Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03990
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: April 19, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03990

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
358, RUE AMERICAINE ib8
TELEPHONE N 2242
C'est oie rtraaqe mani^, eYsl nn dijiUr
meuyleneat qnr celui qui an me les n
le* autres de homme qu un mme bal u : Besti-
oles! iQtie*triirlii>!<- evraietjUss Milieud<
les plu* arheri*, Issfesrs rasareeser, let
rtisir; des basmes tpii miIisIiIiii-iiI itiftl : i
liilite de rasMir-uroprc au mile de la pa r e el
sf Ihreat les sas les autres aux arevestisas ps-
psistrM. MhW. m
iiieuit AISWEL r^\ou74
i i i!. m.
roit aUHUNCK (HATI)
MAItl-l 22 AVRIL lWbo
- i .' ..i.
M' EUGNE ROY EST LU PRSIDENT DE LA RPUBLIQUE
Le Conseil d'Etat excute le Plan Forbes
Sance du lundi 21 Avril 1930
Mr le Prsident dclare
qu'ayant runi l'unanimil des
sulrages, Mr Eugne Roy est
proclam Prsident de la R-
publique pour une priode de
6 annes, partir du 1.") Mai
Une ailuence considrable.
ds 8 hres du matin, se pres-
sait aux abords du Palais du
Corps Lgislatif.
A 10 hres prcises du matin,
21 Conseillers d'Etat ayant r- 1930. Lecture du dcret a t
pondu l'appel nominal, Mon- faite et il sera envoy l'Ex-
sieur le Prsident dclare la cutif pour tre promulgu.
seauce ouvei te ta Assemble j Le tout avait dure 10 mi-
Nationale. I mtes.
Le 1er point de l'ordre du A la proclamation du rsul-
jour comporte, dit-il. lecture fat du vote, l'auditoire et la
de la liste des candidats la foule clatrent en longs ap
Prsidence. Je porte a votre plaudissements.
connaissance que les Io>jO- Parmi les hautes personna-
rables cituyeus i ous Eugne lits qui assistaient cette
Roy, Lmmauuel Tiu-zun, Jo-j lection, nous avons remar-
seph Justin et Andr Cheval-| que: les S crtaiies d'Etat
Sansaricq, Paret et Lsent, le
Gnral Russell, Haut Com
missaire amricain, le gnral
Williams, cnel de la garde
d'Hati, Mr (irumann. Charg
d'Affaires des Etats Unis, le
Conseiller Financier, Mr De
la Rue, le chef du service des
lier ont crit cette Assem-
ble pour solliciter tes bien-
veillants sulinges l'occasion
de 1 lection piesideutielle.
.Nous allons passer ensuiie
au It point de l ordre du jour
relatif l'lection prsiden-
tielle.
Dca bulletins sont distri- Oontiibut uns, Mr Pixl.y, le
bues et le Prsident dsigne dlgu apostolique, Monsei-
coiumc scrutateurs les Lun- 'gneur Cogliolio, les Rv-
seillers Ueimanu Pierre An- rends pres christ, et Schnei
toine et Rodolphe Mercier. j der, du Pelit-Seminaire, le Mi
Le lipouitleineut de l'urne nistre Plnipotentiaire de
accuse 21 \otts eu faveur de France, Mr Wiet et l'att ch
Mr Kugue Roy. j commercial, le Charg d'Af-
faires d'Allemagne, Mr Hel-
raeke pt Mr Raoul Gaetfens,
chancelier, le Charg d Alt'.ii-
res d'Italie, Mr de Matteis, le
Charg d'\lianes de Cuba,
le Charg d'Aflaires Domini-
cain, Mr Aguhr, le Charg
d'Aft ires de S. M. Britannique
et son chancelier Mr Watt, Mr
d'Adeski, consul de Belgique.
MM. Franck Martin. Consul
du Venezuela. Ronzier. G>n-
I I gnjral du Ifealane,
R'u(lr, Consul di Yougosla-
vie, IpBO ^c Haynes, Cotisai
du I rou, !.. Morales, Consul
de la Rpubli(|ue Dominicai-
ne, Prn, Consul de Norv-
ge, Baj'ux, vice consul de
S "de. Justin Mevs, consul du
Brsil, Maurice Chries, con-
| sul de Sude, Laj it, consul d:
Tchcoslovaquie. Raoul Rou-
Jzier, consul de Libc la, le di-
recteur de la I! m.pie Royale
du Canada les membres 'le la
Commission Communale de
Port-au-Prince, Charles Mo
ravia, Directeur du a Temps,
i Duvigneau t, du Nouvellis-
te , Clment Magloire el T.
A. Vilmenay.du Ma ini Cons
' tantin nayard, M" Morel, Il in
nibal Price, Constantin He-
nnit, Ed. Mangons, Andr
**
2 incendies
A POriTAU PRINCE
Les constatations lgales ont
t faites par Mr A. Dcer-
lop, Juge de Paix de la Sec-
tion Nord.
*
Dimanche vers les deux heu-
res moins le quart du malin,
des coups de leu et la siine
(Je la ha de d'Hati niellaient
la population. Un incendie
eu etlet venait d'clater lu
graude maison en bois appar-
tenant Mr Bcha et situe
l'angle des rues Fronts-Forts
et Repub icauie. Lin Hait
t-dupe par in is locataires.
Mr l.aliam, syrien* habitait
la grande pice qui nonne
sur la me des Fiont.s-l orts
ainsi que tout l'tage ; MM.
Alphonse Dsir, commeic;ant,
et Freddie ftiaitelly, toidou-
nicr.celles donnant sur la rue
rpublicaine.
Hier vers les 2 lues I/2de
l'aprs-midi, la population
'u I ort-nu-f'iiuce lut mise
i acore en moi.
Le len venait d'clater
l'encoignure d'une maison si-
se a l'angle S. E. des rues Ti-
tcmasse tt du Centre.
L'eau manquant, ds les
premieis mooients.et un fort
\ei;t se menai t de la partie '
k|UUtre maisons et queiqies
niaiscnniittsont broie.
i le ne lut qu'avec de p-
nibles diliiciilles qu'on finit
par arrter U feu qui mena-
ait tout un bloc de la lue
du Peuple compris eutre la
ru Justiu Lhenssou et celle
de Macajoux.
Lorsque la famille Laham i .\ lCs intressantes victimes
se rveilla, le feu avait dj | nouf envoyons l'expression
{ja^n les escaliers.
Laham pour se sauver se
jeta de sou balcon et eut lu
tte tracasse. Transport
l'hpital gnral, sou tat es'
assez grave : un autre syrien
fuse ttan aussi du balcon
ut quelques tles br^es ;
" eidant put soi tir du dan-
pr sans aucun accident. La
fc'e de Laham, lis vieille.
el retire sous Us dceoui-
hres di.us la matiuee vers
tes 10 heures. Ses funrailles
nul eu lieu dans L'apiS midi
l'hpital Gnral.
C'est grce ri l'activit el
tu dvouement des pompier
,Ue la lubrique dr chapeaux
Ut M nu- Mmoneli a pu tre
sauve.
La maison du coin qui ap-
partenait Mr Abraham Ba-
ch" tait assure pour 15,000
jfollars, le stock d'Alpnonbe
*h pour b.uOO et ta cor-
joanene de Maitelly pour
^J dohars.
Un kiock de 300xsacs de
riue non assure et appar-
ent a Mr John Assad eat
**11platement avarie.
de nos siucies condolances.
Au Vatican
l n restai tle|honiqe lit com-
pii-i est eu >uie a iiMallaliiui
. li du Valu au 18 avr>l I
s. mois que l'ittai pooiiflcui, u
Nouvelles
Etrangres
La Douane Amricain*
I v put>aisment ^f livre n une vas
le enqute sur la |>rbii de les
ssssii
On annonait que les autori-
ts de la douane, Washing-
ton, viennent dentn p'i ndre
une i nqi e de grande enver-
gure, dans I* but dVl b1 r si
iesagsols de la douent a New-
Yokfonl preuve, moyenn.-mt
Boanca , de laveurs spciales
l'gard de.s passagers des pa-
quebots venant le l'tranger.
L'allorney ldral l'utile e^t
sur le point d'entre pi endre, de
son ct, une enqute appio-
lundie a l'occasion de certains
laits imputs des agents du
gouvernement, dc'ns les servi-
rs de douanes al ds tup
fiants, qui seraient coupables
de collusion avec des oigani-
v ons intiruationales dt con-
trt bande.
En mme temps que la dci-
sion la connaissance du public, ou
igiwlii que dois individus,
iioul un eai inspecli ur des doua
ns, venaiei t dre inculps
ne compn nd gu e plus de 500 d'avoir coi spire dans le bot de
habitants, doive et,t blenli, j laie nui deaslupfl Bis m
le mieux desseivi au point de con rebande, en violation d la
vue communications teiej ho- \ loi sur la tant douanier,
niques, de tons les E'ats detaj Ces inculpations seraient le
terre.
On y installe actuellement un
rseau tlphonique qui comp-
tera 80u numros ; 00U de ceux-
(i seront en seivice lies rro-
chainemeni.
Le rcepteur personnel du
Souverain Pontife sera en or
massif. 11 portera le.aceau pon-
tifical at sera orn^d'incrusta-
Hou en nacra.
Le Sainl-Pre ara en dietare
de thphuner n importe o
sans que ses appels pas-en pai
le atandarJ odinaire.
Des ligota prives sen-nl ga-
laient MMtsIles pour le secr-
taire d'Etal et Its autns hauts
dignlawt.s.
Faubert, le juge Beauvoir, D.
Vieux, Directeur du Lyce
National, le pasteur Turn-
bull, l'vqae Csesoa, tous
les iigen's de change, IMM.
Price Mars, Arthur Hameau,
Commissaire du Gouverne-J
nient en Cassation, Mrove
pierre, lanois Mathon, Se-
dan Vill< joint, 7. u ha it Tho-
mas, Ad m i ni st raleu r des
Postes.
Une dlgation comDDi
ds Omaeillers Minasse Si
Fui Coiio, Bermant Robin,
H. Pierre Antoine, Charles
Moreau, Dr Latortue eOit pour
mission de se rendre chez le
Prsident Eugne Roy pour
lai remettre avec les flicita-
lions de l'Assemble, lu mes
Sitge de son lection,
Une deuxime dlgation
Compose des conseillers
i ouis Dorsaiavilie, lames '
rhomas, Bissaiothe Boocy,
!)' Dbrosse el Legend e se
rendit au P 'ais National pour
Lire part au Prsident lorno
de la dcis'on de l'Assem-
ble Nationale*
La sance, suspendue jus-
qu'au retour des dlgations
entrepris | une Pleure a pre.
A onze Heures el qua t.elles
reviennent rendre compte au
bureau del Vssemhlequelles.
stt dent acquittes de leur
mission respective. Le Prsi-
dent les en re merci s su nom
de l'Assembh c
Puis la sance n t leve,
aprs sa OC t ion du procs-
verbal.
Par son h ml esprit d e.on-
cilialion. de concorde et d'u-
nion, Mr Eugne Roy gn*
ralemenl connu, estime et
aim, Mr Eugne Roy dont
la hante conscience et la
probit sont un exemple.
restera, nous n'en douions
pus la hauteur des imp-
rieux devoirs qui lui incom-
bent, en vue (ramener cette
re d apaisement aprs la-
quelle nous soupirons tous.
A l'occasio de son lection
la Magistrature Suprme
Le Malin lui prsente ses
vux les plus sincres.
il souhaite qu'avec l'aide de
tous, l'accomplissement de sa
ta< lie. s'effectue, sans heurts1,
sans secousses et qu iloblii ni e
tontes les salis actions aux-
quelles il peut pi tendre.
L'al'leetion, la co.ilianec, l'es-
poir de la Nation raccompa-
gnent et le soutiennent.
L'idal Rhum
ALIX ROY
28 annes de succs.
rsultat de rcentes tentatives
de contrebande de Stupfiant*,
dcouvertes bord du Mnjes-
tic et de I Ile-de France, w
Deux ceni milie esesnptaires
dun q>i*"Uionna:n spcial vien-
nent d'tre adresss des per-
sonnes ayant pass par le port
de New-York au cours des deux
dernires annes. Ca question-
naire leur demanda da dire si
elles on' volontairement ou
non graiss la main des
agents de la douane pour obte-
nir d'eux certaines lavuis. Il
va de soi que If questionn ire
n'entrainera aucun dasySmanl
poui les personuea qui y i-
i ondront.
Dl lion rirliiquclle une isBSfeSM
C'SSl L, Allemagne, I avril"
Un drame fouvanlfdb- s'est
droul dans nne mnagarle
ambntai la qui s InslallaH lia-
bra, sus environs de Cassai.
Un ours ayant rompu la sparation qui
' enlre leurs deux
t. ri r, se prcipiiienl l'un
contre l'autre i | se livrrent
un combat sans merci. Attire
p r les rugisse n i i Is d. s deux
, la femme du directeur
de la mnagerie entra dans la
cage el lusvt A se spatrr lis
deux adversaires L'ours, l>W>-
ninr t, s- rfugia d:>ns un-
coin, mais le lion bnndissint a
lors sur la malbeureuse domp-
Uuse, la dchiqueta en un ins
Sx midi-nienl les mpls en Fraser
l'lua de !{ milliards 41 mil
liooi de frnncs, tel est le total
des i entres d'im.o'^ du moia
de lvrier. Soit une plus value
de $01 .iillions sur 1rs valua-
tions budgtnirea pour les seus
impt-, indirects et les monopo-
les. Tous l< s compartiments sont
en plu* value saut deux, 1 impt
sur le^ Irai.sports et la axe in
rieuie sur le sucre, mais uni
quemenl i arce que le taux de
e L'exercice 1U^0 aysnl t pro-
long de .'ijmois en raison ne la
fixation da l'anne fiscale 1V30
au Itr vi U prochain, les H
mois de l'fiti'acf dountiit pour
les conlribuiioaa indirettr- e-
les monopoles une plna-valui
Mil Un VHiua ions Uudgelu
de 7.230 iiilliooa,
L hdlies sont, consul ri l
comme un indice interessnn! du
uuiuiKii Uc 1 clivite econoini
(pie. D' il li urs les n w t! s de
I administration des poates, la*
qui Ile a son budget propre, on!
dpass da 9 millions 233,000
s celles de lvi ier 11)21'.
Io dbitH de boissons
en Allemagne
Ib iIvm-jiii iie feraes ;< l isarc
du matin
BERLIN. 10 ivril.Le Reichs-
tiij ;i vot une loi d crlanl que
Us tablissements vend.m' des
boissons alcooliques devront
tre ' rms d 1 l)< nrs du matin.
Les gouvernemenla dis l'.'ats
pourront ci pi odanl accord r
des es ci plions,
. La nouvelle i"i spcifie qu'au-
cune boisa n alcoolique m- SCIS
servie dans Us coles, el dans
loi l'es el rui ions sportives
lu i|u< nies p u tii uliremanl |>ar
la | uni
L,ts gouvernemenla da Etats
Courront interdira la vante des
OISSOOS loi les les jouis d'elec-
tlOiiS et de p<"ye.
Femmes vendues
comme esclave
CHANtirlAi, 1S avril- l).ma
les lsions o svit la lamine,
d-s ti umes e> psoaea fil la sont
veii.t.i romn esclaves. Dos
milliers uni t sinsi cde^ an
Maugoli pour d s pnx va tant
de 5a l1 loi i".
'. I rt.11
,:;;;!Sc

s* i
... a vu uu Cirqa i
son de sance, an
n'iV.ui pas des plus j
ni des plus hyglni ,
passait, parmi les ip .
l'ne .Syrien e d Ufl
venait rie i'sssi oii i
de coiiuui nait d|A. I e l lit
trs inquite el ses vo ins al
voisines s. d mandai i elle
n'allait paa 6tn iriclin quel
qu'indisp >sition. lin Al alla
soi ut ^i : evinl a* l'on
grand g ira dont la t'a bour-
soufle 11 les yei x di-
aaienl assi z oui en l'ins*
ti lit tOi Ig du
c.ib m ot o il avmt ingurgit
deux litres de Irop d La
Monsieur ajis
qu il mil a oir d< convul-
sions t 11 iblea si co np i ~i\\u\
bruil is / -.it-mli ; i voi-
sins n il irelietn ml
re I p r i lu Us
avai ni peine pus
caution qu i co m m i ...
dg ., mais 14 n e r,
c o 111111 e s 11 tait
chambi a ou, I ins Is -, m
I :ie nuit, '. ipecl n'< ait
II i Dcoui et i o,une il
in. n it de iiu .li ipd
< qui se i ouvaienl prs d
cal i -jui lotira il v m c
qui a d le
malade relu >tl snt d
quitter la lta e peipi ; p es-
qi e toul la soii l
quil offrait avec lanl le i m
gne, NoritE u se n mda
avec inquitude n il ne I lit pis,
puisque tout le me l'avait
vu, aVattra toul im| rneol le
nom de celui-i.i dans sa cfl o
nique.ee qu'il s'est pr< m id iil
leurs 3i un tel spectacle on ou
autre dans le mme
renouvelait.
... n vu, mai Bprs midi, sur
le Q mmas qui :
saie ni allumant un rire gnral
sur leur pas l L'un < hevau-
chail t'a a 11 a i lui qi :
le cavaliei chaui.i' et, da
temps en I
de fouel 1er celui qui i sail lr
cheval, Is mule nu i ai

... n vu, vendredi, da i le c il-
me un peu lourd de la I ; i
journe sainte, ''es i i (pii
passaient, l;; i u Is
dana ans voiture lonl ipots
avait compltement chavir, Daa
gna qui a'en allaient au Che-
min da Croix ou en ravenaianti
ne pou t nenl s empch i le rire
go isl la tris-
le se de i te heure cous ure A
p! ier le Du a qu'il y a t ml et
tant de s edea mo irait juste
celle lieure sur la Croix

... a not que d toute
I i | iai u e d i vendre ti Bi int
de nombraUtM personnes al
I dent prier au pie t de in (Jranda
c. ois i n se drasa : l i i>as, au
Bel-Air. Des dvote. ies,
le cliapelet entre les do ^U mur-
muraient en marchant Ue patt
et des ave, des houiiiies javes,
uu peu murs, lisaient la pas-
sion du Clllisl dans des misiels
Importants. Des entants regdr1
daieul avec atuiHlnsseuient l'i-
mage du crucifi, \i tte lgre*
meut penche gauche, tandis]
que des femmes pieusement]
baisaieni, comme Marie Mag le-j
leine, les pieds sanglants de ce-
lui qui donna la vie pour ra-
cheter nos pchs.

... a vu une jolie jeune i il It !
qui tait descendue di elloi
Spiedsiuaqu'uuCbamp-de Mars
en plein soif il. Elle a arrta pr:[
d ia lente du (-ilque Saeuz, er
lit le tour deux ou trois lois. Un
Uiil de voir ce qui se passait i
l'iiiieiuui. fc'le aea ni lu lgre
(oiji8ge el ttu* qui u
, i iiiUj murai
uni ion i i-
US Uli'll u m
JOUI s.


I L 'J.
LE MA UN- 22 Avril 1980
. v apCJTAiL^W i


LtXPANSION et It progi i de la banque au cours
dtouantcdernii nt chV en grande partie
une clientle atfite,
Aujourd'hui, plus que nous noua efforons
de transiger vne nos clkn sympathie et con-
naissance de leur besoins.
DM UttUI 1 Ull ATTM>- \ LA KANQCS OVAU
La Banque Royale
du Canada
cfm
sk'tMn wnowi. inmiifcu
l'I Itl.IOl I.
Le lunaticjue
A van! l'tablies imenl lui ions, le sort des lun itiqa s
[Mail partag enln le culte habi-
tuellement vont'' aux Siinh el
les lormes de cruaut lei (dus
rigoui euses.
A ni"-- certaine poq e ils
taient considrs cotninn les
temple p -i mx des Dieux, lia
taient alors l'objet d'une grande
onsidi ration du la pari du
peuple.
Mais d'un autre ct, la folie
'tuii ...i.vi ut considre comme
une preuve de la prsence lu
diable. Celui qui en tait pos-
sd tait regard comme cou-
pable d<- plus dune oflense hai-
neuse une certaine poque de
Sa carrire; eu consquence son
tat tait la pis'e punition en-
voye par la crature oltense.
F)e plus, pendant de longues
annes, les lunatiques taient
|trita comme s'ils taient des
botes sauvages.
Ils ont continu tre mpri-
ss jusque vers le milieu du cin-
Iqoieme Bicle quand quelques
.moines de Jrusalem ouvrirent
lies portes de leur monastre
ce pnuvres infortuns. Ceci a
'- t le preraii r asile pour les
, Alins mentionn par l'histoire.
Au Kcptimc sicle, fente des
'. Alin Cheel, eu Belgique, lut
cr. Durant le quatorzime si-
ttcle le premier Asile d'Alins
Sf au Sud de l'Europe lut ouvert I
Valencio, tn Kspagne. L'Asile
Iclbr de Bethlem ou de Be-
I dban lui i uvert pour abriter les
mal id au cours de l'anne
1)17.
La premire institution |ui
| aflecta une partie de sou bpi-
f, tni pour les alins aux K ata-
' Unis tu' l'Hpital le Penajlva
I nie, Philadelphie, Fa., lequel
} oavril aes u irtes ces infortu-
ns.
Le premier acte officiel
.' ,i ii u accomplit en lave i
j n<-s alins t le voie lu
Loi sur les Alins propos* e
par le Prsident Nord-Alexis,
tablissant un As. le poui les le-
! preux. A cause de unsufflsance
' de* fonda, epeudaut, les aln
ut s iaient dtenus dani h s ci I-
, luies des prisons jusqu ce que
le Camp des .V"":is Poill
Reudet lui tabli par h Grendat
tnerie, il y a quelques anne,
alin de grouper les malades
dont l'unique soin a t confi
la Police.
Il y a. moinsJd'unSan que le
soin disj alines a ele trantlr
au Service d'hygine comcie
une u.esure administra ,ve ;'t
maintenant, pour la premire
lois dans l'histoire, la it publi-
que d'Hati a pris sajeuarge I*
devoir palernel/ie pieu ne so.n
d'un gr.ind nombre de citoyens |
iiilortuues qui sont plus ma-
lade! que criminels et qui
l'on lait plus de mal qu'ils n'eu |
iont.
On doil bien se rappeler que
la lobe n'est pas un terme m-
dical, mai! lgal, dsignant cer-
taines pirson.ies qui ont ei eu-
mi.o devant un triDunal ei
reconnues uiapables de se gou
verner ou d .idininistrer leurs
biens cause d'un dsordre
menai. Il y a beaucoup plus de
gens soulliant de desordre men-
tal en dehors des bpiUu que
daus tous les hpitaux u..
Au commencement, les insti-
tutions pour les \bns taient
de simp'es maisons o on les
n I ut en lieu sr.des endroit
i ceux dont l'tal mental n
leur perm ttlail pas la vie com-
mune, pouvaient tre dtenus.
A travers les annes I ide s'est
graduellement dveloppe qu*
:eux qui souffrent mentalerneni
iont aussi rnaladi i q le ceux qui
lourent de maladie! physiques
leulemenl; qu'ils dem m dent au
tant de soins m licaux et la
mme attentien i*0 gne qu'on
accorde aux milades d'autres
hpitaux.
C'est a peine si l'on peut envi-
sager l'tendue de ce p.obl ne.
Dais lea pays qui ont accord
une grande attention celle
(j leslion. le nombre de lits r-
servs dans les hpitaux pour
ceux qui soutirent d'alination
mentale dpasse celui qui est
rserv dans tous les autres
hpitaux runis, y compris ceux
pour les tuberculeux.
Aujourd'hui toute l'attention
est concentre sur les dlin-
quants. Des facilits adquates
i une nature spciale doivent
tre obtenues pour cetle classe
de dlinquant qui, quoique
tant atteints d'une delecluosi-
t mentale, ne sont m lous ni
laibles d'esprit. Des taciliis
pariiculiies devraient ire con-
sacres pour leur soin et traite-
ment en dehors des maisons de
rpression. Il n a loud la Mu-
son Centrale pour les jeunes
dlinquants, laquelle ou a
ajout le Camp pou.- les Mineurs
install a Pont Beudet. Dans
I celle dernire institutio i les
gaicon* on' une petite comuiu-
nmie dmocratique qui leur est
tiopre et on leur enseigne l'hon-
neur et l'ob issance a l'ordre
abb aussi bien que l'honneur
que procurent les travaux ma-
lue la
La perte conomique que la
Nation subit par suite du soin
inadquat donn aut alins est
tr! lefe, car ces gens sont
les producteurs et des conlrt-
: i ib es, en un moi les pourvo
yeurs de l'Etat. L'Humanit de-
mande qu'autant de maladies
iuaibUs soient guri. La Com
nur.aui dem unie que se! m m-
oi es pei du- soient ri.dus L urs
loyers aussi i apidement que pos
si Die. La Rpublique deinaiule
que ses Ctoyeni Ittl soient ie
ioui ns avec" la saute restaure,
plein de lorec el de vigueur.
tie t'lis. Cearlai.dwurt sVl'srere
naliujsl honneur, \i*rite.
Jeudi raitiu, de la semaine
lernire, vers les 11 heures et
de nie on a vcu au Dparte- !
ment les Relations BttrieorM,
une minute aussi si n.de q l'-
mjuvinle. Le Secrtaire dEiat
du K-l ition, Extrieures, dans
s j carr t en prsence le tous
les membres de son personnel,
u ^lait sur la poitrine du Chef
de Division, Monsieur Flix
Courtois, la mdaille Honneur,
Sirite.
Aprs que le Cliel du Proto-
cole eut lu la belle citation m-
rite par Monsieur Courtois, le
Secrtaire d'Ktat A. C. Sansa-
ricq, rappela en termes lgants
et purs les mrites de celui qui
dirige le personnel du Dparte-
ment depuis prs de cinq ans
avec autant de comptence que
de discrtion el dit combien Son
excellence avait eu la main heu-
reuse en choisissant, pour cette
belle distinction,M. Courtois.
Le t'.hel de Division visible-
ment mu remercia tanl le Pr-
sident de la Hi' publique que le
Secrtaire d'Etat des Rehiions
Extrieures, et fit tomber sur
son personnel le mrite de cette
dcoiation que, dit-il, il ne sau-
rait mriter sans la collabora-
boration que les employs pas-
ie> sous ses ordres lui ont tou-
jours doiui''\
Nous llicito is notre ami Me
KllI Counois d'avoir ob'enu
eti belle dnjinclion J'M n'est
|Ue la conscration olficielle de
ses mrite-, et de h discrtion
et le la comptence avec les-
quelles il a r'tnp'i ses dlicates
t difficiles Ion ions de Chef de
Divis ou.

>lll (inirijfs llau liai il cl l'ail lali
Noua ipprenotia avec plaisir
Paul >.iis ont t dcors |<*udi
dernier, a midi, dei'oicbr ni-
uoud Honneur, Mrite C'eSi ad
M mstic Siusaruq, acluelle-
neui Secrtaire d'tat les Fi
annes et du Commerce p. i.
qu'a dlU le plaisir d'pingler
sur la poitrine de ces deui to ie-
tionnaires les insignes de l'ordre
Honneur. Mrile.
.Monsieur li oiges R um un
dirige depuis dj q lelqus
temps et avec aututit Uv coin-
peieuce que de modestie le pti
sonnel ilu Dpartement des Fi
nauces. Tous les ttinisire* qui
se sont succd a la lte de ce
Dpartement n'ont jamais eu
qu' ae louer de son Irefatl e
ie ues mrites, '-'est cet que
le Prsident de la IV- uboq i- a
voulu rendre publiqueiiieiil
iiD.nin -ge en dcoraul aujour-
d'hui M. Georges Ko i n un qui
jotiii. d'aoleurs, de l'estime g -
nrale.
Monsieur Paul Sals qui avait
l, lui aussi, .fi t de l) v ision
au Dep>rteuienl des Finances,
est, depuis quelque temps, .on-
teutieux aux bureaux du Con-
seiller Financier. A ces fonc-
tions Vt. Sals a nontre d'un
portantes qu.dils de juriste et
une cupacile de travail vrai-
ment remarquable, 'est avec
joie que nous iioious l'entre le
Sals daus l'ordre Honneur,
Mrite.
Nous prsentons nos bien vi-
ves teli, rlions MM. Koum lin ,
el S ds.


Nouveau Coure pratique
o HYPNOTISME
SUGGESTION
4) par la rVol. R. J. SIMARO
bsaiumani a iiTMa,Qnl, M
. ampli k rti rcent
ili 11 Science, a " mettre l'hypootUme
In lltpeni ibte '> ceui qnl w nient rintalr
I*p| a a l-rii'-a)
TRAITE oFmCtLLERIE
MAGIE PRATIQUB
par I* rpo. m. J. IMAR0 fc
le approfondie mb*4*
dea tirMiiii M> itra
. pWaai r tn < -+*< SANUIK
I'rl t 2
Le Prsl.l nt
de la Rep ibl qjj et
JUr tluvjoa Roy
i .un il malin ver-. I. a IIX 11 U
res, nu mdia te ment aprs i-
lectiou de Monsieur Ivi^eueltoy
la Premiers Magistrature de
l'Ktat, Monsieur Lou's Borno,
Prsident de la Rpublique qui
avait lui-mme dsign Mon-
sieur Roy comme candidat de
la coalition des partis politiques
b.iuens dlguait vers le nou-
vel lu. pour lui porter sesco n
pi mi nts, le Cliel <1u Pro ocols
Mon leur L n Lileau tait
ic otnpaffn d'un oflk'ie d la
v| uoq Mil aire da Prsidi m
Uorno.
m i iPi -. III 1i aapaaaMWMaaijr
Monsieur Elle Lesoot
Jnqe iih Tribunal le 1re luslaitce
te Part su Prince
M Klie Lescot.Secrtaire cl E-
tat du Travail, de l'Agriculture
et de I Instruction Publique, a
dsign par le Prsidi nt de
la Rpublique comme Juge au
li inunal de Premire Instance
de Port-au-Prince en rempla-
cement du Magistrat Tintifort
Agnant dont le temps finit e 28
de ce mois.
t-:-,r -*--
a T*
. rtsif.I-
\ssnrez-vr.as contre accident
ia Gtneral Aeciden1 Fire &
Lile Assurante Corporation U
tuited . Vve F. Deimiagta
A^eui 0 ni-Ml pour Httiei.
iOE8
(France)
ACTION LECTIVB BUrtLE ^'^ _,_,-,. -- ,
Cure complte de l'ARTHRlTI^Mb
Saison du 20 Mat au 25 P>ptbr] -------
OOU*SCS > rrNfiS QOLF POLO TH ------ ""pp.o sptoiAL pouh tes eMfAfl?M 4
Tr. m.ec! I PAtll Hiorc do ICbI> A Va a-dalla
La lin de la Grande Arme
Il y a dj des brches etbientt sera la dissolution de .la
Grande A.medes Disques t Odon k^+m
Quelques Numros de notre stock sont dj puiss, d autres
vont finir vite et des bumros prcdemment imports ne
seront plus commands car nous aurons a travailler sur aes
numro nouveaux _____
Livrez donc bravement el au plus tt un dermer assaut
contre les superbes ba aillons de Mistinguett, Xwnteaux, bouin,
Sino> \alin, kichiltttt. Valse \ ienmuse.JazzJ ous titres, bol*
0' chestres, etc etc, car ous eg etterez de ne plus trouver
luvenir ces disques merveilleux qui dans une parfaite com -
munion de l esprit latin el des belles affinits de la race ont
pu t data oui le pays l'lan de la grande joie i du plaisir
dlirt. ,
U vous Jiaz nous
un l'orio ltiS yrandes ma-
chines.
Si vous nouez pas un honopraphe procurez
i Portatif PEERLES, aussi sonore que les
Bazar Odcon
J. KARAYANY
Vugle tiran PRue cl Rue Prou.
UHUM HENTRI Gardre
En |) u de temps ce pro-
duit reniaraiiable a conquis
de liaule lutte une renom-
me des plus enviables.
Demande! toujours le
tthum HENRI Gardera
Accessoii es daulomobilse
R i Prou, cl levant c'o Miraoesl.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pu u>, Chambres Air.
etc. etc.
Tlphone : 3454
(Elirait ii USfI.\ 01 \ r 10
du l(i avril MIO ).
l'aril.NpiiMlinn niiicrruaiil la presse
I n hssere le Proiilent tir la II--
publia, ii<
Aujonrdhui comme hier nous
tpptuudtBsons nux mesure de
prservation qui garantissent la
libre e pression (te lo parole
S u'o Dorai go. R D
le 15 avril 1930
\ 13688
M. \rmanda Rodrigue*, avorat.
Secrtaire d'Etat de la Justice
et de- l'Insii u. tio.i l'ublique.
M le Secrtaire d Etat.
l't-n lun ces jou s derniers
i'ni r< CM des eonsullalions de
diffrent'! porties4e h Rpu-
blique me demandant si les jour-
nalistes t les criv uns qui par
des articles et des di ours, m'ont
rflens, comme Ch f de l'Etat,
dm eni ire truduits en Justice
Vu i s v. i que | ai soumis au
Congis un proje le Lo1 euip-
chau1 li prison urvenive pour
les ofteusc! i u Cliel le l'I' '
projei n'a pjt> encors rec : l'ap
urohalion des Lilia-i bres; il el
cepend n' de ma f lion quuUv.uu |oui i.aiialf, ni
crivain, ni orateur ne sera
poursuivi quelles que soient les
' oltVuse, lances contre moi.
Vous transmettrez ces ordres
sous formel de circulaire pour
que celte rsolution soit connue
des autorits afin d'empcher
toutes perscutions et pour
q l'elles s abstiennent dans les
cas qui pourraient se prsenter
(Sign) 1
Lie Rafu.lEstrellaURENA,
Prsident de la Rpublique.
Parisiaaa
CE SOIR
i

Spectacles
i PAPILLON D'UKi
^Varits doimaii dimj'il(|ie
soir Papillon d'Or . Iroduc-
allemande qui ne manqua pas
de l'aire la joie Ut s amateurs de
dancing.
^, Le lle principal, le papillon
o'or, tait tenu par Luv Dannta,
la jolie actrice,la danseuse sou-
ple et lgante, dj connue du
public hatien dans La dan-
seuse passionne, I ai liste qui,
' dernimuient, lut 1res applae!
die dans <* La Poupe de l'aria,
, Dimanche soir, Lily Dannta
apparaissait sur l'ecian le Va-
rits sous le nom de I liane.
Celte lots encore, la clbie Te.
dette du cinma lit les dlices
des spectateurs
,AI.\1I*TS MeGhOGKAHtt!
Tel sel le litie du liiui que
dimanche soir, Parisi. na p.issaii
sur l'cian.
Rsurrection des expluits glo-
rieux de Bonaparte, le gioneiu
Vainque ur u'AusterMlz, cel .-\i^le
geoiii tjui se vit un jour lue-
droye qua> d le grand coupda
veut lui cassa les deux ailes.
Reconstruction de l'i pope No.
poleonienne, de cet //ludequii-
lueirerenl de leur bravouiecM
vtrans sublimes, h rolquesj
. derniers soldais de la dei mfj
guerre.
Aussi ceux qui taient la ro
ustnlaliou de dimanche soir,
j Parisiana, ne m grant j>s
aux temps des Gioguailii
leurs chaleun ux applaudisse-
meule,
DUC
Poissonnerie
moderne
Beaucoup de personne, des
L'trang' rs suriout, se plai-
gnaient qu'il u) eut |)u-, tJoil-
aU Prince qui est actuellement
ciiemeni htibitee, une poisson-
nerie moderne et dans un cen
ie d'atlaues. Pailois on est en
ville, l'ide vous vieni de vous
payer un beau poisson pour le
dner du soir, mais vous lee
oian oblige de reng, nui ce d-
sir parce que le march aux
poissons est trs loin cl quil ne
serait pas dcent d y ailei. Mata*
tenaut ce dsir pourra tre sa-
tisfait sans difficult. Une poi*-
sonnerie moderne vient dirs
ouverte la rue des Lsais, un
peu aprs le March Vulliere,
uaile Peloux. Les poissons p-
chs du uiaiiii soni dans un iris
grand liigidane et ils se ven-
dent la livre; on a uiainleossl
la certitude que l'on trouvera
oujours du poisson fiais a n im-
porte quelle heure du lour et
ce qui ne gale rien, pieseul
dans les meilleures condition!
Hyginiques qui soient.
On vend ta livre. Les mres
Je famine pourront laidement
contrler leurs achats.
C'est une nouvelle industrie
laissante et que l'on a intrt i
ncourager. Ce sera tout proflt
pour nou* tous.
Le]Fauteuil|
47.
Avec Divis ri Andre Roanne.
Entr* :0.^n: Ralrnn : 1.00.
DEMAIN SOIR
' e g-and film en 10 psries:
Di'stine
leer L d>ella Ruix.
Entre : 0 50 ; B-lcou : 1,00.
i The Orusader Newi
Service
Nous prenons plaisir annon-
cer que c'est notre charmant et
jeune ami Henri Ch. Rnseinond
qui a t choisi par The Ci usa-
Jer NewsSe \ice pour i Ire son
reprsentant eu liait i.
Cette ageme de Nouvelle! est
installe a N. W-Yo k 7!I(J broad-
w y et rend beaucoi.p de sei-
vices laidus des hommes de
couleur aux htais L'iis. Lit!
ublie liebdomad.nreiiieiii un
liullelin c se liouvent des ren-
seignements et des information!
Les utiles.
il est trs heureux que cesoil
n Hatien qui lourntra dsor-
mais des nouvelles de no'rt
pays, car dernirement f"e
Crusader avait publi toute une
srie d'informations errones et
ta> ims e.".
Ncrologie
On nous lan ptiidt ia mort de
Elise Surhuult,
siiivenue j uoi i i n.i i. 'es'1
m railles ont tu Ihu le leD*
main an indien d'anus qi daut ji u court m|oi.i a loi'*
au-Fnnce, l'avait i>t i i ue '
auxquel t lie s'tait m d'ie *J
pathique.
Loiidi.lcer.eei u > l'are*
piouts.
t ASTHME '
Btoulnfdirent Imine.li-i .1 :"*' *j
I Globules Renaud
|B*ulUUBiarrellleux.surpr*n."
raara* Mmnmmclm Dt*
I. B. DALIOBOrX. ?: W

e4a-C9lo*
1


LE MATIN Aviil 11)30
----------------------

MW
Ut,
If-
Ulll
Bits J.iVOnetjens,
\oaeljtn!.iit-UeiJC&
iltoelJcut.,tt.biouard,
* uassaguol, AuUre
f, Muiitreau.Elsse
juks Ooiuail. 50-
j-leuiy -1 autres pa-
ieicieui uu Lx.it
,1 Lu"' buruu, ,e
TfurbDull tl ki* UOUi"
-lUi 4"1 " oul "'
uU qui leui oui donne
uVls naitaclieiueut a
pudd. mol 1 de
beile-wei't, Unit,
Ht plient de ciom
itui lecouuaissuuct.
t 1>UI8IOOI Cm liai,
Uouaid, Victor Au-
tfiouue, Jacob, Depa
Auioiiit Kuy, Uu:ociiii,
Ueiiiiu), M-Sunii, b\.
Dtcius Joseph, Duponi
le et luus les autre pa
.aine 1 ennuient biei
uitnl le Cierge de Pauoi
Il peies ou beuiiimiit
51-Muilial, le Ueige u.
tdiale, toute la rese tu
,.iTiuce, les Membres iltt
> Associations de Puit-
tt et lou les nombreux
[laLauiune et de la fio-
qui nui uni donn Ue.
i de relle s\iiipa>hit- h
ou le lu inoil Ue leu
I
ib Boisroud Cuiiul
iiel.an. h u d [' te du p. u
Ittea leur ullecliou pie-
l le luuui 14 avid Mi
1 a heurts nu soir.
:prient le croire a tout.
Euuoaissance.
.Un de
ia Quinzaine
lit MDiuiaii e du .No Ui.
ni de celle intressai.1
a .un :
it tus. e mois dt
-Paine ollicielie. .vi-
ce : Mounnatioii, lcol
sacerdotale. Diocse du
Ncrologie, t.h unique in-
sultt. .vil ive el U> -
Bhuovelkk divises. lhr<
gnrale. Vu iete.'g
w
1
tuiiiuel du uiiuiii; udiiBl di
Il (initie d n.iiu
toiivons uu une inli* -
Qtuit itiaaul les acti-
ntLdut s et va ne es de ia
e u tiia |j, 1 danl l'auni t
liluiiiet Ui uumbreUM ?
'gi.ij.nits. une .ubl.ca'ioi,
u luujieie e. tu valeur Itr
umsiuerabics de 1 uniqu.
ubiique de la H publi-
ussou utuvie remniqua-
piugics.
'tirions voulu cependant
Mie biocliuie lu publi*
inais pour la mettre
e tous.
gj> nos compliments k
d'Han 1 pour sis nom
achic^tineiits .
YEUX!
YEUX !
Stell
a
"savons reu le numro
irsde la petite Revue ca-
Stella qui, comme on le
Patait sous la dire, lion de
B. Cinas. Le sommair
iif pli s a I lcha ni*
toit, en effet, les noms de
Price-Mars Ab. I Lge-,
"eynai d. Andr Liaulaud.
""ii recomn.unilons vive-
lecture de ce fascicule
"Donns.
Merveilleuse cration Scientifique con.
les maladies des yeux et des paupires.
PRODIGAtUZ
Marque de labriipir rtfffbltt au lui 1 ;ni (nnrial d'Ihij -.
Produti pi pur pur le docteur foui linez .hiiieiidez-,
dcor de tu Croix du Mrite Militaire pour
service professionnel.
1
Le al'rodigaluz esl un spcilique, un:qu au m nd
employ dans la gurison radicale t'es maladies des \toi
quelque graves et ihtouiqut- qu'elles poiswnt tr< I 'ia:
lement se tait avec une lapinih t loin mile telle, qu'tfW
vite toute opiali n chirurgicale^qui tflrayc tantjlis |a
lieuts. Ds sa piemieic application,lesdoi.leur- t^t.-lijiiie'
disparaissent. 1 est un remde cininemnien ifi ac 1
les opl.iaimio c plus piiniiiu'en enl dans Us gianu 'i' '1S
granulations purulent e. bien rbafriuues, queialit. s, ul
cres de la corne, elc. et<. 1 Les ophtalmies qui pre- net l
naissance dans les muiadics vnriennes sont traibrsin j
trs peu de temps pat K |pjOdigalu2quittl aussi uni mer
veille aans les nleclions post opra tu us.
Le Piodigaluz lait disparallrc 1 C tanclev cl leur
apoM : n. Le l'rodtyuluz ue.ii.il j tes u.iinl/t>, iicalti>e
dsinieile et gueui muicaitnietti.
Arnreitoules les aulies prepa ration b se d';> seni\ 'te
mercure, .et uitiatt dargt. 1 et de blende mthylne, el
el autres reme.ies si reduu es n nsa^e dan les cttni(|ues !
Les nuis, lu.bts ci Lliq.eeo aeiju ient UM piussance vi-
suelle piodigieuse.
l'Ius de voiu obsiruanl les y ux loujc us ta vue lis
claire! es y pour .eut de ceux qui soi llieiit des \'U\
gurissent avant niiue d'avoir achev l premier flacon du
il'M.oigaluz et 1tmar4ue.1t qu, ia -oi emp'oi, leur vOt
devient plus cluiit el plus uis ai.ti qu'aval t e trait u-en
Avec le J'rouigaluz ou n'a pus bc uiu i*av< ii recours aux
vt rres.
Le Irodtyaiuz donne pt.ui loi jours un c p moi e u
traite uit 111 pai lescoliyies appliques jusqu i a joui d bu
da.is les cubinels des uCt unstes el qui soin di nature eni
pire, la majorit des cas eu irritant l'organe de la muqueu e conjou. ii\ale.
Le P10j.gu.uz icud oui lempoi d uiliaW d'argea<
cotise de itireui poui lea patienta et au>si tau -ed on gjran
nombre de ce. it.
Le l'rougaluz prodoit une sensation agiabte.
Le iPiodi aluz esl eOinplUmct 1 U usfetpiodu l te>
rsultats lueivui eux saus Causer ai x pa tins la mon..ne
somme de fatigue.
Le prouigauz" arrte la myopie progressive.
Vous soutirez des yeux, soyez assurs que vous serez
piomptement guris en employant cette merveille qui s'ap
pelle : ,
"P KO D I G A I U Z"
"Piodigaluz'* a en M laveur tes tmoignages des Juges,
des I rocuieuis du Roi, des Chels d'Arme, des Ingnieurs,
des Commerants, des Ouvriers... etc. .etc, tmoignages cer-
tifis pur e Luboraioue Muni ipal de Madrid.
Kuvoi dans tous les. Pays Lxigir la signature et la marque
de labiique appliquiez sui la b mie qui recou e le llacon:
prix 40ptseias ( dLsiafonc ) l'aiennnt contre mandais-
poste, lettre de change ou chque.
Aurtsse: E SI. Ll ADR DU PfcREYRA. SANTA
LNCiKAdlA, 1N0 02, ftictio diecha. M.AhlUD, E^>PAGt\L
i h 0 D 1 G A L U Z
UNIQUE DANS 10UT LE MONDE |
Ko/a Champapne
F. SJOURNE
I lii-r dai s des conditions nj-oureuse-
D'ASEPSIE
Pip.iiauou ei Vente
Pharmacie f. SEJOURNE
ingltdes Hues tioui si du (]miri.

All'Cords
C
ir-
JE5C
i
-'i

|)IH II
pass enduie
< 'e). nantie,
iTi-tis nous le
durt) lisons
entirement
mine tous I* s V
Fisk AH
que nous
dons.
Ds qu'il
''faudra un
r\v z
MARTIN
Disl n buteur
PLACE GEPFRARD.- PHONE : 2XS9,

ssez
1 an<
k J
fompiqni' (|'n^rale.
Tr,risat'nli(|K'
Le sTt*mei "M t
;i pi t .m prince,
repai tira pour
le :i mai pren 1
lgers.
Poil au-Priuce,
1930.
E, ROBElIN &
r:K"nUen in
, 27 avril
\r I Iftvre vers
ni tr et pas
Golombian Steamship
Company Inc.
le 9 av. il
0, Agents.
Empchez
QUF
Le steamer Btidgelown r ven.inl du Ni v\ \
du ici mardi '21 du courant 11 loissera I rnm
les ports de la Colombie prenant trt el pas
Port-au-Prince, le lfl Avril 1980.
Colombinn Steamship Company /"'*
GEBAHA & Co, Ageols.
1 1 1
ii*Bt^*.^--4-
voti o teint re ntrisse
New-York, Rio et Hue nos
Airs Line, Inc.
Viijjli' (les H'ii-s IliiiiUMIeslouilu-s el n>|iisiii (h-
Ptrt-aa Prisce, Halii, Plume 3401

tmop de
DESCHIENS
l'Bimoglobiia
B*BD*rUnr du 8n0. prMOTlt Pr l'lite dloale. d^mrim.
op.ri.or A fa rtaotf. orn. . x ftrru.n.nx. A.dm. tan. 2.. HptmuM <* *-<
Toutes les Polices
DELA
comprennent la Protection contre la I
Foudre sans auamentation de taux |
sW
Agents Gnraux
Conservez votre teint
frais et beau.
Les lches de rousseur, le
hle, les boutons, les points
noirs, les tches du loie, et
toutes les fltrissures similai-
res qui dpareut votre beau
teint naturel peuvent tre en-
leves par l'usage de
L'Exelento
pommade de la peau
11 a t soigneusement prou-
v et essay! Il est un on-
guent mdicamenteux scienti-
lique parlait sans danger et
d'un usage tacile.
Essayez-le vous sere*3a-
tistait de ses rsultats.
En vente chez tous lesdro
justes. Pour U.30 centima
. t il eai axpdiida
t ptioi du prix.
Eci ivi pour avoir un teheo*
Ulion gratuit et La livre des
conseiU pour ta oeaut.
fcXki kMl i .Vitl/lClNti
> Ufktl AN Y
n J*TA, Gl l-'-'A D.S.A.
\wnt^ lan lU Ponr toVM

L'hydravion faisant I; service B fenos !
sera Port-au-Prince le Mercredi 23 avril vers !
prenant la malle, le trt et les passage i' v
suivantes :
Santiago de Cuba, Cientue-J"S u '' '" '

pour tous u Dseign me Ha s*adre
Le maximum de scurit <.
qui survole toujours s in c


Voyagez
11 n d . ;c :
i la Vyrbaliue,

Le* MettUwr*
B*our AdoieBcemt
parce que l'nvoinc ciilire
riche en lOMOtl nutritifs
a est
CUITE SANS FEU
AU MOULIN-PENDANT 1S
Fmmo.\ o'Avoim: a Mnrarns
Hamburg-merican- Jne
Le steaner Amassia i. venant d'Eurt
vers le 2 i onmt ptrtaat p rNuevita, s. ..i.f
[ et Kiius'f
Le |U ri'a- s'
I29 crt.en rcule our I E P le M ni
RELMioi-D ^ l ie, Agents.
ndu
Cuba
t du 1/ .


Mardi
-Avril 1930
L(
>It tMlKiMIl
mw: iMMiftinimj
1
J
a
Wi*>:-t -WHOT
'
"P '
I
iimtmn
Une des plus iortcs COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSUHAN< H
sur i.i V1 li
UG.Lo BOSSE & (n
Aacnts Gnraux
.... imiw %*!
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Pcrth (Scothnd )
i ,-, General esl me des plus pussautcs el des .lus vastes lisalion
t, ., renre. Le soleil ne coudra jc-mal* tur son h.n ip I lion qui embrasse
** "^s^olices contre in couvrent aussi les dgftl occasionns pai la foudre,
S-s I lies pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommagei
M ., j, i,, | dam s.i pei onne oo dans ses bi< os.
. [0| , m ,; mises par ses branches d Lurope sou! payables en Hati
es Polices contre accidents son! valables dans I univers entier, Tous les voya
eu di a ien! don- prendre la picaotion de se munir d une police eootre aceitteuto
as 4000 dollars, la prime annuelle u'lant que de 1/2/. soit 20dollars L. L.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cayes

SOUS-AGENTS:
Agent Port-au- Prince, l. GILG
ffcAN 11 AM lii-T Jrroie.
Mua.

I on T M PRINCE
Ven< z voir nos
magasins de ra-
dio par ondes
i. courtes el lon-
| dues.
Roua \cufc tonnerons une
dmonstration n'importe

;
>
(idU 1 t\ i c.
i
Vit.'1
-
<1
>
4



,
4 rAGCS

S\



2
S1TLM6
i I
Vu pris
V:uX r
VOUS ol
fre d'au
'In-, perfer-
tionntmentti
Avec cliaqiiw
Parker de Bu- ^Rv
ican est li' ri-
couvertm
uvt-c agrafe poui \
Ifl pocht sa Ho extra.
Quand vous laissez
le bureau.enlevez la
pointa et remplacez
par la couverture
avec grafi >.t le
Parker DuofoJd cal
tranaformi en un beau
si\lo de poche.
Inspectez l'usage do
l'ai ker Dui F< ild < 11- bureau
Demandi au distributeur
de \">'s r' pliquerla nou-
velle transforma*
lion qui fait du
Duofold ilcii\
stvlos.
Parker Duofold
de Bureau,
lfcrker HuqfoM
Barot Restaurant.
L ~q etto
Oo trouvera au Bar etRe*
uraut La Coquette anale
des rues M tiouur el Grand
.tue, No 976; tlphone 25U
des mets Uieo prpars ci a
id porte de louie ic^boor*
S.'s.
Un service spcial asaurc
a loutes .es ht urc. du jour et
Je la nuit : la lasse de cale,
de ehoculi ou le grand verre
de lArviUU an laii et glace
pour la modique somme de
vingt-cinq eeulimes.
Lue minutes passe la
'Coquette" vous y conduira
oujours
Cours
^Classiaues
Izme l'biiosophie inciu-
sivement.
Mthode sre, Succs com-
plet contrle chaque anne,
tours du Soir pour Ad u lies
et Jeunes Gens,
Comptabilit, Stnographie
anglaise ei franaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignement du Franais,
de PAuglais.de rAllcmand,de
I Espaguol. Mthode sans
gale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou ceux qui veulent
Jgaguer du temps.
Lo ira de Musique (Solfge.
Violon, Piano ).
i'cusion Scolaire, srieuse
et agrable,avec annexe pour
Et i li i m et Vd ailes.
S'adresser Une Lamarre,153^,
ou tlphones au No 2891
pour plus amples renseigne
ments
L'INSTITUT
TfPPFM l\i ER
Ko on nu de i LTniv r-.de
H i ienne.

.<*
M
- :&
:
L O M
-

24me aXN&E \ oj/,
1 \ rt-atH*na
Tlphone 2212
Mk-dBb J.
:
i
l.rand'Rue. Phone N 22%
Succursale do
MOHR & LAUR1N I
La Maison le in place la mieux approvisionne daus son
,;enre, el o. par l'accueil qu'on y reoit, 01 se s'nichez a
D.i y trouve toujours un Stock Qonstam nt.1 reu- uvel
dei appareil* suivants des marques les pin.
A i >p are ils Ph oloq rap h i-
ques el accessoires Kodak
Phonographes & Disques
Brunswick Aqencc
Gnrale. j
Lim.es Krosiae-S Manchon*!" lladin".
' l ;sseurs en n::er. l*'onrniture< de li tre ta ,-AccO'\;tajlra
Machines Addiiionncr 'BurrouguS".
Machines crire 'Royal".
Rubans pouf Machinesecrire et pipi.: Cm h >ije*;i,an^an.^
Les fameuses plumes
Parker 1
'II^U?|.HW| Pi '!. Il . Encres "Wuteraisn" de toutes les couleurs.
'orte-mines autoaia'iquts et crayo;j>.
Produits pburmaceutique/\" Squibb".
Chocolats "Sehraut .
Addition continuelle 1 le nouveaux articles,
SPORTMEN&.VTHLTESl
LES MUSCLEUI{S;
S tut arrivs. Le'&totjc s'enlve Rapidement.
Dpch z vous si vous en dlires un.
Joe WOOLLEY
Loin Rues Fort er BIRE NATIONALE
DE L
Brasserie Nationale
Se vend parloul Or 0,l
le verre malgr sa qualit
suoerieure.
Frotaez voire poche el
voire sanl en la buvanl
toujours]
The Royal Mail Steam
Packet Companv
Le vapeur aCulebrai venant de Kingston et des ports Mil est attendu la Capitale le Jl courant prenaut l"
|>our I Europe via les ports du Nord.
Port au-Prince, le 17 Avril 1930.
I. J B GO.
Agent Gnral. Tlphone ; Mil.
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d'uvre varies ou
Plats du Jour
DESSERT j
VINS TRES SOlQNE ME CHOffWP J\ P.\1


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs