Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04001
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 6, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04001

Full Text
dment Magloire
DIRECTEUR!
#8 RUE AMERICAINE 1368
TELEPHONE N 2242
on loiU ssatre la sort, VRtere
iseiplioahle dont me exprience
fearaaliere aaralt a'a>ir pas ni
cere roo>*inrn le* hommes; terme
aaurr mi oc laos eensele ai M
a apaise, bfel d'ODe la-ionciaii. r
habituelle et d'un effroi passager!...
Be Djamii l0\STt\T
24me ANNEti Na 69*0
PORT-AU-PRINCE (HATI )
MERCKDl
MAI 19U)
LA SITUATION
i
*
La dispersion
1 devant l'action
Hllliill
Boite aux
Lettres

Hati esi un pays vraiment
dconcertant. Noua taisons les
|0rge chaudes parce que le g-
nral rtussell a pu dire de nous,
considrs comme peuple, que
nous avons la mentalit d'un
entant de sept ans.
U gnrai n'a cependant pro-
cd que par euphmisme : il y
ides entants, mme de sept ans,
qui ont de l'esprit de suite dans
ce qu'ils lont. Or, nous, nous en
tnanquous lotulement. Noua
manquons surtout de logique.
Une nue de groupements
politique tl patriotiques .Vlait
nagure abattue sur nous. A
lanive de la Commission Fur
bes, ils donnrent leur maxi-
muni d'ellorls et aussi de disci-
pline. Ils unifirent leur action
dans le Comit dit Federatd.qui
.tait leur synthse.
Depuis quelque temps, plus
prcisment depuis la dsigna-
tion de M. Roy comme futur
prsident de la Rpublique, il
y a un h nid; qui ne s'en aper-
oit ? O.i dirait qu'il se lait,
durs le mon le de ces groupe-
ments, comme une liqufaction.
Fouitant, en juger par les
cris unanimes de. victoire, les
objectifs principaux, poursuivis
pir cette Fdration d'occasion,
semblent atteints, au premier
rang desquels il laut mention-
ner la constitution dee cham-
bres lgislatives.
lit justement, ce qui est
lait pour illustrer ce que nous
disons, au moment d s'ar-
ranger pour se prsenter devant
leselecteuis, voil qu'o se d-
bande, qu'on dpose la livre j
ldrative pour couri.* apr des '
aventures individuelles.
Il y a mieux : des anciens
aonldrs, des collgues de li-
gue et d'union se dlient eux-
Buits et se pipirem a des-
cendre, les uns contre les au-
tres, dans le champ de bataille
lectoral.
C'est une vritable rupture de
front taiie. en vrit, pour don ;
aero rflchir sur la consistance
du srieux avec lequel ou a pr-.
tendu; jusqu' hier encore, ses-
tr uniquement et exclusive-
Dent la cause nationale corn-
nane.
ALIX ROY
28 annes de succs.
On attendait pourtant le con-
traire, de tous ces groupements.
On attendait d'eux, aprs qu'ils
ont si uergiqueuieul prtendu,
en se frappant la poitrine, re-
prsenter le peuple et les forces
nationales, qu'Us se prsentas-
sent tout eutiers devant le suf-
frage populaire afin de justifier
et de lgitimer leurs prtentions,
mme aprs coup : mieux vaut
tard que jamais.
Au lieu de cela, nous assis-
tons des miettemenls invrai-
semblables : sous prtexte d i-
miter le procde li'sUsM de*
lections gnrales de 11124.
lequel d'ailleurs s'est rvl,
dans ses rsultats, une laillilte,
on tonne des cartels d lesquels, uous le rptons, d an-
ciens collgues se font la guerre,
se jetteut le gant en sud joignant
d'autres bonnes volonts d'oc-
casion et en faisant de leurs an-
ciens groupemens autant d'-
pi vas.
Eu ralit, le tond des reven-
dications ayant t sensible-
ment te mme, rien n'tait plus
ridicule, et n'a d paratre lel
au yeux de la Commission
amricaine, que de saffi'bler
d appellations diffrentes et cri-
ardes pour courir aprs le m-
me ob|eclil que le voisin.
Tout cela a l'air de justifi r,
encoie un coup, ce q'on a sou-
vent d't de nous, savoir que
nous ne pouvons nous unir que
pour dtruire, tant incapables
le rester unis quand il s'agit
d difier. |
Car il est bien vrai, n'est-ce
p is, que ce qu'on a lait jusqu'ici
c'est dtruire un ordre de cho-
ses, .et qu'aprs cela il y a en
reconstruire un autre.
Comme on dit, c'est au pied
du mur qu'on reconnat le ma-
oq. Mais qu'est ce qu'il faut
b en attendre d'ouvriers dont le
premier geste, devant i'uvre
nouvelle, est de dissoudre les
juipes? 1
^a Commission Forbes, dans
le cours de ce qu'il est convenu
d appeler ses travaux , a du"
bien souvent sourire. A notre
tour et a en juger par les mises
en scnes qui suivent le prolo
gue qu'est le plan Hoover, nous .
al ons bien rire.
lortsque nous avons raliss
l'Inspection scolaire, grce
surtout au concours intelli-
gent du Dpartement de l'Ins-
truction publique,nou^ avons
contribu donner cet exa-

Un discours de
M' Alfred Viau
qu'elle surbonlonne le bn-
fice de celle facult constitu-
tionnelle ui,e contrainte mo-
rale.
S'agit il de notre Enseigne-
men un caractre plus fecent. ment Suprieur? ( Droit, li-
A la place de ces assises pri- decine, Gnie Agronome),
ves en chambres closes te- Faut-il eu abandonner le con-
nues par des exa mi un leurs tile des organismes dis-
beaucoup tro, bnvoles, la Uucts de l'Universit? Celle-ci
place de ces preuves banales doitcfe garder sur ces ta-
el ridicules auxquelles lins- biissetueuis sa suzerainet na
pecteur assistait en compile >* relie, car si ces coles oui
impuissant nous avons b'e pour but immdiat de former
nu des sessions dtermines des professionnels, leur but
auxquelles prennent part, mdiat est dt former des ca-
sons le cnnlr'e ellectit des lactres, des jergies, des vo-
autorils scolaires, des emdi-. louts. fit c'est l'Universit
dats entrans par des Matres qu'incombe cette lehe, car
comptents et dvous dans elle est et doit rester la gar
des tablissements renomms dieuue de nos tradition*, le
et mme recherch! cause dernier bastion de nos liber
des rsultats acquis et ds ter tes menaces. A van i d'tre un
vices qu'ils ont rendus et ren- avocat, un juriste, un m le-
dent la collectivit. vin, un iugeuieur, un ngro-
L'Kcolede M. l\ ibiu celle de uome, ou est un homme et ou
Maltraiter, relie de la (main- doit tre uu Hatien.
bre de Commerce d IIaii.sont
dignes tous gards de uo're Le contrle de l'Universit
considration A lt d'elles si"" ces coles suprieures ne
cependant nous pensons que doit pas cire uu v.iiu simu-
l'Fjat pouvait offrir gratuite-. fcacre se traduisant par l'octroi
ment cet enseignement, non d uu diplme. Il doit tre
point comme un succdan rel, ellectit, l'admissibilit
d'autres disciplines, mais des candidats leur cyi.te d'-
comme une discipline inl- ludts, la discipline pdagogi
grale, autonune.se suffisant que n suivre, tout cela est du
elle mme. Ne seraient admis ressort du Dparlemeut de
bnficier de cet enseigne- Instruction Publique.
meut que des jeunes gens
runissant des connaissances S'agit-il de l'tat bygini-
classiques adquates la d- que des locaux/le la sant des
licate profession de compta- enfants, une collaboration
ble, profession qui exige une franche et relle doit exister
finesse d esprit et une acuit entre ce Dpartement et les
de perception peu communes. Services spciaux, car a d-
Vtjgil-il de uolre enseigne- l;,l,l de ces aptitudes teciini-
ment secondaire? Doit n be ques, nous avons les connais
uni piement classique ou uni sauces pdagogi (ns ncef-
queraent moderne? Doit-il et e saircs, l'amour de notre mc-
I un bll autre en mme temps? lier, le tact que donne une
Doit-il se donner sous une | carrire consacre l'entant,
tonne p.rallle? j nous savons lui r la mer ce
Notre sentiment c'est que CI"*'I pe"l nous olHr sans
l'Etal a pour devoir dolln a froisser ses susceptibilits et
tons les possibilits d'un d
Suite. ( loir Le Matin des 5 et fi iai )

Chez nous, il y a quelque
mps dj, on l'avait coin
m Des Hatiens dout h va-
or pdagogique est recon
ue de tous u avaient-ils pas
le
fond
uue cole profession-
nelle? Le. grand" Tessier a
legard de qui l'on fut injuste
"*h me plat de le rappeler
ci malgr sa belle culture
greco-tatine lut un des
'poires de cet euseigneiueui.
JB depeusa gnreusement,
^'tne il le faisait toujours
1 '["tendance et cra dessytn-
pQies a sa chre cole, mais
""iereuce hatienne tait
' Alors en dpit de ses et-
JjJ* Personnels, de ceux
tmruauuei Etheard et de
' "es, l'ojuvre disparut corn
(Jjchez nous dsparaisseui
"'slescauvres qui ne sout
j*s inspires* et amines par
Passijus politiques et Isa
'es mesquine de paru.
'us pras de nous, n'y a-t-il
! *" l'Ecole de Btiment,
.r[t 'udustnelle o se d-
tu!* UQ mde*te t ulgre
jeteur, le bon vieux jjre
' Utnec Boyer comme oa l'ap
^'"t familirement.
Que dis je, n'y a-t-il pas eu
l'Ecole Eue Dubois qui a
tonne toute uue ppinire de
jeunes filles qui se recoin mu n
dent laut par leur caractre
que par leur culture iuteltec- '.
tueile et morale, et qui l'ont;
honueurj leur Fays, leur
sexe, leur race.
lujusies doue ont lceut
qui ont pre e idu quavaui
eux l'enseiguemeut profes-
sionnel nexistait pas.AdctiUt
de ces tablissements q u e
nous avous cites, 1 Ecole cen-
trale des Ans et Mtiers, celle
du d voue Joseph Chancy lu
b'.isseut, que mme, l'etal j
embryonnaire, cet enseigne-
nu ut tait connu chez uou>.
Sagit-il de noue enseigne
.n. ut spcial, enseiguemeiit de
i, comptabil u, del stno-
dactylographie? Ne doit-on
point penser a l'organiser se-
neuscuiwui, puisque tes Uu-
i at oOiienueiil des diplmes
d'Etat. Sa sittfation, qimiqua-
melireaujourd hui,presJite
de nonibieues lacuues.Gice
a la probit prolesaiouuc-iie
Je ceux qui distribuent cet
ensejuemeut, grce aux et
Ai
veloppement harmonieut de
leurs facults intellectuelles
et morales. U n'a pas plus le
droit d'imposer tel systme
d'enseignement que de sup-
primer cet enseignement, car
les parents et les entants sont
les premiers juges de la disci-
pline choisir, ce qu'ils font
d'.Heurs selon leurs tendan-
ces, leurs inclinations et leurs
aspirations. Donc le droit de
l'Etat est de garantir la salis
faction de ces inclinations l-
gi mes, car toute autre atti-
ude est arbitnire et porte
atteinte la gratuit de l'eu-
seiguement secondaire puis-
cellesde ses parents. Les m
decins scolaires, Messieurs,
doivent connatre les entants,
ils doivent avoir un- grnnu'f
vertu, le tact, surtout quan I
l'exercice de leurs fonctions
les amne dans des coles de
jeunes filles.
( /'O fin demain ).
A vendre
Une automobile W i 11
Knigbt (ireat 6 Koadsler.
S'adresser la
AU America i.abl
,er. de Pi
" lire A
-. Le
Siphons
bire dune
capacit de
1,5 & 10 li-
tres.
Voil quelque choses qui a manqu pour i ftes 1
maison, les piques-niques, etc. ele
Vous les trouverez remplis avec une bire dl cieuse chez ':
M. Schultz &C.
Prire de commander 24 heure par avance.
Tlphone : 2059.
.Port-au-Fiince, le 6 mai 1090
Au Directeur du Matin
Monsieur le Directeur,
Dans la liste des personnes
qui ont t arrtes et croues
sous l'inculpation d'avoir misle
feu, publie dans votre dition
de samedi .'t mai, j'ai t tonn
de voir mon nom. L'informa-
lion pour ce qui me regarde, est
absolument enoane.
Je vous demande, en mani-
re de i dification, de publier la
prsente dans le plus prochain
No. de votre journal.
Agrez, Monsieur le Direc-
teur, mes sincres salutatious.
Louis LAMOTHK
Une ide
excellente
Nous adhrons pleinement d
l'ide excellente qui a t mhe
par un groupe de jeunes gens
tl'organiser une association de
Volontaires dans le bat de
venir en a de aux Pompiers de
fort au Prince, en cas d incen-
die Cela fera d'autant plus de
bien gue te nombre des pompieis
est trs restreint En effet d 31 hommes gui forment l effectif
de la Station, on peut peine
disj>oser de quinte t'iamaie* uu
maniement des pompes, les au-
tres Ctunt pris par les divers ser-
vices. Cela permettra en outre
aux citoyens d obir pins facile-
ment aux derniers avis del Po-
lice, sachant que quelques uns
des leurs portent secours leurs
amis.
Voici la lettre gui a t adres-
sir ii ce sujet an Secrtaire dK-
lut de l Inicritur et au Comman-
dant de la Gnrde d Hati.

Port-an-Prince, i 6 mai 19IH).
An
S crtuire d E al de l'Intrieur,
I a\ ses Bureaux.
Monsieur 1 -. Sec taired Etal,
Justement mu de la lourde
et pnible besogne qui chet a
Bus voilants pompiers au cours
des incendies, un groupe de
jeunes gens, lont nous sommes
les mandataires, ont constitu
uue \ssociaoon dnomme Les
Voloii'aues dont le but est de
porter un concours de tous or-
dres aux pompiers dans les dif-
frentes manuvres le sauveta-
ge et dex-inciion dd feu qu'ils
neploient sur le thtre des in-
cendies.
Cette Association comprend
actuellement M Membres rpar-
partis en 8 compagnies de 12
volontaires; chaque compagnie
a plac sa tte un chet de com-
pagnie ou capitaine. Four nous
permettre d'accder facilement
au thtre de l'incendie, nous
(jortsrons une chemise rouge
klir laquelle sera inscrite la
.lire V , ce qui empchera
tout malentendu entre les agents
de Tordra et les membre de no-
Associuiion.
but de cette communica-
tion est d'avoir de vous l'auto-
risation d'oprer sur le thtre
du l'incendie en harmonie tant
avec la (iaide d Hati qu'avi-c
la Compagme des Fompiers.
jEsiimaut que noire demande
qui ne vise qu'un but humani-
taire sera lavorabieiaenl ac-
cueillie par votre dpartement,
nous vous renouvelons, Mon-
sieur le Secrtaire d'Etal, (as-
surance de notre considration
distingue.
Les Dlgus :
Gon.rau ROLZIEB,
Samuel DEV1ELX,
Benoit ARMAND.
N. B. Pareille lettre a t
adresse au Couiiuaudaut u> la
Garde dlia.lL
As;.uiz-vou eonti
la Ueneral .Ucideui i :u \
Llle Assurance Corporation l.l-
UilteU . V vc t. iMi m.^iMaf
Agent Gnral pour ticmT
... | vu, la rue Docteur An-
liry, une intressante jeune llle
svelle et brun*, abandonner,
dans un mouvement nerveux et
vif, le travail de broderie qu'elle
excutait at traverser rapide-
ment chez une de ses voisiues.
L elle appela au tlphone son
amoureux et commena lui
dbiter, voix basse, pensant
que nul n'entendrait, tout un
rosaire de mots doux. I- u tl-
phonant, ella vit se poser sur
elle un regard de Notre il-
Mais tellement prise au miel de
ce qu'ella disait et ce qu'il lui
rpondait, elle n'en prit aucun
souci. L'amour est rellement,
comme dit la chanson, un petit
entant de bohme qui n'a ja-
mais, jamais cornu de loi.

... voit comment le progrs
annexe a ses transformations
mme ceux-l qui protestent le
Plus contre ses manifestations,
'n de nos sympathiques agents
diplomatiques accrdits en Ha-
ti depuis lis longtemps, disait
le plus da mal de l'auto. Il ne
comprenait pas que l'on put
confier sa vie a cette voilure
qui pour un oui, pour un non
cause des accidents mortels.
Notre (Jl tut, on pensa bien,
trs tonn de la voir passer lu
seeiaine dernire au volant d'u-
ns gentille Cheviolet. kl il avait
l'air heureux d'avoir cette auto
la place du petit buggv uvec
lequel il gravissait iadQ le che-
min qui mne la campagne
suburbaine qu'il habile dspuus
des temps st des temps. Mais
lui fit ungestsqui voulait dire:
Tout arnvsl...
.
... voit chaque jour, au bas de
la rue Sainl-Hoiior, dans le
quartier compris entre la rue
Ab/ahain Lincoln, vous ne
saviez pas que c'tait ainsi que
s'appelle la rua du Magasin de
IT m i et la rue Kpubtieains,-
vous saviez, j espre, que c'est
einst<|nt s'appelle la Urand Hue?-
des tas de detiilus qui ne sont
pas un spectacle agrable e. hy-
ginique pour ceux qui passent
ou habitent aux enviions.
... verrait uussi avec plaisir le
Service d'Hygine envoyer on
de ses agents prendre des dis-
positions pour matre bon or-
dre tout a.
*
*
... voit qu'avec les srieuses
mesures d ordre qui sonl prises
depuis quelques |ours par la
Garde d Hati, que les incendies
qui commenaient o srieuse-
ment endommager la beaut de
Forl-au-i'riiKC ont suintement
cess. Les apeurs dorment
mieux Si les Umnus dont l'an-
goisse avail tu les joues et ll-
tn les paupires recommencent
tre belles et sereines et ce
pour la plus grande jota de No-
THK il qui no e uvec tanl de
joie leur passage d > h-limiut de
croles voluptueuses.

.. a vu, la table d un de nos
grands cafs, comment quel-
qu'un pratique, avec ciueri,
le systme D. Il lail tirer des
grogs avec quelques camarude .
et il avait perdu la tourne que
l'on buvuit, lorsque la sirne
corna. Noire homme prolitu de
l occasion et fila a 1 anglaise il
profitant ds la siuplut Hou g-
nrale, ne rgla pas la loumc<.
Ceux qui avait bu avec lui du-
rent paver chacun sou grogei
ne trouvrent pas la plaisante-
rie bonne.
... a vu, hier apia midi, chez
Dsreix.unde uosamisqui.apre
avoir luit ui buii dejsunaret
bu force igeahis, dormait
poings tenue la tte appuye
sui u aue ou usinaient sncore
les restes de ta l royal tesliau
Les gui vous, u crainte, sans
doue, na v uicuer leur
j porbutre na rveillrent pas
1 lio...uie qui j\ jii si bien iik.u-
ge Ci si Oicu Ou, euu.u.c Uuii-
leuts uu u* m..iift: et ee Uo.i,
e^c chez Dereis.,


as--
^
^^^^^^
PAGE2 ,
w 'm** wut LE MATIN I 7 Moi 1930
a
j Une conversation avec
CONSTANTIN MAYARD
aux Bureaux du MATIN
Moire mi Constantin Mayard
. veau hier en nos bureaux,
'i cours de l'intressante con-
1 na |ue noai emes avec
lin, on en vint .'t pirler du brait
lool QOU i M tiod s l'ait l'-
ho la semaine dernire con-
eroant u le liste lectorale o
il figurerait avec \1\1 Thodose
Wiener Charles Moravia si Lon
. iiul'iud comme; candidats au
Snat pou i'Ouest
-(Jid'M'a-l oa nu prendre
;ela nous dit Mayard en riant ? [
Comment a-t-on pu penser a '
iper ainsi avec moi dans.
fii ne combinaison lectorale pr-
sentent trois de nos amis qui j
>ar leur caractre et leur genre
le vie se sont toujours tenus
Moitis des choses de la popu-
larit ?
Uaataud nous a dit lui-mme
i a dit au Nouvelliste que [i
mais lui l moi n'avons parl
dechosi smblables, Moravia,
[lui, on ne le connat paa.Ctst le
nsintreaaement et le drooe-
in ni laits homme C'est cent
us par jour qu il me rpte,
migr les emprisonnements
|uil a snbis, malgr le mal ef-
(royablc qu'il s'est donn du-
rant des annes, malgr son ac-
jion indiscontiue anpra de ses
liinis de Washington, de New-
ljorl. et de la Ui publique Do-
fciinicuiiii' pour amener le chan<
;, menl dont profile actuelle-
ment le Pays : Surtout,Mayard
i. me in le pimais aux al-
pires d'lections. Je n'en con-
nu, cl je ne poux y tre
|e souhaiterais que cela aniv'
par toi '>.
Te ne sais donc pas pourquoi
et comment on n pu me prtai
une telle combinaison lectorale
quand prcisment |e suis en
train de consulter les popula-
tions du Dpartement pour con-
natre leurs besoins et aspira-
tions conomiques et lems sym-
pathies, en \ue non seulement
des lections lgislatives et pr
sidentielles, mais aussi'/*!! vue
d'un enseignement nouveau pro-
fita ble tous el ch >< un des
forces conomiques du Dpar-
lement de l'Ouest et du Pays
lou' entier.
Ne sentfz-vous pas que cha-
cune des rgions de l'Ou s1 ymi'
un genre de proiuc ion dier
min, de* mthodes qui lui -o"'
propres et des ncessits dis
lincles, a besoin d'une reprsen-
tation, je puis dire.personnelle
dans les prochai ! ss> mbles
Lgislatives qui, api es ; voir i. -
ouvel t'Eitutn auraient
Vappliquer aux rHn al* probl-
mes dus intr s gmiaux du
Pays.
le croi* que cesi le Pefi" lui-
mme qui, par s .-s au'orils so-1 c'e
HUftfl MDOffAL iiHYtiifAi
l'IHIIQII
Inspection Mdicale ries ficlts.
Port-au-Prince, Hati.
BULLETIN D'HYGIENE
Samedi 3 Mai 1930.
J'apprends
l'hygine
Prfrez-vous la maladie la
sant, la pauvret la richesse,
notre pays faible et mprise
plutt que fort et respect?.. L>-
fruit sec tombe de la brandi.-
vaut toute maturit, ainsi pas-
sent les dbiles et les chtifs, les
mal nourris et les intoxiqus
ious ceux qu'un destin cou
traire a prive de ia ferme vo
.uine ou des moyens de crottr
ei d'arriver uu complet dve-
loppement physique el inoral.
11 faut la nation hatienn
des entants robustts, homme
et tenions, aux muscle* daciei
.u cur d airain,a la coiiscienc
droite. Son succs, sa proapri
le, sa grandeur matrielle, sa
respectabilit dpendent par
dessus tout du travail mtho
dique et r< gulier de chacun de
nous... Tout le mo..de au tra-
vail, ei ta Nation seia tranquille
et heuii u-.e !
Mais pour travadler et pro-
duire, il y a un premier capital
nidisuciiiuble qu'il faut avoir,
est la saine. l_a sant est la
1
ciales et conomiqu. dans cha condition essentielle du progrs
que localu.doit travail er une, tt Uu bonheur. Elle a eeaioif
telle uvre. j (rcs Hffl(llM| qoul |a pratique
pense inbranlblement journalire et hibiluelie, dCs
les premiers uiumeu s del vie.
uns
lue nuisible, .le ne compromet
mis jam us pal une vise per-
lonnelle inopportune, ma pro
in c use . Poui Wiener, n'en
M Ions p iv.\ son ge il est all
icommencer travailler jus
lu'au lond du col-de sac. Et
nul en Bgissanl ardemment et
intelligemment pour le succs
\. mou programme de recootf*
ructloo conomique el natio
1 de, il rpte suis cesse : Je
1 veux pas de plfl je soli-
cite plutt que les conditions
lu pays changcnl dans le sens
lu bien tn tl de la libert. Et
.r .liii|e iiiM-liiie ai ii la n Iraih'
l.e deio ei nu io du Moni
i ur olficiel publie un A itl du
rsident de la l\| i l> que,
m ; .i i i .ii ii i MoilSH ni
li hi i Anse me. Y.i e l'isi-
ien i li il) mal de Cassation
le la Rpublique, .\.i Anselme
il c'est sur une telle manire de
voir que je 'ais reposer ma poli- '
tique pour l'avenir el mon plan'
l'action lectorale en vue du
Snat.
Mes colistiers, en dfinit ve,
e j devront avoir chacun, leur po-
pularit propre dans leur rgion.
Tous aideront chacun et chacun
permet d'aiieindre cette pl-
nitude de bien-t-e physique
ou toutes les forces du coi ps
e'exerceii harmonieusement et
nous rendent capables, pour
ainsi due. de soulever les mon-
tagnes...
i C prw u dpasse end
rc iotile garantie, mais
nous leqaran-
tisons entire-
ment comme
tous les Pneu
Fisk Ail Coi
que nous ve.n
dons.
Ds qu'il vous
faudra uu Plier
j pissez Chez
Franck J. MARTIN
Distributeur
PLACE GEFKRARD. l'HONE: 21 9
Jupurends l'hygine, car le
" Si .' 2? ', .enensms pas encore pou- ; p|lculion lea ,ois de ,a ma{
voir donner des places a mes afin de poavoir lravaillt.r eJ
aims- I produire.
Aucun de mes amis ne me de- i #___ _
inindera de penser et d'agir au-1 "
tremeut. Et |e ne penserai, ni
n'agirai autrement, sous aucun
prtexte.
Bt l'on parla longuement eprf
cela des problmes importants
au moment o notre ami Ma-
yard prit cong de nois.
|) us .1
U'il p d
ni ici '
ird'un i
ving cinq hns il< puis
but dans la < ;>> i \i l
o i' I isse le souve
(isti ii intizi i el i om
.. i louti s h s qui itio il di
li oit.
ni M, l'aiiuiani i i i ivoir,
i i Cassation q li em
klece comme V l< -t !"
' ibu i d Suprme.
M. Kminainn I Beauvoir est
Ivantageusemenl uouuu dans le
bonde d* Il he o il a mi
t d'aboi d comme Juge au Tri* J
lunal de Commerce, ensuite ,
omiue Juge d'Instruction, et
lu I. .1 uni ne Juge en Cas-
ation, li ipp dons qu'il .\ t
inistre de h Justice au cours I
In deuxime mandat da Priai*
eut Boi
j l,e Prsident de la Kpubli-
u<- n pi s encore dsign le
iccessenr du Juge heauvoir.
Le Monde
Renseignements pour
lea Candidats a l'Ecole
nillitaire.
/.-- But de CEc \U militaire |
L'Ec le militaire aura pour
mission de pourvoir la Garde
d'officiers trs distingus. Les
tudiants qui seront recon-
nus Incapables de runir le
plus haut standard des que -
! ls requis.-s pour le servec
actit seront relevs de icnps
m lerup.J. pe d ml l'anne, au
moment jug opp > tun.

2 >>n s
L i.i- li uctiou sera i onduite
I vies vigoureusement. Les u-
diaiits seront arms de tusils
qui leur serviront unique-
ment aux exercices militaires.
Ils feront journellement des
exercices physiques et de
sport. Trs peu de perrais-
siou leur sera accorde. La
discipline sera svre mais
juste. Ils devront travailler
dur, aux exercices et l'tude.
L exercice physique s'ten-
dra tous les sports athlti
ques.y compris la natation et
a boxe
L'cole sera conduite sur le
nu'ine pied que les coles
strictement militaires des
Etats-Unis et de France. Par
consquent tout candidat ad-
mis l'Ecole Viili'aire doit y
enlrei avec la dtermination
de I ire lace une preuve
t es svre de son qiii'ude.
de son courage et d:- ses tor*
c s phy iq .i s Si o i ne ps-
r t. es qu d't \m-1
est "pa igi i'
>,iiHi i toi.clion d'officier
de la Garde.
Varits
CE SOI H
Les Amants
de Venise
Le Pont
de Soupirs
Entie : 2.00; Loge : 1.00.
d&&*

[MARIAGE.La30 Avril d$r'
li p .i lu heurt s du matin .. tu
Ni, i la Lgation Britana qne
'te ville, le mariage i t Mil" Lu irgetteHomain vec
pllf ami le Dr Lo IMu n m r.
y ut, ensuite, une charmante
[cention chez leBparenls de In
lune. ^
ueiidiction nuptiale leur,
jet donne "> heure* et
* de l'aprs-midi en 1 n*
fde. Ils ont arcoiiipagnas
l'autel pur M da ne i: mit
"itevien et ie Dr Pascal Stines
belle rception suivit la
lmonie religieuse, chez M
Mme F. Wil.son, Turgeau
i a dans jusqu' une heun
s i vance de la nuit.
ornplmieids aux no i
piiUX.
A\anl
rend lu barbe
journalire populaire.
lame GilU'tU" a dou-
I
HO/'/
M**
Celltrelle hm$ Gillette \
,\.ini ii belle lavi uttoa de la .
' 'hinl i ai mreoaeal fadpade la ^o-
Cileldu pi.sU^Mlesatiaires.Mais ...,n-
tenant, oitleUe donne facilite et plaisir a
1 l.onune de raer tous les jours el lui
permet de vaquer ses alBum MH-iaies.--
Uslamea ...Uette sont vendues partout.
chez Us dUtribuWnn. Renard./ a la-
ineuse marque mondial*- : -^^- J a
ift ,vice ewnP1*" chcz vo,re
Envoutt votre"- 'ur au P'usl'as K lOHnu
. Tetadre** tvleaautai arWt.
,. meilleure
Une bouche d'got
devant AnaUMlA
Devaut 1 Hiel Ansouia, il y u
depuis quelques jours une bou-
clie U gol qui uegage des ciuu-
nations tetidts, paituiiemenl
nuisibles lu saine publique.
Nui > espeioiis que 11-Scivn.e
National UH^gieue 1 uo. 1411e
prendra des mesures immdia-
tes pour que cesse ecl Alui de
choses qui rend pre^qu'inhabi-
lubicblts maisons ue ce quartier.
New-York, Rio et Buenos-
Airs Line, Inc.
Aogle des Rues limites DeMoQrhfH el Magasin de
Port u Friate, Hati, PhoBf 3401
lii.i
L hydravion faisant le serv'm Buenos Aires Atiami laissent
Port au Prince .'VfcNDKKDl fi heurts du matin prenait
malle, fret et passagers pour les villes suivantes :
Santiago de Cuba. Ctenfuegos, la Havane et Miami.
NOTA. La maie pour Miami est maintenant dlivre
dans t'apres-midi du jour du dipart de I hydravion, nu tien
du lendemain, comme autrefois.
Le maximum de scurit vous est offert par t'hydravion
qui survole toujours son champ d'atterrissage : La MtR.
Pour ious renseignements s'adresser au bureau de l Agent.
lHa.t0flW..,-.J
l PIOS BJBJ T U PUS IfFKMZ
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
|DRAGta PEYRAR&r t
Ourlmuanl Im
BLENNORRAGIE
TOCTTS fHMMAOES
tlSUI. K ru > (i^(|. PAR.'S
AVIS IIP0RTAM
En vue de la Reconstruction
Nationale.M.Fred. Gairaud por-
te la connaissance de son ai-
mable clientle qu'au lo Mai
prochain aprs l'installation do
Chet d'Etat populaire, M.Eugne
Roy, tous les bons en retard de
paiement, de trois mois seiont
affichs.
s La frquentation des Cals est
uu luie dont on s'absticDt ds
que les pcunes ncessaires pour
V faire lace lont dtaut.
% Toutes les Polices
;0E LA
'<
1
8?i
.
-
serbe connu
a du rasoir GilUUv
Bovlor..

GfiNUEV
Giiiett
n
M). 1
l rrmn*mi <..

m
-----------w^ s,
comprennent la Protection contre la
1
Foudre sans auqmontation de taux|
.LeBoss$(]o
<
Agents Gnraux
Bita


-*
LE H4TI.N- 1 Mai 1930
: -'
U.
-%.
Bilan an 31 Dcembre 1029 de The
Norwich Union Firc Insurance Socielies Ltd.


*
^
LONDRES & NORWICH ENGLANI)
Norwicn Union
UABUJTIES
Nohvvich Union
and subsidiary
coys lomcined.
Capital Subsciibed
L 1,100,0(10 in 44.000 Shares ol L 25 eacb
l. 21,10s. paidup
Norwich and London Debenture Stock
Fire Insurance Fund
Personal Accident Insurance Fundj
Employers Liability Insurance Fund
General InsurancelFund
Marine Insurance 'uud
General Reserve 1
Rserve lor Uucalled Capital Rduction
Contengency Fnnp a
Profit and L\s Accout
Fire Claims adrnitted or inlimated Jbut not paid
General Claims udmitted or intimated but i.ot paid
Sundry Creditors, including provision for
outstanding Expenses and Taxation
Due to Be Insurance Companies
. d.
L. sd.
ASSETS
94,000 0 0
443,148 0 0
818,655 14 1
/ 0,638 15 6
256,620 17 0
329.890 1G 2
17 ,021
,000,000
|I10 000
100,000
412.924
192,353
173,719
15
0 0
0U|
00
151
52
5 8-
946,000 0 0
14.1.148 0 0
871.630 7 4
77,125 3 2
256 626 17 0
612,085 11 11
171,021 1
1,000 000 0
110,i 00 0
100,000 0
412.924 15
20O.514 210
560,096 19 8
Morlgages on Propertv wilhin Great Britait
ami Northern Ireland 23 791
MortgagesonPropertywItblnthsIrifch Free State "l 020
I.n:ins un ':ir,.'l;..i .....i -..i____> .
293,913 12 0
182,740 10 9
328,950 3
194,780 4
Loans ou Parochial and olher Rates
Loans on Slo. ks and Shares
Inves ments
^Deposit wilh Ibt flkh Court"
L 7,509 Bank ofEnglond Stock
Brltisand lrish (iovernment Securities
Bank (.1 Eogland Stock
Municipal and County Securities,
Gea Bntain and Ireland
Indian and Colonia Government Securities
<( Provincial
1 Municidal
Foieign Covernment Socurilies
Provincial
< Municipal
Railway and olher Debentures and Debenture
Stocks ( Home and Foreign)
o and olher Prfrence and (iuaranteed Stocks
N'oawica umon
Noawica Union And Si'bsidiajii
COVS CoMBINED
B. s. i/. L s U.
18 0 23,791 18 0
7 0 1,020 7 0
1 3 46,428 ', S
16 4 4,486 16 4
46,428
4,485
16,956
1.029 571
57,654
0
0
0
0
0
0
91.791 0 0
296 439 0 0
72.108 0 0
112 910 0 0
367,279 0*)
5 764V, 0 0
130,753 0
1,255,120 5
'> 105,688 0
.. and olher Ordinary Stocks 75 0G4 0
House Hroperty(a cost.less amounts written oit) 393,508 1
t)
10
0
0
4
16,956
1.029,571
57,651
91.791
354,246
72.205
124,578
473,027
5,764
85,513
0
0
o
0
0
0
0
0
(j
0
0
0
0
0
0
0
o o
0 0
1.960.6941TJ3 11
142 341 0 Q
JJ 88491 0 0
393,508 1 4
3,986,332 12 9 4,972,069 10 10

Agents' Balances
Outstanding Premiums 171 grg q
laterest accrued but not payable (les Incorae Tax), 37.3KK 0
Outstanding interest (less Income Tax)
Sundiy Debtors
Dve irom Re-Insurance Companies
Bills Receivable
Cash L s d.
OnDeposit 02,547 8 4
In hand and on Current Account 258,118 13 5
400,089 5 8
7
i
312 16 0
1,099 19 9
99,303 0 10
885 11 11
451,144 14 5
302.709 3 5
49,333 16 7
312 16 0
1,099 19 9
106,588 2 7
885 11 11
^ ,. 320,606 1 9 405 759 10 fl
Ordinaiy SharesofSubsidiary Companies:
at or under Market
Value 477,458 17 6
Current Accounts ot Sudsidiary Companies '&430 19 6
L, f.501.632 6 10 L 6,289,903 6 0
.L 5,501.632 6 10 L 6,289,903 6 *
iWti^
AGENTS GENERAUX POUR HATI
J. MM L $ Co
PORT-AU-PRINCE PHONE 2217
SOUS AGENTS:
C. DVIEUX & P. BOMBACE Pefit-Gove
*
TURNIER. Jacmcl.------Georges WIENNER, Caves
Georges DROUIN, Jrmie Volny PAULTRE, St-Marc,
Th. WOEL, Gonaves. D. SYLVAIN & C Port de Paix
E METTRE, Cap-Hatien.
I !
I
t

1
I
i
*

*
Si
I
S

fl
I
m


w
, **.,BmA\Mit

Le llatiii
--*eW*tffteE W 6986
I ort-au-Pnnce
Tlphone : 2242
4 PAGES
La fin de la Grande Anne
i; h .. dj des prcha etbientt sera la dissolution deh .
Grandi I rneW/pa /' 7'"'s "'''''"" l>- ,..... ,
Quelque* Numrosd< nolrt tloik <""/ '/'','" muss.d autres
vont finir t'ilr et le* bumros prcdemment impo>tis ne
seront plm oomm tndt sar m ffiiro/w travailler sur des
bumn ouveaux.
fane bravement et m nm tt un dernier assaut
,.,,,, :/', \baaillons mstinguett, Monteaux Gouln,
0,non \alin, hichiletti, lai \ienn ise,3azz,lousRires,Soi
A chestres,etetele, car vous ieg etterez de ne plus trouvera
avenir 'es disquw mervtllleu qui dans une parfaite com-
munion de l'esprit latin et dt belles affinits de la race ont
port dans tout le pays Tlande la grande foie et du plaisir
dlicat. ,
Si nais navet pas un Phon graphe procurez vouscmznous
un Portatif PEERLES, aus\ tonore que 1rs grandes ma-,
chines.
Bazar Odon
J. KARAYANY
Angle Grand lac et EtOf Prou.
BAR TERMINUS
Place Dessalincs
Caf chic Restait!anl|
de premier choix o Ion
trouve toute heure les
consommations les plusd-6
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire lu pression.
BIRE NATIONALE
DRJL
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0J0
le \env makir sa qualit
suprieure.
F roteriez noire poche ci
...
notre sant en tn buvant
lou jours.
c qui l'a jaaala cii' (ail
e t|ni in1 jiriii i'Ii-i ilraattgf.
Ko fa Champaqne
F. SJOURNE
i ipi i dans dea cm diliona ri i urettsea
D'AS SIK
Piparati pi \ mie
i HARMACIK SEJOURNK
Angli ' h tes ('.,r.tre.
I
Accessoiies (Fautomobiles
Ru* Prou, ci .Lovant ('es IHlracesl.
(iazolino. Huile, Graisses
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
Tlphone : 3454
Avis |
au public ;
La Garde d'Hati prendra les
mesures les plus svres pour In
suppression de l'incendie. Elit
lait un prsent appel A tous I
bons citovens pour l'.tider de ;
leur mieux y parvenir en cap
turant les criminels dangereux, i
coupnbles du crime d/inceudic j
prvu a Farticle 356 du Code
Pnal.
Tout bon citoyen doit donner
l'exemple de lobissanc aux
ordres de la police, sans diseur
sion. Ces ordres impersonnels
sont pour la protection de la
communaut.
NOTICE TO THE PUBLIC.
The Garde d'Hati will la ko
the most drastic rneasures in
suppression of incendiary aoh-
vilies and appeals to ail law-
abiding citizens to use tbeir
utmost endeavors to help the
Garde in this ma'.ier. While llw
Garde will do ail in its power,
il will be ol great assistance to
ti m d ail citizvni woU'd ass -.
the Garde in the tpprhene o
ol dangeroas criminels wh
guillv ol tl'e couim^sion of th
crin.'- ol arson, whirli is a < h m
tal offense under Aititle SBOo
ne Code Pnal.
AU law-h-dipf rilizeni mus
set in ili-mselves :i ,l iood ex un
pie by obeying withonl ques-
tion ail police orderg. Thse or-
ders ar' used imperfoinally aed
are for the protection ottbeei-
(i/. us :is :i vvhole.
R. P. WILLIAMS,
Gnral de Division. Garde
d'H. i. Commandant de la
liarde d'Hati.
S.
i

!
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur ta VlEgg:
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux

;*.
du !> JAILLET
TONIQUE DIGESTIF RECONSTITUANT
Contre ANWUE digestive.
ANEMIE d'origine resp:retoire,
ANEMIE consomptive, .'...
ANEMIE par exct de travail intellectuel ou corporel,
ANEMIES conscutives aux Maiades aigus,
ANEMIE des Pays chauds
blet itn le! Maladies du TUBE DIGESTIF.
, ,....,.,, i. tlrtt ../inl .(h C../-/ mdical, aucune j.irpuiaiio.i
i au FEPTO-FK* du D JAILLT pour pi.nt I \. m .; In
;., ., i.v l'ai.-s coulenw. E mauvslsM Dli Mo *i, eu gM.-rai, tome Uebiiii".
MCDL D'EMPLOI : Un petit rre t liqueur ImmdliMnant aori le rpa. _____
,...
\m
Est prescrit pou1- grippa
retroidissement, dengiiejlile
livre cl pultidismc.
I C'est le plus rapide remde
UAiiltAHSi: Ivbrem. 13. Rue Pnvec, 13 PARI <-*)
Dtail s fouies bomius r-harniuclps _^
' ""-^
it/|H'l-IHW
Avis
au publie
La Garda d'Hati s'est trouve
ires embarrasse pendant les in-
candies de la dernire quir ztioe
par la piaeoce d'une toule Con-
iidrnb'e et de nombreuses au
tomob Us interceptant la circu-
Iniiou el gnant .franement les
ifiortadn Servie de t'incendie
ci de la Police,
Il est de m md tous Ks ci-
loyena de lacililer les manu-
vies de la (arde d'Haiii en res
tant chef eux pendant un in-
cendie on un dsordre quelcon-
que. L'obisaanca cet ordre
sera d'une aide ifl.caie a 1 au
toril**, el piviendra les malen-
tendus H la contusion quir-,
sultent d'un grand rassemble t
ment de personnes et de voitu-
res sur la voie publique.
NOTICE TO THE PUBLIC
The Garda d'Hati bas heen
Rreatlv hampered ai Bn s during
tbo. pasi lortniglit by Ihe pi e- |
sence of large crowds )l people .
and numerous aulomobilc*. '
whicb block Ihe slrcels am' sa .
rioLsly impedf the llorls of llie
Fjra uepartainenl and Police. I
AU citizens are re |uelted lo
cooperaie w.th Ihe (iarded'Halli '
by reoainipg al Iheirhomea on '
ihe occasion ol res or any
o lier dUordei whslever. Com
piiance vvith Itis rtquesl wttl
greally assisl Ihe > ide in ira
wo k and obviate nisunder-
landings nd contusion reaut-
ing Irom ln'ge crowds and au-
|o n< hil I lo< k*d slreels.
K. P. WILLIAMS,
<. nri si le L) vi HHi, GarJu
d'Hafti. Commandant de a
Garde d ll.i.
NOUVEAU SERVICE
DE HESTAUftANT
Hors d'uvre varis ou
Plats du Jour
DESSERT
vlN&TKRS SOIGNE METS CHUlS P.
Patarrhe
5 ^ du Nez ou
de la GorrJe
Mettre Vicks dans
le nez ou le faire
fondre dans l'eau
L'~ chaudeet'inhaler.
VICKS
? VAPORUB
Pour Tout Refroidissement
Horn-Line

ll
...
PATRIZI
BAVlMtB
Qurlaon J"*-
GpUTTERHUrrtATTSMES
NEVRALd
Dr. Bengu, u, rm Baiiu,
Le S/S Henry Uorn ve-J
nant d Curaao, sera ici
vers le 7 Mai. ei< ulc pWJ
'Europ mu Kiii^tou.prenant i
it et i>:issagers.
Le S/S tonsul Ilorn ,
venant l'Europe, est attendu
vers le 10 niai, imitant |uurj
Kingston, Mo Domingo cM
prenant titel jwssaKers
REINHOLU&Lo.Asent*
Pour,a beaut
DE LA
CHEVELURE
i. T
OOIM TOIM
| : i 7- I
i
d> DLL.OBT in,
:.
i
I 1:11'
v ; : i
r i i. i ?
1)E '
tjETT
POBT-Atr-i
ia iTOU

PR-CAT-LAN
Sj \ols avez-quelques hcuresjde loisir, le /.soir, el qv.<
vous daifte les passer ameublement a lit au
Pr-Cat-Tlan
Cours
Classioues
12me Pli l< sophie inclu-
sivement.
Mthode sre. Succs com-
plet contrle chi que anne,
Cours do Soir | our. Adultes
et Jeunes Ge s.
Comptabilit, Sfiroiraphe
, anglaise et frar:'ise,'Da' tvlv
graphie avec des spcialistes
pour chaque otffs.
Enseignemen du Franois,
de l'Anglais, de l'Allemand,de
-1 Espagnol. Mthode sans
! aie-
j leons paiticulires de
i Lettres, Sciences et Malh< ma-
nques aux lves ou en re-
lard ou ceux qui veulent
j gagner du temps.
Cours de Musique)(Solfge.
t Violon, Piaro).
Tension Scolaire, srieuse
et agroble.avec annexe pour
Fiu iimU dt Adultes.
S'adreascr Rue La marre, 1537,
on tlphonez au No 2891
pour pins amples renseigne-
on vous trouverez, la.plus belle salle de ba!, la musique la ments.
aa ... .___l ...il. ^ ____________al___ ^ L __ I ._ I----- -* ^4-------- I 11 & < > T* f rw~i w *r*.
B
I
D
1

---- -----------j i---------------------- > ----------
meilleure excute par un orthophonie dernier cri et aussi
les boissons les' plus fraches et les'plus pures.
Champagne, bire allemande ou nationale, liqueurs de tout
aortes.
L'INSTITUT
TiPPfNtWER
Reconnu de 1 Univc rsiu
Hatienne.
Suivez les liaccade ultjj
May, actrice pleine d entrai-
dons a Shutllin Sam de Ai"
Jwmaaq-iditquellcatroulj
ilxclenlo la plus dUciejJ
pemmade pour les lieveW
quelle ail jamais employa
L'xelento
* La Pommade de Q^'feat
est ta pommade authentiq
elle atteint les racines desi
veux et donne.un brillam
lurcl qui demeure. J
Elle arrte la dmangeai^
du cuir chevelu et rcua
cheveux doux et souple-
ko vente dan uUlf* ur
pharmaeia. Seulement w
U,JO cenmit* par po*f
jcojtat.
EXELENTCMEpl^*
COMPANY si
MLANTA, GEOR^IA *>*
Agents iemaooes poof
krive*paur renseigne*
,efl
a
u
te
0
lt
k


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs