Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03993
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: April 25, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03993

Full Text
-
ment Magloire
DIRECTEUR
,> Bit AMERICAINE 13drf
fit, M M'ul *''' vu<> l,rnliqu<\ n'a ue uo,|v 'lr
d'itenne itiliw/l iwita h ithiiiii uni ru un leap mi.
aeir enteair qeelqu- enese, il tiflil te flagorner
se* e#oteaertist*.uai> nous avis MUU lets >i
bail 4a i don ai ue le fierai M1"' h0,'s '*
oubli sur le emmeis uos Isre el Pts | tiu i
yeme ANNEt. W W7o
PUKT-AU **MNCS". SAMEDI 26 AVtUL 1 '
a Situation Monsieur
Eugne ROY
tans notre article d'hier,
JJ cette mme place, nous
Lions la question de la
ur politise quil con-
ait'qae le futur prsi-
:, provisoire donnai a son
veniement et nous cou
oqs, contre le sentiment
"confrre, que lechetdu
uve L devoir dobserver. non
ulement dans ses actes pe. -
raneis, mas encore, mais
rtout dans la composition
sod personnel de collabo
lioo.Ila ueutralh la plus
Kvomme d'ailleurs i>
btisenl les conditions ram.
,choix dont il a t l'objet
(gt n'en pas douter, poui
Une question de loyaut;
eit dire alois qu'on peut
cnpter sur lui.
Le toutrre auquel nous
^ns de faire allusion est It
louvEi.i.iSTE. Pour que nou^
esoyons pas exposs trt
,xsde parti-plis en lui ai-
ibuaut uue opiuiou tavora
ile une politique imradiatt
rie vive raction, nous repro-
oisons ces lignes d'api es son
iitoriildu 23 avril:
Les Livres
La fi* de Vauvtnan ues.
Pierre Richard. N. R. F.
A l'exception du D' D rsain
ril nue ces belles et intelligen-
te activits de tes temps der
mers ont rendu populaire, la
premire impression dans l o-
piaioD a l loin d tre en-
toousiaste. Cela se compreud.
Les noms de neutres nern-
balleat jamais la foule.
11 nous semble cependant
que le eus mme de M. Ho>
est une inscription en taUN
eootre cette dernire phraa.
Le NoivtLLisTi:. dont on
couuaii la tenaeile, ne se tient
daiileurs pas delinitiv. men1
pour battu par la perspective
da goivemem ni neutre, 1
est revenu la charg'- en so
iition du ltnd main 24 avrit
Monsieur Kugne R >v vient
d'tre lu Prsident d 'a H -
pnbMque un" heure impor-
tante de la Vie Haiienn I ' v-
nement comporte son sens et sa
ph losophi- tant pour 'homn I
que le Destin vient d. marqua
ine pour la Nation qui abord j
une tape nouvell de son"".
lu tinta.
L'Histoire dira d*mai-. -o '
verdict sur les vnements de
ces derniers annes.
Elle apprciera a part Jat
uns t des au res, et leur infl"-
ence sur I actuel toum int t- a
o'itique hatienne; Ue com-
ortera les hommes e lesta' .
el cherchera dans quede meSUn
ceux l furent la porte le
eux ci : Quoi qu'il en soit, ces
me construction apparemment
nouvelle qui se prpare.
La Nation, en vu de ce des
sein a voulu se recueillir, ra
masse toute ses torces bandes
jusqu'ici dans un duel d- coh-
epuons politiques. Obtenant
insi par la vertu de la rconci
.ation des citoyens ou de leur
.paisement la srnit et l'ner-
gie utiles aux iaM*ations sup-
leuies, elle pourra tranchir
heureusement la priode tran-
sitoire que nous vivons ces
lours-ci.Et c'est Monsieur hu
gne Roy qui conduira cette
.enode tiansitoire h n'est pas
vrai que la Vertu doi\e toujours
cheminer, solitaire, bj> s r-
ompense et sans couronne : ht
c'est Eugne Roy dont la des-1
Parce qu'il est un espnt su-
prieur, et une trs belle me,
sur lui 'acharnent ,es 'orces
mauvais.^ Sa -an est oins que
dlicate H n'es' a*, be.u. E le
vice siip"- >v : I mis e. En
vain.il tante I 'offpre le cer-
cle d< It. N m les villes
I',.,,, mi d " >ovi" -ni
taie. n> flan* l'A* h? France, i'
ne l o.iva -e m indre so linge
meut sa d'resse physique et
morale.
De ci de h, lueurs fugitives
fan ce due' trinque du Des-
tin -outre homme, au Ique.
amitis obscurs* < i clai ailles.
Celle deVo't ire *rii h de
nouveau, l Nuit. Digne dtjj si-
tuation* les plus hantai il ne
peut parvenir rien. Il doit
abandonner la carrire d- a -
mes. I' ne peut s'ouvrr celle de
la diplomatie. Son uvre qui
est grande parmi les plus gran-
des e' ang'otunte d'hu nanite,
elle tombe dans rmdilfeifi.ee
gnrale.
El il meur', solitaire, de tous
abi donn. Pas une mon amie
et tremblante dmotion pour
lui lermer les yeux, l'as un san-
g'o d'aman e pour faciliter
"esprit le bo> o dans t ternit
Quelle scne -i istre, ce m t're
d htel cedom. stque cet hom
me de lu venu i our le constat
en face de ce cn.iavre, et comme
ton! celj est magistraleme-t
voqu p^r le professeur Pierre
Richard I
Une main
1
)IU8
tond
i
souvent
de s n
taisant It
un culte, dans le
cur seu emenl
vente, et que. .Ui.' I queme0i compos. Msls mu ne
rpare rien. Il f ut oser le dire :
il ny pas de reparution pos-
thume Cest un antre inerson-
KB Ceux qu'crasa la frocit
de Forces contraires t aveu-
gles, aucune g'oire d'outre-'om
be ne peut racheter le crime
Le crime inexp:able qu'est le
triomphe des mdiocres et des
tars, l'crasement imbcile des
meilleurs.
Maisaessi pourquoi ne pas
lonner de l'a bois dans le con
cert des bles hurleuses et ani-
mes? On n'aura pas t un
Vauvenaigues. Un crivain de
.a haute valeur d'un Pierre R-
chard n crira pan sur vous un
ivre admirable.
Seulement, et c'est la seule
arrive cependant un- h* re
la Dioiiure et le seus du
lusteont seuls l'loquence qui
nlfl.se pour lever un grand obs-
ua personnalit de Monsieur
Roy n'a pour elle que l'clat
d'une longue carrire de carac
. ______i'.i f M ,..lltl! (
dition au tenu main ** vin i u une iuu8 ,r . i.iinue
parti d'un cabinet neutre
moins le Dr Doisainvil, il sug-
gre que, a au mme iustan-
o M. Roy publie le dcret
nommant ses ministres, il en
piennc uu autre l'oiraant un
Comit consuliatil de 21 mem-
bres i choisir, car notre
confrre, ns pratique, indi
que lui-mme les noms,
parmi les lvolui iouuaires le-..,.:. ......
Eu. ultras et les ancien, d- ^^JSJffSSL vTm?
lgues d'arrondi-ssement. |cencese. 78_lg7y ii>aV;1
Comme, la veille mme, leIgJ en yain reKaid vivre
Nouvelliste rclamait lai dis-| r ueiorme, pnce, boyer lia
zelais, etc. Il a gard de cetu
poque de la Chevalerie ha
tienne un sens de la digni , u.
souci du Devoir. Aussi bien le
sort iuste vient de le dsigne!
.. _____i__..... t H tint
; l'a pas tent, il a toujours
prfr les truits de l'initiative
prive aux bnfices d'une tonr-
uondans l'Etat. Ainsi a pu se
tremper d'une conviction de
lus en plus intense, celte h
aire de l'homme qui a su tan e
descendre dans les ralits de sa
vie ses ides d'intellectuel.
Et cela s explique, Monsieur! .... -
l'ttne Roy est un prolonge-1chose qui compte,- Ion aura
Sent des grands jours^de notu | vcu et I on iaurap.sassis.eau
solution immdiate du Con-
seil d'Etat, si n'aiment mieux
Messieurs les Conseillers d'E
tai dmissionner en bloc, et
serait vraiment le cas de dire :
Le Conseil d Etat est mort,
vive le Conseil d'Etai , avei
d'autant plus de raison que la
liste propose contient quel
ques noms dj lamiliaria
avec le Corps si dcri aujour-
d'hui. ^ ^^
Il est vrai que, dans ce plan
qui a l'originalit de u'ire pa
coustitulionuel ni mme d.
faire partie de la combinai-
son revolulionaire Hooyei-
Forbes-borno-0 p p o s i t i o n,
l'auteur ne donne rien comme
appointements ces a Consul-
tai "fs*. dans la pense, sans
doute, de fane apparatre sa.
Combinaison comme e ta n l
I triomphe sur soi dj Pimmora
jlit et del btise.
La Vie de Bougainoille. Jean
Uorsennt. *V. H. F
La Vie d Antoine de 13 ou-,
lia inville est. par elle-m-
me, aussi pleine de palpitant
[intrt qu'un roman d'aventu-
Ires. Son entre dans le monde
WrePs*Bftai
pour
grande tache
Et quand l'heure arrivera d
laisser le Pouvoir-car il tou
que tout passe la Nation lu
dira comme l'Histoire le rap
porte en pareilles circonstances:
St Vous avea bien mrit de i
Patrie .
25 Avril 1980.
S. A. S.
>alronage de la dame Poissons,
Marquise de Pompadour, son
pope canadienne, son exp-
di ion aux Iles Maloumes, sa
visite aux Iroquois, son maria-
ae tardil, tout cela est trs loi-
gn d'tre banal. Au contraire,
vussi une uvre consacre a
,a vie qui est l'un des plus jolis
romans qu' soit ne peut se lire
qu'avec plaisir, n apporta-t-elle
aucun poini de vue nouveau et ;
tut-elle crite dans un style qui
pourrait tre elle de tout l
inonde, comme cesi le cas d .
.,vre h- M. Jean Dorsenne.
u ( nnce
des
mirjages
i luua* des fi ores
quil o/i/ recueillie?
dan* les murai peU
lrs les ,, // U ii" '
/; o Impuni on
juije Le jeuurt C/i
me les vieiu son! vie
lunes de leurs ntlQUUes
qui ont pour /> la
dest uctiondei atrein .
Ma i M mouetfll** M" I
dun%,.uiu i i ennuyeux,
uou'x ..< aevtzp u itft leur
leur .clur.r. ti 11 tiendra
wirr maiaM miruculetue-
ment saine ''<' wa porteur
de fhuvet-Lmplouti / Fftl
teion us indualiom don-
ne, mi/' ' ferbmne. Amun
moustique n'echauu* '<>
l-'Li lue tins '< inseetc
u mobilier.Innoffetuif p or
vous, .w tuclu pas.
... voit chr/ Lu an s Th. U-
wmfMI que nen ne ( hange. e
sort des ventes i" Quelles t
les mmes jolies fen n M en au-
tos vont y l'aire leur pl< i degn-
zo me et se paver les | ices d-
lai hes qu'il faut a 1-1 rs balles
voitures.
i
Hiiuiii
fl
AI IX ROY
28 annocs de succs.
lemps anciens qui rpondait
l'objection qu'on ne pouvait
combinaison comme tanilpaa^^J^SlSmi5Z
beaucoup meilleur marche lavait pas de fonds d wpon
que le Conseil d Etat et mu.el bls : Je ncn|^eadne,mauDd,c
que les Ui-mbra. a venir. d'ppointernent je demande
Mais nous avouons n'avoir j seulement d entrer en doua
pas beaucoup de faible pour Ine 1 MRov
le systme de servir U-u.| Non, en vent M Koy
iNiipoueo. bouveutc ^X^Jo^riZeL
uu cent aouue pou. un ue I '^a"^alion^ Elle COD-
Uaus le cas 4ui nous M^lartl mJg{ |es leclious
tt vu que .es noms cits p-U.ste a (ecreie
prtienuema de, c ^-^l^i^V^ l^W d'Etat. Chef de Cabine.. ,
du litres divers : prsidence 1 ^ P^00^,, loufler sa voi > ^ TpUt. Darni, ament encore |
^^^o^^ceaMeaait^lnalaooi^P^^^^. |a fnlCon.nl Gnral au Havre, i
U .oduns aiu^i dans le gou-lni .m aQ e |es , Nous lal,ous Monsieur lier-1
veiueinem neutre, rappetle-l Mlseri ent peur. ardin nos meilleurs vux de J
*ieu! uop ce candidai-ius-J vo ut.on.uire p ^^ ^ ^^ noU9 j
Hcttur de la douane aes J dj s ieui r v
Fi Jiic Bernardin
t loi
Jeudi midi, est rentr du
Cap-H.Ven. Monsieur Frdric
Bernardin qui, comme on le sait
dj, fera partie du Cabine! de
Monsieur Eugne Roy
Monsieur Bernardn q es
une des plus hautes personnali- ;
es du Cap-Hatien n esl pa* un
inconnu dans la politique. Il rut
Secrtaires du Conseil des be-
citaire d'Etat. Chef de Cab.nct.
CLIENTS SATISFAITS
L'EXPANSION et le progrs de la banque au cours
des soixante detnite. annes sont ds en grande parte
i une clientle satisfaite. ^^
Aujourd'hui, plus qvie jamais, noua aous *****
de transiger avec nos clients avoc sympathie t oea-
naissance de leur besoins.
VO AIMEKZ FAIM AFTA1U BA^QVE OYAU
La Banque Royale
a du Canada
Ce qui a's iamats t lait
Cl qu se .eut tre dp;is>e
Kola Champaanc
F. SJOURNE
Pipor dans des conditions rigoureux
D'ASEP? "
Plpantion tl Vente
Pharmacie K. SKIOUtINE
Amjhdet Huei Roux t* i/.': i.'Mrc
... le voit, chaque soir.enln r,
de sa dmarche l| anl ''t lc-
grrmeid dansante I Htel An-
ion/a o. uu rei dr chauase,
une peli'e pice lui esl rser-
ve. Il assied a la n me plai >.
chaque l'< is fois, le i In i Matre
avelle et brun et li ui ron qui
connat ses gi dis li j appi
chaque fois ses som wicnes pr-
trs et sa bire N'ai ( Date. De
temps en temp, il fe panctte,
regarde le Chan y .' Mars en
robe de deuil ou n manteau
de clair de lune, lait jouer a
l'orlophonic uni lox-trol qml
adore, puis reg fi maison
bonrgeoifement, et qui veut di-
re.f pird.el OH n If revoit plus
que le lencb-nu<\\\ & la mme
htureet A la mn e placeatde-
vanl les mme ci nsomn ations.
Jamais une lu; n e i Inccom-
Mgne. i' ;1 "*,is ,(' rT? i]v
plus d'un : vivre seul ce qui < si
la mnllenrs faon de Bcnttrti
moins.
*
('tait l'haut< dt la ferme-
ture. Un peu las.le gsronarait
tir l'ui e aprs l'entre Ion es les
portes tt se prparait a fermer
la dernire lorsqu'une lormc.
sombre s'v glissa furtivement,
le chapeau d'une main et m
l'autre mettant A polnl le bou-
ton de son laux-col. C'tait un
des bons cli. ntsde la mmson.in--
amis qui taient arec lui et rat-
tendaient sur le trottoir depuis
d'assez longues minutes tnilli-
rent lui lirenl une scne :
Mais d'o venez-vous'.'
11 rflchit une m con de et
comme il ne trouvnit p.s sa r-
ponse l'un rpondit pour lui:
Il tlphonait-
C'isl bien cela, repriMLjt
tlphonais. J'avais due chez,
moi que...que..
El il bredouillait el caal iuste
cette minute-laque par la porta
entrebille par laquelle il s'-
tait gliss on vit sortir la bonne
de rclidilissuneiit qui, elle bUS-
li.vtnail de tlphoi er A is la-
milleque... qu. M. Mais elle ai a-
ti elle bredouillait, contraire-
ment tes habitude) qvotidien-
m s qui sont airoganles el Mt -
t;iints.
voit que depuis qui Iques
jours les porte-n ine l'ilsluury
sont dans presque loutes les
mains.( on me c'est une maison
de la place qui es donnai] a ti-
ttr de i< lamei uel<|u'un de nos
n,is .'j rendit paisiblement en
rclamer on. Il n'y en avait plus,
mais en court M retour il ap-
Hit que ( eti.it une autie mai
I son de la place r||e doit, Dslnrallemant, taire
de gios bnfices A ce petit com-
merce, puisque ci s porte-mine
sont expdis en Hati, non pour
tie vendus, mais pour tre ot-
fertS tilrt gracieux aux clients.
.-- -
i
*
R vu, dans un de nos quar-
tiers h s plus et les mieux fr-
I annote un scandale qui lui a
carquill le plus largement
1 anetamflssee d^x paupires,
eu de nos amis s'oublia et p
; nlra en plein jourdans la mai-
son qu'habite sa lgitime etqu il
i n'habite pas, lui, et IA.se livra |
del actes d'une Molence telle
une la pauvre petite lemme;
1 it en perdre connaissance
I u.eubles furent estropis
d, coups de baion lurent don-
ns et Us cria turent tels qu li
attirrent tous les gens du vol]
linrge et firent stopper.en plei]
ne rue. les gens qui descen
daient A leurs allaires. a, c|
n'est pas chic
Lire notre ? p*f



A *
" - -i . .
mX\Fk VUIOVM IVIYGIrU
PUBLIQUE.
Vos dents
\,t vous
a\!V. uormalem ut cinquante
d ml ml qu'il y de
s,- naines dans u La
t- de
h i d ni, -I la [>'"i rii i ente
rie
; lion
ilcg dent '' ' parti-
bb
! rloppenl dans un silloo,
t. i,i comme i mas que, ians
l champ1, I bot p dans un sillon I iurs couron-
h. ie lorment avanl latin ra-
cines.
L'ruption da ces lents s'an-
nonce lorsque leurs sommets
- compltement recouverts
d'une eoacb provenant
d borda da sillon de dvelop-
! lient. La N dure alors com-
mence A absorber cette couche
osseuse, I les dents immdiate-
ment. A I le de la pression ar
trielle, ie lont un je a tra-
i la gencive.
Las de nanenlea 'ta-
blissant pi is prolondment l.tns
la mch re. Comme elles sont
plus pi ''s elles se for-
ment p lenW m< nt.
, m h ntition du bb
t si compta c ses petites ma-
t boires son' > 11 ut sut -
, hargi : elles contiennent
pari les vingt dents de lait,
trente doux >t nts plus ou moins
dveloppes qui sont encore o i-
ches clans l'os.
Ne fre.nbl"
i o de
, niant ;i(i.( que
ill
I
i lion peul
taire d i i< in s
n mpli dents.
Seuls le os boire
ont, au cours de votre \", cin
quanie deux cavil S servant
loi i < inquanledi \n organes ad-
ditionnels.! i orps humain,
il n'y.' pas d'aul ml d'au- j
trs organes qui se dveloppent
mi eus. Une |eune mchoire a
tant A I lii qu'il i ut vllei d'y
iijou po infect on
qu'il ri snir.
LE MATIN*- 26 Avril 1980

Nouvelles
Etranqres
Dettes de
Guerre
{Par radio )
(
NOS
Communes
i UITK4
FIN )
m
[| >cp I
Idc o um in
;i ivei'l
lie in i
ble une
loi qu la p rcaption des
rve i m i aux ma ns
de h G i".! lea vl-
p i lu bu*
reau ribu mus.
derap
cep 'lin dus der-
n n<, u> n le
re n u qu u lier g-
n i !i in s c.j.ii nuna-
lr n'tsi i il etll rt I
i>11 i. i [ai de .i i
il, un ombre
l i ont a cueilli
BHCC les avis et
beopre honi Memenl avec leurs
bon i.i onununaux. l'A,
a lgr le gr. i l nombre d'auto-
rita co umuuales esprit troit
je vnal, k-montant total des
frec^'li--. eoni u i l ili> pou.' 1929
Etl' d gourdes 2,090.822.31 oa
Ho I r UD.9G1 47 co npar. et
; oj dollars Ml,
|70 2l io n 1928 ni les
us u. ul8 ch lires obtenus de*
nia a Domination d< s conseil-
s communaux an 1922.
Par il .1- ci i du Dpai amant
e l'Intrieu d'Octob i 1928, la
tomui ' aie de
part au lui amples des
is requt m l : super-
iaion l'un conseiller co ama-
nt, C< lion lui b i e sur
c puit iocon est ib et la
aute tau 'e de !a Co omission
nmmum | ul preu-
e de remar m 'ble
us le n aie oenl iD ure
I lut aussi d-
I mple et en stimu
: I oui au '
cette 'cts les
ii. i it un t'i usii I i
k-ler i| j il y a eu lu Km
ne cordiale coopration en
[Commi-siou Coaiui maie et
la garda.
lfU> u i ul J. roui,. ru .ui, les
Bv.-uu.s da I'o. a Prince ont
l comprises dans las totaux de
i.< n suivant mon re les
jv-.- perception annuelle,
oiva tante
or.
>2 G. 1,232,491,!
. .'. .-, .25 Avril
te Trait \>al leriil leCaifri
de Etat* I m'.
WASHINGTON Les torci
opposes au trait naval ont
prlpnr leurs (uses pour l'ai la-
que qui dod jtre lance dans
les deux Chambres et le Snat
quand le trait viendra en rati-
licalibn.
Washington attend anxieusr-
menUle discours qui sera laii
par le snateur Haie, prsident
du Comit naval lu Chambre
iuute M. Hale.qui examine mi-
nutieusement le traite uvaut d'-
metlre une dclaration, a* d|
indiqu sa dsapprobation, par-
ie qu'il regarde 1 accord connut
contenant l'abandon de la poli-
tique amricaine de construis
i (lotte de croiseur dans un
rayon lis large.
Le snateur Borali a annon
que le Comit des Relations Ei
trieures.donl il est le prsident
exaininera aussi le trait av.mi.
le donne! son approbation fi-
nale, mais il est virtuel le me n
certain qu'il appuiera k* pacte.
Lu attendant) ie reprsentant
Krdric Britlen. prsident du
Comit des Allaires navales de-
l Chambre, a annonce que le
secrtaire de la Maiine Charles
M,uns et les oliiciers navals
la conlrence de ondres seront
appels devant son Comit poui
< phquer pourquoi ceri rn.-s !i
g is iJe la politique navale aui<
iin avaient t alun tonnes
i la confrence. Il est (vident
pie l'enqute du prsident Biil-
i u sera conduite dans le but
l crer un mauvais sentiment
onlre le Irait.
la situation est ijra>e daus I Inde
LAHORE 27 indignes, rap-
iorte-t-on, ont t tus dans.un
choc entre les troupes, la police
et une toule de furieux rvolts
m tiens, en sympathie pour In
campagne de dsobissance ci-
vile de Mahatma Gandhi. Vingt
indignes et .1 soldats anglais
0 n eic tus dans une rencontre
l .espre Persaw.ir, d aprs
les dpches. Les indignes ont
brl a mort deux soldais an-
glais dans leur car blind arros
(le gizoline et ils ont malmen a
mon le Bernant 'le police de la
ville dans les premires phases
1 la rvolte. La dmonstration
i rint si dangereuse que les
troupes lurent lorc ^es d'ouvrir
le leu sur la toule, en luani 20
personnes, Plusieurs soldats fu-
, ; eut blesss par dis pierres lan-
s avec torce. La situation tit
[calme, mais une gran le lorca
ar ne est maintenue.
Les troupes de gouvernement,
lit on.ont surpris la 'roupe d'm
dividui qui tirent un raid sur la
ville de Chittagong, il y a quel j
lemps, luani 7 ei blessant 5
in tividas dans l'eng ge nent qui
i m ihaaics de I hialion
LE VIRELaroplane dans
I fuel le prince de Galles vola
i nulles dans son traj-t ver*.
I Viigletcne, s'abattit son vo-
v pilote Francin Danon et l'avia-
i ur Cecil Davis.
GsJsnai eaUremrii
NEW YORK Lai hiduc
Lopoid d'au triche, thunes
lowiisen, ex-colonel dans le
rvice secret ang uia, el sa tem-
nie Madame Geuex Harauti fu-
rent arrts sous l'accusation
da vol qualiil: en connection
a sec la vente du laineux collit-r
Napolon, l'ownseu disposa
Je gemmes valant, du-on, 400
il dollars pour 00,000 dollars
etourna seu:emeui 7 200 dol-
rASHI.Mr.TON, 22 avril Vt.
Paul Claudel, ambassadeur d
France, a >emis n la Trsorerie
4.02f) millions de dollars en
bons-or du Trsor franais.Lac-
cord sur le rglement des det-
tes de la France aux LUts-Unis.
approuv par le Congre1*, a t
sign en dcembre par le prsi-
dent Iloover ; le gouvernement
Iranais avait auparavant accep-
t cet accord.
Lorsque ces nouveaux bons
lurent prsents la Trsorerie,
les quatre premiers reurent la
mention pays et furent ren-
dus l'ambassadeur de France.
Le gouvernement Iranais a mn-
si t crdit de 125 millions
de dollars provenant des prc-
dents payements ,'ails aux L'a;s-
I us. |
La Trsorerie amricaine a
galement remis M. Claudel
les bons vue qu'el'e dtenait
pour les avances faites au gou-
vernement Iranais et pour le
matriel de guerre se montant
un lot d d* 3 340.129.356 de dol-
lar.",.
La crise aux Indes
Uallineis ri irreetatien- Saali
si loujiMirs ri libert
CALCUlTV2o avril. U s-
rieuses collisions avec la police
it des arrestations ont marqu
lujourd'hui la campagne de d-
sobissance civique, bien que
son chef Mahatma Gandhi soit
toujours en libert.
Un llartatw (journe de deud)
a t observe pour protester
Coure rarretation et lu con-
I imnation di Pandii Nehrou et
du maire de Calcutta Go.ipia.
A'i cours d une grave chaut-
Ijure, sept foiniioanaires an-
glais ont i blesss.
A Ahmadb d, le secrtaire
i articu ur de u.mdhi a t ar-
rt.

I.;. liquidation des biens allemands
allemands
PAWS, 21 avril La liquida-
tion des mena prives allemands
existant en Krauce au moment
de la guerre est termine.
Lue somma de plus de 12 mil-
lions de douars aeieralite. A-
pies avoir lait dioit aux rcla-
ntaiioui des cioyens Iranaui,
une somme d'environ2 millions
de dollars a t remise a l'Alle-
magne.

i > i l'archiduchesse Marie Th-
d'Autriche qui en avait
Miii la disposition l'ex-co-
onel. L'archiduc passe poui
.

air ad nu qu'il a assiste ta
te ; les mau.lits d arrt ont
lancs cout.'e les trois.
102.1 G. L450.15V.12.
1024 (i. 1 122.57d.2rt.
102.' G. 1 7U65L83.
102fl G. 1.9O3.(70.0 .
1U21 G 1.92b* 554.;> i.
IViH li. :">.::i.iW.
i . 'i bU.822,8L
Les communes iormen la
bas* du gouvernement, billes
sont les sources naturelle d'o
jaillit un tort et bonnte gou-
vernement. Leur condition pr-
sente n'augure pas bien en fa-
veur de la prosprit, ou_ du
plein et libre dveloppement
d uue capacit pour 1 kelt-go-
rarnmenf.
I ne iiitiaUrc it li Qnlrri's
WcliaiY Peer.iliai
NEW-YORK La Childrens
Wellare Fdration a dcid
d'entamer une campagne en vue
de runir cent mille dollars qui
lui permettront d'amliorer la
condition et de sauver la vie de
milliers de mamans ei de bbs.
C'est M. Thomas S. Me Lane,
prsident de la Fdration, qui
a aunouc la nouvelle.
?
Neavelles iiffraes
NEW i*OrtK Williun Wil-
lodc |r, hritier de mdliona, r-
(tondit au procs en 2d,(XK) dol-
lars de doiumages intrts pour
rnptured* pro nasta introduites
contre lui par Catherine Me Cor-
mick.tt mme de chambre de chez
lui. Il ma lui avoir propos le
mariage.
PAKIS Mrs Ursule Korhan
Murphy, fille du tib icant de
pte iie.i 11 ti e, sera marie au
comte Lnso Durb-mia,de la no-
O esse italienne, le .'U) Avril.
VV SHLNGTON Le prsi-
dent tioover a envoy au Cons
ares les estimations du cou de-
li.'i iments cous ruire deman-
lani 78,69.5,540 dollars pour
l'.l.il v.e;te somme serait ajoute
i lS millions de dollars ports
dans le bili maintenant devant
le Congrs.
WASHINGTON La possibi-
lit de la loruiation d'un parti
hberal autour des tunes anti-
protubitionnisles a t mise en
avant par llemy Cttaau, prsi-
dent de l'.is.nuaiiiiii contre la
protiibitton a la continuation de
l'enqu e devant le Comit du
Snat. Une correspondance r-
vle ici dclare que Du Font
tavoi use un tel parti
.s\ ASH1NGTONLe snateur
Wa sou a in orme le Prsident
que le juge John l'arker, ierj
Confirm coaiuie page de la
Cour Suprme des LtaU-U.n>
a la session executive ouverte
du Suat lundi prochain.
k COcUHiiUb Obio- Bhnar F.
aie Cleay. Prsident dit la so-
cit nouvellement organis
iKepubln: Sicel Corporationest
mon ici aujourd'hui. La mort
viut aprs qu U eut manqu de
Voir Suite on 4e Page
D0D6E BROTHERS
New
La nouvelle DodgeSix.a son |ft*1x
tonnammaol bas.et lu l) nlge Huit eu
ligue,sensationnelh s en valeur, portes
au plus haut sommet, lea belles tra-
ditions sur lesquelles io monde eu ,
lier a accueil,i te? constructions rie j
la Dodge Brothers. Ces nouvelles au-
tos sol de vraies prod ictioi s rie
Dodge troihers dans leur solidit,
lorcc.cononiieji't dpeo lance Et dans
leur beaut distinctive. leur grandeur
I'imi 'i.e, leur (.ciioimanC) ehrrnl-
niule.et leur av m * |iiC" nique, vous
troiverez qnlls refltent me po -
letii iie,a de v.iiie plus huile esp-
rance. L n luvele Dodge Six et fa
Huit en ligne, avec leurs co:i|ngnes
( Djrlge Six et Senior )sonl niaiolt-
naul en talage chez tous les distri-
buteurs du monde cqUci de la Dodge
Brothers.

DODGE BROTHERS SIXES AND EIGHTS
3j0 '_______________________________CHRYSLER MO TO RS PRODUCT
KhiEER'S GARAGE
Distributeur
HUE PAVE, 'ort-au Prince. (Haiti). PHOlE : 2734 & 2818
n**-K-
11 in l>W i
I-? M
Secrtalrerle d'Etat
de l'Agriculture
I es Dpartements rie l'Agri-
culture et du Travail invitent
cordialement les agriculteurs,
les industriels, les commer-
ants et le public en gnral
la crmonie religieuse qui
aura lieu la Cathdrale rie
Port-au-Prince, le jeodi lei
Mai, 8 heures et demie rin
matin, l'occasion de la Fle
Nalionaie de I Agiu u'Iure et
du Yawiil.
Porinu-Prioci Je 2 A\ r I
I9J0.
oiiifi:;)i i** ty.ti: raie
Tiar^atlanUque
Le slcamer "Macoris<'attendu
Port au prince, le 27 avril,
repartira pour le llvrevers
ie 3 mai. prenant fret et pas-
sagers.
Port an-Prince, le 0 avri
19. i0.
' B.ROBEUN & ), Agents
\- r z vous contre accident
Aceiden' l-"'re &
t,i(i \ tu mi e Corpori 'on Li-
i Vvi F I'" minghara
\f>' -.' (t n'^l i>o: i Hati.


lllitonii|M|
ITIfil
II
'D8UILU
|Emp!()y'depuisi8i
I centre Ia3 maladies
[pi oduites par la
dBilE-i;u8LSIRES .m
SS [Hahtot du FOIE, i ff&YSB
"3mk

) L^t
y > P*^i
GAul I
I tl '.
Ds qu'il vov faudra changer de PNEU.
L'ulqueir>ent pour pouvoir comparer nvec
les Tneus dont, vous avez dj quip votre
ttuto, Essayez le Pneu qui doit vous donner
satisfaction.
ACHETFZ UN
i
i
Ce super pi eu dpasse n dure toute
garantie, lui ous servant .le ce PNLU
\ous U fi < te lis ooncn its. Jls sont
fa riqus sj(i..-
lemem \ our les
routes dure.
Pane : 2.M19
Distributeur
FRAbCR
J. MARTIN*
PUC, GEFFR.4RD
Port-au Pnace, (Ihitj


-*-
LE MATIN 26 Avril 19M
pa r- a
H/"!*-. *
r.a
Honneur
La musique locale estjunedesjformesIes.plus expressives du sentimenl national
L'medetout un peuple s'y rvle. Toutes les nuances subtiles par quoi se
.distinque l'expression musicale hatienne, vous pouvez, les saisir, en vous
procurant les premiers de toute une srie de disques hatiens qui
ont t enreaistrs et les plus lavoris du public.
Nous invitons notre charmante Clientle venir entendre les suivants dj reu
th OU ('OU HP

I

i

mseivs
ri,
r*?
f. li
fVn
'J
w
r
sir
u
Selon l'oppr&vittioD de noire grand OfXIDE JEANTY, l'interprtation de ses morceaux par l'Orchestre a r-ndu av e une sincrit consomme et un style parlait la musique de l'auteur.
Chacun est invit gracieusement venir entendre de la bonne musique hatienne.
Malgr les dpenses supplmentaire? que nous avons laites pour avoir ces disques spciaux, nous les vtndons au prix rguliers soit 1 00
KNEER'S COLOMBIA
Music Hall
Porl-au-f rince.
Mrac Charles MIOT
Saint-Marc
Savinien Martin,Pelit-Gove
TOVAH & C, Miraqone _
Pour les reprsentations en provinces de la mai que C0LUMB1A,adressez-nous
KNEER'S GARAGE Port-au-Prince.
4l*aet4S?
Pour teindro toua tipsus :
LAINE, COTON, SOIE, eu...
aucun produit a'ifida
'la MAURESQUE*
KmSI* P'1 "Prinet:PhimciW
"J" irrili.il n franco r .(.manii.-nrf^fn/f
i^- FEBCOQ. k A8WlB>-.t (S,;,,,) Fr.*.
My|rBi||dr J'clli'li-r
Ln phonographe lectrique
I de seconde main,
^'adresser au Bazar Ooon
J. KARAYANY.
DRleGrand'Rue & HueFrou
The Royal Mail Steam
Packel Company
Le vapeur cCulebra venant de Kirgstonet des ports du
Sud est attendu la Capitale le 27 courant prenant Iret pour
le Havre, Anvers et Londres via les poris d' Nord.
Un steamer laissera New-Orlans le 29 Avril pour Port-
au-Prince et les ports du Sud.
Port-au-Prince, le 26 Avril 1930.
I. J BIGIO.
Agent Gnral. Tlphone ; 2311,

La peau rii-
(l lieuse nces"
site ce savon
Toutes les Polices
DELA
IMFM
comprennent la Protection contre la m
|j Foudre sans auamentation de taux
Wuq.LeBossfCo
t
AcjeutsTGnraux-
M agit doucement sur les
pores de telle laon qu'il lait
mieux que nettoyer. C'est une
combinaison de savon pour
la peau. Il dissout toute trace
de salet et aide la peau
tre tendre et douce.
L'hxelenlo
-; Snvon^dela peau J
Produit une mousse paisse
excellente.
Il adoucit et enlve les ru-
gosits il tonifie le cuir che-
velu, il aide donc maintenir
l'tat de lu sant.
tn rente chee toua 1 esdro
guistss Po i 0,90 centimes
eutemeot Il est expdie ds
refceplion du yitx.
tA fc.Lt.iN i Ui NLHUlLlfit
ATLANTA, GEUHOlA U.S.A
Agents iemandes pour tous
P-vs.
hCTivcz^our renseignements*
Accessoiies dautomobilse
|
Rvt Prou, ci levant t'et Itliracesl.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
rlephone : 9454
Le Grand Htel de France
Donne avis sa distingue el choisie Clientle quil sera
ait des prix spciaux i'oivi- n de l'instaUatiM veau Prsident de la Rpub iq te et des Ekclious Limitatives
futures
Lej Chambres remiser. complet ment a ueul sont les plu-.
conf tI bls rie tous les H'els de la Rpobli<|ii*. Le scr,-
fice et la cuwn. des p us o g es peutcu o.i.vnler les clients
t-s plus difficile
Lts uombnt, tmi et clients sont \ it lt s'adressu-
au uroprul ment, aui" U'juel il* trouve-
lonl boij au- iccueil fli a im cv M* ion dr c t
cUblissement rleiveiuier ordre.
P.P. PATRIZl. Iropnlaire,


v-* -V*
.
bamedi
26 Avril 1930
Le Malin
4 PAGES
24,ne aVNuE S0 6978
fi'it-aiM'riDce
Tlphone : 2242
Hindenburg
Washington, OT
LudendorH
Varits
WASHINGTON. '0 avril. L
V- Mirlement de la guerre an-
, mce que la Distinguished
: oss a lconlie litre 001-
i ,ne au rapordl Cari Heatfa
1 Nebrask i, qui peodsnl
a rre, a h ivei . la Meuse i I i
n e et a ' tu par le* Alle-
in nds en prenant pis 1 SUT '
rive oppose.
-Le prsident Uoover a r
v-i les quatre jeunes filles japo-
naises venues en Amrique pour
rimer la reconnaissance du
.! ipon l'occasion des secours
envoys par le Etats Unis a-
prs le tremblement de terre.
-Le prsident l "
p ,,|et de loi d' >rs lequel l.i
Trsorerie ne 1er ut plus Irap
p r de pices d or le dollars
S 50.
La cour suprme discute
, | |e i nvrd un point ntrea
mol de prohibition. Il s'ag l
tl ., 8| l'ach leurde bo
sons alco iliqaes esl inssi c ;
[M|>le que le boollejei
__!.( i m >mb a de lo coule
rence du Cong es 11
ont di id l'augmenta a : des
droits de don tne sur les i h
peau il
I., Conlrence a jal \ n
;1(I , un lvation i tard
.vU, ,,,,n >tie nouva iule, l< i
dentelles el les mouchoir* bro
,i i n'a pas pria de d i
soi sut les dentelles c roiles
pU lM, i ,i quelles dea m mi
l,.M iiio i mil eu lieu en Fr ince.
.DEMAIN SOIR
-'" En matine.
SaUCIsTE AMOIKHy
6 0.50.
A~8 HEURES
BERLIN. 90 afrfl. Un ma-
nilestede la Socit des olficiers
allenmds critique vivement le '
K'-iiral l.ndendorl! pour sa r-
le attaque con'ie le or il-
iMit Hindenburg ; '-s olficiers
dcl rent que < Vst une.dilla-
nr.tion arossiera et une insulte
! aux traditiom d l'ancienne ar-
me* _
Le gnral Ludendorfl av.nl
prtendu dans son organe la
1 Vo'kswarte que c'tait lui
,,ui avait lev le prsident
sa position actuelle de hros
nationil. v T 11 -~n~.
I p,,i,n-q-.' .ans.dittegn- NOUVCllCS
, ,| n in i,h ilaii oui ceqae * i^
I lui ni dil de laire,Hn lenbui

C;OWSTPATlON
\-i .-. ; I 9
3UI88CS
a, i r, 1 >barmarlea,
Le Pont
ds Soupirs
D'aprs le roman de Michel
Zvaco.
10 parties.
Entre : 2 et 8 gourdes.
- /. ntalM
. I! Ifc*
C.E.,T MIEUR
mCATIFB____
Al PK'iftU* i' [>
\ 1 iRU
,m m
n b pas le droit de htoe-sppel i
p grande eoiededv mem
, ,.',, arm : il a toahi le
U dser t hvi l'Allemagne hux
tins de l'eme ni.
DEMAIN SOIR
\ 4 H EU H ES 1/2: MATINEE:
L'iqlonne
(Su o
Eghso Wosleytmno
FflC lu hr II n
i i iiic iiui.i lieu d.ms l'Eglise K
heun du matii Lei dons
de in.lis, lgumes et fleuri
s- roui acceplt. A 5heures I iprs oiidi.il y aura une u'-tr
thirale, Kermesse et diver-
ets ct. i ictions dans la cour
du Presbytre.
Les amis sont cordialement
invits au culte du matiu et
e la ltc^
Belphegor
' ( I IN )
Rntre : 0.50 ; Balcon : 1 ou
A 8 HEUKES
Vivian Oibson, Lia Bibenchutz,
Paul Hichter dans le beau linn :
Rve
d'Altesse
Belles lemnies. belles toilettes,
bei'U*. dcors
Entre : 2, 3 et 4 gourdes.
Sutto do la lra Page
recoavier la sant aprs une
o. rat'or .
NEW-YORK H lu' refuse a
i d vicomte Irancats 1 tre ad-
mis sur i territoire des Etats-
l'ois aujourd'hui pour le motll
qu'il pourrait ri Itut nac-
repler du travail.
JERUSALEM Densfuds de
Sdonique bien habills se po-
HaD| comme des chrtiens lu
rent arrts au S int S'pulcre
| aujourd'hui tandis qu'ils jai-
i valent les poches dea hdeles.
lis lurent con lamns deux
mois d'enprisonnement.
CHICAGO(eoige H. Sulton,
i meur de billard des temps an-
iens et pendanl plusieurs an-
nes champion de billard des
Etats-Unis a t trouv mort
dans sa maison par des amis
qui taient veuus lui dire que
s. lemme MargaretSntton avait
succomb quelques heures pus
lot. a t'noonal Frans Wiilard.
MELCEI) Californie Ma-
Ihew 0. Jeukins, un vulgane
lermier de Livingston qui na
amals connu la richesse, a t
notifi aujourd'hui qu'il avait
hrit de plus d'un million de
dollars de sa taule. Mrs Lau-
ra .lenkins qui est morte le S
aviil New York.
MEXICODr.George Purnell,
d' ilmte am'r'crm. a t mu M
ji >.!.' anjonrd'h ii -> d bm
,1 i mexicain h aprt r" l'1,"-
cn de W do - M "y*-
PXRIS l> ! signaut le lu
m Are dl 'duen e au mtro nord
B caus un accident au cours
duquel 60 personnes lurent bls
I NEW-YORK Clarence Aie
kay assista au service funb-e
pour Katherine Bta k. Dre"
nire lemme. Le financier se
rendit en automobile l glise
* avec Mrs Kenneih OBnen et
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES dASSUHANCB
sur la VIE1
UG.U BOSSE & Co
A oents Gnraux
Mrs Irving lieilin, ses filles. Ir-
ving Merlin y assista aussi, mais
ne s'asseya pas parmi la lamdle.
COLUV1 BUS'viciabals de
morts porte :tl7 peraonnw,
l'investigation de l'incendie d-
sastreux du pnitencier ds I O
hio la nuit dernire,lut marque
()U.- un choc entre les autori-
ts du Comit et de l'Etat sur
la proposition de suspendre 11
gardien '. E Tno-nas, jusqu'
ce que tous les laits soient con-
nus. La demande de suspension
du gardien lut Uita par le pro-
cureur -tu comt .loh'i J.Cheslir
je, mais le cas lut rgle quand
le gouverneur tira la cause .< s
mains de Chester et dfsigna J'al-
toiney gnral pour l,me l'en-
qute oitiiitlle.
Le Trait Ksvalesl rifi
LONDRES Les - Pre*n*
lants dis puis^ ncea, l'Angle-
lerre, le Japon la France, l'A-
mrique et lllali ont appos
huis signatures ur le 'rait de
limitation rdusa>| les marines
de 3 d'entre elle- ci restreignent
les marines des 2 h I es Le co-
lonel Henry L. Sumson, eci
taired Etal am icaint i s< col-
lgues de la dlg lion u.i
caine lurent les pri mi rs si
gnerle document histo ique. M.
Hriand. ministre de tt ne-
Etrangres d Fiance,JB maay
Macdonald, Fr< miel A glais le
nrnisi-e amiral (inlseppe Su an-
ni dl be et l'ei-Prem r Walu-
m ky du la pan avec leurs dl-
gations suivin ut en agnanl la
simple mais dramatique cr
monie pu marqua la culmina-
lion de la plusgrande conlren-
ce de tous les temps.
Grand'Hue. Phone N 2296
Succursale de
MOHR & LAURIN
* ;',roi .o,'i*'S ? Si-k M*mnl renouvel
de, app.eil" "ni. des .r,*! lus plu. ripoUM.
Appareils Pholowiphi-
aues el accessoires Kodak*
Phonogiaohes & Disques
Brunswick Aqencc j
Gnrale.
\-
,i .i
tdrci
Lampes K .-..e Manchons AUad [
Classeurs eu a rie-, Eournitures Je $;rea t
MacLines \dJilionaer 'Burfjugns
Kn's0; Jr :^
Les fameuse* phi mes]
Parker
lucres VV-derman" de toutes U^ couleur*.
Porte-mines automa'iques et cr yo;ts.
Produits pharmaceutiques S juiob".
Chocolats Schralti".
Ad litiou continuelle de nouveaux articles.
Golombian Steamship]
Company Inc-
Le steaner Boliva i venant le N w Y.u k est attendu a s
l'apii.le le 29 avril cou> ni t ppnrO a le mme |-ur pnni
li- t pa- ge s ur la Colombie.
P23 vni 1930.
Cohmbian Suamship Cotm^'m 1W:
GEBAHA A Co, Ageats.
Avis commercial
Nous av uis l'honni ur do
porti r l.t conn lissaoce du
public m gnral el du com-
merce eu particulier qur.d'un
commun accoid,oousavonsd
ci le de dissoudre lussotition
AmiHOLl'AYAN c Co pour
cause de dpart de DOS sieurs
S, ABITBOL t ISAAC M.
ABITBO
Messieurs Albert
, ., -.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Lite
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotl.md )
i n.iittmilM et des plus vasles organisation
du monde. ,Manrrnnl a M Si' lei dg*li occasiouns par la loudre.
^XCX?^^^ -!r ~ malve,llauce' mma8W
, au .es u autrui dans sa shjmmm dans >V^ 'dlMopi sont payables eu Hadi
, Polices .Vantimes mises par ^J^*^entier. fous les voya.
Se Police contre accidenta sont yela^tea daoe^uu ce ^ aeeu enta
Veuve F BERM1NGHAM,Aux Cayes
VlUVt L Agent Gnral pour Hati.
SOI GAGENT. : .Port-au-l'rmce^ ^{j* Jrmfc.
l)a\an,
isoci de la Maison Abiibol
Dayan Co et N. Oayan
prendront conjoiol ment U
suite de nos allai'es sots
la rais ni m ciule A.Daynn&Co.
L'actif et le passif de MM.
Abiihol Dayan ft Coeintique
toutes crances, dettes, etc..
seront ports sur le compte
de la nouvelle association qui
eu devient seule responsa-
ble. ,
Port-au-Prince, le 24 Avnl
1931).
ABITBOL DAYAN & Co
La fin de la Grande Arme
Il u a dj des brches etbientt sera la dissolution Grinde Arme des baques Oth'on *.
Quelques Numros de notre si >,U sont dj ouiss,damm
Dont Unir vil,- d des bumros prcde m nc.nl im^dn nt
seront plus commands car nous aurons trai'jdler sur ns
bumros nouveaux
/ ivre" donc br ti'Ctnenl et au plus loi un dernier awu"
ennlre les superbes bi aillons de \iistingueU, .Uonleaux u'oiu*
Mnn- \alin, M.cliiletli. Valse \ icniiise,hizzj mis IUres,bom
O du sires, etc. ele, car ou* e. laoenir ces disques meroeilleui qui dans une narlatle cow*
muniondelcpritluUn el des belles affinits ,le la race m
po tf dans 'oui le payt l'lan de la grande joie e, au /"'
dlirai. ,
Si vous navet pus un Phonographe procurez iiouscim***
un Portatif PEKHLES, aussi sonore que les grandes i'Vf
chines.
Bazar Odon
J. KAKAYANY
Angle Grand'Bue et Bue Prou.

Nous avons l'honneur d'in-
former le pubuc eu gnral
et le Commerce eu particu-
lier que.d'un commun accord
avec MvlAbilbol Dayan at Co
nous avons dcid de prendre
la suite des l flaires de
leur maison de commerce
'qui, partir de ce jour.ees-
ara d exister en Hati
L'actu le passif do MM.
Abi bo! Dayau ei Coaiusi.que
louie creaneea, dlies, etc
seroul portai sur le compte
de le nouvelle associiiuon oui
en devient seule reep uis-ble.
Poit au-rTince, le M avril
1930.
K DAYAN A Co.
fi
Est prescrit pour grippa,
relroidissement, dengeu, Bue
vre et paludisme.
C'est le plus rapide remde

Des laits
Rien ne dpasse l'ensaig .e-
ment classique et pratique
donn U l'Institut
TIPPENtivUER
Succs complet chaque an-
ne, de tous les lves pr-
sents, j
Voil la rgle.
1637. Rue Lamarre.Tl. 2801. ;
* -.
'.i&i'^8
--^
W CONGESTIONS fcTOLHggn
EMBARRAS GAS1RW"
L SUFFIT de Pr^
* ru ,5 "S-4 '
(tou.a."J<"'""""
iBifct?,
|H7,RBeIir*
|qui ont tout ?Tja,h5
dehautaP*;


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs