Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04011
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 19, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04011

Full Text
Clment Maglore
DIRECTEUR.
868, RUE AMERICAINE 1368
TELEPHONA N2242
Mme ANNEE N* 09f |
ts se PtptfTrlftMl dp JK1N
Mjesyrs sment de trop parler :
marn nef el triviale que ton! le
4e sait, el que (ont le monde
M aratiqtif pas.
LA BRI Tf.Ht
gai
PORT-AU-PRINCE (HAIT!)
MARDI 20 MAI 1080
la Fte de l'Universit
l et du Drapeau
Al Cathdrale
'Elle a t clbre, le di-
inche 18 de ce mois, avec
crmonial d'usage et parmi
atbousiasme de la foule.
A huit heures vingt-cinq,
Ls que 21 coups de canons I
irtisdu,: '
Sue l'on oublie qu'il est parti
eDamien.lemouvement dont
les consquences logiques se-
ront la rintgration de notre
Patrie dans sa souverainet
totale.
A l'Inspection scolaire
S Puisse Cabinet se rend au
local de l'Inspection Scolaire
o une raanilestation est orga-
nise par l'Inspection,
JFoule. C'est la Maison de
tous, grauds et petits. Le Chel
lopaitm i 7% MipSte dV&^!!!!f^!f^Lai",
,e Ueum tut chante cette m el "Perte, aid de Mes-
1 sieurs 1 e s sous-inspecteurs,
du
ort National eurent
Lue l'emblme de la Patrie
ut c'tait l'anniversaire de
cration l'Arcahaie, Son
Itcellence M. Eugne Roy,
aident de la Kedublique,
rivait la Cathdrale, en
Le nouveau I
Prsident
DELA
Rpublique
kctsioii. 1e I)i.i'm auquel as-
ptlieot beaucoup de mm-
es des Corps diplomatique
consulaire, quelques tonc-
amures publics, et toute
liversite de Port-au-Prince.
le Rvrend Pre Petteu-
ttjrg, Ut a cette occa-
m uu trs beau seiment o
^ressortir lumiueuseimui
kiraeul la jeunesse eu iu-
ist et eu u'avaut d'ambi-
gus qu' la hauteur de sa
Hure et de sa moralit peui
mr efficacement la l'ai ru.
Prsident ROY tait
ne tourne en vilie
4 |a sortie de la crmonie
ttjieuse le Prsident de la
tauiiliquc et les membres
son Cabinet lirent uut
wnee en ville. Ils lureu.
tfems tout le long de leui
ge, tandis qu'une toult
fcalums enthousiastes cou-
til aprs la voiture nleuce au a es i^<-tc
Vive Roy
la Statua
de
Daasallnes
10 heures dix, exacte-
M, le Prsident Eugne
t. toujours entour des
bres de son Cabinet, se
a la statue de Dessaiiues
il est reu par MM. Lon
leau et Charles de Calalo-
i Lhel el Sous-Chet du
utocuie et o il dpose tu
4 du Librateur une ma-
nque gerbe de Heurs. Sou
aline esi acclame tetle-
rtau moment o Elle lit
geste que c'est peine si ou
prend les notes de 1 orenes-
t excutant la Dtssaiinienne.
'r Ministre de 1 Instruction
Clique, M. Damocls Vieux,
;pose, lui aussi, une gerbe
lw:ie de la^statue de l'Elu-
leur.
dlgation au
Palais National
Pois le cortge monte le
flit Four, longe ie, Chemin
Dalles, passe par le Bois-
Oine, s'engage dans i'A-
fue Turgeau, passe par lt
"s-Verna et regagne le Pu-
del Presideuce. -^
Pendant ce temps toute unt
le enthousiaste d'etudiauis
tudiantes s'engouflre aux
*)** du f tais.
-J>e dlgation, prsidt
FM.Justiu U.Sam,est reut
* Prsident de la Hcpu-
Jiue au grand salon vert
We ra, par l'organe de
,les Hsraux el Mangons,
JttmgniUque gerbe au Pre-
ot ue lu Hepublique. ruis
Jutiu Saui tait uu dis-
Jra o il expriuis ce que la
*otsse universiiane atteud
*| |nad citoyen qui goUTtr-
^Bilsui Isa destins**
Mj **tna.
* fttdeut rpond en ter-
5eergi4ues, ciairs et non
1 et au que suu Uouver-
*0teui
Net
Jeta tous ses tions
4e Sdiuldciiou sou dou
personnel et de celui du
Dpartement de 1 Instruction
Publique, fait de son mieux.
M. Damocls Vieux, Secr-
taire d'Etat de l'Instruction
Publique est annonc. U l'ait
son entre avec tous ses coll-
gues. La salle des examens
est archi comble. Le nouveau
Secrtaire d'Etat, avec cette
distiuction dans la teuue et le
langage qui sout ses caract-
ristiques, lit un splendide dis-
cours sur la DIFFUSION (Il
l'enseiguement primaire qui
est vivement applaudi.
Nous publions d'ailleurs
plus loin cette page merveil
leuse.
Mr Flix Magloire, Inspec-
teur d Ecoles en. une de ces
improvisations qui ramassen
en quelques mots une situa-
tion el dont il a le seciet. du
l'ialgresse du Corps proies
soral voir sa tte le vieil
uiwvoi-Kituirc qui connat au
bOUt lie* --;0, i.. r- ..j...
scolaire actuel. Il souugue lt
passage du Discours olli.iei
o il est question de salaires
et en appelle la ralisation
immdiate, 1 e s institutions
tant l'armature de la future
Cit. Tempte d'applaudisse-
ments. Le Ministre proteste
aimablement. Pas si Vite
cela ne dpend pas seulement
de moi M. 1 Inspecteur prend
la libert de signaler les deux
plaies de 1 enseignement : n-
potisme et tavontisme. qui
permettent de jeter sur le pa-
v des instituteurs ayant 20,
22 ans et plus daus la carrire
avant mme que les coudi-
iions de leur mise a la retr nie
soient examines. Il demande
qu'une large contiauce soit
laite au Ministre actuel, Mem-
bre des mieux choisis du Gou-
vernement temporaire appe-
l a jeter les bases de la ie
construction nationale.
L'orchestre du Lyce et ce-
lui des Frres animrent la
i eu mon laquelle MM- Justin
5am, S. Caton, Schiier Nicolas,
Lys Darligutuave. Bonhomme
et de nombreux tudiants et
amis de ihn ei^uement prt
ient leur preseuce. m\A fa u
figjg A l'Arcahaie, atr
Dans l'aprs-midi iljjeut,
l'Arcahaie, uue belle maui
lestatiou. Monsieur Lucien
Hibbert, Chet de Cabinet, ac-
compagu dun officier y re
prsentait le Prsident de la
Rpublique, et M. Frdric
Uuvigneaud, Sous-Secrtairt
d'Etat, le Ministre de l'Instruc-
tion Publique.
On remarquait aussi la
mauitestatiou de l'Arcahaie
Ai.ll- Franck Roy, scrtant
Ltat dM Finances et du
^ooiujercs, Clment Magloire,
t*refet de port-au-Priucs ei
beaucoup d'autreSfparsoQua-
litea.de toutjordra. ^
Il y eut des rceptions
i Htel de Vihe, par Mr ije-
rius.GeorgeSMpiesideui de.la
CouiuiissuiiCoinuiuuale.cliez
Voici en quels termes flatteurs
le chroniqueur du Bulletin de
la Chambre de Commerce fran-
aise d Haiti parle du nouuenu
Prsident de la Rpublique :
Dans les nombreux articles
qui ont t consacrs M. Eu-
gne Roy dans la presse de tous
les partis, les mots loyaut et
droiture sont ceux qui revien-
nent le plus souvent Ils ser-
venlj en eflet caractriser la
carrire de l'homme que les
circonslances viennent de met-
ire au premier plan de l'actua-
lit.
M. Eugne Roy, agent de
change depuis de longues an-
nes, s'est trouv ml la n-
gociation des plus importantes
affaires d'argent qui aient l
traites en'Hati: jamais le moin-
dre soupon ne l'a |efleur.
Probe, consciencieux, J comp-
tent, il s'est cr, parmi;ies ban-
quiers, commerants et indus-
triels, une rputation d'intgrit
absolue qui lui a valu 1 estime
de tous, tandisque la franchisa
de son caractre et l'indpen-
dance de sa pense lui attiraient
de nombreux amis. Plusieurs
lois, des lentalives flatteuses et
pressantes avaient t faites au-
prs de lui pour qu'il acceptt,
dans des moments difficiles, le
ministre des finances : il refusa
chaque lois, ayant pour la po-
litique unt rpugnauce invinci-
ble. El pour le dcider accep-
crle chou qui vient d tre tait de
lui pour la prsidence tempo
raire de la Rpublique, il a fallu
l unanimit qui s'est tai-eanrehn
nom et le ha> t souci de rimn- L
tieure si critique de sa doulou-
reuse histoire.
Nous esprons que la prsence
quelque courte qu'elle doive
tre de M. Eogne Roy au
pouvoir aura le meilleur "effet
sur ta situation commerciale et
que notre ami donnera tous ses
soins la prparation du rel-
vement conomique d'Hati.
:
Iur Pierre Aguant. pou; a
comit du l*aFeau et h
beaucoup dauirsa notabilits
Au Lyce
National
Par suite de la nomination
de M. Damocls Vieux comme
Secrtaire d Etat de l'Instruc-
tion Publique, deTIndustrie et
du Travail, les, modifications
suivantes ont t apportes par
Monsieur le Prsident de la R-
publique dans le personnel du
Lyce Ption.
M. le Dr Bouchereau, Di-
recteur du Lyce National en
remplacement de M. D. Vieux ;
M. le |l)r Gdon Civil,
Censeur du Lyce National en
remplacement du Di V. Bou-
chereau ;
2~ M. Henry Odide, pro'es
seur de 1re et de 2eme classes
au mme tablissement en rem-
placement de M.Lucien Hibbert
ippel d'autres touchons.
Leur installation aura heu de-
main matin 8 heures prcise.
Meilleurs compliments.
de l'Arcahaie qui se dpen-
srent pour tre agrables a
leurs htes.
Dans la salrao
feule au Champ d &art
iana la soire pendant la con-
cert. Le Palais de.la Presiden
ce est merveilleusement clai
r. Le drapeau reste au mu
jusqu' une heure avanre d
la uuil, dans un bain de lu
miere suivant uu protoco^
stsMi
Lidal Rhum
ALIXjROY
28 annes de succs.
mfier \ pus dos imitation*



4fi*
y
bien
l&rLEXDRE
Udl.C.Tfc V,
Pr_^FQNTAINE B.Post.N?Sa ;':A PmNct
BAH TERMINUS
F lace Dessalines
Cal chic, Restaurant
de Dremier choix o l'on
trouve a toute heure les
consommations les plusd-
Hcates.
Sandwiches sa ns pareils.
Bire la pression.
Lvh Meilleur
1
qu'ils sont moulus avec
soin exceptionnel-propres,
icats et purs.
CUITS SANS FEU-
MOUUN-I'LNDANT 12 HEURES
Flocons bAvoine : Mixit
:
Manll|acl...e Halienne
de Cigarettes
'. GBARA&C0
Les Ciqareltes
Dessalinienne*
*Colon
* Rpublicaine*
Porl-au-Princiennc
Grce la finesse de leur arme font les aences des
vrais amateurs.
... a vu la joie avec laquelle il
avait reues chque. Il t'atten-
dait avec tant d'unxie quil
n'eut pas le temps de le vrifier.
Il appela du coup tous ses amis
et les invita boire. Ils burent
longtemps, longtemps,au milieu
d'une joie dlirante. Eu rega-
gnant sa maison l'ide lui viut de
regarder le chque un peu plus
longuement Quel ne lut pas son
iU-s..| p. internant lorsqu'il se
rendit compte qu'il avait t
l'objet dune mystification d'un
de ses amis. Le chque tait,
purau-il, tir sur le Pre Lier,
nel et lui assureil le Paradis.
... a vu, durant le concert du
15, Mai un littrateur qui avait
rudement l'air de s'embter.
Cherclunl.il quelque rime ou
songeait-il quelque chronique?
On ne sait. Toujours est-il qu'il
ne s'amusait pas. Il s'arrtait a
un groupe, y donnait quelques
blagues. Ma la la minute d'aprs
il prenait cong et reprenait sa
promenade lveuse et lente, nue
promenade qui l'emmenait on
ne sait OU et qui tendit mais en
Vain de diluer l'atmosphre
d'ennui qui l'entourait connut'
d'une brume opaque.
*
... a vu une dame ; sai / ton-
nue s'avancer vers i>n des
wagons qui transportent de la
canne pour la Sugai et en tirer
un bon bout de canne, Rl}
allait prendre rn-ib:enn nt If
chemin v sa maison lorsqui
de son liga il reniitde lu dame
qui eut la boi.r.t ide de se lais-
ser foire, le bout de ranna et le
remit sa place. I : pauvre fan-
me en soutint beaucoup dans
son orgueil, maia ail* n'eul pos
un mot de liau e contra celui
qui venait de si ; llgicineiit lui
ravir ce qu'elle uval dj en sa
possession.
*
... i vu, dimanche soir, pen-
dant le concert, un homme so-
litaire et triste, assis sur la mar-
jelle du jet d'eau. Il n'avait pas '
l'air de prendre part la fle
somptueuse et enthousiaste qui
se droulait autour db lui. Il
tait tellement prisonnier de son
rve ou de son chagrin qu'il
n'entendait ni la musique, ni le
klaxon des automobiles, ni le
rire des entants qui jouaient au-
tour de sa solitude. L'un de ces
entants, une lois, le heurta. Son
chapeau tomba de sa tte. Sans
un mol, il se baissa, le ramassa,
s'en recoins el se laissa empor-
ter au til de son rve ou de sen
chagnn.
... a rencontr un personnage
i ssez suspect, col relev, cha-
peau leulre poussireux et qui
demandait tous ceux qui pas-
saient:
Kst-ce ce soir que se don-
ne la repisenlation de cinma
gratis, ht il reprenait sa prome-
nade. In peu vers le tard, il s'en
alla, pienant la direction du
Cercle l'ort-au l'rincien, dune
dmarche piuilente, celle que
l'on doit prendre lorsqu'on va
tenter un mauvais coup.
... a vu l'inspection scolaire,
pendant la belle lception orga-
nise a l'occasion de la Fle du
Drapeau et de l'Universit, un
personnage qui na rien a d-
mler avec 1 Universit et qui,
comme en des tours de passe-
passe, faisait disparatre daus
on goeitr pt sur pts.
'
. s not l'enthousiasme QUs
*ur son p*fc*eg soulve Je nou-
veau 1 rendent de la Rpublique
chaque fois qu'il *.oiL C'et>t rj
coiiloilant.
* .
... Qu- pune/vous lui di-
u anda-l on V
Ces) UB m.aliur tlquist iiw-
nan m lUias. 1 ivpoudit,
=^lihiz:lu,oi uj Al J^f.l)


PAGK-2
_MUTILAT~E'D
.R MATIN- ao Mw iao
Fte de l'Universit
| A propos
et du Drapeau
DISCOURS DE RTD. VIEUX
Secrtaire d'Etal de i instruction t ublique
Mesdames, Messieurs, I de, propre a lessatisfaire, celait
. laussr lui apprendre compren-
La fte de l universit cl du dre nde de palrie et ie* sacn-
drapeau revt, dans les con-
jonctures actuelles, sa signifi-
cation la plus haute.
L'me nationale a retrouv la
voie du pass hroque. Comme
aux heures tragiques de noire
histoire, o les svices 'de la
servitude dterminrent des
nergies exaspres commu-
nier| dans le vouloir implaca-
ble d tre libres, elle est ani-
me,de l'intrangible dsir de se
rintgrer elle-mme dans m
dignit impatiente de l'asservis-
sement, quelle qu'en soit la loi-
me, elle aspire aux redresse-
ments lgitimes.
Le gouvernement, temporaire
de la Rpublique auquel elle
a l'ait confiance est lermement
dcid assurer la pleine ra-
lisation de ses aspirations. Mais
constitu pour travailler la
reconstruction le nos insliiu-
d'ordures
lices volontaires qu'elle impli-
que, l'inciter prendre nette-
ment conscience de ses droits et
de ses devoirs, la prmunir, de
ce lait, contre ;les sollicitations
hasardeuses et les aventures dan-
gereuses, la dresser, du mme
coap. l'apprentissage et l'exer-
cice du rie de citoyen, poser
enfin les londements de notre
stabilit politique, lin eflet.touie
llorme profonde de dos muis
publiques sera impossible, IV
voluuon intellectuelle de la na-
I1011 entire sera impai laite et
lente, le rgime conomique de
la Rpublique restera lou|ours
prcaire et condamn a une
stagnation prjudiciable au d-
veloppement de la prosprit
gnrale si la plus large et la
plus t llective ditlusion de 1 ins-
L'Histoire- repte-t-on, fout
proprosest un t rnel recom-
mencement. Les histoires aussi,
pourrait-on ajouter ; et avec
trs peu de chance de se trom
per.
Celles qui se tramaient, il '
y a de cela trente ans, les voil
qui ressuscitent aujourd hui
1 .lit-, n'ont mme pas, oe serait- |
ce pour changer, l'lgance de
se vtir de mois nouveaux. Les
tustcires ne changent pas.
Encore moins les mots avec
lesquels on nous les sei . ht ces
mots ce sont les plus ob nes.
Heureusement on a pou s'en
.ousoler, si on a la naveie d'en
soul!nr,sa conscience d'honnte
nomme et l'opinion des noun-
tes gens qui ne conlondeni p.n
la vertu avec les cris de-, brail-
lards, ni la bravoure avec la
danse de Saint-Guy. C'est d'ail- j
leurs ce que nous d.sait l'obser-
valeur avis des plaies hatien- ,
ns que lut uotre ami ! colla-
borateur Fer nu n a Hibberi dans
ce billet qu il nous adressait il
y a dj 28 ans et qui paru
Iruction primaire ne s opre eu
mme temps qu'une meilleure |daas Le Courrier ~ que diri
bons, il est aussi convaincu que i C()1U ielKUSi0 du but de leu I Mi|| ueuieui Magloire:
le progrs d un peuple ne peu'- Mgownent setOJldailt, uneie-|ft .,
tre garanti que s'il est condi-1 VttJon t.tebsaiie et opportun. I "
lionne par la culture inteMec- l|e cerUunes lois et de certain-
luelle et lducation morale des ,fftvxnentfl relatih 1 enseigue
individus qui | composent. ;,H, v,gneur, une saine oiga
Or culture intllec uella et lusallon de l'enseignement tel h
-luchtion morale ne ocqui- mqua et prolessioonel ei le n
r.i.i point spontanment. Loin | 7*ment du traitement des mal
d'tre un aboutlsserae 1, elles |!1S lt des instituteurs. C'est I.
sont une progression continue. c:,rre|our symbolique du hio
Commences A l'cole, d lop- ,|)U|t.ux ,i my lie antique, o
ges par elle, elles le eilec- (l |.lU, choisir entre .Lux voies
tionnen, plus tard, par la vo Qr, le gouvernement tempo
lont persvrante de se de pas- UUi. ., ,all M ch*,ix. Su.sdou
ser soi-mme, el dans la vie
K- ses activits sont limiiei*.
publique elles frouveol lia ein- Nanmoins, il est determin.pa
ploi Imnlaisant. Plus elles sonl l'JQiermdiaire de mou Depai
tendues, spcialise, pntres leinen|5 ex miner ces giave
de civisme, ouverles | pro|,iemes avic un lei dsir ut
ge sentiment de solidarit el
de fraternit, plus elles sonl
destin.es contribuer au bien
collectif t lacililer le i u dei
rappoits Intarnationam. Mais
elles ne lormenl qu'une lite '.'
.'ans doute, et toule| dmocra
lie o, selon le rve, remanier
rparation.d impartialit, de jus
lice qui perniedia au gouverne
ment difinilil issu des libre
lections lgislatives de lune
leur juste par*, selon les terme
I'\llred t.roiset, a aux connais
sauces immdiatement utilisa
bls et a l'ducauon gnrale dt
I lite dirigeante n accorde de L'tgprit.
raison d'tra Ul la classe labo- C'est vo
I >i n .. *)..
al seule condition
de tuer nroflUda eJp de ses efforts Juts! qu une en-
C'est l'erreur sculaire de la
roue qui a trop longtemps m-
t onnu qu instruire el duquer le
peuple, c'est- dire, la glande
masse impulsive el grgaire,c-
I; il l'lever l'insigne dignii de
la pense, la rendie apte con-
natre ses besoins et entre-
prendre la tache utile et leon-
Simple note
o
6 Mai
otre lche, vous, d'j
aider, vous, hellicna et tran-
gers, qui ave/ la dlicate mis-
tlOU d'instruire la ieuuesse hal-
gioTre, \\, en y consacrant plei-
nemenl voire comptence, voire
exprience professionnelle,votre
.ibiiegatiull, votre m-voueun u ,
vous eoiiuibutz a augmtuiei it
patrimoine inteiteciuti i moi ai
le la Rpublique tt a UiatUt
plus de civisme .u service u'uue
patrie que les malheurs n'ont
pas epaiguce.
Nouvelles
Etrangres
l,aisse-moi le flic'ler de cet
admirable article : Toujours les
Ideheti. .le retrouve mou ciai-
rou dor. -\ la bonne heure J'ai
dcoupe a...
Que devieus-tuVEsl ce que d-
cidment tu te laisserais mou-
voir oui: c mesure des pelletes
d ordures que le jettent de pau-
vres diables qui ne peuvent jeter
que ca.
Lucoie si l'on pouvait trou-
vi r un soupcou de talent, d'es-
prit ou d'ironie Mais uant
ue toui a : Neanl, ie dis-|e I
Ci te seivira plu que a te
nuira, lu v. n as plus lard.
Allons, porte-loi bien et i
bientt.
Amilis,
F. HIBBER.T.
I(i
Dans LE MATIN du
coul, sous le titra de Petite
Chronique , j ai rail allu
un |oji u iliata qui nia tre I au-
teur i un arti -t.-. paru dans
l'action hatienne, ridicu-
lisonl un compatriote, grand
champion. rus. 34 eus ont t signale-
.le viens de recevoir d'un a ni, dans la province de Guina.
16 Mai
l.a (M'slc liiiliouiqiie ru l<|>|iC
LONDfUB. I '.,,- dpl il il
tmoin de la scne, quelque!
prcisions qui dmontrent qu<
le journaliste en question ne ois
pas i-algoi iquemenl sa proie.
Il ne on ( ni pareil il, I r qui
(intress s'adressa lui, de
l'tnvoyera la direction du jour
nal o l'article vaii paru. Ce
qui est d'.Heurs rgu i< r, Je
suis heureux de laire cette | etit
rectification,
^ajCtpcndant, j'estime qu'il es'
un devoir pour tout hatien d'a-
voir certains gards pour un
homme nul a si Formidablement
contribue i bure connatre son
petit pays. IJ je puis affirmer
que si le inonde entier s'eal in-
tress a Hati pendant ces temps
derniers, l'est, en grande p i lie,
parce que Calor, hatien et
champion du monde du saul ci:
longueui, venait de prouv. que
son pays tait digne d'ail on.
Jai connu l'accueil eittliou
siasie qui lut lau a notre g and
athlte dans toutes les Mlles
d'Europe o il s'est piseni, et
j'ti toujours t Ira^p dt von
combien on faisait peu de cas
de lui dans sa propre i m. la-
quelle lui doif^beaucoup de re-
connaissance.
Ou tomprtndra main'enani
fnnrquoi jai eu a d< l. i du- ni
nlressant compainote contre
un plaisantin qui ne pensait,
sans doute, qu amuser It-t
keteora de LAcTlON HA-
TI l.\ m ;.
Ikan MAGLOIHK
( outre le Ir.dir de l qiiiiiii
Obnvb Des mtsurei pour
iacon.soiii.uiou des lorcesconi*
battant le trafic! illicite d'opirn
i. sppelanl sa secours les p \-
victimes qui comprennent l'A-
mrique latine, ont t prises
mercredi par le Conseil de la
ligue des Naliona. Le Conseil a
lixe le ici Dcembre pour tenii
uiih conlrence internationale
d'opium.
Il/
^ALI)^ PRESENTERA JEUDI
A CINE-VARIETES
Le beau film qui lut redemand:
Dans l'ombre
du Harem
avec Lo,', M. hoi l L. La grange
Enti 2 n .Loge : 3 gdes.
CE SOIR
Les dieux de
CANDIO
NOSTRUM
Pas pleure Hlna
Du leu nan Conseil d'Elal .
Nostrnm devunl l'Histoire .
i Vol audacieux , (redemand)
Entre : 2.00.
eiln-iMiu iln Muusslre
des Kedeuiulorisles
Dimanche. 35 4 Ueuie
1/2 de lapiviuiUt, aura lieu
m bndiction du Houaaira
des Kedeiupionsleb par Mgr Co-
uan, absisie par Mgi Le (jouaze.
reie iviauise, suprieur del
communauie.
Lu ctiemouie sera rehausse
/.u id prsence ue -iun h&cei
a-un ..i. hiUgeUc liov, l'usniKin
de |U II |:llll.l>| .1.
H n'y a u i a ni panaus ui
uidii unies spcialement uesl
gus. IuusIim assistants SeiOUl
i uiisiiU'i es comme tels.
La chorale ucs lie es de Tins
UUCliou v lueiieniie execuiera
les i hauts, toute la population
de Vori-au-iVriuce si sympaiin
que aux Missionnau e y est cor
aiaiemenl uvuee.
0
Une iete> r ligieuse
l'Arcahale
Le lei JUlll |jiuuiuiii, le ue-
voue Uuie Ue l.vicaliaie, le Peie
lera pioceuer lu lie
Caire du qu li peste bubon i !-* *
que cause de l'anxit aux auto ''ea,u'"u dc '* cli.pelle de Sie.
Aune. Celle crmonie religieu
a auia lieu sous la preslUeuce
de S Ci Mgr Lonau, Archevque
le l'oit au Prince.
Que jcs QUaies se prparent a
.i rendra i cite fte qui sera
des p us lir. i.nit s et qui, p.r
uiiL-uis.loui nu a l'occaaiouU'uc
excursion agrable.
Nos teliciiuiions au Kv. l're
Leroux qui von se raliser un
de sas projets appels a douuei
saiisiueiiou a l'iuiareananta po
pulation de 1 Arcahaie.
o
Lc> nouveau Gouver-
neur dominicain
Une dpche de Santo-Do-
iiuiigo annonai que les geue-
i.mi\ Leouidus liii|iliD et
Lsticlla Ureua.cheis un Parti
gouverueiueutul, oui t lu.s
riesideul et vic-presuleui,
sans aucune oppositiou. Ou
sait qu'Atiuuxa uvait relire sa
.audiUatuie tl que ses parti
sans s'absuurent de voter
Lu ordre parlait rgna sur
toute l'tendue de lu hepubli-
que aonunicaue.
*
\da'.iuitratios uarale des Postas
Avis dewdpurt
Les dpches pour New-
'ork et l'Europe par le b/S
Nkkenei via Si, Yorkdiieci
seront fermes le jeudi 22 du
courant.
Port au Prince,la 19 mai 1930
i
VOUS NE POUVEZ LAISSER LA
TRACTION POUR LA CHANCE.
Les hommes d'affaires qui ont russi n'ont jamais laiss la
cha< ce leur stock de m m liandises. Ils ne l'ont jamais factur
sans considration du prix. Ils n'ont jamais compt sur te pa-
tronage de >a chance. Ni ils n'ont lamais choisi le ir camion par
hasard o par des mthodes errones.
I
Les hommes d'aflaires qui possdent des camions Dodge il
eu a des milliers ont mis la chance eu dehors du choix de
eur camion. Ils ont prouv que les camions Dodge possdent
les vraies qualits reconnues par les camioueurs expriments...
puissance pour les lourds tirages-- vitesse po>ir conomiser le
temps dpendance pour servir sans dfaillance conomi-
que autant que consistant, com ne il est fini du coup dit,
vous en serez fier cojtoruble et facile contrler pour le
conducteur.
Consultez le Dis'ributeur de la Dodge Brothers sur les dimen-
sions et le type des Camions Dodge qui sont les meilleurs que
vous pouvez dsirer. Vous pouvez l'acheter complet, avec la car-
rosserie, pi et servir ,un prix aussi modr que ses capacits
mritoires sout leves.
DODGE TRUCKS
CHRYSLER MOTOR9 PRODUCT
KNEER'S GARAGE
Distributeur
RUE PAVEE P01W.AU-PRLN ;E (HUl'i)
PflQNE: 2318 a 2234
n*
Spectacles
AMOUR OU LUXE
Elle .'av.ul pous, parce qu'il
tait riche.
E Vladge et J -an taient alls
s tablir dins une sorle de pa-
villon antique et mystrieux.
Elle dt bien y ennuyer; l'exis-
tence dt lui paratre bien mo-
notone et bien vide, car il s'ab-
sentait souvent, et la petite
Madge n'avait pour tous com-
pagnons que deux valets.
Elle s'pencha.dans une lettre
qu'elle crivit une amie. Et
celle ci se rendit chez Madge
p >ur apporter la joie et le hon-
neur dans sou mnage. Mais
1 amiti est chose rare...
Elle chercha sduire l'-
poux par des paioles et des ca-
resses enjleuses. Elle voulait
gagner son amour. Madge s'en
aperut. Se fcha. Protesta. Son
poux lui appartenait; il tait a
elle, et a elle seuie, i elle les
surveillait lorsqu'ils se parlaient
dans la crainte qu'il la trompt.
Elle tait jalouse.
Elle l'aimait donc?
Mais elle ne l'avait pous que
pour a fortune. Son amie le lui
flt remarquer : Ui najl'aimait
pas. C'tait vrai.
Elle lut prise de remords, et
avoua.tout son mnri.
Je auiH une misrable, dit-
elle, je vous ai pous, parce que
voua tes riche.
U sourit A cet aveu candide.
Elle m taisait, U t uibnusa. il
I l'aimait. Il ne la quitterait plus
Tel est le scnario que Vari-
ts nous oflrait, dimanche soir.
Il n'a rien de sentimental. Il est
plutt comique. Il fit |Ia joie de
tous ceux qui assistaient a la re-
prsentation.
o
iDA\S L'OMBRE'DIJMREM
Taldy prsente, jeudi soir,
Varits, Dans 1 Ombre du
Harem, film dont l'action se
passe en Orient.
Le rle principal est tenu par
Lon Mathot.
C'est tout dire.
Fte du
Drapeau
Arcahaie 18 Mai
Palmars de la distribution des
prix dcerns aux laurats
i nx du Prsident, Euh. Hov
dcern Vergniaud,Joseph du
Lyce National.
n*P*rpdu Munislre Bar dcer-
n Pierre Bouchereau de St-
Vincent de Paul.
Prix du Ministre D.Vieux d-
cerne Andr Lamarque d. St-
Louis de Gonxague
Prix de M. Couiinti!i Mayard
dcerne a P.erre Lessage d/ff
ha (.havanes ( Arcahaie ).
JL1 d! HaIU Journl d-
cern a Anne Amd d* DalU
Lhavanes( Arcahaie)
*-rudaM^y0viwdae.
cern I Jeanne Mris Ecole des
Surs (Arcahaie).
Prix de Hermann Cajosle d-
cern a Arto Youreau Collge
, Louver'ure.
Prix de la Commission Colf
Arcahaie dcern d'Auiriche,
Collge Louverture.
( JPnx de M. Benoit Cassen d-
cern Edgard Roy.Marat Che-
net.
Prix du Comit du Drapeau
dcern Bonhomme, LycM
Ption. .
Prix du.Ministre Roy dcern
Bonhomme St Louis de Gon-
Prix de Mr Pierre Paul.PNT
dcern Eberle Beroit Eco
Arcahaie. Ferme Ecole.
Prix du Comit, du Drape"
dcern Adipe Calixte Ecole
Garons Arcahaie.
Prix de Mr Jean Jacques d-
cern Lhrisson Ecole G^
ons Cabaret.
fcPnx du Comit du ;DiP*"
ucern i.toEcole Pssteur Jont
Arcahaie.
Arcahaie le 1U Mai 1020
..Le Comit du Drapeau
Avec ses meilleures remen
menis Son Ex. Eugne Hoy,
aux donaleuis des prix, aux Et
4 ves, et Directeurs, su public s
Port-sn-Pnnce de Si-Marc sui
assistants nombreux, eux Jou'*
naux de la capitale et i tu
'ceux qui ont prt uo voocoui*
; quelconque, I' sjociaiioo dei
. Femmes de Port-au-Prince rs-
\ prsente par les dames M. I
ca, Melle Sam et Mme DyeM
es Piarr PsiU, Joiibois, ssl*


Lt MATIN- 20 Mal 1<0
f\G.E 3
Ncrologie
Noos avons reu le taire-part
de la mort de M. Napolon Fran-
cis, ancien Vnrable de la Loge
L'Amiti No. 1er, survenue
New-York. Le dlunt avait lais*
l le pays, il y a quelque temps,
en compagnie de notre nmiNor-
il Charles.
Nous prsentons nos condo-
lances aux parents prouvs.
Nous apprenons la triste
nouvelle de la mort survenue a
Versailles (France) de Siphen
Cotneau Montasse, Consul de la
Rpublique d'Halii, en Seine et
Oise.
Nous offrons nos sincres con-
dolances Madame Annibal
Coeau Montasse, sa mre,a sa
jeuve, ses enfants, ses frres
Nemours et le Docteur LlioCo
oeau-Montasse, et principale-
ment au lieutenant Victor Co-
meau-Montasse, Consul de Mo-
nico.
fg m ^WWWW^^j
/\i3 1 MiylJtOpp/tkSs/oii/s
gavlaff-nteut IranifMlat Globules Rbaud
Bultt< merveilleux, surprennts mme
Tentes '- larmaoim Dtmantltr Rot c
E.DAMOHOUX, 2T, Kue Vicio.-Uugo t
Bols-Colom'jci (Mac) i
Pour cause
I de dpart
Mr CAMBON1E. Chancelier
de la Lgation de France vend
cheval, Voiture et quelques
meublas.
PR-CAT-LAN
Si vous avee quelques heures de loisir, le soir, et que
vous dsirez les passer agrablement aller, au
Pr-Cat-Tlan
o vous trouverai, la.plus belle salle de bal, la musique la
meilleure excute par un orthophonie dernier cri et aussi
les bojssons les plus fraches et les plus pures.
Champagne, bire allemande ou nationale, liqueur de tout
sortes.
Siphons
bire d'une
capacit de
1,5 & 10 li-
tres.
Voil quelque chose qui a manqu pour les'ftes la
maison, les pique-niques, etc. etc. i
Vous les trouverez remplis avec une bire dlicieuse chez
M. Schultz & C.
Prire de commander 24 heures par avance.
Tlphone : 2059.
Pour
manifester
l'amiti
Pour un anniuisaire,
un cong, juste pour ma-
nifester l'amiti, le cadeau
le plus acceptable est un
Parker pour bureau.
Une couverture avec at-
tache est comprise avec
chaque Parker de bureau
et convertit le Duofold en
stylo de poche. I
A partir d'aujourd'hui
un Duofold en cadeau est
itcux' fois le bienvenu car
il est d'un
double usa-
ge-
Distributeur
MOHR
& LAURIN
P.O.BOXM
Port-au-Pc.
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d uvre varis ou
Plats du Jour
DESSERT
VINS TRES SOIGNE MKTS CHOISI
P. P PATBIZI
VtikerVuojbU
POUR BUREAU*
Remerciements
Monsieur et Mme Ht rmnnn
PriM et leurs enta ils: Yva,
Olga ei Benee H. ce, n me'r-
i le M bien sincn nient la po
,iulatiuu (ie ketit-Oovei les
amis de l'urt-au-Pnu- e, Jac-
. nul. Grand Goftve, Mir.igone
Ctes de Fer, et le> bonnes
mi'uis de Saint binnois de
Sales ;qui leur ont donne des
i tmoignages de sympathies
i l'occasion de la perte cruelle
(finis viennent d'prouver
dans la personne de leur bien
regrette lils, beau lils et Irre
hberl Price,
; dcd levtudieui 9 Mai 1930,
l'ge ue ueut ans cinq mois.
Ils les prient de cioire u
leur iecouuaissance.
l'etil-Gcve, le 19 Mail '..()
Rey, Mme Audr Rey el ses
tnlanis et tous les autres pa-
rents et allis remercient sin-
crement tel amis de cette
vi le tt des nul is localits
qui ont bien voulu leur t
moigntr de la sympathie
l'occasion de la perle doulou
reuse de leur uU, Irre, cou-
siu.
Anlony Roumer.
! dcde le II \im 1930 2
heuics du ma'in, muni des
sacrements de l'glise, et les
prient de bouver ici l'expres-
sion de leur prolondc gra-
titude
.lrmie, le 14 Mai 1930
Dominique et ses acteurs Un
cordial au Drapeau.
P. H Agnant _
0. Bt-riiadotte
A. Beltort
D. agnant
H. Pitire,
:jraval\ dart dcoratif
lVp Le diraauche 25, de 9 heu
res midi et lundi '.b Mai

La moyenne de-s propritaires de Packaiu. se terteal de leur
voiture pend.nl prs de i-mq uns. Con.paralivenM-m ;, rus;,ge retir
fteAotureimeiUear marche, la prix initial trouve larWmeBt
tom,,nS-parla dort, doubla de servies stlbleteTCTS
d.mpoilsnct des frais d'entretien, h. dpiciatmn minime et de
plus Je prestige qui tutie de possder une Packard.
ASKTBE MAN WliO OWNS ONE
C K A R D
KhEERS GARAGE
DISTRIBUTEUR.
Rua pAVtB, Poht al-Pkince Phoi i : J'i.'M vV; 2*1 ]
rOUH AVOIR UNE 'PEAU
VELOUTEE
- o
fH :.' -J
M.&MmeL.A.Roumer,M.V.
Numa, Maxime, Vidal, Emile, I de 3 b heures p. m., Meile
Eugne,Anloiue et Yves Rou- Marcelle Apollon exposera les
mer, M. uustaveLestage et ouviages de se> lves daus
lamine, M. le Or Lon Les- Us salons de Mi et Madame
lage et lamille, M. Franois Lon Liautaud.au Bois Veina,
.tstage. Melles Ida et i.lara Ui.e coidiale invitation est
Lestage, Melle Clara et Loze laite au public.
gli mmmJL mwmammsmBmmmmmmmn*
I Toutes les Polices
I DE LA
I
B
. _ lhiE Ol
g comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux
I
6
L'usage rgulier de la Va-
uistinig Lream Exeieuio cou-
servcia votre teint aussi doux
et aussi satine que celui d'un
bb. N< us le garantissons.
L'EXELENTO
Vanishmg Crcam
Est une crme sans graisse
que la peau absorbe. Elle
nourrit^ la peau et empcht
qu'elle se lue, se ride, se des-
sche.ou ne devienne rugueu-
se. Elle conserve la peau eu
pai laite sant.
l'iocurez-votis aujouru'hu
un pol et hxelento Vaiiistiinj.
Utamjcu vente cbel tous le
droguiste! ou directement *
uous sous garantie, comme
i vous le preteies.
: bcuvec-Doue pour avoir uu
! chantillon giatuit et un livre
de CODMilS pour la beaut
bXbLtlYIOi MfcuiLUNfc
^UaiPAN
AiL-MA, ObuKOlA U.S.A
Agents ieniaue pour ton*
pays.
bi( ivespoor renaaigoementa.
Anmie Dbilit
Convalescence
Fivres Paludisme
QUIMIUft
HBARRAUUE
GARAGE CENTRAL
Ludovic CHENET, prop.
Grand Rue Port au Prince, (Hatii
SPCIALITS :
Rodages des soupapes
Dclaminage des soupapes
F lectricit par le systme
* Black et Decker
Lavage des Autos par une pi m ne lectrique BBUNNER
350 livres de piessou d'eau el d'air.
t HHUM HENRI Gardre
En peu de lemps ce pro-
duit renirauable a conquis
de haule lutte une renom-
me des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gardre.
\Eng.Letoss$Co
i
Agents Gnraux
wmmr'vmwm w?hih * i
t plus :J:.''.fl
TONIQUE
Recenetituant
sj
wateon CRtAI
19 r. Jacob, PaRIS
New-York, Rio et Buenos-
Aires Line, Inc.
Aigle irslsra i ole^ u^ , laassla se lHal
Port n f risre, MaW. >k*9* *m.
L'hydravion isisaut I ervioe H > - iirn Mlnmi.feluanra
Poi t-au-Iri'nre le mt i. di 'il Cuurdnt vers 0brs s.ra, prensnl la
molle, le tr. et le- p*taae ; p>ur les \i\\cs suivanNB :
Santiago de Cuh.i ClcnraegOS, in Havane et Miami.
Po:r tous aut-p* renspifturarnls, s'adresser an htireea u
nt.
% #**" ......L scuiii y '. cflert par l'bfdrsv i
i' rj"i s i-ii t..uj >ii-s sur > . clia ii i'.''ier \ nynye: /- lu Syrbaknt.


3=-
Mardi
20 Mai 1930
Le Matin
24rne nP^lE N 6996
I ort-au-Pnnce
Tlphone : 2242
4 PAGES

Rhum. t< >o
Gravelle
Axti lo Selr<
Obsit
f ;>. '"

1 -M

*
|
i
i<..
I :
., ,.,.....,..... "*
el la Goutte
JRODOJ : L
v lff
tt le j articulations
t vite lot s't.
., \dmtnltr# r-'wion des
po,,, i dur. M gculie.
| i RO'.lON'Al. h n ,: "''' ""l;"-
.,..,.. k ni : | iitn mut M
,!,.,.,. .;.,i . cM dan-
. rt je ..i^:^.
I loi Lnn i l"l Wj*"
i 'i'-- '," '!::;."
,... ., ...,..-. r*l iinrl !
I ..' Vf
|; V..l.
'' "
Panama Railroad Steamship Line
Service de fret el de passagers entie
NFW YORK CtYN..Y'CK!Siuda^.lANALZONE et les POHTS de la COTE
Nb.w run i&JEST de 1 AMERIQUE du SUD.
nltis raoide el le plus.liiect service de transport de passagers etjdu irw entre Hait
el ies DOrti Europen! via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de 1 Europe :
Angleterre Ecosse France
Mrs. G. W. SHELDON|& Co- 17 James Street, Liverpoof Enolano
. I li' iolloHiiiy |K oui- Ageal al principal pris',in riurupe :
IENGLAND, SCOTLAND, FRANC!".
Mess, s (i. W, SHELDON & Co.,
17 Jarru's Strecl, Liverpool, England
In France, Mettra G. W. Sheldon & Co. are represented by the lollowin tirms
(ii.i i.vn.Y Hknkkv\'v Co
21 Wiw de la Rpublique
Marscillcs.
IIihni PERON& \Ltd,
53 Quai George V.
Hnvre.
Ili RNI i'i RON & Co., Ltd.
Rue du Mou lia n Vapeur,
Boulogne lur Mer.
COPENHAGUE, I l\NI MARK. & Co !
Hernd Peron & C,p Ltd.
9f> Rue des Marais,
Paris.
Hep.ni: Peho.n & Co Ltd.,
Rue de la Tranquilit,
Dunkerquie.
Hernd Peaon & G Ltd.,
il Rue Roy,
Hordeaux.
Gi.noe, It.m.v.
Meurs E. A. Benmx & Co Meaara Mp.sry Co. & < lebici,
21 Altenaade, Copenhagen. ,Piaz*a S.Matteo.No l&Genoa
i n7n Mn.WAl COTXBNBURQ. 3WBDBN.
^ T' ^ Zt Nord.sk Express,
. i l Co.henWg,
:Speditionsselkap Oslo.
..S,
Hamburo, Gbrmany.
MM.Atlantic l'iiiKiin- Corp'n
Bremen,-Geimanv.
Meaara Atlantic Freiout
Corp'a,
la mil rg. Brme*. '
"ROTTERDAM, HOLLAND.g
f Meaara Atlantic Frbinqrt
Corp'n.,
'Rotterdam.
H 'ili miiwihh
Acccssoii es ci automobiles
Ru* Frou, ci levant ('es Miracesl.
GazQline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air. .
etc. elc.
. .. * .
Tlphone : 3454
Panam* Railroad
Steamshlp Line
Le steamer c Ancon est
attendu Port-au--'rinee,ve-
nantde New York, le diman-
che 18 Mai 1930. avec : S pas-
Mgera,l33 sacs de correspon-
dance, et partira dans l'aprs-
midi du mme jour directe-
ment pour Cri-lobai. Canal
Zone, prenant fret, malle et
passagers.
Jas. H C. VAN REEI)
Agent Gnrai.
<> pu a'i i-mais i. if|
t> qui n* }'!!i Mre >| au
Kola ChfimiHiqnc
R SJOURNE
' .Prj.ar^dans'des conditions rigoureuses
D'ASEPSIK
Prparation et Vente
PHARMArir F. SEJOURNE
Angle des jjUut Roivr et du Centre.
(])inpa Traosatlintique
Jg|Le steamer Cariraarepatti
de Bordeaux le 14 courant
?st attendu le 1er juin.
Il partira le mme jour pour
Santiago de Cuba et les ports
du Sud.
Li suite de 1 itinraire sera
fixe l'arrive du navire,
port au-piince.le 16 Mai 1930.
E.ROBKLlN&Co Agent
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE!
EUG. Le BOSSER Co
Aaents Gnraux
I
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd. j
dePerth (Scotbnd)
3'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n tant que.de 1/2 /. soit 20 dollais i-. M
Veuve F. BERM1NGHAM, Aux Cayes
Agent Gnral pour liaiti.
SOUS-AGENTS:
Agent Gnral pour liaiti.
IPort-au-Prince. G- GILG
1 JEANJBLANCHET Jrmie.

La fin de la Grande Arme
Il y a dj des broches etbicntid sera \ia dissolution del
Grande Arme des DtaquMm Odcon .
^Quelques Numros de, notre sloek sont dj nniss, d'autres
ont finir vite et des humros prcdemment imports ne
seront plus commands car nous aurons i Irai'ailler sur des
Numros nouveaux.
'^Livrez donc bravement el au plus tt un dernier, assaut
eontre les superbes ba aillons de Alistinmiclt, Xionteaux. Uouin,
Oino' \alin. taichiletti. Valse \ ienn.i'se,.lazz,l ous litres,Solis
orchestres, elc, etc, car vous >eu citerez de ne plus trouver
avenir ces disque* merceilleuv qui dans une par laite com-
munion de l esprit latin el des belle affinits de la race ont
po l dans tout le pays l'lan de la grande joie e>. du plaisir
dlicat.
Si vous n'avez pas un Phonographe procurez vous chez nous
un Portatif PERLES, aussi'sonore que les grandes tma-
chtnes.
Bazar Odon
J. KARAYANY
Angle (irand'Rue cl Rue Prou.
" ALUMINUM LiNE
Dpart rgulier de New-Oiluns et de Mobile
pour Port-au-Prince.
Cours
De New-Orlans
10 Mai
7 Juin
VI Juin
De Mobile
12 Mai
9 Juin
28 Juin
Ce 11 Juin 19,l0.
A. Altendn Port au Priote.
10 Mai 1930
10 Juin
30 Juin
Glassiaues
12me Philosophie inc.u
vivement.
Mthode suie, Succs coin-
(/lel contrle chaque anne,
^ours du Soir pour Adultes
et Jeunes Geus.
Comptabilit. Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
(Enseignement du Franais
ae l'Anglais, de l'Allemaud.de
l'Espagnol. Mtnode saD
^ale.
Leons particulires a*
retires, Sciences el Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou Lieux qui veulent
saguer du temps.
t Cours de Musique (Solla>
Violon, piano),
ft'eusion Scolaire, srieuse
el agreable.avec annexe pour
dtuiuuii et Adultes. :
S'adresser Rue Lamarrc,lJ
ou lelephonez au No ^*'1
pour plus amples renseigoe
neuts.
L'INSTITUT %pBR
Reconnu de I Universit,
Hkitienne.
The Royal Mail Steam
Packel Company
Le learaer ton via le Sud est attendu a Port-au Prince le 23 Mai crt.
prenant fret via ie Nordfoour le Havre, Anvers e Londres et
tous les autres ports d Europe.
Port-au-Prince, le 13 Mai 1930.
I. J B.GIO.
Agent Gnral Tlphone ; 1811,
Lqislation
'Electorale
O lrouv.ibbi*n<'a,iyde
crieTerboUme lf H*eu"ffl
meri
Lgislation >^,or^ef y8Ulcf
a lt'3u, dite; M> 1C t^
Nau, avoeei, i Nimocw
homme.
Allouer
VConfortable Maison au uo
erna.
Sa tresser m..,.,c
rb.NGAETJbNS
Rut du Slegaam de


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs