Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03969
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 24, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03969

Full Text
l�ment Magloir�
DIRECTEUR!
^ HUE AMERICAINE 135*
TELEPHONE N�2242
Il funl *spreQ mi'etar pr
ne e*l (*dip'�:V, caome l'har b ou isenih, ifeeW* cou
�OJAIMI
�S�me ANNEE N- 6
PORT AU rBINci (HA�TI)
M RDI MARS 1930
La Situation
Actualit�
Noir� sympathique confr�re
u'Vout'e/fo/e,Rnse qu'il est par
. ioie ne veuf pas qu il y ait
' toibreau tableau des �v�-
.m*nt� qu� se d�roulent dans
RK'depuis le 9 mars: il n'y
nou'rtant pas de tableau sans
ibre, du moins de beau ta-
Smp. I�* alternance� de lunu�-
!ri d'ombre �tant une Ues con-
llli)Sdei'tfiet artistique.
Sous le Ulre de: Pas dequi
mat, il a, dans ton �ditunai
du -samedi 22 mars, essaye d�
montrer qu'il y a une nian�u-
1 soit de la part du Gouver-
nent, soit de la part de set
,aiis, dans le lait qu il a �t� si
lual� un malentendu assez gra-
ve dans les conditions uans les-
quelles a �i� doun�, le 20 mars.
li vote des �lecteurs sp�ciaux,
gU �d�l�gu�s d'arrondisse-
nent.�
Taud:s que, pour quelquts-
nnsetconlorm�uient � l'Accord,
y s'agissait de la d�signauoi.
Jun candidat neutre, ou plui�
S ratifier le choix du candidat
neutre fait par la Comnnssioi.
am�ricaine et le Comit� t�d�ratn
d'accord avec le Pr�sident de 1*
R�publique ; pour d'autres, e
des plus qualifi�s dans le mou-
vement r�volutionnaire, il s'a
sait d'�lever ce candidat, d�j�
choisi, � la pr�sidence teuipo-
mre.
Le discours de M. Elzer Vi-
liire ; sa lettre au Charge d'Al
laires des Etats Unis ; le docu
ment dit �� D�cret � qui lut r�di-
E� la suite du vote ; jusqua
ose formule de serment �rupo-
l�e � M. Eug�ne Hoy,� le tou.
constituant visiblement une pa-
rodie de l'�lection pr�sidentielle,
dans laquelle n'a manqu� qu'uni
chose : la Constitution,� prou
Tentsuiaboudammeut que c'es.
l'intention Ues derniers qui �.
pr�valu et que c esi bien uu pie
aident� provisoire� �lu qu'il;
ont entendu nommer dans U
personne de ai. itoy.
L'�quivoque d�nonc�e par no
ire confr�re n'est donc pas l�
r�sultat d'une mauceuvre u'ad
versaires, mais bien le r�sulta-
pr�cis de ce qui a ele tait.
Le petit incident de 1 n�tel d.
ville refuse, au dernier moment,
a l'Assembl�e dite des � d�l�gue*
d'arrondissement �, n'a ceiiai-
nemeut pas d autre sigiiiticatio.
que de rueilie a joui celte �qui
voque et de s'en expliquer sau�
ambages,� ainsi que n� tan
d'ailleurs ta lettre du distingue
Pr�sideiii de la Commission
Commuuale, le Dr Lescoulluir.
La Prohibition
aux �tats-Unis
IV d)
Mais une chose n'est pas sans
frapper l'attention du lecteur,
dans le cours de la lecture de
ledit on al du Aouwe/i�siequ.
nous occupe : c'est uue decla�a-
tion de M, hugene Hoy lui-m�-
me, urne bien au regaid de la
lettre de ta. Etzer Vilaire, et qui
y contredit nettement ; car, tau
dis que ce dernier sert � M.Kov
r�publique d'Ha�ti �, voil� qu�
cette d�claration ne tau de son
auteur que � le candidat neutu
a la pr�sidence �, en ajouiau.
m�me que le but de la d�clara-
lion est � d'�viter toute �quivo-
que.�
Lors donc que notre coutr�n
du lu.-iueuie : � Nous voulous
bien croire que celte lettre dt
M.Viiaire en sa qualit� de pre
aident de l'Assemoiee des Del�
gu�s d'arruudissement, et de la
�eclatatiou de M. Eug�ne Hoy.
mettront lin aux manoeuvres...�
nous avons envie de lui r�pou-
dre: � Mais non,cher contiere ;
au contraire m�me 1...�
i>ius doute, il est troublant
�,u�. en d�pit de sa d�claration
�e simple candidat, M- Hoy an
jure tout ce que l'on sait, )uste
au moment de recevoir l'inves*
titure de la � pr�sidence provi-
soire.�
Mais notre excellent et vieil
�mi, qui a'a pas tau de puliti
* cet� d�u~a le neutre qu'il la,)-
�H doit commencer a te cui-
r--fc�i couue la ngidite des loi-
'Wues et ues promesses de lu
Vl* uolmque.puisqu'aujourd hui
u > est enu � uiuigi e lui.Sa gran-
de loyaut� proverbiale esl des-
"uee a de ludcs epieuv.s.
Aujuuid hui,d ne se dcbatque
�as un petit malentendu qui
Le m�tier de bootleygrr a
beaucoup chang� depuis son
origine. Tout d abord, la de-
mande esl devenue �norme
et la concurrence n'a pas tar-
ie � grandir. Etant un trafic
prolitable.avec des risques ju
diciaires � peu pr�s �nsigui-
iiaals, le commerce illicite de
l'alcool a attire des milliers ei
des milliers de gens, travail-
lant sur une grande ou sur
nie petite �chelle suivant le
cas, et progressant sur tout
ie territoire, m�me dans les
r�gions r�put�es s�ches de-
puis toujours.
Devant vendre meilleur
narch�, et ne voulant pas ga-
.>ner moins, bien au couttaire,
le boulleqyer s'est �tabli distil-
lateur, ce qui tut un coup de
naitre, une inspiration de g�
aie. .Non seulement il �vite
uusi la possibilit� d'une d�-
sastreuse intervention de pi-
rates; non seulement il ne
craint plus de tomber aux
uains d'otiiciers de marine in-
l�gres; non seulement il �co-
nomise les grosses sommes
n�cessaires � la corruption d>
loLctionnaires ; mais il arrive
i fabriquer ses boissous poui
trois fois rien, l� o� il �tan
oblig� de payer � prix d'oi
les alcools de Grande-Bre-
tagne et les champagues de
France. Cela ne veut pas dire,
oien entendu, que Rum-ruw
j compl�tement cesse dexis-
er et que la contrebande esi
lesormais une chose du pas-
,e. Ce qui esl certain cepen-
dant, c'est que le trafic est de
cuti n�gligeable par rappoi l
a ta consomma, lion du pays
ce qui entre de la sorte, du
reste, sert sou veut de base,
l'�l�ment constitutif, � Ues
ooissous frelat�es.
La client�le am�ricaine des
Duveurs recherche tout parti
ouli�reintnt les wniskeys, le�
t;ius et les champagues. Ur,
.iOUS savons, concernant ces
derniers, de la bouche m�me
les directeurs de nos graudes
.uarques: Pominery, Muniic,
vloet et Chandon, Veuve Cli-
tuot, que les vins authenti-
ques qui se peuvent obtenir
ou Am�rique sont d'une quan-
tit� deiisoire. Jusqu'en iy26
pourtant, U est aveie que les
fraudeurs se donnaient en-
core la peine d importer un
aombre consid�rable de bou-
teilles vides, d�sireux de voir
le contenant, � d�laut du con-
tenu, poss�der une origine
aonu�te. Mais m�me ce l�ger
scrupule a totaieiueut dispa-
i u. AUjuurd'hui.les bouteilles,
les �tiquettes, les bouchous,
les capsules, la paille, le til de
fer, tous les accessoires, eu uu
mot, qui entrent dans la bouue
pr�sentation, non seulement
des champagues, des wnis-
Keys ou des gius, mais de
tous les bieuvages ayant uu
marche, sont lubriques sui
place. LJuant au couteuu, il esl
un resuiai de laboratoire, une
mixture qui varie, mais doui
ta base est invariablement, a
des degr�s divers, de l'alcool
d�nature ou de l'alcool de
bois que l'on a redistill� de
son mieux. Les extraits, les
essences, les colorants, 1rs vins
tr�s bon march� du raidi de
la France, jouent aussi un
r�le important dans la confec-
tion des champ: gu�s, des l.or-
deaux, des bourgognes et de
�otites les liqueurs c�l�bres.
Les ordinaires fran�ais, qui
reviennent � quelques rente la
bouteille, entrent sui tout dans
le composition des charnue-
Unes. On y ajoute de l'alcool
redistill� et du bicarbonate de
soude, et cela lait du Pol Ho
l�er, du Cliquai �u une autre
marque fameuse que le client
ult�rieur, qui ne trouverait
lias de diff�rence entre du
l'JiAteau Yquem et de la pi
i|uette,proclamera,sur la seule
foi de l'inscription apparente,
le plus exquis de nos grands
crus. Ajoutons que pour cer-
tains mousseux,le p�tillement
est obteuu, non par du bicar-
bonate, mais par un proc�d�
�lectrique. Les progr�s sont
coustants.
I '
(1) Voir le Mat� des 30, 21 �t 22
Mars l�*e.
>ue entre � candidat � et � p-�-
,ident provisoire, ou temporai-
re � >ihis que sera-ce demain,
lorsque, ayant �t� �lu par l'As-
sembiee Nationale et ayatn
n.�te serment sur ta Cor.stitu
non, il s� trouvera pris enti,
celle-ci et le p-cte r�volution
uaire qui le lie d�j� .'
11 n cal pa* bouiiue i �tre loyal
� demi ; mais alors l'-
une caisse de 12 bouteilles
de Champagne, avec tous las
attraits ext�rieurs d'une mar-
que c�l�bre est vendue � grand
pr .fit drns les caves d'origi-
ne, quelque part dans le bas-
quartier de New York, pour
uue somme variant, suivaul
les d�bouch�s, de 24 � 45 dol-
lars. L'interm�diaire, dont
c'est la inissiou de collection
uer les clients s�rieux, la re-
vend � des bo�tes de nuit et
�les speakecisics a la mode de
50 a 75 doll irs, et l�, elle ob
lent des tins connaisseurs �
ne vous trouvez pas mal ! �
te 180 � 360 dollars, soit de
15 a 30 dollars la bouteille. Si
vous pr�t�'ez des ch l��es eu
trancs,et en preuant pour b �se
le taux de 25, cela veut dire
qu'un iutect breuvage, fort
dangereux pardessus le mar
che, est paye par l'Am�ricain,
pour son illusion de.cliampa-
gne, de :J75 �,7f>0 francs l'eti-
I" quelle.
Le sheriy et le porto, qui
sont �galement d'inU�ines mix-
tures, se vendent sans peine
de 6 a 10 dollars la belle bou-
teille. Quant � noscoguacs, a
uos chai ti euses, a notre b�n�-
dictine, � nos liqueurs r�pu-
t�es ei � nos lameux vins eu
g�nerai, la demande �tant as-
sez limit�e, il esl relativement
facile de se procurer les mar-
ques authentiques. Mais mal
gi� tout, on n est jamais s�r
de rien, car il m'a ele allii nie
uue l'ou trouve sur le marche
du taux t.h�teau Lathtte, du
taux Ch�teau Yquem, du taux
Cnateau Margaux, du faux
Ch�teau Latour.du faux Cham
beriin, du taux Pommard, de
musses liqueurs cel�bies.
Quoi qu'il en soit, nos vius
uus et uos digestits appr�ci�s
ne jouent qu'un r�le intime
daus le bootlcyging am�ricain.
Avec i'eACeptioU des champa-
gues, qui semblent otlnr uu
r�el attrait aux gens de mo-
yens, on peut dire, en effet,
que la pr�f�rence de limmen-
se majorit� des buveurs ap-
partient aux whiskevs et aux
gius, qui coulent a Bots dans
beaucoup de domiciles parti-
culiers et dans tous les lieux,
si eOroyablement ncmbrtux,
d�dies aux boissons foi tes.
L'alcool �tant la chose in
dispeusable, la base essen-
tielle, le grand tflort des buo
tteyyers cousiste a s'eu procu-
re! icsquaniiieseuormesdout
ils oui besoin. L'est Kur plus
lourde l�eue. Le gauverue-
ment eu ayant la contr�le, et
L'Id�al Rhum
ALIX ROY
28 ann�es de succ�s.

... voit une jeune fille laisser
a aison � bnit
� i lu.
lit un s > me i i lit a i ml ..t

�-�



� ,


Pour
S dar>^t�f
maturlauB
: v m m u fi t
l'k'ptd �t la
� * ii.:iti� �1� ��
itdlla ple�a da
,-i.> jwrci-lat
da mixom,
a pairitiania.
twr� a l'huila, il
.... ni.'-. ��'*�����
s, ad 9i-anll P*�
- '
rit sji-jnll P*�
t,0 ^.�.\( -* �J* *u�c�a
.vo.".- spf.iait r�MO �ua
& - - 'l ?! w r I *
��� �
EST a ' '� %'-."� �
*ETABTS LVAN MALDEfifcN KO] PA;>:.,
Repr :FONTAIN�-^j
Post : ' '�� ^u '
pyBBXThr^r . :\tj lanjaiil ia�i
LOTERIE
De l'Association des Membres du Corps
Enseignant et du Comit� Ha�tien de
l'Alliance Fran�aise.
Le prochain tirage de celle loterie est fix� au, Dimanche
6 AVRIL 1930, � 9 heures du matin, au Th��tre Parlaiana.
Le omit� d'administration est heureux d'aviser le publie
que le nouvelle r�partition comportant un plus grand nom-
bre de lots gagnants
Pour le tirage de Mars l'�mission est de 4,000 billets au
lieu de 5.000.
1 Gros lot lourdes 2.100 2.100.00
1 � �� a 600 �600 00
1 t i � 15D 150.00
:i Lots � 00 270,00
3 � 60 180,00
4 lots :io 120 00
75 *4 12 000,00
2 Apx.du 1er Gros lot de 'M .tio.oo
2 2me 24 P48.00
2 il�me 16 �30,00
117 lots se terminant par , lis deux j
deruitrs chiffres des3gros lots G.G 0702,00
Paiement des lots gagnants tout! les jours de
dix heures � midi au magasin de M Simon VILUX.
la fabrication de l'alcool pur
etaut de plus en plus limit�e,
ils se rejettent sur l'alcool d�-
natur� et l'alcool de bois, ob
tenant des permis soit pai
corruption, soit en exhibant
des preuves, forg�es de leurs
besoins industriels. Ues chi
inistes s'�vertueut ensuite
d'en extraire les poisons,sans
parler de l'odeur, r�ussissant
en partie et laissant, pour le
reste, la sant� des clients
�ventuels se d�brouiller com-
me elle l'entend.
( � suivre ).
A IWou on lera�f des Eglises
MOSCOU� Les autorit�s lo-
cales ont d�cid� aujourd'hui de
fermer 66 nouvelles �glises de
li r�gion de la ville y compiis
11 uans la villa m�me, donnant
anx fnngr�gations tin droit d'ep
pel au gouvernement central.
-
�WJ'waw�aw�mm ii i
AVIS
MAISON co.iloi-table � louer
Hue le.ou
Lu lace du Bureau de rt
Pr�fecture.
Remise de dipl�mes
aux inili mi�i es
..�m 11 i Ile
i ne ' '� . �' -
| r�nts < ri ssortlr
sdeux I
. ,, ive< la t� iii-
du Soi . U al de
tue. Ht pu � � i i onc eu
repos, j i '�� a r�pu�
boi iu s miea. Il
y h de Ip res, des belles
u. s ; Lisez et
et oubliez
res, vos bonnes
umil i.'aiiue/ pas.
.. vi il m � ! ' 'ii lu'1-
Publics s'eat,
depuis qu< Iques jours, d�cidi I
t ut,. u I d"'�!
i',. si ni d< (uns
rri�re les tri-
s d i Champ li \; ra, des
�quipe | i'( h u� sans
disconlin 1er, l> ici <|u .� 11; u s i
jours ' i �nte de
l'oit � ra tellement
coquetti l'on la raconnattra
.1 '
... s VU OUrs '!�' la se-
i m . leux gi oupea �1 �
syriens se prendre au collet, i
l� rue inta Ports, juste
en (ace des march�s de la Place
Vaihoiv. La Police les ramesu
a la raison en oonduiaant quel-
ques-uns au Poste et quelques
autres t l'H�pii pour des soins
imm�dit pendant la ba-
garre da i � i^, avait coul� al
plaies et b Igl �mentaient
les fronts . iaagea,
.. a vu, dimanche soir, au
Conc< 11 du Cbauip �!� Mars, un
couple ment emb�t� et
qui cherchait les coins d'ombre,
\c parasol de* sabliers pour
�couter la mesique. Nonut �il
se disait, mais quelle id�e ces
deux pauvres gens ont ils de
vouloir cacher parmi la foule
leur amour, lorsque jetant un
regard plus inquisileuril se ren-
du compte qa� la lemme, nou-
velle mari�e, alt< ndait uu gosse
el que c'�tait cela (|u'clle d�si-
rail ravii avec tant �le minutie
j l.i Eoul
*
� �
... a revu la jolie lemme que
lotit le m..iule d�sesp�rait de ne
plus voii t n slic agr�mente Les
rues de Poi t -'ii l'rince de si
gr�ce souris el parfum�e,
. onune une H ni qui serait la
messag da printemps. Oui
iv..i! �t� att�nue
par un deuil el comme elle ne.
s'aimi elle avait
pu i. s . n cure de soli-
tude su lieu de se v�tir pendant
quelques m is d i ne nuaneequi
rappi ' unit, elle- qui est
exai terni ut l'imgi du jour prin-
r.
Le jeudi 27 Mars courant, il y
auia dans la salle desLonl�ren-
ces de l'Lcole Nationale de M�-
decine et de Pharmacie, une
imposante c�r�monie : c'e-t celle
de la remise des dipl�mes aux
infirmi�res de la promotion de
cetlv ann�e. Ce sont Mlles Llins-
tiane Bien-A une, F r an ces k a
filasse, Geoigeite Civil, Anna
Fran�ois Comeptia Gabriel, Lu-
genie Germain, Marcelle Hector,
Nelly Lesp�rfaiice, V�ronique
Ligond�, Marcelle Mont�s, t: -
vire Pierre, Juha Pierre Louis,
Lireath Radteiu, Luce Saint-
(i�rard.
La musique de la Garde d'Ha�-
ti se fera en endre a cette occa-
sion. Des discours seront pro-
nonc�s par le Secr�taire dh�al
de l'Int�near,M.Charles deUc.l-
va, le Dr g. A. M. GeitWai
Grandeur Monstigneur 1 Arcasv
v�que donna: a la b�n�diction.
Nou� pr�eenione n� commit- promener? Aussi les promena*
;ne.. .�> aux nouvelle� i tirujt�- "e" euibarrassees,
le� el 1�UI BOMUailvna bejuiuup
... a % n dim i . he .m (,�uai une
bonnequi,vi nmi ntadeemasufl
exlrao�diuatres. Ule promenait
un gosse de deux ans au plus et
qui suce son biberon. L enfant
refusa, � nn moment donn�, de
boire son lait, .\lors la bonne,
s;nis se soucier des gens qui le
regardaient se mit la t�tine � la
buuctie 11 aspira tout le lait que
l'enfant n'avai i as voulu boire.
Le gosse riait, r a t de tout son
petit corps tordu tandis que les
m�res qui promenaient, su-
bi � me i inqui�tes, se deman-
daient B quoi ne sont pas expo-
ses n entants onnes � la garde
de ies giosses lemu.es stupides
que Ion appe.e en oie ici des
Bonnes. Ali! oui, des bonnes.^
... a t. tant � � monde au c on-
de dinj��chf, et Uml de
s eju� les proma\B>eBjra se
dcmanaaieni inquiets . Ce'su-
mei.t teions-nons pour nous
at stieies, �liin- , : carri�re 'ou�e
u- uevoutiutfut el dwOuegu'ion
quvi.ea ont si cuuru^euiemeiit
choisie.
l
li.i.illlu �. L s i.mouieux ne?;
| il lieu se due ne crainte '.
Ue ceux qui le�.,
uicceuuiciit, ou leur faisaient�!
suite. ?
il


w-ja:
PAGE-a
�...,
MUTIU1�0
!
�'�^
Nouvelles
Etrang�res
LE MAIUH i� Jaui* 1930
I
S
/'iir radio
(Nouvelles *
diverses
( / 'ar radio )
I a�* nitssiei iaii Jrs rfatfifliei
DJVEH \. I. iVois non
n kl rois m tes L.l.
en un : explosion dans le bi.li-
ment �les m�langes � 1'arsensl
de l'ai .� e i'� � . . n � s Pi-
citinuv Ne t--Jersey. L'explosion
no pi n pas de proportions ma-
jeure�., mais les victimease te
liaient pr�i de l'endroit o� ell<-
eut lieu. Un de� tu�s lut capi-
lama dans l'arm�e landia que
deux autres furent des civils. l,>
taisaieni des exp�riences avei
de la pondra sans tum�e quand
l'acciden eut lieu.
Cmati de Deairille I \e* Verk
l'AKIS � Le Yacht Uub Ui
New-York a �t� invit� a partiel
Rer aux Couraaa de Ueuuville �>
est York qui auront lieu u2<
sema�ue n � Juin de cette anne�.
L'avei il'uu Iiiimiii
LONDHtS � l'iiu.s ott, bo-
xeur anal u�, est arriv� en \, -
gleteri flrma qu i gagna U
Victoire Shai ki y d'une |g�on
d�loyale.
Le bill du l.ini
\\ kSHINUTON- A cauM d.
l'insistance des BOcatl uis insur-
gea d avoi leur dernier m >i su>
le blll du taril al leur reins d.
h niter les d�bals.la mesure peui
ne pan i tri adopti eaamedicom
me on le croyait. Le B�nal a n
to*� de mettre .les droits sui
"nui
U(-ihi>mo.i (lu eliel �le I.� l'ollft*
a> Nef Wik
NEW YORK- Urover Wh-
'en ae rai omme supi rin-
tandanl de la police de New
Vo k i ..ii d'Avril comme il
a �t� annonc�. M ivtourutrai
sou m i poste en qualit� de
chel ea�cutil du d�partement
des m igasina, croit-on.
L'uauOIsMir le irteiiiuiiii |.|,|, lais
V\ iSrllNGTON Au r,
'es npOl sur le
revenu ; e sont �le > ! bu l< il
d 314 au � doll ira i , D|
P plu i ' mil u i ,,|.
lai p rceptioni du Ti sor h
la im � r date de :'. nn�a dei nie-
ra,
� laJtila d'un SiiTMin liavi-ur
�' � I >ON VILLE - renio
1 . i" n �te, montagnes
on .une
knock ou dansas ourn�e d'A-
"," ' contre Frank Zwita de !
Newark, New-Jersey, dans une.
minu e fcl secondes du premier,
round.
Le ea�aUfC eu \lleiu.iyne
!.� ch�magi total
22 U. :
Les Livres
Cent un pauvre homme de
riendutout.il se nomme Bru-
'eoois et gite chez un de ses
HWANE-Li gr�ve g�n�rale I ,, "uni , �, t',lei�n �� **
mena;ante de l'oiganiaaUon culK�. .ff1 re .�^nouet d�-
� La Lune. Il brilla jadis
i-Ha <""..-�________ *
�Mackandal�
� Vari�t�s
baina on travail a manqu� de
mat�rialiser et il n'y e�t pas de
troubler.
^LONUKES�La Chambre des
Communes a mis de c�t� les
"1 tires ordinaires pendant as-
sez ,long emps pour que les
eaders de � partis puisse:)!
payer un tribut � fan lord Bal-
fojr.
CHICAGO�W.y. Grdgletr, d�-
corateur vivant � LaReforest,
Illinois a achet� le ch�teau de
Dampiarra dans le D�partement
de l'\ube et le transportera pai
morceaux a Chicago dit-on.
INiXJHE INDE� L'as Maha-
rapah d'Iudorequi �pousa Miss
Nancy Miller, j. une lille arn�n-
aine a caus� une sensation en
ompaut les fiancdilles de sa
i.le vlanoruma Kaj^e a Ma�Kai
10 avocat. H dit qu'il donnera
ia hlle a quelqu'un an dehoi.�
te sa propre caate. Manorama
st la fille du vi a d trapah par son
premier mariage.
WASHINGTON Edouard Do-
neny operateur d'huile en juge
neut pour corruption a ete ai-
tarnaUvement 11 tri comme co/
rup aur de I l morale publiqm
�tlon� comme patriote au cours
les d�bats. La cause ne seru
pas appel�e devant ie jury avani
sam d.,. ip�ra-l on.
W ASHI sLTON�Le contre-a
mirai W'altei Me Lean, m re-
traite, eat mon � Washington.
WASHINGTON� Malgr� le.
tentatives de lournir caution
pour .vl Uapone�on rapporte qur
ce loueur de tennis est � s.
�on d'hiver a Miami.
Washington� l'Ius d'iniliativ.
et moins dh �dation de la part
hommes d affaires amen
tin. comme moyens d'obtenu
i ommi rce � t l'ini rfuatrie re-
nis sur pied ont et recoraman-
i mVA -m ne pour i i n�i-mars � ' '" queiqui
ItaCeMim a 3 millions desquels I H00�01 bient�t sus
I 2 m ..... 0OO.OOU re�oivent d " \''"' r�aliserleui
�teoura du gonfernement I ',. e !fl D,aa tner �' �Construction
... , **� � i*�*ssj; -t
� v\ SHINuTUN�Des contrats leurs biblioth�que
' K? '';':,,1! ' ' ...... � I.....!h�n de la lo-
�' ei ,S a�roi lanea d ,
IBomb . ..t co�: i i 2,Q0gi ,, ju, (l
. ,>,'', ' i �t� pass�s par le
� D�p.rl nient de la Gu�rie.
Prolesiaiio.i �I s Satiela i lll^e d d'n�e gourde le c
Al<> ^t < >i Des r�solutions I '' ' lot eat de 2.100.
es en difi�rentes *0Ja ''s ,0|s gagnants s oui
pay�s le lendem un m�me �lu
e, magasin de M, Simo
Vieux de lu heures \ rai li.
Qu'on s empresse d u ha i
� ' i billet, car il n'en reste pd,s
ICOUp en Circulation.
P*' l'UniO i .les Soviets
fcro. ,, (,,.lls ,!�
ererdis
� i Sam! erre de I! nie.
les llaiaiars
.'hianis liivji.iius dau
ijiOlK i Des i h lois,do n.
u�s i e i is s'�li vanl
' ':fi |V! ma
^�riii () ian.1 le teu d�truisit un
" ' " >'tres huent bless�e,
B*n.-s �lecli ique d�leo-
�ii iv� lut i.i cause du smislre.
Priseaaier �le aaa�ila
! EL �' bO TEXAS U sauve-
W ' � Hria.li W, 00 ans,
i" uili iruei ainqui,
Pc!.!. -:-^ n, est retenu contre
;;mcun ; u. � ban (ils pr�s de
|aa nlao, xique, . -i suspendu
u d�tei n ation ! flnitive du � i
Fnoni. ni i b ia somme exig�e
,yr I es
j !.a�rekiii i�u an liai .lois
n. > -> iKK - Des hum des
oit nue modifie ion
u I las b ia de prohibi
t-o:i ml , . ujoo
naja taa \9
'' � n�l du � Lilnrary
':8�; ' il
?inajonie pour .a mi-
I son bacho. Ceat pourquoi, par
moments, se passemenlent de
citations latines infid�les, les
propos saugrenus et invert�br�s
qu d uent devant un auditoire
sv.npathique. 11 fut aussi, na-
gu�re, sous-pr�fet. Il est tout
Mer encore du bicorne ou'il por-
uit alors aux c�r�monies. Oui,
sous-pr�fet. Aussi, de temps en
temps, ses phrases s'ach�vent-
ellee, dans ce ronron qui rap
pelle � s'y m�prendre les dis-
cours officiels, et pompeux corn-
me des uniformes, que les hauts
personnages des petites provin-
ces d�bitent au 1er Mai.
Lt mainttnant, Br�lebois qui
se souvient am�rement de son
pass� rutilant n'est plus que por-
teur et qu ivrogne. Il vit sur-
lout � la gaie, transports sans
se plaindre, les valises des vo-
yageurs ellorsquequelquedieu
� ui accorde des loisirs, vite.il
court au petit bar da c�t� in
gurgiler un litre de vin ou si
roter un marc. Il connait bien
son m�tier de porteur. D�s qu
un train siffle il vous dira, quel-
que soit Iendroit d'o� il len-
iend, s il vient de Paris ou d ail-
leurs.
il a du c�ur, Br�lebois.
Lue lois quil venait de se payer
un bon titre pour vingt sous il
joignit uns fillette qui pleurait
parce que tout le lait quelle
uauspoitail �la maison n'�tait
plu� qu une flaque neigeuse sur
le trottoir. Des larmes faillirent
en mouler � ses yeux. Il s'en
retourna au U .r, remit le litre
de vin, r�clama ses vingt sous
et les tendit � la fillette qui eu
lut consol�e. Oui, un bieu bra-
ve homme, cette fripouille de
Br�lebois. Ci puis, un soir, sor-
iunt pendant la pluie d'un caf�
l�esparRov younig�uvern�ui ou fl v':i,JUuV "��� de la pro-
Idela Fed rai H� srv. Uauk I-'�ga-ue lehgieuse et scienlifl
|ue pour Rodolphe le fou mys-
tique, il attrapa une broucho*
pueumome foudroyante al en
uuurt a l'ilOpital quelques |ours
apr�s euuela sieur Euphra�ie j
qu'il u...me pas et la S�ur'
loussamie quil adore et qui le
nomme de sou peut nom, ei ji-
ui.ii-, du num�ro de son lu.
Kl c'est tout le roman.
Pua d htolutre, vous le voyez
bien. Il esl vrai qu'il y a,en mar-
ge L*.-. amours ue Charles avec
la veuve, lu veuve qui plaque
ie jeune homme � Nice pour
allai chercher aventura ailleurs
en compagnie d un uegre.
Oui,; icu que cela.
Et pourtant, cela vous prend
aux pieiui�ies lignes et ne vous
ha quu la derni�re. A eau
.�. sans doute, de la po�sie dis-
cr�te qui monta de chaque p.i-
ge, deauotMliooa minutieuses et
justes qui accompagnent le r�-
cit al dune certaine atmoanh�
ie de sympathie humaine qui
enveloppe ce peut roman. Mai-
i ei Aym� comprend ses persou-
uagea. Il vu parmi eux. Il vit
le leur vie. Ou u I impression
que si quelque jour 1 ouvrage
tombait sous les yeux, de 1 un
deux il serait loul reconnais-
sant a l'auteur de lavoir si ami-
calculent compris et d a voir
trouv� des mots pareils pour
.�voquer el le peiudre. Et sur
"oui le uv:e c�de impression de
s icunl� agr�able de po�sie pro
toudaal qui affleure a psme el
�je v�rile sugg�r�e plul�l que
'lit. que I on �prouve en compa-
gnie du Jules iiapervielle du Ko-
leur denjants el du Suruiuant
La loterie
des �uvres
ia i de la
a iu-Princeel
omis du pars. Con-
irol�e par deux d , not-
ais l'un pari,, i'r�sident du on
'�d d'admmistrslion de 'Ass -
slion �l s membres du Corps
iMiseiananl et l'autre par le Co-
nit� Ha lien de l'a ; mes Iran
l|Sl'. ;v| ' ie, an outre tous le
hsul i e du I r�let, elle a
I a r�alis� quel pus londs
1 i�u I Farisisna Di
�Vril prochain. Les
billets divis�s en 3 coupons so i
''.' vente au ,� ix de 3 gourdes
�fi ingii

;'a consommation
1VHK ... du tabac
viM5, i,5 mars--a la veille
w guene, l9i;i. le Fran�ais
lonsommaii annuellement un
I l'Ius d'un kilo de lab.,,'(174
>Kn 19*28, il en s consomme
i kno do0 Mais sa d�pense, vu
l� - pus ...�uveaux. apresque da-
;';;U|. 85,.a, ,n.eniyi3,ei
111 h. eu bU en 1928.
Quant au record de la pro luc-
I0n moiiditile du tab^c, il ap-
lienl toujours aux Etats-U-
;>i�.Eu 192S, on y a fabi.que
U� milliarda de cigarettes et 7
Iharda de cigarea. l�j Wm
pourtaui .es Anglaises qui d�-
tiennent le record des temmia
qu. Jument. Elles d�pensent eu
i-diac environ dis millions de
!'*rea ! un milliard
r*1 !" anca. D., von
de� Anglaises achaiar frj.uilO ci-
ta fois al eu tumer,�u
mojauua, par |our.
OnJ pouvait �J'peine respirer
tellement la toule compacte et
de �se avait envahi la salle de
� Vari�t�s �. Des chaises sup-
pl�mentaires avaient �t� mises
partout. L'on s'crasait. L'on se
mettait deux sur un m�me si�ge.
Des gens s'agrippaient aux
abords de la sc�ne. D'autres
pendaient au trou du souflteur.
Certains envahissaient les cou-
lissas et quant aux murs Us
�taient multicolores d'uu monde
enthousiaste et tr�pidant. Ja-
mais � aucun spectacle ha�tien
on n'a vu tant de monde. En
v�rit�aMackandal�,�c est peut-
�tre la sixi�me lois que cette
pi�ce se jouait � Port-au-Prince,
� est le drame qui r�pond le
mieux au go�l de notre public
que .Vt. lsuardin Vieux conna�t
tr�s bien.
Le po�te Jean Hri�re ouvre
I e programme. Il est d�j� pr�s
de n ul lieu. e�.li a laliu liouv^r
des places � tout le monde. Le
jeaiim�divam eat enthousiasme,
applaudi. 11 est i.�le, v�tu ue
blanc, des yeux lointains et m�-
lancoliques ei dans tout son
�tre l'on devine la volont� h�-
ro�que de dominer tout ce pu-
blic de la sinc�rit� de sou ins-
piration et de le bercer aux Ho s
chantants de sou lyrisme. Et
c est un po�.ne que d'une vo.x
sy.npatnique il d�clame, un
long et vibrant po�me de plus
da u ois cents vers � la gloire Ue
Pierre iuilly le h�io* de lArse-
nat et � c�de de Ch..rlemagne
Peraile, le h�ros des monta-
gnes el des loi�ls.
Le succ�s eat complet. Il tient
du d�lira. Et u atteint � son
combie loi .�que 8 en trouvant
bi usqui meut le rideau offre � la
Si le tr�pidante dadmira.iou
un tableau vivant o� l'on voit
Clurlemagne P�ralte mort sur
la croix, uinsi nouveau dune
religion �ternelle : Le pati lo-
tis me.
Et puis ce sont ensuite les
trjts aces de MackanUal.
Cel.e pi�ce esl trop cou iu� au
public iiu�licu pour que i ou eu
reparle. Ne sulflt-il pas do dira
qu:l esi digne an tout point du
sucres qu'il a remport� samedi
sdir et qu une bonne partie de
ce succ�s revient aussi aux ac-
teurs qui loin si oieu inter-
pr�t�e. Uatkaiulal (A. C*mille)
a �t� parliculi�iemeot applaudi
el jaunis cetio figure htstonuue
e meurtri�re n avait �t� incar-
n�e avec autant de /enl c. uelle
el de puissance. Les deux es-
claves, failli de .\iacUandal et
celui qui lad�uoouera oui tous
deux aussi eie a la Inuiejr de
leur persouuage et laul dans
leur ta�on de �s c-xpnuier que
dans leur mani�re de uurciier
Us laissa.eut voir toute I inqui�-
tude angoiaaauta qui �tre>g.iait
le cosar du pauvre esclave noir
de Vivre perp�tue le.ne.it dans
le voisinage du in il re blanc.
Lesr�ies de femme�oot�t� aussi
intelligemment tauus. Madame
Madiou uesl pjj d'ailleurs �
son coup u essai et sou succ�s
de samedi lut tr�s Iranc et tr�s
loyal co unie celui des deux
jeunes li les qui �taient l'uue
Madame et 1 autre Mette Lenor-
maud.
C�tte pi�ce pourrait �tre re-
jou�e encore. Nous lui pr�disons
un SUCC�a tout aussi eciaian .
Michel
Stroqof�
(Suite) �
Entr�e: 0.50; Balcon : 1.00.
DEMAIN SO�K
Le film tant redemand� :
Amour
de Reine
Avec Ir�ne Pringle.
Entr�e: 1,00 ; Balcon : 2,00.
�.'i..
Au Slia�gai
et a New-York
�dans le cercle
Artique ou Sllr
r Equateur-- u
�ivlo Farker bu
oiold sert rItlo.
l�ui�ul. t*peru
uieutez \uUl.
mciuc i '�iiumi
-.ans eUOii Uu
. i* i. .<.;.'.
*
Prochainement, passeront sur
l�cran de � Parisiana � les
beaux lilms :
QUO VADIS
PEAU DE PECHE.
REVE D'ALTESSE.
MORtHNE LA SIHENE.
LE DINDON.
Aux TEMPS des liltUGNARDS.
LES LARMES DE COLETTE.
E� les beaux s�riais �
KANKAN LA TULIPE
pklmier Cavalier de France
Uraud drame d�cape et d'�p�e
avec Aim� S-mon Girard
L ESPIONNE aux VEUX NOIRS
drame patriotique et drame
d espionnage, avec Maria Dal-
b-icin ( La Kovd ), Genica Mis-
smo, Albert Decosur.
tvmt w-
Non H�pitaux
Ji y a 16 ii�pi aux eu Haiti.
Service d'hygi�ne 12 hopi-
_ '^ux 1Q61 lits.
(�arde d||,iti 2 h�pitaux
2i9 lits.
Hopittlc.v.l 1 li�, 30 lits.
Gouvernements des Etats-
Unis l hop. 5dli,s.
soit 0,6/ lits p, ur 1000 hab.
Quelques
renaeignameuts
-'� "'y a eu ifiiti que 21
cas co.mu de l�pr,-.
.-- l�yaen H f| 15g me_
dec�ns pratiquants et 53 den-
li�tes.
A Port au Prince ~ U pr�-
sence d un grand nombre de
cbiens sans niait,e n Pori au
Prince continue � edr
me
que
euuui puurcene pa,
JJiieo� il, se r�u.usseol.
Mariage
Samedi 22 MarsTS 'i hsurei
du soir, a eu lieu le maria�
civil de Mme Emilienne &
breau avec M. Francis Erri�
Les t�moins �taient pour la
mari�e: Al M Cl�ment Des-
grottes et Cl�odomir Juste--
pour Je mari�: MM. Massil.
Ion Giordani et Henri Si.
cault.
Meilleurs compliments.
Nominations
Mr Luc Dorsiavilie a �t�
nom m. chel ie Division au
D�partement des Travaux Pu-
bacs eu remplacement du
Dr Lnnoue.
�Mr D brosse qui remplis.
sait � Gressiec les louciions
� �� � ��m,.
B loi.
Ih rmpnu�ie 40 as ilioi.�
I LO .-i u ete monc�
' Kead Co<]e
lu g
inler stionaui t
brisant l'erapruid de Kl \ul-
dol.ars pour la H.1J4I | ^^^�^Sr'
iten Od Co.
I Globules R�baud I
I IUtUllalsin�rT�lll�iiT ��� m - - - - I
OPPfifSSIOMS I
D�oouverte
d'une plan�te
LAMliltlDGE-ue piole^cu.
liai lu� �hapley, directeur de
1 observuioue uHarvard, vient
d'annoncer qu'il avait re�u de
lobseivatoi.e Lowell, de Piags-
lufi, Aruoua, la nouvelle de la
d�couverte de la neuvi�me
grande plan�te du syst�me* so-
laire. Cette plau�le, qui n a pa*
encore it�u de nom, ,e trouve
au del� de Neptuue.Elleaasi pro
bublemeui plus giosse que la
terre mais plus peut qu Uranus.
Le Dr. Sbtpley estime que
celle d�couverte est une de.
plus imporUntos an astronomie
depuui celle da Neptune an L+ifi.
a
La Cest�resi a ssvsle
IONUKES�- j^a conl^renc�
lavais est entr�e dans uue an-
tre ihase au|ourdhui avec i'ac
iord des 5 puissances toujours
| en perspective comme un mira-
ge lointain el !'-ngleierre ex-
rT,�Mw.-h;^-j�"i(ie lomiawi el i ngleierrt
J| *VAliSS22�m&J�;^�'>� }{primant son espoir habituel
N�crologie
hou� enregistrons avec regret
la mort de Madame Fran�ois
ioussa�ul uee Coruelie Joly,
survenue hier
Les /une ailles ont eu lieu
dans l api es midi ai milieu
dune assistance nombreuse.
Anus pr�sentons nos sym-
p'Umuues condol�ances aux
parents �prouves et tout parti-
culi�icment d nos amis Cl�-
ment et Hemosth�nes Toussaint
dont ta de/unte �tait ta mi e,
a Mr ei kmt Isnurdin \ ieua:,
Met,e Alice �oussamt, kr et
Aime Ar�ius i\tcolas he An
tomo \ ieiu Mret Mme Char es
Mathieu, Mr et Mme Durasse
uicJiet, Mme Charte* Durand,
Mm* \ ae Sob�aky Casimir.
mes continue � �tr uue ,. a UiV^"-v les louciions
euace pour la" sutit� publi- '\0ihw '� � Ktai Civil, rets-
le ci m�me temps qu'un p,ace � '"i;k" ,J- f"I -1 * t Civil:
nui pourcettd pa.tie .le la �fc"on.Sdd d. Porta uPrinesj
lieo� ii.se r�unissent �*r Alpli�e ilphoasu, d�iais-
Uu total de2�3.'chieiVs ont �t� !8ianoilipe'
eap.mca au cours de l'ann�e
remis a leurs propri�taires et {a |ril Je 140.000 u*�lfars
^gardes eu ODsefVatiou - ! ACU.CAL.- L, plUs riche
guarante sept personnes oui cour^ (le chevaux aura heu di-
�te mordues par des chiens WaDd,u Pro�-'ha�n au champ de
Deux chiens aocu^�reut un,�,Ur8es qua,1(1 ,e ler '"">dicap
r�sultat positif poux la rane glai 'flle,,,e sera couru, fl
1 u. 1- rage. | vaudra 110.000 -lollars.
Pour mieux affronter l'urne
MESSIEl US LES ( AXDIDaTS
n.stemeni fm�m^u^tlSS^V*^ d'"n **** visag
ua
artutement port~M77ln4UPh,^adrenlen, d'"n �"u Visage
daillon ad�quat . P �olographe raffin�, dans uu me-
s. fl�Ameat coiAnha� lT�\JZ '"'"'"c^^ales qui ont
iomph.itc*jiii s'accentue
ui Vevez un sou-
vou�

^M�e jour. Et mainte VP* lno
s�5aS�rMw�r ^d
Uouucz vous la petue don* �t.s Pholo9raphiea voua
Hhotugraph,e Cleodo,ny D j.lsrL'" a ^^ Alodernc de
a la Uue Feron, en lace d,. it ' confor^Wemeni install�
� resque sans argent �� J? eaU-de ,a Fl^ecture.
�uentdu inonde ScL toSn�i!! S"t,Stail ,e P'"� compl�te-
P�us a laite, depuis 1 sa s "* alUte dout '�loge n'est
�uee par des �ravauxd-unl� i�* "���que surele"ee,afir-
couquis le premier Prix rt� ,'i p"cab,e�a viciorieusemeot
oeuxiauie Iniern.tional de Fra^^^ 1924� ,B25 et *
Livraison de Pho.oUs0Pa.sen!!r,;e�Satii,,rCtion-
� de photos a, tist.iques dans 24 heures.
ACCOUREZ-Y DFS �SS�E.5H 1,NI
"^ DhS SUrtPKJSES VOUS Y ATTENDENT
Che*es 4e Mssros
1
i
MOS .01* �Une �^ence otri-
cieliedc nouvel1?'a d�crit com-
me ile� non-aer ridi � '�": V -
rapports publ , l'�irangri
qu� Joseph S ai.<... cr* ta ire du
pin 11 communis c central, a �t�
lou� de donnai M d�tk&ou.
^cien Th. Ufontant
Vutomob.le. rtP(�Sion! S . "^ t,1ic,*� d^�� ^
GAZOLI\F HITi�pi dMout<* Marque*
pour diSieL3 P�Ur M�'eur' P�i? transmission^
4�hfeClMy^^ *-% Mr. LAFONTANT
usage facile et wmm�� ^Wpe a air � J �teine**
TeJ^fihopt : 1883.


IJt MA UN�25 Mars 1930
PA'h�-
}
U Rhin IIENR Y!
-GARDE � VOUS.PORTEZ ARMES.
PR�SENTEZ ARMbS,
(ON ENTEND AU LOIN UNE SALVE
DE 21 COUPS DE CANON.)
MM � , m 4
The Royal Mail Steam
Packet Company
Le steamer � Sea-Glory � venant de Londres via Kings-
ton et les ports du Sud, est attendu ici vers le 7 Avril, par-
tant le m�me jour via les ports du Nord et pour l'Europe,
prenant du fret.
Pour tous renseignements s'adresser �
LJ. BIGIO, Agent G�n�ral � Phone No 2311.
llevnv
"*m
�. i*%^. t^.
. r> **>'� mimvm **"
New-York, Rio et Bue nos-
Aires Line, Inc.
itfle iV Rur8 IliinU's II iHnto et Naqanu de l'Etal
Pert-au -Fritte, Ha�ti, l'Iium 3401
L'hydravion faisant le service Buenos Aires-Miami lais-
sera Port-au-Prince le Mercredi 26 courant veis lOhs.30
a. m. prenant la malle, le fi�t et les passagers poul-
ies villes suivantes ;
Santiago de Cuba, Cienfuc/ os, la Havane et Miami.
Pour tous autres rentei^ni ments sadiesser au bureau de
1 Agent.
Rapidit� Confort S�curit�.
Vous sont offerts par la 'Nyrbaline ".

L<>� Meilleurs
Pour B�b�*
pares pi �*at la �tale earatlt]
�niait*
CUITE SANS rtU-^
AO MOUUN-PENDANT 12 HEURS
>
Vf 4Maura d'Avoine 3 Minutes
�e curieux cas de paralysie
LOUlbVicLK Hy. � A peu
pr�s 100 cas eu plus de la para-
lysie �tonnante attribu�e par les
m�decins et les otticitrs d'hy-
gi�ne a la consommation du
gingembre adult�r� de la Ja
ma�que lurent rapportes BU jour
d'hm, amenant le total des vic-
times connues � pi es de 300
malgr� les d�clarations des m�-
decins que � Jak� �, comme s'ap
pelle ce m�lange, est la cause
de la maladie-
Wtfifr pretrod que le ch�mage
eiiale aux Etals-luis
WASHINGTON�Le s�nateur
Robert Wagner, compara ssant
devant le Comit� du S�nat pour
appuyer � biils se rapportant au
ch�mage, a dit que les d�n�ga
tions qu'un ch�mage s�rie.in
nexiste pas depuis longtemps
sont fausses.
RHUMES ? TOUX
tftONCHITES
CATARRHES
GOUDRON
GUYOT
UQUCUR . CAPSULO
lAnnooiAU
d � U U Mo #i/��
15,Ruede l'Universit�, Fans
SmivixJKk M \.\ LIVRAISON
DU 16 FEVRIER 1930.
Leurs Entent*. � Deuxi�me
partie... Edith Whartoc.
Cr�puscule d'Alli.mce. � Le
dialogue austro-allemand en
1918..
La Hrincesse Antoine Radzi-
will... Jules Cambon, de l'Aca-
d�mie fran�aise.
TJ?ex ou Us bourgpois de l'Is-
lam. � 111. Un grand mariage...
J. et J Tharaud.
L'invasion cin�malogniphi-
que am�ricaine... Ren� J^ann^.
La Compagnie de Jthn,� IV.
Les vengeurs fant�mes... G. Le-
n�tre.
Po�sies... Pierre de Nofhuc�
de l'Acad�mie fran�aise.
Les deux Allemagne de Mme
de Sia�1... i'aul Gautier.
Questions Scientifiques. � La
haute atmosph�re... Charles Fa-
bry, de l'Acad�mie des Sciences.
Pierre Loti... Louis Barthou,
de l'Acad�mie fran�aise.
Un mot sui Eug�ne Delacroix..
Lorns Gillet.
� h o- iqi" de la Q inzaine.�
Hikto i� Folniqui ..b< i.� t inon.
Suppl�ment
Diteoutsi tononcts� lll�ltl
lit X M '. � : M>T
Pi ris Un au Si� mrii Trois ri oi1-
iete "eincti Oise ioot>s 5iirs 26 jolis
I) parten enis et
Ioiomcs itaiv.jist� loifrs ;., Ir j8 m
�tranger :
pays ailcmi-'iril
pestai 130 1rs 661rs 34 *")0
jav� > plein Util
[estai 160 1rs 81 fis 41 lisi''
1 vs .itrr.i eintr.is |. tient du itr tt du 1/
lit chaque n OU,
. KIX bll MMiUCifi 'is
����".....� ������^sasi
Panama Rbllroad
Steemahlp Llne
J'. Les chuiyeuts aoiri priait de
noter que e ukanur � Aucun �
est attendu a l'oit pu l'unce,
venant de Cristobal} Canal
Zone, te mercredi 2 avril Ji/30.
k\Les permis d embarquements
serent d�livr�s pour le fret �
aesiinutwn de �Seiv )ork et des
Port* Luiop�ens sur demande
faite � ce bureau.
Ce steamer partira le m�me
jour � 2 hit s p. ni. directement
pour StW �ork, prenant fret,
malle, etpaisayeis
2Er�2 On trouvera
^On tiouvera aux Bureaux du
Matin le de. ni. r recueil de M.
L�on Laltau, Abreviutiuhs au
prix de Cinq bourdes 1 exem-
laire.
. �j���. *M\*mU:1lr'
Occasion exee�liowm e
/

��r.
En face de la Halle de MM. Rcinbold & Ueetrei les* M �Parts laura �e KTE IlltOMV veusj lrta>er �Ivatli �Y toute Irstrnetr, a iid prix d�fiant laaleeeicurrcaca:
3,(10
Soulirrs lani�res pont daines
i foules nuances ) Or 5,00
Souliers satin noir et cuir f>,00
a pniir hi rames 4,60
Maillots de bain pure laine
iivec chapeaux en
caoutchouc
Tablier en caoutchouc
pour damas et fillette-.
Pilote en caoutchouc
pour b�b�s
Pan'alon de soie
pour dames
Grand- mouchoirs de
soie tCnarlettons
2.30
Bus so �� su[>. A |>
E< barpei de soie.
toutes nuances S,00
Chalet soie brod�t espa-
gnols a partir de 15,0 �
de
1.50
('ollier.t pour dames
Bas S|jort pour hommes
et infants
0,5(1 Casquettes pom boni,
ei entait t
Chapeaux de toile
pr entants
Chapeaux de paille
pour Mlettea(noire)
Valises d'�coliert
0,30
1.�0
2,50
.i .i ce ti � e sur 1
paille u
h.i,nmes
Chemines . hom. � Man-
battant sup. 3,00
Cbemitea . li imea i.\lau-
hatt miea madras if pour 7,60
Cnem t&labalta it loie
.i partit de
� � a i ChauttelU i tup.
asst. 3 pour
. .(.tvatc.s ^ DO
Cravat�t rosettes
Jeu de cravates et*po-
ilnttes sup. 1,50et 2,00
La le.iux divers, etc.
0.5')
1,1 0
1,00
1,60
5.00
2,50
0.-40
o,;>0
j�
Toutes les Polices
DELA
Emp�chez Avis important
OlTF
votre flnt w n�trtMe a t j X A Ll l() 11101) j I j StCg
Les Compagnies d'Assurances touttigo�ea avisent leun
clients qu'elles n'encourent aucune respontabilit� pour un
teideni quelconque de voiture automobile snivenu sur la
nouvelle route de P�llODVille � Kensk- il j.vant qu'il ait oU
d�clare oiliciellement que la roote esl livr�e � la circulation
Sigu�:
Emi�loyi:hs Liauii.hv Assurance Corporation.
Motor Union Insorakce Company,
No�wicr Uni )\ Fire Insurance Soasm.
.�*~" Royal Excbanqi Ami . w i
Conservez votre tenu
frais et beau.
Les t�ches de rousseur, le
haie, les boutons, les points !
noirs, les biches du foie, et
toutes les fl�trissures similai
res qui d�parent votre beau ,
teint naturel peuven �lr-' en- j
levers psi l'usage de
Uhxtlenlo
l'omm uiefjie l Il a �t� soi-neiiscnenl c; rou-
v� et essay� ! Il est nn on-
guent m�dicamenteux teienti
Qqne parlait tant danger et
d'un usage facile.
Essayez-le vous scie/ '*.(�
listait de ses r�sultats.
lin vente cbet lont Us dro-
guistes. Pour 0-30 centimes
seulement, il es exp�di� d�s
r�ception du prix.
|- ci ivez pour avoir un �chan-
tillon gratuit el le livre des
conseils pour la beaut�.
EXKi ENTOi MfcDICINtS
COMPANY
AILsNTA. CEORGIA U.S.A.
Ageuts iemaudes pou; tous
^�yt.
u r��f�y nonr r�>nsci�nen * nt�.
<��tm - l . ' i. i i jm i,i i .p.,
Golombian Steamship
Company Inc.
Le nies � r "�H i Ipetnwn* nt d New-York li flem �
etf Blfendu . 1' '-un Prince ! 26 Mars courant, il p rlira
n en� jour | i la Co! imbl i li (�! el passa t n
Portau-Prin e, le 21 Mars 1030.
Colombian Sl�an !� �> Company Int.
GEBAK '. & Co, Agents.

O.K.
AVIS
le magni�qoa Batiaulo rite steamer a � < s
attendu a ' i i r m �'rin ii part it t le m�me jour � 5 heures �te U* pi en midi, pou
New"York via Bermuda, offinnt ainsi nn� e>cellenle ocra
siou pour un viyage eicepl n nel pour Ntw-Yi ik.
tour tous renseignements s'adressera
I. J. BIGIO, Agenl G�n�ral, Plume No 2811.
ALUMINHM UNE
D�j :tI r�gulier de New- OH�.ins et de Mobile
pour l'> I ..u-Piince.
Un steamer laisseri New Orl�ans le l� Mars el Mobi
le Li pour MiragoAne, Port-au Priuce el conlinuera pot
Gonalvet, St Marcel les Butiis porlt du Nord.
Un steamei laitaera NtwOil�auali 29M>*r�(t Mobile le
pc ur l'oit iiu Prince el coutii ueii pour J�r�mieel les tuUj
ports du Sud
D � N*w-Orl�aoi
Le 15 Mars 1980
*
� �
De Mob Mlendn � Poi t nu l'riiu
Le 17 Mars 1980 Le '2\ Mars 192
29 n �r�
12 vril
TA Avril
10 Mai
7 Juin
21 Juin
31 Mars �
il Avril
28 ..
12 Mai
',1.1 n in
2a Juin
Ce 20 Mars 19.10.
A. de MATTEIS & Co, Agents g�n�rant.
7 Avril
21 Avril
.� Mai
19 Mai
16 Juin
: m.Lu,i
. .
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux

� i
eBoss��Co s
Agents'G�n�raux
WV �
�n
Encore d'autres origines dues
� l'ob igeance de lect� urs qui
n'int�ressent � �t-ite question. Si
l'on*n croit etliaintrenseigna*
uieiits, la lamente txpn sinon
aurait i � employ�e pour la
premi�re fois par an g�n�ral
uiuiicain d'origine allemande.
C'�tait uu lefnpa de la guerre de
S�eession, dans un communi
iju� o� le chef �crivi.it : �OU
Korrect �, et par abr�viation ().
K' . '
Nous trouvons un son de clo-
che l�g�rement diff�rent dans
un ouvrage que nous signale un
correspondant de l'Amateur de '
T. S. F., publi� vers 1922 et qui. I
dans les abr�viations de T. S. F.,
note celle ci : O. K. f de I aile- /
mand Ohne kranz )... inrn re�u.
Troisi�ma explication, �ma- j
nant,celle-ci, d'un sportif: lans
O K.. nous �crit il, j�- roin l'in-
verse d� l'expression K O . bien
connue de tous les spoiUmen.
Le K. O. ( Knorked-ou' ) esi le
boxeur mis hors de combat, et
IO. K (Oui knocking), c< lui
qui met hors de combat. D'o�
0. K. prenant le langage cou- '
rant le sens d'oinattaquable�,
� i� u Hulaole.�, de � parfait ��. )
pour un quatri�me abonn�, |
olre piara>�re interpr�tation I
esl la t�nia bonne. O. k. tut un ,
am�ricanisme av�r�, que 1rs.
Bntanniqiua ont p adopt� etqui provient de le pro L* bateau � � UBA � H* .'.. **nhs tprehera la n>p]fal� V,
uouciation uigolique anglo-sa- 'e 23cour*i,t., de paSM-ge ponrTi urot( via le Noid prenant^
xonne�Olt kieci�, pour �ail fret.
carrer! � Enfin daucuuadisent , Le navire �GEORGIAa, �toaDt d . sera ici vers le 25 c:,'
que O. K. est I abr�viation da partant pour Santiago de Cuba, kn-gslon, etc., prenant fi�t,,,
On ( pour ail ) kit), qui signifie I orangers,
.�a Va�. i fUUKBOL� A Cie., Agents, J\
HOTEL IAVENIR
tQ#- .ti� ll>V'Ht*lf* %\t*�r* �4 du fc^t.*
Chambres bien install�es:
Conditions avantageuses.
Cuisine excellente. j
�in�w�^i ii � ��� . ��� �^��i�-..�-^�vu i �^aaxaawaaa�t�^,^s^��aaB�a>- ���� ��nvum
Ham burg-Ajnerika-Li��


^:,v il*.
. �<*.-<� VI
*>< A �-../-�
Mardi
25 Mars 1930
Le illatin
MUJilA.
4 ri� �r.s
locuic ANNEE :\" 69�f
i wa-au-t'n.'ice
T�l� 'n< 242

DE
PURAT�F a� Dr MANCET
combat
'�\-. Maladies de !a Femme
i
c
tri

1 � t
<
� i *
-
1 ^
in
f<' \ '^�fl
� i" iit ipuSavt*. r|HM4 �>*. retour �rami. *ou�.
. ' ... ,r II t.rl.r i lai>l dr iiialrirarrimi.
*" >oni rra<:.il� � ��?� vivra ri �� -, ruoton^tm
� �i i mrirw> *,|�n� pti-rMrt. rV�l pi m vit. pou
m II MM Krmult .uggrttlv*. . It i*ot M
� I i.,- r. . Irnvill . MraiBDlll� rfnullr-rrmenl. M p.'� Ml molorlrr
-11 iin|�rtr i.'onr. M tuutr tvfdratr, iic* If aax>(
..t .- M ru.Mltr II faut pur lHiMWMW
�I"" " "� " Il I�� M �uioa. parlant l� plu. pur ,iu�-.iU�. Qu'il
�" � � aUeir, a s� enurk-r �> Hiitfm encombrant* o�
' ' � '� ' �" ' � � � � lenllf. If� uriann vont %t ccng.JlU.uQrr,
1 Ml u'.r� � ,,,l
1 � � ' I��' � i craindra iii.r lr Sua mr.uiru.t. il.inl ta r<\|�
lallou Ipnulnnrr. uvaul uuui ..lilrt nvrnul
i lldurli dr .lf.i~-iMilluli..i,. .in � tiumtiiri in-
i ri ilt< nulwmi d.; tniig
1 i.i'M (mil maint, mr U rmaar �!<� mhik pi ir ri
��� �"�� ���?��� la � oulourcMM
i i|nr 'iw�wni. i. him�mo�, w lrci.iv.-nl a
i u i nr :n o � ne El
...... i i M' '� '� m Do�reoa R�aaer. tampon
'�'� m� " i.......�' r#|nn� ., i...i. i- �.,�..... � ,..,,. c..�,..,ir;,r,
" '" ' l rwnl i .... ��� .. r irur� nu., r. tolntivri
' � ' ' ' �����:., .,.. ,. -.-l,.,,!
I....... " " H ' � � �>� � il Mil u " � � . rival* umr
loul CI ..��,�.,., i ,. -ng
1 ' � ..,,,, ,.� �,., �,,���, �r
5"lli' �1 ' .......m * )�.� uir-
>u Mmiii n I .. .....
Voila - �;>! il i-j 1- , � ,,�.,<, larl'M' i
� � � '.r. QRANM f�R>X. '.....�. �-u. mi im, |mm>� Pan�
� r V�: ,,,.,��. Pana .-, , Du
HENRY STARK
| m I l'i Ql II, i.\ ni | m; L� OAiS. - HIO.U. \o 2091
P Cercueils
e le public qu'el e vient (Je recevoir un grand
,,0|! de d�corations la mettant � mdrne de tournir
�reufils d�cor�s � des prix \\m r�duite,
es cercueil� de luxe, qui sont la sp�cialit� de la
I '-n s'entendra lou oui s pour un prix convenable.
La i uil el lesJi i n d< P�tce, s't>dres�er �
Mi HENRY MARK, Ave. Schulti.- l'hone No :,472.
Compagnie g�n�rak
Tr.-ins;itbii(ique
�.e steamer � Carimare >
attendu � Fort au prince le 2
avril, repartira pour le Havre,
vers le 9 prenant tr�t et pas-
sagers.
Le steamer "Macoris,,attendu
� ''oit au prince le 27 avril,
repartira pour le Havre vers
le 3 mai, prenant fret et pas-
sagers,
fort au prince.le 13mars 19:50
E ROBElIN & o, Agents.
lllHlh
NOUVEAU SERVICE
g DE RESTAURANT
[.�Hors d'�uvre varia ou
Piats du Jour
DESSERT
e tout pour (lourdes 2,50
VIMS rRESSOIGNEiffiTS CHOISI- p.p. PATRIZI
H '' : InuIi �lr lad
�il ir frai Mn ,1,,, na Chamnaqm
I j;- S�JOURNE
' �� - ri [oorenaei
i M'ASi:,
i ai nion < ' Vente
ihmacie I. ! EJOURNE
A"" ffcin il du Centre
Bar et Restaurant
�La Coquette �
On trouvera au Dur et Res-
taurant � La Coquette� auKie
des rues St Honor� et (jraud
Hue, N�� 97fi; t�l�phone 2544,
des mets bien pr�pares et a
la port�e de toutes les bour-
ses.
Un service sp�cial assure
� toutes .'es heure� du jour et
de la nuit : la taste de cat�,
de chocolat o� le grand vene
de l'AK 100 au luit et glac�
pour la modique somme de
vingt-ci.iq centimes.
| ne minutes pass�e � la
'Coquine " vousy conduira
toujours.
_______
O
! Quand VOUS AUREZ TOUT ESSAY�
Muo rien n'.un, r�uaai. prro.i �i� U
sirop t. rKANT vuur adull-t, mi vn mtUai
� la piami�r* cuiilaraa al mari (m
lu, tljcun.
iv;i Bua**H*paa, u-wa al6-m�a
l .c m� pr* ur< ca sirop pour
calmar d'abord al gurrir �mille.
�x* arlion r.: -nantill.-tia coaa
1 �� ASTI IM A1IQU r S � dai�.
lr* m ".V lou� rabtaUa. la
p.-- Broncha,chroii.qua,tir Data
.>� AUULTIJ. taTuht�.l,�pulmonaira..l
"� r* �au� aal caliot �mm�alialemithl lt.. a� ralaata. da toi� .: cnalnaa la. l�non,;
BiatVnaM !n n-ui. oon^nw*
tl .au., la �ovinitil.
La, .laron. lool-. pl.araiatla.11 4.80 inptl comprit.
1-codonu.Ui I9.SV U-i.ii iaav>.| H'fRANY.
14 .�. im la R*,.s:.,�. tK�a. I'. I"
l
nsurame Co
' Jne des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE1
EUG. Le BOSSE & Co
Aoents G�n�raux
jaajat v
-aW,�. .
�, < ! jm BALLOON� m
pisk �
AU Conique
nous vendoni.
franc/c J. MARlhS
DISTRIBUTEUR - Phoue : No 2539.
{tea : [�
Scigr,ii2 .t�, comme vous soignes
votre sant� ; votrs visage est un d�licat
clioi d'� vous devez prot�ger.
La
'�
.' 4
**!E SIMON
�tablie d'apr�s des formul -u de toutes ses
ImperfectionT. ?�( lui cons t � ..i. doucejr �t velout�. Elle donne
blanclieur et puret� au tsint et ornp�chQ ia formation des rides.
d o a
POUDRE et SAVON SIMON ^

�tr
ATION
prenez les
SUISSES
de DELORT. Pharmacien,
H9, Rue Vmv.t-Aatoiaa
C'EST LE MEILLEUR
UKS PURGATIFS
a�
r�nv-An*�>a x xvoei
Ai' * �'�' ' - ALisEnTun
rhara .."Su riu !>� Jastln VIARD
_______�*'*f" " ��� '""� :UilJ
Cours
�a*^
Classiaucsi
iT2�me � Philosophie inc u-!
si ventent.
.M�thode s�re.^Sucir�s com-
i/!et contr�le chaque ann�e.
Cours du Soir pour Adulies
et Jeunes Gens.
Comptabilit� St�nographie
it.gla.se et fran�aise, Dactylo-
^iaphie avec des sp�cialistes
pour chjque cours.
Enseignement du Fran�ais,
de l'Anglais, de l'Allemand,de
I Espagnol. �^M�thode sans
�gale.
Le�ons particuli�res de
Lettres, Sciences et M�tlitmn
tiques aux �i�xes on en ic-
tard OS � teux qui, veulent
gagner du temps.
Leurs de Musique (Soltoge.
Violon, Mano ).
Pension Scolaire, s�rieu se
et agr�able.avec annexe pour
Etudiants et Adultes.
S'adresser Rue Lamarrc,1537,
ou t�l�phonez an No 2891
pour plus amples renseigne-
ments.
L'INSTITUT
TIPPFNHAUER
Reconnu de I i niversil�
H. ilienue.
Av
/is
lOHIMGMH DES CIIKMI.V I�E FEK
Dt L4 I�. C. S.
MM. les Actionnaires de la
Compagnie sont convoqu�s
en Assembl�e G�b�rale ordi-
naire, au bureau de la Coin
pngnie.a Port-au Prince.(HaI-
ti),le lundi 19 Mai 1930 � 9 h.
du matin.
Ordre du "J. ur :
li � Lecture du proc�s-
vei.;( de : ssseinbnte prece-
j,, . . K
S � Rapport du Conseil
d'Administration et pr�senta-
tion des comptes ;
S.- Election du CorsH!
d'Aduiiuisii".:' " �
4. � /.fi -ire- .�,,,!! ,,, ,.
Port-au-i'nii c le |� Mars
1930.
/^ Conseil d'Administration.
VOUS TROUVEREZ]
CHEZ H. BALLONI Fils
3 grandes marques de lit
en fer.
Simmons companv
Laife Long Steel Beedj
F�d�ral Steel Beed.
Les mod�les'sont des plus
nouveaux, et � des prix
absolument exceptionnels.
Pr�-�it
Pr�-Cat-Tlan
ji-jjMMt. bicr. a,.e,i,a0de � MUaMU^^M. d. ,�� I
B


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs