Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03976
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: April 1, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03976

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
358, RUE AMERICAINE 1858
WilA lesdrni pivol;> d** !. >ic
> fii'ipidit el du IrelMe.
VW.TJIJtl
j4eme AWWEt iV W7t>
por r Au t nii\cb.(a^ m )
La Situation iLe Prsident lu
:
La question prsidentielle .
tant rgle, au moins provi-
soirement, ou teruporaire-
menl.pour employer le terme,
bien impropre. de la littra-
ture politique couraute,
l'autre grande question reste
celle des lectious lgislatives,
fc L'intrt de la question
pour nous, on ne s'en doute
peut tre pas, n'est pas tant
dans le fait des lections elles-
mmes que dans le dlai dans
lequel elles doivent avoir lieu,
dlai trs indtermin, ou plu-
tt indtermin dessein,
dans le plan de la Commission
amricaine et qui, par cela
mme, a donn lieu discus-
sions et commentaires.
Constitutionnellement, les
prochaines lections devraient
tre dcrtes seulement le 10
octobre tVKJl et avoir lieu le
10janvier 19312. Avec un ptu
le modration dan* les pro-
jtdes, on et d, de part ei
dautie, en tomber d'accord,
tout en convenant ds main-
tenant, comme il a t fait,
du reste, du choix du pr-
sident de la Rpublique et de
l'lection prsidentielle. Peut-
tre, dans ces couditions, la
tilualioii qui est rsulte des
derniers vnements et-elle
t plus apaisante. Mais pas-
tons.
Or, il est bien certain que
les lections lgislatives n'at-
teudront pas ce del, parce
que, si c'tait bien la ihse de
la constitution que les colla-
borateurs du plan entendaient
laire prvaloir, point n'et be-
soin de mettre en question
bd dlai fixe par la Constitu-
tion elle-mme et de le laire,
qui pis est, sous une loi me
et dans des termes qui tout
prcisment soupeouner que
la Constitution ci son dlai
sont rais de cot.
Selou toute pi obabilit, se-
lon mme toute certitude,
nous aurons les lections l-
gislatives avant VJ62, et mme
dans un dlai relativement
proche par rapport cette
date, dans trois mois ou dans
six mois, a quelques semaines
prs.
Si cela est, on sort donc, d-
librment de la Coustitution
c'est ce qui justifie l'impor-
tante plus graude, que nous
venons de dire, du dlai des
lections que de leur principe
mme, four uous rpter, ou
aura doue viol la Constitu-
tion,
Nous entendons bien les
rvolutionnaires nous objec
ter: Soit, et apis? Main
au Palais National
Mardi oprs-rridi. cinq heu- o ils lurent photographis deux
I
res, le Prsident de la Rpubli-
que et Madame Louis Homo
recevaient au Palais de la Pr-
sidence Monsieur Eugne Roy.
Prsident lu.
Monsieur Eugne Roy arriva
exactement cinq heures, ac-
compagn du Lieutenant La-
mothe, dans son automobile
prive, une Marquette de la
Wert Indies.
Il tut reu au pristyle par Mr
Lon Laleau, Chef du Pro
lois, ils taient assis chacun
dans un lauteuil, et derrire eux
se tenaient, debout, le (nral
Hrzeau, le lieutenant Moyse, les
Capitaines Bertol et Dur, et le
lieutenant Lamolhe.
Les mmes honneurs lurent
rendus la sortie ;. M. Eugne
Roy qui tut accompagn jus-
qu' son automobile par les
mmes fonclionnrires qui l'a-
vaient reu son arrive.
Les deux cen pagmes qui
rendirent les^honnc.urs au nou-
vel lu tait comm indes par le
L'Idal Rhum
AL1X;;R0Y
28 annes de succs.
La fin de la Grande Arme
del
Il y a dj dabriches etbienlt sera la dissolution
Grande Arme det, Distjtics Odon .
Quelques Xumros de nuire stock sont dj puiss,d'autres
"ont finir rite et des Numros prcdemment imports ne
des
tocole, le Gnral Marcel Kr-
zeau et le Lieutenant Moyse, Capitaine Laroche, Directeur de seront plus commandes mr nous aurons travailler sur des
Chel et Sous-Chel de la Maison l'Ecole Militaite de li Garde Numros nouveaux.
d Hati. Livrez donc bravement et au plus tt un dernier assaut
Toute une toule anxieuse, eontre les superbes bj aillons de Mistinguelt, Sionleaux.Gouin,
compose surtout de curieux, et Mno \ alin. Sucbiletli, Valse Viennoise,.Iazz,l oui Rires, Solis
quelques autos s'taient masses (JlCheslrei,elc,elc, car tous ieg etlertz de ne plus trouvera
et Sous-Chel de la
Militaire de S. E. le Prsident
de la Rpublique.
Tandis que des photographes
braquaient leur objectit sur le
groupe, deux compagnies de la
Garde du Palais rendirent les
honneurs au Prsident Eiu. La
Musique de la Garde d'haii
loua I Hymne National Hall en.
Monsieur Eugne Hov tait
simplement vtu de blanc et
pot tait un canotier. Il paraisvait
tout mu de tant d'honneurs.;
Il lut reu au salon par le
Prsident de la Rpublique et
Madame Rorno. Une conversa-
tion des plus cordiales, la-
quelle assistait M. Henri Rorno,
Uls du Prsident Rorno et de
prs de la grille ci a Palais Na- {aucnir ces disques merveilleux qui dans une parfaite corn-
tionnal. Lorsque e Prsident nmnion de l'esprit
Elu passa devant elle.il lut cor-
dialement acclam ei les au'os
en kiaionnant suivirent sa TOi-
tUre.
C'est pour nom l'occasion He
icndre, une leis encore, hom-
mage au Prsident 3oruo qui a.
pour lui succder, lait choix du
citoyen honnte, mvteste et la-
borieus qu'est M. Eugne Roy
et qui, mardi aprs-midi,l'a reu
lis cordialement et en lui fai-
sant rendre par sa garde les
honneurs dus un Chel d'Etat
spril latin et des belles affinits de la race ont
po t dans loin le pays l'lan de la grande joie et du plaisir
dlicat.
Si vous n'anmt BOB un > hunogruplip procura vous cheminons
un Portatif PERLES, aumi sunore que /#s grandes* ma-
ftniflsV.
Bazar Odon
J. KARAYANY
Angle (jrand'Kue et Rue Frou.
Madame Rorno, s'engage entre
le nouvel lu et la lamille Bor-1 en fonction. C'est une mai que
no. La visite dura exactement d'amiti et d'estime dont M. Eu-
dix minutes, Puis, les deux Pr- ftne Roy peut tre fier juste
sideuts passrent au salon vert titre.
Drame dans uoe prison
PROVIDENCE Un eflorl
dsespr vers la libert non
sans vue touche de chevalerie
et une pleine mesure de sacrifi-
ce personnel tut abouti une fin
sanglante aujourd'hui la pu-
son d'Etat de Cranslon par la
mort de 3 prisonnieis et deux
gardes blesss.
L'n des 2 gard-s qui uiomul
samedi dans l'espoir du pardon
dans un proche avenir, donna
sa vie en sonnant l'alarme 11 lut
Le Cabinet
probable de
M.Eug.Roy
Ds que Monsieur Eugne
Roy avait t, par les Dlgus
d'Arrondissement, lu Candidat
la Prsidence de la Rpubli-:
CAI
U R Y
CHOCOLAT BOURNV1LLE
v.cc.i ";'-" "' qu des noms avaient t im-
msill de sang troid parles pn- ^nC(iia;ement ci(s comme de-
sonniers lur.eux de ce qu il compostT son Cabinet,
avait bris leurs complots. Le TmU IHong du mois qui spara
second se suicida quand tout premire lection de la
espoir de libelle s vanoui. d jl^ qui vient d'avoir lieu
(,)uo;que assigs de toutes parts ( ^ dt.rmt,r au Consei| (n.:tatj
les prisonniers_ rvolts relu es| qm auri, rhonneUr de
partager les premires respon-
sabilits du Pouvoir avec le nou-
vel Elu.
Mais, peu peu, le silen< e se
lit sur beaiuoup de noms et
d autres surgiront, et d'autres
encore. Mais M. Roy gardait
encore le silence. Mais depuis
hier, il semblerait que la Cons-
titution de son Cabinet ft chose
dcide. Voici les noms que Ion
Cite et comment s'est lait la dis*
tnbulion des Porteteuilles :
Dl LtCIl UX CROQUER
D3 PREMIER! FRACHEUR g
PtY. i BOURNVOXI. ANGLETERRE
srent de se rendre, la fille
de leur gardien apparut au mi-
lieu deux.
Joci WOOLLEY
ne
rgime, la Constitution
compte p is.
Comment s'y prendra-t-ou?
Eu la rajeunissant par une r-
vision opportune? En la
remplaant par une autre ?
Nous ne le savons.
c'est prcisment la suite qu. La reviser selon son propre MM. Rodolphe Rarau, Justice
importe Aprs qu'on aura mode implique de nouveaix et Relations Extrieures; Ird-
demeuts; or, ils ne peu- rie Bernardin, Intrieur ; rra.uk
mrveuir qu'eu 1932. El | Ry.. Finances et Commerce ;
iporte. Aprs qu
viol ainsi la Constitution
dans tout un ensemble de ses
dispositions pour arriver a
l'lection prsidentielle du 21
avril, puis dans d'autres dt
* prescriptions pour arrivei
* organiser la reprseutatio
atiouale, va-t-on simpiemeu.
entrer,ou mieux rentier,avei
le nouvel ordre de choses
8'JUs le rgime de cette mm
Constitution comme si de nei*
D'udt, eu lui recousant sa
virginit ?
Belle garantie, eu vrit, ce
amen
venlsUlyc Do.sainvil,
puis ces amendements ne y, \*\ 1 .amm itiussan
r f ., Pubuciue ueorges naussan,
pourront pas faire quelle ^avaux Publics, Agriculluie et
oaura pasle viol.-. T avail.
Remplacer la Constitution Ainsique l'on verra i la corn-
er uuc autre parat plus sim- position probable de ce Cabinet,
,>le et plus radical. Mais tau- \1. Eugne Roy a t surtout
.ra-t-il au moins que les B8 m. en econstituent, par la g-
-cuibles primaires soient p- n.euse et h mie ide devoir
eues alin qu'elles sachent prs de lui, pour la grandeju-
melles doivent donuer le vre qui luii est cjoBeelquI
1 ut ,_,!_, nn a ..,, d ails es dclarations mmes
jour, et mandat non a mi ^ tprsiden, Hoover^do.t tre
pouvoir lgislatif ordinaire, ^J^V l'automne ,'de cette
mtis une Constituante.
I
anne, de ne s'entourer que
Wait pour faven.r, de la ppri Et mme, on peut se de- d'honntes gens pondrs et qui
de gouvernants qui, apie-| lunnder si des assembles se sont> juram ces derniers
Voir crie a tue-tle la die I ,-rimaires peuvent tre coti- temps, du moins, volontaire-
iuaUKUic-| oquees sous l'empire de la meni nus en dehors de toute
..oustitutiou actuelle pour un action politique.
objet autre que celui qu'elle j Ce sont tous, en outre, des
urvoit? (citoyens de vraie valeur el qui
Lt puis, enn, ilya.Wa- pou.ront.chacun dans le pos.e
.u iKton, qui nous l donn qu '"' ^ conh.-re-don trs
lsk temps cetta Constitu
lion
*ure des aulres, luaugu
ient aiusi un rgime so.-
Public meilleur I
'Nous vouions Jaire credi
u bon sens du nouveau gou
vtraemeut et nous aimons a
*perer qu'il trouveia U mo-
TtQdecHlmer nos scrupules
n ce qui corn ci ne le icapec
fdilioQnel u a la Conslitu-
on, pour parler notre lan
Pe de 1re ancienne, au
^cte loudamenlal.
Il
grand conco
Et, comme disait l'autre* mais
ue, prtend-on, a d>aulres |fr , seuDLB vs
de bai maettes, et qui coulluuer.
COUpa
ne scia peut tre pas d avis
ju'on la mette de ct, mme
Si accepte quelle soit viole.
Le pl.-n amricain n'a dci-
dment pas toul prvu
sembla mme avoir uu peu
^^.^feoouv-- S '"'
Assurez-vous contre accident
la General Accident frire &
Cite Assurance Coiporaiion L>
uiiled . Vve fr. Bermin^.um,
Agent Gnral por Hali.
J1UD12 '.avril a^o
Manl"cl"re Ha'"enne
de Cigarettes
GBARA & C
Les Ciqarettes
" Des sa lin ien n e
*Colom
Rpublicaine*
Porl-au-Princienne '
Grce la finesse de leur aime tout les oelices des
vrK : mateurs.
Hambtirg-America-Line
Le steamer olieorgia deietour de Cuba.scra ici ven I.edi
25 avril crt, eu route pour (Europe vu le Nord, preuaut du
tru
REINBOLD A He, Agents.
m*
... a vu, l'un des mariages
'Mnplueux qui sa > 'hrent en
rjli>e lu Sel r ('" 1 r. une les
petites ampoules de faute! qui
n'tait pas ail.on 1 lt ptf
mi ses >d m s loulc 1 l n leu,
elle ressemhlail m ;5 parente
pauvre, assistant, 1 II tc et ti-
mide, un grand djeuner le
lamille, un jour de : .
... a reoci n'i, dinm : lie ma-
lin, ap's la messe de (pintre
heures. Iroii ltai' qui, 'ilu-
bant, bavant et gneul ml. cher-
chaient vainement v\ e maiaoi
mil o il leur mm ni' | o^siblede
siroter avant de regagner leur
lit pour toule la journe, une
bonne lasse de cat.

... voit Pot l-au-Pi 1 ice rem-
plie commis un (mi ili puis quel*
ques |ouis. Des gens Mitonnes
piclenduil que ces. ll ites pro-
vinciaux qui nni i 1 assu lei
m 1 ti iomphe de M. Eu {ni 1 toj .
D'antres que ee >e sont que de
impiescandidats aux fnneti. us
communales, de Juge 1 Poix.
de Commissaire du Gouveri t-
ment, de Prfet qui viennert
paisiblement ou tumultueuse-
ment bulcr leur patate, ^ qi|
croire. NoTMtlL regarde n-
yenstment ce spectacle pensa al
philosophiquement qu'il _v aura
dans bien des cuurs Cioellr-
mentenflamme: beaocoup do
cendre, celle de la dception


...a vu, hier, au Champ-de
Muis, h. tristesse cnvalui bicD
de petils viaaSCB que les jeux
avaient nsores, L'un aprs l'au-
tre 00 dmontait .'es tentes du
l .i.-que Saenz qui nous laisse au-
jourd'hui. En moins d'une heu-
re les hautes et llollnntes toiles
kaki avaient disparu et il re
restait plus qu'une toute petite
tente qui doit abriter ceux qui
restent en attendant le bateau
qui doit les emmener vers d'au-
;,es rives plus gnreuses.

... u vu, lundi soir, la rue
t iremai : 1 tonte une toule ansii
trpidante que murmurante.
Aux alentours il montait unv
forte odeur de krosine. Cette
foule opinait sur l'arrestalirn
d'un Incendiaire qui venait d-
lie pus bon Maon de krosine
et sa boite d'allumettes en main.

... voit, depuis quelques jours,
dos compres qui se donnent
mutuellement toutes les tom-
bons publiques oubliant volon-
lairemenl Us dclarations lor-
inelles, laites dans les colonnes
de ce journal par M. Eugne,
lloy, prsident lu de la Rpu-
blique.
Celui< i veul telle place et luit
courir le bruit qu'il l'aura. Cet
autre dsigne telle autre lonc-
tion et sourit dlicieusement
lorsqu'on lui fait des compli-
ments. Et de tout cela il ressort
qu'il y a plus d apptits A con-
tenter que de fondions publi-
ques a donner.


...a vu, hier ajus midi une
tillette que conduisait un gen-
darme. Elle pleurait a chai des
larmes et, par monun's. de
leurs sanglots accads set uii-
aient ses petit, s paules. Qu'a-
?ait-elle lait? Nul ne pouvait le
dire, et tous se le demandaient.
Le gendarme, svre et droit,
gardait le silence et ne le rom-
pait que pour dire, lorsque la
tiilette avait l'air de s'attarder:
Vite, vite,'.


... voit que, depuis quelque
temps, les activits des candi-
dats a la dputatiou el au snat,
ont sensiblement baiss. Ce
personnage* attendent. saoft
douie.avMUi de se lancerda s la
bul'.uie.la nouvelle loi lectoral,
dont d tsi depui quelques|ou
fprneiens. m. al question. c\s
e o lumencementdel sagess .
Coin. Bl 1 oui.ait on, a moi- s
d' tCNl pe tlu m lele se pr| -
ru u uin lune doul on gru, e
tontes les conditions?

*


*N
xcmi

'

PAGE- 2
a.
r.R MATIN 24 AvRil 1930
Conseil
[Nouvelles
d'Etat
Le Conseil d'Etat a repris ses
travaux ordinaires. Hier le Cabi-
net au co.nplet, s'est prsent de
vant le Corps runi en Assem-
ble Nationale ei a fait le dpt
du Message de Monsieur le Pr
si dent de lu Rpublique accoai-
pagnaul (expos gnral de la
Situation.
Plus rien n'tant l'ordre du
jour, la sance a t leve.
Lo Conseiller d'Etat
Dieudonu huriwe
dmissionne
Immdiaieuieiii aprs avoii
vol pour M. Lugue Hoy, en
excution du Pian lloover en
aveur duquel il s'tait toujours
manifest, Monsieur Dieuuoune
Charles a offei dans une lettre
digne et resptdueu.se, sa d-
mission de Conseiller d'Elai au
Prsident de la Rpublique,
lettre dans laquelle laucie.uL.oii
seiller d Etat exprime l'opinion
que sa mission dlecteur et de
patriote prend lia ds le mo-
ment o il a aid la forma-
tion du Gouvernement qui Uoii
succder celui du Prsident
Boruo.
m.Marcel OOURAIQE
Conseiller d'tat _.
Par suite de la dmission de
M. le notaire Dieudonn Lhar
les, le Prsident de la Rpubli-
que, a, par Arrt en date du
22 de ce mois, lait choix de Al
Marcel (iouruige pour tre Con-
seiller d'Etat tu Dpartement
de l'Ouest.
Monsieur Marcel (iouraige
tait depuis quelques mois Pi
recteur Gnral de I Enseigne
ment et a longtemps tiavaille
au Matin, titre de lUdacteu .
Nous lui prsentons tous nos
compliments.
M. Edouard Ruisseau, Wiuistre de
I luslriiilioii l'ubliqur de I Aqricul-
Iuit il du Imail
Par suite de la dmission de
M. Elie Lescot, Ministre de Tins
truction Publique, de I Agi mil
ture et du Travail qui, comme
on le sait vient dlre nomm
Juge BU Tribunal de 1re lus
tance de Port au-Prince, Son
Excellence Monsieur le Prsi-
dent de la Rpublique a eu
l'heureuse ide de confier la di-
rection de ces trois portefeuilles
M. Edouard Rousseau qui rem
plissait jusqu' ce jour ls
tondions d Sous-Secitaire
d'Etat l'Instruction Publique
Monsieur Rousseau u'aatpaa
un inconnu dans In carr.re de
l'Enseignement, ni dans la Po-
litique. Il u t pendant long
tempi Inspecteur ds Eoolss a
.laciuel, M.igislrat Communal,
Prfet et Conseiller d Etal.
Nous lui prsentons nos sin-
cres complimenta.
Monsieur Llie Leso ! prta
sermon l Ui.r matin
UtfrialiM l'aii Mitn|ne
des Feiaiacs li iitieiim-
Demain vendredi, t heures
et d une du iHitin, l'associafio"
paU Otiqoa des lemmes hatien
ns tait chan er en l'glise du
Sacr-Coeur (la Turgeau une
messe d'actions de grces A la-
quelle le public est cordiale-
meol invit.
Cette pieuaa manifeslation a
t organise l'oecaaioo de la
tournure heureuse qu'ont prise
1rs vnements e! qui fait envi-
s.iger l'avenir avec confiance.
U UlUSItR MVSTIQI1
pokmi: l'VII 'J^
.HUM) bOIMh
Editions kiHiic : .ni! I es
1 /i rue de I Abbaue P-tris \
; t. tu'iapliiin* : la Frases
Le Brasier Mystique. > la po-
lyrythoiie d Aruiu.ia j oy eu
asnvee son apoge, c'est le
Pome des {iuatre tiements. Ce
pome est au propre une par-
tition. Il se compose d'une ou-
verture et de quatre suites, qui
sont non le dveloppement mais
le processus musicisie des th-
mes proposes, lyrique ment, dans
le Prambule. Le Brasier tiys
tique brle sur les quatre clo-
chers du temple de la vie. Il
embrasse les quatre points car
diuaux. Ce nest pas seulement
nue uvre d'imagination pure :
c'est une ascension ue 1 aine qui
fnomphe de si nostalgie.
Etranqres
{Har radio )
22 Avril
l.aii'llii promet l'iudpciidaaee
BOMBAY, Inde ue gouver-
nement par soi-mme ou l'ind-
pendance en S jouis a t pro-
mis par Mahatma Gandhi si les
Indiens suivaient ses conseils. 11
prconise la dsunion des fonc-
tionnaires de village, le boycot-
tage des spiritueux, l'usage de
tissus trangers et la labrication
de tissus grossiers.
Le PraiVll lu de la Colombie
NEW-YORKLe Dr Ennque
tienera, Prsident lu de la Co-
lombie^ t revu avec des hon-
neurs olficiels quand il arriva
ici pour complter ses services
Washington comme Ministre,
poste qu'il a occup pendant
8 ans.
Les travaux pubhcs aux Llals-Luis
WashingtonLes travaux
publics et les cuns'ructions d'u-
ain publique, pendant les 1* i
8 mois de liMJ.ont dpass tous
ies records pendant l".s 5 annee>
ncedentes, a annonce le se-
crtaire Lamont. Les contrats
conclus dans ces buts ont tota-
lis 303 millions de dollars eu
augmentation de 55 pour ceni
-ur le premier quart de 1921).
\iilur di Traite Vnal
LONORLS On espre que
le traite naval sera sign ici
mardi matin. Lapprobatiou par
le gouvernement de Tok o que
-.es repraentanta la Contereu-
c% signent le contrat a la ru
mon, lut considre pour vilei
out dsagrment a la dernin
ninute dans les arrangement
.mu: la finale session plemit
m Palais de St James.
Une si ie de discours lancs ..
a vole par les membies de la
llgatiou amricaine a com-
menc avec celui du snateur
itubiusou.Demain soir, le secr
taira Sliinson rpandra ses vues
n connection avec le meeting
mnuel du bureau des direcieui
le la tresse associe New
YoiL.Mardi le snateur Reed de
l'ensyi vaine p o lei a ir.iVe s le
iadio aux couteurs d Amrique.
Le snateur Hobinson corn
mne; nit par dcrue les pre
mers ob|eculs de la dlgation
quand elle arriva en Angleterre
analysa troidement le degi au
quel ces ob|ecnls out ete rali-
ses bien qu'il ne fit aucune men
non de sou propre important
vole dans les negociatious.il esl
clair qu il a t salislait des r-
sultats de la conleience et est
convaincu que de grands pro-
i es on eie Ijiis vers le d-ar-
mement international.
Srieuse iii>e>tiqli0U aui fcl.ilsluis
^AillINlilON Une iuve.-
> gauon srieuse des allermagts
de biimeuts par le gouverne
men t pour l'rection de bureaux
le pestes a t ordonne par le
S n il et commencera de bonne
lieure aujourd hui. Le snateur
lii.Hik' rpublicain du Wiscon-
sin, auteur de la resolunon ap-
pelant des enqutes sur plus de
12UU aftermages suspects d'ac-
cusation de lraude et de corrup
tion.sera lu prsident du Comit
peci.il des 5 qui doivent mener
l'euquie.Le vice-prsident Cur-
iis nommera les autres meiu
brea du Comit quand le Snat
se runira midi aujourd'hui.
t.onlrr la Proliibilion
NE a \UrUv i/orgaiiisation
dune assucianonde jeu iesgens
prconisant un amen lemeni au
KSe.ne ameudement et se d-
vouant une campagne contre
ta prohibition telle qu'elle existe
maintenant,lut laite au|Ourd'hui.
!-.il s appelle la Ligue Nation le
de Temprance.
Les Auylais dan* l'Inde
CALCUfTA Deux compa-
gnies de troupes anglaises sont
arrives Chdagoog o eurent
iieu s.nii di vies rai ls sur l'arme
lai anglais. Elies trouvrent la
ville u inquille, peu prs tiO
1 ceui qui Taltaqjrenl ayant
mi a ravers les moalagaea. 5
nommes ont t arrts comme
suspects.
i-a rt/vjlte aux Indes
La Maatfl i outre* 1 uapt du tel
se df wioppr.ArrrsUtlioB jmm
immiarate de tiaadhi
BOMBAY, 19 avril. Trois
des principaux lieutenants de
Mahatma Gandhi et de nom-
breux chefs et volontaires lo-
Cam ont etarits ce soir.com-
nie suite la campagne enta
mee hier contre le monopole du
Message
du Prsident de la
Rpublique au
Conseil d'Etat.
MM. les Conseillers d'Etat,
J'ai l'honneur de remettre
en vos mains l'Expos de la
situation pour l'Exercice 1928-
1929.
Les rapports de Messieurs
les Secrtaires d'Etat s'teD-
dent sur les dtails et per-
mettent un examen prcis de
la marche des u fia ires pu-
bliques. En recommandant
ce* rapports votre haute
attention, je reste persuad
jue vous apprcierez les ef-
f >rta raliss et les rsultats
obtenus.
Nos relations avec les Puis-
sances Etrangres se poursui-
vent dans des conditions nor-
males.
Le douvernement des Etats-
Unis, agissant en vertu du
Trait de 1915 qui nous as
sure son aide eficace pour le
maintien de la paix, a cru de-
voir, en mars dernier, sugg-
rer au Gouvernement Hatien
une solution politique tran-
sactionnelle destine.Jans son
opinion, t a ev.ter des trou
bls et une probable effu-
sion de sang en Iluiti . Sin-
crement dsireux de se pr-
ter toute tentative loyale
de pacification des esprits, le
l'ouvoir Execulil et i Asse.u
ble Nationale ont, en pleiu
iibert.accueilli la suggestion;
et c'est de l qu'est sortie, U
21 Avril, l'lection unanime
du citoyen Louis Eugne R iy
la prsidence de la Rpu-
bliqtie,pour la formation d'un
Gouvernement de coalition,
\ai convoi]uera les Assera
bles pritn lires la date lu
plus prochaine possible, en
vue des premires lections
des membres du ijorps Lgis-
latif, conformment la Co If
tiiution.
J'prouve la plus profonde
satisfaction vous fliciter.
Messieurs les Conseillera d'E
lut, d'avoir compris l'excep-
tionnelle grav.t des circons-
tances; d'avoir terme l'oreille,
lu ct des amis, aux inspi-
ration! de i'inexpci ience.aux
Sollicitation! captieuses des
intrts personnels aux rap-
pels insiucres de faits et de
principes tausss dessein ; j
devoir hautdiuemenl ddai-
Kiuv u cte des en ne un s, 1rs ou
trages calculs et les menson-
ges dlibres en vue de pous-
ser le l'ouvoir Excutif
et le Pouvoir Lgislatif a
des extrmit qui ieussent
abouti fatalement a crcr.pour
la plus grande joie de cer-
tains meneurs poiitiques.une
situation rvolP ionuaire fa
vorable l'excution de leurs
plus chers desseins, une si-
tuation qu'ils tentrent, mais
eu vain.de crer eux-mmes
le 20 Mars dernier.
Ne perdons point notre s-
ruite, Messieurs, les yeux
fixs sur notre devoir de
sauvegarder les iuterls stp
rieurs de ta ftpubliq ie, res
tous iuseusiblea lout ce
qui pourrait tre leut pour
nous intimider et nuOJ d-
ourager.
Je profite avec plaisir de
cette nouvelle occasion pour
vous oflrir, Messieurs les Con
seillers d'Etat, l'assurance de
ma haute cousidra'ion.
BORNO
A Terrasse
Garden
VOIR SUITE ea 4me PaGK
Qu'on se rpte la bonue
nouvelle que samedi 26 Avril
courant, Terrasse Garden ou-
vre sa magnifique salle do
danse aux guuces de 'Port-
au-Prince.
Comme toujours, une orga-
nisation parfaite fera la joie
de tous ceux qui se donne-
ront ren lez-vous samedi soir
au bel tablissement de P-
tionville que dirigent avec tant
d amabilit et de correction
I ebarmanie Mr et Muie kaiu.
T Avec la CRME RASER
j MENNEN, or peut emplo-
yer de l'eau chaude ou
froide, n'importe laquelle.
D'une faon ou de 1 autre,
la baibe s'atteudrit et le ru-
soir coupe sans eflort et
sans irriter le visage. A
prsent il y a aussi la cre
me Menthole qui, en pi it
, de ces uvaulages.a celui le
laisser au v sage une dli-
cieuse seusation de Irai -
cheur et de suavit.
ijRME RASER
MNN1EN
In l'iiiaiii-i.'i- millionnaire irrfl
PHILADELPHIE Sa -u
Urilfin, qui appartient sut <-
couades de raid de prohi'i t-o
connu comme le policier mi'
lionnaire, fut arrt* aujourf'lnn
prs un raid dans son h Spread Eagle rcemment acqui-
a Reth Ayres, prs d'ici. Li po
lice a dit qu'elle y Ifoovi
Grilfin et William Somervi"^.
L un et l'autre furent relchs
sous caution de 3000 dolhrs. U
police a dclar qu'elle trouva
rent plusieurs gallons de spiri-
tueux dans la place.
loe curieuse dcouverte
NEW YORK- Le capilain-
mi Aiiiar Hottlron, du servie
de T ilantique, a annonc clic
curieuse dcouverte que le Gui
Siream d i r i ge graduellement
sou cours vers l'oupst, appro
chant de New *uik. Il a prdi'
que si le mouvement ronfi
nue, le climat de New-York de
viendra s<-mi-troiical.
\uu>elles diverses
WYNOiI A\l 2 Hviateurs aus-
traliens David Sun h et le li u
tenant Thiers ont partis de Wv
noliam a 5 h 50 tu matin aujou
dhui dans un aroplane poir
voler 1 Australie en Angleterre.
Ils leronl plusieurs arrts er
rou'e.
BERLINUne guerre de com
merce entre l'Allemagne et U
Roum mie t rendue iuvit i
ble au|ouid'hui a h suite d
l'annonce que h Roumanie fe-
rait des rductions drastiques
de tards pour fous les pays, ex-
cept pourl Allemagne.
PARIS- Ccile Sorel a sol
'ert d'une fracture de la cla i-
cule aujourd'hui quand soi car
se retourna sur la route de Fon
tainebleau.
Ilaiitlils et CHlo \liO t'rob.bleraent rer
sonne ne pourrait dire pourquoi
mais H y a une espce de ban-
dits, de criminels que ChuMgo
ignorait jusqu'aujourd'hui.VlHin
tenant la police a pris soin de
l'acte de piraterie qui eut lieu
bord Ju bateau tlerman , an
cre h North Wells Slreet et
Wacker Dnve ei taisant des at-
lanes assez brillantes en pro-
duits alimentaires marins. Des
figures sinistres, revolver la
main, escaladrent le bateau,je-
trent des filets sur le patron
William Bloom et deux autres
matelote de l'quipage, piilient
leeoflre du bateau et s'enfuirent
avec 80 do tara tirs de la caisse.
Un syndicat de voleura
UERlIN, 10 avril. La po-
lice berlinoise vient de mettre
un terme aux exploi s d'un v-
ritabie syndicat de voleurs de
muses. Le chet est sous les
verrous, la binde qui a des ra-
mifications dms tous les pays
esl Iraque. O i n'est pas peu
surpris d'apprendre que ce syn-
dicat comptait parmi ses mem-
bre, d abord dm Impensables
experts, des receleurs mais aus-
si desbanquiers.il lallan.en t ftet,
beaucoup d'argent pour oprer
et assure le passage le la fron
Itre dv-s objets voies, li lailau
auafl s'a>surer | ioihouis d'ar-
ti i s rp t> pour > bteuir
r.va.i a l< S COpi s i es ( h ts-
y\ m ivre qu'en s-, | roj o^; i. d<
voki. t ;. le syndical lies vo
leurs rie a use-, ri mpla n soi
gneubuiieid sur les ctmauea
lout ce qu'il dcroch it,
' "S
Pasez-voun tousoft Jours avtc la m an.
leure lame.
.Ainsi lrlarent 100.000.00d de ceux qui
rtveat dea laatet r.illette. Quelle for-
iriable reroinm.nidation?Les lames d<
raioir Gillattaa d uble trachants s.>n
d'un uaage ptaaconomiquaparce qu'allai
dunnent une meilleure barbe que d'au-
tre lames n nrr
^ nantie. \'oli
lurins-eui a il
imes [raiches
l'tttre diapoaitioii
our la n i U lu i
iarbe connue. BSCS 1>
unes de rasoir Gll
.ktte dans le natal
O.l.LETTE.
En vente partout.
MX VENDE! "S
Envoyai votre
nom al adreaai
pour tre pu-
I.lie-, gratis.
Ghxbtti
,1 i IYRAZOR"1
Il istoii.M i l.i-s hoininc pratiques M
se rasent eux-mmes KM
se
vee In (IM.ETTE.
GENUINE
Qilleiie
Blades
J. D. MAXVfLL CO.
uia aia onuu.r.i
Ko la Champaq c
F. SJOURNE j
Prpare dans des couditions i coureuses
D'ASEPSIb
Piparaiion el Vente
I harmagie K. SEJOURNE
Angle des Hues Houx et du (Centre.
RHUM HENRI Garder*
En peu de temps ce pro
duit remarauable a conquisl
le haule lutte une renom
mc des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gardd
h il
I
J!
Accessoit es ^daulomobils
Ru, Prou,- | lu vant c'e Mlracssl.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
Tlphone : 345'
BAR TERMINUS
Place Dessalines
Caf chic, Restant an1
de premier choix o loi
trouve toute heure l^s
consommations les plusd'
licates. 1
Sandwiches sans pareils-
Bire la pression-


LE MATIN
Avril 193d
i\V.K '<
Ncrologie
Les fnnrc Dl'M.hSSY, fi Me de feu Geor-
ges Dupl*ss\ el de Madame,
De Act-le Di ponz.ODl lieu
cenatin Sincres coi dolances aux
parents prouvs.
Vote du Budget de
1930 en France
Une d-pche de Pans an-
nonce que par 462 voix con-
tre 118, la Chambre des D
potes vote le budget ' 19..0
revenu du Son.!'.
Le bu dp ion . "0.460
millions de francs de recettes
et 50,422 raillions de d-
penses.
tes
CE SOIR
Soire le (jais :
CANDIO
don.s ;
Nos! ru m, Dessalines et 'a
Constitution ; gf ns sppren'n rinmin ; N'os-
trnm devant l'Histoire et la
Valse infernal'' >(-edemanlV)
Entre: 2.0(); loge: 2.50
U PLUS ANCIEKHE ET U PIOS EFFICACE
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
i
ORACLES PEYRARD n* 1
Giirlmmmnl la
BLENNORRAGIE
TOUTES PHARMACIES
Specia.ites PEYRARD. M. ni de Creneili. PARIS
YEUX YEUX !
Merveilleuse cietion Scientifique ccntie
les maladies de yeux et de> paupires.
FFvODlGAl.LZ
laque-df'Fabriquf PDriqi>lrf nu Hum..n gnral d'Ihjirae.
rduit piepar par le docteur kartinez kenena*;
dcor de o Croix du hrite Militaire polir
service professionnel.
Le Prodigaluz est un spcifique, unique au moi de,
employ dans lu guerison radicale des maladies des veux,
quelque graves el chronique qu'elles puisse nt tre. | e"'t;ii
liment se i n avec une rapidit tonnante telle^ quelle
vite tnut< opration chirmgicsle qui eflraye tant Us pa-
iits. Ls sa piemieie application, IcsdouieurseLtaligues
|iaraisMLt. cy un ieu.eue enueunueni ifflcuv< Jiuis
es opbtalndch et pu s piim ipn en eut dans les granul. lions
giaiittlatioub puiulei.lis es tdeur ihaglques, queiulites, ul-
ree le tu con.ee, etc. eic Les ophtalmies qui prennent
naissante dans les maladies vnriennes sont traites m
rs | en de temps par le ilio liguluzequi est aussi une mer
vull. dans kl infections po i nuerat uns
Le frodiKaluz ttii disparatra les cataractes ds leur
*P' :' te ProUiyaluz diru i tes nicroties, cicatrise
desm-e le e1 gi eut mdiculemciil
Des laits 'La retraite pascale
Rien ne dpasse l'enseigne-
ment classique et pratique
donn l'Institut
TIPPENH tUER
Succs complet rhaque an-
ne, de tons les lves p-
sent s.
Voil 11 rgle.
15o7, Rue Lamarre.Tcl. 2HW1.
mes ,< Ententes
Sont Mieux Traites
.-Extrieurement
I
Jacinc
ArrSti '1. i c nu*
nuit.N*"drogucj
pas; frir.
ire cIm coucher
VAeHua
Pourl fetis ment
Parisiana
CE
A 5 hfc
SOIR
: Matine
Le Talisman
DE
Grand'mre
Comdie avec Harold Llyod.
Entre :0,50; Balcon : 1.00.
A 8 HEURES
Vvan Mojonskine dans :
Les Ombres
qui passent
Entre : 0,50 ; Balcrn : 1.00.
DEMAIN SOIR
Marcel Levesque dans:
Le Dindon
Entre : 1 G.
< ompagnie gnrale
Transat an u|ue
Le steamer <>Macorisuattendu
Port au prince, le 27 avril,
repartira pour le Havre vers
le 3 mai, prenant fret et pas
Sage rs.
Port-au-Prince, le 9 avril
1930.
t. ROBElIN & Co, Agents
ftnsiaiD
rtineit.toute.sles aut is prparations base d'ai se nie, d.
mthylne, <
is cliniquev !
une puissance vi-
<|U en ...
mercure, et nitrate d argent et de bleu de
et aulits ren edes si rtduu es. eu usas* dans
Les vins la b*s i I latiquees a
Miell prodigieuse.
l'ius de VAiile obs ruant les ye ux I Toujours la vue trs
claire I es 98 pour cent de ceux (pu souffrent ns yiux
gurisse ut avant mme d'avoir achev l* premier flacon du
I rudigaluz. et remarquent qu pa so emp oi. leur vue
levieul plus claire et plus uissault qu'avant le traitement
Avec le i'rodigul t uo n'a pas be uin l'avoir tecouri aux
tries.
Le Prediyaluz donne pour toujours un coup mortel an
traitement par les colly es appliques jusqu' aujouidhtn
in us les cabinets des ..c. ulistes et qui sont dk nature a cm
puer la majorit des cas eu irritant l'orgaue si mipo riante
de la muqueme conjomlivalc.
Le eProdigalUX reiid nui I einp'oi d. nitrate d'argent,
cause de teneur pour les patienta et aussi cause d'un grau*
nombre de ccit.
Le iPiodigaluz produit une sensation agrable
Le cpiodigaluz est compltement iooflena t et produit ses
rsultats merveilleux saus causer aux panents la moindre
somme de fatigue.
Le prouigauz- arrte la nivopie progressive.
Vous souffrez des yeux, soyez, assurs que vous serez
prouiptement guris en employant cette merveille qui s'ap
pelle :
"P R O D I G A I U Z"
"Pradigalur* a en sa laveur les tmoignages des Juges,
les Ire-cmeurs du Roi, des Chels d'Anne, des Ingnieurs,
les Commerants,dts Ouvriers.., etc. .etc. tmoignages cer-
ifis par e Laboiatoue Municipal de Madrid.
Euvoi danstous les4 Pays.Exiger la signature et la marque
le fabrique appliques sui la bande qui recouvre le llacon:
(>nx 40 pesetas (d'Espagne; Paiement contre niandats-
puste, lettre de change ou chque.
Adresse : E. M. LLADR>Du PERKYR \ SANTA
EMiKALlA, No b^.t.rccio drecha. MAI/R1D, Ed'AG.NE
PUODIGALUZ
. mm mm
y l* PWMrB * '-' i v *- JVON
UNIQUE DA.NS IOUI LE MON DU
i
The Royal Mail Steam
Packet Company
Le steamer Travemunde ay nt l.-iss t N'ev Orlai s le
15 Avni sera Poit-au-P'ince le 24 et contimeia pour
Go aves, Port de Paix et Cap H ilien prenant di t et.
Le vapeur Culebrai venant de Kingston et des ports du
Sud est attandu la Capitale le il cuutum preuanl Irt pour
le Havre, Anvers et Londres via les ports du Nord.
Un steamer laissera New-Oneaus le 2(J Avril pour Port-
au-Prince et lespoits du Sud.
Port-au-I rince, le 2J Avril 1930.
Renifirclements
Les lamilles .1 N. Gaeijens,
Charles N fa tjens. Krederioft
Edmond Gaetjena.R Rrouard,
?'onstant C- saagnol, Ai dr
arsqoe-, P. Mnerean, Hse
Monsanto, Jules Cornait, So-
Knthker, Fleury. Mme Neuve
-Mi\ Roy et ses enfai I?, Mret
Mme Georges Lebrun d leurs
enfants et les autre- parents
remercient S-Ex l* Prsident
Boroo le PasteurTurnbull el
les nombreux amis qui les
ont assists ou qui leur donn
des preuves (t attachement
l'occasion de la met rie
a? Veine Rlealai liieljrss
leur mre, belte-inre, tante,
cousine et les prient de croire
toute leur t connaissance.
*
I es familles loisrond Canal,
Drosier. Lonard, Victor Au
gastin, Terlonge. .lacob. Dpas
Mdina. Antoine Roy. Durocher
MeWi, Denin r\. SI Surin. Ra-
re u, Deius Joseph. Dupont
Baptiste et tous tes antres pa
rents et allis remercient bran
sincrement le Clerg de PtiOP
Vile, les Prs du Sminain
Co'lege St-M rti.il. le Clerg dt
la Cathdrale, toute la Presse d
Port an-Prince, lesMemhres de
diverses Associations de Porl-
au Prince el tous les nombreux
amis de la Capitale et de la Pro
vine qui leur ont donn des
preuves de relle sympathie
l'occasion de la mort de leur
regrett
Jules loisrond Canal.
industriel,ancien dput du peu-
ple enlev leui affection pr-
mature le lundi 14 avril en
cours n 1) In ures du soir.
lis les prient decroi e 'oufe
leur reconnaissance.
r*
Pour ui r um8Im
I. J. HIGIO.
Agent Gnral.
Tlphone; 2311,
M
Toutes les Polices sa
DE LA S
. nnuuof.
| comprennent la Protection contre la |
fc Foudre sans augmentation de taux g
(Voir Lr Matin du 19 Avril)
Mardi malin, l avril. Le di-'ainl. Le R. P. anise aV
R. P. Munise, prs la prire du IIvolopps r"vanl son auditoire
manu, monte en chkire et DOSalavida le l.i p.irole de Dieu un
monde l'amour immense que [sujet trs intressant comme il
pont Notre Seigneur nos aines |HV,di lui-mme promis.-C'est
tn mouiant sur la Crois. Il a i;i Religion dit-il qui rend les
ainsi e llae le pch originel et hommes K-mrpux ce qui assure et
nous a obtenu le grand don de conditionne la prosprit et le
la pnitence. Si l'Innocence du bnnheurd'uue nation.c esll'duc
Baptme plat Dieu, on corn- cation chrtienne del jeunesse,
pri u I qu'il ait tabli un remde | |.a valeur d'un homme d-
polir mrir ceux qui uuruient
eu n malheur dais perdre.--La
pniiti-ce des aa^ta coupables
pli il I Dieu encore davantage.
Paria Madeleiea 'ait une gran-
i'v pcln lesse. c'est elle cepen-
daol qui eut la premire la joie
de voir Jsus aprs sa rsurrec-
l on. N S. aimai Madeleine a
cause des larmes dont elle avait
.u io> se>. pieds.La vie du chr-
tien doit tre une Pnitence con-
inuelle. Ce sacrement, qui hit-
nulle notre orgueil, nous cou-
sole, nous purifie et nous gu-
i d ; i "esi un second Baptme (pu*
i wu> recevons aussi souvent que
nous le voulons.C'est un I. uu-ie
qui ferma les plans de notre
aine.
j pen.i or n eoucaiion
i* ui d'un t v. d pi n
la vfi-
le l-
d'iraliou d luknt
A M". 11 \ ienl I Iv't lion .'
qui *-i ( , qui marque I ce de-
n i ? et Couinent on manque
j ( e devoir SUtSSl de points
qui vont e ira liads avic l'ai-
Maria.
Ceal la lamills puia Rgtiaa
I surfont l'Ile qui dnlt e ihar-
B'-r de l'Edueal <>n des F. ifaota.
L'E'at n a qu'un devoii g der la
l.uiiiiie et l'Eglise, Elever eseu-
la nia, c'est pan ar srii nient
A leur destine .ern Ile, les
conduira au Ciel.
Beaucoup ds parents s'imagi
nni cpie donner de I docs
t ou ; ux entants, c'est s r tour
rtr -'ans la tte uns lo le de
grandes choses. La plupart
de l'iix qui se bourrtm ainsi
le CrOS dans des iCO!i S m;
u i ialiatea, doisseul par a rd
O!.
On se damaad-j un peu .,
devi< mirait une Nation qui pis
rarait ses destines em h .
?
Mardi soir. Le R. P. Alard
que le R.P.Manise avait eu soin
d'annoncer In veille et qui vient
pour la premire lois en Hadi
pour prchar ds mistinoa, dit
i.i joie sincre qu'il prouve de
prendre contact avec une loule ' 'n'
si nombreuse de catholiques, et '
surtout si sympathique, Il cde
sa place au H.P. Manise qui par-
le des 4 portes de l'Enfer La '"'."V1 h?mm** W '
premire, c'est la porte de la ^, ,',' '
haine, dts mauveis curs.en ce
mouienl o l'on devrait tre
unis.
La deuxime porte, c'est celle
du vol Le vol. un grand p-
ch : les voleurs n'entreront
point dans le royaume des cieux
( 1 Cor. VI. 10 ). Outre les vo-
..'ducattori da | u.n.,
est pas moins ngtig e.
H i. .
euis propiement dits, il cite les
utres catgorle^. 3ine porte,
celle du scandale. Jsus( dans
Saint Marc 1\. 41 ) alfirnie qu'il
vaudrait mieux tre jet a?ec
une pierre au cou au fond de la
mer plutt que de scandaliser
moindre des tidles. Enfin
> 4e porte, celle de l'impudi-
le : Les impudiques n enire-
;ii! point dans le oyaume des
.eux.( I Cor.VI'Je. 10)
Mercredi malin. Le R. P. A-
lard traite un eujet tort intres-
santde la Douleur, de la souf-
france et comment l'accepter.
Rienheureux ceux qui
souflient perscution pour la
Justice car le royaume desnieux
est eux. Il cite I exemple du
Saint homme Job qui, couch
sur un tas de fumier, le corps
couvert d'ulcres, ne cessait de
bnir le nom de Dieu, en dpit
dis conseils de ses amis, de sa
lemma mme e pr dicateur
exhorte les fidles i la patience
dans les preuves el 1 abandon
I Sainte Vo ont da Dieu qu:
ne nous envoie despreuves que
pour mieux nous tresser notre
couronne de gloire.
beau sermon qui dut rcon-
forter le coeur de plus d'un ca-
tnohque, en ces temps-ci sur-
ont o l'on est port se d-
courager devant les mille dif-
ficults de la Vie.
\iercredi soir.Veille du Jeu-
Ce qu'il leur lau< ce n'est !
seulement la Politesse, les d
! les manires, !a peinture ou la
musiquece n'est qu un vernis
et la.
ie qui leur est ne essai i
ind'epenaable, c'est la connais
saoCS de leurs devoirs 11
sciflnee Religieuse cal te qui
consiste a connatre Dieu, ,.' i
t quer nos devons envers Dieu
envers la Sainte Egliai
Malgr les ruinas lamenlible;
qu'entrains aprs elle la mi
coroiaiaaanci absolue des an*
ssignsmsuta divins, on tant dans
certains pays, arracher CCI en-
seignement des mains de PEgli-
se. Les entants ne sont ils pis
ajoute-il, par certains parants
complices de leur paresse et de
leur dplorable ducation. Il
y a une dficience srieuse dans
la prparatioii au mariage on
ne se marie pas pour laire de
damns.Il faut Dieu dans le ma-
riage. On y entie tiop souvent
par la porte du sacrilge. Pour
s.uiver ce p.vs.pour le conduire
d ris !es voies du bonheur et de
la prosprit il ne faut pas des
discours maills de mots ron-
11 .uits.il lud travailler a loigner
limpudicit ei la superstition.
Pour terminer, l'orateur sacr
demande que bientt les pa-
ren's encouragent leurs enlauts
embrasser la via religieuse.
Les Rdemptoristes ne leur ler-
meraienl pas les portes de leur
monastn a ces futurs mission-
naires qui vaoaltseraienl non
seulement las villes e! les bourgs.
mais encore iraient dans les re-
coins les plus reculs de no-,
campagnes, porter la parole de
Dieu.
#*.*. rr*
^5
PRH-CAT-LAN
H vous avez .quelques heures de loisir, Ic'^soir, el que
vous desirae les passer agrablement alle au
Pr-Cat-Tlan
o vous trouverez, la,plus belle salle de bal, la musique lu
meilleure excute p;ir un orthophonie dernier cri et aussi
les boissons les plus fraches et les plus pures.
Champagne, bire allemande ou nationale, liqueurs de tout
sortes.
-*mf .fym 1 .
-rrri* M
i
: EugleBassfm
**!
->*-<
Aqents Gnraux J
WJSEffK
y\ r
Les chimistes de l Exelento
dj renomms pour leurs
remarquables contributions
apparies la loilette, vient
neut de couronner leuruvre
dsns
L'hxelento j
GLOSSINE
Une petite quantit de cette __ #
1!^t&?ti. New-York, Rio et Buenos-
sonirbur brilb nt naturel et 4 T I
Airs Line, Inc.
Aaqle des Unes Uaals IlesiHiirhe el Jaaasia de Pissat
Fort-SU Priser, Haili, Phnlie il01
L'hydravion faisant leBervtve .Wjin Ut aius Aires laissera
l Port au Prince ; Vendredi 25 < ni prenant la malle, lr
En vente c ne. tous lesdro- f frt et les passayers pour le* ville, iuwant* :
San Pedro de Maons, San suon, SI Thomat, Sr John, Sta
Lucia, / ort of Smin. oufn, faratrariho, boniemegre.
Pra, Sao I uiz marrarao,Foilaleza Salai Rcite, Ikaceto,
Aracaju, Bahia. Sao jorpe dos ilheos, Caravellas, \ idena,
Campes. Rio u> Janeiro Santos thrianopoh's, i'orto Megrr,
Hio Grande ,tu Sul Joi.teQideo el Buepot .Ures
leur vigueur, en leur commu
niquantun nouveau lustre qui
vons vaudra d'tre admir-
( s messie lira el snvi daa
imcs.
ffll!
gtiiate. Pour 0,0
etuitment, il est expdi ds
(rception du prix.
t-Xtl EMOsMliDIONc
OMPANY
rVIXANTA, GE iBGA U.S./
Agents iemsDas i
p vs
cunve/.puui raaaOiajDeinaajils.
I ou; tous renseignement* s adresser au burecii de i Agent.
Pour la Rapidit Le Confort La jScurtt,
\oyagez parla Syrbadne.


**<;
vr*H 'r--/ s * -^^ w
ivr-jK.
c~*
Jeudi
04 Avril 1930
Le
, '
Insurance (Jo
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES ^ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
.MMC
Kn wr.- s "-
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lite
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
,.,. .-, .,., dao sa perioDM d,"^r'h'd'Europe tout payables sn Hati
Sa Polices Maritimes .muscs par "V.T'?! univers entier Tous lis voya.
Se, Police, contre -ccident. .ni va .jbta. ta me eue. M^ t^^
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cayes
SOUS-AGENTS:
.\j;eut Gnrrl P^"r l*llti*
port-au-Pnoce. :.fi!!S ..
JEAN BLANLI1LT Jeremie.
4 PAGES
24me AtfNiE N 6976
Port-au-Prince,
Tlphone : 2^42
Nouv II0^
SUITE de lu 2e ni HAGE
.,,,! re en ItberU,
rnd it, es malgr une ren-
, 1 re entre te partisan et la
p. ice, p i de I) m li, il a an-
ic qu'il viendrai! 1 main re-
(;, illn le se! avec S< s volon-
taires.
* Bombay, le brnil court que
l'arrestation - Qaodhi serait
imminente. Otite pourrait
produire avant qa le chel nie*
don n'aille n>ma-n Aal.
Des rencontres tant Impor
tance ont eu li*-u points. La pli s s-iieus- s'est
prod* il- aox mine d'or 'le Nly-
sore. pr* de Bombalort, on l
y a en .">') blei
C'tait aujourd'hui le jour i tan c e et de mditation ne
tiandhi. Ce bit explique povr
quoi il n'tait pas dans un des
groupea qni ont eu des ditticul
li avec la police.
Ch 7. nous, o
piud gu? et o
service wnowi. DVTOitM
PIIBUQIE.
Inspection Mdicale des Ecoles.
Port au-Prince, Haili
BULLETIN D'HYGIENE
Sjm di 19 Avril 193.
Les fruits
la nature est
les saisons se
contondant, il y a. toutes les
poques de l'anne, une grande
varit de imita, lis sont beaux,
succulent-, et plus juteux que
ceux de baincoup d autres pays.
Leur gi oue proportion d'eau,
de sucre, de sels minraux,
d huiles essentielles, d acides or-
ganique en tout des alimenta
n cessaires la conservation du
corps et l'limination de ses
poisons.
Les fruit, en gnral, sont
nourrissants, ralralchisants, di-
urtiques, laxatils, dpuratits.
,>Le corps, us, surmen, aflai-
bli par un rgime alimentaire
mal calcul, ou encombr de
dchets toxiques, se tabriqne
vite des acides, qui lui causent
ce que l'on appelle les maladies
de la nutrition : rachitisme, rhu-
matisme, goutte, urmie, etc..
Les fruits sont les aliments les
plus propre* a rdune ces aci-
de-, alcaliinser le* humeur!',
bri.i les dchet, a les entrai-
u, 1 au Utlicrs, tuus'iver I in-
tgrit iiiw organe et liuili-
ure itt- leurs lonclious.
Piutges contre le souillures
extrieures par leurs envelop-
pes naturelles, ils sont purs et
suius, ns utiles aux malades,
aux autant et aux adultes, aux-
2uels ils apportent beaucoup
lments Je toi ce, de rgn-
ration et d'puration cellulaire.
Leur consommai 1011 plus g.an-
Ue e* plus systmatique dans
l'alimentation locale, leur cul-
ture et leur exploita ion u.etho-
' dique et intensive seraient pour
nous une source intime de sant
il de richesse.
Cours
Classioues
Au Capilolc
tGrand'Rue. Phonc N 22
Suceur sa le de
MOHR & LAURIN
I I in'nve Mour. ".. Stock constamment mu*
'des appareils suivants des marques les plus rputes :
Appareils Pholoqmphi-
ques cl accessoires Kodah
Phonogiaphes & Disques
Brunswick Aqencc
Gnrale.
;t a tftts
Lampet Krosine Manchons '\Mladin'\
Classeurs en'acier. Fournitures de liureiu acc
Machines 0 \diitioaner "Barroaght*'.
Machines crire 'Royal".
Rubans pour Machines crire et papier Carbone Panami
Les laineuses plumes
Parker
*s.
Encre "Walerman" de touies les couleurs.
Porte-mines automatiques et crayons.
Produits pharmaceutiques 'Squibb".
Chocolats "Schraflt".
A 1 lition continuelle de nouveaux ajtic
SPORTMEN& ATHLTES
LES MUSCLEURSl
Sont arrivs. LefStock s'enleva rapidement.
Dpchez-vous "si vous en dsirez un.
Joe WOOLLEY
Loin Rues Fort Per & Amricaine.
BIRE NATIONALE i
DE 1.
Brasserie Nationale
Se vend paiioul Or 0,10
le verre malgr sa qualit
suurieure.
Protgez voire
voire sant en
toujours.
poche ei
la buvant
[Sme a Philosophie inclu-
sivement.
^Mthode sre.^Succs com-
plet contrle chaque anne.
Louis du Soir pour Adulte
et Jeunes Cens.
Comptabilit, Stnographie
anglaise et Ira.iaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
pour clluquo .ours.
Liisciguemen du Franais,
de rAuglj:>. de 1 Alle;nund,de
l'espagnol. Mthode saus
gale.
LjCous .1 dt 1 heri s t
IjBUre, Scit uci s et M. thinia
bquea an ete\e> ou tti re-
taid ou a ceux qui. vtu aui
J aguer du temps.
Cours dtMusique)(Soltge.
Violon, piano ).
peus ou Scolaire, srieuse
ai ugiablesavae aunee pour
Va Un * Udlles.
S*s ie4*er Rue Lamarre,LUT,
ou tlphona* nu No 2*J1
pour plus ...nplas rueigde-
meuts.
L'INSTITL I
iriPPFNHAUER
Reconnu de 1 Universit
bhsi tienne.

3 k Wk%!A
Foie intestin
casvstos f.::foncez-vous bien ceci omsu UJI
Entrite
lligrars
Bi ct'c-cs
,,....1, i'ie* aux mniivalse uae?-----,,.,:
.mants leo:er nalart,Bi u .trte "" 1
.-.. POUDRS.S DE COCK *.
v.ir rcs rovr.ites ne coati v tUMOI
u
I
':. -*:-
iHiti iiuiri ur if d
NOUVEAU SERVICE]
DE RESTAURANT
Hors d'uvre varis ou
Plats du Jour I
h* DESSERT
WNS TRBS SOIGNE METS CHOIS! J
P.P.
PVTB.2


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs