Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03970
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 25, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03970

Full Text
Il
Cl�menf Mag�oire
DIRECTEURJ
968, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N�2242
23�me ANNEh N� 6954
La Situation'
ii �'est j�< ni if# fit �oai le
crev�, pe i! Nr* de r>T�"infin pp ��*
�*MiU, car ces*, par U Q�ae, rt"
�esliqurr �Ys devoirs.
lumiaiih
MERCREO; 28 MARS 1930
�-*�
S'il y a uq po nl.yansiles cou
juaetures actuelles, .sur lequel
tutu I? monde est l'accord, c'est j
qu'il serait difficile de tom-
ber sur un homme i la lois plus
neutre et plus loyal que M. Ku-
gene Koy.
Ou p.us exactement, *- car
mus vouons �tre Iranc.- plus dehor� Uc feu y.aud, de New
loyal, ho ce qui concerne le ca- Yo� k cl Ue ^J^ J^f �
Prohibition
aux �tats-Unis
r< d�j� l�-dessus exprim� uotre
seaiiment qui est que, dans les
circonstances pr�sentes, ou ne
pouvait que se contenter u'uu
relatif.
M. Koy, en eftet, en tant que
citoyen, avait certainement se-,
opmious, et m�me ses sympo-
lhi.-s, sur ceci et sur cela, sur
Celui-ci et sur celui-l� et nous
ne jureiious�pas que, plus d'une
lois, ce seuluneui n'e�t ete ex-
prim� ou manileste avec m�mr
celle nettet� et cette franchise
qui, de l'aveu de tous, caracte
rmeat l'homme. ri.
Feut-�lre^m�me n'exag�rons-
nous pas en osant due que c'esi
en grande partie l'�usemble de
ses convictions sur la situation
sciueile qui l'a lait d�signer,sau-
h�siter, parles groupes de I Op-
position.
C'est surtout son esprit loya
qui a inspir� confiance � tous et �
commande de ne pas trop tenu
Compte de l'�l�ment'neutralit�.
Chacun s'accouimandant du tai
fu lu sa ut qu'U n'a jamais mita,
dans la politique, dans le sens
|tymologique,mi7�, combattant.
Ceci auuits, uotons doue, eu
�ere uue fois, avec satistacliou
la graude unanimit� qui s'est
unie sur ce nom respectable.
Mais, a-t-on un peu r�fl�chi
lur ce qu'on demande a cet
homme ueuire et loyal 1 Sur ce
qu'o� lui donue mandat de ta.-
le ? Sur ce qu'on dit express�-
ment attendre de lui ? � Nou*
� en sommes pas tr� s�r et c'est
!ouiquoi nous nous proposons
e piescuter aujour�nui aux
lecteur� ce sujet de refl -lions ?
hh Dieu, � ce. uo.ume neulie
u�^^V�*}*?^1*^'�*1*-. Des experts pT�lMilLUl
qu il faudiuit lOd.oo.J agent,
ei une somme de 20UUOii.UU )
de dollars par au pour qu.
l'on commen��t � eu senti
l'application. Cl a dire vrai,
lu�iue apr�s I accotii|>iis.se~
iueul de cet elloi l, ils ue sont
pas lies certains que le r�sul-
tat serait bruiaut.
icii P-.U1 aidera l'appiicutiou
le tu prohibition, c'est au gou-
veruemem f�d�ral, et davan-
tage etiaque jour, qu'iuconibe
suitoui le som de combattu
ta tiaude cl l'irrespect euvers
la Coustilutiou. Le u'esl pt s
uue mince allaire. Ou peu.
m�me dire saus cra�uie qut
cela repr�sente uu labeur sui
a..uiaiu,v.jue peisouue ue seiu-
o.e deaiicujc d'euirepieudie
s�ueuseuieut, s�r a lavauce
d'�tre baiiu et ridicuu�e. L..
comme les iouciiouuaire� de
�a piouibuiou, charges u'aji-
pliquer la loi, voient le peu
Je ca� qu'eu lait le public, lia
trouvent presque uue juslili-
catiou a leur luSUUCI d accep-
ter ue iurgent pour uu sei-
vice illicite et se laisseul coi-
�ouip.e saus broucuer. Lj
place est si bouue qu'aucune
au ue, aux Liai� Uuis, ua au-
. mi ue cauuidais, m�me pOUi
les postes les piu� luumes, le�
plu.-� mal payes, fcliis ci
grand� y foui leur beurre s'ils
le veuieut. fit loui le monde
le sait, four uu administra-
teur, r�voque sous i accusa-
(iou d avoir touene, eu uue
seule au ace, 200.000 dollars
pUOi Sa gcuctux: �mission
if-s permis dutcoul, il y a le�
mode�tes, mais uuilemeui a
plaindre, qui se foui uu reve-
Uu foud du c�ur, j'avoue
que mu sympathie eutieie va
a l,AnU baloon i.eayue et a
toutes le� associations qui la
souaeuueul dans son combat,
MUS oublier la plupart des
�glises protest�mes,qui se de-
tueueui de bonne loi pour
lare de la prohibition une
rcalae. Je compreuds saus
peine ce que sa lamentable
laaliie, a ce jour, a de cruel
pour tes visionnaires amen*
ca�us, t�moins d un empoi-
sonnement syst�matique et 11-
oremeui accepte, plus uue at-
uiude de uarquois de� envers
les luis, se geueraa�aul avec
uue efiioyabie rupidi e. De
plus.b'.eu qu appartenant au
pays des vins bu� et des in-
comparables liqueurs, je u h�-
site pas u d�clarer que si ta
proutb.iiou se pouvait justi-
cier quelque part, ce serait
certainement aux i�als-Unis.
Jau� aucun autre paya de la
lerre, le seus de boire n'ollVe
uu caract�re aussi bestial.
L ivresse n'y est pas uu acci-
dent, le regrettable r�sultat de
la mesure Uepassee.ie d�noue-
UU suppieaicuiane de pui-
sieui s ceuuiiue� de dollars par
.semaine. Eu Avril h�2i>, lots meut nnpicVu d uu banquet
hic le g�nerai L.iucoiu C. Ai- ! irup gji, la raa�ou d uu ..b o
>i2c\v> euiil encore assis aut- diutou uc se vante pas; niai�
�lloyal, qui, � ce" ilK ^Ciei"lJcaul^*^.�="^^'- un oui p.ecis, une emoiiou
precemeui, domine les peines ** dc ia fft*M,�u,{A 4i lwaaf* ^eheicuee.uue Ua se suihsuul
es ei les f>Jd devant la CommissMii a clle-mem^.bt c'e^ipouiquo,
coniiugeoces politiques et les
Caicuis de l'intei�lou de l'ambi
jou ei qui, ainsi, ferait uu Clicl
de natiuu admirable et rare, le
laineux pian, dont tous a teu-
deut tant, demaude exactement
�le ue lieu laite : U. |{,jy est la,
� il le peut, pour d�cr�ter les
��ectio.i� l�gislatives qui doivent
�uiener l'eicction pr�sidentielle.. eu |e ^ g ^ m
judiciaire au 5ju u qu il avait
e.e oblige, pou, le bien du
MfVio, de revojutr 875 de
�ses ageulv 11 ajouta qu a au
c�o moment depuis la pru-
itiulgiaou de la loi il u'y av.wi
eu piu� de 3 tiUO touctiojjai-
i-;s dau.s te depai iciueut, nais
y avaient passe, et il conclut
�u d'autres termes, cet liam
me neutre et loyal a pour nui- !
que unssiou de donne, le signal ! uVec "JClaacoiie que l �niegri
ou combat aux appetils les pftis '-� eu le ?&*> lui Paraissait
cuisants, aux passions le� plus ! ''leii dulieae a �e procurer,
d�cha�n�es, aux ambitions les Legeuerai Andrews, un Ame- : Uueiiou, ou simpiemeut pou
� M * .�,��<( .1.^ ����.�_.> .11..11 . Int.. ... I i'II llnllMI'l 1 1 1 i I . I I .. . > . �� il . � i
longtemps d�j� avant la pro-
�ubiiion, la grande majoine
des buveur�, eu Am�rique,
consommaient comme de�
irons dan� le subie, �udiuV
reui� a la nature et a la qua-
lit� du breuvage, absorba m
�udistiu.temeut le nectar et le
tu,.i-b yau, et pr�f�rant s m
veut ce dernier pjur sci r�-
sultats plus lapides. (J.1.1111 a
d�guster un via fameux pour
ses vertus, son atome, sa dis-
J'us aiguis�es. Il n'a le droit ni
de couu�ler les choix.m d'arbi-
trer entre des �nt�i�ts diveis, ni
o�carter des surnages des poli-
ticiens n�fastes av�res dont pjus
Ouai se pr�pare d�j�.
On va plus loin : on lui fait
Prendre Pengagemeni.sitAi celte
fesogne laite, de s en aller et on
lui interdit le droit, si par ha-
�ara il lui venait le go� subit ireurcu*, et pmm uc ic �c
du pouvoir, de po>er devant les ra jamais, la loi Volstead.daus
cUurs sa candidature neutre, t'�tal actuel des esprits, e aut
les ellorts louables et r�p�tes,
il se rendu compte de la va-
i.it� de sa taclie et ollru sa
...'�mission. 5es successeurs
imm�diats ne fureut pas p.us
heureux, et persouue ne te se
�l loyale.
k-��}"68 vra�ment pas �tran-
�e � ht ne trouvez-vous pas que
lu logique et l'int�r�t national
�uiaieut plus 4 gagner dans un
""erveriisseinent de l'am�nale-
fent du plan, qui e�t, tout da-
��rJ, assur� luuanimit� sur le
�om respecte de M.Koy comim
waaidat a la pr�sidence d�fin-
uve q u , e u t Q r g B n j l t
est provisoire avec uu uom
J^lcoaque et qui e�t ainsi dit
j u"sec aux au'res : descen
�J �i vous voulez, dans celle
�eue des app�tit� et des ambi-
an"\lui rappelle le suflrage
rP^iiie, mai� sachez, qu'un
�orme est a t'avance dteigue
"J �dimnmrtr les mUr�u *��
JJJfW�lifue selon st �Attire
tou, iq**w,ru*�l� �*1 vierge, ds
'� compi omission politique T
*�u� Uu ltl MfrM(lgrm,.uit et
^c plu �t celui du plan, non
non* ,t�ccni� 4ue I" commis
Cu Ufcnqu�.e nous a laisae
^e uouveuir �te sou pa��a-
a'�0"* ie graude droiluii� de
"����ne rtoy. le paya serait
liaucbemeul iuapp.ic.able. De
nuis son origiue, te ouagres a
graduellement augmente le
budget consacre a sa anse eu
� igueur, allant de 7.100000
dollars eu 1920 a 41.700 OuO
JollPts en lw_6; mai� c�acun
se rend coiapte que c est de
l'argent d�pense eu pure psr-
ianc� tout simplement dans 1 a-
vealure.
Si cette aventure hait bien,
^our les int�r�ts bien entendus
lu pays et Ii contusion des po-
Uiciehs, M. Koy aura �t� un boa
uiscrument, sinon du salut, au
:i>�in�*divp.-vjgr�� uaiioual.
Si, an m �u-auv, fila finit mai.
- �i lieu ne nous garantit �ou-
tre,� il aura �t� uu instrument
involontaire d uu mouvement
r�trograde de son >ays. maigre
i icaiu distingue, �tait d�j� le I compl�ter iUaiiu-�nie d'uu
qujliieme graud eue! un . a ta bou repas, l'Amencaiu se �e-
i-�te de la prouibitiou tederale. rau cousideie aussi ridicule
i tilde sua mieux, mais api es que s'il avail �t� surpris bu-
vaut une Vielle-Cure par pe
liles uoses.Dc m�me pour les
crus courant�, le� vins de des
sei t et toute� les liqueurs sau�
excepnou. C'est uue cluse e\
iraordiuane. Le bon Dieu, qui
a pourtant de si bonnes rai-
son� valables pour �tre sym-
pathique a u a neveux de 1 Ua
cie �a.n, les a a peu pr�s i>"a-
lemeut prive� de la faculie
dappreciaiion en mati�re de
breuvages. Et c'est ce qui as-
mre. aujourd hui, la partie si
belle au* bj ua luis-
sou. de loui teiups, pour uu
buveur am�ricain, a ete plac�e
dan� un rayon a part, �nde-
peudautde i alimentation cou
rame. Sou but ultime, unique,
�tait de ie ,oualer. Hors de ni,
poiul d lutei�t ui de plaisir Je
me souviens, il y a quelque
viugi-ciuq ans, lors d'un s�-
jour de bdit mois en Loui-
siaue. au lexas, eu Ca iforuie
�ti New-Yo�k, je lus trappe
du un que cours m ment, dans
les iaumlvs o� je tus �uiro-
duit, l'eau glac�e �tait de ri-
gueur sur la labi�. Dans les
restaurant� que je connus a
l'�poque, aie.ue icaiurquc. A
assis, et avant jue 1 ou
L'Id�al Rliiini
ALIX ROY
28 ann�es de succ�s.
..�*� .
CLIENTS SATISFAITS
L'EXPANSION et le progr�s de la banque au cours
des soixante derni�res ann�es sont d�s en grande partie
� une client�le satisfaite.
Aujourd'hui, plua que jamais, nous nous effor�ons
de transiger avec nos clients avec sympathie et cov-
naiasanee de leur besoins.
vov� AiMtixz rues tfMIn�l a la uaqra lOlltl
La Banque Royale
du Canada
OPS22
son pan loiisine ei sa loyauie, - ,-eu0^
c ,o,es respectables aont ou peut | . a
due palois, comme de U ver- �______ �
m : que de crimes ou commet I (i; yuir |4 juju* On au. ai. aa�t
ta leur nom l � * Maitjsee.
vienne solliciter voire coin
mande, ou vous gratifiait
d'un verre deau. Les vins
�taient reserves aux banquets,
aux anniversaires, aux t�te*
de famille. Il y avait bien,
�videmment, un cerlaiu nom-
bre d'urigiiidires de pays la
il us qui s'oll'raieut � chaque
repas,une cbopiue d'�ordinal
re >, comme il y avait des ori-
ginaires de pays allemands
qui appr�ciaieul nue chope d.
b �re eu mangeant. Mais dans
l'ensemble, ils uc represeu
tatent qu'une iulime minorit�,
L'eau gtacce �tail la r�gie, i ai
coutre, la porte buttante de�
saluons cl des bars u'avail pa
le loisir de rester immobile.
Les cl.culs abondaient, bu
vaut sans disceinement, e
souvent saus soif, pour !..
seule sitistacnou dabsoibe>
�lu liquide et de se rendu
compte de sou etlel. Luicoo
Il suie, sans le inoiud.e doute,
deveuait uu fl�au daugereuA
et grau lissant, cl l'onuadiui
reia |amais trop les brave
gens, c.airagcu.v et d�sint�r�t
ses, qui eutiepri eut la lutte
pour t extirper. MalUeureuse
meut,ils coaimireui une taule
de psychologie, uue tante g'a-
vc. Ayanl obtenu des r�sulta �
prodig eux, presque lucouce
vabies, par des camp.igues
successives d'�ducation, il se
laiss�rent iutoxiquer,si je puis
dire,par leur immense succ�s
et voulurent, d uu trait de
plume, assurer la perlectiou
du ciel sur tout le territoire
de la H�publique. Comme au
rait dit un geu�ral illustre :
celait plus qu uue taute.ceiai
uue be.ise. Les passions hu
manies, m�me les simples ha
bitudes,ue sauraient �tre abo-
lies par des lois. e legisla
leur est aussi impui^saul a
emp�cher un b rveur do boire
Qu'a inteniin e uu fumeur
cf� fumar, A � i ctrnivors de
mange, de la viaude, S uo es-
prit b .lliqueux de chercbei
querelle a son voisin. i.,e>
.es de ebose� rel�vent de
1" per-.uasiou.de l'exemple, dt.
la compaiaisou. et il u y a de
chance de fane de�n�ophyte�
que dans une atuaospnere de
libert�. Les moyens coercitits
ne r�ussissent qu'a susciter
l'hyp �crisie.la fraude.les tran-
tactiooi clandestines, le d�sir
le la chose d�tendue et le
m�pris des lois La prohibition
(ed�rale eu est un lumineux
exemple. C'est u u c sinistre
tar�e, �labii de laquelle on
empoisonne des milliers et
les milliers d �tres. Plus i�t
l es auti alcooliques am�n-
c.ins accepteront de recon-
u dire cette vente, qui me
puait indiscutable.et plus t�t
ds pourront reprendre leur
l�che normale et bienfaisante.
Fin.
L'affaire du
Tau Pot D�me
tiltvartl L. Iloiu n> rsi acquiile
i l'ar radio )
WASHINGTON, SS� L'aeeo-
MtlOO que LJw ud Uliotieny a
jorrouipu un o.licier tnims'�riel
pour obtenir des licences d'iiui-
es sera remise enire les maint
tuu |ary compos� de 9 hom-
me� et 3 lemmes.Lts deux jours
1 arguments pr�sent�s par son
onsiil ont pris Un aujoard hui.
Le juge William K.tzdalaCour
�upteaie du District de Colum-
oia a deler� la remise de ses ins-
tructions ;iu jury. Pendant les
deux derniers jours, le tnulli-
uillionnaire s'est assis au tribu-
nal et s'est entendu alternative-
ment condamner comme l'hom-
me qui paya lOO.OdO dollars �
Albert B. hall pour l'influencer
a accorder S la compagnie de
doneuy un bart sur le �Lik thhs
Naval O�l Heserve � el louer
comme un homme sans r.pio-
ciie a avoir pr�te de l'argent a un
vieil ami dans la g�ne.
WASHINGTON, 21� Edward
L. Dobeny, Age aV73 ans, op�4-
iaieur d'huiles, a �t� acquitt�
de l'accusa�ion port�e contre loi
le cori option d .Vb�n1 Fsll, sa�
o�tsirs daua le eab�o4 o*e feu
le pr�sident Hufding pour In-
Ujencer u bail de fcig Bill Na-
val O i H�>eive un r*an Auieu.
� n Pcr�i�am lud T anspoit
.o, uue coiporaliou de Doheny.
ue ju.y a d�lib�r� un peu plus"
J uue neme.ll.i ci ni qu'un vo-
ie uuainuie a ete douue dan� le
premier scrutai.
... L'auto Uimt � tout* vitesse.
une vit��se qui boUsvuiail Vl�
Mbit intut les r�gleiiients de po-
lice. U� �taient quidre dans la
voilure qui, � un moment don-
u�, e' sans que l�on s�t pour-
qhoi s'arr�ta, dans uu gnnes-
uient aigie de tous ses
freins, qui br�l�rent, empuan-
listafti l'aluiosphere u'une odeur
iem.ee de caouichouc enflanim�.
On ci ut a un accident. Puisque
depi des fl�neurs s approchaient
ds la voilure. On vu alors Jts
uenx dames qui eiaiiut dans la
voituie se jeter chacune au cou
de- l homme qui eia t pr�s d'ails
el plouger uans I biuic c^tour-
Uisxanl de baisus aussi longs
que piolonds. Une vieille dame
qai pieiiMil te fiais sous sa gale-
rie, choqu�e pr^ loiiueiuent dans
ses seiiiiiueuts u� pudeur, se
icva ue sa chaise, gugna 1 ial�-
neui de sa uiuisou ci en terma
les portes avec uu haths �pou-
vsntabls. Les dsiu couplas d'a-
moursux �clatereui alors ds rire
oi la seconde u'a,u�s l'automo�
bile reprit ion chemin avec la
i ne me vitesse. Lt 1 heure, pen^
dam loHgteuips, scuibla restei
,-mi tuuu: de iouh ces baisers qui
venaient detre UOBUSS et ren-
dus en pleine rue, a la face du
ciel qui lourunllait de ses mil-
liards dastrss et d �toiles.
� �
... a vu, � un d�jeuner, une
t harmaiite jeuue Iule qui souf-
tratidunsuent carri�e dans la-
quelle une nuelis de pain venait
US smlroduire. Kilt- ne savait
comment faire pour en d�bat*
issssrss bouche et elle souffrait
la mort. Chaque t'ois qu'elle e�
sayan de /uas iquer de ce c�t�
sou visage clair el pur sa tor-
tliuenl d immenses soullrances.
Les gens qui assistaient a ce d�-
jeuner ci ui eu , uue seconde, que
e'eluit le jeune hoiu.ue quun
hasard heureux avait plac� pr�s
1 elle qui s'�tait montre mcoiive-
tant avec se� pieds ou ses mains,
il n'en �tait ucii, cepeudant.JLs
sueur d�plus en plus Ironie era-
perlail la Iront de la malheu-
reuse. Llle r�sistait li�rn�que-
uieut Mais a un moment don-
n�, n en pouvant pins, elle entra.
Lsmpbyirionus la suivit et�dans
ia chambre, ii l aide d'une �pin-
gle elle clwssi de- la cavit� de
la dent carn�e le petit niuiceau
d� pain qui l'avait lad tellement
�ouffrir. Les autres invit�s, en
ia voyant revenir, eurent tous
au sourire concerte, car tous
croyaient quelle �tait entr�e
pour autie chose. Cela s �tait
pass� ai vile, eu elFel.
... a rencontre un homme qui
disait, tout le long de la rue.
comme eu revaut : .Si j avais une
auto, je prendrais ne la gazo-
luie cites Lucjbn lu. Ukontast.
Si javais fsiiQjirSHl num�dia*
tsment acheter du mais moulu
clnz li�d�ne Gael|eu�. Si i'u-
vai� uu beau livre d reaer, je
courrai� � la rue Bonne-Foi,
chez Liienue Camille et si je'
.uc semais an�mi� je me paie-
rais, car neu ne reconstitue au&v
si vile la saule ultaiblie, une
bonne bouteille du Khum Henri.
... voit que maintenant leaat�-
louiobiiee qui conduisant au
einemu ue se g�u-nt pa� pour
stopper au beau milieu des trot-
toirs euiravant ainsi la cirsulu.
non de ceux qui n'ont pas d sa-
li es moyens de locomouon que
leur� jambes. Si les autos pr�m-
ueot iee trotioirs.qu'sM.vo �jbI
rentra Sb|�i su cj�uvr<
foa* aux soul�rr�
el vieilli�.
n.
Assuiez-vous contre accideol
j lu � Oeuei.'.i Accideui tire A
�lle Assuiauce l^oipuiation U*
onied �.� Vve Jr. �irnuuiuahma
Agent Ornerai pour tUm?
V
w


V A vv * �

PAGE�2
\ LU ttAUM^ M tfais,1930

**
m4
�t? reproduisant ci dessous
l'int�ressante leti s � /u?�.;
a d�j� i 'u noire �ditoi
d, lundi, nom nous devons
d expliquer que si tiotie conjr�rs
Le iKMPS fa publi�e au ut
nous c'tbl f,ar sui e du d�sir j
exprim�-p i t auteur lui m�mtl
qu'elle m fui , OS rendue , u-
blique.
bu lui fuisant un rep � he
amical, nous ctoyoni notre
scrupule lev� par le Jail m�me.
Hortau I rince, le '20 Mais
1930.
Mon cher Magloire.
Excust/ moi. Aluis, chaque
fois que je ieu\.o�ilre de I II*
logisme dans la� peus�e d'un
journai ami, je ne puis r�-
sister au besoin de le lui
montrer.
gramme
L'Assembl�e des Groupes d'op- n'a donc pas d'autre qualit� po
� klk 1 1 -, ** ** � ~ ^.�� .,,.11., .1., , nllil position, r�unie le 20 mars � la
Ciipi'ale, ayant viol�, le plan
lloover en �lisant un Pr�sident
temporaire de l.i K�pubhque, au
lieu de conlinner �oui sunple-
ment. le ehoix quej le Pr�sident
litique que celle de candidat �
la pr�sidence devant le Conseil
d'htai, au 14 Avril prochain.�
Le Gouvernement mainuendia
termemenl le respect de laCons
li'ulion.� Faites conna�tre cette
Port de Paix, le 21 Mars 1830
Au Directeur du journal
��Le Mutin"
Port au < nuca
Mr le Directeur,
Je vous saurais gr� devou
loir taire savoir dans votre
int�ressant journal que n'a-
yant pas donn� mon adh�s i n,
j'estime que c'est Omt erreur
, nue mou nom figure parmi
les mimb es de i'..ssociaticn
f"L'Union leiuiuiue" de Poil
jde Paix.
Avtc mes meilleurs ramer
Icl�ment!, je vous pr�sente M.
'
uieni. le moi� uur, ��. � !"">"�"' "T-----.. j------, � . .
borno a lait de M. Lug�ne Roy inlormalion dans toute votre cir
comme candidat oaunaa la pie conscription, et laites-moi rap-
�idence, le (iouvernemnnl ton- port.
Champion de la logique II Mueie cetleeltciiouiouime nulle Charles de Dfc.LN A,
Oui, si vous voulez. On coin
met tant de mal lortqu'Oi
manque � telle chose�ou piu
t�t, � Cttie d .me de la Sagesse,
qu'il y a quelque m�rite viu
ment � iu d�tendre.
C�sl pourquoi, j'entie
prends le �Mann i, a propo
de son article du jour.* a La
situation �. L uteur seuibn
cr ire que ce qui se lait uc lue
lenuiii d. ns la politique, c.
ex�cution du plau de la Loin
mission pr�sidentielle aincu
cauii ,n eai revolutioimaire o�
incousiiuitioimel que du ut
lespiit de lOppoaition, ai
qu'il y a dan-, ce pian ui.
nctcui dont le ta e peut �tu
constitutionnel. Quelle pro
loude erreur ! Ltn lait, voyes
vous, Uni te la proc�dure �ta-
blie par la Commiskioe con�
ulue une r�volution OU uni
[Dconstitulionnuiit�. Et celtt
r�volution, tous ceux qui oui
accepte le plan auront coinri
bue a la r�aliser. Doue, li
peuple haitieu aura lait CclU
revoluli ii ; lu i'it sidenl Bol
no aura lail cette re olutiou
et le Conseil d Etal l'aura laiti
�galeimnt. (,'ist in�luctable,
vous allez la voir.
Que pr�voit.en e�iel le plan?
11 pr�voit, d'abord, le chou
psr des d�l�gu�s d'Ar
londiaaemenl de cinq candi-
dais neutres, dont celui qui
Sera acceptable par le pr�si-
dent Boruo sera �lu pr�sident
provisoire (int�rimaire) le 20
>lars, par l'assembl�e g�n�-
rale dis d�l�gues, et le 14
Avril, par le (Conseil d'Etat.
Evidemmen ,'oul cela, mais
tout est en 'U hoi s de la Coni
titution.it c'est l� la r�volu-
tion, sans coup �le fusil. ..
lo i l� est ce que la Cous-
titution pr�voit elle pour l'�-
lection MUtlI ttlltsiiviiuH�-...---------------- - --- .
et non avenue.�M Eug�ne Koy Secr�taire d Etal de lin entur.
sera encore uue seconde lois
^auflrage au 2e degie; par le
Corpa legislatii ( leConeeil
1 Liai) 7 Nulle part, n'est ce
pas ? � Le 4e poiut est donc
luconatilutionoel. Incoueiiiu
iiouualite qui non seulemeui
auia ete accept�e et pr�parte
parle peupie, l'opposition ei
,e Pr�sident lioruo, mais en-
uieva eue commise par le
.wnseil d Liai,le 14 avril pi o
Pour
L'HISTOIRE
Bureau
hain.eu elisaul celui (Eujjeue l
Roy) Mae le peuple, dunord, I
du Haut-Commissaire
Am�ricain.
L�gation Am�iicaine.
Port-au-Prince, Ha�ti
le 24 Mars 1930.
Mr Eizer Vilaire,
Porl au Prince, Ha�ti
Monsieur,
J'ai S vous accuser r�ception
�liront d�sign�.
5auadoute,ie Lonseil d'Etat ae
roira malin et pensera agir
coutormement � la Louautu-
lion.en elisaul M, Roy pre�i
lenl pour uue dur�e de six
ans, terme couatituiionoei.
dais, ce serait ridicule de
pretendre,ici seuleiueu.obser-
ver la Lousliiuuou. La dur�e
lu mandai preaideuiiei qu'au
a ainsi Uxee le conseil dLiai
sera consuluuonnelie mais
ie choix d hug�ue hoy, a lui,
impos�, choix qui doiniue et
ibsorbe une dur�e quelcon-
que aura eu |iuconstituiionnel.
Le 4e poiut, quoi qu'on
tasse, �ianl uue cons�quence
et un effet des trois autres,
portera invinciblement, le
caract�re inconstitutionnelle
vice r�volutionnaire, si vous
voulez, qui est a l'oiigiue de
toute celte proc�dure r�volu-
tionnaire et necessaire.el revo
luiionnaiie pour tout le mou
de R�publique des Etats-Uni�
d'Am�rique et R�publique
d'Uaiti, Pr�sident l�orno ci
Conseil dLtat ; Pr�sident
lloover, \ e sieurs Ko besFiet
cher, White. Vesiua, ELeruey
-1 et le peuple ha�tien. E
R�publiques choix pr�alable ( lCtu- r�volution, sans coup de
fusil, et visante, trioiiipiian e,
Charg� d'Affaires des E'al.s-Uuis
Mr S. E. (iiuinuion, � la datt- du
20 Mars 11)30, contenant un ar-
r�t� l'mlo mant de l'�lection de
Mr Eug�ne Hoy comme candi-
dat de certaioa groupes petite*
tiques � la pr�sidence tempo-
raire de la Hepublique.
Je pi ends plaisir a vous inlor-
mer quaussu�i que les aulrts
inesuies piojei�es dans le plan
labors i'-" la LotnmtbSiOB rr�
sidenlictle qui a � � accept� par
les deux parties.auront �t� c< m-
pl�i�es par l'�lection de Mr H� y
comme Pr�sident par le Conseil
d'Etat et sa pacilique prise de
possession de ses lonctions �
l'expiration du tenue consMu*
tionnal du Pr�sident Boruo le
15 Mai 1980, il sera reconnu
(Oinme leipurle Gouvemeinent
de> E als-Unis.
Je crois bon d'attirer voire a'-
len ion sur le lait que |u>qu � ce
inouient- a, aucuns acte� ou d�-
crets d'aucun groupe de per-
sonnes aunes que le pr�sent
Gouvernement pr�tendant �g:r
ulILiellemeut pour le peuple
ha�tien, ne seront reconnus par
le Gouvernement des E ats-Uni-,
Ties sinc�rement v�tre,
John H. HUS^ELL,
Haut Commissaire Am�ricain.
de cinq noms de candidats
neutres? Nulle pari, n'est ce
pas ? - Ce 1er point eal donc
inconstitutionnel ou r�volu
tiounaira El cette, luconstitu-
t onnalit� a �t� apnotn 6e par
le i r�sideul Borno, uni a
implacable,
Toutetois, il sans aucun
intention criminelle et vaine
daiHeura, de sugg�rer cela,�
il laul reconnaltiequele Con-
seil d E'at Sort rail de la re
aciept� 1- pan Hema qnei solution en cours si, nd�pen
qui suffit que ce pieu ici ,jant, il �lisait mi candid.
point soit inconstitutionnel de son choix propre, en de-
pour qu tous I s autres.lis- nora des tiuq uouia du plan,
ijuils oui avec lui un iap, oit \� 1IS# NOIC1. ,| M ,,. |)Cl,i pdfc
et ce serait inutile. Car hjfw
doit icsler au plan, et non a
ce que lera le Conseil d Etat.
Je COUCtUS que Pailicle :
-La Situa ion� du u Matini ih
ce jour est fonci�rement mal
pens�*
biuc�itniei.i a vous.
G. LKSCOUKLAIR
a
cause � effet, le soient
aussi. Mus, poursuivons I a
naly&e, tout de m�me.
2o i m'est que la Coosli
le P
isi
'
lotion dil elle que
dent sortant oit d�signer
celui des i inq m.nis de can
didats uu'il CO tsid�re comme
acceptable par lui NullC
pail. n est ce pas? � Ce deu-
xi�me point est donc incons
titutu mu i llnconstltutionnali-
t� non seulement accept�e par
le i'n si i ut Borno, mais t n-
ccre �onu \ist pai lui fil revo�
oableuj< ul ), en i bouM'asant
eflecliv i n ni 1 un di s noms
voulus |pai ies d�l�gu�e d'ar-
rondisM i : eut : et lui de Mi.
Basent ht.y.
'So � O� eslrce UOS la
Cousin ul >i pi�viMi-elle que
le Candii . aiusi choisi, seia
�:U, une 1�re lois, (si.tirage
au 1er di gr�)par l'Aesemblce
des d�l d'air, ni in e-
Bienl ulle part, D eat-ci
pas '.' "t'a 8t point i �*! donc
nconsti iouuel. L constitua
tu anal � at en Irain tl-
i*vp�rcr,tn ce moment m�me
ou j'�cris ci s lige s. pa
VolonU d . li U m iHiii, Dl �
de I Opposition.
lo�Ou est i e que le ousl
timon pievoil cil t que le ao-
didat populaue, a pi es avoi
� I
DEMAIN SOIR
CANUIO
Isns sas'cr�atioaa d'�ciu�lit� :
� Eug�ne Koy et l'alldu-'e h'�-
in une �, � Hoi Christophe en-
n, ve �. c Aedri ( lu valli-T �
(ledemand�), u Huile de ricin �.
G. 2.
te Directeur, mes saluutio is
Dieu distingu�es.
MineVve A. HAGULNOI.
�t� ainsi, �lu, une Ire L.is.le �mis et connaissanctsj
M. Henriqua Agular
Par un avion de la Air Ways
Company. M. Aguiar, Charg�
I Affaires a. i. <�e .a R�publique
Doininicaine qui avad �t� �
Sanlo Domingo, appel� pas soi
Gouvernement, estVie letour a
l'o.l au-l'riiice.
Nos coiupiiuients.
Parisiana
CE SOIR
Le film tant redemand� :
Amour
de Reine
Avec Iiene Priug'e.
Entr�e : 1 00 ; Balcon : 2 00.
DEMAIN* SOilt

Michel
Stroqoft
(HNI ^
E-itr�e: 0 50; Baleon : 1 00.
� Annonce pour Dimanche
le chel-.t � ivre litt�raire de G i-
hriel Mauri�re :
Peau
de P�che
Avec Denise Lory^,Simone Ma
reuil, MauriceTous�,
Cest un grand l'Uni Irat�ns.

Mr Eug� >e ROY visite
le Pi �.sldont �orno
Dniianciie maiin M Eug�ne
Roy q n. connu� ou le san.a
�t� d�sign� comme candidd
neutre a la ('r�sidente lia a
itepublnpie pour les �lections
lu 14 avril prochain, a r-n lu
vi>ne auPi�sideu1 de la R pu�
iiique liuiisiaar Eug�ne iv.>y
ou.il uccoiup.igue de M. A C.
S.uitaricq Secr�taire d'Eiat des
Lteialions E&i�neuies et des
Cuites.
Nous ne savons pas le sujet
de la conversation qui a eu lu u
cintra les 3 humroeed�lai. Mais
l'enirevue a �t� des plus coi-
ili.des et a dure plus d'une heure.
M�" John H Russe U
Api� un si jour de pi es de
deux mois en Californie. Mme
Juhn H Kussell.temme du Hsut
Commissaire Am�ricain en Ha�-
ti, est rentr�e S Port-au-Prince,
dimanche � bord d'un Panama.
M.i.t me Kussell qui est li�s
sviuua luque dans le uiornle
iL�ii. n nous esl arriv�e eu par-
la ne sa l�.
Nout lui pr�sentons nu-, hom-
uu'ges.
Au D�partement
des Travaux Publies
Notre confr�re Luc Dorsn.-
vill., Directeur de �LHeure�
il lit � I Illustration Antil aise - a
�t� nomm� Ch. f dr Uivisiou au
D�parlement des Travaux Pu-
blics il remplace a cette fonc-
tion noire ami le Docteur Hen-
ri Laiiou-.
Tout en regrettant le d�part
du Dr Lanoue qui laisse su D�-
paitentent de� Travaux PubluS
Te souvenir d'un Chef comp�-
l, travailleur et discret, nous
oflroos nos compliments les
me I eurs a noire couheie Dor
Le Monde
Fian�ailles M.Ri l)> 11 J.N
..us a lait le p'- isil de nous
ei ,, :,vc-ctsn.M le qui a el� install� Uses
e Hildtgard U.ulu et nous nouvel e> louchons par M. Luc
Elie. Chef de Bureau au uieuie
i m.''
de
'81
d e
i la le part A ses
) Depai te meut
SECOURS!
m

i*r

r.

���'f-TWL
d#u*e ��"'��-> im ��<<' .->-..i ,.
nuit OU frac s de vern
au rez de chauss�e.., puis si-
lence.
Al'umez noire lampe de poche
Eueready, inondez la cha nbie
di'iiel mi�re s�re et infailli-
ble Les la m es de poche live-
rt (ta avec /es piles Eveready
re/ident un service immense
dans chuqut maison IndCp�it*
dante, puissante, d araire
F.veieadij esl la meilleure
lampe de poche du mon il'-.
En vente citez tous lesdiatriuuteu s
de premi�re classe.
Evitez les imitation ;
�aspi
'V�READV-
'I �� Hl ><�!
Lampes Ue poche et Balle rit s, �
durent longtemps
Amkhicw Everra �v Vor�s
Aem iork. ISA.
1)21
.^
.�f^^^. �i
Succ�s d'an m� lecia
hal�.len
Il s agi du jeune Docteur Ca-
mille Lhelisson do n la hou se
de la Fonda luD 11 .� kr� lier vi. nt
d�lr- .a cause de s>-s n niibre x
succ�s prolo g�dune an �e 1
ira, :tp es . s grandes v.i au s
d'ei� .iux Lia s-CnL, �l U ive.-
sii� de CluciKo 11 se consacre-
ra J la pr�parai ion de sa 'h� a
de licenci� es sciences biolou �
ques Kj F�vrier,'�I �u I Hon-
neur det.e admis � faire "i.e
eonl'�reiice sur le si j I e sa
th�se � la suie de iuq u le s
tOanadiau M ihcal A-s iciatioua
la clio s< connue inembie. Au
cercle lr QCSIa dj Mon r a , e
je�na m�drCin a fait aussi une
ciil�rence de piopigamie sur
H il et son succ�s a �t� re nar-
qu.ible.
Nos s.nc�res f�licit�t! �ns �
noire jeune cottlpaUlule qui,
SOUKOS on e sait, esl le fis du
iiisnngue Duec eur du Coll�ge
Lo veilure.
Le Docteor V.liort BaUVatff
de la Fatuit� de Droil de lltir.ltaux
La nouvelle nous est parve-
nue de. Fiance que notre int�
ressaut et jeune concitoyen Vd-
lorl Beauvoir a soutenu, le ^8
f�vrier, si th�se de doctoral d -
vaut la Facult� de droit Je B �r-
deaux el a �'.e .dinis avec la
note : tr�s bien
Ce 'e sou.eu >nce de th�se B eu
heu devant u.t auditoire uoin-
OieuX. a la salle No 3 du grand
.lui^liithc�ue, et noue consul �
Bordeaux, Il Rousseau, et le
vice consul de la R�publique
ijomiuica.ue y assistaient.
Notre studieux couciloyen � ait
pai u, il y a environ trois an-
uees, avec son dip.�uie da li-
cenci� eu droit de l'Ecole de
Port-au-Prince et �tait titulaire
de la l�KuhoD d'Ha�ti � 1. Haye,
o� d fui remplac� quelque leuipe
apr�s.
Ce�i durant sa mission diplo-
matique et api es que. ayant
ouu'iiu i �quivalence de so.i di-
j,.6 ue � la faeuh� uJ Dordeaui..
I� jie, U i � - � :� i ,ii son doc-
torat.
>ous f�licitons vivement le
Dr V.lloi i li< auvoir de son uou-
vtau ei btiilaui suceSsi
Sos lecteurs s y int�ressant vi-
vement, nous reproduisons en-
i-ore pour eux les nouvelles de la
presse des Etats- L'nis sur no-
tre pays :
LA
Pr�sidence
d'Ha�ti
H Kuijeue Ilot- sera pr�sident pro-
visoire.�i.es �criions
( Service de l \ssociatid Press )
PORT-AU HR NCE, 16 nw-
Le pr�sident Borno a sign�
nier* un accord prvoyan' le r�-
blissement du l�gime repie-
enta d eu Ha�ti.
M Kug� ie Roy, industriel ii^<
e 1)5 an , q i ne s'es' jam-i soi-
� u. de l'O tique, sera pr�-i
d t pi .deul Boi no q..ineta le pou-
voir le 15 mai. U, Roy tonvn-
iliera a ors le colley- �lec o ni
mur l'�lection des s�nateurs e1
les d�put�s q -i �liront � iaui
tour un pr�sident permanem.
M date des �lections n'e pas
� � fix�e.
M. Ruy sera nomm� pour 'a
p i euce I 20 uars i un r�i -
n ou des d 1 g ioa d � oui�-s les
parit�s du pa^.a. Le Conseil d'F
tal l �lira alors le 14 avril, VI.
Boruo en a pri* l'eiigagt-men .
M. Roy estcOuitier et nn |a�
mais fait de poli ique. Il es
unanimement rt- pec e et. u .un
qu'on puisse en juger, tous le*
parus sont pi�iS � lui apporte)
leur 11�.i. ou�s et A se consacrer
ensuite al �lection d'un pr�si-
dent reguder dans le couraiv
de l'ann�e.
M. Roy a helir� ; �J'ai ac-
cept la charge que vous ma-
vez offerte et qui d'apr�s le
plan de la lomuiission, doit de-
venir effective � partir du 15
mai.
� Je m'engage � ex�cuter le
ulan loyalement et � remplir
mes devoirs � l'�gard de mou
pays Jo ferai mon possible poui
veiller � ce q te tout aille bien.
u. Nous avons lous le seidi
nunt que la commssioi a fai
le sou mieux pour iegler les
choses a la satina lion de 'ours
ie� Ha�tiens, el qu�nd les r�su -
>ais attendus auioul �t� obtenus,
le peuple aura certainement une
letie de gratitude envers la
commission el le pr�s de.d Hoo-
ver.�
'-*___________'- � J
Li eommiassioii Hoover s'at
embarqu�e ce matin � dix hso�
es sur le � Ro hester � pour
entrer aux E'als Unis.
e g�n�ral hlvaus a d�clar�|
que son d�part aurait lieu �
� �poque Bs�e.mais qu'il avait �t�
� es heureux da rectvuii l'hotn*
nage des groupes qui, a uie
(joque, a l quaient mutes M
mesures puses par la garde. Il
� conseil!.; c tle semaine, qut
e commaudemeni de la garde
oit remis aux llaitiens le "IM
�' po sibl�'.
A PORT AU PRINCE
Ucilar.idous d Md J vimei *,
C.de .� Rauparl jus'iticdif dl
Il mi eeamissaire Kussell
i Service de l Associated Prt�)
� OrAT AU i hLNc�. \\ ms
�VI m. Justui Sain et ^y.vioO
or, leaders des groupes dejtU-
i.s gens, oui comparu es mi-
ni devant a commission et d�
�laude que lallUUJe de Ai Bo'*
io soi plus neLe. Us ont W
once q ie les eludtauts afnuol
, iqLu ion d'ullei manilester de
�laia sou d.vant le palan pour
lemandei la d�mission dsbor*
IO rf k-
VI. W. �'. a me ron ForDe^
r�side 11 de la co.nauMioo,
e. eliv� co n t r e la n*
mignon lia d clar��Stoq*
a commission se r�unirait et
oir et publierait demain u"
>roclainatiou.
La capitale �tait pleine de J
neurs aujourdhui ; le peep11
oyail que Boino avait \%v�
ge parce que la co-iinv^'J
i avait pas f.tt pression sur �
i qu il s'en tiendrait pdur �
dett.ons,� la date pr�vue par�
onshtu ion. Les Ha�tiens S�
nenl encoie, n�anmoins, ai
ouflance en la comunssioo�
roient qu'elle r�soudra le pf*
Les leaders le l'eppejg
>nt conf�r� avec la comtam^
Je sont M. Antoine Rigal.PJT
lent des So .�t�s PainoMg
�onl�d�r�es, et M. Ernes� LJJJ
/et, d.lecteur du � Nouveiuw
�l porte parole del� pressenor
osdion. . u
Le brigadier g�n�ral JoW�
ussell se jus die loiigLiemj^j
tans un rapport soumis
ommissio i, au ^ujet des
q u lui ont �t� repro�nes |
ours des auditions de U
oe. -
Le haut-commissaire m
cam en Ha�ti n'a pu, eu �
sa situation diplomauq^
ECOLE �L�E DUBOIS
Les dimanche cl lundi 6 et 7 asril, il y aur� une
vxposittou � ^ e'de de 8 hree � midi e> d*3 � $ hr$s f * (
pub ic port auprineien toujours si symp thique � lkcvSL
cordialement invit� il y trouv ra de ta brolerieet dsdeaj.
de la Itiiyerie dhummes et de gar�onnets de dames
fi telles; des robes pour daines et d enfants des ceinlur*'
fleurs urlisiiqu
Il y aura un grand choix de pochettes boueses depuis te prix mnJique ae 2J centimes du you *
qu'� cdui de 10 dvUtut


LE MAI 1M-. 26 Mars ia30
Oui
�3
!
t
� M*' ' " � �*
Le Rhum III
-GARDER VOUS.PORTEZ ARMES
PR�SENTEZ ARMES,
(ON ENTEND AU LOIN UNE SALVE
DE 21 COUPS DE CANON.)
loi-m�me une d�claration ; la
commission a annonc� qu elle
�liminerait le plaidoyer de M.
Russel! avant de la publier. On
croit cependant que ce docu-
ment nie l'exislenre d'une dic-
tature et expose tout ce que In
Haute-Commission am�ricaine
� accompli.
� -
f
�z.-^::;i.^'

Nouvelles
Etrang�res
Par radio
A srosas de la nouvelle alaa�lc
�XFOHU (Angie rr.) � I- a
�letxpiiine le douli qui I. pla-
ie e odmi v�e par les :>mi�ih-
mis am�ne a in s de I Obs� iv; lui-
re de Low�li soit une nouvelle
plitn�teiut Knox ShaW obse� va em oe Ku-
de'ifl{,lt.> prcltsseurs Rom Bail,
�t J. Jackson de l'Oi servaio le
Royal. j
LONbHES.24�Dr J. Ja, kson, |
asii ouoii.e ii i. ^ i u i s, a pub e i n
papier detiaiunt que la sj beie
lut-n,u.*m �i11 ouvert* pai i Ob- i
�matoiie de Ltwtll devail � le
rugardte lojj qu*nimi cornue
But plu,cl� p.squ i, te qu'il - n
�on prouve � un. n ti.i.
Lfi lib�raux > ab-n� nucul
LUNlittL.5 � UdVid . lody
Geoige, leadei.des ubeiaux. �
�uquiic* que sou paru sabslien
drait d'util 11 divaiin ihI. nn-i't �
comraiifs au OUI oui le t bai bon
qudud la iIi.muim.,1) rep.eu ua
| u.ii, a wu>e Je i., tuiKiil ii
Wi, que de la toi.tel ente avale.
Le� uoeiauA si rtserveu |* un- t
de tetuiuin ucei la bal a le aur
celle imsui. a la 3�ine icctuie.
NbMtlSain > r�ui.<�liqu�-> a^i yes
eu ( lune
WASULN-lu.s. 24- .Av li
missioiiij.iii. s t.. Iicl.qii. h .iiie-
UtJlllS ip, o � in, pi lli \OM I
Haiegtk uui.�. ll.iigcli w, In �
par dis commun.s.� s tb m , e
bepaiieweni d'Llal Minium .
�ujouru'hui le ttev��eud Joi u
J. baok , st-iifi m� m'iii lui � e
hiy-ooieiaiice catholique naiu �
Date que lous us un su� -
naires dans le sud de Hjog-
chow, la piovince o� 8e irouxe
j� miaaioo, devaient �tre relata
le plu� loi possible.
m ireiuliieuu-ui ue terre � hiogsUt.
MNoMUjN, Jama�que, 26
Ua lieiuouiuenl de lerie qu
dura 6 secondes s'esi tait seu i
ici a lltUeures el demie ce m.,
uu.Les.mur� de plusieurs b�
jOeul* eu ciment arme se sou
tendus.
H<> /
�**
/
Cette r�elle lame Gillette, \ ' rend la barbe
V journali�re populaire.
Avant la belle invention de la lame oilielle � dou-
ble triiiciunt, on se rasait mviiU'Ut en d�pit de la so-
ci�t� et du prestige des affaires. Mais, main-
tenant, Gillette donne lacilil� el plaisir �
l'homme d.- se raser tous les jour� et lui
permet de vaquer � ses aiTairo� sociale�.�
Les lames Gillette sont vendues partout,
chez les distributeurs. � Regardez la la-
ineuse marque mondiale; ^^^, II n a
Aux Vendeurs
Envoyez notre
nom et adresse
oour �tre publi�s
sur nos annonces
O�llettesaretyHazorc0
Boston, O.S.A.
GE.MIM;
Gil!
des services complets cliez voire
distributeur au pin* oas prix connu
pour un service aussi pariait.
. oui la meilleure uarue connue
se vez-vous Uuiason u nielle.
D ��;-.f..r�
' � 1 00b
. ll>*
',
N w-Yo�k, Rio � I Buejios-
Aiixs Line. Ji�c.
A' yl de* llii' i liai, es l�< � serbe� e thupi .ii Ue l'tl.d
l'un au Prise . Ha�ti, l'Ii.u. .'MOI
L'hydraviou lus in le m r i.e ,Yt�n�ui ri"*-nriK r il wra
l'ai a.j i'il iC� Vf i ne !8 un I v r t' 0 �� ()
li Uali, i;i tu 1 , ie I �i � l l< *, >� ;>> s� s p ur le v .� . s
�ui\ai tes ;
SMii ft*< .m� � Ma�.n . il<, D). S .1 ( r ' > SJ
i uwtu �-, t,li v\ ), � J i |>
� u g � w , , U a ,- ,
� Vuw� t' U Z , � . ,, , | V, ; . v> V . ., ., j ,,(. .. .*> O
j rige dos l il us, ijara r�lus, Vuloija, C.uup ^.,\lo uJaii.no,
iuuios Fiu ui,o,�o i-, P. ri i kegre, Rio Gante de Ml',
duUlfMUeU fl Un UU.i lUS.
i ou� tous autres leusci^u� a�euls sad,esser au bureau de
l A0tnt.
Le luaxi.uum de se urite vous et! ol�erl pjr 1 hydravion
qui tutVOM to jouissou ch�,iii,, d'iiiten issage, la mer.
Vo^ag^Z par LA 'iNYRBAL NE *.
BiMlMt BEUGUI

Raciiac.U
GOUTTE RHUMATISMES
NEVRALGIES
Dr. ikngu�, \t, Rue bhiu. > Paris.
m
l,"fi*
Toutes les Polices
DELA
oi isnuu c�i
comprennent la Protection contre la �
* Foudre sans auamentation de taux �
Bug,LeBoss�$Co �
Aqcnts G�n�raux
Bai
Occasion e\c
Paris
t\
I
5 '�
>� �a � f
/l�a
i
V*."
W V.
tr
En lace de. la'Halle de MM. Rcinbold&O
ArcMintusti �faritBtiar�tVfETI BR0\\\. \� s�
nlvaili tV toute Irakattr, a mi prit tVliaal i
Souliers lanii'io pour (laiiics Bas mm- sup. :� p un
i toutes uuiiiucs ) tir �,tM) Et harpes de soir,
Souliers latin noir ftcolr5,00
3,00
� pour hommes 4.50
Maillots de bain pure laine
avec chnpeaux en
caoutchouc
Tablier en caoutchouc
Iiour daines el lilletle.
'ilote en caoutchouc
pour b�b�s
Pantalon de soie
pour 'lames
Grand* mouchoirs de
soie t'iliatl�sion�
tout, s Duaoc
i b�tes soie biod�i espa
guoU a partir de 10,1 i
* oiliera pour dames
Bas sport p.uir homnj
et tulaiit.s 1,-n
0,50 Casquettes pou i hum.
^ 6i eulaHls
0,30 Chapeaux de loilo
pr entaoti \j:{)
1-'0 Ctiapeaux de paille
| pour lilletle� (uoin ;
2,501 Valises d'�couers
l.tMJ
u � / !� . nrlirl >
ri �le
� i paille .
ho i mes 1*50
li ira � �au-
: is su;). M#00
� .i i � ...i .n aies i.Uao-
hail iin madras ;{ pour 7,50
� iana soie
.".,00
1. I fl i � sup.
iur ai,50
1 . i nouer 0,40
Ci vates rosettes 0.50
i aies ci"p(i-
; h .up. "i.:,0ef_�,00
t^a le m v divers, etc.
Le t-li�a�aye � Aew�ark
rt NfcivV-Yuiliv� Le cu�iuage �
i4ew-York a atteiui sou plus
aut degr� depuis 1914. Miss ,-
France� feikius el Joliu U. An- j
uieWa, loaclioniiaiies du Di-p.u -
teuienl du Lommerce I ont �u- j
nonce. Le s�nateur I lu .un Job i- ]
s��u a promis de piesse� les bii �.
Niietiuer lu siiuatiou.
LES VINS MOUSSEUX
PlU�F�li�S

� �
ta 1�re commute de tiai�
OU lt,.�nL , 21 � l.� l�ie
eoi IcikUMJ de cale de I lue. ,
Qjac Lenirale s est ouveile Kl
n,ei. Le piesideul I.,./.iki tb. -
cou el son i a m n, i y assis eie �.
Uue coiisidciaiiuu sp�ciale �
lu dt'pItSSIoli UU lUali lu* �n-
le, d� s tue Itudts de prtpuiali.
i. dt � p . n �. �n j.. �. . ui i,. n '
UiiUi se.ou >n �� uie.i p .i .�s
.igurs u s .) uui,t�us pii->e

lu Ul.i M�J 1,1 ilinl
1 I- . W. i
e , ....... . ,
lt OUItUll lIlllUl. Ul sA' llll>,,|
i^iWtUu, llciu.e- U une . uln. I.
.UIIIC liC Ulli�., , I VU III.. i
" b . | liuu .vi cil, wuiu.e.
1*11 a �^u� a � 1 imi.ui �ic L
u...
.>i-.. U a,, , .....
i.iliilj. UtflUlUV Ul � uUd i lUl l i
aluM (juc m. uvur u iti uiui
I ""� m�.cl Cli Vujfajj�. en lu....
uVtt i\. W U�. te .u lui >�,,. tp�
>, tl. VuC U Ul.t � Xj.v. I II t..
.ui,.>iui,.l ai in ullui gin..
ut vu�, e.it , >. in lucii�. .i .u n
-� UU iii.-i.>. li.i.t. Al. | Il t. ��
I . . J � -4-
U I 1 U .| . i .. V\
���*u ini/uipU-, I' auiait s. i:e-
llWUllC IIUIIUILI ptlUI pli llii l.l.
u su i. ui.,,i Ue se ii Uiaiiei,
SPUMAAITI
CISIXA/1Q
POUR AVOIR UNE PEAU
VELOUTEE
A. de MA1TEIS & Co,
Aqenls G�n�raux
� � �.-t-i
i L'usage r�gulier de la Va-
cou- '
nishing Cr�a m Exelenlo
aerveia votre teint aussi doux
ALUMINUM LiNE
D�part r�gulier de Niw-Orl�ans el de Mobile
pour Porl au-Prince.
Le steamer MGlucksbni ml laiss� .\e\v-()rl�aos k 1&
Mars et Mobile le 17 sera � Porl iu Prince le 27 via Mira"
b�b�. Nous le garantissons. Un s|egmt>r |t|g8#|
L Exelenlo
Vauishing Cream
Est une ci�iue sans graisse
que lu peau ab^oibe. Elle
nourrit la peau et emp�the
qu'elle se la ne, se ride, se des-
sethe.ou ue devtcuue rugueu-
se. Elle conserve lu peau eu
parlaite sanie.
Procuiez-vous aujourd'hui
uu put d Lxtleulu Vauishing
Litaui;en vente chez tous les
uioguistes ou directement de
us, os garanUe, comme
u - | icieits�.
Eo iveru'.'us pour avoir uu
ttcjbfiuLliou ijrumu et uo livre
de conseils pour le beault.
BXfcl KM u, MEDiCIME
COMPAM
^ILaN�A, GE(;BiilA USA
Agents Wnandes pour ton�
�*�ya.
iA4ivu|�oui i tukci^uein� ois.
go�ne Petit Go�ve, el -ir Si Mire. Gona�ves et
Or'�anali 29 Mars et Mobile le
J31 pour Gona�ves, Porl au Prince. J�r� mie el les autresjports
du Sud i
\ Uu steamer laissei.i NewOrlt ids le 12 avril prochainret-
Mobile le 14 pour PottdePaix, Gonaiveset Port au Prince.'
De N^w-Or l�aus Dr Mobile lieu In � Por! an Prince
Le 15 Mahs 1930 Le 17 Malts 1930 Le 'M Mahs 1930
29 Mars 31 Mars .� 7 Avril
12 vril 1 l A- iil 21 Avril
2� Avril 2H � 5 Mai
10 Mai 12 Mai 19 Mai
7 Juin vt Juin 16 Jnin
21 .lui.i Ce 25 .1 K� Juin
A. d< ^ g�H�MV
AVIS
�4.:
le magnifique Bot*-m to attendu i Poit-nul.i n:de Kii^tiBB
et pnrti'a le ir�mc jour a 5 lu" de i ap. es midi, pour
Ne\t-Y��k via Berm si une rxcelleuli occa-
sion pour un v* yagi i mi p io i � i p t i Ntw Yo�k.
fowrtous ifiis� igi fin- ni s*adn
L J. biGiU, A^tiii U�ueial, i houe No 2311.


OUflHH

Mercredi
26 Mais 1930
Le Malin


Pag�ol
Energique antiseptique urinalre
-
�gtt vit* et radicalement
Supprime les doulearo
de la miction
�vite toute complication
U Pin�' �i�eofit�*n�r�i��
m raitunii le� nt�u� �le�
wtt* urinaire�. qu :l r�
�mi noni|i'�'eiTi�ni � ieut
�� jukuI i.-.i loul M � n>>
�u� IM h�huent

\
VAMIANINL
��.--.--. ~�-. ^-.�-�
;oval
*M n . . - M �� UN.
lOEOL est md* pltl� pour le� qonnct.qi.M.
i -.bl�s de� rota ixrin.
� U tHg�oL �ul 4*-
CODCMliuimi* m* m*
qu�u�n� nalr**. reno��tU� Im
Umus. �tAc" 4 un ne
ItunlMcirivni epnol�t
d�� ccllOi L� Hfl�oL
tMunrtor on* Mul�
meni pour :� fOBOco�M
partout lu 11 uuu.
m�i* aocoro pour u>u�
le� �uiret aUCfoM�.
�uiqoci� c� etfut
rut �'�\HocMr. �urat
tout II tm H fonde-
�mm. U MM du ir�i
leoMBt d� l'arthrt� ou
du rtium�i!�m�bl�nnor-
ttuMqoo. pire� qu'il Mt
celui (1* 1� DUonorr�
(M �Ue-mePM. �
D'Bnnua.
d. Mai/�v4U�
n�M. Cfc�ttl�ia. � � a� ?��'*
ii'in�i Pari� * � ** rf^1"
> -
n
laHBK.'C-
#
a.
I
I
POR1 �l MUMiK
Veutz \on ,.os� Aiu0�Mii- lit
...Ul-ij-.ll OUU� . �O'J�.o Cl !>-..*
tait�.*) *�.uua <" ' uyui.i'.ous uuC
lti ., .m lk ..' i ����> U i m ,-wi .i v|UC>ic
u� LUC.
.i'/u.s de* ����< rj'�reiiw* ulmu*
ph�riqutSi
i/iati ��>w4wv.�*� a�,
Puiuft1 tuuiu, r�r� �u i'iiiK

Insurance Co
Une des plus fortes 'COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE1
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
��eut� A'SHfiE IN� 5954
f Ott-eu-Priuce
T�l�phone : 2242
4 PAGES
ftVVS
'.v S*�
�.so^c
FiskJ
AU Cord que
nous ven Ion i.
Franck J. MARILM
DISrttlBUrEUU � Phoue : No 2539.
�IKtAUOOt�- ,
u nos anciikni n la nus EFfiuu .
INJECTION PEYRARO
D'ALGER
�t
iDRACUsmRAKDa'i
Ou r '.t ��Al n�
BLENNORRAGIE
TOUTES PHAHMACIFS
��ltis PlYRAr.P. M. rjt t\ Citiwl!� PARIS
Cours
Classiaues
�12�ine � l'hilu-o|jliie inc u-
ivi meut.
M�ih Uf su e jSucc�s com-
le* couli�tt iliut^ut n-te
i irs d � >ou , uiir A lui es
> Je..ncs iiC'-s.
v. inplubihle ei oyiai hi�
�gla �e e ha V:"SI � '^' l v 1 ��-
.ijih i avti (�� s specislifetet
i m ' . Il � s.
fc. .� ig .!�.��. u .1 im; i\
HENRY STARK
UlE Dt QLVi;i.\ P.4CB DE U i.ARE. � lMI0\t Sa 2091
Cercueils
Lt Maison avise le public qu'elle vient assortiment de S�co ration a la mettant a m�me de louroit
des carcueiis d�cor�s � des prix li�s r�duits.
Pour les cercueils de luxa, qui sont la sp�cialit� de II
Maison, on s'eutendra ion ou-s pour un prix convenable
La nuit et les Jours Oe l �i�a, k'>dteft**r �
Mr HENRY �>TaBK, Ave. achullx. - l�hone No 3471
mil lloli-df \m
... ..}< I
.1
.1.1
.\l II
O�Uii� |j: II- util Tes n
�ClIlCAS bCllUl'it i \l. llu n .
r.j.ii.s ..us eiexts ou tu ic
tuid ou a ttux qui, veuieii'
gaguer du'temps.
cours de Musique (Solt�ge.
VioloD, i'iano ).
p�tition Scolaire, s�rieuse
et agr�able.avec annexe pour
�tuaiants et Adultes.
S'adresser Rue Laraarre,1537,
ou t�l�phonez au No 2891
pour plus ample� renseigne-
ments.
LLNSllTUT
TiPPINIIAIEh
Keconnu de i niveisite
H. i lu ne.
Av
as
i OMl'.GUt DES CIIENIX DE FER
DE t, F. t. S.
MM. les Actionnaires de la
''.ompagnie sont convoques
en Assembl�e (�eneiale ordi-
naire, au bureau de la Com-
pagnie, � Poil-au Prinee,(tla�-
tij.le lundi 19 Mai 1930 � 9 h.
du matin.
Ordre du'.Iour :
t. � Lecture du proc�s-
veu�a ' i -���-��� :-ib!�e pr�c�-

2 � Rapport du Conseil
d'Administration et pr�senta-
tion des comptes ;
3.� Election du Cop^^:'
d'Admiuisirs: ion
4. � A�aJrrs co'ir.
r'ort-au il �� l� Mars
1930.
Le Conseil d'Atlmiiuslratton.
N'OUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Ho s d'�uyre vaiis ou
Plais du Jour !
DESSERT
Le loul pour Gourdes 2,51
VINS TRES SUItiNt MET� CHOISI� Cl'. pATHU
BAR' TERMINUS ~^"
Place Dessalines
Caf� chic, � Resta tu an
de premier choix o� l'o
trouve � toute heure k
consommations les plusde
licates. i
Sandwiches sansparewj
J3/cre � la pression
______ ? >
Pr�-�iiia\\
Si vous �vet quelques heure. I" �����'- h- �*!**
vous d�sirez les passer agr�ablement allez au
Pr�-Cat-Tlan
eu vous trouverez, la plus belle saile de bal. la irO*
. meilleur) cieeut�e par un orthophonie dernier crt*
les boi�koii� les plus fra�ches et les plus pures.
j �hampague, bi�ie allemande ou nationale.liqueurs*
a*\


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs