte de
toutes les bourses.
Gourdes 2,50. ,
Diner et banquet sur com
mande.
Il m'est agrable de recom-
mander mes nomb, eux amis,
et aux nouveaux clients qui
voudront bien nous taire
l'honneur de nous visiter,
PHiet et le Restaurant, qui
sous cette nouvelle direction
serout ea mesure de donner
toutes lessal sf-iotious et d'-
tuel Secours.
ANNE f 930.
Lundi 10 Juin 7 heures a.ra.:
Ecoles Joseph Courtois, Belmour
Lnine, Caroline Ctnuveau.
Thophile Martin, St Antoine,
Pupilles de St-Antoine et Ca-
mille Bruno.
Mardi 17 Juin 7 hem es a.m.:
Peoiionnat lu Sacr Cur( S-
Josi ph ). Soir 4 heu.es 30 :
.,oi eg Louverture, J B. L)j
mu. Institut Tippenhauer, 1ns
iitut Moderne.
Mercredi 18 Juin 7 hs.a.nt:
Externat Ste Rose de Lima, Eco
ir-s Mre Louise et Mre Eusto-
chie.
Vendredi 20 Juin 7 hs. a.m.:
Institution Si-~ouis de Gonzi-
gue.
Samedi 21 Juin 7 bres. a.m :
t'eut Sminaire Collge St-Mar-
ual.
DIMANCHE 22,Juin... Ftede
I Noire-Dame du Perptuel-Se-
cours. Messes busses : 6 h. et
6 h. Grand'Messe : 7 h 30.
Vpres-et Procession : 4 h 30.
Lundi 23 Juin 7 hres. a. m. :
Ecole Mgr A. Guilloux. Soir,
4 hs. 30 : Lyce National.
Mardi 24 Juin a 5 hs 30 a. m. :
Association de la Persvrance;
7 hres. a.rn.: Peusio.iuat Ste-
ttoae de ...ma, Orphelinat de la
Madeleine.
Mercredi25 Juin; 5h 30a.m.:
Association de Daines, Entants
de v arie. Garde d'Honneur ;
m Jeudi 26 Juin 5 hs. 30 a.ra,.
Associations d'Hommes et jC
nesse Catholique; 7 hres a.n
Ecoles Mme Paret, Melles (],'y
lavoii, Dup, Gardre el N. o]
du Bon Conseil; Soir, 4hs.'~ 1
Ecoles nationales de Gatcoi
Vendredi 27 Juin 7 hs. a.an
Ecoles J. B Dehoux, Bouijflyi
luginac, Mutualit du Bet-Ai/J
Samedi 28 Juin 0 hs. a. rrj
Comit des Noliste et Kc<
Normale.
.Lun H 30 Juin a, 7 hs,8.
Ecoles P. Faubert, I. Boi&ro
C. Lochard, 1. Vieux.
Mercredi 2 Juillet 6 hs.a.aj
Ecole Elie Dubois et N. D.i
Perptuel Secours.
Les chants seront excut,
le 10 Juiu par l'cole BelmoiH
Lpine ; le 25 Juin parl'<
Mlle Bot'x ; le 20 Juin par
cote, Meile Che Lilavois; !
Juin par l'cole Mutualit :
luire du Bel-Air ; le 20 Juin
1 cole P. Paabvft.
E. VARRON,
Administra
-
vance.je leur dis sincrement: 7jls, a-m : Ecoles Melles Roux,
merci de Bordes, Scott, Parmenlier,
P. P. PATRIZL LuciaAltred.
m OUILLIEl
I Ecp'-syc Jepuis 181
lcoi-.r le* maladies
IP r j _ uhei par la
IiaUi.lUlE8
\yi*a!c.,udjFOIZ,d
1 '-LSTOMAC, d* IH-
\TST!US.duC(UH,
\0ONUBSTK3H8, PA-
\LUDISHr.FIEVRES,
RHUkiA T18KES.)
Eijr.- U i"- <> a I
Pnul OAOr.
jPArUS,32,r:.da Grand.
cT Toi.'f.Paarmc.ieJ
^EIS-GOOD

-


lii
VKRTOWNS- Chambre
5 long Run. ,
. .i-j .

r'

'
^

f .
4>'
U.
1
COMPLET ASSORTIMENT de NOTR
STOCK, MENSUELLEMENT
RENOUVEL.
DEMANDEZ NOS PRIX EN PASSAN
ET VOUS VERREZ
LA GRANDE DIFFRENCE AVElJ
LES AUTRESJ MARQUES.
TOUS NOS PNEUS ET CHAMBRE
SONT.HEAVY DUTY.
LA MARQUE'GOODRICh SILVE]
10Wi\S EST UNE DES...
MEILLEURES DU MONDE.
PLUS DE MILLES PLUS DE C0
FORT PLUS DE RSISTANCE
imm\Hoi Phone 2379 Port-au-Prince

University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs