Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03988
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: April 15, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03988

Full Text
JL
Clment Magloire
DIRECTEUR
358, RUE AMERICAIN*. 1358
TELEPhONh N 242
24mc AW-Nfcl- W 072
*
La Question I Ren Laleau
Hatienne' ~~
Avec la permls^ion^de notre
confrre La Presse , nous re-
produisons le texte des dpches
del United Press publies
^PORT-AU-PRINCE,,^: Avril
_ Le Harjt-Comrnissaire |.\m
ricain a publi une dclaration
o il dit que le Gouverne
ment des .Etats-Unis considre
comme tant le devoir strict du
Conseil d'Etat de donner suite
an plan Forbes, en lisant M.
Roy.
PORT-AU-PRNCE 13 'Avril
La population se montre cal
me extrieurement, mais elle at-
tend avec anxit la runion du
Conseil d'Etat fixe lundi. Le
bruit circule que, en raison du
doute qui piune sur l'lection de
M. Koy. le Prsident pourra sor
tir un dcret ajournant la s-
ance du Conseil o'E'.at, avant
la runion de lundi.
a
POh-AU-i H1NCE. 13 vril
Le Prsident Horno a publi
un dcret, en vertu duqnc I il
aai-once (ajournement du Con-
seil d Etat ce mutin, donnant
ainsi une dtente la tension
extrme de la situation politique
en crant une raction impr-
cise.
PORT-AU-PRINCE, 12 Avril
Le Ministie des Finances, M.
S^igado, a donn sa dmission
en raison de la situation politi-
que qui tend s'aggraver p r le
r> us appait lit du l onseil il Etat
de coiison mer le plan d la
CounnisMon du Pisidint lloo-
ver. Daiib l< quai lier gnerai
de I Opposition, on considre
la siluatiuu politique comme
tant impiecise, puisqu il sem-
ble impossible d'obtenir que les
Conseiller d Etat ratifient le
plan.
WASHINGTON, 14 Avril
M. Cottou a Ue. lar que le U-
fauin-ui d'Etal a app'ouv
i juuinemt nt du Conseil U Etal
detiet par M. borio. Si ce-
lui ci a ailifti bgi,c'e*l paice que
le I.OliSell o' ht n'a pas mu, u
donner suite au plan de a Com-
mission du PirM.en Ht/Ovtt.
Le Sous Set refaire d'E'a"
Coiion, a ajoute que le depaite-
m ni, pui lu.lt i mdiane du
Hdut-Couimissaire Russ I, a lui
tenit-nl iutu>ie aupis du Pr-
sident Homo, poui que le Cou
t.il d'Etat reste loyal vis- vis
del Cou mission.
PORT AU-fRINCK (HATI )
Le Sicle du Sigle
puj anji77iTd*Tflc or < un et
/ rilonrueen bettaal.Pri'juJrr pa-
liesce est ssse insipide. Vivra avei
ses aiiiset laisser aller le momie
renit il ta,serail eaast (on dme:
aise h ai un est entran iuihoii* de
'a paille dans un tourbillon de uni.
KILTAIRE
MERCREDI li AVRIL ltfo
Il avait; tont 'gard de l'en-
fance : les yeux candides, le vi-
sage joufflu et si drlement bai
gn de gravit soucieuse, le sou-
rire ineffable des bbs que la
danse d'un hochet amuse au
bout d'un fil... et enfin quand sa
|oie tait) parfaite, un rire clair
et dbrid d'colier en gambade.
Car malgr la^vingtaine pas-
se, ce n'tait et toute la vie
I n'et t qu'un gr*nd gosse
indocile et charmant, un peu
gt aussi, et qu'on aurait laii
bouder jusqu' l'on ne sait qu I
dessert, rien qu'en paraissant !e
ronder
Nulle discipline ne.l'avait pli,
en dehors de celle qu'il tant.
pour gagner un pain honnte, et
ne pas dsesprer ceux dont on
a charge de rassvrer l'affection.
Il croyait peu la vie, trop
peu en tous cas pour ne l'avoir
pas traverse avec un constant
ddain des jugements ei de-
consquences, et poui s'en-
laiss sduire par quo que c
soit d'elle en dehois de ce qu
en semble le dcor ternel : ses
fleurs, sa lum.re, sa musique
et les temmes.
Il tait comme d'une soif,
tourment de ce besoin tyran-
nique de tendresse, que les re-
grets contraires laissent aux
curs de ceux que les mamans
ont trop bercs, vt de ceux dont
l'enfance, dut s'endormir sans
chanson. Et cela taisait de son
amiti, malgr des apparences
frivoles, une chose trs pro-
tonde, et qui l'heure dt s con-
fidences, rsonnait sourdement
en douleurs amorties Car ce lut
un compagr on enjou, aimant
le bon vin, la bagauil. et pro-
I os lger, mais aussi uu ami
dlicat, et qui se recueillait en
des silences mouills d'atten-
drissement.
Sa conversation avait un tour
nonchalant et d un charme in-
faillible. 'Ie j illissan hsitante
el confuse comme un veil de
source, puis se droulait claire
et vive, charriant corn ni une
poudre d'or, uu opulenie allu
vion de lves, de souvenirs, de
letlures.et peu' 'ie de contri-
tions nets de rescisions mal
tenues.
Toujours ils me troub rent
ces eue tranges qui droulent
les tend esses, avec leur lassi-
tude souriante d'ternels voya-
geurs Ceux out j rencontrai
sur mon th. min, monnaient
dans leurs yeux puises de i ve,
l'angoisse du mme adieu, les
fumes lourdes des mmes d-
paris, ei les mmes petites
mains affoles de sur, de fian-
ce, ou de mre, agitant de mi
nuscules mouchons... el si vai-
long-
A Saut d'Eau
La Bndiction de la premi
re piene de I Eglise de Saut
d'Eau aura lieu le dimanche de
Pques, api es la messe.
Le Pre Bizeul, cur, mrite
d'tre encourt ge cause de tou-
tes les peines qu'il se donne et
du dvouement dont il tait preu-
ve pour la construition de l'E*
glise de Saut d'Eau.
La rcuie tant bunne en cette
Mann, u n'y a pa* lieu de se
priver du plaisir, dimanche, de
passer d'agiables moments ;
to'it prs de la grande Utduit
maternelle, el bu nlaisanle.
Mon cher Directeur,
Il y a quelques jours, le
Matin s'est proccup de Ton-
tine de ces deux lettres O. K.
que l'on prononce Ok et que
les Amricains griffonnent au
bas de toutes les pices qui
leur sont soumises pour indi-
quer que ce qui en lait l'objet
est agr, accept.
Honc O.K. = admis, conclu.
Et tous nos petits bons-
hommes en bras de chemise,
caleon court et pantalon
transparent q u i travaillent
dans lesoftices(?) yankees,ne
ratent jamais l'occasion, pou<
exprimer leur acceptation
d'une chose ou d'une autre,
de vous lancer cet O. K. d'une
voix nasillarde, d'un ton bref
et avec un accent anglis trs
nrnnonc, toi.s attributs indis
pensables pour tre amricain
compltement.
liait 0. K, qu'est-ce?
0. K. n'en pas douter, esi
un sigle qui est, son tour,
la contraction^ l'aide de leurs
lettres initiales, de plusieurs
mots en un seul. Ce dernier,
en maints ras ne peut tre
prononc que par 1 enoucia-
lion des lettres qui le compo-
sent. Le sig'e est une sorte de
formule d'abrviation qui re
sume une pense, un nom
compliqu, etc.
Les sigles sont parfois tr
difficiles dchiffrer.
E voici q elquesexen pic
A. E 1. 0. U. c est renoncia-
tion des voyelles. Chicuue de
ces lettres est la prernre de
l'un des mots suivants A us-
tri'ie est imperatore orbi u-
ueiso qui signifient Il appar-
tient a I A-tri he de comman-
der l'univers .
C'tait l'ambitieuse devise
de la Maison des Hsbomg
qui rgna sur I Autriche |Us-
qu'en 1918.
Autre sigle: I. N. R. I. LC
sont les lettres initiales des
mots Jsus hazaremis rexJa-
dncormn: Jsus de N'azare.h,
roi des Juils, traduction de
1 ironique inscription qui tut
place par les Juifs sur la
croix o lut crucifi Jsus-
Christ.
Connaissez vous l'A. B. C.
de l'Amrique? C*st encore
sigle. Il symbolise l'alliance
des trois plus grandes nations
de l'Amrique du Sud ; L'Ar-
Le steamer
**"& le 21 courant pa
nemenl puisque depuis
l,ms on ne les distingue plus gemme, le Brsil ei le Chili,
du bord. | H y a un sigle qui resta long
Puisque l'instant est un ruis- temps ndechifin.ble pour les
seau qui coule la mer, et puis- plus inlassables epigraphtsles
que d'lre. nous savons qu'un Cesl celui ci: 5. P. Q H. .es
joui nous ne serons plus, ne quatre lettres figuraient au
vous semble-i-il pas que fin- tiontou de tous les palais de
souciance qui effeuille des roses ja ft(,me antique, au dossier
sur les coupes, et la rsignation desihaises CUrules des seuu-
qui touffe ses sanglots, ne sont teur8 e||e elaient gravees
en dfinitive que deux visages suf fe soc|e de ,ou,es
pareillement tragiques de la ^ ^^ ^^^ des
Ma"s alors Ren, mon joyeux consuls, des tribuns clbres,
compagnon en all, la noblesse des csars illustres,
du reare. est-elle de rire ou de j Les savants modernes se
pleurer, quand dans le cadre du cassrent longtemps la ttt
souvenir, s'voquent tes yeux, I avant de trouver que c'tait
testhers yeux eints? I lesquatres leitres inmalesdes
" ** (mots Senalus Populus que Ho
_________-------------ma a us, le Snat et le Peuple
Roiuaius.
De nos temps, l'Amricaiu,
dans son besoin d'aller vite,
d'expdier en vitesse toute at-
Service d'Hyg'ne n'est plus
que le S. d'.i. N'avons nous
pas vu, une fois, un journal
le Port-au-Prince crire le
Ministre de l'I. P. pour dsi-
gner le Secrtaire d'Etat de
l'Instruction Publique?
Tous les bureaux d'admi-
nistration dirigs parlesam-
icains se dsignent par des
sigles: E. ('. A. ( Ecole Centrale
d'Agriculture), S.T.A. (Service
Technique d'Agriculture ) li.
l'H. (Garde d Hati), etc.
Ou n'crit plus Hpital (i-
ural. C'est trop long, parait-
n. On se contente des deux
lettres H. G. et si l'on veut
parler de l'hpital de Hinche
ou de celui du Cap-llaitien,
on y ajoute un H ou C. H. et
et cela veut dire Hinche ou
.ap-Haltitib.
hh bien, cette manie d'abr
. nitiou. de s'exprimer, d'crire
t-a sigle parait bien riJici le.
Kl le a tout l'air de tenir sa
vogue des thoriciens du
moiudre efort. C'est, en effet,
taire moins d efl-.irt que d'-
crire U G. T. P. au lieu de
Direction Gnrale des Tra-
vaux Publics, Et un peu de
pa'esse s'y mclaut ou crit la
ch >se eu quatre lettres.
Il y a cependant des sigles
que le temps et l'usage ont
ir vocablement consacrs,
tels !es P. T. T ( Postes, Tl-
phoues et Te egraplies ) de
l;ra >ce la T.S F.(La Tdcgra-
>hie Sans Fil) Hasco. mi sont
le premires letirt-s des mots
ilayuau Aiu< ricau 5ugar Co.
J'allais oublier notre P. C. S.
Il est vrai qu'aujourd'hui, elle
n'est plus que dbris et sque-
lettes. Il y a. au sujet de ce
leroier sigle, une anecdote
i m usa u te. Au temps o la
P. C. S avait des wagons et
des ouvriers pou les pousser
sur les rurl-i, une quipe de
ces cheminots taient occu
pes. un malin, taire avun-
Icer sur la voie a lorce du poi-
gnet, uu lourd wjgou ,1/inge
uieur Tippenliauer assistait
la besogue de ces gaillards.
Ceux-ci euriiit l'ide d'uni
plaisanterie son adresse et
croyant que la syllabe 7V |!;ii
laquelle commenc ut sou nom
n'tait que l'un de ces prfixes
diminutifs que l'ou place si
lourammeut devant les noms
des gens eu H.iti, ils iuterpi
ci fin ainsi le sens oVa trois
ettres P. C- S crites sur h
wagon : !' C. S. : Penhaue
c BOL.
Tippenhauer qui avait en
i ndu 11 qui avait.ee matin l,
'me la plaisanterie, rpli-
qua de sa grosse voix fami
ure:uNou,ca vtut dire: Pons
ez a, sal... a
Vous voyez qui l'on s'ex-
poserait si l'on s'avisait d'ten
tirs cette sotte habitude de
ue s'exprimer qu'eu sigle.
Le Monde
M tFUAGE. 1-n l'lise af-
Iropoiitnine de Port-au-Prince
sera clbre le 30 avril cou-
rant, 5 heures 12 du soir, le
mariage de Mlle GeorgMte Ro-
main avec M. le Dr Lionel L*
''lummer.
Meil eurs compliments.
-
NECROLOGIE. Hier ont eu
lieu les lunerailL-s de notre ex-
cellent ami Jules Canal Irop tt
enlev noire affection et
celle de sa tamille, api is une
oiiMc maladie.
C'tait ,un icaraclre loyal et
droit qui ne savait |amais dis-
simuler, un homme serviable
et bon, foncirement honnte.
Aussi laisse-l-il d'unanimes re-
grets dans tous les milieux.
Nous prions la lamtlle Rois-
ioihI Cai.al et lOUS les patents
prouvs de recevoir I expres-
sion de nos sympattiiques con-
dolances.
-- Le dernier courrier nous a
apport la nouvelle de la mort
de Mr Guarin Gonzalez, ancien
Charg dAtaires de la Rpu-
blique Dominicaine, qui vcut
longtemps parmi nous et s'attira
de nombreuses sympathies.
-\ujourd hui ont heu eu llv
glise Baptiste les lunraill s de
Mme Vve Paul Emile Latortue,
ne Bonhomme.
Nous prsentons nos sincres
condolances aux parents prou
va et particulirement au Dr
Jus in Lalortue, fils de la re-
grette delunte. M. el Mme l.ys
Duvigneand, noire conhre
Frdric Duvigneaud, directeur
du a Nouvelliste .
Nous avons reu de Port-
de-faix la triste nouvelle de la
mort de Mme A de Rougemont,
ne Rosa Charlemugue.
Aux parents prouvs par ce
deuil, nous envoyons nos meil-
leures condolances.
Pour certaines dsignations
les choses se corseraient
mme d'indlicate faon. Ce-
lui l coin mettrait, en effet,
une belle galle qui, en belle
el bonuc compagnie, s'avise-
rait de dsigner par un sigle
tonn des lettres initiales des
mots q u i composent leurs
nous, les bureaux des Postes
et Tlphones ou cette laineu-
se association secrte des
Etats-Unis, le Ku Khu,
Essayez les deux premires
letties de Poste Tlphone,
puis de Ku Klu.x.... DattScette
ordre l'ide, il iaul avouer
,ue W C. suffit
Il y a un sigle trs difficile
Je.h.flier, c'est celui qui fi-
gure au bas de t nts les actes
ilficnTs diits par Pilate au
cours de son piocousulal de
Galile. Il se compose de ces
lettres: P. P. D P. N. T. Que
siguilie t-il?
Quel lecteur du Matin nous
le dira ?
*m*
Haiiburg-American-Line
venant d'Europe, est
fret.
a Agassi" , venai '^"i"^""'^ ruha i faire, dans sa hte de raliser
nt parant pour Nuevitas, Santiago de CuDa J^J" a cr |e 8Jde Ju
vers le sigle La chose a pris de telles
proportions que ces gens
afiaires et presses ne a'exuri*-
o;ent plus qu'en sigle. Natu-
relleiueut tacontugn u tut fa-
cile l'bez nous o k don d'i-
mitation n'est pas le moindre
de nos dfauts (l)aiwiu au-
rait il eu laison?; et il u'y a
plus qu'abieviation parer,
abrviation par l.
Veut on dsiguer la Direc-
tion aerale dts Tiavaux
publics, on n'crit plus, on ne
dit plus que la D.G.T.P., le
AUX ROY
28 annes de succs.
La fin de la Grande Arme
Il y a dj des brches elbienlt sera la dissolution Grande Aime des Disques Odon .
Quelques Numros de notre stock sont dj puiss, d outres
vont finir vite et des Numros prcdemment imports ne
seront plus commands car nous aurons ri travailler sur des
Numros nouveaux.
Livrez donc bravement et au plus tt un dernier3 assaut
contre les superbes bj aillons de Mistinquett, Monteaux, (ouin,
Mno- \alin, Aiichilelti, Valse V iemwise. Jazz, 1 ous liwes. Salis
0' chestres, etc. etc, car t ous i eg ettvrez de ne plus trouver
lauenir ces disques mcrveilleur qui dans une parfaite com-
munion de l'etprit latin et des belles affinits de ta race ont
po* l dans tout / pays l'lan de la grande joie et du plaisir
dlicat.
Si aot, AQtMZ pas un Phonographe procurez-vous etmtmi
un Portatij PcLRLES, aimi sonore qus le$ gran4m ma*
sftnsfi
Bazar Odon
J. KAHAYANY
Angle Grand'Rue et Rue Prou.
... a vu le 14 avril, durant lou-
' la journe, ut e fbuli nuite
11 n m murante t i ur du local
(in t onaail t Etat. Celte foi le
trie un brait de son remous, de
m i gestes et la me de 11 ntei i
meai et la rue Dat l< s DeatotH
rhes, el les outoa alors poi r
passer, coi n lent, \.. naienf
de toute s U u, s foi i es, el cela
si pasaail -ous i. rtgard9 pla-
cides, presqu'indiffrent dirait
on,de deux gendarmes apput
la barrire du Consetl a'Etat,
,.... voit, depi ..j trois
louis, des i ajnrons charges da
visages inconnusqui traversent;
la bouline, les uns de- la Ca-
pitale. Ce sont des imisds pro-
vinca nui sou; venus tout ex-
pis saluer I l chou, pur leCoi -
leil d'Etat, de M. Eugne Roy4
candidat la l'u deni 11 can*
didat de tous les groupes,
*

... voii qnil i si lis difficile
de travaillei durant 11 g joui s
d'lection prsidentielle, Les r-
dactions de journaux sont en-
combras de B met is qui, sous
prtexta d'apporter des nou-
velles, viennent au contraiia
uvoii brodi i sans et
r sous une foi me (oui
l'.ni nouvelle aux ba ls qui, de
leur ct, vont les rpter aux
aunes. Cesl ce qui tntretiant
cet tat da surexcita talion dont
personne ne peut d'ailleurs tirer
aucun profit.
fioui poi
i s offrir
... a vu une petite flasama r-
veusement assise sur un des
bancs uu Champ-de-Mars et qui
regardait de tous gaa veux la
foula qui tournait autour de la
tente du cirque Saenz, Autour
d'elle qui tait Ilatriataon pai-
luit de changements, d'amlio-
ration conooi que, de retrait
progressif de I occupation, de
la reconatruction di b institutions
nationales. Elle, II) se deman-
dait, dans (oui cela, est ce que
sa profession lui rapporterait,
comme par le paii , de quoi *e
payer uu loyer, quelques robes
el sa nourriture '

... I vu, lundi soi-, la long -les
quais, un COUple gui se prome-
nait lanternant. La main de
l'homme ceintura il amouranae-
inenl la liiille de la jena fille
qilllait viue de rose el poi-
tait. sur les CheveOX trs noirs,
un |oli bonne! basque. Nul ne
pouvait entendre ce qu'ils sedi-
saient. Mais elle, elle buvait si
dehcieusi nient les propos tom-
bes des I. vies de son ami, et
lui, il avait pourae pencher sur
elle t lectiou que Ton sentait bien que
c'taient des limes qui venaient
prendre la uu r et le ciel t
moins des sentiments de ce qui
chantait dans leur cur. Des
romantiques, certes. Mais na
l'est on pas ds que Ton est heu-
reux?
*
... a vu un homme politique
qui, assis l'Htel de Prance,
i n compagnie d un las de coll-
gues se daiachei deux, pendant
une minute et se rfugier dans
un coin. L, vans penser que
Nothu il pout i ait une secon-
de le voir, il sortit son porte
feuille en prit uni petite phoo
la icgaida longuement et, mal-
gr loi, comme s'il n y pensait
pas, ses nains lappioiheieu*
df ses lvits limage de et Ile
pour qui, peut e le, il s'est jet
ui.na la mle... 1 tisonne, si ce
i tal .Notre il, ne le vit.
*
#
... a ri sur la roula da licor
ton, lunai soir, un coupla qai
sVn allait dans une Lnry&lek.
L'homme avan l "ir dtbaucher
une idylle il !a petit* Umnie;
hi.bi'e et fe.n.c, sembl il voc-
lon lui i cde qi i
palils attend t
vauitment le ie.our du ni
au foyer dteerti


Pftfi-2
UE MA1N- 16 Avnl 1MU
y..jae*
Nouvelles QuclqueslivresdelaN.RF.
Etrangres
l/'or ru //' )
14 \vril
BHESCIX Italie Berai Mil /.
a t ble >'. mais le compte
Vinci a rl .ipp ; la morl quand
i ur ctr se renverse asjoa bai
cl uis la course des 1' uO m res.
n icolari o gagn av-c une vi-
tesse moveine de 100.4 m II's
par heure.
LONDRESLs prochaine
seition ?ai U deniers reu-
i ion plnirc ser^ u-nue 'un li
quand les dlgus statuent- l
aur les rapports du premier co
mit de la ronlrence. Le rap-
port de ce comit est vital
l>>ablissement final du trait
l'ii des rsultais majeurs de la
conlrence dans l'opinion dVl
experts d'ici esi que le glas tu.
tbrs des dreadnnughta i
probablement nonne. Il a t
convenu qu'aucune nation ne
r > t btir a }am is des bat a> x
de .'i.lHIU tonnes
Le secrtaire S nnsondans son
discours par radio a envisage I
confrence de Londres comm-
une nouvelle tape de progr-
?ers le dsarmement mondial,
dclarant que nousavons aitem
un niveau en limitations d'at
mements plus haut qu'aucu
de nous en aucune dlgation
n'esprait pouvoir tre atteint
quand nous vnmes ici.
LONDRESLe Daily Mail ce
matin dclare que le plus lor
midable instrument de guerre
jamais conu par I Domina. lia'it luiis les engins etl'rs--
pleavoil d69 CCUI sans mer.
Il morl est en train dlie ein
magasin en secret en Angleiei
re. Cette nouvelle i. rreur il i;
guerre, dit le journal est un se
roplane torpilleur gant opran
sans quipage, son moteur e
sou parcours seront rgls par
OH mouvement d horlogerie tt
son blindage es- I preuve des
bombes.Le mcanisme par mou
veinent d'horlogerie est prpaie
d avance pour oprer un cer-
tain mouvement et une place
dtermine. A l'ai rive, nu mo-
ment ptcis, le moteur s'anle
et la machine entire jette sa
charge mortelle et crabouillan-
te sur la terre.
LONDRES Le secrtaire
l'Extrieur Hendersou prdit que
la ligue des Nations tonnera
une session pour complter le
travail de la confrence navale.
Dux dirigeables
gant plus formida-
bles que le Oraf Zeppe-
lin
LOS ANGELESOn construit
actuellement a Akron Ohm, 2
dirigeables gants pour la mari-
ne des Etats Unis qui crans*
ront le (ira' Ztppelin,a dciai
V. R. Jai obs,dir cte ir de la ->c
tion de ventes du Zeppelin (iooil
year aux membres des sections
de la Californie du sud de la
socit les ingnieurs de ino
leurs.Let dirigeables de la Mari-
ne, a dit .lacobs.seront BUX'roi
quarts plus grands que le G il
Z-ppehn et les plus larges du
l'air. Le premier dont la plus
grande partie d'exprimentation
a t faite cotera 5.100000
dollars.Le second qui profite d- s
expriences drivant du premier
cotera 2.500,000 dollars. Tou
les moteurs et autres parties me
caniques, except les hlices.se
ront dposs d ins la fabrique
cot du dirigeab e,de telle sor-
te que les mcaniciens pourront
effectuer des rparations tandis
qu'il sera en l'air. Chaque diri-
geable portera 6 aroptanes qui
peuvent tre lances, letourne
ou accrochs en plein vol. il
peuvent tre lancs pour prot-
ger le dirigeable en cas d'atta-
que ou se dployer en pat rouit
les.C'est cette particularit qu'on
dclare tre spcialement prati-
que dans le vol commercial. De
vastes dirigeables portant des
cargaisons travers le pays peu
veut dcharger des articles cer
tatnes destinations, en les envo
yant au sol par des aropl.-i e*.
dtachs. Jacobl a du qu d n y
a pas de limites connues la
grandeur a laquelle un dirigea
oie peut tre construit et a usai
loin qu'on', t les modle-* ac-
tuels, ils augmenteront encore
d'efficience jusqu' une capacit
de 1 j millions de pieds snbea.ca
qui reprsente a peu prs 15J
pot' cent de plus grande lai
geur qu' prsent.Les Etat9 Unis
sont en premire ligue pour la
construction des zeppelins par
cequ'ils on. un monopole virtuel
de s sources de gz fi hum pou.
liuhaiatioii.Si 1 elirmagne v>.
; loalsOii appioVisio
d'hi liaiu d lis u in.it / i p
i
Salomon, Edmond Fleg
Unes vie j de pus < 1 a11 li
belle collection des hommes il-
lustics. Seulement, voua bien
longtemps bien longiem o qu'il
a vcu celui dont l'h stoire nous
esi aujourd'hui conte. Sur lui.
certes, il y a quelques docu-
ments : l'Ecriiore. M os le cam-
per dan son cadre aucien : d
ermiUMf si peu uns ce soit se
seuiiuients d aprs .ses gestes, il
i fallu pour mener a bien une
(elle entreprise, un^ imagine-
HOC trs vive, un gou 'rs su j
une critique averoe. i.Edmou 1
Fleg a ces qualits et ce qui ne
gte rien du style.
Grce a lui le roi Salomon
i est plus dsormais pour nous
.m per>ouuag>' pnv|Ue l*gei>-
laiie, mais un tiomine lO t
coui l avec ses p. sions m s gr.i- -
icuis qui en lo d ou plu un
cire a pat, mais un exempt n< ,
l ailleurs raie et lits ldVoiis,e,
dota pauvn- oum'iii'.
Patchouli, Armand Sa
lacrou,
u semble que ce soit un fn-
Ole, ce l'aie liouli. El trs fine
ut m auaiy e. Il n'est pas de
/ouivudc i.oini ni de courage
puisque, i occasion, n est ci
pable dentier dans une c.ige
iux lions, ktais a l-it peur de I a-
.nourV S'il recule deVtfUl dis
i .nui'-.sinon devant l lemme,
cela ne 1 empche pas de causer
des catairopnt, des lunes, un
uicidc. L)u moins celle* qui de Victor tiuyO,
l>es Proos du Comte
de Jlorangies M ar t
Chass dyne
tue Un roman romanesque ne
contient autant de pripties
bizarres, tranges, mystrieuses
que cette extraordinaire histoi-
re. Les gens de loi, la police
la justice en lutte avec les gail-
i irds les plus retors, les plus
au lecieui qui se puisse imagt-
ner.Leurs habilets, leurs ruses,
leurs teintes, cela est conlo i-
dre les routiers les plus terribles
dans le chass-crois des pro-
cdures et des codes.
L'aflaire de Morangis est si
obscure, si complique, que
luges et prvts s'y perdent.
ui mme \>- hros de cette tan*
iHsmagoriqus histoire s y re
conualirat il la fin ? On n'en
est plu* bien mV Que ne se lit*
il I-uilli o.oste? Son imagina-
tio lui pei mettait d en tre le
premier.
Mais a une fi i, mrae les procs m-
tet minables. El Morangis et les
lit n I ippruent a leurs dpens.
Cette htsioue par elle-mme
est d uni liens intrt. 11. i.has-
s Hgue par sa lao i l'eu mon-
bei le-. Il u mies pripties en
a encore miensifie le rcit co-
casse et phirainineui.
Lon Treich. - L'Esprit
s i ululent ou se lt feill
..use de bonne loi peut-tre
j ie c' ait aichouli.
E a et- de ce p> rso mage
cuirait ce Mousieai Je Sjiii -
.ioix, esl une b eu drle, uu<
oten curieuse ligure, quutq le
,jus ne neuve eu somme. U
pige, tnfin, o il y a du sou
ne, de ifl soutirauce aussi.
Tout comme dans la vie. El
c'est crit daus uue langue
. liai manie. Mais qu esl ce que
cela a ou donner aux (eux de la
rampe ?
() < a Iun4ii I | le te ni-
lieu, te poi gnial. O i on-
na sat le oui itcn*r(le Ira-rai
t'irg", le pamptlltaice. E vo'ci
1 b ivb no n n, d.nsl'i i imu.
Les mots d'esprit c'est souvent
une pei sonnaille mise nu. Hu-
g , homme d esprit, il l'tait un
peu pms qa on s'en doui m.E il
en avait parfois de tortes cet
olympien.
U i p 'U livre a lire, e>l so i-
geanl q.iiM grand ho.n ne est
souven bien ouveui,tout prs,
tout p es de nous.
Demain est le Jeudi Saint, mains; il sert la conscratio i
jour commmor avec pit par des calices et des autels, a la
/ univers catholique. Nous cro- bndiction des cloches, S la d-
yons faire plaisir nos lecteurs dicace des glises; ou en veise
en reproduisant leur intention dans l'eau bapus nale. L'eau nous
les ligna suivantes :
u
Jeudi-Saint
La IteiicHi lion uYv Saisies iiu les
Celle bndiction, trs solen-
nelle, est rserve l'Evque, | sainte Eglise,
et n'a lieu que dans les Eglises
cathdrales. Ede se l'ait la
messe du Jeudi Sain'. Eu ce'te
circonstance la Lithurgie de
ploie un appareil inaccoutum
itguliremeul, do.i/e prtres
en chasub e, sept diacres et sept
sous diacres, tous revtus des
Ornementa de leur ordre, assis-
tent a cette loin -lion.
Les Huiles consacres sont au
io ubie de trois : I Huile des In
ii mes, le Saul Chrme.et I II m
le des Calhchumeues.
L Huile des Infirmes ou des
malades, Oleum Infirmorum, c
la madre du sacrement d E\
irme Onction. Elle esl lune
d huile dolivesaus aucun me
auge, et i Evijue la bait,api es
ta couscraiiou de la mess. .
vaut de commencer l'Oraison
dominicale.
Celte hune doit eflacer duo
le chrtien mouraui les resl
du pche, le fortifier dois i.
dernier combat, el. par la vci
tu suruaiuielle quelie possde
lui rendre parfois la sa ni dt>
corps.
Les fidles, en assistant lu
sanctification decelte huile qui
coulera uu jour sur leurs mem-
bres dfaillants tl par. oui...
leurs sens pour les pui ilh i
penseront a leur deruire hc-ui
et bniiout I inpuisable bouu
du Sauveur dont le aaug coult
si anondauiiieui avec celle pr
Ci Use liqueur m ( liossuel ).
La pms noble des buinlrk
Huiles csi le i.lirme, Sunctum
ChrUma.
Ces) aussi celle dont la con-
scration s'opre avec le plus
de ompe et des circonstances
pi as mystrieuses. Dansl'Egli e
i.l.,. .... v I UU lUCI.l .1
i ci Ue Dauiiie,
mais les ) ni ix. plus favori-
ss par la flore et le climat, foni
eiilrerdan.s l'huile du Saint Chr-
me jusqu' 33 sortes de par-
fums qui luicoiuinumquea une
udeur dlicieuse. LeSaiinChi-
uie |oiul iS chieiieu aussitt
apies so i ba,te.u. il couie sui
lui n litre au b t pleine la vie
del g'ce. L'Huile du Chime,
no te confirmation, nous con-
t i e la force dont el e est le sym
bue, et nous o utuunique la
virilit chiiienne, le caraciie
de fidle adulte et militant de la
La troisime des Huiles sain-
tes est appeler lllune des f.H'-
chuuiues, Oit u m Latechume-
norum Sans eirc la maiieie d au-
cun sacremeiil, elle u eu esl pas
munis d'origine apostolique et
sa bndiction, quo que moins
pompeuse que Celle du chime,
esl cependant plus solennelle
que celle de l'Huile des Malades.
L'Hune des Ca chumiies, tiiie
d huile d'olive pure, sert daus
les crmonies du b iptme.pour
les onctions sut la poitrine et
entre tes epauies. Ou (emploie
aussi a lordiuauou des p-ires,
pour l'onction des mains, el au
sacre des rois el des renies. Eu-
tin ou eu veise daus l'eau bap-
tismale.
Le Saint Chrme et l'Huile des
Cale. Iiuuiiiessoiii beuilesapis
!j co umuiiiou de la Vlesse. Ou
va les dieicher eu p. occasion :
le poses aui une iabie, devant
. autel, 1 LvqUe el ls prires
, o l'assislcut socitll jii sui tilts
mis lois eu forme de cioix ; el,
oisquelles ont t consacres,
Us les saluent respectueusement,
i trois repuses ditlrentes. Eu-
tin, on les reporte procession-
.v. .n .ueni au lieu d'o ou les
v .m pi istS.eu chaulant les s'io-
ues de- la Ucile hymne cuiupu-
ee "U VU sic. le par V uance
cr uii.n. evque de Puitier :
O lii.dtmptor.sume carmen te
dttl conementium 0 tiedemp
tciir uynez le cantique de ce
. Iiueur qui vou* clbre.
Idhtliuiu di.is i. tu..! / i p -r------, - ,. .
Ut-d,e.ep ud U> ,c p- lt l.ou. du coutume, i. esl c
Ik remplir pourvuq | .-- ^^
AUSMUHINOMIL
Je soussign, donne avis au
public et au commerce n'tre
plus respousable des actes et
actions de Madame Labante
Kaliser, ue iclie Germain,
pour incompatibilit de ca-
ractre, aoandou du toit ma-
mal et cause gtavo.
Uue action eu divorce va
lui eue itittutce.
liiuct.t, le lbaviii 1930.
Labaueie tv.AUdft.rt
Le premier pas vers une bare
parfaite
t in- lame neuve de ci licite dans voire rasoir
de lOret Gillette, vous expliquera pourqu'
la majorit des hommes aimentss raser A
avec la Gillette, Menez-voUi le la cou
Irefaon Les vraies lames Gillette,
portenl Cette tnar ;ti
de Fabrique >"^^
our avoir une barbe Mi
Servez-vous du i.i-oiret
des lames Rasez-vottt, voua m
me. et servez-vous
sxhsm
j d. maxvkll x
-i. in uniutiM'
Gillette Blades
-Giilotie
New-York, Rio et Buenos-
Airs Litie, Inc.
Angle ta K ir> Hauls lK>lourhes d Nat|asiu le I Etal
l'orl-au l'niice. Hati, IMioii .1401
L'hydravion taisent le service Buenos- \ires Miami lais-
sera 'ort-ju- riuce le Mercredi 16 avril vers 12 h 20 p m.
p-eiim l mule, le fret et les passagers pour les ville
suiva ns :
Santiago de Cubi, Cientaegos, la Havane et Miami.
Pour tous renseignements, s'adresser au bureau le l'Agent.
L ni ivi'iium de s curiie vous est ollert par l'hydravio
qui survole looj mis aun champ d'atterrisage : la mer.
Voyagez par la Nyrbaliue.
I. hydravi m faisant le service hiatm Buenos Aires laisser0
Po t au Prince ; \endredi 17 avril crt. prenant la malle, Ie
Jrt et les passayers pour les villes suivantes :
San l'edro de Xiacoris. San juan. SI Thom s. St John. Sta
Lucia, art of Spam. Geome own, Paramaribo. Kiontenegro
Para, Sao uiz Amarracao.Foilalvza hatal Reafe, haceio
Aracaju. liahia. Sao jorqe dos llheos, Caravellas \ ictoria
Campas. Hio ae Janeiro Santos Honanopolis Porto Alegre
Rio Grande do Sui \iont<>video il Buenos-Aues.
i our 008 renseignements s adresser au bureau de l Agent.
Pour la Rapidit Le Confort La Scurit
\ oyagez par la A yrba me.
Un incendie
la Gonve
Un incendie a . I d la se-
maine derniiea l'Anse Gilet
o se t ouveu tablis comme
on le s ut, les prin tpaux srvi
ces de a Gouave Sept maisons
ont t la proie des flammes.
Parmi le-, v ici unes se trouvent
Mine Ce'ii'ie l)n|(uerre qui a
perdu ,'J liaisons. Mm Chiu-
bin. M n- tdancie E leune et
Louise Alex.s
On peut valuer les perle
d'aprs nos correspondants,
Quatre mille gourdes, ce qu
et considiable pour de pau
vies gens qui ont perdu dans
cet incendie tomes leurs petites
conomies, ainsi que leurs mo-
destes mobiliers acquis au prix
des plus pnibles sacrifices.
Nous corn na lissons de tout
cur su mifieui qui frappe
nos .nu s de ca Gonve.
Aasure/.-vous contre accident
la < General Acciden Fire &
Ld Assurante Corporation Lt
unted > Vvf t7 Iv'rrninghan.
%ajni G n- rai pour Ha*f.


PHARMACIE
PRINCIPALE
H. CANONNE
40, Rue Raumur *
9S-90 90ULEVAR0 StBASTOrOL
PARIS
vendant
LG triIXEDB MJLROKk DU soins
Produits dei Prualres Msiqnei
et toujours de premire frakluur
UNE SEULE QUALIT:
LA MEILLEURE*

RAYON 8PCIAX
POUR LES COLONIES
DROOCBRIE, UK1U30IU8TKR1I
SPCIALITS
FranaUt t truigrea
SELS DE QUININE HJR8
Tous produit* en flacon,
ampoules, comprims, cachet.
SOLUTION!* HYPODERMIQUES
BANDAGES. CEINTURES,
BA9 A VARICES
APPAREILS HYQINIOUM
pour tons usages
APPAREILS ORTHOP0IQUI8
Seringues hypodermiques
PHARMACIES |E POCHE, DE VOYAK
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, etc.
Projets de Factures
et tous renseignements
stw dmande adresse
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUMUR
M-ll, I0ULEVAR0 SBAITIPIt
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en Franoe ni l'Etranger.
A. il nu u i 41 ra Ion Ueorsle des Pssts1
Avis de dpari
Les dpches pour New-
Y >rk e l'Europe via New-
Y'.rk direci) par le steamer
Cristobal seront fermes
'i ercredi l( du courant.
Port-au-Prince, le 14 avril
1930.
w
9
C&
<0
'5
^
\u
i'ii
Sant Beaut
KOLYNOS vous nettoie les dents,
les gencives, la bouche toute en-
tire. Sa mousse agrable et par-
fume dissout la pellicule, dtruit
les bactries qui causent la carie et
rend vos dents clatantes de beaut
et de sant.
Essayez Kolynos et remarquez la
sensation de fracheur qui vous
restera dans la bouche. Un centi-
mtre sur brosse sche suffit.
CREME DENTIFRICE
KOLYNOS
Me
CE SOIR
A Feu
et Sanq
En'r e : 1 gourde.
DEMAIN SOIR
Pour la dt-nnre fois, le film
levant tre expdi m Domi-
ticane :
La Rose
Effeuille
Ou Ui. M.racle de Ste Thrse
de l'Entant Jsus .
Ce Film qui a b tlu les re-
tords en Hau par sou beau
mlange de religion et de cou
ventions mondaines, aura .-re*
ment la dernire attention do
public, avonl qu il quitte le Pays
surtout en cs jouis j-aints o
les esprits ont lani soit de Foi
et d'Esprance.
Entre gnrale : G. 1.00.
Parisiaoa
|CE SOIR
he'jo i rilu. redemand:
Le Comte de
Luxembourg
Si--lr ..o ; Balcon: 2.00. *
l>l- v U.N StliH
A Poe ftsion do Jeudi Saint us
grand film Religieux :
La Vierqe
au Porlail
Un Miracle de Notre Djmc
I ourdes .
fiatiie : 1.00 i Balwn : 3-00.


LE MAIIS 16 Avril IBiW
ifcftUb
t
tl\TE SIR LIC1ATI0R
veitu d'un jugement
iu par le Tribunal de pr-
fet siance de Porl.au-
ncc le 17 Octobre mil neut
! vingt "*u, ordonnant te J
ine des mii cession et com-
uie de* poux Exum
Luerre. de leur v.vaut.pro
5L,re,demeiiraiitetdomici
lJ Keiiicult 5' nie sec ion
y dts Sourailles, cuiii-
UDC de Petiou-Ville ; 2od'un
ou.l j.gemeni rendu p;.r
Tribunal de p emiere lot*
JL de l'oit-au-iunce l
\|yrs mil neut eut utnle,
iinani le wpport des ex
misera piocede le lui d
utiuiiAviil rail neuf ceu *
le. a deux heures de IV
s-midi et p^i le miuistie
Me Adie Lamoihe.Notai-
a |a rsidence de Ption-
ne, tonirais a cet eftet, a la
lt au plus otl aut et der-
encbensse. r d'une pio-
ieic Ibudi et btisses sise u
)Uct Keuscoff, 5eme section
raie des Sou i cailles, com
idc de pettou-Ville de lu
otcuauce de cent quatre
igt st pt pieds six pouces de
ajc mu cte sud, le cie
pos nord mesurant cent
aire vingt sept pieds troih
ces sur quaire wngt six
...au tie hst et cinquante
tds au cte Ouest, bo uee,
von- ; au uord et re'
r le resie de la proprit,
_sud, par le chemin de Ko
u-Kenscotl et l'ouest par
.passage coramuu contigu
L proprit de Mr Franck
litr'iu, suivant plan geo-
etr.1 de l'arpenteur Heli
liolouge.Tellc d'ailleurs que
Ite pi op ne te se poursuit,
impoiit ci seu-ud sa >s au-
iqc excepuou ni reserve.
Adjudication auia lieu sur
qiisc a pi ix de huit ci nts
illais, "i aiuiicam, lixee
r les expens, outre les
Kaigt-s de I eu. hre 01 800.
Aui requie, pouisune el
hligeuce de lo Mad me Vve
lorcus Jean Baptiste, ne
mena Laguene.propi ltaire,
emtur..nt et domicilie a
urt-au Fiiuce, *2o Mudami
conette La^uene, piopri
pire, dorai' ilie Purt-aU
r.nce, demi uiaut actuille
iiCDi a Laua^ue/ ( Cuba ), >><
e lirul Piih Jt.au Ba, liste.
uleui da il .tes u meurs l'n
.l.hleuuou Euiuie.t i Odete
aguerre, lesquels miueurs
tuaut par iepresema>iou de
turmre Maiia Laguerre; 4o
artial Lagutire, 5o Mon-
iteur lsaac L.guei i e Ou Albert
igueire, 7o Madame Paul
lucice, 8o le sieur Haut
iueice, celui-ci en couse pour
auto s.;ion ruantale, des
Utrm. rs.propi letau s,de un u
M' et domicilie* a KeUMoff,
5eme sectiou des >ou {Jiuuiuue le l'etiou-Ville, Ar-
Muuissi raeui de Foi t au-
jriute, tuu ayini pour avo-
cais Mes heiiuauu Baron et
ihauuse N.Auguste,avec elec-
liou de domicile en leur ,a-
biuetsis i ori-uu-Prince,Rue
Houx No 337.
Pour plus a m pi as rensei.
|ueuicnts, sadiesser aux avo
^is poursuivants et au i\o
laireAudre Lauiotue, ue^os
ire du ca.ier des cha^ev
f ri a, Pu lC.,u 12 kvn ISWO
0. ttAtiuM, av Aihauasc
M. nliCiU.Mfei, av.
YEUX!
YEUX!
Merveilleuse cration Scientifique contre
le maladie de yeux et de* paupire.
PRODIOALUZ
Marqnc de Fabrique rarcfislre as Kureas Geirral d'Ihyisr.
Produit prpar par le docteur Siarlinez Meneiuiez,
dcor de a Croix du Mrite Militaire uour
service or^tasio tnel.
Le aProdigaluz a est un spcifique, unique au monde,
employ daus la gurison radicale des maladies des yeux,
quelque graves el chiouique qu'elles puisai m tre. 1 e irai- ,
lement se tait avec une rapidit tonnante telle, qu'elle
vite toute ,oprati n chirurgie de qui elruye tant les p<
lieuts. Ds sa premire application, les lonleurs et f digues
disparaissent, i est uu remde emiuemmeii tlfi ace dans
les optiialmies ei p us principa meut daus les granulitions
grnuulatious puruleutes e, bienorhagiques, queratites. ul-
cres de la coru6e, etc. etc. Les ophtalmies qui prennent
naissance dans les maladies venrienues sont raitesen
trs peu de temps pur K iProiigulusaq >i est aussi une mer-
vrill dans les mlecioiis posi oprati. us.
Le a^rodigaiiz* toi dispar.iire les ctar-cte d^ leur
Aiam.'i.m. ce ProJiyuluz diru-l les microbes, cicatrise
dsimeite et guerii ladicalement.
Arrire toutes les autres prparations base d'arsenic, de
mercure, el nitrate dargeut et de bleu de mthylne, et
et autres remdes si redoutes, en usage dans les cliniques I
Les vues iaihjfcs et tatiquees acquirent une puissance vi-
suelle prodigieuse.
Plus de voile obs'ruant les yeux Toujours la vue trs
claire 1 i^es i)8 pour ceut de ceux qui souffrent des yeux
gurissent avaui in De lavoir achev le premier flseon du
tPi'odigiiuz ei iciu |ue il qu<, |-a so emploi, teoi vue
devicul plus claire et plus uis au qiravant e Ira t> n n
Avec te frodigaluzoa uu pas be oiu l'avwir recours aux
venes.
Le Prdissiez donne pour toujours un coup mortel au
traitement par les coi iyi es appliques jusqu' aujourdhui
daus les cabinets des icculistes et qui sont de nature em-
pirer la majorit des cas en irritant l'organe si irnpo rtante
de la muqueue conionctivale.
Le Prod.gauz reud uui l'emploi dJ nitrate d'argent,
cause de terreur pour les patients et aussi cause d'un grand
nombre de ccit.
Le fio iialuzt pro luit une sensation agrable.
Le Piodibaiuz esi couipltemeui i. ilus t et podu I ses
rsultats mervtil eux saus causer aux patients la moiudir
m nu- de taligue.
Le pro.ngauz arrte lu myopie prog essive.
Vous souffrez des yeux, soyez assures que vous strez
promptement guris eu employant cette merveille qui s'ap
pelle :
-PR0D1GALUZ"
"Prodigaluz" a eu sa laveur les tmoignages des Juges,
des Procuieurs du Roi, des Chefs d'Arme, des Ingnieurs,
des Commerants, des Ouvriers... etc.. etc, tmo gn-ges cer-
tifis par e Laboratiiite Muni ipal de Madrid.
Envoi daus tous ks Pa>s hxiger la signature e 1 m rq e
de tobWque appliques su* I bmde u rt ou 'e le'.:
prin 40p-seias (dbspa^ne) Puiennn CooVri iiiaodats-
p sle. 'lue ne (liante o e ,u<
4dr*sve:E VI CC.VUH UOP'HEYR SA m T v
bNGKAClA.No U2, t.c .o ilre lu \\\ KID. E P i.\K
PhODIGALUZ
UNIQUE DAiNS 10UT LE MuNDEl
Elle vousdit Sale BUf*.
1 Table manger ave** ral-
longes.
1 Buffet avec crdence a
mi oir.
6 baises assi rties.
1 Vaisselier vitrer
9 pices ches
Bar et Restaurant
Si ,-i' ette
U PU lCUl !T U PLUS EFFICa
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
**
iDRACESPEYRAIDr-t
Ourlmmmnt te
BLENNORRAGIE
toutes nuiMAcas
Spcialits PYK1RD. 16, mit ChmAi PMIS
Velveeta
Le nouveau
i
. .. \
clk-
j.iui.Hv connu V
nrment.
dlicieuvBpi oduit
\', : 'i
Ail que le <
en > t i
du fromage
w iu b
l H a \ t
beurre H i
men'.s- Essaya un |
en ...
PAWl LY SALhS
CORPORATION
Distributeur
Port-au-I'rirce. Hati.
I
omp^qi'i** ttnfnf
truD^atti > nuque
Le steumei "Mac ris attendu
, iurl au piiuce. it 21 avril,
cpaitnu pour le iiAvievers
.e J mai. prenant lii et pas
safters.
Port au-Prince, le 9 aviil
1930.
E. UOBLLlN & o, Agents.
Colombian Steamship
Company Inc.
Le steamer e Martinique venanl de New York via les
ports du Nord est attendu ici dimanche 20 du courant. U
laisser. le mme jour pour Petit Gove.Miragone.Jrmie,
t a>es et Jacmcl. La suite rement fixe.
Port-au-Prince, le l."> Avril 1030.
Colombian Sieani$l*p Company i|-
CiLHAiiA Cu, Agu*.
A vendre
100
1 Oriophoui. Victroia e:
p'aqi
1 I bl. -onde
1 Dres^Gn
1 (lacire.
1 Machine coudre Singer.
1 Grand Lit.
1 Grande Table
1 Commode
6 Chaises du pays vernies.
S'adiesser
OESTEHLE
Sergnt Quertermaster,
U>.M C. en tare 'u Club
Amricain, Turgean.
rarapara
GOUTTER
KmJ.
Dr. Bengu, is, Rue Baim,. Paris.
On trouvera au Bar et Res-
taurant La Coquette ana'e
des rues SI Honor et Grand
_._...,. Rue, No 976; tlphone 2544
4l fc. AUXILA 130 ides mets bien prpars et
la porte de toutes les bour'
ses.
i Un service spcial' assure
a toutes es heure du jour et
de la nuit : la tasse de cal,
de chocolat o le grand vene
de l'AKlOO au laii et glac
pour la modique son me de
vingt-cinq centime*.
L- e n in > " I ass<
Coquette vo-s y coud ut*
toujours.
LES VINS MOUSSEUX
PRFRS
DES GOURMETS!
Pourlabeaul
DE LA
CHEVELURE
I
S
s
1
Toutes les Polies
DELA
S
t
r.o
i
___IHU lllUUliti^M&i U
I comprennent la Protection contre la
Foudre sans auam^ntntion de taux
Agents Gnraux
s
I
ffiXx
/'.- .j
Sui>et les trscetd C adys
May,actrice pleiue d ti train
daus Shufllin S m de l'Ala
baniai q i dit quelle- trouv
l'iixelenlo la plu> dliueuse
pommade pour lts chsVtU
qu'elle ait jamais employe
L'ExcIenSo
LEXLLENTO
La Pommade de Quinine.
e la mm. fie authentique
elle atteint les racines des che
veux et donne un brillant na-
1 tarai qui deuueure.
Llle arrte laoemangeaisoD
. tuir cheve u et rend les
tu ux doua et souples
l '\e i u"'- luuU i la
pharmacie. Seulement poui
U,30 cantimaa par pote d rc-
lament, i .iim.i
t>ELEMO,IStIiinNh
. ufrl'AM
TLAMTA. CH#< 'A l b.A
Abnu ieuibi aes ^oar ujui
a+mu pour eeo*rdnamnM.
SPUAIA/^TI
QI/1Z A/1 Q
A. de M \TTKla -
AqiiitsGi
Co
| i ^'IJW,


Mercredi
10 Avril 1980
Le Matin
4 PAGES
Mme aSNzE tf 6972
l'ort-au-i'ruiee
Tlphone : 2242
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotl.tnd )
Cm i GeMERaI ( I M plus puissantes et des plus vastes organisation
de ce r I-e soleil ne se couche jamais sur son Champ d'action qui embnsse
du momie.
S jliccs'coiitrt^incen.lie .couvrent aussi les dgts occasionns par la fouure.
Ses >olices'pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa personne ou dans ses biens.
S i Polices Maritimes mises par ses branche.- d'Lurope sont payables en Hati
Sas Polices contre accidents soat valables dans I univers entier. Tous les voya-
geurs di vraienl donc prendre l;i piecaution de se munir dune police contre acsidents
d'au m ins 1000 dollars, la prime annuelle u'lani que de 1,2 "/ soit 20 dollars l'. C.
Veuve F. BIRMINGHAM, Aux Cayes
SOUS-AGENTS:
Agent GnreI pour Hati.
Port-au-Prince. G. GILG
JEAN BLAINCHLT Jrmie
i
I
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
i
I
I
S-.
-w
Panama Railroad teamshin Line
Service de fret et de passagers entie
plus rapide et le plusdiiect service de transpjrtde passagers et;du tr<
et les ports Europens via New Yord et Gnstoual, Canal Zone, isth ne i
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
entre Haitj
de Manama
Angleterre fioosae j France
Mrs. G. VY. SHLDON & Go- 17 James Street, Liverpool, ISnqland
Tin* iolinvung arr our Agents at principal porh' ia Europe :
ENGLAND, SCOTL/vND. FRANCE.
.VLssrs U. W, SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, England
In France, Messrs G. W. ShelJon & Co. are represented by the followin rras
Glelatly HiNKEY & Co
21 Hue de la Rpublique
Mars.Mlles.
liBUNU fERO* & L., Ltd.'
%5J Cjuai George V.
Havre.
Hernu Peron & Co., Ltd.
ftue du .vlouliu Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Copenhague, l)anemahk. & Co
Messrs c. A. Be.ndix & Co
21 Alleugade, L.ojJcuUuDeu.
Oslo, i\ortWAY.
liuciudUoual fcJ
Speduiouaaeikap U*lo.
Hamburg, Germany.
MM.Atlantic Freight Corp*n
Hambarg.
ROTTERDAM, HOLLANU.
fjMessrs atlantic Freinoht
CORPN., |
Rotterdam,
Hernu Peron A C'e Ltd.
;95 Rue des Marais.
Pans.
Hernu Peron & Co Ltd.,
Hue de ia l'rauquilite,
Duukerque.
Hernu Peron & Co Ltd.,
,9 hue Hoy,
h Bordeaux.
Genue, Italy.
Messrs Henhy cou & Clerici,
Piazza b.MATrEo.iNo lGeuoa
.LOTTENBURG. dWEDEN.*
Noruiak Lxprts,
Coiheuuurg,
Bremen, Germany.
Messis Atlantic Freight
Corp'n.
Bi emen.
Occasion exceptionnelle
E-> h
A u Paris liazai
;ce de la Halle de MM. Reinboid &d
MhL'i"! :,,rtris,^"''d.'l'trE BR0UX >ous) hou>m2 le. srti'ir
MIMdllI.S (! OUI.- ||.;,U.||...... .... ,.- A..i...... ._____ *______
I
I 1I
s
aie
Ullll'l 1 s i
14
> 'our iraiein-iir, a uu pr\ d Hati Ii.uh n.Driim iice
f.'ci '? il Jj aAf o' S() '' s""- 3 p l,r 2'50 ,,raQi,e b*sse suri loi de
J.uo t. h ,rfie j s ,lt.f
laiicei 3,00 'nommes
ss i- [>ro |e^ espj- Chemin ^a h.m. Man-
oh j ...ir de Ij,00 iii.mo en m dras sup. 3,01
" il u >
, OJ
'on eteuuo.Odj t ,les
i i m -, 4 J.
f ciiapey.ux de paille
hommes i 1,50
:ji...
i
0...U
I
" i ( ii p i.ir h
"in<-
r"
l'auu u,i le a ne
P'mi dames
Uiil, a hjqj ri JeJ
j,soie i^narlesion)
u .i.
'a-.il i lies |iUMl hwm.
e i I u -,
jii |J- j..x de utile
pi euiauis
Guaueaux de paille
pour iillelies (uoirej
l.O
2,501 Valises d'ecouers
Hemisesa h inmes h i m-,, majrj, 3 pou-'/#
[t o Cli .u ol h nia >JOi e
< parti i de 5,00
'.hiiv>eihs .oie s .
aa^i 3 pour 2$
C'avdie.N U.40
Cravates 0,50
Jeu de jravrat.
^ chettes i,50 et 2,00
Cadeaux divers, etc.
1 00
1,00
1,00
1,50
Cours
Classiaues
12me Philosophie inclu-
sivement.
i Mthode sre, Succs com-
plet contrle chaque anuee
Cours Ju>oi: pour Adulte
et Jeuii-s Gens.
Comptabilit stnographia
anglaise et franaise, Dactylo
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
lEuseiguemeni du Franais,
de l'Anglais, de l'Alleniund.de
lEspaguol. Mthode sans
gale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou ceux qui veulent
gaguerdu temps.
Lours de Musique (Soltge
Violon, | iano ).
lire, srieuse
* ar-i e.jv,- Miueae pour
Etu liiuts et Adultes.
S'adresser Rue Lamarre, 1537.
ou llphone* nu No 2891
pour plus amplss renseigne-
ments.
L'LNSrm f
npPFNHAUER
Reconnu de 11 niversit
Haitieuue.
RHUM HENRI Gardre
En peu de temps ce pro-
duit remarauable a conquis
de haute lutte une renom-
me des plus enviables]
Demandez toujours le j
Rhum HENRI Gardre
ALUMINUM LiNE
Va slearaer laissera New OrlT''>,;iace-
le
De New-Orlans
12 vril
2H AvrU
10 Mai- *
7 Jui<> l23u
21 lui. *r^rr Juin
2Uuin-^r9j 23 Juin
^e 2 Avril i9.>0.
A.deMATTElS&Co,AgenU86nf|mT
Da llubua ^Attendu Po. i au Priu?
4Avrii 21 Avril
Mai
19 Mai
10 Juin
30 Juin


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs