Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04015
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 23, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04015

Full Text
rnent Maglore
~ DIRECTEUR*
358, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N-2242
14eme ANNE*. N Km
j > _______
ta Loi des Contingences
Km seauf***** aniMiums a
mu diviser aui autres qu'enfin
sens ira deguisaos a non s bkiu< -s.
U lOt'.Hfct'OUULh
PORf-AU-PRINCB fHAJTl )
SAMEDI 24 MAI
*
ips tout il y a la manire,
constance cre dans cha-
domaine uae sorte de pli
pessioonel qu'oa prend
Igr soi, si nouveau venu
m soit dans la carrire. La
tique ne fait pas excep
8 cette rgie.
a dans le pays un ordre
eooses consacr par une
jquc vieille de quiuze an
Avant le trait de 1915
avions aussi un ordre
poses qui ne pou\ an ni ne
pas tre sans infl ueno
es vnements qui de-
t suivre l'iuterveution.
ie celle-ci n'en ait p. s
un compte sutlisaut peu
lliquer bien des fautes et
lacunes du rgime de
liboratiou. Et cest ce
est de mme expos le
ne que les hommes du
entendent tablir si, d'un
de plume, ils voudraient
les pages d'histoire que
vnements de ces demie
fcanees ont crites de leur
belle mau.
reste, nous ivons ide
les lment! les plus r-
Maires du nouvel ordn
Anses commencent a seu
Il vente ae ces propusi-
Les plus prvenus ne
lient chapper, une foi>
ls eu situatiou otlicielle.
emprise des taits, des lia-
ntes et des ncessits,
otre couli re le houoe liste
a servi un gros paquei
lie joui parce que, au su
du Conseil d Liai, nous
ios u signaler les change
ils que les vnements oui
oses son attitude. Nous
oi en voulions pas cepen-
et lui-mme constatait, a
Je intention, que les cir-
tances imposent souvent
ourna liste des adaptations
plus toi te raison les uu-
ot elles aux hommes ,de
ornement. Que de choses
prendrions-nous pas s'il
'ait nous tre donn de
o.
causer, mme quelgues minu-
tes, avec M. Roy et ceux qui
l'assistent sur leurs points de
vue s u r la situation telle
qu'elle se derouie.devaut leurs
regards, depuis seulement les
cinq six jours que le pouvoir
leur appartient !
Notre sympathique con-
frre la Presse, certes, est
loin de penser comme nous
quand il suggre, en son di-
,que le gouverne-
s'abstieune
Le traite
nava
1
non d'hier
ment
lars.Cepend 'd, cela vau< miux
provisoire, D|s.uen,ne son ,* qu* le vieux sys-
.o.gneusemeat et systemati- lmp de |a c^nnltTence.
qurment dans ses actes, da- |p 8 retire Stnaann ron-
voir flaire avec la Lgation ciaan' 1 ipos qui poursuivait
iini Cuiue, ou, po.ir parler depuis trois jours, tout en con-
oit! me lui, avec l'hte de venant que lu p'iril angloam-
la rue Poux ; en d autres licaine ne serait attein'**, oour
is
termes, avec le Haut-Commis
saiie, c'est--dire, enlin, avec
le gouvernement amricain.
Naturellement, cette sug
gestion part d un bon natu
rel ; el e est d'un nationalis-
me sincre. Mais.eu revanche,
elle est particulirement dan
creuse. Elle est, au surplus,
leique peu illogique, car on
ouoit ditticueuient qu'un
.relie de ciioses issu d un plan
11 pu o et accept par le gou
vernement amricain puisse
tuivre sou dveloppement
Harmonieux sa as le concours
et la collaboration, sans le
lootile mme, de celai ci.
Comme il tatlau le prvoit.
ia question mme du Couseil
d Etat,quia si vivement preoc
cupe, l'opinion, est venue
mettre, met actuellement
l'poque la valeur d une telle
suggestion. En eflet, nous
sommes tous convaincus que
le nationalisme des hommes
actuellement au pouvoir leur
commandeiait, pris la lettre,
de rsoudre la question d'une
laou radicale, c'est--dire
par la dissolution.
Or, qu'est-ce qui les en em-
pche VSinon, une certaine
toi ce des choses que nous
pouxo.is nommer, vu son in-
tervention invitable, la loi
des contingences.
tous reproduisons volontiers
Oseours suivant prononc
Iklens liobinson. prfet
Dpaitement du bord,
Wasion de la clbiation de
tee en fondions du tJr Eugne Roy, le 15 de re
sieurs les Officiels,
Mes chers Concitoyens,
Ite grande et immuable
t oieu seul donne le
"oir vient de recevoii
nouvelle conscration pai
l*tion la Prsidence de
ieur Eugne Roy.
"moment o la politiqu<
toison plein et que toute
huches sociales de la Na
11 *eremuaient, eu vue di
''cance prsidentielle, qui
"'it, un seul instant, peo-
Pt Mr Eugne Roy qui a
WS ddaign les charge1
^ues, tait l'homme pre
W dnot le nom retien-
P aujourd'hui l'attention
J0US ses con< doyens?
"Ieut pu supposer, ju'au
ntou il est sur le point
'^lr ses soixante dix ans.
es du pouvoir seraient
a ses bras septuag-
J*e sage et utile leon
*'* ooqs servir <1 exem-
t[ rgulariser notre con-
tons l'avenir en diun
JJJ nos ambitions, quel
l Hieofau eu re ireiail le
> hatien I
m en vain qu'on se d-
Toules nos tentatives, toutes
nos combinaisons machiav-
liques choueront piteu-
sement et quand nous croi-
rons l'atteindre, l'est ce m<>
ment-I que nous en serons
le plus loigns.
Nous avons beau taill de
notre mieux, nous dit Hugo,
le bloc mystrieux,dont notre
vie est laite, la veine noire de
la destine apparat toujours.
Faisons donc uu retour sur
nous-mmes, afin de commu
nier dans une sainte pense
de paix et d'union et ce sera a
notre mutuel avantage, cai
que nous le voulions ou que
nous ne le voulons pas, notre
sort sera toujours commun.
Comme moi, vous savez.
Messieurs et chers concito-
yens, que cest un lait accom
pli. Monsieur Eugne Roy est
lu le 21 avril dernier Prsi-
dent de la Rpublique d'Hati.
"inr une priode de lixan*
et son mandat qui commence
.ujourd'hui ne prendra Un
lue le 15 Mai 1986, bien que
l'aprs le plan Hoovei, Il
doive s'en aller de la Prsi-
dence, aprs avoir reconstitu
nos chambres lgislatives, le
plus tt possible.
Mais avant da teindre ses
lins, que d'eons n'aura-t i.
,.- dpenser! Que de d.tli
mis n'aura-t-il pas sur
minier!
Pour rsoudre le problenu
lifficile et complexe, dont la
solution est ardemment dsi
re, il lui laut.necessairement.
M on n'est point mar- Ile concours Je tous les patrm-
J^eau sacr de la pr-!tes, qui deviont garder une
^ioa, on ne s'appro- attitude digue et correcte, en
>ntis du but vise,1 sinspirautde* Meilleurs prin-
'es croiseurs, qu'aprs 193(5, a
luit observer qu'on ne pouvait
attendre rien de mieux.
L'amiral William V. Pratt,
commandant I flotte de batail-
le, a dclar que le trait tait
trs satisfaisant.
Quoique l'amiral ait soute-
nu au relois les cioiseurs ca-
nons maintenant la varit des gros
et petits canons prvus par le
nouvel iccord. Le canon de six
pouces serait, d aprs lui, pr-
lrable, quand la visibilit est
Mauvaise, ce qui arrive fr-
quemment d'iis le Pacifique.
Ce trait vous satistait-il ?
demand le prside il Bon h.
Oui, Monsieur, i m-- pi it. a
M. Borah a demand I amiral
Pr t s'il avait change dide
propos des canons de 6 e< 8 pou-
ces, celui-ci a rpondu:
Oui, et j'ai une raison trs \
urise pour prfrer les canons
de G pouces, mais j'aimerais
mieux vous le dire en sance
prive.
mm*
cipes d'ordre, de respect, de
discipline, d'abngation et de
dsintressement Est-ce pour-
quoi, en ce jour mmorable
toute la nation h tienne,
dans une commune pense,
lte l'avnement de M. Eugne
Roy, la premire Magistra-
ture de l'Etat, nous taisons
appel la loyaut et au pa-
triotisme de tous, en les con-
viant, indistinctement, se
rallier autour de Lui, Lui qui
a tait la dclaration pre m p-
toire qu'il es' le Prsident de
lotis les Hatiens sans distinc-
tion de partis et qu'il dsire
fermement que l'Union dsor
mais rgue entre tous les fils
d'une mme Patrie.
v Ainsi, en levant nos verres
la sant de M. Eugne Roy,
demandons sincrement
Dieu de l'inspirer et de le
guider, afin qu'il puisse rem-
plir convenab'ement la lourde
lche qu'il a pour mission
l'accomplir envers son pays
et ses chers concitoyens et
criez avec moi :
Vive le Prsioent d'Hati
L'heure est grave car la so
tution du problme national
simpose. C'est pourquoi la
date du 15 mme, il est permis
le taire remarquer que vu la
1er mre phase des vne-
neuts dans des incendies re-
grettables, la question de lu
.curit geniale est la pre-
mire de toutes. aL'ordre pu
< blie! Tout lui est snbordon
n et tout, des plus grandes
aux plus petites oprations
t de l'Etat... est dirig vers
a l'ordre public.
Oui l'ordre a partout pro-
* duit ses effet et 1 i dre ci ee
,t de l'Ordre.
Nous sommes certains que
le Prsident Eugue Roy et ses
Ministres ne manquer ont pus
l'employer tout leur patrio-
tisme et tout leur ovoue-
mc;it pour procurer aux ta-
lUille la scurit dont l'absen-
,ce hier avait prcipit le Pays
Idans une panique effroyable.
L'Idal Rhum
WASHINGTON, 19 mai
Deux membres du cabinet et
un amiral ont dfendu aujour-
d'hui le trait de Londres an
cours de deux sances la com-
mission de la marine du Snat.
Le secrtaire Adams a conc-
d que si les Etats-Unis btis-
saient autant que le leur per-
mettait le trait, il pourrait leur
en cn'*"- un milliard de dol-
ALIX ROY
28 annes de succs.
Siohons
bire d'une
capacit de
1,5 & 10 li-
tres.
Voii quelque chose qui a manqu pour les^ftes la
maison, les pique niques, etc. etc.
Vous les trouverez remplis avec une bire dlicieuse chez:
M. Schultz & C.
Prire de commander 24 heures par avance.
Tlphone : 2060.
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d uvre varis ou
Plats du Jour
DESSERT
VINS TRES SOIGNE METS CHOISI P. P. PATRIZI
Je pince le Palmo'ive le
premier parmi les savons
parce que ses huiles
vgtales protgent
adoucissent autant
qu'elles nettoient
dit M"*- El in Dahlstrand
la plus avance des spcialistes
de beaut de S ockh Mon principe pour les
traitements que l'on tait
ch z soi est premirement le
nettoyage de la peau, I con-
dition la plus vitale de la
beaut, et le savon Piilmo-
live es mou principal assis-
tant dans les rglements de
la beaut a dit, Mme Dahls-
trand.
Ce merveilleux savon de
la tace),coutiiiiie-t-elle. tient
la su il.ne de la peau bien
protge il est doux el neutre.
Usez le avec de le au chaude,
pour un nettoyage soigueux,
ensuite rincez compltement
avec de ''eau froide.
Palinolive possde sa cou-
leur verte naturellement,celle
des huiles de palme et d'o-
lives .sans aucune autre gr.ns
se a iniale. La traiche odeur
de ces huiles vient eu addi-
tion des partums qu'on y
ajoute. C'est uu pur savon
d'huile vgtal, garanti pour
les peaux les plus sensibles.
Les huiles'ivgetales eu sa-
von, dit Mme Dahlstrand
aideront mamenir votre
couleur et le teint de votre
peau.
Suivez les co si i;s de Mme
Dahlstrand et ds aujourd'hui
commencez a vous sirvir de
pal mol iv t.
Le temps ne peut rieo con-
! tre une peau qui est sauve-
garde par le Palmt live et
mon produit spcial. Mais,
rappelez vous que le savon
doit tre Palmolive, si vous
voulez obtenir ces rsultats.
Il ne peut tre obtenu avec
aucune autre savon.
J&fc**X/
Le Savon Palmolive est
produit entirement la ma-J
chine et il n'est touch par
aucune main jusqu' ce que
vous dchiriez l'enveloppe.
Lw seules luiles ,ai reitreul
dais lr Sa\on Palnonve sait les
hailes de pal.iir, de roco el d alites
eI aueuoe aatre yrai&ie aaaale ie
s'y treave,

...ava un l.ommc politique
nui portail de grottes luatltea
noires et qui les enlve pour
ne et crire, (juelqu'uu qui est
le ses amis a affirme qu'il ue
:nel ses lunettes que pour ne pal
laisser voir ses yeux lorsqu'il
parle. Prcautions oratoires.
...a vu une ties jolie h mine
vMue de uoir qui, sans se sou-
cier de la pouss^re qu'elle en-
voyait au visage des passaus,
balayait sa galerie avec vigueur
et rgularit. Cela se passait hier
aprs-midi, la rue Pave. Kt
le soleil de quatre heures lapait
dur sur le bton.
... a vu circnlant par les rues
de Porl-au-Prince, une lis jo-
lie lemme brune.de petite taille.
Vtue a'une robe couleur de
nuit toile, elle va d'une d-
marche lgante et vive et com-
me de temps en temps nu la
voit sourire a quelque aulre
iMinutt de passage, ou supposa
qu'elle est des ntres, mais qu'-
elle avait laiss le Paya depuis
lomgtemps. Dans ses yeux on
voit la )oie dt retrouver la terre
natale et elle marche sur le In
Ion avec tant d'assurance qu'on
sent qu'elle seul qu'elle est chez
elle.

... a revu, avec bieu du plai-
sir, la pauvre vieille temmequi,
a la rue Amricaine, s'occupe
de verser de l'eau, de certai-
nes heures, aux '2 petites Hem -
qui s'panouissent dans les deux
marmites poses sur l'entable-
ment de son balcou. Ces fleurs
semblent tre ses seules amies.
On ne la voit jamais avec pei
sonne et jamais elle ne regarde
les gens nombreux qui passent
sous sou balcon pli et (rem
blant. Mais quand vient l'heure
d'arroser les petites Heurs aux
fragiles corolles, le sourire en-
vahit son visage, comme le so-
leil envahit la Datait lorsqu'il
lait beau...

... a vn un homme qui, assis
dans sud bureau de la rue Am-
ricaine et dsirant boire de
l'eau glace, faire nn geste qui
nVvaii rien d'conomique. Il
fil venir un garon du voisinage,
lui remit une gourde. Le gar-
on se paya deux lives de gla-
ce et reudit la monnaie, soit
quatre vingt dix centimes son
patron qui lin offrit lin centimes
de pourboire. Ainsi donc.lever-
i o d'eau frache cota trente cen-
times, juste ce qu'il faudrait
pour se payer un grund vei re
de celle boisson rafrachissante
qui s'appelle Deiaunire.
... a va qu'une discussion s'-
tait engage entre plusieurs
amateurs savoir lequel de
tons les rhums tait le meilleur.
Les uns plaidaient pour leKhum
Henri, les autres pour la Cou-
le d'Or, les derniers n'en d-
mordaient pas d'exalter le Mm m
tSarthe. Enfin,uu qui arriva
la Gn de la discussion murmu-
ra:
- Pour me faire une opinion
il me faudrait siroter une bou-
teille de chacun de ces rhums.
Dites donc ces messieurs de
faire aboutir chez moi chacun
un litre de son produit et dans
quelques jours, je vous dirai
mon opinion.

306
... a vu, hier aprs-midi, au
Grand Htel de France nn de
nos amis, enfoui d'nne di-
zaine de camarades. Tonte la
< u p; >mie bavait, chantait.
i< dix qui vt.*nt de dcocher nne
fonction asez enviable.
Aaauraz-vous c aidas7
la kiinaral Accident Pire ,*.
I Ae Assurance Corporation Li
Agn ll*

PAGE2
LE MATIN 24 Mai 1930
Nouvelles 'Au Lyce
Ftrnnnre NaHounl
( l'ai ladm )
PAH1S Charles Le G.
i (i onian 1er i; Aodr
ha I Q4 -, i !:! ; OOl t lu-,
mml r i s ; I \, a d i :, l'ran-
VU1SC.
SAKTO-DOM1NGO 5 e G-
nral Kefacl Trujillio, Pn sfdi1
lu, a lait avoir midi q : vi
silca les l-jail Unis av..ni m
installation nu pouvoii pourri
voir quelques*un" de ses Loi s
amis du Marine Corps qui l'i
vaient aid arriver un u*a< a
de second lieutenant.il dit : qt e
l'an de ses premiers actes,
lorsqu'il sera install.sera de r-
duire ses propres appointements
et cherchera aussi rduire les
appointements des membres du
congrs qui touchent 12.000 dol-
lars.
*
loiiblr* ilans les l nm'isiies
bsuaguolo
Madrid, 18 mai. Le doyen
de l'Universit de Grenade a l -
lgraphic au gouvernement que
des dsoidies avaient clat pai
mi les tudiant! et qu'il avait
suspendu les tours.

Saine uV 4.000 MhlMl
le Mmn^rthlbra
Sturgeon Bay, Wisconsin, 19
mai. Le canol le contrebande
. nsterber^ est arriv soi i
honne escorte. Ses six lumim
d'quipage ont t emmens t n
prison et le navire contenant
1.000 caisses de whiskey et de
bire canadienne, a t plai t
oui honne garde.
_o
L'Insurrection
aux Indes
Bombay, 10 mai. Mme Sa
fojini Naidu,qui a pris ta suc-
cession de (ihandi la tl -lu
mouvement de rsistance civi
aue, a annonc son intention
e marcher contra le dpl de
S'?l de Dharsana.
Le gouvei nenieut parait bien
dcid, de son c!, s'opposer
A toute tentative de ce genre. Il
a publi un ordre inltrdisan' les
groupes de plus le quatre per-
sonnes dans le voisinage de
Dharsana. Toutes les forces de
police de .lalapur auraient t
eu outre, concentres l'en-
droit menac.
Le confn nce tle lous les pai
lia a commenc de tenir sant
aujourd'hui. On ne connat en"
core rien de|aes dlibrations
Lu corporation de Calcutta n
adopt une rsolution cil. .o
..i. utes mi
iv pi i -tu.ne; il i
m i nu
e de dans
L. i -' N'aiio
M. Ulrick Dirvivier. profe:
seur de 'Jeun ordre en reQpla
nt ! M i'. Manigal ippel
i d'autres lonctions; M. L n
lilain, professeur d. I! ordre e i
ion et place M' ds I). Vieux.
Vfaurice Lalortiie, professeur d
lmc ordre en remplacement
de M. Lorii e !i am ; Adr
Dotiyou. p ofi BSUr de 1' or h
eu rempli cernent de M. !' M
mgai ; M. Constun'in Henriqu
professeur de leiue ordre \
remplac ment de Vl.Uobert i'oi-
trat, dit de Paris.
Nos compliments.
I ht inslallaliou i>olenuelle ail Lvafe
National 1*4*11011
C'est bien dommage que l'u-
sage de reporter stenographi-
quemenLjiie soit pas gnralise.
Les journaux relatent que de.
belles paroles sont dites dans
'telle ou telle occasion dont le
grand public ne sait rien, a
moins que les orateurs ne se
donnent la peine de recueillir
et de transmettre eux mmes
leurs paroles aux journaux amis.
L'information dsintresse n'est
pas encore connue en liai i,
.migre nombre e! la boi i e
ituue de nos anciens e uu
vcjua fiants e^uoudieus.j
C'est ainsi ji i d 1 installation
du nouveau Directeur du Lyce
laite par I Inspection scolaire
risquerait de passe iuapeiue
ians I obligeance d'un auditeur
qui rcgielie qu'un des lves de
ptiilosophie ou de Rhtorique
de l'important Etablissement
n'ait recueilli la physionomie
de la runion du mercredi qui
marqniaa dans l'histoire du Ly-
ce. Kien n'a t oubli ni per-
sonne par M. l'Inspecteur dts
i coles, dans la iriple installa-
uon qu'il a laite du Docteur V.
i> u. m i ,.[>, tomme. Ui.eueur ;
du Dr Civil, comme censeur, et
le M. Dde.de, comme tiiul.uie
.le la chtra Ue Malhemalhiques
laisse vacanie pur 1 aace.icion
mine da prolesseur Lucien
biibberl la haute position de
uhel de Cabinet.
Pour donner plus d'clat la
crmonie qui constituait aussi
un hommage indirect au nou-
veau Cliel de 1 U-.lverall pris
le la Direction du ycee. M.
l'ehx Magloire, Inspecteur des
coles s e. ut luit accompagner
de tous les sous inspecteurs et
iu |>ei.->oiui i du tiureau. Les
ouveaux titulaire! inrdiiieul
oien une telle inandeslaiion.
One auucble rCepllOO suivit
l installation.
un bornage ns respectueux
de
Mahatma Gandhi, aptre
non-violence.
M. A H Pathul, ancien un
oistre. prenant la parole su
nom des Musulmans, s'est d-
clar oppos cette rsolution
tant donn le serment qu il
avait prt al l'esprit contraire
des dogmes de l'Islam. De plus,
les vnements de ces joui s der
niers auraient convaincu h s Mu
snlmans que si le cong es iu
sissaii rellement s'eaaurei
l'admn istration du pays, il n \
aurait aucun espoir poui la un'
norit mahomtane vie i Inde
Les nouvelles des diffrent'
districts indiquent que des ei
forts pour paralyser les com-
munications sont faits. Notant*
ment en coupant les lils tl-
graphiques, en barrant les rou-
ies et en abattant les arbres.
Pendant lu journe, un avu n
s'est cras dans le dfil de
Khyber.
DKMAIN SOIR
A 5 BtTRES : MATINEE :
A Feu
et Sana
4e, 5e, be pisodes.
0.5(i.
A 8 HEURE*
Une dlicieuse oprette
allemande :
La Princesse
Dollai
iVox prsident BORNO
est parti a bord
d'un e. ui> ->ii
Hici, ver 11 h i <:. m ,
ar un .a n.plane de la i an
vinencan Airways a laiss, ds-
olation de Cuba, l'ex prsident
dorno.
Paisonne n'a t au courant
le ce dpart qui s'est etlectu,
ir cor. s-, q.ieut, sans it moiudie
eident.
Uex-prsident esi accomp -
jue s ulemeut de ou liu Heu i
Borna
o
'ui'diriisn du Hou .stre
les Pres Reiiraanjr I'
est deui m m ii m h, a 4
Bures] 2d< I .ipi ui.dsqu .u-
l lieu la beiiedicuuu ou mo-
Kisiere des l'res H- d mpioiis-
s, rige sur les hauteurs i u
urne ei i il p ..d ( o.i hm ue
.no.se), par vi^i Luiian, assiste
le Mgi le Coad|uleur Le (iouaze.
Ou aura l'occasion Ueniendie
in beau sermon du Hev. Pire
anise, suprieur de lacoigie-
iation.
La crmonie sera rehausse
par la prsence de Mr Eugne
Wy, Prs dent de la Rpubli-
que.
\|outons, an outre, qu'il ny
nia ni parrains, ni inarraint s
tpciaiement dsignes.
Les assistants seiunt.consid-
comme tels. La chorale dis
res d. S: Louis de Gon^ se tera eutendre dursnt le cours
d la cri moine. ,
ENAiV;;LC'
Pour teindre tous tissu
LAI
i
7,i MAORI V
H
1 -"-'. MMSJtJ
MILLER
lesNOLVKAUX
Ih ml ( i otilc< in Hi'iil
pou q e ton* n '
mmos conditio
Pneus eau*
ants :
vil | I H a Cored to /.V
) C.AHANTiS d
o^' MFtLLBU/18 q- '
l> rniers pe lectionn n ,
1
lo) La bande du pneu qui vient en contact avec la route est Itbrique de
mme for.ne que la route et s'adapte Darl^iiemant e unitorm^ue'it elle.
Que ce sod des poids lourds ou lgers, l'entire largeur du pneu est sur ht
reute. de sorte que son usure est unitorme et o'-r consquent trs lente. Donc
l'usure ingale et par endroits est bannie, ce qui tait la cause caractristique
du pneu.
-o) La bande-11 les narois sont d'une s les eu ires o se produisaient lea lentes et les Recrusse menti sont limins et c'est Ho. p ur
toujours la peur de tendre les jointures.
io)La construction es* faite Corde qui sssnrp une il-'xibtliiniiforma sur foules
les parties Ce q n complta un pneu pariaiteiitem quilibr.C^ pneu 'si f.ibriqi4 poir rsister
'i\ ne I bot '.s d v trottoirs et des o,,n es d se renie' des spi-oussf- -a to m-* na-
ellf i i " il r'on d ,', hiss b nde, les 6 --s, ! talon et
" iss t or 1 nn 11 \ tic^e' de ou te sret, uisi donj la cause coramu ic de
l'usure interne est aussi limine.
Dpositaire:
J. KARAYANY
ANGLE GRAND'RUE & RUFvFEROU
Mr RANGS 0. LOVAIS
Pioriiinir |oraide la Kepub ique
Itoiiiiiuiaiue
Tout le monde se rapp lie le
sympatbiqie M O Lovatoi qui
tut ministre de Santo Domingo
t'ort-au-Prince, et dont les r
ceptionstant par leur cachet
de distinction que par leur l-
gante organisation, sont demeu-
res dans le souvenir d'' la so
cit de la capitale. On ap-
prendra avec plaisir que cet ai-
md)le homme politique vient
d'tre appel par le Gouverne-
ment Dominicain aux impor-
tantes tondions de Procureur
Gnral.
Voici, en ebVl, ce que nous .
lisons dans le grand quotidien :
a Opinion : j
Avec la dmission du Lie.
Domingo Perreros comme Pto-
cureur G nra'de la Rpublique
e Pouvoil Elcutil, u^ant de
ses ntuibulions Consiiiqtion-
11 1rs. m s'gm i oui lui sur-
i< <) i 'e ii. H moi O.l i vaton,
ai.eu i. Envoy Extiuoidiiiaiie e
M nistie 11 o poendaiie en
Hati, pioemineiit jurisconsulte,
qui a occup de nombieuses
i barges de grande impoitance
dans divers moirenls de la ve
n. oui aie
l'ai son aclivi son intel
ligence et nui oui par son enei-
gie, nous espious que ie Lie.
Lovaloii tera un 'locuteur g-
nral d gne au lonmen ddficile
que tr.iv* i ictu leio- t ion
pays
I. Matin p > s. n e tous ses
lincrea con imtnia Mi O.
Lovaton qu'il I honneur de
compter pairm ses amis.
Le Monde
NECROLOGIE Nous enre-
gistrons avec regret la mort de
noire ami Georges Vilmbnay,
dcd Htion-Ville apieis une
courte maladie au couis de la-
quelle il y eut des alternatives
despoii qui faisaient croire une
gurison possible Les Inn-
radies ont eu lieu hier apis-
midi.
Le regiett dlunt avait t
prsident de la Corporation des
Arpenteurs,secitaue rdacteur
la Chambre des Dputs et
s'tait lait estitnei pat son carac-
tre aimable et sou sentiment du
devoir.
J .Nous prsentons nos sympa '
Iniques condolauces sa veuve,
ne Heurielou, Mlle Georgette,
sa fille, Mme Vve Arthui Vil-
menay, sa mre, Mr et Mme
Edmund Heimke, Mr Tboe.
A. Vdmeuoy, sou lieie, u Mr
et Mme liiJiuh'l, si s sur
. be uhie, a Mi Ar b t \
i i y >OU lit VtU e ( .
A propos
des lections
Je lisais dans I.E MATIN le
cble dat de Washington, 17
Mai et publi so >s le titre Les
dessous de la pr h bihon , en
prsea e de pli i. urs person
ns quand lui des amis pi
sents nous prsenta quelques
remarques, en manire de com-
mentaires. Edes sont assez pi
quantes pour mriter la publi-
cit.
Oyez plutt :
En H in, dit-il, rien de
semblable n'est craindre. Au-
cun candidat la dputation ne
dispose de fortune sutfisante
pour distribuer des chques de
t>5 000 ou de 18 000 dollars, des-
tin s airose ses lections. Le*
candidats au Snat ne sont pas
plus heureux e., ma toi, les can-
didats a la Prsidence, ne son
p s io.e, une ense gu plu
dore. Et alors, dans ces condi-
tions, il n'y a nullement re-
doun i des teu ative-. d iorr.v
hon b-t tor le.
Tout se passera honntement
forcment si le Gouverne-
ment actuel, comme ou est d'a-
vance convaincu, impose cer-
taines rgles qui coupent d'a-
vance les ailes i toute vellit
de traudes.
A bieu rflchir, mon ami n'a
pas tort de penser que les pro
i li.ones lections seront loi ce-
rnent honntes. Tout indique
quelles seront loyales, puis-
qu'elles seront prsides par un
Gouvernement dont le nom du
Chef est synonyme de loyauie.
Aussi, la lutte sera belle et pas-
sioniidiite. Preparons-uous
jouir du spectacle.
LA PIE.
I T^*
COMPTOIR NATIONAL
0 hOHLOotRlE uB AN CON
.*. I i >\j H fe
H IHHM Q/r
Rite
funraire
Il sera clbr le mercredi 28
mai courant, 4 heures prcises
de l'a prs midi, au Temple do
Grand Orient d'Hati, un ntefo
lierai ie la mmoire des di-
gnitaires maonniques suivante:
les trs illustres frres Frnlns
Frdrique, Tertilus Nicolas,
Victor Andr, Llio Ctoute, Re-
n Laleau, Coudoie Bazile, AI*
csius Alfred, Fils-Aim Jeanty,
Napolon B. Francis et Rv,
John Hurst.
r -
i TRAVAUX DART DECORATIF
i: hXpUMtlOB
Le dimanche 25, de 9 heu-
res midi et lundi 26 Mai
de 3 b heures p. m., Melle
Marcelle Apollon exposera les
ouvi ges de ses levs dans
les salons de Mr et Madame
Lon Liaulaud,au Bois Venu,
Une coidiule invitation est
laite au public.
La saveur de
la vieille Espagne
Dea rives ensoleilles de tel vieille
njMglM viennent les merveilleux
pimenta iourcs qui donnent celte
nouvelle saveur dlicieuse au Iro-
DiagS Krall l'nnento.
Ces pimcDU espagnols sont comhi"
ns avec le Iromage Amricain Clud
(iar, produisant un nouveau et ddT-
rent mlange qui est un pu piquant, j
encore merveilleusement riene et I
miu|leii\.l.e fromage tirait pimento '
Mt d'u.i apptit incomparable sur '
las bii.uiLsou sur du pain Lil aatd
licieux comme condiment ou piepa
r en salade.
Ne manquez pas un Ud rgal
votre picier a ie Iromage Kran Pi-
incnto en morceaux et en paquets
lonvenables. Commandez un extra
aujourd'hui, mais soyez sur (pie te
fromage que vous actietez porte la
saule inarque de fabrique.
l KRAFT CHMSIU A 2
j Distribulears :
PAWLtV WJA COHPORATlOli
rarl-ai-Priate, iiaf1i.
KRAFT
CHEESE


fcEDl
Ll MATIN- 24 Mai 1930
rAC-*.3

RAFLE
De deux Voitures FOBD ncHvcs,Mo(lie 19
AUTORISE PAR Mr LE PRFET DE PORT-AU-PRINCE.
508 Billets' cabhioIct with
WVU "UWO- FENDERSWELL

2me LOT :
TUDOH SEDAN
3 Dollars le Billel
Pour permettre tous d'avoir une Superbe et Luxueuse Automobile FORD boa
: march, nous avons pens cette Rafle consistant en DEUX LOTS:
lerLOT: Une Superbe Voiture FOBD CABRIOLET. 2p!acesavant et 2 places l'arrire, capote convertible, 2 pneus de Rechange sur les ailes avant BRRMtVR rm
2me LOT : Une Luxueuse Limousine i TUDOR SEDAN deux portes. Confort et Suspension remarquables. wu'
Le tirage se fera ds que les Billets seront vendus.
Le tiraqe sera fait par des personnes prises dans le Public.
Essayez votre chance en prenant votre billet aujourd'hui mme
Les Billets sont vendus en Province che-s tous les Aqentsde FORD
I A Port-au-Prince, passez la
HAITIAN MOTORS S. A.
GRAND'RUE TLPHONE : |237).
IWWiltftia Charles
etCbristiao Fish.
Pourquoi perd t on de nue le
cadavre de Wildona Charles ai
ant le 5 janvier 1916 devant le
bureau de la Place aujourd hui
bureau de la Poliee ? Pourquoi
Christian Fish nest il pas un
martyr de la cause nationale ?
Au Dm cteur du journal
La Presse.
blu Ville.
Monsieur le Directeur,
Le f> janvier 1916, une po>-
gne de braves, de vritables
nationalistes intgraux, attaqua
les torces amricaines et se voi
u sacrifice pour la libration du
territoirr national. De relie pe
ttte troupe de 48 hros qui pri-
rent d'assaut le poste amricain
siaait le grand Prvt, Wil-
dona Charles resta sur le cor-
Jwu, tomb tace a l'ennemi,
ois les nationalistes d occasion
lui a ce moment-l se distin-
guaient par leur zl au service
de l'Occupation ignorent que
Wildona Charles, la manchette
main, lut atteint d'une balle
lu cosur l'escalier du bureau
*** la Place o cantonnaient
ors 1er torces sous les ordres
dl capitaine Alexandre W* l
'DQis, inareih.il-prevot. Tout
ror^au-Prince sait que ce tiis
^n Bel-Air, qui a vers son sang
fnr la libration de la Pal ne
gjail partie des 48 premier
ros de la cause national*- dont
* chat tait notre, .honorable
^citoyen Antoine Pierre-Paul,
uonaliste intgral de la pr-
tre heure, qui fit le sacrifice
? * iortune et exposa sa vie e
bonheur de sa la m il le pour a
J^nte cause exploite grossire-
T*01 leur profit personnel par
|* cabotins n'ayant que le
nsonge et l'injure sur les l
f-e nom de Charlemagne P-
vuu *m de lremPnn aux ***
**teors politiques qui, pen-
SPECTACLES
du Harem
Nous connaissons Lo.i M i-
thot pour lavoi- vu jouer dm S
Le Comte de Monte-Cristo o II
y rempl'ssait le rle dEimond
Dante*. Ma hol s'y rvla un
ictear so pt*. m s'e*tr* , s.
La regard tranchant, l'wtpas-
s ble visage. les traits don'oi -
reux. le sourire trange de Dan-
ls, l'acteur sut rendre tout cela
ivec art. Jeune, il n'avait cer-
li'iement pas e icofl d pa si^ la
trentaine, en pleine maturit
de ses dons incomparables d'ar-
danl l'hroque rvolte des ca-
cos, perquisitionnaient dans les pv
boutiques des petits corn mer- lono I rviy Kpp
iafa hatien qu'ils on- ai l'A ricain ruiner. Seu' Mon-
sieur Hierre-Paul aidait *ffica-
cement Charl<-ir -hne Prale et
ses lieutenan's II n'y a pns, en
effet, un mois que dlQi une
naison amie, Alex's Letellier
racontait corn ent Pierre Paul
erdit une maiMH d- valeur
ia Hue du Peuple qu'il av.dt
hypothque pour aider Charle-
uaajne Pralte.
Je rapp '1 ces laits pour
uicux marquer le but intress
l< ceui "qui, oiganisant une
i use ma i'estabo'i la ni-'-
noire des hros disparus de la
cause nationale, ont systmati-
quement ignor Wildona Char-
les et Christian Fish.
r
La reconnaissance nationale I
reparera c t oubli volontaire. Un
mod ste monument, sur 1 ini-
ua.ive de Monsieur Pierre-Paul,
va re rige sur la tombe pres-
que abandonne de Wildona
Charles. Et au jour de l'apo-
hose, les organisateurs n'ou-
onei ont.point Christian Fish qui
uioui u(..martyr, l'Hpital Ge-
ieral, apis avoir subi les plus
otroces supplices pour avoir t
le correspondant de Charlema-
gne Pralte Port-au-Prince.
Veuillez donner publicit
la prsente et me croire, mon-
sieur le Du ecieur, votre admi-
ratens passionn pour la cam-
pagne patriotique et vraiment
dsintresse que, au cours des
.nues terrifiantes de la dicta-
ture de monsieur Louis Homo,
vous avez si courageusement
mene et qui a enfin abouti au
Pian r-orbe* actuellement en
voie d excution.
tiste, il incarna le hros de Du-
mas. Plus Ag, il devait avoir
cinquante ans, il nous appa-
raissait, il ny a pas longtemps,
dans La Nuit de la Hevanche ,
et dans bien d'autres ralisations
cinmatographiques, o il rem-
plissait un rle secondaire.
Ce sont ces visions de l'O-
rient que nous avons vcues,
jeudi soir, l'Orient, pays de rve,
enchantement des ihnes roman-
tiques, prises d'exotisme, con-
tre qui beica les illusions d'un
Gustave Flaubert ou d'un Pierre
Loti.
Jeudi soir, Malhot reprsen- Lon Madiot s'adapte admi
(ait l'mir Abed En-Nacer dans rablement au tle de I mir. Le^
diffrentes expressious de visa
ge, les divers mouvements du
corps sont rendus avec adresse,
une adresse qui tmoigne du
sens de l'esthtique de lacteu.
II est iuianitable.
Il est regretter que le nom-
bre des spectateurs ne lt plu.
considrable. Dans l'Ombre Harem e*t un film qui tient
i'alfiche. Il est d'une grande en-
vergure, interprt par des ac-
teurs de talent et avma des d-
cors- peints d'aprs nature.
i Souhaitons que lu salle de
' Varits soit comble, la
prochaine presto ation que nous
ollnra Mme Taldv.
I' 0 nbre dt> Harem dont il
est aussi ie metteur en scne.
Avec Dans l'Ombre du Ha-
rem nous assistons aux mseurs
ment de temmes inaccessible
l'tranger ; l'mir, seigneur
puissant, inflexible aux lois raa-
homtanes; la punition inflige
lu lemine du srail qui viol
es prceptes de la religio'
musulmane...
mmMmQmmmm
t; Toutes les Polices
a
m
DELA
Osteju DELIENNE.
M
_________________________________________________
3 comprennent la Protection contre la
2 Foudre sans aucunontation de taux
Pourla beaut
DE LA
CHEVELURE
'*. W
<
iiiff. 1 e fios sfCo
Agents Gnraux
Suivez les traces de Gladys
May,actrice pleine d'entrain
dons i Shuftlin Sam de l'Ala-
boma> qni ditqu'ellea trouv
I Exelento la plus dlicieuse
pommade pour les cheveux
qu'elle ait jamais employe
L/Exelenio
La Pommade de Quinine.
est la pommade authentiquef
elle atteint les racines des c!k
veux et donne un brillant na-
turel qui demeure.
Elle arrte la dmangeaison
lu cuir chevelu et rend les
uivt ui doux et aouplea.
Eu vente dans toutea laa
gharraeeiee. Seulement pour
,30 eentimee par poste direc-
tement.
EXELENTO. MEOIC1NE
COMPANY
fLAMTA, GEORGIA U.S. A.
Arole demande ponr tou
t*ja.
ocrive* r----- "~TriffiaiiMin


Samedi
24 Mai 1980
Le Matin
4 PAGES
2ieme aNNCE N' 6700
Fort-au-Pnnce
Tlphone : 2242
DPURATIF c, Dr MNGET'
combat
. : I tladies de Ja Femm;

-

V M 3. I
f/t. I
ir n "jt
II
i
! c
,,. ... ..*. ..... . MM prolonge*.
.: MM [IWMH oSVlftl. " U
,i ......Jeu .loue .ic loait *vt.j.-n... mm mJmm
.,.,..- ,1 o. .t-ollr n lit, p.r ****"
i Kl. P3FU.il w ll.ui fur ,...>ll>le. Ou"
Inll, 1 H rnarn-r dr .Mu "'! ?
,. rolMlir. M. Oegoan onl M onK.Mlum.er.
,;'^rn;^^urwu,...;rJ,r.
rjsi-M^Tirr^rs!
1

.. ,... ..Iijrl n-raial
., 1 .' dr dMHMWnltall' . dr <.umruri pee-
vi ^ ri tic netMMI .! "

1
'Il font mol"lrn.r U O...M- .1 ne pure l
lin .!.... u r.,r,...io.. .m Mwwk
lMirttvrt.tr II oiri.p.a%r. M l.ouvrol
' IBSB&iWBtw ww. y.
;:,T;ipiUM.,.,:::;M.-r"unr1,nr....rdr
'n'.. Mhii.nil DUCTtUH o.rtotT rM Nir!] '..
dr, ion lllpiir......I le H I * Oepurlll
\..n et gu'll " '" '"' "-* " '*,"u," ,,r >
ft,.. i KiirU'p. cr.f.NOS Mil, fmmmmti n*. iigguau o*
r Vl< '... t.'. Pr ..m.'"
Panama Railroad Steamship Line
Service de jrl cl de passagers en lie
ew.york c > v n , ; fiszttfgtfgMpo,m df ,a cothe
,,Im. ranlde elle plusdiiectservice de trwiipoitde passagers et du M. entre Hait
, fi oorti Europen! via New-Yord et Cristobal. Caaal Zone, Isthme de Panama
el iC PVoL-i la liste (,e nos agents pour les principaux ports de 1 Europe :
Angleterre Bco..e Franco
Mrs. G. W. SlIHXDONji Go- 17 James Street, Liverpool, Lnglanp
.The iollovtiitii arr oui* Agents at principal ports- io Knrope :
IENGLAND, SCOTLAN1). FRANCK.
Messrs G. W, SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, England
lu Iciiiee, Messis (i. W. ShetdOD & Co. are represented by the tollowin firms
t| l.\l \.\ lit NK I Y & CO
21 Bue de la Rpublique
Marscilles.
IIi.km; Pi.iu)N& G, Ltd.
...i Quai George V.
Havre.
Hebni Prou & Co., Ltd.
Rue du Moulin Vapeur,
Boulogne sur Mer.
vJoi'KNII.u.LM DrVNEMARK. & Co
Messrs E.A. Bendix &. Co
21 llengadc, Copenhageo.
Oslo, NoaWAT.
International
;Speditiousseikap Oslo.
HambuRQ, Gkkmany.
MM.ATLVNTIC FaEIOHT COBP4N
lainbarg.
Hbrnc PebonA C" Ltd.
95 Bue des Marais,
Paris.
H EU NU l'ERON &. Co Ltd.,
Hue de la Tranquilit,
Duukerqiue.
Kbrnu Peron & Co Ltd.,
9 hue Boy,
Bordeaux.
Genoe, Italy.
Messrs HENRY Cok & LERrci,
PUZZA S Matteo No 15(ieuoa
LOTTEMBORO. SWEDEN.
Nordisk Express,
Cuiheuburg,
BnBMEN, Gehmany.
Messrs Atlantic Prbioht
Corp'n.
Bremeri.
ROTTERDAM, HOLLAND.
Messrs ATLANTIC FrBINRHT
Corp'n.,
2 Rotterdam.

ALUMINUM UNE
Dpart rgolier de Ntw-Orlans et de Mobile
pour l'oit au-Prince.
Pc New-Orlans De Mobile Attendu Port au Priuce. I
Juin 9 Juin l( Juin
Il Juin SSJo.n 90 Juin
Ge 11 Juin 19.50.
A. de MATTEIS & Co, Agents
ni
JillLIJL
Accessoiies dautomobiles
ioeol.
Bu Prou, |oi i
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.,
Tlphone : 3454
Insurance Co
m
U
V
J.

Une des'plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE'
EUG. Le BOSSE XCo
Aaents Gnraux
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Ses Polices contre aceidents soot vaUblidans "0,y e" f^ C,X accidenls
Veuve F. BERM1NGHAM, Aux Cayes
Agent Gnral pour Hati.
I
SOUS-AGENTS:
Agent Gnral pour Haiti.
Port-au-Prince. G. G1LG
JEAN BLANCHET Jrmie.
I
!
AVIS
aux Fumeurs
J. D. MAXWELL, Repr-
sentant de la British Ameri-
can Tobacco Company, Ltd.,
vient de recevoir un stock de
Cigarettes a Old Gold et
Lucky Strike de toute fra-
cheur.
* Les tumeurs sont invits
rclamerde leurslournisseurs
un paquet de cbicles Wrig-
lt y's par pochette de OU
Ciold et * Lucky Sirike"*.
t'ouipagnie gurale
Transatlantique
*1 Le steamer Carimare.parti
de Bordeaux le 14 courant
est attendu le 1er juin.
Il partira le mme jour pour
Santiago de Cuba et les ports
du Mid.
' La suite de l'itinraire *era
iixea l'arrive du navire,
port au-prince,le lbljai 1990.
r. ROBfiUN A (joJ^mU
La fin de la Grande Arme
Il y a dj des brches etbientt sera la dissolution del
Grande Ai nie des Disques u Odon .
Quelques Numros de notre stock sont d'l ouitt, d'autres
vont finir vite et des Numros prcdemment imports ne
seront plus commands car nuus aurons \lravailler sur des
Numros nouveaux.
Livrez donc bravement et au plus tt un dernier assaut
eonlre les superbes ba aillons de Xlistinyuett, Sionteaux, Gouin,
Oinon \alin, hichiletti. Valse Viennoise, Jazz J ous litres. Sol is
N'rchestres,etc,elc, car vous ieg etlenz de ne plus trouver
avenir ces disques merveilleux qui dans une i>ar faite com-
munion de l esprit latin et des belles affinits de l a race ont
po t dans tout le pays l'lan de. la grande joie et du plaisir
dlicat.
Si vous n'avez pas un Phonographe procurez-vous chez nous
un Portatif PEERLES, aussi sonore que les grandes ma-
chines.
Bazar Odon
J. KARAYANY
Angle Grand'Rue^ct Rue Frou.
Cours
iClassioues
PR-CAT-LAN

Si voas avez -quelques heures^de loisir, le soie, et] que
vous dsirez les passer agrablement allez au
Pr-Cat-Tlan
o vous trouverez, lagploa belle salle detbal, la musique la
meillei re raVl tee par un orthophonie dernier cri et auasi
les boutooni le:- plus liakhes tt les plus pures.
Champagne, bire allemande ou nationale, liqueurs de tout
sortes.
Ce qui as jamais t ait
te ni if ent in dsaiee.
Kola Champapne
F. SJOURNE
rrjar^dan!- ci s te r diiu i > liiciiea-M i
D'ASLl Slfa.
Firpamion el Vente
iBARMACii r.SlJOlRNE
Aftffc aies **# towt t S Cmtrt.
lZeme Philosophie inclu-
sivement.
..Mthode sre, Succs com-
plet contrle chaque anne.
Cours do Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit, Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignement du Franais,
de l'Anglais, de l'Allemand,de
I Espagnol. Mthode sans
gale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou ceux qui veuleui
gagner du temps.
Cours de Musique^ Soltge-
Violon, piano).
Pension Scolaire, srieuse
et agreable,avec annexe pour
Etudiats et Adulte*.
S'adreaaer Rue Lamarre,!',
ou tlphonez au No *wi
pour plus amples renseigne-
ments.
LTNSTITUT 4fT_R
Ttippenhauer
^Reconnu de 1 Universit
________Hhitienne.
Lqislation .
' '.Electorale
-On trouvera bientt 1W1*
merie Telhomma le Reue} *j
Le^iancn Electoral, de MJJ
\ O'Ft et Nemours i
homme.

BfrSHB*
*uns '^^z'i^Sm


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs