Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03974
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 29, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03974

Full Text
>-
***

-*.
Clment Magloire
DIRECTEUR!
J58, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N2242

C*jp'< M aaiM dt a* aire que del
CS*jM*nubl.n iauteacoran* pa
lire tato celles qui *oul vritables,
*s qu o oc doit rauporter qua 1<
toe qu'il ft utile Je dcouvrir et
non pas celles qui m* pourraient que
blesser sans apporter aucun Irun
PASCAL
a=r
29me ANNEfci N 93
PORT AU-PR1 \CK (HATI )
1 x M)i Jl MARS 19M
La Situation1 Inauguration du
March Salomon
Noire honorable conlrre le
le/n/w nus consacre< en son
dition do vendredi 28 mars,un
riicie d'attaque dont, rserve
dite des dtails sur lesquels
nous reviendrons, voici.au nom-
bre de quatre, les conclusions
jniquelles nous voulons rpon-
dre tout de suite :
SLNotre confi re dclare que
fi noms qu'on puisse dire
je dos articles sur* la situation
est qu'ils sont inspirs . Il ne
prcise pas quant la source de
cette inspiration ; mais le mo-
ment n'tant pas au vague, nous
ipportons la prcision qui man-
que, ne croyant pas nous tino
per sur ce point : cet article se-
rait inspir par M. Borno.
Il faudrait trs peu connatre
celui-ci pour croire qu'il est
nomme se retrancher t rnre
incuDi personnalit et uaei de
Irucliemeiit pour taire ce qu'il a
itaire ou dire ce qu'il a a dire.
Notre conlrre tant lui-mme
mlhSaminent renseign ce su-
jet, nous croyons n avoir pas
beaucoup dire pour le persua-
der que ces articles ne sont pas
inspirs du Prsident de la R-
publique.
Faut-il que nous a joutions que
lu surplus, nous sommes assez
aviss, ..u Matin, pour que l'on
ne nous lasse pas ''injure de croi-
re que nous ne peu&ons pas de
nous-mmes ce que nous cri-
rons et que nous ne saurions
pas nous en lirer saus aller cher-
cher ailleurs nos inspirations ?
Nous voulons croire que telle
n'est pas la pense de notre galant
contire qui.alors, n'a qu' con-
?eair de lui-mme que cette
partie de son attaque est pour le
moins ose.
U. La seconde accusation de
ttW; contire porte sur le ca-
ractre subversil de nos articles
dont le but serait de crer l'a-
gitation on mme du dsordre.
v L'accusation n'est pas banale,
Tenant notre adresse d'un con-
Itre de l'opposition dont le pu-
blic connat le ton et l'allure
depuis la prsidence actuelle.
Aussi, nous ne nous attarderons
pas la rfuter autrement que
comme un argument de pure
occasion.
Cependant, il est dilflcile d'ar-
rter sur nos lvres le sourire
que provoque la pense que la
seule perspective d'occuper le
pouvoir, ouverte aux opposants
par le plan de la Commission,
audit pour leur taire prendre
l'attitude de pouvoir tabli et
considrer aujourd'hui comme
agitateurs les dtenteurs les plus
convaiucus de l'ordre constitu-
tionnel.
Non seulement on lit, on
prend des dcrets, on reoit ser-
ment, mais voici que la presse
elle mme est taxe d'agitation,
et par qui, grands dieux t..
III. Troisimement, le haut-
commissaire est sollicit d'in-
tervenir contre nous ; on lui r-
clame.pour le moment,uu com-
muniqu de dsaveu, comme
s'il n'tait pas assez de M. Borno
Pour tre tenu pour responsa-
ble de nos arucles ; on reproche
au haut -commissaire... son si-
lence 1
Ou nous accuse de parler, on
l'accuse de se taire : il ne taut
que rien, pas mme le silence,
ne vienne troubler le cours ma-
jestueux du plan.
Pourtant, s'il y a une chose
trs claire, c'est bien la letre du
aaut-comuiissaire M.Etzer Vi-
hre : elle ne laisse place au-
cune interprtation; elle est,
comme on dit en langage admi-
unratil, explicative par elle-
rae.C'est mme parce qu'elle
*t ns claire et trs explicative,
*t que nou: l'avons juge telle
nous mmes, qu'on demande
ce b^ut lonctionnaire de venir
"ire que nous avons mal lu et
"Oal compris.
le, la passion de notre exce!
Uutconlre se trouve aux p-;
i avec sa grande intelligence ;
c'est m punition.
IV. Enfin, a dfaut du haut-
uxnmik&are, et l'apptit venant
n mangeant, notre conlrre in-
voque Washington, le prsident
Boover.
^'el vraiment n'y plus rie i
Mnprt-ndre. L'hoaorabie prsi-
dent des Etats-Unis a condes-
Cest, comme on le sait dj,
mercredi aprs-midi, quatre
heures qu'elle a en lieu. Et quoi
qu'en disent certain journaux
qui on ne sait pourquoi s'obsti-
nent i dfigurer la Vrit cet e
crmonie eut lieu dans une at-
mosphrede sympathie vidente
et parmi une foule compacte,
comme en tmoignent d'ailleurs
des photographies que nous
avons sous les yeux et que tout
le monde peut dailleurs alltr
voir chez le photographe Du-
plessy.
La Musique de la Garde d'Ha-
ti se fit cette occasion enten-
dre dans divers morceaux aussi
bien excuts que gnreuse-
ment applaudi* et Son Excel-
lence1 M. le Prsident de la
Rpublique, tan' ton arrive
qu'a son dpart fut t objet, de
le Dr Arthur Lescoutlair, Prsi-
dent de la Commission Com-
munale de Pori-au-Prinee. Le
Prfet Clment Magloire en lieu
et place du Secrtaire d'Etat de
1 Intrieur M. Charles de De!va,
qui n'avait pas pu assister cette
inauguration, prit la parole.
Aprs avon rappel, en des ter-
mes brefs, voeateurs et appro-
pris l'cauvre du ouvernement
du Prsident Borno au cours de
ces huit dernirs .annes, il fit
l'historique du monument dont
on l'lan 1 inauguration.car coin
me toutes les choses qui ae res-
pectent, ce monument son
histoire.
Conu sous l'administration de
MM. Charles de Delva, Edouard
Baussm et Ermane Bobm qui
avaient vot le crdit ncessaire
et trouv les londs et le terrain
L'Idal lilinm
AUX ROY
28 annes de succs.
I
'M#* *
1 part de la grande foule qui qu'il (allait, l'excution en com-
te trouvait assemble tant a
l'entour du march qu au mar-
ch lui-mme de manifesta-
tions des plus tympa hiques.
La foula, elle, ne s'occupe
pas de politique. 'Me na vu,
mena sous la courte adminis-
tration de Vl-.loseph Grard et
s'acheva sous celle de MM.Les-
couflair, Rgnier e' Benri Kou-
zter Leprtet flicita hautement
le Prsident Boruo qui donna
ECOLE EUE DUBOIS
Les dimanche et lundi 6 et 7 auril, il i/ aura une gronde
exposition Vente de 8 hres midieie'.i' 6 hres jtm.Le
public pait auprincien toujours si symp dhique l hcole u est
cordialeinrnt i nui t. il y trounrn de la bmderieet des dentelles,
de la lingerie d'hommes et de garonnets, de dames tt, de
fillettes; des robes pour dames et d'enfants. <** ceintures, dm
fleurs artistiques.
Il uaura un grand choix de pochettes aicessibtes toutes les
boueses depuis le prix modique de 2.r centimes de gourde jus-
qu' celui de 10 dollar-,
dans cette manifestation, que la lui-mme au March Salomon
ralisation d'un beau travail qui |e nom qu'il portera dsormais,
va relever un quartier qui avait hommage n rit l'minent
toujours t abandonn ei crer, homme d'Etat q u i dirigea
a Port-au-Prince, un nouveau les destines de notre Pays
centre d'attaires pour le pe it de 1S79 1888 en laissant
commerce e les petites indus- aux gnration* qui suivirent,
tries. Di d'ailleurs le prix des lexernple de qualits remar-
proprits aux environs de ce qaables de patriotisme, de pro-
march a plut que quintupl. j bit et de discipline d-ins l'ad-
On a remarqu cette cr- ; rnimstralion publique. Chaque
monie le Prsident Borno et les fois qu'il s'agit de b; ptiser un
Membres de son Cabinet, Sa des nombreux difices construits
Grandeur Monseigneur l'Arche- j soUs son administration le frsi-
vque qui donna .a bndiction | deat Boruo se drobe toujours
an nouveau local du March : trs modestement comme s'il
Salosoon.le Coadjuteur, S. G. j lui'paisait de se ravir la r-
Mgr Le Gouaze, M. Edouard Es-1 connaissance nationale. Mais
tve, Prsident de la Chambre f ics difices parleront d'eux-m-
Hatienne de Commerce. M le mesauxgnrations qui viennent
Dr Melhorn, Chef du Service j et l'on verra qu'il n'a pas tait
National d'Hygine Publique, le une politique de phrases, du
Commandant Duncan, lng- topics, mais bien une politiqui
nieur en Che( du Dpartement
des Travaux Publics, S. E. M.
Ferdinand Wiel, E. E. et Mi-
La fin de la Grande Anne
Il y a dj des brches et bientt sera la dissolution de la
Gr nde A > me des Disques Qdott .
Quelques Numros de notre stock sont dij puiss, d autre*
vont finir vite et des Numros prcdemment imports n>
seront plus commands cor nous aurons travailhr sur <;>
Numros nouveaux
Livrez donc bravement et au plus tt un dernier assaut
eontre les superbes bi aillons de Mutinguctt, Xionteaux.Gouin,
Niihr'i \alin, hichiletti. Valse \ ientwise, lazz,i-uun Rires,Solis
0 chestres, etc etc, car vous >eg etterez de ne plus trouver
l'avenir ces disques merveilleux qui dans une parfaite com-
munion de l esprit latin et des belles affinits (le la race ont
(jo t dans tout le pays l'lan d,- la grande joie et du plaisir
dliait.
Si vous n'avez pas un Phonographe procurez-vous chez nous
un Portatif PERLES, aussi sonore que les grandes ma-
chines.
Bazar Odon
l KARAYANY
Angle Grand'Rue et Rue Frou.
$
nistre Plnipoeutiaiie de la R-
publique Franaise et Mlle Ha-
ue
d ralisations, d'inrt pure-
ment national, et dont les r-
sultats sont l, patents, telles
des preuves irrcusables que
les ennemis ne veulent pas voir
noka. Monsieur le Charg d At- puisqu'ils lerment .dessein les
.. t il___i. a l !..._....< ..i M.._ .. ___ ii.l. j.iU Hiiil nnna n-
fairs du Reich Allemand et Ma
daine Edmund Helmcke, Mon-
sieur Alfredo de Maltis, Char-
g d'Aflaires d'Italie et Madame
de MattiiS, Monsi ur le Charg
d'Affaires de Cuba et Mme Cer-
vino. Monsieur Luc Borno, Chef
vent, vtais.dil Je prfet.nous a-
vons confiance dans l avenir qui
nivelle las nervements, rerr.et
chaque chose sa place, chaque
individu dans le cadre qui. est
vraiment le sien. Car, lorsque
les phrases et les propos se se-
viuo, itivjui ~ .-.--, r-- ic Y**'vmwm "* ------ ii
du Cabinet Particulier de S. b. r0nt depuis longtemps envoies
Monsieur le Prsident de la R- J ce que nous avons tait de beau,
publique, les Const Hier d'Etat de bien, avec au cur l intrt
Auguste Magloire. Agnor D-, de la ollectivit, demeurera et
brosse, Legeadte, H. Pierre- dfiera les temps. Api es les in-
Antoine.leSuprieur et les Pres jares stupides, les calomnies
du Saint-Esprit, le Dr Salomon, odieuses, lorsque, sur les pas-
Monsieur Emmanuel Ethart, si0ns du jour, le temps aura tai
Prsident du Tnbunal de Cas- SOn oeuvre apaiante.
saiion de la Rpublique, etc. I l| n'est pas de doute que I on
Au dpart, Sou Excellence le dira du Prsident Borno, qu ai-
Prsident Borno rencontra le d d'hommes convaincus lit
Dr Roche Grellier. Il s'arrta hit avancer son Pays dans la
une minute et eut une couver- voie de la libration en lui don
sation des plus affectueuses avec nant un peu ,de cette civilisa-
lui sous le regard conquisde la I tion matrielle qui s accote par
foo'le qui, une fois encore, ad-1 det difices convenables e qui
mira le geste aimable du Chef est le cadre indispensable a
de l'Etat qui trouva au cours toute volution saine et Dieniai-
dnne rception otlicielle une sant, et qu'ainsi il a nieu
seconde accorder a un vieil mrit de la Patrie.
!!i j Ensuite. Ion passa au buftel
Nous avons dj publi le dis- o le Champagne tut servi. Les
cours que fit, cette crmonie, mvits profitrent de I occasion
"______________________! Pour visiter le trt beau tra-
cendu jusqu' rpondre l'appel ] vail dans tous ses dtad. ht
de l'Opposition anxpl.fi. par tous onglempa aprs que Son Exce^
les chos du inonde. Il leur a lence le l'raiden Borno eut
envoy une commission co.npo- pris cong et qujhMeri pan.
!
i'.t .i.il ll'.l |.illi.ii rlr (ait
Ce qui te sent tre ileju-me.
Kola Champaane
F. SJOURNE
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparatio'i et Vente
Pharmacik K. SEJOURNE
Angle des Hues lionx et du Centre.
LOTERIE
De l'Association des Membres du Corps
Enseignant et du Comit Hatien de
l'Alliance Franaise.
Le prochain tirage de cette loterie est fix au Dimanche*
0 AVRIL 1930, 9 heures du matin, au Thtre Parisiana.
Lerofoit d'administration est heureux d'aviser ie public
que la nouvelle rpartition comportant un plus grand nom-
bre de lots gaguants
Pour le tirage de Mars l'mission est de 4.000 billets au
lieu de 5 000..
les personnages officiels la tte
continua au March S.tomon
qui est oovart ao commerce
aujourd'hui mme.
se de citoyena amricains, de
l'aveu de tous, tris ur le volet.
La Commission est venue et,
en moins de quinte jours, a pu
abattre sa b- sogoe.Co ome Csar
au snat romain.elle a pu cb er
au prsident amricain : Veni,
vldi. viri : J* venu, j ai uu
/ai veAmu.
Cette Viatoire s'talait en man- ^J,, ~ '| core rfauto-
chettes cob.sales chez notre mobi|e "*a enToy fi |9atative
centrera et garnis : nous en daccomp|irun uouvetu record
savon particulirejeni quelque ^ c^ ^
chose, ayant largement, sous ?*
leur plome, tait les trais de ce
triomphe
Aujourd'hui, parce que ce
triomphe ne parai plu .u
complet.et pour queiqu. s pen s
nuage, ou veut tncoi* trou fier
Vkashmgion, quille laser sa
paUence l Enfin, voyons U
Pair tablir aa recerie T-I DATONA BfAQJ ElARtDJ 7T *
c mse ue raanvaLseS conditions
' existh'ea Ky Don, concurrent
Taies araiiliillve* r% Praore
Pajs La Cnambrt le O
pu s eu des d ba's mon
me ne sans atteindre ;
110.1 iur a p opoauioo l pi r
les t.xeN prohibiivcs "-ui liflt
ponaliou u'*uloaubl* ainai-i-
cainet.
1 Gios lot Gourdes
1 ce
1 1 (
3 Lois
3 <
1 loU
75 "

2,100
00.
150
90
00
30
H'
2.100.00
00,00
150.U0
270,00
180,01
l'JU.OO
"900,00
"180,00
.'48.00
*;u),oo
2 Apx.du 1er Gros lit de 30
2 2 me 24
2 3me 15
117 lots se terminant par lies dux|
derniers chiflrea des3grot lots G.ri 6702,00
l'aiement des lots guguants tous les jouis de
dix heures raidi au magasin de MSimou VIEUX.
... n vu, jeudi aprs-midi, val
1 heures, un homme, vtu de
noir, qui se protm nml A la Plaqe
Louvejrtore, 11 allait et venait
pics de la ttalue tlu Prerniar
des Noirs, et ont on suivant
tulancoliqu net a I me de
rettequi montait vera U
[ciel, il rcit.nt tout haut, d'ttne
vox lgriMi ent chevrotante.
la ballnv clbre du bon rieu
Villon : Ha'Iode des Dames dm
/'.(/?/>.; Jadis.
... a vu, veuuiciii nn>l:u,i'aa-
. un pauvre homme astis
sur un des bancs qui bordent
kiosque du C!m|||#le-Mtrs.
I! avait les veux ronges el le
cheveux en fISordre. D'une VQU-
enroue, il chantait une vieille
chanson, en un dandinement,
idiot. KoMK Cl-.il se voila d'une j
!>ji mfen pe;i ; nt que ce pauvre
Miibule avait %ans dooitt
I is i- une nu t Manche et qttii;,
tijiii peut-tre venu ae repoaer
sur ce banc pour i s'enivrer de
bolciUcomm le pote...
*
n vu, passa ut pai i> i>vt|
un homme si lgamment vM%.. .
d'un complet u/iscltii que non.-. ,
bre de ceux qui se connaissent
en matire de .lments sekwul
arrts pour le voir passer. U
avait eu outre des souliers
pousaient religieusement, e,
on dit,le& forints de ses demA
pieds, des ioulitrs qui ne pou
vaient venir qu- de chez la bou
liiseur. NoTRuCEii. vit un hojn-
rne se diriger carrment ver^lei
Moniteur serait-ce indis-
cret que de vous demander 1.
nom de votre tailleur et celui
de votre cordonnier?
Il rpondit, aimablement :
Mais non Monsieur. Je la'fcu* ,
bille et je me chausse a la Pari* ,
sienne, depuis dj deux ans.lt
je m'en porte a moi veille. -C'est
'excellent ce que j'achte la et
Cita ne cote pi esque rie. J
... voit comment, malgr ceex,
qui disent le contraire, la presse
piouve chaque jour ion utilit,
I.k Matin avait publi un petit
avis dclarant uvoir reu untace-
muin qu'il tenait aux ordres .
de son propritaire lundis que le-
mme |our, Le Temps pre i
menait une rcompense A P^ .
! rapporterait l'objet. Lavis du
,Ttmps*> avait peine paru que
il i Matin avait reu l'objet, qui#
au moment o Notrf ijt note
ceci est aux mains de sapropri^
laire. Ne taudrail il pss rendffr
honneur la presse qui,chaque-
jour, o i, chaque jour, retreeve
ainsi des choses perdues et lea
uliciu.ne Q leur propritaire Y

... voit comment 1 ktabiis*
ment t'Iia Dubois on prpare 1a
grande exposition qui se tiendra
au local del'hcole les Get7avrU
prochain de8 h. h taidi, le matin,
et le soir de .'' b hs. Des tra-
vaux splendid'."-. et qui tmoj*
l'.nent du meilleur got at de la
science la puis parfaite terontla,
|oie des amateur*, et ce qui ae
i gite rien, rien ne sera impos
! aux visiteurs. Ils achteront que
\ s'ils le dsirent. Mais il seradil-
i ficile de ne rien dsirer devant
' cet aiuom ellfinent de choses
j de toutes form s, de toute valeur
i de toute impt lance et dont las
prix oscilleront de 1h centime
S 10 dollars.

R40ta*rtor 4a Su. araaortt fmr rtUW
desc:;:cns
I00 M4'..'
Ni
art*
... u vu une laitoqni s'urrelu a.
la mite d'une panne. Cest Is
t hose lu plus m -1 mm le du monde.,
Mais l'clatement le poeu avait
taituntelbrnttqoe des sens lais*
srent leurs maison poar veir
dequoiilreteurnMi.-f qu'ungae-
garmeqni pas*ait iquiqaaa otA-
trs ue im ut le gekia de porter U
maiu son rvvoivar. Mm, bes>
niucntnt, outteinoada serea
tit luuu >< il couiptw, su
o i i tf de ce que
c enil c i -i . iura a ses
lignes u o : uuirqa'i
v une fusillade.
i
__
iBh.



;?-.
V*>
FACit 2

ikC#,MM.
Nouvelles
EtraiiqresJ
"... .. ,i '

'- .1 .
Ill OI01H IrliH-
rt> Ml iohiih h/ l iiieal
Washington. Le lieutenant
utonel Robert Richsrdson a
t relve de son poste de com-
mandant il-' West Point, i-.ro
lonel a ter:- rcl oilioc pendant
une anne.
>se tlini trait eeaaereial
Paris. lin rponse a I Am-
bassadeur l.dgft l'gard dune
tranche rijniuon t:o:u--.iiaut le
tarif amricain, Louis l'radel,
Prsident d l'Organisation fran-
caise de la soie, a drlai que
tout trait. .nnrnercial entie les
deu*nations doit tre bas sur
de concevions mutuelli i
.WvesH rrovrd de traverse
Iraus.illaDtique
New-Youk. Le transattau-
tique Europa du Norlh Uer-
man Iloyd, :> tabli un nouveau
record de la (raterais transa-
tlantique de Cherbourg au phare
u'Ambrose quand elle se rua
ver* le port a pi es 4 jouis, 17 h.s
et 16miuuiessurleshauies mers.
Atteignant le phare a 5,54 heu-
res a. m. .prs avoir perte Un
rideau de neige qui meim
d'arrter sa courbe fluale et api*
avoir lutt contre dei v n s d.
bout et une mei houle use, I Eu-
rope aniiliora l'exploit l'uen, son bateau dire pai 18
minutes. Mien que I Euri i ...
cul taiire lace A plus de rondi*
lions ddfii les que le Bremea il
toaroii une vili .se moyenne d
JTjyi nuds compuieA n 27.Mi
du Bremen.
La disjiai iiioii du Glral hm Pahis. Lu ponte IrauaiM
continue en partie les rapporta
que les agents sovitiques oui
enlev le Gnral Kouliepoft.lea-
Jeunes el
Vieux
Nous recevons e Jacmel la
lettre suivante :
Monsieur le Directeur
du Journal Le Matin
Port-au-Prince.
Monsieur le Directeur,
a Jacmel les jeunes rnais
seul tel citoyens de bonne vo-
lont, pour leur faire coiu-J
prendre qu' l'heure grave o I
nous vivons tous les partis
doivent disparatre, pour leur
taire comprendre en outre
que seuls les citoyens au pas-
a sans reproche, peuvent bri-
guer les luveurs du peuple.
Aussi ai-je ete vive nu m ton-
ne deuleudrc M* l'une Louis
dans une brillante improvi-
sation, prendre la dfense des
vieux, comme si nous atta-
quions les vieux, nos parents
l'es aimes.
Non, Matre, quand ils s'ap

nef blanc russe. On espre qui
l'ideniii des capteurs sari r-
vle,
lue rreitioi il PaMl
de lUu-kiuyliani
Lonuhi-s. Les tleltgus n--
vais et leurs temmes fuient par
mi les invites a une gardm
paiiy donne par le roi Geor-
ges et la reine Marie au palais
de Buckingham. C'est la pre-
mire lte doonia par le roi et
la rune ensemble depuis In ma-
ladie du ioi en li>28.
Dnaiissiau de Presideul
du (Jenlaad Trust Ci.
Washington. La dmission I
de Joseph Nuit comme I rsi-
dent du Cleveland Trust Go. a
donn naissauceau rapport qu'il
peut tre choisi comme Priai-
dent du C< mit natiunal rpu-
blicain au cas o Claudius Mis
ton dmissionnerait.
L. question de
l'Immunit diplomati-
que) Wanhlngtou
Wamington L.- snateur
McKellir. dm( cratedu leu-
uesser, a dpos une proposi-
tion (le I n l'immiiiut diplomatique sc-
iait reiuscc aux diplomates
tranger Le snateur a d-
clar que son projet a\ ni t
inspire par un accident Muse
par L'automobile duu diplo-
mate.
La qu lion de la leve de
l'immunit diplomatique .i de t
j t largement discute a
occasion de la prohibition.
M. KcKe lar estime que les
liplomates et range ri rue-
raient tre traites exacte**
nenl comme les citoyens a ru*
icaini. .
l'fileront Nosirel Lherissoh,
..hanes Hauduy, Nerva Gous-
c Emmanuel Volai, Petdi-
uafid lielliinde, Ehe Basiien,
pour ne citer que ceux-l, les
svieuxa seiont toujours en-
touies de notre plus protoud
respect. Ceux que nous coru
balions ce sont ceux qui aprs
voir servi la coopra tlou seu-
lemeut pour aatisiuire leuis
luatmctl mauvais, apil tre
restes criouneltemeul imnlle-
rcnis la rause nationale,
croient le moment venu de
i.'iis ollur trop geneicuse-
uenl leuis tiop prcieux ser-
s. Les jeuues adunieutla
loyaut el le courage; ils ai-
meront mieux lendie loyale-
ment la luuiu, aux ciioytiis
.m sans rver le tuulheui de
leurs coucutiyeui, ont coura-
geusement seivi la coupai a-
UoU| dune lacou houuele et
I >yale.
Je vous prie.Mrle Directeur,
d'agrer l'expression de mes
respectueux sentiments,
Edqarj) ETIENNE.
Dernire
Heure
i Par radio )
2.N mars
WASHINGTON-Hugo F ke
ici,. ommandant rtu Qraf Zep
>elin, est arriv il nui'
oui recevoir la mdaille
.ocitt* nationale de gographie
boni les explorateurs et d<
vreui a trangers.
JUarlage
Veudrtu. api -midi
br.eii sb cte lutimi i se
?es tfeuiii .'.s des de la
mille',le mariage civil .i II
Rit Vincent avec M. Ludovic
LONDRES Lu dlgation
gyplieone des nationalistes pi
pai le Premier ministre
Mustapha Pnshn Masbai rt trois
nembrea de sou cabinet asl ar-
ivie Londres pour complter
l'tablissement du trait dmdi-
ndance avec l'Angleterre,
LONDRES Une plaque en
lmoire de lord Milner a i
H voile lu chapelle Henry VII
l'abbaye de VVestminsier en
risence le l'evpreinier Stan-
v Baldwin, David Lloyd Qeor-
et autres pi o^mmentes per-
nnalitia.
PARISLa (mambre Irnnai-
commencera h discussion
accords de la Haye et l'ta-
semenl du plan Young jeudi.
dbals prointl.e.u d'itreem
rassaote pour le (iouverne-
nt.
VIENNE Le duchesse Olga
ii hteoberg, descendante le
ipoliOQ 1er, a el mise en
Il le.Ses dettes sont de ."{500.
1 I dollars tandis que son actll
' estim 2.700(M)(> dollars.
NEW YORK On apprend
le Donner , le plus lai^e
i irieo que l'air qui a pris Ifii)
. is en un vol se prpare
pour une travers.- dTllernsgoa
i New Vo.k, au commencement
U.
WGKLES-Helen Nuel
I s.acti ne de cuit ma, a ob-
I tenu le divorce contre Clark
a li v-la
*liaa Lpi
,u prsident
iilestin.
Les lmoii taient du c6'i \ Nuelvstrees
ia l'.poux : Hod.Bairau. ndr CHICAGO L'vque Ja.nes
Pranv"ois,S,'ymourCle8tiii.MHu- u HhodeisUnd
rice Latoitae;du ct de l-"
G as Si aio Vincent, Alexis
tei.icr. r.toine So'. Ail. ud Edouard.
[.a bntdiciion nuptiale leur
t dii donne samedi malin a la
Ihidralt Ils out eu pour \ ain et marraine Modolphe l!
- -lie .\'ii iei ne >
Nousgrsen 0D8 nos nu illeuis
onheur auxnojv.
LK MAriN- ai Mars 1930
^HaBBI
70 Milles imr heure
ou plus
LLYS six
Remarquablement Economique
dans les Grande Vitesses...
Arbre coud.


:-,
^
m&
^miP^f'^^^*
IXSS'i
-jfik.
^-^^j^.
Nouvelles carosseries
confortables lgam-
ment construites.
Le Moteur de la WILLYS SU 1930 est la plus puis-
sant ma. hine qui puiaae tre jamais obtenue dans une
auto si bas prix. Dveloppant 65 chevaux vapeur le
gros moteur assure une vitesse de plus de 70 milles p r
Heure facilement maintenue capacit tonnante de gra-
vir les cles 45 milles par heure en seconde vitesse
comme acclration remarquable.
Seulement une inspection et une
c> tte men eilleuse auto peut rendre
WILLYS SIX 1930.
dmonstration de
pleine justice m\
Le Garage KNEER
une dmonstration.
sera heureux de vous en faire
Anton KiEER
Distributeur
RUE PAVEE PORT-AU-PRINCE ( HATI ) PHONE A 2318.
Les Belles Autos de la Willys Overland.
Socit des Nations
INFORMATIONS DIVERSES
*pn
'OU*.
de
copak des Kiata-
Unis.
PARIS- Le Premier Aristide
Briand.ministrs franais des Re-
muons Extrieures M < h i
dlgation de son gouverueeut isl
la t onlrenee na .il des cinq
s, e\i parii poai Lon
I irtwipera une lois
do i agocjauoaa ds lu
i-'.|i

Le diftrend entre la Boli-
vie et le Paraguay, que l'inter-
vention du conseil de la So-
cit des Nations et les bons
offices de la Confrence pau-
auircaine avaient permis de
i |ler en 1928, a failli se ravi-
ver vers la Ou de janvie 1930
Le Paraguay ayant (ait la-
voir au Secrtaire gnral qu'i'
avait des raisons de croire qui
la Bolivie allait l'attaquer, le
Prsidant du Conseil en exer
cice, M. Zaleski, rappela ira
iiudiattment aux deux Gou-
vernements, dans un tl-
gramme qui tut communiqu
a tous les Membres du Con-
seil ainsi qu'a la presse,
qu'une procdure pacifique
tait engage entre eux el ex
pi ma sa confiance qu'aucun
incident grave ne viendrait
en compromettre le cours
Tour tour la Bolivie et le
l'araguay, dans des tlgram-
mes adresss au Prsident du
Conseil, tout en rejetant les
accusations qu'ils portaient
l'un coutre l'auire.affirmrent
leur intention de respecter les
obligations qui leur incom-
bent en qualit de Membres
le la Socit aes Nitinni et
kar volont de ne pas trou-
bler la paix. Le Prsident du
Conseil en exercice prit fica
leiuent acte de ces tssurances,
en exprimant le vit dsir du
Conseil de voir les deux pays
rgler pacifiquement foutes
les questions concernant le
Chaco.
\ la suite du dpt par la
Grande Bretagne, en date du
5 lvrier, de sa ratification de
a clause facultative du Statut
le la Cour, le Brsil se trouve
galement soumis la juridic-
tion obligatoire de la Cour.
En effet, le Brsil avait adh-
r ds le dbut la clause fa-
cultative du S atut de la Cour,
mais sous 'a rserve que sou
icceptation. qui tait valable
pour une dure de cinq an-
nes, ne pren trait effet qu'a-
prs la ratification de deux
Etats Membres permanents
du Conseil. ette condition
tant aujourd'hui remplie par
la ratification de l'Allemagne
et de la Omnde-Rrptsigiie, le
Brsil se trouve li tpto facto
par la danse facultative du
statut de la Cour.

La Grande-Bretagne. l'Inde
et l'Union de V trique du
Sud. ont ratifi ta iuuse fa-
cultative du S*:. ,c 'a Lour
comportRu. la juridiction ob
gatoire.
Les ratifications de la Gran-
de-Bretagne et de l'Inde ont
dj t dposes au Secrta-
riat de la Socit des Nations.
Vingt-trois Efats sont, de ce
fait, actuellement lis par la
juiidictiou obligatoire de la
Cour.
*
Le Gouvernement britanni-
que a t le premier dposer
au Secrtariat de la Socit
des Nations la ratification du
Protorole relatif l'adhsion
des Etats-Unis au Statut de la
Cour permanente de Justice
internationale.
Ce Protocole, qui a t
adopt et sign au cours de la
dixime Assemble de la So-
cit des Nations par 50 Etats,
contient les modalits conve-
nues entre -- les Etats Unis
et les 50 Etats signataires du
Statut pour assurer l'adh-
sion des EtasUnis la Cour.
En mme temps, le Gouver-
nement britannique a tait par.
venir la ratification du Proto.
cole relatif la rvision du
Statut de la Cour, galement
adopt par l'Assemble au
mois de septembre dernier.
Ce Protocole stipule l'aug-
mentation des juges titulaire
et le fonctionnement de la
Cour durant toute l'anute;
il apporte quelques rnodif a-
tions dans la procdure des
avis consultatifs, ainsi que di-
vers cbingemeots dont une
'xprienc-e de neut annes a
'uo.itrr 'milit.
Outre la Grande Bretagne,
la Beig.pip a n ilic elle .;usi
ce dernier Protocole.
DEMAIN SOIR
Violettes
Impriales
EN ENTIER
Entre: 0 50; Balcon : 1.00.
MERCREDI
Pour la dernire lois :
La Chvre
AUX PIEDS D'OR.
Grand roman d'espionnage, i
Entre : 0,50 ; Balcon : 1.00.
Nouveau Cours pratique
d HYPNOTISME
SUGGESTION
par U Prof. R. J. SIMAR0
Uuv: jj(e .ibsiiluiui'iii iiniivtttii.qul'*
tenant compte les dcouvertes rfci-BW
le In Science, a su mettre l'hypnotisme
ft la t-.ijWtlon la porte de tous.
UMlspcmable a crv\ ri veulentruswj
I beau rolumt ItUati,. uj .oui rtcomuM*^
g*!*! l'.iiaei
TRAIT BE SUUCELLERIf
MAQIE FRAT.QU!
oar t rot. *, j. *>!. u g
ttr H'.profoliclte et iK .!>'
de* Grands Hvstras
I/Otvnltnme dvoil entirt.n?-'
I I*u4 volun,. . malM
.... lrlK : ai Iranc
Jrt--.



LL fcAilxN -M Mais 1930
r^V-Ii
m * TJM
Honneur an gnie il usic*
lalien
La musique locale est une des tonnes les plus expressives du senti vent national.
Lame de tout un peuple s'y rvle. Toutes les nuances subtiles par quoi-se
distingue l'expression musicale hatienne, vous pouvez, les saisir, en vous
procurant les premiers de toute une srie de disques hatiens qiii
ont t enregistrs et les plus favoris du public.
Nous invitons notre charmante Clientle venir entendre les suivants dj reus:
Choucoune
BAT BAS
Carte
Pour
oublier
nos
misres
.... nH MOM JEiMT Mnlerprttallon d, ces morceau* par 1-Orcheslre de la COLUMUIA PHONOGRAPHE Co.
Se.00 PapprcUon de notre grand OCaDhJLANn J .nUr^ ^t^^^ p:,rlait la rousiqoe de Mr.
. Chacun eat invit graciensement venir en.endre de la bonne mnsiqne haUienne.
Maigre ,es dpend suppla n.aires que no,, avons tai.es pour avoir ces disones spciaux, nous les vendons au p.ix ,g,S. sd ...*.
KNEER'S COLOMB1A
Music Hall
Porl-au-F rince.
Mme Charles MIOT
Saint-Marc
Vm-umal ffCtihan* '^fa^M\
***"*J
Pour /es reprsentations en prowiia de la mai que COWMBIA,adressez-om
KNEER'S GARAGE Porl-au-Piince.
Colombian Steamship
Company Inc
Le stumer Bolivar venin, de New York est aile- r*
Port*uS?ecelUlf Avril P.ochaiu.1; Ujtajtr. **
directement pour les ports de 11 Colombie, p enint net
passagers. ^ au.Prince. le 28 Mars 1930.
Colombimn Simiwhf Company lac.
GEBAttA i Co, Agent*
VO0OB8
(Yance)
ACTION LBCTIVH SUW LE "J"N
Cure complte de l'ARTHRlTISME
*^" Saison du 20 Mai ru 25 Scpt^Lve ..,-
OOURSE* TENNIS .Mtr. POlO TMMTHE ***WM
~----------PARO 5P<^t_P0^__t.jL!l(i
b. M d.DS i- Ejjgaga T'ha"mAci-^ ^-^.--l'iL^
aucun cningemenl essenliel,
du tait du reliait de noire
Sieur Ch t. et pool i>i enoiw
notre charge ousles comptes
^Tu*sT^,'^^> MelerS,phie Velteo.
i.xrei ne nuire y M N|co qs Vc|l|j remrrelMII
Remerciement
Mme Vve Michel Velteu,Mi-
el Mme Velten tils, Mr le R-
vrend Parkinaon Turnbuii,
Mme Tarnbull et leurs en-
Toutes les Polices
DE LA
Avis commerciale
&.. le ; t.mmerce et le public
s nt aviss que je passe la
3 suite des aflaires de ma ruai-
feU I sou de ci miner e, a partir du
L 11er avril 1910, mes Collabo-
rateurs, Messrs F. Bombace
et C Devieux. L'actit et le
passif del la maison ne su-
re ssenr.
Noos prions le public de
nous atco'derla mme con-
fiance, et de nous assister de
son prcieux cooconn, pour
la bonne marche les affaire!
de la nvison.
relent
vivement Mrs les Pasteurs, les
Membres de l'Egbse Wes-
Lyenne, les lves de l'Ate-
lier le Mode, les Amis de
l'oit au Prince et des autres
localits ainsi que tontes les
Petit Goftve,' le 27 mars 1930 personnel qui feu rosi.ta*
F BOMBACE *C. DEVIEUX. Ui ^ looc^ntes moUmaf
Ide sympathie I occasion de
la m rt de leur trs chre el
regrette
Amlie \ cil en
enleve subitement a leur
affection ils leur adressent
Horn-Line
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux

EuttteBoss#Co
Le commerce et le public!
sout aviss que d'un commun I
accord avec Botre sieur chef,
Mi b bombace, uous pre-
nons la snite de sa maison de
ommerce, i partir du lei ,
Av. n iy>o, ei que la nouvelle
HENRY STARK
Hit N Qt AI, l\ i l i i NMIil WM
Cercueils
Agents Gnraux
MT-ft r
Avili laou, el que lu uuu^ eue ...,-. 4 j
o.fiiniMHi.i sera dsormais La Maisoo avis, le public quel: %.cut d r***ofaun grand
connue comme suit. assortiment de dcoriUoo. mettant mme de tournir
D. BOMBA E des ierruuls dcors des prix lies reduiu.
If. BOMBACEC. DtVIEUX Pour les .r. ue.ls le luxe, uui sout 11 spcialit de la
' Succesoeu.s. Mn'wn. on s-enlendra 'on ours p >ur un prix con^euable.
*! I actif et !" passil de la mai- U nuit et les Jours de ries. sndiessjr
MWjSou d! Boml..ce ne subissent, Mr HENHY bTAHK. Av^ ocnult..- Phone No MU


-__
rTfcii
_
Lundi
31 Mais 1930
Seuls distributeurs: HEHXER& C
Houle Rouqetoile Rouge
Jacmel Trading C

Panama Kailroad Steamship Line
Service de fret et de passagers enti e
NEW-YORK ClTV N.-Y CRlSTTrL. LANAL ZONE et les PORTS de la COTE
OUEST de I AMuRlgUE du SUD.
, plus rapide et le plusdi.ect service de transport ue passagers et du tr. entre Hait!
et les ports F.uropens via New-Yord et Cnstobal, Cauul Zone, Isthme de Pan; ma
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre Lions. France
Mrs.fi. W SHBLOON & Go- 17 James Street, Uvfrpool, England
llf liltwii| m nr Ifllti ai principal p i *G| IJ. SCOTLAND. FRANCl
Vlessn ft. W, SHELDON & Go.,
I, I.Miics sikri, Uverpool, Englnnd
1,1 France, Meurs G W Sbeldoo tELI mi \ IIf.Mm,\ &Cn
L'I Rue del Rpublique
Mnrseilles.
Hfrnu Pero^A <;. Ltd
HenNi Pi iu.\ & t.- Ltd.
95 Rue des Marais.
Paris.
Herni Pkhon & Co L Rue de la Tranquilit,
Duokerque.
Hehnd Peron& Co Ltd.,
i Hue Rov,
Bordeaux.
sdix i MessrsHENRY*. oMt'i lumi
i Allen ade, i h;,i n-en. Piazza S.*!atteo No 16Genoa
Oslo Noiiwav. Cottenburg. Swedbn,
Internati mal Nordisk Express,
Spedilionssclkap Oslo. CotheonunL
'' Quai George Y.
Haviv.
Herni Peron A Co., Ltd.
Rue du Moulin a Vapeur,
Bouloj !( sur Mer.
Cou mi\i,i-i-., Dani vjark. & Co
Il Wllli RC, I .! RM \\\
M\I.Atla\ ne l'i.i lom Cori
Hnmharg.
ROTTERDAM, HOLUNU,
Messrs Atlantic Frelnohi
Corpn.,
Rotterdam,
Brbuen, Geriiany.
Meurs Atlantic Preioht
Corp n.
Breroen,

Insurance Co
Une des plus fortes 'COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE1
EUG. Le'BOSS & Co
Aocnts Gnraux
Le Matin
4 PAGE*
rort-au-Prwee
Tlphone : 224
H
Pourla beaut YEUX! YEUX!
Io<* ai ta lies d y "* et drtw paup re*
DE H
CHEVELURE
PROOIGA.UZ
WSnivez les trao s de Gladys
May,actrice peine d'entrain
dans i Shu.'-'in Sain de l'Ala
bama qui dit qu'elle a trouv
l'Exelento la plus dlicieuse
pommade pour les cheveux
qu'elle ait jamais employe
LEXELENTO ^
La Pommade de Quinine.
est la pommade authentique
I elle atteint les racines dnetw i
I veux et donne un brillant na-
turel qui demeure.
Elle arrto la dmangeaison
du cuir chevelu et rend les
cheveux doux et souples.
En vente dans tontes les
pharmacies. Seulement pour
0.30 centimes parp ste direc
tement.
EXELF."VTO,MEnir.JNr:
COMPANY
ATLANTA, GEOROM USA.
Ant tevHMtdea pour tou*
pet*
WirfS* de Fabrique *r gi-lr.- au Bureau fu-n*ra| dHjqi^
P -diil p-epar p.ir le (lorleur badinez .)erv:!ulezt
dcor de a Croix du Xtcrde Militaire pour
service professionnel ,
Le aProdigaluz > est uu spcifique, unique au monda;
employ daus la gurisou radicale Je* maladies des yen?
quelque graves et ch ouiquc qu'elles puisstnt tre. Le lra|
teiiieut se t u avec une rapidit tonnante telle, qu'ejh
vite toute oprati m chirurgicale qui eliraye tant les dm
lients. Ds sa premire application, les douleurs et l*atigufl
disparaissent, i est un remde minemment ellicace dan
Ici ophtalmies et plus principalement dans les granulation
granulations purulentes ei bienorhagiques, quratites, ni
cres de la corne, eic. etc. i Les ophtalmies qui prennes
naissance dans les maladies vnriennes sont traites
trs peu de temps par le iProdigaluzaqui est aussi une mer
veille dans les infections post-opra tiens.
Le Prodigaiuz laii disparatre les cataractes ds leuf
apparition L. Prodigaiuz dtruit
dsintede et gurit tauicalcuenl.
les microbes, cicatrist
ai et R ir nt
t.a c et
On trouver.i au Bret Res-
taurant La Coquette angle
des rues St Honor et Grand
( Rue No 97H; tlphone 2544,
I des mets bien prpars et
\ la porte de toutes les bour-
' ses. j
{ Un service spcial assure
a toutes es heures du jour et '
de la nuit : la taste de cal, '
i de chocolat o le grand verre
(de l'AKlOO au lait et glac,
; pour la modique somme de
vinst-cinq centimes.
Une minutes passe la
Coquette vous y conduira
toujours.
imesdes Fnfentes
Sont Mieux Traites
^Extrieurement
S* P Arrtez-les en une
f^s^SsA nuit-Ne'droguez"
LTV " pas: frictionnez
\Mrf^~ 1 I,hcure du ccuchcf
Vicks
JVAPORUB
Pour Tout Refroidissement
Arrire tomes les.autres ^rparations a !)ae d'arsenic, d
mercure, et nitrate d'argeut et de bleu de mthylne, et
et autres remdes si redoutes, en usage dans les diniqusl
Les vues taibles et tutique ocquireut uue puissance vi.
suel e piodigie.^e.
PI ts de voile obs1 ruant les yeux Toujours la vue trea
claire! Le 98 pour ust de ceux qui souffrent des yeui
gurissent avaut mme d'avoir achev le premier ilacond|
tProUiguluz et remarquent que, par sou emploi, leur vof
uevient plus claire et plus puistaute qu'avant le traitement
Avec le r'rodigaluz on ua pas besoin d'avoir recours au]
veri t s.
Le Prodigalui donne pour toujours un coup mortel al
trailemeui par;lescollyies appliques jusqu' aujourd'h^
dans les cabinets des occulhies et qui sont de nature eny
pirer la majorit des cas eu irritant l'organe si important!
de la muqueuse conjonctivale.
i 'i'iu.i.gau/D icud nui l'emploi du nitrate d'argent
cause de terreur pour les patients et aussi canse d'un grand
nombre de ccit.
Le Prodigaluzi produit une sensation agrable.
Le cpiodigalu? est compltement luofiensit et produit se]
rsultats merveilleux saus causer aux patients la raondr*
somme de fatigue.
Le "prodigaux" arrte la myopie progressive.
Vous souffrez des yeux, soyez assurs que vous serai
proinpteinent guris eu employant cette merveille qui s'ap
pelle :
"P R O DI G A L U Z"
"Prodigaiuz-' a en sa laveur les tmoignages des Juges
des procureurs du Roi, des Chels d'Arme, des Ingnieurs!
des Commerants, des Ouvriers... etc.. etc. tmoignages cer-
tilis par .e Laboratoire Municipal de Madrid.
Envoi dans tous les Pays.Lxiger la signature et laimarqul
de tabrique appliques sur la baude qui recouvre le llaconl
rix 40 pesetas ( d'Lspagne ). Paiement contre mSndats-
oste. lettre de change ou chque.
Adresse : E. M. CUADR \.DO PgREYRA. SANA
ENGRAC1A, No 62, tercero drecha. MAURID, ESPaGNIJ
PhOUlGALUZ
UNIQUE DANS 10UT LE MuNDE !
Assurez-vous contre accident
a la General Accident Fire &
Lite Assurance Corporation Li-
mited . Vve F. Bermingham,
Ageii Gnral pour HaJti
Cours
Classiaues
12me Philosophie inclu-
sivement.
Methode^sre. Succs corn-!
plei contrle chaque anne.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
AVa*
le magnifique Bnuau touriste steamer Araguaya ta
attendu Poitau-Prince vendredi 4 Avril venant de Kingitei
et partira le mme jour a 5 heures de lapis-midi, pouf
New-York via Bermuda, oit ant ainsi une excellente
sion pour un voyage exceptionnel pour New-York.
Pour tous renseignements s'adresser
I. J. BIGIO, Agent Gnral, Phone No 2311.
OCCfr

pour chaque cours.
{Enseignement du franais,
i de Itnglafs, de l'Allemand.de
j l'Espagnol. Mthode sans
gale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou ceux qui veulent
gagner du temps.
Cours de Musique fSoltfle.
Violon. Piano). *
Pension Scolaire, srieuse
het agrabk.avec annexe pour
Etudimwct Ad j lies,
SadreaserRue Lamarre.1537,
ou tlphonez au No 2891
pour plus amples renseigne
ments.
L'INSTITIT
TlpprNHA li
Reconnu de l'Univcrsil
H-itiei.iu.
I
BAR^ TERMINUS
Place Dessalines
Caf chic, - Restaurant
de premier choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plus d-
licates.
Sahdwiches sans pareils.
Bire la pression.
Si vg.oe met
vous dsira 1m
PR-CT-LAN
ti q*
qoelques hourc> te l^.r.
passer aRrftblerneatllez au
Pr-Cat-Tlan -
j ^a,upEne. ^^^^^"^P*
iqueursde tente


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs