Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04018
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 27, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04018

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR.
'358. RUE AMERICAINE 145K
TELEPHONE N2242
24mc^.ANNEt N' 670,'i
il tibi rhor if ntamrr ,) ;
M de foire heaiutitip. Si 'on p -,
preas" garik. loue la \ir pas* pi
raiMiannacafs. il a'rn ffftfe airs
|wnr l.-i praliqur.
alaise de RIKU
MERCREDI .S M\| iy;o
JLes embarras ores
au Gouvernement
Le Monde
oc
o -
MARIAGE- Lundi. 28 de
ce mois a eu lim, dms les sa-
lons de la Lgation de France
le mariage dp Mlle Stella Hano- j
ka. nice de S. E M Ferdinand j
Wiel, E. E. el Ministre Plnipo- \
tentiaire de la Rpublique Fran- j
eaise, avec M. Tompscn. Direc- {
Rhiini
,. f la res iiumst-, Ces manifestations, accom-
l!fC f'J.a ? r *cr?wre ( Pgaes qu'elles sont de ru-
lEtatde la Justice aux Corn- meurs subversives et d'inler
hpsaires du Gouvernement, prtations .rndanripnsp* n
Lire de celui de Intrieur l \ Z* du'ereu's J'ais%aTeeDM Tompaeb. Direc
il Prfets toutes deux pu- elles s'ont ^to' Kerc- T "^ ** ** ,
^ eut" deenifnrdre 7ce's )'* f'? fT- F"" .do" *. maris a*<" P P- *
i. .Lirl J i mandent a la lois labrogat ou min et marraine VI Fdm.in I
rtiom aires d exercer tous de certaines lois d'imposition Helmcke, Charg d'Affj^i ;
I,iPOUrenrayer,!S 0fl leur amendement et la do Reich Allemand cl Madame.
Bis ae certaine propagande suppression immdiate du Cervino. l'pouse distingue de
^i voudrait persuader le Lonseil d'Etat, lorsque Tau- M. Rafal Cervino,Charg d'Af
uiple, mapte en juger sai- torit lgislative a seul le ,aires de,a Rpublique de Cuba,
hent quilest dsormais pouvoir constitutionnel de ff$* la cJ?mne fIui ful
RSiirft*fr rapporter ou de modifier les Sf^rJSJUWSkSt
paiement
intrieurs, dits taxes in- lois".
T. .. I Nous entendons bien : la
I honorables secrtaires Constitution ne compte pour
It ne KP, xnnt nn H ailloiirc _:__j___i_ _ r. r.
rapporter ou de modifier les cierde IK(a, Vitffy *&
les vastes s dons une belle rcep-
tion pendant laquele une dfi -
lamer contre le paiement
taxes. C'est dire que la
e est d'importance,
lous en connaissons les
ses; inutile d'en taire ici
pos. Elles se trouvent
t A J. -I. -.. Ut l.ll'll IU 11)111
t ne se sont pas d ailleurs rien dans le rgime actuel et
tents de ces injonctions: le Pouvoir Excutif peut pro-
ot pay de leurs person- cder par dcrets lois
et sont alls dans le nord On pouvait, dans les rangs
pays essayer de rparer rvolutionnaires, penser cela
effets de rceutes ma ni tes- jusqu'au 21 avril et jusqu'au
*os ayant pour objet de 15 raai; mais, depuis Ilelec
tion prsidentielle obligatoire
par le Conseil d'Etat et la pres-
tation de serment obliga'oire
devant ce i orps. il n'est plus
permis d'ignorer cet organis-
me et o est oblig de comp-
ile fait que s est accrdite ter avec lui jusqu' la runion
Il esprit populaire la ver- du Corps lgislatif. C< la res-
'J,ue I origine de tous nos sort de l'attitude mme du
tant dans le systme prsident Eugne Roy, ces
mintslratiou du pays, ils deux dates.
ta; tous tomber l'un Eu ce qui concerne le Con-
ts autre au fur et me- seil d'Etat, ces ma n (lesta tion i
le des changements politi- vont d'ailleurs, son gard
mi et aussi dans le fait de jusqu' l'injustice, en prten-
ls 1 manifesta- daot que les lois qu'on de-
mande de rapporter sont des
ukases dont il a la seule
responsabilit, alors qu'on
sait trs bien que l'initiativ
te
rieuse musique se fit entendre.
Inutile de dire que la jeunesse
ne laissa pas passer l'occasion
d'esquisser quelques danses mo-
dernes.
On passa une heure des plus
dlicieuses et les invits ne ta
rirent pas d'loges pendant la
f*e sur la taou exquise dont
ils furen' reus.
M populaires provoques
is te but, bien impro-
M en cou viendra,
itenir des reforme cono-
mes immdiates.
Juant aux consquences de
t campagnes, nous coni-
dous les recueillir ; elles
! Induisent, en attendant
m. ou plutt pis, en cir-
pires et en dplacements
mstriels. Mais elles se tra-
cent, eu mme temps, dans
avons confiance.
f Messeigneurs,
Mr le Prsident,
C'est un cri de reconnais-
sance et un cri de confiance que
lance aujourd hui vers Dieu et
vers Vous nos curs tout dbor
dant d'allgresse. Cest Dieu
tout d'abord que nous rendons
grces. S- les Pres Rdmpto-
nsiessont venus enR.i, s ils
y onl prch des missions el
lev ce monastre, c'est Dieu,
au.eur de tout bien qu'ils en
sont redevables avec le pro-
, phte nous pouvons nous crier
a Domiiio factura est istud et
de ces lois revient titre gal 1? ",
auxfonctiounairesam.icaius *? ! ~ CU "oslr,s,rt-
du trait et au Pouvoir Ex- ^S^tf-f 5
cutif.
En rsum, les rfornus
que rclame l'opinion ne sont
pas affaire qui compte au
seul prsident de la Rpubli-
que ; elles intresseut les Pou-
lie par des impressions voira publics tout entiers et
ame celle-ci, recueillie par les fonctionnaires amricains.
IB [ rsonnellement quent, un examen concert
de la situation.
Faire accroire le contraire
an peuple est dangereux; car
lin fiuira-t-il par voir qu'on le
fcida ainsi avec les circu- trompe; et il sait se retourner.
F* ministrielles nous la
JJoqs dans sa langue ori- Peut tre mme, convien-
r.w.,uuninmui m; lit
nche d'un groupe de fera-
sdu peuple revenant de la
Mestation Jolibois de jeu-
Ideroier. Cette raanilesta-
l contre les taxes iuternes
noire admiration.
Les ordres religieux n'appar-
tiennent pas l'essence de l'F- f
glise, ils en sont une partie in-
tgrante, ils en manifestent la
beaut et la Sjintet. Ils aident
remplir la mission dont l'a
charge son Divin Fondateur
Allez, enseignez toutes les na-
(tons . L'Fgl.se est heureuse de '
se servir deux, car elle connat;
leur abngation, lei'r zle et leur
abftola dvouement.
Elle lait surtout appel leur
gnrosit quand il s'agit d'aller
au loin porter la lumire du sa-
lut, d'vangliser les mes pion
ges dans les tnbres du paga-
nisme, ou bien, comme ce l le
e*- - rcuictic iiiciul-, convien- r"i^wmiiw nu pa^.i-
wm pour ne rien enlever drait-il de ne pas trop deman-1 msme' 0UT blen comme ce t le
M saveur: der aA, gouvernement provi- J88 P0"; Hati, d'aller au secours
tt d,d W'P ban nou soire de M.Roy, qui a reu G^TiT PU u2"*re2*'
t k mch nn mn*h " y uitit nui/ ai),ic uc m, i\ty, qui a reu
'g m(ich uo : mch en principalement du plan am-
oc mch dboute : i/a' p ricain la mission de dcrter
"lle yo'- les lection-, lgislatives.
INAUGURATION DU
IONASTRE des PRES
RDEMPTORISTES
-----o----
oanche 4 heures et de- nstes, et, sa gauche, celle de
II, 'aprs-midi, eut lieu, sur Siint Joseph, le .patron des ou
M'Ot!!.., J ______ j uni ___:____ii.l.i i.. ....
gard
mes secourir.
Un jour, Saint-Pierre, ayant '
sui l'ordre de Jsus-Christ jet
ses filets, vit une si grande
quantit de poissons qui ve-
naient l'y jeter, que ne se trou j
vant pas capable le les prendre !
tout seul, il cria aux autres apo- \
trs de venir l'aider. A Hati, il
y a tant d'mes de bonne vu I
tonte qui ne demandent qu' se
laisser prendre dans les filets du
Bon Dieu, mais hlas, le nom
bre des prtres est insuffisant.
Les vques ont donc faii appel
aux Pres Rdempiorisie.s pour
venir les aider sauver toutes
F'cs-miai.eui lieu, sur ^Jini josepn, le patron des ou- venu-ies amer a sauver louies
dateurs du Moine de l'H- vriers. Malgr le temps qui tait ces mes en leur procurant 1 in-
tpas Meude-Chose). la b^- la pluie, une toule des plus signe bienfait de missions don-
c,|on du gracieux et vaste nombreuses tenait donner une nes rgulirement.
fbRen' ^e 'a M'S8'on des Preuve d'encouragement aux CVsi donc par la volont de
ndemptoristes orn des bons Pres de la Mission D'fU \*lrs hatiennes et belges. L'orchestre de l'Institution des dans votre beau et cher pays
-aliennes et belges
I, rjsuent Eugne Roy. en-
m. "- Mr Damo-jls Vieux,
."* d'Etat au Dparte-
^a Bernardin, Secrtaire
;.des Cultes des olficiers
''res Romain et Mose, a
.7* dans le chur.
!'se provisoire est simpl".
in 'k"ie a ''entre princi-
,,a btiment et est place
, J;.^oniig de St Grard.
(^"e* derri'e l'autel, se
^"Ooante de b. aut et de
M)i?.Pr8B"a' image de No
)^** du Perptuel S'cours
"droite celle de Saint
' Liguori. le fonda
li res de Saint Louis de Gonza-
pnr des morceaux
lance excuts avec maitrise.
II est cinq heures moins le
quart Sa Grandeur Mgr Conan,
Archevque de Port au-Princ>,
ouue le Veni Creator que
n e coute dbo il; il
bnit les diverses salles de l'li-
fice.
La toule regagne la cour et sur
Mais pour atteindre notre but
est d'aller partout, jusque
gue rehaussait l'clat de la fte 9ui e!
mr des morceaux de circons dans les chapelles rurales porter
le grand bienfait de la mission.il i
tait ncessaire, comme le pays !
est si vaste et les chapHIes si
nombreuses, que nous ayons
une rsidence parmi voa>, ue
cette rsidence fui belle >
able pour que les mss oun i es
y revinssent volontiers pour se
r- poser aprs les dures fatigues
de leurs travaux, qu'elle tut un
MgA~~ *i juin i, ic Itlliua- m^uiuiMfc- (#v-> - ~- -r--
vrdre des Rdempto- yez lou. C'est en vous q
le pristyle du b'iment. le ne- peu en dehors de la ville, loin
vrend Pre Hat*e, de sa voix d*s bruits du monde afin de
loquente et persuasive, no- pouvoir s'y livrer plus tranquil
e be m discours s \ .': iement ltude el la prire.
Dit a a pourvu a tout dune
manire bien digne de son ad-
mirable Providence. 11 nous a
iC
nont* ..
Te Deum laudamu. i
Domine speravi . Seigncui, so
je nous
ALIX ROY
28 annes de succs.
New -York, Rio et Buenos*
Airs Line, Inc.
Angle des Rues liantes |)< slouclics el Vagasiu de I Etat
Perl-ai Prince, llani, l'hon ,1401.
uhydravion Msaol ^service B t ort-au-Prlnce le mercredi 28 eo iroot vers fihrs a.m.,p enaiit la
malle, le Irt et les passagers p uir les villes suivantes :
Santiagodd Cuba. Cienluegos, la Havane et Miami.;
lo,ir lous aulie.s ienveignements, s', dresser au bureau de
ragent.
Le maximum de s-curit vous est oflert par l'hydravion
qui survole toujours sur son champ d'atterrissage : la mer.
I oyagez par la IAyrlmlkvt.9
tait trouver les moyens de cons-
truire ce monastre. Il est ve-
nu notre aide d'une Ihoii qui
a dpass toutes nosesprances.
Qu'il en soit donc jamais bni
et remerci : Te Deum lauda-
mus .
Mais ^our iccomplir cde
uvre. Dieu s'e-d servi dinslru
ments dociles. Cest sa conduite.
ordinaire de cacher sou oclio i
sous des causes secondaires qu'il
veut particulirement honortr.
C'est voiretis digne et trs
vnr Pre, M^r Conan, qui a
t entre les mains de D eu 11
principale cause do notre venue
parmi vous. Sa Grandeur por-
te llaiti et tous les hatiens dans
sou COBer paternel. Sachant le
grand bien que 'oui les saintes
missions, il nous a invit en
prcher dans toul soi diocse.
E aprs avoir vu le succs de
ces grandes manuvres apos-
toliques, il a vouu en assuier
la perptuit dans ce cher pays
d'Ilaiti. c'esl pourquoi, de con-
cert avec les autres vques du
pays, il a IjU auprs du Souve-
rain Pontiie et de nos premieri
suprieurs les dmarches n-
cessaires pour obtenir une lo:i-
da'ion des Pres Rdemptoristes
dms la ville mtiopolitame.
Depuis noirearriveee.Sa Gran-
deur n'a cess de nous dounei
des maqu s de son estime et
de son idtecion. Pendant qua-
tre ans. il nous a accor-
da une gnreuse hospitalit,
niellant notre disposition l'an
cien archevch. Il a mis le
comble a migniliceuce en
nous laissai au prix d'un nor-
me sacrifies don du terrain sur
lequel D04S avons lev noire
monastre.
Tous le s vent, Mgr ('onan
ne cherche ni sa propre gloire,
ni ses pi optes iutris, mais
uniquement la g oie de Ui.u et
les inter s des mes dont il u
charge. gr, vous vous fies ac-
quis un t tre sacr notre ter-
nelle reconnaissance, votre nom
restera, n b udictions d*ns la
Congrgation du Trs Siint R-
dempteur et particulirement
dans la Co umunaut des R-
demploristes d'Ha i, qai vei
ronl toujours eil vous leur pre-
mtr et leur plus insigne bien*
laiteur.
Dans Histoire dl notre
tondatiou Hati, nous ne pou
vons sparer du nom de gr
Conan celui VSonvfRpathf|ue
coadjuteur Mgr Le G>' /- .!.a
chevque de Dara as u ' o n-
i vnement < >d u n
l'arrive des Rd u ons s
dans ce pays.Son c ir si apos.
lobquea I(efculli0 joie el dts
prance eu accueillant les non
veaux aptres, li leur a cons
Ijnimeui prtj la priici-x ap
pui de son encouragement et
de sa corduit aflecl'fm.
Je manquerais souveraine
menl mon devoir, si je n'ae
aussi une parole de vive recon
Dsissenea l'gard des au'orits
civiles. Nos premiers Suprieurs
ont t toujours d'apprendre
que loin de mel're le moindre
obstacle notre ministre et
notre tablissement le gouver-
nement d Haiti s'y est montr,
ds la premire heure, extr-
mement favorable, sachant que
cest la religion qui lve les
peuples et le manque de reli-
gion qui cause leur malheur ; il
nous a encourages a poursui-
vre nos uvre destine re-
nouveler la loi et pratiques re-
ligieuses dans loute la popula-
tion haiti"nne et lui procrer
ainsi un bien incalculable. La
prsence cette crmonie du
sympathique Prsident de la
Rpublique, M. Eugne Roy,
l'Elu du peuple, nous est un ga-
ge prcieux de la protection que
le. Gouvernement daignera nous
continuer dans l'avenir.
En nous honorant de cette
sympathie, le gouvernement n'a
lait que reflter les sentiments
in'imes du peuple haitien tout I
entier et plus particulirement
de la population de Port-au-
Prince.
Guids par l'esprit de loi et le
sentiment religieux qu'il a reu
de ses anctres, le peuple d'Hati
a tait aux nouveaux mission-
naires l'accueil le plus touchant.
C'est la population de Port-au-
Prince qui a donn le branle,
j Elle a rpondu avec un joyeux
; empressement leur appel. Les
\ missions donnes dans la Capi-
tale ont hit cho dans toutes les
, villes des provinces et jusque
cules tellement lorsque nous
arrivions dans celles-ci pour
prcher les exercices spirituels
nous trouvions les mes excel-
lemment prpares la grce
de la mission Et lorsque la mis-
sion tant .finie, nous devions
bien nous en aller, on nous di-
sait : quand donc reviendrez-
vous encore ? Restez donc avec
nous. D'autre part, de hautes
personnalits de Port-au-Prince
nous ont demand d'assurer aux
paroisses le rHour lguber des
missions et celle fin, de nous
tablir dans la Capitale. Et ds
qu'on a su que c'tait chose d-
cide,ce fut une joie universelle
et l'on a souscrit gnreusement
pour celte uvre : les riches ont
donne selon Ituis moyens, les
pauvres aussi ont vers leur obo-
le.Merci du tond du cur tous
li k un -n par iculier.M ici
n- ve u -i no r breux %
i a l'ioai g . io de no.
na 1re. A Di u dope et Vous
aus^i notre letonnais&ance. Te
Deum lauiamus tace iri de
reconnaissance pour le pass
U e un cri de confiance pour
l'avenir In te Domine speravi
Comment M pas >sp.iren Dit a
j aprs >: voir prouv d'une ma-
nire si ri au leste tes effets de
vu dans um d nos mai-
sons de commerce i naiionqoi
se plaignait de la conduite d'un
e ses employs, lequel prsen-
tait chaque jour des slgl es d -
brit totale. Or. l'employ, ne
sortait pas, Mivail mme i;n
rgime assez svre.
L'ide vint de vrifier lu po-
tion qu'il prenait rgulirement,
toutes kg heures, v !. les in-
dications du mdecin. Et alors
on eut le mot de l'nigme. La
potion que prenait l'empli Vi
tait simplement du gin sucr
auquel on avait ajout une ma-
tire colorante.
...a vu sur la iimlc de Rizi -
Ion une auto tkux places qui
ilait en panne. Au volatil se tt-
nait une jolie jeune fille, Ara
comme une amazone, A l'allure
imprieuse et aux yeux tendres.
Prsde la voilure se tenaient des
cavaliers qui taisaient tous buis
eflorls pour rparer le pneu et
obtenir un soutire de la jeune
fille.,.
Mais celle-ci, impntrable.
nigmatique, attendait sans dai-
gner remarquer les efforts de
ces dvous admirateurs qu'elle
prenait pour un simple el lger
dommage a sa beaut...
* 9
... a vu dans un de ces ca-
boulots o les petits bourgeois
mangent leur faim pour une
ou deux gourdes, un homme
aui, aprs avoir copieusement
ieuner d'un beefteack et d'un
bon plat de pois et riz, s'est pai-
siblement endormi, taisant de la
table o il avait si bien mang
comme une sorte de lit. Comme
les dpouilles opinies d'une ba-
taille dsespre autour de son
sommeil s'parpillaient, verres,
cruche, assiettes, fourchettes,
couteaux, et sur les miettes du
festin, les mouches semblaient
poser leur bourdonnement sa-
tisfait.
*
... a vu I l'fotel de France
un de nos amis qui a laiss Port-
au-Prince depuis des temps et
dus temps pour une petite ville
do Sud o il faii de la spcula-
tion Il n'a pas vieilli depuis les
dix ans qu'il a laiss la capitale
et son rire est rest tellement ce
qu'il tait aux temps dj loin-
tains o il faisait chaque soir le
tour de lous les cafs de la ville,
que tous ceux qui le rencontrent
ont l'intention de ne lavoir lais-
s que depuis hier soir.
*

...a vu hier soir pu homme
qui passait en se dandinant,
avec aprs lui une demi dou-
zaine de vagabonds qui fredon-
naient on nu savait quelle chan-
son populaire d'une voix avine,
svec des gestes larges et indcis
qui disaient car-meni que loute
la compagnie tait travaille par
l'alcool. Quelqu'un, remontrant
la troupe, murmura, el dans
ses yeux passrent des lueurs
de dgots.
C'est le Suffrage universel
qui passe.
I Voir suite n 3* page)
La Solidarit
Serif d'assislaarf mutin-Ile
Sance du dimanche 1er juin
i heures de l'aprs midi en son
local rue de l'Enterrement ct
de l'Hospice S'Franois de Sait s.
Ordre du jour j
ceplion de nouveaux niera-
'.i ;
Sanction procs-verbal de la
dernire sance ;
Dpouillement de la corres-
pondance :
Rapport de la Commission de
vrification de la compJabili'
du Trsorier
Question d'intrt gnral.
Le Prsident, Le Secrtaire.
BOSQ JtLlioJQSEPjfcf


***
PACiE-2
LE MATIN M Mai 1930
^
Untvl, lifS
vo**1 "
Mr Louis* Callard
------------------
Au Corel N D. du Per-
ptuel Secourt.
o
UBeMlrH ta Uib&
, orl-au Prince, le 2< Mai
1930.
S i;. M eue ROY
Pr&idem le 11 Rpublique
Pal Natiot
Dimanche matin.les membres
du Cercle du Bel-Air se sont
ini. Y o;>t pria part, M. M.
,.C. brisson.londatenr et pr- :
sident d'honneur, A. Deyerson,!
Is. Haymond < L Louissaint,
membre! honoraire.
La bienvenue u t s- uhaili
a ces M. M. par Melle A. Hyp
Etant donn le nombre ire J)olitei prsident.* de la socit,
restreint de loecliom publi- Aprs lecture d'nn pror* ver-
qiies. il iriipoite que je vous )>a| et l'admission de qotlquei
uj .... i| i>.e avec vos nom- membres, on pass la | artie
hmiX ei les diflrtnts ht raire. Ont dit des morceaux
xiupeiDfiili politiques qui d'A,.Chevry de Vicinr Hoge. di
deut avoir fait Voue M. Coicou et d Ah. d de
Ni

Prsi lot,
Vous reu n a
comme Liei
Departeoiei i
go.r, i i i I.
Je i- if 'i i-i
ni i deiniaaion
de Service au
des Finances.
Celle dcision, que je Vous
le dise loul de suite, ne cacbc
venue srrire-pense d'hos-
tilit ni Votre personne, ni
Voire Gouvernement elle
a Inspire plutt de la logiqui
les vnements en cours el
des scrupules d'un citoyen
qui ne m reconnat aucun
droit vos laveurs.
Veuillez bien trouver ici
M msieur le Prsident, l'ex-
pression le mes sentiments
respectueux.
Louis CALLAKD
set
Nius-
vttile Hyppoii(e,H. tfanas-
.. G h i (.."s-'-''* ei
.M.i .(, i m un 11 A.U. v.i >o
lu s piogis ont ie constat
es mo
'iicc
ptne.
Le but poursuivi par M. .
Lhriasen sera atteint. Le lon-
lateur se plaint nanmoins de
TURENNE CARRI
Consul Gnral d'Hati
au Havre
L'est notre ami Turenne
Cari i que S. E. Mr le Prsident
le la Rpublique vient de con-
fier la dlicate mission de diri-
ger, titre de Consul Gnral,
noire important Consulat du
Havre. Lu ce moment ouest
l'oroie du jour la grosse ques-
tion de la standardisation et o
l'exportai on de nos dni s de-
. u-itl une des choses les p'us
importantes de notre, piohime
conomique, oui choix n'auran
pu tu p us heur >ix que e'ni
de M. I irence t'.i i. bu ell '.
i .:i e ami <, i' idahl p es de 10
, i n a Porl iu-1 une
d< s ,'ln> gro*%ea ni naortS '! i *
p >i 11 ion h ii< .1 ^ liire q-< i
UO I a t.u I i : qoMliOJl e1
qu u saura metin au mi vie- di
son Ktys les unpoitantes cou-
ioiTaux ont t dus suc 1 naissances qu'il a acquises dans
ia Le cerdS N. D. lu Par- I * commerce.
I Secouis est en marche. k""> le lelicitons de celte
Jiauti marque de distinction tt
d sympalhiedont il vient d'tre
ob|et,et lui taisons nossouhaiis

taieur se m.mu .icaiiiinjiiia t .
l'abstention de la jeunesse le succs les plus s.ni res dans
In (.offi..i-Q au il ttw.nl rlanlrpr
I Mrf m nsji .w>* . i
Chapelle
St Grard
!.. sema
Aprs les belles crmonies
faites dimanche sur les hau-
teurs dsi morne de l'Hpital
pour l'inauguration lu mo
nastre des Pres Rdempto-
rislcs, le Rvrend Pre Ma-
msr b mis, ds le lendemain
lundi, la chapelle la dispo-
s lion du public.
C'esl ain i que l'ordre des
Offices religieux ;i t ainsi
arrt:
I h. u . jour le
I B| il s ; eux messes l'une
;l 5 heures 1/2 et l'antre
t. heures.
I es Dimanches les messes
seiont dites a ") heurts et H
(i h. l|2 Salut 6 heures
du soir.
Les heures de confession
sont les malins de 5 lues 1|2
f heures <-t de 6 li. 1|'J
U heures Les aprs-midis
I.- 4 h. a 6 ii. l|2.
Comme on le voil.nosboDS
pres n r.ni mcnl .1 la lche.
Dimanche,ler juin l hres
ei demie h- l'aprs-mi II, il
s jm procd la bndiction
,i iqi statue lu mira-
culeux S' Grar I
,es li leli nl ci i" li 'le-
ment iu\ ls.
masculine. Il complimente les
demoiselles de leur persvrai
ce et les prie de conduire leurs
hres, cousins et amis au Cer
de el a 1 es bonnes runions ins
tructivea.
M. LhrissOU, cette runion
a mis le doigt sur une plaie. It
dpeint la situation de la rgion
au point de vue du mar-age
jui est deveuu ns rare. On en
registre a peine six mai lages pu.
,10 pour toute celle belle el un
poi tante rgion de la Capitale.
D'aprs ces calculs el vu la po
,ulation du Bel Air, on n'au.aii
Ifi en compter aumoins cent
L'est par le mariage que se
:re la lamille. Ce sont les ta-
milles qui constitue ni les assises
d'un paya.
Mr hrisson propose ! orga-
niser une runion spciale la-
quelle prendra pan ta belle
jeunesse des deux Sexes du 13i I-
atr ayee ses parents.
1 e bureau de la so il ds
(Oara un orateur qui viendra.a
prs tude de la questions xposer
le langer de la situation aitueil
de celle rgion jadis la plus un
poitante de la Capitale. Mr Lh
risson dit que le bel Air ren
1er me des lamilles laborieuses
et Immuables. Il le connat: se>
anctres maternels y ont pris
naissance, le snateur Lalontant
et le Capi'aiue Morno. C'esl
pourquoi il s'ioliesse lui.
.Mise en discussion l ensuit"
ux voix, la proposition est ad
mise. Le bureau Choisira le
conlrencier.
Cetie runion importante est '
lixe au dimanche 22 1 ni n pro
h m.
Voil de l'excellent, besogne.
la carrire o il vient d'entrer.
\r II.111I t oiiiiuisaiiT part ru roui"'
Pur le steamer Aucun de la
Punanvi Une qui la se notre
radeuiijwurii hui pirt en voyage
de cong ainsi qu'on le verra
par un avis publi plus loin, M.
John H, Kussel, Haut Commis
sane Aujiicatn. M. le Gnral
Kussel est accompagn de Mme
KumcII.
Pendant son abence qui sera
peui-ire de deux moi.s..Vl.Gruin-
mon, Charge d'Affaires, aura la
direction de la Lgation Amri
came.
Encore un vol
do machine crire
On se rappeilr, Il y a le cela
quelques joui>,qu'uu< machine
1 crire portative a H vole aux
bureaux de la rdaction de notre
conirre < Halli-Joarnal . Hier
iiiiim c'tiait le chmet de notre
ami Me Frtd. Distouihesde re-
cevoir la visne d'un voleui qui
lui a enlev aussi une machine
crire portative Kemingiom.
Nous esprons que la Police
toujours active.arnvera a mettre
la main sur ce chevalier d'in-
dustrie de nouveau genre.
Notice to the Nawspa
pera of Porl-au Erince
Lq view ol tha fcet tha
,.| -u v. u v,,ni the American
High Comraissionner dparts
lioni Hati on duty or leave
il absence, rumors aro cir-
culated and articles are pu-
blisbed regarding hli denar
lure witboul anj toundauon
oi lael aud usteusibly to mia
lead, the following informa-
tion is The \u" ''"';ii| "'JAh Com
missioner will ";"l Irom II iiti
on lhe 28 !'i ol May lor 1
conlerence al Washington.
Al lhe conclusion t the cou
lereuce.he will go on a short
leave. ai i le expiration ol
which lie will retiitii la Tort
au Prince aud icsi-ine his
duties.
HUllTIOX
IvbailJoiiiauix le Porl-aii-Pce
lm considration du lait
que Haut ommiseaire Amricain
part d'Haiti en mission ou 1
cong, des rumeurs circuleul
d ,e;, 5 d londement
sont publies dans l'nuique but
d'induire eu erreur, l'inior-
mation suivante est donne
la presse :
< Le Haut Commissaire Am-
ricain partira d'Hati U 28 Mai
courant pour une contrence
Imieale les loslilulturs
H les liisiilulrii-e
Hier, 11 heures prcises du
lalin, les membres du bureau
ta Conseil d'Administration de
l'Amicale des Instituteurs el les
Institutrices de Port-au-('rince,
ml pris contact avec M. Damo-
ls Vieux, Secrtaire d'Etat de
i Instruction Publique.
La prsentation des membres |
lut laite a vl. Vieux par le Pr- '
sideal de l'Amicale, M Flix
si igloire, Inspecteur des Lcoles
le cette circonscription qui lii
en l'occurrence,au nom de l'As-
iciation, une courte maissuhs
I intiaila allocution au cours de
I ujuelle il exposa les buis que
arsuit l'uvre.
vec une aisance qui lui est
pirtiCQlire.Me D. Vieux exposa
e 1 tei mes clairs et sincres les
iiis de vue du Gouvernement
ir la question qui passionne
i tut et juste tnre It nsembh
l Membres du Corps Lnsei-
mt.
Les Membres de l'Amicale
lit sortis enchants des belles
larations du Sein fane d'Ltat
juiest un vieil universitaire el
1 concail a tond les vrais b -
de i- Coi i>n.
*

Le Pusse Le Prsent !
L'Avenir.
On trouvera cet
Entre : 1 00 ; 2 (K)
DKMA1N.SOIR
HEURES : MATINEE:
A 5
A
Feu
et a Sana
1 i.O.
A 8 HEURES
A l'occasion, de l'Ascension
Taldy prsentera :
Les Larmes
de Colette
drame puissant, {en par Sandre
VlilowanoM. La soire dbutera
par l'Actualit :
/./.. A.t. BR U Mariage de
l'rin r Hiimbert d Italie et de la
Princesse .\iurte Jos
de Belgique.
E itre : 2 ; Loge : .'I
LA PLUS AXCIfKIIC El U nus EFFICACE
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
assasi
P^SJ
MB0
x' voleur
deBAGDAG

t
DRAGES PEYRARD fi
Gumr/mment Im
BLENNORRAGIE
TtHITKS PHAIMACIES
iikaU'M PEYRAM. K,*i< Crtctl'' PARIS
ouvrage
^-
conlrence il prendra un pe
lit cong l'expiration du-
; quel il retourneia eu Hati et
"Wastengtn~ A la tin de la f reprendra ses iouetions. >
Je Mr Pie'-c Antoine ou Pr'MCBM|li ^stisssle des Chenius
de Deux f?r 4'Halli
. rie, rue Have;Aux Armes
Je Paris, ihez lienoit Oissus,
en lace de Max Auguste, rue
Pave et la Pharmacie Com-
merciale, Grand'Rue.
A l'occasion de l'inauguration
de Sainte-Anne Saintard le di-
manche prochain, 1er Juin, un
Train Express laissera la Gare
de Port-au-Prince six heures
lin tre onrnera Jansl'a-
l midi.
IHer-retoor Odes :{.i.o
L Express 1 lmentaire de
ort-au- rince-Saint Marc lais-
sera 3 heures comme l'ordi I
Baire. La DIRECTION ||
LA NOUVELLE DODGE & en lignes
La hoavelte Ihdge Hud m ligne* apporte an champ
des hait cylindre une earactrliltqae tgpique de qualit,
de constitution A de dpendance de h Vodge Brothers.
Cest une perfection exceptionnelle de ta mcanique, un
triomphe de luxe, de g andeur cl de conj. t, ainsi bien
qu'une In Manie performance. Mais te pas important de tout
, \ tt qu elle est, dans chaque considration, une person-
nification typique de la production de la Dodge Brothers,
et une vraie beaut dans chacune de ses parties de la
Dudgc Brothers.
BW DODGE eiGHT

CHKYSLER
MOTORS PRODUCT
-l!
KNEER'S GARAGE
Distributeur
rue pave poar-AU-Pftw :e ( rt vin )
IHONE: 231 kA2234
mkho'
ADRESSE
fJVhrebalais. le23 M-. 1930. an
127me i- 1 Indepeadatice,
La Population de Mirebalais
A Son Excellence I* Prsident
d> la Rpub'i^u
Pilais National de
Port-an Prince.
Mons;eur !* 'T^si t#nt,
\ 1 avnement d* Vo E^
Cel'e <*e I I" ectio d n
lui es de ia Rpublique, la Po
ptilation de Mirebalais vi^nt
Vous prstntir ses respeetoaoi
hommages.
EUe vous prie de croire. EX-
CELENCB, que c n'est pas
(mime hier, hlas pour rem
piiruniquement nne sim >le to
m liU otfl i
po r donner < f. I i < 1
plus relle sincrit, foxprea-
s 10 1 de son amoor pour Mon-
sieur EUGENE KOY t de
confiance aveug'e dans la rali-
ondes esprances nationale!
c mcrtise'dans celle hante et
i.iip*ccable ;.ers nnstil.
Vous ave* I :' I sacrifice 'le
Yitre amour passionn, Bon
. uivoque, d la vie indpen-
dants la Cause du S lut Ni
lio'ial.
Vous avez t*M d;i dsinlre*
sein t une vertu auvi ut
j.),i l hui il..ns a o u h i
lit .me.
bien pntre, de la valeur de
ce sublime sacrifice, ei de la por-
te de celle salutaire leon, la
popnlato'i de Mirebalais du a
Votre EXCELLENCE de corap-
ler sur sa reconnaissante obis-
sance et demande en mme
temp^ i Eternel de vous don-
ner m main ce u .ssage Pop
pnib'i' Je la vie publique.
(.Sign) : Vertot Ch vry fiis,
Chariot, M Mr. t). Mi heu, l D.
Alexandre, 's. Dabaisson, K. C.
Mon '-o, E L t*. Cantave, E. A
\. 1 oz au, E >i4 L. Fra ,'> >.
I 11 Cfint ive.p e; Sy Inn m f,
F 1, J U. G1 giir I,
M S. B ni n 1, E '.n 11 ;o Cad*
mus Joseph, Jh C Jeune, VeUy
C.lov ph Mursl Vl..nl-xi-,l)Che-
iv I) Fd Kmua Marc, 3apt.
M Gaston,H Enaill >,D Ju-Gilles,
I) M. Joithim, L. M Joachun,
IV E. Be4ubcauf, C. Chevry fiis,
M. H I v: ,h L. M s !, I) ibuiv
,) S 'H i I >b,
ii -\ ; l \
u*, \\ le \ n d M -i e, vlme
Lttuis Ch%-y. N lie Chevi v.
Henry Monta*. Mlle 4iracia
Vlontus, Jantus Chevry, Merilien
Millieu, Mm Mrdiea, Lucius
Chevry, Peru md Chariot, S.
Chevry, L M igistral Commu-
nal Louis Ch . ry,
Avis
Le Dpartement de l'InstrS
tion Publique attire 1 attention
des intresss sur l'erreur sui-
vante glisse dans la flx-ihon ae
la date d.-s examens de PaSJJr
Lexamen de fia d'Etudes Nor-
m.les aura lieu le 7 j-ullet au
lieu lu 21
Horn-Line
Le steamer Waldtrs1
llorn, veuant d'Europe.*
ici vers e 2 juin,pai tant pour
Ki igNloii, S,1-Doinigo.bu-
1 ,o ec, pr nant i'r1 et Ps
J1,',. .ne. C-jusuI Herj
s ar u. K ngsM).est a'te
lu ici ver. ! 3 iuin.en'eaj
lui l'Europe via le ^^
preu-mt irt ctwpa^8ers;a!tt
Port au-Prince,le^3 Mai Jm
mvmmm

NfeL____t
Dr. Be


LE MATIN- 2$ Mai 1930
M

PAfit S
PHARMACIE
PRINCIPAL
H. CANOMm
Q BouttVARO CtQMTOAX
PARIS
vendant
lt: m ntinci .vjutra du mc:oc
loiults d:s Pmnlftra Arq
et (osjeaji dt pxsaiAn fkatahea*
UNE SEULE QUAUrt :
LA MEILLEURE*

-*+*-
l'OUR AVOIR UNE PEAU
VELOUTEE
- o
.'

,.-
t..
a
L'ilMge 'o.ii jpi lie Vn-
tblOg Un MM l.\f IMlId M -
rwa votre t. un aussi don
el aussi satine que ( lui I u
bb Nous le garantissons
LEXELENTO
Vamshing Cra m
Est une crme sans graisst
que la peau ahsoibc. Eli-
nourrit la peau et emp ht
qu'elle se lne, se ridk>, se des
sche.ou ne devienne rtlgui u-
se. Elle conserve la peau ei
partaite sant.
Procnr z-vous au otird'h i
un pot d Ex lento Vanishi i
tream;en vente chez tous les
droguistes ou directement de
nous sous garantie, comme
vous le prfre*.
Eci ivsonoufi pour avoir m.
chantillon gratuit et un livre
de conseils pour la beaut.
EX.E'.E\JTu, H&ACIN
COMP.NY
ATLANTA. GKORGIA CJ.S A
Ae>n'* lavandes pour 'hj
tort
fictive, p.).,, rtj.heunem n-.
Est prsent pou' gripp-
eiroidissemeut, denguc,Bde
livre et paludisme, [
..t le pius rapide remdeI
RAYON" HP&GEAXi
POUR LES COLONIES
DROGUERIE, HBRBOBXSTKBUI
SPCIALITS
Franais et trancroa
SELS DE QUININE PURS
Tous produits en flacons,
ampoules, comprims, cachets.
SOLUTIONS UPODEnMIQUEa
BANDAGES, CEINTURES,
RAS A VARICES
APPAREILS HYGliNIQUES
pour tous usnges
APPAREILS ORTHOPDIQUES
Seringues hypodermiques
PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, etc.
Projets de Factures
et tous renseignements
sur demande adresse
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RrUMUR
M-lO,BOULEVARD SBASTOPM.
, PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en France ni l'Etranger.
bsj quil vous faudra cisanbcr dej NEU
Uniquement pour pouvoir rompu
les s ne us dont vous avez dj nulpA vati i
auto essayes le Pneu qui doit vous don;,
satisfaction.
ACHETEZ UN

i
e ,! ti .i t. pass n uim ; i
g '' a tl OW* |f-p I (., ,, | \j.(
,,,,s "'' le > u mues, .'.s so l
l >qne s ip1n_
11 | ( i i s
rouit- dne
Distributeur
IRAi\CK
J. MARTIN
I
i
Plient* iNi.'U
PUCE 6RFFRARD
IVt-iiii-l'riii.Y ill.ni,
Inauguration du Monastre
(Suit, de la lor page)
a ' uie p i otecho i
U tu n. t.ii> s II choses de-
S vr s s<.u pa-laitt-s Ii
i >eiO t oit pis d lesp onon-
o .,il les cheve, it u- t.ni a. te M
rc leui but qui D'est au r> que
goire et I* bi> n d. s mes.
) i nous avons le larme espoir
que Di-u nous aid ra d.n*no
sainte enliepriae. I. doit iC
tir car c'e po u lui qu nous
travaillons.
I d' a se. polr. s U.j,
ie h 2 l'ev.wigne, voici que je
a.s avec vous josqu la con-
i mimatioa des ncl s Jsus-
liris 6m donc avec nou el si
L) eu st avec nous, qui sera
ooutie nous Nous avons cou-
ti ii.ee aussi dans ceux dont Dit u
sVsi servi jusque cet e heu-e
pour nous aider tablir noire
ivre.
;r io zle et nol.e re pe -
u* se suuin ssion, nous nous
efforcerons de memer la pro-
tf i on con taire des au oriles
religieuses et civiles.
Par notre d vouement sans
bo. ns, nous lcherons de con-
qurir de plus en plus l'estime
et i cor.fi mee du peuple h <-
tie et e nous assurai laide de
tou ce s qui peuvent ei qui veu-
lent co courir a faire avancer le
rgne d. Jsus Ghusi d'un- ex-
t mi e I autre de la belle ile
o'ri iti.
Kl q iel est maintenant l'objet
'cette confmr.ee? Quel est la
bien que nous t spironii ob<< nir
et raliser ? D'abord celui qui
n propre notre Institut qui
-t de taire rsyonnei i. lum .
i ta ihaleui divines i s .ut
. i tendue du pi ysaFailes sui inut
pour les anus les plus dlais
nes, nous avons Iespoir d'al
eindre jusque dana les moin-
dres et les plus lointaines cha-
pelles rurales, celles qui sont
es plus diiiHi-s des secours
" Itgieux.
Mais les musions ue sont p;is
e but exclusif de noire Congre
ganon, nos Constitutions veu
enl que nous nous appliquions
u-.si de tout no>re pouvoir
cultiver les Ames dans les en
droits o soin fondes nos mai
sons en y exeican les fonctions
du saint ministre.
Mais pour cela, il est n es
sane que uou.-. ayons uuegl Se
Comme la v.iic de ('un au
l'iiuce a i.iu- tendance hu-
ma quee a se dvelopper de ce
c.e el que d. utre pari, cet en
droit se trouve a uni distance
considrable peu pi es gale
des glises du Sici Cur et d<
Ste. Anne, Sa Grandeur Monsi i
gneui Conan, dont le seul souci
est le salul d.s mes, a prttei
que nous levions ici cette gli
se .lin de pouvoir atteindre un
plus giand nombre de li lle
exposera Dgiiger leurs devon.-
religieux.
Il laui donc, qu'aprs avoir
COi sli Uit le moiiasleie que nous
song.ous a btir une glise, suf-
fisamment vaste pom y mettre
a taise ceux qui vn.uU.onl la
frquenter, el eu mme temps,
puisse prouver qa on aime ve
nir y prier.
I' qui sait .si, dans les des-
w.<< i de Dieu, il n'a pas t d-
cid que voutr-mme contribuiez
largement A i l< vercora ne l'es-
I v-. o de von, r connaibsance el
, co unie monument historique
en souvenir de la pleine sal.s-
laclion accorde vos aspira
lions actuelles et lgitimes.
Celte glise sera ddie St.
urard, huiiihb.. frre Rdemp-
torisie. Nous esprons voua faire
bien connatre, aimer et prier
C saint si puissant, ce grand
ami des maiu na et de leurs
chers petits enfants, et parce
moyen, attiier sur voire pays
d immenses faveurs.
Ne craignez pas que nous fa-
vorisions par l la superstition,
Saint Grard a t un ennemi
acharn de celle ci. et les li
demptonsies, ses Irres mettent
'outt leur ardeur en dbarras-
r tes iiiies dans les missions
q Us prchent, cesi ta dvo-
ok\ bien entei.di.it- que nous
preiemiou rpandre, celle qui
irrechci les a un s au pcn,
es i anime a 11 pnitence, a l'hu-
milit, la chastet, tou es les
'eilus eutin uoui S.nnt Grard
unis a donne de si beaux exem-
ples.
Uom l'ancienne loi, avant que
ai ba.ll le temps de Salomou,
,) eu voulut que l'arche d idlian- |
v-e lui place dans une lente por-
anve. Cetan la quil parlait
toisa etquon lui ollrait des sa-
c: i lices.
I^'< aiundaut que noire glise
sou construite, Jesus-Cbrist no-
tre Dieu el notre Koi Veut bien
reider dsns celle chapelle pro
eiaora, habiter sous lt mme
ton que ses missionnaires, mais
cesl la une situation .anormale,
111 ' J nui
...t entirement i Lui il |
n ifl llesua end t I ... |
' i puissent s,- ri uni t
i ds. >i fsul une
tomme un nouveau |u
mirael d amour
sur toute la villa.
Nous av-.ns la i ,
elle sa fars bi
Buiourd hui d
l'on va faire VOUS
gnraosamanl
mes de celle cous ruclion. \
oubliez pas, ce q
Dieu n est pas perdu
donnes pour cette glj ,), ,
x "> vt'""' habilei avec ... -
vous donne, a ,- ,, ,,.,.:
place d honneur dans l< i, opi
ternel du Ciel o i
ter./avec lui panda ni |,
des des sicles.
Retour la chapelle Sa Qn
fcMP '",i" donne
bndiction -u Tis s i Sl
c rement.
Pois le Prsidanl da la R-
publique accompagn deadeus
Secrtaires dEtal et des dans
idesde camp, mile lea di\ -
set parties du local. La Dessali -
"1-'11"'' tt joue, h pnblj, nv,,.
i mna longuemt ni , Kcsl-
,;ncek'1;" tue le
Rvrend Pre \l ,',;;.
pagne a s.i voilure.
ptait6 heures ,,,, (llI
so" braque pril fin celte balla
et mouvante.
Le Matin apprcie I uvra an.
lrP"w par ces dvous Mi"-
Bionnaireael leur ,. (i(.s
succs de plu, d;
dans leur uyrednnt ,aula
porWa moralisalrii dont les
dans tous les milieux.
wmm&
ALUMINUM LINE
Bb steamer taisseia NeWOKana le 7 Juin piO'bHa e
Mobile lt 9 |i in / nti- t -, i i n. c Bt. u
ut n et lts tu imi Ni o.
A. t t MA'l'lLlb & C.'.AjteiiUj Gci i ;,i.x.
's
Toutes ici
W I A
y iiniii.iiiiii
ji
-

comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de tau* *
: t utt
V 9mri*i
aa< i>ii-ii iuio oc uo9nuui8 ueneraux


Mercredi
28 Mai 1930
Le Matin
Page
Energique antiseptique urinlre
ta ragtot iwWWiw
*i rcwwnii Wa iwm* ','
Mat uni il.-*- <":l rff
.*, .. -ni o aeul
r. !0| .1" M '" "

1
I ..., .-------m*m '
4 gif c(f t radicalrmtnt
Supprime lea douleurs
dr la mflcli'W*
iuifc t.nte compIIrottoHy"
i u un ai ^* *l"
.jon-xv.
uitturtfi
-a..
u Pja*-, iui <
enugesikutr,? : m
qui use a.- "*? "/t.
nain-". mpawHm
tlsaua. rate un ry-
Ile celle:* HPUW
maurtrlcr i">*> ""
inani pour le $oaoctK^
partout > mata ancra pour tou
le utri Blcrobc,
auiqucla e dernier
rut aaaaoclar. iumi
tout tl est le tonde-
neot, la baM du trai-
tement de larthrlta oj
eu rhumatisme blennor-
rajtlquf. |>ar:e qu'il at
celui (la l* bleonorra-
ta elk-memt.
%y Rntw*
et murtvtU*

f
I
Panama Railroad Meamship Une
Service de fret cl de passagers entt e
, .siAi /ri'Jk pt ios POHTS de b COTE
vi-tu vnniv' rif Y N Y PB?S m mnu. ANAL Z\ma ei^iea rvn.
NEW-YORKUi1 .n .-* i gi ^ rANj,.|\|QnK du SUD
>^v^rwtSHh*l)C)Njv. Co- 17 James Sirect, UeiRPOOl Engiard
. Tlu' folio* i.iQ II* Mf Aa/ols P'"''!':1 Pft,,; ln r,nol"* *
ENC.LAND, scoTLaND. FBANCK.
Meurs 6. W, SHELDON & Co.
17 James Street, Liverpool, Eogland m _.
in Lance, Messis (i. W. Sl.eldon & Co. are represented Ly the faMowta tW
Glklatl Hi vkky ftCo
21 Rue de lu Rpublique
Mars* lllefc
llKHM PON & G*, Ltd.
53 Quai iix orge V.
flfl iv.
IIkhn! Pbrom & Co., Ltd.
Rue du Moulin Vapeur,
Boulogne sur M r.
y OPENrHGUE, D Ni MAUK. & l'.O
Measrs K. A. IteNDix & Co
Heiuto Pkron& C,r Ltd
!).") Hue dei Marais.
Paria.
Herno I'khon & Co Ld ,
Rue de la Tranquilit,
Dunkerqiie.
rBRND Peron&.Co Lui.,
i) Hue Koy,
Bordeaux.
Genoe, Il VI.v.
Maasra IIi:\hv i'ok Si ilbrici,
COTTENBURO Q^WBDBM.
Nordisk l^xprtss,
CoibcnbWg,
Dreicbn, Oermary.
Messrt Atlantic Freioht
Corp'n.
Bremeo,
OSLO,NORWY.
Lntci i ional
Speditiootf" kap <),!().
Kamburo, Jermahy.
MM An.-.mm l,tMT Corp'n
[lumlM
ROTTEBD M,HOLLAND.
Mv>MS ATLANTIC FREINOBT
Corp'n.,
Rotterdam,
AUUM1NI M LNE
! t;;'i! lguliei <. NtV DliaOB et de Mobile
{jour Poi lU'Prince.'
De New-Orlant He Mobil. Attendu Port au Prime
; .1 9 Jl l" Juin
.<; .,:; Ju u 'Mi Juin
Ce il i lip KM.
A. de MATTEIS& d. Agents'
PAGES
24erne aNNCE N 6703
Port au-Pnnre
Tluhone 2242
mm\ iiiuiiiijiii
Accessii es d automobiles
Ru Frou, .'ci > -.-.ut ('es Mira csl.
Gazwinc, Huile, Graisses,
i Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
Tlphone : 3454
AVIS
aux Fumeurs
J. I). MAXWELL Repr-
seuSaiit de la Rritish Ameri-
i i! Ti bacco Compauj', Ltd.,
viout lit' recevoir uu slack de
Cigir.Mtcs OIJ Gold tt
: Liuky Strikef de toute fr:?i
cbeur.
j Les liuneurs sorrt invits
rclamerde leur s fournisseurs
un paquet do cliicles Wrig*
ley's !>:n porhelte de Ola
tlld i et Liifky Strike".

0
km -^
imurauce -
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co (
Aaents Gnraux
i
vWa
P^
w
.Mf-

ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
causs autrui daosjla P*2}0 ^TrancheatfEwoiie sont payables en Hati
Ses Polices Maritimes mises par sfs,fra"c"f,divers entier Tous les voya
Ses Polices contre accidents sont valables ^2JB5/5 ^ ^X accidents
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cayes
Agent Gnral pour Hati.
SOUS CENTS:
Agent Gnral pour Haiti.
t'ort-au-Prince. G. GILG
JEAN BLANCHET Jrmie
}
\
BAR TERMINUS
Place Dessalines
Caf chic, Restaurant
de premier choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plus d-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
Cours
PR-CAT-LAN
Si vous avez quelques heures de loisir, le soir, et que
vous daipez les passer agrablement allez au
Pr-Cat-Tlan
o vous trouverez, la,plus belle salle de bal, la musique la
meilleure excute par i\n orthophonie dernier cri et aussi
les boissons les plus fraches et les plus pures.
Champagne, bire allemande ou nationale. liq''cwsde ton'
sortes.
Transatlanliqe
Le sleanie.-.Carimarc.j arti
de Bordeaux le 14 cotant
est attendu le 1er juin.
Il partira le mme jour pour
Santiago de Cuba et les ports
du Sud
l.a suite rie l'itinraire sera
fixe l'arrive du navire.
port au-prince.le 16 Mai 1J90.
v^E. ROftBUM 10a%A#la
Ce qui a jaaais t ail
Ce qui petit tre eptitf
Kola Champaqne
F. SJOURNE
I | nrc*daOt*Cci (iidiiius iiidiiiu m
D'ASEPSIti
Prparation et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
AngUdetRtm Btmxttdu Cmtre,
Classioues
12o.e Philosophie inclu-
sivement.
Mthode sre. Succs com-
plet contrle chaque ane.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit. Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignement du Franais,
de l'Anglais, de TAllemand.de
l'Espagnol. Mthode sans
gale. .
Leons particulires u
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou ceux qui veulen
gagner du temps.
Cours de Musique (Solig*.
Violon, Piano).
Pension Scolaire, srieuse
et agrable,avec annexe pour
Etudiants t Adultes.
S'adresser Rue Lamarre.laa'.
ou tlphonez au No io1
pour plus amples renseigne-
ments.
L'INSTITUT R
TIPPFNHAUER
'^Reconnu de l'Universit.
H; itienne.
Lgislation
'{Electorale
On trouvera b'enlt a I'IdPJ'
merie T lhomm>
le BecaeiJ^
L**ltino |KifCtorale de iJJ
a lt-30, " par Me Mw
Nau, avocat et Nerooor
homme.
j Asaurez-voucontre ajeid
a la General Accident Hre
Ule Assurance Corportoejj
aaited .- Vee F. BjjSJf*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs