Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04010
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 17, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04010

Full Text
ment Maglore
DIRECTEUR}
158, RUE AMERICAINE 1868
TELEPHONE N- 2242
En ce monde,^inqui-
tude et la souffrance
ont nos plus srs di
vertlssements.
Anatole FRANCE
lAeaie ANNEE N 689f
PORT-A PRINCR THAITI 1
Ll'NDl 19 MAI 19:^)
Un de nos correspondants
Ms crit au sujet ce ce que
,5 avons dit de la campa-
prsidentielle et de la
leitioo d'argent, pour pro-
|Uer notre opinion, eu ce
Jconcerne la campagne ac-
,que mnent les candidats-
lts et les candidats-sna-
s^s dans des conditions qui,
point de vue de la question
nttDt, sont tort diffrentes
ice qui se taisait dans le
* Dut en souffrir la modestie dt
notre collaborateur Auguste Mu-
yloire, nous publions volontiers
l'article suivant que lui consacre
un autre de nos collaborateurs,
noire ami Thos A. Vilmenau
I^UTUATIOW
us conditions spciales
des prochaines lections!AUgUSte
Majloire
PROMENADES
SUR PORT-AU-PRINCE
annes qui est loin d'tre
quantit ngligeable.
Faut-il ajouter le nouveau
grand avantage que consti-
tuait souvent l'appui du Pou-
voir et qui n'obligeait le pan-
Pat ses articles alertes et pleins
de pense, Auguste Maglone,
voir et qui n uougaaii e eau- jour'nalie cst,,- ,oire el ,'hon-
didat besogneux qu un mi Jneu_ de no',re leMion.
Dou d'une facult de travail
L pense de ce correspou-
t est que cette campagne
I ses difficults s'accrotre
grand embarras d'argeut
icaractrisc la situation ac-
!lle des ailaires, et que cela
ht mettre une sourdine la
wsique lectorale.
La remarque est fort juste
lia sourdine est force ; car
ichefs de bouquemeut n'ont
is la rputation de taire de
irtpour l'ait et ceux qu: ont
ird le souvenir des anciens
nps savent qu'ils taient al-
ites a lever la chose la
tuteur d'une vritable pro-
lasiuii lucrative.
Mais aussi, une fois le
Homphe assoie et une fois
lputes et snateurs assis sur
leurs siges le robinet des
veurs de l'Etat et des pots-
vin venait vite rpaier le
Inde caus par les agents lec-
Ijraux da us les poches des
lodidats, et l'entreprise par-
uneniaite se soldait toujours
bnfices.
On avait, ce moment-l,
Dimanche 18 cocraut le Commodore (Sao Paolo) de 23
passagers survolera la ville de dix heures a midi. Ceux qui
dsirent profiler de ces promenades sont pris de s'inscrire
dt prfrence au bureau de la Compagnie ou ils pourront
se niuir de leur ticket jusqu' Samedi 1 heure de l'aprs-
midi.
PRIX CINQ DOLLARS par IHSONNE
NEW-VOKK, KIO & BUENOS AIRES UNE, Inc.
Ang e des Rues Daut Deslouche* et Magasin de l'Etat
, ,, de notre urolession.
uimum de dpenses lecto
raies ?
Tout cela videmment comp-
tait. Aujourd'hui, les affaires
sont sensiblement moins bril-
lantes pour les candidats par-
lementaires. Pour les lections
de la un de l'anne, elles ris-
quent mme d'tre franche-
ment dficitaires pour qui au-
rait la vellit de dpenser
sans compter ; car les choses
sont ariauges de telle faon
jiic nos futurs parlementaires
perdent d'emble, en entrant,
huit mois environ de leurs
traitements, soit le tiers de
leur mandat pour les dputs,
et le sixime pour les sna-
teurs. Le mtier est vraiment
gt.
La Proclamation d'entre
en fonctions du Prsident
provisoire nous promet des
luttes lectorales ardentes ,
une vraie bataille des ides),
dues la multiplicit des
candidature*!' Nous crai-
gnons tort que ce que nous
disons ici ne vienne un peu
amortir les allures. Attendons
pour voir.
En dfinitive, les Amri-
cains nous laissent ce au'ils
appellent une chance a.Nous
liions essayer des lections
n avait, ce inoment-ia, sans pression gouveruemen- .
,ven., pour tre ajouts aux laie; ^J^^^^l UM^^^S^
ualre de la session, deux 1 engagement formel du Prsi- d observer/il donna un
lois dits prliminaires qui, dent Roy: Je promets de te-
our les dputs aux indem- uir la balance gale entre tou-
ills doubles de ce qu'elles tes les comptitions. Nous
Ont actuellement, reprsen- allons essayer otfil rtt de
aient, comme revenu, ce que? ces lections des Chambres
qui ne soient pas sur le mo-
dle des anciennes pssembles
qui, pour la plupart, nous
ont laiss de si honteux sou-
venirs.
Pour que l'exprience soit
extrme, observateur subtil de
nos murs sociales et politi-
ques, il claire d'une lumire
K rotonde et pntrante les pro-
u-un s les plus complexes de
notre dfectueuse organisation
dmocratique. ,Son information
est aussi diverse qu'etemiue et
sre. Ses analyses de l'me na-
tionale mise nu, d'une intelli-
gente suprieure, d une perepica
cit unique, revtent sa parlaite
connaissance de la mentalit du
peuple, des lacunes de son du-
cation, de ses travers, de sis
prjugs invtrs et .des rem-
des a y apporter.
Histoiiaa et sociologue, son
espiit cohrent, logique et tom
prehensit iui permet de tout sai-
sir, de tout lucider. De nos
ides,nos ttndances.nos f:vie9,
nos passions rvolutionnaires,
rien ne lui chappe. Il voit les
(Mis tels qu'ils sont, il ne les re-
garde pas travers un systme
L'Idal Rhum
ALIX ROY
28 annes de succs.
BIRti NATIONALE
DU L
! Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10

le clair et noble visage de la V
rite. Sur tous les vnements,
sur tontes les priodes, il porte
des jugements p.r.-onuels, tou-
|out uueiessants et suggestifs.
Son uvre.belle et bienlaisante,
reposant sur une haute culture
classique, suscite l'admiration
des lettrs et des patriotes par
ses trsors de bagesse et de sr-
nit Elle est le miroir de la vie
hatienne.
suDneure.
Protgez voire
voire sa ni en
toujours.
poche el
la buvant
Constitution accorde. Mais
ancien mandat taut de trois
innes, cela taisait une ail-
e d'indemnits en plus, soit
.800 dollars.
Quaut aux snateurs, avec
eur mandat
'est 3 600 dollars
taient en pi
par rapport au rgime actuel
der et d observer," il donne un
sens ses observations, il indi-
( que leur aboutissement et dis-
cerne ce qui maintient la nation,
la tamiile, l'individu sous l'em-
prise des lorces mauvaises, des-
tructrices qui s'opposent au pro-
grs matriel et moral.
Auguste Magloire, dont le cer- j
veau s prodigieusement nergi-1
que et fcond, est en travail
constant sur notre pass, notre
G'itc cluc
snateurs, avec que 'Kg^"" preVenfet notre avenir.connait.
de six annes, complie, nousallons^ayo jv personne, les nces- f]0 nrPITllGr
.llars qu'ils tou- i de taire des lections presque ^ j,.1, heure, les besoins de UU \ Ml Ml
us d'indemnits! s-ns argent, tour de lorce ,a coi|tC,iv,l el les rformes a
_.^!._-__..i '.,; ci russit, vaudra a la _,i__...n .,n,in hinn ntnhlic. v
qui.
..,.,,..,, ... qui, s'i russit, vaudra la
depuis le quatrime djnocratie hatienne un re-
imendemcut constitutionnel coTd mondial.
amput de deux annes le
mandai snatorial. La situation est ainsi an-
Cela fait que. nous le r- gissante et nous voudrions
pelons, les extra en moins, indemnits gales, les can- compte. Car cette chance
iidatsdeputs et les candi- que nous laissent les matres
M perspective pour couvrir le langage justifi de la l ro-
tors trais lectoraux, un sur clamation prsidentielle, est
Plus d'une anne et de deux ultime .
Simples
rflexions
Je me suis donn la peine de
^vre la loule en dlire qui sa-
"Hil.ieudi matin.d'acclamations
Whousiastes.la mont eau Pou-
voir du nouveau Prsident de la
^publique, rien que pour sai-
"r sur le vit son tat dame.
, Partout o je me suis trouv,
I*1 not les mmes motsdradui-
*M les mmes espoirs. C'est
aramme de rformes fiscales.
Mme si des amliorations ur-
gentes sont reconnues ncessai-
res, il taut pour les raliser, le
temps matuel. _-*
Le problme, en somme, n'est
qu'un aspect particulier du pro-
blme de l'organisation natio-
nale proprement dite, auquel
on a voulu appliquer des me-
modes qui ne tiennent pas
compte de notre temprament
spcial, avec les qua its de no-
ire race qui sont grandes et ses
dlauts qui ne sont pas trop pe-
tits. 11 n'y a pas moyen da-
sans dommage pour la
adopter en vue du bien public,
lin ce petit homme robuste et
trapu o se condensent tontes
les qualits positives de l'art
d'crue, le igard tincelle. 11
lance des fbmmes. Quelle ner-
gie 1 Quelle activit deboidante
pour blmer la laideur et le
mal 1 Quelle vive impression de
lorce et fe vrit se dgage de
ses crits admirables qui rassu
rent et retiennent les honntes
gens !...
Auguste Vagloire, animateur
incomparable, est loujouis en
voyage dans la conscience de
noue triste poque bouleverse
par toutes les passions dtesta-
bles et il nous en rapporte la
perception de ralits perma-
nentes claires par la puissance
aigu de sa \ision.
Thos A. VILMENAY
1er Mai 1930.
BAR TERMINUS
F lace Dessalines
Restaurant
choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plusd-
licates.
Sandwiches sa ns pareils.
Bire la pression.
ManuKtu
re Haute
me
ues mmes espoirs, uesi 'Jl^JS^J'iT ,0Qt entife.nos ira
Jpque M BegneKoy es. o ectm j> ^ tf ^
Jn a nue baguette magique, I 'a* aapUr plutt aux
1 ^nce di U aollaborat.on
-r
Avis
Le'.Public en gnerai ;et le
commerce en particulier sont
aviss que pendant mon ab-
sence mon fils ILO. A.
KNAWLY est seul charg de
la procuration de ma mai-
son de commarce tablie sur
celte place,
intarnetlonala, laquelle nous I port-an-Princa,Ie 13 Mai 1W0
,ouiuies si troitement lis de-
poil 1U15.
Mais les amricains nonl \
mais souuvouu, seuible-l-il
fexistenee de ce* ventes cono-
mique*. Q^e vouu^ vou, .e
problme rsoudre
--ub un laquelle u va iuv
^furg^nt dans les poche. d*
jMcuD t au plus tt. Helaa 1
ai-peu,. que toulM ies illusions
* Ce bon peuple ne s evanouia-
^at trop vite au contact des du-
** ralits qui nous attendent,
^a ae peut changer la silua-
ui couomique d'un pays que
f une srie de mesures imetlt- h;w-';;" "cu0logiuue uutani
Abraam KHAWLY
ncesaile des qualits qu'il se-
iiait injuste de demander
ou Coaaei ier linancie-... amn
de Cigarettes
GRARA&C0
Les Ciqarettes
Dessalinienne
* Colon*
* Rpublicaine*
Vorl-au-Princiennc
LA FIE
I
^irce la nesse de leur arme font les uelices des
vrais amateurs

.. i va comment le Palais taiL
jeudi soir, somptoeasenii nt il!ut0|
m-n Des aillwgen d lumire
CHir.iunl sur tout l'difie el
une guirlande de clart! aux
cou tins nutionnles Rciotillait
mi l'difice comme un mrrvi-il-
Uni collier, Suris place, la foule
tait joyeuse, trpidai.te, et la
musique, ausi allgre qu' ses
p'us beaux jours NoTltl vu ( < c-acU svec grai d plui
sir, spectacle qui l'a conso'a d*\
celui du matin I loule une po-
puliti r dsordonne, mlanga>
poussait des cri SU passage dfa
voilures.
... a vu un petit gamin qm, \
l'avenue de Lalue, voyant pas-
ser la voilure qui recontluisail
le Prsident Bon O, poussa des
c lis de VlVS Roy le l'isidtiit
orro se pencha la poHlre
de la Packard, lui koorii, et lui
lit on petit ges'e amical de II
n> .\in.
... n vu coninv n'. le 15 Mai lu
foule rompit h rdet qui l'en
t,., ha' d'a i iv r ju> qu'aux gi l-
es du Palaii I n roule enaont*
me I on enfanl qui pousse '(
cris de gamins qi i veulent ctvi-
hutt-r un professent tu p :\i n/ et qui, malgr ses i
lin i.ai < s n n i i iv.- pas rei
gestes aveugles qui deini'tidei.t,
il est vrai, beaucoup pluadacou
rage qu'on te le veut croit e.

... n vu a\ c quelle je jfJ.i i< ule
esl eulie jeudi midjfkuu Pa-
lais de la Prsidence,"jSon Ex-
cellence le Prsideitl Hov a or
donne, a peine entr uu Palais*
d'ouvrir loues Us bariitesel
de laisser pntri t le peuple. Ce
peuple s'en est donn covur
joie it pour iha| per des ma-
nifestations trop bruyantes de
sympathie, Son Excellence dm
sentuii par f escalier de service.
...a vu comment il est facile
de perdre Bonaulo i e propri-
taire de la \o Une <|ui porte le
numro 830 tait a causer quel-
que pari. Son automobile l'at-
tendait. Quelqu'un qui avait
dj fuit qui iquts jour! au d-
pt se saisit de la voilure et la
coiidi isit lu la me use Alle des
Palmiers qui. comme on le sait,
V.. du Poilail de Logne Mar-
tiMsanl. La proprilane de la
voilure faillit nom m lorsque,
soi 11 del maison m il se liou-
vait.il ne k i pet son v-
hicule. Pendant qu il 5^ lamen-
tait, le voleur enlevait |>aisible-
menl des boulon a ia voilure
et il tait si pndoii'.'niciit dans
su beiogne, qu'il ne \i pas ve-
nir la Police qui s< saisit de lui
e. le letouma au dpt d'o ii
ne devait pas SOI tir. II lallait
voir allora la jo.( du propri-
taiie de la voiture, retrouve
enfin...

... a vu, autour de la table
d'une rdaction, comment m-
me les choses ne s'entendent
pas. Quelqu'un demanda l'heu-
re qu'il est. Soudain toutes les
mondes soi tirent des poches. U
y tn avait quatre. Aucune d'el-
les n'axait llieuie exacte. Du
moins, eliacune d'i IletavaN son
heure elle. La distance tait
telle entre les heures, et cha-
cune d'lu l donnait j.our la juste
tant tt tant de minuits que l'on
seiail ou en avance ou en retard
bi l'on avait quelque rendez
vous, et que l'on dut, pour airi-
\er l'heuie juste, se servir
e.'i i.e de ees u onlres.
... a vu, pr du jsi d ta du
Cbamp-dt-Mais, bur aair, ua
cousit, qui avail l'air da ne p&
s'eiubettr. Elle eit brona, sou-
Lle, enveloppante, lui, il eu
Lrai.d, lili t clair. Le soir
Coibaii ii ''^ t' sea.biait reL
i.re p bgiat bleslaumula qu'j s
M OMiibi i que muK eutei-
0>,iicUiLr: qui s amassait mu;
toui d'eux.



'm^r
pa ne-2
1 New-York, Rio et Buenos-
Aires Line, Inc.
\u(\\? des Rocs Daiils llesloii.lie et Hnpsin If l'Elut
Porl-au Prince, Hati, Plume MM.
L'hvdravinn faisant \< s -vice Buenos-Aires Miarui.lnissera
Port-au-Prince le mercredi 21 conrnntvers bhrs a.m, prenant la
malle, le Irt et les passagers pour les villes suivantes:,.
Santiago Pour tous outres renseignements, s'adresser au bureau de
l'Agent. ...
Le maximum de scurit vous est ollert par I hydravion
qui survole toujours sur soo champ d'atterrissage : la mer.
\oyage: parla \nrbaline.i>
ni"nY_ t*^v-^* -
SALUT!
o
r A vaincre sans pril, on
triomphe sans (flaire
Personne n'ignore, certes.'au
prix de quelle grande nergie.
de quelles grande souffrances
tant physiques que morales le
peuple tout entier presque a pu,
sa volont impose, sortir vain-
queur des intrts individuels
coaliss. Humeurs, calomnies,
menaces, qu'importe! conliant
dans ce qu il rclame, aflron-
tant tousptTils.il crie: En avant!
Mien ne l'effraie, il marche de
l'avant. Le voici enfin au but.
Hier, il manifestait le dsir
d'avoir a sa direction un homme
indemne de toute passion, de
toute ambition; un homme pou-
vant rpondre se-, deeidei la,
en confiance. un homme doul l'in-
transigeance, l'intgrit, le pa
triotisme absolu, le disinMis-
eement, etc fussent leecaract<
ris'iqius de sa personnalit.
Un homme qui la mesquine-
rie, la rancune, la haine |>:ilus-
sent odieuses l'n homme pour
qui le mensonge fui un vain
mot. Itve!
Aujourd'hui, le peuple comme
l'autre,es: en droit de due : Eu-
rka! Cet homme (tant lev,
tant attendu, enfin appareil, M.
Eugne Roy. Ralit!
Excellence, retaire ici vos
loges serait me jeter dans des
considrations vraiment inut les
Que d'encre n'a d| coul!
Que de* plumes dj uses en
l'occurrence!
Maintenant que seules lessug-
.\ous recevons de notre cor-
respondant de Jrmie l inter-
oleu) suivante sur les faits qui
se sont drouls la Mme sec~
lion des Abricots.manli 12 mai
cl mercredi l'i mai courant.
La vrit sur l'affaire
de la 2mo Section
de Abricots
A la nouvelle qu'il y a eu
une cchauH'oure a la 2e sec-
tion des Abricots sur l'habita-
tion Deck ,^notre correspon-
d mi est aile interviewer le Com-
mandant du District de Jr-
mie, le Capitaine Whitney. Ce-
lui-ci trs aimablement lui a
donn les renseignements sui-
vants.
Depuis environ quatre mois
des coin raintes ont l dcer-
nes contre des fermier! de I E
tal. des paysans qui occupent
ces tenes et qui sont en retard
. our payer les redevances qu'ils
loivenl au Bureau des Contri-
butions. Ils ont relus de payer, !
lepuil quelqje temps. Le Col-
leetenr des Contributions a
hiss les instructions a son pr
pos des Abrico s, de laire ex- '
eu ter les dites contraintes. Ces
fermire de l'Etat se sont dres-
ss contre les agents du Fisc.
Ils ont repris les eilets et ani-
maux qu'ils avaient saisis sur
i'u.t deux, et en bande ils les
ont conduits jusqu' la banlieue
iprs avoir |ou les plus mau-
vais tours a leurs montures en
les privant de leurs queues et de
leurs criniies.
Sur le rapport du Prpos des
i minutions, Monsieur Cru in-
gestions pour le bien tre, le |>i<., Percepteur des Contnbu-
bonheur du pays peuvent, je lions de Jrmie, s est rendu
eupposc, vous intresser, souf sur les lieux, accompagn du
frez, Excellence, que je vous comptable Camille Saiisaricq et
fasse part de la mienne qui ne | de reco-s. Le mme accueil lui
consiste que dans la reconsti-
tution sans retard de nos cham-
bres lgislatives dont tout le
reste dpend. Et ainsi, c'est
vous qu'il reviendra la gloire
d'avoir contribu prparer un
avenir meilleur toute une [ta-
lion ; et nous autres, jeunes nous
saurons alors vous tre tecon
naissants en faisant l'impossible
pour qu'une nouvelle lois ces
chambres rtablies ne soient
boles.
A vous, I homme d'affaires,
hier candi lat Uu Peuple, toute
mon admiration.
A vous, l'homme politique, au
jOUrd'hui l'lu du Peuple : Salut!
Dr Gaston II. SAU )M( )\,
Chirurgien-Dentiste.
UCeHgr SI. \iiicenl le l'uni
ei li tie du Drapent
Une sance rcra'i va et h
lreire sera offerte le lundi lit
Mai courant, a .1 heures pu ci
ses de l'aprs midi, au Collge
Saint-Vincent de l'aul, pour lu
commmoration de la rle Drapeau et la proclamation du
palmars du second trimestre
de l'anne Scolaire.
Cette fte au cours de laquelle
M* Alcide Duviella prononcera
une conl.-ence sur le drapeau
aura lieu sous In prsidence de
M* Alfred Vlan, directeur g-
nral de l'Enseignement.
Tous nos compliments au d-
vou directeur du t ollge, notre
ami Hortilius Lavenlure, (pu ne
laisse jamais passer une occa-
sion d'exalter le sentiment pa-
triotique dans l'esprit et le iu
des entants dont l'ducation et
l'instruction lui sont confies.
Lgislation
Electorale
On trouvera bientt l'Impri
meie Telhoninu- le Recueil de
L.g^lalion Electorale de 1843
1930, dit p*i Me Mi mu.
Nau, avocat el Nemours "el-
hen me.
i t lait. Les paysans arms de
piques, de manchettes, et de
toutes sortes d engins ne fortu-
ne, les ont accueillis par une
grle de pierres.
Le Collecteur, tenant excu-
ter les cou raintes contre ces
dbiteurs rcalcitrants, a eu re-
couri la Garde d Hain. le,
lieutenant William nul, la j
lte d'une dizaine de grdts 1
monta si les lieux. Il (il preu
VO d'un grand es,:ril ne conci
liation en essayant de laire com-
prendre ces paysans que s'i s
sont dbiteurs de lEat ils ont
pour obligation de p -yer, puis-
qu'ils ont pay jusqu' et s
emps derniers leurs lerm -ges.
liieu que lu\ el ses garda aient
l crible coupe de pierres,
il n'a pas voulu les laire char-
;er. M.us 1 un deux s'al.aqua
in garde qu'il voulut dsarmer,
en se saisissent de son tueil per
11 baionnetn ; I mmcb Ile le
il allait al a ire le garde
luand il a t lui-mme abattu.
Premire victime. L'autre vic-
time, une temme.a t tue ac-
cidentellement, par une balle
quand, pour se couvrir dans
leur retraite, se voyant assaillis,
I s gardes durent urer en l'air.
Ceci de la mme layon que l'on
i eu dplorer que cinq autres
personnes ont t blesses.
La nouvelle de ce malheureux
incident tant parvenue aux au-
"ii es de .Ici t nue, le capitaine
Whitney a invit le Frelet A.
\1. Merceron'el le Commissaire
lu Gouvernement, Mr Louis
Charles, a se rendre avec lui
ia deuxime section section det
tbriCOtS en vue d'une interven-
tion utile. Ces tonclionnau ci
M sont rendus en etlet sur Us
lieux. Devant la tnacit de ces
paysans, qui, semble t il, oui
|Ui< de se I: lie ti.u plutt qui
d'entendre luisons, il a en
suggr par les notaiblits ha
(tenues de Jrmie de sutseoii
toutes poursuites quant pr
sent, de retirer les gardes. Le
capitaine Whilney a dit notre
coirespondaut qu'il est de ce
' i laite se toitl passas- do-
it s journes des \2 tt 13
Mai courant.
HUDSON
VOUS I ONNE UNE PROMENADE AUSSI
DLICIEUSE QU'AGRABLE
C'est un type totalement nouveau de Huit Cylindres
\
La meilleure de toutes les sensations de conduire une
auto est son roulement. Le centre de gravit qui semble
tre maintenu par un aimant. Pis de vibration. Seulement
une allure libre et douce. Q le'que lois vons ave/ fait IVt-
prience d'tre oblig de changer de vitesse sur une c'e
rude mme bien entretenue, tes ingnieurs des automobibs
ont longtemps cherch conduire une auto qui poirra t
rouler sans vibration. \ grande vitesse la lludson Great 8
vous donne un roulement semblable.
Un principe de nouveau modle en est cause. Les vibra-
tions du moteur sont imperceptibles, une plus haute puis-
sance en propor'ion du poids, augmente son efficacit C'est
le mme principe que celui de l'aroplane. Sa puissance de
cette taon est rellement eflective. elle est conomique ,de
tou'e taon et surtouten combustion.
Il v a une nouvelle lgance moderne, distinclive qa
est reflte pur les ailes, les radiateurs, la carrosserie et les ri j
d-aux A l'intrieur comme a l'extrieur un nouveau progrs,
se rvle dans les lignes, dans le dtail, le traitement et le
lini.
La ligne dj la cpo'e est plus basse, cependant qu'elle
est plus soarieuse et la rsistance augmente l)*s sige*
plus hrges. Voyez cette nouvelle auto chez les distributeurs
de la Uudson-Essex.Conduisez la lludson Great Huit et vous
conviendrez que c'est un type totalement nouveau d'auto-
mobile.
KhiEEKS GARAGE
Distributeur
RUE PAVE. l'ort-aiiPrioce, (Haiti). PHONE : 2234 231*.
Nouvelles
Etrangres
{ Par radio )
16 Mai
lu vque mis ru iuq. ment
Dallas Texas. L'vque Ja
mes Camion ir., antagoniste
d'AUred Smith dans les c^mpa
gus prsidentielles de 1*J28 sera
amen en jugemeut sous t accu
sillon d'avoir spcul sur les
videurs de bourse, d'aprs des
monbres prominents de \*
Confrence geniale de i Eg i*
Mthodiste Episcopale du Sud
t) autres membres de 1'Egh.v
ont refus de conli nu r lu rap-
poit. L'evque Caunon lut exo
nr de I ;iccu-ation dacttvii.
s ispecte dans la campagne de
1928. cependant que leio-it
d.i Snat sieg^an a Washington
rvlait que Sbastian S Krtage,
philanthrope millionnaire ei
Stanley Kresge, sou fils contri-
burent pour 106.250 dollars
aux tonds de l'Ami Saloou Lea
gue pendant ces 4 dernires
annes. Stanley a contribue
pour 10.000 dollars de plus en
1028, a-t-il t affirm.
o
Le Trias dmse m I J
d'aprs no projet
Washington. La divisio
du Texas en Etats, pour briser
la domination de New England
sur le Congrs a t prconise
par le reprsentant Garner, lea-
der dmocrate a ta Chambre,
bateaux chinois sens la snrvtillaare
oenve. La ligue des Na-
tions a requis des bateaux pa-
t.ou.Heur- de survieller les ba-
teaux chinois parmi lesquels un
a t dnonc tre en haute mer
avec une grande cargaison de
narcotiques destination in*
connue.
L Affaire des faut Mi! 1-1
Paris. Le march s'est d-
velopp en taveur des peintures
de Paul Ca/ol, l'artiste franais
qui copia les uvres de Millet
el les vendit comme originaux.
Ca/oi a t condamn a 5 ans
de prison pour duplicit, mais le
public qui le regarde comme un
grand artiste aussi bien qu'un
grand coquin, demande ses u-
vres.
o
La question d'timeanel Naval
Genve Les Miuistres des
Vflores Etrangres Briand et
(ii mdi oui co .on ie le. r con-
versation se rapportant au r-
glement de la question d arme
lient naval franco italien. Plus
ai d le Dr Curtis d'Allemagne a
conclu de arrangements pour
1 vacuation complte du iihin
ie mois prochain.
La guerre civile va Chine
Shanghai. Les forces du
gouvernement nationaliste ont
Jetait les rebelles de l'Alliance
du nord en une bataille qui a
dureti iouis taisant 10.000 pri-
sonniers et chassant l'ennemi de
la province de Aussei. Les na-
oouulisies blesss dans les deux
premiers |ours de la bataille s'-
leveui 20,000 Hommes.
iurr .les \ihci ic.iitis 80r CKiirope
New-York. La rue des
Amricains sur l'Europe a pris
fin jeudi avec 14 000 passagers
laissant sur 12 bateaux transa-
tlantiques. Des taux plus levs
de passage seront mis en vi-
gueur venredi.
Cinma a bord ht bateaux
amricains.
Washington. La Marine a
de quoi remercier Mr Hoover
maintenant, car la chambre a
accept sa proposition de pla-
cer des cinmas parlants bord
d s bateaux de la Marine et
possde .122,000 dollars.
TALDY PRESENTER \ JEUDI
A CINE-VAKIETES
Le beau film qui tut redemand:
Dans l'ombre
du Harem
avec Lon Ma mot et L. I/ig range
Entre : 2 gdes; Loge : 3 gdes
lu uouveau croiseur amricain
New York. Le nouveau
croiseur Sait Lake. Citv est
retourn mardi, pre-, des exp-
riences finales en dehors de la
rade ayant fil 32 nuds. Il a
t accueillie par une fanfare de
trompettes et les musiques des
navires de guerre lourent
l'hymne national amricain.
Comme elle retournait joindre
la flo le, le navire Colorado le
salua de 15 coups de canon.
Nous avons reu cet petit ar-
ticle que nous publions ci-apris,
et qui, dans une forme lgante
et originale, fait rloge de la
concision du dernier recueil de
pomes de notre collaborateur
Lon Laleau :


Hostilit* dus I ladr
roelre le benvereemeat Aaglau
LoNDRmK Des dpches de
Bomlxy mercredi ont indiqu
des hostiliii croteeentea contre
le Gouvernement Anglais dans
l'Inde. Un dit que l'agitation
provoque par la campagne de
dsobissance civique continue
! A se produire.
ABREVIATIONS
Les chauffeurs de la ligne ont
court les promenade des co-
chers. Et en trois heures nos
lettres vont a New-York par
avion. On peut rester en pyja-
mas en son home et conter
fleurette dans le lointain, ou
bien brasser une a flaire au Bord-
de-mei, sans aller parader eu
faux-col sur le ciment brlant :
le tlphone est sur l'tagre.
La Civilisation contemporaine
a abrg lea distances comme
una lunette d'approche. On va
vite. La vie est plus claire, et
l on se comprend un peu mieux
i'ami qui vous arrte eu che-
min, demandant des nouvelles
Ue papa et maman; on tend une
agaietie. et Ion est cen.in
quaiuftionna pas froide des
susceptibilits, mal accord le*
rgles de la civilit, puisq i eu se
retournant, on verrait le gail-
lard continuer sa route avec on
sourire. Abrviations !
Le peti car de la P. C. S. ne
serait pas si laid, s'il passait en
vitesse. Mais pourquoi cette tor-
(ue du Champ-de-Mars me fait*
elle penser a nos potes ? Les
rails sont lougs, et la mac tune .
va lentement, les vers sont
nombreux, et l'ide va pi* t
uo. Nos potes n ont pas encore
compris l'impratif catgorique.
du moment : Abrgez le che-
min. Ils ne veuleut aucun prix
jeter les oripeaux qui eftemf
uent le vers, cachent ses mus-
cles, fui donnent un air de ta- "
petie. Le vers d'aujourd'hui, <
mais c'est Cator sur la piste. Un
oond et 7 mtres 93 eulils par
tes pieds joints !
(Juc qu'un pourtant a compris,
ue manager a sorti sou athlte..
Et la foule des gradins a ap-
plaudi ce garon nu. Couru*
jadis, en France, pour le rV**
uitres Mditations , on atten-
dait a Port-au-Prince ce recueil.
Un recueil mince, mais lourd
de bonnes choses, et dont te
vers bien alternes me font pen-
ser aux fioles de comprims vi.
viliauls, et aux petites bolies de
srum qui gurissent...
^Et, pour mieux taire voir, sur
son volume coup en mani'*
d'tendard, le pote a crit:
ABHEVIAHONS.
A.C.J.
CENTENAIRE
DE
L'HEURE SAINTE
, A l'occasion du Centenaire t
I rrection de la Confrrie
l'Heure Sainte P*ray U-Jt
niai (22 Ma. 1830 22 Mai W>
il y aura Messe rparatnctdaoi
toutes les Eglises.
On sait que depuis pin *
six annes des Zlatrices ont J
troduit en HatU le Cul te
l'Heur-de Garde au Sacr- reur,
rpandu maintenant dans louic
. les Villes de la Kpubhque.
! Cette pieuse manifestation-^
ra lieu le 22 Mai de cette anne.


LE MATIN 19 Mai 19M
p i
lotes
de presse
lDparalt nettement que Tin-
Sce de la vitamine D est
# pour une large part,
maladies dentaires qui aflec-
'les populations modernes.
substance se trouve parti
Iwneot dans les jaunes
JL le toie, le lait, la graisse
pe de soie de morue.
Uproprit de la vitamine D
Je dterminer la calcifica-
\jt calcium et le phosphore
I contiennent les lgumes
E. le lait et les ols ) les
cipaux matriaux qui ren-
,! dans la structure des dents'
rtnt tre compris dans le l-
, alimentaire si l'on veut
j de bonnes dents.mais sans
quant ni' suffisante de vita-
I), ces substances ne sont
convenablement assimiles
tonveities en dents dures.
PR-CAT-LAN
Si vous avez quelques heures'de loisir, le soir, et que
vous dsirez les passer agrablement allez au
Pr-Cat-Tlan
o vous trouverez, la plus belle salle de bal, la musique la
meilleure excute par un orthophonie dernier cri el aussi
les boissons les plus fraches et les plus pures.
Champagne, bire allemande ou nationale, liqueurs de tout
sortes.
nouveau Cours pratiqua
^HYPNOTISME
SUGGESTION
par la Prol. H. J- IMAWO
Ouvrage absolument nouveau, qui, en
Uni n>m|it<- les dcouvertes rcentes
t Science, a su mettre l'hypnotisme
lUsmfci'vi"!' ^ la poi'* *" ,
pensable ceux qui veulent ton-,il
te,, lume tlluilr, par pottt recommande
Prl i aa Franc*
mirToi^SORCELLERIE
MAGIE PRATIQUE
par I* frol. . J. SIMARD _
tttJe approfondie et document
des Grands Mystres
L'Occulli-me dvoilentirement
tllri ?.-> ftt en' 1> "l"1 SAVOIR
Iku iKilunw illustr, par poste recommand
Prie i aa Franc*
1ftUilogi:e q.'utral est joint d chaque mipoJ
Mreittr commande s et mandats d
Ipnlrlt ASTM. 12, Ru* Siphons
bire d'une
capacit de
1,5 & 10 li-
tres.
Voil quelque chose qui a manque pour" les ftes la
maison, las pique-niques, etc. etc.
Vous les trourerez remplis avec une bire dlicieuse chez
M. Schultz & C.
Prire de commander 24 heures par avance.
Tlphone : 2059.
Le Monde
ItAHUGE Avant-hier sa-
tdi, dans les salons de M. et
m Raphal Brouard, au Bois
ma, <> heures et demie du
tin. l'officier de l'Etat civil de
Seciion Est, M. A. Mrdiou a
locd au mariage de Melle
jmen B ouard avec V> Jean
igloire. Les tmoins taient
ct de repouse:MM.Stpphen
Ircher, Auguste Magloire fils et
ni Brouard ; du ct de l'
m: MM. le Dr P. Tlmaque,
a Brouard et Daniel Heurte-
a.
la Bndiction Nuptiale a i
Inne, 7 heures et demie, en
Eglise du Sacr-Cur d< Tui |
iu.Ls poux ont t conduits .
Fiutrl par Madame Raphal
Irouard, mre de la marie, au
im de M. Clmen Magloiie,
icle du mari.
Nous renouvelons nos sincres
^citations et tous nos meilleurs
oubaits au jeune et charmant
Nule.
NECRO: OGIE. A Jacmel
M eu heu lundi 12 Mai cou-
i les tunrailles de Melle As-
k Allis, dcde la veille.
oqi prsentons nos sympathi-
K'w condolances aux tamilles
tus Berroue, Massillon La-
Mant. Mme Ferdinand Allis,
\ particulirement Mme Jh.
>pcsirc, sur de la regrette
note.
liiidlloliiifriiiiifi
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d'uvre varis ou
Plats du Jour
DESSERT
VINS TRES SOIGNE METS CHOISI P.P. PATRIZI
\
A vis matrimonial
Le sieur Nestor Cle'g pro
prilaire, demeurant et domici-
li en t<< quaii lme section de
Pond-Arabie, Commune de t'e-
tit-OoAve, ayant pour conseil
spcial .Vie Herman Piice .sous
sign, dclaie au pub ic en g>-
ural et au commerce en par-
ticulier qu'il ntst plus respon-
sable des act. s et actions de
son pouse Mad.uue Famela
Ltgal.ce pour cause grave, une
action en divorce devant lui
tre intente incessamment.
Plit Gove, le 14 Mai 1930.
Nestor CcElUiE
Pour cause
de dpart
Mr CAMBONIE, Chancelier
de la Lgation de France vend
cheval, voiture et quelques
meubles.
A vendre
Uue automobile W il lys
Kuight Great ' Koads.
S adresser lu
AU America Lable*.
Remerciements
Monsieur et Mme Hermann
Price et leurs enlaits: Yva,
Olga cl Rene H cient bien sincrement la po
pulatio ue Petit-bove, les
amis de Portau-r'rince, Jao-
mel, Graud Gove, Miragoue
Ctes-de-Fer, et les bonnes
' surs de Saint Franois de
| Sales ;qui leur out donne des
tmoignages de sympathies
l'occasion de la perte cruelle
qu'ils viennent d'prouver
dans la personne de leur bien
regrette tils, beau fils et trre
hbert Price
dcd le vend, edi 9 Mai 1930,
l'ge de neuf ans cinq mois,
lis les prient de croire a
leur reconnaissance.
Petit-Ucftve, le 13 MaiUMO
m*>m iinr-*.r-
AlLCor4s
Ce pneu dpasse en du
Unit aarantte.mais nous

le garantis-
s is < nlire-
meul coin h (
tous l< s pneus
l-SK ALL
COI DS que
nou- v udons
Ds qu'il vous
faudra un Pneu
passez Chez
Fraiuk J. MARTIN
Distributeur
l'L\( 1 GEFrRARD. PHONE: 2139.
JK.
^
m
u
GARAGE CENTRAL
Est prescrit pour grippe
refroidissement, dengue.Bile
fivre et paludisme.
(/est le plus mpide remde
Ludovic CHENET, pop.
Grand Rue Port au Prince, Hati >
SPCIALITS.
Rodages des soupapes
Empchez Ddommage des soupapes
votre telT*eUtrHe f#6 ctHCll /XJ/' k SlJSll'mC
Black et Deckei"
Lavage des Autos par une pompe;leclllqi e BRI
:) livres de pression d'eau el d'air.
e
immmem^mammaFm^mmmmimmmmnm
* Toutes les Polices
J DE LA
Conserve: votre lehil
frais el beau.
Les taches de rousseur, le

? comprennent la Protection contre la |
Foudre sans auqmentation de taux
RHUM HENRI Gardi
En peu de temps ce pro-
h^!eshbou\"e^is'duitl^^^
noirs, les lches du toie, et
Les les flinssures similai- i i i ...w* jknnm
qui dparent votre beau (j liaUlC lLlttC Ullt 1 CIIOI 11
t naturel peuvent tre en-
nie des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Garde
I
a
nq.LelUmtiCo
Y
"
&
Anents Gnraux
i
toutes les flinssures similai
res
teiut naturel peuv
leves par l'usage de
L'hxe lento
Pommade de la peau
Il a.l soigneusement prou-
v et essay! 11 est un on
guent mdicamenteux scienti-
Bque partait sans danger et
d'un usage tacile.
Essayez-le vous serea.,sa-.
listait de ses rsultats.
En vente chez tous lesdro .
gistet. Pour 0.30 centimes
m ulement. il e*t xpdi di
rceptio lu prix,
Ftrnr |onr avoir in chu
tiilon grstuit et le livre Je
conseils pour ta beaut.
EXE1 ENTO, M niC'Nli
COMPANY
tl.ANTA.'"-KORtHA U.S.A
Agents ier-anaei oour ton
i
KrtVivez pour renseiunemc-oii..
i
i
I.
1
I tM
laoal
---------- ACTION LECT!VB OltlL* .-
Cure complte de rARTHh
ta< an du 80 MS ' 2 -s
courses rrtih aoif rgit; .?".**}
pat3 rrtoiAL po* ZJ" "
T.o"31 iir,.; -n t f*m (r. -a rfe it
ft
>. '!<>>


Lundi
I il Mai 1930
Le Malin
4 PAGES
DlPURATlF a, Dr MANG
ri
Il X.
i~
:a..*

Wi., -**" ;

. ,.*'A
y. i
combat
ladies de la Fmmi
mm-' ~j
\
f
A
v t
Kib^*;
i.i i.-
t.- .,i.. r, T.*- i. i .
j .! I r i* i
I i
I i M
r'v I I UI lll I '
t '
. :
>%lf.
., v I I. '.1 .
i i '.;*.' Il
,. Hit :
... ..
i. i
. i
!< (.:.' I
iwi'rl IPO-ATi
, il m -; I :i i I
I II ',-- Il
. .f,i i.ri-> )
11(1-1 i '
I plut t..... Il ' '
i ni ! .!!' '
Miiir, ;< iePUiwTir .
f m |ipariliu, i i
Voili <' qu'A f^l "
rs irt-ih- i r " ''<' *!, i
.i tiMiirc :i ulv . U^l de rnlh",Wut.
i pariait tt i '' prolon**
--. Itc MtW .1 |/i Mr. tV*t |ji:.- i|ll*. poi'f
. usa <'-nc.Hr ngjCttlTr, i* Mot H
n n;'..' NgulIMMWM. " P''^ '>> irotcrtrt
. il lir-or dOC, l' l"l flilt I r i- rlpMttt il MO, put ciMtqa' 1.
I fSnltl*. p'lul * P^u I"' possllilt. O'J'II
r. cAorg.fr ! r;lr ;>-uint>ranl >
rfUntlr, lot ornc tdr.l f con||rtlonor.
i t'f;< '. i'ii o'.r t
, r s i 'r nul mmMrurl. irfatlMi ipMitMMt-. u,anl |wu '.'j;-I p.rmil
,, ,<'... . li .i.iiutiuir h '< f.utiinin pr-
. h'iici ri *t* iwlmi '( j wi'n
i il maliilrnii W rnit Mit >r purr l
ii-r l'Un ''"' la l^n.iu!1" f1 iloulourruse.
O'irinr'itr Ij r.ti'.ti'>p*Q'r, m trruvpnl fe
i r.TC7fl KtROtf,
n if DEPOSAIT BU OOTTtl'I K^'ii^, Mp .1 lui Ktii ; il le. n *Mi l'pnratrlrr*.
,. ni rtii'i-i" ' lf>iri tjiuil'i r. oluliv.
t i'..'u !< n ! tifWtrM F""-' tMWtl Vi-ilin
vnrryti ......rmnfiil MtM rirai poo'
i, |ai H . n i . Hiiii h jn|i
..,1 >irr itr ll'ROO""'*!- t iiol rl i"W rarRnlIv dr
: rofTiU ' M'OET t 'iroocn; Ju't* tllf,
| tin Orpnralil>
. ijnt itui' it fniMiNt Mti'*>>i ^
.
f..b t'mui.'r. GUANOS PBiX. Pnmmmm *r> Mflpii" a. Pwi#
; r VrtrncitrtX.ftt l"vmi:i
Panama Hailroad Steamship Line
Service de jil el depassagers mit e
NEW-YORK CITY N.-YLCRlMuoai-.LANALZONE et les PORTS de 1 COTE
OUEST de l'AMuRIQUE du SUD.
pins rapide el le plusdiiect service de transport de passagers et du trv entre Hait
elles ports Europens via Ncw-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Anglterre Ecosse Franco
Mrs. G. W. SHELDON'A l>>- 17 Jnmes Street, Liverpool, Enoland
l lu followiity arc oui- \<\cuu at principal parts' ia Kurope :
ENCiLAND, SCOTLAND, FRANCK.
Messrs G. W, SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, England
|q [rauce, Messrs (i. W. Sheldon & Co. are represented hy the tollowin flrras
GLBLATLV Hi;\K|;V &Co
21 Rue de la Rpublique
Marscilles.
IIkrni: PIH..N& C, Ll.l.
;").'{ Quai George V.
Hkrnu Peron& Clr Ltd.
95 Rue des Marais,
Paris.
Hbrmu Pbhom & Co Ltd.,
Hue le la Tranquilit,
Dunkerq-ue.
Herno PeronA Co Ltd.,
9 Rue Roy,
Bordeaux.
Gf.noe, Itm.y.
Messrs lu. A. 8ENDH & Co Messrs Hfnry Coh & fLERICI,
21 Allengadr, Copenhageo. Pia/.z\ S.Matteo No lSGenoa
COTTINBURG. SWBDRN.
Nordisk Bxpreat,
Coiheuhurg,
Bremkn, Germant.
Messrs Atlan7ic Fntir.nr
Corp'n.
Uremcn.
H:..-re.
Hi:rnd PeRON & Co., Ltd.
Hue du Mou1 in Vapeur,
Boulpgfi sur Nier.
Copenhague, Danemark. & Co
Oslo, N<> iWay.
[niera itioaal
Spe lilionssclk ip Oslo.
Hamburg, Gbrmany.
M\l..\ii.v\r... Freight Corp'n
Hamburg i
ROTTERDAM, HOLLAND.|
Messrs ATLANTIC FRB1NGHT
Corp'n.,
^Roiterdam,
(I III 9PI J 11 IJJi
A('( assoit es dautomobiles
Ru Frou. cl lovant ('es Hlracesl.
Gazline, Huile, Graisses,
Pneus,fChambres!a Air. 1
ete. etc.
Lu.
Tlphone : 3454
Panama Railroad
Steamship Llne
Le steamer i Ancon est
attendu h Port-au-Prince.ve-
nantde New York, le diman-
che 18 Mai 1930 avec: 8 pat-
sagers,133 nca de correspon-
dan e, et partira dans l'aprs-
midi du mme jour directe*
me it pour Cri -tonal, Canal
Zone, prenant fret, malle et
passagers.
Jas. H C. VAN REEI)
Agent Gnral.
<> qui n'a janaU t ail
O qni jm'jiI Mn iittii*,
Kola Champagne

F. SJOURNE
JPrpar*dans''des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle du Ni m Roux et 'lu Centre.
Compagnie gnrale
Transatlantique
||Le steamerCarimareparti
de Bordeaux le 14 courant
est at endu le 1er juin.
Il partira le mme jour pour
Santiago de Cuba et les ports
du Sud.
La suite de l'itinraire sera
fixe l'arrive du navir**,
port au-prince.le 16 Mai 1930.
E. ROBSLIN COpAgents
i
24eme aS^HB. S9 6995
I ort-au-Pnnce
Tlphone : 224? .
rnOOST-'.
I
Insurance Co
*
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE!
EUG.Le ROSSE & Co
Aaents Gnraux
I
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Car .a aGeNERaL -t UM des plus puissantes et dis plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son ch.mp d action qui embrasse
Ses Polices contre incendie couvrent aussi les dg's occasionns par la f mure.
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa personne on dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d Europe sont payables en Hati
Ses Polices contre accidenta sont valables dans 1 univers entier. Tous le voya-
geurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que.de 1/2 / soit 20 dollars L. L.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cayes
' ...ii.l rZAnAa.nl IM.I1I' liait! .
SOUS-AGENTS:
Agent Gnra! pour llaiti.
IPort-au-Prince. G. GILG
JEANjBLANCHET Jrmie.
La fin de la Grande Arme
H y a dj des brches etbientt sera [la dissolution del
Grande Anne des Disques Odon .
^Quelques Numros de, notre stock sont djci mss, d'autres
vont finir ttite et des Numros prcdemment impt ts ne
seront plus commands car nous aurons travailler sur des
Numros nouveaux.
'VjLivrez donc bravement et au plus tt un derniert assaut
eontre les superbes ba aillons de Mistimjuelt, Aonteaux. Gouin,
Oinoi \ alin, hichiletti, Valse Viennoise. Iazz,l ous Rires, Solis
N'tchestres,etc,etc, car vous iea etterez de ne plus trouver
avenir ces disque* merveilleur qui dans une par faite om-
munion de l esprit latin et des belles affinits de la race ont
po t dans (oui le pays l'lan de la grande joie a du plaisir
dlicat.
Si vous n'avez pas un Phonographe procurez-vous chez nous
i Portatif PBRLES, aussi sonore que t$s grandes ma-
Cours
un
chines.
Bazar Odon
J. KARAYANY
Angle Gruud'Rue cl Rue Ferou.
ALUM1NUM LiNE
Dpart lgulicr de New-Odans el dt Mol) U
j our l'ort-au-1'iinie.
De New-Orlans De Mobile
i0 Mai 12 Mai
7 Juin 9 Juin
21 Juin 23 Juin
Ce 14 Juin 19.t0.
A. de MATTEIS & Co, Agents
Attendu Port au Prince
19 Mai 1930
16 Juin
30 Juin
Classioues
12me Philosophie inc'u
sivement.
Mlhode sre, Succs com-
plet contrle chaque anne.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit. Stnographie
anglaise et franaise. Dactyle-
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
|Euseignemem du Franais,
de l'Anglais, de l'Allemand.de
l'Espagnol. Mthode sans
gale.
Leons particulires ne
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou a gceux qui veulent
gagner du temps.
( Cours de Musiquc.fSollfe*
Violon, i'iano).
^Pension Scolaire, srieuse
et agreable.avec annexe pour
L Elu Junts et Adultes.
S'adresser Rue Lainirre,l3Wi
ou tlphonez au No 2HW1
pour plus amples leuseiga*
mente.
L'INSTITUT klWR
T1PPFNHAUEB
Reconnu de 11 ntvcrsili
IL.iiienne.
The Royal Mail Steam
Tacket Cornpanv
Le steamer ton via le Sud est ..Oendu Port-au Prince le 23 Mai crt
prenant fret via le NordJ our le Havre, Anvers e Undres et
tous les autres ports d Europe.
Port au-Prince, le 13 Mai 1930
I. J B.GIO.
Agent GnraL Tlphone ; 2311,
MALADIES nu FOIE it des REINS
VESSIE, VOIES IHWMKES
tetr, Miouit. oy*lt. pp*,w
KITINE
k 4cU. cknfo U "<
t mtmt Yti nqu*
Remde obaolumtnt inojferuif, il '*
emploi facile, la dote de 3 comprit
par jour dans an peu dtau.
TOUTES BONNES PHARMAClS_t
UMIITIIIE PETUID. to.m****!1*^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs