Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04031
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 12, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04031

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
1358, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N2242
La orl n'arme qu'imc lois ri
se iait seilir tous lis ni uni l'i
t la fie : il tat plos dur a> l'i
arcktadrr qnr de la soullrir.
I \ liltl M IU
Z4em AN,\hr N -fc*eJ
Ul
PORT AU PRINCK (HATI >
VENDREDI 13 JUIN lW
UN PILOGUE
o
Maintenant que le Conseil avec empressement de preu-
d'Euit est iustall avec une
composition au got des diri-
geant! du jour, rcapitulons
jon gard les faits passs,
es aigrear et en toute philo-
sophie.
Quelquefois, l'histoire de
toute uue poque tient dans
quelques laits et c'est parfois
de ceux-ci que se dgage sa
ueose dominante, son esprit.
Et puis, il est bon, aprs
conque tape, de s'arrter
mu- borne, de contrler, carte
et boussole en mains, la route
dre la place des douze oppo-
sants, et aux neuf Conseillers
d'Etat restants qui promirent
de voter le plan et qui tinrent
leur promesse.
il se forma ainsi une tou-
chante unanimit qui assura
le succs crasant du plan
amricain. Mais abrgeons.
Le lendemain de la presta
tion de serment, le Conseil
d'Etat fut ajourn,et,quelques
jours api es tous les lecteurs
prsidentiels furent emports
dans un mme et vigoureux
parcourue et la direction ra- coup de balai. Les commen-
lise, si on ne veut pas s'ga- > taires vont leur traiu et ce
reret se perdre. Ceci dit, rc- dernier acte est diversement
tenons au Conseil d'Etat.
11 est arriv que duuze
d'entre ses membres furent
rvoqus pour n'avoir pas
Toulu accepter le plan Forbefl
comme on le leur demandait.
Cette rvocation, dans ces
conditions, de la majorit du
Corps, ne I u t possible que
grave deux iuconstitution
aalits renforaut une troisi-
me. Cette srie d'inconstiiu-
tionualit tut eu sou temps
dnonce par les intresss
dans des pices
dues publiques.
Les deux premires consis-
tent dans le fait d'avoir u jour
n le Couseil d'Etat dans uue
circonstance et un moment
o la Constitution lui faisait
obligation de n'tre en sige
jour l'accomplissement d'un
levoir impratif; et dans le
1aii que cette rvocation, mul-
tiple jusqu'au scandale, eut
lieu en pleine session ordi
baire.
La troisime inconstilution-
oalit, dout procdrent d'ail-
leurs les deux autres, rside
dans le fait, vident jusqu' la
clart, que le Pouvoir Excu-
tif n'avait pas qualit de s'oc-
cuper ce point, ni aucun
point, de l'lection prsiden-
tielle, tche dvolue par la
Constitution l'Assemble
Nationale exclusivement.
Une premire leon semble-
rait devoir tre dgage de
l'vnement que nous rappe-
lons : c'est que la rgie, au
Conseil d'Etat, est d'agir se-
lon les vues de l'Excutif; si-
non c'est la rforme.
Mais, l'histoiie que nous
racontons ne s'anlant pas
l, ne nous pressons pas de
conclure
Eu effet, l'lection prsiden-
tielle poursuivie par le Pou-
voir Executif ne dut de pou-
voir aboutir, en dpit de lu
vive opposition de la majorit
du Conseil d'Etat, que grce
douze conseillers d'Etat
nouveaux q u i acceptrent
LE
Conseil d'Etat
ET LE
Plan Forbes
o
Quelques personnes dont on
Eeut dire qu'elles ont le cerveau
rl s'en vont criant tue-tte
que le Conseil d'Etat a t torm
dans un dessein nettement ca-
ractris. Ceux qui ont pris part
a ce recrutement, affirment ces
personnes, l'ont 'ait en envisa
gant ou la dmission ou la
mort du Prsident actuel..., et
alors ils l'ont tonn de telle ta
on que le cas chant tel can-
didat la prsidence serait sur
d'avoir le Pouvoir Mais ces bon-
nes mes ne rflchissent pas E'
le Plan Forbes ? Le Conseil d'E-
! il ne peut plus taire d'lection
dfinitive Si 1 une des deux ven-
tualits envisages par ceux qui
ont eu I honneur de nous Imbri-
quer ce nouveau corps de trap-
pistes survenait, il faudrait lire
le rsiden temporaire qui suc-
cderait a Monsieur Eugne Roy
en conlorniit du Plan forbes.
C'est -dire, les dlgus d'ar-
rondissement se runiraient
Port-au-Prince, dans un local
quelconque et choisiraient par-
mi les quatre neutres ( si l'on
peut encore parler de neu ralil
avec l'difijnle exprience que
nous I.USOHS ) un candidat uni-
que qui se prsenterai" alors de-
vant le Conseil d'Etat. Elu, il
convoquerait les Chambres L
gislatives qui il remettrait sa
dmission. U n'y aura pas d'au-
tre solution au problme s'il se
prsentait sous l'une des deux
ventualits qui semblent avoir
prsid la formation du Con-
seil dEtat.
Heureusement, aucune de ces
dvux ventualits ne se prsen-
tera. Monsieur Ltague Koy ne
s-, dn tira pas.F.t nous la sons
trop de v x, et ses vrais amis
avec DOUS, pour que les Deslins
quel pied danser et s'il est d- \ ne protgent pas la vie de Celui
cidment aussi dangereux de qui I on a confi les destines
voter pour que contre. |de notre Pays et de qui nous
Nous sommes loin d'tre {attendons chaque jour te geste
hostiles contre le principe de redressement qui nous p.ou-
inme d'une rtteU | M-S M-' ftSS
du Corps; ma.s nous trou- Eugene Koy, homme d'hanneur.
vons. et nous en avons le a. u' ,lte ei qu, u mirait
droit. -- que le Pouvoir .. diminu devant sa coom e> <
dans ce cas, agi saus cette me su avaii la certilude, que d' -
sure et ce discernement ius-. trs ont math.-ureuseme.it. qu'il
parablcs pourtant de toute ac- lait la volont d'un certain clan
tion gouvernementale. politique.
Il est convenu de mettre sur
le compte de la politique les
changements ainsi oprs au
Conseil d'Etat et mme le,
ins-gne qui les a accompa-! Ce f.ontrre c est nous ail faut
fliis Au risone de luiur en croire Le Muvelltste.U con-
gues. au r sque de passer : ft t w de sa
pour voir les choses autre- J^1^ p.ge pour annoncer
ment que tout le m nde.nous J^ .ecleur\ q.,e M. Clraerit A.
voyons nous, da s tout cela Coicou dont nous avions an-
ui pih gue empreint dira- n0nc la rvocation nest que
politique Si le Gouvernement dmissionnaire. Mais ce n'tait
ne seul pas dj les effets qui ; pas la peine de gaspiller tant
sont rsults, c'est que *es d'encre pour taire une rectilica-
iaterprt.
Les uns disent que, quelque
soit le manque d'entrailles de
la politique, il aurait d lui
rester un minimum de cur
pour rappeler au devoir de
stricte reconnaissance et obli-
ger au moins quelque in-
u ge ment.
O autres voient l une juste
sanction de 1 esprit de sou-
tnissiou de la plupart de ceux
qui, au Conseil d'Etat, vot-
rent le plau Forbes avec un
depuis ren- calcul que les vnements d
(oureul.
Quoiqu'il en soit, le mme
son, que celui qui fiappa les
douze opposants, s'abattit ain-
si sur les autres; ce qui per-
met aux uus de dire que ce
n tait pas la peine de iaire
bande part ; et aux autres,
que les douze, le sentiment
du devoir mis part, turent
les plus clairvoyants.
Et les Conseillers d'Etat ac
tuels, que l'attitude des douze
avait commence troubler, se
demandent, abasourdis, sur
COMPAGNIE
LECTRIQUE
Nous veuons de recevoir un jeu complet de lustres lectri-
ques i ACME pour maisons. Ces lustres sont du dernier
inoole et construits de bronze et aluminium. Ils rendront
la maison plus attractive en donnant en mme temps une
meilleure lumire.
jour introduire ces nouveaux lustres nous les vendons
trs bon march.
*
Les prix des matriels pour install dions lectriques out t
rduits peu prs 50 o/o comme vous les constaterez ci-
dessous :
j Conduits de 1/2 auparavant M c's. le pie i maintenant
7 1/2 cts
Fil auparavant 3 cts. le pied miintenant 1 12 c.
Fil auparavant 3 1/2cts le pied maintenant 2 cts.
Lampes Edisou Maz.la 25 W dis auparavant 40 c. mainte-
nant 2 cts. J
Boueh >ns fusible auparavint 10 cts. maintenant 5 cts.
Appareils de chauftage au prix de New York.
Rfrigrateurs (ieneral Electric au prix de New-York.
Compagnie Electrique.
*
Les bureaux resteront ouverts les samedis jusqu' il hs. du
soir.
LOTERIE
DE
l'Association des Membres du Corps Enseignant
et de i'Alliance Franaise.
Le prochain tirage de cette loterie est (ix au dimanche
6 Juillet 1930 9 heures du matin au Caf ELDORADO .
Le Comit d A Ininistration aviso le public qu'il ne met
plus en vente que 400 ) bit ets au lieu de 5000.
Le prix du billet est de 3 gourdes en TROIS coupons d'une
gourde chacun
Les 1 >ts gigmnts sont iu^ ncati eu nombre et en valeur
co itormment la rpirtition suivante:
4 lots le 30 gourdes 120
5 lo's de 12 (ides 900
2 Ap. du 1er lot 30 G. 60
2 du 2e gros lot 24 4H
2 du 3e gros lot 16 30
117 lots se terminant [nr les deux derniers chiffres des
trois gros lots. 0 Gdes 702
1 Gros lot Gourdes 2,100
1 a 600
1 150
3 lots de 90 270
3 lots de 60 1H0
Mi
I
Grand Caf de France
Sous la direction avise et iitelligen'e de Monsieur Fran-
ois Giraldi qui est devenu l'associ de Monsieur Patrizi. le
propritaire de cet tablissement qui n'a pas d'gal,leGR\ND
CAF DE FIA\NCE, offre ses aimables et distingus clients,
les consommations les plus fines, les vius de t utes prove-
nances les plus choisis, Cigares et Cigarettes, Sandwiche,
varis, des pri\ dfiant toute concurrence.
L'accueil le plus svmpitliique continuera ;re le meil-
leur attrait du Grand Caf de France.
PATRIZI & Co ;
Tlphone; 2341.
Un Confrre
mal renseign
"Pourquoi
ne Pouvons
en
instruments de prcision ne
sont pas point.
tion que nous avons d'ailleurs
taite nous-mme sur la dem nde
de Me Coicou. Comme nous ai-
merions mieux tre mal rensei-
gn sur d'autres aftaires plus
importantes, celle de l'aflermage
de I Imprimerie Nationale, par
| exemple,d >ni noue conlire ne
d'' mot rc pend- ni
Il y a de c sous le gouvernent lit pass.c'-
tai' presqu'un scandale le bruit
pas tonde d'ailleurs que l'on
allait affermer une l oinpagme
trangre les bureaux des tel-
Oii se iap Ile que dan l'm \\ Giair.il Hal> h Mandai et I au- graphes Ne serait-ce pas la rr.-
Le trafic de naturalisations
riennes continue
7io us pas
Economiser?"
%
I
i '
de nos derniers numros :
"o\is somme-, levs contre l<
,ratio des naturaliserions de sy
feiis. Notre conlrre Le Non
*e|!isle qui trouve, depuis quel-
ire en hvfur de M Nahoum ^,e'chose si h Gouvernement se
Acra.tous deux de naMonalitsy- permettait de confier, titre de
licune. lirmier, un journaliste la di-
Qu'est-te que Le Nouvel rectjoa de l'Imprimerie NatlO-
liste va rpondre^ cela ? Est- na!e< uajs tout cela n'est qu'une
r*pondu que la bonne toi du deux naturalisations ont t tai- cnose parait extraordinaire vue
6onvf.i-nomani uvnii i surDi- i tes ? SI oui, il faudra dsesprer ^a jj0rd,tandis que vue du Sud,
Ue la clairvoyance ou de la lu- ejje devient normale. Mais voila
cidit d< cent qui sont aux at- tou( |e m0nde n'est pas u bu 1
K'uvti nement avait t surpn-
*> et qu trois naturalisations
"aient t faites par mgarde.
Nous avons cru notre confr-
* sur parole et nous avons
naonc la bonne nouvelle a nos
tueurs Maisnousavonstheo-
Jax trop tt.LesoanJaledes na-
wralisations continue. U Iut a
Htoler deux nouvelles naturali-
ytioas aux trois que nous avons
j* sigoales.
** effet le numro du Moni-
t ns.
nmi*
Bonne occasion
A louer l'eu de Chose
bonne maison baute.avec >t>
dpendances, (eau electric
tlphone, etc.
Jjrd-n 9 de ce~mo comporta **^^Z '"
fe arrta l'un en Uveur de i 213, prs a au* "J-
en mme tem| 2?.
Ah ebaraianl contrre
n I BOfl :e^:>;
;iissounre ? ..
Assurez-vous contre
la G Acciden- Fir
Lite Assurance orpora
med . Vv Fllerhi .^'
Afvnt G#o*itff pr H^'f l
vX)MBIEN de (oi$ vou ttwvout poi -eue question apr
vous tre rendu compte qu. \ depwea ahsorlient tout votre
salaire?Quantit d'autres pfwnri dont le revenu n'est pas
suprieur au vntre, aehkaat des articles qui sont hors de votre
porte. Serait ce puce que vous dpense; au hasard?
Une Brochure sur le Budget de FanuMc, publie par la Banque
Royale, vous aidera prvoir vos dpenses et coQomiier.
niuAM.i/riii tiy rrrMPLAic
inoo
La Banque Royale
du Canada
L'Idal Rhum
ALIX ROY
28 annes de succs*
...voit que le ComiU de la
Grve ne pourra pas se prsen-
ter et se faire entendre dtvant la
Commission MoMon, ses prin-
cipaux membres tant actuelle-
ment du ct du manche. Com-
ment un fonctionnaire public
pourrait-il. par iiemple, non-
cer devant cette Commission
une vrit qui ne ferait pas une
vrit gouvernementale?
*
*
...a vu cette chose extraordi-
naire. Quelqu'un qui avait pris
un billet de la Loterie da S.into-
Domingn s'tait rendu 6 la mai-
son l'une des portai de la-
quelle la liste dis nnmroa k'~
gnants est a&chf. Api es avoir
parcouru la dite liste plus da
dix fois et s'tre positivement
convaincu qu'il n'avait rien ga-
gn, il froissa les dix coupons de
son billet et les jeta dans le
ruisseau Un gamin qui passait
les raoiassa-t-il et :'t son tour il
parcourut 10nouvelles loia la lis-
te,se disn ut que le propri tai re a u -
rait bien pu se tromper, Mus
malheureusement il ne s'tait
pas tromp et a sou tour le ga-
min froissa les dix coupons et
les jeta dans ta mme ruisseau,
celle lois personne ne lit I ex-
prience de les ramasser une
nouvelle fois.

... voit que les cals depuis
quelques soirs ne dsemplissent
pas. Cela se comprend! Cela con
tinuera jusqu' ce que lea nou-
veauxdputs et snateurs soient
Port-au-Prince, moins qu'ils
continuent donner houe a
ceux qui auront contribu a leur
lection.

... voit que depuis quelque
temps on n'entend plus parti r
des associations patnoliques.
Que font-ellesYS'eikdormcul-elles
sur ce qu'elles croienl tre leurs
lauriers, ou bien leurs chets se
sont ils embarqus dans la ga-
lre des lections?

*
... a vu, avec surprise, que l'ex
nouveau bar install a l'aug'e
des rues Rpublicaine et Frou,
auciennement iu<- des Mnailes,
n'existe plus que dans te souve-
nir de ceux qui avaient an lu
bonne tortune d y prendre quel-
ques grogs. Le Ihir Central com-
me on 1 appelait a dispaiu tu
etlet. Il n'a pas survcu long-
temps l'ancien Qouvi i nement
bien que, par un avis publi le
15 mars, dans un des quotidiens
de Port-an-Prince, cei tablie*
sment eut dclar qu il n tait
financ par aucun membre du
Gouvernement de M Borne.*

... a VU quelquun, celait un
ancien reporte! d un des grands
journaux de l'oit-au-l'iiiue,- se
fcher parce qu'un de ses ca-
marades atlii niait publiquement
ne lui devoir aucune recon-
naissance de ce qu'il avait em-
pch que l'on parlt dans le
lournal on il tiavaillait alors
d'un scandale o il avad t m-
l. L'ancien reporter n'en cro-
yait ni sts yeux, m ses oreilles,
et s'criait, a tout bout de champ :
Lt c'eat vous, et c'est vous
qui me dites cela, \ous?
Et l'autre, trs calme, rpon-
dit:
Oui, c'est moi, c'est bien
moi. Comment Nouiez vous que
je vous garde de la reconnais-
sance pour un silence que vous
avez rellement gard, mais que
vous m'avez fait payer?
Et ce fut un sdi nce gnral
pendant lequel Nothk il ne
put se rendre compte suffisam-
ment ue la contusion de l'an-
citu HU..IHUI,
*
...voit que imdgte les travaux
eutiepus soi la rouie qui men
L**nm.iJ,iel.e-u si, itsqu un i
pJlltKt-n t IUI.1,1 |j| u Ul*i
ut < 1.-UU ui itfcUtlImn jt li >.
V liai uli.i, a\ii j
i C. S UfctfcUA 11. su
Ui
1
LIS l
a sv.
UuilcSoUAcUVUOUSUW iHLi
UesM issions.


PAaE-2
LE ||AT1N i:j Juin 1930
Une lettra de
Wr T.ur DorMnvilif-
Port-au-Piiace, 12 Juin 1030.
Mr le Directeur du journal
Li Vatin
Ko ville
Mon lu Confrre,
Ou 15 M ; s au 15 Mai cou
i. fai sn :' nu i" plan-Forbes,
Deux raiso is m'avaient dter
inn a agi] m.si : l'une tait '
d'ordre patriotique, faut; c.
(Tordre sentimental. j
1 Le plau loyalement ex-
cut me paraissait pouvoir
no is ami nef la libration
du territoire, en un temps re-
lativement ourt.
ht je sur-,, comme tout bon
Hatien, pour ia libration de
mon Pays, ni s conditions
humiliantes <| u i favorisent,
un jour quelconque, une non
velle intervention des Etats-
Unis, dans nos aflalres.
2 L'homme qui avait t
choisi comme candidat des
partis ( Homo et Opposition )
m'avait toujours affirm que.
par tradition, sa la m il le et la
mienne ail,dent de conserve
et la main dans la main, sui
le chemin tantt tacite, tantt
caillouteux de la vie.
Je pensais donc qu'il fallait
croire en la sagesse des politi-
ciens et qu'aucune ca mari lia
ne viendiait mconnatre les
intrts de hi Patrie, en crant
de I'aOITATIOM dans Je pays,
par la luptme violente de
l'tjNJON Sacri .
De bonne toi, je songeais
mme m'vader , quelque
temps, de la politique de
combat, an d'avoir le loisn
d'achever des livres, en pr-
paration.
Mais, voil que j'ai subite-
ment d(s craintes! lu scru-
pule me saisit: je me suis
tromp I.... Car, les voici, les
plaies qui rongent li chair de
la Nation: des RBPBSAILLE8;
des fantmes qui surgissent
des tnbres; des rbus lui
i mains i abandonns depuis
[longtemps, dans les coins des
dpartements; I'ostragisme,le
hideux ostracisme qui lait de
kooj, les ennemis les uns d i
tauties et qui rouvre le combat
jour l'hgmonie politique;
oubli des convenances;
Ion chasse les mieux doues
pomme on chasse une bte
mmonde! ) le leoieu* Dl
[es ; roraesa ; la vase du lias
bni i. lircil i su n e de Peau;
enfin. 11 Patrie en danger, en
pas d nve rient gi tvel
l'A alors, je sui renti (
pin; mnic J ai fait appe!
bes lorces: < Iles so< t vives ;
Ml' s sont : ; les; m i clii n-
[lr est vaste 11 > m (a
km posent savent qu -, dans
li mle, je suis toujours au
Iremier rang.
i Je n'assisterai pas, par cou
iequeut, impassible t cra-
sement des humbles qui
l'ont pas.com.m- voua st moi,
i [acuit de dtendre leur h
et te de penser, comme, pa.
pou silence, je n'aiderai pas
m monte des primaires,
[ussi, je vous pi ii de me per
ettre d'annonce i mes amis
s cin j dpartements de la
ftpubltque une j'ai drid de
e mettre a h tl d'un
.OUIMMI.M 1) IN II II.| | n | s
ma gnration et de dispu-
pied a pied, caillou par
Mou, le l'ays ceux qui
r leur i -aptitude, leur es-
it sectaire et leur haine des
pacils sont sur le point de
perdre dfinitivement
\>r des articles de presse,
Is tracts, les brochures, des
jeetings nous soulverons
pie de la Nation, nous le-
is voir celle ci la hidenr
l'acte qui s'accomplit < t.
[Time nous avons, chez
s, Ynergie, les lettres et]
sciences le sens pratique,
bonne foi et le sentiment du
|fr milieu: comme fous les
oralement assassiueaa.lous
sacrifis, les perscuts,
yrsla-lut politiques sont
fires, dans la commune
oution, nous ferons de
r cause notre cause nous
VOOS dr toutes nos ton
ager de mme
li et nous vaincionsl
i Simples entretiens
sur lu Bible
j N ic U avec plaisir
une plaquette de M. A. lackson,
, itltitttl'e ; Simples entretiens sur
1 la Bible.
Le sont des notices sur sa car-
rire de prdica'cur. Elles sont
pleines d'intrt < t nous en re-
toramendons vivement la lec-
ture ceuxque les questions
de religion intressent.
Noos remercions M. Jackson
du gracieux envoi qu'il nous a
luit de sa plaqueile.
o
L'ECHO
Le nurneio du 5 Juin de LE
cho le PorUda "'au, reproduit
les circulaires des .Ministres H.
Ilarati et Ernest Douyon, au su
jtt de la propagande tendant
taire croire aux paysans qu'il.*
i;c devaeint plus payer les laxt-
ur l'alcool et le tabac. On trou
ve aussi uue violente rponse
de Melle Louise Elise Tiphaine
in discours prononc par M
Emmanuel St-Amand.
o
Au Tribunal
de Cassation
Hier matin le Tribunal de Cas-
sation.seclions runies,a procd
I installation de Me Oies Lger,
Commissaire du Gouvernement
ft de Mes Montlerner Pierre et
Lebrun Cuvilly, Subsli uts prs
ce Haut Tribunal.
Aux paroles de bienvenue qui
leur ont t adresses isr MM.
Ernm. E'hert, Prsi (.. ifu
Iribunal, le O ,yp N*u et If
luge G.roule join ne r,. ,
ni du Parque) Mr 0 r.
Grand Caf
Sous celte enseigne lutnineust
un lis beau Cal vient de >. o .
vrir sur Ij Rue du Quai, uans I
mile qui logeit autrefois la mai
son de commerce de M. Fri-
rick Mevs.
Ce cal qui est dirig par son
propritaire M. Vincent Bunui
est p. omis a un grand aveuir, a
inse d'abord de sa position, e
ensuite du service impeccdbit
|ui s'y lait et de la varit des
boissons excellentes que l'ou
;eut y consommer. A I tage i
y a d'ailleurs un h liai d excel-
le.Ot, ce qui ne lait qu'augmenlei
s nombreux agrments qu.
l'en trouve dans cette maison
des plus accueillantes.
o
i* q
il' roui 'lu
joui o ; ne
uuiile.sier tous
, 'i i d
iiiauq HH
ses s, u i ,,, ni,
Hesouuelsa lemlio.i lam lu
lY.buuai que du Baireau e< du
l'ubnc.
M. Perne Sajous,
(annulai a la (lepiilAlioy
C'csi avec plaisir que oou<
ivons reu, en nos bureaux, M
Ferne Sajous, qui est venu noua
ne pari de sa candidature a t.,
pulation pour la circonscrip-
tion Saint Michel,La Marmelade.
M. Sajous est plein de jeunesse
et d'activit. Noua sommes assu-
rs qu il aura du succs dans u
campagne, d autant plus qu'il
jouit dans la rgion qu'il habit-
depuis plus de dix ans d'une
popularit qu'il doit lam se
manires amiables qu' sa gran-
de correction dans les allaires.
o
M.
Emile Marcelin,
Ministre a la Ha)SSf
Par le steamer Guantanatno
qui laissera For. au l'iuice k 17
< es mois, tin| pour Santiago
de Cuba, U o il se iiir gra on
mdialement a L> Havane,noire
aim Knnie Marcelin rcemment
nomm Miuistie lisidenl u Cu
ba.
M. Emile Marcelin a ppn
i m! long emps Consul Gnral
a la Nouvelle Orlans. Il est
donc de I ca ure. 11 a t
aussi dput do peuple, orist il
1er d'Etat, Chef de abine' et
Secrtaire d Etat
C'est, en outre, un de nos
illeurs hommes de lettres.
Joui dei mrament, il pubh *it
'ois Haiti Commerciale un ro-
man plein d'intrt sur la p-
riode indienne.
JNoqs sommes certains qu il
pistiliera la confiance que le
Gouvernement de la Rpublique
a place en lui.
Nous lui prsentons avec nos
voeux de bons voyages nos sou-
h lits les meilleurs dans ses nou
celles (onctions. Nous ne pou
vins laisser cette occasion de
i 'n,In- hommage son prd
weur \i. Pernand D mois qui
1 t a la h tut in de s i li h el
qai i reprsent notre pays .vit
le plus grand prestige.
Us kaiqucles Itiaas.-ur
d'huile IU>
Les camarades de M. Emile
Roy, ceux de la Compagnie
Electrique, de ia ompagnie du
Vliail et de La Masco, lui out
iftert, mardi son, uu bauquet.
occasion de sou dport pour
New Yoik, banquet auquel ils
avaieui.demande a notre Direc-
teur de prendre part.
inutile de dire que le menu
tait excellent, et les vins, de
hou, d suiti, tout simplement
Je rappeler que le dluer eut heu
chez Denis pour que l'on sache
jnii lut dlicieux.
Sollicite de prendre la parole
au champague, notre Directeur,
M.ulemeni Magioire s'acquilia de
ia l.he ns deiicait avec autant
ie bonne humeur que d'esprit,
ui-he qui lui aurait t plus ta-
cite, du-il,si son ami Emile Roy
uavaii pas choisi, en s'en allant,
d'eue le iils du Prsident de la
Rpublique, il n'importe. Si la i
poiiuque a ses exigences, 1 ami- '
ue, elle aussi, a les siennes, et le
lait de ne pas partager lou es les
ides d'un (jouveiuemeut ne
commaude pas de ne pas vou-
loir se trouver eu compagnie
e ceux qui le reprsentent ou
sont simplement lies ceux qui
eu loul partie. Nous, de celte
maison, nous savons distinguer
s idees.des personnes, et, nous
pouvons tout eu combattant
celle^-ia,ecuserver uooe es une
et aune amiti a cdles-ci.
Ce lut, en somme, une char-
mante sojie qui s acheva dans
i atmosphre ue camaraderie et
de CoruiMlite dans laquelle elle
avait dbut.
L'A d ni i n i si ra I i ou (lonnuiinale
du t.a|i n u en
Le Moniteu du 'J U te uao
punih l'ai t pre&id< n ie <|
i loi me la Uommissio i tJ i
oale du '.;tp lldiiien. Cetti
vel e rommission est eom i
de MM. Raymond Laroche,
siden', Roney Cheney et G u
Lecoips, me nbres.
Nos compl ment s.
mu
u
e
.i
AVIS
On trouvera bientt PImpri
merie elhomme le Recueil de
Lgislation Electorale de 1843
11)90, dit par Me Maurice
N'au, avocat et Nemours Tel
homme.
Triduiim
(Je Prires
Le Comit de l'Association Pa-,
tnotique des Femmes Hatien-!
ns invite tout le public pren '
die part un triduum de prires
qui aura heu les 13 14 et 15
juin courant de midi une lieu
re en l'ghge du Sacr-Cur de
l'urgeau pour la libration du
pays, triduum commenc dans
toute la Rpublique sous l'un
tialive de la filiale de la viile de
Jrmie.
Port-au-Prince, 11 juin 1930.
La Vice Prsidente,
Mme N. LLLSCA.
La Prsidente, Mme lJ. THOBY.
"" ! III>H H
ne
A vendre
Un li' dniant complet a
sommier al matelas. Aussi
voilure de bb. Les deux po.,
15 lolhirs.
phones: M-L 115 3.
Lieutenant P. MIAKE
U. S.M. C.
Paeot
Tout en vo-is
donner publicit a
de
pre ente.
L'oeuvre de la Franco
en Syrie
Au moment ou l'Algrie tl
avec elat les bienfaits de la ci-
vilisation franaise, il es! bon
de rappeler que ^cette influence
n'est pas moinsj favorable la
Syrie.
Depuis la lin de la guerre
mondia a, la France n n n
1 Syrii un norme effort . <-
nom que. La su erfleie des ler-
> s cuijtvi s- y -si p.ise de 1
iuiIIiou I20o0 a 1 million (iOo.
DIX) hectares, i^a seule rcolte
de coton s'esl leve de 800.U0U
kilos en 11)20, 3 millions 500.
(KM) en 1928. Le tonnage du port
de Beyrouth qui tait de 690 000
tonnes en 1920 a atteint 1 mil-
i 813 000 to mes en 15)28.
lie pari, le lseau routi
t considrable, ne ni d vlo;
rler des uvres d assis-
i.-ttomo. rA ....i. i.- i irier ns uvres d assis-
|e demeure votre bien de, < | lJUCc: e, dhy^,ne qu. fou le
l IWXI. Iv.,., Iplur. g and honueui a i .dmiuis
^UQ DORiiN VILLE- j u uou auaise. i
mu m ak
!

ASSURANCE
d qualit dans ses moindres dtails.
La noavelle Dodge Si v avec sa grande carro.ssetie conlo. table est un
exemple digue du mrite des belles qu ilits caractristiques par lesquelles
les automobiles Dodge ont toujours le notes Elle est expressive en
confort, provocante en beaut. Elle est spacieuse, silencieuse et garantie,
s, carrosserie dune seule pice en acier et 4 treins hydrauliques ces-
sion intrieure protges contre l'eau. Cest le phis>s prix auquel la
Dodge Brothers olre une Six au public.
. m

<*~. .
CHRYSLER MOTORS PRODUCT
*?* n S
'-Ji
346
KNEERS GARAGE
Distributeur
BUE PAVEE- IOftT.A-PRIN E (HATI)
t^llONE: 2318 2234.
N OUBLIEZ PAS
t1e leurs appareils. r F *jirn
C'est pourquoi ils exigent des lampes rceptrices Ph.
Arsne ^ "*"" N* <* ""e rputation u,,!
a grande rputation dont nos lampes r*aanh*teM
rf-o^rceu^^
VommmVTZiT* ^USachtUz 0U conslruise.
Noubiitz pas que j,s Janipt!. ltepllitts 1>h ,-
Demandez ces renseignement voire fournisseur.

PHILIPS HADIO.
, mum
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaenfs Gnraux


a
M VDh- ISJuiD 1930

'

lanjfe.-wmM
MILLER
Les NOUVEAUX PNEUS MLLEft Cenrerf o-/ie
lioad ( Ifoii/i la Route ) sont GARANTIS de dorer
pins que tout nuire Pneu de prix gal travaill aux
mmes conditions et sont MEILLEURS que les antres
Pneus aussi des derniers perfectionnements suivants :
lo) Li bnde dq pneu qui vient en con;ct avec la route est fabriqu* de
mme lorise que la route et s'adapte narfaitemenl et uniformment ell".
yue ce soit rits poids lourds ou lg joute, de sorte que son usure est uniforme el par consquent trs lente. Donc
usure ingale et par endroits est bannie, ce qui tait la csuse'caractcristique de
1 usure du pneu. *
centrai k*ntk ef l's parois fonl d'une seule pice. L bande va autour du pneu, lors les
ami se Pror,uis8ent les lentes et les flchissemerts sont limins et c'est finie pour tou-
jours la p,ur de tendre les jointures.
3o) La construction es! fuite Corde c Unitorra q.ii assure -.une flexibilit uniforme sur
fouus lei pallies, ce qui complte un pneu parfaitement quilibr. Ce pneu est fabriqu pour
rsista iiux heuris des boiduies des trol'oirs et des ornires et se remet des secousses sa
forme naturelle avec l'action rapide et vive du vrai caoutchouc, laissant la bande, les cts, le
talon et la carcasse de la Corde unillexe intacts et de toute sret. Ainsi donc la cause com-
mune de l'usuie interne est aussi limine.
Dpositaire:
J. KARAYANY
ANGLE GRAND'RUE & RUE PEROU
Cesl avec plaisir que nous ex-
trayons de L'Effort Littraire
tnt nous avons annonc der~
re ment la parution, la page
vante consacre l'artiste
kles Hraux :
innocence de
Hr Jules Hraux,
Violoniste.
C'est avec infiniment de plai
tr que nous avons appris la
aise en libert de notre musi-
cien national, malheureusement
impliqu dans une aflaire
Hpital.
Connaissant la haute valeur
Borale de l'artiste Jules ll-
reiux, nous n'avons jamais dou-
de. lui.
Notre confiance place en lu-
l'a pas t mise l'preuve de-
ris tantt quinze ans q M mus
connaissons.
H u t le proless u< de vio-
lon, ou de Piano de plu- d'une
utame de jeunes filles qui
(toutes ) nont jamais rien eu
plaindre de sa moralit. Cela
compte surtout d-ms notre rai
lieu o les amitis les plus pure-<
oui souvent pi of nies pi-r ceux
qui cherchent dispeiier la
grande famille Hatienne. Mr
dereaux a subi des mois de-
preuves qui au lieu de l'abattre
'ont fait que le rconforter. Il
nt sorti vain meur d'une lutte
o il tait le p us faible. 11 est
lliciter.
Que toutes les la nilles s unis-
eni pour rparer le tort qu'on
lui a tait Que toutes ses an-
Qu'il ail une abondante cli-
entle. Qu'il soit courageux, car
d ii y a pas de Bonheur sans
nuage .
Nous lui souhaitons un prompt
rtablissement dans ses a fia ires.
Le Peuple Hatien doit com-
prendre qu'un artiste de sa va-
leur ne doit pas prir. Au con-
traire, aidez le pour ta Paine et
nous attrons prouv que la
grande chane d'union i forme
par l'tiou et Dcssalines ) n est
pas hriM (nrrore maigre tous
les efforts des Philistins?
Hort-au Prince, Hati le 26
mai 1930.
Mlles A. D. A S. V.
Au Radio
Voici If irtfrsflaH du roacerl pu
sera eiecttU oe sair, I la Sta-
tion II. 11. h.
8.U0 p. in. Orchestre de la Mu
siquedu Palais. (Dirig parle
Lieut. Luc Jtan-liaptiste.)
1 lilory of ih^ trompeta,
Marche.
2 Salut d'Amour, Solo.
S. Nighl of Gladnsss, Valse.
4. Saine, FozTiol.
5. Hum y,
( K eouor, Pun'atsie.
7 C iprice, Mruigiv.
8 3U p. ni. Lecture par la l)i-
rec ion Gnrale des Travaux
Publics.
8.40 p m. Rcita: de piano par
M. Erfa Ti miner.
:u, ,, ,.,.. ,,,,,. t. Murmure des Bois.
ciennes lves reprennent leurs I Poie et Paysan.
eors I 8.5U p. m. Slections de vio-
lons el piano. Par les frres Du
roseau.
t. Aubade, Fantaisie
2. Roses et Mouches, Vilse.
3. L'idal trouv.
A propos
du Corps
Encnignanl
Un important
entretien
Il y a Port au Prince, aux
Cayes et d autres rgions une
panique propos de revota
tions projetes de membres du
Corps Enseignant,
Le prsident de l'Association
des membres du Corps Eusei
gnaut, sollicite par plusieurs, a
eu, a ce su|et, mercredi, 11 Juin,
un entieueu avec M le Secrtaire
d Etat de l'Instruction Publique.
M. Llii isson a rappel la loi
et le vu de I Association sur le
cas. il dsire que les fonctions
de i'Eiiseignciuent soient a la
bri des suipuses de la Politi-
que. Si uon, les assises de l'Eu-
seiguement seront fortement
branles.
M. Vieux a rpondu qu'il n'a
mutaient 1 ide U entreprend u
aucune rforme de personnes
l.ius 1 Enseignement, surtout
contrairement la loi. Cesbruits
sont sans fondement.
M. L. C. Liirisson a remer-
ci. Il a pri, avec succs. M. le
Ministre de rassurer les fonc-
tionnaires, surtout ceux de la
rgion des Cayes qui sont trs
alarms.
*
!,Voici le vu de l'Association
des membres du Corps Ensei-
gnant, vot la sance du 29
Dcembre dernier :
a Le Conseil d'Administration
de (Association des membres du
Corps Enseignant forme le voeu
que les fonctions de I Enseigne-
ment soient l'abri des surpri-
iYo^rqlflaTa,^ia''an8rh1rfim6li"t
la rvocation, soie t rgies par
un statut qui assure l'Indpen
dance et le prestige de l'Institu-
teur.
Extrait de l'Arrt du lOkoat
1020: La Direction Gnrale
de I Enseignement donnera soi
* vis sur l'application des peinrs
disciplinaires contre un mem-
bre du tforps Enseignant ou du
Corps Surveillant, aprs avoir
idaiis l'inculp prsenter sa
dfense soit par lettre soit de
*.ive voix.
M L. C. Lhrisson a rappel
le Vu et 1' \rrt au ministre.
Tous deux sont d accord. En-
trevue trs cordia'e.
Toutes les Polices
DELA
I
t
t
I
i W
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux
! Em'leioss$Co
s
NYRBA AIR LINKS
Luxe Confort Scurit Rapidit
la l'ns graade Couplai? tie inoiyalioii atlieaM
reliant le., deux Aainiqucs.
\ oyagez par nos appareils
'qui survolent toujours leur champ dalltrrissagc La m ta
De luxueux hydravions tout de rflUl avec ave ninioda-
ion- i*: r 22 passagera,
Sri>ice hebdunadaiie entic Miami jer.Bneaos Aire
Dp :tde Port-au-Prince: Pour Miami thaque Mercredi
(> heures a. m.
Dpart de Port-au-Prince : Pour Bueuos-Aire^
Chaque Vendredi 'lt. I:0|i.m.
PRIX
Port-au-Prince ^T Port-au-Prince
Santiago Or ""fil,00 Macoris, Et I). G. 2ti,00
Cieutuegos 115,00 Porto Rico 84,00
La Havane 118.00 St Thomas 85,00
Miami 157,00 St Lucie 172,00
5*/o .escompte sur les tickets aller-rttour'qui, sont
valables-,pour six mois.
Tous nos^hydrnvions sont munis d'un appareil de radio
metteur et transmetteur et d'un quipage de ciuq olliciers:
pilote. aide-pilote,mcauicien,oprateur de radio et steward.
Nous seions toujours heureux de vous fournir tous au-
tres renseignements que vous pourriez dsirer .au bureau
de la Compaguie :
NEW YORK, RIO & BUENOS-AIRBS UNE, INC.
Angle des Rues Utiles Drslurhes et Magasii de I hlai
Port-au Priice, Hati, l'hoie ;iii
Colombian Steamship
Company Inc.
Le steamer Martinique!, venaut de New York via [a [>ort*
du Nord est attendu ici le 15 du courant,Il partira If mme
jour pour Petit Gove. MiragoAne, Jrmie, Cayes et I irmel,
prenant fret et passagers.
Port-au-Prince, le 12 Juin 1030.
Colombian Steamship Company Inc.
GEBARA & Co, Agents.
Ia>* Mmttmmn
^
parce qu'ils sont moulus nver
un snin exceptionnel propres,
dlicats et purs.
CUITS SANS FEU-
AU MOULIN-PENDANT 19 HEURES
Flocons d\%voinb :i BADveng
_________________i___________________________________ZJ
A vendre
x-unama Rallroad
Stearnshlp Lin
Le steamer a Ancoa e-
attendu Port-au Prince, ve
nant de New-York ledimar.
'ch 15 juin 1930avec; 26 pas
isaers, 121 sacs de corre-
\ pon lance, et partira dans Pa-
iprfc-mHida mme jour di
rectement peur C.ristobal. Ca
Dtl Z>ue,prenant Irt et pas
sa^ers.
Port au Prince, le 12 Juin
1930.
.Us. H. C. VAN REED
Agent Gnral.
ti
Agents Gnraux

Plerinages
Notre-Dame
du Perptuel
Secours.
ANNE 19SO.
Lundi 11) Jun 7 heur- s rr\:
Kcoles.losc; h Cour ois. H Imour
Lpu e. Caroline Ch iuveiu4
i Thophile Martin, St Antoine,
I PapdleA de St-Aotoiue ri (la
m'ile Bruno
Mi di 17 Juin 7 heoies a.m :
Penvonnat du Sacr-Cur ( Si-
Jos ph ). Soir 4 heure 30 :
Co: eg>- Louverture, J IJ. Ga-
rnie". Institut Tippenhauer, Ins-
titut Moderne.
Mercredi 18.Juin 7 hs.a.rri.:
Exh'M.atSte Rose de Lima, Eco-
les Mre Louise et Mre Eusto
chie.
Vendiedi 20 hi-n i 7 h. a.ai.:
Institution St-'.ouis de Gooza-
gue.
Samedi 21 Jnin 7 hrea. a m.:
Petit Smina:rc Collge St-Msr-
tiel.
LlM\NCHE22jJuio... Ftede
Noue.Dame d" Perptuel -S*--
co.n s. M *"- b-isses : 5 h. et
tt h Umod eaae : a 7 h 30.
Vpres et Procession : 4 h 30.
Lundi 23 Juin 7 hrs e. m :
E 1 ba.30: '..) Ndonu:!.
Avis trs important
L Giviisiuden croit u. a-
snire de faire savoir qu' BO
dbitr plus son AK U)' au
Lara la cooflaerli du Lt
Protgez v itre sant en re
fusant toute fau>^e imitation.
A trs bon compte, cash on
termes, un lot de ustensiles
Dermatvpe ) oour aUmto-
rnoh Edlson-D'ck. s'adresser
\ l'Ecole Spcial:,- de Stno-
Dactylogr-phie Angle des
tues des Miracles el du ".cu-
re, port au mince, H.iiti
Empchez
que
votre teint se fltris
rtmpigiMA (|pn''ale
Tra.is.ill Hjliquf
Le l'eamer Cariraarei de
retour dos portf du Sud et de
Siotiago de Cuba sera i;i
diumnche le courant.
Il npai tia d ms la s itre
pour le llavre.via l'aerlo Plata
et Sjii Jaan de PJL
Fort BU-priuoa,ie 12 Juin 1990
E ROBElIM ocCo,Agento
Le Purgatif idal
IWEJWT!
47, ft-* lu Faub. tt-lhitit, Ptnt \
fmtila Ir.r Wt,
N* r [ eik ac frovc jamais & digat. |
! !!f %', iM\t pas U r/j-ia.
. .d* a uwtc uciac perV: : \tai. J
j t M r -J, m caatctpwri, r.- i chrt. j
. ( rotamn. lia nw-
i > Ul'TTVK. i muW
Conservez votre teint
frais et beau.
Les tches de rousseur, le
hle, les boutons, les pointe
noirs, les tches du loic, et
toutes loi fltrissures similai'
res qui dparent votre beau
teint naturel peuvent tre en-
leves par Potage de
Ukxelenlo
Pommade de la paau
III a t soigneu>ement prou-
v et essay! Il est un on-
: cuent mdicamenteux scienti
fique partait sans danger et
!d'un usage tacilf.
Easaye-le vous serec sa
tiafaitdeses rsultats.
En vente chez tous les dro-
guistes. Pour 0.50 ceuiimes
seulement, il eau expdi ds
rception ds prix.
Esrivep pour avoir un cho v
Iloo grauit tt le livre aV
conseils pour la but.
EaE tM< J >NL
COMPANY
ATLANTA. GLORGIA U.S.A.
Agents Jt.uiuKde pour tous
pays.
Ecrivexpour renseignemauts*
i
I
;


*
^


^s
Vendredi
13 Juin 1930
Le Malin
4 PAGES
24eme'ANNEE N'6/16
r ort-au-Prince
Tlphone : 2242

i


-
.^.fc


-\

!* ...**.***
. f A ^

I^V, :, / V 4-y
o

: s s*

r.
;
4.2. *^< Sa '- ^
AL j
relu, fakvt le j
.-. licutationt I
"ipiit les artres
et vita l'ubcsit.
Mni'nMrV- l'ocCMkMI ' pOUHK'n KigUCI U.ui.. 1(1 Il ll*i
plTil ^ "' i*' '' ',,'r.-
f'lirux. comme les
Mtleylatet, lira rtfi rlTi'l rinn-
urtvui, i.-i '.;..!;!.'.. ; irltaW. ii
rdciit((..... .:'...'' >'.
i ..... I|NIM'<
II.' Ml ' I" M il" I I ii. I. '.''.
.. i. I |i-i['(' ii>
11' -
. ' \' -, .
,*l .*, I I .1 I
. \ . -
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
tl9. Ru Ssinl -An loin*
PARIS
C'EST I.E MEILLEUR
DES PURGATIFS
JPOSMP-ATJ-IR.IJCS:
Ale.MCTRUS; Phrnrie ALBERTINI
Phnrmacie du D' Jmtta VIARU
rouf / bonrir, Phnrmac/c.
iMUSUKtNKCSRn -..;cr. -s:-: -" ac- >r j~*wm*
ALUMINUM UNE
Le Pass Le Prsont
L'Avenir. >
Dpart rgnlfer de New -Orlans et (Je Mobile
pour Port-au-Prince.
Dt \i w-Orlans
Juin
L'1 Juin
De Mobile
1) Juin
2;Ui..u
Ce J i Juin 1930.
A- de MATTPIS & Go, Agents
On trouvera cet ouvrage
I de Mr Pie -e Antoine an prix
, de Deux gourdes la Maison
Attendu Port au Prince. Verte, rue Pave; Aux Armes
16 Juin il,e Paris chcz Bcnoit Cassus
30 Juin cn *ace ^e H?1 AogOif, rue
Pave et la Pharmacie Com-
merciale, Grand'Rue.
L'Inspection Scolaire rap- i
pelle aux intresss que le
Registre d'inscription en vue
des examens du Certificat
d'Etudes primaires est ou-
verte partir de cette date
pour tre terme le 20 Juin
courant. L'examen aura lieu
le 23 juin. La prsentation
de l'acte de naissance est
obligatoire.
Port-au-Prince, le 5 juin 1930
Lait garanti
On offre du lait garanti pur
pour Bbs, convalescents et
personnes, malades. S adresser
au No 510 de la rue Dants
De-touches pai ir du 15 de ce
moi.
Port au-Prince, le 2 Juin 1920
Accessoes dautomobiles
Ru rerou, |ci lovant <*es Hiracesl.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
Tlphone : 3454
BAR TERMINUS
F lace Dessalines
Caf chic, Restaurant
de premier choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plus d-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
RAFLE
IWmIimiv fcr~5 FORD nenvcsJHodlc 1930
AUTORISEE PAR M' LE PRFET DEjPORT-AU-PRINCE.
8:>0 Bltels
1 LOT
CABRIOLET WITH
FENDERS- WELL
2me LOT :
TUDOR SEDAN
3 Dollars le Billet
.

Pour permettre tous d'avoir une Superl>eet Luxueuse Automobile FORD
march, nous avons pens cette Rafle consistant en DEUX LOTS :
1er LOT: Une.Su,>!. e Voilure FORD CABRIOLKT. 2 places avant e. 2 places lanire, capote convertible. 2 pneus de Rechange sur le ailes avan. HFHn.pr ,
2mc LOI : Une Lusuei.se Limousine i TUDOR SF.I) IN t deux portes. Coniort et Suspension remarquables DEKNIER CM-
Le tirage se fera ds que les Billets seront vendus.
9
Le liraqe sera fait oar des personnes prises dans le Public.
Essavez votre chance en prenant votre billet aujourd'hui mme
Les Billets sont vendus en Province chc tous les Aqentsde FORD
A Port-au-Prince, passez la
. HAITIAN MOTORS S A
GRAND'RUE TLPHONE : 2379.
bon


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs