Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04007
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 13, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04007

Full Text

Jment Magloire
DIRECTEUR!
35g, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N*2242
Le viliaeat de U tanssei.
i unit Y plaisirs ahsrnK cm
x*l l'iaroiiUaier.
PAMAI.
flTUATION
.*---------------------------------------
L Question prsidentielle
24eme ANNEt N tm'tf
PORT AU-1 RIiNCK (HATI )
MERCREDI 14 MAI MOU
'->:
jBiquci. ce que nwsa-
- le moins de la situation
si quels sont les prsidents
entuels auxquels elle est
pceptible de nous conduire.
id'autres termes, les candi-
ns-presideuts continuent de
sier cisconspects : ils se
itentent de laisser les can
iatures lgislatives aller
jr train.
Sous n'eu persistons que
rantage sur le point spcial
5 candidatures prsideo-
jes et sur la ncessite
l'elles soient poses devant
peuple avant que celui-ci
Lit dsign les futurs kc-
j:s parlementaires qut de-
L eux-mmes douuer au
ivs son prsident dliuitit.
|j circonspection mme des
pdiaals prsidentiels et leur
utisme obstin nous o u t
Ugere d'essayer de rechtr-
les raisons d'une telle
litude et nous croyons avou
juv une de ces ruisous dans
considrations d'ordre li-
incier.
Ceites, les considrations
'Cet ordre ne sont pas ce
ml y a de plus reluisant ;
lis le nerl qu'est l'argent est
sue puissance si gnrale
li serait puril de ne pas
itlendre le reucontrer par-
Iules atouts de la situation
ciotlle.
Pour le tas qui nous oecu-
\ voici le tle qu'il peut
appel jouer et celui
sa carence mme peut
1er.
Une dclaration de camli-
Ibiure prsidentielle impli-
le uue partiel pation ellective
ins les oprations lectoro-
v Car, c'est le cas de le dire,
ni veut la fin doit vouloir les
oyens: qui veut s'assurer la
rsidence de la Rpublique
Mts'assurer au pralable le
iHrage des dputes et des
Dateurs ; et qui veut s'assu-
rceiurage doit ncessai
ntui assister les candidats
rlemeutaiies dans h urcau-
gDe lectorale et aussi, mal-
creusement, dans leurs
s lectoraux.
De i la question d'argent
viable. El on conoit par*
ijement que, par le temps
ni court et tant donn l'eiat
ne
de fortune de s notabilits
hatiennes les plus en vue, on
conoit parfaitement que le
candidat la prsidence h-
site se dcacheter.
Nous pouvons pousser
mme les choses plus loin et
prter tel candidat prsi-
dentiel qui pourrait financi-
rement se mlera la lutte le
calcul prudent de ne pas vou-
loir escompter l'avance les
suffrages de dputs et de se
nateurs qui, mme tant ses
dbiteurs de leurs siges l-
gislatifs, pourront ne pas te-
nir compte des engagements
moraux qu'ils auront pris
dans le chaud et le danger de
la bataille. Que voulez-vous?
En politique, tout est possible.
Dans ces conditions, et nous
devons le dire carrment,
nous devons prendre notre
deuil d'un prsident dit popu-
laire, puisque, nous l'avons
dj bien des fois rpt, le
peuple n'aura directement
pris aucune part dans sa d-
signation.
Eu ralit, ce que l'on pour
suit sur ce terrain, c'est une
lection prsidentielle sortie
d'une combinaison de politi-
ciens et faite ainsi sur le dos,
et peut tre au dtriment, de
la Nation.
lJeu importe alors le plan
l'orbes et les dclarations du
prsident Hoover. Peu im-
porte aussi que les revendi-
cations nationalistes soient
ainsi sabotes leur base,
car c'est bien au nom du peu-
ple, n'est-ce pas, qu'on nous a
tancs dans les aventures ac-
tuelles.
Nous croyons devoir conti-
nuer de dnoncer un tel dan-
ger et de rappeler tous les
j leaders actuels au respect des
[ engagements pris, sans nous
l exposer tout a lait prcher
dans le dsert.
', Nous gardons du moins cet
espoir, si faible soit-il.
; Ceci dit, nous examinerons-
do un un prochain article, les
| conditions, dans les eut ins-
tances actuelles, que doit r-
ituir dans sa personne, le fu-
tur pisideut de noire Republi
que et la vritable Dente,
ce sujet, du plan de la Com-
ii'ission amricaine.
La Prestation de serment Aprs
Transmission des Pouvoirs arrestation
* Prsident
MALCHANCEUX
o
Plusieurs journaux amri-
Jios observent que le prsi
w Roover semble tre un
Ichinceux. Le New York
""es, par exemple, tablit
H lcapitulation cies inai-
urs du prsident, et ce se-
11 a uous tendre l'me M
fus avious loie rpubli-
que.
u abord, la fameuse pros-
crite Coolidge lui a claqu
IQS la main ; puis, ses rela-
8ds avec le Congrs n'ont
* t des meilleures ; le
2^ Board n'a pas fonction-
i*conime on l'avait prsiden-
Jlfemeot prdit ; la nomina-
J du juge Parker a soulev
J lempte snatoriale ; en-
J- ces jours derniers, dans
'discours, le secrtaire de
%'culture Hyde, reprsen
: te Snat conjme la reunion
:[[* bande a d'agits, b-
* Personnelle de ce M. Hyde
Jjen retombera pas moins
Y nez prsidentiel."
W Maison blanche, MU
J"81 par ailleurs divtrs cor-
puante, on se rend comp
Hco
ver
lion. Le prsident
a perdu sa gaiet et
J "puoiisme. 11 craint le
^..Ua prsident Tait qui,
jj* [le solides qualits per-
L eut pourtant une
triste m '.gist rature. M Hoo-
ver sent qu'il n'a plus son
prestige de 1929. Nou seule-
ment on le dclare mauvais
politicien, mais on va jusqu'
Mire que sa valeur comme
conomiste a t grandement
exagre.
Le lait est que l'on a peiue
le suivre quand il prche aller
nativement l'evaugne d' ia
prosprit par la dpense ei
la thorie du salin par l'co-
nomie. On l'a vu d'abord re-
commander un programme
de constructions d difices pu-
blics au cot de P. 175.000.000.
puis recommander au cou-
grs de repousser des projets
de loi entranant une dpense
de P. 1.735 millions; le 4avril,
il signait une loi ouvrant les
crdits les plus importants
qu'on ait jamais prvus pour
la construction de routes,
tandis que, le mme jour, il
taisait prvoir un dficit en
1931 et recommandait la plus
stuctr conomie. Le 22 avril,
il s'opposait au vole de diff-
rentsprojeVe devant accrotre
U dfleiUmals en mme temps
il auyiouvail le vote de
1\28,000,000 de crdits sup-
pieuieulaues pour les difices
publics constiuire.
Doue, mme la rputation
a'ecouomiste de M. Hoover
est en danger. C'est mauvais
signe!
: *=T>-j|t-<~-?--_
i
Ainsi qu'on le verra, dans le Prsident d la RpubI que.S E.
programme qui a t publi par Monsieur Eugne Itoy, se lera
les soins du Dpartement des huit heure et demie. Ensuite le
Kelatious Extrieures, la prs- eortge se rendra la Ca'.hdra-
tation de serment du nouveau le o un Te Deum sera chant
Le Nouveau Chel de l'Etat pr-
tera serment demain l Mai.
S. E. Eugiie ROY
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
Aprs la crmonie religieuse,
la transmission des pouvoirs sp
lera au Palais National II y aura
celte crmonie S.E.Vtonsitur
Looh Borno, et ses Ministres,
S E. Monsieur Eugne Hoy et
ses Ministres.lp Bureau du Con-
seil d'EtBi.le Prsident et le Vice-
Prsident du Tribunal de Cas-
sation, le rhet du "binet. le
Chet et le Sous-Chef du Proto-
.'\!e Prlel ''e Porl an-Prince.
Cette formalit accomplie, le
prsident Borno.sprs avoir t
salu p3r vingt al on coups de
canon regngni rasa maison pri
ve dans la voiturt de la prsi
dence. Il sera accompagn du
Che' du ''roloeole e de quel
ques officiers de sa Maison Mili-
taire.
Aprs avoir pass la revue
Elu le 10 Avril 1922 et rlu U
12 Avril 1926 M. Borno laissera
le Palais National demain lu
Mai.
SE. Louis BORNO
PRESIDENT SJQiri iNl
des trouves, le Prsident Eu- ses!, les i:i des dill
fcne Boy recev :i le* Co i s i i U : . t- frtt de
constitu:, de 11 lieine. mi !i ) :' : u Commis
el quart. Corps diplme* tque, mo t'o c.
les consuls, corps ronsulaii .
Conseil de l'ordre rtei \vt\ !) i ; | heure el
Iti OMiceisdi- li': ,i .. aura rception ta
d'Etat, tArchevque m i i on- V lsdl idtn e
msm^
Ouri, or ^.VCloals
Dr. r>nni* 15. *avv p^rs.
aOUTT
Los iidles de (iaiilhi
>onl ronlinaer sa -aiusayi.*'
Bombay, 10 mai. Plus de
100,000 partisans de (andhi, y
(O pris Mm Maidu, se sont
asstmbls ce soir.
Des oraiturs ont harangu la
multnude et ilicit Gandni de
. i n a etatu n.
i.u i] Amricains se tiouv?ient
I arm la foule.
/\Lbas Tysb|i, choisi par l'a-
ptre nsiionahsie pour conduire
sa plaie le rrouvement de d-
lobissvnea civique laviille
i. sou atrtstution, avait assum
ses neuvellis furetions.
L*s oiattuis ont dcclar que
I'-re:tat'on de leur ch< t, loin
d'tre in ohstaile pour leur
cause, ne tirait qu'augmenter
l'lan des n. tior.alistes Hindou?.
Lis boutiques possdes par
des Hindous, et mme la plu-
part de celles appartenant a dis
:. mi i' s, taient termes
Bomby, en signe de protesta-
tion conue l'arrestation de G.n-
dhi.
La bourse du coton et cille
des grains avaient galement
suspendu leurs transactions.
Gandhi a t arrt aujour-
d'hui 1 heure 16 du matin par
les autorits britanniques. Il a
t amen Borivli en chemin
de fer. Une automobile l'a trans-
port ensuite la prison de Ye-
ravila, localit voisine Poonai,
o se liouve une importante
garnison britannique.
Les autorits britanniques,
pour l'arrestation de Gandhi,ont
empch son entre Bombay.
Ses principaux lieutenants ont
observ le silence le plus com-
plet la suite de cet vnement.
Emprisonn pour la troisime
lois depuis le dbut de sa car-
rire mouvemente, il n'a lor-
mul aucune menace.
A la fin de la journe, la nou-
velle a commenc se rpandre
rapidement dans l'indtiUn com-
muniqu gouvernemental a an-
nonc l'arrestation toutend-plo
"loin la ncessit d'une telle me
sure. L'ariesl iion, u'upis ' h
lerim s de l'Ordonnance de 1827,
signifia que Gandhi sera inte ne
pluli qu empiisonn.
A.Llidpur, les fidles de an-
dhi ont publi le messnge que le
Maint.na avait dict lorsqu i>-
cula le bruit de son air ! -
lion. Ij 1 h. dc qi'e >
cjunp dtobeiSHocra
tinui, ld Swara| ( ind n-
dau- ) complte de l'Iud i*st
certone mais l'ind^pendan ne
peui tre ob euue |us pari -
criflue. La lutte doii cont uuer
sprtsOU ane.station. Les h bi
tan s doivent fabriquer d 1 sel,
tisst 1 dci vtements, bi le les
vtements europens et coin
battu louage ;de l'alcool et de
l'opium.
LA
Prohibition
o
t'aeJopiaioD de N. Stayton
fc sur le piaidfDl lloovrr
Washinton, 10 mai. L'ne
leUrs uc M. William Slayton,
prsident du Conseil de l'Asso-
cialioii contre l'amendement de
prohibition, lue aujourdhui A
lu Commission snuionale du
lobbyisme , dit que M.Stay-
lon savait que ic pi sideut
Hoover n lan pus 1 sec de
vasur .
Hepuudant ou qui stion, M.
blaytun n^oi que l'Association
ail lait apporter du wbiskey
pour la clbration d'un candi-
' dat la prsidence en 10'J8. "^
La lettre dont il est question
r t crite en mars 192U i M,
l.obert L. Llaik de Pensylvenie.
M. So.yton a rpel ce qu'il a
hier qu'n ne comridre pas
ktcreiairt Davis, du 1 savait,
mine liuuiiue mais que le
iitluiic ptiiM que la piuhibi-
1 on est un insuccs complet.
... a assist, samedi soir aune
scne vraiment regrettable, au
Hois de Chne. Tout le quartier
fut nus en niui.C'taient des cris
douloureux d'au secours qui par-
taient d'une des maisons du voi-
sinage. Eu moins d'un quart
d'heure, la rue tait pleine de
monde comme aux soirs d'in-
cendie. Des gendarmes, philo
sophiquement, se promenaient,
attendant le moment d'interve-
nir. C'tait un sympa luque com-
merant syrien q i inlhgeait
une correctiou sa lgitime.
Desainisqui stationnaient aux
environs tentrent de porter se-
cours la malheureuse, mais
un Cher Matre qui tait parmi
eux leur lit comprendre qu ils
n'avaient pas le droit de taire
irruption dans la demeure de
quelqu'un qui ^'occupait de ses
u (Ta 1res personnelles. D'ailleurs
le rez-de-chausse de la maison
tait sans lumires et toutes les
barrires taient correctement
enchanes. C'tait, n'en pas
douter, du beau travail et trs
minutieusement prpar.
... Pour quelle ne crud pas, il
l'avait tiangle H enveloppe
dans du papier d'emballage HUi
lequel il avait crit, d'une belh
criture culligiaphir, Bonbon
fins. Elle, celait une poule qu'il
avait drobe au cours d'une
prgrination nocturne.Il l'avait
sous son bras lorsqu'il pntra
chez une de ses amies, 011 il de-
vait passer la nuit. 11 la passa
de fait cette nuit et le lendemair,
l'aube, il s'en alla l'anglaise
oubliant son paquet de bonbon*
fins. Le paquet, vers 10 heure.s
du matin, se mit a faire sentir
qu'il tait l. Naturellement la
femme l'ouvrit et tomba sur la
poule qui, a ce moim nt-la, 'ait
en pleine dcomposition. Au pu-
nier, le paquet. Le lendeman
soir, loi (.qu'elle revit son ami de
la nuit, elle lui cria du plus loin
qu'elle l'aperut :
Allez dans la boite or-
dures du Se 1 vu 1 u'Hygiue, vous
rencontrerez vos bonbons //m...

... a vu dans un df nos chics
elablissemenls.au Grand Htel
de France, un Ionm.i d'une
certaine lgant qui, entoui
d'anus, commandait avec ostai -
talion et loue :
Garon, quatre rhums,mais
du Rhum Sarlhe, entendez-
vous I..
NoTHh il se rendit compte
ulors qu'il tait en prsence 'e
l'arbitie qui, l'autre jour, avaii
lelus ii- u.iuic rln.ni qu'il de-
mandait aiijour.i nui, parce qu'il
ne lui avait | as t d'abord of-
fert j.ar ceux qui avait ni lanc le
produit.
Que s'tait-.1 pass?
C'est que Celcis avait fait le
ncessaire, car il souriait, loin
jyeux, aasis une des labhs
en entendant demander le Klunu
SartheL.
1

... a vu une petite scne des
plus amusantes tt en mme
temps teinte d'une ombre de
tristesse. Un gentleman sortait
de chez lui, taisaul le beau et
irisant sa moustache; il se cro-
yait pi obablement encoie poul-
ies belles un;ploi \ pril et se
payait d'illusions.
LMais, .u mme moment, pas-
sait un groupe d't niants prc-
dant la mre qui jetait sur sa
progniture des ugards pleins
de tendresse et un des gosses
s'attira une paire de giflles pour
a voir dit haute voix envoyant
s'avancer le gentilhomme :
u Hegardtz ce tonton J..
*& aie rbommt, douloureux et
digi , intervint pour prendre
la dfense de l'enfant.*,
Aaaorez-vos contre aecidest
la Ceneial Ace dent Hre &
Lite Aseuraiic Corpuianon Li-
OQiteu j. Vvt h. beiu m^iiaaA,
Aacert SneNl pour HaNK


1 I

PAGE-2
LE MATIN- U Mai 1930
J-TOii,,. ii_>Ji...
New-York, Rio et Buenos- Graves
Incendies
Aires Line, Inc.
\ i lI- des Hues liantes Dr-slonrhrs et Magasiu de l'Etal
Port-an Prise, Hati, Phone .'1401
L'hydravion faisant le service Buenos-\ires Miami lais
ser.i Port m riace le Vendaedi 16 Mai vers (5 heures p. ni
prenant h malTe, le Irl el les passagers pour les villes
suivantes
San l',%ii de \taenrix (R.D.). 'an .nuin (P.R. ), Si Thomas
St Jokn, Stu l.nris, for! of Spain ( '/riiwtmt ) GeorflfJOU,
ParaiaWto, honlensgro l'ara. Sao Luiz Amarraco, Fotta
lezi, Salai. Recife, naceio, Aracajfi. Bahia, Sao jorqe dos
llheos, b$raue!l(n [iloria, Camoos% Rio '.de Janeiro, Santos
Honanopnli*, Porto Alegte, Rio Grande del Sut, Montevideo
et Buenos- \n-es.
L maximum de scurit vous est oflert par l'hydravion
qui lan'olc tout le temps s m camp : la mer.
NOTA. -La mule pour kiaml est maintenant dlivre
dans l'aprs-midi du jour du dpart de I hydravion, ua lieu
du lendemain, comme autrefois.
Pour tous renseignements s'adresserait bureau de l'Agent.
Gare
A l'attention il Seniee dljyioe
La proprit sise la rue du
Magasin d l'Etat o se trouvait
bti le dpt de la maison Paw
111 Y PlllOnS' Mey qui a brl dernirement,
Cl LIA ^ .... n>U)t pflS c|,ur depuis_
comme l'exige la loiest trans
tonn en un VV. C. public qui
infecte le quartier.
Nous esprons que le Service
d'Hygine fera tnceeaommcut ie
ncessaire.
- u
o
Mon cher directeur,
Une excellente mesure qu'on
semble ngliger ces jours-ci:
c'est bien telle qui concerne la
grnt canine !
En effet, on ne peut i> is,
tam ils sont nombreux, comp
ter les chiens qui dambulent,
triomphais, vins muselire,
par toutes les nus de li ville,
et qui mettant, par ainsi, en
danger les mollets de paisibles
pissants. En certain! maitiers
on rencontre de vritables trou
peaux de la meute aboyante qui
tait le cauchemar des lamillea.
L'i trop grande libert donl
fouissent cea quadrupdes nuit
la ntre I'.' le plue grand lan-
ger sur lequel nous voudrions
attirer l'attention de qui de droit
c''st : la rage, dont ces animaux
Bourraient tre atteints en temps
de tories chaleurs. Kl, dj, il
fuit chaud... Encore an moia, ce
sera l'Et... saison o le soleil
rtit nolrt pays.
Comme on le voit, ces chiens
ne doivent plus continuer a se
promener gueule libre, de long
eu large, par toutes nos rues.
sans s'inquiter d'aucun contr-
le. Il faut refrner leurs auda-
cieux abus! O sont les cap-
teurs? oi> est le terrible Ti-Mar-
celiu, I Attila des chiens? Il y a,
pour vous niessieurs.de la bon-
ne besogne dans Port-au-Prince.
Et puis, une excellente me-
sure, comme celle-l, doit tre,
sinon renforce, jamais main-
tenue !
Publiez, mon cher Directeur,
la question tant d'intrt gn-
ral, et recevez mes cordiales sa-
lutations.
UN CONTRIBUABLE.
\ \ssbua, de nombreuse1* mai
sans sont dlnntfs
NASHUA. New Hampstiire, 0 !
mai.Un incendie a dtruit la j
p'ns grande partie de la section
sud est de cette villedans le
mirant de l'aprs-midi. Plu*
'te 123 maison*: et une demi
douzaine d'tablissements corn-
mercisui ont t Incendie.
Attiss par un vent souillant
la vitfsse de *() milles l'heu-
re, les flammes ont exerc leurs
ravagea sur une supprfie de
leux milles de long sur un de-
mi mille de laige et ont atteint
un bois de pins situ aux abords
de la ville.
I
NaiiH'iiu t,iiiiiliil.il au Snat
Nous avons reu une carte or-
ne d'une photographie par la-
quelle M-1\ I'. Mose I) Charles
licenci en droit,avocat et mem
bre de l'Union patriotique, aol
licite nos l.ienveillants et sym
palhiquei suffrages :"* pro
Ch linea lections lgislatives
C .mine Sna!'*ur de la ttpubli
que pour le Dpartement de
l'Ouest.
- u
Le Palais magnifique
ment dcor
La principale toadedu Palais
Nation .1 offrira l'aspect feriqu'
des grands jours. Des centaines
d'ampoules disposes sur les
mollis artistiques du monument
en leront ressortir davantage la
beaut et le caractre imposant.
Les couleurs nationales ressor-
liront sur le blanc de l'difice, le
bleu et le rouge tout en clarts
et en tulgurances.
Des onfl mimes de toutes di-
mensions claqueront au vent,
salueront avec joie l'entre au
Palais National du nouveau Pr-
sident de la Rpublique.
w
15 Mai, jour
de chmage
Aititiii:
BORNO
Prsident de la Rpublique,
Vu l'article < de la Cona itu-
tion.
Vu l'articls ''< de la loi du 13
Juillet 192B relative aux jours
fris;
Considrant qu' l'occasion
de la crmonie d entrs en
tondions de Son Excellence M
Eugne Roy, Prsident de II
Rpublique, il y s lieu de dcla
ut le 1.. Mai jour de chmage,
ARRTE
Art. le: Les Servies pu-
blics et les Ecoles chmeront le
jeudi 15 Mai courant.
Alt. '1 Le Prsent \rrt
ara pub i a la diligence du
Secrtaire d'Etal de l'intrieur,
pour lit excut par i liacun
des Secret.m es d'Etat, en ce qui
le concerne.
Donn au Palais Nation il,
Port-au-Prince, le 13 Mai IU30.
an 127nie de l'Indpendance.
BORNO
Par le Prsident :
Le Secret: ire d'Etat i
de I Intrieur,
Ch. nr DELVA.
\ l'hoir de la Mulun'ile du Bel Air
Le Prsident de l'Alliance Iran
aise a visit lundi cette cole
prive du Itel Air fonde par
lui-mme en 1924. Il y a trouv
lU lves des deux sexes. L'ta-
blissement reoit des entants
gretuitemect.lls sont le Inclusse
1res pauvre de 'a rgion.
Cette bonne ceuvrs de M.L.
C.Lhrisson a pro luit des Iruits.
i.i directrice, Melle Hippolyte,
prpare quelques lves pour le
:onconrs de diction tranalae
org miss par l'Alliance trancai-
st, li quel aura lieu en juin pro-
chain.
M Lhriason a distribu des
tmoignages de satisfaction aux
meilleurs lves, surtout ceux
(j u lisent bien le Iraaais,
RUNION
Le Conseil d'administration
la l'Association des Membres
du Corps Enseignant s'est runi
i es |OUrs ci pour entendre quel-
pies communications de son
prsident.
Des renseignements ont t
tournis sur les oprations de
de la loterie et les valeurs dpo-
ieea la Unique Nationale.
Sur la demande de M. Lhris-
IOO, des recels ont t expri-
ms Melle H. Biamby qui
vient d'tre mise d'ottice h la re-
traite. Elis compte trente-cinq
(35)ana dans l'Enseignement et
jouit de toutes ses facults.
M. Dianibois est charg d'al-
ler exprimer les sympathies du
Conseil celle intressante et
dvoue institutrice.
J A Slateu Island, l.oog Maud et
Nea Jersey.
.Des incendies se sont dclars
en plusieurs points de la rgion
de New-York et le vent a gn
considrablement les eflorls
accomplis en vue de les com-
battre.
Stalen Island n'avait pas vu
depuis 20 ans un incendie com-
parable celui qui a clat
tans ses to'ts.
Dans le Long Island et New
Jersey les II mimes ont exerc
g dment leurs ravags.
A S'aten Island, les feux de
broussailles ont exerc leur*
ravages Oakwood IHghls o
il) i collages ont t incendis,
laissant plusieurs centaines de
ersonnes sans toit. Le flau
n n eut galement Rossville,
'nues-. Bayet t'ieasan Plains.
Des pompes incendie ont d
e re envoyes de Manhattan et
l Bookfyn par les ferries, ce
q ii ne s'tait pas produit depuis
20 ans, et sont arrives juste
e nps pour viter une catastro-
phe b aucoup plus grave
South Beach.
Les incendies de Long Island
couvrant une supertie de 100
miles carrs sont les plus ter-
ribles qui aient clat depuis un
juart de sicle. Le plus violent
t'entre eux, Amilyville. a ras
une section de 10 milles de
long sur 3 milles de large.
^Prs de Pleasant Plains, un
incendie, que l'on croyait ma-
tris, a repris de plus belle,
dtruisant, en autres choses, un
garage abritant fit) auto nubiles
et trois maisons habites pal des
ngres.
Le sud du New Jersey a t
compltement envelopp par la
fume, au moins une demie-
douzaine de feux. Dans le com-
t Atlantic l'incendie le plus
terrible qu'on ait vu depuis de
nombieuses annes a dtruit
500 arcs d'arbustes, plusieurs
petites nuisons et chassde chef
elles plusieurs centaines de fa-
milles.
Dans certaines localits du
N w Jersey les routes taient
encombres de rfugis et aus-
si de curieux qui entravaient la
circulation.
Dans ta partie sud de Rhode
Island, l'incendie activ par un
fort vent du sud s est tendu
sur un Iront de 10 milles Hope
Valley, entoure partiellement
parles il unmes, serait dans h
plus grand danger.
o
L'Idal Rhum
ALIX ROY
28 annes de succs.
\ llarle Itur.M M.iqiuol iail l'loge
de V,"oinear
Pans, 10 mai. Eue dspch
le Uir-!e-Duc anno ice qu Ni
tlagiaot, ministre de la Guerre.
alttiut le retour de M. Poiucar
m Conseil gnral, a dclar
sue la France avait toujours
'> -soin .1^ l'ancien prsident, ses
i iules qualits lui permettan1
de servir encore utilement la
patrie.
o-
Prire d'expliquer
s. v. p.
M.Louis Roumer.ancien sous
inspecteur des coles.lenaot une
chaise au Lyce de Jrmie.
Extrait K- a Hati Journal du
12 %lai 1930.
o
Les Banque* abaissent
'leur escompte
Paris.10 mai. La Banque de
France a abaiss le taux de sou
escompte de 3 2 1 2 pour cent.
)e taux n'a p*s t atteint de-
puis depuis 1898 et encore pour
un temps trs bref; il a aussi
exist en 1879 et 1892.
Londres.10 mai. La Banque
d'Angleterre a rduit le taux de
son escompte d 3 1/2 3 pour
cent.
Washington, 10 mai. La F-
dral Reserve Bank de New-
York a rduit le taux de son es-
compte de 8 1/2 3 pour cent.
LA NOUVELLE DODGEKcn lignes
La Nouvelle Dodge Huit en lignes apporte qu champ
des huit cylindres uue caractristique typique de qualit,
de constitution et de dpendance de la Dodge Brothers.
C'est une perfection exceptionnelle de la mcanique, un
triomphe de luxe, de-giandeur et de confort, aussi bien
qu'une brillante performance. Mais le p'us important de tout
c'est qu'elle est, dans chaque considration, une person-
nification typique de la production de la Dodge Brothers,
et une vraie beaut dans chacune de ses parties ,de la
Dodge Brothers.

eW DODGE E-ISHT
CHRYSLER MOTORS PHODUCT
Mf
KNEER'S GARAGE
Distributeur
RUE PAVEE PORT-AU-PRINCE ( H Al H )
PHONE : 2318 t 2234
L'enqute sur
la Prohibition
Si\ Bjrsibresdu cabinet Hoover
seraient opposs la scheresse
W.ishing'on. \ssnrant que
le prsident Hoover commen-
ce h douter que la Prohibition
voit applicable , VI William H.
Siayton, prsident du Board ot
Association Against the Prohi-
bition Amendement, a dit aussi
au comit qu'il pensait que six
membres du cabinet Hoover
taient convaincus que la Pro-
hibition tait un chec .
L s membres du cabinet se-
raient d'aprs lui : M. Stimson,
Davis, Lamont, Mellon, Adains
et l'.rown.
Aprs la sance du comit, VI.
Stayton a dclar que son im-
pression tait que les mem-
bres de la La* En force ment
Commission considraient la
Prohibition comme inoprante.
M. Lamont a dclar de son
ct que membre de l'Associa-
tion contrelaProhibition.il avait
dmissionn en davenant secr-
taire dn commerce.Le aecr'aire
Adaras a dit que l'assertion de
M. Stayton tait dpourvue de
fondement.
Rappelant le terme exp-
rience , emdloy par le prsi-
dent, M. Stayton a dit au comi-
t i
Qu'un homme couve dea
poignes de porte, ce sers peut-
tre une noble exprience, msis
U s'en sortira assena poussin.
Le Communisme
aux Etats-Unis
Wsshington.lO mai.La com-
mission de l'immigration de la
Chambre vient de dcider d'in-
viter M. Whalen, commissaire
de la police de New York
comparatre pour donner son
opinion sur I activit commu-
niste aux Etats-Unis.
M. Bon. reprsentant du Te-
xas, dmocrate, a annonc cette
nouvelle aprs une runion de
la commission.
M. Whalen sera entendu en
sance secrte.La discussion au-
ra pour but de dterminer si la
commission doit entreprendre
une enqute.
M. Whalen a dclar rcem-
ment New-York que ses ser-
vices disposaient de nombreux
renseigne i ents sur l'activit so-
vitique aux Etats-l'uis.
Grande Soire
^Thtrale
Samedi 17 de ce mois 3 h.
prcises. Reprsentation des
Hommes nouveaux
Le ridean sera lev sur le
RHUM DLICIEUX
( Revue ) ddie
Henri (Jardhk
Entre gnrale 2 Gdes.'
Les cartes sont en vente.
Le Monde
MARIAGE. Dans les salons
de la Lgation de France ara
lieu le lundi 26 Mai courant,
5 heures de l'aprs-midi le ma-
riage de Melle Stella Hanoka,
nice de Son Ex. M. V?ist, E. E.
et Ministre Plnipotentiaire de
la Rpublique Franaise, avec
M.James W. 'l'homsen, direc-
teur de Is Royal. Baok o .;an-
da.
Nous prsentons nos meilleurs
aeuoaiU au distingu coup' <
A louer
Confortable Maison au Bois-
Ver na.^T^"
Sadre*ser .,-,
Ch.N.GAETJFNS
Rue du Magasin de l'W-
ijeaitsaiees Piblie.Br
Dans rapre midi du j*
ai, et Ims lasoircilyaurj
rjouissances Pub,l(ue*;uSe
peuple tant en liesse csu*
de l'arrive au pouvoir de M
Eugne ROY. ila ternisa
disposition des ^ye"
damuser. Il y -ara &!<*
blics, dans nos aren*.,,
rceptions dansdiversendro
d. a ville.


\-
LE MATIN- 11 Mai 1930
PA1 -
Varit
CE SOIR
L'il
sous-marin
0.50.
DEMAIN SOIR
AS HEURES : MATINEE:
Ariette March il dans :
La dame
au ruban
de Velours
0,50.
A 8 HEURES
Soire
*We at puse-Mi aut Abricots T
Nous apprenons qu' la suite
de rapports signalant des d
sordres et de l'agitation dans
la petite Commune des Abri-
cots, relevant de l'Arrondisse-
ment de la Grand'Anse le
Prfet Merceron a d se ren-
dre en toute hte sur les lieux
| fcAprs l'enqute qu'il ne
' manquera pas d'ouvrir, nous
I pourrons renseigner nos lec-
teurs sur les causes du ra-
conlement. Mais d'ores et d-
j, nous croyons savoir qu'il
s'agit de titres de proprits
'soumis au bureau des Con-
tributions et dont l'examen
prolong inquite des dpo-
sants.
popul
aire
Oflerle par le Prsident Eugne
ROY.
^ VENDREDI
JEAN DAX DANS :
Prs des
[ Cimes
0,50.
Communiqu
Fte du DrapeauArcahaie
Le Comit du Drapeau s'est
adjoint un Comit d'organi-
ption compos de notabilits
de la Cit. C'est plutt dans
l'ide d'une pieuse manifesta
tioo que le public de Port-
au-Prince, de S t-M arc et des
autres localits est invit
cette crmonie dont la por-
te appelle tous les hatiens
Tous les partis et associa
lions politiques, et tous les
citoyens indistinctement sont
convis venir rendre un
tmoignage de reconnaissance
lux Aieux, crateurs du Dra-
peau National.Ils seront tous
reus cordialement par la
Population comme toujours.
Un train exprs laissera
Port au-Prince dimanche (i
heures et demi du matin la
aiesse comra n.e ; 8 heures
e second voyage aura lieu
2 heures de l'aprs-midi.
Les personne-, qui veulent,
lire agrables au Comit sont
pries de taire tenu.leurs prix
* Me P.P. Agnant Port-au-
Prince avant jeudi midi.
Us Associations ou partis
Remei cieinon ts
o
Les mots me manquant pour
remercier cem me il convien-
drait toute la population de
Port-au Prince.qui d'un mou
veinent si unanime et si g-
nreux s'est prcipit d'un
seul ,*ceur au secours de ma
grande iu tort une.
Dansle grand dsastre qu<
nous prouvons, cela a t a
monjrreet moi, un tris
grand recontort, et quoiqu'i1
advienne nous penserous tou-
jours avec motion que vous
nous avez considrs comme
appartenant la grande fa-
mille haitienne et nous sau
rons rester digne de la grande
couhauce et de la protonde
amiti qui uous oui t t-
moigns en ce jour de d-
tresse.
TALDY & FRANCIS
Avis
Le Public en gnral et le
commerce en particulier sont
aviss que pendant mon ab-
sence mon fils ILO. A.
KNAW'A' est seul charg de
la procuration de ma mai-
son de commerce tablie sur
cette place.
Port-au-Prince, le 13 Mai 1930
Abraham KHAWLV
PHARMACIE
PRINCIPALE
H. CAN0NNE
49, Rue Raumur '
68-90 Boulevard MMVTOPeh
PARIS
vendant
LE MTU-LEUR MABClir. DU MONDE
Produits des Premires Manrues
et toujours de premire fracheur
UNE SEULE QUALIT :
LA MEILLEURE
m
RATON SPKCIAI*
POUR LES COLONIES
DROGUEME, HEItnOlUSTEItlB
SPCIALITS
Franaises et trangres
SBLS DK QUINIMi PCRS
Tous produits en flacons.
ampoules, comprims, cachets.
SOLUTIONS HYPODERMIQUES
BANDAGES. CEINTURES,
BAS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUE?
pour tous iwnges
APPAREILS ORTHOPDIQUES
Seringues hypodermiques
PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, etc.
Projets de Factures
et tous renseignements
sw damaruis adresse a
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUMUR
M-80, BOULEVARD SBASTOPM.
' PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni fin France ul a l'Etranger.
SERVICE D'ORDRE
o
Seuls, les {eus qui ont un
laisser passer auront accs
!a Place Lotivcrture pendant
la matine du 15 Mai. iJette
consigne tiendra jusqu' onze
heures, moment auquel coni
menceront au palais de la
Prsidence les rceptions pr
Politiques et les Journaux qui vues au programme.
ry feront reprsenter selon I Le prsident du Coneil
les invitations re es isigot- d'E'at .lui aussi, dlivr des
ront les Membre de leuis ,,., pour la sance de l'As
Rgalions a Me P.P. Agnant semble Nationale au cours
^ ii ; poi.rquonlde laquelle S. Ex. Mr Eugne
ROY prtc-a le serment cons
titutionnel comme prsident
de la Rpublique.
La musique de la Garde
d'ilniti se fera entendre au
KP. AGNANT, D. BERNA-t Conseil d'Etat
DOTTE. A. BELFORT, D. La sance sera prside par
AGNANT, H. PIERRE. M. Camille J. Lon.
Puisse leur prparer des pla-
te suffisantes, lEglice.
Arcshaie, le 10 Mai 19.50.
Pour le Comit d'Oraauisa-
lion. 6
Les prochains raids du
Doi nier Do X
Friedrichshaten, 10 nmi. M.
Maurice Dornier, l'un des cons-
tructeurs du plus grand avion
du monde, le fameux Dornier
Do X a dclar que ce' appareil
qui com.joru 12 mo'eurs, aors
son raid aux K ats Uni* se ren
drait en Am que du S j I
Le dpari pour les El Un's
aura lieu fi juillet ou fommen-
cement aot, suivant le rsultat
des essus avec les nouveaux
troteurs amricains dont on m
muni IVpptre I.L'itinraire doit
passer par les A ores it les
Bt-nnudes.
Le vol vers l'ATi^(|ie '"
Sn I sera jj'onn p.ir le< i s C
naries, le C*p Vert et Peinam-
bouc.
Pour cause
de dpart
Mr CAMBONIE.CI.uiicrl.tr
de la Lgation de France vend
cheval, voilure et quelques
meubles.
V
\um
Toutes les Polices
DELA
a
i
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux
Kuq. Le Ross$Co
Agents Gnraux |jj
I
I
i vente a iiEssois m
LA MISt A PRIX-
En vertu d'une" obligation
hypothcaire, rapporte par
Me Edouard Knol ei son con
i irre.nolaires Port au Prince
j le 23 juillet 192.X. d'un jupe
1 ment contradictoiiement ren-
! du par le Tribunal de Pre-
'niiie Instance de ce r. ssort,
la date du 13Fvner 1930,
d'un commandement demeur
[infructueux, et d'un procs
verbal le rarence, dress par
le lotaiic requis, il sera pro
cd, le vendredi seize Mai
courant,; neut heures ei quart
ttu matin, par le ministre
de Me Dietidonn Chai les, en
son lude sise en cette ville,
rue Frou, lu vente au plus
ollranl et dernier enchrisseur
d'une proprit, tonds et ha
tisses.dpendant de l'ancienue
habitation Thor, section de
Trou Hordet, r ommune de
rort au Prince, {laquelle pro-
pilt est compose de deux
portions dont la premire
consiste en des terrains con
ligna donnant sur le chemin
de Fond Ferrier, mesurant
ensemble 87 pieds de f.cade
sur le dit chemin de Fond
Ferrier, 200 pieds au ct
oppos l'ouest sur une pro-
londeur de 173 pieds au ct
Sud et 125 pieds au ct Nord,
le tout born au Nord par Mr
Horatius Baussan, au Sud et
l'ouesl parla Rivi e Froide
et l'est pai le susdit rhrmir
de Foud Ferrii rt te que cet
rumeub e se poursuit, com-
porte et s'tend sans aucun
exception ni rserve, au de*
sous de la mise prix qui
tait de six cent soixan e deux
dollars or amricain..
k.A0Z reqi.le, poursuite e'
diligence du sieur Andr Tor
chon, propritaire, demeurant
et domicili tort au l rime,
avant poui avocat Me Llio
Malebrancheet pour domicile
lu le cabinet du dit avocat
sis 234, rue Dants Des-
touches.
Contre le sieur Alfred Bar
jon, propritaire, demeurant
et domicili port au prince,
pour plus amples renseigne
ments, s'adresser au notaire
D. i harles ou a Me Llio
Maiebranche soussign.
Llio MALEBHANCHE.
'>, ~
O
V*
k
%
s*
i
TV
/
Y
ilKKl
Un Centimtre sur
Brosse Sche Sufft
KOLYNOS esi conomique un
centimtre sur brosse sche et, pr-
frablament soies dures, suffit
i:.tt,ycr et a blanchir les dents.
Kol> nos dissout la pellicule, dloge
les dchets d'aliments et dtruit les
germes dangereux de la carie.
Essayes Kolynos la sensation
de propret Jet de fracheur qu'elle
laisse dans la bouche est dlicieuse.
CREME DENTIFRICE '
KOJYNOS
H
:i
SALUONS Son Ex. MpROY
La Dasslimenne.
Elle invite tous ses clients qui veulent
de Monsieur El qni ROY au pouvoir a
stock s puise rapidement.
Le prix est d'un dollar.
On y trouvera galement
jes genres.
saluer l'avnement
se presser, car le
les disques nouveaux duiih tt'
LA PLUS ANCIEMNE ET U PLUS EFFIUU
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
t
[DRAGES rEYRARD ti
il> -ti iHcnt la
BLENNORRAGIE
TOITS PHARMACIES
Spd:it FiTtURD. tt. m* i- CraNi PARIS
Votre distributeur a des
lames de GILLETTE AU-
THENTIQUES.
Voule'-vous avoir une barbe
parftdtfl ? Servez-vju de lames
la Giltott* loMMi'iiicnt aiguises fi en te-
uiinilf construite: cl nua les ven-
deurs qui s'en proturenl tont
l'acquisition d'une marchandise
de premire qualit
/'rrlhi.lwr*
t. O. MAXWELL Ol\ *
tut m rn uHuior
*
Atnucnca. mm.
-TtmUUT
t.
3m
La peau ru-
cjueuscnces"
site ce savon
Oa/i nUDI MARK
O'Keti
Aux Venctcurs. /
voyez votn nom et ic pour tire publi*
Gillette safty Huzor >
Boston, Mas.. L'.S
VJtv GENUINE
Gillette Blades
ii
Siphons
*4 bire d'une
J
pores de telle faon qu'il
mieux que nettoyer. C'est une
combinaison de savon pour
la peau. 11 dissout toute trace
de salet et aide la peau
lre tendre et douce.
L'Exelento
Savon de la peau
Produit une mousse pais5*
excellente.
JII adoucit et enlve las ru-
gosits el tonifie le cuir che m
velu. Il aide donc maintem m
l'a ot de lu sant. M
'n vi:.lf rheztous 1 aadr||
ghUtcN. our 0JO urin) |
scuUffitui. H e*t Lpadta di |
ricptiou du djx.
EXEI.ENT0. MEDICINK
COMPANY
ATLANTA. GEORGIA U.S A
Agents iemandes pour ton
Pya.
Fcri^eipour reu9ipjern-nh.|
capacit de
1,5 & 10 li-
trs.
Voil quelque chose qui aj manqu pour le ttes La
ma'son, les pique-niques, etc. etc.
Vous les trouverez remplis avec,une bire dlicieuse chez
M. Schultz & C".
Prire de commander 24 heuresjpar avance.
Tlphone : 2069.
The Royal Mail Steam
Pack t Company
Le steamer Sea Victory venant de l'Europe et d Kings*
u via le Sud est attendu r'ofl-au-Prinre le 2't M i crt
... nant fret via le Nordfpour le Havre, Xnvers e Londrto e
ont les auties ports d hurope.
m' Port a-ffince, le 13 Mai: 19:>.
I. J. B'GIO.
Agent Gnral. Tlphone 2311,
?


Mercredi
14 Mai 1930
Le Malin
2une- *** N' 6992
r-ort-au-Prince
Tlphone : 2212
'..

M1
... te' "
''' "

...... ..,,,'.-
"/.'.'...,:
......
(...Ci..
I .....''
I
.J


'
_., .^..-'......'"^"'"-^
MfHM Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE'
UG. Le BOSSER Co
Aaents Gnraux
Panama Railroad Steamship Une
Service de fret el de passagers eniie
SKW YORK Cil V N Y. .lusM.oUANALZONEetiesPOllTSdelu COTE
NhW-YOKK Ul l dc ,.AMllR,0UE du SUD
An a le terre Ecosse
Mrs. S!V. SHKLl)ON> Co- 17 James Street, Livf.rpool, Lngland
lue iullo.ih| arr oui- Agents al priaii|>al pari1 ia Rorope :
tENGLAND, scotland. FRANCE.
Messrs G. W. SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, England
la F,;,ncp, Messis G. W. Sheldon & Co. are represented by the tollowin flrms
ASSUREZ-VOUS
GlRLATlY Hknkf.v &Co
21 Hue de la Rpublique
Marne! Iles.
lli-KM Pkkon & C", Ltd.
;>;; Quai " >rgo V.
R.vre.
M Nr Pan in & Co., Ltd.
,;,,, du M uili'i V ipeur,
Rnulos '' sur xler-
Hi:hnu Pf.hon& 0" Ltd.
<).") Rue des Marais.
Pans.
HsRNU Peron & Co L d.,
Bue de la Tnnqnilit,
Dut kerque.
Hernu Peron .S: fo .t l..
.) Ku It'y,
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
S -s Polices Maritimes mises par 'j l'oaivera entier. WM T.Si,
SesPoMces contre accidents sont ^S^iS d'une police contre accidents
aeupfdcVraient donc prendre la precauUojdese mun ^ ^U 20 dollars L. L.
SOUS- CENTS : PorlaU-PrmCjk\N MANCHET rmie.
Hor leau*.
.>,, KIIAQUF.J ) v EMARK. & Co j GtW.. ItAI.Y.
il Allen,;..-. CopeOhiet" ^^oWembURG. SWEOEN.
Oslo, !*Johwa.
mter itional
Spailtl .M^lkip Oslo.
|{amo !n Gmmamy.
Nordisk Exprs*,
Cotbenburg,
BrBMBNi '! :imanv
Messrs Atlwm: Pnstnfl r
*"&......"w1 K,
JROTTERDfcM. HOLLAND.
Messrs Atlantic FuBtuftirT
CoiU'N.,
Rotterdam,
rour ETREEPATRT i.r.
I ^ AMUSER la Sociiti de la
.r^XaiTFRIIUSE
. ;< : : Dtk:s. Pi.r.! UJ
.,,.,l,i..:',yir.N00WtU*Li0*
, u pjrs i-c ewurcs comiju'
roui f"*^"*.1 .; *Hu rtJ^,iUonou*m*lioret
!uvisus,<:oTiti.oss,rARi;r...-.r.r.i. is.i'M '
A vendre cours
Une
(HitoiTtobile ^ '
Knisht GreatO Hoals.
S'adresser a la
^/i Amenea lowsb.
H
,11 /il! 891 -Ul i I iiih
Aecensoue* d'automobiles
Ru Frou, cl I. vant c*es Miracesl.
(iazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
ectM;: siaam -^jt
LA
Tlphone : 3454
r .- -r-
Horn-Line
Le steamer "Henry Horn"
de retour de Kiugston, sera
ici le lfi courant en route
pour PEurope^preuant lrt et
iassaaers, ^r*
ort-au.Prioce.le 8 VsiWo
[HE1NB0LD & Go, Agents s

U- i|ui s'a jasKii-* lf ail
(> fui s* j>ul Alie **sa-r.
Kohi Champddnr
F. SJOURNE
PrparCdans^des conditions rigoureuse a
D'ASEPSIE
Prparation et Vente

BAR TERMINUS
Place Dessalines
Caf chic. Restaurant
de premier choix on Ion
trouve toute heure les
consommations les plusd-e
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
PR-CAT-LAN
Classioucs
12 TS& su, c ..Succs...n,
^let contrle chaque siincjj
Cours du Soir jour Adula*
-t Jeunes Gens. .
Comptabilit. SfwgJP*
a.glaise et franais tu.jC. ;L
j graphie avec des spciale
pour chaque couis.
JPnaeionement du l'ranf "^
nTuKSa.de rAllemand,ds
l'Espagnot. Mthode sal
Uttres, Scient s 'taiu
tiques aux teves ou J' .
Urdou ai ceux qui Ne"'cn
ligner du temps. c.jiiae.
flCours de Musique (SoltAge.
Vu)t(o. Piano). -;.use
TC pension Sco!a..e, ser.
et agrable,avec J i*
tudiants et Adultes. ?
S-adraaser Rue Lama.ie,l^)1
ou tlphonez au No
pour plus amples rense 6
ruents.
l'instituttippenhaUER
Reconnu de l'Universit.
Hbitienne.
Lgislation
Electorale
On trouvera bientt llmpri-
merie Telhomme le Recuei1 de
Lgislation Electorale de> 1M3
U>30f dit par Me Maurice
Nau. avocat et Nemours lefc-
Si vous avez quelques heuresjde loisir, le soir, et que
volisdsiwz le passer agrablement allez au
"~ Pr-Cat-Tlan
o vous trouverez, la.plus belle salle de bel, la musique la
meilleure excute par un orthophonie dernier cri et aussi
les boissons les'plus fraches et les plus pures.
( hampagne, bire allemande ou nationale, liqueurs c'e tout
Compagnie gnrale
ti tianMtlanUque
endti iacinel la m^ \,
partira le m. l^qs*
Guadeloupe et la MallJ ^
prenant tri et P-^J >
le Havre, en trau^bof
Fort d*- trance. ,).
Port.iu-prince.le / Ma


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs