Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04026
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: June 6, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04026

Full Text
Cl�ment Maglo�re
DIRECTEUR
35�, RUE AMERICAINE 1858
TELEPHONE N'2242
24�me ANNEu
-mi-iU-s.
Jouo� mirr H)kh*A i<-n
)��ius qnil y a braarena de boni
rcwarl �HiuToircM|�r �Hm iami crllw
��i^lfllran relaie la bont�, hs m
Ireaft rurarf de susceptibles u> �elwrer. MAHMTT
PORT-AU-PRINCE (HA�TI)
Causerie sur les Gouverne-
ments provisoires
� �0fl �
C�
Jetait apr�s l'�lection pr�-
identielle du 21 Avril, alors
a ou citait quelques noms
'hommes politiques en vue
tlacomposition du cabiuet.
i ami, qui se trouv lit dans
cas d'�tre envisag� comme
lur ministre, arr�ta d'un
ite sur nos l�vres le corn-
Bliment anticip� que nous al-
lons lui d�crocher :
lo
es
� D'abord, nous dit-il, ce
est pas vrai qu'il soit ques-
Mi de moi ; ensuite, m�me
en �tait ainsi, je d�cline-
lis cet honneur, qui est par-
un pi�ge. �
Et comme il vit notre sur-
et � ce dernier mot, il coo-
iua en expliquant comme
lit:
� Appartenir � un gou-
kroement provisoire, quand
n'est pas un �d�crocharge�
u un vieux policier. �
rions plus respectueuse-
�!,� quand ce n'est pas
m un v�t�ran politique une
casiun de couioaner une
m�re laborieuse et de
�dre uue retraite honora
;cest, pour un homme pu-
�eu pieiue vigueur, uni
te de porte d�veine qui lu-
isur tout h reste de sa
��re ; c'est comme qui di-
te point de d�part d'une
Nation, souvent pr�coce
imm�rit�e....�
timi poursuivit ainsi une
ti longue tirade d�mons-
ove ou, noms a l'appui, il
�a abondamment dans
te histoire des exemples
ir fortifier sa th�se.
Siou�avouons bien franche-
I que, � c�t�dects noms
des cas qui confirmaient
� �trange assertion, nous
�v�mes d'autres noms et
jtrescas qui parurent plu-
l'oOrmer. Nous n'�bran-
*s pourtant pas sou parti
L H est juste de dire que
Ire conveisaiion lut d'ail-
J purement gratuite, car
">e peusa pas � lui pour la
�position gou verni menta
~ heureusement.
II surplus, sa pr�vention
klimitait pas au caract�.e
Jwsuire� du gouverue-
J! il l'appliquait � tout
^ruemeut de d�but. Tout
�il cabinet est n� fragile,
r mi, et comme on ne
savoir � 1 avance sur
let�ie il va tomber, mieux
\ne pas y entrer.
J'ssons notre ami avec ses
options originales et cau-
,"� peu entre nous.
�a. entait, bien des en-
la faire partie d'un gou-
j^ent provisoire et le
e m�me est � ce point
^dit� dans notre litt�ra
Politique r�volutionnaire
* vieux Foibes, on se le
��. proposa de l'�carter
l"***fc-*'���**ifc-j'.af.5��icw.'. .
�TES DE PRESSE
et de le remplacer par le mot
� temporaire i.
Ce dernier a le d�m�rite de
n'�tre pas juste, car il peut
s'appliquer � toutes les pr�si-
dences, � m�me � tiois� iv
terme. �; mais l'auteur du
plan �tait pr�occup� d'en �loi
gner toutes les occasions de
d�veine. 11 voyait loin !
Dans "un gouvernement
provisoire, comme apparem-
ment on n'a pas grand'chose
� taire, on se rabat sur l'oc-
cupation d'ennuyer les adver-
saires et de taire pi isir aux
amis. Telle est, en g�n�ral, la
gen�se des reformes.
.^Remarquez, en *fM, qu'il
est tr�s rare, et m�me in�dit
jusqu'ici, de voir r�voquer un
ami ou nommer uu adver-
saire ; ce qui devrait arriver
si les r�formes n'�taient pas
ce que nous venons de dire
entre les mains d'un gouver-
nement provisoire.
^Vous pouvez �tre tent� de
r�phquer que, sur ce point,
les gouvernements d�finitifs'
(ont exactement h. m�me cho-
se, a quoi nous r�pondons
jue vous vous Iromptz un
peu: le gouvemtmeu. d�fini-
tif l�voque quelquefois un
uni, pour en taire un m�con
� eni, et nomme paifois un ad
versaiie, pour en taire un
rallie. Cela devient un sport
que le gouvernement provi-
soire ne peut pas se permettre,
parce qu'il demande un peu
de temps et qu'on soit bien
assis, toutes choses qui lui
manquent essentiellement.
.1 ne peut pas administrer
s�rieusement; il redoute les
initiatives importantes ; il ne
peut prendre que des demi-
mesures; il agite les questions
sans les r�soudre; il touche �!
tout sans rien d�cider.
A ce jeu. ceux qui, l�-de-
daus, n'ont pas de talents se j
font vite juger; et ceux qui '
eu ont passent pour n'eu pas :
uvoir., Lorsque 1 ordre des
choses est liquid�, les uns et
les autres suivent le m�me
courant, Nous commen�ons �
croire que notre ami n'�tait
p..s si b� e de professer cette
opinion � l'�gard des gouver-
nements provisoires.
S ils n avaient pas. pour
s'occuper, les �lections l�gis-
tjtives.que serait cevraimeut,
grandes Dieux !
VALEUR

ES
ri.
V>
�.-�

La Nouvelle Dodge Huit en
ligue est uue va'eur sensation-
' elle. Il a un carburateur clown
droit, une p.mipe m�canique �
gizoline, un inltojeur d'air et
d'hui'e, une puissance rxlraordi.
Dfllre est fournie par srs 20 pieds
cubes 7 de depl cernent de ses pis-
tons, l'action proportionn�e de ses
4 gros freins hyd auiiques � l'c*
preuve de l'eau.
Alors consid�rez les avantages
de eontort. de luxe et de garantie
de la douhle action de ses
prot�ge chocs hydrauliques, les
coussins genre oreill rs, son ex-
quise d�signation moderne, em-
pattement long, silencieuc. et la
carrosserie d'une seule pi�ce en
acier. Ainsi la somme de tons
ces traits � un tel piix ne pent
�tre d�crite que comme une valeur
sensationnelle.

CHRYSLER MOTORS PRODUCT
KNEER'S GARAGE
Distributeur
RUE PAV�E. Port-au-Prince. ( Ha�ti). _ PHONE : 2234 & 2318.
340
�*-
De n s jours, c'est devenu
un peu fade et les candi fats
ne sont pas expos�s aux ma
ladies de c�ur. Nous aurions
voulu les voir lorsque le gou-
vernement provisoire sapue-
lait Bjisroud Canal et que,
pour tuer le temps, il m�lait
aux crises de l'urne le clique-
tis des armes: L�gitime et
Se�de T�l�maque ! Firmin,
S�n�que Pierre et Callisth�nes
Fouchard! 1888. 1902 quan.i
nous reviendrtz vous? N �u.s
mourrous d'enuui et uu plan
remplace vos manifestes/
-. >i -iTv���nii-ji rm......... ^
�fit un euoeour� pr�ciesi
W'iieres �o�
le Comit� des Infirmi�res des
Sections locales de la Croix
j Rouge coop�re activement
*T^df BieBiaitWQfe Soriale avec l'Infirmi�re d'Hygi�ne
Publique locale. Dans d'au-
tres, des Comit�s la�ques sont
organis�s dans diverses villes.
Le degr� auquel ces organi-
sa tiens peuvent aider les m�-
decins et les nuises en met-
tant � leur disposition beau-
coup d'articles qui leur son1
- ueces>aires pour la pr�paru-
pl|(1, '1..limit� � d'Hy- t ou desquels lapitule pro-
pub|i(|U. ue>, pas ap. (Yssionuelle u'e->i point requise
_a >a juste valeur par est illustr� avec t�rce par les
W tout engages dans ce circonstances suivantes qui se
J �livre sociale. J sont observ�es � Port-au-
J5*�haires sont de di-j Prince.
��Dans certains pays, Une Infirmi�re d'Hygi�ne
hto �on g�n�rale, le de-
V*|uel les �uvres de bien-
asociale peuvent laci-
tl a"gmeuter I efficacit�
Publique a eu � donner son
assistance � un accouchement
et il lut n�cessaire de chercher
les v�lements pour l'en! nt en
vue de la naissance duquel
aucune pr�paration n'avait �t�
faite. Par une co�ncidence des
plus heureuses, il arma que
cet apr�s midi l�. un g-oupe
de travailleurs d'une �uvre
Sociale avait eu � donner un
certain nombre de layettes
dont une fut imm�diatement
remise � la m�ie.
Un m�decin local ordonna
� l'une des Iufirmi�res du
Centie de Sant� de se tenir eu
contact permanent avec une
parturiente qui avait r�cem-
meut tait une demande d'as-
sistance; la seule attention
que la malade ait eu � rece-
voir pr�c�demment lui vernit
de son mari qui �tait oblig�
l'�tre ibsent toui le long du
jour. Elle �tait abattue, elle
avait perdu son app� it et ne
pouvait retenir que tr�s peu
de la nourriture qu'elle pre-
nait. A la procbaiue r�uuion
du Comit� du Service des
�uvres de Bienfaisance So-
ciale, la Nurse pr�senta le fait
d'une hi�on telleque plusieurs
m.. uibrt-� imm�diatement re-
pondirent � son appel et en-
voy�rent alternativement au
malade chaque jour la nour-
riture app�iitsante, et comue
r�sultat de cet int�r�t p ati-
que et de cette coop�ration,il
arriva u .e am�lioration u�.s
plus sa iidaisanie-. de sou �M>,
NYRBA AIR LINES
Luxe Confort S�curit� Rapidit�
ta pus grande Ca�aafiic de iia>iqati�n a�rienne
reliant le, deu\ Am�riques.
I oyagez par nos appareils
qui survolent toujours leur champ d'atterrissage : Lamf.k
Ue luxueux hydravions tout de m�tal avec accommoda
lions pour Ai passagers.
Service hfbdo.'atd.iireeulrr Wiiuii et Biieitos-tirrs
U part de Port-an l'unee : Pour Miami Chaque Mercredi
,.,,� . � (i heures a. m.
D�part de Port-an-Prince : Pour Buenos-Aires
Chaque Vendredi � 6h. 3�a.m.
PRIX
l'oit-au-Piince �
51,00 Macoris. l\. \). G. 26,00
115,00 Porto Kico 6400
118.00 St Thomas 85,00
157 00 St Lucie 172,00
r>7o>sr>mpte sur les tickets aller-retour]qui sont
valables ,pour six mois.

Tous nos hydravions sont munis d'un appareil de radio
�metteur et transmetteur et d un �quipage de cinq officie�*-
Pilnfe. aide-pilole,tn�caiiicien,op�rateur de radio et stewaid
\onsseions toujours heureux �le vous fournir tous au-
tres renseignements que vous pourriez d�sirer au bureau
de la Compagnie :
NEW YORK, RIO & BUENOS AIRES ! 1NE. IXC
Angle dos Unes Ihnlts uVslou.hesel Magasin de l�iial
Pari au Prier�-, lla�ii. Phon< 3401.
I orl au-Prince �
Santiago Or
Cient ij^rgos
La llivane
Miami
SAMEDI 7 JUIN 1930
Assurez-vou� contre acci<1ei�|
a la � General Accident Fire A
Ule Assurance Corporaliou U-
aaited �.� Vve F. tieranagham,
Agent G�n�ral pour fcUrfti.
iM R!)
I Aijx nov
28 ann�es d
le succ�s.
... a vu que'qu'un nul cirec-
lait avec une liste de �ejx n> i
seront probablement d ici de-
main nos l�gislateurs. Nul de
ceux qui appurenait au Grand
Corps n'a �t� conserv� � l'ex-
ception d un �< ul, p� u: t.v pour
ne pas rompre tout a nul latra-
d tio:i. Le suivivani sera un
trait d'union en re 1 ancien et le
nouveau Conseil d Fuit.

... a vu, dans une des petites
ruelles du Bois-Verna, une pe-
tite bonne appuv�e contre un des
poteaux �ectr.ques. Il �tait huit
heures du matin. Elle regardait
In rue de droite a gauche, com-
me si elle �piait la \enucdequel-
qu'un. C'�tait exactement cela.
Elle vit sortir le Monsieur quelle
attendait. Us se firent an sign�t
des yeux et l'un derri�re l'autre
ds s'en all�rent, et Notre �il
qui avait autre chose de pins in-
t�ressant � faire, ne les suivit
pas de son regard.
�.
...a vu � Tuigeuu, Diaruijoir,
un coupe paisiblement us sons une ampoule ennuag�e du
plus joli abat joui ro.-e quel nu
ait �amais vu Chacun �tail ne -
siblemeut �tendu dans OOCt/r-
dme en liane d�s tropiques .1
lisait paisiblement. Ft lou vos ai.
� leur siUiue tout plein d" st
i unie et ir�missanl de teu i< ess,
que ce couple r�alisait le bon*
heur parlait, si pjmais cela m
r�alise iei-bas.
... a vu un compte-rendu du
voyage d'un de nos ministres
aux Cayes, dans uu des jour-
naux de Port-au-Prince El dans
ce compte rendu le chroniqueur
dit qu'il ne faut pas citer le nom
du Ministre puisqu il voyage in-
cognito et quil ne vient aux
Cayes que pour chercher sa h,
mille. Qui donc nous dira, �
nous, qui voulons le savoir, la
nom de ce Mini-tic sMiii>ai!>i
que dont on ne veut pas dire le
nom ?

� �
... a not� que dans le notreau
Conseil d'Etat, Jaemsl ni le Mole
n'ont de repr�sentant
*
... a vu, hier m tin, tandis qu'il
descendait � son binsaO qui i t
au Hord-de Mer, un de nosc . .
mar�snis glisser pat nne �:� c i
deux peti es ruelle . qu o il dil
Chemin des Dali, s au Champ
de Mars. Il �tait suivi d une
bien jolie personne qui, elfe,
avait l'air, avant de faire < h �
cun des pas qui la conduisaient
vers ce rende/.-vous d'amour,de
surveiller et d in erroger les
passants. El les passants qui i/a-
valent, avant. Pair de ue rien
s apercevoir, se rendiient comp-
te tout de suite de ce qui allaiI
se pusser entre le commer�ant
s�nile et la petite lemiiie � vrai
dire d�licieuse et belle.
r
� �
... a vu, hier soir, uoe jeune
fille qui,sur lesplanade du Quai
appr. nait a conduire. C'�tait
dans une bien belle voiture vi-
tr�e et elle prenait tant de pr�-
�"'Utionsqu'elie incitait tous ceux
qui �taient dans la voiture avec
elle aux aguets lorsqu'elle taisait
un l�ack ou allait tourner. Fil.-
faisait lout cela en souriant,
tandis que les autres personnes
qui �taient dans l'auto avaieut.
pourtant, elles, dea visages tel-
lement effr.y�s que ceux qui
pansaient avaient peur pour
elle.
... l'a vu, hier matin.� il n'�-
tait pas encore ner' I cures,__
as.-is A une des lab'i s uu Grand
H�tel de Fiance. *.< vj nt i>n pe-
tii 11 � u- n � t j i i �tail dans son
>� " (c n n � dt lor f. du.--
1 i � t !.. ? ( i du Foy?
v i rt t>ui. Mais l'anaUur
J..I01I '. i.l de plaisira boiie
on ihum que nul ne dou*
i. que ce ne fut
Mois.
�*
1
1
�i
i
8
ri
r
Qn de ce*


LE Matin - 7 Juin 193(1
PAGE�2
..MUTI�TED I
-�!****<** ***\ A nropos de la formation
^Centre Am�rique�: /A |'l*'I
HA�TI du Conseil d Etat
tiftirf LIBRE! ------o------
H AI fi LIBRE�
Par M. Lons TewTORW*.
Pr�sident de h Chambre de
mmmerre franco-hmhenm
Ainsi que l�uUi leeAsso
Itow tfS��ti. La Ouinbra de
^Smerce tranco;MUenne
dontiai l'hvmeurd �tre 1res
de t depuis sa fondation, a
plaisir de poavo.r adresser ses
nus sinc�res l�licilations 4M.
Fe Pr�sident Hoover pour les
tireuses d�cirio�. qu'il�n.
de prendre., l'�gard d H iiti.
H�lait iaciie a celui qui. corn
Jmoi.as�^urn�dansiepays
Z voir el d'entendre que ce
�upTeaouU ail. se lamentait ei
��fchUUt; �nais seuls resta en
�veuRles et sourds ceux dont le
SSSSC �taient servis par celle
n�nible situation.
P uiourdqrai,i'apprenclsqUU-.
Das le B�ant a �t� lait dans
Sonne voie; mutile de dire I
Keimniense que aireaentiej
Rd�e de fOif les Ha�tiens re
trouver leur libert�.
U France a combattu pen-
dant quatre ans et a perdu
���wAo de se. flla pour garde.
la sienne. Eu 1917, lAmeriqu.
ei.e-mou.e eat venue se joindr-
�no� soldats pou. -�tre ceriaim
Sa"! aon tour, M libert� ne se
Et pas compromise par UOi
Ticioire allemande.
Du c�t� des Alli�s, on ses
Knitu non pour des enqu�tes.
SESi" ***** ;,u1l)ro,1�
Se a"SUrl* et de H�d�pe,
S!�ce. \ocun d'eux ne peu.
d,� gnorer rimportance quai-
' ficto a ces trois mots, un peu
Sa c.vlis� et intelligent.
P les Nord-Anur. ,ms qui oc
ciment Ha�ti comprendront en
effi que ce m�me amour de li
Ihert�qn.uou-sa La beyeilt�
ir.nchir l'Atlantique en \*i
K� aider leur� anc�lre� � coo
lo�rir leur ind�pendance, pooi
Srale� Fran�aS d� pr�sent*
S*E v./.r les il iiuenarns U
U Conseil d'Etat vient d �tre
refondu. Il est � regretter que le
pouvoir de la loi politique n a
p;,s �t� consid�r� comme un tac-
ur et que la vraie direction
Uomog��e na�t pas �t� suivie
chement de l'�tang � Uur seu1
Dans ces conditions, il sem-
blerait que le M�le a cess� de
laire partie du territoire de la
R�publique, et que le chemin
100,000P.op.i�!a resconn .issenllosp il,
la puissance el lenchantoment de h
Mole! des institutions r�publicaines
slC est ainsi que nous Un A�o.e � m(jms es
s�int-Nicolas. "��**��& n�i.ens aient pour br�viaire
de constater que laj"P"**� poll,ique les id�es suivantes :
du principe territorial na pas F * r�ellement arriver �
�t� observ� ".compris et que �>* 9 oU au Pouvo,r? Tu
�otre arron iissement � H der atttour de to�
deux qui forment le }>*V*� ,)OUr d�couvrir le secret.
,,ent du Nord'Ouest nast point pour�j ^^ caloaiaiateur.
epresent�. I voleur; profane � tout propos,
lucidement, il para�trait que I les no,ns de patrie et de libert�; -
J dieuiZ' P� �aiSent aux des-1 Diissesses ignobles, adulations
_ . ..* _i. ....,ii..iii ainsi
STUDEBAKER
HUIT...

t.u�s du Fays le veulent ains-,
car depuis quatorze ann�es que
le Coose.l d'Etat topctionite, M
'nais une personnalit� du Mule
n'en a lait partie.
gst ce a raison de leur hono
rabiut�qu ou �carte les citoyens
ielAr.ondssement du M�.e l
Pourtant ces derniers parleur
vraie valeur, leur moralit�, le*
, �somptioni de leur force par
ameutai�, peuvent au.si a,.
oorter leur appr�ciaole. coUri
l.anon a la chose publique.
I, est un l'ait certain, que l
ConaeildEUtcitunCorpapoiiti
^e et non poiui un club foras
l�sais que 1 opinion puoliqu
oypocrites, noires dissimula-
lions, n'�pargne rien.� Ainsi les
attentions se tourneront vers
.ous. . .
A ceux qui pr�conisent la po-
litique de camaraderie nous di-
,ons carremeut: �Aucun gou-
vernement ne peut r�ussir s il
net hors la loi les bonnes in-
fluences quelle qu'en soit la
,ource� Car la souverainet� du
peuple ne veut pas dire la sou-
verainet� dune �lite se recru-
uni elle-m�me mais b.en la su-
pr�matie des couvic.ious m�-
, ies de .oui le peuple.
Ce q>ie nous uiauus du Mo e
quelopiuion puoliqa lloas pourrions le dire aussi de
lV.s ion e la r�gion du .viole n , Arrondissement de Jacmel qui
' J u pas son wecou.en emen ua pas llon plus de. �pfjaeo-
~� ,n,i.an�ium ,alll au Conseil d Etat. Maie
Alors!!!
\�um ei son indignation de-
�ul celle vi>mie u�sUUClk�.
, aux man�uvres d�licate*
p�cheurs en eeu trouble do�i,
.' fegle piauque eat le des�-
Conslantin DUMERV�,
Avocat,
i(li�joll a,. |a pension fc -
,,Vu Magistral I M*, *B�Uat
., La Moniteur� du |e"dlOda
,. mois comporte l Arr�t� de li-
,,a�ion de pension de Mon-
'ieur Ft�chier Anselme qui,
a�ra .es . .-�, 0(nnM on le sait, lut mise a la
vouloir voir les Ba�teo� restau � ledomoe> au mois de Ma
;?s pleine n M d ma �e�� ttrwls' [f^l attnee e. remplac� par
^.i.iim Magistrat Emmanuel Beau
I
FU Pr�sent lloovcr. tort heu
teusemen.. en pr�parant la .es
{aurat.on des institutions h.
tiennes, a reconnu �nHjlUW
saurait devenir un itllet de la
� a, de R�publique anglo *a
Sonne vu quelletient par toutes
SSbrla�la civilisation Iran-
Ss� dont la sienne d�rive,
avant R-d� "^fJ^�g.
, nation politique de 1&>4. la lan
fe la culture s�culaire et la
Ente conception morale �eam
ancienne m�re patrie.
la Chambra de commerce
Utnco-naltieflueadresae ses plus
Sapectueuses t�hcitauons S M
Eug�ne Roy d'avoir I assure
cellPrestaurat.onetl.il o i!v �
S mener � bonne un la �
t�che ou il a accept�e: �lec o i
deaCh.mbree, relou. au plein
fonctionnement du r�gime par
lementaire.
La pension mvns-c'te �uafm-
, dh.que ancien Vice Pr�side-d
'lu Tribunal de Cassanon est
port�e, conform�ment � la Loi,
� Gds. 500,00,
Quelques Conseillers
d'�tat pi�teatsermentI
entre eux
�o�
Il nous revient cette chose in
erovable que, d�s la paru'io.
de "l'arr�t� de nomination des
Conseillers d Etat, une grand,
partie d entre eux se reunuen
au local du Conseil, lo.m�reu�
un Bureau ad hoc eulre les mains
duquel ils pr� e. en. serment. Le
Bureau pr�ta lui-m�me serment
entre ses p'O^res mains.
L'article 14 des R�glements du
Conseil d Etat du ceci :
Le Bureau, assist� des COU
UTV /! ^ ^ In aei��" d Etat pr�sents a la Ca
MOU Je pitale ( dans 1 inle.valle des ses
u*7" i,ooi ) recevra le seiment des
FIAN�AI LES N�usVie ^�UVeaux nomm�s�.
,,lro.,s avec peiair �����"! DtqK Bureausag.il? Le
..les de Melletie. naine Bona , JJJjq d ,.
nyeve. Mr Daniel Ururtelou. ^'J ,inlervalle des art
Tous nos compliments aux
; tassa us lis u"s-
E� ce .ea,,, de pr�domjnaoce,JmJ. -�Jj $!�*3g$&
ph.ee* .'.rgen. ^Z^sTh^M�** Studebaker. Trois
r^�" 2TT�5A,,J�?�� �H aos d-ex^ieoee daus
" coMlrucuo des bel.es vodures.
KNEER'S GARAGE
Distributeur
PUE PAVEE- PORT-AU-PRINCE (HA�TI)
PUONE : 2318> 2234
BSi*^**"* ;','�r
Vofjc d� autres
m are i silaire �I�' i H�pita
Nos conlr�rea � Le
,ve � et � Ha�ti Joui u .1
b eut appeler la pil t d
li�s�ral
S.iuve.
se'u
u b i
l� cas de Mr Antoine
cette Chambre de commer .
tavela tr�s bien que la t�cb� qui
S'incombait �tait lourde et pie.
ne d'emb�ches, mais ai |e I il
ftceept�e.ceeteo cooneissance
o^cauae et perce quejeacote�s
auelie �tait n�cessaire et que jl
pr�voyais qi'e dans n� avenir
plus ou moins�loigue.elle,oue-
Kitun r�le dans les destin�es
\lanin Ancion qui de/.a Dien-
,,, compara�tre ���� |ug meul
d. latattiiia de l H�pital G�n�-
ral Hai.ien�
Leur opinion CSl qu .1 na p�se
pas sur cet inculp� plus de. ch �r
u�s que sur les autres qui ou
�t� lib�r�s.
On �ait n�anmoins que, par
le lait dune instruction
urouoi, en corn- droite et tautive, de parfaits geu
�^S!iSXSSSm^�m^ tilsnomme. ont �t� implique
Secr�taire du d�but. M. As KMMl
Hihvin, nous nous sommes mis
r�s d�ment au travail sans nou>
occupe, des railleries el n'ayan.
qu'un seul but : la grau leur
d'Ha�ti. M. A. Berv.n, en patri-
ote ardent et en sinc�re ami do
la Krauce, sest d�voue de tout
son ccaur et de toute son �nergie
a cette �uvre, et a bien m�rite
de sa patrie el|de ieja�tn.
En Ima qualit� de Pr�sident.
ie tiens absolument a ce que le
peuple nailien sache bien que
depuis novembre 1927, je con-
sid�re Ha�ti commejua deuxi�-
me patrie; que', c'est pour celle
rais�n que fa. consacre une
�rande partie de ces Mis der
nieres ann�es � sa prosp�rit�,
llllliuiu.m* �...---------------, .
dans cetie afla.re et ont injuste-
ment subi les rigueurs dune
1res longue prison pr�ventive.
Mais la pre m�re section du
iliu.-lViouual de Cassation de
ia Bepuonque, sous la pre>i
aence de vie Cm nanuel bihaar�
lai-u�.ue, 1 a lau ressort, r apr�>
an e&ameO scrupuleux des t de la cause, au moment de pro-
aoncer le non-lieu eu laveur de
es messieurs qui, eu ei�cuuo i
de l arr�t du 19 mai dernier, oui
ete l.oeres m m�me jour.
sio"is,le dernier Bureau en exer-
ce , lepr�aenta le Conseil dL
la* �. . �
<:e � dernier Bureau en exer
loic� est celui doi' l'article 8
I parle � omme su. :
� A l �poque fix�e pour ses r�u
nions conform�ment � la Cons-
titution � Conseil afcia. pio-
ci a ia lormation de son Bu-
i eau.
� En ce cas, la pr�sidence re-
Vient au Uoyen d Age qui se
choisit deux Conseillers d Ll^l
comme assesseurs.�
Et l'article 4 a|oute:
� Le> m. mbres du Bureau ne
courront �tre dus que paimi
les Conseillers d'Etat pr�sents
./ la s�ance.�
Toute celte proc�dure sup-
pose qu'il y a s�ance et que le
Couseu d'Etate� � l �poque fix�e
pour ses r�unions.
E� l aoseuce de ces circons-
anct-s, comme ut quelques Con-
seillers d'E al ont-Us pu coosti-1
i(l rentre ux un bu.e u?sJitfl* I
le est la valeur de ce Bureau et, j
...�i.m ,in s.-r.iifiii or�te entre
Une Famille Heureuse !
&&BSSSB82BES
donner une audition hd�le. vous nej congtructio.
COE.Tfan.'pesn,;*�plr gr0UP^Menrir.me'rrSup.r �. et � Normale �.
.Iles comprennl�. ione e'gal.meo. le. type, .ppropr... �
votre appareil recepieur.
Demandez ces venseiguementa a votre fournisseur.
PHILIPS RADIO.
pillant, dusermeut pr�te entre
ses mains ?
A notre point de vue, nulle.
Ce qu'il �tait indique de taire,
c'�tait d'attendre la convocation
iu Conseil d'Etat et de proc�der
. :-.._ IA .�.,..(. >r in> i ii. > 111 � St'S
t ttBVfHlios Fraace Hallfiaur
Dans le m�ne num�ro du
journal officiel ceux qu.ui�res
sent les questions c > nmerciales
d importation et d exportation
trouveront la Convention Com-
merciale Fnnco-Ha�tienne, qui
a �t� sign�e � Port-au Prince, le
!
lu Conseil d'Etat et de proc�der a �t� sign�e iron^s �.�-, .-
ceiour-l� coulorm�ment^� ses y> du mois d Avril dernier.Cette
� convention sera certainement
ratifi�e par te nouveau Coussil
d'Etat, au cours de sa session
Nous voudrions que Mr An rej|emeuts.
I nue Maniii.A ic.o.i t�t, comme - 5'�trt press�s.n'ellice pas lir-
cis messieurs, innoceut du .au I regUiarit� uu proc�d�. Nous ne
qai lui e�t impuie. Cepeiidan.,| U|aOU8 que la signaler en pas
,e lui reete^euti�remem u sunilerloal w.aplemeut a celui -_�.,�aapsjsaaapjBaje
i ordinaire.

et que e terai tout ce qu ,
huniainement possible de aire
pour l'aider a reconquer.r, son
bien-�tre �conomique.
"*�uvdarco�...i d^l
O'apr�a un arr�te pr�siden-
tiel que publia la journal omew.
oDiciel le ConseddEtat reoons
tuu� ainsi que nous l avions au
nonce dan� notre �d. ion d h
s'ouvre mercredi 11 ue ce D
� 10 heure� du mauu. ue co.,�s
ustnueru sinipleinent
a cutiut"�*. �-" � � �------�
simuer tout simplement a celui
des acquittes. Lar les in�uuaux
out pour devoir d'�tudier sp�-
cialement chaque cas soumis �
leur d�lib�re, et de snspirer
des p� iv., acw blantes ou t.
b�raioirea qui j sont fo irniea,
atin de d�cider en connaissauce
aecauae, ne pouvani uu.lemeat
jruceucr par voie de dispoo.-
.iOUS iegie.uvatui.es.
Larre. de Cassation ..ern,.
uckk* nous e*i une u
ureuve lue wUjCUu dan� �a vie
.uccouxOe sous le u�x de sas
|M
DEMAIN S0m
- A 8 HEURES
LANGE
DE LA RUE
Expo�ltlon-Ve>nte>
organis�*
par le� If o�llstem
U public eat cordialeme it
invit� a visiter l'ExpoaiUoa-
VauU orfieia�e per le Comit�
Nowliste de Porl-au-Pnuce au
local Llir Dubois, le samedi 7
Juin de'2 � 6 heures P. m. et
le dimanche 8 Juin de 9 hres.
a m. � 6 hres p. m.
On y trouvera une grande
vari�t� d'articles � des prix
t
Poup�es de Salon
� Coussins
Abat-jour.
Grand choix de fournitures, glands,
franges, dentelles d'or nssoHiment de ga-
lons � Lem� � dentelle argent etc...
Vous irouvt.�:? [t dernier cri de :
a des prix tr�s mod�r�s.
Prend-e adresse an MATIN.
T�l�phone : 2267.


LE MATIN- 7 .Juin 19K1
ren' �i* ei'ii^MV t�� "hn !
ration�! sle* y rdani piti nN
quai e heurts. Fin^'cm n' d
lurni' enlOftae� � ei Tc� dan- la
zone � coi-dmon de s'absttnir
de toute violence.
Mme Naidou a �t� condam-
n�e � neu! mo^s de prison sim-
ple mais le (l'a de Gar-dh' Maid-
�I ei son seci� airt on � i roi
4�nv es � un * n d> i rite r
goureuse.
#s huiles v�g�tales du sa-
von Palmolive laissent la
ieau douce, fra�che el belle.
Pour un ou
veaulustiede
lach
\ i ivicta
LE
velu v
�o-
8,1 le e�l�bre ANTOINE de Paris
i?�fcali.M' le perfecliva de I:
lire de la beaut� f�minine dr�
Il evutiiiruls.
La soci�t� de Pa.is.la soci�t�
L New-York, las meilleures
(figures connues dans la mon
Ldu th�� re. forment la cli-
liot�le d'Antoine. Il est l'un
itaplus ta maux de.tous les
lip�cialistes de la beaut� Pari-
lucnna. avec une r�putation
Loi s'�tend d>- l'A g err �
liAmerique.
. Antoine peut certainement,
par son exp�rience, dans le-
I diff�rentes m�thodes de b�ai �
[de e' miner quelle en est a
1 mei l-'iof. ait il cou lent qu�
Irien n'est plus satid liant que
Ile t'auuulive.
cSa�aa pur --Olitei et huile�
dr �alme i
Missezvous pendant deux
minutes avec la mousse du
>avon Falmolive ; elle vous
p�n�tVB dans les pores. En-
suite riucez vous jusqu'� ce
que vous seutez.que les pores
sont d�barrass�es de toutes
impuret�s. Alors, c'est frais
n'est-c* pas ?
Jai toujours recommand�
le Savon Y Imolivc, dit An
loiue. Il est encore dclict
et peu�tie dans a peau i�
ail ctsi lu m .yau l- ^i�'*
efkctu puOi �e uedo.age de
toute trace de poussi�re, de
rouge ei de poudre.dei? moin-
dres pores de la peau.
a.
�m
1 u u
lernier mot
en d�lice
i'al ut est mm id�e nouvelle dans
i .i fabrication du (ronwgo. Il a une
: u�licteuM lavon Incounue, une t�k-
� turc veiout�a al d'une valeur niitri-
� jve *i-i|itio malle. Wlvteta contient
; pins de ces pr�cieux �l�ment* nutri-
� m'a : Vitamine, Lactose, Calclniu et
: autru min�raux <|u il est impossible
di- s'ussimiter d'apr�s les ancienne*
1 m�thodes. Le r�suHab esl pure-
ment du lait qui parait i rromage
et qui a lego�i du fromage, mata .i
cause de sa haute valeur nutritive
(jui doit �iie appel� un super fro-
mage.
l'se/ I � \ -\\,rl\ pailut i>.i \-.>ii�
usiez le rromage� Il �� et' I comna � le
beurre ou en morceaux [uand il esl
glac�.
Il �e nt�Unpc,
: - � '
| . :- ' I
I . , � | .�� tuj'l ' i-
i a
PA\VLEYS\LE*
COHW)lUTION
Dial ri buteurs.
Porl-uu Prince, H�Pi.>
. ..ji.
i
m

dans
Le Savon Palmolive est
lodutt euu�iement a la ma
liiue tt il n'tst touche pai
�cune main jus ,n a ce q
us de� huiez renvelopp.
Le Savon Pal mol i e est pur.
Si couleur est la coi leur na-
turelle de l'olive et des hui'es
de palme. Le parlum naturel
de ces huiles ne r�clame pua
reddition de parfums chimi-
que v H ue contient aucune
autre graisse quelconque.
Les seules
huiles qui ren-
: i ri-.t dans le sa-
von Palmolive
sont les huiles
de palme, d'oli-
ves, et de coco--
et aucune autre
graisse animale
quelconque.
307
Washintaou
L'affaire (aunes. � Le tarif. �
L ind�pendance des Philippines
Washington, 31 mai - Lu d�-
lateur Caruway a t�'�graplr� �
l'�v�que Jame Cannon J< pou
sassurersil pooeau co�pirat-
devant la commission du lob-
byisrae mercr.di prochain po �
�tre interrog� an sa) ��< de la pr -
bibition.
� Les m mbr s de 11 co i �-
reuce du Congre- sont loub s
d'accord sur le tant en approii-
v-nt un eo npromissu la clause
de flexibilit� restreignant le pou-
voir d � pr�sident de moddier
les droits de douane et augmen-
tant l'autorit� de la Commission
du tarit.
� La Commission s�n i'o iaU
des territoires a api> ouv� Ij
proposition de loi Hawes Cut-
ling accordant dans cinq ans
aux lies Phil-ppines un pl�bif
ciste sur o md�uendau e
� M. John ou, pr�sident de
la eom is>io de l'nnm'geation
del� Cnnb c co note propo-
s r un m n leui� nt ai' oi sui
quote-part d'irami-
pon une
grants.
� Le pr�sident a pr�sent� des
m�dailles � sep officiers ou an-
ciens otficiers qui firent le pre-
irv� r vol transatlodi pi<* en m*i
1910 ivec le � Nt'. 4 �. Le corn
mandant John �. Tow rs �'a t
te ch I de ce rai 1
LExelenlo
GLOSS1NE
Une petite quantit� de cette
d�licieuse pr�paration appli-
qu�e sur les cheveux lait res-
�ortfr leur brillant naturel et
leur vigueur, an leur commu
niquant un nouveau lustra qui
\ou* vaudra u�tie auini.�-
pa^ les messieurs al envie dts
femmes.
Eu vente che* tous les dro
BUiste. l'ou� 0,0 caotimas
seuUmeuLilaataap�xisi d�s
r�ception du prix.
EXBLKYi'Ui MtiUlCINli
..OMPANV
AILaNTA, GEl)KGlA U.S.A
Agents te mandes pour tons
ϫys.
y-tvet non� ranfci li>Bem< nis
The Royal Mail Steam
Packet Company
... Registre d'insciipti �n eu vue
ni de l'E irope et de Kings_ (|ps examen, d0 Cerli�cnX
�nd.i A Port-an Prloce, le 11 u�gtodes primaires est on-
pour Havre, Anvers. Londres xe,eaDftrtr ,|e cette dite
Inspection 11 >t \' * i
AVIS
L'InspcclloD Scolaire, rap-
pelle aux int�ress�s que !.��
Le steame a D indalh i � vena
ton via es port� d� Sud est atie
cmrant pren-mi tr�t via le Nord p
et tous les ports d Europe.^ ^ ^
Agent-G�n�ral
Ti l� -hone ; .
\e te � part r de cette dite
pour �tre terme le '2') Juin
courant. L'examen aura Ile il
le ::i juin. La p-�senlaticn
�le l'acte de naissance e^t
Le Tabac
en boucaut
etenpaquetsw
Demain,
nce. 'e S juin 19TO
\ux Indes
rinqlai es
faaiMalita tsimsl e. � t auibia
iidiande b n Xaiduti
B � nh y 81 mai �L� journ�-
f jonrahni � et lu iede, u
i>.av�'sdpinslesconmen<-e tient�
de la campagne 4ad�sob�issance
par suite de I emprisonnement
de Mme N=�idou e< d'une mmi
testation monstre d'Hindous
Cett�* maaileststio � � liquelle
200.000 personnes o �� particip�
g et*4 org �� 'e o nm
,�,. �,-> s <� I (O'I i
un-1 ir i t k� h�-.'Oi I"
|j, 'Q .1 >. '"S 'I .�ll S' �'>'>.
rendi' �es e vrr i e
li l �. encon rero >t ^lo
Halle � Leuer
A louer uue h^lle site Hue
B�ui.t-ioi,No 2W.
b'adrcvf! �
Cn N. uAbiJENS______
Mai � 11 MM�lai"a�^�^W^E�1^1^
..An�mie - D�bilit�
Convalescence
vivres - Paludisme
i QUINIUM
LABARRAQUE
la plu� pultaant
TONIQUE
Reconstituant
Maison FR�RE
19 r. Jacob, PaRIS
A 9 heures du matin aura heu
&� HMorodo �, le tirage de la
i loterie des �uvres.
5 heures p. m. les ttev.
, i H�dempioristes tnugu
,�ronl un calvaire, sur les hau-
f leurs du Morne de l'H�pital.
Nous avon9 re�u plusieurs -o-
communications sur cette quea- MMI�- M^l�
lion palpit nte. Nous avons te- di a ^u heu au Bars-sa de lOH -
�u �galement l. v site de petits cier d'E ta� mil .Section Su 1 Je
industriels qui nous on� prou- marmge civil
� �'�ligaloire.
I Port-au-Pn
I
EGZ�MA
. HMUCtAIIIIS
Fontr^Acta
FLORENT.liNE
r u �*<� � �* v�*� ��
1 ttt�lil'.'MI SiUtrAH�
v� que le tabac en Doucaui ne
profite qu'au Rros bonnet de
celte industrie. Vu leur situation
ils ne peuvent arriver aupr�s de
ceux-l� qui trancheront la que:*-
tion Dos demain nous com-
mence! ous, a publier les argu-
ments dt-s int�ress� pour que
le Bouvernemenl soit sulhsam-.
men' renseign� sur cette affaire
vitale.
A Louer
selle avec Melle Luce Thoma*.
i es t�moins �taient du c�t� de j
l'�poux : Me Camille Lstort le, j
avocat, ancien
Kepublique et
tlv.l, sons-Iaspect-.
Ie> du co'� de l'�pouse : MM.
Coi ha Sim� et 1'. bius Denis, t�-
l�giaphiste.
a B�n�diction nuptiale leur
o �� donn�e ce matin en i E-
gh�e Sainte Anne.Ils ont �t�con-
du ts � l'autel par Mr i loment
Folhel et Mme Emile D�sire.
Nos compliments.
imille Lbtoiiue, i
S�nateur de la ( '^.^tvi (\ |11 (v
M. Cl�men Po- � V wUl 11 p�M * � l^
cteur des L�o-
Electrique
-
iWn�grarioa donnant M J�'- �� '�� b rrage d.geol�. .'wi-
aVLUllL j|ClME3illlW'!!ai�l"'�Mala^W
Toutes les Polices
DELA
ISIUCn
Une grande halle Bue Bonne
Foi attenante au bureau dol
No-aire H. Pi�quier.
S'adresser � � Aux Armes
de Pariai.
Lait garanti
On oflre du lait garanti p tr
pour B�b�s, convalescents et
personnes malades. S'adresser
au No. 510 de la rue Dante*
Destouches � partir du 15 de ce
mois. . . Port-au-Prince, le 2 Juin 1H-)
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux
Eu fie Bosse ^�p
Agents G�n�raux
^ompagni* q/n^rtle
Trati^itlaniique
Le steamer. Cari mare�, re-
M . tard� � la suite des recours
�� qu'il a du porter � un aulie
flj I navire.'est attendu � l'ort-au-
�� I Frince dimanche 8 courant
~'et repartira le m�me jour
pour les ports du Sud et
Santiago.^de Cnba.
Il sera de retour � Port-ar-
Prince le samedi 14 juin pre-
ii.itU li�i et passagers pour
lie lift '� �'t ITurope.
Le s'eamer � Antilles � at-
tendu � Jacmel le 10 courant

r\
Sup�rieure A
F la meUleure
Sa QUALIT� et aon P
d�fi n 'ou�e coni urrciic�.
En vente chez :
A. Bdt�. Gaston R Martin,
irant Paul E Auxila. A. P. Barlbe-;
raaariira le m�me jour pour iemy, Stambonly et Sergile,i
-Ttini- st Julien Sanon. �A la Ni�on�
.\ la ar�oane* �Au Louvre*
� h aiacieL �� , :.! Jan^'n i
\ s L,v- �< r r > O1 d *.
Eerd. FAIT N.
Agent.
avis
Nous venons de recevoir
un ieu complet de lustres
�lectriques lACHB� po"
maisons. Ces lustres sont du
dernier mou�le et construits .
de bronze et aluminium. Ils
rendront la maison plus at
U active en donnant en m�me
temps une meilleure lumi�re'
t our introduire ces nou-
veaux lustres nous tes ven-
dons � tr�s bon march�.
Les prix des mat�riels pour
Installations �lectriques ont
�t� r�duits � peu pr�s 50 o/o
comme vous les constaterez
ci-dessous :
Conduits de 1/2 aupara-
vant 14 c s. le pUW mainte-
nant 7 1/2 cts.
Fil auparavant d cts.le pie�
maintenant 1 1/2 c.
PU auparavant 3 1/2 cts. le
pied maintenant 2 cts.
Lui. pi s Edison Mazda i*
Watts auparavant 40/. main-
tenant 26 cts.
f Bouchons fusible {aupara-
vant 10 cts. maintenant d cts.
Appareils de chaufiage au
prix de New-York.
Retrigeiateurs ueneral fclec-,
trie au prik'de New-York.
Compagnie El:;ctbio^
vert* '
du Rnir-
ux resteront on
u m�dis jusqu'� 9hn
i 6pV> *�� W m^> �----------- f - - � m
lia Guadeloupe et la Marti
que, prenant ii�t et passaRer>
pour le Havre en transbor
d�ment � Fort de France.
port au-pnoce,le 4 Juin 10.i �
r�rie'T h n - '- Hecueil <
� ..'oi :'e de 18
Mt M ori
ocat t Ncmour� T
h iuii .



*
samedi
7 Juin 1930
� - -
Le Matin
4 PAGES
2�me �iNNft� N" p;i i
i ort-au-T rince
T�l�Dhonr* � 2242
Hhuma�ismefl
N�vralgies
Gravelie
Ari�rio-Scl�rose
Ob�sit�
I
\
- . r '
e* laGo\:fte!
WZFv

KODO .' i.
e le
.-� � : id '. s
. i ...u.ies
�viH I -" � o't�.
� Mtnitnl ':�' �'< t" i�"�*l�wi An
111 .. � \i vi".
, i-.n.i \ vi. <�',< �� c4-i
, I.IIIIIC ICI
m icjriAd ... � iln fMVl� (l.-in-
� , ... Inbl ... ttoi*. du
ili lii'lliii-,
I.� r|l�.l !.. |.| . <�.[ i ��,,iil -
� . � , "i in (turfo
i,.-., � || � ! . i- '.- � r-l |M| fol�
� l, �, >.-, i ���� i � ' �' �
t.- ' .' � i .
i ...�'����'.�'" /
� | ' I � '

AVIS
aux Fumeurs
J. f). MAXWELL. Repi�-
seplant del� British Ameri-
can Tobacco Company, Ltd.,
vient de recevoir un stock de
Cigarettes � Old t�old � et
u Lucky Strike� de toute fra�-
cheur.'
Les tumeurs sont invit�s ;'i
r�clamer de leurs fournisseurs
un paquet de chicles �Wrig-
ley's pur pochette de � Old
Gold � et M Lucky Strike".
Avis
L'Administration co nruu-
na'.e de P�tiouville se fait le
devoir de rappeler aux cou-
tribuablcs que le d�lai fixe
pour acquitter les droils lo-
catifs et patente est expir�
assez longtemps.
Eu cons�quence les dispo
sitions rigoureuses de la loi
vont �tre appliqu�es contre
es r�calcitr ants.
P�tionvitle, le a juin 1930
Le Magistrat Communal
Luc LACRr/TE
ALUMINUM UNE
D�part r�gulier de Ni v\-Orl�ans et de Mobile
pour Port-au-Prince.
De New-Orl� IIIS De Mobile Attendn � Port au Prince
7 Juin ftJnln � A. le de 9 Juin 23 Juin 14 Juin 19.U). MATTEIS& Co, Agents 16 Juin .30 Juin
'
Insurance Co
Une des'plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSUBANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
ASSUBEZ-VOUS
� la
General Accident Pire & Lif j
Assu i ance Corporation Ltd
de Perth ( Scotland ) __
Car la � General �~est une des plus puissantes et des plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse
du monde. . ,
Ses Polices contre incendie couvrent aussi les .d�g�ts occasionn�s par la tondre,
Ses �olices poui Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
caus�s � autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes �mises par ses brauches d'Europe sont payables en Ha�ti
Ses Polices contre accidents sont valables dans I univers entier. Tons les voya-
geurs devraient donc prendre la pr�caution de se munir d'une police contre iccideuts
d'au racius 4000 dollars, la prime annuelle u'�taut que de 1/2 % soit 21) dollars C. C.
'i
I
Accessoues daiitomobiles Veuve F BERMINGHAM, Aux Caves
Ru9 terou, �|ci levant c'es Miracesl.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres � Air.
etc. etc.
T�l�phone : 3454
SOUS- � CENTS
Agent G�n�ral pour Haili
t'orl-au-Pnoce. <*. <�lL.G
JEAN BLANCHE f J�r�mie
Panama Bailroad Steamship Line
Service de jrcl ei de passagers enti e
^PW-YORK CITY N.-Y . CRIMudai.,' cANAL ZONE et les PORTS de la COTE
rusw i^niv t, KOUEST de IAMaWqUE du SUD.
e Hait
Panama
olus rapide et le plus dii cet service de trausnortde passagers et du tr�. entr
, i >s norts Europ�ens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de P
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre Ecosse France
Mrs. G. W. SHfiLDON Tbe i'i�II�>*;.m| ai-r our Agents al principal ports in Furope :
EN G LAN D, SCOTLAND. FRANCK.
Messrs (i. W. SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, England
In I rance, Messrs G. W. Sheldoq & Co. are represeuted by the followin firms
(ii.ELATLY UfiNKEY & Co
21 Rue de la R�publique
Mai se il les.
Hernu Pkhon& C�,Ltd.
63 Quai George V.
M. ivre.
Hernc PbRON & Co., Ltd.
Rue du Moulin � Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Copenhague, Danemark. & Co
Messrs E. A Ben dix & Co
^21 Allengade, Copeuha^en.
Oslo, No �o.
Interuatim.ii
Speditionsselkap Oslo.
Hamburg, oermany.
MM.Atlantic Freioht Corp'n
Ha m lui rg.
Hernu Pkron& C" Ltd.
95 Rue des Marais.
Paris.
Hernu PbRon & Co Ltd.,
Rue de la Tranquilit�,
Dunkerque.
Hmrnu Pbron& Co Ltd.,
9 Hue Roy,
(^Bordeaux.
GENOE, 1 TAI.Y.
Messrs Henry Coe & ( xerici,
Piazza S.Matteo,No 15Genoa
COTTBHBUBO. SWEDBN.
Nordisk Express,
Cothenburg,
Premen, Germany.
Messrs Atlawuc Freioht
Cortp'x.
liicmea.
BAR TERMINUS
Place Dessalines
Cid� chic, � Bestaurant
de premier choix o� l'on
trouve � toute heure les
consommations les plus d�-
licates.
Sandwiches sans pareils.
; Bi�re � la pression.
M�NAG�RES!
Pour teindre tous tissus :
* LAINE, CCTON, SOIE, etc.�
Aucun produit n'�gale
'La MAURESQUE*
En ven.c * for/ au Prinee: Pharmacie W.BUCH
Pharmacie Kuft�ne PF.KOII, 41. Place Volli�re. '
et toutes Ninr.es m.iiv.n* je Ha�ti
BchanUU''H aTjiuii tt franco fur dt in art Si adreufe
\ V C FEKCOO. � ASNliLRES (S�n�) Trua
PB�-CAT-LAN
Si vous avez quelques heures de loisir, le soir, et que
vous d�sirez les passer agr�ablement allez au
Pr�-Cat-Tlan
o� vous trouverez, la plus belle salle de bal. la musique la
meilleure ex�cut�e par un orthophonie dernier cri et aussi
les boissons \es plus tiaich�s et les plus pures.
Champagne, bi�re allemande ou nationale, liqu
sortes.
tueurs de tout
*~r~
*�
^ROTTERDAM. HO..LAND.
[^Messrs Atlantic Freinoht
Corp'n.,
Rotterdam,
C� i(ni na juisais �t� ail
*..�*>** qui Hf pent �tre d�aassf.
Kola Champaqne
F. S�JOUBNE
iF�fa:i ffLditiccs iuihcvh
D-ASEPSIK
Pi�paraiion et Vente
Pharmacib F. SEJOURNE
Ai*ji�**lum Mtmzeiau Cmtrt.
Cours
Classioues
J'i�.ne� Philosophie indu-
S'veulent.
M�ihode s�re, Succ�s com-
plet contr�le chaque ann�e.
Cours du Soir pour Adultes
=*t Jeunes Gens.
Comptabilit�. St�nographie
� nglaise et fran�aise, Dactylo-
graphie avec des sp�cialistes
pO'ir chaque cours.
Enseignement du Fran�ais,
le l'Anglais, de l'Allemand,de
1 Espagnol. � M�thode sans
gale.
Le�ons particuli�res de
Lettres, Sciences et Math�ma-
tiques aux �l�ves ou en re-
tard ou � ceux qui veulent
gagner du temps.
. Violon, piano).
Pension Scolaire, s�rieuse
et agr�able.avec annexe pour
�tu liiuU et Adultes.
S'adresser Rue La marre, 1537,
ou t�l�phonez au No 2891
pour plus amples renseigne-
� ments.
L'INSTITUT
TIPPFNHAUEB
Reconnu de 11 miversit�,
Hblfienne.

G' CQMP/T,
5*0iH<
�A


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs