Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03989
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: April 16, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03989

Full Text
I
Clment Magloire
DIRECTEUR
358, RUE AMERICAINE 1858
TELEPHONE N'2242
24*u*e AAMLfc M* oe7.i
Ce l'wl pas ejjej d'avoir 4e
inat* qualits .1 ei iaul aieir
l'fTMunir.
LA lUHJIEluh.ULD
PORT-AU-FK1NCK (HATI)
MU| J 19AVRIL MM
Conseil
d'Etat
Arrt ci ajournement, afin que
le Conseil.,d'Etat puisse conti-
nuer de se livrer ses travaux.
Il vous prie d'agrer, Vonsieor
Prsident, les assurances '*e
a haute considration.
Port-au-Prince, le 15 Avril 1930
au il'..m.' do Indpendance.
Monsieur^ Presiaent
de la Rpublique
Palais National.
Monsieur le Prsident,
Le Bureau du Conseil d'Etat a
l'honneur de vous remettre, in-
cluse, copie certifie d'une R-
solution signe de la majorit
du Conseil d'Etat, par laquelle
elle';exprime son sentiment sur
le plan de la Commission am-
ricaine Forbes relatii l'lection
prsidentielle qui doit avoir lieu
cette anne et d'autres mesu-
res subsquentes de politique
purement .ntneure.
Cette communication a t d-
cide par les signataires de
Rsolution aprs la conversa-
tion que vous avez bien voulu
avoir hier soir avec le Prsident
du Conseil d Etat et au cours de
laquelle vous lui ave/, tait part,
i leur intention, de vos dispo-
sitions de procder immdiate-
ment une rforme du Corps
en vue d'assurer la ratification
du plan amricain et l'lection
de M. Eugne Roy. moins que
les'onstiilers d'Etat qui sont
tira de l'lection prside-I
tielie :
Considrant, enfin, que l'e-
xcution du pluntabliacaus
et cause encore un lut r
i ,..... volulionDaire susceptible de
cice, par J Assemble Natio-
nale, des prrogatives qu'elle
tient des articles 42, 43 et 44
de la Constitution ;
Le
TR1BIE
Le 2me Secrtaire
BEAUVOIR.
Dr G.
Rsolution
Les (onseillers
gns
d'Etat solssi-
Considrant que, par voie de
communiqu paru au journal
officiel du 19 mars 1930, ie Gou-
vernement a parte a la connais-
sance du Pays une Note de la
ONT RSOLU :
I Qu'ils n'ont pas le droit
de prendre en considration
la Note de la Commission
amricaine,j-ut ce qu'elle pr-
voit un mode d'lection pr-
sidentielle et des mesures
subsquentes, qui sont con-
trait es la Constitution ;
i Qu'ils ont pour devoir
hostiles un dit plan ne s'enga- voques a Port-au-Prince parla
gent par crit l'accepter en ce
qnconcerne l'lection qu'il pr-
foit.
Tout en ayant dcid celte
communication dans le but da
vous clairer sur les moliis
puissants qui ont dict leur atti-
tude l'gard du plan, les si-
gnataires de la Rsolution ont
peine croire votre intention
d'assurer par la violence et l'in-
constitulionnalil, et par cons-
quent d'enlftiher a l'avance d'u-
ne cause de nullit, l'lection de
M. Roy.
Commission dite Hoover, pr- de procder cette lection,
le 14 avril, dans les seules
conditions dictes par la
constitution.
Fuit Port-au-Prince, le
douze Avi il 1930, an I27UM
de l'Indpendance.
(Ainsi sign )
Altred I EGENDRE, Looi
nOKS'NVILLK Evrard LE
GER,Georges LEON, Auguste"
AiAO.uiivfc., hu, Th. to.vNl
GaT, Hermai.n PASQU'ER,
Damasse PIERRE LOUIS,
Charles ROUZIEH, Lmm J.
ThmMAS, Etienne BOU
H AND.
side par M. Forbes, Noie re-
mue au Gouvtrueuieut par la
Lgiiuon ns Eldls Cuis d Am-
rique et dont il rsulte que, sur
les suggestions de la dite Com-
mission, un Accord a t con
du entre elle, une Fdration
dgroupements politiques d op-
position et le chef du 1 ouvon
Excutif DaltitD, pour le choix
d'un candidat a la prsidence
de la Rpublique en vue de la
vacance prsidentielle du 15
mai pi ochain ;
Considianl que, le 20 mars
1930, des lecteurs ad hoc, con-
dite Fdration, ont proclam
ce candidat Prsident provi
soue de la Rpublique par
suite d'une interprtation de
l'Accord sur laquelle les Parties
elles-mmes, sont aiviaes;
Considrant qu'il n appartient
qu' l'Assemble Nationale d-
lire le Prsident de la Rpubli-
que dans les conditions pres-
crites par la Cousu u ion ei que
les Parties qui ont tabli un tel
Accord se sont substitues
l'Assemble Nationale ;
Considrant que, eu ce qui
'rsident du oiseil
Ficpnc ROBIN SON;
Dja,_il esl vrai.il leur chap- concerne le Gouvernement des
pat le mon! rel de l'Arrt d'- Elals-Unis, si le Traite de 1915,
journtnient que le Gouverne-
ment a jug ncessaire de pren-
dre dimanche, la veille de l'
leciion prsidentielle, e' qui est
an acte inconsiitution 1 contre
lequel ie But eau du Conseil d'E-
tal, avec eux, croit de son de-
voir de pioiester.Car, si l'article
JO, 4e me alina, de la Constitu-
tion, donne au Prsident de la
Rpublique le dioit d'ajourner
lesChambies, l'article 43 pres-
crit a l'Assemble Nationale d'-
tre en sance le second lundi
d'avril des annes d'lections
prsidentielles rguliies ei de
auquel le Pays doit d'ailleurs
de grandes amlioi allons, tait
obligation aux Eials-Unis, le
cas chant, de pieiei leur aida
efficace pour la prcseivaiiuu de
1 indpendance Hatienne e pour
le inuiulien d un gouvernement
capable ue proiegi r la vie, la
piopnel et la libert indivi-
duelle, il ne donne pas au Pr-
sident des I'.tais-l ms le pou
voir exorbitant d imposer un
chef ta Naiiou hatienne selon
une pioceduieeu dehors de la
Constitution;
Considianl que, quelles que
Le
d'Etat .
Les Se letuucs Emiii. S.
TRIBlH, Dr Gtsner BEAU-
VOIR.
Arrt
tester en peimanence jusqu' ce j soient les intentions des Parties
que le Piesident ait t lu. I qui ont conclu cet Accord,quelle
Larticle 43 limne donc la por- j que soit honorabilit des per-
le de l'ai ucle 50 et celte limite sonuages qu il met eu cause, e
ne ptut lie liane lue sans cons-
tituer ains.< une violation de la
Constitution ; et c'est ce qu'a tait
lArrt d'ajournement.
C'est donc plus d'une incons-
titutiouiiain qui devrait assu-
rer l'lection, dsire par le
Gouvernement .amricain, de
Roy a la prsidence de la
Rpublique, ei votie Proclama-
tion eu date d'hier, tome enti-
re consacre cne lection,
nioniie, nas surciol-, de quelle
flervesceuce populaire me-
naante, croii-elle, pour l'As-
tUibiee Nationale, une telle
leciion devrait tre accompa-
gne.
Le Bureau, Monsieur le Pi-
^dtut, tni.si que les signataires
flt la Rsolution, qui sont tous
P^r \tis ots m 11 peuxtr
* aot airtes a vous adresser
pretenie communicatioii.dans
jtyor que le Pouvoir Execu-
" s il entend continuer de sou-
pir le plan de la Commission
toricaine, bien qu'il ne puis-
** ainsi s'intresser l'lection
P'tMdtLtitiie qu'en excdantses
pvous, j,e poussera pas
^ "PPUi ju?qu au point de por-
*r Ueiaie aux dioits de l'As-
*u>bie Nki onalt ou. 1 < s.
"tnibres, en vue de laquent
""naine ils font des rser-
vent
J* to'tttlle, et dans la pan
*9>t i* Poi voira publies r.e
qu< puUsse un ni
M\. tl
* '*8Hii pour la scuverainete
H|aNuou ei la Constituiiou.
J* buitau espie de \otie
^'rioiifcrut tiiaire que vou- le-
* Hs*ti BU ^1U5 ,0, ja bitua-
^ notruale ueee par votre
quels que soient, u l'gaid du
Gouvernement des Etats Lins,
les sentiments d amin des Lon-
senleis d'Etal soussigns, senti
intnla dont ils ont d ailleurs
maintes lois donn les pieuves,
la latificalion par le Lonsen
dEtat, telle qu'elle esl pivue
dans 1 Accoru, aurait luuuguie
le tail.saus prcdent daus 1 his-
toire nationale, dune lection
prsidentielle dicte a l'Assein
biee Nationale par uu Guuvei-
nement eiraiiger;
Lousidraui que le mandai
douue par la cuustiiuuon a
l'assemble Nationale de pio-
ceder a l'eitction prsiden-
tielle est si ext iumI et si ab
solu que les tel mes mint de
1 Accord, sinon son espni.lt
laissant saut, s'en remettant
au cauctre et a la dignit
des conseillers d'Elat ;
Considrant que la Note
amricaine prvoit, outre une
procdure spciale pour l'-
lection prsidentielle du 14
Avril, d'autres mesures aussi
auticonstitutio, belles; qu'11
uejst pas indispensable, pour
objebir des ihaugemeuls le-
. i.imes dans l'administration
de la chose publique ha-
tienne, de n couru, l'occa-
sion de rleclion prtsideu-
uelle, des nio\ens qui pur
uni atteinte la lois a ia
v.ou\eanieie nationale et a
ta Cousl.tulion; que cWthau
^tnieols incombant au Gou-
vernement rgulier qui
sor-
PORNO
Prsident de la Rpublique.
Vu larticW 50 de 'a Cona i'u
lion et l ritedu 13 avi il 199(1
ajournant le Conseil d'Etat ;
Considrant que Us circons-
tances permettent de mettre fin
l'ajournement de la session
lgislative du onsp.il d Etat ;
ARRTE
An. lei. ; e Conseil d'EM,
ajourn par Arit en date du
13 Aviil 1930, est convoqu le
samedi 19 avril courant, pour
la m-('lise de la session lgisla-
tive.
Art. 2 Le prsent Arrt
sera publi et excut a la dili-
gence du Secrtaire dEtat de
l'Intrieur.
Donn au Palais National,
Port au-Piince, le 16 Avril 1930,
an 127enie de l'Indpendance.
BORNO.
Par le Prsideni :
Suivent les signutures des 9e
cretuires d Etat.
*

Arrt
BORNO
Prsident de la Rpublique
Vu laiiicle U de la Lonsntu-
1 on. et le Daerel du 5 Avril
1916 ;
^Considrant qu'il y a lieu de
pourvo r au lemplacement, au
Cons. il d'Etal,des moyens Fr-
dric Robinson, Gesnei Beau-
vou, Emmanuel Tnbie, Damase
Pierrc-LooiS, Edm Man gai,
B lenne Bouraud, Charles Rou-
zier, Lonce B01 no.Auguste Ma-
gloue, Geoiges Lon, tknnann
Pasquier, Evrard Lger.
ARRETE :
Art. 1er. Sont nomms Con-
seillers d'Etal les citoyens Ca-
mille Lon, VlanassS For' Co-
lin, Rodolphe Mercier, Cognac q
Auguste, ( aimilus Bissainte, A.
Accacia, bimane Robin, Flix
Montas, Amiti Bon y, W'dlter
Sansancq, Justin t.^ortue, et
Charles Vtoreau.
Ait.'i. Le prseut Arrt se-
ra publie au Moniteur.
Doi.ne au u.'.jin Nmo' ',
l'oMau Pnoce.U K) wi l'S.iO,
an 127eini de l'Jodeueutlance.
BOHNO
Par '.c PresiJt ut ,
Suivent / cretaires d Etat.
L'Idal Rhum
ALIX ROY
28 annes de succs.
Ce que disent nos confrres
L'Aktibomte. sous la signa-
ture de son directeur }jr Stephen
Alexis :
Chronique
Politique
Dans certains milieux, ceux
qui lont protession de traduue
en langage prophtique, les
communiqundugonve-rnprnen',
les silences du Brigadier Russall,
les avis de la Potn e i lt ni
au Conseil d Ivat, l'ide d'en
taire a sa tte, sa fantaisie, en
n'excutant pas aprs-demain 1-1
Avril, la clause essentielle du
plan de la Commission Hoover,
l'ehctioii comme Prsident, da
candidat chois' par les; deux
parties : Monsieui Eugne Roy,
en l'espce.
Nous soin ne ce tain-, nou*,
que MtWii urs les Conseillers
(F.ial, hommes dune sagesse
piouve, habitus a se confor-
mer aux exigences des faits,
ne nous offi iront pas le specta-
cle d'une petite rvolte contre
le lait du plan, lvolte qui
serait pour le moins candide, et
qui se retournerait co lie eux.
Car la tiansaciion qu ne laisse
ni vainqueurs ni vaincus, in-
tervenue entie le gouvernement
de la Rpublique et les ligues
publiques letleiees, par le tru-
clunitm tit la Commission Hoo-
ver, a iteue la ni pie sanction
du gouvei m mat amricaiu.aa
l'i side ni Borno et du ; ys.
^'t'ilc ue ne pas exeeuh r l'ac-
cord ici pte, seran ihaig de
redoutables consquences uour
ces mesMeuis cousequencs
intrieures et consquences ex-
trieurs.
Non les Conseillers d Etal ne
creront pas des incidents
d audit net qui ne taraient que
retarder, sans profits pour eux,
une solution qui poite en elle,
k lylhin. mme de la l.daine.
Le lait ni, 1 cueigie un tintes
tables, de Mr Borno, les ont ai
des a quitter la M eue sans d-
slonueui. Ils doivent se laire
une laisou. Leur suite eut ete
piie, sans la tnacit du Prsi-
dent Roi no. Il a ete pour eux,
jusqu a la deimre minute, >a
boue de sauvel. ge. Il a pro-
long leurs jouis poltliquts.il
leur a rendu, cette justice
quon leui i i usait, il a port les
adversaires composer avec
eux. C'est beaucoup.
Les Conseillers d'Etat se me'-
Ironl erj harmonie avec le payf,
car aujourd'hui c'est la tive dis
partis, c'est le coup d'pong
sur les deux tableaux. li n'y a
plus qu'un seul grand parti,
1 heure actuelle, c'est celui del
Pa'ne. Il esl temps qne les ha-
liens s'aiment un peu. Le gou-
vei ueoienl amncan nous ottre
uiu chance, ne la laissons pas
glisser dans l'abme o meurent
les nations, 'l'oues les intelli-
gences, tous les (teurs, doivent
se liguer pour abolir la tiate
de^ imprudencet et des fautes
p sses.
vu can ch e un s 01) s. s forces et ses
talents, doit contribuer l'ara*
mi magnifique de la itstaura-
hon hatienne Dieu le veut !
l'ar ce mattu de printemps,
jeu.s ces lignes de paix et de
concorde pies d'un rosiei. Ui e
rose rouge, aux pi taies dnian-
tes se balance sur sa nge, n
souriaiii comme l'Espranot*
tn s oiseaux chaulen dans l'a-
zur bbie. Lhon/.on est d'un
bleu leudre, limpide, lav des
liistts signes n accidentels .
C'esi la lataiite du renouveau.
Et je songe avec une motion
Ueuieuse, que Us moissons se-
ront nui v. illeuses, quand les
bioussallles auiout peu.
Pour teiiidi . .13 :
* LAINE, COTON, OIE, etc.,
aucun pi',: 1 U n'c.
"la MAMESm*
fhl'nrlnu Prrar:PlnmM M CM
Fbiriiut.il! Eugne l'tKOU, 41 PliC \ollire.
et loulc* bonnft niti^.n .> n.il
tt'ia-./jJ* i .r.nwii H ftancotw if<"ni)ii'f n'ri,9t
k V C FEKCOO. 4 ASNlt Fimm
Le Purgatif idal
4
i'c .". i..
i
147, Rue du Faub. St-Denis, Pari
Facile a prendre.
Ne nccuiiap? nuriin xrfi'*'*''?,
elle ne provoque jamais d. di^ol. j
Supprimant la diite,
ell ne dbilite pss le xatude.
N'exigeant pas Je repoi la chambre,
elle ne cause aucune pcr't de tenpt.
Plut active que totu ! dmllalrea,
elle esl, par consquent, moii^ cherc.
PURGATIVE, 2 a 3 P.lule
.^ { PURGATIVE. 2 a 3
V0* i UKATITL 1 PU
P&nd&nfe les
c^nvalcscenccf
l'unage du QUINIUM LABARR/VQUE
k la doti (Vwfl verre liqueur apra
chaque repas u/fit en etfet pour i -tabUf
en p a !-* forceii des tnalades
Im plu* inmis. 11 Ml t^aiement nuvc-
rs'n contre les cce de fivre Ut plu
t n.,i i -. A : -i les personnel faibles, dibl-
liu es par la n il iic, U travail, les excs ;
Ici adulte* fatigus rr une croissante
trop ifpiJc ; les jeunes fille qui int de
p^'ne ,e former lie dvelopper ;
^ dame* qui relvent de couche u le*
vieillard, affaibli par
l'ge; le* anmique*,
lea surmen* doivent
prendre du vin d r
yinium
B ^labarra
^QLy U B JtMmi.
pai Aean*
Mudtamt d* taris
utpit : Maisi-r- w
1, w ha*, f
Voit* aa dtail : dont Uxria
m rrkll ItMJCtB
**:**
... vu au magnifique restau-
ril riue dirige av.c une si
lgenle maestiia M. Lmmanuel
I i ville, deux ho m mes qui
mangeaient et buvaienf. Le me-
nu tjnl pi oh; bien eut des plus
dlicats et d< s | u, \ t |es
vu s excelh i la c ir les deux
ht rames la ni enchants.
Ils taient tel h n ent salitAdta
(pie le plus fig dit, en sortant,
fi l'autre |ui Ihti il invit :
.le mi.s con't-nt que vous
soyez mon gendre. On dira ce
qu< l'on voudra tt que ce n'est
pasigulier. M. je suis con-
ti>l.
lit le beau pie de la main
gauche lail jovtnx ...
... n eu l'agrable plaisir de
visiter la Pharmat ie Joseph Cl.
Vhlm. Il a contempl les di-
vers rayons de Spcialits que
l l'haiiiiaci. vient de recevoir,
et qui provii oneol lonlea des
Laboratoires h iplua rputs de
Fi ance.
Notre lu vu aussi guetta
clients accourt ni i n grand nom-
bre la Pharmacie pour y faire
h urs mph lu s, car lea prix dea
m tu les dfient toute conclu-
rence.
<

... voit desg< ns qui discutant
loui le long du jour, tout le soir
t jusque bi- n avantdi us la uuii.
Us eucoinbient les b.uics du
Champ-de Mara.lea tables dea
Cafs et des restaura nia, lescai-
refours de lonlea les rues qui
aboutiaaenl ; l'objet de la discussion est tou-
jouis le mme.
Passera-.-il > N'epnssera-t il
pas?
Bt chaque foii Notheu a
tnvii rieleui r pondre:
Mais, nature lemant, il paa-
era. Il i < l i h< isi par le Chef
de l'Etat qui si ngag au nom
de son parti, t puis, eu Ire nous,
(oui rail on da ter, mieux?
Mais No i m I En. n'ose rien
dire tl prfn vojr des gens s'a-
giter autour d'une question qui,
d'ailleurs, a t rsolue, et de
longue datv, us le sens qu
toulle monde si.uhaite de lout
sou cur.

... a vu au poste du Sacra*
Coaurune dame enlrerea furie.
Elle tenait par la main gauche
un petit garon de la campagne.
1 sciaient a p. i ..i rivs quelle
dculot Rendarme lea rac s encore aau-
g ant< s de la vole que l'entant
\tn.ili de un voir de I dame
qui t lie lavait confi. Le gen-
daime se gratta la lte, un peu
embt (le c Ile affaire. Muis
comme NOTRi il lut sollicit,
au mme inaUnt, par un autre
spectacle inonii iidicule.tl porta
dessus ses regnids et ne put sa-
voir comment s'acheva | a flaire
du gosse trop gnreusement
ross.
... voit ceux qui se prpaient
aller passer leurs vacances
la campagne vemr.chaque jour,
prendre de 1 huile, de I air et de
la gazolme. il la Grand Hue, tou-
jours au mme endroit, c'est--
dne.au petii Magaaia toujours
bond d'ichetet.rs qu'est le ma-
gasin de Lucien Th. L\reNTANr.
... voit, depuis daux ou trois
sous, le long du (Juai, deux
normes chiens, posts l'avant
ou I arrire d'un de ces deux
glands voilier qui chargent du
i. m pcha poui i extrieur. Caa
deux l'lutons, la lle haute, sa-
luent de jappements peu ayrm-
pdihiqut .e pionuneur* qui
osent lier pQeanieni'air.au borU
a a d lune*
i ' i u* fi il"
l ;i n.n I
la gai Ut C| |'t ineus pu
.... .. .-
i p i Viie t ui*.. u. -
us.


PAGE2
MATIN 10 Avril 1931)
Route de Ptionville
> Avec la pose d'uu pavage au
aacadam imprgne de buume
! ar la route de port-au-Prince
Ptiom .le, ou a inaugur
I construction de rvle.ueuts
esislauls sur les roulo de
[ ircuiatiou juteuse. Ce travail
ommeuce eu piuvier 1929,
1 jen d uue mauiere rapide ei
I conoinique, lan achev en
Liai 1929. Le pavage :eieuu
' ur une longueur de 5 675 m
[-t sur une largeur de'>me^is,
.it une superticie de 28.d/o
intres curs. Il a demauUt
fin UOUgallous d asphaile.o.TuO
! nettes cubes de pierres cuu-
assees ei OO mtres cube>
'de cailloux pour soutenir les
lisires du pavage. Le cou.
des travaux sesl lev a
ttdes. 274.988.20, y compris
fcelui des pou^eaux eu betoi.
''et eu tle oudulec, du prob
luge et de lclargissemeui de
courbes. Ccat la prenne, i
J xoute d Hati pourvue d un re
ilviemeui rsistant et c est le.
premire fois qu'on a employi
lians ce pays le procde ut
usphaltage par pntration,
Jbieu que. duraut les quinzv
fjde nieics annes, ou ait eu
fdan Hou el eu luacadain. Le iouf
d.- larouledereiionvilleou.
m. nage de larges accotements
ci giavier poar l usage des
Ipielons et des animaux atin
|uu ils ne gneni pus la circa
lalion des vhicules, l'our si
gualer la vue les poicaUA
tlphoniques qui bordeut la
rouie, on y a cloue des latte
de Dois peinies en blanc. Ou a
peiul galement eu blaucdes
L
ligues d'axe aux courbes, tout
le long de la route; des deux
cie* du pavage, on a trac
des ligues semulables pour
marquer les accotemeuls, gui-
der les vhicules el les emp-
cher, autant que possible, de
circuler sur les accotements.
Atin d'embellir la rouie, ou
plante tout te long les ai i> es,
arbustes et piaules grimpan-
tes, de couleurs vives et l'on
espre que, dans deux ou trois
ans, elle sera une des plua
oelles routes tropicales du
noude. Ou remarquera, d'
prs le diagramme No 8, qut
.a circulation sur celle rouie <
,eusibiemeut augmente du-
rant l'anne, li Etai attribue,
eu graude partie, celte aug-
mentation a l'ainelioraliou du
pavage dout il est pane plus
uaut.
(conformment au pUu de
routes adopie a la suite de>
leves de la regiou s'etendau
le l'on au-Pr:nce vers le Su i,
ou a eutrepris, eu juillet 1929
la modification de la rouu
eutreCitessiei et Petite Sulw.t
ans celle section, l ancienne
oue pieseule un graud nom
ie de ^ourbes dangereuses c
,i eiait dillicne de la Urauer.L^
oute actuelle a lu Riloin res
le long, mais les amliora-
tions apportes la raccourci-
ra seusioieuieul. Li rouu,
une lois amliore, douueia
aux voyageurs plus de cou-
.ort et ue scurit et rduira
aensiblemeul la dure du vo
ya^e entre Port-au-i'riuce el
:es villes du Sud.
Nouvelles
Etrangres
Lettre
de Jacmel
Monsieur le lJ.recleur,|
l'ou joyeux, je vous annonce
que Jacuiel a le bonheur de re-
cevoir le M. P. Manise suprieur
provincial des Pres HUeniio-
risies en Hati. Qu'est-il veiiu y
laire ? Il est venu, dil-il, lidie
a la promesse qu'il avait laite
nagure, prcher un retour de
mission el porter les catholiques
de Jdcinel.a saucnlier la Semai-
ne" Sainte par une bonne re-
traite pascule. A la loule avide
de l'entendre, le Hre mission-
naire ruppehe,que des SeiUlOu
trs uieressauis .seront donne*
les lundi, mardi A mercredi de
celle semaine le uiatm t'iaaue
de.la messe de 5 ha 1/8 A le *">
tt heures.
#Le dimanche soir, en ettet, il
V eut une aillueuce considra-
ble au pied de la chaire de ve-
nte. Hoinmes.lemmes el enfanta
se pressenl comme des sardines
alla de mieux remplir la bar-
que du ,:cneur apostolique.
^Dimanche piochaiu, sain
jour de l'ques, il pourra cou
templer ses tldeles converti
qu veulent maigre loul ressu
citer la grce divine.
.>).! premier sermon traite di
pch C'est, nous dit I orateu
aacr, une rvolte, un mpris
c une ingratitude envers h
bon Dieu.-- Il d.veloppe avei
l'eiouueuce qu on lui connaii
ces trois poialfl de *on entre-
tien et ce soir l, on sortit di
l'Eglise toai dispos revenir
le lendemain mtin heunt
1/2 l'enlendre parler de l'amour
de DieO. -* Le premier de tous
les commandements, dit-il, es
celui qui nous ordonne d aime.
Dieu, Celtti qui n'aime par Je
sus Christ, 011 Sum-Paul. qu i.
toi! .m. thme, retranche Ou
corps mystique de J. C. li dis
tingue 3 catgoriel de cliruueus
La premire compieud ceax L
en qui l uinour du lion Deu es
moi t : image de l'enter.
La Ueu Aieme,ceu* en qui A esi
mourant el la troisime ceue du
purgatoire; ceux en qui l'amour
divin est vivant.cesi limage
du Paradis.Il n'y a pas de joie
pour celui qui n'a pas le bon
Duo dans sou coiar tmoin D
Vid.aprs son pch, le pec;i
c'est uu bourreaujqui noai suit
jusqu* d-na noajiUisurs, dan
noire repo*.
Lead nte.ilssouttreuteu ousphemau ;
ils n'oul que la haine de L)eu
et leur boaVauce est de pure
pei ie -Le mes eu tal de grce
outtrenl mais elles oflreui leur
aoultrance a Dieuou craint ce-
rits de la vie...mais on n'apeui
peur du pche.Les Ames du rm-
gaioue, les (taies tldel aiment
encore le bou Dieu. Mettez ut
l'eau Iroide, des gouttes U'eau
daiis.de reau.bouiiiuiiie.leaune
devient pas lioide pour ceiu,
nuis ajoutez-y beaucoup d'eau
hoide, elle Vu devenu lioide.
L.cs tUee Uouinaines iiUlcm
le non Dieu, te sol le die*
terveulee mai tes negugptfcee
dans le pi ides, le_UivuaOU|jc,
le a impalieuccs, 1 immodestie
dans le ioueiic,voila amant uc
gouiles .ueau qui louiDeul et
leudaut'a la liu MMmee nedes.
La troisime caie^oiie^U'ame,
le ame_leiVeuie,OiU Ue|a leui
Paradis sur la terre; eue ai-
lAettl Dieu uou pas Uau leu.a
paroles mai Uau leui actes
Uue peiaoulie uioudaue, a\*n
aesoitu, se regaide dau KUU
mu ou et si elle apcivon uue ia-
vlle sur SOU Visage, elle l eltaCc.
ues mes teiveute loin leui
exameu de couscieuce le soir ci
au milieu de leui peine, elle
.>e re|ouieul. 11 eue de exem-
ples de 5l i'auvois Xavier, de
"u l'aUl : Je* suiaOoude de )oie
ju milieu de mes Iribulaiious.
L'amiti de Dieu, c'est un lesuu
eucieux qui, sur terre, u a rieu
qui lui sou co nparable.
Que faire pour ire l'ami de
Ji u, observer ses cotnmande-
nents, laue du bien rien ne
restera sans rcompense : quoi
que vous lassiez, tait- s-le pour
gloire de Dieu, l'iie aumne,
10 acte d'amour de Dieu, rien
i'e.il perdu pour le ciel. Ce qui
tailla saintet, c'est 1 amour du
joa Dieu. Conclusion : il laul
.e ranger dans celte catgorie.
Ne soyous pas tiodes poar que
Dieu ne nous vomisse pas de sa
oouche.
L lundi soir : beau sermon
sur I E ernil. Le dogme de l'im
mortalit de lame, i.e tableau
tes supplices de l Km 1er. Quand
),i meurt toul n'est pa tim ;
juaud on meurl lout commen
, lu m iryr disait : l'u peux
oroyer.mou corps, mais tu ne
leui pas attem lie mou Ame.
^ Ame tant uue substance sim
jie, ne peut pas mourir. Il ny a-.
jjs d'Age pour les Ames. Non-
sonmes pas venus ici bas
pour nous amuser, c'est poui
penser au halul.uous choisir une
ternit : celui qui coute .na
Ole celui-l sera sauv ; celui
im mange aoo corps par la
; > u oum i ', "ira la vie en lui.
Ceux qui ne veuleat pis croire
seront coadamna au teu ter-
iti. L'Liernue est un morne u
iliri qui ne passera jamais.No
ire vie est comparable un
horloge qui marque tantt le
jour, tantt le plein midi, tantrt
le soir. A la mort, le ressort se
brise et nous avons A choisir
entie la vie ou la mort ternelle.
| v a du teu en enter c'est
{Par radio )
14 Avril
WASHINGTON-Mis Me Cor-
nick, lue snateur rp-blicain
iprs une contrence avec le
prsident Hoover, a dit qu'elle
a ei loujours sche et qu'il n'y
a aucune raison pour elle de
.h inoer.
NKW-YORKWilliam L l'os-
er, leader communiste, a an
ionc de la prison des Tombs
ou il purge une condomnation
que 10 00' chtn urs marche
ont de Chicago vers Washing
ion de 5 Juillet en une arme
le protestation.
CHIC GOMrs Marie Kirian,
18 ans, a trafiqu son miri
mur une automobile de 1927.
BUCtl \KKST La Rouma-
ili a eu uue dmonstration
our des pensions plus levs
par des vtrans estropis de la
grande guerre et des veuves de
^ueire, rsultant en 28 arresa-
ioiis et 2U personnes srieuse-
nent blesses quand la police
et les pompiers comprirent leur
rade.
>iOlB Y, Inde. Lo Bourse
le Bombay a i ferme en pro-
testation contre 1 action de la
police chargeant la loule dans
es rues, A la suite des raids de
palice au quartier gnral du
<:ong's Naiioual.
WASHINGTON La produc-
iou mondiale du charbon de
oues quali.s a atteint 1 540.
100 tonnes mtriques en 1929,
uue augmentation de 6.2 pour
cent sur l'anne prcdente. Le
bureau, des mines des Etats-
Unis a annonce que 552.465.000
m unes lurent la pioduclion de
Liais-Unis.
jPakis. Dieudoun Cosles
a dit aujourdhui qu'il srail
pit dans un mois pour une
autre tentative de .vol de l'a
ns a New-York. Costes a lailli
dans une tentative de vol
transatlantique eu juillet der-
uier.
San Francisco. Un record
moudial pour la poursuite
d aroplanes en lonuation de
combat a ele eiaoh aujour-
d'hui quand 20 aroplanes des
cals-Uuis s levrent un
nouveau record d'altitude de
30.000 pieds.
cai'ETOwn (Afrique). Un
bili accoidaut le droit de voie
eu laveur des temmes de l'A"
Inque du 5ud a ele vot.
Uucagj. Gtioeri Alosby,
iQuituuiiuouuaire, labncaul
ie spccia.iies ineduaies pa-
ennes de Cincinnati a ete de-
signe connue complice dans ,
uue action eu divorce inten-
te couire Mis Gladys Rosen
blum, elone de comdie mu-
sicale.
Washington. Le Prsi
dent iloover ue retirera pas la
nomination du juge l'ai ker
comme juge associe de la Cour
Suprme des Elals-Uuis, eu
lace de l oppositiou croissante r
sa continuation-
Documents
pour l'Histoire
I Suite de la 1re pas* >
Conseil
d'Etat
Port-au-Prince> 15 \vril 1930
an l27me de lin loendance.
Gnral John H. Rastell,
Haut-Cmmi^aire
des Etats Unis.
Monsieur le Haut Commissaire,
Une dpche de Washington
date du 14 avril et publie par
le journal la Presse d'aujour-
d'hui est ainsi conue :
M. Cotton a dclar que le
Dpartement d'Etat a appiodv
1 ajournement du Conseil d'Etat
dcrt pir Borno Si celui-ci
a agi ainsi, c'est parce que le
Conseil d'E'at n'y pas voulu don-
ner suite au plan de la Commis-
sion du Prsident Hoover. Le
Le Sous Secrtaire d Etat Cotton
a ajou que le dpariement, par
1 l'intermdiaire du Haut C"tn-
missaire Russell, fortement
insist anprs du Prsident Bot
no, pour que le Conseil d Eta'
-reste loyal vis-a vis de la Com-
mission i
Si ie langage dtribu au Sous-
Secrtaire dtal est vrai, j ai
l'honneur de me taire l'inter-
prte du Conseil d'Etat pour af-
firmer que, aucun moment, le
Conseil d'Etat n'a eu prendre
d'engagement autorisant le D-
partement d'Etat faire appel a
sa loyaut.
J'ai, au rete, eu l'honneur de
laire remettre, aujourd nui m-
me, la Lgation Amricaine
votre adretee, copie d'une R-
solution et d une lettre au Pr-
sident Borno qui, seules, refl-
tent la pense de la majorit du
Conseil dEtat sur la situation
cre dans le Pays depuis la vi-
I site de la Commission prsiden-
tiede amricai te.
Veuilltz agrer, Monsieur le
Haut-Commissaire, les assu-
rances de ma considration trs
distingue.
Le Prsident du Conseil
d Etat :
F. ROBINSON.

J
'( mm

CLIENTS SATISFAITS
L'EXPANSION et le progrs de la banque au cours
des soixante dernires annes sont ds en grande partis
une clientle satisfaite.
Aujourd'hui, plus que jamais, nous nous efforone
de transiger avec nos clients avec sympathie et 0
naissance de leur besoins.
VOVl A04CRCC FAJUE ATTA1XM A U BANfUt OVAIC
La Banque Royale
du Canada
a
Harrisonville (Louisiane).
Richard Giogan, 45 aus, a t
amen la prison de Jma
aprs avoii b ess mortelle-
ment Au li i\v ,v oiuat k, cbel
depuie sherit de la paroisse
de Caasoula guuud Wom tek
i-ssaya de fouiller la teule de
(irogau, daus un camp de ma-
triaux de couslructiou, pour
y trouver des spiritueux.
Beaucoup d'excitation a t
cre par cet incident.
Dieu q h l'assure. Les damns
sont couchs sur des brasiers
ardeOM ils ne respirent que du
lea, se nourrissent de leu.
\u paradis, ce sont des joies /
innarrables joies aaus m lan- J
ge, joie de Dieu mme. Nos I
devoirs : choisir notre terni-
t : L'homme s'en ira dans la
maison de son ternit. Beau-
coup sont morts sans avoir con
nu les joies d'une Saiute Mis-
sion, sans se prparer. Il taut se
prparer de suite. Il taut que
)euneue se passe mais l'Eter-
nit snrpieud.il faut se presser.
Aujourdhui mme, soyons
a a partir. licite desexein-
pie* le personnes r. lactaires *
ta grce de Dieu et qui sont
mortes sans avoir pu jouir du
hientaii duo prtre a leur che
vet.
m n p
Jacmel. li Avril ilti.
Estomac surcharg? Soulagez le
immdiatement. Prenez ce laxatif
doux et rafrachissant dans de l'eau
froide ou tide.
ENOS-FRUIT SALT-
Accessoii es daulomobilse
Ru 9 Prou, Oi levant c" MArmcml
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
Tlphone : 3454
contre -.
CONSTIPATION
pr en; ..
COMPRIMS
SUIS3&3
<. DFLORY. Pharmacies,
ijy, Hii Fnint-Antoint
.VJFtlfc*
C'EST LE MEILLEUR
DE.^ i'UPPATIFS
PORT-AU-rRINCB
Al*.PETHUS; Plurmncie ALBERTIHl
Pharmacie du D' Justin VIAPJ)
t toute ! bonne* l'IiarmncitM
m
GANDHI
L'Avocat dos Hindous
Priodiauement, les anglais
voient se lever, parmi les peu
pies qu ils dominent,une puis-
sante personnalit qui les
combat. Ce luient le Mahdi
au SouduD, Kruger au Trans
vaal Zagloul pacha en Egypte.
C'est aujourd'hui Gandhi aux
Indes.
Gandhi es age d'un peu
plus de aoiiftnte annes. Il a
vu le jour le 2uclobie 1869
porbnudar.sur la mer d'Oman.
Son grand pre et son pre
lurent premiers minisires,
mais tous deux suh rem la
disgrce du gouvernement
britannique en laison de leur
caractre difleile.
Lui-mme lit ses tudes en
Angleterre, l'Universit de
Londres et l'Ecole de droit
U y apprit aimer la libert.
Et il voulut la donner au
peuple .hindou.
Avocat Bombay, [ Gandhi
acquit rapidement une grande
notorit, qui porta ombrage
aux Anglais. Il dut s'exiler. Il
partit pour l'Afrique du Sud.
U se trouva ,l-bas en butte
^jfhostilit des colons bri-
tanniques, qui ne pouvaient
admettre qu'un avocat de
cou leur se prsentai la barre
des tribunaux.
Il y avait 150,000 Indien!
dans le pays,Gaudin s'impro-
visa leur detenseur et ouda
un journal pour soutenir leurs
revendications. Des lois il
connut les perscutions et la
prison.
En 1914,Ghandhi retourna
dans son pays natal.La guerre
clata. U partit pour l'Angle-
terre, conseilla ses compa-
triotes la leve,eu masse et
lui-mme leva un corps d'am-
bulanciers, esprant qu'aprs
la victoire l'Empire bntauai-
oue reconnaissant donnerait
des liberts l'Inde. U tut
cruellement du et ds
lors entra en lutte contre l'An-
gleterre.
Et depuis, il n'a cess de
dlier le colosse britannique,
aui.inalgr les condamnations
ont il le lit Irapper par es
tribunaux, n a pu le dompter
Vtu de lin,pieds nus.Ghandi
se nourrit, de riz, de fruit et
d'eau.Il couche sur le plancher,
dort peu et travaille le reste
du temps.
C'est cet homme que les
Hindous appellent le R"1
sans couronne , qui vient de
lancer la Grande Bretagne.
une vritable dclaration de
guerre... _
LES LAINAGES EXCLUSIFS
LES SOIERIES HAUTES NOUVEAU l't
LES GARNI fURES GRANDE C0UTUKI
trouvant chez
WPTTE.C0UL0saC.STRIU88
43. Ru* llronlil, *3 PAU
Envol de CL!, sur, c-atl,. chaque "'|-fi":n.,nJ
- Ngociant, M ma le Coulure ' '""
Parisiana
DEMAIN SOIR c
A4HEUKbSl/2: MATINE*
L'Aiqlonne
(Suite)
Belphegor
Sci'f )
HEUHt*
rsui'p >
tre : 0jS0 : R>i'ron :
Aux. temps
DES
Groanar('s
Avec Guido Brignone.
Lau,SS ; 2, et 4


LE MATIN 10 Avril 1930
j'A/if:$
CORRESPONDANCE
port.au-Priace, le 17 Avril 1930
Au Directeur du journal
Le Matin
En ses bureaux. r
Monsieur le Directeur,
Voire dition du 14 avril
publi un Communiqu du Haut
Commissaire amricain le Gai.
John H. Hussell dont je retiens
le passage suivant : Ce plan
(Hoover-Forbes) a t accept
par le Prsident Bu: no, repr-
sentant son gouvernement et son
partiel parles leaders des grou-
pe de 1 opposition, etc.)
Je puise dans ma qualit de
citoyen hatien jouissant del'in
tigr'alit de mes droits civils ei
politiques, l'habilet de vou>
crire la prsente, pour rfutei
cet argument de M. le Hau<
Commissaire que je regrette dt
constater tre une erreur.
Dans aucun tat civilis et
rgime rpublicain dmocrati-
que o fonctionnent des partis
politiques, rgulirement orga
niss, il n'est d'usage qu'un
membre de 1 un de ces partis
que le choix de l'organisation
lectorale constitutionnelle l-
ve la premire magistratur*
de cet tat, il n'est d'usage qu'en
devenant prsident, le chel d'un
de ces partis lev avec lai la
prsidence le parti en euiier.son
pour lier le parti, soit pour lui
donner suprmatie officielle sui
las autres ou sur la nation en-
tire, z
Soutenir une pareille ths
consisterai! ruiner sa base le
principe dmocratique rpubli
cain lui-mme qui est l'ant-go-
Diste | ai essence (res publica
chose de lous) des icgimtsd-
privilges arbitraires ou prl
renciels.
La Ihse et la doctiine vrait^
par confie sont celles qui on
cours chez toutes les diuocra
lies de l'Europe et de 1 Amri-
que centrale et latine et l'on
ne saurait faire exception poui
les EtalB-Unis.m dpit de quel
oues lestriclions plus apparen-
tas que rlis et qui sont plus
affaire de moeurs politiques qu>
de droit la thse et la doctri-
ne vraies pour tout l'univers d-
mocratique sont que I honimt
d'un parti que (a fortune politi-
que tire de la ml des parti
pour llever la premire mi
fistiature de l'Etat, cesse imm
(licitement dtre I homme ex-
clusif ou chef de ce parti poui
devenir le chel de la Nation en
tire, autrement dit l'homme
qui, appartenant a lous et de-
vant dcider pour tous, est, d
par cela mme, au-dessus des
partis.
Que donc de par son choix
par l'organisme lectoral coin
ptent son pi ti a triomph dan>
a luth-, itla ii entend pas que ci
choix Uvetout le parti au pou-
voir avec son chel, pour jouu
des prrogatives et privilge
du pouvon, au dtriment ne-
aulits paitis, en qui se contre
lisent ainsi que It&len.entsno
groups, avec te parti represenU
au pouvoir la tOlali na louait
Ou conoit aisment que et
xtuii l chose absolument un
possible parce que injuste, ar
bitrsre, tvi unique, oliyurchi
Uejusque l'absurde.
Ce seicil pieusement l l<
couliepied de la Docinned
mociatique lpubiicame.
Fort heuieuscment pour l'
qoii et la paix publique sni-
Jeut, chez les nations police
'ducation civique et la morali
je tant pnvee que publique d .-
leaders politiques ei de la masse
des gouverns ce qui en euh al
"e une applcaliou Iranquiih
oni faites selon lu saine docin
De plus haut tablie aise pai-
c que honnte, juste, tquitubl,
Ut la mise en nain uouver-
Mnientale.
En ce qui regarde spciale
totu le ca& h.ueii actuel, c'es>t-
due la position d'incpendan
du Coi.beil d E at, en tam
SuAssenib ee Nationale, je it-
tttte encore de n'tre pas dt I
[opinion exprime par M. MfVuiCml
ant-Commissaire pour la rai-l V>UIIoWlA
*' lgale constitutionnelle sui-l
*-* Titr* III de a Con titutton ;
JJ" r*glt la Souverainet i\a
ona/ee/ les Pouvoirs autque s
tterc/ce en ut dlgu, en . n
"ucfe^tespiiaic lUti :
An. ay. qj, qUt. Pouvoir
7_l '"de^t.dai. de deu* autres
mine nationale le Pouvoir l-
gislatif, soit en l'espce, le Con-
seil d'Etat, en Assemble Natio-
nale est indpendant dans l'exer-
cice de ses attributions.^
Devant un texte si clair et si
prcis le Pouvoir Excutit ne
saurait donc engager, en aucun
cas, le Pouvoir Lgislatif.
Et alors on ne voit pas com-
ment, s'levant au-dessus de la
oustitution, la seule priendue
discipline de parti pourrait blo-
quer lous les Pouvoirs Hatien
et tous les lonctionnaires pu-
blics relevant de cea Pouvoirs
dans un faisceau indestructible,
mbrisable pour le seul usage
iu Pouvoir Excutit.
Surtout lorsque, comme dans
le cas qui nous intresse, le pr-
tendu parti comme d ailleurs
presque tous ceux qui se sont
donns comme mandataires de
la nation dans le comit fdra-
tif qui a conclu le plan Foi bes
- le prtendu parti est non seu-
lement ir rgulire meut lorm,
c'est--dire en. dehors de, toute
orme lgile, 'mais encore s'est
lorm postrieuiement l'av-
nement de son chef au pouvoir
et s'est par consquent constitu
avec les moyens mmes du pou-
voir.
Voit-on quel formidable ins-
trument d'oppression d'arbitrai-
re et de tyrannie dit lgal un
pareil parti possderait contre
e reste du pays et sur les partis
nvaui si on devait le laisser
taire ?
Il y a, au surplus, contre la
lisede M. le Haut Commissai'e
uue rtutation d'en/unt de sept
uns.
bi M. Borno, en sa qualit de
tesident, s'eng.-geant erson
ellement s'est ei gag pour son
,uuvernement et le membns
te son parti, soit pour le Pou-
oir gislatn ou Conseil d'Etat
ou Assemble ISationale, pour-
quoi esi-il donc uctssaire que
celle-ci s'engage personuelle-
nent elle aussi ?
Qu'on se passe d'elle, puis-
quelle n'est pas indispensable/
mot dj engage I 1
Non, la thse soutenue par le
Haut Commissaire est incontes-
tablement fausse. {
Cela ne peut tre considr,
la rigueur, que comme de l'inti-
midation apparence ou pr-
tention lgale aprs 1 insuccs
le toutes les mesures d'intimi-
lation autre prises par ailleurs
H par d autres.
En rsum, il faut dire que
ludhesion de L Borno au Plan
i-orbes Hoover n entraine que
celle du reste du Pouvoir Excu
lif. cest dire les Secrtluires
dEtat.
Et. qui plus, c'est le Plan de
( ommission Amricaine lui-
mme qui appui* celte atflnna-
>ion,car il n'volue que sur le
t'iiuin constitutionnel.La clause
l du dit Plan n'atlirn e t-elle
s que la Commission est
oblige de respecter t organisa-
lion constitutionnelle dliuiti
Messieurs les Vit mbres de l\a-
ii b et Nationa e i.'oni donc
|u' s'inspirer de leur 5eule loi
,ioiir agir en l'espce : la .ous- !
union Frai km Hoosevelt en
<>u es ses dispositions qui r-
glent lenrs attributions.
Avec prire de publier, veuil-
7. agi t et, Monsieur le Direc-
< ui.iihs meilleures civilits.
Elle GUERIN.
L'Eglise de
Saut d'Eau
Qu on D'oubli pas que c'est
! main qu'aura lieu Saut d'Eau
a posede la piemtie pierre de
'Eglise que se prpare cons-
ruire le Pre Bizeul avec le
concours des fidles et de lous
'es amis de la charmante station
o apparut la Vierge Muacu-
i< use.
d'Elat
A la; sance qui aura'lieu ce
m*tin, on alflrme, aans'les cer-
cles ofticlels, que le choix dn
touMii n'Elut se portera sui Mr
Camille Lon, comme prsident '
de l'Asstmt'Iet. C'est donc ce-
lui-ci qui aura recevoir le 15
L* Aucun d eux ne peu* les d- Mai j.:cch;in la prestation de j
serment du nouveau Prsident
de la hpubli^ut, Mr Eugne |
Boy, dont J'eltciion aura heu
apra demain lundi. )
*>* sehai,ilbui.ui.k qu'il tXtr
c* ^parement.
^'Auiundei..
7"er ni sortir des limites qui
l* onl /uees .
t Vtllu de ce lexle tormel
* la Constitution loi souvs-,
|
I
ANNONCE
DE LA NOUVELLE
ESSEX
CHALLENGER
En 8 Carrosseries de Genre
La Victoire de la premire a t
provocante. Le succs de la
nouvelle E88EX est certain.
Avec des lignes entirement nouvelles du
radiateur et des ailes la lampe arrire, de
la route la liane du capuchon, elle appelle
voire intrt. Son apparence distinctive pro-
voque aussi. Elle est complte et finie dans
ses moindres dtails l'intrieur comme
1 extrieur pour l'application de l'attention,
pour la convenance, elle provoque.
Avec le nombre et le caractre des garni-
tures et des accessoires, elle provoque ; pare
brise renversible, radiateur fermeture cou
lisse, protge chocs, jauge pour huile et gazo-
line.tentes cachs dans le dossier arrire, sige
ajustable, dmarreur surledash, et d'autres
quipements sont ajouts sans extra.
*fc!^
Et sur la route, elle est puissante et sou
moteur doux attire l'attention par son accl
ration,sa vitesse et sa tacilit pour grimper
les ctes et son conomie.
Son attrait rsonne au dehors et tous l'ac-
ceptent. La nouvelle ESSEX Ihallenger est une
auto qui ne demande qu'a faire ses preuves.
Elle dpasse tous ses rivaux par sa valeur qui
est vidente dans ses moindres dtails.
HUDSON MOTOR CAR COMPANY
Dtroit U.S. A.
Cble adresse HUDSONCA.
KhiEERS GARAGE
Distributeur
RUE PAVE. (Port-au Prince. Hati ). PHONE, 2.S18.
Port-au Prince, 16 \.vril 1930
Aj Directes r 11 j i.irnal
Le Matin
En Ville.
Monsieur le Directeur,
Je vous prie de bien vou
loir insrer dans votre int-
ressant quotidien cet aiticle
suivant pour dissiper les dou
tes qui plauent sur la rati
cation de (lection de Mon-
sieur Eugue Roy.
En le publiant, pour l'difi-
cation du public, je vous se
rais reconnaissant.
Je vous piie, Monsieur le
Directeur, de bien vouloir
agrer l'hommage des senti-
ments respectueux.
Alphonse FIRMIN.
Autour
DE
l'avnement
au pouvoir
de
Mr Eug. ROY
Ces jours-ci, sous la haute
pression de l'atmosphre des
vnements qui se droulent,
on nous prte l'oreille poui
entendre les mille bruits, les
mille rumeurs de la politique
actuelle. Quant cette politi-
que, elle se discute a grand
tracas, objet de prdilection
de tous ceux qui s'intressent
cette science. v/. ^_ ^
A ce grand tournant de la
vie nationale que (ramhitle
pays, tout le monde reste per
p!e?e devant la ratification de
; lection de Monsieur Eugne
ltoy. Le Conseil d'Etal qui de
vait accomplir cet ncte, est|
ajourn. Cepeiiiat, il nous
est per nis de dire que cette
ratification tant attendue est
chose certaiue, on ne doit pas
s'inquiter, ni prouver des
doutes ce sujet. Devant les
vnements qui sont en raar
che, nous ne nous trouvons
pas eu iat d'inertie; au con-
traire, le peuple tout entier se
met debout, attendant la der-
nire dcision de l'Excutil
pour tter l'Elu qui contri-
buera travailler pour le sa-
int de la Patrie. Avec en siasme, le peuple ha tien se
prpare acclamer Monsieur
Eugne Roy, homme dt l'heu-
re, comme prsident tempo
raire.
L'avnement au pouvoir de
Monsieur Roy est le sujet
d'uue grande animation et du
dlire pour tous les hatiens.
Il est 1 unique candidat de la
Nation: mais avec son entre
n la prsidence, entre qui
s'illustrera dans l'histoire,
nous nous nourrissons d'une
belle esprance en ce hros
du jour...
Cependant, le moins qu'on
puisse dire au sujet de cet
avnement a venir, c'est que
partout o l'on passe, l'on
n'entend dans la bouche du
peuple que le nom de Mon-
sieur Eugne Roy Hlas! on
pourra |uger par cette sa-
fesse combien sont grandisses
es rves du peuple hatien.
Dans In haute socit et dans
la classe bourgeoise, ce nom
fait les dlices des uns et des
autres ; c'esl parce que Mon
sieur Roy est le neutre choisi
que la Ne.ton tout entire
voulu dans >on sein.
g&D'iprv la conception des
enost-s tous les heititus, inbus
de sentiments patriotiques,
se rassurent et se prparent a
jouir en paix de ce g/and
triomphe. Enfin, on dirait que
l'Elu du jour nous semblt
dire: J'ai accept la prsi-
dence c pour la gloire de ma ^ ,
patrie et parce que j'ai vu les (^OUrS
maux des hommes.
Derechef:
Alphonse FIRMIN.
v.i.
Attention
MADAME,
Si vous voulez mener une
vie tranquille avec vot'e ta-.
mille, loin des bruits de la '
ville et des incendies si tr-j
quents, conseillez votre ma-,
ri d'acheter "Peu de Chose"
pOOr votre demeure.une pro-
prit pour balir votre "Villa
des Amours ou bien de "Ma
Tendresse *, l'endroit o l'on
btit actuellement le Monas-
tre Rdemptoriste pour le
pre Manuse, une Eglise St
urard rdemptoriste et une
grande Ecole des Surs.
Avec ces tablissements re-
ligicux.le quartier va pi endte
uue merveilleuse extension
et une valeur excessive im-
mdiatement.
Pour de? propritsien cet
endroit, adressez-vous au
Docteur MOLIRE. 1007. Rue
Romaine, derrire la Mater-
nit, qui s'ente dra avec vous
pour paver par termes. On
y a de l'eau.
Port auPrince,le9 \vril 1930
Albany. Peu de temps
aprs qu'il et t vot par
l'Assemble, le bill Cuvdlier,
demandant au Congrs de
convoquer une Convention
constitutionnelle nationale
pour abroger le 18e ameude-
ment,a t rejet a Snat, sa- J
medi.
Madison fVirainie) - Des
feux de !or*' taient entrain
aujo. -d but r!e b. nier sur uui
.nut de 5 nulles oan-* L
rr.intgnesdeBlueRiJ0c.
Classioues
12me a Philosophie inclu-
sivement.
Mthode tre, Succs com-
plet coutrle chaque anne.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit. Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignement du Franais,
de l'Anglais, de l'AUcmand.de
I Espagnol. Mthode sans
gale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou a ceux qui veulent
||agner du temps.
Cours de Musique (SoUga.
Violon, Piano).
Pension Scolaire, srieusi;
et agrable.avec annexe pou
Ht i luaci il V 1 iltes.
^adresser Rue Lamarre, 1687,
ou tlphonez ru No 28 1
pour plus amples renseigne-
ments.
L'INSTITUT
TIPPFNUAUEU
Reconnu de I Universit
Hatienne,
m
Est 'prescrit. pour grippe,
refroidissement, dengeuMlc
fivre et paludisme,
t. est le plus rapideremd
Assurez-vous contre >cidei l
la en Ka >4< il Pire A
Lil s ai.i e Co .o.di.on Li-
uiiicu . Vve t u-. aii^u, .,
Agent G ne lui pour UaN


lA(iK~l
MM!'.' 1' Avril 1030
A s-A
Confrence
navale
m i M
i
ses
nw l*i Cttri
/'ur rarfio )
LONDRES, 17 Avril. Dan=
aae semaine A partir de jeudi,
surmontant les difficults, le
rfprs ut nts des 5 grandes puis-
sances navales signeront le do-
cument qui doit tablir les suc
ci^s et faillite de leurs esprance,
ici darriver i un accord sur I*
trait limitant et rduisant tou-
tes les classes de constructions
navales ;> une session plnire
de la conlrence. Lundi, le Pre-
mier ministre Mac Donald, si-
geant tomme Prsident gnral
Je la Contrence, a annonc
ainsi la crmonie pour cette
date : J'espre qu'elle aura
lieu . Sa dclaration lut le d-
veloppement principal depuis la
i cession de Fvrier. An dbut il
, luil entendu que le trait lut
, bti de telle sorte qu'il put tre
sign ds jeudi prochain, pour
permettre aux Amricains d>
prendre le Leviatlian imm-
diatement aprs et se rendre
I chez eux.
Le trait qui doit tre sigi
sera un Accord de :t puissances :
le Japon, r mrique et l'Ange
1 terre couvrant les limitations et
rductions de constructions na-
vdes, ei l'accord entre les cinq
puissances y compris la France
et l'Italie sur des points concer-
nant l'humanisation de la guerre
sous-iniri'ie.U'importanteN dille
rences de limitations Iruiico-iia-
| liennes sont laisses dans l'om-
< bre.Tsujettes n des ngociations
subsquentes et il y aura une
. clause permettant n'importe
, laqueli des il puissances signant
la section le limitation de s'-
i carter de ses termes.si les cons-
truclions d'une nation non si-
gnataii < du trait la met en dan-
ger. La session plnire de lun-
di dm i st ulement 24 minutes et
lut pu muent dans le but il ob
tenir la formelle et finals appro
batton de rapj orts du Comit
qui constitue la matire brute
pour le trat lui-mme.
Les personnes habitant ta rue
des Csars, portion comprise
entre la rue du Centre et la
Grand'Rue, nous signalent que
depuis plus de deux mois elles!
sont totalement prives d'eau, et >
nous prient de rclamer pour
elles.
Nous sommes persuad que
mus n'avons qu' porter ce tait
anotmaj la connaissance du
Service Hydraulique pour que
satisfaction soit donne aux m-
lressants habitan's de la rne
les Csars.
LUNDI
CHOMAGE
i Arrt
Prsident
BORN'O
DE U RPUBLIQUE.
Le Monde
MARIAGE. Dans les salons
le l'Htel Excelsior a eu lieu
le jeudi 10 avril courant le ma-
riage de Madame Jacqueline
Wiener avec Monsieur Edward
Silvera.
Tous nos meilleurs compli-
nents.
Funrailles
Hier malin.ont eu lieu la Ca-
thdrale les hinrailles de Mme
Lamarlinire Denis, ne Marie
Jeanne Corine Giraudier, dc-
de le jeudi 17 du courant.
Nos c'on tolances aux familles
prouves.
Vu l'article 78 de la Constitu-
tion ;
Vu l'article 3 de la loi du 13
Juillet 1926 relative aux jours
lris ;
'Considrant que le Conseil
d'Etat se runira le 21 Avril
1930 en Assemble Nationale
pour procder aux ^Elections
Prsidentielles.
Sur le rapport du Secrtaire
d'Etat de l'Intrieur:
ARRTE
Art. 1er. Les Services Pu-
blics et les Ecoles chmerout le
lundi 21 Avril courant.
Art. 2 Le prsent Arrt
sera publi la diligence du
Secrtaire d'Etat de I Intrieur,
pour tre excut par chacun
des Secrtaires d'Etat, en ce qui
le concerne.
Donn au Palais National, *
Port au-Prinre, le 16 Avril 1930.
an 197me de l'Indpendance.
BORNO,
Parle Prsident :
Le Secrtaire d'Etat de l'In-
trieur et des Travaux Publies:
Ch. de DELVA.
i J
Halle Louer
A Louer une halle sise
Hue Bonne loi No 'ilW.
S'adresser
Gb.N.QAETJENS
BIRE NATIONALE
DEL
s Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre tnalpr sa qualit
suprieure.
; Protgez votre
votre sant en
toujours.
poche ei
la buvant
-...i.


..
V
*
PORT-AU-PRINCE
Venez voir nos
magasins de ra-J
dio par ondes
coui tes et lon-
ques. I
nous, voue donnerons une
dmonstration n'importa
quelle kti><
fotatfBN
PROTEGEZ-VOUS contre m MORTELS
"i MOUSTIQUES avec le FLY-TOX
&i
' ^. ;.
-
-4
SI \ S.J
-*&k
R, < Rl>i m Il ^lH
c o h -... k r. . . i;i-H5i;-mjj
ProJuci ,-:>,
KIUS %Y-\
FLY-TOX donne la mort
rapidement aux moustiques
et tous les membres
des sept dangers.
Naissant daas les eaux stagnantes, les moustiques
mordent 1. s personnes et les btes malades et sucent
des m crobes empoisonns. Quand ils vous piquent, ils
inj<- en' dans votre sang les germes du mal ria, de la
fivn jiuneet des autres maladies malignes.
Usez du pouvoir mortel du FLY TOX pour ester-
mi if r les sept d et tous les auirt-s insectes pesti-
lrs. Cet insecticide, scientifiquement prpar possde
s*** qualits uniformes, exactes aux preuves du labora-
toire. U est innolensit, ne tache pas et d'une odeur
agrable. Votre plus proche magasiu vend le FLY-TOX
en terblanc bleu el vous garanti! le remboursement si
vous n'tes pas satisfait.
Le *3pt
Dangers.
Moustiques
Puces
Punaises
Mouches
Blal'es
Vers
Poux.^ J
Ils minent la
sanl dos en
f&nts, des adul-
tes et 'a prouri
t. Quelques
uns ou tous
sont toujours
occups. Ils
laisseut une
trace hideuse
de destruction,
de maladies e*
de mort.
lSBESBL
CEKTIFIS KiLLING POWKB
froupSp
iqut
? Rapidement
f-*. Arrt
ViCk, frictionn'
oufotvJudar.sl'eau
^<-.?,1) chaude et inlinl
K f soulage vt /CiDQnt
VAFORUE
iurTout Refroidtssmcni
The Royal Mail Steam
Packet Corn pan v
Le vapeur oCulebrai venant de Kiugston et des porN
sud est attendu la Capitale le 6\ courant prenant
Dr l'Europe via les ports du Nord. *
Port au-Phnce, le 17 Avril 1930.
1. J. BIGIO.
Agent Gnral. T phone 2311
,lc
MALADIES no FOIE ( des REINS
VESSIE, VOIES URINAIRES
letir*. caloul. oyatkta, proaiaiita
GwrUon par Ua Comprima* da
KITINE
Vbaeptiq ua piuaus. qo, cala*
U doialiuf. clarifie le \u\am
at wut Tacida ahqa*.
AamaoV obmlnmenl inofftnnj, il tst tfuft
rnft/oi fociU, d la dose Je 3 comprims
par jour dans jn peu d'eau.
TOUTES BONNES PH ARUACIES a
UtUMTIIIE PETRIR0, 41 mi.t IrtMlll Mlll
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d'uvre varis ou
Plats du Jour
DESSERT
VINS TRES SOIGNE METS CHOISI- V.P. PATRIE


1
LE MATIN 1 Avril 1830
i *i
P'EAUX ALAMBICS
r,.iDlSTlU.EH* RECTIFIE
f \v m tkuK-m vie,
u.
RCCTiriBB |
EAUX-CE VU,
nhgMf. hCCwwkt
EROYFJLS/]
tj,tui du ihtttt.Jk
PARIS
WT.4. .ic MANUEL o fakir.
g??TiH.r IUU5TKC dr rgs
Remerciements
reslamilies J.N. Uaetjens,
,r|esN.uuetjens,rrtdericA
load uaetjeus.K brouard,
ot Lassaguol, Audre
irllque, F. Mouereau, Liesse
Juitu, Jules Uornail, 2>o-
Eer. t'ieury et autres pa-
flts remercient .bon Ex. le
0ide.it Louis boruo, le
5ieur urubull cl les uom-
ux amis quilles oui as-
tes ou qui leur oui douue
, preuves d'attacheuieul a
casion de la moi i de
m \oe Mcolas Uaetjens
rmre. nelle-iuere, taule,
Lioe et les prient de croire
toute leur recouuaissauce.
inama Rallroad
Steamshlp Line
Le steamer a Ancon est
tttndu poil-au-Piince, ve-
nt de New-York ic Diman-
avril iy30, avec: 10
agers, 119 sacs de corres
impute, et partira dans
prs-raidi du mme jour
btement pour Cris obal.
malZone.prenanl fret, malle
passagers.
Port-au-Prince, le 17 Avril
30.
Jis. H C. VAN REED
Ageut General.
I
1rs NMtunifctei Aew-Yrk
y aura une manifestation
nnnuniste le 1er mai Ni \v
ork, et elle recevra ses or
es de Moscou. C'est ce que
enl d'annoncer le ommis-
eWbalen qui va prendre
s mesures en consquence.
arlanl devant la Chambre
le commerce de l'Etat de
ew-York. a sa runion raen-
uellc, le commissaire a dit
iissi que les Houges taient
es bieu organises et se ghs-
tent dans toutes les phases
|ela vie amername.
Je pubiurji sous peu des
iieumeuts pr. venau.' de Mos-
w, traai t le plan d'une ma-
ibtation gnrait pour le
w mai.
Il st malheureux qu'il n'y
pas, Uaus notre gouverne-
BUi uue agence pour tu-
ier le mouvement rouge.
mm
toniijM
3'8Uiill<
|Ep!oTdepuisi8ia
Iconire les maladies
IPfa-uiti's par la
LE^GUIRES
|'* .-.'/ du FOIE, dl
iresTOMAC, du IM-\
\TSTI.VS,JuCZUR,\
ICO,10CSTIO/S, PA-i* .
\IUDISM,FIVRES, f5*v"i/" .. -.
I HHUMA7ISMES.) '*'
l*i U t>,luro I
Ptul GAGE
|MW$,32,R,dcGrentII.i
flTc -plu
YEUX YEUX !
erveilleue* >rteU2 ttcicatit.qu uoulre
lee maladie da yeux et de paupires.
PRODIOALUZ
Marrie ,V Fabrique eiregibtre au bureau tirierai d'U>qieir.
Piodu prpar par le docteur foartinez MenendvZ,
dcor de Croix du Mente Militaire pour
service professionnel.
Le .Prodigaluz est un spcifique, unique au monde,
employ daus la gurison radicale quelque graves et chronique qu'elles puissent tre. Le trai-
tement se tait avec une rapidit tonnante telle,? qu'elle
vite toute ^opration chirurgicale^qui eUraye tant} les pa-
lients. Ds sa premire application, les douleurs ebdaticues
disparaissent, (..'est un remde minemment elficace dans
les ophtalmies et plus principalement dans les granulations
granulations purulentes ei bienorhagiques, queratites, ul-
cres de la corne, etc. etc. i Les ophtalmies qui prennent
naissance dans les maladies vnriennes sont traites en
trs peu de temps par le Prodigaluzaqui est aussi une mer-
veille dans les intections post-oprations.
Le Prodigaluz lait disparatre les cataractes ds leur
ipuarittan. Le Prodiyaluz dtruit les microbes, cicatrise
dsinfecte et gurit radicalement.
Arnreatoutes les autres prparations base d'arsenic, de
mercure, aet nitrate dargeut et de bleu de mthylne, et
et autres femedes si redouts, en usage dans les cliniques !
Les vues. laibies et tatiques acquirent une puissance vi-
suelle piodigieuse.
;nPius de voile obstruant les yeux Toujours la vue trs
claire 1 t^es 98 pour ceut de ceux qui souffrent des yeux
guerisseut avaui mme d'avoir achev le premier Union du
il roUigaluzi et lemartjueui que, par soi. emploi, leur vue
.levieul plus claire el pius un saule qu'avant le traitement.
Avec le rrodtyatuZ ou n'a pas be.-oiu d'avoir rtcours aux
verres.
Le l'radiyaiu/. donne pour toujours un coup mortel au
traitement par les coliyies appliques jusqu' aujourd'hui
dans les cabinets des occulisles et qui sont de nalure em-
pirer la majorit des cas eu irritant l'organe si impo rtante
de la muqueuse conjonctivale.
Le Piodigauz rend uui 1 emploi il.i nitrate d'argent,
cause de terreur pour les palienis et aussi cause d'un grand
nombre de Ccile.
Le Prodigaluzi produit une sensation agrable.
Le iprodigaluz est compltement iuoffens 1 et pro luit ses
rsultats merveilleux saus causer aux patients la moindre
somme de fatigue.
Le ''Projigauz" arrte la myopie progressive.
Vous souffrez des yeux, soyez assurs que vous serez
promptemeni guris en employant cette merveille qui s'ap
pelle :
PR.ODIGALUZ"
"Prodigaluz-* a en sa laveur les' tmoignages des Juges,
des Hrocuieurs du Roi, des Chels d'Arme, des Ingnieurs,
des Commerants, des Ouvriers... etc.. etc. tmoignages cer-
tifis par e Laboratoire Municipal de Madrid.
Envoi daus tous lesk Pays Exiger la signature et la marque
de labrique appliques, sur la bande qui recouvre le flacon:
prix 40 pesetas < d'Espagne 1. Paiement contre mandats-
poste, lettre de change ou chque.
Adresse: E M. CUADfUDU PERKYRV SANTA
ENGKAC1A, No 62, tercero drecha. MADRID, ESPAGNE
PhODIGALUZ
UNIQUE DANS 10UT LE MONDE!
AVIS MATRIMONIAL
lt soussign, donne avis au
public et au commerce D'tre j
plus responsable des actes et I
actions de Madame Labante
Kaliser,Hue Aclia Geimain,
pour incompatibilit de ca-
ractre, abandon du toitjma-
ntal et cause grava. ^mm
Uue action en divorce va
lui lre intente.
Hinche, le 15 avril 1930.
Labante KALlSLR
Bar et Restaurant
Sa Coquette
M BM * SBBI Ne* MO* MM *
iTISB^riONi
'""pastilleT'-U
Ml RATON
I Mtur.l. CMATtl.- OUTON
fdoute att
Velvceta
. 11
dernier mot
en dlice.
Velvcela est un<- iil-** DOnVflllc ilans
la lahricalion du Irotna^c. Il :i une
dlicieuse savon iniounue, une tex-
ture veloute et d'une valeur nutri-
tive exee|ittomu'lle.\>lveeta contient
plus de ces prcieux linentH nutri-
tifs : Vitamine, lactose. Calcium et
autres minraux qu'il est impossible
issimiler d'aprs les anciennes
le s',
m l h odes. Le rsultais est pure-
ment du lait qui parait du fromage
et quia le got du fromage, mais
cause de sa haute valeur nutritive
qui doit tre appel un super fro-
mage,
Dmi Ii- Valveeta narlout o roui
utiuzlefromag0.il tend comme le
beurre nu en morcc:iu\ quand il est
glac.
U m- mlange, - di o i >0 par
Poui
\i >:ui< ne U n'i pi de l
: bic que \< lait lui-mme U
l'on pOUf le | Il :i-' p wr U
Velveen est un
lance des enfants.
i...av,/. u. |vihi:! Aujourd'hui votre
picier en a
PAWLEY SAL'vS
CORPORATION
Dislribtiletirs.
Port-au-Prince, Hati.
KRAFT ^FDS
le

rompagnie gnraie
Transatlantique
Lesteamei "Macoris"attendu
Port au prince, le 21 avril,
repartira pour le llvievers
le J mai, prenant fret et pas-
sagers.
Port au-Prince, le 9 aviil
19d0.
E.ROBEUN&.;o, Agents.
A vendre
1 Orlophonic-Victrola et 100
plaques.
1 Table ronde
1 Dressoir
1 Glacire.
1 Machine coudre Singer.
1 Grand Lit.
1 Grande Table
1 Commode
6 Chaises du pays vernies.
S'adiesser
OESTERLE
Sergent Quartermaster,
U.S.M.C. en tacedu Club
Amricain, Turgeau.
Colom bian Steamship
Company Inc.
Le sleamer Martinique i venant de New Vork via
ports du Nord est attendu ici dimanche 20 du courant
laissera le mme jour pour Petit lioave.Miragone.Jiiftl^
Ca\es et Jacmcl. La suite de son itinraire sera tiltlifQr
rement fixe.
Port-au-Prince, le 15 Avril 1930.
Colnmbian Steamsliip Company I4f.
GEBAHA & Co, Agent*.
t
Hamburg-Aitierican-Liael
Le steamer Amassia #, venant d'Europe, est atteodo
vers le21cuuraut partant pour Nuevitas, Santiago de Guip
et Kingston, prenant fret el passagers.
Le steamer cdicorgia. de retour de Cuba, sera ici Vffife
2' crt., en route pour l'Europe via le Nord, piennit du ftfjt,
RE1NBOLD &Ue, Agents.
On trouvera au Bar et Res-
taurant a La Coquette anftle
des rues St Honor et Grand
Rue, No 976; tlphone 2544
des mets bien prpars et
la porte de toutes les boni'
ses.
Un service spcial asure
a toutes ts heure du jour et
de la nuit : la tas.*e de cal,
de^thocolat o le grand verie
de l'AKlO au lait el glac
pour la modique son me de
vingt-cinq centimes.
Une minutes passe la {.
Coquette" vous y conduirai')
toujours.
Le visaae
comme une peinture
d'ertisle
isVH MetitomrM
M*4*ur lib
n
parce qu'ils sont moulut a\aK
un soin exceptionnel- propres,
dlicats et purs.
CUITS SANS FEU-
AU MOULINPENDANT 12 HEUR*

i.
Immo A\oim :i >li m i>;s
Toutes les Polices i
DELA
!
I
| comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux J
s
\Eug.LeBoss#Co
Une poudre qui est aussi
douce qu'une plume Lgre
comme l'air. Duveteuse com-
me un dredon l Voil ce que
disent ceux qui se servent
de la poudre Exelento. Elle
s tend doucement sur la
peau, laissant une fine pelli-
cule de poudre qui rend la
peau aussi douce qu une pein-
ture d'artiste.
L'Exelento
Volet le poeu
qui* V-dstv >t-
A t9i lt i il
Z>\ vient l'ta-
bli* la lu
tV t I ' 25 *J
I
I
Aqents Gnraux
Est un triomphe pour la
toilette. Elle amliorera n im-
porte quelle complexion. Et
elle est dlicieusement partu-
me. Elle tst livre en quatre
!iiuits,Bruntonc,Rose,Claire
i i runetie.
Eu v*nte chee tous les dro-
guiitM. Pour 0, 80 cta. s^le-
oient U eat xpdi d r-
eption du prix.
hXtLEMO.MtDIClNii
COtoPANV
AfLANTA, GLOROIA U.S. A.
Agents demande pour ton;
pavs.
tien*fez pour reuMMgiaeuitiiis
A
V3 l
le
.n.H >
Ci rnper Pncu^d'>]
paisc eu dure et
toute garantie, niai'j
paur le garautissonsj
'iiiiMToueut coinmej
a iwa |J .cUi PlShlj
L, C 'KD que
ii m s vendons
KJ. jtMtU***
f>istri buteur.
v


<. v
Sa
medi
19 Avril 1930
Le Matin
-
4 PAGES
24me AtfNtiB Na 6673
Port-au-Prince
Tlphone : 2^42
Honneur au ^nie Musical

La musique locale est une des tonnes les plus expressives du sentiment national.
Lame de tout un peuple s'y rvle. Toutes les nuances subtiles par quoi se
distinque l'expression musicale hatienne, vous pouvez les saisir, en vous
procurant les premiers de toute une srie de disques hatiens qui
ont t enreaistrs et les plus favoris du public.
Nous invitons notre charmante Clientle venir entendre les suivants dj reu

Pour
oublier
nos
m isi 'es
Choucouite
M T BAS
Curte
blanche
a.
Selon l'apprciation de notre grand OCCIDE JEANTY, l'Interprtation de ri morceaux pai l'Orchestre de la COLUMB1A PHONOGRAPHE Co.
: rendu avec une sincrit consomme et un style partait la ^musique de l'auteur.
Chacun est invit gracieusement venir entendre de la bonne musique haitienne.
Malgr les dpenses supplmentaire? que nous avons faites pour avoir ces disques spciaux;nous les vendons au pi ix rguliers, soit : 1,00.
M"" Charles MIOT
Saint-Marc
Savinien Martin,Petit-Gove
TOVAR & C, Miraqone
KNEER'S COLOMBIA
Music Hall
Porl-au-F rince.
**a*vJ0
Pour les reprsentations en provinces de la mat que COLUMBIA,adressez-vous
KNEER'S GARAGE Port-au-Prince.
T*
Une des plus forte* 'COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
i
I

-
Cours
Classioues
12me Philosophie inclu-
sivement.
[ Mthode sre, Succs cora-
ple contrle chaque anne.
Cours du Soir pour Adultes
ei Jeunes liens.
Comptabilit, Stnographie
anglaise el franaise, Da tylo-
g'aphic avec des spcialistes
pour chaque cours.
|i!lu.seigucmcn> du Franais,
de l'Anglais, de l'Allemaudjde
1 Kspaguol. Mthode sans
gale.
cous particulires de
Lt Un s, Sciences et Mathma-
liques aux lves ou en re-
tftidou ceux qui ventent
gag n r du temps.
Lours de Musique (Soltge.
Violon, t iano ).
jv mon Scohine, srieuse
si table,avac annexe pour
Etu ii ints et Adulte.
S'adresser Kue Lamarre, 1*37,
ou tlphone au No 2891
pour pli amples renseigne
Dents.
L'I.NSTUi
l'ii'PFNHAUER
Reconnu de l l uiversit
Hfciiienne.
RHUM HENRI Gardre
En peu de temps ce pro-
duit remarauable a conquis
de haute lutte une reoom-
me des plus enviables, j
Demandez toujours le
Rhum HENRI Garder*
ALUMINUM UNE
Dp-rt rgulier de NYw-Orlans t de Mobile
pour lort-au-Prince, ,.
L n steamer laissera New Ur........ /, avril et Mobil6
H pour Port 4e Paix, Goni ^
. i
i noce*
De !W-OrleauH
12 *vril
2h Avril
10 Mai
7 Juin
21Juin-ft*
* a?
Be Mobile "^Attendu a l'o*l o J^
JeAvilT 21 AtiI
te t -.Ma
12 Mai ,19 Mai
9 Juin 16 Juin
23 Juin lUJitiQ
Ce 2 Avril 19.*).
A. de MATTEIS & Co, Agents gOirac*.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs