Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04027
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 7, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04027

Full Text

;iment Maglore
DIRECTEUR
368, RUE AMERICAINE 135H
TELEPHONE N2242
j4eme ANNEt N 6712
Arec wMmpi^ti prend qiHv
ob s'ebsrrve 4 mais, prs fo amK
on se laiMf aller ri tante llhrrf,
Birarl I humeur, la satina nsil
stM minus ; e'esl ainsi que neaa
lilessons |iii:s letual aa* ianlrr*
< eu\ que nous <|irihseus le nrnv
IdHIU.
-+-
FORT -U-PR1;\CK(Ha ! |
LUNDI 9 JUIN l30
Les Etats-Unis d'Europe
oa
l proposition de M. Aris-
! Briand counue dsoimais
dos le nom des c Etats-Unis
jfgaroj'e a t accueillie
puitoisement, mais sans en-
jioosiasrae, dans les milieux
r ciels europens. On peut
[ftgretter. Ou doit le cons-
liler nanmoins. La presse
inaise, de son ct n'est
mon plus trs emballe.
enVst point par hasard,
irait-il, que M. Aristide
Jriand a publi son memo-
sodum le 17 mai. C'est le
or mme, crit M. Jules
inerwein dans le Matin ,
la remise des titres de la
Jette allemande la Banque
Internationale dclenche ofli-
bellement l'vacuation rh-
ipe et o le problme de li-
aidation de la guerre se trou-
ve ainsi achev; c'est ce jour
nie M. Briaud a choisi pour
pire un pas dcisif en vue de
reconstruction de l'Euro-
C'est ce jour aussi, malheu-
eusement, que M- Mussoliui
hoisi pour prononcer,
lorence un nouveau discours
lans lequel il a dclare :
es paroles sont une bille
lebose mais les mitrailleuses,
Bavions, les navires, les ca-
lons sont des choses encore
fin belles .
En parlant ainsi, M. Musso-
lini ne rpondait pas au m-
morandum de M- Briand, qu'il
connaissait pas encore, du
moins ofliciellemeut. Le ha-
>rd veut cependant que son
tocours ait en l'air d'une r-
r*st. certes, nul ne repro-
caera M Briand de n'avoir
tac la Fdration euro-
penne qu'il cuvi-aga qu'un
lidre assez vague. Ou ne sau
toit s'attendre qu'un projet
wssi vaste sortt tout arm
w plutt dsarm d'un
cerveau huraain.et, pour notre
t. tout en constatant que
suggestion de M. briand re-
tient louder uue Socit des
ions europenne, donnant
entendre par l que la Sa
desN .lions n'a pas tenu
* qnt lun attendait d'il e,
nous sommes volouti. rs dis-
poses ne pas nous appesau -
tir sur les objections inulti
pies que soulev le mmo-
randum.
Mais, en dehors du c e
technique, il est une question
que l'on ne peut s'empcher
dposer: c'est celle de Pop-
po tunit. Pour fonder un
groupement quelconque, il
mut tre plusieurs, et mm .
vo,ons, daos ie at actuel di
l'Europe, que M. Briand us-
que fort de rester seul, btus
mm parler du gouverne-
ment italien, les pieinins
commeulaires de presse uiun-
t eut que le projet de Fedeia
tion europenne rencontre eu
Urande-bretague un accueil
iionitiuenl poli, tandis que
celte tiouleur, en Allemagne,
ne se tempre pas toujours de
politesse.
On dira qu'il ne faut pas at-
tacher trop d'importance ce
que diseut les natioualistes
ailemands.qui ne reprsentent
qu'une minorit. Peut tre. !i
n'en reste pas moins -pie cette
minorit est actuellement au
'ji'Voir et que. sous l'gide
le M. TreviraauSf elle enirt-
| end une politique qui se
ladtiil par la constiuctiou de
il iv res de guerre et par uue
linge acti u de soutien et de
ptobagande en faveur des pio
sinces balliques, une poti-
que dont ou ne saurait dire
qu'elle soit sans danger ni
qu'elle contribue l'apaise
nient de l'Europe.
M. Briaud veut subordou-
ner le tacteur conomique au
facteur politique. Mais il ne
Siurai' y avoir d'action poli-
j tique homogne, tendant la
ralisation dune communau-
t europenne, avant que la
situation actuelle du conli
nent soit stabilise. L'est-elle?
A cette question, les vne-
ments d'iialie, lesvnemi n's
tl Aliemague, ceux de Russie
et ceux des Balkans se char-
Kent de rpondre. Ai tendons
nous, en consquence, que le
projet d? Fdra'ion euro
' peeu e. ap*s avoir fait en
1er dis flo s d ncr soii. I. i
aussi, rout dans le lin-eu di
pou pre dont parle Renan.
LITRE DE FRV\LE
Les avantages du Plan
Voutig pour l'Allemagne
;.
0 s-Jii de que' poids Hinden-
wg a J peser dans la b-dan
**. pour entraner le vo'h p**r le
Jeichsiaj du Flan des Experts.
ourlaiil.si Son examine de prs !
** dispositions de ce Plan, il j
test pas possiole de n'tre pas
Wrpris du peu d'enthousi sine \
jft'a provoqu de ce ct du
Rhin leur ratification.
Une glissade rapide a t laite
ir la pente de nos concessions,
Jjuand nous avons accept, le
septembre 1928, de discuter
**ec notre ex-ennemie,le chiflre
notre crance et l'vacuation
Dticipe de la Rhnanie. Les
jMmands qui n'avaient jamais
Invits jusqu alors code-
ur directement avec les Al
's. ssr Je telles bases-, voi.u!
g4'* tait leur dette rdu.'e 5
Pratitliards au lieu des 132 mil
arrts par la Commitsioa
l Rparations. Ils obtiennent
n ouire une augmenln'ion de
dure de rpsrti'ion le cette
"J*, puisqu'aux 17 annuits
fft'ues dans le mmo anduin
P''niitif des Allis.lePlan Youn\
*gWe 37 annuits.
ko second lieu, il n'est pas
*m importance pour les Aile
gindsque Mayence soit vacue
'30 juin et que les Allis sien
Jjnc toute mesure de co-
chon en cas de tnauquemenl
Je 'or dbitrice ; la libert
J^tion qu'invoquait-li. r-
9tP.4avat las Chambras ae
pi ir.': ni plus sp comprendre
aux termes de ce lan comme
nu recours po'e anx sanc
licmi po'itiques prvues par le
Trait de Versuilles.
D'ailleurs, la Commission des
Rparations dans laquelle I \l-
leinagne ne sigeait pas, et qui
avait pour prrogatives de con-
trler et de diriger l'accomplis-
semeat des obligations alleman-
des, est sunprime; or on sait
que cette Commission pouvait
c ontraindre l'Allemagne par
tous les moyens, au besoin m
me par la force. Celte suppres
don est significative. C'est le
cas de rpu-r que le flan
Young ne cre que des obliga-
tions sans sanctions.
Un examen approlondi de la
n dure de la dette allemande,
nous conduirait de mm pen-
ser que le Plan Young n'est la-
vorabl qu' l'Allemagne. Noire
crance tait, aux termes des
accords antrieurs aux accords
de Paris, exigible intgralement
.n capital. Or la de te alleman-
i est aujourd'hui divise en
dcux Ira h '""e est candi-
tionnetle ou obliga'oire,
conditions:Me ou exit;>b'e
lement dans h mesure ou
dettes interallies a araieut
elles mmes : ce qui n'emp lie
pas dViil'Uis les dettes i
lies de la France, d i< 1er
sensib emeni l'annuit al!.-man-
da prvue dans la tranche con-
Ligue
de Contrle
Electoral
Sous ce titre il vient de se
fonder le 2 de ce mois Poil-
an-Prince, une association r il
entre beaucoup de licencis tu
droit et d'avocats militants dont
l'objet sera de contrler l'excu-
tion de la piocha ne loi lecto-
rale ainsi q>te les activits ke
totales des candidats la dpu-
taiion.au Snat et la Prsidence
de la R iMiblique.de signaler
les traudes et I. s abus qm lui se-
ront dnoncs de tous les points
du Pys, au cours de h pro-
chaine priode lectorale cl d'en
r- clamer le redressement, par
tous les moyens possibles.
Cette Ligue de contrle lec-
toral aura des filiales et des re-
prsentants en province qui se-
ront choisis par le Prsident du
Comit ci-n n-1 qu<,comme nous
l'avons laiss entendre plus
haut, sigera Port-au-Pr nce.
Voici la composition du Con-
seil de direction : Clment A.
Coicou, Prsident; Antoine Rer-
vin, Vice-i'usid.ei; Abebrd S">-
lav. Secrtaire Gnral, Joseph
S. Sllomon T '-<.orii-.; M VI. Du
pr Pratt, Rester R ci.e, Louis
Vlicbaud. Vlainiee Alvaux et
Isnard Raymond, Consediers.
C bat une exellenle ide et
nous sommes certains qu'au
cours de la priode lectorale
piochaine.cetle Ligue rendra de
vrais services tant aux candidats
qu' la co'lectivit.
Le Monde
MARIAGE.Le 5 juilht pro-
ih drale, 5 heures et demie p. m.
le mariage de Mademoiselle Fna
Pieire-Nol, fille de Mr el Mme
Va Agira rd Pierre-Nol, avec
Monsieur Joseph Haig.
tmh meilleurs voeux de bon-
heur aux tulurs poux.
diiionnelle.Rt qui mieuxesl :cette
: tranche conditionnelle peut,sous
certainesrservesqu'ilser^i' tiop
long d'enumrer ici, bnficier
d'un doub'" moratoire.stl cas o
l'APemag'n pr< leo ia n i s
transiils u.tn 'en ta s bit
du maik; el ceci s ns q e I s
Allis aient d'aulie pottvou que
celui de nommer un comit de
caractre strictement consulta-
tif, charg d'examiner In situa
tion ionomique du Reich sans
rien de plus.
3ur h moihnt dts annui es
clitsn.mes. on peu' tuesuir
1 s avan'.-gs ont l'A'l magne
lin de ltu< noi velle valuation
le maximum di-s annuits Young
qm doit tre atteint en 1905
l%(i. avec 2 428 millions, lanl
encore intrieur aux Bonuit'a
niiniina l) v s, qui 'aient de
2.500 millions de mak.
Tous ces avantage se ddul
sent du caractre commercial
co itr notre crance : l'Alle-
magne n'est plus dbitrice d'un
Fat. mais de simples pirticu-
i liers : c'est dire qu'un chec des
'placements des ob'igtions
Young, ne la gner dt pas beau-
i coup ; d y a d'ailleurs eu un
prcdent : les obligalip s Da-
wes ne turent jamais places et
cela pour certaines raisons dont
, on ne peut pas dire quelles
aien1 disparu totalement : la si-
tuadon cono nique et finar-
cire du Re.ch est elle en m<-
! sure d'a'tirer les capitaux ? La
' mfiance nullement voile des
F'ats-Unis ne constitue t-elle
point un obstacle au succs de
' ces placements ? L'avnement
j au pouvoir dun gouvernement
nationaliste allemand est-d de
nature tacHi er cette mission?
Et si tant de nobles p;ojetsde-
) valent aboutir un < hec.est ce
bien I Allemagne qui en pti-
rait ?
Po I, il s'est trouv une
plus loi le majorit dans les
Ch ni.' rs ,T-flPHise8 pour voter
5 idi-s, qu ..u H. i( h
! pour en accep er in benei
Li ,-s)\ i >'ogie tes peuples et
bien ddtieile pne'
Paiis, Mai 1930
Cb. R:
N^f'!!^




-
q
Poupes de Sillon
(.oussins
Abal-jour

Grand choix de fournitures, gland t .
f anges, dentelles d'or assortineal de ga-
lons Lam dentelle argent etc...|
:
Wl
Vous t.uiivtr-/ l dernier cri de Paris
a des prix 1res m< drs.
Prendie adresse au MATIN.
Tlphone :2267;
- .
Accessoii es ({automobiles
Ru *erou, |cl luvant t'es Mlracesl.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
ete. etc.
Tlphone : 3454
ra**^o, - .
Un nouvel
Htel
A Pox't au Prince.
Il y aura bient: Porl -ni-
Piote, u-.i nouvel H(V I 1' sera
s jus doute le plus conlortabh Il
s^ r"a in.st.iil dans la h de Peu de-Chose, o habita M
Grbss, l'ancien Clrr ge. d'Art iir- s
des Etals Unis d Amriq 1e. qni
laissa un si agrable souvenir
parmi nous.
I s'app II r.iSp'tniid ]0 el
t et aura 12 chambres, are;,
spuiMaes, avec vue sur le plus
beau dis jardin, ei sur toute \t
rade tl luue la plaine. Il y aura
aussi a\i bar el un resiauiant et
ce qui lera dfinitivement la for
tune de cet 116 el, c'est qu'on y
organiser,! au h'd.^sui' h i
que j -udi de ."> 7 heures dU
soir. Les dames et les j unes
filles de notre socit qui dses-
: praient d : ne pas avo.r un en-
droit lgant OU s'amusi r aine-
ment, von r aatlatailes. Cha-
que jeudi, elles pourront trou-
ver un salo i o 1 on cause et o
l'on danse m son d'un j /./. do il
on nous du.i des nouvelles lors
qu on l'aura entendu.
L'iuaugmaiion de cet Htel se
I: i a le mjidi 10 Juin cotant
dani l'apis-midi.
Avec sa situation qui esl mer-
veilleusr, la beau et la somp-
tuosi' de son local qui est
pourvu de lout la cord'o t mo-
derne, cet htel sera certaine-
ment trs touru, d'autant p'us
que ceux qui sont chargs de
son aduiinisliatioii sont des gens
de got.
L pilogue
de l'affair
Lebaudy
Paris, 27 mai. La re'entis-
saute affaire le la succession
de Licquis Lebaudy, IKuipe-
reur du S.ihira , vient d avoir
.son pi ogue
Sj uiie.Jicqueline,vient d'en-
ta > r une aciion en divorce
coi Ire son mari, |\og rSudie.iu,
qu'elle avait pous apns le r
gi ment de la succession,
M Sudreau et son pre, qui
exeraient la profession de d-
tectives privs, avaient aid Mme
Lebaudy et sa fille a entrer en
possession de l'immense futu-
n&A la suite de ce succs Mme
Lebaudy mre pousa M Su-
drem ("re, et Mile Lebau-
uy louvola en justes noces avec
Suireau (ils.
L'uflaire de la B'iccession t^e-
baudy date de liil'.t poque
laquelle MmeL baudy tua son
mari d'un coup de revolver,
Weslbury, New Yo k,
Jacques Lebaudy laissa une
succession value cent mil-
lions de francs. La comtesse de
l'ls, une de ses surs, et Hn-
berl Leba idy, son lria rcia-
mreni eu partage tous les biens
du dfunt en France.
Jacjues Lebaudy, qui avait
hrit le son pre une loi lune
de 200 uni lions de francs ton-
na- el amusa le monde en-
tier par son projet grandiose
de transformer te Sahara i n un
empiredoul il aurait t le sou-
verain.
ndfol Rhum
S 28 annes dv succs

i
... a vu dan. un de" no gn n '
c.i\c> du Bord de\ er.'.uulqura
ho'i'm'-s mrs i esl une sim-
ple question d'ge qui vo-
quaient les jours nrolqi es d'au-
lr rois Chacun des qurlre con-
taii un vnemei t Biiqui I il avait
pris part, et dans iri voix on
sentait passter la brisure dun
rend regret E< dans I s verres
les boi'S'iis semldoiint a'i n-
nuy. rel Nonu Lu .Itendiitle
momei t o d'un ge i< trop lar-
ge un d< conli n-s | at l'un dff
grogs.
... a vu une petite paysanne
de dix ans au pu;, descendra
de &a burriqne el prendre du
sac d paille un grai d bidon de
lait. Klle se p'aa au beau mi-
lieu de 'a rue al la elle prit une
bouteille el se mit la remplir
d'un lait crmeux el pais.
Les autos passaient, raflaient
Feu fa n*, la bourrique el le bi-
)on de lad. Hygine d estnble,
car d i.s le lait tombai! toute la
poussire que soulevait le pat*
sage rapide el brnyonl des voi-
tures.
t

... a vu, dans un ll< - tte d-
licieux et louchant, deux bons-
hommes qui se disaient J s i ho-
gis certainement ;,iit i.di issao-
iis, car ils avaient dis L.nun
presque aux yt i.x.
Ce sont les deuK d. inieis
lvoqus, murmura un pnssan1.
.. a vu, samedi malin,sous ta
galerie de l'ancienne huile Siui-
uiond une feuirne qni, assise a
mme les briques, epiuchait a
coup de maehelte des cocos.
Les fruits taient nombreux f
leur belle p fuie verle volair
sous les coups, et tombait dans
la rue, et cela, la grande joie
des gosses qui statioinvlient pour
admuer l'agilit del femme,et
a grande slupi faction despta*
santsqui ted< mandelenl si vrai-
ment d tait possible de con-
tribuir ainsi a la sale' d'une
rue aussi frquente sans avoir
rien dmler avec la Police.

... a vu vendredi a une heure
quatre conseillera d'Eal nou-
veaux qui l'taient, par un grand
djeuner, leur arrive au Grand
Corps. A la fin du djeuner,ils pe
runiienl d'autres camarades
diee tables voisines el tous, ils
taient peu pi es une douzai-
ne, se mii cm & sabler ducham-
pagne, lout eu disant des mots
d'esqnil (l e.i luisant lorce ca-
lembours dont le plus
norubri s< niait l'huile ...
grand

.. a vi. un l'ilit jeune lu mine
qui avait l'air de ne pas com-
prendre le petit billet adress
au temps par un abonn et o
un nouveau Conseiller d'Etat,
sans doute, aigrement tou-
ch de s'entendre appel trap-
piste par le Nouvelliste, asur-
i mun; .ses directeurs et colla-
borateur 'attrapisles. Qui donc
se chargera d'expliquer au petit
bonhomme ce que cela veut
dire?

... a vu un homme velu de
noir qui circulait avec, sous h'
bras droit, un lourd paquet d|
journaux et d'autres papiers qui
doivent lui servir & crire une.
brochure. Comme cet homme
Set exhubiant de ges:es ei
de pin oies, comme presque tous
les hommes sim en s, et qu'avec
son accoutrent-m do guedv, le
mot est de lui, on pocirait, ta-
i.Ii nent, lepmdre rouf uu
l. u, un ramer-de 11 i le voyait
pester,! appela et , m oie ment,
hra ue dessous -un bras Isa
joui eaux et le- papiers, en fit
u.. paquet, la !ui tendit. La
, . .. me changea
l, i -,,. ,i I i.' ait plus
1,1: k' 'i > oi Il.bluit, U1LIS
! a une un
c d tiuuts qui a v an ii. mas-
se dk Uoi.uu.enls pour un tra-
va dj tels.


PAGE-2
le Matin- 9 juin 1930
Les dents
de nos iils
iSous publions, ci aprs, ce Iras
suggestif bulletin que nous aex-
pcdi le Directeur Gnerul du
Service National d hygta Fu
bUqut. het mires de famille uu
ront interit lire tl a mditer
cette page et surtout mettre
en prutiqu*: les judicieux con-
seils qu elle contient,
Ce que Kilt! les mres dnrairut
,aoir au sujet des Ucnls le leur>
euUuh
Ellessont nombreuses les tem-
mes qui ngligent leurs dent et
igooient aussi les besoins de
celles de leurs entants.La nature
tait tomber les dents du bebe,
prtendent-elles, pourquoi l'en
occuper ? Celte ide nave.qu
les dnis malade des entants ne
requirent pas 1 attention dis
parenls occasionne un tort im-
mense leur sant.
Les peines poches de pus qui
entourent parfois leurs dents Ue
terminent les loyers d'infection
identiques ceux qu'on truuvt
chez les adultes.
Il est maintenant reconnu qu
les troubi's cardiaques exisieni
souvent chef les entants.
Les spcialistes de maladie:-*
de l'enlauce croient que les dou -
leurs u niveau des ailiculaiions
sont causes par des infecUon*
loignes. Les bactries des d.MB
malades pussent dans le sang,
puis dans les viscres et minent
ainsi le systme gnral de loi-
ganisme.
Un autre lait lamentable es
la leon inconsciente d'agir dts
parems qui, aprs avoir nglige
la bouche de leur entants, r-
clament l'extraction de leurs
dents malades.Eu gnerai, ils ne
compiennenl pas que les dents
de 1 euiant moulant la guid
sur les positions que |dOlveni
prendn* colles de 1 adulte, et
quelles permettant n la deuxi
me denliuon d'occuper une pla-
ce normale dans 1 arcade den-
taire. Quand les dents peruia
nentes tout ruption dans u.
vide par la chute prcoce de
temporaires, e les tournent, se
tordent et s inclinent de mani
re a trouver une place dans 1 ar
cada. Les lvres en s ouvrant au
heu le montrer une ligue inin-
terrompue de perles blanches,
laissent voir une range de dni
dtoruiesel altres.
L'extraction prmature et
inopportune des dents n est pas
la seule cause de mallormatiou
des mchoires. On constat*
chez les entants qui ont une
mchoire trop peine ou trop
grosse, ou chez, qui ta muchoiie
intrieure rentra ou avance di
trop, uue mastication anormale
et un visage peu esthtique. Ce
cas dpendent souvent de l'h-
rdit : la petite mchoire pro-
vient d'une ligne encestrale ei
la grosse t'uue autre absolu
ment dillerente.
L'art dentaire moderne gro
a la spci due comme sou U
nom u orthodontie permet di
rgulariseras arcades dentaire
ta amenant les dents lentement,
une par un-, dans leur position
normale.
L'aligne tient dl ctueui det
dents d soit aux estractiou
Sremaiures, soit rueredit
oit tre su.s retard l objet di
soins particuliers du dentiste,
avant mme que l'entant dpasse
l'ge de II ans.
Il n'est pas bon de tenter las
corrections dentaires aprs l a-
ge de 21 ans, car le tissu osseux
est alors trop dense et les alvo-
les devit nnent trop rigides.
H est malheureux aussi de
constater le peu d'atkutiou
qu'on accorde aux molaires de li
BAa; l'orthodontie peut restaurer
U Jonction cl corriger la posi-
tion des dents en tortion, mais
une dent permanente extraite
ne peut jamais ire remplace
avantageusement. Les dni > ar
tificiehes, bien que poln i el
minutieusement taconnees,oonl
Fumisterie d'tudiants
lie cause un s-cs le rire au Seost
W A8HINGT0N, 2 juin. Le
vice-presideui Cuitis n'a pas at<
le dernier rire lorsqu'on a lu
au Snat un article de journa;
racontant que M. Cnrtis et d'au-
tres leaders rpublicains a-
vaient rpondu srieusement a
des letues o on les invitai
a uu dner en l'honneur du
certain Hugo N. Fiye qui na
i mai'. eXiS' k,
t le snateur llarrison qui
a tait ceiie lecture, lieu ressort
que.des eiudiantsde Cornell om
invit des polilicieu rpubli-
cains ce dner, pour houorei
,a mmoire de ce rrye,;uu de3
tondaieurs du parti republicaiu
Plusieurs snateurs oni rpou
du en taisant un pompeux loge
Je ce mystique personuage, no
amment le vice-prsident Cur
is. Celui-ci a d abord souri d'un
air contraint,mais il a pris pari
enfin l'clat de rire gnerai.
Le snateur liarrisou a tan
observer que Hugo N. Frye
cest-a-dire uYougo and hy
.nat un nom qu, conveuail .
une organisation republicaim
a You go and II y se U ad un ai
u Ira oyais par : Allez vou
aire 1'...,)
Le snateur Davis, le snateu.
.irumiy et le reprsentant Kun
'iaii avaient aussi crit des lei
i es clbrant les mentes du Hu
,;o N. Frye.
uea droits de douane
aux fZtatasUnis
WASHINGTON, 2 juin La
lipariemeni dhiat a reu plu.
u Uiii uiotestationa et uitorni.--
itons .sur le piojet de tard dou
uerveuanlde plus dea3U nation*
iraiigres; elles ont t env
yees a la commission suatonah
les finance.
La majorit vient d'organis
tOttl com nerciales ei de pio
moteurs trangers. (Juelqut
proteatationa ont el adresse
cependant par des gouverne-
mental
i^es communications remon
eut au mois de mars 1929 mai
plusienraont irecuesce moi
ci.
Les membres de la confrence
du Congis sur le tant se reu
iiiroul demain pour cherche i
une formule de la clause d
u flexibilit inattaquable dau-
,.i rdaction.
l'en apeicoive, et les fflre>
domines par l'ide que ce soi
les dents temporaires qui n'exi
gant aucuue ailenlion, permei-
iit la carie de se deveio,/-
par proloudement. E c'esl aiu
jue bon inmio.e d'entant, ai
ebut de la vie, commencent u
perdre des deuls qui leur son
pouriaiii indispensables poui
tout le reste de leur existent, i
parce que ncessaire la dige-
tiou et a la beaut du visage.
L extraction de la premier*
inoiaire permanente desequili
bre ou\im i o. eik.is.oii iioi m.i-
,le toutes les autres dents : II
Uni oppose celle qui a e..
ilraite s'allonge* tend a occu
per l'espace amsi cr^ et resu
eu dehors de l'alignement. D
Cette taotti des vides laisse
enlre les dents servent de rcep-
aolc au* dbris alimentaires.
L'indo plue oalme
A Uuuytuiu ecpeutiaat I sytlatiou
CDullUUC
BOMBAY, 2 |um. L Inde a
t plus calme aujourd'hui, a-
ri >> les colhsionssanglantes qui
viennent de se produire dans
quatre grandes villes, avec un
bilan de 82 morts et plus de 800
blesss.
A Hangoun cependant, o eut
lieu ces jours derniers une v-
ritable bataille entre grvistes
el nou-grevistes, la police a tir
sur un groupe de musulmans
qui a eu 2 tues.
liombay est dans un tat nor-
mol.
A Dharasana, la police a ar-
rte 117 volontaire a propos
J une attaque du deLil de sel.
Les euustruciiuus navales ilaheuues
urt^tiitc iicUiiui, repuudaui
aux commentaires franais sur
le programme naval de i liane,
oaiiaclie a deiiioiiuer le parall-
lisme entra les cousirucnons
it'oucaises et ualieunes depuis
uX ans.
Utile: Italie, .19,105 tonne ;
Cia.ice, Zl.dlO louue ; 192 :
liane, lU.iO luiiues ; i lauu
..'2.i l'k) >,unes. 1920: Il .lle,2.lJoO
lounes ; trame, 12./tXJ tonnes ;
liU7: Kuiic.U.duu luuues ; l-rai.
.c, 66 125 ion.ics ; 1J2S ; Italie,
dO.ouO iouucs ; t'iaucc, 32.&-L)
ouiica 1929 : L lie d9.dUU iuu-
iCj ; 1 iu.ui, 42425 luuues ;
..do; haiu, i.joou tonne ;
l'ulitc, 42.2 ,o tonnes
Au tutui, i liant possde ac-
.uelieuicui 2oo.bl\j .ount el U
. >aucc 22.i .).).) iuuuet>. Oc M
aiilics, n lesuiic avec eviaeuce
que les cousu ucnou navales
un ueux pays, saut las uevi.a
USB Uuciuunons eu plus ou ei.
uolus soin ciuquc anne, dans
cur ciiselllOc, equivalcn.es.
Dans les mine .x uavais lian-
,>., ou luu oOserver que esta
.oie olllv-ieuse ue iic.n ou
OlUUiC uCS eOnsll UCiIOlls dilu-
lettres a h'jl.iju. laaseni subi-
ts.ei un c.u i ie- louuage iill
t.oi unit e.iae les mai nie liau-
, ...te: el ll.ti.e tl.ie..
Destruction des forta
aiieinandt*
SIKAbLJUlJiXU, 2 Juin. Di-
uis quelques |ouis, ou peico.i,
.ans 5ilusUouig, le bi ull Ut
our us d ion..lions pioveua..
le la tte de poul de Kchl. 1
. ,i de la desuucuon des ion
i d autres ouvrages construit
par les Allemauds. es iraVaux
ic dmolition sont etleciues pu
k Keichvcimkeusaml ,sou
io coulile des auio.ite Iran
palis 11 avait semble, a un Cet
.nu moment, que les dmo
isseui ne luisaient pas preuv.
i uu tis graitd euipiesseuie.il.
On a lail le ncessaire atiu que
.es travaux lussent mens avee
a clrit voulue. Eu piocedam
a la cousli iicitou ei une iiouvcli.
.uie d accs au nouveau pou
lu Khni.ou avau dcouvert uik
paierie sou rralue datant de 1 e
(>oque ou Kcin et tu place toile.
Ae-iucileineni on luu disparaine
ies dermeis vestiges de la vieille
.or lei esse eu uieme temps que
e.souvia^cs uiouerues.
D'ordinaire les entants ue
I ) il la connaissance du dentiste
tu quand d^ souffrent; de la
les craintes el des mfiance
diversement londes. Les mres
devraient plutt rendre moins
utile cette premire visite,
ut en expliquant au pralable
ix entants ie ile du dentiste,
le celui ci pour un simple exa-
nen ou un nettoyage de la bou-
i lie.
Une visite tous les six'mois
luz le dentiste lortilie leur con-
utiice. cre chez eux,une atten-
ioi marque pour l'hygine
Liliane el permet d'viter su
eiiie-nl les
jues mres devraient se rap-
nas d'ancrage naturel daus l'os! )eler que toute tissure existant
. I 1___ i I ...t. !.. I.til rlixiDimt Alru
et ne peuvent en aucune i.ion
rendre les mmes services que
celles dont la nature nous a do-
tes, .je ^
La bouche dej'entant est pe-
tite, elle ne1contientque20deni ,
dont 5 de chaque cte du cet
des mchoires suprieure* .1 in-
trieur*. '',
Klle sont toutes temporaires
et prepai eut la vote aux i .
nentes. Ver lajfs de ans lu
premier; molaire per.uaneute
commence part-lire just'
arrire de la ligue de ceue srie
de 5. Cette nioiatrt pousse
incident et plus tard des cavits
peuvent s'y tonner sans qu'on
La marina italienne
..es ilt'irii -es l > nuu> elles
cousliuclieiiH natales
HOV1K 2 Juin. L'amiral Si
nui, ministre de la guerre, a
1 pos . ta Ch imb e des ttepu
es le budg l de la minne, qui
>e mo .le 1.475906OOU lires
77 498000 dollars, en augmen-
atio.i de 12 millions 750 000
dollar.
Le programma comporte 32
initions en nouvelles construc-
tions.
il prvoit la construction d'un
. ) i iioi e sutiisant de sous-marins
pOOT que 1 Italie en ai' 32 d un
modle tout a tait moderne, et
vile d'un croiseur de lO.'i'O
IOIKM8, de 2 croiseurs de 5.089
lo mes et de 1 contre-torpilleurs
le 1.240 tonnes.
Auparavant deuxannestaient
lcesaairee pour construire un
t rolaeur ; aciuellement le nou-
veau croiseur Fiume a el
malaita de ia carie*t, onsiruit en un au et le croiseur
/.ara en dix mois.
dans les dents de lait doivent tre
ibtures au cours de ces visites
priodiques, autrement la phase
louloureuse compromet la vita-
lit des pulpes aux nerls o qui
sont moins uien protgs que
cbei les u ut n*s.
Le nrssj devi aient donner
la bo i i ne leurs en au.
.u- soins lis lutciiigcuts au
./ous de leuis anm tor-
manon, afin de p nue re aai
pune Itinmes et aux | u
nommes de demain de garder
durant lu majeure pi
nui exisieoceune deuiuu- nor-
male capable uassuiei une bon-
ne masucation.
Billets de.banque
mtalliques
GENEVE, 1er Juin. Un au-
rait dcouvert le moyen de nie-
talliser le papier ; grce un pro-
cd, lorl cotnp ique d'ailleurs,
;o papier srail revtu de paru
cotas constiiuaui une couche
.i unuce dlam, de cuivre,
d aluminium ou d argent qui
lderail ut:e grand* reetawn-
< e.
11 va sans dire que la fabrica-
nt m des billets de banque serait
tout indique poui Deuetkiei de
cette niveuiiou au cas o elle
s'avrerait srieuse.
Insurance Co
Une des plus fortes GOMPAGN 1ES
CANADIENNES d'ASSUR ANGE
sur la VE
I
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
.
bo plerinage des
lui'ds amricaines
Les eteiUsdero visitent les eiun
tieres de Dauauuiont et
de Tiuauceurt
VERDUN, 31 mai, Les
mies amricaines ont cueilb
de fleurs dans le trous d'obus
deUouautnont el du Mort-Hom-
me pour les porter au cimelir.
de Tuiaucouri o sontensev*-
lu leurs tils.
Le groupe des mres se^i
ensuite rendu au cimeo e lr
ai de Uouaumont pour v ho-
norer la mmoire des hen
Iraiiais.
La premire applica
tio.i da raaiofc.e viaiOAi
au tnetre
.Scueueciady, 28 nui. La ta
diotelvisioua t appl que tu
jouidUut pour la premire fois
au thtre a Scheuecaiiy.
Uu orctiesire, plac d. ns I
aalie. a |ou sou la due lion d
sou chet qui conduisait a dis
tniceetdoui limag tait apei
uc aur un ecrau. ce maes ro.
de son cte, voyait el entend. I
ses musiciens de ta cabtue dau
laquelle il se trouvait.
ce te dmonstration tait du.
au Dr Atexaudersou. i gun ui
conseil de la Gnral Lieciric
Compauy el de la rUmo Cor
poration.
S m pie avertissement
au Dr Oepescr
Nous avons voulu iguoier le
deux pr. uneies attaques Eaur
contre uns* p1 cei tt ke 1,v
fouile S.ml Maicoise, dile u
Fort au Funce, que dnige leUi
EdouardDepeslr ( saus e connue
on l'a remarque, saus douteJ
sachant que de telles publics
lions ue peu v ni exister que
toul auiaui queiK s saccioclle u
A cel es qui ont dj donne leurs
preuves dam cette arrire ou,
quuiquou dise, on ne progresse
qu'avec du courage, de liude
pendance, et un respect jamais
nop grand de ses lect. urs.
Mal, d>ns son ouuecuidan
ce, le Ui DeSvttr p eu iraii pou
de ia c.ai.ilc notre grand dei. d
ligi.orei. C'est pourquoi nou
r.i|i,elons lout simplement au
joutdhui a l'inefliDie docteur
qui nous traite d'an exionoiste
qu'il n'a pas ddaign Crpen-
dant de collaborer a notre jour-
nal,ce que nous avions accept, '
une ou deux to s, malgr lion- |
nement d abord el la protesta- I
tiou ensuite de nos lecteurs. Et
si ie docteur commue nous
lancer de Saint Marc ses peines
pointes uloussees, le serpeut
n'a jamais use la luue,- nous
descendions avec lui dans l'a
rne quelle que soit la i|m
gtijuce- que UOuS en epiou
rou, l m s ii se- ferra >
tiatn ic tlOtegie I queue
souch veuire, lo.libre doU il
u aurait peut lit |amais du
sort ir.
E" maintenant vos ordres,
Docteur I
Pour demain I
Lire demain notre article :
Ce qu'est le suffrage uni-
verskl en Hati.
SEHVIif-V.TI0ML DVVeifilB
PIBIIQIB.
Inspection Mdicale des Ecoles-
Port-au-Prince, Haiii.
BULLETIN r/HYOIBNE
Samedi 7 Juin 1930.
Comptabilit
vitale
ill y a une comptabilit ali-
mentaire, qui rgle les condi-
ionsde la sani et la dure de
l'eaibtsnet humaine. Le corps
hit continuellement des enttes
el des sorties, des gains et dea
pertes de force. Pour que Usan-
te se maintienne siabl d bonne,
ta balance doit tre constam-
meiil gale des deuxe es. Mais
les qu I un des deux comptes
emporte sur l'autre, I quilibre
se rompt, l ordre phyioli>gique
sc d ange, ta maladie apparat,
oassagi e ou du able jusqu a ce
que I harmonie se rtablisse une
nouvelle fois.
Le coi ps perd ses tissus quil
use ses reserves qu il brle, ses
loi ce quil dpense dans son
travail mcanique incessan<,
da..s le fonctionnement normal
de ses organes.
Pour lecuperer ses pertes el
conserver sa vitalit, il doit re-
cevoir rgulirement des ali-
ment en quantit uffiau e et
.n qualit convenable. Ue la la
laiton de croissance, abondante
et subdanueiie, pour les enfanis
eu voie de dveloppement ; la
ra ion dentretien. moyenne et
lgre, pour ie adultes au repos;
la ration de travail torte et re-
constituante, pour ceux qui pei-
ueut euergtqueuient.
Prochaine
Brochure
M. Mauel Gouraige ancien
directeur de lEn inemen',
ancien Conseiller dfitat, no. a
annonce la parution orochai. e
de sa btoihure iniitule : Lts
dessous du Plan Forbes. Pour-
quoi nous avons eu le gouver-
nement transi'oire avec Mon-
sieur Eugne Roy comme Pr-
sident 9
Funrailles
RODOLPHE GARDRE
t,est ce matin qu'ont { u en
lg'iseCadi d< \tr Ru I ilpta G.ndi'. dc-
de .i -n ii tien les restes
oui rnvapai le steamer fran-
ais c Cari m .r.
N o .i s renouvelons la fa-
milla Gardre en cette doulou-
leuse circonslance, nos vives
sympathies.
DEMAIN SOIR
Charles Hutchison, le roi des
Athltes dans:
Risquetout
0.50.
JEUDI
A la demande de nombreu;
clients :
Taldy prsentera :
MINUIT...
Place Plgalle
Avec Nicolas Kimsky.
Entre : 1.00; Loge 2.00.
Rapport Annuel
du Service Technique
d'Agriculture
Nous -vons reu le WJPP"
Xnnue..-Exercice R)28 929-
lu Service Technique du UN
ariementde rAgrnuJture e de
Enseignement Profess onnel.
Ce bulletin porte le numro 1 / .
On V 'rouve desrtnseignenien's
lresanla et trs sugges'i
,ur l'Ecole Centrale et tes ter-
mes coles de la Province.
Nous remercions du gracieux
envoi. _
au sujet de la prentn.
tion de siei ment i
A la suite de notre entren->
let concernant la rcunion.de
vendredi des quelques Lon-
^illersd'Etatquiouicrupou/
.oir procder comme dous
,'avons i apport a leur pies-
ation de sernieui, nous avons
eu a en causer avec quelques.
.,ns u'eutreux qui sont M
leurs nos amis,
lis ont de bouue loi convenu
du bieu tonde de noire opi-
nion et il taeort des mpie-
Mons que nous avons recuii-
l.es., qu'ils nuvMeui lait en
tla que s en lemtttic u lex-
pe.ieuce des plu. aucwni
,e. Teeux.o'tai.i pas enioij
ucou ai tuesdi>r<':!lll'usaH
,eJeu eut m Conseil.
Not.t euttliti i-yant e.e
ige s. lis malt, t, oub un*
ons as te plaisir acte oecfl
xplicatious et de la bonneiaj
qui les inspire.

VO0OE8
lFWmccl
GRANDE SOURCE
ACTION fLECTIVB SUR LE B!f.
Cu ,ti>te de l'ARTHP.ITIS.'ftr:
^ du 20 M ti au 25 S [
QOUniiS ikHriS OOLF POLO jKA? { ' l*>0
PAttO SPCIAL POUR LJc"KfAti7S ^
Trtln* *ilr-l l l'ABl (Oarr d r4WO \ ' TTE'.
K vnl* dn ! prlnclpalm Ph\rmnla, DrofuTtfl gg^r ,n.n d Ali
Les Emnlejea indiyms
ue la Leuipayuie ilf > UIW
On Sait que ie louiui quil*
,o Compagnie l'Yaliaise ucS^
Oies au Uouveiuennut. Ial!,alJ*
telle l l'obiiRanou de pienoj
un ctrlaiu nombie u uup'JJ
indignes. Il a*mbn. q'.e utuii"
que la compa^nu li. V"1'
uasse son coi.nal a la Al B
rcTlebie les tions oui cn-a-
ite. foui eu avoir t- ltuVe' M
n'a qu a *ei appel t eequunw
nos louinaux a euii |e TJ
marne, au Cap-B*.utu il
dcide de lane des, tcouoiu
en renvoyant quelque* ineu
uupenounei.lt soin ^unoiu
dtW.UutBltuu-jetufc*
ion a cho.M exacuuitui i
deux baitiens. Les quut -
U o- ivuiemen uia
attacher quelqu ^li"uitC
a us tel Un q^-"
. lU-l
|t
tlil
uuuc t.liUe b-NlU tf
.^niuio piisHuctti -.BHttiN
inialie uts lle** e
M. Eintst Dotyon, t'1 tl tt
l Luther au iesp^'
Ittouirai i,A*Amr*^*
u ut -


^f
LE MATIN 9 Iniu VW
r/ ( j :
GOODH
m m*
P '1 l
I ( |
Mau
Itesl in (lie long Hun.
<<- ??
COMPLET' ASSORTIMENT de NOTRE
STOCK, MENSUELLEMENT
RENOUVEL.
DEMANDEZ NOS PRIX EN PASSANT
ET VOUS VERREZ
LA GRANDE DIFFRENCE AVEC
LES AUTRES MARQUES.
TOUS NOS PNEUS ET CHAMBRES
SONT HEAVY DUTY.
LA MARQUE 'GOODRICH SUAER-
10WNS* EST UNE DES
MEILLEURES DU MONDE.
PLUS DE MILLESPLUS DE CON-
FORT PLUS DE RSISTANCE. "
inmAuioToitssA.
Phone 2379 Port-au-Prince (Hati!.

.- >.i0*' -* **.MhM44H
lesae. du Bout de l'An
En I Eglise Saint Pierre, de |
'tion YM|.-, sera clb e, le
ndi 16J.iin 6 heures du;
Mm, une messe de Requiem
la mmoire de
Urie Marthe Mailah indor
Epouse Fieury Fquire
Les amis de la famille sont
Mialement invits.
SPECTACLES
Halle Leuer
1 louer une ni Ile *ise Rie
onne-foi No 219.
S'adresser
Ch. N. GAETJENS
DEMANDEZ CHEZ
Simon V\eux
L'HIrTOSmi l\l HOY
Sn<- musculaire provenant
du cheval vigoureux.
Suraliment de 1er ordre
trs agrable au got.
LE GLYPHOSPHER
oui rerainralise rapidement
1 organisme.
Ces deux merveilleuses sp-
cial* ts franaises dotii e t en
; e -'etemps force- Ineryi?
LE m. DE Mil IIS TROUS
qui procure nue boisson saine
ratraichissante ei mousseuse
aux Fumeurs
J. I). MAXWELL. Repr
sentant de la British Ameri-
can Tob-cco Company, Ltd.,
vient de recevoir un teck de
Ci#ir* tes Old lold et
Lucky Strike de loutc frai
cheur.
Les tu meurs sont invits
rclamerde leurs fournisseurs
un i> quel de chicles Wrig;
ley's par pochette de 01 d
Gold i et ' Lucky Strike".
On trouvera bientt l'impri
merie Telhomme le Recueil de
Lgislation Electoral de 1843
11*30 dit par Me Maurice
Nau, avocat et Nemours Tel-
homme.
Pour les hommes ussi
I
esari M hih n
lfl-1 |-JM !
.STILLES^^JJ i
PASTILLES
Ml RATON
l'a Grippe
^. Enraye des
HCJ le dbut
-* \S^ Frictionnez votre
>ti. poitrine avec Vicks
\ avant que votre
rhume empire.
VJCKS
? VAPOrtUB
Pour Tout Refridisseme /
: .. ~
&
CHAffL GUYON
fcyu^cett
tain
De plus en plus les hom
mes comprennent que leur
personnalit dpend de letlr
attrait personnel et que cette
attraction personnelle est ba-
se ou conirarie par la che-
velure Us trouvent dans
Toutes les Polices
DELA I L'Exelcnfo
Ml 1
1 .0
HOME MB
te
fc comprennent la Protection contre la *
t 'W9
Foudre sans auqm ntation de tau
Agents Gnraux
r
*

m
1
ri
ii
Quinine Pommade
La cora inaiaoi idale pou*
l'attrait et ta sant de la che-
velure.
Unecheveluie qui n'est pas
eneant ne peut tre attra-
yante La Pommade de Qui
hine Exelento est une prda-
tion mdicale.Elle embellit la
chevelure et la rend souple et
soyeuse.de telle aorte qu'elle
nourrit aussi la chevelure et
lai donne la beaut et la *aut.
En ver te rhez tous les dro-
fafstes Pcw 0,30 oaotimes
seulement, H.est expdi d*
rception du prix
EXKLENlo.MEDICINli
COMPANY
ATLANTA, GE0RG1A U.S.A.
Agents demandas pour tour
crivez pour reuhijjne.nenta
Suprieur*
le meilleure
Sa QUALIT t son PHIX
dfi m toute concurrence.
En vente chez :
A. Boit, Gaston ft. Martin.
Paul E.Auxila. A. P. Barth-
lmy, Stambouly et Sergile,
St Julien Sanon. aA la Mcmi
fA la aron ne a \u Louvre
Pharm *cie L-ys, et du^-lon-
tes les bonnes meisettf,
Etrd. FATTON.
Agenf.
Compagnie
Electrique
AVIS
Nous venons de recevoir
un jeu complet de lustres
lectriques < ACME pour
maisons. Ces lustres sont du
dernier modle et construit
de bronze et aluminium. Ih
rendront la maison plus ah
Tacliveen donnant en mme
leriipl une meilleure lumire
nur introduire ces nou-
veaux lustres nous les veu
' itns ii trs bon march.
Les prix des matriels pour
in->laliulious lectriques ont
t rduits a peu pr 50 0/0
comme vous les constaterez
ci-dessous :
Conduits de 1/2 au para*
sant 14 c's. le pied mainte-
nant 7 1/2 cts.
Fil auparavant 3 cts.jlejnied
maintenant 1 1/2 fc. 7j&
Fil auparavant 3 l/2c(s.*le
pi'* t m iutenant 2cta.
Lampts Kdison Mazda 25
Watts auparavant 40 c. nain-
tenan 25 cts.
r Bon bous fusible Jaupora-
vaot 10 cts. maintenant a cts.
Appareils de chanftuge au
prix de New-York.
Rfrigrateurs General Elec-
tric au prix de New-York.
Compagnie Elhcthoct.
1 nrreai resteront ou
verts les *,an dis jusq*. 91)0.
do soir.



A Louer
Une grande ..Ile Rue Bonne
Foi alinante au bureau du
Notaire 11. Pajquier.
S'adresser a Aux Armes
de Pariai.
2^


Lundi
9 Juin 1930
Le Matiu
^emeC^NeE N*6712
! ortau-Ppnce
Tluhbne : 2242
4 r&aes
GL,Q
donne de la force
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
U Cwr h CLOBf.OL
MM foice ner.cuse
* rend tu* nrl rajaiui
Mut* et.f e"n*rpe. leur
upteeee et loir vivucur.
M MS*CIBe
-, u. 1*10
Wel/rr ,01" * avantagea
eme f.ra pr.wmer U eerev
tMtepii ertlflelelU. lonl >
Brfo> voulo fi ire ute>
mMii ode rapablr- da rempla-
cer U rtns(m'o eane?jlne
'le-m*me tl ceci avec aven-
t.K*, disait-un, maigre qull
faille toujours avoir recoure
a ell-, au moins dam Ici cas
urgent, cou na croyons paa
3ue la srothrapie puisse
onner. eo une foule de cas.
las reiultats remarquables
qu'on peut obtenir d'una ra-
re prolonge de Globeol Bn
f.ce d'un organisme re-
monter, a revivifier. refai-
re, c'est toujours k ce der-
nier que nous donnerons la
rfrence
D' H G**tsqr,
Lictuci tl science*.
Laurat Jdecint lit Ptll.
I r,[,i:,fi .rr.t ChatrU'i
('.. *' le Pris
Fourni rie* llii'lt 7_ ras Va enetanstaa. Perla,
toute, pl.a*.-le.
Compagnie gfaraU
Transatlantique
H sera de retour Port-ar-
Prince le samedi 14 juin pre-
naut lrt et passagers pour
le Havre et l'Europe.
Le steamer Antilles > at-
tendu Jacmel le 10 courant
repartira le mme jour pour
la Guadeloupe et la Martini-
que, prenant til et passagers
pour le Havre en transbor-
dement l*ort de France,
port au-rriuce.le 1 Juin 1930.
E. ROBELlN A o,Agents
The Royal Mail Steam
Packet Company
Te steamer Dunclntha venant de l'Europe et de Rings-
ton via ierPorsdu Sud. est attendu Port-au-Prince, le 17
conrant prenant trt via ;e Nord pour Havre, Anvers, Londres
e tous les ports d Europe.
Port au Prince, le 9 |uin 1930.
I J. Blf.K) Agent-Gnral
Tlphone ; 2311.
AVIS
ALUM1NUM LlNE
Dpart rgulier de'jNVu -Orlans et de Mobile
p pou Poil au-Princc.
De New-Orlans l)e Mobile
/Juin JM
m juin *v5,n
v> Il Juin H)..fi
A. le MATTEIS & Co, Agonis
Attendu Port au Prince.
16 Juin
:t( Juin
Le Pass I Le Praont
L'Avenir.
! On trouvera cet ouvrage
de Mr Pie--e Antoine au prh
de Deux gourde ii la Maiso
Vflrte. rue avec; Aux Arnv
de Pari- (liez Benoit Cassus
tu lace de Max Auguste, rue
Pave et la Pharmacie Com-
merciale, Graod'Rue.
L'Inspection Scolaire rap-
pelle aux intresss que le
Regisire d'inscription eu vue
des examens Uu Certificat
d'Etudes primaires est ou-
verte a partir de cette date
pour tre terme le 20 Juin
courant. L'examen aura lieu
le 23 juin. La prsenta' on
de l'acte de naissance est
ob igatoire.
Port-au-Prince, le 5 juin 1930
Colombian Steamship
Company Inc.
Le steamer Bogota venant de New York directement
mur Po^u-Hr.oce eat aneodule U** con.anl.lI lauatn
"mme our pour les purU de .a C.to.no.e. prenant fret e,
pour
I
r.ass gers.
Port-au-Prince, le 9 Juin
1930.
Colombian Sleamsliip Company Inc.
UEtUtiA & Co, Agent*.
Laitqarant
On ollre du lt.lt gr.ranli ;
,our Bbs, convaltscenls tl
personnes malade. S adre
,u No 510 de la rue Dan ->
Deslouches* P"i !i du 15 de et
mois
SIROP di
DESCHIENS
l'Hamoglobtna
nois. "^-f d.^:AC^TsW* "
Port an-Prince, 'e 2 Juin 1020 ^Ma*>gggg8UaWgi**i^*"*'
PaVJSj
RAFLE
De dc Voitures FORD n Mives,Modlc 1930
AUTORISE PAR M' LE PRFET DE PORT-AU-PRINCE.
1" LOT :
CABRIOLET WLTH
FENDERS WELL
3 Dollars le Billet
2mc LOT :
TUDOR ST>\\T
... .-. i. -
Pour permettre; tous ,1 avoir une Superbe et Luxueuse Automobile FORD a bon
TSarchl ""s avons P,ls ceUe Ra"e cons,sU,nt en UEUX L01 S
1er LOT : Une Sup( ht
r ArP ,..note couvert ble.2 pneus de Hcul auge sur les ailes avmt DRN1BR CRI-
^^i r.InS.il^I-rt^^N'^deuk pU,. Con,ort e, Sospepsion remarab.eS.
Le firaae sl fera ds que les Billets seront vendus.
I e tiraqe'sera lait oar des personnes prises dans le Public.
Essayez votre chance en prenant voire billet aujourd'hui mme
Les Billets sont vendus' en Province chez tous les Aqentsde FORD
A Port-au-Prince, passez la
HAiiAN MOTORS S. A.
* GRAND'RUE TELPHO !<:. 2379.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs